Version classiqueVersion mobile

Petites Villes de Normandie

 | 
Bruno Sintic

Quatrième partie. Les habitants des petites villes et leurs activités économiques

Chapitre 2. Activités économiques des citadins

Texte intégral

1La présence de l’artisanat, le développement du commerce et des « services » sont révélateurs du fait urbain et permettent d’identifier une agglomération comme une « ville » naissante. Ainsi, la lecture des registres notariés de Bellencombre et de Saint-Saëns, bourgades assez proches l’une de l’autre, offre l’occasion d’une comparaison éclairante : les actes de Bellencombre ne concernent que des terres et les hommes n’y sont jamais définis par une spécialité professionnelle ; à Saint-Saëns, au contraire, les actes mentionnent l’existence d’activités artisanales (travail du cuir, du fer, du textile) et de nombreuses précisions décrivent les contours sociaux et professionnels des habitants. Saint-Saëns paraît être une « petite ville » alors que Bellencombre reste un bourg agricole à la société peu diversifiée. Il était donc nécessaire de traquer dans la documentation toutes les mentions de ces activités secondaires et tertiaires. Les informations ainsi réunies conduisent à examiner les formes de l’économie et les contours sociaux des petites villes normandes. Comment les citadins gagnent-ils leur vie en cette fin du XVe siècle ? Cette société urbaine a-t-elle, dans toutes les localités, une même allure, toutes les villes sont-elles socialement ressemblantes ? Y avait-il pluriactivité ou spécialisation économique de certaines villes ? Quelle est la nature des revenus et des biens des citadins ? Qui sont les citadins riches, qui sont les pauvres ? Y a-t-il, de même, des villes riches, des villes pauvres, des villes actives, des villes assoupies ? La description des citadins dans leurs travaux quotidiens introduit au cœur d’une société où le travail constitue une part essentielle de l’existence.

2La tendance de longue durée qui se dessine au fil des documents est que le tournant du siècle marque un changement : au-delà de 1500, le nombre et la variété des activités présentes dans nos villes augmentent, traduisant la réalité de la reprise économique et démographique.

Le monde des artisans

3Les caractéristiques qui suivent restent en vigueur durant toute la période 1450-1550. Elles sont comme la trame des activités économiques de toute ville de cette époque.

L’importance de l’artisanat et son évaluation

4Rares sont les textes qui décrivent les caractéristiques socioprofessionnelles des villes normandes. Pourtant, un texte dresse en quelques phrases, pour Pont-Audemer, le portrait schématique de la société urbaine :

  • 1 AMPA, CRV, 1529, fo 33.

Comme ladite ville soit de petite étendue consistant en forteresse, peuplée d’environ trois cents maisons dont les 2 pars sont pauvres gens mercenaires vivant de la peine de leur bras […]1.

  • 2 Jules Michelet, Histoire de France, Renaissance et Réforme, Paris, Robert Laffont, coll. « Bouquins (...)
  • 3 ORF, « Privilèges de Louviers », 1467, t. XVI, p. 56-570.

5« Pauvres gens mercenaires » : cette formule insiste sur la présence et l’extension des activités artisanales dans la ville. S’ils sont nombreux, les travailleurs de l’artisanat ne sont pas tous si « pauvres ». Le propos de ce texte est d’obtenir la réduction de la participation de la ville au paiement de la rançon des deux fils de François Ier, retenus en otages par Charles Quint en vertu du traité de Madrid (1526), qui autorisait le roi captif depuis la défaite de Pavie (1525) à se faire remplacer par ses enfants (l’échange se fit sur une barque sur la Bidassoa)2. Il s’agit donc d’apitoyer les autorités royales en insistant sur la faiblesse des ressources fiscales de la ville ; ce qui réussit d’ailleurs. Les habitants de Louviers adressent une supplique au roi en 1467 ; celui-ci confirme les privilèges de la ville et rappelle que « les suppliants sont gens mécaniques de l’état de drapperie »3. Cette courte remarque souligne la spécialisation de la ville dans la fabrication des draps, caractère déjà ancien ; les « gens mécaniques » ne sont pas les plus pauvres travailleurs textiles, mais les maîtres d’ateliers, désignés comme bourgeois et investis dans les affaires municipales. Quelle proportion de citadins est concernée par les activités artisanales ? La question est d’importance puisque la présence d’une densité forte d’activités non agricoles désigne une bourgade comme étant une ville. Pourtant, comme souvent en histoire médiévale, donner une estimation chiffrée fiable est une entreprise hasardée. Il n’est possible, avec quelques éléments d’informations disparates, que de dessiner de manière impressionniste le tableau de la situation.

6Les comptabilités municipales évoquent les noms et les activités des gens de métier actifs dans une ville et qui y sont domiciliés, mais sans les mentionner tous ; apparaissent prioritairement ceux qui sont liés aux travaux financés par les villes, c’est-à-dire surtout les hommes du bâtiment. Les registres de notaires permettent de comparer les activités artisanales dans plusieurs villes.

7Ces chiffres signalent la présence d’activités de transformation dans toutes ces localités. La proportion représentée par les actes notariés dépend d’une part de la conjoncture : il y a moins de population et de main-d’œuvre entre 1460 et 1480 qu’après 1500. Elle reflète aussi l’histoire de la ville : la tradition de l’artisanat textile est plus forte à Louviers qu’ailleurs ; ces chiffres sont liés au rapport établi entre le monde des artisans et le monde notarial : après 1500, a-t-on plus souvent recours aux notaires qu’autrefois et pourquoi ?

Tab. 1 – Présence de l’artisanat dans les actes notariés de quelques petites villes.

Registre de notaire

Nombre total d’actes

Nombre d’actes concernant la ville

Nombre d’actes liés à des activités artisanales

Pourcentage

Neufchâtel, 1460

296

84

1

1,1 %

Neufchâtel, 1461-1464

286

111

10

9,0 %

Neufchâtel, 1481-1482

214

137

4

2,0 %

Neufchâtel, 1535

461

134

25

25,3 %

Neufchâtel, 1542-1545

427

208

39

18,7 %

Louviers, 1503-1505

452

270

94

34,8 %

Louviers, 1510

132

74

17

22,9 %

Saint-Saëns, 1535

410

76

21

27,6 %

  • 4 . BNF, ms. fr., 25925, 131.

8Les rôles de fouage sont, eux, bien plus laconiques dans la désignation des artisans et hommes de métier. Dans les listes de feux payants, quelques rares précisions d’activité apparaissent : le rôle de fouage de 1485 de la paroisse Saint-Ouen de Pont-Audemer, principale paroisse de la ville, nous est parvenu, mais il ne concerne qu’une partie de cette paroisse, celle qui dépendait de la sergenterie de Préaux. La liste compte 140 feux payants et non payants ; quelques rares mentions professionnelles y figurent : 2 cordonniers, 1 cordier, 1 pâtissier, 1 boulanger sont mentionnés. En comparant ces noms à ceux qui figurent dans le compte municipal correspondant aux années 1480-1490, 34 personnes peuvent être identifiées. Ces 34 habitants travaillent dans l’artisanat (18 cas), dans le commerce alimentaire (7 cas), dans les emplois de « service » (8 cas). L’artisanat est représenté par 2 drapiers, 3 forgerons et maréchaux, 1 étaminier et soudeur, 4 cordonniers et tanneurs, 3 maçons, 3 charpentiers, 1 pionnier. Dans la paroisse Saint-Germain de Pont-Audemer, en 1500, on rencontre 8 artisans sur 130 feux en tout, qui sont « Jehan Le Courvoisier, tenneur », « Colin Sauchois, tenneur », « Robin Barbier, cloqueteur » (?), « Jehan Le Moygne, boullanger », « Jacques Hordouil, carreleur », « Pierre Dargent, paintre », « Jehan Le Prévôt, maréchal », « Guillaume Deuve, féron »4. Mais tous les artisans, domiciliés dans cette paroisse, ne sont pas cités, d’autres sources l’attestent : le relevé ne concerne peut-être qu’une sergenterie, cette précision cependant n’est pas donnée.

9Quelques-uns de ces documents fournissent des renseignements sur les employés, c’est-à-dire sur les valets et apprentis, comme le rôle de fouage de Nonancourt : sur 155 feux en tout, figurent 18 apprentis, 15 valets, et 5 ouvriers employés à la journée ; avec les maîtres qui les ont embauchés, dont 10 sont mentionnés, ces hommes représentent donc 30,9 % de la population figurant sur le rôle. Les types d’artisanat évoqués sont le travail des peaux, de la corde, du bois. Toutes ces données mettent en valeur la place du travail artisanal dans cette bourgade de Nonancourt au début du XVIe siècle. Il n’y a pas, pour d’autres villes normandes, de rôle de fouage aussi parlant.

  • 5 Fabricant de cloche ? Sonneur de cloche ? Ou peut-être, fabricant de vêtement de voyage appelé « cl (...)
  • 6 AMPA, CRV, 1535, fo 38.

10Les listes nominatives de bourgeois offrent également des mentions et qualificatifs professionnels. Il n’est pas rare que certains noms soient suivis d’une précision sociale. Mais là encore, les mentions ne sont pas systématiques et la raison qui détermine le clerc à donner telle indication de métier n’est jamais explicitée. À Louviers, en 1482, une liste de bourgeois fournit 42 noms dont 2 ont une mention sociale : « Jehan Guillart, chaussetier », Colin d’Acquigny, « cordonnuer » ; un autre document nous apprend pourtant que « Thomas le Mettaier dit Mallaunay », cité dans cette liste, était charpentier, mais cette précision manque ; en 1483, toujours à Louviers, sur 93 noms de bourgeois réunis, seul un nom porte l’indication : « cousturier » ; en revanche, dans cette même ville, en 1527, une assemblée de 29 bourgeois est réunie pour trancher une question liée au temporel de la léproserie locale ; sur 29 personnes, 3 sont dits « tenneurs » et 1 « pelletier », mais en comparant les noms avec les comptes de l’archevêque, il a pu être établi que, dans cette liste, sont également présents au moins un drapier et un maréchal, dont les professions ne sont pas mentionnées. Il en va de même pour toute liste, fiscale ou autre, ce qui rend vide de sens toute donnée chiffrée obtenue à partir de ces documents. En 1536, à Pont-Audemer, le lieutenant particulier du bailli de Rouen fait procéder à une montre des habitants de la ville en armes ; une liste est dressée, qui dénombre 460 personnes. Certaines d’entre elles sont définies socialement, soient 50 en tout dont 46 hommes de métier. Il y a là 5 boulangers, 4 bouchers, foulons et telliers, 2 cordonniers, férons, cordiers, couturiers, « estamyers », plombiers et tanneurs, 1 serrurier, bonnetier, chapelier, maçon, chandelier, « cloqueteur »5, « mesguichier », pelletier, drapier, plâtrier et charpentier ; à cela viennent encore s’ajouter d’autres activités comme celles des bouchers, barbiers, poissonniers, meuniers6. Ce qui décrit l’éventail des activités professionnelles courantes de cette ville au milieu du XVIe siècle.

  • 7 Plusieurs actes de ce genre concernent Louviers, comme, 2 E 14 1442, acte du 1er mai 1506 (achat de (...)

11Les achats, par les municipalités, de matériel ou de matières premières renseignent sur la nature des productions artisanales qui s’opèrent dans une ville donnée. Ces achats apparaissent dans la plupart de nos sources. Les comptes urbains révèlent la présence des maçons, couvreurs, plâtriers, charpentiers, plombiers dans quelques petites villes au travers des achats de sable, chaux, troncs d’arbre, poutres et « merrien », plaques de fer et de plomb qui y sont consignés ; les notaires enregistrent des achats de cuves à brasser la bière, d’enclumes à forgeron, de métiers à tisser, de cardons pour peigner la laine, de garance et d’alun pour teindre les draps, de cuir pour fabriquer harnais, selles ou chaussures7.

  • 8 Pour Alain Derville, la forte présence d’activités artisanales et « industrielles » est un critère (...)

12Certes, les chiffres et pourcentages précis manquent ; néanmoins, l’accumulation des indications éparses fait sens. Elle manifeste le poids des activités de transformation de la matière en milieu urbain, lesquelles, si elles ne sont pas spécifiques à la ville, s’y rencontrent pourtant de façon concentrée et massive8.

  • 9 Comme on a pu le montrer dans le cas de Rennes, voir Jean-Pierre Leguay et Henri Martin, Fastes et (...)
  • 10 Théodose Bonnin, Cartulaire de Louviers, t. II, 2e partie, nos 540 et 544.
  • 11 AML, PF 8, FF 8.
  • 12 AML, PF 8, FF 9.

13L’abondance de maîtres et ouvriers d’une même profession donne généralement naissance à une organisation professionnelle, le « métier », dotée d’une réglementation précise, relative à l’embauche, aux conditions de travail et de salaire, à la qualité de la fabrication des produits, etc. Dans les petites villes, existe-t-il après 1450 des métiers organisés ? Aucune trace pour certaines d’entre elles, comme Saint-Saëns ou Pont-Audemer. Au contraire, certains actes montrent qu’un ouvrier spécialisé peut obtenir et effectuer quelquefois un travail dans un autre domaine que le sien : un plâtrier peut réaliser un travail de maçonnerie ou de charpente par exemple. La présence d’un métier organisé interdirait ce type de pratique. Ces cas signalent donc une relative faiblesse de l’artisanat local, une faible concurrence entre les différents corps de métier et un manque d’ouvriers. Il est possible qu’aient existé dans nos villes des organisations professionnelles préalables au « métier »9. Il arrive de repérer ici ou là quelques « frairies », ou confréries, rassemblant les membres d’une profession particulière, qui, hormis leur vocation religieuse et sociale, ont pu comporter une fonction plus corporative. À l’inverse, des statuts de métiers nous sont parvenus, révélant la généralisation de certaines professions artisanales en milieu urbain. En 1440, le roi de France confirme pour la ville de Louviers un statut des cordonniers, puis en 1447, un statut des bouchers10. Il existe aussi un métier des tisserands à Louviers. En 1453, les maîtres tisserands demandent au vicomte de Pont-de-l’Arche d’autoriser la perception de 3 deniers par drap, taxe qui avait cours autrefois et dont la perception avait été délaissée en raison des guerres. Cet argent est destiné à payer les messes pour les tisserands défunts11. En 1454, les « bourgeois drapiers » de cette même ville ont un procès avec les autorités locales à propos des halles. Un acte donne les noms des membres, dont il n’est pas dit exactement qu’ils soient organisés en métier, mais le contraire serait étonnant : cet acte comporte 65 noms. L’acte précise que, pour lors, il ne reste que « 60 drappiers qui tiennent ouvroirs contre 2 à 3 000 autrefois »12. Que penser de ces chiffres ? Le premier est exact, puisque confirmé par la liste des maîtres. Dans ce cas, pourquoi pas le second ? Et si celui-ci est « grossi » pour les besoins d’un procès, du moins insiste-t-il sur la part prépondérante de l’artisanat textile dans la vie économique de cette ville avant l’occupation anglaise.

  • 13 ADSM, 2 E 14 1137, acte du 24 janvier 1461.
  • 14 ADSM, 2 E 14 1138, acte du 7 septembre 1461.
  • 15 ADSM, 2 E 14 1138, acte du 25 janvier 1462.
  • 16 ADSM, 2 E 14 1138, actes des 13 mars 1462 et 5 mai 1464.

14Un acte notarié de 1461 signale l’existence d’un métier de draperie à Neufchâtel13. Un autre document donne les noms de treize maîtres qui ont accepté et confirmé l’accès d’un valet qui a servi trois ans chez un drapier de la ville au rang de maître en 1461 et son intégration au sein du métier14. En 1462, un ouvrier, originaire de Hambye dans le Cotentin, se met au service d’un drapier de Neufchâtel comme cardeur de laine15. Deux actes de 1462 et 1464 font état de vente de draps de Neufchâtel dans des villages proches, Mesnières et Saint-Valéry16. Ces quelques documents montrent que, malgré les difficultés de la guerre, de la dépopulation et de l’occupation anglaise, une activité textile s’est maintenue à Neufchâtel et poursuit son existence au sortir du conflit.

  • 17 Charles Ouin-Lacroix, Histoire des anciennes corporations d’arts et métiers et des confréries relig (...)
  • 18 ADSM, 2 E 14 1139, 1481-1482, acte du 4 août 1482.

15Les statuts du métier de draperie, dont l’existence est attestée pour Caudebec-en-Caux et pour Beaumont-le-Roger, sont en général anciens, remontant au début du XVe siècle. C’est souvent le plus ancien métier organisé dans les petites villes (1402, 1411…), car le plus répandu, répondant à une demande fondamentale. Les cas de Bernay, dont les chaussetiers sont organisés en métier depuis au moins 1424, et celui de Neufchâtel confirment cette idée17. Cette dernière ville a été la cible de l’armée bourguignonne en 1472 et a subi des destructions. Le registre notarié de 1481-1482 précise que la ville n’a pas encore effacé les traces de cet événement militaire ; presque aucun travailleur de l’artisanat n’est mentionné (en fait, 2 mentions sur 137 actes concernant la ville), comme si une partie de la population avait disparu. Un acte pourtant rappelle l’existence, dans cette ville amoindrie par le raid bourguignon, d’un « métier de drapperie », signe qui souligne l’ampleur ancienne de cette activité et sa permanence malgré l’éparpillement des hommes qu’a certainement provoqué la venue de l’armée hostile18.

  • 19 ADE, E 1823.
  • 20 ADE, E 1831.
  • 21 Louis Passy, Le Livre des métiers de Gisors, Pontoise, Publications de la société historique du Vex (...)

16Les autres statuts conservés datent de la seconde moitié du XVe siècle et concernent d’autres professions : en 1490, à Beaumont-le-Roger, est établi un statut des menuisiers et tonneliers19 ; en 1472 existe à Bernay un métier des corroyeurs et cordonniers, qui fondent, à cette date, la confrérie de leur métier20. L’acte mentionne les deux gardes du métier, le prévôt et six membres. Le Livre des métiers de Gisors est la collection des statuts de métiers actifs dans cette ville aux XVe et XVIe siècles. Il fournit la chronologie de la confirmation ou de la création des organisations professionnelles de la ville : drapiers, bouchers, tanneurs, barbiers, maréchaux, chapeliers, cordonniers, merciers obtiennent des statuts entre 1450 et 1490, alors que les boulangers, étaminiers, pelletiers, cardeurs, chaussetiers, mégissiers, apothicaires, futaillers, chauderonniers, cloutiers patissiers obtiennent les leurs entre 1503 et 159021.

17La production artisanale se rencontre donc aisément dans les petites villes. Certaines d’entre elles ont connu par le passé un « développement » industriel plus marqué (Louviers, Bernay, Neufchâtel). Malgré les bouleversements du XVe siècle, une activité artisanale et une organisation en « métiers » y subsistent encore tant bien que mal après 1450. Ailleurs, le nombre des artisans est plus réduit et la structuration des professions semble inexistante, du moins jusque vers 1490-1500, où apparaissent les premières réglementations.

Diversité des activités artisanales

18L’éventail de l’artisanat présent dans les petites villes est assez large. La spécialisation qui se développe dans quelques villes comme Louviers ou Montivilliers, semble être l’exception. La plupart des villes connaissent en leur sein des activités de transformation, formant une sorte de tronc commun, présent dans toute bourgade de quelque importance. Il s’agit des activités du textile, du cuir et des peaux, du fer et des métaux, du bois et de l’ameublement. Pour toutes les villes, les textes fournissent en effet nombre d’indications concernant des drapiers, couturiers et foulons, des tanneurs, corroyeurs, ou cordonniers, des férons, serruriers, « étamiers » ou plombiers, des menuisiers ou « huchiers ». Bien sûr, toute ville fait vivre aussi quelques entrepreneurs du bâtiment : maçons, tuiliers, plâtriers, charpentiers, paveurs, peintres.

  • 22 ADSM, 54 H 131, compte de l’abbaye de Montivilliers, 1500, partie « Recettes ».

19Ces activités ordinaires sont présentes à Montivilliers : en 1500, parmi les tenanciers de l’abbaye de Montivilliers figurent un cordonnier, un charpentier, un teinturier, un couturier, un « estaymier »22. Les comptes de cette abbaye renseignent sur le rôle de centre de consommation et de fournisseur d’emplois que tenait cet établissement pour les ouvriers urbains. Pourtant, les artisans du textile qui faisaient la réputation internationale de cette ville sont assez absents de cette riche et abondante comptabilité. Les comptes municipaux de Pont-Audemer consignent les travaux de bon nombre d’ouvriers et artisans. Quelques-uns sont dits « demourant à Pont-Audemer », ce qui permet de repérer les activités installées en ville. Ces travailleurs trouvent, auprès de la demande locale, vraisemblablement l’essentiel de leurs tâches quotidiennes. Force est de constater, pour la période 1477-1500, l’existence de drapiers, de cordonniers et tanneurs, de maçons, de charpentiers, de couvreurs, de pionniers, de serruriers, de plombiers et étaminiers et d’un armurier. Textile, bâtiment, cuir, métaux : voilà donc l’équipement artisanal de base d’une petite ville.

