Version classiqueVersion mobile

Petites Villes de Normandie

 | 
Bruno Sintic

Quatrième partie. Les habitants des petites villes et leurs activités économiques

Chapitre 1. Origines des habitants et mouvements de la population

Texte intégral

1Une ville est un ensemble humain qui se définit d’abord par le nombre des habitants et par les variations de ce nombre. L’économie est aussi un élément d’identité des villes. Tels seront les aspects abordés, mais l’analyse mettra l’accent sur la part humaine de la réalité urbaine. Les hommes nous intéressent plus que les fonctions des villes. Comment, dans les conditions de travail de cette époque, la société humaine des villes normandes se subdivise-t-elle et se hiérarchise-t-elle ?

Variation du nombre d’habitants

2Le nombre des habitants d’une ville est un point fondamental de l’étude urbaine. Les documents médiévaux rendent pourtant la connaissance de la démographie des villes très difficile et pleine d’incertitude. Peut-on connaître le nombre des habitants des petites villes normandes ou, au moins, les principales évolutions de ce nombre au cours de notre période ?

Chiffres de population

  • 1 Guy Bois, Crise du féodalisme, 2e éd., Paris, Presses de la Fondation nationale des sciences polit (...)

3Les documents qui fournissent quelques chiffres sont, d’une part, le pouillé d’Eudes Rigaud datant du milieu du XIIIe siècle, d’autre part, les rôles de fouage-monnéage qui ont pu être conservés pour les XIVe, XVe et XVIe siècles, ensuite quelques enquêtes paroissiales du XVe siècle. Le rapprochement de ces données chiffrées n’est pas aisé et plusieurs difficultés limitent fortement l’interprétation de ces documents. En premier lieu, l’estimation d’Eudes Rigaud s’énonce en nombre de paroissiens, celle des rôles de fouages en feux. Ces deux notions sont-elles équivalentes ? En partie, selon Guy Bois1. Lorsque les familles sont entières, il y a équivalence ; lorsque le père décède, il y a divergence. En second lieu, les levées du fouage ne sont pas effectuées toujours dans le même cadre administratif et géographique : à Bernay, le fouage est perçu par rue, ailleurs, par paroisse ; celles-ci intègrent-elles les hameaux qui existent sur leurs territoires ? C’est en général le cas, mais en d’autres occasions, ceux-ci font l’objet d’un compte séparé. En outre, certaines paroisses font l’objet de deux rôles, car elles sont divisées en deux sergenteries entre lesquelles est répartie la levée du fouage. Enfin, les hasards de la conservation expliquent que certains rôles soient mutilés, effacés ou que d’autres aient disparu. Au total, pour certaines localités, on peut disposer de deux rôles pour une année, trois pour une autre année, une moitié de rôle pour l’année suivante, mais pour une rue seulement, et ainsi de suite. À ces difficultés viennent s’ajouter d’autres : les collecteurs du fouage ont-ils noté tous les feux existants dans leur circonscription ? Tous les nobles sont-ils mentionnés ? Et les clercs ? Entre deux levées, les déplacements et les migrations peuvent modifier sensiblement le nombre d’habitants. La population pauvre, en partie fluctuante et parfois mobile, est-elle strictement comptabilisée par les rédacteurs des rôles ? L’examen de ces données est ainsi bien problématique, l’imprécision, l’incertitude et une part d’erreur entachent les impressions que l’on peut en retirer. Dans ces circonstances, que dire d’à peu près assuré ?

4Les chiffres relatifs à quelques villes dont plusieurs rôles ont été conservés pour une période s’étendant de la fin du XIVe siècle au commencement du XVIe siècle montrent la perte de population que les villes et paroisses ont connue durant les années de l’occupation anglaise. Pour la plupart de ces localités, l’affaissement démographique est sensible. Ainsi, la paroisse Saint-Jean de Louviers, paroisse périphérique en partie agricole, dont les rôles n’enregistrent qu’un hameau (« Les Monts ») compte 26 feux en 1428, 12 feux en 1455, 18 en 1480, 45 feux en 1500. Louviers a été très éprouvé par la guerre, des combats nombreux ont été livrés autour et dans la ville en 1430 notamment, où celle-ci a été prise puis perdue par les troupes françaises. Les villages alentour ont été, dans ce contexte, particulièrement exposés aux exactions. « Les Monts » est un village viticole, installé sur un talus, en hauteur ; l’intérêt stratégique, la présence de populations paysannes, les maisons, réserves alimentaires (et caves) en faisaient donc une proie pour la soldatesque. Ce qui permet de comprendre la perte d’une moitié de la population jusqu’en 1450, la lente reprise entre 1450 et 1500, puis une vie retrouvée vers 1500. La variation des chiffres pour d’autres villes (Bernay, Elbeuf, Pont-Audemer) est assez comparable.

  • 2 On considère qu’un feu est égal à 4 habitants et non 5, la période étant troublée, la mortalité fo (...)

5Certaines villes sont fort peuplées dans les années qui précèdent ou suivent la reconquête de la Normandie. Ainsi, Montivilliers (418 feux en 1452, soit 1 500 à 2 000 habitants), Pont-de-l’Arche (457 en 1446, soit 1 800 à 2 000 habitants2), peut-être aussi Les Andelys. Villes refuges pour les ruraux, places fortes à tenir pour les militaires anglais ou à prendre pour les troupes françaises, elles ont pu accueillir au cours de ces années 1445-1455 toutes ces sortes de populations. Ce qui est illustré par Pont-de-l’Arche en 1446 : le rôle de fouage détaille le nombre assez inhabituel de nobles, d’Anglais, de soldats et de pauvres présents alors dans cette ville.

6Enfin, vers 1500, les villes normandes connaissent dans l’ensemble une réelle reprise démographique. Neufchâtel, peu représentée dans ces documents, a conservé les rôles de ses trois paroisses pour l’année 1500. Ces listes de contribuables, complètes et lisibles, offrent toutes les informations que ce type de documents peut fournir. À cette date, la ville compte 495 feux, soit 2 000 à 2 500 habitants, chiffre que l’on n’a encore jamais rencontré jusque-là pour aucune autre petite ville. D’autres rôles confirment cette évolution : la paroisse Saint-Sevestre à Cormeilles qui comptait 34 feux en 1467 en compte 78 en 1506.

  • 3 ADSM, 16 H 115.

7Quelques éléments précisant la chronologie du dépeuplement-repeuplement des villes sont contenus dans un texte relatif à Caudebec. Environ quatre-vingts personnes, anciens habitants de la ville et témoins de l’occupation anglaise, interrogées pour les besoins d’un procès déclarent qu’il y a eu, dans l’histoire de Caudebec et de sa région, une période avant « la descente des anglois », puis une période de présence anglaise et de retour à la normale, puis un changement avec l’année 1435, au moment de l’insurrection du pays de Caux, où, semble-t-il, les cadres habituels de la vie urbaine ont disparu : plus de marchand, ni de marché, départ des populations3. Le fouage postérieur indique que la paroisse Notre-Dame, principale paroisse, compte après 1450 68 feux, ce qui est bien peu… Caudebec après 1435 a certainement perdu une grande partie de ces habitants. Louviers s’est trouvé dans des circonstances semblables, et si l’on ne dispose pas des rôles complets, les comptes de l’archevêque de Rouen, qui notent la réoccupation des vides places et des biens en non-valoir, manifestent que la reprise y a été lente également.

Natalité

  • 4 BNF, ms. fr., 25925, 139 : Saint-Jacques de Neufchâtel, 1500 ; ms. fr., 25928, 813, Saint-Jacques, (...)
  • 5 Une lettre de rémission évoque cette situation pour une famille de Pont-Audemer, appauvrie par la (...)

8Rien ou presque ne renseigne sur la natalité et de ses fluctuations en Normandie au XVe siècle. Quelques rôles de fouages indiquent la composition des familles, ce qui donne un éclairage indirect sur le mouvement des naissances. La plupart des familles mentionnées sont monoparentales. Des femmes, souvent veuves, donc pauvres, sont chargées de deux ou trois enfants, rarement quatre. Ces renseignements découlent de la nature de la source : les collecteurs sont attentifs à justifier l’exemption éventuelle du contribuable. « Marion Bougeur et ses deux enfants », de Neufchâtel, ne paient pas en 1500 ; « Raoulline Desrosiers et ses enfants » non plus. « Jehannette Bourgoise et ses enfants », « la veuve maitre Jehan Cicefille et ses enfants », « la veuve Jehan Durant et son fils », « la veuve Papillon et son fils », « Jehanne Guillebert et son fils », « Jehanete Angoys et sa fille », « Yolette la Grève et un enfant », « Marinette de Frey et son fils », « Rosine de Bétencourt et ses 2 enfants », « Jehanne Baulet et son fils », « Marthe Bardot et deux enfants », « Jehannet Desfens et 2 enfants », « Jehanne Harenc et 4 enfants » : voici quelques exemples de familles rencontrés dans les rôles de Neufchâtel en 15004. Les familles avec deux à quatre enfants peuvent être considérées comme réelles et complètes. Les lettres de rémission livrent des chiffres comparables. En revanche, les familles à enfant unique, comme les veuves avec enfant, présentent un cas plus difficile à interpréter : la pauvreté a pu pousser les enfants majeurs à partir chercher du travail5, la mère pauvre restant avec le ou les enfants les plus jeunes.

  • 6 Pont-Audemer, Saint-Ouen, baie 16 ; Bernay, Notre-Dame de la Couture, baie 16.
  • 7 Guy Bois, Crise…, p. 317.

9Quelques lettres de rémission indiquent que tel homme « pauvre homme de labour », « pauvre compagnon » est chargé de six petits enfants. Indication certainement exacte, mais faite pour apitoyer. Combien de ces enfants atteindront l’âge adulte ? À l’autre bout de l’échelle sociale, l’avocat Étienne Houe a trois filles, toutes mariées au moment de son décès en 1495 ; les bourgeois qui se font représenter agenouillés au bas des vitraux sont parfois entourés de nombreux enfants : à Pont-Audemer, cinq garçons et deux filles autour de Guillaume Tesson et sa femme ; à Bernay, dix garçons et dix filles autour de Nicolas Fouques et sa femme6. Le faible nombre des indications évoque des réalités trop diverses qui ne permettent pas d’estimer la taille moyenne des familles dans les petites villes ni leur fécondité. Guy Bois, après une étude très fouillée, formule l’hypothèse de la vitalité démographique de la population normande vers 1500 : il considère que la province a connu un phénomène de récupération après la fin des guerres et que son mouvement démographique a été « torrentiel »7. La seule lecture des rôles de fouage ne permet pas de prendre conscience de ce phénomène. L’augmentation de la population se lit dans ces documents, mais paraît incertaine, chaotique et surtout lente pour les petites villes. Ce que confirme la permanence des terrains et maisons vides – les « vides places » – qui tendent à disparaître vers 1500-1510, à Louviers et Montivilliers, moment où la reprise démographique est effective.

Mortalité

  • 8 Voir tableau infra, chap. « Pestes et épidémies ».

10Les renseignements directs ou indirects relatifs à la mortalité sont un peu plus nombreux. L’origine des mortalités, comme les épidémies, sont mentionnées par certaines sources. À la fin du XVe siècle et également au XVIe siècle, les villes normandes sont affectées par des « pestes » récurrentes, séparées par des intervalles de dix à quinze ans8. Dans quelle mesure les populations urbaines sont-elles décimées par ces vagues mortelles ? Aucune liste de morts, de sépultures, d’inhumation ne nous est parvenue. La disparition des habitants, par mort ou par fuite, est suggérée par l’étendue des « places vides », des maisons sans locataire, des terres sans tenancier. Les comptes seigneuriaux de Louviers et ceux de Montivilliers nous renseignent sur ce point. À Louviers, en 1448-1449, sur 50 maisons appartenant à l’archevêque, 12 ont été abattues, 6 autres sont vides, parmi celles-ci, certaines sont alors occupées par des hommes de guerre. Donc, une petite moitié des habitants de ces maisons a disparu, soit parce qu’ils sont morts, soit parce qu’ils ont fui. Il semble d’ailleurs que la mortalité prime, car les nombres des « hoirs » mentionnés comme tenanciers dans ce compte est impressionnant. Le compte de 1450 complète ces résultats : 47 maisons ne rapportent plus rien à l’archevêque, parmi lesquelles 11 ont été abattues, le terrain est nu, dit-on : « il ne reste que la place et elle est pleine d’immondices » ; dans quelques cas, la dévastation a été telle qu’on ne sait plus où se trouvait la maison autrefois et, précise-t-on, « n’y a nul hoirs » ; en outre, 12 pièces de terre de diverses natures (jardin, vergers…) sont sans tenancier. En 1474, les maisons abattues sont au nombre de 30. La perte en argent s’élève en 1460 à 59 livres 10 sous 6 deniers, en 1461 à 60 livres, en 1465 à 69 livres. Un montant d’environ 65 livres se maintient jusqu’en 1501. Il faut attendre 1505 pour repérer un infléchissement notable : cette année-là, 9 terrains sur 50 terrains vacants sont « fieffés » à nouveau, et souvent avec des rentes diminuées ; en 1510, 39 livres seulement manquent dans le compte. Signes d’une probable remise en valeur de ces terrains et de ces maisons, que de nouveaux habitants sont venus réoccuper.

  • 9 ADSM, 54 H 330.
  • 10 ADSM, 54 H 98-99, 1450; 54 H 101, 1454; 54 H 131, 1500; 54 H 136, 1502; 54 H 152, 1514; 54 H 155, (...)

