Version classiqueVersion mobile

Petites Villes de Normandie

 | 
Bruno Sintic

Cinquième partie. Figures et problèmes de société des petites villes

Chapitre 2. L’élite urbaine : nobles et bourgeois

Texte intégral

1La ville médiévale a fait naître, à partir du XIIe siècle, une catégorie sociale originale : le bourgeois. La littérature médiévale – par exemple, les fabliaux ou la Farce de maître Pathelin –, plus tard les historiens des XIXe et XXe siècle, tels Henri Pirenne, Jean Lestoquoy, Régine Pernoud, Yves Renouard, René Fédou, Thierry Dutour, ont décrit le profil matériel et moral de ces hommes nouveaux. Tour à tour ont été soulignés l’esprit d’initiative, le dynamisme économique, l’âpreté au gain, l’exploitation des subalternes, le désir de reconnaissance, l’inquiétude religieuse, les besoins spirituels et bien d’autres traits qui animaient la bourgeoisie médiévale.

2Comme toute société humaine, le corps social des petites villes était hiérarchisé. Peut-être moins diversifié que celui des grandes cités, il n’en était pas moins fragmenté et dominé par un groupe détenant les clés du pouvoir local. Il faut examiner maintenant les hommes qui étaient regardés comme les plus influents, les plus riches, les plus puissants, ceux qui, parmi la population citadine, constituaient l’élite sociale. La description de ce groupe, si caractéristique du monde des villes médiévales, impose d’éclairer les activités qui assuraient leur aisance matérielle et déterminaient l’évolution de leur fortune, les moyens qui leur permettaient d’exercer une influence dans leur ville, les mots par lesquels ils étaient désignés.

« Escuiers » et « bourgois »

3Les notaires emploient, dans leurs actes, deux termes de distinction sociale, non professionnels : celui d’écuyer et celui de bourgeois.

  • 1 ADSM, 2 E 14 1141, 1494-1495, 85 vo : il s’agit de « Jehan, seigneur de Roye, chevalier, seigneur (...)

4Le terme d’écuyer, ou de chevalier, beaucoup plus rare, est employé pour qualifier des nobles installés dans la région, possédant des terres, des manoirs, des seigneuries, souvent localisés dans les villages proches de Louviers ou Neufchâtel. La figure de l’écuyer, propriétaire rural, fréquentant occasionnellement la ville ou se faisant représenter par ses procureurs auprès de la justice ou du notaire, est courante dans les petites villes. À Neufchâtel, le seigneur de Quièvrecourt, village très proche de cette ville (3 kilomètres), apparaît assez fréquemment dans les actes des notaires. Comme lui, tous les autres écuyers mentionnés dans les sources notariées ne possèdent qu’une seigneurie, dans un des villages voisins ; seul le seigneur de Beaussault, qui intervient dans un acte, est possessionné dans trois villages et semble être un homme de cour, proche du roi1. Le noble est donc généralement un habitant de la campagne, fortuné quelquefois, qui a du bien, qu’il exploite, vend, grossit et complète, et dont le manoir rural est le principal séjour. Par ces caractères, ces hommes ressemblent tout à fait au gentilhomme campagnard du Cotentin qu’est Gilles de Gouberville, au milieu du XVIe siècle. Pourtant, vers 1461 et dans les décennies suivantes, les écuyers, qui apparaissent dans les actes, semblent plutôt en difficulté : ils vendent leurs terres, ils vendent des rentes pour obtenir de fortes sommes en liquide et s’adressent pour cela à quelques riches citadins :

  • 2 ADSM, 2 E 14 1442, 27 juillet 1503.

En 1503, « noble homme Guillaume le Mettaier, escuier, seigneur de Guichauville et la Haie le Comte près Louviers vend à Jehan Pappavoine, bourgois et marchant de Louviers 10 l. t. de rente par an pour le prix de 100 l. t. »2.

5La somme de 100 livres tournois qui a été payée à l’écuyer, précise le document, est importante et assez inhabituelle. Elle révèle les besoins de l’écuyer et la capacité de mobilisation de numéraire du bourgeois.

  • 3 Un cas dans ADSM, 2 E 14 1138, 1461-1464 : 13 mai 1461.
  • 4 ADSM, 2 E 14 1138, acte du 27 avril 1464 ; en 1481, Nicolas Sérée, bourgeois et un des élus de la (...)
  • 5 Importante famille noble de la région de Pont-Audemer : Claude d’Annebault sera bailli d’Évreux, l (...)
  • 6 ADSM, 2 E 14 1187, 30 avril 1542 : Samson de Martonne, écuyer, « demourant à présent à Neufchâtel  (...)

6Rare est dans la deuxième moitié du XVe siècle, le cas de l’écuyer riche qui pratique le prêt, même si on peut en relever quelques occurences3. La terre rapporte peu, les droits seigneuriaux (moulins, banalités) également ; il est nécessaire de remettre en état de fonctionnement des champs et des bâtiments d’exploitation qui ont souffert de déprédations de guerre ou du manque d’entretien ; il faut attirer de nouveaux tenanciers par des conditions attractives de reprise des terres : tout cela explique les revenus affaiblis des nobles normands vers 1460-1480 et le fait qu’ils se tournent vers les villes pour trouver le numéraire susceptible de les aider. Ils renforcent donc leurs relations avec les élites économiques urbaines. En 1464 deux écuyers habitant Lucy, à 5-6 kilomètres de Neufchâtel, sont cautionnés par deux bourgeois pour obtenir un office de verdier ; d’autres nobles ruraux se choisissent des procureurs chargés de les représenter et d’opérer à leur place des achats ou des ventes de terres ; certains, comme Antoine de Bourbel, écuyer, seigneur d’Esclavelles (à 6 kilomètres de Neufchâtel), se marie à la fille de l’avocat Étienne Houe4. La ville fournit aussi à quelques nobles l’occasion d’occuper des postes au sein de l’administration royale (vicomte, lieutenant du capitaine, du vicomte ou du bailli), ce qui leur procure une nouvelle surface sociale et des gages. Quelques-uns de ces écuyers décident d’ailleurs de s’installer en ville, après avoir acheté une maison. Il existe donc à Neufchâtel, Louviers ou Pont-Audemer, parmi les habitants de la ville, quelques nobles, qui participent parfois à la vie économique et sociale de leur ville : la demoiselle d’Annebault5, à Pont-Audemer, donne une somme de 10 livres pour le financement d’un vitrail à la chapelle de l’hôtel-Dieu en 1490, ce qui est une attitude assez commune : beaucoup de vitraux installés au tournant des XVe - XVIe siècles sont commandés par la noblesse locale ; en 1541, toujours à Pont-Audemer, deux écuyers, « noble homme maître Jehan Dellebeuf » et « maitre Guillaume Duquesne, escuier », ont vendu des muids de vin et sont assimilés aux taverniers ; à Harfleur, chaque année au moment de la foire, les nobles assurent la surveillance, le service d’ordre et maintiennent la sécurité dans les rues ; à Louviers et Neufchâtel, des écuyers concèdent à ferme un ou plusieurs moulins leur appartenant6. Cette catégorie sociale, cependant, si elle est remarquée dans la société urbaine, est minoritaire ; la scène sociale est principalement occupée par les bourgeois.

