Version classiqueVersion mobile

Petites Villes de Normandie

 | 
Bruno Sintic

Cinquième partie. Figures et problèmes de société des petites villes

Chapitre 4. Pauvres et malades

Texte intégral

  • 1 Michel Mollat, Les Pauvres au Moyen Âge, 2e éd., Bruxelles, Complexe, 1992, p. 213.

1La ville médiévale est non seulement une société, mais aussi un corps, ou un ensemble de corps, au sens matériel du terme, soumis à de multiples affections. La ville est, au XVe siècle, selon Michel Mollat, le « carrefour des misères »1. Misère économique pour les plus pauvres, et misère physique pour tous, lorsque la guerre et la faim conjuguaient leurs effets. Les citadins étaient menacés, dans leur santé et dans leur corps, par plusieurs « malheurs ». Les habitants des villes, grandes et petites, ont été fortement exposés aux agressions microbiennes et aux maladies épidémiques, du fait de la malnutrition d’une partie de ces populations, et aussi, de la promiscuité et de la propreté toute relative de l’espace urbain. Le travail ordinaire, souvent physique, entraînait chez les habitants des villes d’autres occasions de souffrance. À ces événements exceptionnels viennent s’ajouter les formes courantes de difficultés dues aux handicaps congénitaux et au vieillissement. Enfin, la pauvreté est omniprésente dans le monde médiéval. Face à toutes ces formes de détresse, les villes ont cherché de diverses façons à atténuer ou à prévenir les maux des citadins.

Détresse et souffrance physique en milieu urbain

2Les petites villes normandes connaissaient les difficultés sociales de toutes les agglomérations de ce temps. Les multiples formes de la détresse et de la souffrance physique affectent une partie des habitants.

Pauvreté et mendicité

  • 2 AMPA, CRV, 1529, f° 33.

3La modestie des conditions de vie est une donnée ordinaire du contexte social médiéval ; un document décrivant Pont-Audemer indique que cette ville est constituée de « pauvres gens mercenaires vivant de la peine de leurs bras », c’est-à-dire d’artisans tenant atelier et échoppe, d’entrepreneurs du bâtiment et d’ouvriers2. Cette expression résume la situation de la majeure partie de la population et souligne, en exagérant, dans une intention intéressée – il s’agit d’obtenir, par ce texte, une réduction fiscale du roi –, un trait dominant de cette ville. La « pauvreté » qui sera décrite ici n’est pas celle-là ; elle est celle qui touche les indigents, les miséreux. Par pauvreté, il faut entendre un degré plus fort de dénuement ; il faut imaginer des hommes et femmes dans un tel manque de ressources, dans un tel accablement de misère qu’ils sont réduits à la servitude de la malnutrition et de la mendicité.

4Les rôles de fouage évoquent, parfois avec abondance, les « exempts » et les « non-paiants » et fournissent quelques rapides explications. C’est dans ces listes de « non-paiants » qu’apparaît la figure des pauvres vivant dans les petites villes normandes à la fin du XVe siècle. La « pauvreté » que saisissent ces documents est une réalité variée, complexe, coïncidant partiellement avec la pauvreté extrême définie a priori.

  • 3 BNF, ms fr., 25 926, 370 : Bernay, rue des Penteurs, 1503.
  • 4 Pont-Audemer, Saint-Ouen, 1458 : BNF, ms fr., 25912, 1222 et 11193 ; Saint-Germain, 1506, ms fr., (...)

5Ainsi, quelques fouages renseignent sur la proportion des pauvres urbains. Certains de ces documents ont été levés par rue, telle la rue des Penteurs à Bernay (consacrée peut-être encore au XVe siècle à l’activité teinturière et textile) : pour 18 feux payants, les collecteurs enregistrent 4 feux exempts pour cause de privilège attaché à une fonction (un prévôt, un sergent, deux férons ne paient pas) et 14 feux exempts qui sont ceux des « mendiants en ladite rue »3. Presque la moitié des habitants de cette rue sont pauvres et mendient. Dans d’autres localités aussi, les fouages permettent de saisir la proportion des pauvres (Neufchâtel, Harfleur, Pont-Audemer…)4 : ceux-ci représentent 11,9 % des feux cités par le rôle de fouage de la paroisse Saint-Ouen de Pont-Audemer en 1458, 9,3 % de la paroisse Saint-Germain en 1500, mais 25,3 % en 1506, 13,8 % de la paroisse Saint-Aignan en 1500 ; à Harfleur, la proportion de feux pauvres par rapport à l’ensemble du rôle est de 3,7 % ; à Neufchâtel, plusieurs rôles ont été conservés, notamment les rôles des trois paroisses de la ville pour l’année 1500. Cette année-là, Neufchâtel compte 292 feux payants et 131 feux exempts, soit 423 feux dont 90 pauvres. Ces derniers représentent 21,2 % du total. La paroisse Saint-Jacques de Neufchâtel possède des rôles pour trois années (1500, 1509, 1512) : la proportion des feux pauvres est respectivement de 28 %, 28,7 % et 41 %.

6Les proportions sont donc assez variables d’une année à l’autre. La levée des fouages pouvait varier aussi d’une année à l’autre, la circonscription dans laquelle l’impôt est levé est parfois indiquée et ne reste pas toujours la même. Quelles conclusions un peu assurées peut-on tirer de ces chiffres entachés d’incertitude ?

  • 5 BNF, ms fr., 25930, 55 : Bernay, 1515.
  • 6 BNF, ms fr., 25929, 1073 : Neufchâtel, Saint-Jacques, 1512.

7En premier lieu, il faut remarquer la présence générale de la pauvreté, dans toutes les paroisses, dans toutes les rues de ces villes. Le nombre et la proportion pouvaient varier, mais dans tous les cas, les différentes catégories sociales cohabitaient dans les mêmes rues ou les mêmes quartiers. Ainsi, dans la rue des Chandeliers, à Bernay en 1515, vivent un avocat du roi, un sergent royal, un féron, un apprenti, trois mendiants, un lépreux et 22 autres familles, qui acquittent le fouage mais dont on ne sait rien de plus5 ; à Neufchâtel, en 1512, la paroisse Saint-Jacques, qui n’est pas la paroisse principale, compte 46 feux payants, et aussi quatre nobles, un écuyer, un procureur du roi, trois avocats et conseillers en cour laie, toutes personnes appartenant à une couche plutôt favorisée de la population, quatre sergents et 47 familles ou groupes de personnes qui ne paient pas « pour ce qu’elles n’ont rien »6. Les collecteurs de fouage mentionnent également des hommes qui sont désignés comme pauvres ou qui ne peuvent payer pendant une période longue, qui vivent dans la pauvreté de façon constante : à Saint-Jacques de Neufchâtel, Jehan Defrey dit Christofle, Robinet Defrey, Perrenot Duflo, Robinet Anoyaux ne paient pas en 1500, 1509, 1512, « pour ce qu’ils n’ont rien », « parce qu’ils disent qu’ils ne peuvent payer ». Ceux-là connaissent une pauvreté constante et sont des « vrais » pauvres.

  • 7 ADSM, 2 E 14 1139, acte du 6 janvier 1482.

8La situation financière d’une famille pouvait évoluer de manière sensible et s’inverser en quelques années, la précarité et l’incertitude du lendemain sont des données permanentes du contexte social médiéval. Toujours dans les rôles de cette paroisse Saint-Jacques de Neufchâtel, certains habitants, tels Jehan de Villy, Jehan Dorval ou Dorival, Guillaume Petit, paient le fouage en 1500 et 1509, mais pas en 1512 « parce qu’ils n’ont rien » ; d’autres habitants, qui payaient en 1509, comme Georges Cossart, Philippot Le Vacher et au moins cinq autres, ne paient plus en 1512 « pource qu’ils n’ont rien ». Rares sont ceux qui connaissent une évolution inverse, comme Jehan Hamelin, qui paie en 1500, est exempt en 1509 parce qu’il n’a pas de quoi et paie à nouveau en 1512. La situation financière de la majorité des hommes que l’on arrive à suivre s’est dégradée. Ces hommes étaient de condition certainement modeste mais comprise dans une moyenne locale, que les collecteurs du fouage, toujours des habitants de la paroisse, installés depuis longtemps et connaissant bien leur quartier, savaient apprécier. Quels événements ont pu provoquer l’affaiblissement économique de ces familles ? La seule explication qui est indiquée explicitement est le décès. Les rôles de fouage font apparaître le nombre parfois important des veuves, peut-être âgées, réduites à la pauvreté après le décès de leur mari. Ainsi, à Neufchâtel, en 1481, Jehanne, veuve de Tassin Crespin, donne une pièce de terre à Jehan de La Rue, prêtre, son petit-fils « par bonne amour naturelle » ; en échange, celui-ci promet de la loger sa vie durant7.

  • 8 À Pont-Audemer, cette situation se présente en 1503, en 1511-1512, 1521-1522 ; Rouen connaît les m (...)

9D’autres événements ont pu se conjuguer pour appauvrir ces hommes et ces femmes. Les comptes municipaux fournissent quelques exemples, qui permettent de compléter ces données : une maladie épidémique provoque la fuite des habitants8, la diminution de la clientèle des artisans et commerçants et la diminution des fermes muables, qui alimentent les revenus annuels de certains habitants des villes, même parmi les plus modestes ; une mauvaise récolte de blé, de pommes ou autre produit a le même effet ; les accidents du travail font basculer les ouvriers directement dans le dénuement. La mauvaise conjoncture supprimant le travail entraîne la pauvreté momentanée des travailleurs les plus modestes et les conduit quelquefois, non à la mendicité, mais à la délinquance : cambriolages et trafics de fausse monnaie les soulagent pour un temps, nous disent d’assez nombreuses lettres de rémission de la deuxième moitié du XVe siècle.

10Ces éléments de conjoncture, dont les documents nous révèlent les répercussions, impliquent que la notion de pauvreté soit mieux définie. Les situations économiques des feux « non-paiants » ne sont pas toutes comparables. Quelles sont donc les catégories de pauvres révélées par les rôles de fouage ? Des gens qui ont un métier et qui travaillent probablement, mais qui gagnent peu et sont dans une situation toujours fragile et précaire, celle de la « pauvreté laborieuse », selon l’expression de Michel Mollat. C’est le cas en 1500 de Pierre Dargent, « paintre pauvre » habitant Saint-Germain de Pont-Audemer, du cordier Pierre Charlet, de Saint-Jacques de Neufchâtel, qui paie en 1509 mais pas en 1512, du « basteur » Jehan Baillet de Saint-Jacques en 1500 qui ne paie pas, de « l’artillier » Marin Bienvenu en 1512 qui « n’a rien », de Jehan Houger, « hucher », Jehan Régnard, « plommier », Jehan Fournier, « brasseur », tous trois habitants de la paroisse Saint-Martin à Harfleur en 1500 et qui ne paient pas. Dans cette catégorie des travailleurs pauvres, une place importante est occupée par les serviteurs, servantes, chambrières, apprentis et valets qui sont fréquemment cités dans les rôles de fouage parmi les non-payants.

11Si ces travailleurs peuvent être regardés comme « pauvres », ils ne connaissent pourtant pas une situation de misère. D’autres sont cependant dans ce cas. Les indigents véritables sont d’abord ceux que les rôles désignent comme « mendiants », ensuite ceux qui sont dits « poures » ou « pauvres », enfin ceux qui sont dans la situation du valet et de la chambrière d’Andreu Fritier, de Notre-Dame de Neufchâtel, qui ne paient pas « pour ce qu’ils n’ont feu ni logis ». Ceux-là ne seraient donc pas logés par leur patron ? Cette situation, rare, est signalée par quelques documents.

  • 9 Histoire des hôpitaux en France, Jean Imbert (dir.), Toulouse, Privat, 1982, chap. i et ii.

12Ces pauvres les plus démunis formaient un groupe nombreux depuis les premiers temps du Moyen Âge et peuplaient les hôpitaux. Pour eux avaient été créés aux VIe-VIIe siècles, sous le patronage des évêques, les premiers établissements d’assistance. Le XIIe siècle avait connu une grande vague de fondations hospitalières dont le XVe siècle était l’héritier9.

Vieillesse et autres handicaps

  • 10 AMPA, CRV, PJ, no 28, 6 octobre 1482.

13La situation des personnes âgées transparaît quelquefois dans la documentation, généralement lorsqu’il y a une perte d’autonomie ou une déficience physique qui nécessitent une disposition particulière, l’aide de la famille et des enfants par exemple. C’est le moment où l’on est forcé d’interrompre ses activités professionnelles, comme ce procureur des habitants de Pont-Audemer, en 1482, Jehan Le Merchier qui « pour son antiquité et foiblesse s’en était déchargé », et une assemblée se réunit pour désigner son successeur. Ce cas montre que certaines fonctions municipales importantes pouvaient être exercées par des hommes vieillissants et ceci jusqu’à ce que les forces les abandonnent10. La vieillesse est une période difficile de la vie, souvent synonyme de pauvreté, de maladie, quelquefois de misère. Ce qui explique que les établissements charitables aient trouvé en eux une partie importante de leurs assistés : en 1597, à Elbeuf, l’hôtel-Dieu accueille une proportion assez importante de « vieilles » personnes (mais qu’est-ce que cela veut dire ? Quel âge ont-elles ?) ; plusieurs sont dits « vieil homme », ou « pauvre vieille femme » et, parmi eux, il faut souligner la présence de nombreuses veuves. Vieillesse, veuvage et pauvreté s’associent fréquemment au Moyen Âge et remplissent les établissements charitables.

  • 11 ADSM, 2 E 14, 1138, 4 août 1462. Autre cas comparable, toujours à Neufchâtel, 2 E 14, 1139, 20 oct (...)
  • 12 ADSM, 2 E 14, 1138, décembre 1462.
  • 13 ADSM, 2 E 14, 1138, 20 avril 1464.

14Le sort de tous les vieillards n’est cependant pas équivalent. Les familles se chargent parfois d’entretenir les vieux parents. En 1462, Pierre Machet et Martine sa femme, demeurant à Saint-Pierre de Neufchâtel, « considérant leur grand âge et leur faiblesse et par bonne amour naturelle », se dessaisirent de leurs biens meubles et héritages et « en saisirent et vêtirent Jehan Du Gardin, leur neveu et Guillemette sa femme ». Le neveu bénéficiaire doit accepter quelques conditions : « ledit Machet et sa femme auront leur demeure en leur hôtel où ils sont à présent leur vie durant » ; « ledit du Gardin sera tenu trouver leur vie et état et toutes leur nécessité et à la fin de leurs jours payer leur enterrement »11. Il arrive souvent que les personnes âgées n’aient plus de famille proche et soient obligées de trouver une autre solution : en 1462, Pierre de Bailleul, habitant Neufchâtel, vend pour 15 livres la moitié de la maison où il habite ; l’acheteur, qui habite Eu, devra payer toutes les rentes dont la maison est chargée et accepter que « ledit Pierre et sa femme demouront leur vie durant sans rien payer »12. De même, en 1464, Jehan de La Mare et Mahieu sa femme donnent une maison et masure à Raoulin Fiquenel « par bon amour et pour les services qu’il leur a fait » ; l’acte précise que « les mariés pourront rester à l’hôtel mais ils doivent faire une chambre à leurs despens en laquelle ils demourront et jouirront leur vie durant »13.

  • 14 AMPA, CRV, 1496-1497, f° 34 : un prédicateur apprécié est aidé financièrement le temps de sa malad (...)

15Ces règlements, faits pour assurer les vieux jours, concernent des citadins qui ont un peu de bien. Les plus modestes, sans bien et sans famille, peuvent tomber dans le dénuement. Pourtant, il arrivait aussi que les villes interviennent ponctuellement pour soutenir telle ou telle personne, généralement parce que celle-ci s’était rendue utile à la ville à un moment donné14. Dans les comptes d’Harfleur, on relève un cas intéressant illustrant cet aspect :

  • 15 ADSM, 3 E 6 127, 1505, 32 et 33.

À Jehan Hon, naguères sergent d’Harfleur, 60 sous tournois donnés par charité pour lui aider à vivre et subvenir à ses nécessités à cause de son antiquité ; […] au même, 60 sous tournois, à cause de sa vieillesse et ancienneté, il a perdu la vue et n’est plus audit office, cette somme est donnée pour une robe de 3 ans en 3 ans et pour omosne, pitié et la nécessité que nous voyons en lui15.

16Ce sergent et homme à tout faire de la municipalité d’Harfleur – il doit surveiller des chantiers de construction, à acheter la pierre, à faire des annonces publiques, etc. – reçoit donc, de la ville qu’il a bien servie, une petite pension (de retraite ?).

Accidents corporels

  • 16 Voir Jacques-Louis Ménétra, Histoire de ma vie, 2e éd., Paris, Albin Michel, 1998. L’auteur, un vi (...)
  • 17 AMPA, CRV, 1490-1491, fos 22 et 29 : l’homme décède de ses blessures peu après.
  • 18 AMPA, CRV, 1528, f° 20.

17Les accidents corporels (blessures, fractures, coupures…) liés au travail étaient certainement assez fréquents au Moyen Âge, comme plus tard, aux XVIIe et XVIIIe siècles, où les conditions matérielles du travail étaient semblables16. Les sources en mentionnent quelques-uns : un féron se blesse en essayant de remettre en état de marche un des canons de la ville17 ; la remise en activité de canons, rarement utilisés hormis pour les entrées royales ou princières, provoque des accidents imprévus : en 1528, Guillaume Maugars, un des bourgeois de Pont-Audemer, reçoit « 13 livres 19 sous 2 deniers pour avoir rapareillé la poudre et fait tirer l’artillerie, en ce faisant il a été grandement inconvénienté de sa personne », mais il est impossible de savoir exactement ce qui s’est passé18. Les chantiers de construction sont aussi un lieu courant d’accidents du travail, mais il n’en est pratiquement pas question dans notre documentation.

  • 19 ADSM, 2 E 14 1138, 10 août 1461.
  • 20 AMPA, CRV, 1455-1481, PJ, no 53.
  • 21 AN, JJ 182, 51 : soule à Harfleur en 1453.

18Les rixes, notamment avec les soldats en garnison, les disputes de taverne et de jeu, les agressions causées par des voleurs ou brigands sont d’autres occasions d’accidents et de blessures, parfois mortelles. Ainsi, en 1461, à la suite d’une bagarre, les deux « combattants » établissent un acte devant notaire, stipulant que « l’agresseur » sera quitte s’il paie l’amende, les frais de justice et le médecin pour soigner sa victime19 ; en 1465, cinq hommes de guerre de la compagnie de monsieur de Breully « avaient eu naguères certains débats entre eux et certains habitants de la ville (Pont-Audemer) avaient été blessés »20. Ce qui constitue une des raisons pour lesquelles la plupart des petites villes craignent la venue de troupes en garnison et cherchent à se faire compter par les représentants du roi. Le goût vif pour certains jeux brutaux, comme la soule, ou dangereux, comme le tir à l’arc, était à l’origine d’accidents, au cours du jeu ou bien après le jeu, à l’occasion des commentaires, des invectives et des disputes entre les joueurs21.

Pénuries et disettes

  • 22 ADSM, 3 E 6 276, 1507-1521.