11À Montivilliers, ville connue par les comptes de son abbaye, dans la paroisse principale, Saint-Sauveur, les biens et maisons qui, en 1450, étaient sans tenancier, le sont toujours en 1500 ; 71 biens ne rapportent pas pour des raisons diverses : certains ont été occupés définitivement au moment d’une extension de l’enceinte urbaine, ou d’un élargissement des fossés, d’autres ont disparu en raison de la guerre, c’est-à-dire de l’ensemble des guerres survenues depuis 1337. Ainsi, parmi ces 71 biens, se trouvent des maisons, des pièces de terre nues, des pièces de terre « édiffiées ». Dans la paroisse Saint-Sauveur, l’abbaye possède environ 35 maisons dont 19 sont en ruine ou abattues « en raison des guerres ». En 1454, 6 maisons parmi ces 19 paraissent se relever, car elles sont à nouveau louées ; les autres restent « en non-valoir » jusque vers 1510-15209. Les recettes montrent qu’en 1450, sur les 90 livres que l’abbaye devrait percevoir de son domaine fieffé, 41 livres ne « rentrent pas » ; en 1500, les recettes attendues sont de 98 livres, les rentes non perçues s’élèvent à 38 livres. Donc, à peu de choses près, la situation de 1450, pour la paroisse Saint-Sauveur s’est prolongée jusqu’en 1500, un bon tiers des maisons que l’abbaye possède dans la paroisse centrale de Montivilliers ne rapporte rien10.

12La reprise démographique s’est donc fait attendre. La guerre de Cent Ans a bouleversé violemment les villes moyennes, qui, comme Louviers, Montivilliers, mais aussi Pont-Audemer, Harfleur, ou Neufchâtel ont été des pôles économiques et des places fortes d’un intérêt militaire non négligeable.

13Rien de plus marquant de ce point de vue que la situation de Caudebec vers 1450, bien que le document qui nous renseigne ne soit pas daté : la perturbation, causée dans cette ville par les troubles du pays de Caux au cours de la fin de l’occupation anglaise, entre 1435 et 1450, est telle qu’une fois la paix revenue, les usages ordinaires de la vie économique (organisation des marchés, droits d’étal, taxes commerciales…) ne reprennent pas, car plus personne ne les connaît. L’abbaye de Saint-Wandrille, seigneur de Caudebec, possède des droits sur les marchés, les foires, le commerce des marchandises et tente d’imposer aux marchands l’obligation d’étaler leurs produits sous les halles moyennant une taxe. Les marchands refusent ; une contestation s’élève. Une enquête doit déterminer quels étaient les usages anciens. Des témoins âgés se souviennent de temps révolus, les années 1410-1420 pourtant assez proches, où tout fonctionnait encore. La dépopulation a donc été profonde et le renouvellement des populations généralisé.

  • 11 AMPA, CRV, 1455-1481, PJ, 30 septembre 1481, vidimus d’une lettre de Louis XI.
  • 12 AMPA, CRV, 1481-1490, PJ, 2 novembre 1482.

14La disparition des citadins est quelquefois évoquée explicitement. Ainsi, vers 1464, à Pont-Audemer, une lettre de Louis XI mentionne le vide qui prévaut dans cette ville : le roi fait savoir aux habitants qu’il leur accorde une exemption de taille « pour ce que ladite ville qui estoit fort dépopulée se peut repeupler et habiter »11. Par une incitation fiscale, le roi cherche à encourager les habitants des faubourgs à se loger en ville afin que « ladite ville soit de bref peuplée, habitée et réparée et mise en bon état » ; ce qui sous-entend que la ville avait perdu une part importante de ses habitants. En 1482, un texte confirme que les habitants qui sont venus durant cette année s’installer « dans l’enclos » seront affranchis de taille12.

  • 13 ADSM, 3 B 2, f° 546 : cour des aides.

15D’autres épisodes guerriers ont semé l’effroi et diminué les populations des villes. À Eu, après le passage de troupes bourguignonnes en 1472, la ville est incendiée, les habitants sont en fuite. Ce raid bourguignon touche aussi Auffay, Neufchâtel, Pavilly, Aumale. Une situation semblable touche Le Tréport vers 1545, à la suite d’un débarquement anglais et la mise à sac du port13.

16La perte des habitants s’exprime également par la diminution des recettes de la ville : à Pont-Audemer, en 1518, les recettes sont de 1 144 livres, soit 150 livres de moins que l’année précédente. En cette année de peste, toutes les rentrées d’argent, qui alimentent les finances de la ville, sont en baisse. Ce qui est d’autant plus important que, depuis une dizaine d’années, ces mêmes recettes avaient tendance à augmenter.

17Une ponction sévère a été opérée sur la population de cette ville. Les années suivantes, les recettes se rétablissent à leur niveau antérieur.

18La tendance d’ensemble qui se dessine au travers des sources correspond à celle que trace Guy Bois : vers 1450, la dépression démographique est une réalité, dans les campagnes surtout ; entre 1450 et 1490 ou même 1500, la reprise est lente, car les freins, que sont la renaissance ponctuelle de la guerre, une lourde fiscalité, la faible intensité des migrations, la ralentissent ; cependant, cette période bénéficie de l’absence de famine et de grandes « mortalités » ; ce qui permet l’amélioration de la situation démographique vers 1490-1500.

Origine de la population

19Il est courant de penser, selon un cliché tenace, que la population médiévale se déplaçait peu et restait attachée à son village, son seigneur, sa ville. Les listes d’habitants, données par les rôles de fouage, montrent assez clairement, dans les bourgades qui ont conservé plusieurs de ces rôles pour des dates proches, que les mêmes noms se retrouvent d’une levée à une autre. Mais ils signalent aussi qu’une partie de ces noms est nouvelle. Les populations des bourgs et des villes ont oscillé, ont changé, se sont renouvelées au cours du XVe siècle, qui fut si perturbé en Normandie. Les tragiques événements militaires du premier XVe siècle ont jeté de nombreux citadins sur les routes, fuyant vers des régions calmes et sûres, ont aussi provoqué la mort et réduit le nombre des habitants ; une fois la Normandie reconquise sur l’occupant anglais, les villages, bourgs et villes se sont progressivement relevés et repeuplés. Les populations urbaines ont donc connu de nombreux mouvements, soubresauts et va-et-vient, contrastant singulièrement avec l’image d’un Moyen Âge figé dans ses terroirs. En outre, les habitants des villes avaient l’occasion de se déplacer à courte ou longue distance pour leurs besoins professionnels, économiques, familiaux ou autres. Ce sont ces mouvements variés et complexes qui seront décrits ici dans la mesure où la documentation le permet.

Originaires des campagnes alentour ? de Normandie ?

20La relation quotidienne ou hebdomadaire d’une ville avec sa périphérie rurale apparaît avec évidence dans la plupart des documents : l’essentiel des actes notariés contenus dans les registres de Saint-Saëns en 1535 sont ceux de ruraux, 80 actes sur 461 concernent la ville, 379 actes touchent les villageois habitant la périphérie. Même cas à Neufchâtel en 1460 : 212 actes concernant la campagne sur un total de 296 ; en 1481, situation différente : 74 actes pour des paysans sur un total de 214 ; en 1535, 307 actes concernent la campagne sur 461. À Louviers, en 1503, 182 actes pour les ruraux sur 452. Pour la majorité des registres consultés, les parties contractantes, originaires de villages voisins, venaient devant notaire, en ville. Les habitants des campagnes se rendaient donc régulièrement à Neufchâtel, Louviers et Saint-Saëns pour toutes sortes d’affaires, commerciales, judiciaires, familiales.

21Cette fréquentation de la ville par les ruraux a pu conduire quelques-uns d’entre eux à s’installer en milieu urbain. Les rôles de fouage éclairent un peu ce point. Dans les rôles conservés pour une dizaine de petites villes à la fin du XVe et au début du XVIe siècle, les traces de déplacement définitif de la campagne vers la ville montrent qu’une ville trouve une partie de ses habitants dans les villages immédiatement proches.

  • 14 ADSM, 54 H 330 : abbaye de Montivilliers.
  • 15 Description de la situation de la Normandie vers 1484, insistant sur le poids de la guerre, des ép (...)

22La Normandie, dans son ensemble, fournit aussi un certain contingent de migrants : un homme de Bayeux est venu résider à Pont-Audemer ; un apprenti de Ferrières-sur-Risle s’est installé à Bernay ; à Montivilliers demeure en 1510 « Jacques Bricqueville, pelletier, natif de Caen »14. Un acte tiré d’un registre notarié de Saint-Saëns signale le cas de « Guillaume Gallouyn, natif de Saint-Aubin de Cellon, dans l’évêché de Lisieux » ; celui-ci est venu à Saint-Saëns, a pris pour femme Marguerite, du village de Massy près de Neufchâtel, et a eu d’elle un fils, Guillaume, né vers 1487 ; comme on doute de la légitimité de celui-ci, et donc de ses droits de succession, une commission de témoins fiables (trois clercs et un boulanger) confirme qu’il est bien de naissance légitime. Ce cas reflète-t-il la désorganisation et le flou régnant à la fin du XVe siècle dans ces localités du pays de Bray ? Oui, si on rapproche ce cas des propos de Jean Masselin tenus vers 1484 aux états généraux de Tours15.

23Ces hommes se sont installés pour des raisons professionnelles et économiques. Ce sont souvent des hommes de métier, des artisans. L’un d’entre eux, mort en 1484, est connu par une trace un peu moins laconique que de coutume dans l’église de Caudebec-en-Caux :

  • 16 Cité par Edmond Spalikowski, À travers Caudebec-en-Caux, notes d’un flâneur, Yvetot, 1930, p. 27.

Cy devant git Guillaume Letellier natif de Fontaine-les-pins près de Fallaize, en son vivant maître maçon de cette église de Caudebec qui par l’espace de trente ans et plus en a eu la conduite, pendant lequel temps à achevé l’oo et soupa elles [sic] avec le haut de la nef d’icelle églisse plafode [sic] et eslevé tout le cur et chapelles entor icelle et levé jusqu’aux premières allées avec la clef pendante de cette présente chapelle. Trépassa le premier jour de septembre l’an mil quatre cent quatre-vingts et quatre16.

D’autres régions françaises ?

24Chacune des villes secondaires de Normandie paraît soumise à l’influence d’une ville ou d’une région voisine de plus grande importance. Les migrations traduisent l’intensité des relations qui les unissent.

  • 17 Ernest Dumont et Alphonse Martin, Histoire de Montivilliers, Fécamp, Durand et fils, 1886, t. I, p (...)
  • 18 ADSM, 2 E 14 1139, 10 décembre 1481.
  • 19 ADSM, 2 E 14 1139, 6 novembre 1481 : « Jehane Maignes, demourant à saint Jehan de Neufchâtel, donn (...)

25La Normandie connaît depuis longtemps des courants commerciaux qui la relient à la Picardie, à l’Artois et aux États bourguignons. Courants qui empruntent la voie maritime ou la voie terrestre. Ainsi, Montivilliers est, depuis le XIVe siècle au moins, en raison de ses productions textiles, étroitement liée à Abbeville dans le cadre du commerce de la laine et des draps. Les marchands de laine d’Abbeville fréquentaient régulièrement Montivilliers qui était un lieu d’écoulement de leurs matières premières. Un procès survenu en 1390 entre vendeurs et acheteurs de laine picarde fait connaître ces transactions17. À Neufchâtel, les relations avec la Picardie, l’Artois, le Nord sont également sensibles et abondamment attestées. Certains habitants de cette ville ou des villages alentour semblent originaires de ces régions. Eux-mêmes ou leur famille se sont installés en pays de Bray à une époque impossible à déterminer. Des liens commerciaux existent entre ces régions au XVe siècle, empruntant les axes routiers, et sont suffisamment nourris pour qu’ils soient un élément d’explication : en 1481, Étienne Suon, habitant Amiens, vend une maison qu’il possédait à Notre-Dame de Neufchâtel18. Cet exemple souligne que des biens fonciers, maisons ou terres d’une des villes normandes, sont la propriété de personnes qui résident parfois assez loin, hors de Normandie ; dans quelques cas tout au moins, il s’agit de familles de Neufchâtel qui sont allées s’installer ailleurs pour des raisons qui nous échappent. À l’inverse, des familles picardes ou artésiennes, vivant à Neufchâtel, ont pu conserver des biens en Picardie et dans le Nord. Certaines transactions révèlent cet état de fait et soulignent encore le lien entre Neufchâtel et le Nord de la France19.

26Sur l’ensemble de ces phénomènes migratoires, il est impossible, à partir des documents, de donner une estimation quantitative. Ces mouvements, dont ne s’observent que quelques traces, ont-ils été puissants, importants, massifs, ou bien les rares mentions qui les révèlent sont-elles à l’image de leur faiblesse ? Dans les fouages, la présence d’hommes venus d’ailleurs est tout de même faible. C’est la conclusion qu’émet Guy Bois :

  • 20 Guy Bois, Crise…, p. 321, note 2.

Bretons et Flamands ont migré vers la Normandie après 1450, mais ces déplacements ont été modestes, diffus et n’ont bénéficié d’aucun encouragement de la part des autorités20.

  • 21 Théolose Bonnin, Cartulaire de Louviers, Évreux, Leclerc, 1870-1879, t. II, 2e partie, no 462, p.  (...)

27Dans des temps de plus grande prospérité, des villes actives, comme Louviers, ont pu attirer une population qui s’est enrichie et a fait souche : en 1425, il est décidé, à la suite d’un litige entre les bourgeois de la ville et l’archevêque, que la désignation du capitaine, jusque-là réservée à l’archevêque, serait partagée ; l’archevêque fera désigner six notables parmi lesquels les bourgeois choisiront le capitaine ; ces six personnes seront « 3 de la nation de Normandie et 3 d’autres pays »21. Cette dernière formule souligne la présence parmi les notables de la ville de nouveaux venus. Peut-être s’agit-il d’Anglais, d’Écossais ou d’Irlandais, puisque ces événements ont lieu pendant l’occupation anglaise.

  • 22 Antoine de Chabannes et son époque, actes de colloque, Bois-le-Roi, Société d’histoire et d’archéo (...)
  • 23 Jean Jacquart, François Ier, Paris, Fayard, 1981, p. 20.

