Version classiqueVersion mobile

Petites Villes de Normandie

 | 
Bruno Sintic

Deuxième partie. Le paysage urbain

Chapitre 3. Élaboration du bâti urbain

Texte intégral

1Le paysage urbain résulte de l’action de toutes les composantes de la société locale : pour sa partie la plus considérable et la plus « spectaculaire », de l’action des autorités municipales et même royales, ainsi que de celle des seigneurs laïcs et ecclésiastiques ; pour sa partie ordinaire, de la volonté des particuliers. Cependant, les différents types d’édifices qui composent l’ensemble bâti des petites villes ne sont pas également représentés dans les sources : la fortification occupe une place majeure alors qu’églises, couvents et maisons particulières sont à peu près absents de la documentation. C’est donc la mise en œuvre des travaux de l’enceinte et des autres chantiers engagés par les autorités urbaines qui sera envisagée ici. Dans ce domaine, les rouages politiques et décisionnels, l’implication de la royauté et de ses hommes, l’action des dirigeants locaux apparaissent avec détail et dans une franche lumière.

La décision des travaux

2Les mécanismes par lesquels les travaux sont décidés sont assez précisément décrits et mentionnés dans de nombreux devis conservés dans les registres de comptes de Pont-Audemer. Il faut distinguer travaux « militaires » et travaux « civils », pour lesquels les autorités compétentes ne sont pas exactement les mêmes.

3Pour les opérations touchant la fortification, le responsable est le capitaine. C’est le personnage qui a la responsabilité de la mise en défense militaire de la ville au sens large. Toute modification matérielle de l’enceinte urbaine ou d’un de ses éléments est de son appréciation et de son ressort. Lorsqu’il est présent dans la ville qui relève de lui, le capitaine se livre à la vérification de travaux achevés ou à l’inspection de projets de construction. Mais les capitaines d’Harfleur ou Pont-Audemer sont rarement présents sur place. En conséquence, le capitaine se doit d’avoir toujours un suppléant résidant, le lieutenant, à qui est déléguée la charge de la ville et qui assume la responsabilité réelle des travaux. Le lieutenant est, dans la vie ordinaire des villes, un des principaux leviers de décision.

  • 1 Alain Salamagne, Construire au Moyen Âge, Villeneuve-d’Ascq, Presses du Septentrion, 2001, p. 102- (...)

4Pourtant, il ne décide pas seul. La mesure des besoins, l’engagement de l’argent de la ville comme le choix des entrepreneurs dépendent des volontés d’une équipe dirigeante. Celle-ci est réunie en fonction des nécessités. Une telle réunion est annoncée le dimanche par le « cri » des sergents « à l’issue de grant messe paroissiale », du moins à Pont-Audemer. Le dimanche, la majeure partie de la population de la principale paroisse de la ville est présente à l’église et surtout ceux qui comptent dans la décision et la conduite de travaux de construction : les maîtres ouvriers, les bourgeois et officiers membres du conseil, les notables influents. Cette nouvelle ou « cri » est répétée le lendemain au même endroit, car le lundi est jour de marché, la Grand-Rue et la halle aux toiles sont pleines de monde. La réunion annoncée se tient à la « cohue ». Là sont rassemblés le lieutenant du capitaine, les conseillers de la ville, le receveur, le procureur des habitants, une représentation des bourgeois et les entrepreneurs intéressés. Lorsqu’il s’agit de travaux « civils », concernant des équipements urbains non militaires (ponts, quais, routes, moulins…), c’est le lieutenant général du bailli qui préside la séance, assisté d’avocats et procureurs du roi et des bourgeois de la ville. Donc, deux administrations différentes, celle du capitaine et celle du bailli, ont en charge les deux catégories de tâches, militaires et civiles. À l’inverse de ce qu’Alain Salamagne décrit pour Douai, où les échevins dominent les débats et déterminent la décision, dans les villes normandes, la voix des représentants du pouvoir royal, capitaine ou bailli, semble être prépondérante1. En outre, l’organisation institutionnelle de ces « équipes » décisionnelles est moins étoffée qu’à Douai, où figurent deux groupes d’échevins, l’un de seize hommes responsables de l’engagement des travaux, l’autre de six hommes, chargée des questions financières. Curieusement, on ne voit pas de « maître des œuvres de la ville » particulièrement actif. Si cette fonction existe dans les villes et est évoquée à quelques reprises, elle ne semble pas avoir bénéficié de responsabilités très importantes. La quantité plus faible des tâches, le montant plus modeste des sommes en jeu, la moindre extension de l’enceinte urbaine expliquent probablement cette différence.

