Version classiqueVersion mobile

Petites Villes de Normandie

 | 
Bruno Sintic

Troisième partie. Petites villes et pouvoirs

Chapitre 2. Les progrès de la tutelle royale

Texte intégral

1L’autorité royale s’est implantée en Normandie après 1204, puis s’est enracinée. La guerre de Cent Ans et ses désordres, l’action perturbatrice de Charles le Mauvais au XIVe siècle, l’occupation anglaise au XVe, ont mis à mal cette autorité. Vers 1450, le roi Charles VII, après avoir repris les territoires normands, réinstalle son pouvoir dans la région et ses successeurs poursuivront après lui la reconstruction du pouvoir royal en Normandie et dans tout le royaume. Entre 1450 et 1550, il semble que l’état royal se soit appesanti sur la province normande et que sa tutelle se soit renforcée. C’est l’état ordinaire de l’administration royale que l’on souhaite décrire ici, le nombre, la qualité, les compétences des officiers royaux, l’étendue de leur action, les diverses manifestations de leur présence. L’examen des rouages du pouvoir local dans les petites villes devrait permettre d’éclairer la nature des rapports unissant villes et royauté au lendemain de la guerre de Cent Ans.

Présence des officiers royaux

2Outre les officiers municipaux, les villes connaissent en leur sein l’action d’officiers désignés par la royauté et installés dans les petites villes. Ceux-ci exercent d’ailleurs sur les responsables locaux un ascendant sensible dans les sources. Il faut décrire ici les hommes qui, en Normandie, représentent le roi à l’échelon des villes secondaires, et préciser leurs fonctions, leur action, leurs origines. S’ils sont séparés des officiers municipaux pour la clarté de l’exposé, dans l’exercice quotidien de leurs tâches, les officiers royaux agissent en étroite collaboration avec les représentants des villes ; ce que manifestent certaines quittances comme celles-ci :

  • 1 ADE, 2 E 3971, 15 janvier 1481.

9 l. t. pour 9 bonnets d’écarlate, l’un à nous capitaine, 1 à Guillaume bastart d’Albon, lieutenant, 1 à Jehan le Bienvenu, lieutenant du bailli de Rouen, 1 à Guillaume le Héricher, avocat et conseiller en ladite ville, 1 à Guillaume Chuffes, substitut du procureur du roi en ladite vicomté et les 4 autres pour nous conseillers […]1.

3Les dirigeants urbains sont donc unis par un même couvre-chef, signe qu’un corps de représentants conduit la ville. L’ordre dans lequel ces officiers sont cités traduit néanmoins une hiérarchie : les hommes du roi ont la prééminence.

Le capitaine

  • 2 AMPA, CRV, 1481, pièce justificative attachée au compte, f° 2.
  • 3 . AMPA, CRV, 1481, fos 110 et 111.
  • 4 . AMPA, CRV, 1505-1506, f° 16.

4Le personnage occupe une fonction éminente ; il est au nom du roi le responsable des affaires militaires d’une ville. Dans les documents qui décrivent le personnel administratif et politique des villes, son nom apparaît toujours en première place. De même lorsque la ville veut honorer ses officiers par un présent, le capitaine obtient un don supérieur (deux pots de vin au lieu d’un pour le capitaine de Pont-Audemer en 14812). Il est donc le premier des officiers de la ville, ce qui se traduit aussi par d’autres signes. Le capitaine a droit à des dons de tissus d’écarlate en plus grande quantité (deux bonnets au lieu d’un pour les autres officiers), ses gages sont les plus importants (200 livres par an à Harfleur), la dépense de ses chevaux est prise en charge, il bénéficie d’un logement de fonction bien meublé et équipé : à Harfleur, il est rétribué par la ville où il exerce sa charge et bénéficie de revenus en argent et en nature, son nom apparaît dans la liste des officiers auxquels la ville verse des gages ; à Pont-Audemer, celui-ci n’est pas payé par la ville, mais reçoit quelquefois des présents, un logement ou un accueil particulier. En 1481, une quittance décrit l’équipement intérieur du logement du capitaine de Pont-Audemer, le tout fourni par la ville. Du linge (plusieurs paires de draps, des couvertures, des oreillers, des taies, des « toiles à mains » et serviettes), des ustensiles de cuisine (poêle à frire, « trépié », chaudière, « cramillie », salières) et d’éclairage (chandeliers)3. En 1505, par exemple, la venue du capitaine et de son lieutenant vaut à ceux-ci d’être reçus avec un certain faste, puisque la dépense de cette réception s’élève à 25 livres, ce qui est une somme respectable pour un banquet4. Pourtant, avec le temps, le rôle du capitaine paraît s’effacer : au XVIe siècle, il vient rarement à Pont-Audemer. En effet, entre 1505 et 1539 un seul acte mentionne sa présence, en 1529. À Harfleur, en revanche, le capitaine reçoit, jusqu’en 1540 au moins, ses gages habituels.

  • 5 Voir Gustave Dupont-Ferrier, Gallia Regia ou État des officiers royaux des bailliages et sénéchaus (...)
  • 6 Alfred Canel, Histoire de la ville de Pont-Audemer, Pont-Audemer imprimerie administrative, 1885, (...)

5Le capitaine est, sur le plan social, un haut personnage, issu de la noblesse ; les hommes qui exercent cette charge sont écuyers ou chevaliers, et possèdent une terre dont ils sont seigneurs. Ils occupent souvent d’autres fonctions dans l’entourage royal (chambellan, maître d’hôtel du roi, grand maître d’hôtel du roi…). Ainsi, vers 1470, le capitaine d’Harfleur, Montivilliers et Château-Gaillard est Antoine de Chabannes, comte de Dammartin, compagnon de Louis XI ; de 1486 à 1492, ce poste sera occupé par Jehan IV Du Bellay, seigneur de La Flotte, conseiller et chambellan de Charles VIII ; Jehan d’Estouteville, seigneur de Torcy, maître des arbalétriers de France est capitaine d’Arques de 1450 à 1461 ; en 1476, André de Laval, seigneur de Lohéac, compagnon de Louis XI et maréchal de France, est capitaine de Neufchâtel ; vers 1500, c’est Louis de Hédouville, favori de Louis XII, bailli de Caux, qui est capitaine d’Arques ; à la même époque, Louis Malet seigneur de Graville, amiral de France est aussi capitaine de Dieppe5. Les places de première importance sont mises sous l’autorité de très hauts personnages, familiers du roi. À Pont-Audemer, les capitaines sont des seigneurs de moindre envergure : en 1466, Guillaume de Bigars, seigneur de La Londe (près d’Elbeuf), homme de guerre qui s’était illustré pendant la reconquête de la Normandie ; en 1466, Roques de Poix, seigneur de Quevilly, conseiller et maître d’hôtel du roi ; en 1478, Guichard d’Albon, seigneur de Saint-André, assisté par son lieutenant, Guillaume Bâtard d’Albon ; en 1506, Artus Gouffier ; en 1514, Guillaume Gouffier, seigneur de Bonnivet, conseiller et chambellan du roi. Ces différents capitaines ont probablement des liens de parenté6. Nobles et personnages politiques de second plan en comparaison des premiers cités, les capitaines des petites villes normandes n’en sont pas moins des membres de l’entourage royal et appartiennent bien souvent à de prestigieuses familles de la noblesse normande.

  • 7 ACE, CC 34, 19, 1474-1475.
  • 8 ACE, CC 34, 10, 11, 12, 1474-1475.
  • 9 AMPA, CRV, 1491, fos 29-30.

6Les fonctions de cour expliquent que, très souvent, le capitaine ne réside pas sur place et qu’il se fait représenter par un lieutenant qui exerce l’essentiel de la fonction, qui perçoit quelquefois tous les gages du capitaine et jouit du logement de fonction. Le capitaine à Harfleur ou Pont-Audemer est présent sur place de façon intermittente et, certaines années, il brille par son absence et se contente de percevoir les revenus de sa charge. Il n’en remplit pas moins, dans ce cas, une fonction utile pour la ville. Sa présence à la cour fait de lui une sorte d’appui. Les représentants urbains viennent quelquefois le solliciter pour qu’il agisse en leur faveur auprès des agents royaux. Un certain nombre d’affaires financières ou militaires sont réglées ainsi au profit des villes. Un des bourgeois d’Évreux, Robinet Chartain est gratifié de 10 livres tournois « pour un voyage devers le roi pour, par le moyen du bailli [qui est aussi capitaine d’Évreux], obtenir un rabais des tailles »7. Ce qui vaut aux capitaines d’être remerciés par des présents. L’affaire des tailles d’Évreux s’est conclue favorablement de sorte que le capitaine-bailli reçoit en récompense des brochets, des carpes, du vin d’Orléans et de Saint-Pourcain8. De même, en 1491, le capitaine de Pont-Audemer, monsieur de Saint-André, reçoit comme présent « 6 tasses d’argent à pied, toutes paines [?], sans émail pour grand service fait par lui à la ville »9.

7Cependant, le capitaine peut être présent dans la ville dont il est responsable. Entre 1466 et 1468, les comptes de Pont-Audemer signalent sa présence en moyenne cinq à six fois par an, sans préciser cependant la durée de ces séjours. Il semble pourtant que le capitaine effectue de régulières allées et venues, ce que manifestent des expressions comme « il est venu visiter la fortification », « lorsqu’il est venu loger 6 lances ». Sa présence, pour importante et utile qu’elle soit, reste épisodique. Néanmoins les comptes signalent régulièrement la présence du capitaine qui séjourne quelques jours en ville et se livre aux tâches qui lui incombent : vérification des travaux de fortification, adjudication des fermes des aides, logement des gens de guerre. Un document résume assez bien tout ce qui transparaît dans tous les autres textes à propos du capitaine. Il montre un dîner tenu dans son hôtel, en compagnie des représentants de la ville, les « conseillers », avant son départ pour la cour : « pour parties portées chez le capitaine et vicomte de Pont-Audemer, à un soupper auquel furent souppant en son hôtel Pierre Poitevin, Jehan Le Merchier, Jaquet Lenfant, Guillaume Le Bienvenu et autres de cette ville à son partement à la cour le pénultième jour de juillet 1475 ». Ce dîner comportait deux brochets, deux soles, une carpe et sept pots de vin, ce qui indique approximativement le nombre de convives. À remarquer que ce repas pris par le capitaine dans sa maison lui est offert par la ville.

8Plusieurs capitaines exercent leurs fonctions dans deux villes : le capitaine d’Harfleur est souvent aussi celui de Montivilliers, celui de Louviers l’est pour Gaillon. Évreux constitue un cas particulier : le capitaine est aussi le bailli. Le pouvoir qu’il exerce en est renforcé et élargi. Il existe ailleurs des exemples de cumul de charges : à Pont-Audemer, le lieutenant du capitaine est aussi vicomte.

9Cet officier, qui est, dans la seconde moitié du XVe siècle, le principal représentant du roi dans les villes normandes, dont le poids et l’autorité se font sentir même en son absence, voit progressivement son rôle s’effacer : vers 1520, il n’y a plus de capitaine à Pont-Audemer. C’est le lieutenant du bailli qui devient alors l’officier royal vers lequel convergent les regards.

Le personnel du capitaine

10Le capitaine comme tout officier important est secondé dans sa tâche par une équipe administrative, au demeurant difficile à cerner. Les documents signalent la présence d’un secrétaire, d’un serviteur et d’un commensal. Celui-ci, Jehan de Samat, écuyer, est gratifié d’un cadeau en 1479. Le document précise que « le secrétaire chapelain et autres gens et serviteurs de Monsieur de Saint-André [étaient] en ceste ville pour parler des affaires et négoces de la ville ». Ce qui laisse penser que, pour obtenir du capitaine ce que l’on souhaitait, il fallait être dans les meilleurs termes avec son entourage.

