Version classiqueVersion mobile

Petites Villes de Normandie

 | 
Bruno Sintic

Cinquième partie. Figures et problèmes de société des petites villes

Chapitre 1. Le clergé des petites villes normandes

Texte intégral

1Le curé, le prêtre, le moine bénédictin ou le frère mendiant font partie des figures emblématiques de la société médiévale. Connaître leur nombre et leur rôle social est nécessaire à une description du monde urbain. Toutefois, notre documentation ne peut donner qu’un éclairage très partiel sur cette question, mais un éclairage peut-être inhabituel, car les textes renseignent moins sur le rôle spirituel des clercs que sur leur inscription dans la société urbaine.

Nombre et proportion des clercs

  • 1 Rouen-Le Havre, Nadine-Josette Chaline (dir.), Paris, Beauchesne, 1976, p. 52-54 : les revenus de l (...)
  • 2 Ibid., p. 55-56.

2Il est bien difficile d’estimer la proportion de clercs vivant dans les villes normandes. Les difficultés qui se sont abattues sur le royaume pendant les XIVe et XVe siècles ont entraîné la diminution du nombre des clercs, comme celle de la population tout entière1. Au cours de l’occupation anglaise, le nombre des ordinations a diminué et, dans les années 1440, il était difficile de trouver des curés de campagne : beaucoup de cures ne sont pas pourvues faute de clercs et aussi en raison de la lourdeur des charges qui ne leur permet plus de faire vivre décemment un curé2. Dans les décennies suivantes s’opère probablement un phénomène de rattrapage. La visibilité et peut-être aussi le nombre des clercs dans la société urbaine au début du XVIe siècle, est soulignée par cette courte description de Pont-Audemer en 1529 :

  • 3 AMPA, CRV, 1529, f° 33.

Comme ladite ville soit de petite étendue consistant en forteresse, peuplée d’environ trois cents maisons dont les 2 pars sont pauvres gens mercenaires vivant de la peine de leur bras, autre partie sont gens d’église […]3.

3Cette remarque laisse penser que les clercs sont assez nombreux dans cette ville au début du XVIe siècle pour être repérables et marquer le monde urbain. Quelle en est la proportion exacte ? S’il est impossible de la mesurer, il est possible d’en tracer au moins les contours.

  • 4 ADSM, 3 E 6, 122, 1490, pièces 56 et 59.
  • 5 ADSM, G 8321, paroisses du diocèse de Rouen : Harfleur, article arrêté entre les gouverneurs de la (...)
  • 6 François Neveux, « Pour une histoire sociale du clergé dans une ville épiscopale : l’exemple de Bay (...)
  • 7 Vincent Tabbagh, Le Clergé séculier du diocèse de Rouen à la fin du Moyen Âge (1359-1493), thèse, s (...)

4L’encadrement religieux des fidèles et l’administration des sacrements sont assurés par le clergé séculier. On compte quatre paroisses à Pont-Audemer, quatre à Louviers, trois à Neufchâtel, trois à Montivilliers, une à Harfleur : ce qui implique autant de curés. Ceux-ci ont des assistants, qui sont parfois aussi des remplaçants, rémunérés par eux et approuvés par l’évêque, les vicaires. Leur présence traduit un certain mieux-être matériel des curés, ainsi que la demande des fidèles. Aux curés, il faut ajouter d’autres prêtres desservant les églises paroissiales, les hôtels-Dieu, les léproseries ; les couvents ont parfois des chapelles, telle la chapelle Nectellet fondée en 1407 à Saint-Martin d’Harfleur qui a deux chapelains vers 1490. Des prêtres et des chapelains cumulent quelquefois les bénéfices : messire Guillaume Daguenel en 1490 est curé, prieur de l’hôtel-Dieu d’Harfleur et chapelain d’une des chapelles de l’église Saint-Martin4. À Saint-Martin d’Harfleur, en 1537, il y a « 18 chapelains et 2 clercs matriculiers »5, ce qui constitue un personnel assez nombreux, mais cette église est celle de l’unique paroisse de la ville. François Neveux estime, pour Bayeux, que cinq à dix clercs par paroisse est une moyenne vraisemblable6. Dans les petites villes, qui ne sont pas villes épiscopales comme Bayeux, il faut réduire certainement ce chiffre. Vincent Tabbagh note qu’une cinquantaine de prêtres vivent à Montivilliers vers 1480, soit 1 % de la population pour les seuls séculiers ; à Arques, ville plus modeste que Montivilliers, il compte une quinzaine de prêtres vers 14907. Leur proportion par rapport à la population totale varie selon que la ville comprend ou non des établissements monastiques ou conventuels d’une certaine importance.

  • 8 François Neveux, « Pour une histoire… », p. 91.

5À ceux-là il faut ajouter les régents des écoles, qui sont un ou deux par école et ne semblent pas avoir eu de cure (c’est du moins le cas à Pont-Audemer vers 1500). Les confréries bénéficient aussi d’un prêtre chapelain. À cet ensemble peuvent être rattachés les acolytes et les étudiants qui sont parfois évoqués par les comptes et les actes notariés. Au total, les membres du clergé séculier paraissent ne pas être particulièrement nombreux, ce qui les rend moins communs et plus visibles dans l’espace social et ce qui explique peut-être aussi l’exigence de tenue, de moralité, de dignité qui est attendue d’eux par la population. Si les clercs mariés sont nombreux et bien acceptés à Bayeux au XVe siècle, il n’en va pas de même à Harfleur à la même époque8.

  • 9 Ernest Dumont et Alphonse Martin, Histoire de la ville de Montivilliers, Fécamp, Durand et fils, 18 (...)
  • 10 Vincent Tabbagh constate cette augmentation pour la seconde moitié du XVe siècle, Le Clergé…, p. 11 (...)

