Version classiqueVersion mobile

Petites Villes de Normandie

 | 
Bruno Sintic

Conclusion

Texte intégral

1Au terme de ce travail, il convient de faire un bilan et de reconnaître les quelques apports qui en ont résulté. L’objectif initial était d’aller à la rencontre des hommes du Moyen Âge et c’est pour cette raison que la source principale, autour de laquelle toute la recherche s’est organisée, a été la série de comptes municipaux de Pont-Audemer. Là, sur ces pages de parchemin, si belles, si bien conservées, dans ces documents administratifs qui devraient être austères, utilitaires, palpite encore la vie médiévale de cette petite ville, s’agitent et se déplacent les habitants requis par leurs tâches quotidiennes, s’affirment quelques figures d’administrateurs, de bourgeois, de taverniers, de prédicateurs et d’ouvriers. La lecture de ces documents permet de retrouver leur environnement matériel et social, de connaître leurs travaux et leurs jours, d’imaginer leurs déplacements, leur allure, leurs gestes, d’entendre même parfois leur parole et leur conversation. Il faut donc rendre un hommage mérité à un gisement qui contient de telles pépites.

2Les autres apports fructueux concernent la connaissance des villes et, pour nous, la découverte de ces petites villes. Quelques réalités économiques ont été cernées, tout particulièrement le flou relatif des activités professionnelles, sûrement plus fort dans ces modestes bourgades que dans les grandes cités, l’existence d’une activité de micro-crédit, la propension de tous les citadins à vendre et acheter à tout moment. La société apparaît, somme toute, assez variée et complexe, dans laquelle existe, au-delà des divisions classiques entre nobles et non nobles, clercs et laïcs, « gros » et « menus », une fine hiérarchie, par exemple entre les différentes catégories d’ouvriers (le statut social d’un maçon n’est pas tout à fait celui d’un serrurier ou d’un maréchal) ou bien entre les différents niveaux de la « bourgeoisie » (un tavernier peut connaître une condition plus modeste que celle d’un drapier, mais peut parfois s’en approcher). La poussée d’une partie de l’élite citadine vers un anoblissement de fait, phénomène d’époque, se révèle également après examen attentif des noms et des propriétés.

3Une réalité frappante est l’importance des déplacements géographiques, ceux des représentants de la ville, des ouvriers, des soldats, des hommes d’Église. Une circulation de temps ordinaire, non perturbée par d’importants conflits guerriers, où beaucoup de gens de toutes catégories sociales voyagent pour leurs affaires. La formation scolaire, universitaire ou intellectuelle, le bagage culturel et technique, s’ils ne sont pas très précisément connus, peuvent néanmoins être perçus (maîtrise de l’écriture des officiers urbains petits et moyens, étudiants de Pont-Audemer et Harfleur terminant leur théologie à Paris, prêtres licenciés en médecine, maîtres et ouvriers du bâtiment traçant maladroitement des croix tremblantes au bas des actes notariés). Enfin, les réalités architecturales transparaissent aussi dans cette source, comme la présence de fontaines d’eau potable au centre des villes, l’importance économique des ponts et canaux intra-urbains, la construction et l’entretien des portes et murailles. Aspects monumentaux et équipements moins connus peut-être que les églises du gothique flamboyant, qui sont érigées, amplifiées, complétées à cette époque, et dont les comptes municipaux ne nous disent rien, mais installations vitales aux yeux des édiles locaux pour l’activité économique quotidienne.

4Un autre point de cette recherche était de répondre, en se fondant sur l’examen des localités choisies (Pont-Audemer, Harfleur, Louviers, Neufchâtel), à une épineuse et irritante question théorique : qu’est-ce qu’une « petite ville » ? Soulignons tout d’abord l’anachronisme de l’expression : les contemporains ne l’utilisent pas, la notion de petite ville date du XVIIIe siècle, elle apparaît, par exemple, dans le Dictionnaire de droit normand de Thomas Corneille, et correspond à des réalités plus perceptibles en ce siècle. Il y avait donc une certaine difficulté à tenter une définition avec nos sources et pour notre période. Néanmoins, la conclusion à laquelle nous parvenons s’énonce simplement ainsi : « une petite ville est une ville, mais elle est petite ».

5« La petite ville est une ville » : cela signifie que la petite ville normande possède l’un et l’autre, l’un ou l’autre des éléments qui constituent la grande ville.

6– Elle est fréquemment fortifiée, sans que ce soit toujours le cas. Elle peut avoir un rôle militaire certain, défendre une zone frontière ou contribuer à la défense de son plat pays.

7– Elle se démarque des bourgs et villages voisins par un rassemblement de maisons et de population un peu consistant, donc par un paysage bâti plus étendu, plus impressionnant, et par des besoins variés et accrus.