5La séance s’ouvre sur la description des travaux envisagés, la nature des matériaux, les délais de livraison, les conditions de vérification des ouvrages réalisés. On procède ensuite à des enchères descendantes. Un entrepreneur emporte le chantier. Il est probable que la ville vérifie les capacités financières du maître retenu ; celui-ci reçoit de l’argent, une avance sur recette égale à un tiers environ du montant des travaux est donnée à l’ouvrier pour acheter les matériaux, mais celui-ci doit aussi effectuer certaines dépenses qui lui seront réglées plus tard. Certains de ces entrepreneurs sont contraints de payer des amendes pour avoir fait une « folle enchère », c’est-à-dire pour avoir perturbé, par une proposition inconsidérée, le déroulement de la vente. S’agit-il d’une sorte de spéculation pour éviter que le prix ne descende trop ? Le sens exact de l’infraction n’est jamais expliqué. Il est un fait certain que les membres ainsi réunis se connaissent et savent bien qui est qui. Cela facilite le contrôle des opérations.

6Lorsque le chantier est bien avancé ou terminé, le même groupe procède à une vérification, accompagné de professionnels de la maçonnerie ou de la charpente, travaillant dans la ville même, des patrons concurrents en somme, qui sont chargés d’examiner la conformité des travaux réalisés par rapport au devis initial.

Les chantiers de construction

7Les chantiers nécessitent la présence d’hommes et de matériaux. Les villes qui ont décidé les travaux exercent une certaine surveillance, pour que les interruptions soient les plus courtes possibles, que le travail progresse, pour que les matériaux et outils ne viennent pas à manquer.

  • 2 ADSM, 3 E 6 118, pièce no 4, 1473.

8Certains chantiers importants, comme ceux qui concernent les fossés, entraînent la désignation d’un responsable des travaux : à Harfleur, en 1473, il s’agit d’Étienne Desmares, « clerc et controleur des ouvrages » ; en 1487, Nicolas Jacques est « commis à contreroller les réparations »2. La fonction existe dans la plupart des villes. À Pont-Audemer, où les sources l’évoquent le plus souvent, il porte un nom spécifique, qui ne se rencontre pas ailleurs : « ménagier ». Ce personnage, membre du conseil de ville, bourgeois connu, est chargé de suivre au jour le jour l’avancement des travaux, de « prendre soin » du chantier, ce qu’évoque le terme « ménage ». Ce qui suppose qu’il a suffisamment de temps libre pour cela. Sa fonction consiste à embaucher les hommes, à surveiller l’acheminement des matériaux, à vérifier la conformité entre la commande faite et les matériaux livrés, à distribuer certains outils appartenant à la ville, à prendre note des jours ouvrés et à effectuer le paiement des ouvriers. En 1478, à Pont-Audemer, le ménagier est chargé d’approvisionner les chantiers dont il s’occupe en matériaux et en outils :

  • 3 ADE, 2 E 3971, 16 mars 1477.

À Étienne le Bas, 4 l. 1 s. t. pour avoir fait 3 barres de fer […], 24 fiches et 4 crampons de fer […], 2 coupplets mis à la porte de la rue Laitière, pour 4 picquois et 2 rachères baillés à Nauldin Bidault, mesnagier qui les donnent aux ouvriers besognans aux fossés et aux fortifications […]3.

  • 4 AMPA, CRV, 1525, f° 22.

9En 1525, Nicolas Lefort reçoit « 18 s. pour 6 journées à prendre garde sur lesdis manouvriers et iceux mis en œuvre, receu et compté les matières »4. Vers 1530, les ménagiers surveillent la constitution des « terrages », renforcements de la base des murs d’enceinte par entassement de terres et de remblais provenant de divers chantiers.