6Selon Ernest Dumont et Alphonse Martin, la présence des clercs semble s’accentuer au XVIe siècle : les hommes d’Église auraient été nombreux à Montivilliers à cette époque9. La carrière ecclésiastique attire de jeunes recrues, comme le montre le nombre croissant des acolytes présents dans les actes notariés au XVIe siècle10. Pourtant, la présence des clercs, prêtres et curés dans les registres notariés de Neufchâtel paraît stable : dans le registre 1461-1464, 15 actes impliquent des clercs ou curés sur 111 actes qui concernent la ville de Neufchâtel ; en 1481, 24 actes pour un total de 137, en 1486, 7 actes sur un total de 77 ; en 1494, 10 sur un total de 183, en 1535, 12 sur 134, en 1542, 13 actes sur 208. Il est vrai que ces documents reflètent bien plus la gestion des biens fonciers que la présence du clergé. On peut penser cependant qu’en cette fin de XVe siècle, après 150 années dramatiques, les besoins spirituels et les angoisses existentielles des populations sont exacerbés, qu’il en résulte donc une forte demande de médiation religieuse. En outre, l’augmentation du nombre des hommes entraîne de facto celle du nombre des clercs. Quelques rôles de fouage, mais touchant le monde des campagnes, montrent la présence parfois nombreuse des prêtres : ainsi, à Bully, non loin de Neufchâtel, sur 213 feux figurent huit prêtres ; à Fesques, dans la même région, sur 49 feux, trois sont des prêtres ; dans les autres rôles, le nombre des clercs est moindre, car les collecteurs ne semblent pas noter les exempts par trop évidents.

7S’il n’est pas aisé d’établir une mesure chiffrée de la présence des clercs, une estimation indirecte peut être tentée, soulignant l’existence, en ville, de communautés religieuses. Le clergé régulier marque, en effet, par ses bâtiments l’espace urbain d’un certain nombre de localités. Carmes et cordeliers se sont installés à Pont-Audemer, bénédictins et cordeliers à Bernay ; pour Harfleur, les textes mentionnent la présence d’augustins ; en revanche, à Neufchâtel, à Louviers, il ne semble pas y avoir eu de couvent mendiant : Neufchâtel accueille, vers la fin du XVe siècle, des sœurs du tiers ordre de saint François. En outre, des bénédictines sont installées à Montivilliers et à Bernay, des bénédictins à Fécamp, un prieuré (bénédictin ?) aux environs de Saint-Saëns. La plupart des petites villes possèdent donc en leur sein des établissements monastiques et conventuels, de nature et de taille fort diverses. Certains hôpitaux paraissent avoir un personnel organisé sur le mode conventuel, appelé « frères » ou « sœurs », comme à Neufchâtel, mais ce n’est pas un cas général. À Neufchâtel, l’hôtel-Dieu est géré par un collège de chanoines réguliers. D’autres petites villes ou bourgs possèdent aussi des collégiales comme Blainville, Saint-Saëns, Écouis. Les renseignements manquent concernant le nombre des moines et des frères mendiants dans nos villes : il y aurait eu une dizaine de moniales à Montivilliers à la fin du XVe siècle. Comme les réguliers n’apparaissent presque jamais dans les documents dépouillés, ils sont les grands absents de ce tour d’horizon social.

Tab. 1 – Établissements monastiques, conventuels et charitables dans les petites villes de Normandie orientalea

Villes

Abbayes collégiales

Couvents

Léproseries

Hôtels-dieu

Grand-Andely

511 : abbaye, détruite au VIIIe siècle puis rebâtie. Transformée en collégiale au XIe siècle

 

1235 : la Madeleine

XVIe siècle

Auffay

xie siècle : collégiale Notre-Dame

 

 

 

Aumale

(?) : abbaye Saint-Martin

(?) : léproserie

(?) : hôtel-Dieu

Beaumont-le-Roger

1066-1087 : collégiale de la Trinité. 1130-1140 : est transformée en abbaye

 

 

XIIe siècle (?) : hôpital Saint-Antoine

Bec-Hellouin

1034 : abbaye

 

 

 

Bernay

1017-1024 : abbaye

1275 : cordeliers

Fin XIIe siècle : la Madeleine

1350

Bourg-Achard

1136 : prieuré de chanoines réguliers

 

1243

 

Brionne

XIIe siècle : prieuré de Saint-Gilles

 

 

XIIIe siècle

Caudebec

 

 

 

1216 (?)

Conches

1035 : abbaye bénédictine

 

(?) : la Madeleine

1229

Cormeilles

1055 : abbaye

 

1169 : maladrerie

 

Dieppe

 

Carmes

(?) : deux léproseries

 

Duclair

VIIe siècle (?) : abbaye

 

 

 

Écouis

1312 : collégiale

 

 

1312

Elbeuf

 

 

(?) : léproserie Saint-Jacques

Deux hôtels-Dieu : Saint-Jean et Saint-Étienne

Étrépagny

 

 

XIIe siècle (?)

1404 : la léproserie devient un hôtel-Dieu

Eu

1026 : collégiale. 1119 : abbaye (ordre de Saint-Victor)

 

 

(?) : hôtel-Dieu

Fécamp

682 : abbaye, détruite en 842, reconstruite en 943

 

 

(?) : hôtel-Dieu

Gaillefontaine

XIIIe siècle (?) : prieuré du Clair Ruissel

 

(?)

