Version classiqueVersion mobile

Petites Villes de Normandie

 | 
Bruno Sintic

Cinquième partie. Figures et problèmes de société des petites villes

Chapitre 3. Femmes et enfants

Texte intégral

1Décrire les habitants des petites villes normandes en suivant ce que nous disent les textes médiévaux conduit à privilégier le monde masculin. Vue au travers des comptes municipaux, la ville médiévale, en effet, est surtout une société d’hommes. Vision déformée, bien sûr, mais révélatrice de la place seconde qu’occupaient les femmes – et les enfants – dans le monde médiéval. Écrire l’histoire des femmes qui ont vécu au Moyen Âge dans cet échantillon de petites villes est une entreprise presque impossible à réaliser, faute de sources suffisamment parlantes. Dans les comptabilités, les femmes sont en effet presque complètement absentes. Si elles sont davantage mentionnées dans les actes notariés, et plus encore dans les rôles de fouage et les lettres de rémission, les indications qui les concernent restent bien laconiques. La situation documentaire est, à leur égard, frustrante. Néanmoins, il est difficile de passer sous silence plus de la moitié des citadins. Devant l’impossibilité d’établir une quantification sûre, de proposer des ordres de grandeur numériques fiables, l’esquisse remplacera ici le dessin achevé et l’évocation concernera des figures de femmes et des types de situation sociale. Les femmes, peu nombreuses, qui apparaissent le plus fréquemment dans les sources étudiées sont les femmes mariées et les veuves.

Femmes mariées

2La femme mariée est assez souvent mentionnée dans les actes notariés. De nombreux couples vendent ou achètent des terres et des maisons : en effet, une disposition de la Coutume de Normandie stipule que les biens de la femme et du mari ne sont jamais confondus. Lorsqu’un bien, venu par la femme, est cédé ou vendu, celle-ci doit donner son autorisation et être présente au moment où l’acte est établi par le notaire. Ces documents pourtant ne disent à peu près rien de la situation de la femme. Ils soulignent combien il était important aux yeux des contemporains d’associer des familles et des biens par mariage. Les couples que l’on peut voir et suivre ainsi paraissent généralement bien pourvus en terres, maisons et biens divers, comme l’illustrent les actes suivants :

  • 1 ADSM, 2 E 14 1137, acte du 2 mars 1460.

Jehan Enguerran et Martine sa femme, de Saint Pierre de Neufchâtel, baillent à rente à toujours à Collenet de Saint Martin, de Saint-Pierre de Neufchâtel, une maison et masure assis dans la même paroisse de Saint-Pierre, tenant d’un bout à la rue du Corsel […], et une masure vide assise à Notre-Dame de Neufchâtel […] d’un bout à la rue aux Cornettes […] pour 60 sous tournois de rente par an et feront un pignon et un travail de fossé ensemble et un palis depuis la maison jusqu’au ruissel1.

3Ce couple de propriétaires est soucieux de gérer son patrimoine et de trouver un tenancier qui occupera leur maison moyennant une rente annuelle. Ces biens proviennent certainement de la dot de la femme. Pour réunir un capital qui assure un niveau de vie ordinaire, le mariage, autant que le travail ou l’épargne, est donc un élément important.

4De tels actes, très courants dans tous les registres postérieurs, montrent la nature des propriétés possédées par les couples mariés, situées en ville et dans la campagne proche. Les acheteurs sont parfois de riches bourgeois, comme Pierre Bouglier qui apparaît à plusieurs occasions dans le même registre. Ces ventes signalent un besoin d’argent et s’accompagnent souvent d’autres ventes faites par les mêmes personnes quelques jours ou semaines plus tard.

  • 2 AN, JJ 219, no 88, 1487.

5Ces documents renseignent assez peu, mais montrent combien le mariage a une fonction économique dans les sociétés traditionnelles, unissant les fortunes et les familles autant que les conjoints. Cet état de fait permet d’éclairer certaines pratiques qui avaient cours parfois. Ainsi, dans la ville de Touques, en 1482, toute une famille est décimée par la peste. Seule une jeune fille survit et est recueillie par une tante, avant d’être fiancée à un parent de cette tante. Mais deux autres hommes l’enlèvent pour la marier dans la région de Carentan, probablement parce qu’elle possède un bel héritage2. La femme est souvent mariée jeune. Une lettre de rémission délivrée en 1454 décrit le cas d’un laboureur de Gisors, Perrinet Brahier, qui s’est marié à l’âge de 45 ou 46 ans à Jehanne Martel. Celle-ci, plus jeune que lui, « ne se gouverne pas bien » et le trompe. L’écart d’âge entre homme et femme permet de comprendre beaucoup de conflits conjugaux provoqués par l’adultère. Une autre conséquence en est que de nombreuses femmes connaissent le veuvage.

Veuves

6Elles sont très fréquemment citées dans les divers types de documents, étant probablement très nombreuses dans la société médiévale dans son ensemble, et pas seulement urbaine. Les épisodes de guerre, l’insécurité ordinaire, une certaine violence ambiante, les difficultés de l’alimentation, les insuffisances de l’hygiène, les épidémies, les accidents du travail entraînent une forte mortalité masculine, population plus exposée. Une blessure même bénigne, survenue au travail, au jeu ou à la taverne, peut très vite s’infecter et entraîner à terme la mort. Nombre de femmes, jeunes encore, restent ainsi sans mari.

7Le veuvage entraîne souvent la pauvreté, l’accroît quand celle-ci existait déjà et fait basculer la veuve et ses enfants dans la misère. Les rôles de fouage montrent combien la situation des veuves dans beaucoup de villes et villages est précaire, difficile, misérable : parmi les « non-payants », il y a toujours des veuves, comme dans le fouage de 1512 de la paroisse Saint-Jacques de Neufchâtel :

  • 3 BNF, ms fr., 25929, 1073, Saint-Jacques de Neufchâtel, 1512. Les veuves figurent fréquemment parmi (...)

La veuve et les enfants Themotin Série
La veuve Maître Jehan Cicefille et ses enfants
La veuve Thomas Maurel
La veuve Jehan Durant et son fils
La veuve Guillaume Petit et ses enfants
La veuve Papillon et son fils
La veuve Pierre Cossart
Jehanne Cardot veuve
La veuve Pierre Desbaulx n’ont rien […]3

  • 4 L’étape est un lieu de déchargement où était perçu un droit sur le commerce de gros des vins et bo (...)
  • 5 AMPA, CRV, 1488, fos 38-39.

8La mort touche toutes les couches sociales et provoque des difficultés financières, même si elle ne conduit pas systématiquement à la pauvreté. Les comptes de Pont-Audemer évoquent la situation difficile de la veuve d’un fermier, Jehan Ruette. Le mari défunt avait acheté la « ferme de l’étape »4. Le fermier qui avait acquis le droit de lever cette taxe devait à la ville 12 livres tournois. Après la mort de son mari, la veuve ne peut payer : elle explique au receveur de la ville qu’elle est restée avec trois petits enfants et qu’elle a aussi à sa charge sa propre mère « fort ancienne et avec de grandes debtes », qu’elle a essayé de récupérer le montant de la ferme et qu’elle n’en a retiré que 4 livres tournois en tout ; elle supplie donc les officiers et bourgeois « de considérer la pauvreté d’icelle, le bas âge de ses enfants et de lui faire modération de 6 l. t. » ; les officiers consentent à faire modération de 6 livres ; la veuve doit donc payer 8 livres tournois5. Il est certain que les responsables, connaissant la situation de cette veuve, ont proposé le montant le plus juste. La veuve, même en difficulté, était en mesure de payer une ferme diminuée.

  • 6 AN, JJ 192, no 32, 1461.
  • 7 BNF, ms fr., 25925, 201, Elbeuf, 1500.

9La misère contraint les familles à la solidarité. Les enfants majeurs, souvent le fils aîné, soutiennent et accueillent dans leurs foyers les mères restées veuves. À Neufchâtel, en 1515, d’après le rôle de fouage, « Jehan Hamel, sa mère et sa sœur ne paient pas » : le fils aîné, Jehan Hamel, a donc pris en charge sa famille, c’est-à-dire la mère veuve et la sœur ; c’est aussi le cas de ce jeune homme de Pont-Audemer, « vivant avec sa mère veuve et ses frères et sœurs, pauvres gens, leurs maisons et granges ont été brûlées et tous leurs biens meubles perdus [en 1449] » étant l’aîné, se lance dans le commerce itinérant et le métier de mercier, alors qu’il est boucher de formation, pour subvenir aux besoins des siens6. Quelques cas semblables existent à Elbeuf en 1500, et certainement aussi ailleurs : « Jehan Bosguillaume et sa mère, Pierre Duval et sa mère » paient le fouage7. Faute de ces liens familiaux, les veuves appauvries sont réduites à l’indigence et trouvent quelquefois refuge dans les hôpitaux.

10Pourtant, les femmes veuves ne font pas toutes partie du groupe des citadins les plus démunis. Dans les familles les mieux possessionnées, la disparition du mari, si elle entraîne une diminution de revenus, ne perturbe pas complètement le cours de la vie ordinaire. Les rôles de fouage montrent de nombreuses veuves qui paient l’impôt.

  • 8 AMPA, CRV, 1512, f° 41, entre autres ; cette femme aubergiste reste active jusqu’en 1521. Son nom (...)

11Ces veuves ayant les moyens de vivre sont quelquefois des femmes actives qui poursuivent l’activité de leur mari après le décès de celui-ci. C’est ce qui survient, semble-t-il, quand les époux travaillaient ensemble, comme dans le cas d’un tavernier de Pont-Audemer, Jehan Lenguigneur, vers 1495. Après sa mort, vers 1511-1512 – année de peste –, sa veuve continue de répondre aux commandes de boisson et de nourriture de la municipalité de Pont-Audemer8. La veuve en vient aussi à remplacer son mari défunt en ce qui concerne la gestion des biens fonciers, baillant ses terres à ferme ou à rente, achetant ou vendant elle-même selon ses besoins. Certaines veuves nobles, vivant éloignées de la ville, et d’autres veuves roturières, mais ne pouvant ou ne voulant se préoccuper elles-mêmes de la gestion de leur patrimoine, signent des procurations à diverses personnes, en général des bourgeois, parfois des prêtres, les autorisant à gérer leurs biens à leur place.

  • 9 ADSM, 2E 93 13 : tabellionnage de Saint-Saëns, novembre 1530.

12La veuve encore jeune, car mariée très jeune à un homme plus âgé qu’elle, et ayant du bien, est parfois un beau parti. Nous n’avons aucun renseignement sur la situation du « marché matrimonial » en Normandie après la guerre de Cent Ans, ni non plus sur les ambitions, les difficultés, les tractations qui accompagnaient la conclusion d’une nouvelle union. Existait-il un déséquilibre du rapport hommes/femmes ? Il devait être de l’intérêt du prétendant comme de la veuve de s’unir par un nouveau mariage. Les veuves remariées sont très nombreuses dans les actes notariés dont nous disposons. Un acte établi à Saint-Saëns mentionne une situation de double veuvage : « Marion, veuve de défunt Jehan le Beuf, en secondes noces de Jehan Der » cède à son frère des biens qui lui viennent de la succession de leur père « pour les services qu’il lui a rendu, notamment pour ses mariages et pour ses deux maris »9. Pour assurer sa propre existence matérielle, pour élever ses enfants, les veuves choisissaient donc souvent la solution du mariage. Les familles recomposées étaient, de ce fait, courantes, les actes notariés en témoignent avec force.