  • 5 AMPA, CRV, 1525, fos 20-21.

10Le « ménagier » dispose d’un budget, qu’il doit utiliser et dont il doit rendre compte aux responsables urbains. Nicolas Lefort, déjà cité, a rendu son compte qui a été recopié intégralement dans les dépenses de la ville : le ménagier a payé les diverses livraisons de matériaux et d’outils, il a payé les différents ouvriers et manœuvres pour leur travail et, au passage, il a un peu profité de sa fonction puisqu’il a vendu à la ville quatre milliers de tuiles dont il a reçu le paiement5. En 1533, Jehan Piédelièvre reçoit à deux reprises au cours de cette année 100 livres « pour être converti[es] en tuille, bricque, platre et pierre de taille à réparer les murs, tours, murailles de Pont-Audemer et à curer et nettoyer l’artillerie » ; il est noté aussi que Piédelièvre a rendu ses comptes.

  • 6 AMPA, CRV, 1514, fos 21. Voir texte no 20 en annexe.
  • 7 AMPA, CRV, 1489, f° 31 ; CRV, 1490, f° 38 ; voir aussi CRV, 1477, f° 31 et CRV, 1478, f° 52, évoqu (...)
  • 8 Voir texte no 21 en annexe.

11Cette activité prenante occupe ces hommes une partie de l’année : en 1511, 152 journées et demie sont payées à Guillaume Doguet « ménagier », bourgeois de Pont-Audemer, pour avoir exercé sa fonction de mars à novembre6. En outre, les bourgeois qui exercent cette fonction sont régulièrement sollicités : Guillaume Doguet apparaît dans ces fonctions vers 1490, époque à laquelle il a surveillé des travaux dans les fossés7 et continue sa tâche régulièrement jusqu’en 1518. Le relais semble avoir été pris par Guillaume Maugars entre 1525 et 1531. Un exemple de compte tenu par un ménagier nous est parvenu, révélant le nombre d’hommes employés sur le chantier, la nature du travail et sa durée8.

  • 9 Charles Semichon, « Comptes des réparations faites aux fortifications de Neufchâtel, 1472 », in(...)
  • 10 Philippe Lardin, Entre tradition et modernité, les premières années du Havre (1517-1541), Rouen, P (...)
  • 11 Alain Salamagne, Construire…, p. 112-113.
  • 12 Ibid., p. 112.

12L’origine sociale de ces hommes revêtus de la fonction de « ménagier » reste un peu obscure ; ils ne semblent pas avoir été des hommes de métier, sauf peut-être Guillaume Maugars, qui intervient fréquemment à propos des canons et qui était peut-être canonnier ou armurier. Les ménagiers sont plutôt issus du monde de la marchandise et peut-être du droit : Guillaume Delannoy, « un des conseillers » de Pont-Audemer, donc un homme de loi, revêt cette fonction entre 1529 et 1533 ; parfois, le receveur remplit lui-même cette fonction, ce qui survient entre 1525 et 1535 ; un sergent, Robert Le Bas, et Robert Godefroy, le « factotum » de l’hôtel de ville, effectuent aussi des missions de surveillance de travaux ; à Harfleur, de 1484 à 1487, le sergent Jehan de Lisle se voit confier plusieurs fois, parmi d’autres tâches, la surveillance des ouvriers. Les « ménagiers » sont donc issus du monde municipal, de l’ensemble des hommes qui gravitent autour de l’hôtel de ville : bourgeois de la ville, conseillers en cour laie, petits officiers, receveurs. À Pont-Audemer, Nicolas de Bailleul, bourgeois, est ménagier en 1505, puis il devient receveur de la ville à partir de 1511. La fonction peut conférer une bonne expérience de gestionnaire municipal. À Neufchâtel en 1472, un compte évoque le renforcement des murailles réalisé dans l’attente d’une attaque sur la ville ; les personnages qui conduisent ces travaux de curage des fossés, de menues réparations, de « pionnerie », sont les « conseillers et gouverneurs de la ville »9. Au Havre, en 1517, où le chantier de fondation de la nouvelle ville est d’une tout autre ampleur, le responsable des travaux Guyon Le Roy est dit « comissaire » et a un rôle tout à fait comparable à celui des « ménagiers » de Pont-Audemer10. Alain Salamagne décrit l’existence, à Douai, d’un personnel ayant de pareilles fonctions, appelé localement « eswardeur ». Ces hommes sont soit des professionnels du bâtiment, soit des membres du conseil de ville11. Cependant, à Douai, à la différence de ce qui se fait à Pont-Audemer, un rôle important est tenu par les maîtres ouvriers de la ville : ils organisent les chantiers, réceptionnent les matériaux, les vérifient et dirigent les ouvriers12. Dans les petites villes normandes, à l’exception d’Harfleur, les maîtres des œuvres de ville sont inexistants ou rares avant le XVIe siècle. Les différents maîtres qui prennent en charge des travaux organisent leur chantier comme ils l’entendent. Ils doivent se soumettre à une vérification de leur travail faite par les maîtres spécialisés dans le même type de tâche et travaillant dans la même ville.

