Version classiqueVersion mobile

Petites Villes de Normandie

 | 
Bruno Sintic

Deuxième partie. Le paysage urbain

Chapitre 2. L’évolution du bâti urbain

Texte intégral

1Les villes médiévales ont été marquées par la permanence de leur bâti et celle de leurs activités économiques et sociales. Le Moyen Âge est le temps des évolutions lentes, où une génération remplace l’autre dans des tâches qui se répètent à l’identique et qui traversent le temps. Ce monde-là est dominé par la conscience du caractère durable des choses, de leur éternité parfois. Pourtant, il arrive que le rythme de la vie s’accélère : les XIVe et XVe siècles ont été des temps de calamités et, pour les villes normandes, de perturbations parfois considérables. Beaucoup d’hommes sont morts ou ont quitté la région, les constructions ont été détruites, tout un paysage urbain a pu disparaître pendant la guerre de Cent Ans dans certaines localités. La mémoire du passé en a été parfois effacée : les habitants ne savent plus, vers 1450, où se trouvaient telle parcelle ou telle maison ; les villes sont trouées de « vides places », parcelles naguère bâties dont les constructions se sont effondrées et ont disparu ; des usages et pratiques séculaires ont été oubliés, comme ceux relatifs à la foire de Caudebec. Il y a donc eu des bouleversements dans l’immobile Moyen Âge. Les lendemains de la guerre de Cent Ans en font naître d’autres. Car il a fallu rebâtir, remettre en état les infrastructures urbaines, relever les maisons. D’où la question de savoir ce qui est construit et reconstruit à la fin du XVe siècle et au XVIe. Quels changements le paysage urbain des villes a-t-il connus ?

2Les sources nous fournissent des renseignements à la fois nombreux et partiels. Si l’action des gestionnaires urbains est la mieux documentée, les constructions d’édifices religieux ou de maisons ordinaires sont, en revanche, très peu présentes dans les sources. L’action des municipalités sera donc au centre du propos.

L’action des municipalités

3Les travaux financés par les villes sont fréquemment évoqués par les documents et consistent en la réfection d’équipements collectifs et d’infrastructures économiques. Il s’agit ici, d’une part, de les décrire, avec un certain détail, dans leur aspect visuel et architectural, et, d’autre part, d’établir dans la mesure du possible la chronologie de leur création, réparation ou agrandissement. Certains éléments du bâti seront décrits amplement plus loin : fontaines, halles, hôtels de ville, espaces de jeu. Inutile d’y revenir. Soulignons simplement qu’ils font l’objet d’une attention particulière, parfois intense, de la part des responsables municipaux.

4L’activité d’entretien, de construction ou de reconstruction gérée par les responsables municipaux semble répondre à trois objectifs principaux :

  • les notables locaux cherchent à assurer la sécurité de leur ville en améliorant le dispositif de défense ;
  • ils tentent de rétablir la bonne marche de la vie économique ;
  • ils veulent améliorer certaines « commodités » de la vie citadine.
  • 1 Bernard Chevalier, « Le paysage urbain à la fin du Moyen Âge : imagination et réalités », in Le Pa (...)

5Les dirigeants locaux des petites villes cherchent donc à faire de leur cité un endroit d’abord utile et ensuite agréable1. Ils prennent des mesures et engagent des dépenses pour aménager et préserver l’espace urbain. Ils manifestent donc un souci « d’urbanisme ». Au travers de leur action, se lit en filigrane la manière dont ils conçoivent le rôle de leur ville et la vie de ses habitants.

La mise en défense

  • 2 Ernest Dumont, Histoire de la ville d’Harfleur, Rouen, Le Brument, 1868, p. 30-42.
  • 3 Thierry Dutour, Une société de l’honneur, Paris, Honoré Champion, 1998, p. 159.