  • 10 AMPA, CRV, 1455-1481, PJ, mai 1484 probablement, car date en partie effacée.

11Quelques membres de sa famille l’accompagnent parfois. En 1484, monsieur de Saint-André est à Pont-Audemer avec sa fille10. Celle-ci est jeune, puisqu’on la dit suivie de nourrices. On peut supposer, dans ce cas, que la présence du capitaine fut plus longue et se changea en séjour.

12Les comptes municipaux mettent surtout l’accent sur le rôle capital, à l’échelle de la ville, du lieutenant du capitaine, qui est, pour les bourgeois, l’interlocuteur principal. Les textes nous le montrent effectuant les mille tâches de surveillance de travaux, d’examen des devis, d’estimation des réparations, s’entretenant régulièrement avec les édiles locaux. Son entrée en fonction est donc un événement important. Elle est ponctuée par une réception organisée par les officiers et conseillers de la ville à l’hôtel du tavernier Thomassin Godin en 1478 pour le lieutenant Guichard d’Albon.

  • 11 AMPA, CRV, 1485, f° 35.
  • 12 AMPA, CRV, 1513-1514, fos 28 et 34.

13Lorsque la ville est satisfaite du rôle et des services du lieutenant, elle le récompense. En 1485, Guichard d’Albon reçoit 180 livres tournois de « courtoisies en remerciement de bons services pendant sept ans » et parce qu’il « a servi la ville, a travaillé à la fortiffication sans rien recevoir »11. L’officier royal doit donc être dévoué, travailleur et avoir une haute conception de son devoir. Ce qui implique pour lui de ne pas chercher de dessous-de-table ou de pots-de-vin. Il en résulte une sorte d’attachement des bourgeois pour le représentant royal, attachement peut-être réciproque d’ailleurs, et que reflètent les cadeaux de sortie de fonction. Au XVIe siècle, ces pratiques se poursuivent : en 1513, Colin Esnoult, seigneur de La Carrière et lieutenant du capitaine de Pont-Audemer, reçoit 50 livres « en récompense pour ses services et déplacements » ; il est venu « 3 fois au cours de cette même année visiter la fortification »12. En 1515, Claude de Régnard, autre lieutenant du capitaine, séjourne à Pont-Audemer pendant quinze jours pour examiner la fortification : il est hébergé et remercié par la ville. Mais au XVIe siècle, les lieutenants se font plus rares à Pont-Audemer alors que, précédemment, ils faisaient partie des officiers royaux permanents.

  • 13 AMPA, CRV, 1515-1516, f° 31.

14Son rôle de remplaçant du capitaine conduit naturellement le lieutenant à se préoccuper principalement de la défense de la ville, de ses fortifications et de leurs armements. L’engagement de nouveaux travaux, leur adjudication à des entrepreneurs locaux, leur vérification dépendent de lui. Lorsque, en 1515, le lieutenant du capitaine de Pont-Audemer inspecte les murs de la ville, il constate que la base des murailles est attaquée par l’eau et ordonne de les faire couvrir pour les protéger de la pluie ; il choisit un emplacement où les pionniers porteront les immondices extraits des fossés ; il demande que soient fabriquées des herses de fer, une arche barrée de chaînes, etc.13

15Le lieutenant effectue aussi des déplacements pour « le bien et proffit de la ville de Pont-Audemer », par exemple en 1485, où il se rend « à Rouen, Lisieux, Évreux, Louviers, Honnefleu et autres villes de forteresse ». D’autres documents signalent le passage à Pont-Audemer de capitaines ou lieutenants responsables d’autres places fortes (Lisieux, Caen, Gisors...). Le lieutenant apparaît quelquefois dans un rôle de négociateur, attaché à défendre les intérêts de la ville dont il devient comme une manière de représentant. En 1489, il va à Honfleur avec le lieutenant du bailli et le receveur de Pont-Audemer auprès de l’amiral de France à propos de la fortification. En 1489, le lieutenant Richard Bodin rencontre l’amiral de France pour obtenir pour la ville une réduction du logement des gens de guerre. En 1492, le lieutenant Guillaume Bâtard d’Albon fait un voyage à Amboise pour prolonger la franchise de taille dont la ville bénéficie. Ces déplacements expliquent qu’à son tour le lieutenant ne soit pas toujours dans la ville où il exerce sa tâche. En 1466, des envoyés d’Harfleur vont à la rencontre de leur lieutenant qui se trouve momentanément à Rouen.

  • 14 ADSM, 3 E 6 115, no 9.
  • 15 ADSM, 3 E 6 124, 1495-1497, no 27.

16Il arrive qu’il reçoive les gages du capitaine, celui-ci étant absent. Ainsi à Harfleur, en 1466, où le capitaine ordonne à son lieutenant de percevoir les 200 livres tournois qui constituent sa propre rémunération14. En 1495, le capitaine envoie son lieutenant à Harfleur pour percevoir les gages qui lui reviennent15. Sans doute ceux-ci jouent-ils un rôle subtil dans les relations qu’entretiennent capitaines et lieutenants. Dons intéressés appelant un autre don ou un service, dette à régler, gratification en remerciement : de multiples sens peuvent être donnés à ces transactions de gages, ce qui jette une lumière sur la société nobiliaire, la société militaire et la société de cour auxquelles appartiennent et participent ces hommes.

  • 16 ADE, 2 E 3971, PJ, 23 mars 1483.

17C’est aussi le lieutenant qui jouit réellement du logement que la ville prévoit pour le capitaine. Les dépenses d’équipement et d’installation nous font pénétrer un peu dans leur cadre personnel et intime. À Harfleur, il s’agit d’un hôtel, d’une maison certainement remarquable par quelque aspect, puisqu’elle est désignée par un nom : « l’ostel de la rose ». Les documents n’en révèlent que deux pièces, la chambre et la salle du logis, mais il y en avait certainement d’autres. En 1483, une quittance signale que la ville de Pont-Audemer a loué à deux particuliers pour six mois un « hostel » « dans lequel a été logé Guillaume Bastard d’Albon, lieutenant du capitaine »16. Les objets ou « ustensiles » qui l’équipent sont mieux connus : à Pont-Audemer, la ville prévoit deux lits et un coffre pour la chambre, un banc et un coffre pour la salle, des objets de ménage assez nombreux (vaisselle d’étain, chaudières, ustensile de cuisine). À noter le prix élevé de la vaisselle d’étain par rapport au reste du mobilier : 41 livres contre 4 pour trois bois de lits. Du linge est offert au capitaine pour sa table et sa chambre, comme cette « courtine avec les pendans à mettre sus un lit pour le capitaine avec les ustensiles que la ville lui a baillé, et cinq sous tournois pour corde, ficelle, clou et [hawes ?] et ruben pour tendre icelle courtine ». Le logement des chevaux est aussi prévu. En 1466, sont payés les « râteliers et mangeoires des chevaux » pour le lieutenant Robert Du Sel.

18Cependant, comme le capitaine, le lieutenant du capitaine devient moins visible dans les comptes de Pont-Audemer après 1515. Le rôle, jusque-là prépondérant et affirmé, de ces deux représentants militaires du roi tend à s’estomper. Ils paraissent être supplantés par les représentants « civils » de la royauté : le lieutenant du bailli, le vicomte.

Officiers du roi et gens de justice

19Un groupe restreint d’officiers représente à l’échelle locale les intérêts du roi et incarne le pouvoir administratif et judiciaire de la royauté. Le vicomte, responsable du domaine royal, le lieutenant du bailli, représentant le bailli dans une ville secondaire, le grenetier à sel et quelques autres. Ces hommes sont désignés, dans les comptes, par le terme d’« officiers » ou par l’expression « gens du roi ». Ils semblent astreints à une certaine stabilité géographique, ils voyagent peu et résident en ville. Dans quelques listes nominatives des officiers royaux présents dans les villes et qui ont été conservées, ils sont toujours cités en deuxième position, juste après celles du capitaine et de son lieutenant, position qui doit refléter l’importance relative et la hiérarchie administrative locale.

20Leurs attributions découlent de leurs fonctions. Ils assistent à l’adjudication des fermes des aides, dont la perception constitue les recettes des villes ; ils vérifient l’usage du budget urbain en visitant les travaux réalisés aux fortifications ou ailleurs en ville, aux fossés, à la fontaine ou aux ponts. Ils ont aussi un rôle judiciaire puisqu’ils assistent ou président les assises de la vicomté. Ils décident de certaines dépenses comme le nettoyage de rues, la création d’une nouvelle fontaine ou la réception d’une personnalité. Leurs tâches entraînent des réunions régulières avec les autres responsables de la ville, souvent à la taverne, ou à l’hôtel de ville.

21Ces administrateurs civils tendent à prendre la place des responsables militaires après le tournant du XVIe siècle. Certains bourgeois, bien introduits dans le milieu municipal, ayant occupé des offices municipaux puis des offices royaux subalternes, parviennent à accéder au poste, certainement prestigieux à l’échelle locale, de lieutenant du bailli. C’est la cas de Jehan Chuffes à Pont-Audemer, un conseiller en cour laie qui devient lieutenant du bailli au début du XVIe siècle.

Les lieux du pouvoir royal et seigneurial

22L’exercice du pouvoir local se déroule dans divers édifices, plus ou moins imposants, qui ponctuent la ville. Les fonctions judiciaires et administratives sont lisibles dans le paysage urbain. Le pouvoir s’inscrit donc dans le bâti et l’architecture des petites villes.

Les châteaux

  • 17 Alfred Canel, Histoire…, t. II, p. 296-297.

23Certaines villes conservent un château qui vient grossir l’enceinte urbaine et qui reste utilisé à la fin du XVe siècle ; Neufchâtel, Arques, Vernon, Gisors, Verneuil, Breteuil par exemple. Quelques actes notariés montrent que celui de Neufchâtel semble accueillir une garnison et avoir conservé un intérêt militaire à la fin du XVe siècle. D’autres villes, comme Pont-Audemer, ont vu leur château détruit sur ordre de Charles V en 1378 ou bien durant l’occupation anglaise comme Elbeuf, ou encore, par le raid du Téméraire en 1472 (Pavilly, Auffay). À Pont-Audemer, le château a donc perdu son utilité militaire et ne sert plus de résidence à une garnison. Le guet qui y était effectué en temps de guerre par les habitants de la ville et des villages voisins a été transféré en 1475 à la fortification de la ville17. Le château ne profite à la ville que comme carrière de pierre dont on extrait vers 1465-1466 un assez grand nombre de blocs pour l’amélioration de la muraille.

Les cohues

  • 18 AMPA, CRV 1486, f° 23 : « a Denis Etienne, carpentier, pour œuvre de carpenterie […] adjugée en co (...)
  • 19 AMPA, CRV, 1530, f° 11.

24Elles abritent les réunions judiciaires, les assises ou les assemblées nombreuses réunies sous l’autorité d’un agent royal, bailli, lieutenant du bailli, capitaine ou lieutenant du capitaine. En 1486 par exemple, c’est dans la cohue que se déroule l’adjudication des travaux18. Il est souvent difficile de les distinguer des halles qui sont utilisées dans les mêmes occasions, au point que l’on peut se demander si la « cohue » n’est pas dans certains cas un autre nom de la halle, ou, du moins, de la plus grande salle de la halle. À Pont-Audemer, par les maigres indications de localisation que les textes donnent, il semble que halle et cohue sont des édifices distincts, puisqu’un texte indique que la cohue est « derrière la tour Grise » près des murs de la ville, alors que la halle est sur la Grand-Rue, en position centrale19. Il est cependant impossible de dire à quoi ressemblait la cohue. Le terme de prétoire est utilisé en de rares occasions comme synonyme de « cohue », ce qui souligne la fonction judiciaire de ce lieu.