7Les membres les plus nombreux composant l’élite urbaine sont donc les hommes désignés comme bourgeois. Le terme de bourgeois, ou « bourgois » selon l’orthographe du temps, est problématique. Il sert à distinguer certains des citadins, il semble contenir une notion d’éminence, il valorise. Mais quel est son contenu exact ? Les actes ne le précisent jamais et les moyens détournés employés pour découvrir le ou les sens du terme ne permettent pas d’aboutir à une définition satisfaisante. Les clercs rédacteurs des comptes municipaux et des actes notariés utilisent souvent la formule « bourgois, manants et habitants », qui insiste sur la longévité et la stabilité de la résidence ; la formule intervient pour faire état d’une décision prise par une assemblée de représentants de la ville. Ce qui souligne que les bourgeois membres des assemblées municipales sont les habitants stables, dont les familles sont durablement établies et connues, et non pas l’ensemble de tous les habitants récents, instables, migrants ou susceptibles de quitter la ville dans l’année (ouvriers, valets, soldats, marchands itinérants, entrepreneurs du bâtiment, artisans en déplacement…). Pourtant, tous les manants et habitants ne sont pas désignés comme bourgeois. Le terme contient quelque chose de plus.

  • 7 Ce type de procédure existait pourtant au XVe siècle à Dieppe. Voir Philippe Lardin, Dieppe pendan (...)
  • 8 Henri Legras, Le Bourgage à Caen, tenure à cens et tenure à rente (XIe-XVe siècle), Paris, Roussea (...)
  • 9 ADSM, 2 E 14 1138, 26 juillet 1463.

8Peut-être faut-il y entendre un sens juridique et spatial. À l’origine sont réputés « bourgeois » les hommes reconnus comme tels et intégrés, selon certaines conditions – après une domiciliation dans la ville d’au moins un an et après prestation de serment –, par une « commune » urbaine, c’est-à-dire une association jurée d’habitants d’une ville, ayant fait reconnaître à leur seigneur le droit de gérer les affaires de leur cité. L’entrée au sein de la « bourgeoisie » d’une ville entraînait l’application d’un droit particulier à l’individu ainsi reconnu. Dans notre corpus documentaire, rien n’évoque ce type d’accès au monde bourgeois7. Quelques rares actes notariés utilisent un terme ancien, remontant au XIIe siècle, celui de « bourgage ». Désignant à l’origine le statut favorable des paysans venus s’installer sur un territoire non habité qu’un seigneur local cherchait à peupler, le mot a qualifié par extension l’agglomération qui en avait résulté8. Un processus équivalent a concerné Neufchâtel et Montivilliers, villes dans les archives desquelles on rencontre, à quelques reprises, le mot « bourgage ». Son emploi signale que des règles juridiques particulières, touchant au droit familial (mariages, successions) et aux rapports entre tenancier et seigneur, s’appliquent aux habitants de ce qui semble être un périmètre circonscrit : ainsi, en 1463, Robin Baratte, de Neufchâtel, a laissé, « usant de son droit de bourgage », à sa femme, Jehanotelle, en son testament la part qu’il avait « en un hôtel où pend l’enseigne du pot d’étain, assis devant l’église Notre Dame du Neufchâtel » ; celui-ci décède ; sa femme, remariée, à son tour cède cette part de maison à son nouveau mari sans demander autorisation au seigneur ni payer de droits de mutation en invoquant le même droit de « bourgage » ; les parents du premier mari protestent et le désaccord se résout par un arrangement9. Dans ces sources, le terme « bourgage » semble désigner un certain statut de la terre en ville, terre dégagée et libérée des obligations seigneuriales. En 1780, Houard, dans son Dictionnaire de droit normand, rappelant la Coutume de Normandie, définit le terme « bourgage » ainsi :

  • 10 David Houard, Dictionnaire analytique, historique, étymologique, critique et interprétatif de la C (...)

Tenure exempte de payer reliefs, treizièmes et autres droits seigneuriaux, le posssseur n’est tenu qu’à donner simple déclaration des rentes dues par son héritage [...] Les frères et soeurs partagent également les héritages qui sont en bourgage par toute la Normandie, même au bailliage de Caux, au cas que les filles soient reçues à partage. Ces dispositions tirent leurs origines des privilèges dont jouissaient les villes et les bourgs sous les premiers ducs de cette province : les héritages qui y estoient sont vendus et achetés comme meubles [...]. C’est donc aujourd’hui un principe certain que le bourgage a pour limite l’enceinte des villes et que de droit tout héritage assis hors des villes est réputé bien de campagne, à moins que le contraire ne soit justifié par procès-verbal de la réformation de la Coutume10.

  • 11 David Houard, Dictionnaire analytique, historique, étymologique, critique et interprétatif de la C (...)

9Dans les villes normandes, la vente et l’achat de terre peuvent être faits librement par les bourgeois. En 1542, à Neufchâtel, Christofle Bormen, bourgeois et marchand, délaisse à sa sœur « un clos et jardin ainsi planté et édiffié, assis hors la ville de Neufchâtel tenu du bourgage dudit lieu ». Ce qui semble indiquer que cette parcelle dépend juridiquement de la ville ; en matière de transactions foncières et de successions, le droit urbain s’applique à ce bien. Donc, il existe en dehors de la ville un périmètre qui trace la limite entre le droit de la ville et celui des campagnes. C’est ce qui est appelé ici « bourgage » et qui correspondrait probablement à « banlieue ». Cependant, le passage de « bourgage » à « bourgeois » ne paraît pas immédiat. Selon Houard, « la bourgeoisie est très différente du bourgage : celui-ci est un droit inhérent aux propriétés, l’autre n’étoit relative qu’aux personnes »11. Les citadins ayant des terres dans le bourgage d’une petite ville ne sont peut-être pas tous désignés comme « bourgeois ». Supposition, car les éléments d’information qui permettraient de trancher manquent.

  • 12 BNF, ms. fr., 25927, 484, fouage de Nonancourt, 1503.

10La réalité d’une aire urbaine et péri urbaine privilégiée s’est maintenue jusqu’aux XVe et XVIe siècles, où se sont ajoutés de nouveaux privilèges fiscaux. À partir de 1449-1450, l’exemption de la taille est accordée à un certain nombre de petites villes normandes. Ce droit particulier s’appliquait à la ville close et s’étendait aux faubourgs jusqu’à une certaine limite. En 1547, une commission composée de représentants du pouvoir royal, d’officiers municipaux et d’une délégation de bourgeois dresse le tracé des limites de la « bourgeoisie » de Pont-Audemer, en se référant aux anciens usages. La description écrite de cet espace privilégié, qui a été conservée, fixe l’extension de l’espace des exempts de taille comprenant la ville et sa « banlieue » et souligne la différence qui existe en droit entre la ville et la campagne. Mais cette « bourgeoisie » fiscale n’entraîne pas, à Pont-Audemer, que les habitants exempts de taille soient tous dits « bourgeois ». Il en va différemment ailleurs. En 1500, dans le rôle de fouage de Nonancourt, certains habitants signalent qu’ils ne sont pas assujettis au paiement de cet impôt parce qu’ils sont bourgeois ; des hommes et des femmes sans grande fortune, des valets, des chambrières, se déclarent « bourgeois » et sont acceptés comme tels par les collecteurs de l’impôt : « la chambrière Perrin du Bois se excuse et dit qu’elle est bourgoise et est non payante […] Loys Belon est louager [?], ne doit rien pour ce qu’il est bourgeois ». L’expression est encore utilisée dans le même rôle pour neuf autres personnes12. Les intéressés considèrent que leur domiciliation à l’intérieur de la « bourgeoisie » de la ville leur confère, indépendamment de leur condition sociale, quelques privilèges juridiques. C’est la seule localité de notre corpus pour laquelle se rencontre une telle définition donnée au terme « bourgeois ».

11Tous les hommes jouissant de biens fonciers dans le « bourgage » ou bénéficiant de l’exemption fiscale attachée à la « bourgeoisie » d’une ville ne sont donc pas automatiquement dits « bourgeois ». Quelques relevés permettent de constater que les hommes désignés ainsi résident dans les paroisses comprises à l’intérieur de l’enceinte urbaine. Rares, et quasi inexistants, sont les cas de bourgeois dont la résidence soit « faubourienne ». Néanmoins, malgré le flou et les incertitudes, il apparaît que le qualificatif de « bourgeois » au XVe siècle contient encore, mais plus uniquement, une idée de privilège.

