Version classiqueVersion mobile

Petites Villes de Normandie

 | 
Bruno Sintic

Troisième partie. Petites villes et pouvoirs

Chapitre 1. Une part d’autonomie

Texte intégral

1Malgré la position relativement soumise qui est celle des villes normandes depuis longtemps, des bourgeois ont exercé une activité de gestion et de direction assez fournie durant la période qui nous intéresse. S’ils dépendent de la volonté royale pour une part, ils bénéficient d’un espace de décision, d’une marge de manœuvre pour répondre aux problèmes quotidiens. Leurs domaines d’intervention, leurs centres d’intérêt, leurs possibilités financières seront ici examinés pour estimer la mesure de leur action. Celle-ci ne peut être conduite que pour Pont-Audemer et, dans une moindre mesure, Harfleur, villes pour lesquelles ont été conservés les comptes municipaux.

Le budget municipal : une concession royale

  • 1 AN, JJ 192, 32 (1461).
  • 2 Mantes, AN, JJ 227, 90 (1494) ; Honfleur, « exemption de taille pour les habitants de Honfleur », (...)

2L’émergence, après 1450, d’institutions urbaines, le fonctionnement des conseils de ville paraissent être l’œuvre des rois. En effet, la reprise de la Normandie par les armées de Charles VII s’est soldée par de multiples sièges et opérations militaires. Ceux-ci n’ont pas toujours été suivis d’une reddition négociée des forces anglaises (comme à Lisieux). Certaines villes fortes, comme Louviers ou Pont-Audemer, ont été conquises au prix d’âpres combats. Les maisons détruites, abandonnées et ruinées, nombreuses et facilement repérables dans les documents lovériens, portent témoignage de la violence de la guerre ; Pont-Audemer, entourée de murailles de bois, aurait été incendiée en partie au cours des combats de sa libération, selon Thomas Basin. Ce que confirme une lettre de rémission accordée à Guillemet Le Barbier, natif du Pont-Audemer : « durant la recouvrance du pays de Normandie, ledit Barbier, vivant avec sa mère veuve et ses frères et sœurs, pauvres gens, leur maison et granges ont été brûlés et tous leur biens meubles perdus »1 ; Harfleur, pour laquelle les documents sont peu explicites sur ce sujet, site stratégique de première importance, a également été l’objet de luttes. D’autres villes, petites ou moyennes, ont connu certainement une situation bien délabrée à l’issue de la guerre de Cent Ans. C’est le cas de Mantes, où les ruines persistent en 1494, de Dieppe dont les murailles ont souffert, de Honfleur où « hôtels et maisons ont été brûlés quand la ville a été reprise », de Vernon, « fort dépopulée » vers 1455, d’Eu, « une ville abandonnée de ses habitants, aux maisons vides et brûlées »2. Ces villes martyrisées par la guerre et ses séquelles connaissent donc une conjoncture fort difficile, qui se traduit par deux réalités distinctes mais liées : d’une part, la vulnérabilité de la ville face à une nouvelle attaque des ennemis ; d’autre part, la réduction des activités économiques et l’appauvrissement des populations.

  • 3 Harfleur, ORF, t. XX, 1492, p. 30 ; Honfleur, ORF, t. XVI, p. 453 ; Pont-Audemer, ADSM, 3 B 2, 203 (...)

3Pour répondre à ces deux exigences de sécurité et de relèvement économique, les rois ont accordé des privilèges fiscaux à certaines villes normandes. Vers 1450-1455, Harfleur, Honfleur, Pont-Audemer sont rendues quittes de toutes tailles et impositions et elles peuvent percevoir les aides sur le commerce alimentaire, sur le vin, le cidre, le blé, la viande. À Dieppe ont été prises des dispositions comparables : le roi autorise la ville en 1463 à lever des aides sur le commerce « pour la fortification et l’entretien de la ville » et l’exempte de gabelle pour rétablir ses activités économiques fondées largement sur la production et la commercialisation de hareng salé3. Ces explications laissent percer les intentions qui sont à l’origine de ces mesures : Eu, dit-on, doit être « repopulée pour qu’elle puisse résister aux ennemis » ; Pont-Audemer jouira d’une exemption de taille, mais pas sur tout l’espace de l’agglomération, uniquement pour « les demourans en la closture de ladite ville ». Ce qui implique que ces droits particuliers sont accordés pour soulager des populations peu nombreuses et éprouvées d’une charge fiscale trop lourde (il ne faut pas faire regretter les Anglais), pour réparer, redresser ou construire des murailles, traduisant la reconquête royale par des bienfaits concrets et locaux, pour attirer les populations dans le centre des villes et pour relancer la vie économique. Sécurisation, repeuplement et relèvement économique vont de pair. Comme autrefois, la ville est et reste un espace privilégié, qui s’arrête dans le cas de Pont-Audemer aux murs d’enceinte.

  • 4 Henri Sée, Louis XI et les villes, Paris, Hachette, 1891, p. 96-103.

4Le budget d’une petite ville peut être connu pour Pont-Audemer surtout. L’abondance de sa documentation comptable ancienne renseigne avec une certaine précision sur la nature, le montant et les fluctuations des finances urbaines. Les recettes de la ville sont constituées par la perception des aides sur le commerce qui s’effectue en ville. Commerce alimentaire tout d’abord, portant sur le vin, le cidre, la bière, la cervoise et le poiré, le blé (« la blaerie »), le pain (« la boullangerie »), les « bêtes animales », la viande (de bœuf, veau, porc, « agnel »), le hareng « caqué », saur ou salé, les volailles et les lapins (« poulaillerie et cognonnerie »). Commerce sur les produits de l’artisanat, local ou provenant d’autres villes : aides sur le cuir tanné, la mercerie, la draperie, le « croquet » (toiles, serges, tissus de qualité inférieure), les peaux de veau, la laine, la ferronnerie, le suif et la chandelle. Cette fiscalité s’applique aux activités courantes, souligne la fonction commerciale de cette ville, qui est alors centre d’échanges et siège de marché, et trace l’image de l’économie urbaine. Des taxes complémentaires sont levées sur les services dont les marchands peuvent disposer sur la place de Pont-Audemer : aide sur le poids public, l’aunage des tissus, ce qui signifie qu’une autorité indépendante assure l’équité et la validité des mesures de poids et de longueur, pour éviter les contestations. A cela s’ajoutent la perception de 12 deniers pour chaque « minot » de sel vendu au grenier de la ville et le paiement à la ville, par les marchands qui approvisionnent ce grenier en sel, d’un « droit de fournissement », à raison de 160 livres par an. Autrement dit, la royauté accepte de laisser à Pont-Audemer une partie de ses revenus, à charge pour celle-ci de les employer dans la fortification et la mise en défense de la ville et d’en rendre compte auprès des services financiers de la couronne. Ainsi le roi joue-t-il sur plusieurs tableaux : les villes organisent elles-mêmes la construction de leur enceinte, tâche que les agents royaux, trop peu nombreux, ne pourraient mener à bien ; elles sont, de ce fait, redevables à la royauté et lui sont donc plus attachées ; le contrôle des villes se fait plus étroit4.

5Ces taxes ne sont pas collectées directement par les services fiscaux du roi mais sont affermées. Régulièrement, chaque année, les autorités municipales organisent à Pont-Audemer l’adjudication de la ferme des aides. En présence de représentants du roi, le lieutenant particulier du bailli, le vicomte et, quelquefois, le capitaine, accompagné des bourgeois de la ville et de tabellions, se déroule la répartition des fermes aux enchères descendantes. Divers habitants de la ville, des bourgeois aisés, marchands, tanneurs, drapiers, bouchers, personnages qui fréquentent ordinairement les lieux du commerce urbain, mais aussi de petites gens, sans grande fortune, parfois endettés et pour qui ces fermes sont un moyen de se renflouer, proposent leur prix pour obtenir le droit de collecter la taxe pendant un, deux ou trois ans. Le preneur s’engage à fournir à la ville en une ou plusieurs fois la somme promise. La ville concède donc à quelques-uns de ses habitants la perception des taxes ; en retour, ceux-ci lui donnent assez rapidement une grosse somme d’argent, constituant sa trésorerie. Bien sûr, les preneurs escomptent que le montant des taxes collectées au cours de l’année dépassera le prix qu’ils doivent payer. Ce qui n’est parfois pas le cas. Les recettes fluctuent d’une année sur l’autre ; elles ne sont pas le parallèle exact du mouvement des affaires en ville. Beaucoup de paramètres contribuent à dissocier l’évolution de la fiscalité indirecte de l’activité commerciale réelle : accidents climatiques, changement dans la politique royale, épidémies viennent bouleverser les espoirs de profit envisagés par les fermiers. Néanmoins, avec précaution, il est possible d’affirmer que le montant des recettes nous renseigne sur la nature des échanges réalisés dans la ville de Pont-Audemer, l’enveloppe budgétaire des services urbains, la tendance générale de la conjoncture économique de la seconde moitié du XVe siècle.

6Quelle est cette tendance et que gagne annuellement une ville secondaire comme Pont-Audemer ?

Fig. 1 – Recettes et dépenses (en livres tournois) à Pont-Audemer (1477-1540).

7Les courbes du graphique des recettes et dépenses de la ville (entre 1477 et 1545) se suivent et s’accompagnent régulièrement. Les responsables de la ville, avertis par le rapport prévu des fermes de l’année, organisaient leurs dépenses en conséquence, évitant ainsi les dettes trop importantes. Il apparaît ensuite que la deuxième moitié du XVe siècle connaît une amélioration certaine des recettes, correspondant vraisemblablement à une embellie économique. Les périodes creuses, comme celles des années 1502-1503, 1517-1518, correspondent à des années de peste. En de telles circonstances, les comptes le disent quelquefois, les habitants quittent la ville, les marchés se transportent à l’extérieur et les affaires se réduisent sensiblement. L’instabilité des rentrées d’argent est forte, mais celles-ci oscillent autour d’un niveau moyen de 1 300-1 400 livres environ. Un autre indicateur serait certainement parlant et révélateur de la conjoncture locale : le rapport des droits sur le sel.

Fig. 2 – Recettes (en livres tournois) du grenier à sel de Pont-Audemer (1483-1537).

  • 5 Alain Demurger, Temps de crises, temps d’espoirs, XIVe-XVe siècle, t. V, Nouvelle histoire de la F (...)

8Le sel est soumis à taxation depuis 1383 au moins : les détaillants et les particuliers s’approvisionnent en sel dans des greniers installés dans les principales villes et sont depuis 1373 obligés d’acheter régulièrement une quantité de sel correspondant à leurs besoins5. Le droit d’approvisionner le grenier en sel (ou « droit de fournissement ») est affermé à un riche marchand qui acquitte 160 livres par an et possède le monopole de la vente de sel frais au grenier. Ainsi, le sel est un produit qui constitue une des bases financières très stables des recettes urbaines et son rapport annuel est explicitement destiné à être employé dans les travaux de fortification. Le sel rapporte entre 160 et 180 livres par an en moyenne, mais c’est le cidre qui est la principale et la plus régulière recette avec 200 livres environ. Viennent ensuite la boucherie (90-100 livres), les « quatre pieds » (90-100), la boulangerie (80-90), le blé (80-100), aides dont les variations peuvent être fortes ; enfin, la draperie (60-80), le « croquet » (40-50), la mercerie (40-50). Le fer, la bière, le suif, la poulaillerie sont d’un rapport nettement moindre (5 à 20 livres).

9Les graphiques font apparaître, pour l’ensemble des recettes comme pour le sel, des fluctuations. Les données qui permettraient d’apprécier ces évolutions ne sont pas toutes connues. Les lacunes des sources, les hasards de la conservation comme le mutisme des comptes nous privent d’éléments d’explication. Néanmoins, il est raisonnable de penser que les oscillations des courbes obéissent aux contraintes et facilités qui affectent le commerce et qui forment la conjoncture économique locale. L’ampleur du commerce s’appuie sur la population : l’augmentation des recettes dans les années 1477-1500 puis leur relative stabilité entre 1500 et 1545 peuvent être le reflet de la reprise démographique qu’a vécue Pont-Audemer. Le droit sur le sel est certainement un bon révélateur du rapport entre population et consommation. Le sel est indispensable à tout un chacun pour conserver les aliments et est régulièrement acheté. L’obligation de consommation tend à stabiliser les ventes, même si la fraude existe dans la région. La nécessité de vendre un sel bien sec oblige les marchands à ravitailler correctement les greniers qui assurent le séchage pendant deux ans, ce qui doit permettre de réguler le débit du grenier, d’éviter les pénuries et de maintenir un prix élevé mais stable. Les variations du droit sur le sel doivent résulter pour l’essentiel des fluctuations de la population et de celles de son pouvoir d’achat.

10Les creux et les pics que présentent les courbes des deux graphiques ne sont pas faciles à éclairer. Les années de peste (1477, 1496-1497, 1511-1513, 1517) correspondent nettement à des diminutions marquées de recettes (1479, 1497, 1512, 1518). Des évolutions semblables touchent la gabelle du sel : 1496-1497, 1510-1511 sont des années de faible rapport. La pénurie alimentaire de 1521-1522, provoquant une cherté des grains, s’est vraisemblablement répercutée sur les achats de sel : 325 livres sont perçues en 1519-1520 contre 148 en 1520-1521. Cependant, les corrélations entre déficit de population et déficit des recettes ne sont pas toujours strictes : en 1511-1513, années de peste, les aides ne connaissent pas de baisse ; en 1517, alors que toutes les aides diminuent en raison de la vigueur de la peste, le produit du sel ne semble pas affecté.

  • 6 AMPA, CRV, 1480, partie « Modérations ».

11Les aides perçues sur les denrées alimentaires connaissent les variations saisonnières les plus fortes. Le temps qu’il a fait, la rigueur de l’hiver ou la chaleur de l’été influent sur la qualité de la récolte et donc sur les prix. Les fermiers qui n’arrivent pas à payer le montant qu’ils doivent se justifient toujours, parmi d’autres explications, par cet argument : « pour ce que le temps de l’hiver a été fort long et froid »6.

  • 7 AMPA, CRV, 1480, partie « Modérations ».

12Il arrive aussi que la politique royale entraîne certaines variations ; le roi accorde la perception des aides aux villes, mais il peut aussi en supprimer ou bien introduire des aides nouvelles : en 1480, certaines aides ont été abolies par décision royale, les marchands ne les acquittent plus au marché de Pont-Audemer et le fermier ne peut réunir la somme qu’il s’est engagé à payer à la ville7 ; à partir de 1485 apparaissent à Pont-Audemer l’aide sur la mercerie, sur le « croquet » (c’est-à-dire divers produits textiles), la « poulaillerie », qui n’étaient pas perçues auparavant et qui augmentent d’autant les recettes.

  • 8 AMPA, CRV, 1488, fos 38-39.
  • 9 AMPA, CRV, 1477, partie « Modérations ».
  • 10 AMPA, CRV, 1485, f° 33.

13Les autorités locales, notables urbains comme officiers du roi, acceptent quelquefois des rabais ou bien corrigent à la hausse la valeur d’une ferme sous-estimée. Les raisons de ces changements peuvent être circonstancielles : ainsi, un fermier décède, sa veuve reprend la ferme mais ne collecte que le tiers de la somme due à la ville. Elle sollicite la clémence des édiles et l’obtient : ceux-ci réduisent la ferme au tiers de sa valeur8. Parfois, le fermier invoque, pour obtenir modération de sa ferme, plusieurs malheurs qui se sont abattus sur lui : en 1477, Michel Rouxel, fermier du cidre et du poiré, a été malade (« pour certaine longue maladie qui l’a tenu longuement gisant à son lit »), la production de cidre a été médiocre (« à beaucoup près que ces années passées »), sa ferme a été réévaluée de 80 à 100 livres. Il n’a donc pu rassembler le montant prévu et demande un rabais qu’il obtient : il paiera 20 livres au lieu de 1009. En 1485, les rabais relèvent de la politique économique de la ville : les autorités urbaines, avec l’aval du lieutenant du bailli de Rouen, diminuent l’ensemble des aides « pour le bien des marchands de la ville »10. Mais cela entraîne un manque à gagner pour les finances urbaines. En 1521, alors que règne une forte pénurie, certains fermiers n’ont pas levé leur aide volontairement (peut-être sur injonction des autorités municipales), ils en sont dédommagés par la ville car, par cette réduction fiscale, les marchands ont été incités à approvisionner le marché en grains :

  • 11 AMPA, CRV, 1521, f° 59.

