Version classiqueVersion mobile

Petites Villes de Normandie

 | 
Bruno Sintic

Troisième partie. Petites villes et pouvoirs

Petites villes et pouvoirs

Texte intégral

1Si, pour nous, qui vivons au temps des grandes agglomérations et des métropoles géantes, la ville se définit d’emblée par son paysage, pour les hommes du Moyen Âge, une ville se signale d’abord par ses institutions, par l’existence d’une autonomie politique, par la jouissance de droits particuliers, par la présence de dirigeants locaux. L’étude des villes normandes du XVe siècle doit nécessairement s’arrêter sur ce point, d’autant que les rouages politiques et administratifs sont à l’origine d’une large partie de la documentation. Le contexte politique de chaque localité est, bien sûr, le résultat de l’histoire et de la mise en place des premières institutions urbaines de la Normandie. Il convient de rappeler cette apparition, de décrire l’état de ces institutions vers 1450 et d’indiquer les évolutions engagées à partir de là jusque vers 1550.

2Le Moyen Âge a connu au cours du XIIe siècle une forte croissance urbaine et, conséquemment, l’apparition de formes d’autonomie politique des villes. Si la Normandie, comme d’autres régions, a été concernée par une remarquable éclosion de bourgs et de villes, la liberté politique est, en revanche, restée assez restreinte. Non que le mouvement communal ne se soit pas exprimé là aussi, mais son développement s’est fait dans les limites imposées par l’autorité ducale. Contrairement aux régions centrales ou septentrionales du royaume de France, la Normandie a conservé une féodalité puissante et bien organisée, incarnée par les ducs. Jamais l’émancipation des seigneurs châtelains n’a donné lieu à l’affirmation de potentats locaux, libres de toute tutelle. Les ducs de Normandie ont habilement et fortement contrôlé leurs vassaux, se sont acquis des alliés et n’ont, dans le domaine politique et militaire, jamais « perdu la main ».

  • 1 Histoire de la Normandie, Michel de Boüard (dir.), Toulouse, Privat, 1970, p. 172-173.

3La croissance générale de la population et la multiplication des agglomérations urbaines à la fin du XIe et au cours du XIIe siècle ont provoqué la naissance et l’essor de couches sociales nouvelles, enrichies, dynamiques, qui ont certainement exercé une pression auprès du pouvoir ducal pour affirmer et défendre les intérêts collectifs de leur ville et, par là même, leurs propres intérêts. Pourtant, il semble bien que, dans l’apparition des premières « communes » en Normandie, il faut voir plutôt l’action des ducs que celle des bourgeois. Les assemblées de bourgeois formant « commune » étaient placées en effet sous le contrôle ducal. Elles étaient l’expression d’une nouvelle réalité sociale et humaine avec laquelle le pouvoir central devait composer, mais leur organisation interne reflétait aussi l’autorité intacte des ducs de Normandie, qui, écrit Michel de Boüard, étaient parfois à l’origine de la création de ces associations politiques1. Les villes à commune possédaient donc un maire, des échevins, une assemblée. Dès les premiers temps de l’apparition de pouvoirs urbains en Normandie, ceux-ci sont placés dans une situation ambiguë de soumission et de négociation avec le pouvoir central, caractère encore perceptible dans la vie municipale des petites villes normandes du XVe siècle.

  • 2 Charles Petit-Dutaillis, Les Communes françaises, caractères et évolution, des origines au XVIIIe (...)
  • 3 Gérard Sivéry, Saint Louis en son temps, Paris, Tallandier, 1983, p. 558-576.

4Le rattachement de la Normandie au domaine royal en 1204 entraîne le renforcement du pouvoir royal sur la province. Pour les villes, cela se traduit par la disparition de certaines communes (Alençon, Honfleur, Évreux, Domfront, Bayeux…)2 ou du moins par leur transformation : celles-ci perdent en effet la désignation de leur maire (en Normandie, celui-ci était choisi par le roi) et surtout leurs pouvoirs judiciaires. Les monarques, Philippe Auguste et surtout Louis IX, poursuivent une politique de construction et d’organisation administratives dans le royaume ainsi que d’intégration des régions récemment annexées. Les baillis sont progressivement introduits et deviennent des agents stables du roi dans les provinces, représentants militaires et judiciaires de l’autorité royale. À la réduction de l’autonomie judiciaire succède le contrôle de l’autonomie financière des villes du royaume. Ces dispositions sont stipulées par une ordonnance dont une version particulière est produite pour les villes normandes. Il est demandé aux responsables urbains de faire parvenir leurs comptabilités, pour vérification, aux services financiers du roi à Paris, et la royauté se réserve le droit de choisir le maire. Plusieurs villes obtempèrent et font connaître, avec plus ou moins de précision, la situation de leurs recettes, dépenses et endettement ; parmi celles-ci, Rouen et Pont-Audemer. Le projet de Louis IX et de ses successeurs, en particulier Philippe le Bel, était de rapprocher les statuts fort divers des villes du royaume et de les fondre en un type unique, celui de la « bonne ville », qui n’aurait pas de pouvoir judiciaire propre, mais qui aurait un pouvoir administratif autonome et une existence communautaire. Tous ces éléments, qui se sont lentement mis en place, sont devenus réalités seulement à partir du XIVe siècle3.

  • 4 Alfred Canel, Histoire de la ville de Pont-Audemer, Pont-Audemer, Imprimerie administrative, 1885, (...)