  • 13 Par exemple Le Puy-en-Velay, voir Bernard Rivet, Une ville au XVIe siècle : Le Puy-en-Velay, Le Pu (...)
  • 14 Même cas au Puy, voir ibid., p. 278.
  • 15 Ibid., p. 268.

12Au XVe siècle, le mot semble s’être chargé d’un sens social. C’est ce que révèle l’examen des professions et du niveau de vie des bourgeois sur lesquels la documentation, en revanche, renseigne plus abondamment. Le nom des particuliers est toujours suivi de celui de sa paroisse de résidence et, quelquefois, de précisions professionnelles (marchand, boucher, boulanger, par exemple…) et sociales (écuyer, clerc, curé, ou bourgeois…), ce qui donne les moyens de mieux connaître les activités des habitants. Dans les petites villes, les bourgeois sont surtout des hommes d’affaires et des hommes de loi, comme dans beaucoup d’autres villes13. La mention « bourgeois » est assez souvent accompagnée de celle de marchand, et au cours du XVIe siècle, le terme « marchand » devient plus courant, doublant et redoublant les termes précédents : ainsi trouve-t-on « bourgois, boucher et marchand », « bourgois marchand et mercier » au XVIe siècle, là où, vers 1460-1480, la mention « marchand » était rare et où la mention professionnelle suffisait. Cette évolution enregistre probablement le gonflement de l’activité économique et commerciale des petites villes entre 1460 et 1500, la diversification des activités économiques et, peut-être aussi, la valorisation de l’état de marchand. Le terme de « marchand » est chargé de respectabilité et valorisant14. En outre, le marchand local fait établir devant notaire, beaucoup plus systématiquement qu’auparavant, un acte ou contrat qui engage son client à le payer. La nature du commerce pratiqué par ces hommes apparaît clairement, particulièrement dans les registres neufchâtelois du XVIe siècle : ceux-ci commercent de tout, denrées alimentaires, matières premières artisanales, outils et instruments de travail, bétail et chevaux. Ils ne sont pas spécialisés dans la vente d’un seul type de produit ou production. Ce serait plutôt le cas des artisans qui écoulent leur propre production. Le négociant qui brasse beaucoup d’affaires sur un espace vaste, qui réussit dans son commerce, qui a pignon sur rue serait-il un marchand non spécialisé ? C’est ce qu’observe au Puy Bernard Rivet : il est possible que cela soit le cas dans les villes normandes15. Les clients principaux des riches citadins semblent être les ruraux des campagnes voisines, qui viennent rechercher à la ville les produits textiles, les objets de cuir ou de fer que l’on trouve difficilement en campagne. Le marchand lovérien ou neufchâtelois revend aux paysans les productions artisanales de la ville.

13Une partie des bourgeois est formée par des artisans. La désignation « bourgeois et drapier », « bourgeois et tanneur », « bourgeois et maréchal », assez rare avant 1500, devient courante après 1500. Vers 1540, il n’est pas rare de rencontrer des mentions comme « bourgeois et brasseur », « bourgeois et coutelier », « bourgeois et plombier », « bourgeois et chaussetier », presque inexistantes avant 1500. Signes, probablement, de la reprise économique, de la diversification de l’artisanat, de l’enrichissement et de la respectabilité de ces professions.

14Une large part des bourgeois des petites villes est constituée de « gens de justice » qui sont dits, dans les actes, « bourgeois et conseiller en cour laie », « bourgeois et avocat ». Ils sont issus de familles de notaires ou de juristes, ils ont suivi des études de droit ou ont appris dans l’office notarial leur métier, ils exercent une charge juridique dans leur ville. Le repeuplement des villes et des campagnes normandes, la remise en exploitation des terres, des biens immeubles ont certainement été à l’origine de nombreux litiges et contestations qui ont fourni aux tribunaux et au personnel judiciaire un travail abondant. La plupart des villes étudiées sont sièges d’administrations royale ou seigneuriale, qui s’accompagnent obligatoirement de cours où se règlent les contentieux de toutes sortes. Dans ces villes vivent d’assez nombreux gens de justice, des « maîtres Pathelin », dont une partie, fortunée, rejoint l’élite sociale et politique de la ville. L’activité judiciaire enrichit son homme, à en croire les récriminations de Clément Marot dans ses Épîtres contre les « procureurs », les « conseillers » et la « plaiderie ».

  • 16 ADSM, 2 E 14, 1442, 1503.
  • 17 ADSM, 2 E 14 1187, 1542 : Jehan Vannier achète 4 rentes à des ruraux pour une somme comprise entre (...)

15Pour tous ces bourgeois, marchands, artisans et hommes de loi, une source de revenus complémentaires est la vente de rentes non foncières. Un homme ayant besoin d’argent promet de payer une rente annuelle à celui qui lui achète cette rente. L’acheteur de rente est très généralement un bourgeois et un marchand, parfois un avocat ou homme de loi, qui trouve ainsi un moyen commode de pratiquer le prêt à intérêt. Les actes notariés stipulent que la vente de rente peut être rachetée en deux, trois ou quatre ans, au terme desquels l’acheteur sera remboursé de son achat et conservera les rentes perçues, qui ont alors valeur d’intérêts du prêt. Le bourgeois revêt, ce faisant, une fonction de banquier. La famille de Chenevelle, de Neufchâtel, famille de notaires et d’avocats, s’y adonne de façon systématique sur plusieurs générations : en 1461, Guillaume de Chenevelle l’aîné établit trois ou quatre actes devant notaire qui sont tous des achats de rentes, autrement dit des prêts ; en 1481, Guillaume de Chenevelle, le fils, fait de même. À Louviers, entre mai et août 1503, le bourgeois Jehan Le Caron achète dix rentes comprises entre 10 et 50 livres, qui sont autant de prêts16. Durant toute la période, certains bourgeois neufchâtelois font de même17.

16Les bourgeois qui sont marchands ou artisans complètent souvent leurs revenus par les « fermes muables » qu’ils achètent aux enchères dans les adjudications publiques. Les villes afferment la perception des taxes sur les transactions commerciales dont le revenu constitue l’essentiel de leur budget de fonctionnement. Les marchands locaux, et aussi les artisans, participent habituellement au marché des aides et prennent à ferme une aide qu’il leur est commode de percevoir : les drapiers sont souvent « fermiers de l’aide de la draperie », les taverniers « fermiers de l’aide du vin » et ainsi de suite, bien que ce ne soit nullement systématique.

  • 18 ADSM, Jehan de Frey : 2 E 14 1138, acte du 15 juillet 1463 ; Nicolas Sérée, 2 E 14 1138, acte du 2 (...)

17Un certain nombre de ces hommes ont cherché et obtenu des postes administratifs pour lesquels ils perçoivent des gages. Ils sont officiers de la ville (sergents, comme en 1461 Jehan de Frey qui appartient à une famille de notables de Neufchâtel) et, plus souvent encore, officiers royaux (sergent royal, tabellion royal, avocat du roi, lieutenant du bailli, comme Nicolas Sérée qui est lieutenant du vicomte de Neufchâtel en 1464, Jehan Guerre en 1542 qui est « contrôlleur de la ville »…)18. Pourtant, si les bourgeois des petites villes sont officiers royaux, ils ne parviennent pas aux offices les plus importants (baillis, vicomtes, capitaines) réservés aux écuyers et chevaliers, non normands, venant d’ailleurs. Ces activités, qui leur procurent des revenus complémentaires et contribuent à élever leur niveau de vie, leur apportent surtout un élément de « standing » social et de notabilité. Ces notions viennent donc enrichir le terme de bourgeois, qui se charge ainsi d’un contenu social.