  • 23 ADSM, 3 E 6 118, 1473, nos 80, 81 et 82.
  • 24 ADSM, 3 E 6 115, 1465-1467, no 35.

20Les activités plus rares, comme le travail du cuivre, l’orfèvrerie, la verrerie, la broderie et le textile de luxe, n’existent pas sur place. Les autorités urbaines doivent, quand le besoin se présente, solliciter des spécialistes résidant généralement à Rouen (orfèvre, vitrier, drapier, plombier), mais aussi à Évreux (fondeur de cloches) et à Lisieux (plombier). Des férons et orfèvres travaillant en milieu rural (près d’Orbec) – sur un site d’extraction du minerai (?) – sont également sollicités. Les pièces comptables d’Harfleur soulignent le rôle économique local des représentants du roi. Le capitaine et son lieutenant bénéficient d’un logement de fonction, meublé et « ustensilé » ; parfois, des avantages semblables sont accordés à quelques soldats en garnison. Diverses quittances montrent les artisans et fournisseurs requis pour équiper le logement du seigneur de Villiers, homme d’armes sous la conduite de monsieur de Torcy, logé en 1473 à Harfleur avec ses deux archers : couturières qui cousent des draps neufs, tisserand ou drapier qui procure le tissu, huchier fabriquant les tables, coffres et bancs, étaminier qui fournit la vaisselle d’étain, pots, plats et brocs23. Les fonctions militaires et administratives d’une petite ville, quand elles sont suffisamment importantes et qu’elles s’amplifient, engendrent une demande nouvelle de « biens de consommation », dont profitent les artisans urbains. À Pont-Audemer, seuls les travailleurs du fer connaissent un certain raffinement professionnel. Des métiers spécialisés peuvent vivre sur place : les plombiers et étaminiers sont actifs dans cette ville vers la fin du XVe siècle en raison de la présence de fontaines régulièrement entretenues ; l’armurier Étienne Bonnechose est en fait un serrurier, dont une partie des activités a pris de l’expansion quand la ville a voulu améliorer son équipement en armes à feu et canons, vers la fin du XVe siècle également. Ce signe de diversification de l’artisanat annonce les changements du XVIe siècle. Pourtant, le chevauchement des activités et le flou des domaines de compétence restent des caractéristiques constantes du marché du travail : Hervé Du Fresne, un maréchal d’Harfleur, donc un forgeron, accomplit le travail d’un armurier ; il reçoit plus de 24 livres pour avoir lié de fer neuf canons24.

21Les activités courantes (maçonnerie, textile…) restent présentes pendant toute la période et, bien sûr, au-delà. Pourtant, une certaine évolution de ces professions transparaît à la lecture des sources. Après 1500 et dans les années suivantes, certaines des activités « rares » sont représentées à Pont-Audemer par des maîtres qui se sont établis dans cette ville, comme un « maignan », un ou plusieurs plombiers, un parcheminier, un verrier, un ou deux paveurs. L’activité s’est donc enrichie, diversifiée, spécialisée. Le marché du travail et la demande se sont accrus avec l’augmentation du nombre des hommes dans cette région, avec une certaine croissance économique, avec l’amélioration du niveau de vie qui en a résulté pour une partie des habitants.

  • 25 ADSM, G 682, 1511, rôle des amendes de la forêt de Louviers. La comparaison de ce document avec le (...)

22Cette évolution est perceptible aussi dans d’autres villes : à Neufchâtel, les actes notariés montrent que résident et travaillent dans cette ville vers 1540 un coutelier, un orfèvre, un maignan, un « chandelier », là où cinquante ans auparavant, ne se rencontrait que le groupe habituel composé du maçon, du charpentier, du plâtrier, du forgeron, du tanneur. À Louviers, en 1510 travaillent un verrier et un parcheminier, qui n’existaient pas dix ans auparavant25 ; à Gisors, ville pour laquelle ont été conservés un certain nombre de réglementations de « métiers », se manifeste au XVIe siècle l’augmentation du nombre des nouveaux statuts et la spécialisation de l’artisanat. Il y a donc une division accrue du travail. Ce que reflètent ces statuts professionnels : deux ou trois activités ne sont plus rassemblées dans la même organisation, comme les menuisiers, charpentiers et tonneliers de Beaumont-le-Roger, les drapiers, tisserands et couturiers de Louviers, mais chaque profession s’individualise et se dote de statuts propres.

Organisation des entreprises

  • 26 BNF, ms. fr., 25927, 484.
  • 27 Évoqué par George Sand dans La Mare au diable, Paris, Le Livre de poche, 1995, p. 48.

23Toutes ces activités sont organisées selon le mode courant ; un maître, tenant ouvroir, travaille avec sa famille et emploie des ouvriers formés, ou valets. Ceux-ci séjournent pendant quelques mois ou années avec leur maître avant de partir vers une autre ville ou un autre lieu de travail en fonction de la conjoncture. « Charlot Mauffet dit qu’il est depuis la Saint Jehan [1503] en ceste ville [de Nonancourt] et ne paie pas »26 ; ce valet est donc venu récemment chercher du travail à Nonancourt. La Saint-Jean (24 juin) est, avec la Saint-Martin d’hiver, une des dates traditionnelles d’entrée en service des servantes, des ouvriers agricoles, ou, comme ici, des travailleurs urbains. Patrons, employeurs et ouvriers participaient à la « loue », marché de l’embauche saisonnière27. Celui qui arrive en ville après cette date ne trouve peut-être pas facilement du travail, ou est employé pour un salaire moindre. Ce qui assimile le valet à un pauvre. Acquitter le fouage suppose aussi d’avoir résidé assez longtemps en ville ; la population instable, mobile, donc une partie du monde ouvrier, y échappe. D’autres valets de Nonancourt sont dans la même situation.

24Le maître fait travailler également un ou deux apprentis, qu’il loge, nourrit, forme et paie (ou non, selon les contrats) pendant un temps déterminé. Il arrive aussi que les employeurs aient besoin de main-d’œuvre pour une courte durée, pour un ou plusieurs jours : il embauche alors des travailleurs à la journée. « Guillemin Heuddes ne paie pas » le fouage à Nonancourt en 1503 « pour ce qu’il est loué à journée ». Certaines villes ont d’ailleurs une place d’embauche où se réunissent les journaliers, comme à Caudebec-en-Caux d’après le statut du métier de draperie (1401).

Fig. 1 – Origine des ouvriers et apprentis travaillant à Elbeuf en 1491.
D’après un rôle de fouage (BNF, ms. fr., 25923, no 981). Cent soixante-quatorze personnes déclarent que le fouage dont elles sont redevables est payé par leurs parents. Ce sont donc des apprentis et de jeunes ouvriers encore attachés à leur famille. Sur ces cent soixante-quatorze, soixante-douze habitent Elbeuf, cent deux sont originaires des bourgs et villages de la région environnante.

25Parfois l’entreprise entière se déplace pour rejoindre un chantier ou une place de travail : toujours à Nonancourt en 1503, « le menuysier et ses valets qui demeurent à la maison de Guillaume Méclar se excusent et disent qu’ils ont payé à leur pays et sont non-payants » ; les plombiers, verriers ou paveurs qui réalisent des travaux à Pont-Audemer vers la fin du XVe siècle, viennent de Rouen avec leur personnel, en général un ou deux valets ou « compagnons ».

Place de l’artisanat dans l’espace urbain

  • 28 ADSM, 2 E 14 1139, acte du 23 septembre 1482.

26Ces activités occupent parfois des lieux particuliers. Certains maîtres tiennent un « ouvroir », c’est-à-dire un atelier ou lieu de production qui est aussi un lieu de vente, car la pièce de travail est ajourée et donne sur la rue. Ce que décrit un texte concernant Neufchâtel, en 1481 : deux hommes se partagent une maison sur laquelle ils ont des droits en tant qu’héritiers ; l’un d’eux, Jehan Charlet aura « trois piés d’allée tout au long de la maison jusque à la rue et soubz l’avant sollier il pourra prendre 6 piés les trois compris pour asseoir son estal »28. On ne sait quelle était la profession de Charlet, mais l’organisation du rez-de-chaussée de sa maison est courante pour nombre d’artisans et commerçants urbains. Dans les maisons où travaillent les forgerons et maréchaux, l’ouvroir comporte une cheminée qui sert de forge : un acte notarié de Neufchâtel nous décrit une telle installation louée en 1545 par un orfèvre, venu s’établir dans cette ville :

  • 29 ADSM, 2 E 14 1187, 17 mai 1545.

Richard Hareng, bourgeois et marchand, de la paroisse Notre Dame de Neufchâtel, baille à ferme pour 6 ans et 6 dépouilles à Jehan Mérot l’aisné, orfèvre, un fouyer et ouvreur avec un reculet [renfoncement, petite pièce] étant derrière la chemynée dudit fouyer où ledit Mérot demeure à présent29.

  • 30 ADSM, 2 E 14 1139, acte du 18 septembre 1481.

27Le travail à domicile est la norme, du moins en ville, sauf pour les métiers du bâtiment. Le lieu de travail est aussi domicile et lieu de vie. Les « valets » et les apprentis sont logés dans la maison du maître. Les fouages et les contrats d’apprentissage l’indiquent brièvement. Dans les rues des petites villes, se rencontrent quelques-unes de ces maisons à ouvroir. Les maîtres possèdent des échoppes et lieux de travail dans leur maison. En 1481, Guigue Horcholle et Philipote sa femme baillent à ferme et à louage pour quatre ans à Jehan Desportes dit Bonnet une maison à Neufchâtel, « l’hôtel où pend pour enseigne le heaume »30. Il est précisé que les bailleurs « gardent l’échoppe du bas et une chambre ». Le rez-de-chaussée est donc occupé par un local commercial.

28Les villes connaissaient-elles une spécialisation des rues et le regroupement des membres d’une même profession dans la même rue ? Il est difficile de l’affirmer. Cependant, le phénomène a existé puisque quelques noms de rues l’enregistrent : rue des « Penteurs » (perches à suspendre les toiles teintes), rue des « Chandeliers » à Bernay ; il existe encore aujourd’hui une « rue des Tanneurs » à Saint-Saëns qui suit le cours de la rivière locale, la Varenne. Le Grand-Andely possédait une « rue de la Foullerie » et une « rue des Brasseurs ».

29Pour certaines professions, l’installation des locaux professionnels obéit parfois à des contraintes plus puissantes, notamment le besoin d’eau, ce qui peut donner naissance à un quartier concentrant ces activités. À Saint-Saëns, la rue de l’Eau et la rue des Forges étaient traditionnellement la zone qui rassemblait les forgerons et autres travailleurs du fer. Un acte notarié de Neufchâtel évoque une des installations nécessaires au travail des métaux :

  • 31 ADSM, 2 E 14 1187, 19 mai 1545. Sur l’importante présence, fin XVe – début XVIe siècle, d’activités (...)

Mariette, veuve de Guillaume de Fry, bourgeois de Neufchâtel [membre d’une famille de notables], baille et transporte à discrète personne messire Jacques de Fry prestre [son fils] tout ou tel droit qu’elle a sur un bail à ferme fait par son mari […] sur la forge des Isles, les maisons d’icelle forges, les ilettes entre deux eaux, le jardin, 2 rayons et fossés plantés d’espines en usage de jardin situé derrière la forge31.

30La forge est installée près de l’eau (sur la Béthune, qui arrose Neufchâtel). Ces locaux sont source de profits pour leurs propriétaires qui ne sont pas, en l’occurrence, des artisans. Les tanneries et maisons des tanneurs, aussi, sont souvent proches des cours d’eau, comme à Louviers. Cette ville est assise sur un bras de l’Eure qui se divise en deux pour dessiner une sorte d’île ; sur ces deux cours d’eau, à l’intérieur de la muraille, sont installés des équipements de tanneurs. Vers 1450, ce quartier est ainsi décrit :

  • 32 ADSM, G 3894, 1452.

En la rue de Lisle souloit avoir de beaux et notables édifices qui, à l’occasion des guerres, ont esté abbatus, et n’y a de présent que les places vides, qui ne valent que peu ou néant32.

31Dans les registres des notaires de Louviers, il est souvent question de « planches », installations en bord de rivière, sorte de pontons servant aux tanneurs. En 1503, toujours à Louviers, un boucher, Jehan Dupré, baille à ferme pour trois ans une « masure à usage de tennerye à Louviers en la rue de Lisle » au tanneur Martin Bustard. Cette rue est vraiment le quartier des tanneries et du cuir de cette ville. D’autres documents le confirment. C’est un des rares quartiers connus à activité professionnelle spécialisée, laquelle détermine aussi son profil social.

  • 33 ADSM, G 3898 : procès pour les rentes de l’archevêque de Rouen à Louviers, 1451-1493.

32Le foulage des draps nécessite aussi des équipements proches des cours d’eau. Ainsi, en 1493, est signalée à Louviers « une foulerie à draps de la rue du Quai qui fut à Jehan Benest »33. Les teinturiers également s’installent aux alentours des rivières, comme le montre l’indication suivante, datant de 1483 :

  • 34 ADSM, G 685, 1483-1484.

Jehan Hamel, fils de Michault Hamel, teincturier, 5 sous pour un pont sur la rivière qui va au jardin de Hamel rue de Lisle, 2 deniers pour une maison rue du Quai, et a eu le congié de faire 2 planches sur le rivière au bout des siennes à l’endroit de sa maison et taincture, assis en la rue du Quay près la ruelle qui va en Lisle34.

  • 35 ADSM, 2 E 14 1442, acte du 27 avril 1504.

33Ici, un teinturier agrandit ses équipements professionnels installés sur la rivière ; il habite sur son lieu de travail, qui se subdivise en quelques micro-sites : la maison ou « taincture », le pont, les planches (anciennes), les deux planches nouvelles, le jardin de l’autre côté du cours a peut-être aussi un usage professionnel. Un autre acte, datant de 1504, évoque « une petite masure où il y a de présent tennerie et est assise en la paroisse Notre Dame en Lisle » ; les confronts montrent clairement que ce terrain donne sur la rivière35. D’autres habitants de Louviers, qui ont partie liée avec le travail des peaux, tanneurs comme Jehan Pappavoine en 1505, ou fermiers du cuir à poil comme Jehan Boscroger l’aîné, possèdent des maisons dans cette rue de Lisle, qui se distingue petit à petit, au fil de la lecture, comme le quartier des tanneurs et des tanneries. Tanneurs qui ont « pignon sur rue », puisque Jehan Boscroger habite une maison de pierre, rue de Lisle, et que le pignon est la partie généralement construite en dur dans les plus riches maisons de Louviers.

34Sur les rivières sont aussi édifiés des moulins : moulins à blé, à huile mais également à foulon et à tan. À Louviers existent depuis longtemps des moulins sur l’Eure à l’intérieur même de la ville. Moulins à blé bien sûr. Ils sont très repérables et sont utilisés dans la toponymie : le « pont des Quatre moulins » est souvent cité. En 1542, un acte notarié nous décrit, pour Neufchâtel, un moulin d’un type nouveau :

  • 36 ADSM, 2 E 14 1187, acte du 8 août 1542.

Pierre Vassague, bourgois et marchant de Saint-Pierre de Neufchâtel, vend et transporte à Henry Tissot, coustellyer un moulin à coustellyer ainsy qu’il est de présent édiffié avec 10 pieds de terre de long et cinq pieds de large à prendre le tout devers la rue du moullin aux draps […]. L’acheteur doit payer la rente de 6 l. 13 s. 4 d. au seigneur de Quiesvrecourt à cause des moulins à taen, aux draps et à coutellyer36.

  • 37 Canal qui conduit l’eau vers la roue du moulin. Voir Marcel Lachiver, Dictionnaire du monde rural. (...)

35Le preneur doit en outre livrer une paire de couteaux de la valeur de 5 sols et entretenir le « radier »37 qui sert aux deux moulins. Il y a donc plusieurs moulins, aux spécialités diverses, mais proches les uns des autres, assis sur la même conduite d’eau, et dont les roues tournent sur le même axe (?).

36Ces moulins dépendent de l’archevêque de Rouen et d’autres seigneurs laïcs. Devenir « monnier de Louviers » est un statut qui semble avoir attiré les bourgeois et artisans lovériens. En 1503 :

  • 38 ADSM, 2 E 14 1442, acte du 15 juin 1503.

Maitre Guillaume Roussel, conseiller en cour laie, en la compagnie de Jehan Mallasix drappier, Martin et Colin dit Frigart, tuteurs des enfants sous-âgés de Jehan Frigart en son vivant drappier confessèrent avoir baillé à ferme et à louage à Jehan Delyée l’aisné, demourant à Louviers la moitié d’un moulin appartenant à noble homme Marc Dubusc, seigneur de la harengerie, assis au pont des Quatre Moulins, nommé le moulin de la Harengerie38.

37L’artisanat, quand il est suffisamment développé et ancien, marque dans quelques villes (Saint-Saëns, Louviers) la géographie urbaine et fait apparaître des quartiers professionnels. À Louviers, la tannerie, réputée polluante, est pourtant présente intra-muros dans le quartier de l’Isle.

Prédominance du textile

38Le textile est représenté dans toutes les villes et est le type d’activité le plus courant. En quelques localités, il revêt une importance singulière : Louviers et Montivilliers sont, de toute évidence, des villes où ce secteur est plus développé qu’ailleurs.

39L’activité textile s’incarne dans une assez grande gamme de tâches artisanales, destinées à fournir la population citadine et rurale en toiles et vêtements. Bonnetiers, chausseurs, drapiers, couturiers, tisserands, teinturiers se rencontrent dans les rues et ateliers de petites villes. Ces professionnels n’accomplissent pas, à première vue, des travaux identiques : les uns participent à la fabrication du drap ou du tissu, les autres le teignent, les troisièmes le taillent et l’assemblent en forme de robes, tuniques, pourpoints, chapeaux, manteaux, etc. Cependant, dans la vie courante, ces séparations sont parfois théoriques et les activités se chevauchent.

  • 39 ADSM, 2 E 14 1442, acte du 12 mai 1503.

40Les hommes du textile s’installent parfois dans des lieux propices à leur activité. Les ateliers ne sont pas tous urbains : il existe des artisans ruraux autour des villes centres de production, qui attirent à elles néanmoins la majeure partie des producteurs de tissu ; le village d’Ailly, à quelques kilomètres de Louviers, avait une activité de couture, dont l’ampleur est impossible à estimer39.

41Louviers est la ville qui est, d’après notre documentation, la plus marquée par le travail textile. Sa spécialisation dans ce domaine est éclatante dans les sources. La fréquence des actes et la variété des catégories de travailleurs sont évidentes. Ainsi, en 1503, sont mentionnés un teinturier en toile, un « tissier » (sic) en drap, un tellier, un chaussetier, un drapier. À Saint-Saëns, d’après le registre de notaire de 1510, travaillent un bonnetier, un teinturier, un taillandier, un couturier. Là transparaît une division du travail textile, qui serait assez caractéristique d’une ville. La paroisse de Bellencombre, située non loin de Saint-Saëns (à 5-6 kilomètres), et qui a conservé un registre de notaire de la fin du XVe siècle, ne possède aucun de ces travailleurs. Ses habitants sont surtout des paysans cultivateurs qui achètent, vendent ou échangent des terres. Saint-Saëns bénéficie donc d’une activité artisanale plus raffinée, moins ordinaire que celle de Bellencombre. Pourtant, cette impression n’est probablement qu’une apparence. Un acte décrit l’activité d’un couturier de Louviers : « Le 22 février, Guillaume Delaunay et Robin Le Cousturier, de Saint-Cir-du Val de Reuil promettent de livrer à Guillaume Esnoult, cousturier [?], marchant, 12 gerbes de vauldes et 6 milliers de cardons ».

  • 40 D’après le Dictionnaire de Furetière et Marcel Lachiver, Dictionnaire…, 1997.
  • 41 Philippe Lardin, Les Chantiers du bâtiment en Normandie, Villeneuve-d’Arcq, Presses universitaires (...)
  • 42 ADSM, 2 E 14 1442, acte du 26 juillet 1504.