Les prisons

  • 20 AMPA, CRV 1509, f° 11 ; CRV 1515, f° 30.
  • 21 Alfred Canel, Histoire…, t. II, p. 302-307.

25Il est souvent question de prisonniers jugés ou condamnés dans telle ou telle de nos petites villes. À Pont-Audemer, c’est une tour située dans la porte principale de la ville, la porte de l’Archevêché, qui sert à garder les détenus. C’est probablement cette tour (ou cette porte ?) qui est quelquefois appelée la « forte maison »20. Selon Alfred Canel, il s’agit d’un édifice construit avant l’enceinte urbaine et intégré à celle-ci ; la « forte maison » aurait ainsi servi de « boulevart » à la porte de l’Archevêché et aussi de prison. En 1492, il est question de raser cet édifice, ce qui ne se fit pas ; mais la prison est transférée dans une des tours de la Porte de la rue aux Juifs, qui prit le nom, au XVIe siècle, de porte de la Geôle21. La prison de Louviers est celle dont la disposition intérieure est la mieux connue. Elle est décrite comme « la geôle où l’on plaide », ce qui implique l’existence d’une ou plusieurs pièces liées aux procès, aux interrogatoires peut-être. Un autre texte évoque l’existence de plusieurs chambres : « chambre de la géhenne », « chambre aux debteurs », « la fosse », « la chambre au geôlier ». La prison comprend le logement du gardien, une chambre de torture, des cellules spécialisées par type de délit ou par intensité de la peine. La fosse paraît avoir été un cachot souterrain, humide et parfois inondé, où l’on descendait la nourriture au moyen d’un seau, conditions qui rendaient le séjour fort pénible aux prisonniers.

Les greniers à sel

  • 22 AN, JJ 207, nos 37, 58 et 101, 1480.

26Certaines villes – Pont-Audemer, Neufchâtel, Louviers (?), Harfleur ou Montivilliers – possèdent un grenier à sel et dominent ainsi toute une circonscription dans laquelle les habitants doivent venir s’approvisionner au grenier du chef-lieu. Celui de Pont-Audemer était situé sur les bord de la Risle près du « port » ou du débarcadère des marchandises. La disposition des locaux n’est pas précisément connue, mais l’édifice devait comprendre des pièces administratives et une réserve de sel. C’est ce magasin que de jeunes gens « cambriolent » en 147722.

27Le personnel est composé d’un responsable, le grenetier qui dirige le service de la gabelle avec quelques aides. Chaque grenier paraît avoir eu ses marchands « fournisseurs » agréés. En effet, certains marchands de Pont-Audemer obtiennent de la ville (ou du roi ?) le droit d’approvisionner un grenier. Ce droit s’achète pour une durée assez longue (dix ans) et se paie chaque année. Ainsi, la ville perçoit 180 livres de droit par an de la part du ou des marchands (deux, en général) qui ont acquis ce monopole commercial. Bien souvent, ces « fournisseurs » du grenier à sel paraissent être les marchands les plus fortunés et les plus gros manieurs d’argent de la place dans les villes concernées. Il en va ainsi de Jaquet Lenfant, qui acquiert ce droit vers 1490 et qui est certainement un personnage influent.

Les manoirs

28Quelques documents et quelques rapides mentions font état de l’existence de manoirs dans certaines villes : le manoir de l’archevêque de Rouen à Louviers (ou bien est-ce une « forte maison » ?), le manoir-le-roi à Pont-de-l’Arche… S’agit-il d’édifices plus imposants et visibles que les maisons ordinaires de ces petites villes ? Des édifices où siègent des cours de justice, qui abritent des bureaux, des salles de garde et autres archives ? Peu d’informations nous sont données.

29Les renseignements sont donc assez maigres concernant les lieux où vivent et travaillent les officiers du roi. Ceux qui paraissent animés de la plus grande activité sont les tribunaux, cohues et prétoires. Comme les principaux officiers royaux sont assez mobiles, il est probable que le lieu de leur pouvoir est l’endroit où ils se trouvent, sans qu’il soit attaché à un édifice précis.

Objectifs du pouvoir royal

30Charles VII et ses successeurs ont accordé la franchise fiscale à nombre de villes après la reconquête de la Normandie. Harfleur, Pont-Audemer, Louviers, mais aussi Honfleur, Mantes, Vernon et peut-être d’autres, ont pu bénéficier de ce régime de faveur. Situation destinée à rester temporaire, l’exemption étant accordée pour six ans en général. Les villes, cependant, n’ont eu de cesse de prolonger le plus longtemps possible ce privilège et certaines, comme Pont-Audemer, y ont réussi. Quels avantages la royauté tire-t-elle de cette « liberté » accordée aux villes ? Quelles sont ses intentions ?

  • 23 AMPA, registre 1455-1481, lettre de Louis XII, 4 octobre 1508 : « la ville de Pont-Audemer qui est (...)
  • 24 AMPA, registre 1455-1481, lettre de Louis XI, 31 août 1477.
  • 25 AMPA, registre 1455-1481, lettres du 4 avril 1459, 11 décembre 1462, 31 août 1477, 4 octobre 1508.

31La raison invoquée systématiquement pour justifier l’exemption fiscale est la nécessité de fortifier et de renforcer la défense des villes. Par conséquent ont pu obtenir ce droit les villes qui jouent un rôle sur le plan militaire et participent à la maîtrise du territoire, qui sont « villes de frontière », comme le précisent les textes à propos de Pont-Audemer, Harfleur, ou Neufchâtel23. Celles-ci, qui ont été très exposées durant la guerre de Cent Ans, qui ont parfois connu des sièges et des destructions, ont révélé la place qu’elles occupaient dans la défense et le contrôle de la Normandie. C’est le cas de Louviers qui a été le théâtre de violents combats entre 1430 et 1440, et aussi de Pont-Audemer, qui, comme le rappelle une lettre royale de 1477, avait été ceinte d’une muraille de bois et était en fort mauvais état : « la fortification de bois est en deça en partie tombée dedans les fossés et le demourant en danger de cheoir », ce qui pourrait se révéler dangereux pour la ville en cas de nouveau raid anglais sur la Normandie24. Il s’agit pour la royauté d’asseoir solidement son autorité retrouvée, de soulager les populations citadines éprouvées, de consolider des équipements militaires incomplets dans un contexte international instable où la guerre, comme les événements l’ont démontré abondamment, peut renaître après quelques années de trêve. La royauté accorde le droit aux villes de s’imposer elles-mêmes en levant des taxes sur le commerce des marchandises et en affermant la levée de ces taxes. Les villes ont obligation de consacrer une part fixée à l’avance de ces impôts à la défense. Le montant était fixé à 400 livres en 1450, 1462, 1477, mais il s’élève à 600 livres en 1508, signe que Pont-Audemer s’est un peu redressée économiquement et financièrement25. La royauté délègue la mise en défense aux responsables urbains, c’est-à-dire aux bourgeois encadrés par les agents royaux, militaires et administratifs. En effet, précise la lettre royale de 1477, l’exemption de taille est accordée « pour qu’ils [les habitants] soient plus enclins de corps et de biens à faire ledit emparement », mais « les dépenses se feront sous le contrôle de Guillaume de Bigars, escuier, capitaine de Pont-Audemer ». Le roi accorde ainsi une part d’activité autonome aux villes dans un domaine auquel elles sont très sensibles : la défense et la sécurité. Dans les comptes municipaux, entre 1470 et 1540, les frais de fortification prennent une place considérable et constituent le cœur même de ces comptes. En effet, entre 1480 et 1490, les frais de défense représentent plus de la moitié des dépenses annuelles. Leur part tend, cependant, à se réduire à partir de 1491-1492, période où les recettes s’améliorent très sensiblement, puis au-delà, au tournant du XVIe siècle, période à laquelle les principaux travaux – érection de murs, nouvelles portes, consolidation des tours, fossés améliorés – ont été achevés. Ils manifestent toutefois que l’inquiétude face aux menaces de guerre ne s’est éteinte que très lentement.

32Le perfectionnement de la défense des villes revêt plusieurs formes. Il consiste en premier lieu en la construction de murs d’enceinte avec leur nécessaire équipement fait de portes d’entrée de ville, de poternes, d’escaliers (ou « degrés »), d’avant-murs ou renforcement du pied des murailles (« faussebraies »), de galeries de bois et de guérites pour les sentinelles, de corps de gardes. Cela s’accompagne de la destruction de maisons gênantes, car trop proches des murs, et de l’aménagement d’un chemin au pied de celles-ci. Car, dans ces villes médiévales, la défense, c’est la surveillance. Des herses et grilles de bois ou de fer sont posées pour clore les ouvertures de murailles (portes ou ruisseaux), les serrures sont réparées, des ponts « dormants » ou « levis », des barrières, « volantes » ou non sont construites ou rénovées, le bois abîmé, les pentures et ferrures des portails sont changés pour qu’ils puissent correctement se fermer. Car la défense, c’est, plus encore que la surveillance, la clôture : il faut barrer le passage et ne pas laisser entrer l’ennemi. Les dépenses de cette sorte sont innombrables et, en général, coûteuses : un travail de maçonnerie, portant sur 97 toises et 36 pieds de mur, est payé 451 livres 13 sous 2 deniers en 1479 ; en 1485 pour 12 toises carrées et demie, le prix s’élève à 30 livres L’importance des travaux envisagés, l’emploi d’une main-d’œuvre professionnelle, technique, parfois venue d’ailleurs, l’achat de matériaux de construction en grande quantité, les frais de transport, tout concourt à augmenter le coût de la défense de la ville.

33Mettre la ville en défense, c’est aussi acheter ou remettre en état de marche des armes, car en cas de guerre, il faudra peut-être combattre : la ville se procure arcs, arbalètes, canons de différentes tailles, affûts, boulets, poudre. Achats coûteux, de sorte que lorsque c’est possible, les villes se procurent un matériel d’occasion. Des couleuvrines et canons parviennent à Harfleur et Montivilliers depuis la Picardie où ils ont été pris sur l’équipement de Saint-Quentin, Roye et Montdidier. D’autres fois, un cannonier « dérouille » des faucons et couleuvrines couvertes de rouille ou bien « rafraîchit » de la vieille poudre. Cet armement est remisé dans les halles et hôtels de ville ou bien mis en place directement dans les tours et sur les murs, lorsqu’il s’agit de canons. La prolifération de la nouvelle artillerie, à poudre et à feu, dans les armées du XVIe siècle, entraîne une adaptation des enceintes. Des canonnières sont construites, à partir de 1485 et pendant un quinzaine d’années, dans les tours et boulevards de Pont-Audemer par exemple.

  • 26 AMPA, CRV, 1486, f° 14.
  • 27 AMPA, CRV, 1487-1488, f° 30 ; CRV 1495-1496, f° 26.