28Les officiers royaux de rang supérieur (capitaines, baillis) en poste dans les villes normandes sont pour une large part des seigneurs locaux, mais aussi, pour une petite part, des « horsains », venant d’autres régions de France et séjournant quelques années dans une petite ville pour ensuite poursuivre leur carrière dans des postes plus élevés. Tel Antoine de Chabannes, comte de Dammartin en Goële, un fidèle de Louis XI, originaire du Bourbonnais, qui est capitaine d’Harfleur vers 1475-148022 ; en 1486, le capitaine de Neufchâtel est Louis de Halwin, seigneur de Piennes, un gentilhomme artésien ; Loys de Hédouville, bailli de Caux et capitaine d’Arques entre 1497 et 1503, est originaire des environs de Beauvais ; Guillaume Gouffier, seigneur de Bonnivet, compagnon d’enfance puis confident de François Ier, nommé amiral de France en 1515, est aussi en 1525 capitaine de Pont-Audemer23.

  • 24 Michel Mollat, Le Commerce maritime normand à la fin du Moyen Âge, Paris, Plon, 1952, p. 69.

29Ces différents mouvements de population sont la conséquence de plusieurs phénomènes intéressant la Normandie orientale des XVe et XVIe siècles. Ils résultent, d’une part, des échanges commerciaux qui parcourent la province et dont les villes et bourgs sont des étapes ; ils sont, d’autre part, le reflet de la situation économique de la Normandie, province riche et active pendant les temps de paix, qui conserve un potentiel, malgré les dégâts de la guerre ; ils découlent aussi de l’importance que cette région revêt pour le pouvoir royal et de la mise en place déjà ancienne d’un maillage administratif, dont les villes constituent souvent les points d’implantation et les relais. Ces caractéristiques de la province entrent certainement dans les calculs personnels et les rêves des migrants. Picardie, Bassin parisien, et Bretagne ont fourni les principaux contingents de population par lesquels la Normandie a été progressivement repeuplée24.

De l’étranger ?

  • 25 Voir les registres de l’officialité de Montivilliers : par exemple, en G 5269 (1425).
  • 26 ADSM, 3 E 6 125, 1502, no 37.
  • 27 AMPA, CRV, 1512, f° 34.
  • 28 ADSM, 2 E 14 1138, janvier 1461, Anthoine Marys a prêté de l’argent à Pierre Barbier, de Beaubec-l (...)
  • 29 3 E 6 116, 1468.
  • 30 Léon Puiseux, L’Émigration normande et la Colonisation anglaise en Normandie au XVe siècle, Caen-P (...)
  • 31 ADSM, G 5272, p. 26.
  • 32 AMPA, CRV, 1455-1481, PJ, no 186, 7 septembre 1475.
  • 33 ADSM, 3 E 6 123, no 13.
  • 34 ADSM, 2 E 14, 1139, 9 avril 1482.
  • 35 AN, JJ 181, 132 : lettre de rémission pour Colin de Brière.
  • 36 ADE, 2 E 3971, PJ, no 152, 2 octobre 1485.

30Les petites villes comptent-elles parmi leurs habitants une certaine proportion d’étrangers ? La présence de Portugais, Espagnols, Hollandais, Flamands est attestée à Harfleur, en raison de l’activité portuaire de cette ville et de son rôle pour l’accès à la Seine, c’est-à-dire à la route fluviale qui mène vers Rouen et Paris. Si durant l’occupation anglaise, la présence d’Anglais, Irlandais, Écossais et Gallois est fréquente à Harfleur25, Pont-Audemer ou Elbeuf, il est plus rare, pour les années postérieures à 1450, de trouver des exemples d’étrangers s’étant établis durablement ou bien même de passage dans d’autres petites villes. Pourtant, en 1502, « Jehan Angleby », un Écossais, a été envoyé à Rouen et Évreux « pour les affaires de la ville », ce qui signifie que, dans cette mission, il représentait Harfleur et qu’il en était l’un des habitants26 ; en 1512, deux espagnols sont arrêtés à Pont-Audemer et conduits en prison à Honfleur27 ; en 1461, « Anthoine Marys, natif de Flandres », habite un village proche de Neufchâtel28. À Harfleur, en 1468, « Jehan d’Escosse » travaille comme voiturier et transporte des matériaux de construction : descend-il d’une famille écossaise, issue de ces nombreux militaires écossais employés dans l’armée du roi de France ou bien installée au cours de l’occupation anglaise29 ? Impossible de l’affirmer, mais cela reste vraisemblable. Quelques cas d’Irlandais, d’Écossais et d’Anglais apparaissent dans les actes de l’officialité de Montivilliers, manifestant ainsi la trace d’une présence britannique, datant probablement de la première moitié du XVe siècle, implantation concertée, voulue, relevant d’une politique de « colonisation », dans le cas particulier d’Harfleur surtout30. Après avoir expulsé la population locale, Henri V avait encouragé l’installation d’Anglais en leur concédant des maisons et des terres. Pourtant, la « colonisation » anglaise ne réussit pas, attira peu, entraîna même le retrait des nouveaux habitants. Aussi, les Anglo-Saxons rencontrés dans les textes ne sont généralement pas des habitants d’Harfleur. Pourtant, quelques-uns de ces « colons » se sont fixés dans la région. En 1499, un registre de l’officialité de Montivilliers mentionne un certain Jehan Grinechilles, écossais, qui, fiancé avec « Mariona Fergousson » certainement écossaise, l’a « connu [e] charnellement » avant mariage, s’est marié avec elle, puis a eu une liaison avec une autre femme mariée, Marguerite Brun, venant d’Abbeville31. À Pont-Audemer, en 1475, c’est un Anglais qu’un messager et serviteur, Mahiet Gibert, mène « à la cour du roi devers noble homme Roques de Poix, capitaine et vicomte de Pont-Audemer », son maître32. Dans un compte d’Harfleur, datant de 1496, est cité « Thomas de Ramuzo, escuier, frère du lieutenant du capitaine feu Jehan de Ramuzo », dont l’origine peut être italienne33. À cette époque, les Italiens se rencontrent surtout parmi les clercs, les marchands ou, comme ici, les officiers royaux. À Neufchâtel, un habitant, qui achète, en 1482, un jardin, porte un nom qui semble anglais : « Godefroy Stoppart »34 ; un certain « Olivier Alistor » (nom anglais : Alistair, Alastair) habite Lillebonne en 1500. Parmi les artisans figurent aussi quelques étrangers : à Dieppe en 1452 travaille un orfèvre allemand35 ; que dire de « Jehan le Grec », huchier actif à Pont-Audemer en 1464 ? Et Charles de Luxembourg, « orlogier », qui a réparé « l’orloge » de Pont-Audemer en 148536 ? Dans la petite bourgade de Cormeilles travaille en 1506 un « maignan » (ouvrier en cuivrerie), « Guillaume Craisbourg » ; un meunier, « Guillaume Correscebourg », cité dans le même document, est certainement son parent. Ce nom, peu courant, est extérieur à l’univers linguistique normand : est-ce aussi un Allemand ? La relative rareté de la main-d’œuvre spécialisée dans les petites villes au cours de cette seconde moitié du XVe siècle peut expliquer que les artisans qualifiés, présents en nombre à Rouen, aient été appelés dans les villes secondaires, y aient séjourné quelque temps et, pour quelques-uns, y aient élu domicile.

  • 37 Michel Mollat, Le Commerce maritime…, p. 35-36.

31La présence étrangère dans les petites villes normandes est donc liée, en premier lieu, aux conséquences de la guerre de Cent Ans dans la région : présence de troupes anglaises, installation de colons, échanges commerciaux avec l’Angleterre. En second lieu, les échanges économiques expliquent pour une grande part les bribes de mouvements migratoires qui apparaissent dans les sources. Les échanges entre Normandie et Angleterre sont anciens et existent avec et malgré la guerre, les deux régions ayant des productions et des activités complémentaires37. Les courants d’échanges avec la Flandre et le nord du royaume sont tout à fait comparables. Cependant, les rares mentions trouvées dans les actes soulignent la plus forte présence des étrangers dans les ports et leur rareté dans les bourgades de l’intérieur, sauf dans les villes fortifiées défendant la « frontière » du pays.

  • 38 Pont-Saint-Pierre : BNF, ms. fr., 25910, 582 (1446) ; Elbeuf, BNF, ms. fr., 25910, 678 (1446) ; Ec (...)

32En effet, les autres étrangers rencontrés au hasard des lettres de rémission sont généralement des hommes de passage, principalement des soldats. Dans les années qui ont précédé la reconquête de la Normandie, des soldats anglais, en petit nombre (trois à cinq personnes) vivent dans certaines villes normandes, comme à Elbeuf en 1446 (cinq Anglais), à Pont-Saint-Pierre (un), ou dans des villages où ils possèdent des terres, comme à Ecaquelon près de Pont-Audemer (un écuyer, Henry Wilton en 1446)38. Après la campagne de Charles VII, ces habitants anglais ont, pour la majeure partie d’entre eux, quitté la Normandie.

  • 39 Michel Mollat, Le Commerce maritime…, p. 82 : un navire appartenant à « Cornille Muyl » est pris p (...)

33Parmi ces soldats figurent des mercenaires et soldats débandés, sans ressources, personnages inquiétants, parfois violents, dont une majorité d’Allemands selon certaines lettres de rémission ; un acte notarié de Neufchâtel signale un « Pierre de Louvain » ayant la charge d’une compagnie de gens d’armes en 1461 ; un marin brabançon, « Cornille Mul », participe aux combats sur mer contre les Anglais et fréquente les ports de Honfleur, Dieppe et Saint-Valéry ; cet homme est un propriétaire de navire anversois, un habitué des côtes normandes, selon Michel Mollat39.

  • 40 ADSM, 2 E 14 1138, 7 actes passés en janvier 1461.
  • 41 ADSM, 2 E 14 1139, 7 septembre 1482.

34Les garnisons de l’armée du roi de France placées dans quelques-unes des villes, comme Pont-Audemer ou Neufchâtel, sont formées d’hommes de diverses origines, provenant d’autres régions du royaume. Par exemple, à Neufchâtel, vers 1460, des soldats sous la conduite de leur capitaine, monsieur de Crusol, semblent venir du midi de la France, à en juger par leur noms : « Estienne d’Agur », « Blaise de Giac », « Guillaume Cocherel » sont peut-être languedociens, gascons, auvergnats, bretons. Estienne d’Agur et Blaise de Giac, qui doivent quitter la région pour suivre leur compagnie, font des dons de tissus, draps, vaisselle, meubles, à des femmes du lieu, leur « meschine ». Ces « meschines » doivent être, dans ce cas, des servantes et des concubines. Blaise de Giac semble avoir eu des enfants de l’une d’elles40. D’autres soldats, contrairement aux précédents, prévoient que leur séjour se prolongera et achètent des biens : en 1482, Jehan Hareng, archer sous la charge de monsieur de Lohéac, maréchal de France, achète, à Neufchâtel, une maison et deux masures41.

  • 42 Arlette Higounet-Nadal, Périgueux aux XIVe et XVe siècles, étude de démographie historique, Bordea (...)

35Toutes ces indications, pour microscopiques et peu nombreuses qu’elles soient, tendent à prouver que les localités de moyenne ou petite importance ont été concernées par le grand brassage de population qui a touché la Normandie pendant et après la guerre de Cent Ans42. Dans quelle proportion et selon quelle chronologie ? Il est impossible de le dire à partir de notre documentation. De même, il est difficile d’affirmer que les déplacements de population sont causés par la guerre et le contexte militaire. Quelques éléments d’organisation structurelle semblent se révéler au travers de ces migrations : l’ancienne et durable relation économique avec l’Angleterre, la péninsule Ibérique, la Flandre et le Nord français ; l’organisation de l’armée royale au cours du conflit franco-anglais, sa réorganisation sous Charles VII permettent d’expliquer certains déplacements ; les relations villes/campagne, entre une petite ville et son plat pays, sont certainement le canal d’approvisionnement majeur d’une ville en hommes. Les petites et moyennes villes démontrent ainsi le rôle qui est le leur dans ces différents domaines.

Les habitants temporaires ou en transit

36Toute la population d’une ville n’est pas définitivement installée. Une partie de celle-ci est composée d’hommes de passage pour qui le séjour en ville n’est qu’une étape de courte durée. Il existe une partie mouvante et fluctuante de la population urbaine, dont il convient de décrire ici la condition et les déplacements.

Cas des populations « réfugiées »

  • 43 AN, JJ 194, no 118 (1466).

37La documentation n’offre aucun renseignement consistant sur les mouvements de réfugiés qui ont affecté la Normandie. Ces populations ayant fui les désastres de la guerre, réels ou annoncés par les rumeurs, comme il en existe encore vers 1490-1500, ne peuvent être saisies que dans quelques cas isolés. Michel Basin, frère de Thomas Basin, l’évêque et le chroniqueur, demande une lettre de rémission pour avoir quitté Caudebec au moment de la guerre du Bien public43 ; un bourgeois de Louviers, qui tenait certaines terres et maisons de l’archevêque de Rouen, a quitté la région pour l’Auvergne ou Évreux, et d’autres encore sont dits « absents », « on ne sait où il est ». Aucune information ne nous renseigne sur les réfugiés arrivés dans nos villes. Y en a-t‑il eu ?

La fréquentation occasionnelle de la ville : les paysans

  • 44 Harfleur, ADSM, 3 E 6 119, 1475, no 21 : Guérin Maillart, sergent du roi reçoit « 118 sous pour pl (...)