42La « vaulde » (ou vaudre) est probablement la gaude, plante tinctoriale donnant une couleur jaune. Le chardon était utilisé pour démêler et carder la laine, ce qui permet de faire du fil40. Notre couturier teinte-t-il lui-même les toiles ? Produit-il du fil ? Est-il, comme cet acte le suggère, à la fois, tailleur de vêtement mais aussi teinturier et tisserand ? Ou bien n’achète-t-il ces matériaux que pour les revendre ? Ces deux cas soulignent que le travailleur du textile est pris dans un halo d’activités annexes qui trace autour de lui des contours imprécis. Marque de ce chevauchement des tâches entre métiers proches évoqué plus haut et que souligne Philippe Lardin à propos des ouvriers du bâtiment exerçant en Normandie au cours de cette même période de la fin du XVe siècle41. Cette réalité accompagne, dans les petites villes, dans cette seconde moitié de XVe siècle, toute activité artisanale quelle qu’elle soit. À Louviers, en 1503, un acte notarié décrit le partage des biens d’un artisan du textile (laneur ? tondeur ? ce n’est pas précisé) qui venait de décéder, partage entre sa veuve, récemment remariée, et ses enfants, représentés par des tuteurs. Cette succession permet de voir les biens et les outils que possédait le père défunt : une table et des instruments à tondre les draps, 25 crocs de « cardon » pour peigner les draps et développer la laine quand elle est tassée ; en outre, du fait de son activité, sa production, constituée de draps de lin, de chanvre, de « doubliers », de « couvrechefs », est aussi partagée42. Ce qui montre une certaine variété de l’activité de cet artisan qui semble avoir été lanneur et tondeur, dans une localité où l’ancienneté et le développement précoce du textile avaient entraîné l’adoption de statuts du métier de « drapperie ». Ce « métier » devait englober tous les types de travailleurs du tissu, quels qu’ils soient. Les hommes du textile lovérien travaillent généralement la laine. Les actes notariés concernant des achats de cette matière l’attestent. Quelques rares documents mentionnent le lin, utilisé pour des tissus raffinés, et aussi le chanvre, employé dans la production de corde ou de toiles de qualité ordinaire utilisées pour le linge de maison ou bien la fabrication de sacs.

  • 43 Ernest Dumont et Alphonse Martin, Histoire de la ville de Montivilliers, Fécamp, Durand et fils, 18 (...)
  • 44 Statuts consultables à Montivilliers, bibliothèque municipale, cartons et pièces diverses.

43La variété des activités artisanales, et en l’occurrence textiles, d’un même travailleur se simplifie et se précise lorsque existe dans sa ville un « métier », qui définit dans ses statuts la nature des tâches des maîtres et valets. Ceux-ci sont assez peu nombreux dans les petites villes. Des « métiers » sont présents dans les villes qui ont développé plus que d’autres un secteur artisanal abondant et de qualité. Ainsi, à Montivilliers, où existe une organisation des toiliers depuis 1321. Cependant, après 1450, la conjoncture n’est plus celle des XIIIe et XIVe siècles, qui ont fait de cette ville un centre drapant connu dans toutes les grandes foires françaises et européennes. Pourtant, en 1521, les fabricants de toiles procèdent à une révision de leurs statuts43. Cette réglementation concerne également les drapiers et toiliers d’Harfleur. Les dispositions portent sur l’apprentissage, les droits et devoirs de membres, les dons aux confréries, les contraintes de fabrication. Un aspect important : les statuts obligent à passer devant notaire pour acheter de la matière première44.

Présence de la tannerie

  • 45 Selon des notes manuscrites de Lefèvre, Montivilliers, bibliothèque municipale ; cité par Ernest Du (...)

44Exercée dans toutes les villes, grandes ou petites, la tannerie semble avoir pris, à l’occasion des bouleversements militaires du XVe siècle et de leurs répercussions, une importance nouvelle et avoir supplanté quelquefois le textile. C’est l’impression qu’expriment Ernest Dumont et Alphonse Martin à propos de Montivilliers, ville spécialisée dans cette production. Toute l’activité économique a été bouleversée par le conflit et Montivilliers ne retrouve pas son ancien dynamisme, une fois la paix revenue. Force est alors de constater l’augmentation du nombre des tanneurs au milieu du XVIe siècle : la ville aurait compté soixante maîtres tanneurs en 154645. À Louviers, autre ville du textile, l’impression d’un développement de la tannerie est nette à la lecture du registre notarié de 1503.

  • 46 Ce terme, qui est cité par un rôle de fouage de Saint-Germain de Pont-Audemer, désignait en fait un (...)

45De multiples signes évoquent l’ampleur de ces activités dans la plupart des villes et en particulier à Louviers : la fréquente mention de l’élevage, les achats de vache et de mouton, les métiers de transformation du cuir (pelletier, corroyeur, « sueur », cordonnier, parcheminier, « mesguichier » bâtier, bourrelier, « carreleur »46), les nombreuses indications sur la concentration des plus riches tanneurs dans la rue de Lisle à Louviers, le nombre des actes et des tanneurs mentionnés, les sommes qu’ils brassent, leurs activités de commerce annexes, leur présence dans les instances politiques de la ville, tout révèle le poids social et économique de cette profession.

  • 47 ADSM, 2 E 14 1442, acte du 30 avril 1505.
  • 48 Charles Ouin-Lacroix, Histoire…, p. 143.

46Les tanneurs étaient, selon certains auteurs, généralement installés à proximité d’abattoirs. Il n’en est rien dans les petites villes normandes. En revanche, la relation étroite entre les bouchers et les tanneurs apparaît à plusieurs reprises : tel boucher vend des peaux à un tanneur ; la maison d’un tanneur est proche de celle d’un boucher ; en 1505, à Louviers, le tanneur Guillaume Le Toustier prête 100 sous à Colin Quesneville, boucher47… Les achats et ventes de bœufs, de vaches, de moutons peuvent être regardés comme les révélateurs de cette activité. Selon Charles Ouin-Lacroix, la vache donne un meilleur cuir que le bœuf, et le bœuf une meilleure viande que la vache48. Les quelques actes disponibles ne sont pas assez nombreux pour savoir quel était l’élevage dominant, la vache pour le cuir ou le bœuf pour la viande. Il est néanmoins possible d’affirmer que, dans les villes de garnison comme Neufchâtel et Pont-Audemer, les soldats étaient un marché porteur pour cet artisanat.

47Le travail du cuir supplante-t-il réellement les activités textiles ? Il est impossible de l’affirmer, mais l’importance économique de la tannerie est incontestable. Elle est une des sources de la richesse et de la notabilité locales.

Les hommes du bâtiment

48Parmi les artisans urbains, les ouvriers du bâtiment sont ceux qui sont les mieux connus, grâce à la documentation abondante qui les concerne. Il faut donc leur faire une place à part et particulièrement éminente dans le monde économique et social des petites villes.

49Les activités de construction sont universellement présentes dans la vie médiévale, rurale comme urbaine. Le caractère étoffé de ce secteur économique permet d’identifier la « petite » ville. Une agglomération un peu consistante fournit au maçon, au charpentier, au plâtrier, au tuilier un travail régulier et la possibilité de mener une vie plus sédentaire. Là où se rencontrent des ouvriers du bâtiment nombreux, installés à demeure, là est la ville, ou au moins quelque chose qui lui ressemble.

50Comme sur d’autres sujets, il sera possible d’estimer la place occupée par ces bourgades dans l’armature urbaine, place intermédiaire oscillant entre la dépendance à l’égard d’autres centres urbains ou la relative autonomie.

Les métiers du bâtiment en ville

  • 49 Simone Roux, « La construction courante à Paris du milieu du XIVe à la fin du XVe siècle », in La C (...)

51En ville, un certain nombre de professionnels du bâtiment assurent les travaux les plus ordinaires et permettent la réalisation de constructions simples. Ainsi, exerçaient à Pont-Audemer, Harfleur, Neufchâtel, Louviers et autres villes secondaires des « pionniers », terrassiers qui creusaient des tranchées pour y asseoir les fondations des murs, qui curaient les canaux, qui aménageaient les fossés ; des maçons et tailleurs de pierre, des charpentiers, des « huchiers », c’est-à-dire des travailleurs du bois aussi bien menuisiers que fabricants de meubles, des couvreurs et plâtriers, des maréchaux et serruriers, ou travailleurs du fer. Ce sont là les professions les plus courantes, présentes dans toutes les petites villes et également dans la plupart des villages. La construction de maisons et édifices neufs, mais surtout l’entretien et la réparation du bâti existant leur procurent une activité quotidienne. Les maisons ordinaires, faites de matériaux bon marché, de bois, plâtre et torchis, s’abîment très vite. À Paris aux XIVe et XVe siècles, une maison abandonnée pourrit rapidement, en raison de l’humidité, ses murs tombent en quelques années (d’où les fameuses « vides places »)49 ; il en va de même dans une petite localité de Normandie. Une ville possède donc une main-d’œuvre en partie fixe, en partie flottante, d’ouvriers employés à ces réfections.

52Les travailleurs qui participent aux chantiers urbains ne sont pas tous originaires de la ville où ils exercent à un moment donné. Certains sont dit « demourant » à Louviers, Harfleur ou Pont-Audemer, ce qui les distingue des autres travailleurs, à propos desquels rien n’est précisé, provenant probablement des faubourgs, de la campagne proche ou d’autres villes plus éloignées.

  • 50 ADE, 2 E 3971, 18 janvier 1484.

53Les travaux prévus exigent parfois un savoir-faire élaboré, maîtrisé par des spécialistes peu nombreux, qui ne se rencontrent pas dans les petites villes. Les autorités municipales dépêchaient un « commis », un de leurs représentants pour aller là où l’on pouvait trouver cette main-d’œuvre rare, c’est-à-dire en premier lieu, à Rouen. Entre 1450 et 1500, c’est bien souvent du grand centre rouennais que viennent les « étaminiers », travailleurs et soudeurs d’étain, les plombiers, les « maignans », travailleurs du cuivre, les « verriers » ou « vitriers », les ardoisiers, que les comptes nous montrent exerçant à Pont-Audemer ou Harfleur. Ces métiers peu courants ont, par conséquent, une aire d’activité très large, égale au moins au département de Seine-Maritime actuel. C’est à partir des années 1480 que l’existence d’étaminiers installés à Pont-Audemer est attestée : en 1484, Pierre Descamps et Michel Blanchet sont dits « demourant à Pont-Audemer » et ils livrent du plomb pour les tours de la porte de Bouguerue50. Il est probable que les importants travaux de fortification qui s’amorcent alors offrent suffisamment d’ouvrage pour fixer en ville ce type d’ouvriers.

54Durant la même période, les comptes de l’abbaye de Montivilliers révèlent une configuration assez proche. Les besoins de l’abbaye sont importants et donnent du travail à un grand nombre d’ouvriers qualifiés aidés d’un ou deux serviteurs. Différentes catégories de travailleurs peuvent être distinguées :

  • d’une part, la main-d’œuvre employée de façon constante : il s’agit là des catégories déjà citées, maçons, charpentiers, plâtriers, couvreurs, pionniers. Ces hommes travaillent presque toute l’année pour l’abbaye ; en 1462, le maçon Guillaume Pouchin exerce son activité du 19 septembre au 5 décembre, puis du 3 avril au 19 septembre ; l’année suivante, cet emploi du temps se reproduit ; en 1472, ce maçon a disparu, mais un autre le remplace, Guillaume Poret est engagé à l’année pour 30 livres. Le cas de Pouchin montre qu’il y a, pour les maçons, une morte saison correspondant aux mois d’hiver ;

  • d’autre part, la main-d’œuvre employée occasionnellement : ce sont les bourreliers, férons, serruriers, maignans, orfèvres, verriers, carons… Une partie de ces hommes est certainement domiciliée à Montivilliers même, une autre vient d’ailleurs. L’origine géographique est indiquée pour quelques-uns d’entre eux, c’est-à-dire principalement pour ceux qui sont installés à Harfleur : un serrurier, un huchier, un étaminier, un verrier, domiciliés dans cette ville, viennent travailler à l’abbaye de Montivilliers.

55Donc, malgré l’existence d’un établissement monastique important, la ville ne possède pas tout l’éventail de métiers nécessaires aux besoins locaux. Harfleur, ville sans abbaye, mais ville stratégique, place forte, porte ouverte sur la mer, lieu de transit entre la Normandie et le reste de l’Europe, semble avoir connu dans la seconde moitié du XVe siècle un monde artisanal plus riche et étoffé que ceux de Pont-Audemer et Montivilliers. Louviers et Neufchâtel, pour lesquelles la documentation manque, se rapprochent probablement du cas de Pont-Audemer.

56Après le tournant du XVIe siècle, ces professionnels, jusque-là rares dans les petites villes, y sont quelquefois présents, s’étant installés et travaillant durablement sur place. Pont-Audemer compte après 1496 parmi ses habitants plusieurs plombiers et « étaimiers » ou « étaminiers », un orfèvre, un « maignan ». Des travailleurs plus spécialisés que les habituels maçons, charpentiers, plâtriers et forgerons peuvent vivre de leur travail dans des petites villes qui ont retrouvé une population plus abondante et qui commencent à connaître une certaine croissance économique. Ainsi, entre 1500 et 1510, quatre ou cinq « estaminiers », soudeurs à l’étain, exercent à Pont-Audemer de façon stable. Leurs interventions sont liées à deux catégories de travaux : l’installation de canalisations destinées à l’alimentation des fontaines, et à l’entretien et la réparation des armes à feu. La présence de canons et couleuvrines, d’une artillerie appartenant aux villes, provoque d’ailleurs un surcroît de dépenses de ferronnerie, de serrurerie, de menuiserie (pour les affûts, les roues…), de sorte que les travailleurs du métal et les spécialistes de l’armement (canonniers, armuriers…) figurent plus fréquemment dans les comptes. Ces derniers artisans ne sont pas nombreux : à Pont-Audemer, Guillaume Maugars est qualifié de « cannonier » vers 1529, mais dans les années précédentes, il exerce diverses fonctions de surveillance de chantiers tout en réparant et faisant tirer les canons de la ville. Tout se passe comme si sa spécialisation s’était imposée avec le temps et en fonction des besoins et des circonstances. D’autres artisans, serruriers, férons, mettent au point, à l’occasion, les armes à feu de Pont-Audemer. Lorsqu’un spécialiste est nécessaire et qu’aucun des artisans locaux ne fait l’affaire, la ville fait venir des armuriers et canonniers de Rouen ou d’ailleurs, par exemple en provenance des troupes royales de passage dans la région.

Nature des travaux effectués

  • 51 ADSM, G 653, partie « Œuvres et réparations ».

57Les ouvriers dont les activités nous sont connues semblent être des « ouvriers à tout faire », surtout dans la seconde moitié du XVe siècle. La rareté des ouvriers qualifiés et l’exiguïté du marché local du travail expliquent que les autorités municipales s’adressent à eux. Certains artisans réalisent toutes sortes de travaux, souvent éloignés de leur spécialité d’origine. Ainsi Guillaume Postel, maçon de Pont-Audemer, actif entre 1485 et 1496, fait-il de la charpente, de la couverture de tuiles, de la menuiserie et surtout de la maçonnerie. Ce maçon est une sorte d’ouvrier « généraliste », connaissant tous les domaines de la construction courante : est-ce ce type de travailleur que désigne le terme de « tâcheron », fréquemment utilisé dans les comptes de Pont-Audemer entre 1465 et 1500 ? Un semblable profil d’ouvrier se rencontre également ailleurs : à Louviers, en 1454, le couvreur Jehan Lavisse et son valet réalisent des travaux de plâtrerie, de charpente et de maçonnerie à deux moulins ; ces hommes accomplissent à cette occasion des travaux certainement assez simples, de modeste ampleur, car, plus tard, ce sont deux autres ouvriers, charpentiers véritables, qui interviennent sur ces deux mêmes moulins, préparant la charpente pour que des couvreurs puissent poser leurs tuiles51. En 1466, toujours à Louviers, Jehan Allaire est désigné comme « plâtrier et maçon ». À Pont-Audemer, le maçon Guillaume Le Gracieux, dont on peut suivre la trace de 1479 à 1495, exerce principalement dans son métier, il intervient souvent dans les travaux de fossés, creusant et maçonnant les murs des berges, les piles des ponts ; il réalise également des travaux de charpente ou de couverture.

58Cette situation de non-spécialisation perdure parfois assez longtemps. Ainsi, à Saint-Saëns, en 1535, un couvreur de tuile construit deux cheminées dans un hôtel appartenant à un écuyer et effectue un travail de maçonnerie. Si les professionnels du bâtiment avaient été plus nombreux dans cette petite ville, l’écuyer se serait probablement adressé à un maçon, le groupe des maçons de la ville aurait été organisé en « métier » et n’aurait pas toléré cet empiétement sur son domaine d’activité. Signe que la ville est restée modeste en taille et en population, et que seule une poignée de travailleurs du bâtiment y vit durablement.

  • 52 ADSM, G 658, 1460, partie « Œuvres et réparations ».
  • 53 AMPA, CRV, 1490, fo 26 ; ADE, 2 E 3971, 16 mars 1477.

59Certes, le flou et la variété des activités est chose fréquente au Moyen Âge. Beaucoup d’autres travailleurs urbains sont amenés à exercer une large gamme d’activités, souvent proches de leur spécialité. À Louviers par exemple, certains charpentiers sont aussi bûcherons : ils abattent les chênes dans la forêt de Bord, les « dollent et esbochent », en font des poutres prêtes à l’emploi52. D’autres charpentiers se font charretiers et transportent des troncs ou des planches depuis la forêt jusqu’en ville, où ils les apprêtent et en font des étaux à bouchers. Les forgerons, eux, peuvent réaliser des travaux de serrurerie, et inversement : le serrurier de Pont-Audemer produit à certaines occasions des barres de fer. Serruriers, forgerons et maréchaux sont fréquemment employés pour réparer et mettre au point des armes, pour produire des boulets. À Pont-Audemer, le maréchal Étienne Le Bas fournit le fer nécessaire à la maçonnerie (crampons, tiges), fabrique des grilles de fer pour les portes et fenêtres, que, parfois, il pose lui-même, ainsi que les chaînes des herses et des ponts-levis, qu’il règle, et les pentures et gonds des portes ; il fabrique aussi des pièces d’horlogerie, des outils, des « pièces de fer pour faire tirer la serpentine de la ville »53. Il réalise donc tout le travail du fer dans son domaine.

  • 54 Pourtant, pas de trace de celle-ci dans les comptes de la ville.
  • 55 Alain Salamagne, Construire au Moyen Âge : les chantiers de fortification de Douai, Villeneuve-d’As (...)

60Cette polyvalence, dominante et nettement observable à Pont-Audemer jusque dans les années 1480-1490, est le résultat de l’étroitesse de la demande locale en tâches de construction. Ce trait tend à s’effacer à partir des années 1480 et surtout avec le commencement du XVIe siècle, lorsque s’amorce une phase de croissance qui se fait sentir dans les petites villes. Pendant longtemps, à Pont-Audemer, il n’y a pas de charpentier « en chef », réalisant les tâches commandées par la ville. Les autorités locales s’adressent, année après année, aux mêmes ouvriers, quatre ou cinq entrepreneurs principaux, représentant les spécialités indispensables (maçonnerie, charpente, menuiserie, couverture), dont les noms reviennent constamment dans les comptes. Pourtant, avec le charpentier Jehan Brière, exerçant à Pont-Audemer entre 1483 et 1503, une nouvelle figure d’ouvrier apparaît : fin de la polyvalence, celui-ci ne fait que de la charpente. D’ailleurs, il est dit « maître des œuvres de charpenterie à Pont-Audemer ». Cette fonction, qui suppose des responsabilités, qui est généralement assortie d’une pension de la ville54, lui permet peut-être, par la régularité de ses revenus, de ne pas avoir besoin d’accepter d’autres travaux que ceux de sa spécialité. La fonction de « maître des œuvres » d’une ville, qui existe à Douai depuis le XIVe siècle55, qui est attestée à Harfleur vers 1470 au moins, s’explique par l’importance du patrimoine bâti pris en charge par les municipalités. Les villes qui connaissent une grande extension de leur rempart, comme Douai, Harfleur et plus tardivement Pont-Audemer, ont vécu cette spécialisation d’une partie de leurs entrepreneurs du bâtiment.

61À Pont-Audemer, dès la fin du XVe siècle, se sont installés plusieurs « étaminiers » et plombiers, un « aorlogier », des « paveurs », un « maignan ». Ces travailleurs peuvent donc vivre de leur métier dans des conditions économiques nouvelles. La ville a retrouvé une partie de sa population et la demande s’est étoffée. Cette reprise économique, dont les comptes de Pont-Audemer et d’Harfleur montrent les effets, est due pour une part à la fortification. Celle-ci est étendue et renforcée continûment de 1470 à 1540. Pour les auteurs des comptes municipaux de Pont-Audemer, la fortification est le centre d’intérêt principal. La source donne, de ce fait, un visage déformé de l’activité de construction globale de cette ville, mais elle met en lumière l’importance, pour l’économie locale, de la construction de l’enceinte et de tout ce qui s’y rattache. La ville apparaît surtout comme une ville militaire, fortifiée, insérée dans un dispositif de défense du territoire. Cette fortification et son entretien entraînent avec eux toute une vie économique, qui se développe, se diversifie et s’étoffe entre 1450 et 1540. La multiplication du monde des ouvriers du bâtiment a-t-elle permis à Pont-Audemer, Louviers ou Harfleur de devenir une sorte de petit Rouen pour la petite région dont elles devenaient le pôle organisateur ? Pour répondre, il faudrait connaître l’aire de déplacements et d’exercice des travailleurs pontaudemériens et autres, ce qui fait défaut. Néanmoins, à lire les comptes urbains, l’impression prévaut que les ouvriers venus de Rouen sont moins nombreux, qu’il en vient d’autres villes (Lisieux, Évreux…) et que des centres de main-d’œuvre secondaires sont plus actifs qu’auparavant.