34Les fossés sont également entretenus, nettoyés de leurs herbes ou des immondices qui s’y sont accumulés. Ce travail simple, mais d’ampleur considérable, nécessite moins de matériaux que de main-d’œuvre, et est accompli par les habitants et les villageois des environs réquisitionnés pour la circonstance, à raison d’un jour de travail par personne. Travail peu ou pas rétribué, qui donne donc lieu à contestation. Le curage des fossés est un aspect de la défense auquel les habitants participent collectivement et activement. Il en est d’autres. L’organisation du guet les sollicite aussi de temps à autre, lorsqu’une menace sérieuse est annoncée. En 1485, 1486 et 1487 – ce qui coïncide avec la Guerre folle menée alors contre le roi par le duc d’Orléans et celui de Bretagne –, Guillaume Le Prévôt, clerc à Pont-Audemer, est chargé d’organiser le guet ; il doit « semoncer et adjourner chaque jour 4 habitants sujet à la garde des portes de la ville » et il reçoit 6 livres pour avoir effectué cela du 24 octobre 1486 au 24 avril 148726. Des bruits de ce genre parviennent à Pont-Audemer en 1487, où l’on craint « l’entreprise que les francs-archers de la charge de Monsieur de Bonnetot avaient l’intention de faire » (?), et en 1495, où l’on répare plusieurs ponts-levis à la hâte « car le bruit courait d’une descente des anglais, anciens ennemis de notre royaume »27 ; à Harfleur, un messager part pour annoncer aux Dieppois une prochaine « descente » des Anglais en 1490. La ville, par l’intermédiaire d’un bourgeois commis à cette tâche ou d’un sergent, met en place la surveillance des portes et des murs de la ville. Les habitants ainsi retenus se postent sur la tour de l’horloge, sur les ponts et aux portes, sur les murs, à l’abri de galeries ou de « guettes » ou guérites et effectuent leur tour de guet plus ou moins bien. Dans l’éventualité d’une vraie défense en armes de la ville, les autorités urbaines et royales organisent parfois des montres des habitants en armes et, plus souvent, des exercices de tir à l’arc ou à l’arbalète. Ce dernier exercice se change bien vite en compétition sportive et en festivité urbaine, ce qui garantit peut-être une certaine périodicité de cet entraînement militaire. La montre des habitants en armes manifeste qu’une organisation militaire des habitants existe, à Pont-Audemer du moins, mais probablement aussi ailleurs, que les habitants possèdent un équipement et occupent une certaine fonction dans cette organisation (picquiers, hallebardiers…). Comme les représentants militaires de la province, tel l’amiral de France, effectuent cette vérification, l’événement permet aux citadins de prendre conscience de leur lien avec la royauté. Tous ces modes de participation des citadins à la défense sont certes intermittents et ponctuels, néanmoins leur répétition peut faire sens et enraciner la conscience d’appartenir au royaume.

35Une autre forme de soutien des villes à la défense de la Normandie et du royaume est le paiement de subsides demandés par le roi en fonction de la conjoncture militaire internationale. Avec le déclenchement des guerres d’Italie, entre 1494 et 1530 environ, les demandes d’argent, dons gratuits, emprunts forcés, impôts exceptionnels, se sont multipliées et les villes n’ont plus été franches de tout impôt. Il semble que ces exigences financières se traduisent par une ponction sur les finances urbaines et ne donnent pas lieu à une levée directe sur les habitants. Ou bien il est spécifié que le paiement sera fait par les plus riches, ce qui rend la ponction moins douloureuse. Les demandes exceptionnelles sont assez nombreuses durant le règne de Louis XI, période où la fiscalité a été augmentée de façon globale. En 1473, le roi sollicite quelques villes normandes, « pour résister aux anglais, anciens ennemis et aux nouveaux ». Pour ce faire, le roi a décidé d’équiper un navire « une nef appelée la Syméonne […] pour envoyer sur celui-ci nombre de gens de guerre pour grever et expulser par la mer nos ennemis ». Il a besoin pour cela de l’aide de ses sujets et demande 150 livres à Louviers et 200 livres à Pont-Audemer :

  • 28 AMPA, CRV, 1455-1481, PJ, 6 avril 1475.

En faisant mettre sus et imposer par manière d’emprunct sur les plus riches et les plus apparens desdites villes qui mieux sauront le porter et fournir, cet argent sera rendu, à prendre sur les deniers communs des villes28.

  • 29 AMPA, CRV, 1455-1481, PJ, 17 novembre 1475 : le document cite 48 personnes qui ont donné des somme (...)

36Une autre quittance donne la liste des habitants les plus riches qui ont participé à ce prêt forcé29.

37Louis XI fait parvenir jusqu’aux villes normandes d’autres demandes du même ordre dans les années suivantes, correspondant au conflit avec le Téméraire. En 1476, une lettre royale explique que le roi a eu beaucoup de dépenses, notamment d’ambassade, et qu’il s’adresse aux villes :

  • 30 AMPA, CRV, 1455-1481, PJ, 22 décembre 1476.

Car le menu peuple des champs a été tellement opressé et foullé de plus grans et insupportables charges tant pour le paiement des gens de guerre que pour le logis des compagnies de gens d’armes passans et repassans esdit plat pays30.

38Saisissante description de la politique royale (les « ambassades », c’est-à-dire bien souvent les frais diplomatiques et l’achat des alliances) et de la situation des campagnes. Il impose encore une fois un emprunt obligatoire et la répartition est la suivante :

  • 31 AMPA, CRV, 1455-1481, PJ, 19 janvier 1476. La ville paie les 400 écus en février 1476, voir PJ, 13 (...)

Rouen

1 000 écus d’or,

Verneuil

200 écus d’or,

Pont-Audemer

200 écus d’or,

Louviers

400 écus d’or31.

39Tous ces éléments apparaissent tout aussi nettement dans une lettre vidimée de 1477 dans le compte de Pont-Audemer : le roi de France reçoit la visite du roi de Castille, Léon et Portugal et lui offre son aide. Plusieurs navires doivent être équipés pour servir au souverain portugais. Le roi de France fait savoir à ses villes de Normandie qu’elles paieront un total de 3 650 livres tournois Comme les villes ont « des deniers communs destinés à la fortification », elles doivent utiliser cet argent pour l’aide accordée au roi de Portugal. Pont-Audemer et Louviers doivent chacune 600 livres tournois, Quillebeuf 150, Honfleur 800, Rouen 1 500. La levée doit être faite dans les huit jours et il est précisé :

  • 32 AMPA, CRV 1477, lettre vidimée.

Et à ce faire et souffrir et à paier lesdites sommes dedans ledit terme contraignez et faites contraindre réaulment et de ce fait les habitants desdites villes c’est assavoir les plus apparens et plus solvables par prinse de corps et de biens et tout ainsi qu’il est accoustumé de faire pour nos propres debtes et affaires […]32.

40La vigueur et même la rudesse de la demande surprennent : 600 livres tournois sous huit jours, sinon les biens seront saisis et les récalcitrants emprisonnés. Il ne fait pas bon être un riche bourgeois sous Louis XI.

  • 33 Il existe une liste des habitants qui ont donné de l’argent en 1475 pour une affaire assez semblab (...)
  • 34 ADE, 2 E 3971, PJ, 10 juin 1476.
  • 35 AMPA, CRV, 1455-1481, PJ, 26 octobre 1477.
  • 36 ADE, 2 E 3971, PJ, 27 septembre 1485.

41Parfois, lorsque les villes ne possèdent pas sur le coup les liquidités indispensables, elles empruntent à divers créanciers pour pouvoir payer au roi ce qu’il veut. Dans le cas précédent, quatre bourgeois de Pont-Audemer avancent les fonds : Guillaume Fortin, ancien receveur 50 livres, Jaquet Lenfant, bourgeois, 130 livres, Colin Néel, tavernier, 70 livres, le receveur Jehan Pinchon, 100 livres. À ces 350 livres tournois viennent s’ajouter 528 livres collectées sur les habitants de la ville et de ses faubourgs : Saint-Ouen paie 74 livres, Saint-Germain 62 livres, Saint-Aignan, 30 livres et Notre-Dame du pré 12 livres33. La ville fournit le complément. Le transfert de fonds donne lieu à un voyage et à un convoi vers un lieu qui concentre ces fonds (Paris, Honfleur…). Il semble bien que cet emprunt ait été remboursé. Du moins, deux bourgeois de Pont-Audemer, parmi les principaux contributeurs, reçoivent respectivement 120 livres et 70 livres parce qu’ils « ont avancé ces sommes à la ville qui a été imposée pour la venue du roi de Portugal »34. Pont-Audemer ne fournit pas seulement de l’argent, mais aussi dix-sept chevaux qui sont « conduit de Pont-Audemer à Caen pour le fait du convoy des pièces du roi de Portugal ». Les chevaux seront ensuite ramenés à Pont-Audemer35. En 1485, un « don » de 500 livres tournois doit être payé par Pont-Audemer conformément à ce qui a été négocié aux états de Normandie36.

  • 37 Par exemple en 1521 : « En ce temps le roy fist une exaction indue sur les Parrisiens, c’est assav (...)

42Ces exigences financières de la royauté se sont apaisées au début du règne de Charles VIII, puis se sont à nouveau accrues avec le déclenchement des guerres d’Italie. Charles VIII, Louis XII et surtout François Ier ont fait appel aux villes. Tout le royaume a ressenti cette pression fiscale, ces « emprunts royaux » qui étaient bien souvent des dons forcés : l’avocat parisien Nicolas Versoris en témoigne largement dans son Journal37. Le cas normand montre que, dans un tel contexte, les grandes villes, mais aussi les villes secondaires, constituent pour le roi un trésor dans lequel il entend puiser en fonction des besoins.

  • 38 Alain Demurger, Temps de crises temps d’espoirs, XIVe-XVe siècles, t. V, Nouvelle histoire de la F (...)
  • 39 AMPA, CRV 1492, f° 29.
  • 40 AMPA, CRV, 1493, f° 55.

43Une dernière forme, mais non la moindre, de participation économique et matérielle à la défense des villes est l’accueil et l’hébergement des troupes royales. La réforme de l’armée date de 1445. Elle institue 15 compagnies d’ordonnance composées de 100 lances. Sous Louis XI, l’armée compte 2 846 lances et 40 compagnies, mais les effectifs fluctuent et ont eu tendance à augmenter au cours de ce règne : 11 000 combattants en 1462, 20 000 en 1465, 40 000 vers 147538. Ces hommes sont payés par l’administration financière royale et doivent se présenter aux « montres » pour recevoir leur solde. En outre existent des corps d’armée de « petite ordonnance » placés dans les garnisons pour tenir les provinces. Les petites villes normandes enregistrent les mouvements de troupes complexes, auxquels cette nouvelle armée et son utilisation donnent naissance. Durant toute la période considérée, des soldats passent et repassent par les villes, effectuant des séjours relativement brefs, compris entre quelques jours et quelques semaines. Les villes ont obligation d’organiser le logement et la nourriture des hommes et des chevaux. Les responsables militaires qui commandent les compagnies hébergées sont parfois honorés par un banquet, ou quelques présents : en 1492 Sanson Fortin accueille dans sa taverne, à Pont-Audemer, « Monsieur de Chassey, capitaine de Louviers et gens de pié d’ordonnance allant par mer avec le roi » ; les soldats reçoivent gracieusement quelques pots de vin. Pourtant, l’essentiel se déroule avant l’arrivée des troupes en ville. Car pour les responsables urbains, l’affaire est toujours désagréable, source de lourdes dépenses et de débordements violents regrettables. De ce fait, les villes cherchent par tous les moyens à se faire dispenser de ce fardeau : en 1491, les édiles de Pont-Audemer envoient un représentant auprès du bailli de Rouen avec des lettres du roi pour démontrer que « les gens d’ordonnance », qui étaient alors à Caudebec et Rouen, devaient être hébergés dans ces villes-là et non à Pont-Audemer. Quand elles n’y réussissent pas, elles essaient de diminuer le nombre de soldats à héberger. En 1492, les gens de Pont-Audemer essaient d’obtenir un arrangement avec le receveur de Lisieux « pour le partement du logis et vivre des gens d’armes ordonnés être logés à Lisieux, en ceste ville (de Pont-Audemer) et autres »39 ; en 1493, Pont-Audemer, toujours, cherche à infléchir monsieur de Bucy, un des collaborateurs du duc d’Orléans, gouverneur de Normandie (le futur Louis XII) « pour obtenir rabais du nombre des gens d’armes de sa compagnie que l’on voulait loger en ville »40.