19Quelques rares épisodes de disette sont cités par nos sources. Fréquents et sévères au cours du premier XVe siècle, les épisodes de famine disparaissent durant les années 1450 à 1500. Il faut attendre le début du XVIe siècle pour que la région retrouve les drames que fait naître le manque général de vivres. Les solutions adoptées pour venir en aide aux populations sont traditionnelles. Ainsi, en 1507, Louis XII constate : « En ceste présente année [n’a] esté recueilly en notre pays et duchié de Normandie que petite quantité de blez et grains pour la substantiation et nourriture des habitans et subgetz ». Or des marchands « sous umbre d’aucuns congiez » ont « tiré hors de notre pays et royaume » des grains pourtant insuffisants, ce qui est au préjudice de « la chose publicque et des habitants ». C’est pourquoi, en demandant à ses baillis de Normandie de « faire cryer et puplier [ sic] à son de trompe et cry publicque », le roi interdit toute exportation de grains par mer22. Des mesures de contrôle du commerce des grains sont adoptées et proclamées dans les villes normandes, comme l’indique le document suivant :

  • 23 ADSM, 3 E 6 276, 1507-1521.

Ensuit la teneur du mandement de la court de l’Eschiquier de Normandie. Par la court L’on deffend à tous marchans, laboureulx et autres personnes de quelque estat ou condition qu’ilz soient qu’ilz vendent et achettent blez ne autres grains es maisons, greniers, granches, ne ailleurs que aux halles et marchez publicques acoustumés et de n’en achetter en plus avant qu’il leur enconvient pour leur provision seullement, Et enjoinct et commande la court à toutes personnes aians grains en granches ou grenier en porter ou faire porter ausdites halles et marchez publicques en manière que par deffaulte de ce faire il ne nen puisse ensuivre inconvénient […]23.

20Au début des années 1520, la région de Pont-Audemer et plus largement une partie de la Haute-Normandie actuelle connaissent un manque cruel de grains. De nouveau, François Ier rappelle les interdictions d’exporter les blés. La lettre qu’il envoie à Montivilliers et Harfleur décrit les méfaits de la hausse des prix céréaliers et de la spéculation qui accompagne celle-ci :

  • 24 ADSM, 3 E 6 276, 1507-1521.

Comme sur plusieurs plainctes quérimonies et remonstrances faictes par notre procureur général, et aussi par le procureur des estats de notre dit pays et autres notables personnages touchant les abuz commis et que commettent chascun jour plusieurs marchans de blez et autres grains, à cause de quoy y a eu si grande faulte, pénurie et indigence de blez et grains en notre ville de Rouen que le pauvre peuple en estoit tombé en très grande nécessité et a le blé esté vendu plus cher qu’il n’avoit esté depuis quarante ans, laquelle faulte l’on dit estre procédé à cause des congés qui s’en sont donnés, et que les menus marchans regratiers vont au devant les achater aux granges, et quant il y a blé en la halle l’achatent et le serrent pour le vendre plus cher […]24.

21Il établit un contrôle par les baillis sur les convois de grains conduits par les marchands vers certaines villes désignées par les autorités et qui en ont particulièrement besoin ; à cette date, ce sont, d’après ce texte, celles de Basse-Normandie qui sont très éprouvées. Le roi limite également les « congés » des marchands de blé à un an ; ces autorisations de commercer étaient accordées en temps ordinaire pour des durées plus longues. De même, le roi ordonne aux principaux monastères normands, producteurs de grains, de « réserver et garder la quarte partie des grains du revenu desdits monastères en essence jusqu’à la Saint-Jean Baptiste, soit que leurs grains soient baillés à ferme ou autrement ».

  • 25 AMPA, CRV, 1521, fos 39, 43, 56, 61.
  • 26 AMPA, CRV, 1521, f° 39.
  • 27 AMPA, CRV, 1525, f° 33.

22Dans les petites villes, les autorités municipales se lancent dans une recherche fébrile de vivres pour soulager les populations citadines25. Les principaux responsables de la ville, le receveur, le procureur des habitants, les échevins, quelques avocats, le contrôleur des deniers effectuent plusieurs déplacements pour trouver des vivres et les faire parvenir à Pont-Audemer. Jehan Ernoult, lieutenant du bailli en poste à Pont-Audemer, se rend dans diverses paroisses pour « visiter les granges et faire apporter des grains »26 ; on prend contact avec l’évêque de Lisieux « pour le fait des blés », on se rend à Caudebec, Beaumont-le-Roger, à Rouen « pour acheter des grains et les faire parvenir en cette ville », puis à Évreux « pour d’illec et des parties d’environ faire apporter blés et autres grains », enfin l’avocat Pierre d’Avrences « se rend à Jumièges devers l’abbé, affin de délivrer aux habitants de son blé de la grange de la haulle de Trouville pour subvenir à la [illisible] de cette ville » et aussi « à Beaumont-le-Roger devers Jaques Marieu pour semblable fin ». En ce temps de disette, les autorités urbaines se tournent vers les puissances d’Église : évêques de Lisieux, Rouen, Évreux, ou abbé de Jumièges, qui possèdent d’abondantes terres et des réserves de denrées ; les villes espèrent acheter (cher) des grains dans les principaux marchés au blé de la région. Quelles sont les quantités ainsi collectées et à quel prix ? Ces dépenses ne figurent pas dans ces comptes. En a-t-il résulté une mortalité sortant de l’ordinaire ? Notre documentation sur ce thème est très réduite. Les comptes de Pont-Audemer n’enregistrent que la grave pénurie alimentaire qui a prévalu cette année-là. La disette a tout au moins éprouvé économiquement les hommes et les communautés religieuses, obligeant à des dépenses imprévues, suscitant l’appauvrissement. En 1525 encore, les effets en sont sensibles et n’ont pas été oubliés : la ville de Pont-Audemer décide de procurer une aide financière au couvent des carmes local car il y a « sept ans ou environ que aucun don ne leur avait été fait et estoient en urgente nécessité à cause de la stérilité et famine »27. D’autres indications montrent que les difficultés sociales sont supérieures à la norme : le nombre des pauvres accueillis par l’hôtel-Dieu s’est accru et l’on a employé deux personnes pour s’occuper de ces gens :

À Nélaize veusve de feu Georget Allain et à Jacqueline veusve de Philippot Becquet, 100 sous tournois pour être distribués par lesdites veusves à la subvention et nourriture d’aucuns pauvres à présent demeurés mallades dedans la ville ; aux mêmes veusves 40 sous tournois pour la garde des pauvres […].

23Quelques autres indications tirées du même compte peuvent être rapprochées des précédentes. En cas de très bonne récolte, les prix baissent, les « fermes muables » aussi. Les fermiers qui perçoivent les taxes sur les marchandises se plaignent à la ville du mauvais rapport de celles-ci. Ces difficultés, liées à une surproduction, ont pu entraîner aussi l’appauvrissement d’une partie de la population.

24Notre connaissance de la conjoncture alimentaire de la Normandie au cours de cette année permet d’insister sur la force et la virulence de cette crise alimentaire. Guy Bois pointe que, dès lors, la région renoue avec la mortalité et que le boom démographique, qu’il entrevoit depuis 1450, est comme interrompu. À cette famine s’ajoute, il est vrai, la reprise de pestes récurrentes, affectant une aire très large.

Pestes et épidémies

  • 28 Guy Bois, Crise du féodalisme, Paris, Presses de la Fondation nationale des sciences politiques, 1 (...)

25Selon Guy Bois, les pestes de la deuxième moitié du XVe siècle ont été en Normandie orientale localisées et de faible intensité ; en raison de l’amélioration économique, les hommes sont mieux nourris et mieux armés pour résister aux « pestilences ». Les pestes du XVIe siècle ont été de « grandes mortalités », touchant toute une région et ponctionnant lourdement les populations28. Les mesures que prennent les autorités urbaines sont aussi le reflet de la virulence de la maladie (tab. 1).

26Les effets de ces épidémies sont quelquefois décrits. Les populations fuient vers d’autres villes ou bourgades de la région, comme l’indique un document d’Harfleur en 1496 :

  • 29 ADSM, Harfleur, 3 E 6 123, 2 et 3, 1496.

[…] en raison de la peste qui a eu cours en ladite ville et par espécial en la rue des Moulins […] et que grand nombre de gens de ladite ville s’estoient absentés et retirés aux villages d’icy environ29.

Tab. 1 – Liste des « pestes », épidémies, « mortalités » citées dans la documentationa

Pont-Audemer

Harfleur

Louviers

Montivilliers

-

-

1457

-

-

-

1467

-

1477

-

-

-

1479

-

-

-

1483

-

-

-

1484

-

-

-

1484

-

-

-

-

1494

-

-

-

1495

-

-

-

1496

-

-

1497

-

-

-

-

1502

-

-

-

1507

-

-

1511

-

-

-

1513

-

-

-

1517

-

-

-

-

1518

-

-

-

-

1521

-

1522

-

-

-

-

1532

-

1533

-

-

-

-

1541

-

-

-

1543

-

-

-

1563

-

-

1582

-

-

-

a. On peut remarquer qu’il existe des coïncidences chronologiques avec les périodes de peste qui ont touché d’autres régions. Le Centre-Ouest, étudié par Robert Favreau, connaît aussi de rudes « mortalités » en 1501-1502, 1515-1516. Voir Robert Favreau, « Épidémies à Poitiers et dans le Centre-Ouest à la fin du Moyen Âge », Bibliothèque de l’École des chartes, t. CXXV, 1967, p. 390.

  • 30 ADSM, 3 E 6 125, 1502, n° 23. De nombreux autres actes de 1502 mentionnent cette « peste ».

27Les villes se vident de façon très sensible. Le procureur des habitants d’Harfleur explique à la réunion des états de Normandie, en 1502, que, du fait de la peste qui sévit cette année-là, « la ville est comme dépopulée » et que les aides demandées par le roi ont été d’un faible rapport30.

  • 31 Les fossoyeurs : ADSM, Harfleur, 3 E 6 125, 18, 21 et 22 ; 3 E 6 125, 60, 1502 : deux fossoyeurs s (...)

28Les habitants de la ville meurent et les cimetières se remplissent ; la municipalité recrute, peut-être avec difficulté, des gardes-malades, des fossoyeurs et des ramasseurs de cadavres, ou bien encore des médecins, qui décèdent parfois31. En 1511, une « gardienne de l’hôtel-Dieu » de Pont-Audemer est payée 20 sous « affin que plus charitablement elle subvint aux mallades de peste étant en l’hôtel-Dieu ». Sa tâche de gardienne semble avoir été pour elle un emploi stable. Elle reçoit en 1511 une rétribution extraordinaire pour qu’elle continue à remplir son service correctement. Le problème est qu’elle pourrait être tentée par l’abandon sinon de son poste, du moins d’une partie des malades, ce que laisse penser cette expression de « plus charitablement ». En 1518, une certaine « Marion, femme de Pierre Gybert, demourant à l’hôtel-Dieu » travaille dans l’établissement ; peut-être est-ce la même personne ? Son mari est, lui aussi, quelquefois employé par la ville comme messager ou comme sergent. Elle remplit la même fonction de gardienne et organise l’enterrement des malades défunts.

29Les petites villes étudiées ont connu les mêmes affections que l’ensemble du monde médiéval. Les malheurs qui les touchent – la pauvreté généralement répandue, les difficultés de la vieillesse et des handicaps physiques, les accidents du travail – ne sont pas des réalités propres aux villes. Les campagnes les connaissent aussi. Il en va de même de la lèpre et des épidémies, mais il faut souligner l’acuité particulière de ces fléaux dans l’enceinte des villes, petites et grandes : la propagation des maladies y trouve un terreau favorable. Le cas des pénuries alimentaires est plus ambigu. La petite ville, qui tire ses ressources agricoles de sa périphérie cultivée, est bien dépendante et fragile, mais n’est-ce pas là que les ruraux affamés peuvent trouver quelque aliment en cas de crise frumentaire et un soulagement de leur malheur ?

30Ces calamités collectives ou individuelles ne sont pas nouvelles et accablent les villes depuis des siècles. Les autorités urbaines ont, depuis longtemps, mis au point et adopté des méthodes de soulagement, de soin, d’aide ou de guérison pour apporter réconfort et soutien aux miséreux et aux souffrants. Ces usages peuvent s’observer dans les petites villes normandes.

Pratiques d’assistance et équipement médical traditionnels

  • 32 Dr Jules Roger, Les Médecins normands, du XIIe au XIXe siècle, Paris, Steinheil, 1890.

31Au XVe siècle, dans la région de Rouen, et en particulier dans les petites villes, le savoir-faire et les équipements hérités des siècles passés continuent d’être utilisés pour soulager les hommes des épreuves de l’âge, de la maladie ou du malheur. La diffusion d’établissements charitables, maladreries, hôtels-Dieu, léproseries, s’est opérée dès la fin de l’Antiquité ; elle a connu un point culminant au XIIe siècle avec une floraison de fondations dans toute la Normandie. De même, les médecins ne sont pas inconnus dans la région et l’exercice de certains d’entre eux est attesté dans les villes normandes dès le XIIe siècle32. Les anciennes méthodes d’assistance se poursuivent au cours des XVe et XVIe siècles, unissant les secours de la religion à ceux, émergents, de la chirurgie et de la médecine.

Une action charitable des villes

32Dans les comptabilités urbaines, il n’est pas rare de rencontrer des dépenses destinées à aider des particuliers. Certains citadins ont pu bénéficier d’une sorte d’action sociale et d’un soutien financier. Les dirigeants des villes aident ponctuellement telle personne qui présente pour elle un intérêt ou avec laquelle elle garde un lien. Ainsi, en 1518, année de peste, Harfleur vient en aide à de pauvres fossoyeurs, main d’œuvre indispensable et difficile à trouver par temps d’épidémie :

  • 33 ADSM, 3 E 6, 131, 1515-1525, 21.

À Robert Bourel et son compagnon, 30 sous tournois, pour les aider à vivre et passer les festes de Noël au regard de leur pauvreté33.

  • 34 ADSM, 3 E 6 125, 1502.

33De même, en 1502 Chimonnet Cardouyn, « fosséeur » à Harfleur, est payé 7 sous 6 deniers « pour l’amour de Dieu pour subvenir à lui aider à vivre pour ce qu’il est gisant malade au lit longtemps a »34.

  • 35 ADSM, 3 E 6 130, 1509, 17.

34Le sergent Jehan de Lisle dit Hon, de la ville d’Harfleur, a reçu, vers 1500, une sorte de pension. Ce cas n’est pas isolé : les villes assistent quelquefois leurs anciens officiers et membres du personnel. Cet ancien sergent bénéficie d’une sorte de rente qui lui assure un revenu certainement modeste mais régulier. Les comptes postérieurs montrent que cette somme de 60 sous a été versée pendant plusieurs années. La ville a prolongé une dépense qu’elle pratiquait du temps où le sergent était en exercice : il recevait une livrée neuve tous les trois ans. En 1509, Jehan de Lisle dit Hon décède ; ses héritiers reçoivent encore 50 sous qui restaient dus au défunt35.

35Dans tous ces cas, un bienfait, une aide viennent en réponse à un geste semblable, fait individuellement et occasionnellement. Ce qui est fort différent de la prise de conscience que la pauvreté est un problème social urbain à soulager sinon à résoudre. Pourtant, cette évolution se manifeste à Harfleur vers le milieu du XVIe siècle.

  • 36 ADSM, 3 E 6 150 : une petite cédule illustre ce point : « Jehan Duval, naguères administrateur des (...)

36La ville d’Harfleur a institué une pratique de solidarité envers les pauvres de la ville. Les habitants doivent payer un certain montant d’aumône, vraisemblablement en fonction de leur situation sociale, qui est levé par quartier et par semaine. Des responsables sont désignés pour « cueillir » chaque semaine ces dons auprès des habitants, l’un d’entre eux, « élu par les bourgeois de la ville », tient le compte de ces recettes. La façon dont il est désigné fluctue quelque peu : « commis à l’entremise des pauvres de la ville », « trésorier des pauvres », « administrateur des pauvres ». Les hommes choisis pour cette tâche ne nous sont pas bien connus : l’un est marchand, plusieurs sont écuyers. Ils font partie de l’élite qui dirige la ville. Les bourgeois et les officiers de la ville (procureur, élus…) ont une part d’initiative dans la distribution de ces deniers36.

  • 37 ADSM, 3 E 6 150, 1538-1544.
  • 38 ADSM, 3 E 6 150, compte 1535 : « Item en la boete assise devant la halle dont Jacques Esnale a la (...)

37Des comptes des recettes et dépenses nous sont parvenus qui, datant des années 1535 à 1544 environ, permettent de connaître ce dispositif d’aide sociale37. Les collectes, décidées et contrôlées par les représentants du bailli, sont faites par des bourgeois, quelques écuyers, des prêtres aussi. Il semble que des sortes de « troncs », appelés « bouettes », aient été placées sur certains parcours ou lieux de passage très fréquentés : dans des églises, chez des particuliers, devant la halle38. L’argent ainsi collecté représente un montant variable : en janvier 1535, les recettes hebdomadaires varient de 6 à 9 livres environ ; en février, elles oscillent entre 4 et 7 livres. Les sommes reçues sont réparties chaque semaine, elles s’élèvent de 7 à 11 livres selon les cas ; le montant global est de 154 livres 19 sous 8 deniers pour 24 semaines en 1537, 88 livres 16 sous 2 deniers pour 12 semaines en 1537, de 82 livres 16 sous 2 deniers pour 13 semaines en 1539 ; cet argent sert à payer la fabrication des boîtes (10 sous pour 6 boîtes), il est en partie distribué (directement ?) aux pauvres, il est donné à certaines personnes dans le besoin, par exemple :

[…] à la femme de Jacques Varin, mareschal qui est en couche en nécessité, 3 s. 4 d. ; […] item baillé à Charlotte Maille qui a esté mallade à l’ospital 2 s. 6 d. pour se fère porter à Lislebonne chez ses amys ; […]. Item a esté donné à […] mallade de la pierre la somme de 30 s. pour paier le cirurgien qui la taillé ; item a esté envoyé à la femme de Jacquet Varin, mallade en son lict en indigence selon le rapport du vicaire 2 s. ; […] à la femme du bastard Thiboutot qui nourrist l’enfant trouvé au camp Fleury environ Pasques, 5 s.

  • 39 ADSM, 3 E 6 150 : compte de Raoullin Quemin, 1540 : quelques quittances indiquent les dépenses de (...)

38Une part de cet argent peut être utilisée en cas de peste, une autre part sert à nourrir les malades39, une autre encore est donnée à l’hôpital d’Harfleur.

39Ces éléments démontrent l’implication des directions municipales dans la recherche de solutions pour atténuer les problèmes sociaux des villes. Un embryon d’administration sanitaire et sociale apparaît ainsi.

Hôtels-Dieu, maladreries, léproseries

  • 40 Quelques documents du XVIe siècle dans ADSM, 111 HP 1.

40L’assistance aux pauvres prend souvent en ville la forme classique de l’hôpital. Il existe généralement, dans chaque petite ville normande, à la fin du Moyen Âge, deux ou trois établissements hospitaliers. Harfleur possède un hôtel-Dieu, ainsi que Pont-Audemer, Neufchâtel et Louviers, mais aussi Petit-Andely, Gournay, Bernay, Étrépagny, Foucarmont, Elbeuf, Vernon ; des villes plus importantes, Gisors, Caudebec, Évreux, Rouen en possèdent aussi. Des léproseries restent actives à Pont-Audemer (Saint-Gilles), Louviers (Saint-Hildevert), Neufchâtel (maladrerie de Saint-Pierre), Montivilliers (Saint-Gilles-hors-les-murs)40, Gournay.

  • 41 Françoise Bériac, Histoire des lépreux au Moyen Âge : une société d’exclus, Paris, Imago, 1988, p. (...)
  • 42 Cas de la léproserie de Falaise, citée par Damien Jeanne, « Le groupe des lépreux à Saint-Lazare d (...)