38Les paysans des environs viennent à Neufchâtel, Louviers, Pont-Audemer, pour faire des achats au marché ou vendre leur production agricole. À Harfleur et Pont-Audemer, les sources mentionnent la venue de villageois de la « banlieue » pour participer à des travaux de fortification. Il s’agit de travaux simples de terrassement ou de curage des fossés. Survivance d’anciennes corvées, ces chantiers, parfois mal acceptés, faisaient affluer en ville pendant quelques semaines des familles, des hommes, des femmes et des enfants attirés par les quelques sous qu’ils percevaient chaque jour. Dans les cas que nous connaissons, les enfants n’apparaissent pas et les villageois semblent venir à contrecœur44. Un texte tiré des comptes de Pont-Audemer explique que vingt personnes sont en prison parce qu’elles ont refusé de travailler aux fortifications et fossés de la ville. Les intéressés, originaires de Cormeilles, de Saint-Pierre (de Cormeilles ?) et de « Saint-Hiestre » (Saint-Sylvestre ?) – villages situés à 17-18 kilomètres de Pont-Audemer – affirment qu’ils ne sont pas de la vicomté. La lettre rappelle qu’il avait été ordonné par l’amiral de France que deux boulevards neufs seraient construits et leurs fossés accrus. Les habitants de la ville et des villages « à 3 lieues » seront contraints d’y travailler : « chacun feu ou ménage une journée ou bien 3 sols tournois pour un jour ». Le texte souligne donc l’existence d’une aire de recrutement traditionnel de ces travailleurs forcés, dont l’extension est imprécise, variable, sujette à contestation.

39L’aire d’attraction des notaires de Neufchâtel ou Louviers doit recouvrir celle des migrations pendulaires qui avaient cours localement.

La fréquentation occasionnelle de la ville : les ouvriers et artisans

  • 45 BNF, ms. fr., 25925, 201, Saint-Étienne d’Elbeuf, 1500.

40Les migrations économiques touchent les petites villes normandes, comme toutes les autres villes. Elles sont liées à l’organisation traditionnelle du travail au Moyen Âge. Les rôles de fouage renseignent un peu sur les pérégrinations des valets, des apprentis et des ouvriers. Celles-ci s’effectuent souvent, du moins pour les apprentis, dans un périmètre restreint : à Nonancourt, plusieurs valets disent être venus récemment de Dampierre et de Saint-Germain (à 5-6 kilomètres de Nonancourt) ; à Elbeuf, des hommes disent avoir acquitté le fouage (et être venus depuis peu) de Honfleur, Caudebec, Essaudre ; à Bernay, un apprenti est venu de Ferrières (sur-Risle ? à 30 kilomètres) ; à Louviers, un valet est arrivé de La Haie-Le-Comte (à 2 kilomètres), le père d’une chambrière est allé dans la vicomté de Pacy-sur-Eure (à 30 kilomètres environ) ; à Neufchâtel, un homme est venu d’Envermeu (à 28 kilomètres) ; à Pont-Saint-Pierre, en 1455, un homme est venu de Limaye ; un autre à Arques a déjà payé le fouage à Saint-Ouen (sous-Bailly ? à 15 kilomètres) ; deux « enfants » aux Authieux-Port-Saint-Ouen paieront au Pont-de-l’Arche « où ils demeurent » (à 8 kilomètres)45. L’aire de recrutement des ouvriers est souvent celle du « pays » environnant. Ce que viennent confirmer quelques contrats d’apprentissage : deux apprentis employés à Louviers viennent de Marbeuf (à 18 kilomètres).

  • 46 BNF, ms. fr., 25925, 115, Louviers, 1500, ms. fr., 25926, 356, Louviers, 1503.
  • 47 Jean-Jacques Rousseau, Confessions, Paris, Garnier, 1980, p. 12.

41Les valets, comme les apprentis, se déplacent pour chercher du travail : dans le rôle de fouage de Saint-Étienne d’Elbeuf, en 1500, neuf filles et trois garçons ne paient pas le fouage car « ils disent que leur frères les acquittent dans les paroisses où ils demeurent », les frères en question étant certainement des valets qui ont suivi leur travail, et qui reviendront retrouver leur famille restée à Elbeuf. Un fouage concernant Louviers, en 1500, est encore plus explicite : « Jehanne fille de Jehan de Lespine dit que son père l’acquitte [le fouage] qui demeure en la Basse Villette [dans la périphérie de la ville] » ; en 1503, le rôle indique « Jehanne dit que son père Jehan de Lespine l’acquitte qui demeure sur la vicomté de Passy »46. Le père suit donc son travail et est passé dans l’espace de trois ans des environs de Louviers à la région de Pacy-sur-Eure, à 30 kilomètres de là. Cette situation n’est pas sans rappeler celle du jeune Rousseau à Genève, vers 1722, hébergé dans une famille amie, alors que son père, artisan horloger, fréquemment absent en raison de son travail, doit quitter Genève pour fuir la justice à la suite d’un différend47.

  • 48 BNF, ms. fr., 25 912, no 1047 : fouage de Saint-Victor, 1455.

42Cependant, ces mouvements s’inscrivent dans un contexte de déplacements nombreux et complexes dans lesquels les villes paraissent se dissoudre. Si certaines bourgades comme Nonancourt attirent à elles un grand nombre d’apprentis et de valets, des villages sont aussi des lieux d’embauche possible pour de jeunes ouvriers : en 1455 se fixe à Saint-Victor, près de Tôtes, « un compagnon vagabond, Jehan d’Auvergne n’ayant pas de résidence »48 ; à Jumièges, en 1455, séjournent « 2 apprentis huchiers et 4 compagnons scieurs de bois venus de la Basse-Normandie ». C’est que ces déplacements peuvent aussi s’effectuer sur une longue distance : les villages cauchois accueillent ainsi au cours du XVe siècle des populations venues de Bretagne, Lorraine, Picardie.

  • 49 ADSM, 2 E 14 1138, acte du 25 janvier 1462 : « Guillaume Régnault, natif de Hambie en Normandie co (...)
  • 50 BNF, ms. fr., 25910, 534 : fouage de Pont-Saint-Pierre, paroisse Saint-Nicolas, 1446.

43En outre, la grande ville, comme Rouen, n’est pas toujours le lieu d’embauche le plus sûr. En 1461, un acte notarié signale l’engagement à Neufchâtel d’un peigneur et cardeur de laine venant de Hambye, dans le Cotentin ; son contrat d’allouement stipule qu’il n’est engagé que pour quelques mois49. Un valet, habitant Rouen, va « gagner sa journée à Pont-Saint-Pierre », lit-on sur un rôle de fouage50. Pratique courante des ouvriers et entrepreneurs du bâtiment de chercher et trouver du travail sur toute une région. Si les villes les plus grandes devaient être les principaux bassins d’emploi ouvrier, il n’est pas possible d’évaluer la proportion que représentait l’offre de travail existant dans les petites villes ou dans les villages. D’une manière générale, les indications glanées dans les textes montrent que la population normande médiévale, des villes comme des campagnes, était assez mobile et se déplaçait facilement.

  • 51 ADSM, 3 E 6 118, 1473.
  • 52 ADSM, 3 E 6 119, 1475.

44Cette mobilité touchait aussi des artisans plus expérimentés et peut-être plus vieux que les valets et apprentis. Un drapier de Louviers s’installe en 1510, durablement semble-t-il, à Elbeuf. Quelques ouvriers qualifiés, porteurs d’une longue expérience, pour la plupart maîtres des œuvres de maçonnerie, charpenterie ou autre, sont quelquefois sollicités par telle ou telle petite ville pour venir mesurer et toiser des travaux projetés ou vérifier des travaux achevés. Ce qui les fait résider quelques jours ou quelques semaines dans une ville, puis poursuivre vers d’autres bourgs de la région leurs déplacements professionnels. C’est ainsi que Pierre Le Signierre, maître des œuvres de maçonnerie du roi à Rouen, vient vérifier la qualité du travail réalisé sur quelques chantiers de Pont-Audemer en 1485 et 1486, et d’autres encore après lui, comme Jacques le Roux, maître des œuvres de maçonnerie de Saint-Maclou de Rouen, ou encore, en 1509, Roulland le Roux, célèbre maître des œuvres de la cathédrale de Rouen. D’une manière plus générale, le besoin et la rareté des ouvriers spécialisés (orfèvres, plombiers, verriers…) multiplient les sollicitations de la part des employeurs potentiels et transforment ces travailleurs en ouvriers itinérants, assez facilement identifiables dans les comptes municipaux : en 1473, la ville d’Harfleur fait remettre en état ses arbalètes par Guillaume de Dieppe51 ; en 1475, un canonnier, autre spécialiste rare et recherché, Guillaume Scrémigon – dont le nom est quelquefois orthographié « Stienigon » ou « Styenygon » –, a été employé à « rafraîchir les poudres » : d’après son nom, inhabituel dans la région, et par son métier, il s’agit peut-être d’un ouvrier venu d’une autre région ou de l’étranger52.

La fréquentation occasionnelle de la ville : les marchands

45Une petite ville et son plat pays n’ont pas une production agricole et artisanale suffisantes pour pouvoir se passer de tout commerce avec l’extérieur. Divers besoins des villes sont comblés par la venue de marchands et de leurs marchandises, séjournant sur place plus ou moins longtemps. Ce qui illustre le rôle de petit marché de consommation que les villes modestes ont pu revêtir.

  • 53 Jean-Marc Moriceau, L’Élevage sous l’Ancien Régime (XVIe -XVIIIe siècle), Paris, Sedes, coll. « Re (...)
  • 54 Saint-Maixent, près d’Abbeville.
  • 55 ADSM, 2 E 14 1140, acte du 29 avril 1486. Une autre dette lie un habitant de Neufchâtel à un habit (...)
  • 56 ADSM, 2 E 14 1173, 1er avril 1535.
  • 57 ADSM, 2 E 14 1137, 7 avril 1461.

46Un marchand de bœufs, Jehan Yver, de Lille, paraît s’être installé, du moins temporairement, à Neufchâtel ; il fournit la ville, ses halles, son marché et ses bouchers en bovins et paie l’imposition foraine pour 80 bœufs en 1457 ; il s’ensuit un litige qui nous permet de connaître cette activité commerciale. Les marchands de bétail étaient d’importants brasseurs d’argent, de véritables hommes d’affaires, investissant leur avoir en bœufs, moutons ou chevaux achetés dans les diverses foires, concédant leurs bêtes à louage, puis tirant profit de la croissance de leur troupeau. Ces hommes fréquentaient les petites places commerciales, y avaient des tenanciers, y entretenaient des relations ; ils louaient eux-mêmes des herbages, vendaient sur les marchés et foires53. En 1480, un autre marchand de bestiaux, Jehan Le Fort, originaire de « Saint Machens en Vimeu »54 loue des herbages pour son bétail, dans la région de Neufchâtel. Encore une fois, se manifestent la force et la fréquence des liens unissant le pays de Bray à la Picardie. Le texte souligne aussi l’importance de l’élevage dans les environs de Neufchâtel au XVe siècle : les dispositions naturelles, vallée humide, région bien arrosée et pas trop froide, transparaissent ici. Une réalité confirmée par un acte de 1486 : Michel Branchu, qui habitait Neufchâtel, doit de l’argent à Pierre et Jehan Lambert qui ont payé pour lui le louage de six herbages ; cette dette a été consignée par le notaire, car depuis, Branchu a quitté la région et vit à « Lanyers en Vimeu » (peut-être Lanchères, près de Saint-Valéry-sur-Somme). Il s’est engagé aussi par un autre acte à payer aux mêmes personnes 25 livres pour trois bœufs55. Les relations existant entre ces hommes ne sont pas précisément connues, mais tout porte à croire qu’elles s’inscrivent dans l’économie d’élevage qui unit les régions du Nord et le pays de Bray. Au cours du XVIe siècle, d’autres vendeurs de bétail continuent de sillonner la région pour les besoins de leur commerce : arrive à Neufchâtel, en 1535, un marchand de chevaux, Nicolas Le Bar, demeurant à Saint-Gilles d’Abbeville, qui vend une jument de poil roux56. La fréquence de ces liens explique que certains se soient installés à Neufchâtel : vers 1460, un certain Jehan d’Arras semble en être un des habitants permanents57.

  • 58 Jean-Marc Moriceau, L’Élevage…, p. 70.
  • 59 ADSM, 2 E 14 1447, 28 juin 1503.

47La position géographique de la Normandie explique que, depuis le XVIe siècle, et peut-être plus tôt, cette région a été une zone de passage, de « rafraîchissement » et de vente de bovins58. Des bourgades, comme Le Neubourg, ont tiré profit de leur rôle de marché agricole, dont les ventes alimentaient Paris en bovins. Dans ces localités, le va-et-vient des marchands-éleveurs, des revendeurs, des bouchers-marchands, venant de diverses régions (Loire, Bretagne, Paris, Nord), marquait sûrement la société et la sociabilité locales. La présence fréquente dans les petites villes de marchands et de brasseurs d’affaires entraîne (mais les cas sont rares) que certains d’entre eux aient été sollicités pour des prêts d’argent. Un cas lovérien semble significatif : Michel de La Rue, bourgeois de Louviers, vend une rente de 8 livres à Guillaume Foullebec de Saint-Étienne (des tonneliers ?) de Rouen pour 80 livres59. Foullebec n’est pas qualifié de marchand, mais la somme est importante ; en outre, le paiement de la rente ou son rachat suppose que Foullebec soit régulièrement présent à Louviers, qu’il garde des liens professionnels ou familiaux dans cette ville.

  • 60 ADSM, 2 E 14 1187, acte du 3 juin 1542.

48L’abondante consommation de poisson, en Normandie comme dans tout le monde médiéval, a fait naître un actif commerce de poisson frais ou salé, organisé surtout à partir de Dieppe. Les marchands dieppois empruntent les routes du pays de Bray pour aller jusqu’en région parisienne. Ils transitent par Neufchâtel. Ainsi, Loys Tranchepain vend en 1542 du saumon et du hareng à un bourgeois de cette ville60. Les villes de garnison et leur population de soldats, comme Neufchâtel, Harfleur, Pont-Audemer, sont des points de vente importants pour le poisson commun comme le hareng ou le maquereau. Comptabilités et actes notariés renseignent sur la permanence de ces circuits commerciaux et sur les marchands de poisson qui les mettent en œuvre. Un marché plus restreint, celui du poisson fin (alose, truite de mer, saumon, brochet, carpe), plus cher, destiné aux tables aristocratiques et aux banquets municipaux, provoque aussi la venue dans certaines villes, comme Pont-Audemer ou Harfleur, de marchands de diverses origines, notamment rouennaise.