Tab. 1 – Proportion des veuves et feux féminins dans quelques rôles de fouage, 1500-1506.

Fouages

Nombre de feux payants

Feux féminins

Dont veuves

Harfleur, 1500

222

30

11

Le Neubourg, 1506

136

23

19

Cormeilles, 1506

69

18

15

Pont-Audemer, Saint-Aignan, 1500

32

4

3

Pont-Audemer, Saint-Germain, 1500

95

2

2

Pont-Audemer, Saint-Germain, 1506

49

8

8

Neufchâtel, Saint-Jacques, 1500

63

4

0

Neufchâtel, Notre-Dame, 1500

85

9

0a

Neufchâtel, Saint-Pierre, 1500

70

4

0

Elbeuf, Saint-Étienne, 1500

65

3

1

Nonancourt, 1503

49

11

4

Lillebonne, Saint-Denis, 1500

43

0

0

a. Aucune veuve mentionnée dans ce rôle ; certaines femmes seules avec enfants doivent être des veuves.

Jeunes filles, jeunes femmes

  • 10 . Voir texte en annexe, no 7.
  • 11 ADSM, 2 E 14 1140, acte du 8 juillet 1486.

13Dans cette société où le mariage est un des fondements de la situation économique des individus, une attention toute particulière, accompagnée d’inquiétude certainement, entoure la jeune fille à marier. Nous ne pouvons voir, dans notre sèche documentation, les espoirs, les désirs et les rêves des jeunes filles, les soucis et les projets matrimoniaux des parents. Les actes notariés mentionnent l’apport matériel réciproque des conjoints dans le mariage. Les familles qui ont établi un contrat devant notaire pour le futur mariage sont très vraisemblablement de conditions sociales proches. Les artisans unissent leurs enfants, les bourgeois et les écuyers également. Les bourgeois ont tendance à marier leur fille avec des enfants d’écuyers, comme a pu le faire l’avocat Étienne Houe dans les années 1490, puisque l’une de ses filles a épousé le seigneur de Quièvrecourt, Antoine de Bourbel10. En 1486, est signé devant notaire, à Neufchâtel, le contrat de mariage unissant Jehan, le fils de Pierre et Symonette Bouglier, et Alison, fille de feu Girart Trousse. Les deux familles sont dites bourgeoises. Jehan est le seul héritier, donc probablement un beau parti. Les parents Bouglier acceptent d’accueillir le jeune couple chez eux où ils pourront vivre « comme en communs biens », mais l’acte précise que « s’ils veulent un partage, les jeunes mariés auront leur demeure en l’ostel ou demeure Colin Fichet, patichier, qui est portion de la maison où demeurent lesdits Bouglier ». Les jeunes mariés pourront donc vivre en communauté de biens et de résidence avec la famille du mari. L’acte donne un aperçu de la maison qui est en partie louée, et qui risque d’être partagée. La jeune femme, représentée par son frère et tuteur, apporte dans le mariage « de la vaisselle, des robes, du linge venant de ses parents défunts » mais aussi de l’argent issu de rentes rachetées et une vache11. En somme, une union entre familles plutôt favorisées, propriétaires de biens fonciers ; pour les mariés, un début de vie commune assez confortable.

14Dans ce contexte où la légitimité de la filiation détermine la validité des transmissions d’héritage, la maîtrise du choix de l’époux ou de l’épouse est un enjeu important. Lorsque les jeunes gens agissent sans tenir compte de ces intérêts, il peut en résulter quelque difficulté. Il en va ainsi pour un infortuné tanneur de Saint-Saëns dont le fils a entamé sa vie amoureuse avant mariage avec une fille de peu. Le père fait établir devant notaire un acte par lequel la jeune femme déclare qu’elle ne réclamera aucun héritage pour l’enfant qu’elle pourrait avoir. Pour obtenir cela, le père a offert une certaine somme d’argent, qui permettra peut-être à la jeune femme, enceinte, de « voir venir » pendant quelque temps. Ici, l’impossibilité du mariage est sans doute due au fait que les familles sont de conditions sociales très différentes et que le père tanneur n’envisageait pas une union avec cette famille-là.

  • 12 ADSM, 2 E 14 1138, acte du 27 janvier 1461 : « Blaise de Giac, escuier homme d’armes sous la charg (...)

15Ce cas soulève la question des mœurs sentimentales et sexuelles des jeunes gens, et en particulier des jeunes filles, avant mariage et après. Les documents sur ce thème ne sont pas abondants, mais révèlent des réalités intéressantes. Quelques actes notariés nous renseignent sur des cas probables de concubinage. En 1461, des hommes d’armes, après avoir séjourné à Neufchâtel, en garnison, doivent quitter la ville ; ils prennent des dispositions pour régler leurs affaires. En particulier, ils donnent à des jeunes femmes, leurs « meschines », de la vaisselle et du linge12.

16Ce terme de « meschine » peut désigner une jeune fille ayant été employée par ce soldat, par exemple comme servante. Ce qui est probablement le cas, mais le texte suivant laisse penser que la « chambrière » a aussi été une concubine :

Andrieu de la Bruière, escuier homme d’armes sous la charge de Monsieur de Crussol, donne à Jehanne Dougine et Guillemine sa fille tous choses qu’il a à Neufchâtel comme plats, pots, caudières, robes, linges pour aider la fille, pour les services que Jehanne lui a fais et pour qu’elle soit encline à faire du bien à ladite fille.

17Ce don permet de supposer que l’homme d’armes va partir, qu’il veut récompenser sa « meschine » ; qu’il garde un certain attachement (une certaine affection ?) pour ces deux femmes ; la dernière formule suggère que Jehanne pourrait ne pas être bien intentionnée à l’égard de Guillemine : pourquoi ? Guillemine est la fille du soldat ; celui-ci laisse son enfant à Neufchâtel chez une femme qui va s’occuper d’elle : une sorte de nourrice (d’où les plats, le linge etc.) ? Ou bien est-elle aussi l’enfant non désiré de Jehanne ? Dans les rôles de fouage, le terme de « meschine » est également utilisé. Dans un même rôle, par exemple celui de Saint-Jacques de Neufchâtel en 1500, celui qui écrit distingue les termes « fille », « chambrière » et « meschine » ; dans celui de 1512, le scribe utilise le terme « la serviteure » pour désigner une servante. Ces notions semblent être différentes et plaider pour le sens de « meschine » comme jeune femme concubine.

18Quelques semaines plus tard, un autre soldat doit partir :

  • 13 ADSM, 2 E 14 1138, acte du 27 janvier et 16 février 1461.

Étienne d’Agur, archer, sous la charge de Monsieur de Crussol, donne à Michelle du Rosier, sa meschine, tous extencilles qu’il a à Neufchâtel, comme pots, plats, lits, linge, robe, ce don fait pour Dieu et en osmosne et pour la récompense des services que elle lui a faite et afin qu’elle puisse prier Dieu pour lui le temps advenir13.

  • 14 AN, JJ 191, no 67 : cas d’un religieux bénédictin qui entretient notoirement une chambrière « vitu (...)

19L’acte est inscrit dans une perspective religieuse ; ce don est considéré comme une « aumône », c’est-à-dire un acte de charité chrétienne consistant en un don de biens matériels à qui est dans le besoin. Ce qui souligne l’écart social existant entre ces soldats, dont deux sont écuyers, et ces femmes. L’injonction faite à la femme de prier pour le soldat reflète l’incertitude du soldat pour son propre sort et le lien qui, pense-t-il, persistera, en pensée, entre cette « meschine » et lui. Quelques lettres de rémission fournissent d’autres exemples de chambrières, qui sont des concubines14.

  • 15 Plusieurs viols commis sur des chambrières et aussi des fillettes sont décrits par des lettres de (...)

20Les soldats étaient amateurs de « femmes de mauvaise vie ». Leur séjour dans les villes de garnison, où le passage des troupes était fréquent, comme Pont-Audemer, Neufchâtel, ou Harfleur, s’accompagnait-elle de la présence de prostituées, de l’existence de « bordeaux », de scandales liés à leurs mœurs réputées dissolues ? D’une manière générale, que sait-on des filles de mauvaise vie dans les petites villes normandes ? Les soldats étaient peu appréciés, c’est peu dire : les autorités urbaines mettaient tous les moyens en œuvre pour les éloigner. Ce qu’elles leur reprochaient n’était pas la licence de leurs mœurs, mais bien plus leurs habitudes violentes, leur goût du chahut et des rixes, du moins à en juger par quelques mentions de nos sources. Leur vagabondage sexuel n’est jamais dénoncé, pas plus que celui des ouvriers et valets. Il paraît consubstantiel à leur situation. S’ils sont impliqués dans des affaires de mœurs, c’est pour viol, parce qu’ils ont forcé leurs partenaires15.

  • 16 Voie que l’on n’a pu identifier.
  • 17 ADSM, G 5272, officialité de Montivilliers, p. 6.
  • 18 Peut-être un quartier « chaud » d’Harfleur. À rattacher à la « rue des Agnetes ».

21Cependant, des femmes de mœurs légères sont signalées parfois. C’est à propos des clercs que la liberté sexuelle est condamnée et apparaît dans les documents. Un texte signale ainsi qu’une maison de prostitution existait à Harfleur, « rue des Agnetes »16. Il s’agit d’un des rares établissements de ce genre dans une petite ville normande17. Pas de mention d’étuve non plus. Pourtant, la circulation d’hommes célibataires, ouvriers, marins, soldats ou de domestiques est courante dans les agglomérations normandes et a dû entraîner l’éclosion de la prostitution. À Harfleur, trois serviteurs d’un seigneur passent un moment dans la maison d’une fille de joie appelée Griselaine, « demourant aux Champs Mahiets »18. Ailleurs, si le besoin existe, la demande moins forte est satisfaite autrement et n’entraîne pas l’institutionnalisation du commerce sexuel. Celui-ci, comme les autres activités économiques dans les petites villes, est plus ponctuel, plus diffus, mêlé à d’autres activités. Une lettre de rémission décrit les pratiques de « jeunes compagnons à marier ». Deux ouvriers célibataires se rencontrent à Lyons (aujourd’hui Lyons-la-Forêt) ; l’un demande à l’autre « où il pourrait trouver une fille qui luy vouloist faire plaisir » :

  • 19 AN, JJ 235, no 237, 1499.