41Ces institutions n’ont pas, dès leur origine, au XIIe siècle, la même vocation. Les léproseries, apparues les premières, comme à Pont-Audemer, ont pour fonction d’accueillir les lépreux et se sont toujours installées à l’extérieur de l’enceinte urbaine, séparant les malades de la population saine. Cette maladie endémique sévit vers la fin du Moyen Âge avec moins d’intensité41, mais n’en reste pas moins présente dans la société urbaine. Les règlements urbains et les injonctions de l’Église recommandent le contrôle des lépreux. Les établissements accueillent donc encore au XVe siècle des malades, peut-être en nombre moindre qu’autrefois. À la maladrerie du Valdes-Glands, à Eu, le compte de 1477 signale la présence d’une femme lépreuse, la seule semble-t-il ; ailleurs, se manifeste également la réduction du nombre des lépreux42.

  • 43 ADSM, 106 HP 1, hôpital Sainte-Anne d’Eu, compte 1477-1478, maladrerie du Val-des-Glands.

42Les lépreux forment une fraternité et sont désignés comme frères et sœurs : à Eu, Jehanne Le Blanc « a été présente aux messes comme sœur de l’ostel », elle reçoit 5 sous, autant que les clercs qui ont assisté le chapelain durant l’année au cours de ses services religieux. Les malades recevaient généralement une pension en argent et en grain, qui versée en plusieurs termes, permettait de survivre : le compte de la maladrerie d’Eu précise ce qui a été payé pour l’alimentation de Jehanne Le Blanc : « Item à la dite Jehanne, ladresse, estant oudit hostel pour son vivre de cest an par l’ordonnance a lui faicte par messire maire et eschevinz, 8 livres t. » ; elle reçoit aussi 6 mines de blé, 2 boisseaux de pois, 2 boisseaux de sel43. À Fécamp, les lépreux accueillis dans la léproserie de Saint-Martin avaient droit aux restes des repas des moines de l’abbaye de Fécamp « tant de chair que de poisson » et dans une mesure soigneusement précisée ; certaines fêtes étaient l’occasion de distributions de « pitances, gasteaux, potages, saulces et autres honestetés », mais ces usages anciens sont tombés en désuétude au XVIe siècle et cela est remplacé par une somme d’argent (30 livres par lépreux, soit 360 livres pour douze lépreux). Cette solution satisfait tout le monde car les distributions, explique cet acte, donnaient lieu à de désagréables contestations :

  • 44 ADSM, 107 HP 3 : léproserie de Saint-Martin de Fécamp, arrêt du parlement, 5 novembre 1549.

Car remettant les anciennes portions que soulloient avoir lesdits religieux desquelles lesdits lépreux avaient des reliefs la dépense augmenteroit de plus des troys parts, Et avec ce, lesdits lépreux ne cessoient lorsqu’ils avoient lesdits reliefs et portions des doms molester et infester lesdits religieux leur impropérant et exclamant contre eulx qu’ils usurpoient de leurs portions voulans entendre le nombre des absentz religieux, lesquelz soustenoient leurs portions leur être deue. Et de cela en faisoient grandes exclamations et quérimonies par le marché et lieux publicques de la ville de Fécamp44.

43Les hôtels-Dieu, destinés à recevoir les pauvres de toutes sortes, également créés au XIIe siècle, ont été généralement installés au centre des villes, sur une artère majeure ou un point de passage important. Leur raison d’être était d’offrir un hébergement aux éventuels pèlerins, mais surtout de fixer les errants et les pauvres : miséreux, mendiants, veuves, orphelins, femmes seules chargées d’enfants, vieillards. Soit une population de « misérables, cancres, hères et pauvres diables dont la condition est de mourir de faim », et aussi de souffrir de diverses maladies.

44La charité des hôpitaux médiévaux, même si la maigre documentation qui subsiste ne nous renseigne que très mal sur cet aspect de leur fonctionnement, consistait à loger, réchauffer, nourrir, prendre soin et réconforter le mieux possible les « pauvres malades ». Un texte harfleurais montre que la ville aide financièrement une garde-malade de l’hôtel-Dieu et décrit en quoi consistait la prise en charge d’un enfant abandonné :

  • 45 ADSM, 3 E 6 124, 17, 1495.

À Jehanne Becquet, gardiane des mallades de l’hôtel-Dieu de Harfleur, 9 livres, pour subvenir à aucune partie de la nourriture et entretènement d’un jeune fils nommé Mahiet agé de 8 ans ou environ, lequel enfant avait été trouvé sur un lit audit hôpital et ne sait l’on qui l’y avait mis ne qui estoient son père et mère et après qu’il eust été baptisé demoura en la garde de ladite femme qui l’a nourri et [?] depuis sa naissance jusqu’à présent […]45.

45Les gestionnaires de ces établissements se préoccupaient d’entretenir les bâtiments et les chambres, de faire rentrer les redevances des tenanciers des terres de l’hôtel-Dieu, de remplir ainsi les réserves de grains, de fruits, de bois, de vin, de cidre et autres denrées indispensables à l’assistance des pauvres.

  • 46 ADSM, 111 HP 1 : hôtel-Dieu de Montivilliers, compte 1478-1479.
  • 47 À Pont-Audemer, vers 1480-1490, le prieur de l’hôtel-Dieu, Nicolle de Fréville, déploie une grande (...)
  • 48 Un cas de prêt de l’hôtel-Dieu de Neufchâtel : ADSM, 2 E 14 1139, acte du 7 septembre 1482.

46La majeure partie des documents conservés pour les hôtels-Dieu est liée à la gestion des biens temporels. Le traitement des pauvres, à l’inverse, reste très mal connu, de même que la nature exacte des personnes accueillies. Budgets de fonctionnement, structures administratives et membres du personnel apparaissent mieux que les malades et les pauvres. Les documents montrent clairement les difficultés matérielles de ces établissements au lendemain de la guerre de Cent Ans. Ainsi, à l’hôtel-Dieu de Montivilliers, qui dépendait de l’abbaye de cette ville, en 1478-1479, sur 67 biens fieffés, dont les rentes alimentaient le budget de l’hôpital, 50 biens ne rapportent rien cette année-là pour diverses raisons46. Dans les paroisses qui forment la ville (Saint-Sauveur, Sainte-Croix, Saint-Germain), nombreux sont les maisons et terrains, jardins et terres qui sont en non-valoir ou bien dont l’emplacement est oublié. L’essentiel de ces biens sont localisés dans les paroisses urbaines et dans l’immédiate périphérie de Montivilliers dépendant de ces paroisses. C’est dire l’état de délabrement de l’économie locale et les difficultés que les administrateurs d’hôpitaux ont eues pour relancer le fonctionnement ordinaire de leur établissement. Ces derniers ont su faire preuve d’énergie comme à Pont-Audemer notamment47. À Montivilliers, diverses solutions sont adoptées pour recueillir quelque argent : une ou deux rentes sont diminuées pour cinq ans ; une rente est transformée en fermage ; les biens loués trouvent plus facilement preneur et rapportent un peu. Des méthodes semblables sont appliquées à l’hôtel-Dieu de Pont-Audemer vers 1480. Lorsqu’un établissement avait retrouvé un équilibre financier, il faisait fructifier ses propriétés en les louant ou baillant à rente, de telle sorte que tous les biens puissent rapporter ; il « plaçait » de l’argent sous forme d’achat de rentes rachetables : il jouait donc le rôle d’un prêteur, d’un organisme financier auprès des citadins recherchant des liquidités48.

  • 49 Les desservants à Neufchâtel : les actes notariés les citent parfois par l’expression « les religi (...)
  • 50 ADSM, 111 HP 1, hôtel-Dieu de Montivilliers, compte, 1563 (environ).

47Les équipes administratives et le personnel apparaissent en partie dans la documentation. Ces établissements sont dirigés par un prieur et administrateur clerc (Pont-Audemer, Neufchâtel), plus rarement par un administrateur laïc (Louviers, Gournay, Elbeuf ?), et desservis par un personnel mal connu, des frères vivant en communauté, qui ont pu être des religieux véritables ou des laïcs vivant religieusement. À l’hôpital de Neufchâtel, leur nombre ne dépasse pas quatre ou cinq personnes49. L’hôpital de Montivilliers, qui dépend de l’abbaye bénédictine de Montivilliers, a pour responsable l’aumônière de l’abbaye. Celle-ci est secondée par un « sénéchal » et un sergent. À la fin du XVIe siècle, cet établissement emploiera un prieur clerc, payé 10 livres par an, et un gardien, laïc, payé aussi 10 livres50.

  • 51 ADSM, 107 HP 9, hôtel-Dieu de Fécamp, compte 1491 et 1492.
  • 52 AMPA, HD, PF 27, chap. i, inventaire de 1555.
  • 53 ADSM, 105 HP 1, hôtel-Dieu d’Elbeuf, compte 1597-1599.
  • 54 ADSM, 107 HP 9, hôtel-Dieu de Fécamp, compte 1491,1492 et 1495.

48Il ne semble pas y avoir, dans les hôtels-Dieu, de personnel médical attitré. Il est appelé en fonction des besoins. Comme ces établissements connaissent des difficultés avec leurs tenanciers qui, parfois, ne paient pas leurs rentes, il en résulte de nombreux procès, ce qui entraîne l’emploi d’un avocat. À Fécamp également, l’hôpital mène d’assez nombreux procès relatifs à son temporel : en 1491, deux avocats reçoivent chacun 15 sous de gages annuels, l’année suivante, ils sont trois à recevoir la même somme ; les pages de dépenses concernant les procès sont nombreuses51. Des gardes-malades sont aussi employés pour s’occuper des « pauvres » et des malades. Ainsi, en 1478, à Montivilliers, on paie : « À Rogerine Mauxel, garde dudit hospital pour sa paine et sallaire d’avoir garder et servy les poures pour ung an comenchant à la sainte Croix 1478 aux gages de 60 sous par an, Pour ce 60 s. » Cette gardienne semble être laïque et donc employée par contrat en fonction des besoins. Ailleurs, les gardiens sont souvent des hommes, plus rarement un couple. À Fécamp, en 1535, le compte mentionne « Guillaume Millot, gardian du dorteur des poures » qui reçoit 60 sous pour un an ; à Pont-Audemer, en 1555, un document montre que le prieur de ce temps-là, qui vraisemblablement ne compte pas résider (il a une cure dans un village voisin), choisit un gardien pour gérer l’établissement pendant son absence et établit un inventaire des biens au moment de l’entrée en fonction du gardien ; cet inventaire nous apprend que le gardien est employé pour six ans, qu’il dort à l’hôtel-Dieu, dans une chambre particulière, attenante à la « salle des pauvres » et qu’il recevra 40 livres (!) par an52 ; à Elbeuf, le compte de 1597-1599 décrit le service de Charles Léger, « gardien et concierge de l’hôtel-Dieu », qui reçoit 10 livres par an, qui est chargé des achats de paille pour les lits des pauvres, des achats de toiles pour ensevelir les défunts, du creusement des fosses dans le cimetière pour inhumer les pauvres décédés53. Certains hôpitaux emploient un personnel de ménage et d’entretien des salles : à Fécamp, une chambrière, Guillemine, est employée à l’année et payée 6 livres par an, ce qui est beaucoup ; une autre chambrière, Jehanne, « la chambrière des poures », lui succédera en 1495 et recevra la même somme54. Leur activité s’étend probablement aux « soins » conférés aux « patients » des hôpitaux.

  • 55 Jean-Pierre Gutton, « La mise en place du personnel soignant dans les hôpitaux français », Société (...)

49Une pareille organisation (un administrateur, un gardien et un ou plusieurs domestiques, pas de médecin attaché à l’hôtel-Dieu, pas de communauté de desservants) est, à cette époque, caractéristique des petits établissements55 qui se rencontraient généralement dans les petites villes.

  • 56 ADSM, 107 HP 1, hôtel-Dieu de Fécamp, compte 1489.

50Les quelques traces de comptabilité conservées permettent de connaître l’emploi de l’argent dont disposaient les hôpitaux. Une partie de leurs dépenses annuelles concerne l’amélioration et la réfection des bâtiments destinés à l’accueil des pauvres. Ceux-ci sont généralement réunis en une salle commune ou dortoir : en 1478, à Montivilliers, la toiture du « dortoir l’estable aux pauvres » (sic) est rénovée ; à Fécamp, en 1489, la salle (dortoir ?) possède une cheminée dont on rénove l’âtre avec de l’argile et des tuileaux ; à Pont-Audemer, en 1555 est également mentionnée une « salle des pauvres ». À Montivilliers, en 1478, les réparations concernent d’autres parties de l’hôpital : un maçon a « reffait la cheminée des religieux audit hospital », un autre a « fait une dalle, reffait et restabli le pié du mur en plusieurs endroits » ; à Fécamp, l’allée qui mène à la chapelle est pavée en « gal de mer », galets que des maçons vont recueillir et tailler au pied des falaises ; cet hôtel-Dieu, comme certainement les autres, possède des dépendances : cellier, étable aux chevaux56.

  • 57 ADSM, 107 HP 1, hôtel-Dieu de Fécamp, compte 1489.
  • 58 ADSM, 107 HP 9, hôtel-Dieu de Fécamp, compte 1478.

51L’aspect architectural et la disposition spatiale des hôpitaux est difficile à connaître. Un compte de l’hôpital de Montivilliers, un peu tardif puisqu’il date de 1563 (au moins), fournit de nombreuses précisions sur les bâtiments et les réparations qui sont faites à la fin du XVIe siècle. L’hôpital a un jardin, avec des arbres fruitiers (pommiers et poiriers entés cette année-là), un puits, une allée des pauvres, une chapelle, un cimetière des pauvres. Jardin aussi à Fécamp, planté de rosiers, entretenu par des jardiniers57. Cimetière également à Fécamp comme une dépense (parlante) l’indique : « Item paié pour le fust d’une bèche pour la ferrer pour faire les fosses pour enfouyr les pauvres »58 ; dans un compte ultérieur (1492), quelques indications supplémentaires sont données :

  • 59 ADSM, 107 HP 9, hôtel-Dieu de Fécamp, compte 1492.

Item payé pour avoir fait porter deux poures et fait faire les fosses au chemitière de saint Nicolas lesquieux sont trespassés en l’an de ce présent compte au dortoir dudit hôpital, 5 sous ; item payé pour avoir fait porter sept autres poures et fait faire leurs fosses desrière ladite chappelle dudit hôpital lesquieux sont trespassés audit dortoir, 11 s. 9 d.59.

  • 60 ADSM, 107 HP 9, hôtel-Dieu de Fécamp, compte 1535.

52Un compte postérieur, datant de 1535, précise que les bâtiments de l’hôpital sont proches d’une rivière et d’un vivier, accessible par la « grande porte », que le bâtiment principal (?) comprend une « salle sur la rue », « un degré par où on monte aux chambres », que c’est donc un édifice à étage, qu’il comprend aussi « un sollier de la chambre de dessus la rivière près la cuisine en haut et le sollier de la chambre de dessus le vivyer »60. Le personnel permanent semble avoir des logements séparés : la « cheminée des religieux » a été réparée à Montivilliers, ce qui sous-entend qu’une salle leur était réservée ; la chambrière semble disposer d’une pièce :

  • 61 ADSM, 107 HP 1, hôtel-Dieu de Fécamp, compte 1489.

« À Guillaume Deslondes […] pour avoir abillé ung huys à la basse chambre où se tient la chambrière, pour ce 2 s. »61.

53Ces édifices sont souvent bâtis en torchis, avec quelques parties en pierre. Il semble que les couvertures (de tuile) et les murs (de terre) souffrent et s’abîment ; ils sont fréquemment refaits et réparés.

54Malgré les lacunes des sources, les bâtiments et les personnes sont mieux connus que l’assistance proprement dite. Les soins dont les pauvres bénéficiaient dans ces hôpitaux ne sont que très rarement décrits. Un compte de l’hôtel-Dieu de Fécamp, datant des années 1490, donne quelques menues indications :

Item payé par le receveur pour boys tant pour faire la lessive aux draps des poures que pour bailler ausdits poures quant ils ont esté mallades pour les chauffer […] pour ce 45 s..

  • 62 Georges Vigarello, Le Propre et le Sale, Paris, Seuil, 1985.

55Fournir de la chaleur, dans un lieu couvert, du linge et des draps propres sont des éléments de confort appréciables qu’offrent les hôpitaux médiévaux aux nécessiteux qui n’ont pas les moyens de se loger. L’hygiène corporelle passait moins par le lavage du corps que par la propreté des vêtements et des tissus qui touchent le corps. Ce point, remarqué dans les pratiques princières par Georges Vigarello et perceptible ici, paraît donc être très général dans la société médiévale62.

56Un autre compte de 1563, décrit les formes de l’assistance aux pauvres pratiquées dans cet établissement, certainement conformes à celles qui ont existé dans les décennies ou siècles précédents. L’hôpital accueille un petit nombre de pauvres stables (huit à dix environ), qui doivent être logés et nourris ; l’hôtel-Dieu de Pont-Audemer pouvait accueillir un nombre assez comparable ; fin XVIe siècle, l’hôtel-Dieu d’Elbeuf accueille également entre 10 et 15 pauvres. Une capacité de 10 à 20 lits paraît être la norme pour les villes modestes. L’hôpital d’Évreux a une capacité d’accueil plus grande, comme celui de Rouen, qui comptait 80 lits vers le milieu du XVIe siècle.

57Pour leur entretien, la dépense, à Montivilliers, s’élève à 2 sous par semaine et par personne. Il y a parmi eux quelques veuves (cinq sur huit pauvres en tout), parfois avec enfant, des hommes également. Un certain Fourmilly, un garde-malade, s’occupe de Richard Rouet, un orphelin ; une femme, la veuve Grégoire, fait de même pour une orpheline, la sœur de Richard Rouet. Certains d’entre eux disparaissent du compte, soit parce qu’ils décèdent, soit parce qu’ils ont trouvé un moyen d’existence ; l’orpheline a été « adoptée » par un nommé Jehan Le Clerc qui a promis de la nourrir, son frère reste à l’hôpital. À Elbeuf, vers 1597, les assistés sont principalement des pauvres hommes et des veuves, dont une part notable décède au cours de l’année.

  • 63 Annie Saunier, Le « Pauvre Malade » dans le cadre hospitalier médiéval. France du Nord, 1300-1500, (...)

58L’hôpital de Montivilliers aide aussi, en 1563, les pauvres de passage : « pour 2 paoures passans, 12 d. », « pour la nourriture d’un poure cordelier, 5 sous », « a 2 poures passans de Gascoigne l’un escripvain, l’autre appotiquaire, 20 d. », « a 2 autres soldars ayans perdus chascun un bras, 12 d. », « a 2 poures soldars venant d’Ardre, 10 d. », « a 5 maronnyers [marins] passans, 12 d. », « a 1 poure insensé, 6 d. ». Il y a aussi des distributions de nourriture ou d’argent à l’entrée de l’hôpital : « a plusieurs poures étant au portail, 18 d. », « le jour de Noël a été distribué au portail de l’église, 2 s. 1 d. ». Ce qui surprend un peu, car le Moyen Âge se méfie des errants et des mendiants. Les statuts d’hôpitaux prévoient généralement que ces sortes de populations seront refusées. La raison en était que certains pauvres étaient soupçonnés de « profiter » des avantages ainsi offerts, de vivoter de l’aide publique en ponctionnant le budget des hôpitaux et des villes et en rendant plus difficile la prise en charge des nécessiteux véritables63. À Rouen, le bureau de la police des pauvres valides établit une distinction entre les « bons pauvres », impotents, orphelins, vieillards, qui ne sont pas responsables de leur état, et les « mauvais pauvres », vivant volontairement dans l’oisiveté, dans la mendicité ou aux marges de la délinquance. C’est le sens qu’il faut donner au droit de regard des autorités municipales sur l’introduction des pauvres dans les établissements hospitaliers. L’accueil relativement large fait aux « passans » à Montivilliers au cours du XVIe siècle semble indiquer qu’il n’y ait pas eu d’exagération de leur part et que l’exigence et la capacité de « charité » dépassaient la force de la méfiance et du soupçon.