L’organisation des entreprises du bâtiment

  • 56 ADSM, 3 E 6 122, 1490, no 38.
  • 57 AMPA, CRV, 1525, fo 22.
  • 58 AMPA, CRV, 1502, fo 8.
  • 59 Un exemple parmi d’autres : AMPA, CRV, 1494, fo 17, « Denis Estienne et Thomas Petit, son parsonnie (...)

62Les travailleurs du bâtiment, comme les autres artisans, ceux du textile ou du cuir, travaillent souvent en famille : un père et son fils exercent le même métier de charpentier, de maréchal, de pionnier. Ainsi, en 1490, à Harfleur, Andrieu Le Clerc travaille à « vider les terres et vases du hable de l’endroit de la tour Couppée au clos des Gallées » avec Colin et Marquet Le Clerc ses fils56. Le fils prend ordinairement la succession du père, à la mort de celui-ci. Il arrive aussi que la veuve devienne l’ayant droit et successeur de son mari : ainsi, à Pont-Audemer la veuve du serrurier Jehan de Mathons continue à vendre des matériaux – une serrure et une clef – après le décès de son mari57. L’association entre plusieurs frères est également courante : en 1502, les deux frères de Jehan Brière, un charpentier, terminent le chantier que celui-ci avait entamé avant sa mort58. Il est probable que ces hommes avaient l’habitude de collaborer sur les mêmes chantiers. La famille Le Bas, famille de forgerons de Pont-Audemer, est active de 1450 à 1530, période au cours de laquelle le fils succède au père de génération en génération : Colin Le Bas, maréchal, travaille de 1465 à 1481, Étienne Le Bas également maréchal apparaît de 1479 à 1499, Simon Le Bas son frère, maréchal aussi, exerce entre 1488 et 1504, il y a également un Guillaume Le Bas, maréchal, actif en 1497. Cependant, certains entrepreneurs s’associent à d’autres, désignés comme leurs « parçonniers ». Ils n’ont pas de relation de parenté, du moins en apparence59.

63Ces patrons et « chefs d’entreprise » ont parfois un titre qui reflète une compétence particulière, une expérience reconnue et des responsabilités : certains sont dits « maîtres du métier de… », « maître des œuvres de maçonnerie de… ». Avec le temps, ces titres deviennent moins rares. En 1536 est mentionné un « maître juré du métier de charpenterie » à Pont-Audemer, signe que le nombre des ouvriers charpentiers a augmenté et qu’un « métier » existe désormais.

64Les maîtres emploient sous leurs ordres des ouvriers qualifiés. Généralement, un maître est secondé par un ou deux « valets ». Ces valets ont-ils été formés par eux ? Nous n’en savons rien. Ces hommes qualifiés, ayant appris leur métier au cours d’un temps d’apprentissage, sont assistés par une troisième catégorie de travailleurs appelés « serviteurs », « aides », « manouvriers » ou « ouvriers de bras », termes qui suggèrent l’absence de qualification professionnelle. Ces hommes effectuent des tâches simples de portage de pierres, d’outils ou de préparation de mortier. L’ensemble de cette hiérarchie se lit aussi dans l’échelle des salaires.

65Les entreprises du bâtiment existant dans les petites villes sont généralement de petites unités, composées de deux à cinq personnes. Il arrive que deux ou trois corps de métiers collaborent sur le même chantier : charpentiers, maçons et pionniers, ou bien couvreurs, maçons, charpentiers et serruriers. Ce que montrent certains documents, comme celui-ci daté du 26 avril 1466 :

Dépenses pour les travaux de la fortiffication payé 53 l.,
c’est assavoir à
Pierre Pillon, maçon 8 l.
Guillaume Ouyn 30 s.
Jehan Loquet 30 s.
Jehan Fesnel et Guillaume Gamine [?] pour caux 4 l.
Jehan Grouart pour caux 40 s.
Jehan Le Romicle [?] 10 l. 10 s.
Drouyn Dubosc pour caux 15 l.

  • 60 AMPA, CRV, 1455-1481, PJ, 26 avril 1466.

Jehan Fouroult sur le ménage de la pierre de taille 40 s.
Eliot Luce sur la bite 20 s.
Pierre Petit carpentier 30 s.
Henry Mazé pour caux 60 s.
Jehan Cornois caréeur 20 s.
Jehan et Guiel de Hescamps pour sable 30 s.60

66Ouvriers, transporteurs, fournisseurs de matériaux et porteurs participent, d’après ce texte, au même chantier. Une autre quittance, datée du 3 mai 1466, concernant donc la semaine suivante, cite 21 hommes travaillant à la fortification, dont la plupart apparaissent sur la quittance précédente : 3 maçons et 1 charpentier, 3 « escaudieurs », 3 caréeurs, 4 fournisseurs de chaux, 1 fournisseur de bois, 6 « voituriers ». D’autres quittances du même type datant de ces mêmes années montrent que, sur les chantiers de construction de la muraille de Pont-Audemer, travaillent en général dix à vingt personnes pendant quelques semaines.

67Le sort que connaissent ces « patrons » pendant leur vie professionnelle n’est pas équivalent. Des distinctions apparaissent. Les comptes montrent clairement que les maîtres qui travaillent régulièrement, pendant dix ou quinze ans pour la ville, sont favorisés. Ils sont régulièrement employés, les chantiers qu’ils prennent en charge sont parfois importants, les sommes qu’ils reçoivent peuvent être considérables et ils exercent leur métier dans la localité où ils vivent. Ainsi, le maçon Jehan Lesage apparaît assez régulièrement dans les comptes de 1490 à 1513, le charpentier Thomas Petit exerce entre 1488 et 1515, le maçon Guillaume Postel entre 1485 et 1496, le maçon Jehan Brière entre 1485 et 1501, le forgeron Étienne Le bas entre 1485 et 1499. D’autres travailleurs n’effectuent qu’une ou deux opérations, une certaine année, puis disparaissent du compte. C’est le cas du pionnier Thomas Poullet, qui n’effectue un travail qu’en 1487, du maçon et pionnier Cardin Le Villain, actif une seule fois en 1487, du maçon Pierre Leroy, qui apparaît en 1491. Travailleurs migrants, obligés d’aller de ville en ville, ou travailleurs des campagnes, on ne sait, mais les déplacements paraissent nécessaires à leur activité et à la recherche du travail. Être connu des milieux « bourgeois » dirigeant les villes, résider dans une ville forte qui agrandit son enceinte sont des atouts pour les travailleurs du bâtiment. Ainsi, certains travailleurs sont comme attachés à l’œuvre de la muraille : en 1501-1503, Robinet Tallon est dit « tacheron en la fortiffication ». Les travaux d’entretien, de maçonnerie, de réfection sont suffisamment nombreux pour que des hommes soient employés durablement à ces tâches pendant quelques années.

68Chaque année, les « ouvriers travaillant en la fortiffication » reçoivent « le vin de l’ascension ». Cet usage est respecté régulièrement entre 1483 et 1501, puis il disparaît et n’apparaît plus que pour trois années : 1509, 1513, et 1515. Cette chronologie souligne les périodes où les travaux de l’enceinte ont été importants et réguliers, c’est-à-dire dans les vingt dernières années du XVe siècle. Le montant de la dépense varie entre 1 et 11 livres environ, soit entre 20 et 220 sous. Le prix du pot-de-vin ordinaire est de 2 à 3 sous. La répartition de ce vin n’est, en général, pas précisée. Si un homme reçoit un pot-de-vin à 2 sous, cela représente un nombre d’ouvriers compris entre 10 et 110 au maximum. Ces travailleurs se répartissent entre trois ou quatre patrons régulièrement employés pour la « tâche de la fortiffication », comme le montre la quittance suivante :

À payer 4 l. pour le vin de l’ascension pour les ouvriers travaillant en la fortiffication de cette ville
à Guillaume Postel, Mahiet Vatier et autres tacherons de l’astellier du portail de la rue aux Juifs, 30 s. t.
à Michel Douelle, pour lui et les maçons es tours et dosdasne de devant l’ostel Hébert Guernier, 30 s. t.
à Guillaume le Gracieux, tacheron es fossés et batardel de devers la Magdelaine, 20 s. t.

69Avec un vin à 2 sous, les chantiers évoqués par ce document regroupent respectivement environ 15, 15 et 10 ouvriers.

  • 61 AMPA, CRV, 1455-1481, PJ, 20 février 1477.
  • 62 AMPA, CRV, 1481-1490, PJ, 31 mai et 21 novembre 1481.
  • 63 ADE, 2 E 3971, mai 1484.

70Cette permanence semble aussi expliquer qu’il est parfois fait mention d’« ateliers ». La notion n’est pas bien claire : désigne-t-elle l’emplacement où s’effectuent les travaux, ou bien le groupe des ouvriers qui travaillent ensemble, ou bien encore un local où les ouvriers entreposent outils, matériaux, et effets personnels, sortes de magasin et de vestiaire ? En février 1477, deux quittances indiquent que le maçon Martin Picavant travaille à la porte de Bouguerue de Pont-Audemer ; de la chaux et du sable lui sont livrés et le texte précise que cette chaux et ce sable ont été « portés en l’astellier Martin Picavant ». Le terme « astellier » semble désigner ici le site d’un chantier61. En 1481, une quittance indique que des portes sont placées « aux astelliers de derrière le Sépulcre » ; cette même année, le vin de l’ascension est offert aux ouvriers, c’est-à-dire « Guillaume le Gracieux, Michel Douelle, Denis Dubois, Jehan le Saige, Mahiet Vatier et leurs compagnons, maçons et tacherons es 2 astelliers de maçonnerie estant à la fortification de Pont-Audemer »62. Ces deux extraits laisseraient penser que les ateliers seraient des pièces situées à l’intérieur d’une tour ou comprises dans la muraille. En 1484, le charpentier Jehan Brière réalise des cintres de bois destinés à soutenir une voûte de pierre le temps de sa construction ; il en pose à la porte de la rue aux Juifs, mais aussi « en l’astellier Colin Aoustin au pont de derrière l’ostel Haroul » et également « en l’atelier Michel Douelle63. Là encore, le doute subsiste : l’atelier est-il le site où les ouvriers travaillent momentanément ou bien une pièce située dans une tour ou une porte ?

71Néanmoins, le terme enregistre le fait qu’un personnel a longuement travaillé au même endroit à la même tâche. Ce qui n’est pas la situation la plus courante.

  • 64 Philippe Lardin, Entre tradition et modernité, les premières années du Havre (1517-1541), Rouen, Pu (...)

72Il est un type de travaux qui nécessite une nombreuse main-d’œuvre : ce sont les travaux de fossés et, plus généralement, de « pionnerie ». Pour le creusement, le nettoyage, le curage et l’entretien des fossés, la ville a eu recours aux corvées. En 1465, à Pont-Audemer, par ordre du roi, chaque groupe de vingt feux doit fournir un pionnier pour travailler pendant une semaine à la fortification. La même année, un commis aux travaux doit « semoncer 12 habitants chaque jour à curer les fossés ». Une partie des habitants vivant en périphérie et dans certains villages proches de Pont-Audemer refusent de participer à la mise en défense de la ville. Ils sont alors arrêtés et emprisonnés. À Neufchâtel, en 1472, plusieurs dizaines d’habitants sont astreints à remettre en état les fossés de la ville, parce que la rumeur annonce une attaque bourguignonne. À Harfleur, un volumineux registre conserve les dépenses engagées dans l’entretien de l’enceinte de cette ville entre 1484 et 1485. Les travaux de « pionnerie » sont les plus importants par les sommes dépensées et par le nombre des travailleurs employés. Durant l’année 1484, les pionniers ont travaillé depuis la mi-juin jusqu’à la fin octobre. Entre le 25 juin et le 23 juillet se sont déroulés les travaux les plus importants : la ville a payé entre 130 et 160 journées par semaine environ, ce qui représente environ un chantier d’une trentaine ou quarantaine d’ouvriers, si l’on admet qu’une semaine de travail moyenne est de quatre jours. Au cours des mois d’août et septembre, l’activité s’est un peu ralentie : une centaine de journées payées par semaine, soit une vingtaine d’ouvriers environ. Le recours aux corvées est donc une pratique courante et généralisée, comme le montrent aussi les travaux du Havre en 151764.

Salaires, revenus, temps de travail

  • 65 ADSM, G 653, 1454-1455, partie « Œuvres et réparations ».

73Certains chantiers durent quelques jours ou quelques semaines, d’autres s’étendent sur plusieurs mois, plutôt à la belle saison. À Louviers, le temps de travail de quelques ouvriers est précisé : en 1454, le couvreur de tuiles Gervais Pain et son valet effectuent sept semaines de travail continu, du 13 septembre au 29 novembre, pour réaliser la toiture de deux halles. La semaine pleine est de six jours, mais certaines sont écourtées pour les jours fériés et ne comptent que quatre jours et demi. Ces deux ouvriers bénéficient du même prix de journée, soit 7 sous 6 deniers (pour les deux ?) et gagnent 12 livres 18 sous pour 34 jours de travail. Il arrive souvent que les ouvriers soient payés à la journée et que leur salaire comprenne les « despens », c’est-à-dire leur nourriture. Le montant de ces « despens » nous est connu pour Jacques Le Sarquier, « valet de bras » de Gervais Pain, « qui a servi ledit couvreur à leur porter tuile mortier late clou et autres choses nécessaires »65. Il a donc travaillé le même temps que les couvreurs, soit 34 jours, a reçu 2 sous par jour pour son salaire et 12 deniers pour ses « despens », ce qui représente une somme totale de 103 sous 6 deniers (soit 5 livres 3 sous 6 deniers). Souvent aussi, les ouvriers employés par la ville sont payés à la tâche. Ce qui est un mode de paiement moins avantageux pour eux, puisque ne dépendant pas du temps. Ces deux modes de rémunération ont cours simultanément sans que soit motivé le choix de l’un ou de l’autre.

74Les ouvriers reçoivent aussi parfois des gratifications en nature, en vin et pain principalement, ce qui vient augmenter leur salaire, comme une sorte de prime. À Pont-Audemer, vers 1480-1490, le vin le moins cher est de 2 sous ou 2 sous 6 deniers, ce qui est égal au prix de la journée de travail d’un manœuvre. Avec les dons qu’il reçoit, l’ouvrier obtient l’équivalent d’une journée de salaire.

  • 66 AMPA, CRV, 1481-1490, PJ, 26 juin 1481.
  • 67 AMPA, CRV, 1481-1490, PJ, 20 avril et 19 juin 1482.
  • 68 AMPA, CRV, 1481-1490, PJ, 13 septembre et 10 janvier 1484.
  • 69 AMPA, CRV, 1481-1490, PJ, 12 novembre 1481.

75Pourtant, tous les travailleurs du bâtiment, en particulier les maîtres responsables d’une petite équipe de travailleurs ne sont pas misérables et gagnent honorablement leur vie. Leurs revenus restent inconnus mais les sommes qu’ils manipulent sont aisément visibles dans les comptes de Pont-Audemer : en 1474, Guillaume Le Mièvre et Jehan Bisson, « ouvriers de caux », reçoivent 131 livres 10 sous pour 4 400 boisseaux de chaux qu’ils ont livrés en un an pour la fortification ; les mêmes reçoivent 125 livres pour 4 000 boisseaux en 1475 pour un an ; en 1481, Guillaume Le Gracieux, Denis Duboys et Colin Aoustin, maçons, reçoivent 298 livres 19 sous 3 deniers pour leur travail de l’année 1480, ce qui est une partie du travail pour lequel ils se sont engagés et qui doit leur être payé 806 livres 13 sous 2 deniers, répartis sur plusieurs années, ce qui est malgré tout considérable66. En 1482, Guillaume Le Gracieux reçoit 250 livres « pour une tâche de fossé auprès de la tour notre Dame » et encore 200 livres la même année pour avoir travaillé en compagnie de Colin Aoustin à la tour Saint-Louis67 ; en 1484, Michel Douelle, « maçon et tacheron en ladite fortification », reçoit 100 livres « pour maçonnerie ordonnée être faite es tours et batardel jouxte l’arche de derrière l’ostel Simon Réaux », et encore 100 livres en janvier suivant68. Ces sommes comprennent le prix des matériaux et les salaires des hommes. Il est difficile d’estimer le revenu propre des ouvriers. Il est cependant probable que certains maîtres maçons gagnent correctement leur vie. Ce qui apparaît encore plus nettement pour les forgerons et maréchaux, comme la famille Le Bas de Pont-Audemer. Ses différents représentants, tous travailleurs du fer, sont quelquefois désignés comme bourgeois de la ville : en 1481 la ville paie « à Colin le Bas, maréchal, bourgeois dudit Pont-Audemer, 17 l. 8 s. 10 d. pour 400 l. de fer à 10 d. la livre »69. Cet homme figure plus tard parmi les membres de la municipalité de Pont-Audemer.

  • 70 ADSM, G 662, 1465, partie « Œuvres et réparations ».

76Les travailleurs du bâtiment dans leur ensemble ont des salaires journaliers plutôt faibles. Ils devaient donc être à l’affût des opportunités de travail les plus rémunératrices. Ainsi, à Louviers, le maçon, Dorléans travaille trois semaines à la halle, puis disparaît et est remplacé par un autre, le maçon Carnabo, puis Dorléans revient au bout de deux semaines et les trois maçons terminent leur chantier ensemble. Il est probable que pendant son absence Dorléans a trouvé un autre travail peut-être mieux payé70.

  • 71 AMPA, CRV, 1505, fo 21 ; 1511, fo 21 ; 1513, fo 20 ; 1518, fo 31.

77Cet exemple insiste sur le caractère migratoire presque consubstantiel à la condition ouvrière. Cependant, les déplacements de travailleurs n’ont pas toujours les mêmes motivations. Certains vont de chantier en chantier poussés par la nécessité. Quel est leur nombre parmi les travailleurs des petites villes ? Il est impossible de le dire. Ce groupe est constitué par les hommes les moins qualifiés, maçons, manœuvres et « cureurs » occasionnels de fossés, originaires des faubourgs et de la campagne proche. À ceux-là s’ajoute un autre groupe, celui des ouvriers plus qualifiés venant de villes voisines : entre 1480 et 1500, à Pont-Audemer, des plombiers viennent travailler en provenance de Rouen ou Lisieux ; un fondeur de cloches d’Évreux réalise un travail pour la ville ; Rouen est l’origine principale des ouvriers extérieurs spécialisés dans des métiers rares (orfèvre, plombiers, vitrier, fondeur de cloches). Pour ceux-là, ce n’est pas la faiblesse des revenus qui entraîne le déplacement, mais plutôt la rareté relative de la demande et celle de la main-d’œuvre. Des maîtres reconnus et réputés, dirigeant les travaux de charpente, maçonnerie ou autre dans leurs villes respectives, viennent effectuer ici ou là des mesures, des estimations, des devis ou des vérifications de travaux. Guillaume Morin et Thomas Théroude, maître de maçonnerie de l’église de Caudebec, effectuent des visites de chantier à deux reprises en 1505, les maçons Richard Boessel et Roullant Le Roux, le maître réputé de la cathédrale de Rouen, auteur entre autres du tombeau du cardinal d’Amboise, viennent mesurer de la pierre pour la fortification de Pont-Audemer en 1511 ; en 1513 un canonnier vient de Honfleur, en 1518, deux pionniers viennent du Havre71.

78Les travailleurs du bâtiment sont inclus dans la société urbaine de leur temps et, comme d’autres citadins, tirent une part de leurs revenus d’activités annexes. Ils louent parfois des terres ou des jardins qui leur appartiennent. Ils vendent des matériaux, comme un maçon et tailleur de pierre qui procurent aux responsables de Louviers deux pièces de hêtres pour fabriquer des étaux. Certains prennent en charge la perception d’une aide sur les transactions commerciales. Ainsi, le charpentier Jehan de la Rue, de Louviers, qui est fermier des étaux aux bouchers, ferme qu’il a payé 21 l. 10 s. et dont il espère tirer un bénéfice, comme tout fermier, en collectant une somme supérieure. D’autres, moins en fonds, ont pris des fermes d’un montant plus faible, comme le charpentier Jehan le Comte qui paie 12 d. la ferme du courtage des vins. D’autres encore sont comme le charpentier et bûcheron Étienne Malaunay, qui est sergent en la forêt de l’archevêque, de petits officiers seigneuriaux qui perçoivent 60 s. de salaire par an. Somme modeste mais régulière, ce qui est particulièrement apprécié. Tous ces éléments permettent de supposer que ces hommes sont installés à Louviers, qu’ils se déplacent peu ou du moins uniquement dans les environs de cette ville, puisqu’ils doivent collecter des taxes sur le commerce local.