Ils délibérent aller veoir une jeune femme mariée logée auprès des estangs et viviers dudit lieu de Lyons, en lieu Reniot assez loin de toutes maisons ; laquelle avait été délaissée et habandonnée par ung nommé Jehan Bauche, son mary, qui s’en estoit allé hors du pays pour le mauvais bruyt et petit gouvernement de sadite femme qui, auparavant de son mariage, avoit eu un enfant d’un nommé Laurent Courcel et depuis sondit mariage avoit pris et souffert que plusieurs compaignons eussent sa compagnie charnelle tellement qu’elle estoit tenue et réputée comme femme publique19.

22Elle refuse leur proposition, mais un an plus tard, elle se plaint à la justice d’avoir été violée par eux.

  • 20 AN, JJ 236, no 44 : en 1525, à Gisors, des serviteurs âgés de 13 à 14 ans ont des relations avec u (...)

23Cet exemple est riche d’informations. La localisation de la maison, à l’écart de la ville, « près des étangs », donc dans la vallée, favorise le commerce sexuel ; le texte insiste sur la force de la rumeur, de la notoriété de la femme, ce qui conduit à une sorte de divorce, et donc à l’appauvrissement de la femme. Elle devient une « femme publique » indépendante, recevant chez elle. Ce type de maison existait-il dans les toutes petites villes comme Lyons ? La prostitution occasionnelle semble avoir eu cours et les lettres de rémission révèlent que les « serviteurs », les « apprentis », les « enfants à marier », des adolescents dirions-nous aujourd’hui, sont une clientèle potentielle20.

Femmes au travail

24L’activité économique et professionnelle des femmes en milieu urbain peut être en partie cernée à partir de nos documents. Certaines situations sont peu ou mal représentées. Presque aucun renseignement n’est donné à propos des religieuses, pourtant présentes, à Montivilliers notamment. Les hôpitaux des villes comprennent, parmi leur personnel, des « seurs », dont il n’est pas fait plus amplement mention. Seules quelques femmes gardes-malades, assistant les pauvres et les pestiférés pendant les périodes d’épidémie, sont évoquées dans les comptes municipaux et remerciées par des gratifications financières ; c’est le cas de deux veuves employées à l’hôtel-Dieu de Pont-Audemer en 1525 :

  • 21 AMPA, CRV, 1525, f° 45.

À Nélaize veusve de feu Georget Allain et à Jacqueline veusve de Philippot Becquet 100 s. t. pour être distribué par lesdites veusves à la subvention et nourriture d’aucunes pauvres à présent demeurés mallades dedans la ville,
Aux mêmes veusves, 40 s. t. pour don gratuit pour la garde des pauvres […]21.

25Les villes qui offrent des logements de fonction à certains des officiers du roi font appel à des couturières pour apprêter les draps, toiles, serviettes et rideaux indispensables « pour ustensiler le logis » du capitaine ou du lieutenant du capitaine, à Harfleur ou à Pont-Audemer par exemple. Les quelques professions féminines ainsi entrevues sont les commerçantes, les nourrices et les domestiques.

  • 22 AMPA, CRV, 1512, f° 41 ; CRV, 1521, fos 64-65.

26Quelques femmes tavernières ou aubergistes fournissent des vivres aux autorités urbaines à l’occasion d’une réception : des vendeuses d’œufs, de poulets, de poissons figurent ainsi dans les comptes. Les épouses de taverniers participent au travail de leur mari et quelques-unes les remplacent après leur disparition : Guillemine, veuve de Jehan Lenguigneur, prend la suite de son mari pendant une dizaine d’années de 1512 à 1524 environ, accueillant les réunions municipales dans son hôtel, vendant du poisson ou du vin en gros et au détail. Ses rentrées d’argent sont parfois importantes : 41 livres tournois en 1512 pour vente de vin, 29 livres tournois en 1521 pour du vin également22.

  • 23 Dans les villages de la région de Neufchâtel au XVIIIe siècle les nourrices accueillent régulièrem (...)
  • 24 Maurice Garden, Lyon et les Lyonnais au XVIIIe siècle, 2e éd., Paris, Flammarion, (Champs), 1975, (...)

27Les nourrices sont connues par les rôles de fouage et par quelques fonds d’hôpitaux. Deux nourrices figurent au rang des exemptés sur le rôle de Bully, village des environs de Neufchâtel (à 5 kilomètres), en 1500 : « la nourrice Pierre Gabinet n’a rien », « la nourrice Colin de Hummel n’a rien », lit-on. Il est frappant de voir que, parmi les 142 feux payants, il y a cinq femmes dont aucune veuve, et, que parmi les 71 feux exempts, on compte sept femmes vivant seules et n’étant pas veuves, dont les deux nourrices citées. La vie des femmes seules est donc difficile au village, l’activité de nourrice, couramment pratiquée puisque ces femmes sont définies par cette fonction, ne leur permet pas de sortir de la pauvreté23. À Nonancourt aussi, en 1503, deux nourrices « n’ont rien » et sont exemptes ; une « Jehanne la Nourrice » est mentionnée à Harfleur en 1500. Il s’agit donc d’une activité que l’on peut rencontrer dans les petites villes comme dans les villages, faiblement rémunératrice, pratiquée par un prolétariat féminin, probablement peu attractif pour des parents fortunés, et qui ne pouvait trouver de clients que dans les familles pauvres24. À Nonancourt encore, en 1503, « Marion nourrice de Guillaume le Caron » figure sur la liste des payants. Les nourrices n’étaient donc pas toutes misérables. Dans cette localité, la relative fréquence des déplacements ouvriers, laissant les enfants seuls, leur offrait probablement et malgré tout des occasions de travailler.

28Les chambrières sont, elles, très nombreuses dans les rôles de fouage, comme elles l’étaient dans la réalité. Ce sont probablement des jeunes filles, souvent hébergées par leur employeur. Placer sa fille comme servante ou chambrière devait avoir, pour des parents pauvres, les mêmes avantages que la mise en apprentissage pour les garçons : la jeune fille est formée, nourrie et gagne parfois un peu d’argent. Elle cesse d’être une charge financière pour les parents. Un acte notarié d’Elbeuf, datant de 1430, donc extérieur à notre période, mais néanmoins parlant, montre le placement d’une petite fille comme servante pour rembourser une dette contractée par ses parents :

  • 25 ADSM, 2 E 14 718, f° 34 v°.

Guillaume Hauffray, de Saint-Jehan d’Ellebeuf vend à Jehan de la Londe, de Caudebec 25 s. de rente qu’il doit lui paier à cause de fieffe d’héritage pour 12 l. 10 s., que ledit Hauffray se tint pour content et agrée par le moyen que pour icelle somme ledit de la Londe et Jehanne sa femme se soumettent et obligent de bien nourrir et gouverner avec eux en leur hostel le temps et terme de 4 ans ensuivant avenir qui commenchent de Noël derrain passé Marion Hauffray sousagiée, fille dudit Hauffray et icelle sousagiée iceux mariés seront tenus trouver boire, mangier, feu, lit, couchier et lever bien et suffisamment selon son état, par telle condition que se pendant ledit temps ladite sousagiée allait de vie à trépassement lesdits mariés ne seraient pas quittes de ladite somme de 12 l. […]25.

  • 26 BNF, ms fr., 25927, 558, Notre-Dame de Neufchâtel, 1500.
  • 27 Ibid.
  • 28 BNF, ms fr., 25927, 498, Nonancourt, Saint-Martin, 1503.

29Cet épisode illustre les difficultés financières des parents de cette jeune fille et leur impossibilité à rembourser. Il semble que les foyers « bourgeois » aient eu, le plus souvent, une chambrière, rarement deux. Les villes, regroupant plus de familles aisées, étaient le lieu où le groupe social des domestiques était plus fourni. Les chambrières existaient néanmoins aussi dans les villages. Pourtant, elles ne trouvaient pas, par cette activité, une amélioration sensible de leur condition. Elles figurent fréquemment dans la liste des non-payants : « Jehan Goût a une chambrière, dit qu’elle n’a rien », « la chambrière de Maitre Guillaume Duval n’a rien »26. Il arrive que certaines d’entre elles vivent en couple : « le vallet et la chambrière de Andrieu Fritier ne paient pas pour ce qu’ils n’ont feu ni logis »27. D’autres, à l’inverse, ne connaissent pas le dénuement et figurent au nombre des payants, comme à Harfleur en 1500 ; à Nonancourt, sur 49 feux payants en 1503, douze sont des feux féminins dont six sont des chambrières (treize autres chambrières sont inscrites parmi les non-payants). Le rôle de Nonancourt est celui qui contient le plus d’informations sur leur condition : « Philippine chambrière de Jehan le Corsonay dit qu’elle ne gaigne que 17 s. 6 d. et ne paie pas », « Paquette chambrière de Guillaume de Ferrières dit qu’elle ne gagne que 2 aulnes de draps et n’en doit rien », trois autres chambrières déclarent « qu’elles sont louées depuis Noël », « qu’elles sont louées depuis la Saint-Jehan et qu’elles ne gaignent rien »28.

  • 29 ADSM, 2 E 14 1138, 4 septembre 1462.

30Les jeunes filles chambrières sont donc engagées pour des durées variables – quelques mois, plusieurs années ? – et sont susceptibles d’aller et venir d’un lieu à un autre comme les ouvriers ; elles sont rémunérées souvent en nature (hébergement, vêtements, tissus), dans ce cas, elles vivent chez le maître et ne possèdent rien ; certaines perçoivent des gages en argent, mais d’un montant faible ; quand elles ne sont pas hébergées, elles peuvent être « sans feu ni lieu ». Il arrive cependant que certains employeurs récompensent leurs chambrières par des dons en nature, en vaisselle, en draps, etc. Un document neufchâtelois évoque la fin de l’activité d’une chambrière ou servante, Jehanne Louis, en 1462. Celle-ci est dite « fianchée » de Jehan Coignet ; tous deux déclarent que Raoulin Du Gardin et sa femme sont quittes « de tous les services que ladite fianchée a fait ausdits mariés de tout le temps passé jusque aujourd’hui. Cette quittance faite pour les bons paiements et sallaires que lesdis fianchés en confessent avoir eu et reçu »29. La servante était rétribuée en argent. Ses patrons font partie du monde aisé de la ville et apparaissent à plusieurs reprises dans les registres notariés.

31Seules quelques figures – la femme mariée, la veuve, la chambrière – illustrent la condition féminine dans la documentation examinée. Beaucoup d’autres cas nous échappent, comme la bourgeoise, la dame noble, la religieuse, et laissent un sentiment d’inachevé.

Enfants et jeunes gens

32Les termes médiévaux désignant la jeunesse ou les âges de la vie sont peu précis et élastiques : le mot « enfant » dans les sources sert à désigner, comme aujourd’hui, les enfants de 0 à 10 ans, mais il est également utilisé pour évoquer les jeunes gens de 18-20 ans. Les jeunes ouvriers célibataires sont dits « enfants à marier » à Harfleur vers 1500. Ce terme sera conservé dans ces deux acceptions, de façon à décrire la place des « jeunes » dans la vie des petites villes normandes.

  • 30 AN, JJ 201, 1477, no 53 : un jeune compagnon à marier, tailleur, va porter des chausses à ses clie (...)
  • 31 AN, JJ 207, no 37.