  • 64 Ibid., p. 193.

59Les hôpitaux accueillaient aussi les femmes ou filles seules attendant un enfant. En 1563, une femme enceinte vient accoucher à l’hôtel-Dieu de Montivilliers et y séjourne deux semaines. Il est à noter que la réfection des cheminées et les dépenses de chauffage citées plus haut peuvent être liées aux accouchements. Cependant, la documentation ne signale pas de salle ou d’équipements servant à l’accueil des femmes enceintes64.

60L’hôpital de Fécamp, outre la nourriture et le couchage en dortoir qui sont offerts aux pauvres, dispose aussi de matériel pour faire la lessive :

  • 65 ADSM, 107 HP 9, hôtel-Dieu de Fécamp, compte 1492 et 1495.

[…] pour ung millier et demi de boys à chauffer pour faire la lessive aux poures […], 71 s. 3 d. », « item payé à un maréchal pour avoir fait refaire l’anel et la lievre (?) de la grande chaudière en quoy l’on fait la lessive aux poures », « item pour un pouchon (?) à faire une cuve à faire la lessive aux poures et pour la faire abiller, 7 s.65.

  • 66 ADSM, 107 HP 9, hôtel-Dieu de Fécamp, compte 1478.

61Tous ces établissements viennent donc en aide aux nécessiteux des villes que la vie accable, estropiés, débiles mentaux, vieillards, femmes seules, orphelins. Les vrais malades sont rares : un seul d’entre eux est signalé, à Montivilliers en 1563, pendant une semaine, sans qu’il bénéficie de l’intervention du médecin ou du barbier. De même, à Fécamp, en 1478, l’hôpital local se consacre aux pauvres, sans aucune précision supplémentaire66.

  • 67 ADSM, 107 HP 1, hôtel-Dieu de Fécamp, compte 1489.
  • 68 ADSM, 107 HP 1, hôtel-Dieu de Fécamp, compte 1493 : huit paires de draps de chanvre neufs achetés (...)
  • 69 ADSM, 107 HP 9, hôtel-Dieu de Fécamp, compte 1478.
  • 70 ADSM, 107 HP 1, hôtel-Dieu de Fécamp, compte 1489.

62Quelques indications, moins laconiques que de coutume, sont données dans le compte de l’hôpital de Montivilliers qui renseigne sur l’équipement matériel servant à l’accueil des pauvres. Il consiste en vaisselle : la vieille vaisselle d’étain est remplacé par de la vaisselle d’étain neuve, c’est-à-dire « 1 pot, 1 chopine, 1 demi art, 6 plats, 2 escuelles à aureilles avec 6 assiettes, une paile de fer à frire »67. Il consiste en literie : « une pièce de toile d’estouppe contenant 18 aulnes et demi pour faire 3 paires de draps de lict à 5 s. 6 d. l’aulne », « 8 couvertures à lict dont il y en a qui coustent 30 sols pièce et les 6 autres 25 sols » ont été achetées. À Fécamp, les draps des pauvres sont de chanvre68, les lits sont fourrés de paille : « pour 203 quarterons d’estrain pour mettre aux litz des poures et aussi pour faire la lityère des chevaux de monseigneur quand il vient audit hôpital »69 ; on achète aussi des nappes de lin et de chanvre, et une « paile de fer à frire »70.

63Malgré l’effort fait pour l’entretien et l’accueil des pauvres, il semble que les hôpitaux soient, comme le montrent les comptes de Fécamp, des mouroirs : sept pauvres meurent en 1492 et neuf en 1495. Fin XVIe siècle (vers 1563), Montivilliers ne compte qu’un seul décès en une année ; à Elbeuf, à la fin du XVIe siècle, le nombre des inhumations est assez élevé par rapport au nombre des pauvres accueillis.

  • 71 ADSM, 106 HP 1 : hôpital Sainte-Anne d’Eu, acte du 9 septembre 1476 ; la maladrerie du Val-des-Gla (...)
  • 72 ADSM, 105 HP 1, compte 1599.

64Une ville est généralement très liée à son hôtel-Dieu. Leurs relations sont abondamment illustrées par de multiples sources qui montrent la variété des liens qui les unissent. Les conseils de ville étaient généralement impliqués dans la direction des hôpitaux et, du moins, exerçaient un contrôle sur le fonctionnement et la gestion des biens. À Caudebec, en 1538, la décision de créer une maison pour pestiférés est prise et « délibéré [e] en assemblée et congrégation faicte ce jourd’huy en la maison de ville dudit Caudebec » ; l’acte de fondation est signé par les 106 personnes présentes ; à Eu, par exemple, le maire et les échevins sont dits « ayans la garde et administration de la maladrerie du val des Glands »71, « messieurs maire et eschevins de la ville d’Eu lesquelz en ont le gouvernement des rentez et revenues » ; c’est également la municipalité qui décide l’octroi d’une pension à la lépreuse Jehanne Le Blanc en 1477. À Elbeuf, à la fin du XVIe siècle, la décision d’aider « plusieurs pauvres gens vallides » par le don de 20 écus soleil « pour subvenir à leurs nécessités » est faite « en la présence de plusieurs bourgeois d’Elbeuf »72. Le compte de 1563 de l’hôpital de Montivilliers est très éclairant à cet égard. Il montre l’intervention d’hommes influents, membres du conseil de la ville et qui insistent pour que certaines personnes soient assistées par l’hôtel-Dieu : ainsi « la veuve Marette par le commandement d’aulcuns bourgois » reçoit 12 deniers ; à l’occasion d’une peste la ville octroie une aide exceptionnelle pour l’hôtel-Dieu : « item par délibération et ordonnance des habitans de Montivilliers a esté baillé la somme de 100 sols tournois pour subvenir aux pestiférés ». L’intervention des bourgeois s’inscrit dans le contexte de la morale chrétienne, qui engage à l’exercice de la charité par l’aide aux pauvres ; elle s’explique par la saine gestion des moyens, qui impose de « cibler » l’aide et de porter secours aux personnes qui en ont réellement besoin ; elle est liée aussi à une nécessité sociale : en atténuant les misères injustes dont les populations les plus vulnérables sont affligées, les édiles locaux œuvrent pour maintenir une certaine « paix sociale » dans leur ville.

  • 73 ADSM, 105 HP 1, compte 1597.

65Les autorités municipales (procureur de la ville, conseillers, bourgeois) pèsent sur le choix du personnel de direction. La désignation d’un responsable était souvent source de compétition, de litiges et de procès. Si les prieurs et administrateurs étaient souvent des clercs, ce n’était pas une règle absolue : en 1517, à Pont-Audemer, Guillaume Dufay, un laïc, qui a été avocat de l’hôpital et qui est écuyer, est nommé prieur, alors que jusque-là, les directeurs de cet établissement ont toujours été des clercs ; peut-être faut-il y voir une des conséquences de la peste qui a sévi cette année-là ; en 1569, l’hôtel-Dieu de Gournay est dirigé par deux administrateurs laïcs, bourgeois de Gournay ; à Elbeuf, en 1597, l’administrateur est Marguerin Dubosc, bourgeois demeurant à Saint-Jehan d’Elbeuf73. Sa tâche était principalement de gérer les finances, dépenses et revenus de l’établissement, il n’intervenait pas dans l’assistance religieuse et spirituelle. Cependant, il intercède en faveur de tel ou tel « pauvre » qui avait besoin d’aide :

  • 74 ADSM, 105 HP 1, compte 1599.

Item ledit Dubosc employe en mise la somme de 30 sous pour les subventions par lui quises par l’espace de 15 jours à ung pauvre enffant nommé le Barbillon qui avoit esté trouvé pensant [?] mallade à la rue de ce lieu […]. La somme de 68 sous que ledit Dubosc avoit délivré à un surnommé Tallebot pauvre homme pour subvenir pendant sa malladie74.

66Il semble, dans ces deux cas, que la décision d’intervenir ait relevé de l’administrateur Dubosc.

67Le choix des tenanciers et la gestion des terres intéressaient fortement les élites municipales. La concession en « fieffe » de terres et de maisons s’effectuait par « avis et conseil » des bourgeois de la ville, de même que l’enregistrement des dons, les achats et les ventes étaient faits avec accord et acceptation des représentants de la ville : les concessions de terres en fieffe à Pont-Audemer entre 1480 et 1490, sont faites en présence d’une assemblée restreinte des bourgeois de la ville, regroupant selon les cas entre dix et vingt personnes. Ces hommes nous sont à peu près connus, ce sont les personnages d’influence, avocats, marchands, taverniers, tanneurs, prêtres.

  • 75 AMPA, Hôtel-Dieu (HD) : Guillaume Dufay, PF 8, chap. viii, 1486 ; Guillaume Le Gracieux, PF 6, cha (...)

68Certains de ces bourgeois, participant à ces commissions qui approuvaient les concessions envisagées par les prieurs des hôpitaux, étaient d’ailleurs eux-mêmes tenanciers ou locataires des maisons de l’hôtel-Dieu. À Pont-Audemer, entre 1480 et 1486, Guillaume Le Gracieux, Guillaume Dufay, avocat, Michel Dufour, prêtre, qui interviennent quelquefois dans les assemblées municipales, deviennent tenanciers de l’hôtel-Dieu pour des maisons ou des terres75 ; à Gournay, en 1585, l’hôpital local vend chaque année 60 boisseaux de blé qui lui sont dus par le fermier du moulin de la ville ; ce fermier est toujours à cette date un bourgeois de la ville de quelque importance : sur les deux fermiers connus, l’un est marchand, l’autre receveur du domaine du duc (d’Harcourt ?). Cette vente de blé constitue pour l’hôpital une sorte d’avance sur récolte, puisque le blé est encore à moissonner. Le choix du fermier paraît être d’une grande conséquence pour les finances de l’établissement. Autre manière d’influence des bourgeois sur les destinées de leur ville.

  • 76 ADSM, 113 HP 1, fondation de l’hôpital Sainte-Anne, 1538.

69Les bourgeois subventionnent les hôpitaux et donnent en aumône de l’argent, des rentes, des terres pour les églises : ils font de même pour les hôpitaux, améliorant ainsi le temporel ou les bâtiments de l’établissement. Ces pratiques de don peuvent être observées pour Pont-Audemer, en 1491, où il est envisagé de remplacer le vitrail principal de la chapelle de l’hôpital ; pour cela, une collecte est organisée. Les épouses de quelques bourgeois éminents donnent de l’argent pour financer l’opération. Cette intervention de la société urbaine dans les affaires matérielles de l’hôtel-Dieu se lit aussi dans le vitrail lui-même, puisque figurent au bas de la verrière les principaux donateurs (confrérie de Saint-Jean, prieur de l’hôtel-Dieu, famille noble locale, les d’Annebault). Également en bas et au centre du vitrail sont placées les armes de la ville, ce qui souligne la tutelle que celle-ci exerce sur « son » établissement. À Caudebec aussi, en 1538, la participation des bourgeois aux deux quêtes hebdomadaires, qui doivent être faites à la sortie de l’église principale, alimente les recettes de l’hôpital Saint-Anne76.

70L’intérêt des notables urbains pour les hôpitaux n’était pas uniquement individualiste et tourné vers la satisfaction de leur profit personnel, mais en s’assurant de la bonne marche des établissements d’assistance, ceux-ci agissaient en chrétiens soucieux de charité et s’inquiétaient de la protection sociale et de l’état sanitaire de leur ville.

Protection divine et saints guérisseurs

  • 77 Chapelle de l’hôtel-Dieu, encore visible à Pont-Audemer vers 1900.
  • 78 Annie Saunier, « Le Pauvre Malade »…, p. 182.

71Même s’ils procuraient une aide matérielle, les hôpitaux médiévaux étaient avant tout des établissements religieux offrant une assistance spirituelle à leurs « patients ». Chacun possédait une chapelle, une église, un cimetière, des prêtres et chapelains, assurant les offices et l’administration des sacrements77. Ils hébergeaient quelquefois une confrérie, consacrée au patron de l’hôpital, comme celle de saint Jean-Baptiste à Pont-Audemer. Les maladies étant conçues comme punitions divines, les prières entraient dans la thérapeutique78 ; il faut voir dans l’importance des dépenses de cire, de cierges, de bougies, d’huile et de lampes, le reflet de veillées de malades ou de mourants accompagnées de prières, la trace des messes et cérémonies religieuses ordinaires ou extraordinaires, comme les processions générales, qui se déroulaient dans et hors des hôpitaux.

  • 79 ADSM, 107 HP 9, hôtel-Dieu de Fécamp, compte 1495.

72Contrairement aux autres comptes hospitaliers conservés, celui de l’hôtel-Dieu de Fécamp renseigne sur les dépenses consacrées aux services religieux. Chapelains et enfants de chœur participent aux offices et chantent ; une attention assez grande est accordée à la décoration lumineuse des églises et chapelles pendant les offices ; pour la fête de la Dédicace, l’intérieur et l’extérieur de la chapelle sont illuminés ; les fêtes majeures de l’année liturgique paraissent être des moments marquants de la vie religieuse de l’hôpital, l’autel est décoré de fleurs pour Noël ; un gâteau est acheté pour célébrer la fête des Rois79. Il y avait aussi pour les pauvres, comme pour les autres citadins, des prédicateurs, qui venaient au moment du carême ou d’autres fêtes importantes, prêcher dans les églises dépendant des établissements hospitaliers. Ainsi, à l’hôpital d’Elbeuf, en 1598, un religieux prédicateur reçoit à deux ou trois reprises dans la même année 12 livres pour ses sermons.

  • 80 AML, PF2, 2e cahier, « Mémoire des choses les plus mémorables trouvées dans les marthérologes et r (...)
  • 81 AML, PF2, 2e cahier, « Mémoire des choses les plus mémorables trouvées dans les marthérologes et r (...)

73En cas de difficulté sanitaire, les responsables laïcs et ecclésiastiques des villes organisaient des processions, prières et bénédictions pour obtenir l’aide divine. Ainsi en 1499, à Louviers, « la messe des trépassés le lundy avec la procession fut commencée. Il fut arresté que trois fois la semaine l’on sonneroit une clochette la nuit pour exciter le peuple à prier Dieu pour les trépassés »80. Manifestation de l’omniprésence de la mort en cette fin de XVe siècle et de l’angoisse qui l’accompagnait. De même en 1556, la sécheresse, cette fois, est à l’origine d’une procession générale allant de Louviers à Évreux « où toutes les paroisses circonvoisines assistèrent en portant les saintes reliques »81. Adrien Miton, notable et magistrat de Neufchâtel, auteur vers 1600 d’un livre de « mémoires » portant sur l’histoire de sa ville, mentionne des processions faites à Neufchâtel et Saint-Saëns, pour obtenir la pluie au milieu du XVIe siècle. Dans ces circonstances, il arrivait que les confréries de la ville jouassent aussi un rôle semblable.

74Pour obtenir la grâce et la protection divines au cours d’une « pestilence » ou d’une « mortalité », les autorités donnaient des offrandes en signe de dévotion. À Louviers en 1468, à l’occasion d’une peste, la ville fait faire une ceinture de cire (un luminaire, une bougie) :

  • 82 Ibid.

[…] prenant le tour de la ville et après messe en l’église en l’image Notre-Dame, pour y brûler nuict et jour pour impétrer Dieu que les habitants feussent préservés de la peste et y est entré 88 livres de cire, 9 livres de térébenthine, 102 livres de poix résine, laquelle ceinture fut portée en procession autour de la ville82.

  • 83 AMPA, CRV, 1517-1518, f° 45. Voir acte en annexe. Jean-Noël Biraben cite de nombreux cas semblable (...)
  • 84 AMPA, CRV, 1517-1518, f° 45. Voir acte en annexe. Jean-Noël Biraben cite de nombreux cas semblable (...)

75Il en va de même à Pont-Audemer en 1517 où la ville paye un « seaint de cire » ayant aussi la longueur des murs de la ville et qui est installé sur un rouet devant la statue de saint Sébastien, saint protecteur en temps de peste pour y brûler nuit et jour jusqu’à consumation83. Une pratique ancienne consistait à faire brûler un cierge ayant la taille de la personne à guérir. Le malade devait porter une bougie autour du cou en invoquant un saint et le soulagement s’ensuivait rapidement. Cette habitude fut donc transposée des personnes aux villes84.

76La dévotion à Saint-Sébastien est si courante et si forte qu’elle est parfois à l’origine de tensions entre curé et paroissiens. Ainsi, en 1494, à Montivilliers, le curé de Saint-Sauveur veut :

  • 85 ADSM, G 5349.

[…] contredire, abatre ou empescher de faire la quête en dévocion en ladite église ainsy qu’ils [les paroissiens] ont accoustumé de faire de tout temps par cy devant […] pour les deniers de ce revenans convertir et employé au luminaire stéant devant l’image du glorieux martir monseigneur Saint Sébastien et à faire un caint de cire à mettre devant iceluy saint pour éviter à la peste de nouvel et de présent est courrente en la ville dudit Monstiervilliers et es parties d’environ et tendant par la devocion du peuple icelle peste apaissez et acquérir la grâce de Dieu par les mérites dudit glorieux saint auquel chacun bon catholique doit avoir recours et devocion, Et voyans et cognoissans lesdits trésoriers et habitans d’icelle ville que le retardement et empaichement que aulcuns voudroient mettre et donner en ce redouderoit [sic] et pourroit advenir inconvénient contre la totalle communauté et peuple affluant en icelle ville […] ont fait une clameur de gage-plège contre le curé85.

77Hormis ces processions, aucune autre pratique incantatoire n’est évoquée par les documents, ni conjuration du mauvais sort ni sorcellerie et autres choses semblables.

Le personnel médical : barbiers et chirurgiens

78Aucun médecin n’est mentionné dans nos sources vers 1450. Ceux-ci ont donc été rares et peu ou pas présents dans les villes secondaires. Le « médecin » par excellence, celui qui est appelé en cas de besoin, est le barbier. Ce métier, fort courant, existe dans toutes les villes, même les plus petites. Dans les bourgades plus importantes, comme Gisors, qui est siège de bailliage, leur nombre devait être plus important, de sorte que dans cette ville existe dès 1463 un statut du métier de barbier. Rien de tel dans la documentation des autres villes. Cependant, le statut de Gisors peut éclairer utilement les informations fournies par nos documents.

  • 86 AMPA, CRV, 1501, f° 34 ; autre cas : CRV, 1518, f° 27, Melaigne Hainfroy, barbier, tient un ouvroi (...)
  • 87 Alfred Canel, Histoire de la barbe et des cheveux en Normandie, (2e éd.), Saint-Germain, De Heutte (...)

79À Gisors, le statut du métier insiste sur les deux aspects fondamentaux du travail, qui sont de « raire », c’est-à-dire raser et tondre, et de saigner. Nos documents évoquent rarement le rôle premier qui est de raser les barbes, et l’évocation est faite généralement de manière indirecte : l’official de Montivilliers condamne des barbiers d’Harfleur à l’amende en 1425 pour avoir ouvert leur boutique le dimanche. L’interdiction est présente aussi à Gisors en 1463 : le barbier ne peut ouvrir boutique les dimanches et fêtes sauf décision de justice, dans le cas où une fête religieuse coïnciderait par exemple avec un jour de marché. L’affluence de la population le dimanche à Harfleur a tenté les barbiers et leur a valu cette amende. Le rasage du visage semble être la principale source d’activité : en 1501, Pierre Crescent, barbier de Pont-Audemer, qui visite les malades de la peste, perd sa clientèle ordinaire : « plusieurs personnes qui avaient coutume aller faire leur barbe en son hôtel l’avaient abandonné et délaissé »86. Outre le rasage des barbes, le barbier effectuait aussi le rasage des cheveux, pour les clercs notamment, ce qui pouvait constituer une clientèle non négligeable dans certaines villes. Dans l’ensemble, rappelle Alfred Canel en 1874, l’usage ecclésiastique de se raser et le goût des visages glabres et des chevelures courtes ou mi-longues, considérés comme bienséants, ont été adoptés largement en Normandie vers le XIe siècle et restent en vigueur aux XIVe et XVe siècles87.