6Les enceintes et murailles font l’objet de toute la sollicitude des autorités royales et urbaines. Les comptes municipaux sont étroitement liés à leur construction ou réparation : ceux de Pont-Audemer contiennent après 1495 un chapitre séparé intitulé « Dépenses pour la fortiffication ». Le souci de renforcement et de consolidation de la défense paraît une obsession des édiles urbains, à lire les documents. L’inquiétude, sinon la psychose de guerre, reste toujours sensible dans la seconde moitié du XVe siècle. Les motifs d’inquiétude ne manquent pas : les côtes normandes sont touchées par les retombées militaires de la guerre des Deux-Roses qui embrase l’Angleterre (présence de navires anglais en 1470, en 1475) ; la politique d’expansion de Charles le Téméraire fait également ressentir ses effets (passage de flottes flamandes et bourguignonnes en 1470, 1479) ; les rapprochements et les divisions entre les rois de France et d’Angleterre provoquent de nouveaux déplacements de troupes en 1485, en 1491, en 1507, en 1520, entraînant le risque d’opérations militaires2. Il est certain que s’amorce, après 1450 dans les villes normandes, une phase majeure et définitive de l’édification des murailles, qui a été entamée vers 1360-1370 et poursuivie dans certaines villes au commencement du XVe siècle, avant l’occupation anglaise. Dans bon nombre de villes du royaume, dans la seconde moitié du XVe siècle, les travaux d’enceinte constituent la principale transformation du paysage urbain3. En Normandie, la fin, provisoire pour les contemporains, des hostilités marque le début d’une période de renforcement du dispositif défensif dans les villes stratégiques comme Harfleur, Pont-Audemer, Louviers.

  • 4 Ernest Dumont, Histoire …, 1868, p. 61 ; F. Blanchet, « Préface », in Ville d’Harfleur, répertoire (...)

7Les villes normandes possédaient déjà des installations de défense. Pourtant, pour la plupart d’entre elles la chronologie de la construction de la muraille, les extensions successives, la surface occupée ne sont pas bien connues : Pont-Audemer aurait reçu ses premières fortifications dès le XIIe siècle ; Harfleur a été enceinte de murs probablement au XIIIe siècle, après être passée sous le contrôle du roi en 1281 ; après cette date, des aménagements importants touchent le Clos des Galées et une première mention d’une enceinte de pierre a été relevée en 13544. En Normandie comme ailleurs en France, un mouvement de construction d’enceintes urbaines a été entrepris après Crécy (1346), puis s’est généralisé après Poitiers (1356).

  • 5 André Plaisse, « La libération de Verneuil, porte de la Haute-Normandie, en juillet-août 1449 », C (...)

8La disposition des divers éléments qui assurent la défense d’une ville semble avoir obéi à certains « modèles ». En Normandie, les bourgades étudiées connaissent le couplage fréquent d’un château et d’une ville close. À Pont-Audemer, Dieppe, Arques, Pont-de-l’Arche, Les Andelys, Aumale, Blangy, le château est séparé de la ville. Ils sont parfois associés : l’enceinte urbaine prenant appui sur le château comme à Vernon, Verneuil, Neufchâtel, Gisors, Évreux et aussi Rouen. Ces installations ont été mises à profit au cours des guerres du XVe siècle. La prise de Verneuil par les troupes de Charles VII montre les fonctions des divers éléments de défense : les hommes du roi de France percent d’abord la première ligne de défense, la muraille de la ville, qui, en 1449, est faite de pierre et paraît achevée ; les Anglais se réfugient alors dans le château, mais en sont délogés au bout d’une journée ; puis leur dernier effort se porte sur la tour Grise où ils se retranchent enfin. La force de cette tour tient, dit le héraut Berry, à l’épaisseur de ses murs, à leur grande hauteur, à la présence de fossés en eau, à la largeur et à la capacité de l’édifice. Celui-ci, d’un fort diamètre, peut contenir un grand nombre d’hommes et de vivres. De fait, le siège de la tour Grise dure trois semaines environ5. L’expérience acquise au cours de la reconquête, entre 1449 et 1450, comme cet épisode le laisse penser, a-t-elle été prise en compte dans le renforcement ultérieur des défenses urbaines ? Très certainement.

  • 6 Léopold Delisle, Mandements et actes divers de Charles V (1364-1380), Paris, Imprimerie nationale, (...)
  • 7 Charles Sémichon, « Comptes des réparations faites aux fortifications de Neufchâtel en 1472 », in (...)
  • 8 ADSM, 3 E 6 78, comptes de la fortification d’Harfleur.
  • 9 Alfred Canel, Histoire de la ville de Pont-Audemer, Pont-Audemer, Imprimerie administrative, 1885, (...)
  • 10 Louis Philippeaux, Neufchâtel dans son rôle militaire, Neufchâtel, 1924.