33Les enfants vivent leur début d’existence avec leurs parents ou bien parfois en nourrice. La vie de ces familles, réelles ou de substitution, est absente des documents étudiés. De rares informations apparaissent lorsque, pour diverses raisons, les parents sont partis, sont morts ou lorsqu’ils se sont placés en dehors des normes sociales. Ainsi, quelques rôles de fouage notent l’existence d’enfants « bastards », qui ne paient pas cet impôt. La bâtardise est le résultat de relations incestueuses, adultères, et d’une naissance hors mariage, qui ont pu être assez courantes, à en croire les registres d’officialité et les lettres de rémission, enregistrant de nombreuses affaires de mœurs et d’adultère. Le bâtard est mal aimé et sa vie est féconde en vexations30. Cette situation a pu provoquer des abandons d’enfants, mais un seul cas apparaît dans notre documentation. À Pont-Audemer, en revanche, où Jehan Dumont, fils bâtard de Jehan Dumont, boucher et bourgeois, vole du sel, cet enfant porte le nom de son géniteur et vit dans la même ville que celui-ci, qui ne l’a pas laissé31.

34La mère vivant seule avec un, deux ou trois enfants, plus rarement quatre, est un cas de figure qui apparaît assez régulièrement dans les rôles de fouage en cette fin de XVe siècle. Ceux-ci signalent aussi – beaucoup plus rarement mais le phénomène existe néanmoins – l’exemple d’un père resté veuf et chargé d’un ou deux enfants.

  • 32 ADSM, 2 E 14 1442, acte du 27 avril 1505.
  • 33 ADSM, 111 HP 1, hôpital de Montivilliers, 1563.

35Les cas de remariage sont également nombreux, surtout pour les femmes veuves ; le jeune enfant vit avec une famille recomposée. Un exemple parmi beaucoup d’autres : en 1505, à Louviers, Guillaume Gilles est l’héritier de feu Henry Gilles, boucher, son père ; sa mère, « Collete », s’est remariée avec Pierre Du Val, maréchal32. Des situations comparables existent dans toute la société médiévale, chez les riches comme chez les pauvres. Quelques cas d’orphelins peuvent aussi être relevés, enfants recueillis par un hôpital, puis placés et probablement adoptés33.

  • 34 Danielle Alexandre-Bidon et Didier Lett, Les Enfants au Moyen Âge, Paris, Hachette, coll. « La Vie (...)
  • 35 ADSM, 2 E 14 1442, actes des 28 février, 16 mars et 22 avril 1505.

36Le remariage du parent resté seul, le placement des enfants orphelins sont les moyens les plus commodes qui permettent d’assurer un avenir aux enfants et de leur éviter de connaître la mendicité et la marginalité34. Le plus souvent, les enfants orphelins et mineurs (« sousagés ») sont placés sous l’autorité d’un tuteur, souvent un oncle, qui obtient le pouvoir de gérer et de disposer des biens des enfants jusqu’à leur majorité. En 1505, les enfants du drapier bourgeois et marchand de Louviers, Jehan Frigart, ont deux tuteurs, Colin et Martin Frigart, leurs oncles. Le père défunt devait posséder quelque bien, sous forme d’argent, de terres et de biens meubles, car, en l’espace de deux mois, les tuteurs, au nom des enfants, achètent deux rentes pour 7 et 10 livres tournois, afferment une pièce de terre de 3 acres pour 20 sous et louent à un forgeron de la ville une enclume pour 105 sous35. Ils font fructifier les biens dont les enfants ont hérité et doivent les leur transmettre une fois leur majorité atteinte. Les tuteurs tiraient-ils profit de cette situation ? Il ne semble pas.

L’apprentissage

37La vie ordinaire des enfants se déroule au sein de la famille. Là, l’enfant reçoit un premier enseignement religieux ; là, l’enfant est mis en situation de travail et d’enseignement, ces deux éléments étant fortement liés. L’enfant participe au travail avec ses parents. Il est initié, par le jeu, l’observation et un peu de pratique, au travail agricole ou artisanal. Les jeunes enfants accomplissent dans l’entreprise paternelle leur apprentissage, devenant ensuite valet et continuant d’exercer leur métier avec leur père. Chez les maçons, les charretiers et les pionniers, la structure familiale de l’entreprise appuyée sur la relation père-fils est très courante. Les enfants des entrepreneurs du bâtiment sont ainsi longuement formés à la conduite des affaires. Lors des corvées qui sont mises à profit pour faire creuser ou curer les fossés des villes par les habitants de la ville et des villages environnants, des familles entières, enfants compris, venaient travailler pendant quelques jours en ville, occasion de gagner un peu d’argent, car les enfants aussi étaient payés.

  • 36 Même constatation faite à Orléans, où la durée moyenne de l’apprentissage est de trois à quatre an (...)
  • 37 AN, JJ 201, no 192.
  • 38 AN, JJ 190, n° 125, 1459.
  • 39 Françoise Michaud-Fréjaville, « Bons et loyaux services… », p. 191.
  • 40 Philippe Lardin, Les Chantiers du bâtiment en Normandie orientale (1350-1550), Villeneuve-d’Ascq, (...)

38Pour les parents qui ne peuvent faire de même, la solution habituelle consiste à s’entendre avec un maître pour qu’il accepte l’enfant comme apprenti et se charge de sa formation. Ce qui est une manière d’assurer l’avenir de l’enfant. D’après les rares contrats notariés qui subsistent, le temps de cet apprentissage est très variable (d’un an jusqu’à six ans et même plus parfois, jusqu’à quinze ans…)36. Il n’existait pas d’âge « légal » pour mettre un enfant en apprentissage, mais plutôt des usages. Une lettre de rémission de 1477 évoque un changeur de Bernay, qui envoie à Rouen « un sien serviteur agé de 15 ou 16 ans37 » : ce qui nous indique une tranche d’âge possible pour les apprentis et serviteurs ; dans une autre lettre, un franc-archer et un barbier de Gisors se rendent à une noce avec leurs deux serviteurs « âgés de 13 et 14 ans ». Une lettre de rémission offre l’exemple d’un jeune homme mis au service, à l’âge de 15 ans, du tabellion royal du Neubourg38. Les serviteurs et apprentis sont donc souvent des adolescents. Selon Danielle Alexandre-Bidon, l’apprentissage commence vers 12-13 ans au plus tôt. À Orléans, les enfants deviennent apprentis entre 13 et 15 ans39. Philippe Lardin, dans son étude sur les chantiers du bâtiment en Normandie, a rencontré de nombreux exemples d’entrée tardive en apprentissage (vers 16-17 ans)40.

39De même les conditions, négociées entre parents et patrons, ne sont pas exactement les mêmes selon les contrats. Ces variations sont dues au fait qu’il n’y avait dans les villes étudiées que peu de métiers organisés, dont les statuts imposaient des règles d’embauche et de salaire équivalentes pour tous. En 1510, à Louviers est passé le contrat suivant :

  • 41 ADSM, 2 E 14 1443, acte du 1er mars 1510.

Loys Hue, de la paroisse de Marbeuf [à 18 kilomètres de Louviers], a baillé et alloué Jaquet Hue, son frère à Jaquet le Fournier, cordonnier de Louviers, pour pendant le temps apprendre et monstrer par ledit Fournier audit Jaquet Hue sondit mestier de cordonnier, au mieux faire se pourra et aussi ce pendant ledit serviteur le sera tenu servir bien et dûment, en ce faisant ledit preneur lui sera tenu trouver tous ces nécessités comme boire, menger, coucher, lever, feu, lit et hostel et chaussure de chausses jusques au genou et de soulliers seulement selon son état ; cest alleu ainsi fait par la somme de 4 l. 10 s. t. payables en 3 paiements41.

40L’enfant est ici placé sous l’autorité de son frère, les parents ayant certainement disparu. Cette famille est originaire de la campagne, le village de Marbeuf est proche du Neubourg (à 20 kilomètres de Louviers), mais l’attraction et les possibilités d’embauche semblent plus fortes à Louviers. L’enfant deviendra « valet » au terme de cet engagement et pourra chercher du travail lui-même comme tout ouvrier accompli ; cette entrée dans le monde adulte se faisait vers 18 ans environ.

41Les jeunes gens ainsi embauchés, parfois des adolescents, ne sont pas sans connaissance, ni savoir-faire ; ils apprennent vite et sont rapidement « rentables », moyen pour l’employeur de bénéficier des services d’un valet formé dans des conditions financières avantageuses. Le terme d’alleu employé dans le texte ci-dessus souligne qu’il s’agit d’un cas de contrat d’apprentissage proche de « l’allouement », engagement qui concerne en principe les ouvriers qualifiés. Quelques autres contrats de « louage » tirés des registres de Louviers donnent la même impression d’une limite fluctuante entre apprentissage et allouement.

  • 42 ADSM, 2 E 1442, acte du 28 juin 1504.

42Un contrat lovérien concerne un enfant certainement assez jeune : Pierre Des Autieux, tanneur de Saint-Jacques de Louviers, a pris à louage pour quinze ans ( !) Guillaume Gouel le jeune « qui devra le servir comme serviteur à maitre » ; en échange de quoi Pierre Des Autieux devra le nourrir, « garder et gouverner », « trouver toutes les nécessités » et « devra montrer son métier de tennerie et l’envoyer à l’escolle et lui fère apprendre ses matines et à lyre et escrire bien et dument »42. Ici, le patron s’engage non seulement à former à un métier, à entretenir matériellement l’enfant mais aussi à l’éduquer (« gouverner ») et à l’alphabétiser dans un cadre scolaire.

  • 43 Françoise Michaud-Fréjaville, « Bons et loyaux services… », p. 191.

43La formation professionnelle associée à l’initiation à la lecture et à l’écriture est révélatrice du milieu un peu favorisé auquel appartiennent les parents dont l’activité impose de savoir lire et écrire. Les familles les plus pauvres, si elles se préoccupent de placer les enfants en apprentissage, ne peuvent établir un contrat devant notaire pour cela43.

  • 44 ADSM, 2 E 14 1442, acte du 9 mars 1505.

44L’apprentissage n’est pas gratuit, la famille paie la formation en offrant au maître un dédommagement : ainsi, un pelletier de Louviers reçoit 1 écu d’or par an et une demi-queue de cidre pour apprendre le métier au fils de Guillaume Dubusc44.

  • 45 Françoise Michaud-Fréjaville, « Bons et loyaux services… »., p. 197.

45Ces enfants ou adolescents sont originaires des villages de la grande périphérie de Louviers, Surville, Iville, Marbeuf, situés à 5, 15 ou 20 kilomètres de cette ville. Cela apparente le début de l’apprentissage à un exode rural, la condition ouvrière s’accompagnant souvent d’une période de migration. La petite ville exerce donc une attraction de main-d’œuvre sur sa petite zone d’influence. Les difficultés du XVe siècle en Normandie ont pu entraîner des mouvements migratoires plus soutenus, comme pour les apprentis d’Orléans à la fin du XVe siècle45. La mise en apprentissage est-elle pour ces enfants une promotion sociale ? Difficile de le dire sans connaître la profession d’origine des parents, mais c’est bien possible. Ceux-ci ne pouvaient leur offrir une formation professionnelle en raison de leur pauvreté ou d’une trop nombreuse progéniture. Dans tous les cas, il y a pour ces enfants un changement d’environnement affectif et social avec le passage à la ville. Pourtant, la mobilité sociale ne touchait qu’une faible partie des apprentis : environ 15 % d’entre eux à Orléans, selon Françoise Michaud-Fréjaville, la plupart des enfants étant initiés au même métier que leur père.