De riches citadins

  • 19 ADSM, 2 E 14 1141, 1494-1495, fo 179.

18Les membres de l’élite urbaine se préoccupent d’entretenir leur patrimoine. C’est, à lire les registres de notaires, un de leurs centres d’intérêt principaux. Un document exceptionnel, car unique, décrit la totalité du patrimoine possédé à sa mort, en 1495, par un avocat et bourgeois de Neufchâtel, Étienne Houe19. Les biens dont le notaire dresse l’inventaire sont quarante rentes portant sur des hommes, autrement dit des créances résultant de son activité de prêteur d’argent, seize maisons de ville dont il est tenancier et qu’il loue, seize pièces de terres qu’il baille à rente à des exploitants, d’une surface totale de 34 acres. Les bourgeois de Neufchâtel, Louviers, Saint-Saëns, Vernon, et aussi les écuyers qu’on entrevoit dans les actes notariés, possèdent et gèrent les mêmes catégories de biens.

  • 20 La maison n’est pas peinte en vert. Une mention dans le compte de 1543 indique que la « verte mais (...)
  • 21 AML, PF1, chap. XVI ; voir également ADSM, Saint-Saëns, 2 E 93 14, acte du 18 juin 1535.

19Les maisons des bourgeois sont situées généralement à l’intérieur de l’enceinte. Les clivages sociaux ne marquent pas fortement l’espace urbain, des quartiers bourgeois ne sont pas nettement identifiables dans les petites villes, pourtant certains notables habitent près de lieux centraux comme l’église principale (Saint-Ouen à Pont-Audemer, Notre-Dame de Louviers ou de Neufchâtel, Saint-Martin d’Harfleur), ou près des halles et du marché. Les maisons de quelques bourgeois se distinguent par leur matériau de construction, leurs enseignes ou leur peinture : quelques marchands ou avocats lovériens habitent des maisons de pierre ; tel bourgeois de Neufchâtel a acheté « l’hostel ou pend pour enseigne le mouton » ; le tavernier Sanson Fortin de Pont-Audemer occupe « l’hôtel du Lyon d’or », un autre possède dans la même ville « la verte maison »20. Les maisons dans les petites villes sont fréquemment non mitoyennes et entourées d’allées, de cours, de jardins, de vergers ; elles possèdent souvent un puits, sont étendues par des appentis, des galeries. Les bourgeois habitent ces maisons, comme Jehan Langlois, conseiller en cour laie de Louviers qui loge dans une maison de pierre à deux pignons devant l’église Notre-Dame21, mais ils louent aussi en ville et hors de la ville maisons d’habitation, maisons avec ouvroir pour artisans et manoirs ruraux. Les bourgeois possèdent également et exploitent des tuileries, des carrières, des moulins, des jardins produisant du chanvre ou du houblon. Ces biens et leur rétrocession au moyen de baux à rente, à ferme ou « à louage » traduisent le pouvoir et l’influence des bourgeois sur leur ville.

Fig. 1 – Ventes de rentes et crédits dans la région de Neufchâtel, 1461-1464.
Source : ADSM, 2 E 14 1131 et 1138.

20Les bourgeois sont aussi propriétaires de terres situées en ville et dans les campagnes périphériques. Dans l’ensemble des registres notariés et sur toute la période considérée, les bourgeois se sont intéressés aux parcelles urbaines et aux terres rurales. Il semble cependant que l’investissement foncier dans les campagnes se soit intensifié après 1500, période où celles-ci sont plus peuplées, où les friches ont disparu. Les actes de 1535 et 1542 pour Neufchâtel prouvent que les citadins aisés ont tendance à acheter des terres assez éloignées de la ville (à 15 ou 20 km), ce qui n’était pas le cas en 1461. À cette époque au contraire, les parcelles proches et les jardins situés en ville même étaient les plus convoités, ce qui révèle une situation incertaine où les campagnes étaient peu peuplées, où l’insécurité de guerre restait une menace, d’où le repli sur la ville et ses abords. Le goût des bourgeois pour les investissements fonciers dans les campagnes peut être expliqué par la volonté de régulariser les revenus par le biais des rentes, mais aussi de bénéficier de rentrées de denrées alimentaires ou de matériaux, dont une partie était commercialisée. À Louviers, les vignes font l’objet d’un intérêt prononcé, à Pont-Audemer et Neufchâtel, les prés semblent assez attractifs.

Fig . 2 – La propriété foncière des habitants de Louviers en 1510.
Source : ADSM, 2 E 1143.

  • 22 Comme à Dijon : Thierry Dutour, Une société de l’honneur. Les notables et leur monde à Dijon à la (...)
  • 23 T. Dutour, Notables…, p. 235-263.
  • 24 À la différence près qu’il n’y a pas, comme à Dijon, de cour princière dans les villes que nous ét (...)

21La constitution progressive d’un patrimoine par héritage, par mariage, par achat contribue à faire sortir le « bourgeois » de l’anonymat, en raison de la stabilité géographique que la propriété terrienne implique et du rang social auquel elle donne accès. Le bourgeois est bien souvent décoré du terme de « honorable homme », ou « honorable homme et sage » dans les actes notariés, ce qui enregistre l’estime et la réputation dont il jouit. Il atteint ainsi l’honorabilité. L’usage de ce vocabulaire distinctif est courant dans toute la France médiévale22. L’expression « notable personne », quelquefois rencontrée, indique une position sociale supérieure ; elle est la conjugaison de la fortune matérielle, de la renommée, des fonctions administratives exercées, d’un certain savoir reconnu. Elle ne peut s’appliquer qu’à un petit nombre de gens formant l’élite sociale : à Dijon, celle-ci ne représenterait pas plus de 10 % de la population urbaine23. Pour nos villes, il n’est pas possible de chiffrer la proportion de l’élite locale, mais on peut constater qu’un profil social grosso modo comparable à celui de l’élite dijonnaise existe malgré tout24. Ici, comme ailleurs dans le royaume, l’espoir d’une ascension vers la noblesse anime les bourgeois.

  • 25 G. Dupont-Ferrier, Gallia Regia…, p. 32.
  • 26 Henri Sée, Louis XI et les villes, Paris, Hachette, 1891, p. 359-360.
  • 27 Ces évolutions sociales ont été nombreuses au cours de cette période. Voir René Gandilhon, Politiq (...)

22La réussite sociale des bourgeois a conduit certains d’entre eux à devenir propriétaires fonciers, les éloignant de leurs activités originelles de marchands ou d’hommes de loi. Ils se sont rapprochés, par le patrimoine et le mode de vie, du monde des nobles et progressivement ont été assimilés à celui-ci. C’est le parcours suivi par la famille de Chenevelle à Neufchâtel : un Étienne de Chenevelle a été tabellion à Neufchâtel en 1404, puis un Guillaume de Chenevelle vers 1434 et un Guillaume de Chenevelle occupe encore cette place en 1460 (le même ?) ; vers 1443, un Guillaume de Chenevelle est « advocat et conseiller du roi en la viconté de Neufchâtel »25 ; son fils, Guillaume, en 1480, est, lui, toujours désigné comme « avocat du roi et écuyer ». La famille a connu alors une élévation sociale. Les registres notariés prouvent que ce Guillaume pratique largement les achats de rente, c’est-à-dire le prêt à intérêt. Vers 1495, Laurent de Chenevelle, qualifié de « noble homme, escuier, seigneur de Grosmesnil », a donc probablement acquis une seigneurie foncière non loin de Neufchâtel. D’après les registres, il ne pratique pas le prêt à intérêt, mais il agit comme un propriétaire foncier soucieux de bien gérer ses domaines (achat et vente de terres, de maisons, baux à rente). Dans la même ville, la famille Le Carpentier semble avoir connu un parcours social comparable. En 1482, Jehan Le Carpentier est conseiller en cour laie, « bourgois ». D’après la Gallia Regia, il a été lieutenant du bailli de Caux en la vicomté de Neufchâtel de 1471 à 1494. En 1494, dans un acte notarié, il est dit « honorable homme et sage Jehan le Carpentier, conseiller en cour laie ». En 1523, un Adrien Le Carpentier, dit noble, est grenetier du grenier à sel de Neufchâtel ; en 1542, apparaît un « Pierre le Carpentier, escuier ». La fin du XVe siècle a été marquée par ce mouvement social, cette pression d’une partie de la bourgeoisie pour s’élever au rang de la noblesse. Beaucoup de seigneuries ont passé aux mains de roturiers. Les offices, même les plus petits, ont été recherchés et achetés à prix d’or. Une sorte d’« aristocratie bourgeoise » était en gestation26. Par conséquent, au tournant des XVe et XVIe siècles, quelques familles bourgeoises originaires de petites villes ont participé à ce phénomène et ont connu une ascension vers la noblesse. Pour y parvenir, elles ont employé tout un faisceau de moyens, comme l’accaparement de petits offices municipaux ou royaux, la constitution de domaines fonciers dans les campagnes, l’achat de seigneuries, l’acquisition d’offices royaux anoblissants, l’adoption, comme Laurent de Chenevelle, d’une manière de vivre de rentier campagnard27.