XIIIe siècle

Gisors

1066 : prieuré de Saint-Ouen

 

 

XIe – XIIe siècle

Gournay

Vers 1050 : collégiale Saint-Hildevert

 

1126

XIIIe siècle

Jumièges

 

 

 

 

Louviers

 

 

1250 (?) : Saint-Hildevert

1213

Lyons

XIIe siècle : prieuré

 

1246

 

Montfort-sur-Risle

 

 

 

XIIIe siècle : petit hôpital détruit en 1488

Montivilliers

829 : abbaye, puis abbaye féminine créée en 1035

 

 

 

Le Neubourg

 

 

1150 : la Madeleine

1258

Nonancourt

 

 

1219

XIIe siècle

Pacy

1204 : prieuré Saint-Antonin

 

XIIe siècle : Saint-Léonard

 

Pavilly

662 : prieuré Sainte-Austreberthe

 

 

 

Pont-Audemer

 

1471 : Cordeliers. (?) : Carmes

1135 : Saint-Gilles

 

Pont-de-l’Arche

1190 : abbaye de Bonport (cisterciens)

 

 

 

Saint-Saëns

676 : abbaye

 

 

 

Saint-Wandrille

649 : abbaye, détruite en 852, reconstruite en 960

 

 

 

Le Tréport

1053 : abbaye Saint-Michel

 

 

XIIIe siècle : hôtel-Dieu Saint-Julien

Valmont

1036 : abbaye Notre-Dame

 

 

 

Verneuil

 

 

 

1256

Vernon

 

1248 : Cordeliers

XIIe siècle : Saint-Lazare

XIIe siècle

a. Ce tableau a été réalisé avec les renseignements recueillis dans la bibliographie sur les villes normandes. Les dates sont des dates de fondation quand celle-ci est connue ou des dates de fonctionnement attesté. Les siècles indiquent une période de fondation supposée. La mention (?) signale l’absence de renseignement chronologique pour un établissement connu.

8Cette liste d’établissements monastiques et charitables donne un aperçu de l’implantation du clergé régulier dans les petites villes. Le nombre des moines et moniales reste souvent inconnu. Les fluctuations, qui intervenaient en temps ordinaires, ont été renforcées par les troubles des XIVe et XVe siècles.

9En l’absence de données chiffrées fiables et concernant un vaste ensemble de villes, conclure est hasardeux. Il y a probablement un étoffement du nombre des clercs proportionnel à celui de la population en général ; dans les villes marquées par la présence d’importants établissements religieux, Montivilliers, Fécamp, peut-être aussi Bernay et Pont-Audemer, les clercs séculiers et réguliers sont davantage présents dans l’espace social.

Rôle et place dans la société urbaine

  • 11 Paul Adam, La Vie paroissiale en France au XIVe siècle, Paris, Sirey, 1964, p. 88.
  • 12 ADSM, 2 E 14 1173, acte du 15 février 1535.
  • 13 Vincent Tabbagh, Le Clergé…, p. 347.

10Le clergé séculier remplit avant tout une fonction religieuse, permettant aux fidèles de faire leur salut. Les curés assurent le service divin dans les églises paroissiales, mais la documentation en témoigne peu. La messe du dimanche est à Pont-Audemer un événement, réunissant l’ensemble de la société urbaine. Elle sert de repère : certaines annonces ou certaines réunions se font « a l’issue de grand messe paroissiale à Saint-Ouen », la halle nécessaire au rassemblement étant située sur la Grand-Rue, face à l’église Saint-Ouen. Les autres offices, vêpres, messe des morts, apparaissent beaucoup plus rarement dans les sources étudiées ici. De même, l’administration des sacrements, sauf le mariage, sur lequel renseignent quelques actes notariés. La messe de mariage est célébrée habituellement dans l’église paroissiale de l’un des conjoints. Quelques prêtres et curés exercent une fonction cultuelle, et, peut-être aussi, celle de direction spirituelle dans les confréries et les hôpitaux. Les curés administrent-ils effectivement les sacrements, résident-ils dans leur paroisse11 ? On serait tenté de considérer, en prenant en compte les nombreux vicaires qui apparaissent dans les sources, que beaucoup de curés se font remplacer et sont souvent absents. Les cas de non-résidence existaient certainement, beaucoup de clercs sont dits prêtres et non curés, sont donc moins tenus par le soin des fidèles. En 1535, le curé d’Épinay-sur-Eaulne, maître Guillaume de La Motte, est parti vivre à Rennes, il ne réside donc plus dans sa cure ; sa famille, éminente, s’occupe de ses affaires financières et foncières pour lui12. Cependant, au XVIe siècle et au moins à Neufchâtel, les curés des trois paroisses de la ville font enregistrer des actes par les notaires : c’est donc qu’ils sont domiciliés là et qu’ils remplissent probablement leurs fonctions paroissiales. Les bénéfices des paroisses urbaines sont souvent confortables et assurent une situation économique tranquille aux curés : à Montivilliers, la paroisse Saint-Sauveur rapporte 200 livres tournois par an en 1500, Saint-Germain, 110 et Sainte-Croix, 105. Aucune raison de chercher ailleurs un sort meilleur. Ceux qui quittent leur paroisse sont les prêtres dont le bénéfice a un revenu trop faible, comme peut-être ce curé d’Épinay-sur-Eaulne, ou ceux qui sont sans bénéfice et dont les origines familiales sont modestes. La petite ville ne retient pas ceux qui sont attirés par les plus grandes villes. En revanche, comme les prêtres des petites villes sont majoritairement issus des familles bourgeoises locales ou de familles de paysans aisés des environs, ils préfèrent rester dans le milieu où ils possèdent les plus forts soutiens, familiaux et économiques13.

  • 14 Jean-Pierre Leguay et Henri Martin, Fastes et Malheurs de la Bretagne ducale, Rennes, Ouest-France, (...)
  • 15 AN, JJ 235, 1499-1501, n° 237 : des jeunes gens de Lyons se rendent à Fleury (sur Andelle ?) « où d (...)