79Le secteur du « bâtiment » représente, dans les villes, grandes et petites, une part importante de l’activité économique locale. Il fait vivre, directement et indirectement, une large proportion de citadins et de ruraux. Les hommes du bâtiment ont pu profiter de la reprise économique du XVIe siècle et connaître de « bonnes années ». Quelques entrepreneurs ont certainement pu s’enrichir. Cependant, presque aucun des patrons de ce secteur n’a pu accéder aux instances dirigeantes des villes. Seuls les artisans du fer, serruriers et forgerons, obtiennent le titre de « bourgeois », qui sanctionne leur élévation sociale au rang des notables.

80Le développement de ce secteur, le raffinement croissant des métiers qui existent dans nos villes peuvent être considérés comme des éléments distinctifs du phénomène urbain. Les « constructeurs » existent aussi dans les campagnes, mais l’abondance numérique des artisans, un certain taux de spécialisation, le regroupement des travailleurs en confréries et en métiers jurés se rencontrent en ville. Tous ces éléments permettent donc, quand ils existent, de définir une agglomération modeste comme une « petite ville ».

Position sociale des hommes de métier

  • 72 ADSM, 2 E 14 1442, actes des 19 et 22 mai 1503.
  • 73 ADSM, 2 E 14 1442, actes des 29 mai et 8 mai 1503.

81Il n’est pas possible de connaître le salaire journalier ou le prix du travail pour toutes les catégories professionnelles. Cependant, les informations abondent pour les hommes du bâtiment, les mieux représentés par les documents, notamment par les comptabilités. Pour les autres métiers, il faut procéder en règle générale à partir d’indications indirectes. À Louviers en 1503, quelques artisans prêtent de l’argent, ce qui manifeste leur solidité financière et l’abondance de leurs revenus. Un couvreur, Jehan Mainneaulx, achète une rente à deux paysans pour 10 livres ; Eustace Marie, chaussetier et bourgeois de Louviers, achète une rente pour 100 sous72. Cette dénomination de bourgeois ou « bourgois » souligne en général l’aisance économique de la personne concernée. De même, les achats de blé avant récolte, auxquels procèdent certains hommes de métier, démontrent également leur statut social aisé, car il faut payer à l’avance, « en bonne monnaie », précise-t-on, des grains qui seront livrés plus tard : en mai 1503, Colin Berthelin, cordonnier de Louviers, achète à Guillaume Serquain, « d’Yneauville » (?), « 2 septiers de bon blé, pour être livré en l’ostel dudit acheteur à Saint-Michel et à Toussains » ; un tanneur, Guillaume Thirel achète pour 15 livres 3 sous 6 deniers « 14 boisseaux de bon blé de vente, loyal et marchand à prendre chaque an au terme Sainte Catherine »73. Dans ce dernier cas, l’acheteur revendra probablement ce blé, qui n’est donc pas destiné uniquement à sa propre consommation, comme cela pouvait être le cas pour le précédent. Ce tanneur, comme souvent les membres de cette profession, tient le « haut du pavé », étant capable de se constituer des réserves dans sa maison et de pratiquer de la vente spéculative. Une partie des artisans des villes, bénéficiant d’une honnête aisance, font donc partie de cette frange de la société urbaine qui achète et « consomme » les productions des campagnes voisines, faisant de la ville le débouché économique des productions agricoles du plat pays périurbain.

  • 74 ADSM, 2 E 14 1443, acte du 22 mars 1510.

82Une autre forme de revenus complémentaires est représentée par le fait d’acheter du bétail et de le faire prospérer pour le vendre ensuite ou le louer. C’est apparemment ce que pratique un cordier de Louviers, Alexandre Drouet, qui a baillé à moitié jusqu’à trois ans une vache de poil rouge à Guillaume Régnault, d’Escardeville74. Les deux hommes se partagent la vache, Régnault le paysan assurant la surveillance et l’entretien de l’animal, le cordier Drouet l’ayant peut-être achetée. Lorsque l’animal sera abattu et vendu, ils se partageront les gains.

83Les artisans, comme tout le monde, avaient besoin quelquefois d’avances financières, de crédit. Le besoin d’argent le plus simple était commandé par l’indispensable approvisionnement en matières premières (laine, cuir…). En 1503, le tisserand Colin Théroulde, de Louviers, doit 7 livres 10 sous à son fournisseur de laine, Martin Bougier. De même les drapiers Jehan et Richart Cavelier promettent de payer à Martin Bougier une aulne et demie de bon drap pour la laine qu’il leur a vendue. Bougier est désigné comme « pugneur » ou « pigneur », homme qui travaille les peaux. Cet homme a dû s’enrichir par cette activité, car il prête régulièrement de l’argent. Le tanneur Cardin Le Comte fournit du « cuir gras » à Guillaume Thorel, de Gaillon, pour 12 livres 18 deniers, qu’il promet de lui payer. Les fournisseurs peuvent aussi être des ruraux : le « bastier et bourrelier Guillaume Jouennyn », de Louviers, achète son cuir à Amfreville-la-Campagne et y contracte une dette de 9 sous 6 deniers.

  • 75 ADSM, 2 E 14 1442, 1503 : actes des 24 juillet, 12 et 13 mai 1503.
  • 76 ADSM, 2 E 14 1442, acte du 9 mai 1503.

84Les artisans avaient aussi besoin d’espèces. Pour cela, ils contractaient des emprunts auprès de personnages plus riches par le biais de la vente d’une rente et se plaçaient ainsi dans leur dépendance. C’est ce que montrent clairement d’autres documents lovériens en 1503. Ainsi, Guillaume Mare, drapier, vend une rente pour 30 livres à Philippot Le Braconnier qui est teinturier, bourgeois et marchand ; un couturier de la périphérie de la ville vend 10 sous de rente pour 100 sous à Jehan Pappavoine, bourgeois de Louviers ; Guillaume Le Vallois, qui est maréchal, emprunte au même bourgeois, qui, d’ailleurs, s’en fait une spécialité ; un charpentier du Vaudreuil, près de Louviers, promet de rembourser à un prêtre de la paroisse Notre-Dame les 4 livres 10 sous qu’il lui doit75. De nombreux actes semblables pour d’autres villes, comme Neufchâtel, traduisent la dépendance et donc peut-être la fragilité sociale de certains ouvriers et artisans par rapport à quelques citadins nantis, qui sont fréquemment, comme ici, des bourgeois ou des prêtres. La figure de certains prêteurs est aisément observable parfois. À Louviers, vers 1503-1505, Jehan Le Caron, bourgeois, qui est désigné comme « seigneur du mouton » ou « seigneur de l’hostel où pend pour enseigne le mouton assis audit Louviers devant les halles à blé »76, prête fréquemment à divers habitants et plus particulièrement aux artisans : drapiers, tisserands. Il tient en main les rênes d’une part de l’activité artisanale de Louviers (dans le registre de 1503-1505, celui-ci est à l’origine de 16 prêts dont 10 consentis à des artisans, il effectue aussi 10 achats de rente en quatre mois, de mai à août 1504, d’un montant de 10 à 50 livres).

85Ces prêts étaient probablement utilisés pour s’établir et commencer une activité artisanale dans une ville donnée. Tous les travailleurs ne pouvaient acheter d’emblée leur matériel, louer les locaux, se procurer la matière première en payant au comptant l’ensemble de leurs dépenses : une partie de l’équipement est loué ou pris à ferme. Quelques cas de location de matériel professionnel apparaissent en 1510 dans le registre notarié de Louviers. Un serrurier de Louviers « baille à louage » à un serrurier de Pont-de-l’Arche pour un an « une paire de soufflets à usage de maréchal » pour 12 sous 6 deniers tournois de ferme par an et contre la promesse de rendre ces engins en bon état, au terme du bail. Moyen de travailler vite et pour un moindre investissement pour l’un, manière de tirer profit d’un matériel qui n’est pas utilisé et d’augmenter ses revenus pour l’autre : telle semble être la teneur de cet engagement.

  • 77 ADSM, 2 E 14 1443, acte du 3 mars 1510.

86Un autre cas montre comment un tisserand de Louviers baille à ferme « un métier à tisser draps avec tous les ustensiles qui y appartiennent » à un drapier habitant également Louviers, pour 70 sous tournois et une ferme annuelle de 7 sous tournois. Le preneur pourra rendre, s’il le souhaite, ce métier au terme de quatre ans « et paira semblable somme de 70 s. t. »77. Donc, le contrat est établi de telle sorte que le preneur garde le plus longtemps possible la machine. Le tisserand bailleur a peut-être d’autres métiers qu’il afferme ainsi et qui lui rapportent un revenu régulier. Des drapiers modestes sont placés, de ce fait, dans une situation de dépendance, puisqu’ils doivent payer le prix de la ferme en plusieurs fois et qu’ils s’engagent à entretenir le matériel « en bon et suffisant état ».

87La ville est donc, pour ses habitants comme pour les ruraux de la périphérie, le lieu où l’on peut trouver commodément un prêt pour entamer une vie professionnelle, un lieu qui concentre les activités artisanales et qui permet de trouver un matériel à meilleur compte.

  • 78 ADSM, 2 E 14 1442, acte du 11 juillet 1503.
  • 79 ADSM, 2 E 14 1442, acte du 27 juillet 1504.
  • 80 ADSM, 2 E 14 1442, acte du 20 juillet 1505.
  • 81 ADSM, 2 E 14 1442, acte du 21 avril 1505.

88Les artisans installés, ayant atteint une certaine aisance, s’intéressaient aux propriétés foncières. Les actes notariés renseignent sur les maisons occupées ou louées par certains hommes de métier. En 1503, un cordier de Louviers quitte la ville pour s’établir à Vernon ; il s’entend avec Guillaume Hardet, qui, lui, s’installe à Louviers, pour procéder à un échange de maison. Celle qu’il laisse, rue Mortuaire, dans la paroisse Notre-Dame, possède un jardin, un avant-solier et doit 10 livres de rente78. Même type de maison avec cour, jardin et étable que celle, située rue du Vallet, et prise à ferme par le drapier Étienne Dubosc en 1503. Dans le voisinage vivent un « huchier », Jehan Ysabel et la famille d’un autre drapier, Martin Frigart, décédé. Un autre drapier, Jehan Jehan, s’installe dans une maison de cette même rue du Vallet79. Cette rue rassemble les représentants d’une sorte de « classe moyenne » artisanale de Louviers, en ce début de XVIe siècle80. Une autre rue, la rue du Martray, accueille une population d’artisans, comme Guillaume Rousset, « cousturier », qui y achète une maison en 150381.

  • 82 ADSM, 2 E 14 1442, acte du 9 mars 1505.
  • 83 Jean-Jacques Rousseau raconte dans ses Confessions comment, étant jeune apprenti à Genève, il est a (...)

89Les artisans possèdent des terres et biens ruraux disséminés dans et en dehors de leur ville. Ces terres proviennent généralement d’héritages familiaux. Les artisans enrichis investissent aussi dans la terre, comme tout citadin aisé de ce temps. Leur choix se porte quelquefois sur des biens en rapport avec leur activité professionnelle. La terre peut être ainsi une source complémentaire de revenus pour les artisans. En 1503, le drapier lovérien Marc Robert a baillé à ferme trois pièces de terre situées à Canapeville à un mercier de l’endroit. Un autre drapier, Jehan Louvel, échange avec un maçon de Louviers installé à Rouen 50 perches de vigne à Folleville contre 5 vergées et demie sises à Notre-Dame de Louviers ; Nicolas Le Prévot, drapier, baille à ferme pour neuf ans une pièce de terre de 6 acres à un paysan d’un village proche de Louviers, Quatremares, lequel, en retour, doit lui livrer chaque année, dans sa maison, 5 setiers et demi de blé82 ; un chaussetier, Guillaume Marie, est en litige avec un prêtre à propos d’une pièce de vigne située à Folleville également ; un maçon, Richard Le Machet prend à ferme de Jacques Raine, de Louviers, une demi-acre de terre pour neuf ans. Les artisans, comme tout bourgeois averti, privilégient les terres rentables, les productions chères et convoitées comme le vin, et développent petit à petit une auréole d’agriculture de profit autour de leur ville. Le prix des denrées alimentaires s’élève à certains moments de l’année en fonction des saisons et de l’ampleur des récoltes83. Bénéficier des produits d’une terre permet de ne pas souffrir des brusques fluctuations de prix, et de vendre quelques surplus. Attitude de prudence normande (« ne pas mettre tous ses œufs dans le même panier »), ou bien nécessité de stabiliser les revenus aléatoires du travail artisanal ? Ou bien encore, nouvelle forme d’économie dans un monde qui connaît la croissance ?

  • 84 ADSM, 2 E 14 1442, acte du 16, 17 et 22 avril 1505.
  • 85 Dans ses Mémoires d’un compagnon, Agricol Perdiguier décrit la condition sociale de son père, menui (...)

90L’acquisition ou la location de terres semblent accompagner de façon courante, presque obligatoire, l’installation d’un artisan dans une ville. Ainsi, en 1505 un étaminier, Yvon Belon, arrivé récemment (« de présent à Louviers ») acquiert une demi-vergée de terre ; un couvreur, Guillaume Martin, achète en 1505 à un cordonnier, Jehan Marie, deux pièces de terre à Sorville ; le même achète quinze jours plus tard une autre pièce de 50 perches à Saint-Cyr-du-Vaudreuil84. La plupart des artisans lovériens – et le phénomène doit être très général – tirent des revenus aussi bien de leur spécialité professionnelle que de possessions annexes, terres et maisons, qu’ils font fructifier85.

91Les artisans vivant dans les petites villes semblent connaître des sorts divers : un certain nombre d’entre eux, de modeste condition, vivent de leur travail mais restent dépendants de bourgeois locaux, par l’intermédiaire des locations de maisons, de matériel et par le biais des prêts et de l’endettement ; d’autres, comme certains tanneurs ou drapiers de Louviers, atteignent l’aisance, achètent des biens fonciers et prêtent leur argent.

Commerces et marchands des petites villes normandes

  • 86 Voir André Plaisse, La Baronnie de Neubourg, Paris, PUF, 1961, p. 401-402.

92La présence de commerces et d’activités dites « de service », quand elles sont assez nombreuses et visibles dans l’espace urbain, distingue la ville du bourg et du village. Dans une localité comme Le Neubourg, dont la vie est marquée par la fonction de commerce de bétail, l’affluence des paysans aux jours de marché est courante et abondante, de sorte que très vite sont apparues certaines activités « tertiaires » (tavernes, notaires, barbiers…) qui ont introduit dans cette bourgade quelque chose d’un univers citadin86. La fonction marchande est une des activités caractéristiques des villes et les cités normandes n’échappent pas à cette règle. La documentation démontre combien la ville, même petite et modeste, est le lieu privilégié des transactions et du commerce.

Importance de la marchandise

93Nombreux sont les documents qui illustrent l’activité commerciale des petites villes. Achats de matériaux de construction, de draps précieux, de pièces de fer pour réparer les portes, d’aliments pour un banquet, de vin de Beaune, de blé, de poulets, etc. De la même façon, la mention « marchand » accompagne et qualifie de nombreux patronymes : untel « bourgois et marchand » de telle ville en est l’expression la plus courante. Durant la période de temps que nous considérons, on observe que dans les années 1450-1500 les mentions sociales utilisent plutôt les notions de « bourgeois » et de « marchand », un peu moins les professions, alors que dans les années 1500-1550 les précisions professionnelles se multiplient ainsi que la mention « marchand » : « tanneur et marchand », « boucher et marchand », « coutelier et marchand », telles sont quelques-unes des mentions sociales utilisées dans les actes de la première moitié du XVIe siècle, à une époque d’activités et d’échanges en expansion.

  • 87 ADSM, 2 E 14 1443, acte du 1er mars 1505.
  • 88 ADSM, 2 E 14 1443, acte du 12 mars 1505.

94Qui sont ces « marchands », vendeurs et commerçants dont les affaires et contrats transparaissent dans les actes notariés ? Tout le monde, semble-t-il. Tout un chacun pouvait vendre, à un moment ou à un autre de sa vie, sans que cela soit une activité permanente : vendre quelques poules, quelques poissons à un voisin ou à un représentant de la ville préparant une réception ou cherchant un cadeau à offrir à une personnalité, vendre ou revendre du blé, des planches, des pierres, des toiles que l’on aura acquis ailleurs sont des actes courants dans nos villes. Quelques exemples parmi d’autres : Jehan Frigart, un drapier de Louviers, a vendu à Jehan Marchand, habitant Saint-Cyr-du-Vaudreuil, bourgade proche et plus petite, « une chaudière d’airain à usage de brasseur » ; peut-être Jehan Marchand est-il brasseur, mais peut-être non ; Frigart, lui est, drapier et il vend un objet qui n’est pas directement lié à sa profession87. Autre cas : « Jehan Fiquesperon de Notre Dame de Louviers gage et promet de payer à Estienne Dubosc laisné, fils de Jehan, drapier de Louviers, 9 l. 19 s. t. pour vendue et livrée de blé »88 ; ici, c’est le drapier qui a vendu et livré du blé à Jehan Fiquespéron : le drapier, à l’occasion, se fait marchand. Il existe de nombreux autres cas semblables. Les artisans vendent souvent eux-mêmes leur production et sont dits « marchands ». Pourtant, il existe aussi dans les petites villes des hommes qui ne s’adonnent qu’à la marchandise : taverniers, épiciers, marchands de sel, merciers. À Harfleur, en 1476 et 1477, la ville achète à Robinet Roussel, mercier, des clous, du suif, de la corde, du papier. Il est certain que cet homme achète ailleurs les objets qu’il vend, qu’il est fondamentalement un intermédiaire. Sans doute, Robinet Roussel, qui n’apparaît dans les comptes d’Harfleur que ces deux années-là et qui ne gagne dans l’affaire qu’une modeste somme (26 sous en 1476, 93 sous en 1477, soit moins de 5 livres tournois), est-il obligé de pérégriner dans toute une région pour s’approvisionner en marchandises et les écouler. D’autres encore, commerçants alimentaires, bouchers ou boulangers par exemple, vendent ce qu’ils produisent.

  • 89 AN, JJ 192, 1461, no 32. La « balle » est le ballot qui contient la marchandise du mercier ; la « t (...)
  • 90 Michel Bochaca, Les Marchands bordelais au temps de Louis XI, Bordeaux, Ausonius, coll. « Scripta v (...)

95L’activité marchande concerne donc un assez grand nombre de types sociaux et existe à l’état diffus dans la société urbaine des petites villes normandes, comme une « endémie » pourrait-on dire. Elle peut être, pour une famille, dans une période de difficultés économiques, un moyen de survie. Une lettre de rémission de 1461 décrit le sort de Guillemet Le Barbier, de Pont-Audemer ; celui-ci, fils aîné d’une famille nombreuse dont le père est mort, est obligé de subvenir aux besoins de tous : il suit d’abord l’armée royale en travaillant dans son métier de boucher et gantier, puis, une fois la guerre terminée, « il print à porter la balle ou tablete de mercerie par les foires et marchés audit pays de Normandie »89. Michel Bochaca, dans son étude sur les marchands bordelais au temps de Louis XI, faite à partir de sources notariées équivalentes aux nôtres, rencontre la même situation : dans la région de Bordeaux, vers 1460-1480, il est difficile de faire le départ entre qui est marchand et qui ne l’est pas90. Pourtant, les choses ne sont pas égales entre les petites villes normandes et Bordeaux. Dans le port aquitain, la marchandise donne naissance à une profession. En effet, certains marchands bordelais prennent des apprentis pour leur enseigner l’art du commerce. Rien de tel dans les petites villes de Normandie orientale. S’il y a un réel savoir-faire du marchand, transmissible, c’est dans le cadre strictement familial qu’il est acquis. Des familles marchandes existent à Neufchâtel, Louviers ou Pont-Audemer où les affaires se transmettent toujours de père en fils, et quelquefois de mari à femme. Le commerce diffus dans la société urbaine existe en raison de la relative faiblesse des productions agricole et artisanale, de la faiblesse des moyens financiers et des capacités de consommation ; il est peut-être lié à une société où tout le monde se connaît et où une sociabilité intense, dans la rue, au marché, à la taverne, à l’église, permet de connaître les besoins de chacun.

  • 91 Probablement de l’orge fermentée que l’on emploie pour la fabrication de la bière. Voir articles «  (...)
  • 92 S’agit-il de Dancourt, à 5 km de Blangy-sur-Bresle, à 20 km de Neufchâtel ?
  • 93 ADSM, 2 E 14 1187, acte des 24 et 25 mai 1542.