  • 61 Michel Mollat, Le Commerce maritime…, p. 8-9 et 59.
  • 62 AN, JJ 190, 77.

49Les marchands viennent parfois de plus loin, en particulier de Flandre ou d’Angleterre. Ces destinations sont habituelles aux marchands normands depuis le XIVe siècle au moins, et renaissent à chaque trêve durable au cours de la guerre de Cent Ans61. Après 1450, une fois le calme revenu, comme autrefois, ces relations se rétablissent : en 1459, trois hommes se trouvant à Eu se proposent de détrousser un marchand anglais « sur la route de Flandre »62 ; d’autres mentions permettent de voir que les marchands anglais se livrent au commerce des chevaux de qualité : le receveur d’Harfleur paie 40 livres à un marchand d’Angleterre pour une haquenée de poil gris qui sera offerte « à Monsieur le Général de Normandie pour recommander les affaires de la ville » ; un achat identique, fait à Honfleur, d’un « haulbin de poil grys du pays d’Irlande », de 31 livres, confirme l’importation de chevaux et l’existence de relations commerciales anglo-normandes. Ces courants d’échanges existent depuis longtemps, ont été renforcés pendant l’occupation anglaise et se rétablissent avec la paix revenue (après 1420, après 1447-1450). À Dieppe sont débarqués en 1447-1448 des dizaines de chevaux, selon Michel Mollat, mais aussi de la laine, du cuir. Ces habitudes commerciales se poursuivent dans la seconde moitié du XVe siècle. Mention est faite d’un commerce de cuir avec l’Angleterre à partir de Pont-Audemer : en 1515, le fermier de l’aide du cuir est remboursé de ce qu’il doit à la ville en raison de la conjoncture :

  • 63 AMPA, CRV, 1515, f° 51.

[…] pour ce que le roi d’Angleterre tenoit grosse armée sur la mer, a esté cause que les marchans ne pouvaient aller ni venir sur mer pour apporter les cuyrs en la manière accoustumée, aussi a esté cause que ledit défunt a perdu à ladite ferme63.

  • 64 ADSM, 3 E 6 122, 1490, no 44.
  • 65 Michel Mollat, Le Commerce maritime…, p. 71.

50Le marché de Pont-Audemer reçoit donc, de façon régulière, des cuirs anglais. Ces échanges peuvent expliquer le séjour, dans certaines des villes normandes, de marchands britanniques ; en 1490, un certain Thomas Fourniton – peut-être un Anglais – transporte dans son bateau de la pierre de Caen pour les chantiers de construction d’Harfleur64. Normandie et Angleterre ont des économies complémentaires qui créent des échanges commerciaux. Ceux-ci profitent principalement aux villes côtières. La conjoncture diplomatique et militaire est cependant très instable et, en cas de conflit sur mer, les échanges prennent des chemins détournés, et terrestres, évitant la Manche. Dans ce cas, les petites villes de l’intérieur (Neufchâtel, Louviers) peuvent recevoir la visite de marchands étrangers plus nombreux65.

  • 66 ADSM, 3 E 6 275, 1466.
  • 67 ADSM, 3 E 6 132, 1521-1525, no 27.

51Les marchands espagnols fréquentent régulièrement les ports normands, en particulier Rouen et Harfleur (il y a une « crique d’Espagne » dans le port d’Harfleur), et apportent « des denrées et marchandises très nécessaires ». Les dépenses alimentaires faites à l’occasion de réceptions de personnalités éminentes, auxquelles sont offerts des mets raffinés, font apparaître des achats de citrons, oranges, grenades, figues, raisins, produits que les marchands espagnols ou portugais importent, par Harfleur principalement. En 1466, ces Espagnols, auxquels des marchands rouennais réclament de façon pressante l’acquittement de certaines dettes en menaçant de se rembourser sur leur marchandise, cessent de venir. Une lettre de Louis XI traduit l’inquiétude que cette situation engendre et manifeste la volonté du roi d’attirer ceux-ci de nouveau dans les ports et places marchandes de Normandie66. Pas de marchand flamand dans les petites villes ; il est parfois question de produits flamands, comme du « fourmage de Flandres » consommé à Harfleur lors d’une « fête de mai »67.

  • 68 AN, JJ 200, 25.
  • 69 AN, JJ 200, 178, 192 et 193.
  • 70 Michel Mollat, Le Commerce maritime…, p. 14.
  • 71 Ibid., p. 15.

52Inversement, des marchands normands prennent le chemin du nord, comme ce « pauvre homme marchand du Perche » qui se rend en 1461 « dans la région de Liège pour vendre son bétail »68 ; des marchands de « toiles de canevas », d’Orbec et de Lisieux, pérégrinant entre la Bretagne, la Normandie, la Flandre et l’Allemagne, profitent de leur passage pour acheter de la fausse monnaie et l’introduire dans le royaume à leur retour69. La route du nord est également parcourue par les commerçants normands qui exportent le vin vers le nord du royaume70. De même, les greniers à sel sont fournis par des marchands « commis au fournissement ». Le commerce du sel normand, provenant de Bretagne71, mais aussi de la région dieppoise, emprunte la voie maritime et la voie terrestre, il entraîne le déplacement des vendeurs et des acheteurs de sel, et alimente les villes en marchands, voyageurs, négociateurs et revendeurs.

  • 72 AN, JJ 235, 117 : trois foires et un marché sont établis « à Saint-Laurent en Caux sur le grand ch (...)

53La présence de marchés et surtout de foires annuelles dans les petites et moyennes villes attirait les marchands. Harfleur, Montivilliers, Caudebec et d’autres possèdent une ou deux foires qui provoquent l’affluence pendant une semaine environ. Les marchands affluent dans certaines villes moyennes comme Harfleur ou Pont-Audemer, mais fréquentent aussi des bourgades plus petites comme Saint-Laurent-en-Caux, qui, selon une lettre de rémission de 1499, doit à sa position de carrefour la fréquentation de ses trois foires annuelles72.

  • 73 ADSM, 3 E 6 121, 1478, no 78 à 82.

54À Harfleur, Le Tréport, Fécamp, Saint-Valéry, Pont-Audemer, une partie de la population occasionnelle de la ville est composée de marins. Propriétaires de « batels » et marchands, ou employés à bord, ils animent par leur travail les quais, canaux, criques et « hables ». Dans les petites villes proches de l’estuaire de la Seine, la plupart d’entre eux viennent de Caen, Touques, Honfleur, Rouen, Dieppe. Ainsi, le commerce de la pierre de Caen, particulièrement recherchée, fait venir à Harfleur Girot de Bessin, Jehan Drouart, Jehan Bouchart, marchands de pierre originaires de Caen et de ses environs en 147873.

55Il est un type de population mobile, qui séjourne dans les villes, qui suscite l’inquiétude et est pourtant peu représenté dans les sources : les vagabonds. Poussés sans doute par la misère, cherchant des occasions de vol et de larcins, poursuivis quelquefois par la justice, ils paraissent suspects aux yeux des citadins, et sont considérés comme extérieurs à la société ordinaire. Ces hommes forment un ensemble assez vague et hétérogène, fait de mendiants, d’ouvriers errants, de repris de justice, de voleurs et d’escrocs. Le danger qu’ils représentent, le trouble qu’ils suscitent sont perceptibles dans un document de 1463 qui décrit une exécution ayant eu lieu à Montivilliers ; l’exécuteur et maître des hautes œuvres du roi est venu de Dieppe :

  • 74 BNF, ms. fr., 26291, coll. Villevieille, t. XXIX, no 356, cité par Michel Nortier dans « Inventair (...)

[…] pour pendre Jehan Roussel, larron, coupper les orailles et batre par les escarfours de ceste ville deux garsons, Adam Roussel et Chrestien Ravigoult, et aussi pilloriser une femme Jehanne de la Houssoye, tous quatre condamnés par justice, vacabons et gens d’estrange nacion, n’ayant pas de biens en cette vicomté74.

  • 75 BNF, ms. fr., 26282, coll. Villevieille, t. XX, no 543, cité par Michel Nortier, ibid., p. 110.

56Dans ce cas, la perception de ce qui est étranger pour les hommes de « l’establishment » de Montivilliers est montrée avec netteté : l’étrangeté de comportement rejoint et s’amalgame à celle, imprécise, des origines. Pourtant, ces « gens d’estrange nacion » ne proviennent pas, à en juger par leur nom, de contrées lointaines. Un document identique, pour la même ville, cite, parmi d’autres prisonniers châtiés pour vol en 1467, un certain Baudinet Boutart, « de Bretagne ». Une région certes « étrangère », mais dont les habitants ont pris l’habitude de fréquenter la Normandie. Ces textes mettent en lumière l’existence de mouvements migratoires certainement très fluides, portant sur de petits groupes d’hommes, pauvres, regardés avec crainte ou mépris et dont la condition est errante, de manière structurelle. En 1513, le sergent de la vicomté de Nonancourt fait savoir au receveur du domaine que certaines amendes qu’il doit percevoir sont en non-valoir « du fait qu’elles concernent des gens sans héritage, inconnus, fuitifs, mors ou demourant hors le pays de Normandie »75.

Attraction des petites villes ?

  • 76 Denise Angers, « Une ville à la recherche d’elle-même : Caen (1450-1500) », dans Les Villes norman (...)
  • 77 Philippe Lardin, Les Chantiers du bâtiment en Normandie orientale (XIVe-XVe siècles). Les matériau (...)
  • 78 16 H 115 : abbaye de Saint-Wandrille, Caudebec, foires et marchés.

57Les petites villes attiraient-elles ou non les migrants ? Denise Angers, note que Caen, peu attractive au XVe siècle, le devient après 150076. Les petites villes de Haute-Normandie ont connu une tendance semblable. Dans la seconde moitié du XVe siècle, elles ont des besoins limités en marchandises et en main-d’œuvre, car elles ont perdu une partie de leurs habitants ; toute une population active, nécessaire à la vie urbaine, fréquente ces villes, y séjourne, mais ne peut s’y établir définitivement. Du fait de la dépopulation, la main-d’œuvre, surtout qualifiée, est rare ; fortement sollicitée, elle vit et se déplace sur une vaste région à la recherche de forts salaires77. Un document concernant Caudebec-en-Caux évoque les va-et-vient migratoires de cette ville pendant la période de l’occupation anglaise. Après la reprise de la Normandie, les seigneurs tentent de restaurer leurs droits et l’abbaye de Saint-Wandrille cherche à rétablir des taxes qu’elle percevait sur l’étalage des marchandises sous les halles de la ville. Ces droits sont contestés. L’affaire passe en justice, laquelle commande une enquête et fait interroger – vers 1450-1460 – près de 77 témoins. L’un d’eux, « Guillaume Duval, marchant et laboureur, natif d’Ancretéville [auj. Anquetierville, à 7 kilomètres] et demourant à Fréville [à 10 kilomètres], aagé de 75 ans ou environ », explique « qu’il a environ 53 ans qu’il commencha à fréquenter ceste dite ville et y venoit tressouvent en fait de marchandise et jusque à XX ans ou environ qu’il se partit de ce pais et s’en ala demourer en Picardie pour les guerres »78.

58Ce texte rassemble un certain nombre des réalités socio-économiques et des mouvements qui ont déjà été observés : la relation économique entre la ville, lieu de distribution et de consommation, et la campagne, pourvoyeuse de denrées ; l’activité du marchand forain, et qui le reste, mais qui « fréquente » assidûment la ville ; ce verbe « fréquenter », d’ailleurs, reflète et enregistre la réalité des déplacements pendulaires : l’insécurité de guerre (vers 1435 ? 1445-1450 ?), la fuite vers des horizons plus calmes, puis le retour vers Caudebec, région d’attache et lieu d’activité économique. D’après cette source, Caudebec est comme ceinturée par une zone de production agricole et artisanale qui l’approvisionne en partie : il s’agit de l’auréole périphérique des productions « foraines ». Labours, élevage, cordonnerie, teinture, fabrication de draps, huiles, couture, chasse (?), chandelles de suif et cire, produits de la pêche, chaume, charpentes sont parmi les activités de production citées.

  • 79 AN, JJ 208, 10.
  • 80 AN, JJ 181, 73.
  • 81 AN, JJ 194, 288 et 314.
  • 82 AN, JJ 201, 5.
  • 83 Voir Michel Mollat, Le Commerce maritime …, p. 30. qui indique quelques périodes comparables : 142 (...)