46Une fois conclu l’engagement auprès d’un maître, le jeune enfant découvrait la vie habituelle de l’atelier et sa condition nouvelle d’apprenti, qui pouvait n’avoir rien d’enthousiasmant. Dans les documents précédents, le terme de « serviteur » est souvent utilisé pour désigner un apprenti, ce qui assimile celui-ci à un domestique, à un aide présent dans l’atelier, sans grande qualification, mais assistant le maître dans son travail. Apporter outils et matériaux, nettoyer les locaux, faire quelques livraisons devaient constituer l’ordinaire quotidien. Tâches peu gratifiantes mais certainement très courantes.

47Les apprentis étaient formés chez un même employeur, mais il arrivait aussi qu’ils connaissent plusieurs patrons successifs. Une lettre de rémission antérieure à notre période décrit le parcours professionnel d’un jeune barbier et chirurgien Chardot Honfroy dit Alemin, âgé de 19 ans :

  • 46 AN, JJ 173, n° 201 (1425) ; cité dans Paul Le Cacheux, Actes de la chancellerie de Henri VI concer (...)

Come despieça, meu de bonne volenté, il se feust mis aprentis audit mestier de barberie et cirurgie pour y gagnier sa vie durant le cours d’icelle honorablement à son povoir, et en icellui mestier a servy plusieurs maîtres tant à Rouen, Loviers come ailleurs, soubz notre obbéisance. Et depuis c’est assavoir un an a ou environ, il s’est retrait en nostre ville de Bretheuil […]. En laquelle ville de Bretheuil qui est ville champêtre, il ait levé sondit mestier et se soit marié oudit pays, en entencion de tousjours gagnier la vie et estat de lui, sa povre femme et mesnage46.

48Les contrats d’apprentissage conservés concernant Louviers ou Neufchâtel sont, par leur contenu, tout à fait comparables à ceux d’Orléans, de Dijon ou d’ailleurs. Mais un petit nombre seulement a survécu aux vicissitudes du temps. Résultat de la disparition des archives, mais probablement aussi du fait qu’une forte proportion des engagements devaient être conclus verbalement.

Les petites écoles

  • 47 Lucien-René Delsalle, Vivre à Rouen, 1450-1550, Mont-Saint-Aignan, CRDP, 1975, p. 114-116.

49La vie de l’enfant médiéval est donc faite, pour l’essentiel, d’apprentissage au travail. Pourtant, pour quelques-uns, la formation peut être enrichie et complétée par l’école. Dans ce domaine, les enfants des villes sont un peu avantagés et ont plus de chance d’être scolarisés que les jeunes paysans. Si des écoles ont existé dans nombre de villages normands, c’est néanmoins en ville que se sont épanouies les structures d’enseignement. Aux XIIe-XIIIe siècles, Montivilliers, Eu, Blangy, Foucarmont, Aumale, Pavilly, Gournay, Dieppe, Pont-de-l’Arche et d’autres localités possèdent des écoles. Des mentions manifestent leur existence à Harfleur, Montivilliers, Neufchâtel, Pont-Audemer à la fin du Moyen Âge. Les petites villes et les bourgs de Normandie possédaient donc des lieux d’enseignement. Les maîtres des écoles étaient placés sous la tutelle des abbayes, des patrons d’églises, parfois des bourgeois d’une ville, et se soumettaient à ces diverses autorités qui se superposaient. La tutelle supérieure paraît avoir été celle de l’archevêque de Rouen dont le pouvoir réglementaire et juridictionnel s’étend aussi aux maîtres écrivains. C’est ce que stipule le texte des « Règlemens, statuts et ordonnances » faits par Georges d’Amboise en 1520 « pour toutes les écolles de grammaire, lecture, escriture, arithmétique et doctrine chrestienne de la ville et diocèse de Rouen ». La plupart des établissements et personnels scolaires des villes normandes étaient donc soumis à ce texte officiel : tout exercice d’enseignement non approuvé par l’archevêché était illégal47.

  • 48 Même situation attestée à Dieppe, à Pontoise et à Gournay : le recteur devait être confirmé chaque (...)

50C’est pour la ville de Pont-Audemer que nous sommes le mieux renseignés. Les comptes annuels de cette ville indiquent les dépenses réalisées dans ce domaine entre 1497 et 1550, avec quelques lacunes. Ce qui ne signifie pas obligatoirement que rien n’existait avant cette date, mais seulement que la ville ne contribuait pas à l’entretien d’une école. À partir de la fin du XVe siècle, l’école, ou « les écoles » comme disent les textes, est un lieu identifiable et repérable dans l’espace urbain : il s’agit d’une maison, ou au moins d’un niveau de maison, loué pour 6 livres par an, par les « recteurs » qui y enseignent. Ce local est diversement désigné : « la chambre et lostel où il tient lesdites escolles » (1497), « pour louage de la maison » (1520), « à cause du louage où il tient les escolles » (1511), « pour le louage de la maison d’école » (1517), « au paiement du louage de la maison des études » (1526), « colège » (1527). À l’école de Pont-Audemer exercent deux recteurs ou « régents », qui sont des prêtres. Ces « enseignants » gardent leur fonction pendant quelques années : « Maistre Jehan Lelou, prestre » occupe son poste au moins trois ans (1511-1514), maître Nicole Saussaye deux (1515-1517), maître Robert Dulong cinq (1520-1525), maître Jehan Nicaise neuf (1527-1536), maître Charles de La Barre six (1531-1537). Ces maîtres reçoivent un paiement de la part des familles de leurs élèves, « l’écolage », et une contribution de la ville. Il semble qu’ils aient dû réitérer chaque année leur demande et que le soutien financier de la ville n’était pas acquis une fois pour toutes48.

51Quelques-unes de ces « suppliques » adressées chaque année par les recteurs aux autorités ont été insérées comme pièces justificatives par le receveur dans le registre de comptes et ont ainsi pu être conservées. Les recteurs, d’après les « règlemens et statuts » de l’archevêque, ne pouvaient avoir de bénéfice. Leurs requêtes écrites font régulièrement état de leurs problèmes financiers et laissent percer une certaine inquiétude. Deux d’entre elles sont particulièrement intéressantes, car elles décrivent brièvement l’organisation scolaire.

52« Les escolles » reçoivent de « jeunes enffants » sans préciser leur âge, ni leur sexe. La présence de deux recteurs suggère qu’existaient deux classes, de même que l’expression « les escolles ». Les recteurs étant des hommes, ces « petites écoles » n’étaient pas mixtes. En effet, les « statuts » rouennais précisent que, pour enseigner aux filles, il faut être marié et la classe des filles est généralement prise en charge par la femme. Les enfants sont issus de familles de toutes conditions, pauvres ou riches. Le nombre peut-être important d’élèves issus de familles qui ne pouvaient payer « l’escolage » conduit les recteurs à demander un subside à la ville. Ce même argument est répété d’année en année entre 1513 et 1530 :

  • 49 AMPA, CRV, 1510-1511, f° 39.

[…] supplient humblement les recteurs et maistres des escolles de ceste ville du Pont Audemer qu’il vous plaise leur donner et faire délivrer des deniers communs de la ville pour payer le louage de la maison qu’ilz ont loué à cause desdites escolles lesquelz ne pourraient bonnement paier, attendu que la plus grand partie de leurs escolliers sont de pauvres parens et ne ont nulle autre praticque […]49.

53Cette lettre des recteurs insiste sur la pauvreté des élèves, en forçant peut-être un peu, car dans une lettre équivalente, les recteurs évoquent « les jeunes enffans tant riches que pauvres » qui fréquentent leurs cours. Les plus nombreux étaient les pauvres : dans cette lettre de 1513, « la multitude de pauvres escoliers » est expliquée en partie par la peste qui avait sévi, provoqué la fuite d’une partie des habitants et, par conséquent, la réduction des activités économiques et des revenus des habitants.

54Ces dépenses de scolarité et de formation entrent ainsi dans le cadre de l’action charitable que la ville dispense, sous diverses formes, aux plus défavorisés : « considéré la multitude des pauvres escoliers desquelz convient par charité en toutes choses justes et honnestes leur indigence supporter ». Selon le règlement du diocèse, les pauvres, « orphelins et autres nécessiteux » doivent recevoir un enseignement « pour l’amour de Dieu », donc gratuit. La dépense, acceptée par les autorités, montre que les dirigeants concevaient clairement l’intérêt d’offrir une instruction primaire aux enfants de la ville et particulièrement aux pauvres. C’était leur fournir un petit bagage, dans un monde où la lecture et l’écriture avaient pris une place nouvelle. Mais cela ne pouvait convenir aux recteurs, surtout en cas de crise économique généralisée comme cela semble être le cas ici.

55La lettre des recteurs définit le contenu de l’enseignement :

  • 50 AMPA, CRV, 1512-1513, f° 42.

Les jeunes enffants de ceste ville tant riches que pauvres sont continuellement et de jour en jour par iceulx suppliants instruict en sciences et bonnes moeurs comme occullairement leur ardue discrétion scoit et cognoist. Iceulx suppliants sont et seront obligés […] de érudir et enseigner en lettres, sciences et bonnes mœurs les enfans et escoliers de ceste ville du Pont Audemer50.

  • 51 Charles de Beaurepaire, « Recherches… », p. 293-294.

56Les termes « lettres » et « sciences » signifient ici lecture, écriture et calcul. Ce qui est l’essentiel dans une société où l’ignorance de l’écriture domine. Un tel enseignement permettait l’accès aux « études » universitaires, théologiques ou juridiques et ainsi ouvrait l’accès aux carrières ecclésiastiques et administratives. Si à Rouen, le latin était enseigné dans certaines écoles, cela ne semble pas être le cas à Pont-Audemer. Cela n’empêche cependant pas quelques élèves de la ville de poursuivre des études universitaires jusqu’à leur thèse de théologie. Charles de Beaurepaire précise que « l’on apprenait aux enfants de la ville et des lieux circonvoisins les lettres humaines, à lire, écrire, jeter et calculer », le terme « jeter » signifiant ici « mettre une décision par écrit, écrire une minute ». Les « statuts » de l’archevêque insistent très clairement sur l’intérêt qu’il y a à apprendre l’écriture et même les écritures dans une optique professionnelle, car la technique de l’écriture et de la calligraphie est indispensable dans tous les emplois de clerc, de scribe, de greffier, dans les emplois de bureau ou le « tertiaire » de l’époque, pourrait-on dire. L’enseignement des « bonnes mœurs » consistait en la formation morale des enfants par la transmission de certaines valeurs, chrétiennes sans doute. L’école dispensait donc un savoir-faire technique et influençait les pensées et le comportement. Les enfants étaient également, selon Charles de Beaurepaire, conduits par les maîtres au service divin, aux processions, aux prédications51. D’après les suppliques des recteurs, la qualité de l’enseignement est fonction « des moyens ». Faute du soutien financier de la ville, parce que les familles sont quelquefois de mauvais payeurs, les maîtres perdent leur envie d’enseigner, s’impliquent mollement dans leur tâche :

  • 52 AMPA, CRV, 1510, quittance jointe au f° 39.
  • 53 AMPA, CRV, 1512, f° 42.