9La mise en défense des petites villes s’effectue principalement au cours de la période 1450-1550. Les sources permettent d’en repérer les différentes étapes. La première est celle qui voit le remplacement des fortifications en bois par des murailles de pierre. À Pont-Audemer et Louviers survient, après la fin des hostilités, cette évolution majeure du paysage urbain. À Harfleur, Neufchâtel et Montivilliers, les enceintes étaient déjà en pierre et plus ou moins achevées : Neufchâtel est définie dans un acte de Charles V comme « ville fermée »6. Pour ces villes, le temps est à la continuation et à la réparation de l’enceinte existante en fonction des nécessités militaires. Ainsi, des travaux de remise en état sont effectués dans l’urgence à Neufchâtel en 1472 en prévision de l’arrivée annoncée des troupes bourguignonnes7. À Harfleur, d’importants travaux sont menés au cours des années 1485-1489, comme en témoigne un compte particulier très abondant qui a pu être conservé8. L’érection d’une enceinte de pierre, qui s’opère à Louviers et Pont-Audemer, ne peut être examinée que dans le cas de Pont-Audemer, car seule, cette ville possède encore ses comptes municipaux. La défense de la ville a longtemps été assurée par un château situé sur le talus et dominant la vallée de la Risle où s’étend la ville. Selon Alfred Canel, la construction du rempart date du XIIe siècle9. Au XIVe siècle, Pont-Audemer passe aux mains des Navarrais de Charles le Mauvais, qui y établissent une garnison. Un premier dispositif de défense a pu être construit durant cette période, fait de bois et de pierre et partiellement achevé. En 1378, le château est rendu inutilisable par les autorités royales après la victoire sur le roi de Navarre. En 1465, date à laquelle commencent nos sources, le château sert principalement de carrière de pierre. L’intérêt stratégique s’est déplacé du château vers la ville. Une évolution semblable est perceptible à Neufchâtel, par exemple, où le château, s’il est encore utilisé vers 1500, est abandonné au cours du XVIe siècle, après le démantèlement des murailles en 1595, et sert de carrière au XVIIe siècle10. À Louviers, il semble que le renforcement de la muraille ait pris appui sur l’intégration du manoir de l’archevêque de Rouen dans le dispositif défensif. Proche des murs de la ville, celui-ci aurait pu tenir lieu de château.

  • 11 AMPA, CRV, 1455-1480, PJ, nos 66 et 67, 1465.

10Peu de mentions concernent directement les courtines. La construction des murs de la ville proprement dits nous échappe. Est-ce à dire que de nombreuses portions avaient déjà été construites avant 1450 ? C’est probable. Après 1450, les dépenses relatives aux murs concernent surtout les avant-murs. Des murs existants sont consolidés et rendus plus épais. Pourtant, selon Thomas Basin, au moment où les forces armées de Charles VII dressent le siège, en 1449, la ville est protégée par des murailles de bois ; information qui est reprise dans les lettres de Charles VII et Louis XI adressées à Pont-Audemer en 1449 et 1463 ; en outre, certains documents précisent que, entre 1465 et 1480, des travaux ont permis de « fonder » la muraille, comme il est dit en 1465 où l’on achète des pierres « pour le fondement de la muraille »11. Ce terme laisse supposer qu’un mur est dressé à partir de sa base et, par conséquent, qu’il est entièrement édifié. Il y a là quelques indications contradictoires entre lesquelles il est malaisé de trancher. L’enceinte était vraisemblablement constituée de portions de murs et de palissades de bois ; vers 1450, elle était assez largement déficiente, par délabrement, par son insuffisante extension et par l’ampleur des destructions récentes. La valeur militaire du site et l’état de l’enceinte après le siège ont conduit à l’accord de privilèges fiscaux pour la reconstruction.

  • 12 ADSM, 3 E 6 119, 1475, nos 62 et 63.
  • 13 Louis Philippeaux, Neufchâtel…, 1924.