À Jacques Langlois, fermier de la boulangerie, pour récompense de non avoir cueilli la coutume sur les boullangers apportans pain en ceste ville durant le temps de demi an de sa ferme affin que lesdits boullangers eussent matières d’aporter les pains et subvenir à la nécessité du commun de la ville et des pauvres de l’environ11.

  • 12 AMPA, CRV, 1487, partie « Modérations ».

14Le sort des aides obéit souvent à une conjoncture économique, qui, mal documentée, reste assez difficile à saisir. En 1487, Jehan Marc a pris la ferme du vin, mais celle-ci n’a pas rapporté comme prévu : vins et cidres ont été très chers de sorte que les acheteurs « taverniers et autres habitans estoreurs et sujets aux aides de la ville s’estoient en la plus grant part fournis de bières et cervoises qui avaient été à petit prix »12. Ainsi, à l’image de cette ferme du vin, le budget urbain est-il le résultat de forces multiples aux rapports complexes, difficiles à démêler : quantités récoltées, pouvoir d’achat des habitants, état des prix dans la région, nombre d’habitants, choix de politique économique à l’échelle nationale ou locale.

15Si l’évolution des recettes n’a souvent pas de causes clairement précisées, les dépenses sont, en revanche, toujours motivées avec force détails par le receveur et ses secrétaires. Toute sortie d’argent est dûment justifiée. La personne remboursée est nommée et les raisons de la dépense clairement indiquées ainsi que le montant. Ce faisant, le receveur qui tient à jour les dépenses fait connaître l’usage que les dirigeants locaux faisaient de l’argent public. Les recettes accumulées chaque année sont employées l’année suivante. Le receveur qui élabore le compte note certains frais dans une partie qui leur est propre : « gages des officiers », « dépenses communes » (ce sont les frais de papier, d’encre, d’écriture). Le gros des dépenses est enregistré dans une partie générale intitulée : « Dépenses de ce présent compte ». À partir de 1495 est introduite une nouvelle subdivision : « Dépenses pour la fortification ». La structure interne des comptes est donc assez simple et mêle, dans les grandes catégories envisagées par les comptables, toutes sortes de postes budgétaires ici empiriquement reconstitués. Durant la période 1477-1540, les dépenses de travaux, militaires et civils, ont représenté le poste principal par les sommes investies : par exemple, en 1490, 751 livres sur 1 401 de recettes, en 1496, 832 sur 1 362. Ensuite viennent les dépenses de voyages des émissaires et officiers de la ville (de 10 à 200 livres), les frais de réceptions et de présents pour les personnalités de passage (entre 20 et 200), l’entretien des fontaines (souvent entre 2 et 20), le nettoyage des rues (de 5 à 10), le paiement des prédicateurs (environ 20), et un large ensemble de dépenses diverses (réparation de l’horloge, curage des fossés, réparations, pavage des rues…). Les édiles locaux utilisent les rentrées d’argent accordées par le roi pour améliorer et étendre la défense de la ville et pour le fonctionnement interne de la vie sociale, commerciale, économique et quelquefois religieuse de leur ville.

16Les responsables urbains sont donc amenés à manipuler des sommes d’argent, à débattre et décider de leur emploi. Même si les bourgeois ne sont pas seuls à peser sur la décision, l’octroi de l’exemption par le roi a donné à ceux-ci l’occasion d’exercer une part du pouvoir politique local. La nécessité de rendre des comptes a provoqué la mise en place d’une petite administration urbaine, a fait renaître des équipes municipales dont les compétences et même l’existence avaient été compromises par le contexte de la guerre de Cent Ans. Dans la plupart des villes qui, comme Pont-Audemer et Harfleur, ont bénéficié de ces droits particuliers, on constate le même phénomène : l’émergence d’interlocuteurs de la royauté, représentant leur ville.

La représentation des villes

17L’existence d’une ville médiévale se traduit par l’exercice de ses institutions. En effet, les sources révèlent l’activité de diverses institutions locales et informent de manière inégale sur leurs compétences. Le procureur des habitants et le receveur sont les incarnations véritables de la ville. Leur travail quotidien peut être suivi presque au jour le jour. Secondés par des échevins au nombre de deux ou trois, ils sont appuyés, et surtout désignés, par la communauté des habitants réunie occasionnellement en assemblée, plénière ou restreinte.

Le procureur des habitants

  • 13 À Louviers, un procureur des habitants est attesté en 1426 ; cette année-là, Guillaume Challenge l (...)
  • 14 AMPA, CRV, 1593, 55 : « Jehan Haguin, sergent en la ville et maerie de Pont-Audemer ». Sur les mai (...)
  • 15 Théodore Bonnin, Cartulaire…, t. II, 1re partie, no 402, p. 158-159.
  • 16 AMPA, CRV, 1529-1530, fos 38 à 41. Voir texte en annexe, no 3.
  • 17 ADE, 2 E 3971, no 12 : « Je, Jehan le Merchier, bourgois de Pont-Audemer et procureur des habitant (...)
  • 18 René Fédou, Les Hommes de loi lyonnais à la fin du Moyen Âge, Lyon, Annales de l’université de Lyo (...)

18Par ce terme est désigné à Pont-Audemer, à Harfleur (et aussi Évreux, Louviers13, Neufchâtel) l’homme qui incarne les intérêts de la ville face au roi et à l’administration royale. Il est le principal responsable auquel les élites politiques, administratives ou militaires peuvent s’adresser. Il exerce une fonction de maire ; le terme n’est cependant pas utilisé. Alors qu’au XIIe siècle, l’activité d’un maire est assez abondamment attestée, les textes du XVe siècle évoquent la « maerie » de Pont-Audemer mais jamais le « maire »14. La guerre de Cent Ans n’a pas seulement provoqué des difficultés de fonctionnement aux institutions municipales, mais a engendré aussi une refonte de celles-ci. À Eu, en revanche, la commune jurée est représentée par un « maire », constamment cité dans les documents. Contrairement au maire d’Eu qui a conservé des pouvoirs de justice, le « procureur des habitants » de Pont-Audemer ou d’Harfleur n’a aucune compétence en ce domaine. À Louviers, en 1386, une assemblée de 123 bourgeois, réunie sous la halle aux draps, procède à la désignation d’un procureur ayant pour mission de représenter la ville devant l’échiquier de Normandie, ce qui souligne la fonction principale et l’origine de cette institution, peut-être temporaire à ses débuts et qui est devenue permanente15. Un acte de 1529-1530 décrit brièvement la désignation du procureur de Pont-Audemer et précise la nature de ses fonctions : sa tâche consiste principalement à représenter sa ville en justice (« à pléder »), à être le « messager » des habitants devant toutes sortes de cours de justice. Ce que résume le terme de « procureur » qui le désigne couramment. Il peut nommer à son tour un procureur chargé de le remplacer ponctuellement et qui aura les mêmes pouvoirs que lui. Les engagements qu’il prend au nom de la ville engagent de fait et de droit les habitants, qui ne pourront s’y soustraire16. Le procureur est qualifié aussi de « procureur et négociateur des affaires de la ville », ce qui résume parfaitement ses tâches17. Cette fonction existe aussi dans de plus grandes villes, comme Lyon, où la qualité de procureur est enrichie de celle de secrétaire, chargé d’assister aux assemblées, d’écrire les lettres, d’apposer le sceau. Comme à Lyon, le procureur des habitants de Pont-Audemer connaît probablement tout des affaires de la ville, car il est l’homme de confiance du conseil municipal18.

  • 19 AMPA, CRV, 1481-1492, PJ, no 28 ; CRV, 1485, f° 27.
  • 20 AMPA, CRV, 1501, 1502 et 1503, voir partie « Gages des officiers ».

19Ce représentant de la ville est souvent seul, sauf à Évreux où deux procureurs exercent ensemble. À Pont-Audemer, en 1482, Jehan Le Merchier qui « avait été procureur pour son antiquité et faiblesse et s’en était déchargé » est remplacé par Jehan Percepié et Mélaigne Dumont, le premier pour toutes les affaires de la ville et le second pour les procès, puis en 1485 Jehan Percepié assume seul son rôle de procureur19. Plus tard entre 1501 et 1503, ces deux mêmes hommes partagent à nouveau la charge. La vieillesse de Jehan Percepié en est certainement la raison. Celui-ci décède et Mélaigne Dumont devient seul procureur après 150320. Mêmes collaboration momentanée et passation de pouvoir en 1505 à Harfleur entre Loys Vienneis et Robert Erquembourg ; ce dernier est investi ensuite de la charge de procureur. Certaines tâches et certains déplacements sont effectués de concert par le procureur et le receveur, de sorte que ce dernier apparaît souvent dans nos sources comme l’alter ego du procureur.

  • 21 ADSM, 3 E 6 132, no 1 : en 1522, la ville paie à Marie Erquembourg, veuve de Loys Vienneis, 50 l. (...)

20Les hommes qui remplissent cette charge restent assez longtemps en poste : deux procureurs à Pont-Audemer en presque cinquante ans, trois à Harfleur, la durée d’exercice étant d’une dizaine d’années approximativement au XVe siècle. Loys Vienneis est procureur d’Harfleur pendant au moins quinze ans (1490-1505), Robert Erquembourg l’est pendant environ vingt ans (1505-1525). À Pont-Audemer, les hommes qui accèdent successivement à ce poste ne semblent pas avoir eu de lien de parenté. À Harfleur, en revanche, deux procureurs portent le même nom (Guillaume Vienneis en 1466, Loys Vienneis en 1484) ; Loys Vienneis, qui reste longtemps procureur, est marié à Marie Erquembourg21 ; or le successeur de Vienneis est Robert Erquembourg, un très probable parent, un beau-frère peut-être du précédent. Ce qui montre que certaines familles ont pu accaparer les carrières municipales. Cependant, la procédure par laquelle les procureurs étaient désignés nous reste inconnue.

21Leurs activités sont nombreuses et variées, et doivent occuper l’essentiel de leur temps. La fonction devait être prenante. Les tâches qu’elle induit ont pour dénominateur commun la défense des intérêts de la ville. Le procureur est celui qui garde les droits, faveurs et privilèges de la ville ou qui cherche, par son action et ses relations, à les améliorer. Il prend en charge la réception des personnalités de passage et, de ce fait, achète les vivres, la viande, les vins destinés aux repas que la ville offre à l’hôte qui séjourne dans la ville. Le procureur se préoccupe des cadeaux de bienvenue, des buffets et des réceptions. C’est également lui qui se rend en cour de justice lorsqu’un procès concerne la ville qu’il représente. De même, il se rend à Rouen ou à Paris pour rencontrer certains membres influents de l’entourage royal, ou bien obtenir des actes royaux authentifiant tel privilège récemment consenti par le roi. Ces voyages, les frais de séjour, les frais de chancellerie sont à sa charge et il doit avancer l’argent, qui lui est remboursé une fois l’affaire terminée. Le procureur est aussi amené à se rendre à Rouen lors des réunions des états de Normandie. Il doit organiser le logement des hommes d’armes qui régulièrement séjournent en ville. Loger des troupes est une charge coûteuse, lourde pour les budgets urbains, et parfois désagréable pour les citadins en raison du sans-gêne et de la brutalité des soldats. Le procureur est celui qui organise matériellement la réception et l’installation des officiers et soldats. Il est aussi celui qui essaie de négocier, auprès des autorités compétentes, une diminution de ce fardeau. Dans le même ordre d’idées, il se charge de préparer pour un nouveau responsable militaire de la ville un logement de fonction. Les réparations, l’entretien des ponts et murs de la ville lui incombent aussi, semble-t-il. On le voit parcourir la ville pour repérer les réparations à prévoir, visiter les chantiers en cours ou vérifier les travaux terminés.

  • 22 AMPA, CRV, 1498-1499, f° 33.

22Dans son travail, le procureur des habitants est parfois assisté d’un clerc ou d’un substitut. En 1498, le procureur de Pont-Audemer Jehan Le Merchier est depuis plusieurs années aidé par son fils, Roger, qui est « postullant en cour laie » et qui, quelquefois, remplace son père vieillissant : cette année-là, Roger se rend à l’échiquier de Rouen et est qualifié de « procureur substitut des bourgeois »22. Encore un signe montrant la possibilité des enfants de faire carrière sur les traces de leurs parents.

  • 23 AMPA, CRV 1529-1530, f° 27 : ces distributions annuelles concernent tous les officiers exerçant en (...)
  • 24 René Fédou, Les Hommes de loi…, p. 237.

23Ces hommes devaient posséder une situation sociale confortable, peut-être une fortune personnelle, car l’exercice de cette tâche nécessitait d’avoir des liquidités. Pourtant, les éléments de leur patrimoine et de leur fortune restent dans l’ombre. L’un est propriétaire d’un jardin, l’autre d’un hôtel, mais la surface, l’organisation et le plan ne sont pas précisés : au total, peu de renseignements nous permettent de cerner leur degré de richesse. Les gages versés par la ville à leur procureur apparaissent dans les comptabilités municipales et permettent de préciser ce point. À Pont-Audemer, le procureur perçoit 12 livres par an, somme qui reste invariable pendant toute la première moitié du XVIe siècle ; à cela s’ajoutent quelques gratifications en nature : un bonnet d’écarlate par an d’une valeur de 10 sous, quelques pots de vin et, après 1525 environ, des distributions régulières de sel23. À Harfleur, les gages ont une tendance certaine à l’augmentation : le procureur gagne 12 livres par an en 1467, 30 en 1490, 42 en 1510, émoluments augmentés de distributions régulières de pain et de vin quatre fois par an ; après 1500, les dons de la ville au procureur et aux autres officiers s’expriment, non en vin, mais en mesures de tissu. Comme si le vin et le pain étaient devenus communs et avaient perdu de leur valeur, réelle et symbolique. Au total, la condition du procureur a été solidement revalorisée à Harfleur et a stagné à Pont-Audemer. Le procureur est donc un homme affairé, souvent en voyage et pratiquant une intense vie de relations. Pour mener à bien son rôle, il doit avoir reçu une formation professionnelle, universitaire, maîtriser l’écriture, posséder un certain bagage juridique : Mélaigne Dumont, précédemment cité, qui a la charge d’assister aux procès de la ville, était un tabellion de Pont-Audemer, de même que Thomassin Doulle, procureur à Harfleur vers 1473. Mais ce sont les seuls personnages dont l’origine sociale est connue. L’importance des fonctions juridiques du procureur explique que des hommes de loi et des notaires se trouvaient bien souvent investis de cette fonction. Ainsi en vat-il à Lyon, selon René Fédou24, et vraisemblablement aussi à Pont-Audemer : pas de notable différence sur ce point entre la petite et la grande ville.

24Dans sa pratique journalière, le procureur connaissait certainement des sollicitations de la part de ses « administrés », peut-être des reproches, il ne reçoit – du moins à Pont-Audemer – qu’une faible gratification financière. Dans ce cas, qu’est-ce qui le faisait agir ? La recherche du prestige social, l’envie de se rendre utile, un patriotisme local ? Tout cela à la fois, peut-être. Pour les procureurs de Pont-Audemer, qui sont souvent d’anciens tabellions, l’accès à la fonction de procureur est certainement une promotion sociale.

Le receveur

25Nos documents, majoritairement comptables, signalent et reflètent l’activité de ce personnage, plus discret mais non moins important que le procureur des habitants.

  • 25 Jean Glénisson, Charles Higounet, « Remarques sur les comptes et sur l’administration des villes f (...)
  • 26 Alfred Canel, Histoire…, t. I, p. 318-320.
  • 27 AMPA, CRV, 1502-1503, fos 17 à 22.
  • 28 AMPA, CRV, 1481-1492, PJ, no 7.