96Il est possible d’évaluer grossièrement l’aire d’influence et d’activité des marchands actifs dans nos villes en relevant les divers achats et ventes qu’ils opèrent avec les campagnes voisines. Dans le registre neufchâtelois de 1542, 23 actes concernent des transactions reliant la ville et un village périphérique. Plusieurs figures de marchands s’affirment, notamment Guillaume Rasset, Cardot Choppin, Jehan Lasnier, Antoine Vasselin. Ceux-ci achètent et vendent toutes sortes de denrées, ils ne paraissent pas spécialisés. En outre, ces marchands ont un rayon d’action local s’étendant au maximum jusqu’à 15 kilomètres (jusqu’au village de Londinières). La plupart des actes concernent des villages situés à une distance comprise entre 3 et 10 kilomètres. Le montant des affaires traitées est variable et peut porter sur de fortes sommes (100 livres pour un achat de laine, 200 pour du bois, 300 pour des poutres de chêne) qui restent plutôt exceptionnelles. Les ruraux fournissent les marchands de la ville en céréales (blé, gru, orge, « dragyé »91, avoine), en cidre, en fer, en bois de construction et de chauffage, en laine, en vache et chevaux. La ville, à son tour, redistribue vers les campagnes le drap, le cuir, les vêtements, la bière, c’est-à-dire ses productions artisanales, ses biens de consommation, mais aussi la laine, le fer, voire quelquefois le blé. En effet vivent dans certains villages des cordonniers qui ont besoin de cuir, tel Thomas Cauchon de Quièvrecourt, des artisans du textile qui ont besoin de laine : faut-il voir là quelques traces de domestic system ? Les marchands des petites villes sont-ils des marchands-fabricants distribuant la matière première et dominant le marché de la commercialisation du tissu ? Ce commerce est rarement payé au comptant, les hommes des villages en particulier ne paient jamais sur-le-champ. Les parties s’entendent pour que le paiement soit différé et les termes choisis sont la Saint-Michel (terme le plus usité), la Saint-Martin d’hiver, la Saint-Fiacre… Un aspect intéressant, et inattendu pour nous, de ces relations ville-campagne est de voir qu’il existe des marchands ruraux qui jouent le rôle d’intermédiaires avec la ville. Jehan Mathieu, de Dancourt92 et Loys Pinguet, de Fesques vendent et livrent de la laine, en mai 1542 à l’hôtel de Lionnier Blanche, bourgeois de Neufchâtel et, dans le même temps, ils ont acheté pour 200 livres de bois en la forêt de Halles (du Hellet, aujourd’hui) à des hommes de Baillolet, qui n’ont pas livré la marchandise. Il est probable qu’ils comptent revendre ce bois et ils ont suffisamment de poids pour obtenir l’arrestation des vendeurs, qui sont emprisonnés à Neufchâtel jusqu’à ce qu’un accord intervienne, donnant lieu à l’acte notarié93.

  • 94 AN, JJ 192, 1461, no 32.

97Par conséquent, les marchands dont nous entrevoyons l’activité dans les registres de notaires sont des marchands locaux, dont les affaires répondent aux besoins des habitants de la ville et de la petite région s’étendant autour de la ville. Quelques relations d’affaires les mettent au contact de gens extérieurs, hommes de Dieppe, d’Elbeuf, de Beauvais et de Rouen, ainsi qu’à quelques marchands de Lille, de Picardie ou d’Artois, mais qui restent l’exception. D’autres sources, comme les comptes municipaux de Pont-Audemer ou d’Harfleur, montrent les déplacements de certains de ces marchands locaux vers les villes normandes voisines, généralement de plus grande taille, pour y trouver les marchandises qui manquent dans leur ville d’origine. Le marchand de Pont-Audemer ou de Louviers achète souvent à Rouen ce qui fait défaut chez lui. Par cette voie, les taverniers de Pont-Audemer procurent à leurs hôtes des vins d’Île-de-France, d’Anjou et de Loire (muscadet), d’Auvergne (saint-pourçain), de Bourgogne (beaune, le plus réputé) et même de Méditerranée (malvoisie). Apparaissent aussi quelques traces de commerce international et de voyage au long cours : trafic de cuir avec l’Angleterre, de chevaux avec l’Irlande, de produits méditerranéens avec l’Espagne. Ces relations qui ont pu être importantes restent mal connues, les registres de notaires faisant défaut à Pont-Audemer et Harfleur. Des marchands voyageurs sont signalés par quelques lettres de rémission : cherchant un profit considérable et de l’argent facile, ils espérent vendre en Normandie des tissus achetés bon marché en Savoie et à Genève94. Les marchands installés à Neufchâtel ou Louviers sont, eux, impliqués dans des échanges beaucoup moins hasardeux et plus stables, enracinés dans les habitudes locales et résultant de l’interdépendance de la ville et de sa campagne.

  • 95 ADSM, 3 E 6 118, no 83 : « À Toussains Laurens dit Marraine, prévôt des prévotés de Leuré et Harfle (...)
  • 96 ADSM, G 681, Louviers, partie « Dépenses et mises » : « […] pour la dépense faite le jour de la foi (...)
  • 97 ORF, t. XVII, 1466-1473, lettre sur les foires et marchés d’Arques, 19 juillet 1468.
  • 98 Henri Sée, Louis XI et les villes, Paris, Hachette, 1891, p. 124-125.

98La vie urbaine est rythmée par les événements commerciaux. Toutes les petites villes connaissent des marchés hebdomadaires qui animent la place ou la rue principales une ou deux fois par semaine. L’obtention d’un droit de marché ou de foire n’est pas toujours aisée et est ressentie comme un privilège. Des foires se tiennent périodiquement dans la plupart des villes : Pont-Audemer, Harfleur, Louviers, Montivilliers, Caudebec-en-Caux attirent vers elles marchands locaux, marchands forains, marchands étrangers, peut-être, pour les plus importantes d’entre elles. Il existe en général une ou deux foires par an, d’une durée variable, comprise entre deux et cinq jours. À Harfleur se déroulent deux foires par an « le 4e jour de juillet et le 11e jour de novembre » ; les autorités locales exemptent de coutume et accordent une franchise aux marchands qui les fréquentent95. Un dispositif sommaire de surveillance des biens et des personnes est mis en place à cette occasion lors de la foire d’Harfleur ou de Louviers (escorte montée des nobles de la ville et de la région)96. À Caudebec se tient un marché chaque semaine, selon une ordonnance de Louis XI, « et certaines foires l’an ». Les lendemains de la guerre de Cent Ans ont vu la restauration du commerce urbain, après la période perturbée de l’occupation anglaise. Les rois confirment les usages anciens et encouragent cette reprise des échanges, sachant bien que ceux-ci constituent la base financière des villes. Une lettre des habitants d’Arques présente à Louis XI en 1468 la situation commerciale de leur ville : il y a marché le samedi et deux foires par an, en juin, à la Saint-Barnabé, et en janvier, à la Saint-Vincent ; mais le samedi se tiennent aussi les marchés concurrents de Dieppe et Envermeu, c’est pourquoi le marché d’Arques « est comme aboli ». En outre, les maisons de la ville d’Arques « ont été arses et brûlées naguères », et elles ne peuvent être réparées sans ces foires et marchés. Pour cela, les habitants proposent que les foires puissent durer trois jours au lieu d’un et que le marché se tienne le lundi97. Les rois consentent généralement à ce type de demande, qui leur permet de déléguer en quelque sorte la remise en état des villes. En cette période, en effet, les monarques, Charles VII et Louis XI surtout, mais aussi leurs successeurs, ont utilisé l’octroi de privilèges de toutes sortes (franchises fiscales, exemptions diverses) comme une véritable politique pour aider au relèvement des villes détruites par la guerre et pour gagner la fidélité des élites locales98. Pourtant, les faits décrits par les habitants (concurrence entre les trois marchés du samedi) et la multiplication des autorisations de marchés et de foires soulignent, non une forte reprise du commerce, mais son indigence et son anémie. Difficiles lendemains de guerre dans cette petite région dieppoise.

  • 99 ADSM, G 648, compte de l’archevêque, 1459-1460 : on recouvre de tuile « la Grande halle et la halle (...)
  • 100 ADSM, G 648, compte 1459-1460, partie « Œuvres et réparations ».
  • 101 Voir 3 E 6 115 et 116 : pièces comptables, 1465-1467 et 1473.
  • 102 ADSM, 3 E 6 118, no 60, 1473.

99Foires et marchés s’inscrivent dans la géographie urbaine. Pour l’exercice du commerce, les petites villes possèdent quelques équipements spécialisés. Des halles existent dans la plupart d’entre elles, en nombre variable, entre une et cinq selon les villes. L’une de ces constructions domine les autres par sa taille (la « grande halle », comme à Louviers99), par son emplacement central (halle au centre de Pont-de-l’Arche, halle au blé sur la Grand-Rue et devant l’église Saint-Ouen, à Pont-Audemer), par le nombre de ses étaux, par le nombre des marchands et la variété des marchandises proposées. Certaines sont un grand marché couvert offrant tout l’éventail des produits possibles : un compte rendu des travaux effectués pour la rénovation des étaux d’une halle de Louviers précise que le bûcheron « a abattu 4 hêtres pour faire les étaux aux bouchers, cordonniers, merciers, tanneurs » ; de plus, « les étaux sont aussi pour les marchands de scel et de chandelle »100. D’autres halles sont réservées à la vente des toiles, du blé et des grains, des cuirs, des poissons (« la poissonnerie »). Harfleur dispose d’une « halle à la boucherie », une « halle aux pains » ou « à la boulangerie », une « halle à la draperie » ; en 1473, une « neuve halle » vient aussi d’être construite101. Ces installations, grandes ou modestes, sont généralement fermées par des portes à serrures. En 1473, le charpentier Gilet Le Beuf reçoit 10 sous tournois « pour 2 estaux mis à l’entrée de la halle à la boucherie […] et pour avoir clos de bois la halle à la boulangerie vers l’église avec Loys Le Moigne son serviteur avec 2 jours à 5 sous »102. Il existe aussi, à l’intérieur de ces halles, des logettes ou échoppes, également closes, avec porte et serrure, que les marchands louent et où ils entreposent leur marchandise. Ces éléments de sécurisation, associés à la clôture de la ville par une enceinte urbaine, étaient des atouts qui créaient l’attractivité de la ville pour les marchands.

  • 103 ADSM, 16 H 115.

100Les villes possédaient aussi des espaces assez larges pour accueillir un marché : Grand-Rue de Pont-Audemer où s’installe le marché du lundi et du vendredi, autour de la halle au blé, marché aux chevaux dans cette même ville, place et marché de la Croix-Gorren à Harfleur. À Caudebec-en-Caux, il semble que l’usage ancien ait été d’étaler sa marchandise dans les rues hors des emplacements que sont les halles ou les échoppes des artisans, lieux qui peuvent être soumis à des taxes seigneuriales ou autres. Une enquête est faite vers 1460 pour déterminer quelle était la pratique et le droit s’appliquant à la vente en temps de foire. Les propos de soixante-dix personnes environ sont rapportés par écrit, qui décrivent et restituent l’ambiance des rues, places et lieux de vente de cette ville de Caudebec en période de foire103.

  • 104 Pas de précision sur ce point dans les sources, mais on peut retenir un intéressant passage des Mém (...)
  • 105 AN, JJ 175, no 300, 3 juillet 1434, transcrite dans Paul Le Cacheux, Actes de la chancellerie d’Hen (...)

101Les marchés hebdomadaires ont souvent un rayonnement local, qui ne dépasse pas le « pays » environnant dans un rayon de 10 à 20 kilomètres104. Les villageois du voisinage viennent pour la journée y faire leurs emplettes, comme le montre, pour Pont-Audemer, une lettre de rémission105. La femme d’un paysan de Toutainville, à 5 kilomètres, part de chez elle le matin pour aller se ravitailler au marché de Pont-Audemer et obtenir le remboursement d’une certaine somme d’argent qu’elle et son mari avaient prêtée.

102Les marchés des petites villes ont bénéficié de leurs site et situation. Installées sur une rivière navigable, possédant un port (Pont-Audemer, Montivilliers, Caudebec, Elbeuf, Pont-de-l’Arche), proches d’un grand estuaire (Harfleur, Honfleur), au carrefour de plusieurs routes (Neufchâtel), les villes ont pu exercer un attrait pour les marchands et leurs clients. En particulier en ce qui concerne les foires. Après la guerre de Cent Ans, chaque ville normande qui avait accueilli une ou plusieurs foires autrefois a sollicité du roi la confirmation des privilèges anciens et la restauration de celles-ci, dans un but de relance de l’activité économique locale et de repeuplement.

103Un lieu de commerce et de distribution un peu à part est le grenier à sel. La royauté a généralisé la taxe sur le sel ou « gabelle » et institué des magasins au cours du XIVe siècle. Les besoins d’argent engendrés par la guerre, la faiblesse relative de la production « française », l’importance de cette denrée dans la vie courante pour la conservation des aliments expliquent que la royauté a souhaité contrôler et imposer ce produit. La mise en place des greniers à sel a été progressive et s’est achevée à la fin du XIVe siècle. La perception de la gabelle du sel ne concerne pas la totalité du royaume, ni toutes les villes d’une région donnée. En Normandie, l’importation du sel de Brouage ou de Bourgneuf passe par Honfleur et Dieppe, les deux plus importants dépôts, puis la redistribution s’effectue par eau. Les ports fluviaux comprennent généralement un grenier. Il en existe donc dans les plus grandes des « petites villes », comme Pont-Audemer, Caudebec, Harfleur, Neufchâtel, Louviers. La quantité de sel qui est apportée là, puis débitée, l’argent qui est brassé par les contrôleurs de ces greniers, la part qui en est perçue par la ville révèlent l’importance des transactions de sel. Le pouvoir royal ne contrôle pas le transport. Le droit de « fournissement » est concédé par le roi aux villes moyennant finance. Celles-ci rétrocèdent ce droit à des particuliers qui le prennent « à ferme » et paient à la ville le montant de leur ferme en plusieurs termes. Les marchands qui « fournissent » les greniers sont parmi les plus importants de la place.

  • 106 AN, JJ 208, nos 37, 58, 101, 1480-1482.

104Les acheteurs de sel doivent en acquérir obligatoirement une quantité minimale. Ce qui transforme sa consommation en impôt et rend la gabelle très impopulaire. Les tentatives de fraude en résultent naturellement. Une affaire de cambriolage au grenier à sel de Pont-Audemer montre combien cette denrée est recherchée et appréciée106. Les nombreuses affaires liées à la fraude de la gabelle provoquent le nécessaire règlement judiciaire du contentieux. Les greniers à sel sont aussi des tribunaux où sont jugés les cas relatifs au commerce du sel.

  • 107 Sur la question des greniers à sel : Jean-Claude Hocquet, Le Sel et le Pouvoir de l’an mil à la Rév (...)
  • 108 ADSM, 3 B 2 187.

105Un grenier est aussi une circonscription administrative ; les habitants doivent obligatoirement aller s’approvisionner au grenier de la ville qui en est, en quelque sorte, le chef-lieu. Les changements de taille de ces territoires, division ou augmentation, ainsi que les transgressions ou fraudes peuvent avoir de réelles conséquences sur une ville, sur son aire d’influence, sur l’ensemble de ses activités marchandes107. C’est ce qui survient à Pont-Audemer, puisque les autorités mettent fin à une vente illicite de sel pratiquée par les pêcheurs de Quillebeuf, ce qui diminuait d’autant la fréquentation du grenier de Pont-Audemer, dont dépendaient légalement les habitants de Quillebeuf108.

106Les petites villes normandes sont donc de petites places commerciales drainant la clientèle de leur plat pays et formant un assemblage de petites unités juxtaposées. L’existence de foires et marchés actifs conditionne en partie l’économie urbaine et détermine l’attraction d’une petite ville.

La production agroalimentaire et la ville

107La ville est une concentration d’hommes qui a besoin d’être alimentée, car son activité principale n’est pas la production agricole. Tout un faisceau d’activités, de personnes, de lieux concourent pour fournir aux citadins leur vivre quotidien.

  • 109 Voir notamment le plan de Louviers par Bachelay, 1748, musée de Louviers.
  • 110 AN, JJ 181, 1452-1453, no 71.
  • 111 ADSM, 2 E 14 1187, acte des 13 et 24 septembre 1542.
  • 112 ADSM, 2 E 14 1187, acte du 15 mai 1545.
  • 113 Paul Le Cacheux, Correspondance de la famille d’Estouteville, Rouen-Paris, Lestringant-Picard, 1935 (...)

108Une part de l’approvisionnement alimentaire provient d’une autoproduction horticole à laquelle les citadins sont très attachés. Beaucoup de maisons sont entourées d’espaces cultivables, jardins, « cours » plantées de quelques arbres fruitiers (poiriers, pommiers…), comportant des « édifices », granges, poulaillers, étables. Ces maisons se rencontrent à l’intérieur des enceintes urbaines comme à l’extérieur. Cet aspect non totalement bâti des villes, le tissu constitué par les maisons alignées le long des rues formant une sorte de maillage s’observent sur les plans et vues cavalières du XVIIIe siècle, au plus tôt109. Des périmètres maraîchers s’étendent aussi à l’extérieur des enceintes urbaines et laissent apparaître une ceinture de jardins et vergers. À Harfleur, vers 1449-1450, des habitants sont poursuivis et agressés par des soldats anglais : « lorsqu’ils furent sortis des jardins et des haies, ils [les Anglais] commencèrent à huer »110 ; en 1542, à Neufchâtel, plusieurs actes concernent « un jardin assis hors de la Porte Cauchoise », désigné aussi comme « jardin, masure et clos » touchant la « rue des Cordiers »111 ; en 1545, Michel Durden et sa femme baillent à rente « une portion vide à présent à usage de jardin assise hors la porte des Fontaines à Notre-Dame de Neufchâtel à honorable homme maistre Jacques le Grand, avocat en cour laie »112. Un témoin décrit en 1489 les environs de Pont-Audemer plantés de vergers : « il y a tant de periers [poiriers] entour Gacé et entour le ponteau de mer »113.

109Peu de documents décrivent l’aspect de ces propriétés. « Une maison, masure et jardin à Louviers, rue du Vallet et touchant à la fortification », telle est la description du bien que vend en 1510 un important bourgeois de Louviers, Martin Frigart, à un autre bourgeois aisé, « Pierre de la Motte, boucher et marchand » ; l’ensemble coûte 50 livres : les actes notariés ne donnent jamais plus de détail. La maison est donc entourée d’un terrain avec jardin et située à l’intérieur de l’enceinte.

Fig. 2 – Les relations commerciales entre Neufchâtel et sa périphérie, 1542
(
Source : E 14 1187).
Les produits échangés sont à peu près les mêmes pour les deux cartes : laine, blé, drap, fer, bois. En outre, la ville vend dans ses campagnes proches des chevaux, du cuir, des briques, du cidre.

  • 114 AN, JJ 227, 1494-1497, no 114 : « Jaquet Dumont, jeune compagnon à marier, agé de 26 ans ou environ (...)

110Les productions des jardins familiaux ne nous sont pas connues, et encore moins leur destination (autoconsommation et/ou vente ?). Néanmoins, beaucoup d’achats, ventes, locations de jardins dans les actes notariés témoignent de l’intérêt des citadins pour les jardins, installés au pied des murs de la ville (à Neufchâtel) ; sur ces parcelles urbaines, certains voleurs dévalisent parfois de manière systématique et experte les poulaillers114. À partir du XVIe siècle, s’amorce une évolution : l’impression laissée par la lecture des actes notariés est que les citadins s’intéressent alors beaucoup plus aux terres des villages alentour et moins aux espaces intra-urbains, signe de la rentabilité retrouvée des campagnes environnantes.

111Boulangers, bouchers, brasseurs fournissent la ville en pain, viandes et boissons qui constituent les piliers de l’alimentation. Ces métiers « de bouche » sont présents dans toutes nos villes et, semble-t-il, en assez grand nombre. Le pain et la viande sont des denrées communes, consommées par les citadins modestes ; ce sont aussi des productions prisées, considérées comme des mets de choix puisqu’ils figurent au rang des cadeaux offerts à diverses personnalités politiques. L’ensemble des frais de réception constitue pour les commerçants alimentaires une manne annuelle non négligeable. Les fermes alimentaires, précisément connues pour Pont-Audemer et Louviers, font état de l’importance des transactions de vin, de blé, de pain, de viande et de cidre, ce qui donne une idée de l’activité des commerçants producteurs concernés. L’abondante production de cidre n’est pas bien connue : s’agit-il d’une production paysanne vendue en ville ? Probablement. Le brassage de la bière, dont la consommation décline au cours du XVe siècle, paraît être l’affaire de professionnels installés en ville, même si chacun peut faire sa propre boisson.