11Le clergé local organise aussi des cérémonies exceptionnelles, prières générales, processions, prédications. À l’occasion d’une grande fête religieuse, d’une entrée princière ou royale, d’un événement exceptionnel heureux ou malheureux (sécheresse, inondation, peste), prières et processions sont animées par les prêtres urbains. Les temps forts de l’année liturgique, Noël, Pâques, Pentecôte, Assomption, sont marqués, dans les villes comme ailleurs, par des prédications sortant de l’ordinaire. Les sermons sont en partie assurés par des clercs locaux, le reste étant la tâche de clercs extérieurs, appelés pour la circonstance. À Pont-Audemer, les carmes et les cordeliers de la ville sont chargés pour partie de ces prédications. C’est en général le prieur du couvent ou un frère instruit, souvent docteur en théologie, qui est pressenti et rétribué pour cela. Les prédicateurs sont ainsi engagés pour 15 à 20 livres entre 1477 et 1500 pour une période (avent ou carême). Ils ne sont pas rétribués parfois, puisque, dans quelques cas, c’est le receveur du couvent et non le frère lui-même qui reçoit le paiement des sermons par la municipalité, effet de l’exigence de pauvreté individuelle chez les mendiants. Dans les petites villes existent donc une population de clercs instruits, formés par l’Université, capables de fournir 15 jours ou un mois de sermons « dans les églises de la ville », de susciter l’approbation et le contentement de la municipalité, et peut-être aussi des fidèles… Les autorités municipales qui financent les prédicateurs font aussi appel à des intervenants extérieurs. À Pont-Audemer, la moitié environ des prédications annuelles sont effectuées par des clercs venant d’autres villes normandes ; à Harfleur, tous les prédicateurs viennent de l’extérieur. Caen, Lisieux, Rouen, Pont-Audemer et même Paris sont les lieux d’origine de ces prédicateurs invités, en majorité des mendiants, prêcheurs, cordeliers, carmes, augustins, toujours ou presque docteurs en théologie. Quelques-uns reviennent dans la même ville plusieurs années de suite, signe que l’on a apprécié leurs talents et qu’ils maîtrisent un certain savoir-faire. Ces hommes sont devenus des « professionnels de la parole », tendance qui se dessine au cours de cette période, répondant aux attentes des fidèles au moment des grandes fêtes de l’année, leur offrant dans leurs sermons les ressources spirituelles, intellectuelles et émotionnelles que leur parole pouvait transmettre14. Les habitants des villes de rang inférieur pouvaient ainsi participer régulièrement à des événements religieux et sociaux qui n’étaient pas l’apanage des grandes villes. L’encadrement du peuple chrétien normand paraît dense et serré en cette fin de XVe siècle et la christianisation des populations normandes semble avancée. La pratique habituelle de la prédication est quelquefois prolongée par des spectacles religieux, passions, mystères et « moralités », dont quelques documents épars nous révèlent l’existence dans des villes comme Harfleur (en 1467), Montivilliers, mais aussi des bourgades plus petites – peut-être des villages ! – comme Fleury-sur-Andelle15. En revanche, aucune représentation à Pont-Audemer, Louviers ou Neufchâtel, et aucune trace de ce type de dépense dans les registres de comptes.

  • 16 ADSM, 2 E 14 1138, acte du 11 janvier 1461.
  • 17 ADSM, 2 E 14 1139, acte du 30 novembre 1481.

12L’influence de l’Église, par l’intermédiaire des cérémonies, des lieux et des hommes, permet de comprendre que les clercs étaient, aux yeux de populations largement christianisées, des éléments indispensables de l’univers social, qu’ils apparaissaient comme des repères et des guides spirituels, et qu’ils affirmaient par la respectabilité de leur personne la présence du sacré dans la vie commune. C’est pourquoi ils bénéficaient quelquefois, directement ou indirectement, de dons pieux. En effet, il était d’usage de donner aux représentants de l’Église des terres, des rentes, des biens en nature, de l’argent. Quelques-uns de ces actes pieux font l’objet de contrats notariés qui en décrivent les motivations. Ces dons sont souvent destinés au conseil de fabrique d’une église, lequel est représenté devant notaire par quelques paroissiens accompagnés du curé. En 1461, un couple de Neufchâtel, Robin Labbé et Colette sa femme, donne 10 sous tournois de rente par an à messire Jehan Baudouin, prêtre, « don fait pour Dieu et en obmosne et en accroissement de son bien »16 ; en 1481, « Jehan le Caron, bourgois et demeurant à Neufchâtel, paroisse Saint-Pierre et Guillemin de Mouchel, de Notre Dame de Neufchâtel donnent pour Dieu et en aumône à Perrin Le Caron, clerc, 15 l. de rente à vie »17.

  • 18 ADSM, G 7963, paroisses du diocèse de Rouen, Auffay, 1476.
  • 19 ADSM, G 8057, paroisses du diocèse de Rouen, Caudebec-en-Caux, 1482.
  • 20 ADSM, G 7944, paroisses du diocèse de Rouen, Arques, 1500-1529.
  • 21 ADSM, G 8189, paroisses du diocèse de Rouen, Notre-Dame d’Eu, 1508. ADSM, G 7969, paroisses du dioc (...)

13D’autres exemples de dons apparaissent dans les archives des paroisses. À Auffay, en 1476, un couple donne à la fabrique de l’église Notre-Dame un missel à l’usage de Rouen et « un fer à faire du pain à chanter messe »18. À Caudebec-en-Caux, en 1482, c’est un clerc qui fonde la chapelle du Sépulcre et donne une vavassorie située à Doudeville ainsi que d’autres terres pour doter cette chapelle. Il précise que la nomination du chapelain reviendra après sa mort à ses héritiers et aux bourgeois de Caudebec19. À Arques, entre 1500 et 1529, plusieurs fondations sont faites par des habitants aisés, la veuve d’un chirurgien, un marchand, un prêtre, plusieurs bourgeois et écuyers de Dieppe20. À Eu, en 1508, Alix de Manneville, femme « d’honorable homme et sage Ancel Robecher, avocat de la comté – 302 – d’Eu, procureur du roi en l’élection d’Arques sur le fait des aides », fonde une chapelle et fait don d’un calice d’argent, une chasuble, trois mappes, un « amit », un corporal, un custode, un « messel en papier », deux aubes, un chandelier, deux chopinettes « le tout pour servir aux chappelains de la chapelle ». En 1515, le curé d’Aumale reçoit des reliques de saint Sébastien et saint Adrien, donation faite par Jehan Cappet, frère mineur proche de la cour pontificale ; peut-être facilitée par le notaire apostolique, Guillaume Débonnaire, natif d’Aumale21. En 1551, un boucher d’Eu, Jacques Parfaict, donne :

  • 22 ADSM, G 8215, paroisses du diocèse de Rouen, Saint-Jacques d’Eu, 1551.