44Les villes secondaires paraissent ainsi jouer un rôle dans le contrôle militaire du territoire royal, et particulièrement dans les provinces exposées comme la Normandie. Elles sont quelquefois le lieu des « montres ».

45La menace de guerre, la mise en défense, le maintien de la tranquillité et de la sécurité dans la ville et ses abords constituent l’horizon premier de la vie politique locale dans les petites villes normandes. D’une certaine façon, c’est la guerre qui conduit à l’exemption fiscale et, donc, qui donne consistance à une vie municipale. En outre, la sécurisation des routes et des villes permet la reprise d’un commerce actif qui alimente, par les taxes, les budgets urbains. Par conséquent, les villes tiennent à ce dispositif qui fait système. Elles cherchent cependant à en diminuer le coût pour en augmenter les avantages. Les comptes municipaux manifestent clairement que, pour le roi, les villes ont un intérêt stratégique et financier. Pour que ces deux objectifs soient remplis, il semble important d’obtenir la fidélité et l’attachement des élites urbaines.

Le passage fréquent des représentants du pouvoir royal

46Les comptes urbains notent avec minutie les dépenses de bouche liées à la venue de personnalités politiques et administratives. Ils enregistrent parfois la date précise de la réception, quelquefois le nom des participants, les plats et boissons offerts aux invités. La raison du passage est donnée de temps en temps. Ces allées et venues des représentants du roi sont la conséquence des intentions que la royauté nourrit à l’égard des villes et, plus particulièrement, de celles qui présentent un intérêt stratégique, comme Pont-Audemer et Harfleur. Les villes d’Harfleur et de Pont-Audemer reçoivent différentes catégories d’administrateurs et de représentants royaux appartenant à tous les échelons de pouvoir, depuis l’officier le plus ordinaire jusqu’au familier du roi. En effet, ces villes connaissent les visites d’agents locaux comme le capitaine de la ville, son lieutenant, le vicomte, qui, bien qu’ils soient en poste dans nos villes, sont fréquemment absents, surtout le capitaine. Aussi lorsque ces personnages, qui exercent des responsabilités d’une assez grande importance pour les villes, sont annoncés, les villes leur réservent un accueil privilégié. Elles reçoivent également la visite d’administrateurs « régionaux » : des civils, comme les responsables financiers que sont les élus de Rouen ou Lisieux, le receveur général, ou comme les responsables de la justice, tels le bailli de Rouen ou le sénéchal de Normandie ; des militaires, comme le lieutenant du roi en Normandie ; des ecclésiastiques comme l’abbé de Préaux, l’évêque de Lisieux (en 1474, 1484, 1511), l’archevêque de Rouen (en 1494, 1511), l’abbé de Fécamp, qui ont des pouvoirs régionaux mais peuvent exercer des fonctions éminentes auprès du roi, étant parfois membres de son conseil, ce que les quittances ne disent généralement pas. Divers militaires en charge d’une compagnie séjournent quelquefois dans les petites villes ; ces hommes sont parfois capitaines, de Caen (en 1476), Falaise (en 1497), Avranches. D’autres personnages semblent avoir des compétences qui ont une extension « nationale », comme les généraux de finances, l’amiral de France (passages très fréquents), le trésorier des guerres. Enfin, des seigneurs de premier plan ou leurs lieutenants viennent en Normandie de temps à autre : le vice-chancelier du duc de Bretagne en 1465, un envoyé du duc de Normandie (Charles de France, frère de Louis XI en 1466), le duc d’Alençon en 1513, le dauphin en 1531. Des membres de l’entourage royal, administrateurs ou militaires, passent aussi par les petites villes, le maréchal de Lohéac en 1466, un grand maître d’hôtel du roi, le lieutenant général et gouverneur pour le roi en Normandie, c’est-à-dire le duc d’Orléans, en 1492. Quand ce n’est pas le roi lui-même, dont la venue est signalée en 1462, 1465, 1487 à Pont-Audemer et 1521 à Harfleur, toujours suivi par un « train » important de parents, serviteurs, commensaux, conseillers et militaires de sa garde. Ces visites sont en nombre variable compris entre un et dix par an à Pont-Audemer comme à Harfleur ; la moyenne se situe à cinq-six visites par an ; Harfleur semble être un peu plus « fréquentée » par les officiers royaux que Pont-Audemer. Par conséquent, des agents politiques, administratifs, militaires et financiers transitent en ville, y effectuant des séjours plus ou moins rapides.

  • 41 ADE, 2 E 3971, PJ, 7 septembre 1474.
  • 42 AMPA, CRV, 1455-1481, PJ, mai 1484, probablement car date en partie effacée.
  • 43 AMPA, CRV, 1455-1481, PJ, 8 mai 1484.

47Les raisons qui les mènent jusque dans les petites villes normandes ne sont pas toujours scrupuleusement mentionnées, mais les cas sont suffisamment nombreux pour en donner une vue globale. Certains représentants royaux séjournent à Pont-Audemer ou Harfleur parce qu’ils sont sur la route de leur voyage qui doit les mener ailleurs (on ne sait où) et qu’ils ont besoin de faire halte quelque part. Les villes secondaires leur offraient vraisemblablement des commodités d’accueil plus attractives que celles des toutes petites villes et des bourgs : hôtels, logements plus agréables, réceptions honorables. Dans ces cas, les autorités urbaines commandaient des buffets, des repas ou des cadeaux « pour recommander la ville », pour que l’homme d’influence se souvienne plus tard de la ville qui l’avait honoré avec respect. Aux yeux des notables urbains, ces hommes du roi représentent l’autorité à qui est due une déférence « naturelle » et ils doivent donc être accueillis avec des honneurs conformes à leur rang. Une tendance s’affirme à plusieurs reprises, consistant à offrir des présents aux parents et à la famille qui, quelquefois, les accompagnent : en 1474, la ville de Pont-Audemer achète « 2 butors, 4 perdrix, 1 connin pour faire présent à Madame la Généralle aujourd’hui passée dans cette ville »41 ; en 1484, la fille de monsieur de Saint-André, capitaine de Pont-Audemer, se voit offrir des cadeaux par la ville sous forme de viande, « un cochon, 2 butors, 4 perdrix, 6 lapins, 1 langue de veau, 2 chappons, 6 pouchins, une douzaine de pingons [pigeons ?], 12 râles », en outre, du vin, de l’hypocras et « un petit panier d’oublies »42 ; vers la même époque, l’amiral de France et sa femme, de passage à Pont-Audemer, reçoivent également des cadeaux « pour qu’ils aient les affaires de la ville en bonne recommandation »43.

  • 44 AMPA, CRV, 1511, f° 36.

48D’autres agents du roi, les plus nombreux ou les plus visibles parce qu’ils séjournent plus longtemps, viennent avec une mission, une intention et un dessein particuliers. Leurs attributions et leurs déplacements traduisent la conception royale du rôle des villes en général, qu’illustrent aussi les contacts avec les villes secondaires de Normandie. Certains de leurs déplacements relèvent de l’administration courante d’une région et de ses villes par les agents régionaux du roi : l’entrée en fonction d’un nouveau représentant du roi, un capitaine ou un lieutenant est célébrée par un banquet ; le bailli ou son lieutenant viennent assister à l’adjudication de la ferme des aides, ou à l’examen annuel des comptes urbains ; le capitaine ou un militaire de passage viennent loger leurs troupes dans une ville pendant quelques jours ou semaines : en 1512, Robert de Groucy, de Pont-Audemer, est remboursé de 60 sous pour avoir « logé en son hôtel 13 hommes et 11 chevaux de la compagnie de Monsieur de Bonnivet »44 ; d’autres fois, un émissaire du bailli vient annoncer la réunion des états de Normandie à laquelle une délégation de la ville devra se rendre, un conseiller en cour laie, le procureur ou l’avocat du roi viennent à cause d’un procès en cours à l’échiquier par exemple.

  • 45 ADSM, 3 E 6 120, no 9 et 34 : en 1476, le général de Savoie et le bailli de Caux visitent le port  (...)
  • 46 ADSM, 3 E 6 123, no 31.

49D’autres personnalités passent dans les villes normandes en raison d’événements moins ordinaires, moins périodiques, parfois liés à une conjoncture militaire locale ou internationale. Ce sont les responsables militaires (capitaine, amiral, gouverneur de Normandie) qui viennent inspecter les fortifications, les ponts, les portes, vérifiant l’usage des deniers concédés aux villes par le roi ; durant toute la période considérée, ces visites des murailles se multiplient et faiblissent un peu vers le milieu du XVIe siècle, alors que l’essentiel des travaux de mise en défense ont été accomplis ; à Harfleur, les aménagements et les agrandissements du port donnent lieu à des travaux importants qui entraînent des visites de chantier45. Ce sont les venues des collecteurs d’impôts forcés, de dons que le roi a expressément demandés, comme cela se produit en 1477 où Louis XI aide le roi de Portugal en lui fournissant quelques navires, lesquels sont équipés et avitaillés par des fonds, du matériel et des chevaux pris sur les villes des environs de Honfleur (dont Pont-Audemer) ; ces déplacements et ces demandes royales pour les guerres deviennent en effet plus pressants vers la fin du XVe siècle, surtout à partir des guerres d’Italie, et se poursuivent pendant le règne de François Ier. Ce sont aussi les passages inquiétants des troupes dans le contexte fébrile de la guerre du Bien public, puis voulus par la mise en place de garnisons permanentes dans certaines villes comme Harfleur et Pont-Audemer, ou même Neufchâtel, et qui sont déplacées ici ou là au gré des besoins. Plus rarement, ce sont les diverses montres, des francs archers, des nobles, des bourgeois en armes ; en 1496, l’amiral vient à Harfleur pour juger des Flamands « qui ont fait plusieurs pilleries sur la mer »46. Ou encore les processions exceptionnelles liées à des circonstances politiques ou militaires, enfin les entrées princières ou royales, notamment celle de 1487 à Pont-Audemer pendant la minorité de Charles VIII et dans le contexte de la Guerre folle. Chacune de ces occasions fournit aux agents du roi et aux représentants des villes le moyen de faire un bilan sur un problème précis, généralement d’ordre militaire ou financier, les deux intérêts majeurs de la royauté à l’égard des villes. Ces rencontres permettent aux villes d’amorcer une négociation pour diminuer des fardeaux jugés toujours trop lourds.

  • 47 ADSM, 3 E 6 123, no 30.
  • 48 ADSM, 3 E 6 120, no 34 : il en va ainsi en 1476 pour le capitaine d’Harfleur, Antoine de Chabannes (...)

50Les réceptions qui sont organisées par les conseils urbains dans ces circonstances sont diverses, modulées selon la qualité de la personne, la durée du séjour, le nombre des accompagnateurs, l’importance du problème en délibération. Tout cela forme une alchimie complexe. L’accueil le plus simple, le plus rapide à concevoir et à réaliser, est une sorte de buffet où sont offerts aux invités de l’hypocras et du vin, parfois de qualité, accompagné de gâteaux sucrés, accueil un peu comparable aux apéritifs ou cocktails contemporains. Ces réceptions peuvent être ou non grossies par le don de présents souvent alimentaires (vins fins, gibiers de diverses sortes ou – spécialité harfleuraise – des fruits d’origine méditerranéenne, ayant un parfum d’exotisme puissant, comme le raisin, les figues, les grenades, les oranges, les dattes…)47. Les administrateurs importants sont honorés lorsqu’ils arrivent (c’est la « bienvenue ») et aussi lorsqu’ils partent (c’est la « bienallée »)48. La visite peut être soulignée plus fortement par un repas, pris le midi ou le soir ou les deux, auquel sont conviés les officiers locaux et une représentation plus ou moins étoffée de la ville. La personnalité ainsi reçue et les gens de sa suite sont hébergés dans l’hôtel d’un tavernier qui, avec le temps, est souvent appelé « hostellier ». Des présents (alimentaires) sont là aussi offerts au cours des diverses solennités prévues. Enfin, la bienvenue majeure, quelquefois pratiquée dans les villes, est la « joyeuse entrée » qui n’est envisagée que pour des hôtes de premier plan et qui met en jeu la ville entière, donnant lieu à un véritable spectacle urbain.