26Dans les villes normandes du Moyen Âge, dans la seconde moitié du XVe siècle, cette fonction est élective. Les receveurs sont désignés tous les trois ans et confirmés chaque année. Ces moments de choix et de renouvellement n’ont laissé que très peu de traces écrites pour cette période, les receveurs étaient, semble-t-il, assez peu renouvelés et duraient dans leur fonctions. À Pont-Audemer, entre 1465 et 1500 la ville ne connaît que trois receveurs : Guillaume Fortin, Jehan Auberée, Jehan Pinchon ; pour la première moitié du XVIe siècle, on relève quatre noms : Jehan Lenfant, Jehan Le Villain, Nicolas de Bailleul, Anthoine Le Carbonnier. À Harfleur, la situation est comparable : cinq receveurs se succèdent de 1466 à 1520. Les bourgeois ont dû privilégier l’expérience acquise comme critère de choix. Les candidats n’étaient peut-être pas très nombreux pour une tâche qui pouvait se révéler contraignante et ingrate. Cette durée relative dans la fonction contraste avec ce qui se rencontre en général dans d’autres petites villes, comme celles du sud-ouest de la France, étudiées par Charles Higounet et Jean Glénisson, où les receveurs restent en poste rarement plus d’un an25. La procédure de désignation paraît avoir un peu fluctué, n’ayant pas été précisément définie. Elle est revue au début du XVIe siècle, du moins quelques lettres conservées permettent de tirer ces événements de l’ombre : en 1481, un receveur est imposé par le pouvoir royal ; en 1499, à sa mort, il est procédé à une élection par la ville, mais les officiers du roi protestent26 ; en 1502, à la suite des manœuvres précédentes, a été réunie à Pont-Audemer, dans la cohue de la ville, une assemblée de cent vingt personnes pour établir les conditions qui seraient dorénavant observées dans le choix du receveur27. Celui-ci sera « élu et nommé receveur par la plus grand et saine part des habitants ». Il assurera sa charge pendant trois ans et pourra être renouvelé. Seront choisis en même temps quatre « conseillers » ou « élus », noms par lesquels on désigne dans cette ville les échevins, qui auront la responsabilité de la « distribution des aides », c’est-à-dire de l’usage des recettes de la ville. Il est bien précisé que le receveur leur sera soumis et qu’il « devra obéir ». Un texte de 1481 indiquait déjà que le receveur était chargé de « collecter et répartir les recettes d’impôts pour la fortification », en fonction des décisions du capitaine et des bourgeois de la ville28. Celui-ci devra rendre des comptes « 3 mois après la fin de chaque année ». Ces comptes seront vérifiés chaque année par une commission formée « du bailli ou son substitut, des conseillers, du procureur des habitants et de deux autres membres de la communauté de la ville élus pour cela ». Le receveur est responsable de la gestion des comptes : à sa mort, ses héritiers le remplacent au moment de la vérification.

  • 29 Dans nombre de villes, les receveurs n’étaient pas choisis dans le corps des magistrats. On consta (...)
  • 30 AMPA, CRV, 1511-1512, f° 1.

27Le choix du receveur, en cette année 1502, s’est porté sur Jehan Le Villain « bourgois et marchant de cette ville ». Il a déjà l’expérience des affaires urbaines puisqu’il a été précédemment « un des conseillers de la ville », charge qu’il doit abandonner en devenant receveur29. Son entrée en fonction commence avec la prestation d’un serment qu’il prononce devant le bailli. Jehan Le Villain a exercé sa charge pendant deux mandats (jusqu’en 1509 ?). Un acte de 1511 fournit sur l’élection du receveur quelques renseignements complémentaires30. Cette fois, la réunion de l’assemblée des bourgeois se tient dans l’hôtel de ville et rassemble soixante-six personnes, qui sont « les notables bourgois de cette ville » et dont on donne les noms. Lecture est faite des lettres missives du chancelier de France, du trésorier de Normandie, de l’évêque de Lisieux, qui, tous, recommandent Nicolas de Bailleul, bourgeois de Pont-Audemer. Ce choix est donc entériné par l’assemblée qui élit le candidat proposé.

  • 31 Un moyen d’intervention royale dans la gestion urbaine utilisé pour certaines villes depuis le XII (...)

28L’élection ne dépend donc pas des seuls bourgeois de la ville. L’influence de la royauté dans la désignation des officiers urbains est ici explicite. S’agit-il d’une évolution récente ou non ? Les villes sont soumises depuis la période ducale à l’autorité du pouvoir central. Peut-être les troubles de la guerre et de l’occupation anglaise ont-ils perturbé ces pratiques anciennes. Un acte de 1504 suggère que des dérives ont existé dans la levée des aides et que, pour cette raison, une clarification des règles à suivre dans ce domaine et dans celui du choix du receveur et des conseillers avait été décidée. La période de relèvement général de la province est aussi un moment de consolidation administrative et de resserrement du contrôle de la royauté sur les villes. L’intervention royale se fait également sentir au travers de la vérification des comptes31.

29Le rôle du receveur est en premier lieu d’être le comptable de la ville, celui qui enregistre les entrées et les sorties d’argent, qui conserve les quittances, reçus, devis, réclamations, sollicitations, en somme toutes les pièces qui entraînent des mouvements financiers, puis, à l’aide de ces documents justificatifs, celui qui fait écrire, au propre, sur un beau parchemin, le compte définitif, copié en plusieurs exemplaires. Il doit assumer la responsabilité de la bonne tenue et de la fiabilité de ces comptes. Il assiste aussi à l’adjudication des fermes qui formeront les recettes annuelles de la ville. Il lui arrive de convoyer de l’argent demandé par le roi et, souvent, de payer lui-même des dépenses que la ville lui rembourse plus tard. Il doit avoir, par conséquent, une aisance financière qui lui permet cela.

  • 32 AMPA, CRV, 1486-1487, fos 19 et 34-35 ; CRV, 1494-1495, f° 36 ; CRV, 1496-1497, f° 40.
  • 33 René Fédou, Les Hommes de loi…, p. 251.

30Le receveur a également une fonction de représentation. Comme le procureur, et conjointement à lui, il semble être un des représentants de la ville. Il se rend aux états de Normandie (le receveur de Pont-Audemer représente sa ville en 1486, 1494 et 149632), à la cour du roi ou auprès de l’administration royale quand les affaires de la ville sont en jeu. Ce qui lui vaut d’effectuer des voyages assez fréquents, quelquefois longs et lointains : Jehan Pinchon, receveur de Pont-Audemer, se rend à Tours en 1481 et à Vincennes en 1485, à Amboise en 1497. Il effectue deux à quatre déplacements par mois, à Rouen la plupart du temps. Il ne voyage pas seul : il accompagne souvent le procureur et est lui-même assisté de son clerc. Il participe aussi à l’accueil des visiteurs de marque, ainsi qu’aux réunions et banquets qui se déroulent dans ces occasions. À Lyon, receveur, procureur ou conseillers de la ville avaient l’habitude de prononcer des discours et allocutions de bienvenue33. Rien de tel n’est signalé à Pont-Audemer ou Harfleur.

31Le receveur peut décider lui-même de certaines dépenses à l’égal du procureur, du capitaine ou des bourgeois de la ville, mais il s’agit de dépenses secondaires. Comme le procureur, il se rend à Rouen pour acheter des produits alimentaires ou textiles nécessaires aux réceptions de personnalités politiques.

  • 34 ADSM, 3 E 6 129, no 9.

32Cet officier municipal est gagé et bénéficie d’une rentrée d’argent régulière pour une activité qui doit l’occuper une bonne partie de la journée. À Harfleur, entre 1466 et 1497, curieusement, le receveur n’apparaît pas dans la liste des officiers gagés ; seule indication de gage : 20 livres pour un an accordées en 1508 à Marin Fréquetel34. En 1502, à Pont-Audemer, les émoluments du receveur sont fixés à 40 livres par an. Il est beaucoup mieux payé que le procureur et apparaît sous cet angle comme le plus important officier de la ville. Ces gages restent, au XVIe siècle, d’une grande stabilité.

  • 35 ADSM, 3 E 6 128, no 90.

33L’ensemble de ces activités comptables, financières, administratives et, dans une certaine mesure, politiques façonnent le profil sociologique des hommes qui ont pris en charge cette fonction. Même si nous ne connaissons pas très précisément l’origine sociale des receveurs des petites villes normandes, il apparaît avec évidence qu’ils sont issus de familles de notables, dont les revenus et la fortune sont assises sur le commerce, la marchandise ou le change des monnaies. À Pont-Audemer, le receveur Jehan Le Villain, un marchand, était un teinturier, Jehan Lenfant était aussi un marchand, probablement drapier ; à Harfleur, Marin Fréquetel est dit « bourgeois et marchand »35. Pour occuper ce poste, le receveur devait nécessairement être un homme versé dans les pratiques comptables. Un seul cas indique que cette tâche ait pu devenir une tradition familiale : Loys Raoullin est receveur de 1490 à 1505 ; en 1510, ce poste est occupé par Nicolas Raoullin peut-être issu de la même famille. La tutelle royale sur cette fonction était forte. Elle s’observe dans le choix des hommes, dans la vérification des comptes et dans leur transmission annuelle à la Chambre des comptes à Paris. Les fréquents voyages des responsables de la ville sont la conséquence de cette soumission à l’autorité. Comme le procureur, le receveur devait, pour rendre service à sa ville, aller « frapper à toutes les portes » de l’administration royale et montrer des qualités de négociateur.

Les « conseillers », « élus » ou « gouverneurs »

  • 36 ADSM, 3 E 6 115, nos 1 et 2.

34Dans toutes les villes sur lesquelles nous sommes renseignés existent des échevins, appelés « élus » et « gouverneurs » à Harfleur et Neufchâtel, « conseillers » à Pont-Audemer. L’idée qui détermine l’existence de cette institution est celle d’une nécessaire permanence de la représentation de la ville. Il faut, dans la prise de décisions, quelles qu’elles soient, obtenir l’aval des bourgeois. Mais il n’est pas utile de réunir une centaine de personnes pour des décisions secondaires ou qui demandent une réaction rapide. Il faut donc que le receveur et le procureur des habitants soient secondés par une émanation de la communauté des habitants, facilement mobilisable. Ce sont les « élus », au nombre de deux, trois ou quatre : à Harfleur, ils sont trois en 1466, quatre en 146736 ; dans les années suivantes, ils sont toujours au nombre de quatre. À Pont-Audemer, les quatre « conseillers » sont élus pour trois ans ; à Harfleur, la durée de leur mandat n’est pas connue ; certains élus restent en poste pendant six à huit ans. Un examen de leur nom révèle qu’il y avait un renouvellement régulier, tous les dix ans environ, de la composition des élus. Il ne semble pas que quelques familles aient accaparé ces fonctions.

  • 37 ADSM, 3 E 6 119, 26 : Jehan Régnault, élu, est mercier ; 3 E 6 119, 57 : Bardin Raoullin, autre él (...)

35Leurs tâches ne sont pas faciles à définir exactement, mais peut-être ne l’étaient-elles pas vraiment et chacun répondait-il aux besoins du moment. Il est possible du moins de circonscrire les domaines où ils interviennent. Les « conseillers » ont la responsabilité de l’usage des recettes urbaines. Les quittances, conservées en grand nombre à Harfleur et Pont-Audemer, sont toutes signées par les quatre « élus au gouvernement et affaires de la ville », puis le receveur enregistre la dépense dans ses comptes et archive la quittance. Les conseillers participent aux procès, où ils défendent les intérêts de leur ville. Ils se rendent à Rouen à l’échiquier. Ils ont donc des compétences juridiques et sont généralement « conseillers en cour laie ». Ce terme de « conseiller » entretient parfois la confusion, car on ne sait pas toujours distinguer entre le conseiller juridique (« conseiller en cour laie ») et l’élu municipal (« conseiller de Pont-Audemer »). Souvent, d’ailleurs, ces hommes sont l’un et l’autre, comme Pierre Cardonel et Pierre Costelley de Pont-Audemer qui sont dits en 1466 « conseillers en court laie et conseillers de la ville ». Cette tâche et cette formation les rapprochent du procureur des habitants. À Harfleur, cependant, certains « élus » sont marchands-drapiers et merciers37 ; un autre élu d’Harfleur, Jehan Barbotin, possédait une carrière de pierre. Les « élus » participent aussi aux rencontres avec les administrateurs royaux à l’occasion de repas et de réceptions « d’affaires » ; en 1521, à l’occasion de la venue de François Ier à Harfleur, une réunion se tient chez un tavernier, qui rassemble :

  • 38 ADSM, 3 E 6 132, no 63.

[…] le capitaine Bresse et l’élu Loys Vienneis et Fontaynes et Vitreville et Le Quesnay et saint Martin et Stuard et Jehan Auber et Nicolas le Gendre et autre le jour Saint Samedi ; dépensé ce dit jour au soer [soir] à souper par les dessusdits avecques monsieur de Gonfreville et plusieurs autres qui prennent conseil pour envoier en court pour les affaires de la ville38.

  • 39 ADSM, 3 E 6 123, nos 18 à 27.
  • 40 AMPA, CRV 1529, f° 14 : ainsi, Guillaume Delannoy, un des conseillers de Pont-Audemer reçoit 13 l. (...)

36Ils se déplacent également jusqu’à Rouen, Lisieux, Honfleur, pour rencontrer les représentants du roi. En 1490, les quittances harfleuraises permettent de suivre les activités de l’élu Guillaume Paon : celui-ci accompagne le procureur des habitants à Rouen pour un procès qui concerne la ville, puis il se rend auprès du roi pour négocier un prêt demandé par celui-ci, puis quelque temps plus tard, il accompagne jusqu’à Rouen le transport de l’argent récolté, confié aux commissaires des emprunts, enfin, il se rend à Caudebec auprès de divers administrateurs royaux auxquels il remet des présents39. Dans ce cas, l’élu participe aux fonctions de négociation et de représentation en justice qui sont celles du procureur. Il arrive aussi à ces hommes de rendre d’autres services à leur ville, comme de conserver chez eux les archives municipales, tâche importante en raison de la régularité des procès et de la production nécessaire de titres et d’actes ayant valeur juridique, ou de diriger des travaux de nettoyage des rues ou de curage des fossés40.

37Ces offices de « conseillers », qui connaissent un fréquent roulement, qui ne sont pas occupés par les mêmes personnes pendant de longues années, sont un marchepied pour accéder à des postes de responsabilité supérieurs comme ceux de procureurs des habitants ou d’officiers royaux. Des possibilités de carrière municipale semblent exister dans les petites villes. Ces fonctions peuvent aussi être occupées par des officiers sortis de charge et qui souhaitent conserver une place au sein de l’équipe municipale.

L’assemblée des bourgeois

38Dans l’entourage des officiers royaux et municipaux qui conduisent les villes, officie le groupe constitué par les habitants des villes désigné par diverses expressions comme « bourgeois, manants et habitants » ou « commune de la ville ». Une partie des habitants tient des réunions régulières où diverses décisions sont prises, des « assemblées tenues pour le bien et prouffit de la ville ».

  • 41 Bruno Sintic, « Un hôpital sous influence municipale : l’hôtel-Dieu de Pont-Audemer », in Fondatio (...)

39Les domaines sur lesquels les bourgeois sont compétents semblent assez étendus. Un de leurs pouvoirs principaux est celui d’élire le procureur, le receveur et les conseillers, élément qui a eu tendance à passer sous le contrôle du roi, transformant l’assemblée en chambre d’enregistrement. Les bourgeois peuvent aussi décider d’organiser la bienvenue pour tel représentant royal, d’acheter des terrains pour la ville, d’engager tel ou tel prédicateur à l’occasion du carême, d’effectuer certains travaux à caractère civil (pavage, fontaine, nettoyage, écoulement des eaux) et de choisir, pour cela, les entrepreneurs. Les bourgeois ont un rôle dans la gestion financière et matérielle des hôtels-Dieu. Là où existe un hôpital dépendant de la ville – comme à Pont-Audemer, mais aussi à Gournay, à Neufchâtel, à Louviers… –, la concession des terres, dont le produit fait vivre l’établissement, à de nouveaux tenanciers nécessite une approbation de l’assemblée représentant la ville. De même, les bourgeois interviennent dans la nomination des prieurs placés à la tête des hôpitaux. Aux XVe et XVIe siècles, le pouvoir royal a cherché à mettre la main sur ces postes à Pont-Audemer pour les donner à des hommes choisis par lui41. La réaction de la ville a toujours été vive et les habitants de Pont-Audemer sont arrivés à faire valoir et à imposer leur droit : avec acharnement, ils démontrent que la tradition, depuis la fondation de leur hôpital au XIIe siècle, est celle de l’autonomie de choix dans ce domaine et que la royauté, à aucun titre, ne peut prétendre s’attribuer la désignation des prieurs.