59Les pérégrinations des ouvriers et des marchands montrent que certaines villes modestes peuvent être des étapes de leur parcours professionnel et exercer une attraction du fait de leur marché, de leurs ateliers… Ainsi, vers 1480, de jeunes compagnons, l’un venant d’Abbeville, l’autre du Dauphiné, « s’accompagnèrent ensemble » (c’est-à-dire font le chemin ensemble de ville en ville) et jouèrent à la paume à Foucarmont. Ainsi, de petits bourgs, comme Foucarmont, attirent aussi quelques travailleurs migrants, possèdent quelques activités artisanales, engendrées peut-être dans ce cas par les besoins de l’abbaye locale79. Les villes jalonnaient un itinéraire de déplacements ouvriers de plus grande ampleur, repérable grâce aux lettres de rémission. De nombreuses lettres, datant de la période 1450-1500, blanchissent les responsables d’un vaste et persistant trafic de fausse monnaie. Celle-ci se fabrique ou s’achète en Allemagne et en Brabant, puis est introduite en France et en Normandie par diverses personnes, qui l’écoulent sur les marchés ou dans les commerces urbains : en 1452, deux ouvriers, dont un « pauvre jeune compagnon agé de 22 ans, natif de Dieppe », se rendent à Liège, où ils obtiennent de la fausse monnaie, puis vont « pour leurs affaires » à Valenciennes, Abbeville, Neufchâtel, Gournay-en-Bray, Gisors, Chaumont et enfin Pontoise où ils sont arrêtés et emprisonnés80. Dans ces villes, ils ont dépensé de l’argent « pour leur vivre » en harengs et pots de cervoise et ils ont certainement aussi travaillé. Ce cas permet de définir ces villes fréquentées par ces travailleurs comme lieu d’embauche, comme pôle commercial et lieu de consommation. En 1465, un compagnon chaussetier d’Harfleur, en raison du manque de travail, se laisse convaincre par deux marchands, l’un venant de Caen, l’autre de Vimoutiers, de les accompagner jusqu’en « Almagne », « où l’on forge des mailles noires », d’acheter cette mauvaise monnaie et de l’écouler ensuite81. Ici encore, se dessine cet axe de circulation générale Normandie-Nord, évoqué par nos documents. La Normandie, haute et basse, est traversée par des courants d’échanges, de direction Sud-Ouest/Nord, reliant les pays de Loire à la Flandre, l’Allemagne et l’Angleterre. Une autre lettre, datant de cette même période de 1460-1470, précise quelles sont les villes qui constituent parfois les étapes de ce parcours : des hommes originaires de Cambremer-en-Auge vont acheter, par trois fois en l’espace de deux ans, leur mauvaise monnaie à Saint-Servais (?) en Allemagne, puis reviennent par « Brucelles, Turnhout, Saint Tron, Tournay, Mons en Hainaut, Arques, Jumièges, Neufchâtel, Rouen et Orbec » ; leur intention est d’écouler cette monnaie « en Bretagne, en Normandie, Picardie, en France et partout » et, pour ce faire, ils achètent dans ces villes « toilles, chanvres et poulailles »82. Ces trafics sont le résultat du manque chronique de métal précieux en France, de l’inégalité du marché monétaire entre pays voisins. « La mauvaise monnaie chasse la bonne » : l’exemple précédent illustre de façon éclatante ce phénomène bien connu en Normandie depuis le début du XVe siècle83.

  • 84 ADSM, 3 E 6 122, 1490, no 50.

60Autre catégorie rare : les musiciens et artistes de toutes sortes. Comme les artisans spécialisés, qu’ils sont pour une part, ils viennent de Rouen. Menétriers, trompettes, verriers, peintres, orfèvres ne vivent pas dans les petites villes durant la seconde moitié du XVe siècle. Pourtant, les besoins, encore peu fréquents, existent : pour le « mai des mariés », presque chaque année, la ville d’Harfleur fait venir des musiciens84.

  • 85 ADSM, 2 E 14 1447, 11 juillet 1503.
  • 86 ADSM, 2 E 14 1447, 19 avril 1505.
  • 87 Philippe Lardin, Les Chantiers…, p. 324.

61Quelques indices esquissent une évolution vers la sédentarisation définitive, du moins pour certains de ces travailleurs migrants. Un acte de 1503 décrit une transaction originale : Guillaume Hardet, de profession inconnue, habitant Vernon, est venu à Louviers ; il prend à fieffe une maison et masure à Louviers de Thomas Mullin, cordier, qui, lui, est allé habiter à Vernon85. Ont-ils procédé à un échange de maisons ? Rien ne le dit. Si ces hommes sont des artisans, ils ne sont plus des compagnons migrants, ils s’établissent de façon plus sédentaire et durable. Les déplacements des artisans, avec installation et séjour prolongés dans une ville, sont repérables dans un acte lovérien : une famille d’artisans, probablement des travailleurs du textile, originaire de Caudebec-lès-Elbeuf, s’est dispersée dans la région voisine ; un des membres est resté à Caudebec, un autre s’est installé à la Ferrière-sur-Risle, le troisième, un drapier, s’est établi à Louviers86. Dans ces deux exemples des premières années du XVIe siècle, la date est certainement significative. C’est le moment à partir duquel une certaine reprise démographique et économique semble s’amorcer : depuis 1490, la population des campagnes connaît une nette augmentation, les villes retrouvent leurs habitants87 ; les ouvriers spécialisés, autrefois inexistants, s’installent à demeure dans certaines des petites villes normandes.

  • 88 ADSM, 3 E 6 122, 1490, no 45.

62Un autre groupe d’hommes mobiles, qui séjournent quelquefois dans les petites villes, est celui des prédicateurs. Si une moitié d’entre eux est composée de religieux locaux, une autre moitié vient d’une autre ville, en général, normande. Caen, Lisieux, Rouen, Pont-Audemer voient leurs meilleurs prédicateurs, toujours des mendiants, forts de leur formation universitaire, aller porter « la sainte parolle de Dieu » aux habitants des petites villes voisines. Dans un seul cas, à Harfleur, le prédicateur sollicité vient de Paris : « vénérable et discrète personne maitre Jehan Raullin, docteur en théologie et grant maître du collège de Navarre, lequel a prêché en ladite ville durant l’avent de Noël et ne voulut accepter aucun don de la ville »88. Ces prédicateurs « forains » résident dans l’une ou l’autre de nos villes pendant l’avent ou le carême.

Soldats et hommes de guerre

63Les villes fortifiées comme Harfleur ou Pont-Audemer, qui sont dites « villes frontières » dans les actes royaux et qui sont regardées comme des points fondamentaux de la défense de la Normandie et du royaume, accueillent de nombreuses troupes pour des séjours de durée variable.

  • 89 AN, JJ 208, 96.
  • 90 AN, JJ 192, 81.
  • 91 Le terme « hosterlins » ou « hostrelins » désigne, selon Michel Mollat, les marins hanséates, dano (...)
  • 92 ADSM, 3 E 6 124, 1495, no 3.

64Une partie des effectifs militaires reste composée de mercenaires étrangers : la ville de Verneuil (au Perche) comprend dans sa garnison, vers 1480, des soldats allemands ; deux d’entre eux, Henri Misner et George Stein, reçoivent l’ordre d’aller arrêter le maire de la ville89. Les soldats se déplacent souvent et constituent une population urbaine à la fois habituelle et sans cesse renouvelée. Les troupes régulières ont été aidées sur le plan matériel, comme ce Cornille Mul, marchand et capitaine de navire, qui a combattu les Anglais sur mer à partir de Honfleur, a été arrêté à Calais, libéré à Dieppe, et qui s’est installé, vers 1460, quelque temps à Saint-Valéry90. Ou encore à Harfleur, où, la présence sur mer des Anglais étant signalée, la ville associe à sa milice bourgeoise « la bende des hosterlins »91. Ces hommes, probablement des mercenaires allemands, sont là « pour garder la descente des anglais »92.

  • 93 AN, JJ 194, 31.

65Une lettre de rémission, datant de 1464, dans l’affaire qu’elle expose, fait un résumé frappant de la situation démographique et économique de la France après 1450 : des hommes de guerre se rencontrent à Chartres, l’un d’entre eux vient de Lombardie, les autres viennent d’Angleterre ; ils n’ont pas beaucoup d’argent ; l’un dit que là où il séjourne, à « l’hôtel du cheval blanc », il y a « un marchand venant de Limoges et allant en Normandie et qui porte grand finance » ; « ils pourraient, dit-il, gagner leur estor » en l’attaquant93. Ces soldats sans emploi, sans argent, en cette période où les conflits se font rares, basculent dans le brigandage et exploitent les courants commerciaux et les échanges renaissants.

  • 94 ADSM, 3 E 6 130, 1509, no 4.

66Des soldats étrangers figurent quelquefois parmi les troupes régulières et aussi, mais le cas est rare, parmi les responsables militaires d’une ville, comme ce Jehan Stuart, lieutenant du capitaine d’Harfleur en 1509, peut-être écossais94.

  • 95 Histoire militaire de la France, André Corvisier (dir.), t. I, Des Origines à 175, Philippe Contam (...)
  • 96 ADSM, fonds Danquin, 100 J 22 : quittance des ustensiles de la garnison de Neufchâtel.
  • 97 Histoire militaire…, p. 219.
  • 98 ADSM, 2 E 14 1140, 10 février 1487.
  • 99 ADSM, 2 E 14 1140, 5 octobre 1486 : Ferrand de L’Estoille, écuyer, homme d’armes de l’ordonnance d (...)
  • 100 ADSM, 3 E 6 119, 1474.

67L’armée française a été fortement réorganisée par Charles VII. Les compagnies d’ordonnance sont envoyées dans les secteurs en conflit et sont présentes dans certaines villes ; les troupes de petite ordonnance sont placées en garnison dans les villes fortes, en plus petit nombre et pour une durée, semble-t-il, plus longue95. Ces deux types de compagnies passent par les petites villes sans que leur présence turbulente soit très appréciée. Les villes de garnison accueillent des troupes pour un temps suffisamment long, de telle sorte que les soldats s’installent et achètent des maisons, comme à Neufchâtel en 1486. Ces troupes peuvent être assez nombreuses : en 1453, Neufchâtel reçoit une garnison constituée de 45 archers et 15 hommes d’armes96. Dans leur ensemble, ces troupes de garnison, dites de « morte paye », ont compté, pendant les dernières années du conflit bourguignon (1477-1483), jusqu’à 8 000 hommes en tout. Leur nombre diminua dans les années suivantes jusqu’à 3 50097. Leur présence à Neufchâtel, aux portes de la Picardie bourguignonne, plus tard conquise par Louis XI, s’explique par ce contexte de tension. Ces hommes constituent parfois une aubaine pour la ville, car ils ont de l’argent et « consomment » les denrées proposées sur place, ils investissent, achètent divers biens. Par exemple, des chevaux : en 1487, deux écuyers, « nobles hommes Baugois et Gaumay dits de Treusses, frères », ont acheté au grenetier de Neufchâtel un cheval de poil gris pour 34 écus d’or de 35 sous tournois98. Une belle somme. Blaise de Giac, qui commande une compagnie, achète régulièrement des tonneaux de harengs à des marchands dieppois qui les livrent à Neufchâtel où ses hommes sont stationnés. Ces hommes s’intègrent donc ainsi, pour un temps, à la société locale99. Pour prendre exactement la mesure du phénomène, il faudrait connaître leurs origines : sont-ils venus d’ailleurs, sont-ils de la région ou de la ville ? Ce n’est pas bien évident. À Harfleur, en 1474, séjourne un capitaine de francs-archers nommé Cadorat, nom bien peu normand, probablement méridional100.

68Ces soldats, provenant des différentes provinces du royaume, séjournant dans diverses villes et régions, investis parfois de fonctions locales (lieutenant, capitaines), liés momentanément aux élites urbaines, ne sont-ils pas les vecteurs d’une construction étatique, nationale et monarchique, dans laquelle les petites villes jouent leur rôle ?

Migrations des citadins

69Si elles ont reçu et accueilli de nouveaux habitants, les petites villes normandes ont aussi, comme toute agglomération, connu des départs ; une partie, non chiffrable, de leur population les a quittées pour trouver un sort plus favorable, partant à la recherche de travail ou attirée par une meilleure rémunération. Vers quelles villes sont allés ces gens ? Nous obtenons quelques indications sur ce point principalement dans les registres de notaires de Neufchâtel et Louviers.

Départ des habitants des petites villes vers d’autres villes normandes

  • 101 AN, JJ 227, 114 : les lieux visités par le fuyard sont Honfleur, les faubourgs de Pont-Audemer, Be (...)

70Les lettres de rémission signalent toujours la fuite des personnes menacées par la justice, qui quittent leur circonscription judiciaire. Généralement, leur fuite ne les mène pas très loin. Ainsi, un jeune compagnon chaussetier, de Pont-Audemer en 1495, ayant volé une grosse quantité de poulets « se absenta de Pont-Audemer et s’en ala en notre ville de Honnefleu qui est la prochaine ville dudit Pont-Audemer pour illec recouvrer quelque manière de vivre ». Sa situation de compagnon, non marié, facilite cette mobilité, qui reste circonscrite à la région. Le jeune homme met à profit les relations familiales qu’il a parmi les religieux de deux abbayes proches, Corneville et Grestain, pour trouver du soutien dans sa fuite101. Ces hommes ne sont pas des migrants volontaires : ils ont été contraints par les circonstances à quitter leur ville. Ils n’aspirent d’ailleurs qu’à y revenir et c’est pourquoi ils demandent leur rémission au roi.

  • 102 Certains de ses membres sont cités dans les Mémoires d’Adrien Miton.
  • 103 ADSM, 2 E 14 1173, actes du 11 janvier, des 15, 23 et 25 février 1535.
  • 104 ADSM, 2 E 14 1187, acte du 23 juin 1542.

71Il existe cependant des départs définitifs, des migrations qui semblent avoir eu des causes économiques et qui ont mené certains habitants des petites villes vers d’autres villes normandes. Un certain nombre de Neufchâtelois ont quitté leur cité pour aller vivre ailleurs. Les villes qui les ont attirés, pour des raisons inconnues, sont : Dieppe, Rouen, Eu, Gisors. Cette géographie sommaire met en évidence l’axe du pays de Bray, qui était régulièrement parcouru, et l’influence rouennaise. Vers 1535, Jehan Vassague l’aîné, membre d’une famille connue de Neufchâtel102, vit à Dieppe, paroisse Saint-Jacques, où il est bourgeois et marchand. Pourtant, il conserve des liens assez forts avec la région de Neufchâtel. Cinq actes notariés attestent sa présence temporaire dans cette ville : il achète des rentes portant sur des habitants de la ville ou des villages alentour, il loue un herbage édifié de bâtiments d’exploitation, pour lequel il trouvera probablement un tenancier ; en outre, n’étant pas toujours sur place, il se fait représenter à Neufchâtel par un procureur103. En 1542, un orfèvre, Jehan Mérot le jeune, s’est installé au Havre, ville récente et certainement attirante pour un artisan spécialisé comme lui. Parce que ce changement d’horizon et ce démarrage professionnel nécessitent des investissements et donc de l’argent, Mérot vend une rente à Neufchâtel, ce qui lui rapporte 50 livres104.

  • 105 ADSM, 2 E 93 12, 23 octobre 1535.
  • 106 ADSM, 2 E 14 1139, 27 juillet 1482.