  • 88 AMPA, CRV, 1489, f° 22 : « 60 sous […] [pour] payer les barbiers et cirurgiens qu’il a convenu [il (...)
  • 89 AMPA, CRV, 1489-1490, f° 22 et 1490-1491, f° 29.
  • 90 Abbé Alexandre Tollemer (éd.), Un sire de Gouberville : gentilhomme campagnard au Cotentin de 1553 (...)

80Les barbiers étaient aussi appelés pour faire des saignées, préventives ou curatives. Pourtant, ces actes, très courants au Moyen Âge, n’apparaissent pas dans notre documentation. Les documents mentionnent la présence du barbier seulement à l’occasion d’accidents : il réduit les fractures, arrête le sang, suture les plaies, panse les blessures. Les dépenses d’hôpitaux font mention quelquefois d’achats « d’estouppe » : il s’agit vraisemblablement de tissu à pansement ; en 1489, à Pont-Audemer, un féron, Jehan Toustain, se blesse en réparant une couleuvrine de la ville ; la ville fait venir des barbiers et paie leurs services88. Sans succès : le féron meurt quelque temps après, sans doute de sa blessure89. Peut-être ici, le barbier a-t-il essayé de recoudre la main déchirée pour éviter une amputation. Dans la vie courante, les disputes suivies de coups et blessures étaient suffisamment fréquentes pour que les barbiers aient eu une fonction et de l’ouvrage. Les lettres de rémission l’illustrent très abondamment, le journal de Gilles de Gouberville aussi90. Les barbiers lavaient, désinfectaient (?) et pansaient les plaies. Cette activité se repère à Harfleur en 1542, dans la petite cédule suivante :

Raoulin Quemin naguères trésorier des poures, fournissés et payés à Nicolas Baudouin, barbier et cirurgien de cette ville la somme de quinze solz t. à luy ordonnée pour sa payne et sallaire d’avoir médiciné et garye ung jeune garson qui avoit esté taillé [opéré des calculs] et sa playe encore overte par laquelle yl faisoit encore son urine, lequel estoit demouré mallade en l’hospital de ceste ville […].

  • 91 Louis Passy (éd.), Le Livre des métiers de Gisors, Pontoise, Publications de la société historique (...)
  • 92 Ibid.

81Dans tous les cas, la pratique chirurgicale pour soigner les blessures accidentelles ou opérer les saignées suppose un savoir-faire manuel et aussi des connaissances sûres dans le domaine de l’anatomie. Le statut des barbiers de Gisors précise quelques-unes des connaissances qui sont évaluées chez les barbiers cherchant à devenir maîtres : « Nul ne pourra tenir ouvroueur en ladite ville d’icelluy mestier de barberie […] s’il ne scet quantes vaines saignables il a sur corps humain tant sur homme comme sur femme, et dont ils meuvent et pourquoy on les saigne […] »91. Les barbiers doivent aussi savoir préparer et entretenir leurs instruments : « […] qu’il sache faire deux fers de lancette, bien faitz et bien entrans et bien dreschez »92. Les deux activités de barbier et de chirurgien sont donc mêlées, les deux métiers ne sont pas séparés à Gisors en 1463. Dans les sources concernant les petites villes, le terme de chirurgien est moins utilisé, mais il complète celui de barbier, les barbiers réalisant des actes chirurgicaux. Les deux termes sont souvent associés et semblent synonymes, les deux activités ne se sont pas séparées en deux métiers distincts. Le flou de la démarcation entre barbier et chirurgien persiste dans les siècles suivants.

  • 93 AMPA, CRV, 1501, f° 34.
  • 94 Robert Favreau cite des initiatives semblables pour Niort en 1452 et Vierzon en 1502 : voir « Épid (...)
  • 95 AN, JJ 191, 27.

82Plus tard vers 1501, les autorités municipales de Pont-Audemer paient un barbier et chirurgien Pierre Crescent « pour avoir visiter à l’hôtel-Dieu plusieurs personnes malades de peste et plusieurs autres et iceux soignés »93. Ici, le barbier remplit la tâche d’un médecin. Lorsqu’il n’y a pas de barbier sur place, la ville recherche un barbier dans les villes voisines : Pont-Audemer fait venir en 1517 un barbier de Cormeilles, bourg situé à 20 kilomètres94. L’usage courant était d’inciser les bubons de peste, ce qui était de la compétence des barbiers et chirurgiens. Les barbiers et les médecins rivalisaient quelquefois, mais il n’est pas question dans les documents d’une quelconque concurrence. Le barbier sert de médecin parce qu’il n’y a pas de médecin, de la même manière que les couvreurs effectuent des tâches de construction, faute de maçons en nombre suffisant dans la ville. Une lettre de rémission de 1453 nous montre des barbiers de Pont-Audemer dans une tâche à caractère médical : ils sont sollicités par les juges locaux pour vérifier, avec des « matrones » (sages-femmes), si une jeune fille a été violée ou non95.

  • 96 Un sire de Gouberville…, p. 228-238.
  • 97 Annie Saunier, « Le Pauvre Malade »…, p. 125.

83Le métier de barbier est assez spécifique du milieu urbain : le sire de Gouberville les fait venir à plusieurs reprises des villes proches de son manoir, principalement de Valognes, mais aussi de Cherbourg et Montebourg96. Les barbiers des petites villes sont à la fin du XVe siècle des hommes qui mêlent plusieurs activités : coiffure et barberie, chirurgie et, quelquefois, « médecine ». Ils ne se sont pas encore spécialisés dans la chirurgie, comme ce fut le cas dans de grandes villes97. Ils restent peu nombreux et n’ont pas de métier juré. Il faut attendre les premières décennies du XVIe siècle pour en relever la première mention, à Louviers (1534).

Le personnel médical : médecins

84Longtemps considérée comme une partie de la philosophie, la médecine acquiert son statut de discipline autonome au cours du XIIIe siècle. Il faut encore attendre le XVe siècle pour voir, avec la création de nombreuses universités, la progression du nombre des médecins et la diffusion de ce métier un peu partout en France. Pourtant, dans les petites villes normandes, les médecins sont presque inexistants au cours de la deuxième moitié du XVe siècle : seul, un acte notarié de Neufchâtel mentionne un médecin en 1461 sans le nommer. Leur présence est effective dans de plus grosses villes comme Évreux, où exerce un médecin, Guieffroy Lamy, qui est chanoine de la cathédrale Notre-Dame d’Évreux et docteur en médecine. Le nombre des médecins semble croître vers 1490-1500, nos sources en signalent plusieurs à cette époque. Tous sont semblables à l’Ébroïcien Guieffroy Lamy : ils sont toujours prêtres et médecins, unissant les deux fonctions de l’assistance aux malades, telle que la conçoit le Moyen Âge, c’est-à-dire guérir les âmes et les corps.

  • 98 AMPA, CRV, 1510, f° 11.
  • 99 AMPA, CRV, 1529, f° 14.

85Ces hommes ont tous suivi des études universitaires et sont licenciés ou docteurs en médecine. Cette formation, peu courante dans le monde des petites villes sauf chez quelques avocats, officiers royaux ou religieux mendiants, les distingue du reste des citadins. Autre signe de cet enracinement du médecin dans le paysage social urbain : un texte mentionne en 1510 à Pont-Audemer la maison d’un médecin, Guillaume Aubery, autrement inconnu98 ; en 1529, des réparations sont faites à un pont appelé « le pont au médecyn »99. Les ponts sont toujours nommés en fonction de repères réels (moulins de Saint-Gilles, église du Sépulcre, couvent des Carmes…). Le médecin qui donne son nom à ce pont était une réalité suffisamment inédite et suffisamment durable pour servir ainsi de repère.

  • 100 Un sire de Gouberville…, p. 232-233.
  • 101 Jean-Noël Biraben, Les Hommes…, t. II, p. 42-50.

86Leur pratique médicale est difficile à connaître. Le sire de Gouberville envoie fréquemment en ville les flacons d’urine de ses serviteurs ou compagnons malades pour qu’ils soient examinés par un médecin100. Rien de tel dans nos sources. L’occasion majeure pour laquelle il est fait appel à eux est la consultation des pestiférés et, éventuellement, des lépreux. Mais en quoi consistait exactement l’examen des pestiférés par les médecins de ce temps ? Impossible à dire. Les médecins étaient dans ce cas chargés d’observer les symptômes de la maladie pour l’identifier : charbons, bubons, vomissements, fièvres, nature du pouls, coloration de la langue, hémorragies, troubles nerveux étaient les signes recherchés101 ; les médecins des petites villes, formés par l’Université, procédaient vraisemblablement de même.

87Comme nombre de leurs contemporains (ouvriers du bâtiment, avocats, barbiers…), les médecins exercent plusieurs activités, dont la médecine n’est pas la principale. Ils paraissent être des hommes de passage, effectuant un séjour ponctuel, sollicités ici ou là. Certaines villes, comme Harfleur, cherchent à les fixer sur place en leur offrant des conditions avantageuses : en 1502, les autorités urbaines paient 20 livres à maître Nicole Perretel, licencié en médecine – qui semble être un laïc – pour que « ledit maître Nicolle face sa résidence et demeure continuellement en la ville ». Même effort à Pont-Audemer durant une épidémie de peste pour faire venir un barbier travaillant à Cormeilles. Le texte est éclairant :

  • 102 AMPA, CRV, 1518, f° 26.

À Jehan Rioult, barbier et cirurgien de Cormeilles, 15 livres, pour être venu résider et avoir fait sa demeure à Pont-Audemer pendant 3 mois pour subvenir et aider aux personnes malades de peste et autres maladies étans en ladite ville et ès fauxbourgs102.

  • 103 Annie Saunier, « Le Pauvre Malade »…, p. 140.
  • 104 AMPA, CRV, 1518, f° 27.

88Ce texte marque le début d’une prise de conscience, celle de l’utilité, pour une collectivité urbaine, des professionnels de la médecine. La difficulté à attirer et retenir sur place les médecins résulte aussi du fait que ces professions étaient très exposées au risque de contamination. Certains médecins fuyaient les risques103 et d’autres mouraient dans l’exercice de leur métier. En 1518, à Pont-Audemer, le barbier Mélaigne Hainfroy, qui a visité les malades de peste, a perdu deux de ses enfants durant cette épidémie et est remercié par la ville pour son dévouement : « À Mélaigne Hainfroy, barbier, 30 sous, à lui donné en considération que plusieurs de ses enfants sont décédés de peste, mêmement ledit Hainfroy a été malade et à cause de ladite maladie est tombé en poureté et aussi affin qu’il tint son ouvroir fermé jusque à la Saint Michel prochaine et à cause de ce ne pouroit aucune chose gagné »104. La comparaison des sommes payées aux deux barbiers est révélatrice de l’effroi que suscite l’épidémie chez les hommes du temps : 30 sous au barbier Hainfroy, qui certainement habitait la ville ; cette somme doit représenter un bénéfice moyen pour une boutique pendant quelques mois, 15 livres au barbier de Cormeilles pour qu’il accepte de venir dans une ville touchée par la peste. Cette somme dépasse une année de gages pour le procureur des habitants (12 livres), trois années de gages d’un avocat de la ville (6 livres).

89Comme le montrent les exemples qui précèdent, les médecins, et aussi les barbiers, sont extérieurs aux hôpitaux, ils ne sont pas attachés à l’un d’entre eux. S’ils s’y rendent pour « visiter les malades », c’est de façon occasionnelle, lors d’une épidémie. Le médecin et le barbier sont plutôt liés aux malades, qui ne constituent pas la population la plus abondante des hôpitaux en temps ordinaire. De même, à Rouen, la ville recrute et rétribue des médecins et barbiers pour visiter les pestiférés qui ne sont pas ceux des hôtels-Dieu.

Les apothicaires, un rôle médical ?

90Les apothicaires sont une figure sociale marquante du monde urbain. Du moins les sources les mentionnent-elles assez fréquemment. Ce sont généralement des notables, présents au sein des institutions municipales.

91À Gisors, le métier d’apothicaire reçoit ses statuts en 1540. C’est que leur nombre est resté longtemps fort limité. La population des villes, elle-même longtemps réduite au XVe siècle, ne pouvait acheter qu’avec parcimonie des produits qui restaient très chers. L’augmentation de la population et celle, probable, du niveau de vie au XVIe siècle expliquent ici aussi cette évolution. Dans les petites villes, pas de métier juré d’apothicaires et ceux-ci restent peu nombreux : un ou deux par localité.

  • 105 Jean-Marc Moriceau, L’Élevage sous l’Ancien Régime, Paris, Sedes, 1999, p. 94-95.

92Ont-ils une fonction médicale ? En général, non : l’apothicaire est d’abord un marchand de cire, fournisseur de chandelles, cierges et bougies des églises, abbayes, hôpitaux et couvents. Les municipalités leur achètent des torches pour les processions et déplacements nocturnes, des luminaires pour les réunions de l’hôtel de ville. L’achat de chandelles de cire, les redevances en cire qui figurent sur certains comptes d’abbayes font allusion bien souvent à une cire d’abeilles provenant de ruches locales ; le suif acheté aux bouchers permettait aussi de fabriquer du luminaire. Le miel et la cire d’abeilles entraient aussi dans la fabrication d’onguents et de pommades105. Une partie, mineure peut-être, provenait de cire importée d’Espagne ou du Maghreb (cire de Bougie). Cette production parvenait-elle jusqu’aux petites villes ? Jusqu’à Harfleur certainement, mais ailleurs ?

  • 106 ACE, CC 29, 1470, 1.
  • 107 AMPA, CRV, 1491, f° 25 : Raoul de Fréville qui fournit à la ville de l’hypocras et des torches, es (...)

93L’apothicaire est aussi – les comptes municipaux des villes le montrent surtout dans cette fonction – un marchand d’épices, c’est-à-dire un fournisseur de produits rares et exotiques, venant de Méditerranée ou d’Orient comme le sucre, la cannelle, les amandes, etc. Il prépare l’hypocras, une boisson à base de vin blanc ou rouge, aromatisée et sucrée, commandée par la ville pour les réceptions et les banquets municipaux. Chardinet Chartain, d’Évreux, est apothicaire et tavernier106 ; Raoul de Fréville, de Pont-Audemer, est épicier et apothicaire107.

  • 108 Le statut des apothicaires de Gisors cite un assez grand nombre de produits constituant la pharmac (...)
  • 109 AMPA, CRV, 1455-1481, PJ, no 53.

94Prépare-t-il aussi des sirops, des onguents, des dragées, des poudres ou « pillures », des confitures ou « confections », à base de fruits, pour les malades108 ? Probablement, mais il n’y a pas de trace probante dans nos sources. En 1465, Hutin Le Largue, barbier, soigne des soldats à Pont-Audemer et leur procure « onguements et autres choses »109 ; en 1538, un barbier et chirurgien soigne des criminels dans une prison et leur fournit « des onguents et du linge ». Qui fabrique ces remèdes ? Le statut des apothicaires de Gisors montre bien qu’il existe entre les apothicaires d’une ville, entre la ville et ses environs et même entre les villes de la région, un marché de produits « pharmaceutiques » : les apothicaires se fournissent chez d’autres apothicaires, parfois auprès de vendeurs forains, dont certains ont une spécialité (« triacleurs », « porteurs de tablette »), auprès d’épiciers. Ils vendent probablement aux barbiers les onguents et pommades que ceux-ci utilisent.

  • 110 Un sire de Gouberville…, p. 259.

95Les mentions de pharmacopée, dans les sources, sont rarissimes. Un éclairage sur les médicaments utilisés au XVIe siècle nous est fourni par le journal de Gilles de Gouberville, qui a l’habitude de soigner les affections courantes avec de la bière, du cidre, du vin chaud ou « chaudel », des boissons cordiales à base de lait et d’œufs, du pain blanc, de la gelée de veau, du bouillon, ou simplement une alimentation plus carnée que de coutume, c’est-à-dire des produits pour lesquels un apothicaire n’est pas nécessaire. En revanche, il fait usage de gingembre, d’ache, de sucre, il prend des pillules appelées « bols », produits que lui fournit un apothicaire de Valognes110. Gouberville soigne sa probable syphilis avec un breuvage contenant de la limaille de fer et du mercure, qu’il va acheter à Bayeux chez un « espicier ». Beaucoup d’affections bénignes étaient soignées par les gens eux-mêmes. Gouberville a quelques connaissances médicales et pharmaceutiques et décide des remèdes nécessaires à la guérison de ses amis et serviteurs malades. Pour les problèmes plus graves, il fait appel au barbier, au médecin, à l’apothicaire, voire au « rebouteux », qu’il envoie chercher dans les villes voisines. Il pouvait en aller ainsi dans les petites villes de Normandie orientale, ce qui expliquerait le petit nombre d’apothicaires qui s’y rencontrait. À Harfleur, cependant, en 1543, des médicaments sont préparés pour être administrés aux pestiférés :

  • 111 ADSM, 3 E 6 150, cédule, 2 septembre 1543.

Jehan Duval naguères administrateur des pouvres de ceste ville de Harfleur, payez […] à Maistre Henry la somme de cinq solz pour luy aider à avoir des drogues pour fère des médicamens à plusieurs malades de peste […]111.

  • 112 AN, JJ 236, no 69, 1525.

96Dans de petites villes, où les métiers sont rarement organisés, où règne un certain flou, du moins une certaine souplesse, les apothicaires ont-ils pratiqué des soins et joué le rôle de médecin ? Un seul cas d’intervention médicale apparaît dans les documents : vers 1520, un apothicaire de Dreux tente de sortir de la ville pour porter des remèdes à un seigneur malade112. La chose était en général prohibée, à en croire le livre des métiers de Gisors. Le statut de 1540 insiste avec force sur l’interdiction pour les apothicaires de délivrer des médicaments sans ordonnance et sans avis du médecin. Le couple médecin-pharmacien, pour utiliser un vocabulaire contemporain, existe déjà, dans les villes d’une taille importante. Dans les villes secondaires, la situation devait être plus fluctuante.

  • 113 Louis Passy (éd.), Le Livre…, p. 118.

97Les apothicaires devaient, pour exercer à Gisors vers 1540, savoir lire, pour déchiffrer les « recettes » des médecins, avoir une solide instruction (connaître les épices, savoir les peser) et posséder dans leur boutique trois traités de pharmacie au moins, « la pandette et le antidotoire de Nicolas et le petit Nicolas dit prepositus » et le Mésué « cum additionibus et Luminare majus »113. Si aucun renseignement ne valide la possession de ces ouvrages par les apothicaires des petites villes, il apparaît, en revanche, dans les quittances et actes divers qu’ils signent, qu’ils maîtrisent très bien l’écriture ou la tenue de comptes et qu’ils connaissent une honnête aisance matérielle. Ce qui a pu leur ouvrir l’accès aux assemblées de bourgeois.