5Ce qui nous est connu de l’organisation municipale des petites villes, correspond à cette description. Il est probable que les rapports entre royauté et villes, tels qu’ils fonctionnent au XVe siècle, ont été établis dans leurs grandes lignes au XIIIe : à Pont-Audemer, le plus ancien compte municipal, datant de 1260, révèle des pratiques et des habitudes dont l’usage se perpétue vers 1460 et au-delà4. L’influence du pouvoir royal sur les villes a été facilitée par la tradition d’autorité établie en Normandie depuis les débuts du duché.

6La guerre de Cent Ans a bouleversé la France entière et la Normandie tout particulièrement. Les villes ont été des enjeux et des cibles du conflit. L’organisation du pouvoir municipal ne pouvait échapper à des changements et des évolutions. Certaines villes ont vu disparaître leurs institutions : Rouen perd son statut à la suite de la Harelle de 1382 ; des institutions renaissent vers 1390 ; à la même époque, une activité municipale se fait jour à Évreux ; à Pont-Audemer, les sources disparaissent au commencement du XIVe siècle et il n’y a trace d’une activité politique locale qu’à partir de 1449 ; à Honfleur, rien avant le XVIe siècle ; à Aumale, une renaissance s’est amorcée vers 1540. Les destructions de la guerre, les mortalités, les déplacements de population et la disparition des archives urbaines expliquent vraisemblablement cet état de fait. Pour les autres villes qui avaient bénéficié de privilèges communaux, les renseignements manquent.

  • 5 Alain Sadourny, « L’époque communale », « De la guerre de Cent Ans à la Harelle », in Histoire de (...)

7La vie publique des agglomérations normandes a donc oscillé, depuis la création de la Normandie ducale, entre deux forces : l’affirmation d’un pouvoir local, incarné par les notables et riches personnages de la ville, parfois regroupés en associations ou ghildes ; l’extension et l’édification d’une monarchie princière puis royale, soumettant régions, villes et habitants à ses attentes fiscales et militaires. Depuis le XIIe siècle, ces deux forces ont donné le jour, à Pont-Audemer, à deux organisations municipales au moins : l’une, calquée sur les « Établissements de Rouen », avec maire, échevins et assemblée communale ; l’autre, active après 1450, fondée sur la collaboration d’officiers royaux (lieutenant du bailli, vicomte, capitaine) et de représentants urbains (procureur des habitants, receveur, échevins)5.

8Le pouvoir royal n’est pas le seul pouvoir suzerain qui s’appliquait aux territoires de la Normandie orientale. Si l’essentiel de ces espaces faisaient partie du domaine et étaient placés sous l’autorité directe du roi, d’autres parties du duché relevaient de quelques grands seigneurs qui s’intercalaient entre les populations et le roi. Les petites villes étaient donc soumises à différents types de pouvoirs :

  • le pouvoir de seigneurs laïcs : le comte d’Eu à Eu ; le comte d’Aumale à Aumale ; le comte d’Harcourt à qui appartenaient des localités comme Lillebonne, Elbeuf, Bolbec ;
  • celui de seigneurs ecclésiastiques : l’abbaye de Fécamp, celle de Montivilliers dans les villes correspondantes, celle du Bec à Brionne, l’archevêque de Rouen à Louviers.

9Ces seigneurs avaient placé dans les principales agglomérations de leurs seigneuries leurs baillis ; les villes étaient, dans ce cas, au contact quotidien de ces agents seigneuriaux plus que de ceux du roi.

10Dans l’échantillon de villes dont nous avons examiné les sources, figurent plusieurs de ces types politico-administratifs, ce qui en fait, par chance, un groupe assez représentatif.

Notes

1 Histoire de la Normandie, Michel de Boüard (dir.), Toulouse, Privat, 1970, p. 172-173.

2 Charles Petit-Dutaillis, Les Communes françaises, caractères et évolution, des origines au XVIIIe siècle, Paris, Albin Michel (L’Évolution de l’humanité), 2e édition, 1970, p. 305, n. 213.

3 Gérard Sivéry, Saint Louis en son temps, Paris, Tallandier, 1983, p. 558-576.

4 Alfred Canel, Histoire de la ville de Pont-Audemer, Pont-Audemer, Imprimerie administrative, 1885, t. I, p. 393.

5 Alain Sadourny, « L’époque communale », « De la guerre de Cent Ans à la Harelle », in Histoire de Rouen, Michel Mollat (dir.), Toulouse, Privat, coll. « Univers de la France et des pays francophones », 1979, p. 75-116 ; André Plaisse, La Vie municipale à Évreux pendant la guerre de Cent Ans, Évreux, Société libre de l’Eure, (Connaissance de l’Eure, hors-série ; 2), 1978, p. 47-53 ; Ernest Sémichon, Histoire de la ville d’Aumale et de ses institutions depuis les temps les plus anciens jusqu’à nos jours, Paris-Rouen, Lestringant-Picard, 1862 ; Suzanne Deck, « Les municipalités en Normandie, I - Breteuil, Harfleur, Montivilliers, Louviers, Dieppe », ibid., t. XI, no 4, décembre 1961 ; « les municipalités…, II – Évreux, Rouen », ibid., t. XII, no 2, juin 1962 ; « les municipalités…, III – Pont-Audemer, Honfleur, Aumale, Le Havre », ibid., t. XII, no 3, octobre 1962 ; « les municipalités…, IV – municipalités secondaires », ibid., t. XII, no 4, décembre 1962, p. 213-234.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search