72Rouen attire à elle des hommes de toutes les régions environnantes et donc aussi ceux de nos bourgades, comme ce Jehan Hubert, dont il est dit qu’il vit à Rouen vers 1535, mais qu’il a vendu sa maison de Saint-Saëns105. Des bourgs ou des petites villes proches attirent également quelques Neufchâtelois, comme ce prêtre messire Sanson de Beaurepaire « demourant à présent à Forges en Bray ». Cette mention « à présent » signale une migration récente106. Saint-Saëns, petite ville proche de Neufchâtel, est également citée, ayant attirée à elle quelques Neufchâtelois.

  • 107 ADSM, 2 E 14 1139, 28 mai 1482.
  • 108 ADSM, 2 E 14 1139, 13 juin 1482.

73Les « expatriés » restent attachés à leur ville natale. Ce qui se traduit par des dons pieux à des institutions religieuses et spirituelles. En 1482, Thomassin Le Pasteur, habitant Dieppe, donne à la « frairie du Sacrement » de Neufchâtel trois rentes totalisant 20 sous107. D’autres anciens Neufchâtelois habitent Rouen, et conservent, du moins pendant un temps, des maisons et terrains dans leur ville d’origine108. Il s’agit d’une population plutôt favorisée, dotée de terres et de maisons, conservant des relations familiales solides. Lorsque la situation est plus précaire, que les biens sont rares et modestes, que la famille est plus fragile, les textes enregistrent des notations comme celle-ci : « Jehanne femme de Jehan Mounier de Saint Jehan de Louviers prend à bail à moitié une vache de poil noir » ; elle agit à la place de son mari « pour ce que l’on ne scait où il est ».

  • 109 ADSM, 2 E 14 1447, 30 juillet 1503.
  • 110 ADSM, 2 E 14 1443, 7 mars 1510.
  • 111 ADSM, 2 E 14 1442, 1503, acte du 14 juillet 1503

74Les actes notariés de Louviers en 1503 révèlent que la population qui établit des actes devant notaire est presque dans sa totalité installée à Louviers et dans sa périphérie. Très peu de contractants ont quitté la ville. Dans quelques cas de ce genre, il ressort que leurs pas ont conduit les migrants vers des villes normandes relativement proches : Rouen, avec laquelle les liens sont très étroits du fait de la seigneurie de l’archevêque de Rouen, Honfleur, Vernon. Un cas intéressant est celui d’un maçon Jehan Louvel le jeune qui échange avec Jehan Louvel, drapier (peut-être son frère), une pièce de vigne contre une pièce de terre à Notre-Dame de Louviers109. C’est son activité de maçon qui l’a certainement attiré vers le marché du travail rouennais, en expansion en ce début de XVIe siècle. Il n’en conserve pas moins des biens dans sa ville d’origine, dont il tire probablement quelque argent. En 1510, il réapparaît dans un acte mentionnant qu’il a vendu en 1509 une maison à Louviers, située rue « Pierre de Bernay » ( ?), et qu’il demeure désormais à Rouen110. Un autre Lovérien, Nicolas Batencourt, parti vivre à Honfleur en 1510, a conservé quelques biens, terres ou maisons ; il se choisit des procureurs pour le représenter et gérer ce patrimoine111.

Départ vers des villes extérieures à la région

  • 112 AN, JJ 195, 792, vers 1470 : lettre citée par Suzanne Deck, Une commune normande au Moyen Âge : la (...)
  • 113 Michel Mollat, Le Commerce maritime…, p. 53.

75La guerre et les troubles militaires provoquent la fuite des habitants des villes vers des lieux plus sûrs, situés en Normandie, mais bien souvent extérieurs à la province. Ainsi, en 1465, Michel Basin, de Caudebec, frère du fameux évêque Thomas, va se réfugier avec sa famille à Rouen pendant quelque temps ; des habitants d’Eu, un tanneur et son ouvrier, en revanche, devant la menace d’une « descente » des Bourguignons sur leur ville, fuient vers la Picardie et les villes d’Abbeville et de Hesdin112. Le lien déjà perçu entre la Normandie orientale, et plus précisément le pays de Bray, et la Picardie se lit également dans les déplacements définitifs ou occasionnels des citadins. Ces destinations ont déjà été pratiquées par d’autres fuyards normands, notamment pendant l’occupation anglaise. Michel Mollat relève que vers 1435, période de troubles majeurs, les habitants du pays de Caux trouvent refuge en Picardie et en Bretagne, principalement113.

  • 114 ADSM, 2 E 14 1138, acte du 30 octobre 1463.

76Des déplacements plus lointains peuvent être motivés par des raisons économiques. Un acte de 1463 évoque le départ d’ouvriers tuiliers de Neufchâtel pour La Puisaye où le chevalier qui les a embauchés possède une seigneurie dans laquelle il souhaite effectuer des travaux. Le contrat précise que les tuiliers installeront un four pour y fabriquer des briques, tuiles, tuileaux et carreaux114. Ce cas doit être celui de nombreux ouvriers se déplaçant de chantier à chantier.

  • 115 Vimeu : ADSM, voir dans les registres du tabellionage de Neufchâtel 2 E 14 1140 (1486-1487) et 2 E (...)

77Les actes notariés nous font connaître des déplacements qui ne doivent pas être très anciens ; les hommes concernés vendent ou cèdent à des parents restés à Neufchâtel des biens, des rentes, des droits qu’ils possèdent et qu’ils ne peuvent correctement faire valoir du fait de leur éloignement. Ils se sont installés pour les uns à Beauvais et dans sa région, pour les autres à Compiègne, Paris, Abbeville ou dans le Vimeu115.

  • 116 Michel Mollat, Le Commerce maritime…, p. 43. Le parcours Dieppe – Arques – Torcy – Neufchâtel – Gi (...)

78Ces éléments ajoutés aux précédents montrent que Neufchâtel subit l’influence de Dieppe et de Beauvais, villes situées au débouché du pays de Bray, dont Neufchâtel occupe le centre. Cet axe est celui qui relie traditionnellement Dieppe à Paris et qui était emprunté par les « chasse-marées », ou vendeurs de harengs et de poisson frais. Par cette route, les produits méridionaux, importés d’Espagne et du Portugal (vins, pastel, fer…), étaient transportés jusqu’à Paris116. Neufchâtel établit aussi un contact avec Rouen et avec les régions de Picardie et d’Artois : un véritable nœud de communication, un carrefour routier encore sensible aujourd’hui.

  • 117 ADE, 2 E 1287, actes du 18 novembre 1467 et du 2 décembre 1467.

79Dans d’autres villes, la zone géographique avec laquelle des liens sont tissés n’est pas la même : à Vernon, en 1467, des propriétaires parisiens conservent sur place des biens ou des rentes et les valorisent. S’agit-il de Vernonnais de Paris ? C’est possible dans le cas de « Damoiselle Jehanne Goupil veuve de feu Jehan de Grainville, demourant à Paris » qui vend 6 livres de rentes à Robert Morel, bourgeois de Vernon. Un autre cas illustre la position de cette ville dans l’orbite parisienne : « maître Robert Mauger, chanoine de la Sainte Chapelle de Paris, et procureur d’icelle », baille à ferme une maison, « l’ostel de la croix de fer », à un bourgeois vernonnais117. Il y a donc une influence de Paris sur Vernon dans le domaine foncier. Des migrations résultent-elles de cette polarisation de Vernon par Paris ? Probablement, mais aucun cas n’en a été relevé.

  • 118 ADSM, 2 E 14 1447, 4 juillet 1503.

80À Louviers, outre la force du pôle rouennais qui s’exerce de multiples façons sur la ville et ses habitants, existent aussi des liens établis avec Chartres et la Beauce : Jehan Bourdonnais, « marchand publicque demourant partout [sic !] natif de Chartres comme il disoit », s’engage envers Guillaume Batencourt, bourgeois et marchand de Louviers, à supporter les frais du transport de marchandises appartenant à Batencourt et chargées en un navire sur la rivière d’Eure118. Bourdonnois est une sorte de commissionnaire qui représente les intérêts de Jehan Montescot, un pelletier de Chartres ; il fait la liaison entre deux marchands sédentaires, l’un à Chartres, l’autre à Louviers, et accompagne la marchandise dans son parcours fluvial, puis par voie de terre.

81Les documents du XVIe siècle laissent voir quelques autres formes de déplacements, en particulier les déplacements des clercs, soit pour des raisons universitaires, d’études ou de formation, soit pour aller rejoindre leur cure ou leur bénéfice. Certes, les documents de ce type n’abondent pas, mais ils permettent d’évoquer au moins cette part de la réalité sociale des petites villes. Ainsi, quelques étudiants en théologie, originaires de Pont-Audemer, fréquentent l’université de Paris.

82Les acolytes sont assez nombreux au tournant du XVIe siècle dans les petites villes. Il y aurait eu un fort besoin de prêtres durant cette période du fait du repeuplement des villes et des campagnes. Parmi ces acolytes, quelques-uns quittent leur ville ou village pour se rendre ailleurs.

  • 119 ADSM, 2 E 14 1173, 15 février et 19 février 1535.

83Quelques cas de curés non résidants nous sont connus : en 1535, « noble et vénérable personne Maître Nicole de la Mothe, docteur en médecine, curé d’épinay sur Eaulne, et frère de noble homme Jehan de la Mothe, seigneur de Quiévrecourt », vend et achète des rentes fort importantes, démontrant ainsi qu’il ne manque pas d’argent ; les actes notariés qui concernent ces rentes attestent qu’il vit « à présent à Rennes en Bretagne », tout en restant curé d’épinay : il ne réside donc pas dans sa cure119. Ce prêtre issu de la petite noblesse locale a mené à terme des études de médecine, et peut-être continue-t-il encore ou enseigne-t-il ? Est-ce là une sorte de Rabelais neufchâtelois ?

  • 120 Henri Sée, Louis XI et les villes, Paris, Hachette, 1891, reprint 1974, p. 134 ; Jean Favier, Loui (...)

84Les migrations qui affectent les villes ne sont pas toujours volontaires et librement consenties. En 1477, les représentants de Louis XI investissent la ville d’Arras, juste après la mort du Téméraire, pour la ramener dans le giron royal. Les rapports entre Arrageois et royauté se dégradent très vite, au rythme des violences et des émeutes, de telle sorte que Louis XI ordonne le siège de la ville (20 avril – 4 mai 1477). La ville est prise : les Arrageois sont soumis à une très forte amende et souffrent des excès des agents du roi. La situation se tend. Devant la menace d’une nouvelle émeute, face au divorce accompli entre la population arrageoise et le pouvoir royal, Louis XI décide de bannir tous les habitants. La ville est évacuée. Le roi enjoint alors aux villes de France de fournir un contingent variable d’habitants, aux caractéristiques sociales et professionnelles bien précises, pour repeupler de populations fidèles et obéissantes une place d’une grande importance stratégique et un pôle économique non moins important. Cette vaste opération de peuplement dirigé, dont l’objectif est de faire venir quelque 12 000 personnes (3 000 familles) à Arras, touche principalement les villes du nord du royaume : Tours envoie 50 familles, Orléans, 70, Rouen, 70, Évreux, 25, Lyon, 3, Nîmes, 5, Albi, 8120. L’affaire atteint quelques-unes des modestes localités normandes, comme Pont-Audemer, qui doit fournir six familles de drapiers obligées de s’installer à « Franchise » (Arras rebaptisée), moyennant un soutien financier de leur ville. Rapidement, l’opération est un échec : l’activité textile d’Arras ne renaît pas. L’affaire a agité cependant la royauté et les villes qui lui étaient soumises pendant quelques années, jusqu’en 1481-1482.

85Les mouvements migratoires ainsi décrits sont les contrecoups des différents rouages qui agissent sur la vie des petites villes normandes. Celles-ci subissent les effets d’événements et de décisions extérieurs, comme le contexte militaire ou la construction de l’État (d’où les passages de troupes, l’installation d’officiers royaux). Elles sont de petits centres économiques, qui ne sont pas autosuffisants et qui ne peuvent retenir et stabiliser une main-d’œuvre, de ce fait, mobile. Les quelques exemples de migrations vers d’autres cités font sentir l’existence des zones d’influence de Rouen, Paris, Dieppe, Beauvais, Évreux. Les petites villes subissent la force d’attraction des agglomérations de plus grande taille. Celle-ci résulte de la proximité géographique, mais aussi des liens administratifs et de l’intensité de la vie économique des pôles urbains majeurs. Les migrations qui touchent les petites villes résultent aussi de la conjoncture économique, qui, assez médiocre vers 1450-1480, pousse certains à quitter la Normandie à la recherche d’une activité ou à céder au mirage d’un enrichissement rapide et facile, par le trafic de fausse monnaie. Les mouvements migratoires, pris dans leur ensemble, montrent aussi que, même si la majeure partie de sa vie de relation est orientée vers les proches campagnes et les quelques cités d’influence régionale, une petite ville normande connaît aussi quelques contacts internationaux.

Notes

1 Guy Bois, Crise du féodalisme, 2e éd., Paris, Presses de la Fondation nationale des sciences politiques, 1981, p. 35-40.

2 On considère qu’un feu est égal à 4 habitants et non 5, la période étant troublée, la mortalité forte, les familles amoindries et séparées.

3 ADSM, 16 H 115.

4 BNF, ms. fr., 25925, 139 : Saint-Jacques de Neufchâtel, 1500 ; ms. fr., 25928, 813, Saint-Jacques, 1509 ; ms. fr., 25929, 1073, Saint-Jacques, 1512 ; ms. fr., 25927, 558, Notre-Dame de Neufchâtel, 1500 ; ms. fr., 25925, 154, Saint-Pierre de Neufchâtel, 1500.

5 Une lettre de rémission évoque cette situation pour une famille de Pont-Audemer, appauvrie par la guerre : AN, JJ 192, no 32, voir texte en annexe, no 7.