  • 49 Présence signalée en 1521, 1525, 1528. Louis de Brézé a été sénéchal de Normandie de 1490 à 1531.

51Quatre entrées sortent de l’ordinaire : celle de Charles VIII en 1487 à Pont-Audemer, celle de François Ier en 1521 à Harfleur, et, encore à Pont-Audemer, celle du grand sénéchal de Normandie, Louis de Brézé, en 1526, celle de la reine, du dauphin et du grand légat en 1536. Toutes sont l’occasion de cortèges traversant la ville, de décoration particulière, de cadeaux luxueux, mais, comme on le remarque, toutes ne sont pas des entrées royales au sens strict : la famille royale ou d’importants officiers, comme le grand sénéchal, lieutenant du roi en Normandie en 1525-1526, peuvent bénéficier quelquefois d’entrées. C’est en tant que représentant du roi que ce dernier est accueilli avec faste. Il passe d’ailleurs assez régulièrement à Pont-Audemer dans les années 152049. C’est donc le pouvoir royal qui est magnifié par les cérémonies d’entrée et non uniquement la personne du roi.

52Le déroulement de ces festivités est, dans ses grandes lignes, le même. L’entrée consiste en un défilé de la suite royale ou princière, précédée par celle de la ville représentée par une formation armée de type militaire. En 1528, un écuyer de Pont-Audemer doit revêtir :

  • 50 AMPA, CRV, 1528, f° 36.

[…] un pourpoing de satin noir, rouge et orange avec chausses bouffés méruez de taffetas orange à la devise de Monsieur le grand sénéchal de Normandie, gouverneur et lieutenant du roi en Normandie pour mener bendes et compagnons en ordre portans picques et autres bâtons pour la joyeuse entrée faite audit Pont-Audemer par le grant sénéchal et sadite femme50.

53L’écuyer reçoit 17 livres pour cela. Les « gens de piés » sont parés pour la circonstance des insignes et des couleurs du personnage reçu, puisque l’on paie en 1531 :

[…] 20 l. pour 16 aunes et demi de taffetas couvertain, nombre de fil de soye des couleurs de très haut et puissans prince Monseigneur le dauphin, gouverneur des pays de Normandie et puissante dame princesse la Reyne de France pour faire enseignes et étendars aux gens de pied ordonnés en ladite ville pour les joyeuses entrées et nouveaux avènements.

  • 51 AMPA, CRV, 1531, f° 19.
  • 52 AMPA, CRV, 1511, f° 20.
  • 53 AMPA, CRV, 1528, f° 20.

54Le cortège est parfois accompagné de musique (trompes, tambours). Quatre musiciens, venus de Rouen, sont recrutés en 1531, « pour jouer en ladite ville de gros tabours en la bende et compagnie des gens de pié pour entrée »51. L’entrée est parfois ponctuée par une canonnade : en 1511, à Pont-Audemer, une salve est tirée en l’honneur de « la venue de monsieur de la Trémoille, lieutenant général du roi en Normandie » ; en 1521, à Harfleur, l’artillerie retentit au cours du passage du roi au Clos des Galées, de même le canon tonne en 1529 à Pont-Audemer en l’honneur du grand sénéchal et en 1531 pour la venue de la reine. Ces tirs sont effectués dans des espaces dégagés à l’extérieur de l’enceinte urbaine : en 1511, à Pont-Audemer, un serrurier a remis en état les canons, préparé des boulets et « a tiré les canons hors de la ville et les a fait tirer » lors de l’entrée du lieutenant du roi52 ; en 1528, lors de l’entrée du grand sénéchal, les canons sont placés aux portes de la ville53.

  • 54 AMPA, CRV, 1526, f° 29.

55La personne royale est surplombée d’un « poele » de drap fin décoré de fil d’or, porté, comme en 1487, par les bourgeois de la ville (ceux qui participent à la conduite des affaires municipales) revêtus de manteaux d’écarlate violet. En 1531, du tissu est acheté et préparé pour 2 « poeles », pour le dauphin et pour la reine (?). Ce « poele », également appelé « voele » ou « ciel », sorte de baldaquin, est le dais que l’on portait au-dessus du saint sacrement, au cours des processions religieuses qui accompagnent traditionnellement la fête du même nom. Le dais destiné au parcours du roi désigne la personne royale comme sacrée et élue de Dieu. Or, en 1528-1529, la ville de Pont-Audemer achète « pour faire présent à Monsieur le grand sénéchal au nom de la ville une coupe d’or et un poille de taffetas »54. Cet ornement était-il conçu pour accompagner le grand sénéchal ? Cela manifeste une sacralisation de la fonction royale, et non plus de sa personne.

  • 55 AMPA, CRV, 1455-1481, PJ, janvier 1465.

56Le parcours emprunté par ces cortèges était probablement assez simple, vu les dimensions des petites villes ; rien n’indique si les façades étaient ornées de quelque manière, ou fleuries. Les rues avaient auparavant été réparées et nettoyées : en 1465 deux pionniers de Pont-Audemer sont payés parce qu’ils ont enlevé les immondices des rues « car on disait que le roi devait venir »55 ; en 1487 à Pont-Audemer, quelques trous sont rebouchés dans la Grand-Rue.

  • 56 AMPA, CRV, 1528, f° 51.

57Des cadeaux de luxe étaient « présentés » à l’hôte de marque : coupe d’or, tasse d’or, drap de soie, mais aussi des aliments et des gâteaux, souvent de la volaille ou du gibier, des « mestiers » (sorte de petits fours), des gougères (gâteaux au fromage), toujours accompagnés d’hypocras (vin aromatisé et sucré) ou de vin blanc ou cléret56.

  • 57 ADSM, 3 E 6 132, no 32.
  • 58 AMPA, CRV, 1521, f° 43 ; CRV, 1528, f° 56.

58Le grand sénéchal voyage avec sa femme, qui reçoit aussi des présents : en 1521, la ville d’Harfleur fait faire à Rouen chez un orfèvre un « vers » d’or (vair, fourrure ?) pour 116 livres tournois, une somme importante57 ; en 1522, Pont-Audemer qui reçoit la visite du même couple offre à madame du vin et du poisson ; en 1528 toujours à Pont-Audemer, 62 livres 14 sous 2 deniers sont dépensés « pour achat de 300 aulnes de toiles de fil de lin présentés par les habitants à Madame la grande Sénéchale »58.

  • 59 ADSM, 3 E 6 132, nos 29, 63, 64.
  • 60 AMPA, CRV, 1525, fos 43 et 47.

59D’autres personnes de la suite peuvent être l’objet d’attentions et se voir offrir du vin, du tissu, ou un animal. En 1513, le duc d’Alençon, lieutenant général du roi, reçoit « 2 pippes de vin de Beaune » d’une valeur de 44 livres ; au cours de l’entrée du grand sénéchal de 1526, le président Villy reçoit des gâteaux et de l’hypocras, l’avocat général du parlement obtient « 2 levraux et 2 connyns et voletilles ». En 1487, les notables de Pont-Audemer honorent ainsi une dizaine de membres de l’entourage royal, dont madame de Beaujeu, fille de Louis XI et régente. En 1521, lors de l’entrée de François Ier à Harfleur, les principaux membres de son entourage sont honorés par des présents : le vidame de Chartres obtient quatre gallons de vin « quant le roi François vint en ceste ville », messieurs de Clarchy et de Gonfreville reçoivent un gallon, l’évêque de Lisieux, le grand sénéchal et sa femme ont fait partie de la suite royale et ont reçu également quelques gratifications59. En 1525, les bourgeois de Pont-Audemer achètent « pour 27 livres un faucon hagart pour présenter » (mais on ne sait à qui) et ils « présentent » à l’évêque de Lisieux, lieutenant du roi, un saumon60.

60Il y a probablement, mais cela est à peine suggéré dans les textes, une entrevue entre roi et bourgeois pendant laquelle quelques demandes pouvaient être faites par les notables urbains. En 1521, à l’occasion de la venue du roi, des réunions semblent s’être organisées autour de quelques membres de la cour et non du roi lui-même :

  • 61 ADSM, 3 E 6 132, no 63.

Dépensé par le capitaine Bresse et l’élu Loys Vienneis et Fontaynes et Vitreville et Le Quesnay et saint Martin et Stuard et Jehan Auber et Nicolas le Gendre et autre le jour Saint Samedi ; dépensé ce dit jour au soer [soir] à souper par les dessusdits avecques monsieur de Gonfreville et plusieurs autres qui prennent conseil pour envoier en court pour les affaires de la ville61.

  • 62 AMPA, CRV, 1520, f° 33 ; CRV, 1521, f° 68.

61Ces rencontres sont pour les villes des enjeux importants : lorsque le roi séjourne dans la province, les villes envoient quelqu’un jusqu’à lui pour s’enquérir de sa venue. Plusieurs déplacements de ce genre sont effectués en 1520-1522 par les gens de Pont-Audemer, sans succès62.

62Les événements et circonstances qui motivent les déplacements royaux et la venue dans les villes ne sont pas anodins. En 1487, alors que le roi est mineur et que sévit la guerre dite « Guerre folle » organisée autour du duc d’Orléans et du duc de Bretagne, le roi et sa sœur aînée, madame de Beaujeu, parcourent la Normandie pour affirmer la légitimité royale et gagner probablement la confiance des populations des villes fortes, villes « en frontière » comme Pont-Audemer, relativement proches de la Bretagne et susceptibles d’être convoitées par les rebelles. En 1521, ce sont certainement les travaux du Havre qui valent à Harfleur de recevoir la visite du roi. En 1531, la venue de la reine et du dauphin fait suite au paiement en 1529 d’une rançon de 1 200 000 livres, à laquelle Pont-Audemer a participé, pour la libération des enfants du roi, retenus en otages par Charles Quint. La présence fréquente du grand sénéchal dans les villes haut normandes n’est pas une chose nouvelle, mais elle est soulignée, dans ces années 1520-1530, par des présents nombreux et des entrées, comme si le rôle et l’autorité de ce personnage s’étaient accrus. Il est probable qu’auparavant celui-ci n’était pas lieutenant du roi et gouverneur de Normandie et que cette fonction explique ces honneurs.

63Au total, ces entrées royales, dont la charge financière incombe aux villes, sont plutôt lourdes pour les budgets urbains. La venue du grand sénéchal donne lieu à une dépense de 313 livres tournois réparties sur deux ans environ, car celui-ci est venu à plusieurs reprises de façon rapprochée ; celle de la reine en 1531 crée une dépense de 188 livres tournois, ce qui semble peu, mais on ne trouve pas trace dans les comptes de l’achat prévu d’une coupe d’or pour la reine. En 1526, l’achat d’une pareille coupe d’or pour madame la grande sénéchale valait 252 livres, ce qui paraît considérable. Il est vrai que ces années 1520 sont plutôt fastes pour les finances urbaines qui s’élèvent à Pont-Audemer à 3 000 livres environ, un seuil jamais atteint auparavant. En 1531, les recettes sont de 1 400 livres, l’entrée représente donc 13,3 % du total. Ce qui est important, mais bien inférieur à d’autres dépenses comme celles des travaux de fortification ou comme le montant des contributions extraordinaires demandées par le roi (1 200 livres en 1529, soit 37 % des recettes de cette année-là).