  • 1 Caractères qui se rencontrent aussi dans les petites villes anglaises, Christopher Dyer, « Small t (...)

8– Elle est un lieu de production et de concentration de richesse où les activités agricoles ne sont plus seules, ni dominantes : des artisans, des possédants, des prêteurs y vivent et y travaillent. La diversité des activités marque l’économie urbaine, ainsi que l’activité personnelle des habitants. La production de chaque artisan est faible, mais l’ensemble des artisans d’une ville peut produire une quantité non négligeable. La présence d’une enceinte permettant la sécurité encourage les échanges et développe le commerce local, soutient la consommation et donne naissance à des activités industrielles et tertiaires plus nombreuses et plus variées que dans les villages1.

9– Elle revêt, pour les deux raisons précédentes – enceinte urbaine et lieu d’échanges – un rôle fiscal. Des taxes sont levées sur les marchandises vendues, à certains points de passage obligés, lesquelles permettent de financer la construction des murailles.

  • 2 En Angleterre, Christopher Dyer note que des villes de taille modeste (comme Glasgow, ou Carlisle, (...)

10– Elle accueille des fonctions administratives et judiciaires : représentation du roi ou du seigneur, siège judiciaire, vicomté, capitaine, grenier à sel2.

11– Elle possède bien souvent des institutions propres, désigne ses représentants (receveur, procureur, « conseillers » ou « gouverneurs »), qui se structurent en élite locale. Celle-ci est principalement composée d’officiers moyens, de marchands, d’artisans, de nobles de rang moyen également.

12– Enfin, souvent, quand la ville a atteint une certaine taille, et surtout accumulé la plupart des fonctions ci-dessus énumérées, elle noue une relation privilégiée avec le roi. Les officiers royaux sont plus présents, plus importants ; certains hauts responsables (amiral, sénéchal, baillis, lieutenants du roi, évêques) la visitent, y séjournent, y reviennent régulièrement. Ce lien avec la royauté tend à accentuer tous les caractères précédents : l’activité économique est stimulée, la défense améliorée, la soumission fiscale renforcée, l’autonomie financière et la vie politique locale prennent plus de relief, ce qui permet, par contrecoup, une affirmation architecturale (extension de l’enceinte, pavage des rues, hôtels de ville).

13La petite ville dispose donc d’un certain nombre des caractéristiques propres à la ville de taille plus grande – « la petite ville est une ville » –, mais leur présence peut être modeste ou à peine naissante. La petite ville est « petite ».

14– En effet, la concentration de maisons est parfois embryonnaire : une ou deux rues seulement sont des rues de ville, quelques rares édifices marquent le paysage (château, marché, prétoire, église) ; les champs et jardins restent présents, même au centre des bourgs.

15– La diversité professionnelle est perceptible, certes, mais reste atténuée : la spécialisation des tâches n’est pas très affirmée, il n’existe souvent pas ou peu de « métiers » organisés. La petite ville possède une palette étroite d’activités de base dont le rayonnement est souvent local, s’exerçant en ville et dans un cercle de 10-15 kilomètres : maçons, charpentiers, férons, tanneurs, drapiers, plâtriers, « étaimiers ». Cependant, ces travaux sont professionnalisés : les maîtres en vivent, l’activité les occupe à temps plein – signe que la localité a des besoins assez étoffés – et les définit socialement.

16– Les fonctions religieuses, administratives et judiciaires existent, mais ne sont généralement pas complètes. L’équipement religieux est restreint : une ou deux églises paroissiales, un prieuré, ou une collégiale, parfois, mais rarement un couvent mendiant, quelquefois une abbaye. La présence administrative s’étend du sergent et du juge seigneurial ou royal jusqu’à la lieutenance de bailliage. De ce fait, ces villes se trouvent placées dans la dépendance d’autres villes plus grandes qui sont les sièges des fonctions religieuses, administratives, judiciaires supérieures (Rouen, Lisieux, Paris). Ce caractère d’autonomie relative et, en même temps, de dépendance paraît être tout à fait déterminant pour identifier la petite ou moyenne ville.

Fig. 1 – Typologie des villes de la région de Rouen.

17– Enfin, l’influence de la ville et son rayonnement s’exercent sur sa périphérie, dans un rayon de 10 à 15 kilomètres, mais peu au-delà. Sur cette aire, la ville tire sa subsistance, redistribue les produits de son artisanat, attire la main-d’œuvre de ses ateliers, répand ses prêts d’argent, offre ses services (justice, notaires, marché). La petite ville est donc souvent un modeste centre économique, religieux, militaire et administratif local, qui n’a qu’un faible pouvoir de commandement au-delà de sa « banlieue », dont elle draine les marchandises et les hommes.