La santé publique, un souci pour les villes au XVIe siècle

98Au commencement du XVIe siècle s’affirme la volonté des élites municipales d’améliorer l’équipement et la protection sanitaire de leur ville. Les conditions dans lesquelles les pauvres sont aidés et les malades soignés évoluent un peu. Les autorités ont le souci de combattre les maladies et de rendre l’environnement urbain plus sain. Une amélioration économique générale, la récurrence des épidémies depuis les temps tragiques de la Peste noire, la venue de nouveaux habitants, le renforcement des échanges commerciaux expliquent cette intention et l’inquiétude qui lui est préalable.

Les médecins, officiers municipaux

  • 114 ADSM, 3 E 6 127, 1507, 58, 59, 60 et 61.
  • 115 ADSM, 3 E 6 133, 1525-1535, 25 : le barbier Henri Buisson reçoit 100 s. t. de gages annuels.
  • 116 Danielle Jacquart, Le Milieu médical en France du XIIe au XVe siècle, Genève, Droz, coll. « Public (...)

99Deux nouveautés apparaissent à propos des médecins à l’orée du XVIe siècle : ils semblent être plus nombreux et plus présents dans le paysage social des villes secondaires ; quelques médecins sont régulièrement appointés par certaines villes, comme Harfleur. Ainsi Jehan Delannoy, prêtre, licencié en médecine, reçoit-il 20 livres par an en 1490. Plus tard, les médecins, comme ce même Delannoy, figurent sur la liste des officiers municipaux gagés. Jehan Delannoy a poursuivi ses études universitaires et, en 1496, il fête son diplôme de docteur en médecine. Dès lors, il perçoit chaque année 20 livres et disparaît des sources vers 1498. En 1507, cette même fonction est remplie par maître Jehan Leclerc, qui reçoit également 20 livres par an, soit deux fois plus qu’un échevin (10 livres), une belle somme « afin que icelui Leclerc soit enclin à voir et visiter les manants et habitants de la ville de Harfleur à leur malladies et leur subvenir aux nécessités qui leur pourroient venir à son povoir, Et aussy qu’il soit et demeure en ceste ville pour les secourir à leur besoin »114. Les médecins sont donc assimilés aux officiers. Ils sont régulièrement et bien payés. Ce qui assure leur présence durable à Harfleur, attestée jusqu’en 1541 au moins. Cette disposition, qui ne se rencontre pas ailleurs, touche aussi des barbiers115. Tendance apparue à partir de l’épidémie de Peste noire en 1348 dans certaines villes du Nord (Saint-Quentin, Valenciennes, Lille), de Bourgogne (Mâcon) et qui s’est amplifiée au XVe siècle, touchant les villes méridionales, comme Lyon, Marseille, Montpellier. Danielle Jacquart, qui a décrit ce phénomène, souligne que celui-ci survient dans des villes à forte tradition d’autonomie municipale116. Dans les villes secondaires de Normandie, soumises au pouvoir royal, les institutions urbaines s’affirment surtout après la reconquête de 1449, ce qui explique peut-être, outre le manque de sources, cet écart chronologique. Une telle situation suppose aussi que les autorités urbaines aient été sensibilisées aux problèmes de santé et d’hygiène, ce qui est le résultat de la répétition cyclique des pestes.

  • 117 Annie Saunier, « Le Pauvre Malade »…, p. 140.
  • 118 ADSM, 3 E 6 125, 1502, no 8.
  • 119 Danielle Jacquart, Le Milieu…, p. 136.

100Les responsables des villes vérifiaient avec soin les titres et les compétences des médecins recrutés et ceux-ci étaient congédiés en cas d’insuccès117. À Harfleur, en 1502, se déroule une procédure de désignation d’un barbier par ses pairs, seul exemple connu pour nos villes : les autorités réunissent les barbiers de la ville « pour élir l’un d’eulx à servir les gens mallades lors des pestes en ceste ville »118. L’homme ainsi choisi devient le « barbier » gagé de la ville. Cependant, il semble que les postes créés par les villes pour les médecins aient surtout attiré des gradués de niveau moyen (bacheliers ou licenciés, et non maîtres). Cette activité aurait représenté pour la plupart d’entre eux seulement une étape dans une carrière119. Les quelques cas de médecins connus pour Harfleur montrent pourtant un séjour assez long (une dizaine d’années environ). Le rôle de ce personnel consistait à aller au-devant des « bourgois, manants et habitants d’icelle ville » tombés malades, de les visiter dans les hôtels-Dieu, mais également ailleurs dans la ville, à leur domicile, à apporter les soins et les médicaments adéquats.

  • 120 Robert Favreau repère le même phénomène dès 1486 à Angers, ville importante et qui possède une fac (...)

101Les autorités urbaines cherchent ainsi à se doter d’un service médical permanent120. Ce qui montre encore l’attention aux problèmes de santé que les mortalités épidémiques avaient éveillée dans le monde urbain en général, phénomène suffisamment puissant et inquiétant pour qu’il parvienne jusque dans les villes secondaires.

L’hygiène publique : curage des immondices et fontaines

  • 121 AMPA, CRV, 1455-1581, PJ, no 60, janvier 1465.
  • 122 AMPA, CRV, 1486, f° 34.
  • 123 ADSM, 3 E 6 132, 1521-1525, 7.

102Dans les villes normandes, le souci de rendre les espaces publics et les rues propres se manifeste dès le début de la période étudiée. À Pont-Audemer, en 1465, deux pionniers et charretiers sont payés pour avoir enlevé « les immondices des rues »121. À cette date, ces nettoyages restent circonstanciels et obéissent à une volonté de paraître : il s’agit en 1465 de rendre la ville belle et propre « car on disait que le roi allait venir ». Dans les décennies suivantes, l’effort de nettoyage devient très régulier. Des entrepreneurs de transport et de « pionnerie » sont payés pour avoir « curer les rues » « par 3 fois l’an à Noël, Pasques et à Saint Michel »122. Vers la fin du siècle, cette pratique est devenue habituelle et le pionnier qui cure les rues figure parmi les officiers de la ville qui reçoivent des gages annuels. À Harfleur, la fréquence des nettoyages s’accélère avec le XVIe siècle et passe de quelques fois dans l’année à plusieurs fois par semaine : en 1521, Jehan Lecomte reçoit « 25 sous tournois pour un demi an de gages pour tenir nette la place du marché de la Croix Gorren et mettre hors les immondices de ladite place 2 fois par chacune semaine »123. Ce nettoyage correspond-il aux jours où se tient le marché sur cette place ? C’est probable.

  • 124 AMPA, CRV, 1518, f° 28.
  • 125 AMPA, CRV, 1509, f° 11 : présence de latrines dans le jardin de Pierre Cardonel. Ce jardin doit êt (...)
  • 126 Interdictions datant de 1390 et 1407, citées par Lucien-René Delsalle, Rouen et les Rouennais au t (...)
  • 127 Ibid., p. 42.

103Y a-t-il plus généralement une prise de conscience de la nécessité d’éliminer les ordures dans ces petites villes qui se sont murées et dont la population s’est probablement accrue, rendant la malpropreté et les déchets difficilement supportables ? Faut-il voir là l’effet des épidémies répétées des XIVe et XVe siècles ? Les contemporains ont-ils établi un lien entre présence de l’ordure et de la maladie ? Oui, très certainement. Lors de l’épidémie de 1517, les habitants (à la demande des responsables municipaux ?) ont nettoyé les rues de leurs immondices et les ont jetées dans la rivière : en 1518, Hughes le Dun et ses aides sont payés « pour avoir fait tourner et divertir le cours de la grande rivière pour curer et nettoyer le cours d’eau occupé des fanges et bourbes illec jetées durant le temps de la peste »124. Ce cas est révélateur de l’attitude des autorités locales et de leur conception de l’hygiène urbaine. Les rivières reçoivent habituellement les déchets et ordures ; à Rouen, la pratique était courante ; à Harfleur, un cours d’eau est obstrué par un cheval mort ; à Pont-Audemer, il était d’usage, sur les terrains et jardins qui donnaient sur un cours d’eau, d’installer des latrines125. Pourtant, cette attitude très commune était combattue : ici, la ville fait curer la Risle pour la purifier et pas seulement pour améliorer la circulation fluviale ; à Rouen, des interdictions de jeter les ordures dans le Robec et autres ruisseaux étaient répétées par les échevins, souvent en vain126 ; en 1407, les édiles rouennais avaient imposé le transport des immondices dans des dépôts créés pour cela auprès des portes de la ville127. Ces mesures sont pratiquées à la fin du XVe siècle dans les petites villes, en particulier à Pont-Audemer. Elles témoignent d’une influence rouennaise en ce domaine et de l’intérêt des responsables urbains pour la lutte contre les infections. La sensibilité des édiles urbains à ces problèmes avait été aiguisée par la répétition des épidémies et a permis d’amorcer le développement de l’hygiène urbaine.

  • 128 AMPA, CRV, 1478, f° 55.
  • 129 AMPA, CRV, 1485, f° 34.
  • 130 ADE, 2 E 3971, no 119 : le 28 avril 1484, Colin Thirel est payé 35 s. t. pour cinq jours de travai (...)

104Les « éboueurs » médiévaux retirent des rues les « fyens et immondices », c’est-à-dire les déjections humaines, animales et toutes sortes de détritus accumulés au cours d’une année. Cela demande des jours de labeur. Régnaut Laisné, voiturier, et Thomas Dauget, son aide, ont travaillé quarante jours, de Noël à février, pour « curer, vider, nettoyer les immondices de la grand Rue » de Pont-Audemer128. Cette artère centrale, qui fait fonction de place, était le lieu le plus fréquenté de la ville. Elle était occupée par la halle au blé, entourée de boutiques, dominée par l’église principale. Là se tenait le plus gros marché et on devait passer par cette rue pour traverser la ville. Lors des entrées royales ou autres, elle était un point de passage obligé et un terminus. L’arrivée du cortège dans la Grand-Rue marquait le point culminant de ces festivités. Les grandes fêtes religieuses (Noël, Pâques, périodes où l’on fait nettoyer) devaient être l’occasion de rassemblements dans la Grand-Rue et autour de l’église Saint-Ouen. Ces dates étaient également celles de foires ou de marchés. Cette place était donc surveillée et choyée par les autorités locales. Elle n’est pas cependant la seule rue nettoyée. Il semble qu’on ait étendu ce service à d’autres rues (mais lesquelles exactement ?) : en 1485, Colin Thirel est rétribué pour avoir « port [é] en son bennel les fiens et autres immondices estant en les rues de la ville »129. Il est probable que cet effort portait sur les rues les plus fréquentées et non sur l’ensemble de la voirie. Les marchés de Pont-Audemer – il y en a au moins trois – sont également cités pour avoir été « curés »130.

105Les immondices ne s’accumulent pas seulement dans les rues et les marchés. À Louviers, de nombreux terrains, autrefois bâtis, vides depuis l’occupation anglaise, subsistent après 1450 et sont utilisés par les habitants du voisinage comme dépotoirs : « la place est vide à l’occasion des guerres et est pleine d’immondices », lit-on souvent. À partir de 1500-1510, ces emplacements vides sont occupés à nouveau, mais rien ne permet de savoir si les maisons ont été reconstruites sur les déchets ou si ces terrains ont été curés.

  • 131 AMPA, CRV, 1487, fos 32-33.
  • 132 AMPA, CRV, 1528, f° 25.
  • 133 AMPA, CRV, 1531, f° 28.
  • 134 Alain Salamagne, Construire…, p. 70.
  • 135 AMPA, CRV, 1526, f° 26, lettre attachée au folio concernant Guillaume Dupin, un voiturier.

106Les « benneliers », « voituriers », « charretiers » qui chargent les ordures dans leur « bennel » vont les porter en certains endroits précis « ordonnés par justice »131, situés presque toujours « hors de la ville ». Les déchets extraits de la ville sont déchargés « aux prés », ou dans les jardins lorsqu’il s’agit de « fyens » qui peuvent servir d’engrais ; en 1521, un acte précise que « l’on a porté les curages au long du grand chemin tirant vers la Magdeleine » ; dans d’autres occasions, les déchets sont placés « auprès ou à l’environ de ladite muraille », probablement lorsqu’il s’agit de terres, des boues. Des actes plus tardifs décrivent nettement l’usage de ces matières : en 1528, deux hommes extraient des « fenges et immondices » d’un des canaux qui parcourent la ville et ils ont « iceux mis contre les murailles de ladite ville pour servir de fortiffication »132 ; en 1531, encore, Richard Cornu reçoit 75 sous tournois parce qu’il a été « commis à vider et curer les immondices des rues de ladite ville pour en faire des remparts et fortiffier le dedans des murailles de ladite ville »133. Les terres servent donc à renforcer le bas des murailles, rendues vulnérables par la puissance de feu nouvelle de l’artillerie utilisée par les armées. Ces mêmes renforcements de terres se rencontrent à Douai, étudiés par Alain Salamagne, et appelées « terrées »134. Une dépense datant de 1526 montre que des terres, cailloux et immondices issus d’un de ces « curages » ont été portés au marché aux chevaux, c’est-à-dire à l’intérieur de la ville. La nature de ces matériaux permettait peut-être de les utiliser comme revêtement de cette place135.

  • 136 AMPA, CRV, 1502, f° 50.
  • 137 AMPA, CRV, 1502, f° 9.
  • 138 AMPA, CRV, 1514, f° 42.

107Il faut rapprocher de l’effort de nettoyage des rues les tentatives faites pour améliorer l’évacuation de l’eau. La pluie, les intempéries exceptionnelles provoquaient des flaques, des inondations ponctuelles, quelquefois brutales. Il arrivait qu’à certains endroits l’eau stagnât longtemps et qu’elle ne pût s’évacuer. C’est ce qui survient une année à Pont-Audemer : la « place du marché aux chevaux » est pleine d’eau, qui s’infiltre dans certaines maisons et qui empêche les piétons de traverser. Les aménagements « d’égouts », c’est-à-dire des rigoles pavées, et de caniveaux pour conduire les eaux des rues jusqu’à la rivière, dénotent la volonté de drainer les rues mais peut-être aussi de faire disparaître les eaux stagnantes, les miasmes, peu salubres, qui survenaient fréquemment dans une ville comme Pont-Audemer installée sur des terrains humides et marécageux. En outre, des canalisations souterraines ont aussi existé à Pont-Audemer, les dépenses d’entretien apparaissant quelquefois dans les comptes municipaux, comme celle-ci : en 1502, un maçon répare un « cahot qui passe par dedans l’ostel et place de Maître Gervais Allyne, prestre et icelui couvert de pierre dure […] pour évacuer aucune eau de la dite ville et icelle cheoir et tomber en l’eaue et rivière de Risle »136. Les contemporains semblent avoir pris conscience de la gêne et des dangers pestilentiels qu’occasionnaient des eaux croupissantes et des rivières encombrées d’immondices. Ainsi, deux maçons travaillent deux jours en 1502 « pour vider l’eau qui descend du cours d’eau qui descend de l’église du sépulcre pour évacuer les immondices du cours […] qui estoit demourer mort et plein d’infections dont plusieurs inconvéniens estoient advenus »137. Le travail de nettoyage est également fait par les habitants eux-mêmes : en 1514, les pionniers étanchent « 2 cours d’eau […] pour que les bourgois et habitants curassent chacun endroit soy pour plus facilement faire courir le cours d’eau »138. Ce type de notation est très rare dans les comptes, les citadins n’avaient que peu de contraintes dans ce domaine.

108La fin du XVe siècle est donc marquée par une volonté des dirigeants urbains d’entretenir la propreté de leur ville et probablement aussi de l’assainir. Que la saleté entraîne la multiplication des « pestilences » était une réalité connue de tous.

  • 139 ADSM, 3 E 6 160 : lettre de François Ier, 14 août 1546.

109De même, un soin et un effort particuliers étaient consentis pour approvisionner les habitants des villes en eau potable. Les archives de Pont-Audemer et Harfleur fournissent ici l’essentiel de la documentation. Dans les comptes municipaux de Pont-Audemer, de 1465 à 1540, figurent régulièrement de nombreuses dépenses relatives aux fontaines de la ville, ce qui révèle un souci permanent de fournir une eau de qualité. La région ne manque pourtant pas d’eau : le climat humide, la présence de la Risle, le circuit des canaux urbains, les fossés inondés rendent l’eau toujours proche, facilement accessible. Mais, souvent, puisque toutes sortes d’ordures sont jetées dans les rivières, cette eau n’est pas saine. À Harfleur, il est précisé que la ville étant proche de la mer, il n’est pas aisé de trouver à proximité de l’eau douce. En outre, ces deux villes sont des « villes en frontière de la mer », qui assurent la défense du pays et ont un rôle stratégique. Une lettre de François Ier datant de 1546 insiste sur le nécessaire équipement en eau potable des villes fortifiées : en cas de siège, « pour résister aux ennemis », « pour la conservation de la ville », « pour les hommes de la garnison », « pour l’usance des habitants » au cours d’un siège éventuel et en temps ordinaire, il est obligatoire que la ville ait un approvisionnement en eau abondant. Or, explique-t-on, la fontaine actuelle « perd son cours et diminue tellement en la source qu’elle ne peut subvenir au peuple ». Il est nécessaire, poursuit le roi dans cette lettre, que l’équipement en eau coïncide avec le chiffre de population : il faut « icelle fournir et munir d’eaues fresches ainsi qu’il est requis et nécessaires ès villes limitrophes populées comme est notre dicte ville de Harfleu »139. Cette préoccupation est classique, nombre de villes assiégées ont été vaincues faute d’eau : Carcassonne est prise par Simon de Monfort en 1210 après qu’il a saisi les puits.

110Les autorités urbaines de Pont-Audemer entretiennent deux canalisations qui captent l’eau d’une source située hors de la ville, près du couvent des Carmes (à 1 km) et la transportent jusqu’au centre de la ville où elle jaillit en deux fontaines, l’une installée dans la Grand Rue, l’autre dans la rue aux Juifs, autre artère majeure. À Harfleur, l’eau est captée à partir de sources situées dans la vallée de Gournay sur la paroisse de Gonfreville (à 1-2 kilomètres ?). Il ne se passe pas d’année sans qu’il y ait quelques dépenses concernant ces fontaines ou ces conduites. Le montant en est variable : quelques dizaines de sous pour réparer une fuite, plusieurs dizaines de livres pour changer les tuyaux de plomb ou rénover les fontaines.

  • 140 AMPA, CRV, 1477, fos 28-29.

111Deux sortes de défaillances techniques perturbent l’alimentation en eau de la ville. D’une part, la rupture des conduites, car les canalisations de plomb ne supportent pas la gelée et éclatent ; les fuites qui en résultent interrompent l’écoulement de l’eau à la fontaine. D’autre part, « l’empêchement » : les tuyaux, qui ne sont pas tous de plomb mais aussi de bois, pourrissent et se bouchent. Cela peut être également dû aux terres et feuilles qui obstruent la canalisation au captage de la source, ou encore aux animaux, grenouilles ou poissons, qui, happés par le flux, provoquent un bouchon. « La fontaine est empêchée en son cours car les cahos [tuyaux de bois] sont pourris et cassés », est-il précisé en 1477140 ; « le cours estoit rompu et failli », « le cours de la fontaine estoit failli et ne venait plus dans la ville ». C’est pourquoi les équipements de ces fontaines sont progressivement améliorés grâce à la canalisation de plomb. Les tuyaux de plomb sont gainés par des « corps » ou « cahots » de bois ou de pierre, comme le décrit le document suivant : Jehan Vibourg, plombier, demeurant à Rouen, est sollicité :

  • 141 AMPA, CRV, 1477, f° 49.

[pour] faire venir et courir l’eaue de la fontaine de ladite ville depuis la source de l’eaue jusque au pillier où elle souloit bouillir auprès du bout de la halle de la boucherie, et relever les cors qui sont mauvais, pourris ou cassés. […]. Lesdits cors seront mis et assis dedans gros arbres de bois de quesne au travers desdits fossés et rivières qui seront creusés et vyder pour mettre lesdits cors et sur la terre dedans lesdits cahos de pierre qui seront couvers d’autres pierres pour garder ledit plom141.