  • 63 Nathalie Zemon Davis, Essai sur le don dans la France du XVIe siècle, Paris, Seuil, 2003, p. 135-1 (...)

64L’ensemble des allées et venues du roi et de ses agents ainsi que les festivités que ces déplacements provoquent, comme les entrées qui sont les éléments les plus spectaculaires, semblent répondre au besoin de tenir plus étroitement les rênes du pouvoir, de resserrer les liens avec les provinces et les villes, de manifester aussi la présence physique de la royauté. Il y a donc comme un dialogue qui s’établit par divers canaux entre le pouvoir royal et les villes : par les entrevues directes avec le roi, qui sont rares, par les contacts fréquents et les réunions organisées avec ses représentants, par les entrées qui permettent une petite participation de la population ordinaire des villes. Ces relations montrent l’influence croissante du pouvoir royal sur le territoire, les villes et les populations normandes ; elles participent donc à la lente et longue construction de l’état monarchique au lendemain d’une guerre de Cent Ans qui a fortement bouleversé le royaume. Ces liens répétés avec les agents royaux sont aussi, pour les corps municipaux, une occasion de montrer et affirmer leur existence aux yeux du pouvoir central. Les dons, omniprésents dans la vie politique, sont la démonstration de la déférence, de la fidélité, de la soumission des villes envers les personnages influents qui incarnent le pouvoir. Ils sont destinés aussi à créer une solidarité, à nouer ou renouer des relations privilégiées de protection et d’association, mais ils illustrent aussi l’idée que le pouvoir ne peut agir sans tenir compte de ses sujets : le don appelle le contre-don. Pour le roi de France dans ses rapports avec les villes, le contre-don prend la forme de la confirmation des privilèges anciens et l’abolition ou, du moins, la diminution des impôts et taxes63. Telle est l’attente des autorités urbaines des villes normandes lorsqu’elles cherchent à « recommander » leur cité.

Autres canaux de la tutelle royale

65La pression et le contrôle exercés sur les petites villes normandes par l’administration royale empruntent également d’autres voies, moins courantes, moins fréquentes, mais dont l’usage, à en croire les comptes urbains, fait sens.

  • 64 AMPA, CRV, 1511, f° 28 ; CRV, 1512, fos 42-43.
  • 65 AMPA, CRV, 1515, fos 36-37.

66Les villes qui ont été affranchies de taille après 1450 doivent rendre des comptes chaque année à l’administration financière du roi. À Pont-Audemer, au mois d’octobre, les comptes sont examinés par des officiers royaux, payés pour la circonstance, copiés en plusieurs exemplaires dont un ou deux sont envoyés à la Chambre des comptes à Paris. En 1510, Jehan Ernoult, écuyer et lieutenant du capitaine de Pont-Audemer, se rend à Paris où il « a présenté à la Chambre des Comptes le double des comptes du receveur » ; en 1512, c’est un messager du roi, Jehan de Varlus qui apporte les comptes de Pont-Audemer à Paris64. Avec le déclenchement des guerres d’Italie, les besoins financiers de la royauté se sont accrus et des demandes précises ont touché des villes qui devaient, comme Pont-Audemer, Harfleur, et autres encore, être franches. Il a donc été nécessaire de mieux connaître les ressources fiscales des villes pour mieux formuler les demandes royales. En 1515, le grand sénéchal est chargé par le roi de demander 500 livres à Pont-Audemer et, en outre, le roi demande aux notables de la ville « d’envoyer la vraie valeur des aides chaque année »65. Ce souhait traduit la volonté d’une surveillance plus étroite des villes. Ce lien de dépendance, à l’égard d’une royauté qui a délégué aux villes une partie de son argent, est renforcé à partir de 1517, moment à partir duquel le roi institue, à Pont-Audemer du moins, mais aussi dans d’autres villes, un « contrôleur des deniers ». Les lettres royales envoyées à Pont-Audemer expliquent que la royauté a pris cette décision après avoir constaté des malversations dans la gestion des finances urbaines, sans indiquer les villes concernées. L’officier investi de ce poste de contrôleur, inexistant auparavant, s’implante durablement dans les décennies suivantes parmi les officiers royaux présents dans nos villes.

  • 66 Sur les origines de la poste, voir Eugène Vaillé, Histoire générale des postes françaises, Paris, (...)

67La royauté transmet ses ordres depuis la capitale ou depuis le lieu de séjour du roi, souvent présent en Val de Loire. Divers messagers, sergents, chevaucheurs, membres de la garde du roi, et autres parviennent ainsi, portant des lettres, jusque dans nos villes. Ces hommes, généralement appelés « chevaucheurs », appartiennent à « l’écurie du roi ». Ils forment un corps particulier de serviteurs du roi et sont employés uniquement à cette tâche. La diversité de ce personnel, issu de l’entourage royal, subsiste encore comme aux XIIe et XIIIe siècles. Ces hommes voyagent tous à cheval : ce mode de déplacement s’est imposé au cours du XIIIe siècle pour le transport des courriers royaux. Les quelques messagers à pied que l’on rencontre encore sont les émissaires d’autres villes, de seigneurs ou d’abbayes66.

  • 67 Ferdinand Lot, Recherches sur les effectifs des armées françaises des guerres d’Italie aux guerres (...)
  • 68 AMPA, CRV 1512, fos 34, 37 et 38.
  • 69 ADSM, 3 E 6 132, no 23.
  • 70 Eugène Vaillé, Histoire générale…, p. 157-159.
  • 71 Bernard Chevalier, « L’État et les bonnes villes de France au temps de leur accord parfait, 1450-1 (...)

68Au début du XVIe siècle, entre 1500 et 1520 environ, les dépenses urbaines, à Pont-Audemer surtout, montrent qu’un système de transmission des ordres royaux se perfectionne et se densifie : la « poste ». Dans un premier temps, cela consiste pour la ville à faciliter les voyages des messagers royaux en les faisant guider dans des contrées qu’ils ne connaissent pas bien : en 1512, Guillaume Le Fort dit Seigneur reçoit 10 livres 10 sous « pour plusieurs voyages pour accompagner plusieurs postes du roi allant et venant en court et ne connaissant pas le pays » ; la même année, plusieurs chevaucheurs venant de Honfleur sont payés par Pont-Audemer pour avoir conduit divers personnages : en 1512, ambassadeurs du roi d’Écosse, alliés du roi de France dans le contexte des guerres d’Italie67, ou prisonniers espagnols menés jusqu’à Pont-Audemer. En second lieu, le sénéchal de Normandie, lieutenant du roi, ordonne en 1512 « qu’un poste à 2 chevaux soit placé à Pont-Audemer et financé par les bourgeois » dont on donne la charge à François de Bourbon, chevaucheur d’écurie du roi68. En 1521, Jehan Massieu d’Harfleur, reçoit 12 livres « pour acheter un cheval à courir la poste ordonné par Monsieur le Grand sénéchal, lieutenant général du roi en Normandie »69. Une organisation de portage des messages royaux est mise en place à Pont-Audemer et à Harfleur, destinée à rendre périodique, rapide et permanente la transmission des ordres. Une sorte d’auberge et d’écurie est aménagée avec des chevaux en réserve, pour servir de halte aux messagers du roi. Cet établissement est à la charge de la ville. La tradition ancienne voulait que les chevaucheurs du roi soient autorisés à prendre d’autorité les chevaux des particuliers lorsque les leurs étaient fourbus : c’était le droit de « prise ». De multiples plaintes se sont élevées qui ont conduit la royauté à réglementer cet usage et à accorder à différents corps (villes, corporations) une exemption de ces réquisitions70. La royauté s’appuie sur les finances urbaines d’une ville exemptée de taille pour étoffer son service de transmission des nouvelles. Soumission de la ville, intensification des messages, extension du pouvoir royal se conjuguent ici. Pont-Audemer n’est visiblement qu’une étape, la liaison allant vers Honfleur, port militaire d’envergure, siège habituel des hommes de guerres et administrateurs militaires. Ces dispositions reflètent les menaces qui pèsent encore sur la Normandie, l’affermissement du pouvoir, l’importance accordée aux communications, liées aux demandes financières ou aux intentions militaires de la royauté. Cependant, ce dispositif a perdu, à Pont-Audemer du moins, de son intérêt dans les années 1520, car il n’en est plus question dans les comptes. Dispositif temporaire, renforcement épisodique de l’influence royale, comme le pense Bernard Chevalier71 ?

  • 72 AMPA, CRV, 1455-1481, PJ, 14 mai 1475.
  • 73 AMPA, CRV, 1455-1481, PJ, 24 septembre 1476.
  • 74 AMPA, CRV, 1509, f° 15.

69Il est d’autres méthodes employées par la royauté pour soumettre à sa volonté collectivités politiques ou groupes sociaux : celles qui relèvent de l’encadrement des esprits et de l’influence sur l’opinion publique, dont quelques aspects peuvent être observés dans les petites villes. Une manière de discours politique à destination des populations urbaines est en effet énoncée par trois moyens : la prédication, la décoration des édifices publics, les feux aux carrefours. Lorsque le rédacteur reporte sur le compte annuel le prix payé à tel ou tel prédicateur pour ses sermons, il prend soin d’expliquer la dépense. Les raisons ne sont pas uniquement religieuses, mais aussi politiques : ainsi, un représentant éminent du clergé local, l’abbé de Préaux, abbaye proche de Pont-Audemer, qui possède dans cette ville des biens et des patronages d’église, est invité à dîner en 1475, alors que la lutte entre le roi et le duc de Bourgogne bat son plein, par les officiers de la ville, car « il avait fait faire procession générale en ceste ville pour la paix du royaume »72 ; l’année suivante dans la même ville, « un prédicateur que l’on dit être l’inquisiteur de la foy [qui] fit sermon solennel pour le roi »73 ; en 1509, les cordeliers de Pont-Audemer sont payés 42 livres « pour leurs affaires et pour les prières, prédications et processions qu’ils ont faites pour le roi notre souverain durant le temps qu’il était au pays d’Italie »74. Ces lignes sous-entendent que plusieurs processions se sont déroulées dans cette ville, qu’on a informé et sensibilisé la population locale aux événements militaires nationaux et internationaux, procédant à une « mise en condition » de l’opinion. Le prix (42 livres tournois), même s’il ne comprend pas que le prix de la prédication, est beaucoup plus élevé que celui des sermons ordinaires de l’avent (60 sous tournois) ou du carême (10 livres tournois). Tout cela est certes ponctuel et peu fréquent, l’action de 1509 ne se reproduit pas les années suivantes, mais ces sermons sont un moyen d’informer les populations, puis de former une sorte d’opinion publique favorable au roi.

  • 75 AMPA, CRV, 1513, f° 13.

70Ce discours politique trouve des échos dans des éléments visuels de décoration urbaine, qui se multiplient lentement, mais sûrement au début du XVIe siècle. Des fleurs de lys en fer forgé apparaissent sur les grilles de l’hôtel de ville de Pont-Audemer qui ferment les fenêtres de cet édifice ; en 1513, sur la porte de Rouen de Pont-Audemer, principale entrée de la ville au nord, est apposée « une lucarne de bois avec tiers point et épi pour mettre les armes du roi et au bas celles du capitaine »75 ; les armes royales sont également peintes sur le mur d’un boulevard. Une sorte de « signalétique » se met en place, matérialisant, au moyen de symboles, la relation ville-royauté.