20 sous tournois à convertir en pain et vin qu’il conviendra pour administrer les paroissiens et autres qui voudront recevoir le Saint-Sacrement de l’austel, le jour de Noël et de Pâques, à la charge aussi que le curé ou le vicaire servant à ladite église sera tenu de dire après l’ofrestoire […] les oraisons Inclina et Fidelium22.

14Don avec motivation religieuse et spirituelle en l’occurrence. Faut-il y voir le résultat de la fonction d’assistance aux malades et aux mourants, qui est une des charges fondamentales des curés ? Il y a peu de trace de testaments. L’ensemble de ces dons, fait du vivant des donateurs, manifeste surtout l’attachement des citadins à leur paroisse et à leur ville, l’importance de l’accomplissement des rites, également le souci du salut.

  • 23 Le travail de Vincent Tabbagh montre que, dans les petites villes, le clergé séculier se recrute su (...)
  • 24 ADSM, 2 E 14 1137, acte du 4 juin 1482.
  • 25 ADSM, 2 E 14 1187, actes des 17 et 22 avril 1542.

15Les clercs ont aussi un rôle économique auprès des citadins et une partie d’entre eux occupe une position sociale éminente. Les familles repérables dans les actes notariés comportent souvent, parmi leurs membres, un ou plusieurs clercs. Les familles qui utilisent les services des notaires ne sont pas les plus démunies, elles seraient comme les classes moyennes et supérieures de la société locale, et il n’est pas rare de trouver un prêtre ou un curé dans ces familles23, notamment dans les familles d’artisans. Ainsi, en 1481, « messire Guillaume Fresnoye, prêtre curé de Saint Jehan de Neufchâtel, fils de défunt Thomas Fresnoye, bourgeois de Neufchâtel », octroie un prêt à un homme de la campagne24 ; en 1542, Jehan Cossart, de Quièvrecourt, fait don d’une rente foncière de 5 sous tournois et une poule à son frère, « discrète personne Messire Thomas Cossart, prestre et vicaire de Quiesvrecourt »25. Le don pieux se fait ici au sein d’une même famille et il ne s’effectuerait peut-être pas de la même manière à l’égard d’un autre prêtre. « Charité bien ordonnée… ».

  • 26 ADSM, 2 E 14 1137, acte du 21 septembre 1481.
  • 27 ADSM, 2 E 14 1187, 1542, acte du 24 juin, f° 41 v°.

16Les curés jouissent des biens et terres de leur bénéfice. Ils semblent posséder également une fortune foncière propre, d’origine familiale. Ils doivent se préoccuper de les entretenir et les faire rapporter. Aussi sont-ils à l’origine de diverses transactions (vente, fermage, achat, échange) comme tout propriétaire, ce qui les conduit devant notaire. Ils gèrent donc un patrimoine foncier, vendent, achètent, prennent à rente ou à ferme des terres et jardins. En 1481, alors que Neufchâtel reste encore marquée par les destructions perpétrées au cours de la reconquête de la région sur les Anglais et par le raid opéré par les troupes bourguignonnes en 1472, les curés et prêtres de la ville, comme d’autres possesseurs de terres et de biens, s’emploient à remettre en exploitation leurs biens fonciers : Jehan de Bailleul, un prêtre, baille à rente une maison à Esclavelles, maison familiale dont il a hérité26 ; le prêtre qui dirige l’hôtel-Dieu de la ville procède de même et baille à rente diverses pièces de terres. En 1542, le prêtre maître Jehan Hostevelle, habitant Neufchâtel, achète à un marchand et bourgeois, Nicolas Baudouyn, une pièce de pré et un jardin situés à Saint-Pierre et Saint-Vincent de Nogent, c’est-à-dire dans l’immédiate proximité de la ville, et tenus en fieffe par le vendeur27. Inversement, le clerc vend quelquefois des biens, comme une rente, ce qui est très courant : messire Régnault Crevel, prêtre vicaire de Saint-Pierre de Neufchâtel, vend une rente pour 22 livres à Pierre Engren, boucher et marchand. Le clerc pratique exactement les mêmes transactions que les laïcs. Peut-on voir la tendance pour les familles de ces clercs à considérer le bénéfice comme un patrimoine familial ? Cela n’apparaît pas.

  • 28 ADSM, 2 E 14 1139.
  • 29 ADSM, 2 E 14 1173, acte du 8 avril 1535.
  • 30 ADSM, 2 E 14 1187, actes des 10 et 15 mai 1542.
  • 31 Vincent Tabbagh, Le Clergé…, p. 730-741.