  • 42 Voir texte en annexe, no 1.
  • 43 ORF, t. XVI, 1463-1467, p. 567-570.

40Les divers moments de la vie municipale mentionnés ici ne nécessitent pas la réunion de l’ensemble des « notables bourgeois » de la ville. En effet, le rassemblement d’une représentation plénière est, semble-t-il, assez rare, peut-être uniquement liée aux élections des officiers municipaux. Dans la plupart des autres circonstances intervient une assemblée restreinte agissant au nom de tous les habitants de la ville. Une ordonnance du roi donnée en 1467 confirme les privilèges de Louviers en matière d’organisation municipale42. Ce texte explique l’intérêt que présente la nomination d’une assemblée restreinte : les affaires de la ville se traitent en assemblée générale, mais certains membres sont absents à cause d’une épidémie récente, d’autres sont « trop vieux ou antiques », d’autres encore ne sont pas là « pour leurs affaires », de sorte qu’il est impossible de décider ; de plus, des plaintes s’élèvent affirmant qu’en d’autres occasions des membres de l’assemblée ont révélé au-dehors des décisions que l’on voulait garder confidentielles ; c’est pourquoi il est préférable qu’un groupe réduit à douze personnes conduise et représente la ville43. Ces groupes de bourgeois, qui sont actifs dans la plupart des villes et qui ont été désignés selon une procédure qui nous échappe, sont en nombre variable, entre cinq et trente personnes environ selon les circonstances.

41Prennent-ils seuls leurs décisions ? Le personnel administratif royal doit jouer quelquefois son rôle de conseil, mais on ne peut dire exactement comment s’opère la prise de décision à l’intérieur des institutions municipales. À plusieurs reprises, les actes soulignent la fonction d’approbation, de conseil, d’entérinement qui est celle de la représentation des bourgeois. Ce qui implique qu’il y a pour eux un espace de discussion, de débat, d’argumentation, mais que, parfois, l’assemblée n’a pas la voix prépondérante.

  • 44 ADSM, 3 E 6 119, 40.
  • 45 AMPA, CRV, 1455-1481, PJ, nos 29 et 34, 1465.

42Certains des bourgeois du conseil ont des fonctions particulières et obtiennent des missions à accomplir. Beaucoup participent à des déplacements avec le procureur, le receveur ou quelquefois sans eux. Ils gardent dans leur maison des objets, des armes ou instruments appartenant à la ville, comme Jehan Barbotin, élu d’Harfleur, qui entrepose du bois appartenant à la ville dans son cellier44 ; ce qui suppose que ces hommes vivent dans des maisons un peu spacieuses, présentant des dépendances, granges, greniers ou appentis, car il s’agit toujours de mettre du matériel à l’abri des intempéries. À l’occasion, ils ont à vérifier les travaux de construction ou de réparation effectués en ville. Certains dirigent des travaux de curage et de nettoyage des fossés. À partir de 1500-1510, apparaît, à Pont-Audemer du moins, une fonction qui existait déjà auparavant mais à laquelle la ville a eu recours de façon plus systématique, celle de « ménagier » : il s’agit de bourgeois, membres du conseil de la ville, auxquels la ville confie une somme d’argent pour réaliser un projet de construction ou de réparation. En 1465, Binet de Genouville, bourgeois de Pont-Audemer, est chargé de recruter chaque jour douze habitants pour curer les fossés et de surveiller leur travail45. À Neufchâtel, Louviers ou Harfleur, des bourgeois accomplissent des tâches équivalentes. Investis d’une telle responsabilité, ils recrutent les ouvriers, rassemblent les outils et les matériaux, surveillent la poursuite des travaux, paient les ouvriers, tiennent et rendent le compte de leurs dépenses, avancent les fonds quand ceux-ci viennent à manquer. Dispositif souple pour la municipalité, mais plus contraignant pour le bourgeois qui en est chargé. Néanmoins, celui-ci effectue là une expérience de gestion et de direction des hommes, à laquelle il était, par son activité professionnelle, peut-être déjà accoutumé.

  • 46 ADSM, CRV, 1485, f° 25 (Jehan Néel) ; CRV, 1495, f° 38 (Jehan Baynel) ; CRV, 1495, f° 38 (Jacques (...)
  • 47 AMPA, CRV, 1455-1481, PJ, no 189, 1475. Voir texte en annexe, no 4.

43De façon exceptionnelle les bourgeois sont mis à contribution. Les demandes financières du roi (Louis XI surtout, mais également François Ier) sont impératives et les plus riches habitants des villes sont ponctionnés. L’affaire est toujours désagréable, même si l’emprunt forcé est remboursé ultérieurement. Certains avancent de l’argent à la ville : ainsi, en 1485 Jehan Néel, un marchand prête 20 livres tournois à la ville de Pont-Audemer ; en 1495, Jehan Baynel en reçoit 35 « car la ville lui doit une rente de 20 escus d’or » ; il en va de même pour Jacques et Richard Pelletier qui reçoivent 50 livres tournois pour la même raison46. D’autres bourgeois vendent des rentes à la ville quand celle-ci a un urgent besoin de liquidités. Cet argent est utilisé pour payer du vin, ou bien des tissus, pour fournir des meubles pour le logis du capitaine, ou loger chez soi un homme d’armes. En 1475, le roi demande un prêt pour contribuer à « l’avitaillement des navires ». Une liste de contributeurs de Pont-Audemer a été conservée qui nous donne les noms et les montants47. Habitude identique à celle qui touche le procureur ou le receveur qui doit avancer des fonds : le poids de la ville s’appesantit lourdement sur les fortunes privées.

44Les affaires municipales peuvent à l’inverse être profitables aux bourgeois présents au conseil de ville. Les taverniers reçoivent les réunions municipales dans leur hôtel ou leur taverne, vendent copieusement leurs vins ou leur nourriture, les avocats doivent se rendre utiles comme conseillers juridiques. D’autres louent une de leurs maisons à la ville pour loger des officiers locaux ou même comme lieu de réunion en l’absence d’un hôtel de ville.

  • 48 ADSM, 3 E 6 122 (1490) : quittances 24 à 31.

45Généralement, le groupe plus ou moins étoffé des bourgeois mène ses activités en collaboration avec les officiers royaux et municipaux de la ville, lieutenant du capitaine et du bailli, procureur, receveur, et conseillers. Tout le groupe des « officiers, bourgeois et habitants » (formule qui revient très souvent) accueille des personnalités, participe à des dîners ou des buffets, est présent à l’adjudication des fermes ou à la tenue des enchères pour les travaux de construction. Outre leurs gages, les officiers reçoivent des dons en nature, en pain et vin distribués aux quatre grandes fêtes liturgiques, Pâques, Pentecôte, Toussaint et Noël ; les quantités distribuées permettent d’évaluer approximativement le nombre des officiers ainsi honorés : 66 pains et 44 pots de vin leur sont donnés par la ville de Harfleur en 1490, à raison de 4 pains et 2 pots de vin par personne48 : soit entre 15 et 20 officiers, mais il est probable que ce nombre comprend les officiers royaux. On peut voir là, à l’œuvre, une équipe dirigeante, composée de membres divers, ayant reçu leurs attributions de différentes sources de pouvoir, mais collaborant régulièrement pour mener les destinées et la vie ordinaire d’une ville.

46Qui sont exactement ces bourgeois qui dirigent en partie les petites villes ? Ce sont les notables, durablement installés, stables, connus localement et issus du monde de la marchandise et de la justice ; dans les listes nominatives d’habitants, les membres qui peuvent être identifiés, c’est-à-dire une minorité, ne comprennent pas de maître de métier, aucun entrepreneur du bâtiment n’est mentionné. Les petites villes sont aux mains d’une élite locale.

47Les institutions municipales – procureur, receveur, conseillers, assemblée de bourgeois – ont une part prédominante dans le gouvernement des villes normandes, quand celles-ci ont pu, dans leur histoire, s’affranchir du pouvoir seigneurial. Cependant, toutes n’ont pas connu l’émancipation communale et quelques-unes restent encore jusqu’à la fin du Moyen Âge sous l’autorité des anciens maîtres.

Le personnel seigneurial

48Les officiers municipaux collaborent étroitement avec les représentants du seigneur qui exerce son autorité sur la ville, roi, seigneur ecclésiastique ou seigneur laïc. Une place majeure est tenue dans les villes normandes par les officiers royaux car nombre d’entre elles relèvent directement du roi. Quelques-unes cependant dépendent d’autres seigneurs, représentés sur place par des « baillis » et une petite administration. Ce personnel est moins visible dans les documents que les officiers royaux. L’évocation de ces officiers seigneuriaux reste nécessairement brève.

49Le pouvoir seigneurial peut être laïc ou ecclésiastique. À Eu, Lillebonne, Aumale, celui-ci appartient respectivement au comte d’Eu, au duc d’Harcourt, au duc d’Aumale. À Louviers, Caudebec, Fécamp, Montivilliers, le pouvoir est ecclésiastique et est exercé respectivement par l’archevêque de Rouen, l’abbaye de Saint-Wandrille, celle de Fécamp, celle de Montivilliers. Bernay est un cas particulier : la ville relève pour une part du comte d’Alençon et, pour une large part, de l’abbaye de Bernay. Les seigneuries en question sont donc plus ou moins étendues par l’espace qu’elles couvrent et par les droits qu’elles possèdent. Ainsi, à Pont-Audemer, l’abbaye du Valasse possède quelques maisons dont elle perçoit les rentes ; à Louviers, l’abbaye Saint-Taurin d’Évreux gère aussi un patrimoine foncier qui ne paraît pas considérable. Il en va de même dans toutes les villes où les droits de multiples seigneurs, plus ou moins possessionnés, s’enchevêtrent pour former un tissu de propriétés et de droits fort complexe.

50Cependant, des seigneurs « majoritaires » influent sensiblement sur les destinées des villes. Ils exercent les fonctions et les pouvoirs traditionnels des seigneurs féodaux. Ils sont seigneurs fonciers et disposent de terres et de maisons en ville, qui sont concédées en fieffe ou à ferme ; ils possèdent aussi des étaux sous les halles, des fours et des moulins, également affermés. Ils surveillent ce temporel, recherchent de nouveaux tenanciers quand les biens sont vacants, font percevoir les rentes aux termes ordinaires et enregistrent les impayés. Tout propriétaire foncier, qu’il s’agisse d’un hôtel-Dieu, d’une confrérie, d’un curé, d’une fabrique, d’un particulier, fait de même à son échelle. Lorsque le nombre des maisons et des terrains (ou « masures ») est important, la ville est donc juridiquement, financièrement et socialement attachée à ce seigneur, qui est représenté sur place par un personnel particulier. Le poids temporel des abbayes, à Montivilliers, Caudebec, Fécamp, ou de l’archevêque, à Louviers, sur la vie citadine est considérable. Les seigneurs ont aussi des « banalités » et prélèvent des droits sur l’usage des moulins, des halles, des marchés et des foires. Les impositions levées sur les transactions commerciales sont affermées et le produit de cette fiscalité indirecte alimente les recettes seigneuriales. Les seigneurs exercent la justice dans leur ville, en raison de leur seigneurie foncière et banale. Il existe des justices seigneuriales, des prétoires accompagnés de geôle, comme à Louviers, ou Aumale. Montivilliers et Fécamp sont des abbayes exemptes de la juridiction de l’archevêque de Rouen. Elles ont, dans leur ressort, un official, juge ecclésiastique, qui traite les affaires touchant les clercs et les matières religieuses. Ce faisant, les villes concernées sont placées sous cette tutelle morale et judiciaire. Enfin, les seigneurs jouissent quelquefois de droits de patronage : l’abbaye de Préaux présente les candidats aux cures de Pont-Audemer, l’abbaye du Camp-Souverain fait de même à Saint-Saëns. Parfois, c’est un des chanoines de la collégiale locale qui est curé du bourg, comme à Bourg-Achard ou à Écouis. Les bénédictins de Bernay désignent également en leur sein les curés de la ville.

  • 49 Vincent Tabbagh, « Le temporel des archevêques de Rouen aux derniers siècles du Moyen Âge », Journ (...)

51Le pouvoir seigneurial peut être fort présent et prégnant sur la société et les institutions d’une ville. Le contexte guerrier des XIVe et XVe siècles, le déclin démographique de la région rouennaise, l’occupation anglaise expliquent que les revenus ruraux des seigneurs fonciers aient généralement diminué : l’archevêque de Rouen enregistre vers 1455 la perte de la moitié de ses revenus. Les recettes tirées des biens et droits urbains résistent mieux : il y a perte d’un cinquième des revenus par rapport à 1400, les rentes sur les maisons et terres urbaines rapportent un tiers en moins à Louviers en 1455 ; cependant, les taxes sur le commerce fournissent encore de bons profits. C’est donc en ville, plus encore qu’autrefois, que résident les gisements de revenus seigneuriaux : Dieppe et Louviers représentaient 44 % des revenus globaux de l’archevêque en 1400, mais plus de 70 % vers 145549. Il est évident que la présence en ville du pouvoir seigneurial est déterminante pour le maintien et l’équilibre des revenus de l’archevêque, sur lesquels celui-ci assoit, en cette fin de XVe siècle, l’essentiel de son autorité. L’application de ce pouvoir nécessite un personnel qui est le relais entre le détenteur du pouvoir et les sujets qui le subissent.

  • 50 AML, fonds de l’hôtel-Dieu de Saint-Jean, PF 2, chap. i, 12 et 12 bis.
  • 51 AML, archives communales, PF 2, DD 3.
  • 52 AML, fonds de l’hôtel-Dieu de Saint-Jean, PF 1, CC 3.

52Les seigneurs ont généralement placé dans leur seigneurie, et souvent dans la ville qui sert de chef-lieu, un représentant principal du pouvoir seigneurial : le bailli. Les baillis seigneuriaux semblent jouer le même rôle que les agents royaux dans les villes du domaine royal. Le pouvoir de l’abbesse de Montivilliers est incarné par des officiers de cour d’Église (le doyen, l’official, le promoteur) et par des officiers de cour laie (sénéchal, prévôt, receveur, grenetier). Le bailli de Louviers et de Gaillon, deux seigneuries appartenant à l’archevêque de Rouen, convoque parfois les bourgeois de la ville en assemblée pour régler différentes questions : en 1482, il s’agit de nommer le prieur de l’hôtel-Dieu50 ; la même année, une autre assemblée de bourgeois placée sous sa présidence décide de vendre une rente ; en 1512, une réunion identique est tenue pour racheter une rente51 ; en 1541, il transmet aux représentants de la ville les demandes d’argent du roi52. Les deux catégories d’officiers ne sont en général pas juxtaposées dans la même ville : quand les gens de Louviers ont affaire aux agents du roi, ils doivent se rendre à Pont-de-l’Arche qui est leur siège ordinaire. Les baillis seigneuriaux président donc les enchères pour l’adjudication des fermes, ils tiennent des « jours » ou des « assises » où ils rendent la justice au nom du seigneur, ils interviennent dans l’examen des devis : en un mot, ils sont présents dans toutes les réunions de quelque importance qui impliquent la vie de la cité. En 1562, un de ces baillis, Simon Behotte, offrit sa maison, située rue Tournante, pour accueillir le parlement de Rouen qui s’était réfugié à Louviers en raison de l’ampleur prise par le protestantisme rouennais. Autour du bailli seigneurial existe la même équipe administrative que dans d’autres villes, formée de receveurs, conseillers juridiques, clercs, greffiers et procureurs.

  • 53 Théodore Bonnin, Cartulaire …, t. II, 2e partie, no 423, p. 10.
  • 54 Ibid., 1re partie, no 402, p. 159 ; 2e partie, no 423, p. 10 et no 464, p. 62.
  • 55 ADSM, G 652, 1452, « domaine fieffé ».
  • 56 ADSM, G 674.
  • 57 ADSM, G 675.
  • 58 Théodore Bonnin, Cartulaire …, t. II, 2e partie, no 468, p. 70-71.