6 Pont-Audemer, Saint-Ouen, baie 16 ; Bernay, Notre-Dame de la Couture, baie 16.

7 Guy Bois, Crise…, p. 317.

8 Voir tableau infra, chap. « Pestes et épidémies ».

9 ADSM, 54 H 330.

10 ADSM, 54 H 98-99, 1450; 54 H 101, 1454; 54 H 131, 1500; 54 H 136, 1502; 54 H 152, 1514; 54 H 155, 1518; 54 H 165, 1524.

11 AMPA, CRV, 1455-1481, PJ, 30 septembre 1481, vidimus d’une lettre de Louis XI.

12 AMPA, CRV, 1481-1490, PJ, 2 novembre 1482.

13 ADSM, 3 B 2, f° 546 : cour des aides.

14 ADSM, 54 H 330 : abbaye de Montivilliers.

15 Description de la situation de la Normandie vers 1484, insistant sur le poids de la guerre, des épidémies, les migrations des populations (vers la Bretagne ou l’Angleterre), Jean Masselin, Journal des états généraux de Tours en 1484, Adhelm Bernier (éd.), Paris, Imprimerie royale, 1832, p. 477-479.

16 Cité par Edmond Spalikowski, À travers Caudebec-en-Caux, notes d’un flâneur, Yvetot, 1930, p. 27.

17 Ernest Dumont et Alphonse Martin, Histoire de Montivilliers, Fécamp, Durand et fils, 1886, t. I, p. 79.

18 ADSM, 2 E 14 1139, 10 décembre 1481.

19 ADSM, 2 E 14 1139, 6 novembre 1481 : « Jehane Maignes, demourant à saint Jehan de Neufchâtel, donne pouvoir à son fils Jehan Maignes de vendre tous héritages à elle appartenant en la comté de Boullogne ». Cette vente projetée indique peut-être l’enracinement définitif de cette famille en Normandie.

20 Guy Bois, Crise…, p. 321, note 2.

21 Théolose Bonnin, Cartulaire de Louviers, Évreux, Leclerc, 1870-1879, t. II, 2e partie, no 462, p. 60.

22 Antoine de Chabannes et son époque, actes de colloque, Bois-le-Roi, Société d’histoire et d’archéologie de la Goële, no 21, 1988.

23 Jean Jacquart, François Ier, Paris, Fayard, 1981, p. 20.

24 Michel Mollat, Le Commerce maritime normand à la fin du Moyen Âge, Paris, Plon, 1952, p. 69.

25 Voir les registres de l’officialité de Montivilliers : par exemple, en G 5269 (1425).

26 ADSM, 3 E 6 125, 1502, no 37.

27 AMPA, CRV, 1512, f° 34.

28 ADSM, 2 E 14 1138, janvier 1461, Anthoine Marys a prêté de l’argent à Pierre Barbier, de Beaubec-la-Ville.

29 3 E 6 116, 1468.

30 Léon Puiseux, L’Émigration normande et la Colonisation anglaise en Normandie au XVe siècle, Caen-Paris, Imprimerie impériale, 1865, p. 67-77 ; en annexe, liste des émigrés normands, p. 101-115. Également, Christopher Thomas Allmand, Lancastrian Normandy. 1415-1450, the History of a Medieval Occupation, Londres, Oxford University Press, 1983.

31 ADSM, G 5272, p. 26.

32 AMPA, CRV, 1455-1481, PJ, no 186, 7 septembre 1475.

33 ADSM, 3 E 6 123, no 13.

34 ADSM, 2 E 14, 1139, 9 avril 1482.

35 AN, JJ 181, 132 : lettre de rémission pour Colin de Brière.

36 ADE, 2 E 3971, PJ, no 152, 2 octobre 1485.

37 Michel Mollat, Le Commerce maritime…, p. 35-36.

38 Pont-Saint-Pierre : BNF, ms. fr., 25910, 582 (1446) ; Elbeuf, BNF, ms. fr., 25910, 678 (1446) ; Ecaquelon : BNF, ms. fr., 25909, 477 (1443).

39 Michel Mollat, Le Commerce maritime…, p. 82 : un navire appartenant à « Cornille Muyl » est pris par des corsaires normands.

40 ADSM, 2 E 14 1138, 7 actes passés en janvier 1461.

41 ADSM, 2 E 14 1139, 7 septembre 1482.

42 Arlette Higounet-Nadal, Périgueux aux XIVe et XVe siècles, étude de démographie historique, Bordeaux, Fédération historique du Sud-Ouest, coll. « Études et documents d’Aquitaine », no 4, 1978, p. 404.

43 AN, JJ 194, no 118 (1466).

44 Harfleur, ADSM, 3 E 6 119, 1475, no 21 : Guérin Maillart, sergent du roi reçoit « 118 sous pour plusieurs fermes et vacations pour la ville et spécialement porter par les paroisses des villages de venir aux fossés et havre de ladite ville » ; Pont-Audemer, AMPA, CRV, 1490, f° 11.

45 BNF, ms. fr., 25925, 201, Saint-Étienne d’Elbeuf, 1500.

46 BNF, ms. fr., 25925, 115, Louviers, 1500, ms. fr., 25926, 356, Louviers, 1503.

47 Jean-Jacques Rousseau, Confessions, Paris, Garnier, 1980, p. 12.

48 BNF, ms. fr., 25 912, no 1047 : fouage de Saint-Victor, 1455.

49 ADSM, 2 E 14 1138, acte du 25 janvier 1462 : « Guillaume Régnault, natif de Hambie en Normandie confesse se être allouer à Jehan Morin par 35 s. t. à paier au terme pour le service du métier de pégnierie et carderie jusqu’au jour de Pâques prochain venant ».

50 BNF, ms. fr., 25910, 534 : fouage de Pont-Saint-Pierre, paroisse Saint-Nicolas, 1446.

51 ADSM, 3 E 6 118, 1473.

52 ADSM, 3 E 6 119, 1475.

53 Jean-Marc Moriceau, L’Élevage sous l’Ancien Régime (XVIe -XVIIIe siècle), Paris, Sedes, coll. « Regards sur l’histoire. Histoire moderne », 1999, p. 25.

54 Saint-Maixent, près d’Abbeville.

55 ADSM, 2 E 14 1140, acte du 29 avril 1486. Une autre dette lie un habitant de Neufchâtel à un habitant d’Arras, soulignant les déplacements et les affaires liant une ville à l’autre, mais dans ce cas, on ne connaît pas le motif de la transaction.

56 ADSM, 2 E 14 1173, 1er avril 1535.

57 ADSM, 2 E 14 1137, 7 avril 1461.

58 Jean-Marc Moriceau, L’Élevage…, p. 70.

59 ADSM, 2 E 14 1447, 28 juin 1503.

60 ADSM, 2 E 14 1187, acte du 3 juin 1542.

61 Michel Mollat, Le Commerce maritime…, p. 8-9 et 59.

62 AN, JJ 190, 77.

63 AMPA, CRV, 1515, f° 51.

64 ADSM, 3 E 6 122, 1490, no 44.

65 Michel Mollat, Le Commerce maritime…, p. 71.

66 ADSM, 3 E 6 275, 1466.

67 ADSM, 3 E 6 132, 1521-1525, no 27.

68 AN, JJ 200, 25.

69 AN, JJ 200, 178, 192 et 193.

70 Michel Mollat, Le Commerce maritime…, p. 14.

71 Ibid., p. 15.

72 AN, JJ 235, 117 : trois foires et un marché sont établis « à Saint-Laurent en Caux sur le grand chemin de Rouen à Saint Valléry, de Dieppe et Arques à Harrefleu et autres lieux de la Normandie, auquel lieu afflue de jour en jour grand nombre de peuple et marchants passant pays portant plusieurs marchandises »

73 ADSM, 3 E 6 121, 1478, no 78 à 82.

74 BNF, ms. fr., 26291, coll. Villevieille, t. XXIX, no 356, cité par Michel Nortier dans « Inventaire des documents normands de la collection Villevieille de la Bibliothèque nationale », Cahiers Léopold Delisle, no spécial, 1987, p. 89.

75 BNF, ms. fr., 26282, coll. Villevieille, t. XX, no 543, cité par Michel Nortier, ibid., p. 110.

76 Denise Angers, « Une ville à la recherche d’elle-même : Caen (1450-1500) », dans Les Villes normandes au Moyen Âge, actes du colloque de Cerisy-la-Salle (8-12 octobre 2003), François Neveux et Pierre Bouet (éd.), Caen, Presses universitaires de Caen, 2006, p. 305-315.

77 Philippe Lardin, Les Chantiers du bâtiment en Normandie orientale (XIVe-XVe siècles). Les matériaux et les hommes, Villeneuve-d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, 1998, p. 319-324.

78 16 H 115 : abbaye de Saint-Wandrille, Caudebec, foires et marchés.

79 AN, JJ 208, 10.

80 AN, JJ 181, 73.

81 AN, JJ 194, 288 et 314.

82 AN, JJ 201, 5.

83 Voir Michel Mollat, Le Commerce maritime …, p. 30. qui indique quelques périodes comparables : 1426, 1436. Voir aussi Henri Dubois, « Le commerce de la France au temps de Louis XI. Expansion ou défensive ? », dans La France de la fin du XVe siècle, renouveau et apogée. Économie, pouvoirs, arts, culture et conscience nationale, actes du colloque de Tours (3-6 octobre 1983), Bernard Chevalier et Philippe Contamine (dir.), Paris, CNRS, 1985, p. 15-29.

84 ADSM, 3 E 6 122, 1490, no 50.

85 ADSM, 2 E 14 1447, 11 juillet 1503.

86 ADSM, 2 E 14 1447, 19 avril 1505.

87 Philippe Lardin, Les Chantiers…, p. 324.

88 ADSM, 3 E 6 122, 1490, no 45.

89 AN, JJ 208, 96.

90 AN, JJ 192, 81.

91 Le terme « hosterlins » ou « hostrelins » désigne, selon Michel Mollat, les marins hanséates, danois, flamands, allemands, qui fréquentent les ports normands : Le commerce maritime…, p. 93.

92 ADSM, 3 E 6 124, 1495, no 3.

93 AN, JJ 194, 31.

94 ADSM, 3 E 6 130, 1509, no 4.

95 Histoire militaire de la France, André Corvisier (dir.), t. I, Des Origines à 175, Philippe Contamine (dir.), Paris, PUF, 1992, p. 203-204.

96 ADSM, fonds Danquin, 100 J 22 : quittance des ustensiles de la garnison de Neufchâtel.

97 Histoire militaire…, p. 219.

98 ADSM, 2 E 14 1140, 10 février 1487.

99 ADSM, 2 E 14 1140, 5 octobre 1486 : Ferrand de L’Estoille, écuyer, homme d’armes de l’ordonnance du roi sous la charge de Raoul de Launoy, achète une maison et masure à Notre-Dame de Neufchâtel ; 9 janvier 1487 : Pierre Desalles, archer de l’ordonnance du roi sous la charge de Jehan de Bellay, seigneur de La Flotte, achète une maison, masure et jardin à Saint-Pierre de Neufchâtel.

100 ADSM, 3 E 6 119, 1474.

101 AN, JJ 227, 114 : les lieux visités par le fuyard sont Honfleur, les faubourgs de Pont-Audemer, Beuzeville, Corneville-sur-Risle, puis il s’en va jusqu’au Perche, et enfin revient à Grestain.

102 Certains de ses membres sont cités dans les Mémoires d’Adrien Miton.

103 ADSM, 2 E 14 1173, actes du 11 janvier, des 15, 23 et 25 février 1535.

104 ADSM, 2 E 14 1187, acte du 23 juin 1542.

105 ADSM, 2 E 93 12, 23 octobre 1535.

106 ADSM, 2 E 14 1139, 27 juillet 1482.

107 ADSM, 2 E 14 1139, 28 mai 1482.

108 ADSM, 2 E 14 1139, 13 juin 1482.

109 ADSM, 2 E 14 1447, 30 juillet 1503.

110 ADSM, 2 E 14 1443, 7 mars 1510.

111 ADSM, 2 E 14 1442, 1503, acte du 14 juillet 1503

112 AN, JJ 195, 792, vers 1470 : lettre citée par Suzanne Deck, Une commune normande au Moyen Âge : la ville d’Eu, son histoire, ses institutions, 1151-1475, Paris, Bibliothèque de l’École des chartes, 1924, p. 290-292.

113 Michel Mollat, Le Commerce maritime…, p. 53.

114 ADSM, 2 E 14 1138, acte du 30 octobre 1463.

115 Vimeu : ADSM, voir dans les registres du tabellionage de Neufchâtel 2 E 14 1140 (1486-1487) et 2 E 14 1141 (1494-1495) ; Beauvais : ADSM, 2 E 14 1139, 12 février 1482 ; Eu : en 1468, des habitants d’Eu (ou de sa proche région, le texte n’est pas clair) se rendent à Abbeville et y dévalisent des religieux.

116 Michel Mollat, Le Commerce maritime…, p. 43. Le parcours Dieppe – Arques – Torcy – Neufchâtel – Gisors – Pontoise – Paris est jalonné de forteresses destinées à maintenir la sécurité de cette voie « stratégique ».

117 ADE, 2 E 1287, actes du 18 novembre 1467 et du 2 décembre 1467.

118 ADSM, 2 E 14 1447, 4 juillet 1503.

119 ADSM, 2 E 14 1173, 15 février et 19 février 1535.

120 Henri Sée, Louis XI et les villes, Paris, Hachette, 1891, reprint 1974, p. 134 ; Jean Favier, Louis XI, Paris, Fayard, 2001, p. 749-751 ; Pierre-Roger Gaussin, Louis XI, roi méconnu, Paris, Nizet, 1976, p. 280-281 ; Claudine Billot et Arlette Higounet-Nadal, « Bannissement et repeuplements dirigés à Arras, 1479-1484 », dans actes du 107e congrès des sociétés savantes, Brest, 1982, Paris, CTHS, 1984, t. I, 107e congrès des sociétés savantes, 1982, Paris, 1984, p. 107-123 ; H. Stein, « Les habitants d’Évreux et le repeuplement d’Arras en 1479 », BEC, 1923.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search