17Quelques-uns de ces clercs connaissent une certaine aisance, difficile à évaluer, mais tout de même visible par le fait qu’ils sont sollicités fréquemment pour des prêts d’argent. Le curé, le prêtre revêtent dans les petites villes le rôle de notables, à l’image des bourgeois aisés. La figure du curé ou de l’ecclésiastique prêteur d’argent reste présente dans les actes notariés tout au long de la période 1460-1550. Ils sont souvent issus de familles bourgeoises. Ils héritent de la fortune, des habitudes financières et du prestige de leur milieu originel. Ainsi, en 1462, un prêtre achète une rente pour 7 livres tournois, un autre en achète une pour 20. Le prêtre Jacques Le Roux a prêté 33 livres à Jehan Le Roux son frère ; un autre encore rachète une rente pour 30 livres, rente qu’il devait à la fabrique de Saint-Pierre de Neufchâtel : ce qui signifie qu’en ces temps de paix revenue, après les épreuves de l’occupation anglaise, les curés et prêtres ont gardé quelques moyens financiers qui les différencient du reste de la population citadine et rurale. Dans un moment de relèvement économique des villes et de leurs régions, le besoin d’espèces sonnantes est fort : à Neufchâtel, en 1481, onze actes notariés consignent des rentes achetées par des prêtres pour des sommes diverses qui s’élèvent jusqu’à 36 livres ; l’un d’eux, Nicolas Godart s’en fait presque une spécialité puisqu’il intervient comme bailleur de fonds dans six achats de rentes, représentant au moins 53 livres en tout28. Plus tard, en 1535, dans une conjoncture plus favorable, messire Rémy Crespin, prêtre habitant Notre-Dame de Neufchâtel, acquiert pour 10 livres « payées en 3 écus soleil et le reste en monnaye » une rente de 20 sous à un villageois du hameau de Gratenois29. En 1542 à Neufchâtel, Robert Le Boullanger, un prêtre vicaire de Notre-Dame, principale église de la ville, achète à des dates rapprochées (10 mai et 15 mai 1542) deux rentes, payées respectivement 50 et 45 livres, ce qui constitue de belles sommes. Ces deux achats de rente masquent à peine des prêts dont l’un bénéficie à un brasseur, Pierre Mensire, l’autre à un bourgeois et marchand, Gautier Cygnain30. Vincent Tabbagh a noté des cas tout à fait comparables à Rouen ou bien dans d’autres localités du diocèse : le clergé utilise de manière courante les revenus qu’il reçoit des fidèles pour les redistribuer sous forme de prêts. L’homme de métier, le marchand qui ont besoin d’argent s’adressent au prêtre comme ils auraient pu le faire envers un autre bourgeois. Le prêt comprend un intérêt qui, même s’il reste modeste, entre un peu en contradiction avec le discours officiel de l’Église en matière de prêt. Au cours du XVe siècle, l’Église adopte des pratiques nouvelles de « capitalisme financier », qui consiste en opérations d’achat et revente de maisons et aussi d’achat-vente de rentes. Cette attitude, fréquente dans le chapitre cathédral de Rouen, se rencontre aussi à l’échelon local des petites villes ou des villages31.

  • 32 Probablement Neuville-Ferrières, à 4 km de Neufchâtel.
  • 33 ADSM, 2 E 14 1187, 1542, acte du 29 août 1542.
  • 34 ADSM, 2 E 14 1187, 1542, acte du 5 juillet 1542.

18Par conséquent, les prêtres et curés tendent à se comporter comme les laïcs dotés de biens fonciers qui les environnent, qu’ils côtoient dans les milieux citadins aisés, dont ils sont eux-mêmes, pour une part, issus. En 1542, nous voyons « discrète personne Messire Jacques De Fry, prêtre et Jehan De Fry, son frère de Notre-Dame de Neufchâtel », membres d’une des familles de notables de la ville, vendre à Guillaume Rasset, un bourgeois et brasseur d’affaires local, pour 50 livres, payées « en or et monnaie courante la moitié de 2 milliers de fer de la forge de Neufville32 », et ils s’engagent à livrer cette marchandise avant la Saint-Michel « en la maison de Rasset »33 : le prêtre participe à une vente de matière première en tant qu’intermédiaire, comme n’importe quel artisan ou même paysan de la région. Le cas est peu courant et doit s’expliquer par la relation qui unit les deux frères. Il montre néanmoins l’immersion des clercs dans la société et la culture où ils vivent. Ils achètent, vendent, prêtent, perçoivent des rentes et occupent la place de tout propriétaire à l’égard de ses tenanciers, débirentiers ou débiteurs, lesquels peuvent être dans certains cas d’autres clercs. Ils participent aussi, en tant que citadins, à la domination de la ville sur la campagne : ainsi, en 1542, un prêtre de Neufchâtel possède une rente foncière que lui paie annuellement le curé d’un village voisin, Bouelles34. Ils reproduisent, par conséquent, les modes de gestion foncière et financière pratiqués par les propriétaires urbains.

19Les clercs incarnent souvent, dans les villes, la part instruite de la population citadine. Ils savent écrire, signent fréquemment les actes notariés, ont accompli des études supérieures. Ce qui les rapproche des milieux favorisés des petites villes, des hommes de marchandises et hommes de loi qui savent aussi manier la plume. Quelques prêtres ont suivi des études de médecine et exercent leur art en ville, tel Jehan Delaunay, qui est prêtre, licencié en médecine et qui exerce à Harfleur dans les années 1490-1500, tel maître Nicole de la Mothe, en 1542, docteur en théologie et curé d’Épinay-sur-Aulne. Celui-ci est issu d’une famille noble, probablement aisée, son frère est seigneur de Quièvrecourt, localité toute proche de Neufchâtel ; un autre prêtre, Pierre Le Carpentier, curé en 1542 de Saint-Jacques de Neufchâtel, est licencié « en chacun droit », droit romain et droit canon. La comptabilité de Pont-Audemer comporte quelques dépenses destinées à aider des étudiants avancés dans le cursus universitaire, licenciés ou maîtres, à poursuivre leurs études à Paris jusqu’au doctorat. Cet argent, qui constitue une forme de bourse, permettra à l’étudiant méritant, natif de la ville, de s’installer pendant une année dans la capitale du royaume. Les notables locaux considèrent donc comme important pour leur ville de produire et de pousser jusque dans les hautes sphères du pouvoir et de l’état une élite de clercs instruits.