71Enfin, à l’occasion d’événements politiques et militaires importants pour le royaume ou pour la Normandie, il arrive que des feux soient allumés aux carrefours. Il en va ainsi à Pont-Audemer lors de la victoire des troupes royales en Bretagne à Saint-Aubin-du-Cormier en 1488, mettant un terme à la Guerre folle. De même au cours des guerres d’Italie, d’autres feux illuminent les rues de Pont-Audemer et d’Harfleur, trouant la nuit.

72À ces éléments de discours et de spectacles – que notre temps désignerait comme « médiatiques » – il faut associer les châtiments corporels et exécutions publiques, dont les petites villes comptent quelques exemples. Les échafauds, piloris et potences tiennent le discours de la justice, plus que celui de la royauté. Mais la justice est un des premiers attributs des rois et la justice royale a, depuis quelques siècles, étendu son aire de compétence dans le royaume au détriment des justices seigneuriales et ecclésiastiques. À travers les peines qu’elle ordonne et fait appliquer, la justice royale contribue à construire l’autorité des rois. Les châtiments sont destinés à réformer des comportements sociaux et des déviances morales plutôt que des délits à caractère politique. Dans les bourgades normandes, ce sont des voleurs, des escrocs, des blasphémateurs, rarement des assassins, qui sont punis. Il y a assez peu de mises à mort, généralement pour des brigands. Dans ce cas, le bourreau vient de Lisieux ou d’Évreux. Les emplacements des châtiments sont les mêmes que ceux des feux : le fouet est donné aux carrefours et le condamné déplacé d’un lieu à l’autre, pour diffuser à travers la ville l’exemplarité de la peine et le discours qui s’en exprime.

73Ces manifestations visuelles, spectaculaires et inhabituelles, que sont les entrées, les feux, les exécutions publiques et mises au pilori, marquent certainement les esprits et les mémoires de façon durable, alimentant les conversations, les méditations, les opinions, d’autant plus que ces événements sont rares.

74La tutelle royale s’est-elle affermie au cours de la période 1450-1550 ? Les villes ont-elles, de ce fait, perdu leur part d’autonomie, comme le pensait Henri Sée à la fin du XIXe siècle ? Ou bien l’autonomie reste-t-elle très grande, comme l’a affirmé en 1985 Bernard Chevalier ? Les sources montrent la réinstallation de l’autorité royale française après la période d’occupation anglaise. Elle se traduit, à l’échelon des petites villes, par l’introduction d’officiers royaux, par un effort de mise en défense, orchestré par les villes mais voulu et soutenu par le pouvoir royal, qui a donné une plus grande consistance aux institutions municipales ; tant que les guerres et conflits internationaux ont perduré (guerre contre le Téméraire, guerres d’Italie, conflits avec l’Angleterre…), les rois ont cherché – et obtenu – auprès des villes un appui financier, matériel et psychologique. On sent alors le rapprochement entre royauté et villes. Mais peut-on parler de « tutelle » ? Y a-t-il construction d’une pyramide administrative chargée de transmettre et exécuter des ordres venus « d’en haut » ? Il ne semble pas. Les demandes royales sont liées à la conjoncture intérieure ou extérieure et s’atténuent en période de calme. Les emprunts et dons forcés se raréfient après 1530, les visites d’agents royaux se distendent, les inquiétudes face à une reprise de la guerre également. Il subsiste des liens permanents qui s’inscrivent dans le cadre de relations personnelles avec le roi (exemptions, privilèges, « libertés ») telles que les a décrites Bernard Chevalier. Ces liens sont tissés et retissés par la négociation entre les villes et le pouvoir royal.

Notes

1 ADE, 2 E 3971, 15 janvier 1481.

2 AMPA, CRV, 1481, pièce justificative attachée au compte, f° 2.

3 . AMPA, CRV, 1481, fos 110 et 111.

4 . AMPA, CRV, 1505-1506, f° 16.

5 Voir Gustave Dupont-Ferrier, Gallia Regia ou État des officiers royaux des bailliages et sénéchaussées de 1328 à 1515, Paris, Imprimerie nationale, 1942-1958, t. II, IV et V.

6 Alfred Canel, Histoire de la ville de Pont-Audemer, Pont-Audemer imprimerie administrative, 1885, t. I, p. 455-459 ; Roques de Poix, ADE, 2 E 3971, 1474, pièce no 32.

7 ACE, CC 34, 19, 1474-1475.

8 ACE, CC 34, 10, 11, 12, 1474-1475.

9 AMPA, CRV, 1491, fos 29-30.

10 AMPA, CRV, 1455-1481, PJ, mai 1484 probablement, car date en partie effacée.

11 AMPA, CRV, 1485, f° 35.

12 AMPA, CRV, 1513-1514, fos 28 et 34.

13 AMPA, CRV, 1515-1516, f° 31.

14 ADSM, 3 E 6 115, no 9.

15 ADSM, 3 E 6 124, 1495-1497, no 27.

16 ADE, 2 E 3971, PJ, 23 mars 1483.

17 Alfred Canel, Histoire…, t. II, p. 296-297.

18 AMPA, CRV 1486, f° 23 : « a Denis Etienne, carpentier, pour œuvre de carpenterie […] adjugée en cohue du roy en février 1486 après vespres ».

19 AMPA, CRV, 1530, f° 11.

20 AMPA, CRV 1509, f° 11 ; CRV 1515, f° 30.

21 Alfred Canel, Histoire…, t. II, p. 302-307.

22 AN, JJ 207, nos 37, 58 et 101, 1480.

23 AMPA, registre 1455-1481, lettre de Louis XII, 4 octobre 1508 : « la ville de Pont-Audemer qui est en frontière est subjecte à garde et à grandes réparations ».

24 AMPA, registre 1455-1481, lettre de Louis XI, 31 août 1477.

25 AMPA, registre 1455-1481, lettres du 4 avril 1459, 11 décembre 1462, 31 août 1477, 4 octobre 1508.

26 AMPA, CRV, 1486, f° 14.

27 AMPA, CRV, 1487-1488, f° 30 ; CRV 1495-1496, f° 26.

28 AMPA, CRV, 1455-1481, PJ, 6 avril 1475.

29 AMPA, CRV, 1455-1481, PJ, 17 novembre 1475 : le document cite 48 personnes qui ont donné des sommes variables, comprises entre 1 et 20 livres tournois Les archives de Louviers n’ont pas conservé, à notre connaissance, de document concernant cette affaire.

30 AMPA, CRV, 1455-1481, PJ, 22 décembre 1476.

31 AMPA, CRV, 1455-1481, PJ, 19 janvier 1476. La ville paie les 400 écus en février 1476, voir PJ, 13 février 1476.

32 AMPA, CRV 1477, lettre vidimée.

33 Il existe une liste des habitants qui ont donné de l’argent en 1475 pour une affaire assez semblable. Elle énumère les noms des plus riches habitants de Pont-Audemer. Voir texte en annexe, no 6.

34 ADE, 2 E 3971, PJ, 10 juin 1476.

35 AMPA, CRV, 1455-1481, PJ, 26 octobre 1477.

36 ADE, 2 E 3971, PJ, 27 septembre 1485.

37 Par exemple en 1521 : « En ce temps le roy fist une exaction indue sur les Parrisiens, c’est assavoir tous les seigneurs et bourgeois de Paris, tant officiers que aultres, furent contrainctz de bailler chacun selon sa qualité une quantité de vaisselle d’argent, en quoy ils étaient taxés par les commissaires à ce envoyez et déléguez de par le roy », Nicolas Versoris, Journal d’un bourgeois de Paris sous François Ier, Paris, 10-18, 1963, p. 35 ; de même en 1522, où « le Roy en ce temps estoit à Paris, qui cherchoit tous les moyens de trouver et avoir argent et mesme quelque grosse somme quoi que peu de temps auparavant on lui en eut fourni en la ville de Paris pour l’entretien de ses batailles et le soudoiement de mille piétons dont l’entretien et les frais se montoit pour chaque an à quatre-vingt cinq mille livres tournois », ibid., p. 40. Cette situation se poursuit dans les années suivantes.

38 Alain Demurger, Temps de crises temps d’espoirs, XIVe-XVe siècles, t. V, Nouvelle histoire de la France médiévale, Paris, Seuil, coll. « Points », 1990, p. 179-181.

39 AMPA, CRV 1492, f° 29.

40 AMPA, CRV, 1493, f° 55.

41 ADE, 2 E 3971, PJ, 7 septembre 1474.

42 AMPA, CRV, 1455-1481, PJ, mai 1484, probablement car date en partie effacée.

43 AMPA, CRV, 1455-1481, PJ, 8 mai 1484.

44 AMPA, CRV, 1511, f° 36.

45 ADSM, 3 E 6 120, no 9 et 34 : en 1476, le général de Savoie et le bailli de Caux visitent le port ; une équipe d’officiers et de peintres est chargée de faire des relevés topographiques et de dessiner les côtes et rives de la Seine pour prévoir le site des nouvelles installations portuaires.

46 ADSM, 3 E 6 123, no 31.

47 ADSM, 3 E 6 123, no 30.

48 ADSM, 3 E 6 120, no 34 : il en va ainsi en 1476 pour le capitaine d’Harfleur, Antoine de Chabannes qui visite sa ville. Également la même année pour un lieutenant sorti de charge et pour le receveur des tailles de Montivilliers, voir 3 E 6 124, no 1.

49 Présence signalée en 1521, 1525, 1528. Louis de Brézé a été sénéchal de Normandie de 1490 à 1531.

50 AMPA, CRV, 1528, f° 36.

51 AMPA, CRV, 1531, f° 19.

52 AMPA, CRV, 1511, f° 20.

53 AMPA, CRV, 1528, f° 20.

54 AMPA, CRV, 1526, f° 29.

55 AMPA, CRV, 1455-1481, PJ, janvier 1465.

56 AMPA, CRV, 1528, f° 51.

57 ADSM, 3 E 6 132, no 32.

58 AMPA, CRV, 1521, f° 43 ; CRV, 1528, f° 56.

59 ADSM, 3 E 6 132, nos 29, 63, 64.

60 AMPA, CRV, 1525, fos 43 et 47.

61 ADSM, 3 E 6 132, no 63.

62 AMPA, CRV, 1520, f° 33 ; CRV, 1521, f° 68.

63 Nathalie Zemon Davis, Essai sur le don dans la France du XVIe siècle, Paris, Seuil, 2003, p. 135-153.

64 AMPA, CRV, 1511, f° 28 ; CRV, 1512, fos 42-43.

65 AMPA, CRV, 1515, fos 36-37.

66 Sur les origines de la poste, voir Eugène Vaillé, Histoire générale des postes françaises, Paris, PUF, 1947, t. I, p. 149-175.

67 Ferdinand Lot, Recherches sur les effectifs des armées françaises des guerres d’Italie aux guerres de Religion, 1494-1562, Paris, SEVPEN, coll. « Bibliothèque générale de l’École pratique des hautes études. VIe section », 1962, p. 39.

68 AMPA, CRV 1512, fos 34, 37 et 38.

69 ADSM, 3 E 6 132, no 23.

70 Eugène Vaillé, Histoire générale…, p. 157-159.

71 Bernard Chevalier, « L’État et les bonnes villes de France au temps de leur accord parfait, 1450-1550 », dans La Ville, la bourgeoisie et la genèse de l’État moderne, XIIe-XVIIIe siècle, Paris, CNRS, 1988, p. 71-74.

72 AMPA, CRV, 1455-1481, PJ, 14 mai 1475.

73 AMPA, CRV, 1455-1481, PJ, 24 septembre 1476.

74 AMPA, CRV, 1509, f° 15.

75 AMPA, CRV, 1513, f° 13.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search