Ce faisant lesdits maistres seront plus obligés et enclins instruire et enseigner les enfans desdites escolles. Et lesdits suppliants priront Dieu pour vous52. Par quoy soit agréable à Messires dits sages et provides officiers et conseillers de ceste ville du Pont Audemer obtempérer et condescendre à humble pétition et requête des suppliants, et à ce iceulx suppliants sont et seront obligés de estre plus enclins de érudir et enseigner en lettres, sciences et bonnes mœurs les enfans et escoliers de ceste ville du Pont-Audemer53.

57L’assiduité des maîtres, la régularité et peut-être aussi la qualité de l’enseignement fourni à l’école étaient regardées, estimées, appréciées, peut-être inspectées : « comme ocullairement leur [celle des bourgeois] ardue discrétion scoist et cognoist », mentionnent les recteurs dans une de leurs lettres. L’usage de la « dotation » financière était donc examiné avec soin par les responsables de la ville.

  • 54 ADSM, 3 E 6 133, 1540, nos 7 et 8.

58La somme ainsi allouée a eu tendance à augmenter, avec quelques variations : de 6 l. en 1497, 4 à 5 l. entre 1509 et 1517, de 10 à 15 l. entre 1520 et 1525, puis diminuant à 12 ou 13 l. entre 1530 et 1537. En 1540, Harfleur accorde à son « maitre des escolles », Maître Jehan Chambryn, une somme équivalente : 16 l. t. pour un an, dont l’utilisation est comparable à celle prévue à Pont-Audemer, « pour tenir les escolles et instruire les enffans de cedit lieu de Harfleur »54. L’évolution du montant semble refléter les difficultés des recteurs à être payés et révéler les fluctuations économiques et sociales de la ville. Les arguments avancés pour motiver cette dépense, par les recteurs ou le receveur, confirment ce constat, bien qu’il n’y ait pas adéquation exacte entre l’évolution de la dépense et celle des motifs explicatifs. Néanmoins, au début du XVIe siècle, la somme est consentie pour aider les maîtres à payer la location des salles d’enseignement, et c’est tout. Ce qui signifie que les familles paient « l’écolage » (dont on ignore le montant) et que cette rentrée d’argent permet aux maîtres de vivre. En 1511, 1513, 1517, des épidémies de « peste » frappent la ville, une partie des habitants fuit :

Considéré que pour l’occasion des maladies pestilentieuses en ceste ville au temps régnantes ont esté lesdits suppliants l’espace de plus de quatre mois sans gaignier le tiers de leur despens ne recueillir que bien peu du sallaire des escoliers.

59Ce qui a contraint les maîtres à déménager leur école vers une partie de la ville non contaminée : ils ont maintenu leur école ouverte, mais avec une diminution des écoliers, peut-être les plus fortunés. À lire les comptes, il semble que ces maîtres n’ont pas d’autres revenus, qu’ils ont besoin de l’écolage pour vivre, raison pour laquelle ils ne quittent pas la ville. Ces prêtres sont sans bénéfice, leurs suppliques insistent régulièrement sur la pauvreté d’une partie des écoliers ; les épidémies ont appauvri la ville et sa région.

[…] affin qu’ils supportent les pauvres escolliers qui n’ont de quoy payer [1513] ;
[…] en regard aux gracieusetés qu’ils ont fait et font chaque jour aux pauvres escolliers
de la ville qui n’ont de quoy payer leur escollaige [1514] ;
[…] pour sallaire de l’escollage de plusieurs escolliers et affluans esdites escolles [1520] ;
[…] pour les récompenser aucunement à raison de plusieurs paouvres enffans suyvans
ladite escolle desquels ils ne peuvent avoir sallaire [1521].

60À partir de 1529 surgit le thème de la « mendicité » de certains écoliers :

[…] pour subvenir au paiement de plusieurs enfans mendiens alant audit colège
estudier comme les autres [1529] ;
[…] pour subvenir en la nécessité des escolliers qui seroient et pourroient être en
mendicité pour subvenir au paiement du louage de la maison en laquelle sont
lesdits escolliers [1530].

61Enfin perce vers 1531 l’idée que l’argent de la ville permettra d’aider les maîtres à vivre :

12 l. t. à eux ordonnés par les officiers et conseillers de ladite ville pour subvenir au vivre
desdits maitres d’escolle et au louage desdites escolles [1531] ;
[…] pour aucunement subvenir à leurs nécessités de bouche, louage de maison et autres
choses nécessaires à instruction des jeunes enffans de la ville [1537] ;
[…] pour leur payne, sallaire et vacation [1550].

  • 55 Alain Derville, « L’alphabétisation du peuple à la fin du Moyen Âge », Revue du Nord, no 66, 1984, (...)

62Tout se passe comme si la ville payait l’usage du lieu et les enseignants, dont la situation se serait dégradée, comme si la part des familles s’était amenuisée et que la ville les avait remplacées, comme s’ils étaient devenus de facto des employés municipaux. L’évolution que tracent en pointillé ces dépenses d’école dans le compte de Pont-Audemer est celle de la paupérisation d’une partie de la population urbaine et celle des difficultés matérielles des maîtres, aboutissant à une sorte de « fonctionnarisation ». L’étude des écoles soulève la question de l’extension de l’alphabétisation dans le monde urbain médiéval. La pratique de l’écrit (lecture, calcul, écriture) était certainement plus répandue qu’on ne le croit habituellement : les signatures au bas des quittances en témoignent, bourgeois, artisans, petits officiers, hommes de loi, clercs, sergents signent de leur main ; les entrepreneurs du bâtiment, qui contrôlent et vérifient les travaux, calculent leurs journées de travail et leurs rentrées d’argent, établissent des devis, font un usage, même rapide et fruste, de l’écrit. Les dirigeants des villes ont été sensibles à cette question, et ont financé, dans la mesure de leurs moyens, la possibilité d’un apprentissage de l’écrit pour la plupart des enfants, riches comme pauvres55.

La voie de l’Église : enfants de chœur, acolytes, étudiants

63Le sort des enfants et leur départ dans la vie peuvent aussi prendre le chemin de l’Église, celle-ci offrant quelques possibilités d’emploi, d’instruction et d’ascension sociale.

64Quelques enfants participent aux cérémonies religieuses, messes dominicales, processions, messes des morts. Ils chantent des cantiques, portent des cierges, aident à l’office comme enfants de chœur. Ils en sont récompensés par un peu d’argent, comme à l’abbaye de Montivilliers ou dans certains hôpitaux.

  • 56 Joël Cornette, Chronologie de la France au XVIe siècle, Paris, Sedes, 1994, p. 15.

65De nombreux actes notariés consistent en dons de rente offerts à des jeunes garçons devenus acolytes et envisageant d’être ordonnés prêtres. Le plus souvent, ces jeunes gens proviennent des campagnes, mais quelques cas concernent des enfants de la ville. L’acolyte est le plus élevé des ordres mineurs. Celui qui veut entamer une carrière ecclésiastique commence par être portier, lecteur puis acolyte. Il assiste alors le prêtre et les diacres au moment de la communion. Le passage aux ordres majeurs le conduit à devenir sous-diacre, diacre puis prêtre. Étant acolyte et jusqu’à son ordination, il n’a pas de bénéfice. C’est pourquoi, et c’est l’aspect intéressant de ces actes, quelques membres de la famille (frères, oncles, père et mère) offrent un certain nombre de rentes qui assureront le soutien financier du jeune homme jusqu’à « sa première messe », comme il est précisé quelquefois. Pour certaines familles de Neufchâtel ou Louviers, et surtout celles des campagnes voisines, qui engagent plus que les familles citadines leurs enfants sur cette voie, l’Église offre une possibilité de modeste ascension sociale et de sécurité matérielle. Le début du XVIe siècle aurait été une période faste pour les carrières ecclésiastiques : l’augmentation de la population, l’inquiétude existentielle, le désarroi spirituel, le souci du salut, accentué par les troubles du XVe siècle (guerres, épidémies, grand schisme) contribuent à augmenter le nombre des clercs bénéficiers56.

  • 57 AMPA, CRV, 1521, f° 25 ; CRV, 1525, f° 39.

66D’autres encore, plus âgés, ont poursuivi des études longues de théologie, ce qui les a conduits à l’université de Paris ou de Caen et à l’obtention de diplômes comme la licence ou la maîtrise. Cherchant à terminer brillamment leur cursus universitaire, quelques étudiants de Pont-Audemer ont souhaité aller jusqu’au doctorat de théologie. Cela impose de séjourner de façon prolongée dans la capitale, ce qui est coûteux. Ils sollicitent alors les autorités urbaines pour obtenir une subvention, une sorte de bourse. Parce que l’étudiant est originaire de la ville, les responsables locaux acceptent. En 1520, la ville offre « à Frère Jean Fabri, religieux des Carmes de Pont-Audemer, 12 l. 10 s. t. ordonnés par les officiers et conseillers de la ville pour continuer l’estude en la sainte théollogie à Paris et acquérir les degrés et privilèges de ladite université ». En 1525, de même, la ville donne 30 livres tournois « pour subvenir à frère Jehan Fabry de présent prieur dudit lieu des Carmes pour soy faire passer le degrey doctoral de la faculté de théologie à l’université de Paris »57.

  • 58 AMPA, CRV, 1515, f° 34 : maître Marc Dufour, carme et natif de Pont-Audemer, a étudié à Caen penda (...)
  • 59 On peut noter qu’un carme de Pont-Audemer, Nicolas Le Huen, a été prédicateur à la cour du roi, co (...)

67En cas de succès, le conseil de ville paye même le « pot de thèse »58. Les villes, même petites, trouvaient donc un intérêt à soutenir et favoriser une élite instruite. Quelles étaient exactement les motivations des bourgeois et officiers ? Voulaient-ils peupler ainsi les administrations ecclésiastiques et royales, locales ou régionales, d’hommes à la fois formés, compétents et à eux redevables ? C’est possible, au vu des méthodes de contacts personnels et d’échanges de « bons et loyaux services » pratiqués dans la conduite des affaires publiques59. Les « docteurs » et les hommes formés à l’université ne sont pas si rares dans une ville comme Pont-Audemer : certains officiers de justice, quelques avocats et procureurs, les prieurs de l’hôtel-Dieu, les médecins, certains prieurs de couvents, cordeliers et carmes en l’occurrence, la plupart des prédicateurs sont des diplômés.