53Des possibilités de carrière administrative semblent avoir existé également dans ce contexte particulier. Quelques renseignements extraits des archives de Louviers se rapportent à une famille, les Challenge, plusieurs fois investie, dans cette ville, de fonctions éminentes, notamment celle de bailli. Il s’agit d’une famille de bourgeois probablement enrichis dans la pratique du droit et de la justice. Plusieurs membres de cette famille sont avocats ou conseillers en cour laie dès le début du XVe siècle : tel Jehan Challenge « avocat et conseiller » en 140953. D’autres sont actifs dans les institutions urbaines : Jehan Challenge est bailli de Louviers en 1386 ; Guillaume Challenge est pareillement bailli seigneurial en 1409. Son fils, Guillaume le jeune est procureur des habitants en 142654. L’occupation anglaise entraîne la confiscation des maisons et biens de Guillaume Challenge l’aîné, bailli en 1418 ; la famille reste cependant à Louviers. La reprise de la ville par le roi de France en 1440 a permis la restitution des biens des Challenge. En 1448, maître Jehan Challenge n’est pas à Louviers : on le dit parti en Auvergne (en mission ? en fuite ?) ; il a un manoir qui a servi à loger des gens de guerre. Comme lui, d’autres officiers de l’archevêque, mais qui ont « collaboré » avec les Anglais, à l’inverse des Challenge, tel Phillippe Le Baube, procureur et grenetier à sel de Louviers, ne sont plus là et les biens dont ils bénéficiaient et pour lesquels ils payaient des rentes ne rapportent plus rien. En 1452, maître Jehan Challenge est rentré ; il a recouvré ses biens, une maison de pierre rue Notre Dame et un « manoir » dans la même rue « jouxte la maison précédente » qui s’étend jusqu’à la rivière ; là un pont permet l’accès au jardin de maître Challenge sur l’autre rive. Cette maison, probablement cossue, semble avoir été une sorte de maison de famille, puisque, vers la fin du XVe siècle, les héritiers Challenge l’occupent encore55 ; en cette même année 1452, Guillaume Challenge possède lui aussi un « manoir » dans la rue Notre-Dame ayant une disposition semblable. En 1474, un Jehan Challenge est « conseiller de Monseigneur », donc homme de loi. En 1490, il est dit tabellion ; il a fait faire une foulerie dans une maison qui lui appartient. Il est toujours « conseiller de Monseigneur l’archevêque » et reçoit 10 livres. En 1495, un « Jehan Challenge le jeune » est « conseiller de Monseigneur » et reçoit 10 livres par an56. Il est en procès avec l’archevêque pour payer la rente de sa maison près de l’église Notre-Dame pour 65 sous et un jardin 7 sous « Honorable homme et saige Maître Jacques Challenge, escuier », est bailli de Louviers et reçoit 20 livres par an (il occupe la maison autrefois tenue par Guillaume Challenge). En 1497, Jehan Challenge paie aussi une rente pour une acre de terre en bruyères près de La Haie-le-Comte et pour une maison, masure et terre de 7 vergées sur le chemin qui mène au Neubourg. Il paie une autre rente de 9 sous pour la moitié d’une terre non occupée et une autre encore de 5 sous « pour une foullerie en sa maison a lui appartenant »57. En 1505, il paie toujours pour cette « foullerie ». Il apparaît sur la liste des officiers, comme probable bailli (« Maître Jehan Challenge, escuier »). Les biens fonciers, des activités commerciales peut-être, des tâches juridiques certaines, le service de l’archevêque constituent les piliers de la réussite de la famille Challenge. Un probable anoblissement, de fait sinon de droit, à une date qui reste inconnue (début XIVe ? XVe siècle ?), est venu couronner une ascension sociale évidente. Ces notables ont fait don de sommes importantes à l’église Notre-Dame pour que soit édifiée une des tours de l’église, appelée dès lors « tour Challenge ». Guillaume Challenge et sa femme Phlipote (sic) fondent une chapelle au pied de cette tour « afin que pour les âmes d’iceux mariés, de leurs ancéseurs, amis, et bienfaiteurs, certaines messes soient dites et célébrées en la dite chapelle chascune sepmaine perpétuelment »58. Cet exemple montre une famille qui s’est élevée par les opportunités sociales et politiques existant dans le cadre d’une ville secondaire et qui a su se rendre indispensable.

Le personnel subalterne

54Les villes ont, parmi les hommes qui œuvrent à leur entretien, des auxiliaires d’administration, un petit personnel qui est occupé à des tâches de gardiennage, d’écriture ou de déplacement.

Les clercs, secrétaires et greffiers

  • 59 ADSM, 3 E 6 124, no 32.
  • 60 ADSM, 3 E 6 115, nos 10, 11 et 12.
  • 61 ADSM, 3 E 6, 122 (1490) : pièce no 47.

55Des clercs plus ou moins nombreux sont chargés de travaux d’écriture et de copies d’actes, probablement aussi d’archivage et de tenue de registres. Dans les villes plus importantes, comme Évreux qui est siège d’un bailliage, exercent des tabellions et des greffiers. Il en existe également à Harfleur : le « clerc de la maison de ville », Guillaume Duval, est dit « greffier »59. Il réalise des travaux d’écriture mais aussi accomplit des missions auprès d’officiers royaux. Les voyages peuvent mener les clercs de ville assez loin : en 1467, le clerc Jehan Duval part à la rencontre du roi, ce qui le conduit jusqu’à Bordeaux et Bayonne. Ce voyage se révèle pénible pour lui, il reste absent trois mois, il perd son cheval, il avance tous les frais et, en outre, sa mission n’est pas couronnée de succès60. Tout se passe comme si les procureurs et receveurs déléguaient à leurs clercs les missions et déplacements qui sont pour eux des corvées : une autre fois, en 1490, Guillaume Duval se rend à Honfleur et y séjourne dix jours61.

  • 62 ADSM, 3 E 6 119, pièce no 7, 1475, Estienne Deshalle, clerc reçoit 15 l. pour l’année ; 3 E 6 124, (...)
  • 63 ADSM, 3 E 6 115, pièce no 10, 1466, mention de Jehan Duval, clerc de ville ; 3 E 6 122, 1490, Guil (...)

56Certains clercs ont une formation juridique : Étienne Deshalles, Jehan Han et Thomassin Doulle sont des tabellions, qui travaillent pour la ville d’Harfleur à la fois comme clercs, greffiers et comme tabellions. Pour leur office de clerc, ces hommes reçoivent 15 livres vers 1490, une somme respectable, supérieure aux gages du procureur des habitants de Pont-Audemer62. Il semble y avoir eu une tradition familiale pour ces fonctions, puisque Jehan et Guillaume Duval exercent à ce poste à vingt ans d’intervalle (peut-être le père et le fils)63.

Les sergents, hérauts et crieurs publics

57Les villes ont leurs sergents (deux à Pont-Audemer vers 1512, payés 30 sous par an ; deux encore à Harfleur vers 1490, recevant 100 sous par an), qui accompagnent les officiers urbains au cours de leurs voyages, assignent des gens à comparaître en justice, font les cris publics annonçant les réunions du conseil de ville ou autres. À Évreux, ces cris sont faits par les geôliers. En 1479, à Pont-Audemer, le sergent Colin Du Buisson a fait les criées du devis de l’œuvre du fossé le dimanche :

  • 64 ADE, 2 E 3971, no 69.

Aoyé de gens et issue de grand messe paroissiale de la paroisse Saint Ouen du Pont-Audemer et même lundi semblablement derrain passé en plain marchié de cette ville ou il a lu le devis et il a fait savoir que si quelqu’un veut rabaisser le prix de 9 livres la perque […]64.

  • 65 AMPA, CRV, 1494-1495, fos 31-34.
  • 66 AMPA, CRV, 1481-1492, PJ, no 59.
  • 67 AMPA, CRV, 1529-1530, f° 28.

58Ces hommes prennent en charge le logement et l’installation des soldats de passage : en 1494, le sergent Jehan Hagin reçoit 110 sous « pour avoir aidé à loger et ustensiler les gens d’armes »65. Leur rôle le plus courant est celui de « contraindre » : en 1484, deux sergents, Perrin Du Buisson et Jehan Robert, se rendent à Arques, Caudebec et Pont-de-l’Arche pour obtenir, devant l’autorité des vicomtes, que des marchands de bois honorent un marché qui les lie à Pont-Audemer66. Ils doivent également faire pression sur les fermiers de la ville qui n’auraient pas payé le montant total de leur ferme et aussi le montant d’amendes qui leur sont appliquées au titre de punition. À d’autres occasions, un sergent est chargé du guet : en 1529, un sergent de Pont-Audemer assure lui-même cette tâche dans des circonstances inquiétantes. Il reçoit 12 livres « pour services par lui fait pour avoir fait, par 12 ou 15 jours et nuyts, guet en ceste ville pour empêcher que les gens de guerre qui tenoient les champs sur les villages n’entrassent en ceste ville »67. Dans ces emplois, le flou des attributions est grand : les sergents font le travail des crieurs, les geôliers aussi. À Harfleur, un sergent du roi accomplit une tâche qui dépend plutôt de la ville : il « semonce » les habitants des villages voisins pour qu’ils se rendent à Harfleur à l’occasion du curage des fossés.

  • 68 ADSM, 3 E 6 120, no 89 ; 3 E 6 121, no 26, 27, 45, 46, 47 ; 3 E 6 122, no 37 ; 3 E 6 123, nos 9 et (...)

59Toujours à Harfleur se rencontre un cas assez surprenant : Jehan de Lisle dit Han est sergent de la ville et est gagé comme tel. Mais Jehan de Lisle dit Han (ce sont les mêmes noms et surnoms qui sont cités) est aussi pionnier : il coupe les herbes au pied des murailles, procure à la ville du ciment et des claies, cure les fossés. Devenu vieux, il reçoit de la ville des gratifications annuelles sous forme de pièces d’étoffe, comme lorsqu’il était sergent, précise-t-on, ce qui souligne que ceux-ci avaient généralement un costume particulier68.

60Ce personnel, assez réduit, exerce des fonctions d’« homme à tout faire » municipal, fonctions qui, dans une grande ville, seraient dévolues à plusieurs personnages. Ce poste présentait peut-être quelque avantage : à Pont-Audemer, plusieurs membres de la famille Du Buisson se succèdent dans ces fonctions.

Portiers et concierges

  • 69 ADE, 2 E 3971, nos 120 et 121, 140, 141.
  • 70 AMPA, CRV, 1486-1487, f° 14.
  • 71 AMPA, CRV, 1485, f° 19.
  • 72 AMPA, CRV, 1486, f° 14.
  • 73 AMPA, CRV, 1490, f° 31.
  • 74 Sur tout ce passage, voir AMPA, CRV, 1512-1519, partie « Dépenses », « gages des officiers ».
  • 75 AMPA, CRV, 1535, f° 38.

61Il existe, en outre, tout un personnel d’appariteurs et de gardiens. Les villes fortifiées comme Pont-Audemer, Évreux ou Harfleur, ont des gardiens de porte, qui ont pour obligation d’ouvrir le matin, de garder et de fermer le soir les portes de la ville. Ces hommes portent une livrée (aux armes de la ville ?) et sont armés. Un ou deux portiers sont affectés à chaque porte à Pont-Audemer. Des salles, avec table, chaises, cheminée et bois de chauffage, sont préparées pour eux dans les tours qui encadrent les portes. D’assez rares quittances évoquent le portier Sanson Vendenges qui reçoit 60 sous de gages « pour clore et ouvrir chaque jour la porte de Bernay et de Honnefleu » et le portier Pierre de Veulles qui fait de même pour la porte de l’Archevêché69. Vers 1480, il semble n’y avoir à Pont-Audemer que deux portiers, dont l’activité est permanente. Les autres portes sont gardées par des habitants qui se succèdent à raison de quatre nouvelles personnes chaque jour70. Un responsable général de la garde des portes semble avoir existé : dans les années 1480-1490, Guillaume Le Prévôt reçoit par an entre 20 et 30 livres tournois ; en 1485, il est défini comme « clerc et commissaire du guet » et est chargé « d’adjourner les habitants de cette ville subjet à faire le guet »71 ; cette tâche est quotidienne : en 1486, il reçoit 6 livres tournois « pour avoir semoncé et adjourné chaque jour 4 habitants sujets à la garde de la ville » pendant six mois72 ; en 1490, cette tâche s’alourdit en raison « du bruit de l’entreprise des Anglais sur les côtes », les guetteurs « ajournés » sont plus nombreux, la garde s’étend peut-être aux côtes : Guillaume Le Prévôt reçoit cette année-là 38 livres tournois73. Vers 1503, il est probablement remplacé par un archer de la garde du roi, Colin Esnault, qui est écuyer et seigneur de La Carrière. Cette tâche n’est donc pas tout à fait ordinaire, elle n’est pas dévolue à n’importe qui. C’est une responsabilité. Esnault organise la garde, mais d’une manière qui n’est jamais décrite. Le lieutenant du capitaine reçoit également des gages pour la garde de la porte de Saint-Germain. Comme ses autres tâches sont multiples, il ne peut assurer lui-même quotidiennement la garde des portes : il doit en superviser le fonctionnement74. Non seulement des gardiens attitrés assurent le guet aux portes principales de Pont-Audemer, mais les habitants aussi participent à la surveillance de la ville et du territoire voisin. La liste qui, à la suite d’une montre, en 1536, récapitule les noms, armes et fonctions des citadins organisés par « vingtaine » est certainement liée à ce dispositif de sécurité et à la défense côtière75.

  • 76 AMPA, CRV, 1501-1502, f° 7.
  • 77 AMPA, CRV, 1520, fos 17-18, et 28-31.

62Un autre gardien nous est mieux connu que les autres : Robert Godefroy, de Pont-Audemer, dans les années 1500-1520, a pour rôle d’entretenir l’hôtel de ville, de préparer les salles pour les réunions, de fermer l’hôtel le soir. Il est rétribué pour avoir « tenu net [l’hôtel de ville], vidé les immondices, allumé la cheminée et chandelle pour les officiers »76. Il est une sorte de factotum et de concierge. En outre, il accompagne le receveur dans certains voyages. Il perçoit des gages annuels pour cela d’un montant assez modeste (60 sous). Vers 1520, ses attributions se sont diversifiées, car il est quelquefois défini comme « clerc », et il reçoit à plusieurs reprises une somme à distribuer aux ouvriers travaillant à la fortification77.

63La prison de la ville possède aussi ses gardiens et geôliers. Des huissiers appelés « audienciers » ou « cohuyers » introduisent à certaines assemblées, réunions ou séances de tribunaux.

Le responsable de l’horloge et des cloches

  • 78 AMPA, CRV, pièces justificatives 1465-1481, nos 16 (1467) et 25 (1473).
  • 79 AMPA, CRV, 1477, f° 31.
  • 80 AMPA, CRV, 1499, f° 50 ; CRV, 1535, f° 42.
  • 81 ADSM, 3 E 6 122, no 5 ; 3 E 6 124, no 32.

64 Vers 1470, à Pont-Audemer, celui-ci est un prêtre, Pierre Ratel, qui est régulièrement appointé pour cela78. En 1477, c’est un serrurier, Jehan Raganel qui reçoit 5 livres « pour avoir gouverné et entretenu l’horloge pendant un an »79. En 1499, toujours à Pont-Audemer, Roger Lyhault exerce à son tour cette charge ; c’est un laïc et il reste longtemps à ce poste. Ses gages s’élèvent exceptionnellement à 10 livres en 1499, puis se stabilisent à 8 entre 1503 et 1519. Son fils, d’ailleurs, lui succédera80. À Harfleur, c’est un serrurier, Denis Bocquain, qui, à la fois, répare les mécanismes défectueux et « gouverne » l’horloge, c’est pourquoi il reçoit des gages annuels d’un montant de 7 livres vers 1490-149581.

  • 82 AMPA, CRV, 1495-1496, f° 39.