Des hommes politiques locaux

  • 28 AMPA, CRV, 1539, fo 63.

23Les bourgeois sont conduits à prendre part à la vie administrative et politique locale. Ils sont membres des assemblées d’habitants, plénières ou restreintes, que les officiers locaux convoquent parfois. En 1467, à Louviers, parmi les 12 membres de l’assemblée des bourgeois, 5 sont marchands-drapiers ; à Pont-Audemer en 1538, sont réunis, outre les officiers royaux et municipaux, 258 « bourgeois », parmi lesquels 1 drapier, 4 taverniers, 1 maréchal, 1 chaussetier et 2 écuyers (ici, comptés au nombre des « bourgeois »)28. Parmi ces représentants ainsi réunis, quelques-uns s’impliquent davantage dans les affaires politiques de leur ville, tel le tavernier de Pont-Audemer, Sanson Fortin, à la fin du XVe siècle : alors qu’il fournit les banquets municipaux en vin et nourriture depuis plus de vingt ans, en 1493, 1494 et 1495, il effectue plusieurs voyages « pour le bien et prouffit de la ville » à Rouen puis à Tours, Blois et Orléans, voyages d’ambassade et de négociation auprès des services administratifs royaux pour obtenir une réduction des gens de guerre qui doivent être reçus par la ville.

24Quelques bourgeois deviennent officiers de la ville et parfois aussi officiers royaux. Une fonction peut ouvrir l’accès vers l’autre. La pratique du cumul des offices municipaux et royaux est aussi courante. Ainsi, à Pont-Audemer, vers 1490, Jehan Chuffes, bourgeois, conseiller en cour laie, participe aux affaires de la ville pour lesquelles il est parfois envoyé en mission, à Tours par exemple ; il est élu en 1494 député aux états de Normandie ; puis, entre 1497 et 1504, il est lieutenant particulier du bailli de Rouen à Pont-Audemer, c’est-à-dire qu’il est chargé pour le roi de la principale fonction administrative locale. La famille Lenfant de Pont-Audemer présente un cas différent : Jacques Lenfant est vers 1480 bourgeois et drapier, il vend aussi du sel au grenier à sel de la ville ; il devient receveur de la ville en 1501-1503 ; son fils Guillaume est commis du grenier à sel en 1512 ; un autre Jacques Lenfant, dit « honorable homme », défend les intérêts de Pont-Audemer à la cour du roi en 1525, il est un des marchands qui fournissent le grenier à sel local en 1525-1526. Les familles d’artisans sont moins présentes dans les instances municipales, à Pont-Audemer du moins. Pourtant, Jehan le Villain, un teinturier, est receveur et trésorier en 1502.

  • 29 Sur ce personnage, voir la page précédente.
  • 30 AMPA, CRV, 1541, fos 13-25.
  • 31 AMPA, CRV, 1518, fos 34-44.

25Les familles de notables des petites villes parviennent en général aux offices royaux subalternes. Elles sont aidées en cela par l’exercice des charges municipales, qui semblent servir de marchepied. Les offices les plus importants sur le plan local (vicomte, capitaine, lieutenant du capitaine ou du bailli, grenetier à sel) semblent destinés aux écuyers et chevaliers, souvent extérieurs à la région et même à la Normandie. L’intérêt de cette participation au pouvoir local est tout d’abord financier et tient dans la perception de gages annuels. Gages modestes pour le procureur des habitants, le receveur, le procureur, l’avocat : à Pont-Audemer entre 8 et 12 livres pour les officiers les mieux payés. Ce qui conduit les bourgeois à cumuler les tâches. En 1480, le receveur de Pont-Audemer est aussi receveur du domaine de la vicomté. Les gages annuels sont grossis de gratifications matérielles régulières, dons de pain, vin ou vêtements effectués au moment des fêtes religieuses les plus importantes, Pâques, Pentecôte, Assomption, Toussaint, Noël. La présence des bourgeois dans les assemblées municipales leur permet d’attirer les marchés publics : certains d’entre eux prennent en charge, moyennant paiement, l’organisation de réceptions et de banquets municipaux, de chantiers de construction, de vente de matériaux. Le tavernier Sanson Fortin, membre du conseil de ville, fournit l’hôtel de ville en vins, gâteaux et boissons29 ; ses concurrents, les taverniers Cardin Piédelièvre, Guillaume Tesson, Colin Néel, font de même entre 1477 et 1500, alors qu’ils ne sont probablement pas les seuls taverniers et traiteurs de la ville ; dans les années 1500-1520, deux ou trois hôteliers et taverniers approvisionnent régulièrement l’hôtel de ville, alors que d’autres taverniers existent en ville : une liste de 1541 en dénombre dix-huit30. Quelques hommes sans scrupule arrivent même à détourner des fonds, comme l’exprime très explicitement François Ier dans une lettre adressée aux villes et parvenue à Pont-Audemer en 1517 : le roi explique qu’il a octroyé des deniers aux bonnes villes, mais que « ceux des villes ont mal et petitement gouverné et employé l’argent venant desdits droits » ; il accuse maires et échevins d’avoir utilisé l’argent à leur profit ; de ce fait « beaucoup de villes dans le royaume ont été trop peu et petitement réparées »31.

  • 32 Exemple d’une lignée d’avocats et hommes de loi qui ont connu au cours du XVIe siècle une belle as (...)

26Se mettre au service de la ville permet de se lier avec les représentants du roi, les officiers de cour, les militaires influents, les élites rouennaises, moyen indispensable pour obtenir plus facilement l’office royal que l’on convoite. Ces postes permettent ensuite de pénétrer les rangs de la noblesse. Le parcours de la famille Dufay, de Pont-Audemer, illustre cette voie d’ascension sociale : vers 1480, Guillaume Dufay est avocat de l’hôtel-Dieu de la ville ; en 1510, Pierre et Nicolas Dufay sont conseillers en cour laie, tandis que Claude Dufay est prieur de l’hôtel-Dieu ; en 1525, Nicolas Dufay (le même que précédemment ?) est « conseiller de la ville », c’est-à-dire échevin ; en 1529, il est avocat du roi et écuyer. À Harfleur, plusieurs officiers municipaux deviennent écuyers au début du XVIe siècle : Loys Vienneis, procureur des habitants en 1484, est dit « escuier, seigneur de Seintot » en 1502, puis « noble homme » en 1509 ; Robert d’Esquambourg, procureur en 1505, puis Loys Auber, procureur en 1520, sont également dits « escuiers » ; à Pont-Audemer, le receveur, Nicolas Le Bienvenu, en 1538, est également écuyer32. Cause ou conséquence de la participation aux affaires de la ville ?