13Le terme de « ménagier » est utilisé à Pont-Audemer sur l’ensemble de la période envisagée par nos sources (1465-1540), mais, après 1500, on constate que l’usage du terme s’amplifie. Les autorités urbaines délèguent à un de leurs membres le suivi des chantiers. Comme celui-ci rend son compte et que ce compte est archivé et classé, le clerc qui recopie le compte annuel des recettes et dépenses ne prend pas la peine de décrire les travaux effectués, mais mentionne le nom du « ménagier » et le montant de la dépense. Les comptes postérieurs à 1500 sont donc plus allusifs et elliptiques, moins riches en description et en devis que ceux de la seconde moitié du XVe siècle. Le recours aux « ménagiers » allie une certaine souplesse administrative à la nécessité d’un contrôle quotidien des travaux que la ville décide.

14Ce n’est pas le seul mécanisme de surveillance. En cours d’activité ou au moment de l’achèvement, les chantiers sont visités et évalués par une délégation mandatée par la ville. Ainsi, en 1484, trois charpentiers, Robin Soupplice, Jouen Petit, Jehan Combrette, visitent les travaux accomplis par Jehan Brière, charpentier « en présence de Mélaigne Dumont, procureur des habitants de Pont-Audemer, Jaquet Lenfant, Michel de Genouville, Guillaume Maugars, conseillers de la ville, Jehan Pinchon, receveur et autres hommes de la ville ». Le nombre des membres composant cette commission de contrôle peut varier, mais il s’agit toujours d’une représentation des autorités urbaines et d’ouvriers non impliqués dans le chantier en question. Ces professionnels, retenus probablement pour leur savoir-faire avéré et leur réputation, sont généralement des entrepreneurs domiciliés dans la ville même, mais parfois il est fait appel à des maîtres venus d’ailleurs, le plus souvent de Rouen. En 1484, le travail réalisé par Guillaume Le Gracieux et ses compagnons maçons en la tour Saint-Louis est visité par Pierre le Signierre, maître des œuvres de maçonnerie pour le roi à Rouen ; celui-ci observe que le devis initial a été dépassé et que le coût total du chantier s’élève à 120 livres tournois. La raison d’être de ces visites pour la ville est, comme on le voit, d’avoir un avis impartial sur la qualité du travail accompli, d’estimer si l’entrepreneur se conforme au devis et de valider et de payer à leur juste prix les travaux supplémentaires éventuels. Ces vérifications sont généralement suivies d’un paiement partiel, le chantier étant toujours payé en plusieurs termes.

15Un acte de 1542 évoque les contraintes auxquelles un maçon est soumis ; Guillaume Lasnier, maçon de Neufchâtel, est cautionné par Anthoine Vasselin, bourgeois et marchand de la même ville :

  • 13 ADSM, 2 E 14 1187, 24 août 1542.