65La tâche du « gouverneur de l’horloge » est précisément décrite par un paragraphe du compte de 1495 : « À Roger Lyhault pour avoir sonné, gouverné et entretenu la sonnerie des cloches de l’église Saint-Ouen pour un an, pour avoir entretenu à ses frais les engins et cordes de fer de la sonnerie, 6 l. »82. Celui-ci doit sonner les cloches (à la main ?), surveiller le bon fonctionnement de l’horloge, donc être capable de réparer le mécanisme. Le prêtre messire Marin Le Métaier présente un cas intéressant qui concentre toutes les fonctions des hommes précédemment cités : il est prêtre, responsable de l’horloge en 1501 et connaît suffisamment le travail du fer pour avoir été capable d’effectuer lui-même une réparation :

  • 83 AMPA, CRV, 1492-1493, f° 25.

À Messire Marin le Métaier prestre, qui a vaqué plusieurs jours à asseoir les martels, martinets et autres engins de l’orloge de ceste ville à l’entour des cloches de l’église Saint-Ouen du Pont-Audemer et depuis, désassis et rassis et mis en la petite tour du portail de ladite église, en laquelle petite tour on a monté la cloche de nouvel fondue en icelle église pour illec servir d’orloge jusque à ce que une autre y ait été faite pour la communauté de ladite ville et des fauxbourgs, pour le fil d’airain [ ?] et fichelle achetés et paiés par ledit prestre pour servir à ladite orloge, 31 s. 4 d.83

  • 84 ADSM, 3 E 6 120, no 17 : 1476, paiement de 15 s. à Gilet Le Beuf « pour avoir mis ais en plusieurs (...)
  • 85 Victor Patte, Histoire de Gisors, Gisors, Lapierre, 1896, p. 24.
  • 86 Selon Jean Glénisson et Charles Higounet, la volonté d’impressionner par l’installation des horlog (...)

66L’horloge est donc installée dans une des tours (inachevée, d’où le qualificatif de « petite ») de Saint-Ouen qui fait office de beffroi. Même situation à Harfleur où l’horloge est placée dans une des tours de Saint-Martin84. Saint-Ouen de Pont-Audemer et Saint-Martin d’Harfleur sont les églises principales de ces deux villes, situées sur la grand-rue ou la place, au cœur de la ville. Dans ce cas, pas de séparation entre église et ville, entre temps de l’église et temps du marchand, les deux sont étroitement mêlés. Néanmoins, l’horloge détachée de l’église et installée dans un édifice civil se rencontre aussi. À Gisors, un beffroi surplombant l’hôtel de ville existait en 155985. À Évreux, le beffroi, construit à la fin du XVe siècle, est un monument séparé, encore visible aujourd’hui. Cette « tour de l’horloge » est une construction édifiée précisément pour elle. Mais Évreux est une ville plus importante que Pont-Audemer et Harfleur, aux moyens financiers certainement plus considérables. Le beffroi d’Évreux semble être à la fois une construction utilitaire et un élément d’embellissement de la ville. Le souci de prestige entre également pour beaucoup dans l’érection des beffrois médiévaux86. Si celui-ci existe dans les petites villes, il est modeste et proportionné aux moyens financiers : à Pont-Audemer, d’assez fortes dépenses pour l’horloge sont consenties vers 1493 (108 livres tournois cette année-là) ; par la suite, celles-ci ne dépassent pas les 10 livres habituelles.

  • 87 On en relève des mentions à Eu, Harfleur, Pont-Audemer, Évreux…
  • 88 ADSM, 3 E 6 116 (1468).
  • 89 AMPA, CRV, 1485-1486, f° 23 ; 1492-93, fos 25 et 26 ; 1493-1494, fos 31 à 33.
  • 90 AMPA, CRV, 1492-1493, f° 25.

67La fonction utilitaire de l’horloge est expressément citée dans les documents. Tous ces clochers ou beffrois, « religieux » ou « laïcs », sont utilisés comme tours de guet en cas de menace de guerre87. Les sonneries rythment la vie urbaine et sont déterminantes pour l’organisation du temps de travail et de l’activité économique. En cette fin de XVe siècle, toutes les villes, grandes et petites, ont peut-être plus de moyens financiers, elles ont surtout besoin d’une machine à indiquer le temps, à ponctuer la journée. Un document indique que l’on ferme les portes de Pont-Audemer à 7 heures. Est-ce une sonnerie d’horloge qui donne le signal de fermeture et d’ouverture de la ville ? Certainement, car à Harfleur, un serrurier est payé pour avoir « gouverné l’orloge et la tenir en estat de sonner les heures »88. La ville retentit des coups réguliers et périodiques de l’horloge. De plus, le gouverneur de l’horloge, outre de menues réparations et graissages, doit sonner les cloches aux grandes fêtes liturgiques. Ce qui implique que les tours des églises abritent plusieurs dispositifs prévus pour sonner : des cloches actionnées à la main, d’autres cloches reliées à un mécanisme d’horlogerie, dont on répare les « aiguilles, le folliot, les roues des minutes », les « martels et martinets », dont on forge « le ressort et le conquet », dont on « élangue le martel et la queue qui tire le fil d’arral », dont on rétablit « deux heures et deux filets de fer pour mettre dedans la fuysée de la grand roue de la sonnerie de l’orloge »89. Tout ce vocabulaire descriptif montre une mécanique relativement élaborée. En 1483, Pont-Audemer fait appel à un « aourlogier », Charles de Luxembourg, pour remettre en état les roues et engrenages nécessaires à faire tinter les cloches de façon régulière90. Cet appareil de fer est assis sur un support de bois. Menuisiers, férons et serruriers, en collaboration, fabriquent, mettent en place ou réparent ce dispositif.

Autres personnels

  • 91 Bernard Guenée, Tribunaux et Gens de justice dans le bailliage de Senlis, Strasbourg, Publications (...)
  • 92 AMPA, CRV 1535-1536, f° 55 : le fils du procureur des habitants se rend « à Rouen pour obtenir de (...)

68D’autres personnes reçoivent des gages annuels et figurent sur la liste des « gages des officiers », comme le pionnier qui nettoie les rues de Pont-Audemer trois fois par an. Pont-Audemer paie un avocat chaque année pour décharger le procureur d’une partie des procès où il doit représenter et défendre la ville. Cette fonction d’avocat et de conseiller juridique attitré d’une ville existe à Harfleur dès les années 1466. La poursuite des affaires de la ville au moyen de procès, l’esprit chicanier ambiant contribuent à entretenir l’activité de nombreux hommes de loi, de façon plus ou moins régulière. La vie municipale et l’activité judiciaire présentes dans les petites villes (assises du bailliage, tribunaux du vicomte, du grenier à sel, justice seigneuriale, parfois officialité) offrent à un nombre toujours croissant de procureurs, notaires et avocats un travail rémunérateur. Ceux-ci fournissent un « conseil » aux particuliers et aux villes, qui doivent affronter les tribunaux et qui ne peuvent toujours maîtriser une procédure fort complexe. Plus une ville est importante, plus son personnel judiciaire est nombreux, compétent, bien formé, selon Bernard Guenée91. Les comptes municipaux d’Harfleur et de Pont-Audemer mentionnent, pour une année, rarement plus de quatre ou cinq « conseillers en cour laie » travaillant simultanément, mais il en existe peut-être d’autres. La ville est une source, parfois très mineure, de l’activité de ces hommes de loi. Ils sont sollicités pour une circonstance ponctuelle, régulière ou non : ainsi en va-t-il des tabellions qui, à Pont-Audemer, reçoivent chaque année 30 s. pour l’écriture de diverses lettres, ce qui est peu de chose ; de même pour de nombreux conseillers en cour laie que la ville emploie pour un seul procès dans l’année, ce qui ne suffit pas à les faire vivre ; néanmoins, ils peuvent être considérés comme attachés à la ville, car celle-ci fait appel fréquemment aux mêmes conseillers. L’institutionnalisation de leur fonction de conseiller juridique et d’avocat signale le gonflement du contentieux des villes, l’accroissement de leur population et celui, également, de leurs moyens financiers. Ces hommes de loi interviennent au cours de procès où la ville est partie prenante. Ces affaires sont portées devant l’Échiquier de Normandie à Rouen. Pont-Audemer semble avoir un conseiller sur place, à Rouen, qui défend ses intérêts : ce sera Roger Le Mercier entre 1485 et 1499, puis Nicolas Legay entre 1512 et 153592. Les conseillers effectuent de fréquents voyages qui les mènent à la cour du roi ou au siège du bailliage ou de l’élection. Ces hommes sont des techniciens du droit que la ville emploie assez régulièrement. C’est ce que montre le cas du conseiller harfleurais, Adam Desmares, désigné comme « avocat et conseiller en cour lai ». Celui-ci a reçu 30 s. t. pour son service annuel. Le receveur qui rédige le compte fait apparaître son nom et sa rétribution dans la liste du personnel régulièrement gagé par la ville, comme les sergents, le responsable de l’horloge. Pourtant ses gages sont faibles (30 s. t. contre 4 l. t. pour le sergent et 14 l. t. pour le clerc de la ville). Le compte révèle le rôle de Desmares : celui-ci assure la défense des intérêts de la ville, par exemple aux assises de Montivilliers ; il vérifie avec d’autres les lettres et écritures à présenter au procès et reçoit 15 d. t. pour cela ; à une autre occasion, il a plaidé avec un autre conseiller à Montivilliers pour la ville ; tous deux reçoivent 33 s. t., pour leur tâche et leurs chevaux, précise le compte. À évreux, les comptes mentionnent l’existence de ces mêmes conseillers avec des tâches comparables de représentation dans des voyages et d’activité judiciaires. Leurs gages s’élèvent à 45 s. t. en 1469.

  • 93 ADE, 2 E 3971, pièce no 12, 15 septembre 1466 ; pièce no 137, 7 février 1484.

69Ces hommes de loi ont pu connaître une carrière. L’un d’entre eux Pierre Cardonnel, est désigné en 1466 comme conseiller en cour lai de Pont-Audemer, il se rend alors à l’échiquier à Rouen. Quelques années plus tard, il apparaît dans les textes comme « lieutenant du bailli »93.

70Leur formation n’est généralement pas connue. Certains paraissent issus de familles de notaires et ont certainement appris le droit dans l’étude paternelle. Rarissimes sont les licenciés en droit formés par l’université, du moins ne le précise-t-on pas. Cependant, quelques-uns font carrière dans les offices municipaux, au poste de procureur des habitants par exemple.

71Les petites villes possèdent donc une administration locale, assez comparable d’une ville à l’autre. Elles connaissent une vie politique, rythmée par les réunions de désignation, qui déterminent les carrières de certains officiers. Au début du XVIe siècle apparaissent des officiers nouveaux. Harfleur appointe un médecin à partir de 1494-1495. Vers 1520, dans cette même ville, existent aussi des « quarteniers », dont le rôle n’est explicité par aucun autre document. Signes qui manifestent un étoffement et une spécialisation du personnel municipal.

Locaux et lieux du pouvoir urbain

72L’existence et la réalité d’une vie publique se traduisent par le choix, l’équipement et l’usage régulier de salles, édifices ou installations ad hoc. Ces lieux ne sont pas uniquement fonctionnels mais ils sont, dans les plus grandes villes, des moyens d’affirmation de la grandeur de la cité, de la qualité de son régime municipal. Les choses sont forcément plus modestes dans les plus petites villes.

L’hôtel de ville

73Les occasions de se réunir sont nombreuses dans la vie des édiles urbains. Élections d’officiers municipaux, réceptions, assises, adjudications, examens des comptes sont des tâches qui exigent de se rassembler et de prendre des décisions. Il n’y a pas de jour particulier pour cela, sauf quelquefois le dimanche « à l’issue de la messe ».

  • 94 ADSM, 3 E 6 122, 56.
  • 95 ADSM, 3 E 6 128, no 62.
  • 96 ADSM, 3 E 6 133, no 20.

74Beaucoup de villes médiévales n’avaient pas de maison commune au XIVe siècle. Les réunions se tenaient dans divers lieux, églises, salles de monastère. À Harfleur, en 1490, alors que l’hôtel de ville est en travaux et doit être refait à neuf, l’hôtel-Dieu de la ville a mis à la disposition des bourgeois quelques pièces pour servir d’hôtel de ville94 ; il en va de même en 150795 ; en 1540, la ville loue une maison pour abriter les services municipaux96. Dans d’autres petites villes, les réunions ont lieu souvent dans une taverne ou dans l’hôtel d’un aubergiste, pour écrire des lettres administratives, pour accueillir une personnalité, tels l’amiral de France ou le bailli de Rouen. Les taverniers, souvent eux-mêmes membres du conseil de ville, fournissent le vin et les boissons, les gâteaux, les repas et quelquefois logent les invités de la municipalité. Il arrive aussi que la réunion se tienne dans la maison d’un particulier, d’un bourgeois membre de l’équipe municipale, comme à Pont-Audemer à l’occasion d’une vérification de comptes.

  • 97 Durant les travaux, un bourgeois, Pierre Guillart dit le Chandelier, loue son hôtel de la Rose bla (...)
  • 98 ADSM, 3 E 6 121, no 1.
  • 99 ADSM, 3 E 6 123, no 53.
  • 100 ADSM, 3 E 6 130, no 12.
  • 101 AMPA, CRV, 1513-1514, f° 45.

75Pourtant, la plupart des petites villes possèdent dans la seconde moitié du XVe siècle un hôtel de ville ou une maison de ville, où se déroule une part importante de la vie administrative de la cité. Il est difficile d’évaluer la date d’apparition des premiers hôtels de ville. Celui d’Harfleur existe avant 1465, puisque à cette date il est abattu pour le réédifier97. C’est à l’hôtel de ville, reconstruit en 1472, que les bourgeois réunis délibèrent, décident et tranchent diverses questions qui font débat : en 1478, un contrôleur de travaux a surveillé les ouvriers « besognans pour la ville » et a remis les rôles des salaires versés « à l’hôtel de ville devant les bourgeois »98 ; en 1496, les gages du médecin sont donnés « en hôtel de ville par délibération des officiers »99 ; en 1509, alors qu’il y a litige à propos d’un prédicateur, « il a été ordonné en maison de ville » que celui-ci sera payé100. En 1513, la réfection d’une partie de la chaussée sur la Grand-Rue de Pont-Audemer « est délibérée à l’hôtel de ville »101. Donc, les bourgeois ont un domaine de décision qui concerne les affaires internes à la ville, voirie, santé, prédication, travaux d’entretien. Les questions de défense leur échappent.

  • 102 Alfred Canel, Histoire…, t. II, p. 347.
  • 103 À Eu, en 1511 : on fait « une nouvelle chambre en l’ostel de la ville », sur ordre du maire et des (...)
  • 104 ADSM, 3 E 6 133, no 14 : achat de bûches et fagots à l’hôtel de ville d’Harfleur « pour l’entretèn (...)

76Certains textes présentent de façon parcellaire et incomplète les travaux effectués dans certains de ces édifices. L’hôtel de ville de Pont-Audemer a une cour pavée et le bâtiment possède au moins deux niveaux, un rez-de-chaussée et un étage. Alfred Canel localise l’ancien hôtel de ville dans une petite rue perpendiculaire à la Grand-Rue et à laquelle il aurait donné son nom : la rue Place-de-la-Ville102. C’est dans l’une des pièces de l’étage que se tient vers 1490 « le conseil et assemblée des affaires communes de la ville ». La construction de l’hôtel de ville est de bois et de plâtre103. Le bâtiment est accru sur un côté d’un appentis, qui abrite le poids public ; les pièces possèdent des cheminées, les réunions qui s’y tiennent nécessitent que l’on chauffe. Les achats de fagots nous renseignent sur ce point104. L’équipement intérieur et l’ameublement sont rarement décrits par nos sources. Une écritoire est achetée, signe que des travaux d’écriture et d’enregistrement s’y effectuent. À Harfleur, en 1521, Pierre Charles, un menuisier, fabrique pour 60 sous « un banc à dossier avec les marchepieds à la première chambre de l’hôtel de ville », et reçoit 25 sous « pour le bureau des greffiers à son pied [ ?] et pour avoir fait les appuis du parquet de la première chambre », ce qui permet de mieux imaginer l’ameublement de ces locaux. Le bâtiment compte quelques fenêtres (trois, quatre ?). Leurs ouvertures sont grillagées, closes par des fers, pour assurer la sécurité et éviter les vols. De même, on semble attacher une grande importance aux serrures, au portail, à la fermeture d’ensemble de l’édifice.