68Si l’apprentissage professionnel ou scolaire occupe une large place dans la vie des jeunes citadins, il n’est pas toute la vie et des plages de temps sont consacrées au plaisir des retrouvailles entre amis et pairs.

Fête de mai, jeu de l’arc et « ébattements »

69Les jeunes gens, de jeunes adultes cette fois, s’adonnent durant leur temps de loisir à diverses activités ludiques ou sportives qui participent de la vie sociale de la jeunesse urbaine.

  • 60 AN, JJ 182, no 24, 1453 : à Dieppe, des hommes vont dîner à la taverne et jouer pour de l’argent à (...)
  • 61 À Harfleur, vers 1465, où un écuyer, Jehan de La Mote se rend dans un de ces établissements en spe (...)
  • 62 AN, JJ 182, no 51, 1453 : soule à Harfleur. Sur ce thème, voir Bernard Merdrignac, Le Sport au Moy (...)

70Les jeux de taverne sont très prisés, par tous, jeunes et vieux, mariés et non mariés, laïcs et clercs. Les ouvriers et valets célibataires, buveurs et joueurs, sont une clientèle habituelle des tavernes : les lettres de rémission l’illustrent avec évidence. Les dés sont par excellence un jeu de pari qui suscite des passions telles que l’on en vient parfois aux mains. Des jeux plus simples, jeux de passe-temps mais aussi de pari, comme « pair et impair », sont également pratiqués60. D’autres jeux suscitent aussi l’engouement comme les quilles, les boules, les « palets » et la paume, qui, contrairement aux précédents, nécessitent un terrain, une installation particulière et quelques équipements. Des lettres de rémission décrivent de façon imprécise l’espace du jeu de paume, installé dans une maison abritant aussi une taverne, mais le texte n’est pas clair. La « grande paume » pouvait être jouée à l’extérieur, la « petite paume » était un sport d’intérieur, pratiqué dans les cours des maisons61 ; sa présence accompagne la croissance des villes. À Aumale subsiste une poutre sculptée qui, datant de la fin du XVIe siècle, a été peut-être l’enseigne d’un fabricant de balles et de raquettes de paume. Ce qui met en valeur l’engouement que ce jeu sportif et physique rencontrait chez les citadins. La soule est aussi quelquefois mentionnée62.

  • 63 AN, JJ 208, no 10, 1481 : cette lettre suggère que la pratique de ces exercices est présente dans (...)

71L’activité sportive la mieux documentée est le tir à l’arc ou à l’arbalète, dont la pratique est attestée à Harfleur, Montivilliers, Lillebonne et aussi à Évreux. Des bourgades plus petites en organisent aussi, comme Foucarmont et Favencourt63. À Harfleur, entre 1490 et 1540, cette compétition est subventionnée par la ville, les comptes fournissent, de ce fait, quelques renseignements. Il s’agit dans l’esprit des bourgeois, d’une part, d’occuper la jeunesse locale dans une activité prenante, une festivité qui anime une bonne partie de la ville. D’autre part, l’objectif déclaré est aussi d’entraîner les jeunes gens au maniement d’une arme qui peut s’avérer utile en cas de guerre : les autorités souhaitent que ce « jeu » se déroule « pour le bien et deffense de la ville », « pour le bien, tuition et deffense de la ville ».

  • 64 Robert Muchembled confirme cette idée dans Culture populaire et Culture des élites, Paris, Flammar (...)
  • 65 Ibid., p. 126.

72La guerre de Cent Ans a démontré l’efficacité de l’arc, l’intérêt de la participation des troupes populaires dans les combats et l’importance du guet. Après de multiples défaites, la royauté française a encouragé l’entretien par les villes de francs archers et l’organisation d’entraînements locaux, sorte de service militaire, l’intention étant de favoriser la défense des villes par les habitants eux-mêmes. Au début du XVIe siècle, la question se pose de la pertinence de ces projets : face aux innovations de l’armement et à l’apparition des armes à feu, l’arc et l’arbalète ne sont-ils pas des armes désuètes et périmées ? La continuation d’un entraînement au tir à l’arc à Harfleur doit être expliquée par le rôle stratégique de la ville, défendant l’entrée de Seine, qui la rend particulièrement exposée, par le faible coût relatif de cet armement et, peut-être aussi, par la prise de conscience que permet l’organisation de ces compétitions. Le jeu de l’arc et celui de l’arbalète présentaient-ils un intérêt patriotique ? Peuvent-ils être comparés aux fêtes civiques du début du XXe siècle ? Servaient-ils à diffuser, enseigner et cimenter, dans l’esprit des gens, et des jeunes gens en particulier, une conscience commune, un patriotisme urbain ? Certainement, à notre avis, sur le plan des intentions ; qu’en était-il des résultats ? Difficile de s’en faire une idée64. Le « jeu de l’arc » est, à Harfleur, associé au « mai des enfants », qui était l’occasion de festivités et d’« ébats » depuis longtemps. Le mai s’inscrit dans un autre ordre de considération : retour du printemps, nature qui refleurit, manifestation qui rassemble garçons et filles non mariés comme en un vaste marché matrimonial. À Harfleur, le jeu de l’arc fusionne les deux ensembles en un seul événement, qui donnait lieu à deux concours de tir, à l’arc et à l’arbalète, probablement à la belle saison, sous les yeux des jeunes filles ? Ce n’est pas dit. Selon Robert Muchembled, ces concours soudent les groupes et « purgent les passions », canalisant la violence latente, diminuant la violence quotidienne65.

  • 66 AN, JJ 181, no 240, 1454. Autres cas : à Rouen, cinq hommes « vont s’ébattre es prés sur Seine au (...)

73Ces compétitions obligeaient à créer ou à aménager un espace de jeu, qui pouvait être utilisé d’année en année, jusqu’à devenir un emplacement sportif et ludique permanent, terrain de boules ou de tir par exemple, comme le montrent quelques plans du XVIIIe siècle. Ces emplacements sont généralement extérieurs à la ville, installés dans un pré, au pied des murailles, dans les fossés, comme à Lillebonne : dans cette ville, en 1454, Toussains La Manche, jeune homme de 20 ans, va s’ébattre en un lieu nommé « le clos du châtel de la ville », où l’on tire à l’arc66. Les cibles sont installées sur un « pieu », un mât qu’il faut dresser, ou sur une butte de terre, aménagée pour cela, comme à Évreux ou à Harfleur ; parfois les cibles sont placées aux deux extrémités du terrain et les archers tirent successivement d’un côté puis de l’autre, comme à Lillebonne. Vers 1540, la butte aux arbalètes d’Harfleur se situe vers le port et dispose d’une « loge aux arbalétriers », guérite, local, vestiaire (?). Le matériel y est probablement rangé et conservé jusqu’à l’année suivante.

  • 67 Même cas pour la soule organisée à Harfleur pendant les dimanches de Carême, en 1453.
  • 68 ADSM, 3 E 6 128, 1507, no 73 : « […] aux arbalétriers d’Harfleu, 15 s. t. pour subvenir au paiemen (...)

74Les participants à ces rencontres sont presque invariablement les « enffants à marier », les « valets compagnons à mariés », les « enfants valets et serviteurs ». Ils sont généralement opposés aux « compagnons mariés »67. L’épreuve réunit les membres d’un groupe social majoritaire : les ouvriers et artisans, mais elle met en compétition les générations. Le contexte social de ces activités sportives est donc le monde populaire des villes. À une occasion, les arbalétriers d’Harfleur se mesurent aux arbalétriers formant la garde d’un seigneur, peut-être s’agit-il là d’un détachement militaire en garnison dans la ville : amateurs contre professionnels cette fois-là, mais c’est la seule68.

  • 69 Robert Muchembled, Culture…, p. 167 : « l’usage est que celui qui a abattu le papegai est le roi d (...)
  • 70 Jean-Pierre Gutton « Reinages, abbayes de jeunesse et confréries dans les villages de l’ancienne F (...)

75Les divers groupes de jeunes gens en présence semblent être structurés et organisés, mais les documents ne précisent pas exactement comment. Ils mentionnent un « roi » des archers, d’un « roi » des arbalétriers. Ce terme, qui est utilisé aussi dans certaines confréries, désigne le responsable annuel, le représentant de l’association, qui sera l’interlocuteur des autorités urbaines. Il s’agit peut-être aussi du vainqueur du concours de l’année précédente69. C’est lui qui reçoit la subvention de la ville permettant l’entretien des installations et les réparations nécessaires. Un texte mentionne l’existence d’un « roi des enfants, valets et serviteurs », ce qui suggère que les jeunes gens d’Harfleur auraient appartenu à une association de jeunesse, organisée sur le mode des confréries de charité, conférant à ses membres un sentiment d’appartenance, une place dans la société70.

76Le déroulement des épreuves de tir a pu être précédé et suivi de festivités diverses, ayant la ville et ses rues comme lieu d’expression. À Harfleur, sont payés trois « trompettes » et joueurs de tambours venus tout exprès de Rouen pour jouer en cette circonstance. La compétition elle-même a pu être ponctuée par des sonneries de trompettes. L’événement devait être regardé par un public d’amateurs et de badauds, dont il n’est cependant jamais question dans les sources comptables. Y avait-il des supporters, des tireurs habiles, des champions ? C’est fort probable, car à l’issue des épreuves, les participants forment une « joyeuse assemblée » et partent en cortège. Les comptes d’Harfleur indiquent que les « enfants à marier » et tireurs de Montivilliers sont venus en cortège jusqu’à Harfleur où ils ont été reçus avec 52 pots de vin ; de la cervoise et du fromage de Flandre ont également été servis aux convives. Les 52 pots de vin donnent une idée du nombre de participants.

  • 71 AN, JJ 181, no 240.

77Ces compétitions de tir, malgré leur organisation et leurs règles, étaient source d’accidents et de débordements. Une lettre de rémission concernant Lillebonne décrit le déroulement d’un jeu de l’arc au pied des murs de la ville et précise les règles scrupuleuses que doivent respecter les tireurs – tirer ensemble, aller chercher les flèches ensemble – pour éviter de blesser quelqu’un. Cependant, l’un des archers s’attarde et est touché par une flèche à la tempe. Il en meurt quelques jours plus tard71.

  • 72 AN, JJ 182, no 51.

78Une autre fois, c’est l’agressivité des compétiteurs, née de l’émulation sportive, qui est à l’origine d’une bagarre, entraînant mort d’homme. Au cours d’une période de soule à Harfleur en 1453, les joueurs qui se croisent dans la rue s’invectivent : « Entre vous mariés vous ne valez rien. Nous avons gagné la soule », dit l’un d’entre eux de façon méprisante. Une bagarre s’ensuit72.

79La jeunesse a donc connu des conditions d’existence particulières au milieu urbain, bénéficiant d’un plus large marché de l’emploi qui permettait de sortir de la tradition professionnelle familiale, profitant des possibilités d’instruction primaire que la ville offrait, participant aux diverses festivités locales religieuses ou sportives, plus rares dans les campagnes et certainement moins spectaculaires. Ces occasions ont pu être mises à profit par les autorités, urbaines, ecclésiastiques ou royales, pour « tenir un discours » moral, religieux, politique ou patriotique à la jeunesse ainsi qu’au reste de la population citadine.