[pour] bien et dument faire et accomplir toute la besogne par luy entreprise à faire en l’hostel et malladerye de saint Jehan lès Neufchâtel et jouxte les poincts, charges et submissions contenus et déclarés en l’adjudication faite par honorable homme Maitre Nicole le Port, escuier, licencié en loix, lieutenant général de monseigneur le bailli de Caux dudit Neufchâtel, Promettant à Messieurs les frères dudit lieu de Saint Jehan et bourgois et habitants de ladite ville de bien et dument accomplir comme dit est13.

16Face à la pression des demandeurs, lieutenant du bailli et frères de l’hôtel-Dieu, face à une possible dépense – une pénalité ? – en cas de non-respect du « cahier des charges », le maçon se prémunit en se cherchant un cautionnaire.

17Ainsi, dans les mécanismes de production de l’espace bâti, se conjuguent étroitement les éléments déjà repérés ailleurs : la collaboration entre royauté et villes, la tutelle et la prééminence décisionnelle de l’État, la part d’autonomie relative dont bénéficient les villes. Cette combinaison des pouvoirs est un mode de fonctionnement qui prévaut dans tous les rapports entre les villes et l’État.

18La guerre de Cent Ans a donc fortement perturbé le bâti et les populations de certaines petites villes, provoquant des destructions, entraînant des abandons, poussant les habitants à migrer vers des lieux plus sûrs. Elle a aussi stimulé la mise en défense et contribué à doter les villes présentant un intérêt stratégique d’une enceinte de pierre complète. Les nécessités de défense ont conduit à adapter les murs des villes aux menaces nouvelles de l’artillerie. Dans les temps d’accalmie militaire, comme après 1450, le renforcement de la sécurité favorise et stimule la floraison de la vie économique. Encore faut-il que les équipements indispensables soient en état de fonctionnement. Ces deux aspects de la reconstruction matérielle des villes, telle que les équipes municipales les ont conduites, malgré les retards et les interruptions, se répondent et s’épaulent.

19La nature des sources entraîne une hypertrophie de l’action des municipalités et des officiers royaux dans l’aménagement des villes, ce qui est une déformation probable de la réalité, alors que personnes privées et institutions religieuses contribuaient aussi à l’édification du bâti. Cependant, les choix des « décideurs » locaux obéissent-ils à une vue d’ensemble, un souci d’urbanisme est-il perceptible ? Il ne semble pas. Pour les contemporains, tout se passe comme si la ville n’était qu’une concentration de fonctions, en l’occurrence militaire et économique. Les équipements respectifs sont créés, entretenus ou réparés quand ils manquent, ou bien, quand ils sont défaillants. La ville apparaît – du fait de la source principale – comme une sorte de mécanisme dont les rouages sont surveillés plutôt que comme un écrin de beauté et d’apparat.

Notes

1 Alain Salamagne, Construire au Moyen Âge, Villeneuve-d’Ascq, Presses du Septentrion, 2001, p. 102-111.

2 ADSM, 3 E 6 118, pièce no 4, 1473.

3 ADE, 2 E 3971, 16 mars 1477.

4 AMPA, CRV, 1525, f° 22.

5 AMPA, CRV, 1525, fos 20-21.

6 AMPA, CRV, 1514, fos 21. Voir texte no 20 en annexe.

7 AMPA, CRV, 1489, f° 31 ; CRV, 1490, f° 38 ; voir aussi CRV, 1477, f° 31 et CRV, 1478, f° 52, évoquant le « ménagier » Nauldin Bidault ; voir aussi ADE, PA, PJ, nos 1, 41, 42, 53, 55, 57, 61.

8 Voir texte no 21 en annexe.

9 Charles Semichon, « Comptes des réparations faites aux fortifications de Neufchâtel, 1472 », in Mélanges, Rouen, Société de l’histoire de Normandie, 1937.

10 Philippe Lardin, Entre tradition et modernité, les premières années du Havre (1517-1541), Rouen, Publications de l’université de Rouen, 2003, p. 21.

11 Alain Salamagne, Construire…, p. 112-113.

12 Ibid., p. 112.

13 ADSM, 2 E 14 1187, 24 août 1542.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search