20Les clercs, cependant, ne sont pas tous gens respectables et respectés. Les registres d’officialité, assez abondants pour l’exemption de Montivilliers, permettent d’appréhender une autre réalité et d’entrevoir un autre visage des clercs, reflet de vice plus que de vertu. La compétence de cette officialité s’étend aux villes d’Harfleur et Montivilliers, et de nouveaux cas viennent enrichir la connaissance du clergé que permettent les comptes et autres actes de notaire. Les hommes d’Église s’adonnent au jeu, à l’ivrognerie, au vol ; ils ne sont pas chastes, fréquentent les lupanars et les tavernes, se battent souvent ou sont battus. Quelques condamnations de clercs sont assez éclairantes à cet égard puisque les documents rapportent quelquefois les propos des protagonistes. En 1497, plusieurs affaires évoquent la figure du prêtre débauché. Guillemin Houllebel, prêtre d’Harfleur, passant dans la rue, est interpellé par un certain Jehan Fournier qui lui demande d’où il vient :

  • 35 ADSM, G 5272, officialité de Montivilliers, 1497-1511.

– Je viens de la rue des Agnetes.
– Je croy que vous y avez quelque dame par amour.
– Il me semble quant je y suis que je suis es camps mahiets [?], dando per hec verba
intellegere quod in dicto vico erat quoddem lupanar et que c’estoit un bordeau [sic]35.

  • 36 Ibid.

21Ce Guillaume Houllebel est violemment pris à parti par un nommé Jehan Vimont, dont il a séduit la femme. Celui-ci lui crie : « Villain ribaut, prêtre paillart, apostat, tu n’es pas digne de dire messe »36. Cette même année, messire Pierre Dedie, prêtre et religieux de Saint-Augustin, croise dans une rue d’Harfleur, un autre prêtre Jehan Apris et lui dit :

  • 37 Ibid.

– Vous y avez votre part en l’enfant Béraulde, Monseigneur le Vicaire.
– Pourquoy dites-vous cela, se vous y avez droit, gardez-le ! Vous avez menti37.

  • 38 ADSM, officialité de Montivilliers, respectivement, G 5269, G 5270, G 5359.

22Ces quelques paroles, si précieuses car si rares dans la documentation, soulignent – et beaucoup d’autres exemples tirés du même registre viennent le confirmer – la faible rigueur morale et la vie dissolue qui sont celles de certains clercs, probablement jeunes. Les cas d’adultère impliquant des prêtres ne sont pas rares. Ce monde-là est proche de celui du curé Clergue, de Montaillou, décrit par Emmanuel Le Roy Ladurie, ou même, si l’on ajoute l’usage fréquent de la violence, de l’insulte, de la bagarre, de l’univers de Rabelais, qui caricature le clerc dans son Pantagruel au travers du personnage de frère Jean des Entommeures. La figure du clerc bagarreur est très présente dans les condamnations qu’enregistrent les greffiers de l’official. Ainsi, en 1459, à Montivilliers, un prêtre s’est disputé avec un recteur des écoles après la messe et l’a insulté ; la même année, à Harfleur, deux clercs et un écuyer se disputent et se battent alors qu’ils faisaient ensemble le guet, et l’un d’eux tombe du haut de la muraille ; en 1509, un cordelier à qui il avait été interdit de prêcher en l’église Saint-Sauveur de Montivilliers passe outre, ce qui occasionne une bagarre38.

  • 39 Vincent Tabbagh, Le Clergé…, p. 743-753.

23L’intérêt de ces affaires est aussi de montrer que le comportement immoral des clercs n’est pas socialement admis, qu’il est choquant, que leur entourage leur fait grief de ne pas maintenir, par la droiture de leurs mœurs, la présence du sacré dans la vie courante (« tu n’es pas digne de dire messe »). De ce fait, une certaine pression sociale s’exerce sur eux, dont la justice de l’official est, d’ailleurs, le relais. En 1482, il est reproché à un prêtre de n’avoir pas assisté à une « moralité » donnée à Montivilliers. C’est dire que le clerc devait adopter une attitude conforme à son état d’homme de Dieu. L’officialité a pour fonction de faire respecter la morale chrétienne, la « bonne santé des mœurs », pour l’ensemble des fidèles, citadins ou ruraux. Il est probable que la ville qui est le siège de ce tribunal ecclésiastique, ici Montivilliers, ressent plus fortement son influence répressive que des bourgs et villages plus éloignés. Dans son étude sur le clergé séculier du diocèse de Rouen, Vincent Tabbagh a établi que le nombre de cas d’adultère ou de fréquentation de prostituées par des clercs a eu tendance à diminuer au cours du XVe siècle, sans disparaître toutefois. C’est que les clercs séculiers sont insérés dans un milieu social qui connaît l’adultère ou le concubinage de façon courante, dont les pratiques le marquent et l’influencent. La société médiévale reconnaît, d’une part, une grande liberté sexuelle aux célibataires et, d’autre part, est travaillée à cette époque par une conception, héritée de la réforme grégorienne, qui veut que le clerc soit sans péché lorsqu’il administre les sacrements ou dit la messe. Les affaires de mœurs concernant les clercs sont au croisement de ces deux courants39. Les clercs paraissent immergés dans les usages sociaux de leur temps et de leur milieu, s’en détachant avec peine. Dépasser les normes sociales, se dépasser soi-même en dominant ses propres instincts serait le signe qui distinguerait, dans ce contexte, un saint homme véritable.