  • 142 ADSM, 3 E 6 124, no 25, 1495.
  • 143 ADSM, 3 E 6 160 : Harfleur, fontaines, 1546-1548.

112À Harfleur, la fontaine donne lieu à des dépenses d’entretien comparable, à ceci près que sur une certaine section, les tuyaux ne sont pas enterrés, mais courent à la surface du sol, sur la rue, de sorte qu’un pont de bois est construit « sur le conduit de la fontaine pour garder que le plomb ne fut foulé et le conduit étoupper à cause des chevaux et charroy passant dessus »142. Des progrès sont réalisés au cours du XVIe siècle : en 1546, la ville achète « 2 000 toises de tuyaux de terre à fontayne bien plommées par dedans », matériel de grande qualité, produit à Bradiaucourt près de Neufchâtel, qui ne pourrit ni ne gèle, car cette fois les conduites seront enterrées et pourvues de regards (appelés « lumières »). L’ensemble atteint un prix élevé (1 000 livres !)143.

  • 144 AMPA, CRV, 1495, f° 29.
  • 145 AMPA, CRV, 1495, f° 34.
  • 146 AMPA, CRV, 1530, f° 13.
  • 147 AMPA, CRV, 1505, fos 25 à 30.

113Une attention soutenue permet de préserver la propreté de la source et d’éviter l’introduction de corps étrangers. C’est ainsi qu’en 1495, à Pont-Audemer, un maçon construit « une petite portion de mur de pierre et caillou pour soutenir les terres près de la source pour les garder de cheoir sur les cahos de bois et entours de la source »144 ; Jehan Doullen, « maignan » (travailleur du cuivre) installe la même année « une caudière d’airain et clou d’airain, perchés fort menu, pour clouer au cors de bois de la source de la fontaine, pour faire entrer l’eau en dedans de son corps »145 ; de même, en 1530, Fiacre Doullen, maignan, est payé 35 sous : « pour un pot d’airain pertusé et mis à la fontaine qui descend dedans la cuisine des Carmes pour éviter que les grenouilles et poissons ne puissent monter dedans ladite fontaine et descendre dedans la fontaine de la ville »146. Les fontaines sont pourvues d’un équipement qui permet aux citadins de boire : Jehan Doullen en 1495 installe « une chantepleure de cuivre, une autre caudière et une écuelle d’airain pour mettre à la fontaine pour faire boire les passans de ladite ville ». Les travaux liés à l’amélioration des fontaines, du fait de leur ampleur, font l’objet d’un compte séparé en 1505147.

114La croissance probable du nombre d’habitants, la remise en état de quartiers détruits par les guerres, la densification de l’habitat entraînent l’édification de nouvelles fontaines à Pont-Audemer, dont une sur la place du pilori en 1525. Cette ville en compte donc trois à cette date. L’investissement paraît important, car la ville s’associe au couvent des Cordeliers, pour supporter les frais :

  • 148 AMPA, CRV, 1525, f° 30. On signale aussi une fontaine « près de la Poissonnerie » en 1521. Est-ell (...)

À Frère Guillaume Bouchard, vicaire du couvent des myneurs, 50 livres en faveur de ce qu’ils se sont submis conduyre et mener à leurs despens partye du cours de la grande fontaine jusque au lieu du pilori pour la commodité de ladite ville et profit desdits habitants […]148.

115Il semble d’après ce texte que les conduits qui transportent l’eau aient été prolongés depuis la fontaine située devant Saint-Ouen (« la grande fontaine ») vers la place du pilori qui se trouve dans la continuation de la Grand-Rue. Sur cette place, une autre fontaine a été érigée :

  • 149 AMPA, CRV, 1525, f° 35.

À Guillaume Piédelièvre, un des conseillers de la ville, pour plusieurs mises par lui faites à plusieurs manouvriers pour la fontaine du pilory pour avoir payé de la chaux chiment et autres choses pour la fontaine, 10 livres 14 sous t.149.

  • 150 AMPA, CRV, 1525, fos 40 à 42.

116Cette fontaine du pilori devient donc la troisième fontaine en activité à Pont-Audemer, présente dans un quartier qui était dépeuplé au sortir de la guerre de Cent Ans, qui a été progressivement rebâti et qui, vers 1525, abrite suffisamment de population pour que les autorités urbaines conviennent qu’une nouvelle fontaine est nécessaire en ces lieux. L’importance de ce chantier se traduit par le recours à un spécialiste venu de Rouen, « maistre Pierre Toustain, fontenier », et le montant de la dépense qui s’élève à 76 livres 15 sous 1 denier.150

117Au moment où Jacques Le Lieur produit à Rouen son Livre des fontaines, il existe depuis plusieurs décennies un mouvement d’équipement des villes en conduites d’eau potable, mouvement général qui touche aussi les villes de rang secondaire. Cette attention accordée aux installations desservant les citadins en eau résulte de l’expérience d’épidémies répétées, d’une sensibilité naissante à la pollution de l’eau, et aussi des contraintes traditionnelles de la mise en défense.

L’hygiène publique : séparation des lépreux et maisons pour les pestiférés

  • 151 AMPA, CRV, 1511, fos 33 et 36.

118Les autorités municipales font construire vers 1520-1540 des maisons destinées à accueillir les malades de peste. Jusque-là, en cas d’épidémie, les malades étaient reçus au sein des hôtels-Dieu et un personnel particulier de gardes-malades était employé pour la circonstance ; une garde-malade est appointée en 1511 « affin que plus charitablement elle subvint aux mallades de peste étant en l’hôtel-Dieu », parce qu’elle « s’est occupée chaque jour de certaines personnes de la ville malades de peste et un pauvre mendiant a enseveli et fait les fosses de plusieurs personnes décédées, et tous les deux les ont portés en terre au cimetière de Saint-Germain »151.

  • 152 Chronologie assez comparable en Poitou et Val de Loire : création d’une maison pour pestiférés à P (...)

119Mais il était préjudiciable pour tous que les pestiférés côtoient les pauvres au sein des hôpitaux. Ces derniers, plus faibles, étaient rapidement infectés et accéléraient la propagation de la maladie. D’où l’idée de construire des bâtiments séparés pour la mise en quarantaine des pestiférés. La relative fréquence des épidémies, l’ampleur du nombre des contaminés et des victimes, et une plus grande aisance financière des villes expliquent cela. Ainsi, dès 1518 à Harfleur, 1530 à Louviers, 1538 à Caudebec et 1546 à Pont-Audemer, de telles maisons sont construites152. L’acte d’Harfleur décrit la manière par laquelle s’effectue la séparation des pestiférés :

  • 153 ADSM, 3 E 6 131, 1515-1525, 22.

À Robert Bourel et son compagnon, 30 sous tournois […] parce qu’ils ont aidé à vider de leur maisons les malades de la peste et les ont mené à la maison ordonnée pour les malades hors de la ville153.

  • 154 ADSM, 3 E 6 150, compte de Jehan Lambert, 1541.

120En 1541, dans la même ville, de semblables maisons sont apprêtées pour les mêmes fins : « baillé a dépense quarante cinq solz par le commandement de Messieurs de la ville pour avoir fait les maisons à la [gruce ?] pour mettre les malades de la peste de la ville de Harfleur fait le 3e jour d’octobre 1543 »154.

  • 155 Jean-Noël Biraben, Les Hommes…, t. I, p. 184-192 ; à Pont-Audemer, lors d’une peste, les recteurs (...)

121La construction de ces maisons est une mesure de prophylaxie et est aussi la conséquence de l’effroi suscité par cette maladie. Certaines épidémies de peste, en effet, touchaient quelques maisons, quelques rues et restaient très limitées en malades et en nombre de morts155.

  • 156 Annie Saunier, « Le Pauvre Malade »…, p. 230.
  • 157 ADSM, 3 E 6 132, 1521-1525, 43 : « À Jehan Molin, terreur de maison, 60 sous tournois, pour avoir (...)

122Ces maisons étaient toujours périphériques à la ville, comme il est indiqué ici, et souvent petites156. Quelques renseignements sont fournis dans le compte de 1521, permettant de connaître l’organisation des lieux : les murs sont de torchis, il y a deux chambres, au moins, et deux cheminées157. L’acte de fondation de l’hôpital Sainte-Anne à Caudebec-en-Caux est, sur cette question, le document qui apporte le plus d’information. Cet établissement est créé par une initiative à la fois privée et collective, qui est résolument « laïque », étant le fait des bourgeois de la ville : un « élu pour le roy en l’élection de Caudebec », « honorable homme Jehan Houel » donne « en pure et franche aumosne certaine place spacieuse pour servir d’hopital » ; les autres bourgeois fournissent tout un ensemble de rentes foncières constituant le budget de fonctionnement de cette fondation : « Ont été données plusieurs rentes foncières aux fins d’icelle fondation et autres rentes montans cent livres tournois par plusieurs notables personnes tant d’église, officiers du roy, gens de justice, bourgoys, manans et habitans dudit lieu de Caudebec ». L’objectif poursuivi est que sur ce terrain soit construit un hôpital « pour les poures mallades de ceste ville et faubourgs tant de peste que autrement ». À la date de l’acte, il semble que la construction ait commencé et que « aulcuns quelconques édiffices auroient du depuys esté construicts et bastilz et édiffier plusieurs grands édiffices à ce commodes, utilles et nécessaires pour recepvoir lesdits poures débilles, mesmes ait esté construicte et édiffiée chapelle estant dedans les enclaves d’icelle place et hospital ».

123La municipalité donne à l’établissement ses statuts qu’elle fait approuver par les autorités religieuses compétentes. Elle demande (et obtient, probablement) que quatre religieuses du tiers ordre de saint François, venant du couvent de Neufchâtel, s’établissent à Caudebec « pour en ycelui hopital faire leur résidence et demeure ».

124La tâche des religieuses consistera à secourir les malades, subvenir à leurs nécessités et les garder :

À la charge que lesdites religieuses seront tenus de voir, visiter et garder à leur povoir les poures affluens audit hospital de toutes malladies, mesmes desdits habitans de ladite ville et faubourgs seullement desquelz elles pourront estre requises pour les penser et garder en leurs maisons qui leur pourront subvenir, leur délivrant touteffoys vivres raisonnables durant les temps qu’elles seront empêchées à garder lesdits mallades hors dudit hospital.

125Un travail, ici, lié à la maladie, à la peste et non à la pauvreté, à la vieillesse ou à la solitude comme dans les hôtels-Dieu ordinaires qui accueillaient plus de pauvres que de malades : l’hôpital aura donc une spécialisation médicale. Le travail des religieuses devra déborder du cadre hospitalier : en cas d’épidémie, les bourgeois aisés restaient dans leur maison, les plus pauvres « affluaient » dans les hôpitaux : les religieuses devront donc toucher toutes les catégories d’habitants. Dans ces dispositions affleure la volonté d’une municipalité soucieuse d’étendre ses décisions à l’ensemble de la population urbaine, mais également désireuse d’en bénéficier elle-même. Ce que confirment d’autres obligations des religieuses de l’hôpital puisqu’elles devront aussi « prier Dieu pour les bien faicteurs ».

126Les ressources de l’établissement seront complétées par des quêtes que les religieuses devront faire deux jours par semaine, le lundi et le vendredi « par la ville » et elles devront aussi « assister es portailz de la grande église dudit lieu ès jours des dimenches et festes solennelles pour ceullir et lever à leur proffit les omosnes et dévotions que leur seront donnés et présentés par lesdits habitans et autres ». En outre, les biens mobiliers que les malades apporteront avec eux à l’hôpital resteront « au proffiz et utillité d’icelle maison […] sans ce que les parens héritiers ou autres y puissent rien prendre recueillir ne demander » et il est précisé que « lesquelles questes ainsy recueilliez, au préalable les religieuses nourriez et entretenues de leurs necessites seront convertis et employer à bastir entretenir à l’honneur et proffit dudit hostel-Dieu et non autrement ». L’acte souligne fortement – cela est même martelé – que l’autorité de tutelle est, reste et sera, dans tous les cas, la municipalité :

  • 158 ADSM, 113 HP 1, Caudebec, fondation de l’hôpital Sainte-Anne, 1538.

Laquelle requeste après avoir esté emplement critiquée et délibérée tant par les officiers du roy, de la ville, thésauriers, ou gouverneurs, manans et habitans de ladite ville et faubourgs avoit esté consenti et accordée comme juste et raisonnable, pourveu touteffoys que par tel moyen ledit hotel-Dieu ou hopital ne sera jametz tyré en conséquence d’hospital religieulx ny en titre de religion et bénéfice mais demourra comme hospital non religieulx et au gouvernement desdits recteurs et thésauriers laïques qui y seront commys esleuz et establis par lesdits officiers et habitans d’an en an ou de quartier en quartier soit par pétition ou comme il est acoustumé à la discrétion d’iceulx158.

  • 159 BNF, ms fr., 25 930, 55.
  • 160 Françoise Bériac, Histoire…, p. 199-200.
  • 161 Paul Adam, La vie paroissiale en France au XIVe siècle, Paris, Sirey, 1964, p. 96.

127Des initiatives du même ordre touchent les lépreux. La séparation des lépreux est une disposition ancienne, assez peu respectée dans les faits : la présence des lépreux était tolérée lorsque ceux-ci se déplaçaient pour effectuer des pèlerinages ou bien lorsqu’ils travaillaient pour vivre, quand les villes n’avaient pas de moyen de les entretenir. Certains d’entre eux vivaient même en ville : un fouage de 1515, concernant la rue des Chandeliers à Bernay, dresse la liste des personnes qui ont payé le fouage et celles qui en ont été exemptées ; parmi les habitants de cette rue, est présent un certain « Henry Roulet, mallade de lèpre »159. De temps à autre, les autorités prenaient conscience du laxisme ambiant et décidaient le renforcement des dispositions de contrôle des « ladres », comme ce fut le cas au début du XIVe siècle160. L’application de ces injonctions était du ressort des paroisses et, en premier lieu, des curés, tenus pour responsables des lépreux. Le curé et ses paroissiens devaient les faire connaître, les faire ausculter par un médecin et en informer l’évêque. Ils s’engageaient à assurer leur vie matérielle161.

  • 162 Lépreux suspect en la paroisse Saint-Martin d’Harfleur, ADSM, G 5274, f° 16 v°.

128Au commencement du XVIe siècle, des procédures de surveillance et de séparation des lépreux restent actives dans quelques petites villes (Montivilliers, Louviers, Harfleur). Le rôle des médecins dans les commissions qui examinent les lépreux est particulièrement intéressant. L’official de Montivilliers nommait un groupe de médecins, chirurgiens et barbiers. Ceux-ci étaient chargés d’ausculter des lépreux supposés en les « palpant ». Les personnes suspectes d’être lépreuses étaient désignées par les trésoriers des paroisses162. Les médecins rendaient ensuite leurs conclusions, et sur la foi de cet avis, l’official déclarait l’homme « lépreux » et le contraignait à intégrer la léproserie de la ville. Un document décrivant cette procédure mérite d’être ici intégralement cité :

Nous Huguelin de la Haye et Jehan Guéroult, chirurgiens et barbiers jurés à Louviers, certifions à tous qu’il appartiendra que ce jourd’huy cinquième jour de mars 1534 s’est à nous présenté Claude Panié, natif et originaire de la paroisse Notre-Dame de Louviers, nous priant et requérant estre par nous veu et visité, scavoir s’il est lépreux comme il estime estre, lequel de son voulloir et par le consentement de Messieurs les curés vicaires et thésauriers d’icelle paroisse Notre-Dame de Louviers avons veu et visité et treuvé en luy plusieurs signes équivoques et univoques et plusieurs morphées sur les parties de son corps, par quoy nous ne doutons en rien que ne soit lépreux, mais l’estimons tel. Car nous l’avons enquis des cas requis à l’examen qui appartient à ladite lèpre qui nous a donné response conforme à notre opinion et jugement et ne scaurions le excuser selon notre art et pratique que ne soit à séparer de la communion du peuple et le tout certiffions estre vray, tesmoings nos signés cy mis les an et jour dessusdits.

  • 163 Françoise Bériac, Histoire…, p. 47-48 et 58-65.

129Ces opérations sont, comme il apparaît ici, faites avec l’accord de la personne examinée et à l’initiative des autorités ecclésiastiques et non civiles. Celles-ci exercent par le moyen de cette procédure un fort contrôle social sur les villes et bourgades de leur ressort, d’autant que ce contrôle ne concernait pas uniquement la maladie mais aussi les mœurs et les croyances. Par la mise en place de ces commissions médicales s’affirmait un effort de limitation des dérives possibles de la dénonciation, et une première tentative de « dépistage » des malades. Celui-ci s’effectue par un examen clinique obéissant à certaines normes. Le barbier procédait généralement à une saignée, le médecin examinait les urines, le pouls, puis le corps, recherchait sur le visage et les membres des « signes univoques et équivoques ». Ces derniers révèlent une formation universitaire et renvoient au traité de médecine de Gui de Chauliac faisant autorité depuis le XIVe siècle163. L’existence d’un « métier juré » à Louviers en 1534 explique que les pratiques courantes de la profession aient été définies avec une certaine précision ; elle laisse penser que la population était assez nombreuse pour faire vivre de nombreux médecins formant un corps.

130Au cours des décennies qui ont suivi la fin de la guerre de Cent Ans, les autorités urbaines dirigeant de moyennes et petites villes normandes ont donc cherché, dans la mesure de leurs moyens, à soulager les difficultés physiques de leurs administrés. À mesure que la Normandie et ses villes se repeuplaient et se relevaient, elles ont amélioré les infrastructures d’hygiène urbaine et l’équipement d’assistance aux pauvres et aux malades. Le traitement des maladies par le recours aux médecins et barbiers est devenu plus courant dans les villes, même dans celles de petite importance. La présence de ces professionnels de santé devient alors un caractère spécifique de la ville, grande ou petite.

Notes

1 Michel Mollat, Les Pauvres au Moyen Âge, 2e éd., Bruxelles, Complexe, 1992, p. 213.

2 AMPA, CRV, 1529, f° 33.

3 BNF, ms fr., 25 926, 370 : Bernay, rue des Penteurs, 1503.

4 Pont-Audemer, Saint-Ouen, 1458 : BNF, ms fr., 25912, 1222 et 11193 ; Saint-Germain, 1506, ms fr., 25927, 608 ; Neufchâtel, Saint-Jacques, 1500 : BNF, ms fr., 25925, 139 ; 1509, ms fr., 25928, 813 ; 1512, ms fr., 25929, 1073 ; Saint-Pierre, 1500, ms fr., 25925, 154 ; Notre-Dame, 1500, ms fr., 25927, 558 ; 1515, ms fr., 25930, 109 ; Elbeuf, Saint-Étienne, 1500, ms fr., 25925, 201 ; Louviers, Saint-Jean, 1500, ms fr., 25925, 115 ; 1503, ms fr., 25926, 356 ; Harfleur, Saint-Martin, 1500, ms fr., 25926, 249 ; Lille-bonne, Saint-Denis, 1500, ms fr., 25927, 527 ; Le Neubourg, Saint-Paul, 1506, ms fr., 25927, 660.

5 BNF, ms fr., 25930, 55 : Bernay, 1515.

6 BNF, ms fr., 25929, 1073 : Neufchâtel, Saint-Jacques, 1512.

7 ADSM, 2 E 14 1139, acte du 6 janvier 1482.

8 À Pont-Audemer, cette situation se présente en 1503, en 1511-1512, 1521-1522 ; Rouen connaît les mêmes vagues épidémiques.