112Si le citadin peu fortuné consomme plus de viande – de bœuf surtout, viande vulgaire – qu’on ne l’a dit, le citadin peu fortuné est, plus encore, mangeur de poisson. La consommation de poisson est soutenue par le christianisme et la pratique du jeûne, elle résulte aussi d’une valorisation de la chair de poisson, qui est tenue pour un mets fin et aristocratique. Ce qui entraîne un important commerce. Le poisson parvient dans les petites villes de diverses façons. Le poisson de mer arrive frais dans les agglomérations suffisamment proches des côtes, à Harfleur et Pont-Audemer, par bateaux qui remontent la Risle ou la Lézarde. L’abbaye de Montivilliers se fournit auprès de marchands de Fécamp et Étretat ; les charretiers de l’abbaye vont chercher la marchandise sur place et la rapportent à Montivilliers. Le poisson est parfois vendu en des lieux ad hoc, comme la « poissonnerie » de Pont-Audemer, c’est-à-dire la halle aux poissons ; il en existe également à Louviers et à Harfleur ; le poisson était présenté aux acheteurs sur des étaux de hêtre. Il arrive également « caqué », c’est-à-dire salé et tassé dans des tonnelets. Il en va ainsi des harengs, qui, à partir de Dieppe, sont acheminés par la route vers Neufchâtel et au-delà, ou bien à partir de Honfleur ou Quillebeuf vers Pont-Audemer et vers l’amont de la Risle, ou encore à partir du Tréport vers Eu et au-delà.

  • 115 AMPA, CRV, 1497, fo 35 : « […] une carpe prise ès fossés de ceste ville du Pont-Audemer par les hab (...)

113Le poisson de rivière est également très apprécié, il constitue un mets de luxe, pour tables fortunées. Les rivières et fleuves locaux (Risle, Varenne, Seine et autres) fournissent l’essentiel de l’approvisionnement des taverniers qui apprêtent les banquets municipaux. La pêche est réglementée sur ces rivières et ne pêche pas qui veut ; cependant, le braconnage existe bien et, avec lui, un commerce parallèle. Les étangs et viviers ne sont pas cités par nos sources, sauf quand il s’agit des fossés en eau qui entourent la ville et qui sont utilisés comme bassins d’élevage de carpes ou de brèmes, comme à Pont-Audemer. À l’occasion de la venue d’un personnage prestigieux, on fait pêcher des carpes dans les fossés et la ville rétribue deux pêcheurs pour cela115.

  • 116 AMPA, CRV, 1497, fo 35 : un marchand de Quillebeuf fournit un marsouin, valant 10 l. t., 2 raies, 1 (...)
  • 117 Le terme apparaît rarement ; à Pont-Audemer, une seule mention dans CRV, 1525, fo 33 : « à Robert B (...)

114Il existe aussi un commerce du poisson de mer ou de rivière entre villes. Lorsque les bourgeois de Pont-Audemer cherchent à s’approvisionner en poisson de qualité, ils vont le quérir à Quillebeuf, à Caudebec ou encore à Rouen, où le choix doit être plus grand116. Ce qui dessine une sorte de hiérarchie urbaine sous ce rapport. Des marchands de poisson, dont ce doit être la tâche principale, sillonnent les routes du Roumois ou du Caux pour apporter aux bourgs, aux petites villes et aux grandes les précieuses denrées : nos documents illustrent l’existence d’une relation commerciale Dieppe-Neufchâtel pour le commerce des harengs salés. À l’intérieur des villes, l’achat du poisson se fait à la halle, ou Poissonnerie. Mais il semble aussi que la vente ou revente de poisson à l’unité soit le fait de tout un chacun : il n’existe pas de « poissonnier »117 demeurant dans les petites villes ; une femme, un voisin, un tavernier vendent un poisson à l’occasion.

115La clientèle, outre l’aristocratie des hommes de pouvoir, l’élite des officiers locaux ou royaux et les abbayes, est composée aussi des soldats en garnison, des consommateurs citadins courants, pour lesquels les renseignements directs manquent. Cette consommation ordinaire des habitants peut être saisie en partie par l’examen de l’activité des taverniers.

  • 118 ADSM, G 648, « recettes », partie « Forfaitures ».

116Les tavernes jouent un rôle fort important dans la société urbaine : véritables plaques tournantes, elles sont fréquentées par un grand nombre de citadins, pour toutes sortes de raisons et, en premier lieu, pour boire et manger. L’existence dans les villes d’une population d’ouvriers et valets migrants, célibataires, jeunes fournit une activité constante aux tavernes et débits de boisson. Fréquemment les lettres de rémission mentionnent qu’un compagnon, nouvellement arrivé dans telle ville, s’est arrêté pour dîner dans une taverne. Aller boire le midi ou le soir à la taverne avec quelque personne de connaissance est, dans le monde des travailleurs, une habitude courante. Cet usage concerne toutes les couches sociales urbaines. Les clercs s’y rendent quelquefois et se font surprendre à jouer aux dés. Les bourgeois, membres des corps de ville, se réunissent à la taverne pour tenir conseil et débattre, les invités de marque y sont reçus, honorés, hébergés. L’activité des taverniers est donc entretenue et développée par l’ampleur de la vie administrative ainsi que par l’intensité du passage. La taverne est, en outre, un lieu par où transite l’ensemble de la société urbaine. Les taverniers sont des débitants de boisson, particulièrement de vin, mais aussi de cidre et de bière. Ils participent au commerce du vin en gros. Ils offrent aussi des repas et possèdent des chambres pour passer la nuit. Il est certain que l’augmentation de la population urbaine, la reprise de l’activité économique, l’afflux de main-d’œuvre artisanale ont accru la demande locale et permis à un nombre plus grand de taverniers de vivre de leur commerce. Combien de taverniers compte une petite ville ? Quatre ou cinq sont cités en même temps dans les comptes municipaux de Pont-Audemer entre 1470 et 1500 ; ce chiffre reste identique vers 1530-1540. Cela n’est cependant qu’une partie de la réalité : à Louviers, en 1449-1450, d’après une liste d’amendes imposées par le « gaugeur », qui contrôlait les mesures utilisées par les taverniers, il y avait douze lieux où les citadins pouvaient boire118. Dans le contexte économique porteur de la fin du XVe siècle, le nombre des taverniers-hôteliers (le terme commence à être employé à Pont-Audemer) a certainement augmenté et leur fortune également. Certains taverniers possèdent des maisons à enseigne (hôtel du Lion d’or, hôtel du Lièvre, hôtel de la Verte Maison à Pont-Audemer…), qui sortent du lot commun. Leur chiffre d’affaire annuel ne nous est pas connu, on n’en voit que la partie financée par la ville, qui peut être considérable : à Pont-Audemer, entre 1477 et 1500, se tiennent entre trois et neuf réceptions par an, où la ville offre à boire et à manger à une dizaine de personnes au moins ; trois ou quatre taverniers, les plus proches du pouvoir local, répondent aux besoins de la ville.

  • 119 Charles de Beaurepaire, Les Tavernes de Rouen au XVIe siècle, Rouen, Boissel, 1867, p. XII.
  • 120 Voir dans la partie précédente le passage sur « la représentation de villes » et les « tavernes ».
  • 121 Même constatation faite par Albert Rigaudière, Saint-Flour, étude administrative et financière, Par (...)

117Leurs gains annuels sont fort variables d’un an sur l’autre. Les commandes de la ville en banquets, buffets et hébergement de personnalités représentent pour les taverniers des occasions d’affaires intéressantes et devaient être assez convoitées. Mais elles ne constituent pas la seule source d’activités et de revenus de ces hommes. Ceux-ci reçoivent dans leurs établissements tout un chacun et nous ne connaissons pas la part que représente l’activité ordinaire. Les actes notariés révèlent les ventes d’argent que pratiquent certains d’entre eux : à Louviers exerce Jehan le Caron, « seigneur du Mouton » ; ce terme de « seigneur » désignait ordinairement les hôteliers et propriétaires de débits de boisson119. Entre mai et août 1503, le bourgeois lovérien Jehan le Caron achète 10 rentes comprises entre 10 et 50 livres, qui sont autant de prêts. Il n’apparaît dans ce registre que pour ce type de transaction. Les comptes de Pont-Audemer montrent que les taverniers ont des liens étroits avec les institutions municipales : ils prennent part aux assemblées de ville, certains sont quelquefois désignés pour accomplir des déplacements et missions auprès des autorités urbaines120. C’est le cas de Sanson Fortin qui se rend à Rouen en 1493 pour négocier à propos du logement des gens de guerre, à Tours, Blois et Orléans en 1494 à propos des fortifications urbaines. Les taverniers s’impliquent donc dans la conduite des affaires de leur ville, ils y consacrent du temps, de l’argent (car ils paient leurs voyages) ; ils retirent quelques revenus supplémentaires et probablement un certain prestige. Est-ce le moment où apparaît la formule « honorable homme Jehan Tesson, tavernier » qui les désigne dès lors ? Ces hommes semblent accéder au rang de notables, à Pont-Audemer du moins, vers le début du XVIe siècle121. L’un d’entre eux, Guillaume Tesson, dont l’hôtel est contigu à l’hôtel de ville, est membre de la municipalité. Sa probable aisance matérielle lui permet d’offrir en 1516 un vitrail à l’église Saint-Ouen, où il se fait représenter avec sa femme et ses enfants.

Tab. 2 – Gains annuels de quelques taverniers de Pont-Audemer, d’après les comptes municipauxa (1466-1528)

Tab. 2 – Gains annuels de quelques taverniers de Pont-Audemer, d’après les comptes municipauxa (1466-1528)

a. Chiffres arrondis, exprimés en livres tournois ; les années manquantes (1496, 1506, 1522…) indiquent que le tavernier n’a pas été payé par la ville ces années-là.

  • 122 AN, JJ 182, 1453-1454, no 24.
  • 123 Bulletin de la commission des antiquités de la Seine-Inférieure, t. IX, 1891-1893, Rouen, 1894, p.  (...)

118Aucun détail n’est donné sur l’intérieur de leurs établissements, sauf pour une taverne de Dieppe, décrite de manière très brève dans une lettre de rémission de 1453 : celle-ci est installée dans « l’hôtel de la rade Saint-Jehan » et donne sur la « rue au Sel » ; elle comprend plusieurs entrées et plusieurs pièces ou « chambres »122. Un document rouennais décrit la disposition intérieure et l’ameublement en 1484 de l’hôtel de la Coupe qui possède une cuisine et quelques salles, sur plusieurs niveaux ; ces salles comportent généralement une table, des bancs à marchepied, pour éviter le froid du sol, des « fourmes » ou sortes de fauteuils de bois, des chenets de cheminée ; la cuisine comprend des tables de travail, un dressoir, des armoires à vaisselle, et même une image de Notre-Dame éclairée par un chandelier123. Les tavernes des petites villes, qui sont des restaurants, des débits de vin et des hôtelleries, devaient posséder un mobilier identique.

  • 124 AML, PF 8, FF 9.

119Des tavernes, ou au moins la fonction de débit de boisson, existaient aussi à la campagne et dans les abords des villes ; une taverne était active à Acquigny près de Louviers, une autre à Corneville, village proche de Pont-Audemer. Là où la clientèle potentielle est faible et où un tel commerce ne peut subsister durablement, des paysans « font taverne » chez eux. En ville, certains débitants de boisson sont dits « taverniers », mais ce n’était pas leur seule activité : trois taverniers de Louviers apparaissent en 1460 sur une liste des membres du métier de draperie124.

  • 125 Vin doux, originaire de Grèce en principe ; peut-être s’agit-il là de vin espagnol ou portugais.
  • 126 Probablement la Romanie vénitienne, îles grecques (Crète, Eubée…).

120Comme les artisans du textile ou du cuir, il arrive que le tavernier « stocke » et accumule chez lui « en son hôtel » des denrées, à la variété surprenante, qu’il écoulera ensuite faisant quelque bénéfice : chez les taverniers Cardin Piédelièvre, Sanson Fortin, Guillaume Tesson, Anthoine Hesbert de Pont-Audemer, le client pouvait consommer, outre le vin courant de production locale (de Vernon, de Louviers, de Gaillon…), du vin d’Anjou, de Saint-Pourçain, d’Orléans, de « France » (c’est-à-dire de la région parisienne), de Bourgogne, de Malvoisie125 et de « Rouménie »126. Le tavernier vendait non seulement le vin de l’année, mais aussi des vins plus vieux, en particulier des vins de Beaune.

121Les villes abritent aussi un intense commerce agroalimentaire. Les paysans des environs viennent assez régulièrement vendre en ville leur production annuelle. Une relation d’échanges réciproques et des liens vitaux unissent ainsi une petite ville et son plat pays.

  • 127 ADSM, 2 E 14 1443, acte du 3 mars 1510.

122Les campagnes procurent à la ville-centre les produits de son alimentation courante. Les paysans vendent par exemple leur blé en ville. Un exemple lovérien vaut pour des dizaines d’autres : Cardin Rémon, d’Ailly, vend à héritage à Robin Guéret, cordonnier de Louviers, « 4 boisseaux de bon blé, loyal et marchant, à la mesure de Louviers à prendre par chascun an au terme de Toussains »127. Cet acte permet de souligner l’importance de l’approvisionnement en blé de la ville. Les autres contrats de ce type conservés dans les registres de notaires portent en grande majorité sur le blé. L’aire de culture du blé qui parvient en ville concerne, dans le cas de Louviers, une zone comprise dans un cercle de 15 kilomètres de rayon environ. Le village, fréquemment cité, est un de ceux qui vivent en symbiose avec la ville : ses productions, agricoles, artisanales sont vendues à Louviers, ses populations s’y rendent pour y vendre ou trouver du travail. Ce document montre un citadin ayant quelques moyens financiers qui cherche à s’assurer une rentrée régulière de blé en achetant une rente en blé. Ce blé doit être destiné à sa propre consommation, mais il est dit « loyal et marchant », donc c’est un blé qui est de bonne qualité, qui obéit à certaines normes connues s’appliquant à ce type de transactions et qui peut être, par conséquent, revendu.

  • 128 Respectivement, AMPA, CRV, 1477 et suivant ; ADSM, 2 E 14 1443, acte du 1er mars 1510 ; ADSM, 2 E 9 (...)

123Le blé parvenant dans les petites villes sert aussi à la fabrication de bière. Celle-ci est produite à Pont-Audemer, où les comptes donnent le rapport annuel de la ferme de la bière, à Louviers, où quelques actes notariés enregistrent des transactions pour des chaudières à brasser, à Saint-Saëns, où un brasseur Charles Desmarest donne, parmi d’autres cadeaux, deux barils de bière pour un festin de noces, à Neufchâtel où certains actes montrent un paiement effectué en barils de bière et où existe, en 1542, dans les environs de la ville un jardin « en forme de houblonnière »128.

  • 129 ADSM, 2 E 14 1442, acte du 13 mai 1505, parmi d’autres.

124L’aire d’approvisionnement alimentaire de Louviers, d’après le registre de 1510, ne comporte pas uniquement des livraisons de blé. Les 10-15 kilomètres de l’aire nourricière fournissent aussi les fruits, la viande (moutons, vaches), le vin. L’originalité de Louviers par rapport aux autres villes normandes tient à la présence de vignobles situés sur les coteaux de la vallée de l’Eure et de celle de la Seine. Le vin est vendu à Louviers et son aire de commercialisation doit être surtout régionale. De nombreux actes notariés concernant les vendanges ou les moissons dans la région de Louviers montrent que les habitants de la ville achètent en avril, mai ou juin le vin, le blé ou l’avoine « sur pied » en stipulant que la livraison des denrées doit être faite en août ou septembre à l’hôtel de l’acheteur, ce qui laisse penser que la ville doit être animée et encombrée de charettes, mules, « bennels » et autres moyens de transport à partir de la mi-août129.

  • 130 ADSM, 2 E 14 1443, acte du 14 mars 1510.
  • 131 ADSM, 2 E 14 1443, acte du 17 mars 1510.
  • 132 ADSM, 2 E 14 1187, 1542, fo 103 vo (vente de fer) ; ibid., fo 2, juin 1542 (lard) ; ibid., fo 10, j (...)

125Les campagnes proches procurent à la ville les matières premières de son artisanat. Les activités artisanales de Louviers expliquent l’implantation, à proximité, d’une aire d’agriculture à destination « industrielle ». Les campagnes lovériennes connaissent l’élevage de « bêtes à laine », de vaches et de bœufs qui fournissent le cuir des tanneries et qui sont utilisés aussi comme moyen de traction et de transport, la culture de lin, de guède, de chardons à carder, matériaux nécessaires au travail textile, des bois et forêts fournissant le bois de chauffage, d’œuvre et de combustion. Le souci de trouver un approvisionnement régulier des denrées nécessaires à la vie urbaine donne naissance à des accords du type suivant : Jehan Des Rues, de Saint-Pierre-du-Vauvray, promet de payer à Guillaume Rousset 60 sous tournois qu’il lui doit pour un prêt que celui-ci lui avait fait ; en outre il promet de lui livrer 26 boisseaux de blé en août et la moitié de la laine d’un troupeau de moutons dont il s’occupe et dont il partage la propriété avec Rousset130. Cet engagement réunit les deux intérêts précédents : l’approvisionnement en blé et en laine ; le blé est ici acheté avant récolte, sur pied. L’agriculteur est ainsi assuré de vendre une part de sa moisson. Sa production est en partie inscrite dans une économie marchande, qui alimente la ville et qui introduit la monnaie dans les campagnes. Pour les productions agroalimentaires et agro-artisanales, la petite ville est le lieu de la transformation et de la redistribution. D’une part, la ville est le siège de « l’industrie » par excellence, du secteur secondaire ; elle concentre un ensemble de moulins, d’ouvroirs et d’ateliers qui changent les peaux en cuir et en chaussures, courroies, harnais, manteaux, qui fabriquent du fil et du tissu avec la laine brute, qui cousent chausses, chemises et vêtements, qui travaillent le fer, reçu en barres ou en plaques, qui le changent en serrures, crampons, couteaux, fers à cheval, socs de charrue, etc. Plusieurs actes montrent une association entre un artisan et un paysan visant à fournir régulièrement à l’artisan sa matière première : un sergent de Saint-Saëns baille à « moutairie » à Jehan Dubosc, de Bosc-Bérenger, 26 « bêtes à laine », à charge pour lui de les nourrir et de les entretenir ; il peut en vendre mais doit toujours reconstituer le troupeau pour que le nombre de moutons reste le même. Dans ce contrat de métayage, les moutons servent surtout à la production de laine, qui est certainement vendue en ville où existent des activités textiles. D’autre part, la ville répartit et redistribue ce qu’elle produit, ses productions textiles et autres, dans la zone d’influence qui est la sienne. C’est ce que laisse penser le contrat établi par Polet Helis du village de la Neuville : il vend au chaussetier Jehan Gybert, de Louviers, 26 boisseaux de blé qu’il livrera à son hôtel « dedans août prochain » et promet de payer 61 sous « pour vendue de draps et de chausses »131. Les artisans urbains, en retour, fournissent aux ruraux ce que la campagne ne produit pas ou pas suffisamment. Les paysans qui vendent leurs denrées en ville achètent aussitôt ce qui leur est le plus nécessaire. La redistribution est le fait des marchands, mais aussi de toutes sortes de citadins qui vendent à l’occasion les biens dont ils disposent et qui sont souvent bien éloignés de leur activité habituelle. Il arrive, à Neufchâtel par exemple, que les marchands vendent du blé aux paysans venus faire des achats en ville. Cette situation intervient en général en mai-juin, période de soudure où les grains récoltés l’année précédente s’amenuisent ou bien ont été consommés. Les Neufchâtelois, marchands ou non, mais citadins aisés, achètent du grain, probablement à bas prix, puis le revendent au prix fort. Ils stockent dans leurs hôtels de la laine, du vin, du cuir. Guillaume Rasset, bourgeois de Neufchâtel, vend vers 1542 toutes sortes de choses aux habitants des villages environnants : du blé, du fer, des vaches, du lard, du cidre132 ; il prête également de l’argent.

  • 133 Mathieu d’Escouchy, Chroniques, in Choix de chroniques et mémoires sur l’Histoire de France, XVe si (...)

126Les échanges entre une petite ville et sa campagne mettent en lumière quelques aspects de la vie urbaine. Ils établissent avec force le rôle commercial de la ville-centre par rapport à sa périphérie : la ville redistribue les productions artisanales et même certaines productions agricoles vers les campagnes. Elle est aussi un point de consommation, une concentration d’hommes qui a besoin des campagnes voisines pour se nourrir. Elle est enfin le lieu d’une concentration d’activités artisanales, un pôle industrieux qui fabrique une large part des biens d’équipement et de consommation dont les ruraux (et les citadins) ont besoin. Pour ces raisons, la périphérie agricole et rurale des petites villes, sur un espace compris dans un rayon de 10 kilomètres environ, est un espace fortement associé au monde urbain et dépendant de lui. La vie rurale, dans cette zone proche, est pénétrée par les échanges commerciaux et monétaires et ne reste pas confinée au terroir du village. Peut-être la remise en état des villes, sur le plan matériel et aussi démographique, a-t-elle été le fer de lance de la remise en état des campagnes. La fonction commerciale qui semble avoir été vitale, que toutes les initiatives municipales ou royales ont cherché à relever, préserver et encourager, est le ferment qui a pu entraîner une reprise économique en Normandie. Ce qui fait écho à un passage des chroniques de Mathieu d’Escouchy, disant que, dès la fin d’une période de guerre, l’activité commerciale (entre Paris et la Normandie, en l’occurrence) reprend et que les marchands, leurs bêtes et leurs convois sont sur les routes, apportant aux campagnes les marchandises indispensables133. La petite ville est donc le théâtre d’un commerce diffus, omniprésent et quotidien, qui connaît cependant ses points de concentration, maisons à étal, halles, places de marché et de foire. Les marchands qui fréquentent ces lieux paraissent exercer leur activité à l’échelle locale seulement. Impression certainement fausse pour quelques-uns d’entre eux, mais l’extension spatiale de leurs affaires nous est inconnue ; la documentation ne permet de saisir les marchands que dans leur rôle d’intermédiaires entre la ville et la campagne. Ces échanges locaux dessinent autour de la ville une aire de forte influence, une zone où elle donne le « la » par sa consommation, par ses marchands, par ses espèces sonnantes et trébuchantes.