  • 105 AMPA, CRV, 1513-1514, fos 47-48.
  • 106 ADSM, 3 E 6 127, no 4.
  • 107 ADSM, 3 E 6 125, no 18.
  • 108 ADSM, 3 E 6 119, no 42 (plâtre, ferraille) ; 12, no 23 (bois), entre autres.
  • 109 ADSM, 3 E 6 118, no 66 : Guillaume de Dieppe est payé 15 s. « pour avoir mis à point tout le tret (...)
  • 110 AMPA, CRV, 1502-1503, f° 44.
  • 111 AMPA, CRV, 1535-1536, f° 37.

77Car l’hôtel de ville n’est pas utilisé uniquement pour les réunions. Il sert aussi de lieu de stockage et d’entreposage de divers objets ou matériaux appartenant à la ville. L’hôtel de ville conserve les archives : ainsi, en 1513, un groupe de bourgeois de Pont-Audemer « élus » formant un sorte d’ambassade se rend auprès du roi pour obtenir la prolongation de l’exemption fiscale de leur ville. Les lettres qui notifient cette reconduction sont, au retour, « mises en l’hotel-de-ville »105 ; en 1505, à Harfleur, le greffier consulte les archives de la ville « en l’hôtel de ville »106. Les actes ou objets de valeur sont placés dans des coffres fermés à clef : en 1502, un serrurier met une serrure à l’un des coffres de l’hôtel de ville d’Harfleur107. Outre le poids public déjà cité, qui permet de peser les marchandises au marché et de garantir la régularité des transactions, l’hôtel de ville abrite fréquemment des matériaux de construction (pierre à bâtir, plâtre, bois, ferraille, plomb, vieux étaux, poutres) incomplètement utilisés sur un chantier urbain, toujours réemployables, et qui pourraient, s’ils restaient dehors, être soit abîmés par les intempéries soit volés108. Certains matériaux séjournent ainsi plus de deux ans dans ces locaux. La ville possède également des outils, crocs de fer, cordes, câbles, pelles. Mais c’est l’armement qui est le plus souvent mis à l’abri à l’hôtel de ville, les couleuvrines, la « grande serpentine », les munitions, la poudre, les arbalètes, les piques109. Cela peut se révéler dangereux, surtout la poudre : en 1502, à Pont-Audemer, on remise « l’artillerie en la tour Saint-Louis pour qu’elle ne dommage pas l’hôtel de ville »110. Les objets entreposés s’abîment. Les armes sont retrouvées rouillées et inutilisables après plusieurs années. Certaines pièces de l’hôtel de ville servent donc de dépôt de matériel communal, et doivent être parfois des bric-à-brac. Pourtant, apparaît un souci d’ordre et de rangement, car en 1535, un menuisier reçoit 60 sous tournois. « pour crochets de boys appliqués par lui en l’hostel commun de la ville pour approprier et pendre les arbalestes, bendages, halecrets, harquebuses et autres mesmes choses »111.

78Même si une ville possède un hôtel de ville, toute la vie municipale ne s’y déroule pas exclusivement. L’usage persiste de se retrouver chez un tavernier ou un particulier pour un vin d’honneur.

Halles et cohue

  • 112 AMPA, CRV, 1487, f° 51 ; ADSM, 3 E 6 115, 42 ; 3 E 6 122, no 39 : en 1490, travaux à la couverture (...)

79Ce sont des marchés couverts. Les marchands s’installent à des emplacements déterminés, des étaux, qui se louent et où chaque vendeur peut étaler sa marchandise. Ces étaux sont en hêtre. La couverture est parfois en chaume (Pont-Audemer), ou en lattes de bois, ou encore en tuiles112.

  • 113 ADSM, 3 E 6 121, no 24.
  • 114 AMPA, CRV, 1511-1512, f° 17 : on a nettoyé « les faucons et armes étant en la halle au blé ».

80Dans les petites villes, il y avait souvent plusieurs halles : il y en a cinq à Louviers (halles au pain, aux toiles, aux draps, aux poissons, aux tanneurs), deux à Pont-Audemer (halles au blé et aux draps), peut-être six à Harfleur (halles au blé, à la boucherie, à la boulangerie, aux tanneurs, aux draps, à la mercerie). L’une d’entre elles surpasse les autres par sa taille (« la grande halle ») et son agencement intérieur doit être plus complexe que celui des autres. À Louviers, une partie de la halle est occupée par la boucherie qui regroupe neuf étaux. L’emploi des autres emplacements ne nous est pas connu. Il existe aussi sous les halles des pièces louées comme boutique, échoppe ou lieu de travail. À Montivilliers, une de ces pièces est occupée par un potier. La halle possède aussi un étage avec des pièces spacieuses. Celles-ci sont utilisées lors du rassemblement d’une population nombreuse, comme pour la tenue des assises du bailli, l’adjudication d’un chantier de construction, l’élection du procureur des habitants : à Harfleur, en 1478, au-dessus de la halle à la boucherie se tient « la salle de la cohue »113. Comme l’hôtel de ville, la halle est également un entrepôt de matériel communal (matériaux de construction, armement) et, pour cette raison, elle doit être bien close114.

  • 115 ADSM, 3 E 6 131, no 46.

81Les halles sont, par conséquent, des lieux publics à fonction commerciale et quelquefois politique. S’il arrive assez couramment que la halle devienne pour quelque temps un hôtel de ville, il arrive aussi qu’un hôtel de ville soit aménagé en halle. À Harfleur, vers 1520, on achète « 4 milliers de caillou pour paver de neuf la maison nommée le vieil hôtel de ville laquelle servira de présent à tenir la poissonnerie de ladite ville »115.

82Le cas est rare, mais il est symptomatique de la double fonction que peuvent revêtir ces locaux : abriter un marché ou être le siège des institutions municipales. Dans les deux cas, il s’agit de lieux de passage et de relation qui peuvent accueillir, sans être de dimension très considérable, une population quelquefois nombreuse de quelques dizaines de personnes.

Les tavernes

  • 116 Dans nos sources, pourtant, la taverne n’est jamais évoquée de façon négative, alors que très habi (...)

83Les comptes municipaux contiennent de fréquentes mentions relatives à des dépenses de taverne. C’est que les élites dirigeantes des villes se retrouvent là autour d’un pot de vin ou d’hypocras, accueillent et honorent des personnalités politiques, viennent y débattre d’un problème spécifique. La taverne apparaît comme une sorte d’annexe de l’hôtel de ville, et non pas comme le lieu des excès, de l’ivresse, de la brutalité, ce qu’elle était aussi parfois116. Certaines assemblées de bourgeois, qui auraient pu se tenir à l’hôtel de ville, se déroulent dans une taverne. Pourquoi ? Était-ce le besoin d’avoir des témoins, de donner à certaines décisions une forme de publicité, d’éviter les réunions confidentielles des hôtels de ville ? Les critères qui guident ces choix ne sont jamais cités. Les circonstances qui président à ces réunions fournissent quelques lueurs. Elles révèlent que la taverne est un lieu de relations et de tractations.

84Certains rassemblements de l’équipe municipale à la taverne reviennent régulièrement ; ils constituent comme une sorte de rituel. Les officiers de la ville reçoivent quatre fois par an une rétribution en nature, en « gallons de vin » ; c’est quelquefois l’occasion de boire à la taverne. Lorsque les édiles municipaux procèdent à l’adjudication annuelle des fermes, il y a aussi un buffet qui conclut la réunion. Certains membres de l’équipe dirigeante, à Pont-Audemer tout au moins, sont membres d’une confrérie, celle de Saint-Yves : ce sont les officiers du roi, les « conseillers » et certains bourgeois exerçant des professions juridiques. La confrérie se réunit pour boire du vin à la taverne le jour de la fête de son saint patron et cette festivité est payée par les deniers publics. Ce qui rend ces réunions comparables à nos buffets et apéritifs contemporains, c’est-à-dire qu’aucune décision n’est formellement prise, mais ce sont très probablement des moments d’échanges d’informations, de relations et de contacts informels.

85À d’autres occasions, les réunions dans les tavernes sont motivées par le besoin de recommander la ville auprès d’un personnage influent. L’amiral de France, le receveur de l’élection de Lisieux, l’archevêque de Rouen, le bailli de Rouen ou ses lieutenants, des responsables militaires, des évêques, des membres de l’entourage royal passent à Pont-Audemer, ils sont reçus avec égards, du vin et des cadeaux leur sont généralement offerts. Ces dépenses, quelquefois fort coûteuses, sont justifiées par les besoins d’une bonne recommandation des affaires de la ville. Dans les dernières décennies du XVe siècle, ces différents événements se déroulent encore dans des lieux séparés : le vin est offert à la taverne, la présentation des cadeaux de viande, gâteaux, vaisselle ou vêtements s’effectue là où l’invité est hébergé. Avec le temps, et dans les débuts du XVIe siècle, il devient évident que les tavernes sont aussi des hôtels au sens actuel du terme, les taverniers sont d’ailleurs de plus en plus désignés dans les sources comme « hôtelliers ». Il est de ce fait fort probable que les vins d’honneur, les présentations de cadeaux, l’hébergement de l’hôte et les réunions du conseil urbain se font dans les mêmes lieux. Ces « présents offerts pour recommander la ville » peuvent être d’une grande conséquence. C’est le moyen qui peut dispenser de loger des gens de guerre, charge toujours lourde et pénible ; c’est le moyen d’obtenir un rabais d’impôt ou l’avancement d’un procès ou encore l’octroi d’un privilège quelconque. Ces réunions, certainement assez formelles et protocolaires, sont donc des événements qui intéressent directement la ville et tous ses habitants, mais elles sont aussi l’occasion pour les taverniers et hôteliers de faire des affaires lucratives, d’autant plus que, bien souvent, ces hommes sont en même temps membres du conseil de ville et remplissent des fonctions locales. Ces réunions de taverne sont donc au centre d’enjeux publics et privés.

  • 117 AMPA, CRV, 1478-1479, fos 60-61 ; CRV, 1502-1503, f° 54 ; CRV, 1479-1480, f° 92.
  • 118 AMPA, CRV, 1491-1492, f° 31.
  • 119 AMPA, CRV, 1491-1492, f° 32.

86Quelques documents sont plus explicites et montrent la tenue de réunions de travail sur des sujets précis. Le capitaine de Pont-Audemer vient visiter les travaux effectués à la muraille de la ville en 1479, le vicomte de Pont-Audemer convoque les édiles à la taverne « pour les affaires du roi et le bien de la ville », le procureur général du roi est reçu chez le tavernier Samson Fortin « pour parler des affaires de la ville »117. En 1504, les officiers et bourgeois de la ville se réunissent à la taverne pour évoquer les réparations de la fontaine ou celles du port, pour désigner qui sera l’émissaire de la ville auprès de tel personnage influent (bailli, évêque, gouverneur ou élu). Les affaires fiscales émeuvent beaucoup les responsables, la venue d’un représentant de l’administration fiscale est l’occasion de négocier à la taverne quelque soulagement pour la ville. Ainsi, en 1491 un conseiller de la cour des aides apporte des lettres royales imposant une contribution forcée à Pont-Audemer et est reçu à la taverne118. La même année, le secrétaire du capitaine de la ville apporte la nouvelle de la prolongation de la franchise fiscale et il en est remercié à la taverne119.

  • 120 AMPA, CRV, 1486-1487, fos 34-35.

87La ville et certains de ses habitants sont parfois en procès. Obtenir un dénouement favorable pour son affaire est le but des rencontres avec les administrateurs et hommes de loi. En 1486, Jehan Maunoury, élu de Lisieux, s’entretient à la taverne avec Jehan Percepié, procureur des habitants de Pont-Audemer, et quelques autres bourgeois de la ville, parce que ceux-ci ont quelque procès « pendant » devant la juridiction de l’élection120. Il semble qu’on leur ait réclamé le paiement de la taille alors qu’ils en sont exempts. Le litige a donné lieu à un procès, qu’ils cherchent à faire avancer par ce biais.

  • 121 C’est là que sont logés le lieutenant du bailli ou le capitaine, voir AMPA, CRV, 1511, fos 39-40.

88La taverne et « l’hôtel » du tavernier sont des lieux où des décisions se prennent qui déterminent les destinées, à court terme, de la ville. C’est véritablement une annexe de l’hôtel de ville, d’autant plus que l’hôtel d’un des principaux taverniers de Pont-Audemer, Guillaume Tesson, est contigu à l’hôtel de ville. Certaines de ces maisons deviennent, avec le temps, plus visibles dans le paysage urbain, et se distinguent par leur enseigne ou quelque autre particularité visuelle. À Pont-Audemer, les documents citent un hôtel « du Lion d’or », un hôtel « du Lièvre » et l’hôtel de la « Verte Maison »121. C’est là sans doute un reflet de l’ascension sociale de certains hôteliers-taverniers, lesquels deviennent membres du conseil de ville et y jouent un rôle non négligeable.

Une autonomie urbaine ?

89La marge de manœuvre dont disposent les bourgeois et leurs officiers municipaux semble donc assez mince. L’usage des fonds qui leur sont concédés est contrôlé au moyen des comptes, les dépenses de fortifications ont un montant obligatoire et absorbent une bonne part du budget. Les autres dépenses (voyages auprès des agents du roi, cadeaux et réceptions offerts aux personnalités politiques) sont en partie liées aux fortifications. Seuls les travaux civils (fontaine, nettoyage des rues, réparations des ponts et des quais) et les dépenses diverses (procès, dons aux églises et hôpitaux, gratifications pour le personnel municipal, gages des prédicateurs, médecins, recteurs des écoles) échappent à l’influence royale. Il paraît difficile de parler d’autonomie urbaine alors que les moyens d’action des édiles sont à ce point conditionnés par le droit de percevoir les aides octroyé par le roi. Toutefois, certains bourgeois ont pu réussir à détourner pour eux-mêmes une part du budget ou se sont révélés fort médiocres gestionnaires, car vers 1502, puis en 1515-1517 se manifeste, à Pont-Audemer, et peut-être ailleurs, une reprise en main des finances urbaines par la royauté. Celle-ci s’implique dans le choix de certains officiers locaux et introduit en 1515 auprès des villes un contrôleur des deniers.

90Il est cependant incontestable que les dispositions d’exemption destinées à relever les villes et à renforcer leur défense ont donné une consistance nouvelle aux institutions municipales. Le budget est certainement plus étoffé qu’autrefois, les possibilités d’une politique municipale sont plus grandes. Les comptes qui subsistent manifestent la réalité et l’organisation d’une vie administrative urbaine.

91Les bourgeois acceptaient-ils facilement l’autorité royale ou n’ont-ils pas été quelquefois tentés de faire sécession lorsque l’occasion s’en présentait pour échapper à la tutelle royale ? Une occasion a pu être tentante : celle de la guerre du Bien public en 1465. Des officiers révoqués par Louis XI en 1461, dont le bailli de Cotentin, Odet d’Aydie, puis une coalition de princes (Bretagne, Bourbon, Charolais) associée au frère du roi, Charles de Berry, héritier de la couronne, se soulèvent contre le roi. Ils veulent soumettre le roi à leur volonté et réduire les impôts, estimant que celui-ci dirigeait mal les affaires de l’État. Ces arguments et reproches adressés à Louis XI auraient pu attirer l’attention des villes, pour lesquelles la réduction de la fiscalité était une obsession et accueillir favorablement les ligueurs. Que disent les sources normandes ? Trois aspects de la guerre du Bien public transparaissent dans les actes conservés. Les événements militaires inquiètent les villes et celles-ci envoient des émissaires dans les régions voisines pour obtenir des nouvelles sur les mouvements de troupes et le sort des armes. Des groupes de soldats (ligueurs ou royaux ?) parviennent jusqu’en Normandie, à Pont-Audemer notamment, et y sont hébergés une nuit ou deux. Ils reçoivent le même accueil que des troupes régulières. En 1466, après l’issue, favorable à la royauté, de cette sécession princière, Louis XI accorde son pardon à certaines villes pour s’être soumises à l’autorité de Charles de France, frère du roi et chef de la ligue. Comme Louis XI lui-même a donné la Normandie à son frère en vertu du compromis passé avec les chefs insurgés après la bataille de Monthléry, on ne peut rien conclure sur un éventuel engagement des villes du côté de la Ligue. Dans cette affaire, y a-t-il eu un choix politique des élites municipales pour appuyer l’un ou l’autre bord ou simplement une attitude d’accommodement et de soumission à l’égard de la puissance du moment ? Il est difficile de trancher.