9 Histoire des hôpitaux en France, Jean Imbert (dir.), Toulouse, Privat, 1982, chap. i et ii.

10 AMPA, CRV, PJ, no 28, 6 octobre 1482.

11 ADSM, 2 E 14, 1138, 4 août 1462. Autre cas comparable, toujours à Neufchâtel, 2 E 14, 1139, 20 octobre 1481 : « Jehan Le Prévost dit Gallois donne à Jehan Le Prévost aisné, son fils, demourant à Notre Dame de Neufchâtel tous ses biens meubles et héritages […] affin que ledit Jehan sera tenu trouvé pour le temps advenir le vivant état à lui et à sa femme Jehanne comme de boire, menger, vestir, chausser, lit, feu et hostel bien et convenablement selon leur estat. Et après leur décès les fera enterrer et fère fère leurs obsèques et entièrement bien et suffisamment ». Ce qui semble être une assurance prise pour un avenir non immédiat, car ce même Le Prévost, la même année, prend à fieffe une masure vide où il s’engage à bâtir une maison de 20 l. dans les trois ans. Famille qui n’est pas sans le sou, comme on le voit ; en 1502, un autre membre de cette famille, Philippe Le Prévost dit Gallois est boucher.

12 ADSM, 2 E 14, 1138, décembre 1462.

13 ADSM, 2 E 14, 1138, 20 avril 1464.

14 AMPA, CRV, 1496-1497, f° 34 : un prédicateur apprécié est aidé financièrement le temps de sa maladie ; CRV, 1497-1498, f° 28 : un vieillard sans ressources, « réduit à la mendicité », est également aidé par la ville, parce qu’il est le père d’un prédicateur.

15 ADSM, 3 E 6 127, 1505, 32 et 33.

16 Voir Jacques-Louis Ménétra, Histoire de ma vie, 2e éd., Paris, Albin Michel, 1998. L’auteur, un vitrier du XVIIIe siècle, relate souvent les accidents qui survenaient sur les chantiers de construction : par exemple, la chute d’une échelle, p. 49.

17 AMPA, CRV, 1490-1491, fos 22 et 29 : l’homme décède de ses blessures peu après.

18 AMPA, CRV, 1528, f° 20.

19 ADSM, 2 E 14 1138, 10 août 1461.

20 AMPA, CRV, 1455-1481, PJ, no 53.

21 AN, JJ 182, 51 : soule à Harfleur en 1453.

22 ADSM, 3 E 6 276, 1507-1521.

23 ADSM, 3 E 6 276, 1507-1521.

24 ADSM, 3 E 6 276, 1507-1521.

25 AMPA, CRV, 1521, fos 39, 43, 56, 61.

26 AMPA, CRV, 1521, f° 39.

27 AMPA, CRV, 1525, f° 33.

28 Guy Bois, Crise du féodalisme, Paris, Presses de la Fondation nationale des sciences politiques, 1981, p. 316.

29 ADSM, Harfleur, 3 E 6 123, 2 et 3, 1496.

30 ADSM, 3 E 6 125, 1502, n° 23. De nombreux autres actes de 1502 mentionnent cette « peste ».

31 Les fossoyeurs : ADSM, Harfleur, 3 E 6 125, 18, 21 et 22 ; 3 E 6 125, 60, 1502 : deux fossoyeurs sont malades ; même cas en 3 E 6 124, 23, 1495 : « À Simonnet Gredenin et son compagnon, fosseurs, 20 sous t., pour subvenir à leurs nécessites et malladies de peste qu’ils avoient prins à visiter les malades » ; les médecins : Harfleur conserve un acte étonnant par lequel la ville paie 20 sous à Pierre Resset, barbier, « pour qu’il se absenta et vydast de ceste ville pour aucun doute de pestillence ». Le barbier est payé pour quitter la ville (et ainsi échapper à la contamination ?), ADSM, 3 E 6 128, 1507, 1.

32 Dr Jules Roger, Les Médecins normands, du XIIe au XIXe siècle, Paris, Steinheil, 1890.

33 ADSM, 3 E 6, 131, 1515-1525, 21.

34 ADSM, 3 E 6 125, 1502.

35 ADSM, 3 E 6 130, 1509, 17.

36 ADSM, 3 E 6 150 : une petite cédule illustre ce point : « Jehan Duval, naguères administrateur des poures de ceste ville de Harfleur payez au filleur (?) guarde des malades de peste la somme de quarante solz t. à luy ordonnés par chacun moys ».

37 ADSM, 3 E 6 150, 1538-1544.

38 ADSM, 3 E 6 150, compte 1535 : « Item en la boete assise devant la halle dont Jacques Esnale a la charge de la mectre a été trouvé, présens les dessusdits 12 sous ».

39 ADSM, 3 E 6 150 : compte de Raoullin Quemin, 1540 : quelques quittances indiquent les dépenses de nourriture payées par la ville et fournies aux malades chaque semaine. On voit qu’une nourriture de base est ainsi procurée à des malades qui ne semblent pas avoir été réunis dans un hôpital : blé, « chair », cervoise, cidre, vin, pain, beurre, poisson, bois. Les sommes sont données par semaine.

40 Quelques documents du XVIe siècle dans ADSM, 111 HP 1.

41 Françoise Bériac, Histoire des lépreux au Moyen Âge : une société d’exclus, Paris, Imago, 1988, p. 207.

42 Cas de la léproserie de Falaise, citée par Damien Jeanne, « Le groupe des lépreux à Saint-Lazare de Falaise aux XIVe et XVe siècles », in Lépreux et Sociabilité du Moyen Âge aux temps modernes, Mont-Saint-Aignan, Publications de l’université de Rouen, 2000, p. 58.

43 ADSM, 106 HP 1, hôpital Sainte-Anne d’Eu, compte 1477-1478, maladrerie du Val-des-Glands.

44 ADSM, 107 HP 3 : léproserie de Saint-Martin de Fécamp, arrêt du parlement, 5 novembre 1549.

45 ADSM, 3 E 6 124, 17, 1495.

46 ADSM, 111 HP 1 : hôtel-Dieu de Montivilliers, compte 1478-1479.

47 À Pont-Audemer, vers 1480-1490, le prieur de l’hôtel-Dieu, Nicolle de Fréville, déploie une grande activité pour relancer l’exploitation du temporel de l’hôpital, engage des procès contre de mauvais payeurs, répare et rénove les bâtiments. Voir Bruno Sintic, L’Hôtel-Dieu de Pont-Audemer à la fin du Moyen Âge, mémoire de DEA, sous la direction de Jean-Pierre Leguay, université de Rouen, 1995, p. 52, dactyl.

48 Un cas de prêt de l’hôtel-Dieu de Neufchâtel : ADSM, 2 E 14 1139, acte du 7 septembre 1482.

49 Les desservants à Neufchâtel : les actes notariés les citent parfois par l’expression « les religieuses personnes le prieur et les religieux de l’hôtel-Dieu de Neufchâtel » ; outre le prieur, on compte quatre noms en 1460, cinq noms en 1461, six noms en 1462 et, en 1464, jusqu’à une douzaine.

50 ADSM, 111 HP 1, hôtel-Dieu de Montivilliers, compte, 1563 (environ).

51 ADSM, 107 HP 9, hôtel-Dieu de Fécamp, compte 1491 et 1492.

52 AMPA, HD, PF 27, chap. i, inventaire de 1555.

53 ADSM, 105 HP 1, hôtel-Dieu d’Elbeuf, compte 1597-1599.

54 ADSM, 107 HP 9, hôtel-Dieu de Fécamp, compte 1491,1492 et 1495.

55 Jean-Pierre Gutton, « La mise en place du personnel soignant dans les hôpitaux français », Société française d’histoire des hôpitaux, no 54, 1987, p. 13.

56 ADSM, 107 HP 1, hôtel-Dieu de Fécamp, compte 1489.

57 ADSM, 107 HP 1, hôtel-Dieu de Fécamp, compte 1489.

58 ADSM, 107 HP 9, hôtel-Dieu de Fécamp, compte 1478.

59 ADSM, 107 HP 9, hôtel-Dieu de Fécamp, compte 1492.

60 ADSM, 107 HP 9, hôtel-Dieu de Fécamp, compte 1535.

61 ADSM, 107 HP 1, hôtel-Dieu de Fécamp, compte 1489.

62 Georges Vigarello, Le Propre et le Sale, Paris, Seuil, 1985.

63 Annie Saunier, Le « Pauvre Malade » dans le cadre hospitalier médiéval. France du Nord, 1300-1500, Paris, Arguments, 1993, p. 221.

64 Ibid., p. 193.

65 ADSM, 107 HP 9, hôtel-Dieu de Fécamp, compte 1492 et 1495.

66 ADSM, 107 HP 9, hôtel-Dieu de Fécamp, compte 1478.

67 ADSM, 107 HP 1, hôtel-Dieu de Fécamp, compte 1489.

68 ADSM, 107 HP 1, hôtel-Dieu de Fécamp, compte 1493 : huit paires de draps de chanvre neufs achetés à Rouen pour 4 l. 5 s.

69 ADSM, 107 HP 9, hôtel-Dieu de Fécamp, compte 1478.

70 ADSM, 107 HP 1, hôtel-Dieu de Fécamp, compte 1489.

71 ADSM, 106 HP 1 : hôpital Sainte-Anne d’Eu, acte du 9 septembre 1476 ; la maladrerie du Val-des-Glands est une léproserie.

72 ADSM, 105 HP 1, compte 1599.

73 ADSM, 105 HP 1, compte 1597.

74 ADSM, 105 HP 1, compte 1599.

75 AMPA, Hôtel-Dieu (HD) : Guillaume Dufay, PF 8, chap. viii, 1486 ; Guillaume Le Gracieux, PF 6, chap. vi, 1482 ; Michel Dufour, PF 6, chap. v, 1481.

76 ADSM, 113 HP 1, fondation de l’hôpital Sainte-Anne, 1538.

77 Chapelle de l’hôtel-Dieu, encore visible à Pont-Audemer vers 1900.

78 Annie Saunier, « Le Pauvre Malade »…, p. 182.

79 ADSM, 107 HP 9, hôtel-Dieu de Fécamp, compte 1495.

80 AML, PF2, 2e cahier, « Mémoire des choses les plus mémorables trouvées dans les marthérologes et registres de l’église paroissiale Notre-Dame de Louviers ».

81 AML, PF2, 2e cahier, « Mémoire des choses les plus mémorables trouvées dans les marthérologes et registres de l’église paroissiale Notre-Dame de Louviers ».

82 Ibid.

83 AMPA, CRV, 1517-1518, f° 45. Voir acte en annexe. Jean-Noël Biraben cite de nombreux cas semblables à Montpellier, Amiens, Compiègne, Nantes… Les Hommes et la Peste en France et dans les pays européens et méditerranéens, Paris - La Haye, Mouton, 1975, t. II, p. 71-72.

84 AMPA, CRV, 1517-1518, f° 45. Voir acte en annexe. Jean-Noël Biraben cite de nombreux cas semblables à Montpellier, Amiens, Compiègne, Nantes… Les Hommes et la Peste en France et dans les pays européens et méditerranéens, Paris - La Haye, Mouton, 1975, t. II, p. 71, n. 64.

85 ADSM, G 5349.

86 AMPA, CRV, 1501, f° 34 ; autre cas : CRV, 1518, f° 27, Melaigne Hainfroy, barbier, tient un ouvroir.

87 Alfred Canel, Histoire de la barbe et des cheveux en Normandie, (2e éd.), Saint-Germain, De Heutte, 1874, p. 36. François Ier contribue à faire évoluer la mode : cheveux courts et barbe. En Normandie, cette mode est adoptée très lentement, selon Canel.

88 AMPA, CRV, 1489, f° 22 : « 60 sous […] [pour] payer les barbiers et cirurgiens qu’il a convenu [illisible] à une main qu’il a eu percé tant en travers et les os et ners d’icelle rompus et brisés du manche d’une couleuvrine qu’il faisait tirer […] et à celle cause a été en très grande nécessité de malladie et en danger de perdre la main ».

89 AMPA, CRV, 1489-1490, f° 22 et 1490-1491, f° 29.

90 Abbé Alexandre Tollemer (éd.), Un sire de Gouberville : gentilhomme campagnard au Cotentin de 1553 à 1562, Paris - La Haye, Mouton, 1972, « Combien on usait de l’épée, de la dague et du bâton », p. 643-651.

91 Louis Passy (éd.), Le Livre des métiers de Gisors, Pontoise, Publications de la société historique du Vexin, 1907, p. 14.

92 Ibid.

93 AMPA, CRV, 1501, f° 34.

94 Robert Favreau cite des initiatives semblables pour Niort en 1452 et Vierzon en 1502 : voir « Épidémies… », p. 356, n. 1.

95 AN, JJ 191, 27.

96 Un sire de Gouberville…, p. 228-238.

97 Annie Saunier, « Le Pauvre Malade »…, p. 125.

98 AMPA, CRV, 1510, f° 11.

99 AMPA, CRV, 1529, f° 14.

100 Un sire de Gouberville…, p. 232-233.

101 Jean-Noël Biraben, Les Hommes…, t. II, p. 42-50.

102 AMPA, CRV, 1518, f° 26.

103 Annie Saunier, « Le Pauvre Malade »…, p. 140.

104 AMPA, CRV, 1518, f° 27.

105 Jean-Marc Moriceau, L’Élevage sous l’Ancien Régime, Paris, Sedes, 1999, p. 94-95.

106 ACE, CC 29, 1470, 1.

107 AMPA, CRV, 1491, f° 25 : Raoul de Fréville qui fournit à la ville de l’hypocras et des torches, est dit « espicier, bourgois de Pont-Audemer » ; dans CRV, 1497, fol. 34, il prépare l’hypocras pour un banquet et est dit « apothiciare ».

108 Le statut des apothicaires de Gisors cite un assez grand nombre de produits constituant la pharmacopée courante des apothicaires de la ville : triacle, mestridal, thériacque, métridatum, oppiates, poudres, électuaires, tryasandaly, dyarodum, produits considérés comme élaborés et « de grande conséquence », contenant quelquefois de l’or, de l’argent, de l’ambre gris, du musc que l’on ne peut délivrer sans ordonnance du médecin, et des produits plus simples, « casse, manne, thamarins, diairis, pénicles, sucre candi […] qui ne peuvent nuire au corps humain ».

109 AMPA, CRV, 1455-1481, PJ, no 53.

110 Un sire de Gouberville…, p. 259.

111 ADSM, 3 E 6 150, cédule, 2 septembre 1543.

112 AN, JJ 236, no 69, 1525.

113 Louis Passy (éd.), Le Livre…, p. 118.

114 ADSM, 3 E 6 127, 1507, 58, 59, 60 et 61.

115 ADSM, 3 E 6 133, 1525-1535, 25 : le barbier Henri Buisson reçoit 100 s. t. de gages annuels.

116 Danielle Jacquart, Le Milieu médical en France du XIIe au XVe siècle, Genève, Droz, coll. « Publications du Centre de recherches d’histoire et de philologie de la IVe section de l’École pratique des hautes études. Hautes études médiévales et modernes », no 46), 1981, p. 133.

117 Annie Saunier, « Le Pauvre Malade »…, p. 140.

118 ADSM, 3 E 6 125, 1502, no 8.

119 Danielle Jacquart, Le Milieu…, p. 136.

120 Robert Favreau repère le même phénomène dès 1486 à Angers, ville importante et qui possède une faculté de médecine. Là aussi, les autorités urbaines sont à l’origine de l’engagement des médecins ; Robert Favreau, « Épidémies… », p. 367.

121 AMPA, CRV, 1455-1581, PJ, no 60, janvier 1465.

122 AMPA, CRV, 1486, f° 34.

123 ADSM, 3 E 6 132, 1521-1525, 7.

124 AMPA, CRV, 1518, f° 28.

125 AMPA, CRV, 1509, f° 11 : présence de latrines dans le jardin de Pierre Cardonel. Ce jardin doit être en partie détruit pour élargir le fossé de la ville.

126 Interdictions datant de 1390 et 1407, citées par Lucien-René Delsalle, Rouen et les Rouennais au temps de Jeanne d’Arc, 1400-1470, Rouen, Éditions du P’tit normand, 1982, p. 42, n. 10.

127 Ibid., p. 42.

128 AMPA, CRV, 1478, f° 55.

129 AMPA, CRV, 1485, f° 34.

130 ADE, 2 E 3971, no 119 : le 28 avril 1484, Colin Thirel est payé 35 s. t. pour cinq jours de travail « pass [és] à vider les curages et immondices étant en plusieurs lieux, rues et marchiés de ceste ville ».

131 AMPA, CRV, 1487, fos 32-33.

132 AMPA, CRV, 1528, f° 25.

133 AMPA, CRV, 1531, f° 28.

134 Alain Salamagne, Construire…, p. 70.

135 AMPA, CRV, 1526, f° 26, lettre attachée au folio concernant Guillaume Dupin, un voiturier.

136 AMPA, CRV, 1502, f° 50.

137 AMPA, CRV, 1502, f° 9.

138 AMPA, CRV, 1514, f° 42.

139 ADSM, 3 E 6 160 : lettre de François Ier, 14 août 1546.

140 AMPA, CRV, 1477, fos 28-29.

141 AMPA, CRV, 1477, f° 49.

142 ADSM, 3 E 6 124, no 25, 1495.

143 ADSM, 3 E 6 160 : Harfleur, fontaines, 1546-1548.

144 AMPA, CRV, 1495, f° 29.

145 AMPA, CRV, 1495, f° 34.

146 AMPA, CRV, 1530, f° 13.

147 AMPA, CRV, 1505, fos 25 à 30.

148 AMPA, CRV, 1525, f° 30. On signale aussi une fontaine « près de la Poissonnerie » en 1521. Est-elle nouvelle ?

149 AMPA, CRV, 1525, f° 35.

150 AMPA, CRV, 1525, fos 40 à 42.

151 AMPA, CRV, 1511, fos 33 et 36.

152 Chronologie assez comparable en Poitou et Val de Loire : création d’une maison pour pestiférés à Poitiers en 1520. Rovert Favreau, « Épidémies… », p. 387.

153 ADSM, 3 E 6 131, 1515-1525, 22.

154 ADSM, 3 E 6 150, compte de Jehan Lambert, 1541.

155 Jean-Noël Biraben, Les Hommes…, t. I, p. 184-192 ; à Pont-Audemer, lors d’une peste, les recteurs des écoles quittent la maison où ils accueillaient leurs élèves, située dans un quartier infecté, et louent un local ailleurs, tout en restant dans la même ville.

156 Annie Saunier, « Le Pauvre Malade »…, p. 230.

157 ADSM, 3 E 6 132, 1521-1525, 43 : « À Jehan Molin, terreur de maison, 60 sous tournois, pour avoir raddoubé la maison aux mallades hors la ville, avoir haussé les herdes [?] d’icelle d’un pié, avoir raddoubé les deux cheminées et avoir terrer le pignon devant [?] deux chambres et avoir enduit tout le derrière de sable, le tout de terre prins et fouy sur le lieu […] pour ladite maison appliquée aux malades de peste ».

158 ADSM, 113 HP 1, Caudebec, fondation de l’hôpital Sainte-Anne, 1538.

159 BNF, ms fr., 25 930, 55.

160 Françoise Bériac, Histoire…, p. 199-200.

161 Paul Adam, La vie paroissiale en France au XIVe siècle, Paris, Sirey, 1964, p. 96.

162 Lépreux suspect en la paroisse Saint-Martin d’Harfleur, ADSM, G 5274, f° 16 v°.

163 Françoise Bériac, Histoire…, p. 47-48 et 58-65.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search