  • 33 Adrien Miton, magistrat et notable de Neufchâtel au début du XVIIe siècle, a laissé des Mémoires. (...)

27Les bourgeois possèdent un bagage culturel et intellectuel. Leur formation scolaire les démarque du reste de la société urbaine. Un certain nombre d’entre eux, notamment les avocats, ont fait quelques études juridiques. Tous, qu’ils soient marchands ou hommes de loi, maîtrisent très bien l’écriture, leurs signatures au bas des actes en témoignent et, sur ce plan, ils surpassent facilement certains officiers royaux, comme les capitaines et la plupart des nobles de la région, dont l’écriture est souvent maladroite. Leurs voyages fréquents et leurs déplacements lointains, leurs rencontres avec des hommes de toutes origines géographiques ou sociales, l’ensemble des dispositions dont ils doivent faire montre dans les missions de négociations qui leur sont confiées les poussent hors des horizons habituels de leur vie. Sont-ils intéressés par les arts et les lettres de leur temps ? Achètent-ils des livres ? Tiennent-ils des mémoires ou livres de raison33 ? Aucun document consulté ne renseigne sur ces questions, mais il est possible que, dans les petites villes, ces couches sociales aient compté en leur sein des « consommateurs » de livres, qu’elles aient été la base sociale de la réussite de l’imprimerie. Ces hommes étaient-ils préoccupés des fins dernières, se passionnaient-ils pour les questions théologiques ? Les dons faits aux églises, les fondations de messes, les vitraux dont ils ont financé la fabrication et sur lesquels ils se sont fait représenter avec leur famille, la tonalité et le style des rares testaments que l’on connaisse laissent penser que l’inquiétude devant l’au-delà, le pardon de leurs péchés, le salut de leurs âmes les aient tourmentés. Ont-ils versé dans le protestantisme au XVIe siècle ? Rien ne permet de le dire avec certitude, mais cette question mériterait d’être examinée, en particulier pour Pont-Audemer, ville qui bascule du côté de la Réforme en 1562.

28Par leurs tâches dans la conduite des affaires de la ville, par leur participation aux institutions urbaines et aux offices royaux, par leur collaboration avec les représentants du roi, une partie des bourgeois des petites villes sont associés aux affaires de l’État. Parce que la royauté s’appuie sur les villes grandes et petites, ils sont amenés à participer à l’encadrement du royaume et sont un des rouages, local et modeste, de la construction de l’autorité de l’État.

Le souci de paraître

29Dans les différentes positions sociales occupées par les élites bourgeoises des petites villes, un trait commun se dégage : la recherche, au travers des fonctions et des activités professionnelles, du paraître social.

  • 34 AMPA, CRV, 1487, fo 19 : « pour vendue et livrée, faite à Jehan Auberée, Mélaigne Dumont, Guillaum (...)
  • 35 AMPA, CRV, 1528-1529, fo 36 : « 17 l. 10 s. à Maitre Jaques de La Rade, escuier, demourant à Pont- (...)
  • 36 Notre-Dame de Louviers, baie 22. La majeure partie des vitraux anciens de cette église date des an (...)
  • 37 « Notre-Dame de Louviers », in Corpus Vitrearum, France. Études, sous la direction du comité franç (...)
  • 38 AMPA, CRV, 1521-1522, fo 23 : « 60 s. à Robert Delaunay, avocat en cour laie, roy de la frairie de (...)

30Les plus éminents notables portent le « poele » lors des entrées royales, arborent des vêtements colorés lors des processions, reçoivent chaque année des bonnets d’écarlate34. Par les vêtements et la place dans les cérémonies protocolaires, ils sont plus visibles dans l’espace social35. Leurs maisons, plus riches que les autres, sont remarquées et servent de repères dans la topographie urbaine. Les dons pieux qu’ils adressent aux églises et hôpitaux de leur ville sont aussi un moyen de se mettre en avant : le bailli de Louviers, Binot Briselet, se fait représenter au bas d’un vitrail de l’église Notre-Dame36 ; la famille Challenge, depuis longtemps associée aux affaires municipales à Louviers, avait fondé une chapelle dans cette même église en 142837. Les demandes de sépulture à l’intérieur des églises manifestent autant l’humilité que le désir d’ostentation. Les formules de distinction accompagnent et traduisent l’ascension vers la notabilité, ce qui est le cas de certains taverniers de Pont-Audemer, dont les affaires ont prospéré en cette fin de XVe siècle : en 1500, ceux-ci sont désignés simplement comme « taverniers » ou « hôtelliers », et souvent aussi comme bourgeois ; vers 1520, l’un d’entre eux, Jehan Tesson, est qualifié de « honorable homme Jehan Tesson bourgois, hôtellier de Pont-Audemer ». Enfin, les bourgeois hommes de loi de Pont-Audemer accèdent à un cercle choisi, réunissant tous les avocats, procureurs et membres des professions juridiques de la ville : la confrérie de Saint-Yves. D’après les confrères qu’il est possible d’identifier, celle-ci ne regroupe que des gens de justice. Le compte de 1492 donne une description courte mais précise des membres de cette confrérie : « aux officiers du roi à Pont-Audemer, aux conseillers et gens de justice assemblées en la confrérie de Saint-Yves, 60 s. pour vin pris en l’ostel de Samson Fortin ». Chaque année, en effet, la ville paie le vin qui est bu lors du banquet annuel38. Il existait donc des liens étroits entre le monde des hommes politiques et celui des hommes de loi locaux. Cette confrérie réunissait une partie de l’élite sociale et politique de Pont-Audemer.

L’emprise économique des bourgeois sur la ville et la campagne

31Revenus et patrimoines sont un des moyens d’influence et de domination des milieux urbains sur la population urbaine et celle des campagnes circonvoisines.

32Le registre notarié de Louviers de 1503, le plus ancien conservé, contient 270 actes concernant Louviers, qui mettent en lumière les pratiques habituelles de quelques riches citadins. Jehan Le Caron, par exemple, un drapier, possédant une maison devant la halle au blé de la ville, achète des rentes « à tour de bras » (24 actes dont 18 achats de rente) ; Jehan Pappavoine (13 actes), un tanneur, est également un important prêteur d’argent, mais il achète aussi quelques terres – en labour ou en vigne – qu’il baille à ferme ; la famille Frigart, famille « bourgeoise » issue de l’artisanat et du commerce – ses membres sont boucher, drapier, tanneur – assez présente dans ce registre (13 actes), a une activité comparable mais plus variée : prêts d’argent, terres baillées à ferme, location de matériel professionnel (une enclume est louée à un maréchal). La famille Loysel (6 actes) est une famille d’hommes de loi : l’avocat Guillaume Loysel, « honorable homme », possède une maison rue du Quai, achète quelques rentes et un droit de fermage sur une terre, mais il vend aussi une rente pour 25 livres tournois, ayant besoin d’argent ; enfin, la famille Challenge (9 actes), écuyers et seigneurs depuis le début du XVe siècle au moins, très engagée dans l’administration locale de l’archevêque – occupant les fonctions d’avocat du roi, de conseiller en cour laie et de bailli seigneurial –, laisse apparaître la gestion de ses biens et ses placements financiers : outre l’achat de rentes, les membres de cette famille investissent dans la terre (pièces de terre affermées, vente de masure), dans le bétail (achat et vente de vaches et génisses), dans l’immobilier (fieffe ou location de maisons). Ce registre, qui contient des contrats concernant non seulement Louviers, mais aussi les campagnes voisines, montre que les « affaires » de ces familles aisées de la ville ne sont en rien différentes de celle des villageois modestes de la périphérie rurale. Les petites gens agissent comme les plus riches : lorsqu’ils peuvent affermer une terre qui leur appartient, ils le font. Ce n’est pas la nature des contrats qui les distingue des riches, mais leur nombre et leur montant. Un Lovérien « moyen » achète généralement une rente faible, de quelques sous, le bourgeois aisé peut acheter une rente de 10 à 20 livres ou plus. La grande différence entre populations modeste et aisée, visible dans les actes notariés, concerne les conditions de paiement : le bourgeois peut payer rapidement, voire immédiatement et, précise-t-on parfois, « en bon or », « en monnaie bonne et suffisante ». Le bourgeois possède en quantité des espèces facilement mobilisables, contrairement à la majeure partie des habitants, ce qui le pousse à jouer un rôle de banquier.