18L’examen des relations qu’entretiennent les petites villes entre elles ou avec des centres urbains plus importants, comme Rouen ou Paris, donne une vision assez nette de la hiérarchie urbaine qui organise la Normandie orientale et dans laquelle nos villes sont inscrites. La place des villes dans le réseau urbain dépend de leur rôle judiciaire : Saint-Saëns, par exemple, possède une justice seigneuriale et des notaires, par lesquels elle exerce une influence sur la population rurale des environs ; elle n’est pas siège de vicomté et dépend de la justice vicomtale de Neufchâtel. L’importance du marché et l’attraction des foires peuvent aussi contribuer à renforcer la position d’une ville par rapport aux autres. Enfin, l’inscription d’une ville dans la hiérarchie administrative royale est un critère révélateur de son « rayonnement ». Pont-Audemer est de façon évidente une petite ville de rang secondaire, qui est placée dans la dépendance de Honfleur et Lisieux, puis dans celle de Rouen et enfin celle de Paris. Harfleur, en revanche, est certes une petite ville, mais ses liens très étroits avec la royauté, en raison de son importance stratégique et économique, lui confèrent une position plus élevée que celle de Pont-Audemer. Évreux, siège de bailliage, évêché, qui jouit de fonctions plus étoffées, domine administrativement sa région, est plus autonome par rapport à Rouen et est en relation nourrie avec la cour. Évreux, ainsi, par ses activités, dépasse le cadre de la petite ville.

19L’apport ultime de ce travail pourrait être de compléter la carte des villes de Normandie orientale, en tentant de dresser une typologie des agglomérations.

20Peuvent être ainsi distinguées :

  • des petites localités où existe une amorce de caractère urbain : faible concentration de maisons, équipement religieux réduit, mais présence de quelques activités non agricoles (commerces, tavernes, notaires…). C’est le cas du Neubourg, de Bourg-Achard, de Gaillefontaine ;
  • des agglomérations au caractère urbain plus marqué mais sans fonction administrative d’envergure : des habitants et maisons plus nombreux, quelques édifices (halles, château, prétoire, église), des activités commerciales plus fournies (tisserands, forgerons, tanneurs). Tel est le cas de Blangy-sur-Bresle, Auffay, Pavilly, Lyons, Cormeilles, Elbeuf, etc. ;
  • des agglomérations au caractère urbain équivalent mais aux fonctions judiciaires et administratives plus affirmées, traduites dans le paysage par la présence de halles, de cohues, d’hôtels de ville, d’hôtels-Dieu, d’abbayes, de manoirs seigneuriaux, d’une enceinte urbaine complète. C’est le cas de Pont-Audemer, Louviers, Neufchâtel, Vernon, Montivilliers, Harfleur. C’est sur ce niveau que nous avons placé, au cours de cette recherche, notre poste d’observation ;
  • d’autres encore, de taille et population vraisemblablement identiques mais aux fonctions administratives supérieures (chefs-lieux de bailliage, de comté), comme Gisors, Arques, Caudebec, Eu ;
  • les « grandes » villes enfin, qui se distinguent par leur population plus abondante, l’extension de leur bâti, la diversité et la spécialisation de leurs activités artisanales et commerciales : ce qui est le cas d’Évreux, Dieppe et Rouen. Rouen sort du lot en raison de sa très nombreuse population (40 000 habitants environ) et de la présence d’institutions supérieures (archevêché, échiquier-parlement, cour des aides, chambre des comptes), ce qui en fait un relais direct et une antenne du pouvoir royal.

21Cette esquisse est une proposition, reposant sur la lecture d’une documentation abondante, mais non exhaustive, loin de là. Nous avons retenu pour notre recherche des fonds formant des séries amples et concentrées. Mais il existe beaucoup d’informations sur les petites villes ailleurs, dans de nombreux documents ; cette information est plus rare, émiettée, pulvérisée, mais recèle certainement d’autres richesses. Si la typologie et la définition proposées pouvaient servir de cadre de travail à des recherches nouvelles, qui viendraient compléter, nuancer, corriger ou confirmer la connaissance des villes normandes à la fin du Moyen Âge, cet effort de recherche, qui touche maintenant à sa fin, aurait atteint son but.

Notes

1 Caractères qui se rencontrent aussi dans les petites villes anglaises, Christopher Dyer, « Small towns », Cambridge Urban History of Britain, David Michaël Palliser (dir.), Cambridge University Press, 2000, t. I, p. 13, 523.

2 En Angleterre, Christopher Dyer note que des villes de taille modeste (comme Glasgow, ou Carlisle, environ 2 000 habitants) pouvaient être investies de fonctions commerciales, administratives et religieuses fort importantes.

Table des illustrations

Légende Fig. 1 – Typologie des villes de la région de Rouen.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5064/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 106k

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search