92Ce thème pose la question de la conscience que les villes, et les petites villes normandes en particulier, ont eue d’elles-mêmes : étaient-elles animées d’un patriotisme de clocher ? Très certainement, mais comment se manifestait-il dans la vie politique et administrative ? Comment repérer, par la lecture de la documentation, une conscience collective dans les villes ? L’activité, souvent visible dans de petites localités, des édiles locaux, les réceptions de personnalités, les réunions des bourgeois, le cri des sergents, la poursuite des procès devant l’échiquier de Normandie, l’organisation du guet en cas de menace militaire, le travail collectif des habitants de la ville, des faubourgs et des villages proches pour remettre les fossés en état, le refuge que ceux-ci trouvaient dans les murs de la ville, autant de moments et de faits qui pouvaient donner au citadin médiéval d’Harfleur, Pont-Audemer, Louviers ou Neufchâtel le sentiment qu’il appartenait à une collectivité urbaine dont dépendait, en grande partie, son sort.

Notes

1 AN, JJ 192, 32 (1461).

2 Mantes, AN, JJ 227, 90 (1494) ; Honfleur, « exemption de taille pour les habitants de Honfleur », ORF, t. XVI, 1463-1464, p. 453 ; Vernon, AN, JJ 192, 67 (1461) ; Eu, AN, JJ 192, 67 (1461).

3 Harfleur, ORF, t. XX, 1492, p. 30 ; Honfleur, ORF, t. XVI, p. 453 ; Pont-Audemer, ADSM, 3 B 2, 203 ; AMPA, CRV, 1455-1481, lettres royales ; Dieppe, ORF, t. XVI, p. 81 ; ADSM, 3 B 2, 274. Voir aussi Alfred Canel, Histoire…, t. I, p. 348-363.

4 Henri Sée, Louis XI et les villes, Paris, Hachette, 1891, p. 96-103.

5 Alain Demurger, Temps de crises, temps d’espoirs, XIVe-XVe siècle, t. V, Nouvelle histoire de la France médiévale, Paris, Seuil, coll. « Points », 1990, p. 141.

6 AMPA, CRV, 1480, partie « Modérations ».

7 AMPA, CRV, 1480, partie « Modérations ».

8 AMPA, CRV, 1488, fos 38-39.

9 AMPA, CRV, 1477, partie « Modérations ».

10 AMPA, CRV, 1485, f° 33.

11 AMPA, CRV, 1521, f° 59.

12 AMPA, CRV, 1487, partie « Modérations ».

13 À Louviers, un procureur des habitants est attesté en 1426 ; cette année-là, Guillaume Challenge le jeune occupe cette fonction, voir Théodore Bonnin, Cartulaire de Louviers, Évreux, Leclerc, 1870-1879, t. II, IIe partie, doc. no 464, p. 62.

14 AMPA, CRV, 1593, 55 : « Jehan Haguin, sergent en la ville et maerie de Pont-Audemer ». Sur les maires de Pont-Audemer des origines, voir Alfred Canel, Histoire…, t. I, p. 308-316.

15 Théodore Bonnin, Cartulaire…, t. II, 1re partie, no 402, p. 158-159.

16 AMPA, CRV, 1529-1530, fos 38 à 41. Voir texte en annexe, no 3.

17 ADE, 2 E 3971, no 12 : « Je, Jehan le Merchier, bourgois de Pont-Audemer et procureur des habitants confesse avoir reçu de Jehan Auberée, receveur, 4 l. 10 s. t. pour la moitié de mes gages et pensions de procureur et négociateur des affaires d’icelle ville échue au terme de Saint Michel derrain passé ».

18 René Fédou, Les Hommes de loi lyonnais à la fin du Moyen Âge, Lyon, Annales de l’université de Lyon, 1964, p. 233-235.

19 AMPA, CRV, 1481-1492, PJ, no 28 ; CRV, 1485, f° 27.

20 AMPA, CRV, 1501, 1502 et 1503, voir partie « Gages des officiers ».

21 ADSM, 3 E 6 132, no 1 : en 1522, la ville paie à Marie Erquembourg, veuve de Loys Vienneis, 50 l. d’arrérages de rente.

22 AMPA, CRV, 1498-1499, f° 33.

23 AMPA, CRV 1529-1530, f° 27 : ces distributions annuelles concernent tous les officiers exerçant en ville.

24 René Fédou, Les Hommes de loi…, p. 237.

25 Jean Glénisson, Charles Higounet, « Remarques sur les comptes et sur l’administration des villes françaises entre Loire et Pyrénées (XIVe-XVIe siècles) », in Finances et Comptabilité urbaines du XIIIe au XVIe siècle, actes du colloque international (Blankenberge, 1962), Bruxelles, Pro Civitate, coll. « Histoire » no 7, 1964, p. 37.

26 Alfred Canel, Histoire…, t. I, p. 318-320.

27 AMPA, CRV, 1502-1503, fos 17 à 22.

28 AMPA, CRV, 1481-1492, PJ, no 7.

29 Dans nombre de villes, les receveurs n’étaient pas choisis dans le corps des magistrats. On constate à Pont-Audemer une situation un peu hybride : Jean Glénisson et Charles Higounet, « Remarques... », p. 37.

30 AMPA, CRV, 1511-1512, f° 1.

31 Un moyen d’intervention royale dans la gestion urbaine utilisé pour certaines villes depuis le XIIIe siècle, Jean Glénisson et Charles Higounet, « Remarques… », p. 41.

32 AMPA, CRV, 1486-1487, fos 19 et 34-35 ; CRV, 1494-1495, f° 36 ; CRV, 1496-1497, f° 40.

33 René Fédou, Les Hommes de loi…, p. 251.

34 ADSM, 3 E 6 129, no 9.

35 ADSM, 3 E 6 128, no 90.

36 ADSM, 3 E 6 115, nos 1 et 2.

37 ADSM, 3 E 6 119, 26 : Jehan Régnault, élu, est mercier ; 3 E 6 119, 57 : Bardin Raoullin, autre élu, est probablement mercier.

38 ADSM, 3 E 6 132, no 63.

39 ADSM, 3 E 6 123, nos 18 à 27.

40 AMPA, CRV 1529, f° 14 : ainsi, Guillaume Delannoy, un des conseillers de Pont-Audemer reçoit 13 l. « pour avoir fait faire des réparations » à plusieurs ponts ; il a donc supervisé et conduit les opérations.

41 Bruno Sintic, « Un hôpital sous influence municipale : l’hôtel-Dieu de Pont-Audemer », in Fondations et Œuvres charitables au Moyen Âge, actes du 121e congrès du CTHS (Nice, 1996), Jean Dufour et Henri Platelle (dir.), Paris, CTHS, 1999, p. 205-215.

42 Voir texte en annexe, no 1.

43 ORF, t. XVI, 1463-1467, p. 567-570.

44 ADSM, 3 E 6 119, 40.

45 AMPA, CRV, 1455-1481, PJ, nos 29 et 34, 1465.

46 ADSM, CRV, 1485, f° 25 (Jehan Néel) ; CRV, 1495, f° 38 (Jehan Baynel) ; CRV, 1495, f° 38 (Jacques et Richard Pelletier).

47 AMPA, CRV, 1455-1481, PJ, no 189, 1475. Voir texte en annexe, no 4.

48 ADSM, 3 E 6 122 (1490) : quittances 24 à 31.

49 Vincent Tabbagh, « Le temporel des archevêques de Rouen aux derniers siècles du Moyen Âge », Journal of Medieval History, no 6, 1980, p. 210-212.

50 AML, fonds de l’hôtel-Dieu de Saint-Jean, PF 2, chap. i, 12 et 12 bis.

51 AML, archives communales, PF 2, DD 3.

52 AML, fonds de l’hôtel-Dieu de Saint-Jean, PF 1, CC 3.

53 Théodore Bonnin, Cartulaire …, t. II, 2e partie, no 423, p. 10.

54 Ibid., 1re partie, no 402, p. 159 ; 2e partie, no 423, p. 10 et no 464, p. 62.

55 ADSM, G 652, 1452, « domaine fieffé ».

56 ADSM, G 674.

57 ADSM, G 675.

58 Théodore Bonnin, Cartulaire …, t. II, 2e partie, no 468, p. 70-71.

59 ADSM, 3 E 6 124, no 32.

60 ADSM, 3 E 6 115, nos 10, 11 et 12.

61 ADSM, 3 E 6, 122 (1490) : pièce no 47.

62 ADSM, 3 E 6 119, pièce no 7, 1475, Estienne Deshalle, clerc reçoit 15 l. pour l’année ; 3 E 6 124, pièce 36, 1494, Guillaume Duval reçoit la même somme.

63 ADSM, 3 E 6 115, pièce no 10, 1466, mention de Jehan Duval, clerc de ville ; 3 E 6 122, 1490, Guillaume Duval est clerc de ville.

64 ADE, 2 E 3971, no 69.

65 AMPA, CRV, 1494-1495, fos 31-34.

66 AMPA, CRV, 1481-1492, PJ, no 59.

67 AMPA, CRV, 1529-1530, f° 28.

68 ADSM, 3 E 6 120, no 89 ; 3 E 6 121, no 26, 27, 45, 46, 47 ; 3 E 6 122, no 37 ; 3 E 6 123, nos 9 et 44 ; 3 E 6 124, no 33.

69 ADE, 2 E 3971, nos 120 et 121, 140, 141.

70 AMPA, CRV, 1486-1487, f° 14.

71 AMPA, CRV, 1485, f° 19.

72 AMPA, CRV, 1486, f° 14.

73 AMPA, CRV, 1490, f° 31.

74 Sur tout ce passage, voir AMPA, CRV, 1512-1519, partie « Dépenses », « gages des officiers ».

75 AMPA, CRV, 1535, f° 38.

76 AMPA, CRV, 1501-1502, f° 7.

77 AMPA, CRV, 1520, fos 17-18, et 28-31.

78 AMPA, CRV, pièces justificatives 1465-1481, nos 16 (1467) et 25 (1473).

79 AMPA, CRV, 1477, f° 31.

80 AMPA, CRV, 1499, f° 50 ; CRV, 1535, f° 42.

81 ADSM, 3 E 6 122, no 5 ; 3 E 6 124, no 32.

82 AMPA, CRV, 1495-1496, f° 39.

83 AMPA, CRV, 1492-1493, f° 25.

84 ADSM, 3 E 6 120, no 17 : 1476, paiement de 15 s. à Gilet Le Beuf « pour avoir mis ais en plusieurs endroits de la loge du guet estant en l’orloge de l’église ».

85 Victor Patte, Histoire de Gisors, Gisors, Lapierre, 1896, p. 24.

86 Selon Jean Glénisson et Charles Higounet, la volonté d’impressionner par l’installation des horloges et la construction des beffrois est prépondérante. Dans les petites villes normandes, il y a rarement un beffroi érigé spécialement pour l’horloge et, en outre, les réparations et l’entretien n’entraînent pas des dépenses considérables. Voir « Remarques... », p. 46, n. 39.

87 On en relève des mentions à Eu, Harfleur, Pont-Audemer, Évreux…

88 ADSM, 3 E 6 116 (1468).

89 AMPA, CRV, 1485-1486, f° 23 ; 1492-93, fos 25 et 26 ; 1493-1494, fos 31 à 33.

90 AMPA, CRV, 1492-1493, f° 25.

91 Bernard Guenée, Tribunaux et Gens de justice dans le bailliage de Senlis, Strasbourg, Publications de la faculté des lettres de l’université de Strasbourg, fasc. 144, 1963, p. 185.

92 AMPA, CRV 1535-1536, f° 55 : le fils du procureur des habitants se rend « à Rouen pour obtenir de Nicolas Legay, procureur en la court de parlement certaines écritures concernant la ville ».

93 ADE, 2 E 3971, pièce no 12, 15 septembre 1466 ; pièce no 137, 7 février 1484.

94 ADSM, 3 E 6 122, 56.

95 ADSM, 3 E 6 128, no 62.

96 ADSM, 3 E 6 133, no 20.

97 Durant les travaux, un bourgeois, Pierre Guillart dit le Chandelier, loue son hôtel de la Rose blanche pour 23 l., soit 160 l. sur sept ans, ADSM, 3 E 6 118, no 90.

98 ADSM, 3 E 6 121, no 1.

99 ADSM, 3 E 6 123, no 53.

100 ADSM, 3 E 6 130, no 12.

101 AMPA, CRV, 1513-1514, f° 45.

102 Alfred Canel, Histoire…, t. II, p. 347.

103 À Eu, en 1511 : on fait « une nouvelle chambre en l’ostel de la ville », sur ordre du maire et des échevins. On fait « torquer la chambre et blanchir les parois par dedans la dite chambre, revêtir du pallot [?] à faire une aire au saullier fait comme ladite chambre ou a été pendant 8 jours à 2 s. 6 d. par jour ». On fournit paille et argile pour le torchis, clous, lates et 60 « pallis » (pieux, pal et latte servent à faire une palissade qui soutiendra le torchis) pour le dit « saullier » (sol, plancher avec torchis) de la dite chambre : voir ADSM, 106 HP, hôpital Sainte-Anne d’Eu.

104 ADSM, 3 E 6 133, no 14 : achat de bûches et fagots à l’hôtel de ville d’Harfleur « pour l’entretènement du feu » (1525).

105 AMPA, CRV, 1513-1514, fos 47-48.

106 ADSM, 3 E 6 127, no 4.

107 ADSM, 3 E 6 125, no 18.

108 ADSM, 3 E 6 119, no 42 (plâtre, ferraille) ; 12, no 23 (bois), entre autres.

109 ADSM, 3 E 6 118, no 66 : Guillaume de Dieppe est payé 15 s. « pour avoir mis à point tout le tret [d’arbalète] étant en l’hôtel de ville » ; 3 E 6 119, no 42 (armes et poudre).

110 AMPA, CRV, 1502-1503, f° 44.

111 AMPA, CRV, 1535-1536, f° 37.

112 AMPA, CRV, 1487, f° 51 ; ADSM, 3 E 6 115, 42 ; 3 E 6 122, no 39 : en 1490, travaux à la couverture de la halle au blé d’Harfleur où l’on met du « rosel » (chaume) ; 3 E 6 124, no 8 : en 1495, réparation à la toiture de la halle à la boucherie d’Harfleur qui est en plâtre et tuiles ; 3 E 6 124, no 31 : en 1495, la halle au blé semble couverte de tuiles.

113 ADSM, 3 E 6 121, no 24.

114 AMPA, CRV, 1511-1512, f° 17 : on a nettoyé « les faucons et armes étant en la halle au blé ».

115 ADSM, 3 E 6 131, no 46.

116 Dans nos sources, pourtant, la taverne n’est jamais évoquée de façon négative, alors que très habituellement, tout le monde s’y rendait à un moment ou à un autre.

117 AMPA, CRV, 1478-1479, fos 60-61 ; CRV, 1502-1503, f° 54 ; CRV, 1479-1480, f° 92.

118 AMPA, CRV, 1491-1492, f° 31.

119 AMPA, CRV, 1491-1492, f° 32.

120 AMPA, CRV, 1486-1487, fos 34-35.

121 C’est là que sont logés le lieutenant du bailli ou le capitaine, voir AMPA, CRV, 1511, fos 39-40.

Table des illustrations

Légende Fig. 1 – Recettes et dépenses (en livres tournois) à Pont-Audemer (1477-1540).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5050/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Légende Fig. 2 – Recettes (en livres tournois) du grenier à sel de Pont-Audemer (1483-1537).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5050/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 76k

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search