  • 39 ADSM, 2 E 14 1187, 20 mai 1542.

33Des archives notariées considérables ont été conservées pour Neufchâtel. Celles-ci peuvent constituer un champ de recherche très étendu pour l’étude des patrimoines et des placements des citadins. L’influence de l’élite urbaine sur la région peut y être examinée par l’étude du prêt. L’examen des ventes de rentes montre quelle aire régionale entrait dans l’orbite de la ville de Neufchâtel en 1542 : les prêts d’argent par le moyen de ces ventes de rente sont denses dans un rayon de 5 à 6 kilomètres (dans les villages de Mesnières, Massy, Fontaine-en-Bray, Saint-Saire) et ils s’étendent jusqu’à un maximum de 15 à 20 kilomètres (jusqu’à Fréauville, Maucomble, Saint-Saëns, Aumale). Les prêteurs urbains sont des marchands, des officiers, rarement des artisans, quelquefois un curé, ou un écuyer. Les sommes prêtées vont de quelques livres à 100 livres, et oscillent généralement entre 20 et 50 livres. Si, parfois, des prêts accompagnent les ventes et achats effectués auprès des marchands, souvent les deux opérations sont séparées et les aires géographiques respectives ne se superposent pas tout à fait. Il existe également un marché de l’argent interne à la ville qui est dominé par les mêmes bailleurs de fonds. Un cas unique montre un prêt « inverse » : un citadin, le cordier Guillaume Charlier, vend une rente et se procure de l’argent auprès d’Agnès veuve de Guillaume Machon, domiciliée à Bailleul, à 12 kilomètres de Neufchâtel39. Le prix de l’argent n’est pas toujours le même : divers actes montrent qu’une rente de 100 sous est vendue 50 livres ou 100 livres selon les cas, une autre rente de 40 sous est vendue ici 11 livres et là 20. En vertu de quel arrangement ? On ne le voit pas.

  • 40 Thierry Dutour, Notables…, p. 327-333.

34Le crédit est donc une fonction avant tout urbaine. Si les citadins aisés ne sont pas tout à fait les seuls à fournir de l’argent, ils sont cependant les bailleurs de fonds prédominants de toute la société des petites villes et de leur plat pays. Ce faisant, ils soutiennent l’activité économique locale, qu’elle soit agricole (paysans, écuyers), artisanale, commerciale. Les habitants de Pont-Audemer, Neufchâtel ou Louviers ne devaient pas se contenter des possibilités de crédit de leur ville, mais empruntaient très probablement à Rouen, Dieppe ou Beauvais, comme quelques actes notariés le suggèrent. Cet argent provenant de villes plus importantes ne devaient concerner qu’une minorité de citadins ; pour les gens ordinaires, se déplaçant peu et n’ayant pas beaucoup de relations, la place financière principale restait la petite ville locale avec ces bourgeois riches ou moyennement riches possesseurs d’espèces sonnantes40.

  • 41 Thierry Dutour, Notables…, p. 354-374.

35Le crédit et ses profits, le commerce de toutes sortes de marchandises provenant de la campagne et revendu sur le marché urbain, le produit des terres dont on est devenu propriétaire, les gages des offices municipaux ou royaux, les relations nouées avec les hommes d’influence, les biens immobiliers hérités ou achetés, tout cela constitue le patrimoine et contribue à la richesse des bourgeois les plus fortunés. En cela, les bourgeois des petites villes sont tout à fait semblables à ceux de villes plus importantes, comme Dijon par exemple41.

  • 42 Au XVIe siècle règne une grande confusion quant aux règles qui déterminent l’accès à la noblesse. (...)

36Le terme de « bourgeois » a donc une signification complexe. Il désigne une partie stable de la population urbaine, enracinée, possédant une certaine aisance et participant à la vie publique. Il est devenu comme une distinction, chargé d’honneur et de prestige. Une fraction des « bourgeois » s’implique plus que les autres à la conduite des affaires municipales et est chargée de divers offices municipaux ou de missions ponctuelles. Ce groupe restreint de bourgeois forme la « gentry » locale selon la définition de George Huppert42. L’aspiration à s’élever socialement et les carrières administratives urbaines et royales mènent une minorité de ces hommes jusqu’à la noblesse. Si le terme « bourgeois » sert à souligner la position sociale supérieure d’une partie des citadins, tous les riches citadins ne sont peut-être pas compris dans le nombre des bourgeois. Certaines professions ne sont jamais accompagnées de la mention « bourgois » : aucun maçon, aucun charpentier ne figure parmi les bourgeois des petites villes normandes, en revanche, des maréchaux et forgerons, des plombiers y apparaissent quelquefois. Il existait peut-être une élite économique qui restait en dehors des cercles bourgeois précédemment décrits, mais la documentation ne renseigne pas suffisamment sur ces milieux.

37Ce tour d’horizon des types sociaux des petites villes normandes devrait cerner la société citadine dans toute sa variété. Pourtant, l’objectif n’est pas aisé à atteindre. Les bourgeois, comme les clercs, sont des catégories de population faciles à apercevoir, dans les sources autant que dans la société du temps. Il n’en va pas de même pour d’autres types de population – les femmes, les enfants –, dont la présence, dans les documents, est plus restreinte et plus timide. La société dans laquelle ils évoluent ne leur laisse-t-elle qu’une place mineure, qu’une position seconde ? L’examen de la condition des femmes et des enfants doit permettre de faire le point sur l’apport des sources et éclairer le vécu d’une fraction constitutive du monde urbain.

Notes

1 ADSM, 2 E 14 1141, 1494-1495, 85 vo : il s’agit de « Jehan, seigneur de Roye, chevalier, seigneur de Beaussault, Bretheul et Miret, conseiller et chambellan du roi ». Les de Roye sont une famille noble d’origine flamande, installée en Picardie. Jehan de Roye a été chambellan de Louis XI ; Charles de Roye, mort en 1551, est gentilhomme ordinaire de la chambre du Roi.

2 ADSM, 2 E 14 1442, 27 juillet 1503.

3 Un cas dans ADSM, 2 E 14 1138, 1461-1464 : 13 mai 1461.

4 ADSM, 2 E 14 1138, acte du 27 avril 1464 ; en 1481, Nicolas Sérée, bourgeois et un des élus de la ville de Neufchâtel, est procureur de Guillaume de Bouquedalle, écuyer ; mariage d’Antoine de Bourbel, mentionné dans 2 E 14 1141, 1494-1495, succession d’Étienne Houe, voir texte en annexe, no 7.

5 Importante famille noble de la région de Pont-Audemer : Claude d’Annebault sera bailli d’Évreux, lieutenant général du roi en Normandie, amiral de France, puis ministre de François Ier en 1540 ; son frère Jacques sera évêque de Lisieux en 1543 et cardinal en 1544.

6 ADSM, 2 E 14 1187, 30 avril 1542 : Samson de Martonne, écuyer, « demourant à présent à Neufchâtel » baille à ferme pour six ans et pour 80 l. t. par an, à Nicolas Darras de Mortemer, le moulin à blé de Mortemer ; Louviers : ADSM, 2 E 14 1442, 15 juin 1503, « Jehan Delyée prend à ferme pour 5 ans la moitié d’un moulin appartenant à noble homme Marc Dubusc, seigneur de la Harengerie, assis au pont des Quatre moulins… ».