Notes

1 ADSM, 2 E 14 1137, acte du 2 mars 1460.

2 AN, JJ 219, no 88, 1487.

3 BNF, ms fr., 25929, 1073, Saint-Jacques de Neufchâtel, 1512. Les veuves figurent fréquemment parmi les pauvres qui sont exempts de fouage ; ainsi, en 1503, le rôle de fouage de la « rue des Penteurs » à Bernay mentionne trois veuves parmi « les mendiants en ladite rue », BNF, ms fr., 25926, 370, Bernay, 1503. De même, en 1506, au Neubourg, le rôle signale quatre veuves mendiantes, dont, « la veuve Jouen Leblond [qui] n’a rien et ne tient feu ni lieu au Neufbourg » et « la veuve Cardin Germain pour ce qu’elle est gardée en l’hostel Dieu du Neufbourg », BNF, ms fr., 25927, 660, Le Neubourg, 1506.

4 L’étape est un lieu de déchargement où était perçu un droit sur le commerce de gros des vins et boissons.

5 AMPA, CRV, 1488, fos 38-39.

6 AN, JJ 192, no 32, 1461.

7 BNF, ms fr., 25925, 201, Elbeuf, 1500.

8 AMPA, CRV, 1512, f° 41, entre autres ; cette femme aubergiste reste active jusqu’en 1521. Son nom apparaît chaque année dans le compte. En 1525, son fils, Jehan, reprend les activités d’aubergiste et « hotellier » et reste attaché à la municipalité.

9 ADSM, 2E 93 13 : tabellionnage de Saint-Saëns, novembre 1530.

10 . Voir texte en annexe, no 7.

11 ADSM, 2 E 14 1140, acte du 8 juillet 1486.

12 ADSM, 2 E 14 1138, acte du 27 janvier 1461 : « Blaise de Giac, escuier homme d’armes sous la charge de Monsieur de Crussol, donne à Michaut des Vergiers, Pierre de Giac, Anthoine Jehan, Jehan de Giac, Jehanne de Giac, tous enfans et neveux dudit donneur tous les biens qu’il peut avoir audit Neufchâtel, sauf ce qu’il a donné à Philipote sa meschine ».

13 ADSM, 2 E 14 1138, acte du 27 janvier et 16 février 1461.

14 AN, JJ 191, no 67 : cas d’un religieux bénédictin qui entretient notoirement une chambrière « vitupérée de son honneur ».

15 Plusieurs viols commis sur des chambrières et aussi des fillettes sont décrits par des lettres de rémission : AN, JJ 201, no 174 évoque une affaire survenue à Londinières près de Neufchâtel.

16 Voie que l’on n’a pu identifier.

17 ADSM, G 5272, officialité de Montivilliers, p. 6.

18 Peut-être un quartier « chaud » d’Harfleur. À rattacher à la « rue des Agnetes ».

19 AN, JJ 235, no 237, 1499.

20 AN, JJ 236, no 44 : en 1525, à Gisors, des serviteurs âgés de 13 à 14 ans ont des relations avec une fille de joie, au cours d’une noce.

21 AMPA, CRV, 1525, f° 45.

22 AMPA, CRV, 1512, f° 41 ; CRV, 1521, fos 64-65.

23 Dans les villages de la région de Neufchâtel au XVIIIe siècle les nourrices accueillent régulièrement, les enfants des ménages rouennais modestes : Jean-Pierre Bardet, Rouen aux XVIIe et XVIIIe siècles, les mutations d’un espace social, Paris, Sedes, 1983, t. I, p. 296 et t. II, tableau 131, p. 171.

24 Maurice Garden, Lyon et les Lyonnais au XVIIIe siècle, 2e éd., Paris, Flammarion, (Champs), 1975, p. 59-77.

25 ADSM, 2 E 14 718, f° 34 v°.

26 BNF, ms fr., 25927, 558, Notre-Dame de Neufchâtel, 1500.

27 Ibid.

28 BNF, ms fr., 25927, 498, Nonancourt, Saint-Martin, 1503.

29 ADSM, 2 E 14 1138, 4 septembre 1462.

30 AN, JJ 201, 1477, no 53 : un jeune compagnon à marier, tailleur, va porter des chausses à ses clients, à Neufchâtel. Il se dispute avec un homme, Pernot Aveline, qui, parmi diverses insultes, lui lance : « On ne sait qui est ton père et ta mère ».

31 AN, JJ 207, no 37.

32 ADSM, 2 E 14 1442, acte du 27 avril 1505.

33 ADSM, 111 HP 1, hôpital de Montivilliers, 1563.

34 Danielle Alexandre-Bidon et Didier Lett, Les Enfants au Moyen Âge, Paris, Hachette, coll. « La Vie quotidienne », 1997, p. 151.

35 ADSM, 2 E 14 1442, actes des 28 février, 16 mars et 22 avril 1505.

36 Même constatation faite à Orléans, où la durée moyenne de l’apprentissage est de trois à quatre ans, et à Dijon où la durée de l’apprentissage varie entre un et douze ans : Françoise Michaud-Fréjaville, « Bons et loyaux services : les contrats d’apprentissages en Orléanais (1350-1450) », in Les Entrées dans la vie. Initiations et apprentissages, Nancy, Presses universitaires de Nancy, 1982, p. 204 ; Thierry Dutour, Une société de l’honneur, Paris, Honoré Champion, 1998, p. 213.

37 AN, JJ 201, no 192.

38 AN, JJ 190, n° 125, 1459.

39 Françoise Michaud-Fréjaville, « Bons et loyaux services… », p. 191.

40 Philippe Lardin, Les Chantiers du bâtiment en Normandie orientale (1350-1550), Villeneuve-d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, 1995, p. 644.

41 ADSM, 2 E 14 1443, acte du 1er mars 1510.

42 ADSM, 2 E 1442, acte du 28 juin 1504.

43 Françoise Michaud-Fréjaville, « Bons et loyaux services… », p. 191.

44 ADSM, 2 E 14 1442, acte du 9 mars 1505.

45 Françoise Michaud-Fréjaville, « Bons et loyaux services… »., p. 197.

46 AN, JJ 173, n° 201 (1425) ; cité dans Paul Le Cacheux, Actes de la chancellerie de Henri VI concernant la Normandie sous la domination anglaise (1422-1435), Rouen-Paris, Lestringant-Picard, 1907-1908, t. II, p. 248-250.

47 Lucien-René Delsalle, Vivre à Rouen, 1450-1550, Mont-Saint-Aignan, CRDP, 1975, p. 114-116.

48 Même situation attestée à Dieppe, à Pontoise et à Gournay : le recteur devait être confirmé chaque année. Voir Charles de Beaurepaire, « Recherches sur les établissements d’instruction publique et la population de l’ancien diocèse de Rouen », Mémoires de la Société des antiquaires de Normandie, t. XXV, 1863, p. 291-294.

49 AMPA, CRV, 1510-1511, f° 39.

50 AMPA, CRV, 1512-1513, f° 42.

51 Charles de Beaurepaire, « Recherches… », p. 293-294.

52 AMPA, CRV, 1510, quittance jointe au f° 39.

53 AMPA, CRV, 1512, f° 42.

54 ADSM, 3 E 6 133, 1540, nos 7 et 8.

55 Alain Derville, « L’alphabétisation du peuple à la fin du Moyen Âge », Revue du Nord, no 66, 1984, p. 761-776.

56 Joël Cornette, Chronologie de la France au XVIe siècle, Paris, Sedes, 1994, p. 15.

57 AMPA, CRV, 1521, f° 25 ; CRV, 1525, f° 39.

58 AMPA, CRV, 1515, f° 34 : maître Marc Dufour, carme et natif de Pont-Audemer, a étudié à Caen pendant vingt ans, sollicite l’aide de la ville « pour sa fête de théologie qu’il ne peut faire sans aumône ».

59 On peut noter qu’un carme de Pont-Audemer, Nicolas Le Huen, a été prédicateur à la cour du roi, confesseur de Charlotte de Savoie, femme de Louis XI ; Édouard Frère, Manuel de biographie normande, Rouen, Le Brument, 1858.

60 AN, JJ 182, no 24, 1453 : à Dieppe, des hommes vont dîner à la taverne et jouer pour de l’argent à « par et non par ». Il en résulte une bagarre.

61 À Harfleur, vers 1465, où un écuyer, Jehan de La Mote se rend dans un de ces établissements en spectateur : il s’assoit pour regarder la partie, AN, JJ 194, no 197, 1465.

62 AN, JJ 182, no 51, 1453 : soule à Harfleur. Sur ce thème, voir Bernard Merdrignac, Le Sport au Moyen Âge, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2001.

63 AN, JJ 208, no 10, 1481 : cette lettre suggère que la pratique de ces exercices est présente dans les lieux fréquentés par les ouvriers migrants.

64 Robert Muchembled confirme cette idée dans Culture populaire et Culture des élites, Paris, Flammarion, 1978, p. 125-126 ; voir aussi Jacques Heers, Fêtes, jeux et joutes dans les sociétés d’Occident à la fin du Moyen Âge, Paris-Montréal, Institut d’études médiévales, 1972, cité par Robert Muchembled, Culture…, p. 124.

65 Ibid., p. 126.

66 AN, JJ 181, no 240, 1454. Autres cas : à Rouen, cinq hommes « vont s’ébattre es prés sur Seine au dessous de Notre-Dame-du Pré lès Rouen », c’est-à-dire sur la rive gauche, car ils passent la Seine en bac ; près d’Harfleur, des soldats s’entraînent à tirer à la prairie de Graville appelée « les criques », no 83 ; le jeu se déroule dans la « rue publique », pour un lancer de poids au moyen d’une « boule de pierre », no 223.

67 Même cas pour la soule organisée à Harfleur pendant les dimanches de Carême, en 1453.

68 ADSM, 3 E 6 128, 1507, no 73 : « […] aux arbalétriers d’Harfleu, 15 s. t. pour subvenir au paiement de grans sommes de deniers qu’ils ont paiés en deffendant un prix lequels ils ont combattu pendant 2 jours contre certains arbalétriers admenez en ceste ville par le seigneur de Normanville demourant auprès de Granville ».

69 Robert Muchembled, Culture…, p. 167 : « l’usage est que celui qui a abattu le papegai est le roi de la confrérie », déclare un chanoine lillois en 1587.

70 Jean-Pierre Gutton « Reinages, abbayes de jeunesse et confréries dans les villages de l’ancienne France », Cahiers d’histoire, t. XX, no 4, 1975, p. 443-453 ; Jacques Rossiaud, « Fraternités de jeunesse et niveaux de culture dans les villes du Sud-Est à la fin du Moyen Âge », Cahiers d’histoire, t. XXI, nos 1-2, 1976, p. 67-102.

71 AN, JJ 181, no 240.

72 AN, JJ 182, no 51.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search