24L’homme d’Église d’une petite ville, tel que les documents nous le donnent à voir, est surtout le prêtre ou le curé de paroisse. D’une condition légèrement supérieure à la moyenne de ses fidèles, parfois issu des meilleures familles, pratiquant le prêt, il double sa prééminence ecclésiastique d’une supériorité sociale. Par ses habitudes de vie, ses emportements, ses travers, il est à l’image de la société qui l’environne. Mais celle-ci attend de lui qu’il tienne sa place et qu’il affirme, par un comportement droit, la dignité de son statut de clerc. Cette catégorie sociale intervient fréquemment dans les actes de toutes sortes qui constituent les archives actuelles ; d’autres groupes de citadins, éminents, peuvent, de la même façon, être observés, comme les riches bourgeois et les nobles.

Notes

1 Rouen-Le Havre, Nadine-Josette Chaline (dir.), Paris, Beauchesne, 1976, p. 52-54 : les revenus de l’archevêque de Rouen diminuent de 84 % dans la première moitié du XVe siècle, en raison de la dépopulation de la région.

2 Ibid., p. 55-56.

3 AMPA, CRV, 1529, f° 33.

4 ADSM, 3 E 6, 122, 1490, pièces 56 et 59.

5 ADSM, G 8321, paroisses du diocèse de Rouen : Harfleur, article arrêté entre les gouverneurs de la ville, les ecclésiastiques et les maîtres des confréries, 1537 ; les clercs « matriculiers » sont les clercs chargés d’assurer le service divin pendant la semaine, à l’occasion de fêtes ou de messes particulières. Leurs fonctions sont périodiquement determinées et inscrites sur une liste : la « matricule ». Ce peuvent être aussi des clercs qui participent aux revenus d’une église.

6 François Neveux, « Pour une histoire sociale du clergé dans une ville épiscopale : l’exemple de Bayeux aux XIVe et XVe siècles », in Histoire religieuse de la Normandie, Nadine-Josette Chaline (dir.), Chambray, CLD, 1981, p. 90-91.

7 Vincent Tabbagh, Le Clergé séculier du diocèse de Rouen à la fin du Moyen Âge (1359-1493), thèse, sous la direction de Jacques Heers, université de Paris-IV, dactyl., 1988, p. 342 et 348.

8 François Neveux, « Pour une histoire… », p. 91.

9 Ernest Dumont et Alphonse Martin, Histoire de la ville de Montivilliers, Fécamp, Durand et fils, 1886, t. I, p. 186.

10 Vincent Tabbagh constate cette augmentation pour la seconde moitié du XVe siècle, Le Clergé…, p. 1120.

11 Paul Adam, La Vie paroissiale en France au XIVe siècle, Paris, Sirey, 1964, p. 88.

12 ADSM, 2 E 14 1173, acte du 15 février 1535.

13 Vincent Tabbagh, Le Clergé…, p. 347.

14 Jean-Pierre Leguay et Henri Martin, Fastes et Malheurs de la Bretagne ducale, Rennes, Ouest-France, 1982, p. 355.

15 AN, JJ 235, 1499-1501, n° 237 : des jeunes gens de Lyons se rendent à Fleury (sur Andelle ?) « où devait se jouer un beau mistère de la vie de Théophilus et où ils trouvèrent belle et grande assemblée […]. Ledit mistère finit environ 3 heures après midi ». Les gens s’y rendent le dimanche après-midi et font plusieurs kilomètres pour y assister. Ces spectacles sont en vogue et pénètrent les campagnes. L’organisation d’un mystère entraînait généralement la participation de tous les habitants et était parfois entreprise à la suite d’une épidémie ou d’un conflit. À noter que Rutebeuf a écrit un Miracle de Théophile (vers 1265). Voir aussi Jean-Pierre Leguay et Henri Martin, Fastes…, p. 359.

16 ADSM, 2 E 14 1138, acte du 11 janvier 1461.

17 ADSM, 2 E 14 1139, acte du 30 novembre 1481.

18 ADSM, G 7963, paroisses du diocèse de Rouen, Auffay, 1476.

19 ADSM, G 8057, paroisses du diocèse de Rouen, Caudebec-en-Caux, 1482.

20 ADSM, G 7944, paroisses du diocèse de Rouen, Arques, 1500-1529.

21 ADSM, G 8189, paroisses du diocèse de Rouen, Notre-Dame d’Eu, 1508. ADSM, G 7969, paroisses du diocèse de Rouen, Aumale, 1504-1515.

22 ADSM, G 8215, paroisses du diocèse de Rouen, Saint-Jacques d’Eu, 1551.

23 Le travail de Vincent Tabbagh montre que, dans les petites villes, le clergé séculier se recrute surtout dans l’élite locale, parmi les familles influentes et surtout anciennes (propriétaires fonciers, avocats, commerçants alimentaires) : Le Clergé…, p. 346.

24 ADSM, 2 E 14 1137, acte du 4 juin 1482.

25 ADSM, 2 E 14 1187, actes des 17 et 22 avril 1542.

26 ADSM, 2 E 14 1137, acte du 21 septembre 1481.

27 ADSM, 2 E 14 1187, 1542, acte du 24 juin, f° 41 v°.

28 ADSM, 2 E 14 1139.

29 ADSM, 2 E 14 1173, acte du 8 avril 1535.

30 ADSM, 2 E 14 1187, actes des 10 et 15 mai 1542.

31 Vincent Tabbagh, Le Clergé…, p. 730-741.

32 Probablement Neuville-Ferrières, à 4 km de Neufchâtel.

33 ADSM, 2 E 14 1187, 1542, acte du 29 août 1542.

34 ADSM, 2 E 14 1187, 1542, acte du 5 juillet 1542.

35 ADSM, G 5272, officialité de Montivilliers, 1497-1511.

36 Ibid.

37 Ibid.

38 ADSM, officialité de Montivilliers, respectivement, G 5269, G 5270, G 5359.

39 Vincent Tabbagh, Le Clergé…, p. 743-753.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search