7 Ce type de procédure existait pourtant au XVe siècle à Dieppe. Voir Philippe Lardin, Dieppe pendant la guerre de Cent Ans, mémoire d’habilitation, université de Rouen, 2003, p. 278-281, dactyl.

8 Henri Legras, Le Bourgage à Caen, tenure à cens et tenure à rente (XIe-XVe siècle), Paris, Rousseau, 1911 ; Catherine Bébéar, « Le temporel de l’abbaye de Montvilliers à la fin du Moyen Âge », Cahiers Léopold Delisle, p. 41, t. XLVII, 1998.

9 ADSM, 2 E 14 1138, 26 juillet 1463.

10 David Houard, Dictionnaire analytique, historique, étymologique, critique et interprétatif de la Coutume de Normandie, Rouen, Le Boucher jeune, 1780, t. I,, p. 197-199.

11 David Houard, Dictionnaire analytique, historique, étymologique, critique et interprétatif de la Coutume de Normandie, Rouen, Le Boucher jeune, 1780, t. I,, p. 199.

12 BNF, ms. fr., 25927, 484, fouage de Nonancourt, 1503.

13 Par exemple Le Puy-en-Velay, voir Bernard Rivet, Une ville au XVIe siècle : Le Puy-en-Velay, Le Puy, « Les Cahiers de la Haute-Loire », 1988.

14 Même cas au Puy, voir ibid., p. 278.

15 Ibid., p. 268.

16 ADSM, 2 E 14, 1442, 1503.

17 ADSM, 2 E 14 1187, 1542 : Jehan Vannier achète 4 rentes à des ruraux pour une somme comprise entre 20 et 100 l. t.

18 ADSM, Jehan de Frey : 2 E 14 1138, acte du 15 juillet 1463 ; Nicolas Sérée, 2 E 14 1138, acte du 27 avril 1464 ; Jehan Guerre, 2 E 14 1187, acte du 18 août 1542.

19 ADSM, 2 E 14 1141, 1494-1495, fo 179.

20 La maison n’est pas peinte en vert. Une mention dans le compte de 1543 indique que la « verte maison » est le motif représenté sur l’enseigne de cette taverne.

21 AML, PF1, chap. XVI ; voir également ADSM, Saint-Saëns, 2 E 93 14, acte du 18 juin 1535.

22 Comme à Dijon : Thierry Dutour, Une société de l’honneur. Les notables et leur monde à Dijon à la fin du Moyen Âge, Paris, Honoré Champion, 1998, p. 221 ; à Alençon, J. Dubois, « L’élite urbaine à Alençon (XVe siècle - première moitié du XVIe siècle). Études prosopographiques. », Bulletin de la Société archéologique de l’Orne, t. CXVIII, nos 3-4, 1999, p. 5-46.

23 T. Dutour, Notables…, p. 235-263.

24 À la différence près qu’il n’y a pas, comme à Dijon, de cour princière dans les villes que nous étudions.

25 G. Dupont-Ferrier, Gallia Regia…, p. 32.

26 Henri Sée, Louis XI et les villes, Paris, Hachette, 1891, p. 359-360.

27 Ces évolutions sociales ont été nombreuses au cours de cette période. Voir René Gandilhon, Politique économique de Louis XI, Paris, PUF, 1941, p. 115-117 ; George Huppert, Bourgeois et Gentilhommes, la réussite sociale en France au XVIe siècle, Paris, Flammarion, 1983 ; Bernard Rivet, Une ville…, p. 274-275 et p. 290.

28 AMPA, CRV, 1539, fo 63.

29 Sur ce personnage, voir la page précédente.

30 AMPA, CRV, 1541, fos 13-25.

31 AMPA, CRV, 1518, fos 34-44.

32 Exemple d’une lignée d’avocats et hommes de loi qui ont connu au cours du XVIe siècle une belle ascension sociale : Guillaume Le Roux, avocat, a acquis au cours du XVe siècle la seigneurie d’Ouville ; il devient vicomte de Longueville et se marie en 1468 à la fille d’un bailli de Louviers ; son fils Étienne est, vers 1502, lieutenant particulier du bailli de Caux à Montivilliers, participe aux travaux du Havre et est inhumé en 1518 dans le chœur de l’église Saint-Germain de Montivilliers ; son fils est aussi lieutenant général du bailli de Caux de 1519 à 1540 ; d’autres descendants seront baillis de Caux à la fin du XVIe siècle, et, vers 1600, la famille comptera des parlementaires rouennais jusqu’à l’extinction du lignage en 1683. Voir François Grandpierre, « Une famille de magistrats : les Le Roux de Touffreville », Cahiers Léopold Delisle, t. XLVIII, 1999, fasc. 3-4, p. 27-42.

33 Adrien Miton, magistrat et notable de Neufchâtel au début du XVIIe siècle, a laissé des Mémoires. Il est lui-même issu de l’une de ces familles bourgeoises qui ont prospéré à la fin du XVe siècle.

34 AMPA, CRV, 1487, fo 19 : « pour vendue et livrée, faite à Jehan Auberée, Mélaigne Dumont, Guillaume Costelley, Guillaume Guernyer de 8 aulnes de drap viollet pour faire à chacun une robe de livrée […] pour porter le poelle sur le roy notre seigneur à ladite entrée, 4 l. 5 s. t. »

35 AMPA, CRV, 1528-1529, fo 36 : « 17 l. 10 s. à Maitre Jaques de La Rade, escuier, demourant à Pont-Audemer, pour accoutrements ordonnés, assavoir un pourpoing de satin noir rouge et orange avec chausses bouffés méruez de taffetas orange à la devise de monseigneur le Sénéchal de Normandie », à l’occasion de l’entrée de celui-ci à Pont-Audemer.

36 Notre-Dame de Louviers, baie 22. La majeure partie des vitraux anciens de cette église date des années 1490-1530.

37 « Notre-Dame de Louviers », in Corpus Vitrearum, France. Études, sous la direction du comité français du Corpus vitrearum, Paris, CNRS, 1998 ; acte de fondation de cette chapelle retranscrit dans Théodose Bonnin, Cartulaire de Louviers, Évreux, Leclerc, 1870-1879, t. II, IIe partie, p. 70-73.

38 AMPA, CRV, 1521-1522, fo 23 : « 60 s. à Robert Delaunay, avocat en cour laie, roy de la frairie de Saint-Yves pour le vin de la confrairie au jour de Saint-Yves ». Cette ligne de dépense apparaît chaque année dans les comptes entre 1490 et 1540.

39 ADSM, 2 E 14 1187, 20 mai 1542.

40 Thierry Dutour, Notables…, p. 327-333.

41 Thierry Dutour, Notables…, p. 354-374.

42 Au XVIe siècle règne une grande confusion quant aux règles qui déterminent l’accès à la noblesse. Beaucoup de familles deviennent nobles par usurpation. Les juristes, comme Loyseau, sont obligés d’admettre l’existence d’une tierce condition : une noblesse politique ou « civile », formée de riches roturiers, tenants d’offices et qui sont « l’estat moyen entre les Nobles et le peuple ». George Huppert considère cette catégorie sociale comme fort proche de la gentry anglaise : Bourgeois et Gentilhommes…, p. 23-25.

Table des illustrations

Légende Fig. 1 – Ventes de rentes et crédits dans la région de Neufchâtel, 1461-1464. Source : ADSM, 2 E 14 1131 et 1138.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5060/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 63k
Légende Fig . 2 – La propriété foncière des habitants de Louviers en 1510. Source : ADSM, 2 E 1143.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5060/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 75k

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search