Notes

1 AMPA, CRV, 1529, fo 33.

2 Jules Michelet, Histoire de France, Renaissance et Réforme, Paris, Robert Laffont, coll. « Bouquins », 1982, p. 330-331.

3 ORF, « Privilèges de Louviers », 1467, t. XVI, p. 56-570.

4 . BNF, ms. fr., 25925, 131.

5 Fabricant de cloche ? Sonneur de cloche ? Ou peut-être, fabricant de vêtement de voyage appelé « cloche » (Godefroy) ?

6 AMPA, CRV, 1535, fo 38.

7 Plusieurs actes de ce genre concernent Louviers, comme, 2 E 14 1442, acte du 1er mai 1506 (achat de garance et d’alun), 24 avril 1505 (location d’enclume) ; un cas à Neufchâtel en 1464 : « Jehan le Roux de Neufchâtel vend à Colin Fiquenel de Neufchâtel une forge soufflet et enclume et toutes choses nécessaires à la dite forge pour 30 l. t., de ce le Roux a reçu 21 l. t. », ADSM, 2 E 14 1138, 20 avril 1464.

8 Pour Alain Derville, la forte présence d’activités artisanales et « industrielles » est un critère de définition de la ville médiévale : La Société française au Moyen Âge, Villeneuve-d’Arcq, Presses universitaires du Septentrion, 2002, p. 71-72.

9 Comme on a pu le montrer dans le cas de Rennes, voir Jean-Pierre Leguay et Henri Martin, Fastes et Malheurs de la Bretagne ducale, Rennes, Ouest-France, coll. « Ouest-France université », 1982, p. 307.

10 Théodose Bonnin, Cartulaire de Louviers, t. II, 2e partie, nos 540 et 544.

11 AML, PF 8, FF 8.

12 AML, PF 8, FF 9.

13 ADSM, 2 E 14 1137, acte du 24 janvier 1461.

14 ADSM, 2 E 14 1138, acte du 7 septembre 1461.

15 ADSM, 2 E 14 1138, acte du 25 janvier 1462.

16 ADSM, 2 E 14 1138, actes des 13 mars 1462 et 5 mai 1464.

17 Charles Ouin-Lacroix, Histoire des anciennes corporations d’arts et métiers et des confréries religieuses de la capitale de la Normandie, Rouen, Lecointe frères, 1850 : l’auteur publie en annexe le statut des chaussetiers de Bernay.

18 ADSM, 2 E 14 1139, 1481-1482, acte du 4 août 1482.

19 ADE, E 1823.

20 ADE, E 1831.

21 Louis Passy, Le Livre des métiers de Gisors, Pontoise, Publications de la société historique du Vexin, 1907.

22 ADSM, 54 H 131, compte de l’abbaye de Montivilliers, 1500, partie « Recettes ».

23 ADSM, 3 E 6 118, 1473, nos 80, 81 et 82.

24 ADSM, 3 E 6 115, 1465-1467, no 35.

25 ADSM, G 682, 1511, rôle des amendes de la forêt de Louviers. La comparaison de ce document avec le registre de recettes de l’archevêque, G 680, 1506, a permis d’identifier les artisans cités, demeurant en ville à cette date.

26 BNF, ms. fr., 25927, 484.

27 Évoqué par George Sand dans La Mare au diable, Paris, Le Livre de poche, 1995, p. 48.

28 ADSM, 2 E 14 1139, acte du 23 septembre 1482.

29 ADSM, 2 E 14 1187, 17 mai 1545.

30 ADSM, 2 E 14 1139, acte du 18 septembre 1481.

31 ADSM, 2 E 14 1187, 19 mai 1545. Sur l’importante présence, fin XVe – début XVIe siècle, d’activités métallurgiques le long de la Béthune, voir Brian G. Awty, « L’industrie du fer aux alentours de Neufchâtel-en-Bray », L’Homme et l’Industrie en Normandie, actes du congrès régional des sociétés historiques et archéologiques de Normandie, coll. « L’Aigle », 1988, Alençon, Société historique et archéologique de l’Orne, 1990, p. 275-288.

32 ADSM, G 3894, 1452.

33 ADSM, G 3898 : procès pour les rentes de l’archevêque de Rouen à Louviers, 1451-1493.

34 ADSM, G 685, 1483-1484.

35 ADSM, 2 E 14 1442, acte du 27 avril 1504.

36 ADSM, 2 E 14 1187, acte du 8 août 1542.

37 Canal qui conduit l’eau vers la roue du moulin. Voir Marcel Lachiver, Dictionnaire du monde rural. Les mots du passé, Paris, Fayard, 1997, p. 1402.

38 ADSM, 2 E 14 1442, acte du 15 juin 1503.

39 ADSM, 2 E 14 1442, acte du 12 mai 1503.

40 D’après le Dictionnaire de Furetière et Marcel Lachiver, Dictionnaire…, 1997.

41 Philippe Lardin, Les Chantiers du bâtiment en Normandie, Villeneuve-d’Arcq, Presses universitaires du Septentrion, 1998, p. 321-322 et 390-393.

42 ADSM, 2 E 14 1442, acte du 26 juillet 1504.

43 Ernest Dumont et Alphonse Martin, Histoire de la ville de Montivilliers, Fécamp, Durand et fils, 1886, t. I, p. 190-195.

44 Statuts consultables à Montivilliers, bibliothèque municipale, cartons et pièces diverses.

45 Selon des notes manuscrites de Lefèvre, Montivilliers, bibliothèque municipale ; cité par Ernest Dumont et Alphonse Martin, Histoire…, p. 190.

46 Ce terme, qui est cité par un rôle de fouage de Saint-Germain de Pont-Audemer, désignait en fait un fabricant de chaussures, selon Charles Ouin-Lacroix, Histoire…, p. 159.

47 ADSM, 2 E 14 1442, acte du 30 avril 1505.

48 Charles Ouin-Lacroix, Histoire…, p. 143.

49 Simone Roux, « La construction courante à Paris du milieu du XIVe à la fin du XVe siècle », in La Construction au Moyen Âge, histoire et archéologie, actes du congrès de la Société des médiévistes français, Paris, Les Belles Lettres, 1973, p. 181.

50 ADE, 2 E 3971, 18 janvier 1484.

51 ADSM, G 653, partie « Œuvres et réparations ».

52 ADSM, G 658, 1460, partie « Œuvres et réparations ».

53 AMPA, CRV, 1490, fo 26 ; ADE, 2 E 3971, 16 mars 1477.

54 Pourtant, pas de trace de celle-ci dans les comptes de la ville.

55 Alain Salamagne, Construire au Moyen Âge : les chantiers de fortification de Douai, Villeneuve-d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, 2001, p. 111-112.

56 ADSM, 3 E 6 122, 1490, no 38.

57 AMPA, CRV, 1525, fo 22.

58 AMPA, CRV, 1502, fo 8.

59 Un exemple parmi d’autres : AMPA, CRV, 1494, fo 17, « Denis Estienne et Thomas Petit, son parsonnier ».

60 AMPA, CRV, 1455-1481, PJ, 26 avril 1466.

61 AMPA, CRV, 1455-1481, PJ, 20 février 1477.

62 AMPA, CRV, 1481-1490, PJ, 31 mai et 21 novembre 1481.

63 ADE, 2 E 3971, mai 1484.

64 Philippe Lardin, Entre tradition et modernité, les premières années du Havre (1517-1541), Rouen, Publications de l’université de Rouen, 2003, p. 33-39.

65 ADSM, G 653, 1454-1455, partie « Œuvres et réparations ».

66 AMPA, CRV, 1481-1490, PJ, 26 juin 1481.

67 AMPA, CRV, 1481-1490, PJ, 20 avril et 19 juin 1482.

68 AMPA, CRV, 1481-1490, PJ, 13 septembre et 10 janvier 1484.

69 AMPA, CRV, 1481-1490, PJ, 12 novembre 1481.

70 ADSM, G 662, 1465, partie « Œuvres et réparations ».

71 AMPA, CRV, 1505, fo 21 ; 1511, fo 21 ; 1513, fo 20 ; 1518, fo 31.

72 ADSM, 2 E 14 1442, actes des 19 et 22 mai 1503.

73 ADSM, 2 E 14 1442, actes des 29 mai et 8 mai 1503.

74 ADSM, 2 E 14 1443, acte du 22 mars 1510.

75 ADSM, 2 E 14 1442, 1503 : actes des 24 juillet, 12 et 13 mai 1503.

76 ADSM, 2 E 14 1442, acte du 9 mai 1503.

77 ADSM, 2 E 14 1443, acte du 3 mars 1510.

78 ADSM, 2 E 14 1442, acte du 11 juillet 1503.

79 ADSM, 2 E 14 1442, acte du 27 juillet 1504.

80 ADSM, 2 E 14 1442, acte du 20 juillet 1505.

81 ADSM, 2 E 14 1442, acte du 21 avril 1505.

82 ADSM, 2 E 14 1442, acte du 9 mars 1505.

83 Jean-Jacques Rousseau raconte dans ses Confessions comment, étant jeune apprenti à Genève, il est allé voler des asperges (« en leur primeur », en début de saison) en un jardin, puis les a vendues au marché. L’argent ainsi récolté permet de faire un bon déjeuner avec deux autres compagnons. La production des jardins n’est donc pas d’un rapport négligeable ; Confessions, Paris, Garnier, 1980, p. 35-36.

84 ADSM, 2 E 14 1442, acte du 16, 17 et 22 avril 1505.

85 Dans ses Mémoires d’un compagnon, Agricol Perdiguier décrit la condition sociale de son père, menuisier à Morières, petite ville de 2 000 habitants dans les années 1800. Celui-ci est certes un menuisier qui ne manque pas de tâche, mais il vit aussi de l’exploitation de ses terres disséminées dans la périphérie de la ville. Tous ses enfants, dont Agricol, passent la plus grande partie de leur temps aux travaux des champs. Cette situation, certainement très courante dans la société pré-industrielle, coïncide avec celle que l’on peut observer dans les documents médiévaux normands ; Agricol Perdiguier, Mémoires d’un compagnon, Paris, Imprimerie nationale (Acteurs de l’histoire), 1992, p. 31-49.

86 Voir André Plaisse, La Baronnie de Neubourg, Paris, PUF, 1961, p. 401-402.

87 ADSM, 2 E 14 1443, acte du 1er mars 1505.

88 ADSM, 2 E 14 1443, acte du 12 mars 1505.

89 AN, JJ 192, 1461, no 32. La « balle » est le ballot qui contient la marchandise du mercier ; la « tablete » est une petite table portative qui permet au marchand ambulant d’exposer ce qu’il souhaite vendre. Voir le texte no 7 en annexe.

90 Michel Bochaca, Les Marchands bordelais au temps de Louis XI, Bordeaux, Ausonius, coll. « Scripta varia », no 2, 1998, p. 15 et, en particulier, la note 3.

91 Probablement de l’orge fermentée que l’on emploie pour la fabrication de la bière. Voir articles « drac », drasche », « draschier », dans Frédéric Godefroy, Dictionnaire de l’ancienne langue française et de tous ses dialectes du XIe au XVe siècle, Paris, Librairie des sciences et des arts, 1937.

92 S’agit-il de Dancourt, à 5 km de Blangy-sur-Bresle, à 20 km de Neufchâtel ?

93 ADSM, 2 E 14 1187, acte des 24 et 25 mai 1542.

94 AN, JJ 192, 1461, no 32.

95 ADSM, 3 E 6 118, no 83 : « À Toussains Laurens dit Marraine, prévôt des prévotés de Leuré et Harfleur, 100 s. t. dont 60 s. t. pour avoir tenu francs quites et exempts de coustume tous les marchands qui sont venus es foires de Harfleur […] à cause des marchandises qu’ils apportaient es dites foires ».

96 ADSM, G 681, Louviers, partie « Dépenses et mises » : « […] pour la dépense faite le jour de la foire Saint Martin d’iver le 11 novembre 1509 par les officiers et sergents et par les gentilshommes tenant noblement de lui qui ont été à la chevauchée d’icelle foire par 2 fois l’une devant dîner et l’autre après ainsi qu’ils sont sujets et que de tous temps est accoutumé faire ».

97 ORF, t. XVII, 1466-1473, lettre sur les foires et marchés d’Arques, 19 juillet 1468.

98 Henri Sée, Louis XI et les villes, Paris, Hachette, 1891, p. 124-125.

99 ADSM, G 648, compte de l’archevêque, 1459-1460 : on recouvre de tuile « la Grande halle et la halle aux poissons ».

100 ADSM, G 648, compte 1459-1460, partie « Œuvres et réparations ».

101 Voir 3 E 6 115 et 116 : pièces comptables, 1465-1467 et 1473.

102 ADSM, 3 E 6 118, no 60, 1473.

103 ADSM, 16 H 115.

104 Pas de précision sur ce point dans les sources, mais on peut retenir un intéressant passage des Mémoires d’un âne de la comtesse de Ségur : l’âne Cadichon est utilisé par son maître pour porter chaque semaine des marchandises au marché de Laigle. Parce qu’il est maltraité, l’âne s’enfuit. Dans sa fuite, il prend garde de ne pas s’arrêter dans les fermes situées dans un rayon de 15 km, car il y est connu. Passé cette limite, plus personne ne le connaît, car les paysans de la région fréquentent un autre marché.

105 AN, JJ 175, no 300, 3 juillet 1434, transcrite dans Paul Le Cacheux, Actes de la chancellerie d’Henri VI concernant la Normandie sous la domination anglaise, 1422-1435, Rouen-Paris, Lestringant-Picard, 1907, t. II, p. 292.

106 AN, JJ 208, nos 37, 58, 101, 1480-1482.

107 Sur la question des greniers à sel : Jean-Claude Hocquet, Le Sel et le Pouvoir de l’an mil à la Révolution, Paris, Albin Michel, coll. « L’Aventure humaine », 1984, p. 281-312.

108 ADSM, 3 B 2 187.

109 Voir notamment le plan de Louviers par Bachelay, 1748, musée de Louviers.

110 AN, JJ 181, 1452-1453, no 71.

111 ADSM, 2 E 14 1187, acte des 13 et 24 septembre 1542.

112 ADSM, 2 E 14 1187, acte du 15 mai 1545.

113 Paul Le Cacheux, Correspondance de la famille d’Estouteville, Rouen-Paris, Lestringant-Picard, 1935, lettre XXXI, p. 56. L’auteur de cette lettre, intéressé par les jardins, mentionne quelques productions : laitues, pommiers, « porée », « pourpié » (plante à petites feuilles charnues comestibles).

114 AN, JJ 227, 1494-1497, no 114 : « Jaquet Dumont, jeune compagnon à marier, agé de 26 ans ou environ, il y a un an, à Pont-Audemer où il vivait et servait au métier de chaustier [sic] a été accusé à justice d’avoir prins et détourné certain quantité de chapons et de volailles en aucuns lieux jusque à la valeur de 10 à 15 tant en l’ostel de ses frères que autres lieux […] ».

115 AMPA, CRV, 1497, fo 35 : « […] une carpe prise ès fossés de ceste ville du Pont-Audemer par les hables [?] et les aides où ils ont vacqué par deux jours, six hommes et deux escaudes dont la moitié de ladite carpe appartenait auxdits pescheurs estimée à 16 sols, pour le salaire des pescheurs d’avoir été ès fossés, 20 s ».

116 AMPA, CRV, 1497, fo 35 : un marchand de Quillebeuf fournit un marsouin, valant 10 l. t., 2 raies, 12 s. 6 d. ; 6 brochets de Seine sont achetés à Caudebec, pour 56 s. 6 d. ainsi que 2 lamproies, 22 s. d. La ville achète aussi 6 truites de Risle, 10 s. et un cent d’écrevisses 2 s. Rapellons qu’à cette date, la journée de travail d’un ouvrier maçon à Pont-Audemer est de 2 à 3 s. environ. La dépense est fort importante, mais il s’agit de recevoir le Général de Normandie et sa suite.

117 Le terme apparaît rarement ; à Pont-Audemer, une seule mention dans CRV, 1525, fo 33 : « à Robert Bourrel, poissonnier, 60 s. t. pour l’achat d’une alloze et autre poisson présenté par les bourgois aux seigneurs de saint Pierre et de la Mailleraye ».

118 ADSM, G 648, « recettes », partie « Forfaitures ».

119 Charles de Beaurepaire, Les Tavernes de Rouen au XVIe siècle, Rouen, Boissel, 1867, p. XII.

120 Voir dans la partie précédente le passage sur « la représentation de villes » et les « tavernes ».

121 Même constatation faite par Albert Rigaudière, Saint-Flour, étude administrative et financière, Paris, PUF, 1980, p. 891-892.

122 AN, JJ 182, 1453-1454, no 24.

123 Bulletin de la commission des antiquités de la Seine-Inférieure, t. IX, 1891-1893, Rouen, 1894, p. 46, cité par Lucien-René Delsalle, Vivre à Rouen, 1450-1550, documents choisis et commentés, Mont-Saint-Aignan, CRDP, 1975, p. 91.

124 AML, PF 8, FF 9.

125 Vin doux, originaire de Grèce en principe ; peut-être s’agit-il là de vin espagnol ou portugais.

126 Probablement la Romanie vénitienne, îles grecques (Crète, Eubée…).

127 ADSM, 2 E 14 1443, acte du 3 mars 1510.

128 Respectivement, AMPA, CRV, 1477 et suivant ; ADSM, 2 E 14 1443, acte du 1er mars 1510 ; ADSM, 2 E 93 12, acte du 9 août 1535 ; ADSM, 2 E 14 1173, 7 février 1535, jardin en houblonnière.

129 ADSM, 2 E 14 1442, acte du 13 mai 1505, parmi d’autres.

130 ADSM, 2 E 14 1443, acte du 14 mars 1510.

131 ADSM, 2 E 14 1443, acte du 17 mars 1510.

132 ADSM, 2 E 14 1187, 1542, fo 103 vo (vente de fer) ; ibid., fo 2, juin 1542 (lard) ; ibid., fo 10, juin 1542 (cidre).

133 Mathieu d’Escouchy, Chroniques, in Choix de chroniques et mémoires sur l’Histoire de France, XVe siècle, Jean-Alexandre Buchon (éd.), Paris, Auguste Desrez, 1838, p. 16 : « Enfin, […] après que toutes sortes de gens de guerre se furent retirés et mis bon ordre et conduite, comme il est dit, les marches et pays du royaume en devinrent plus seurs et mieux en paix, dès dedans deux mois ensuivans, qu’ils n’avoient esté trente ans auparavant […]. Et adonc de plusieurs parties du royaume commencèrent les marchands de divers lieux, à traverser de pays à autre, et à exercer leurs marchandises et faire leur négoce et commerce ».

Table des illustrations

Légende Fig. 1 – Origine des ouvriers et apprentis travaillant à Elbeuf en 1491.D’après un rôle de fouage (BNF, ms. fr., 25923, no 981). Cent soixante-quatorze personnes déclarent que le fouage dont elles sont redevables est payé par leurs parents. Ce sont donc des apprentis et de jeunes ouvriers encore attachés à leur famille. Sur ces cent soixante-quatorze, soixante-douze habitent Elbeuf, cent deux sont originaires des bourgs et villages de la région environnante.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5056/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Légende Fig. 2 – Les relations commerciales entre Neufchâtel et sa périphérie, 1542(Source : E 14 1187).Les produits échangés sont à peu près les mêmes pour les deux cartes : laine, blé, drap, fer, bois. En outre, la ville vend dans ses campagnes proches des chevaux, du cuir, des briques, du cidre.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5056/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Titre Tab. 2 – Gains annuels de quelques taverniers de Pont-Audemer, d’après les comptes municipauxa (1466-1528)
Légende a. Chiffres arrondis, exprimés en livres tournois ; les années manquantes (1496, 1506, 1522…) indiquent que le tavernier n’a pas été payé par la ville ces années-là.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5056/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 124k

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search