11Il est presque impossible à la lecture des comptes d’avoir une idée de la hauteur et de l’épaisseur des murs d’enceinte, de la nature de la pierre, des équipements secondaires (demi-tours, poternes, chemin de ronde…). Des réparations fournissent pourtant quelques détails : à Harfleur, en 1475, « Michel de la Pierre, marchand de chaux » reçoit « 6 l. 5 s. pour 200 boisseaux de caux pour refaire un paon de mur à la muraille près des tours Noette, Jehan Dyver et près des moulins » ; un autre marchand de chaux reçoit « 40 s. 6 d. » « pour refaire la muraille près de la tour Jehan Dyver laquelle estoit caduque et rompue en plusieur endroits tellement quelle estoit en danger de cheoir dedans les fossés et estre cause de les emplir »12. Quelquefois sont mentionnés les « gros murs », ce qui implique qu’existent des épaisseurs différentes selon les endroits, parois plus épaisses à la base, s’amincissant vers le haut. Confirmation en est donnée par la description des murs de Neufchâtel au XVIIIe siècle : un reste de muraille, dont l’essentiel a été détruit vers 1595, était doté de murs de 2 mètres d’épaisseur à leur pied et de 40 centimètres à leur sommet13.

  • 14 Selon Ernest Dumont, Histoire…, p. 64.
  • 15 Alain Salamagne, Construire au Moyen Âge : les chantiers de fortification de Douai, Villeneuve-d’A (...)
  • 16 Ibid., 2001, p. 86.
  • 17 AMPA, CRV, 1494, f° 19 : « pour plomb mis en haut des deux tours du portail de la rue aux juifs »  (...)

12Au XVIe siècle, l’essentiel des dépenses porte sur les tours. L’enceinte de Pont-Audemer est grossièrement rectangulaire et chacun de ses angles est ponctué par une « grosse tour » : il s’agit de la tour Saint-Nicolas ou « tour des champs », la tour Saint-Julien, la tour Saint-Louis dite aussi « tour Grise » ou « Grosse Tour », probablement la plus imposante, la tour Notre-Dame dite aussi « du Bassin » ou du « Hable », la tour du Sépulcre. Il existe d’autres tours moins souvent citées, peut-être plus petites, et dont la localisation est incertaine : la tour Folliot, la tour Planquette, la tour au Vicomte. Soit en tout une quinzaine de tours, y compris celles des portes de la ville. La muraille d’Harfleur compte 24 tours et 2 900 mètres de longueur14. Les plans de ville conservés, qui datent en général du XVIIIe siècle, ceux de Louviers et Pont-Audemer en particulier, signalent deux principaux types de tours : de grosses et moyennes tours ; ces deux gabarits existent assez couramment dans les enceintes de ce temps, ainsi à Douai15 ; les murailles de Pont-Audemer et Louviers comportent aussi des « demi-tours » plus petites, sortes d’avancées du mur d’enceinte, assez nombreuses et jamais mentionnées dans nos sources. Les travaux qui touchent les tours sont en général des travaux de maçonnerie : réparation de murailles et construction d’avant-murs et de faussebraies. Les faussebraies sont des murs d’enceinte bas, qui viennent doubler la courtine existante, qui ont pour intérêt de contraindre l’attaquant éventuel à reculer et d’augmenter la puissance de feu de la défense16. La base des tours, usée et abîmée, donc plus faible, est ainsi consolidée. C’est ce qui survient à la tour Grise entre 1479 et 1485 et qui engloutit environ 800 livres en tout ; même travail en 1487 pour la tour Notre-Dame. Puis suivent des travaux de charpente qui établissent des combles et un toit au sommet des tours : c’est le cas de la tour Grise entre 1493 et 1495, la tour derrière l’église du Sépulcre en 1495, la tour Notre-Dame en 1496, la tour Folliot en 1498, la tour Saint-Nicolas en 1499, la tour Saint-Julien en 1505. Le toit est ensuite recouvert de tuiles, parfois partiellement de plomb avec épi de faîtage comme à la tour Grise en 1495, en 1496 à la tour Notre-Dame, en 1504 à « plusieurs tours ». Les tours qui encadrent les portes présentent le même type de toiture, en tuiles, avec plomb et épis17. Un même type de toiture, systématiquement construit sur presque toutes les tours, semble lié aux nécessités du guet et d’une éventuelle défense armée au moyen d’une artillerie légère (arbalètes, couleuvrines à main). Ces travaux ne semblent pas être des travaux de réparation ou de rénovation de toiture, mais de création : les tours ne devaient pas être couvertes auparavant ; les dépenses sont d’ailleurs importantes (autour de 200 livres).

13En 1496, des travaux ont lieu dans la tour Notre-Dame et le devis qui subsiste décrit la disposition extérieure et intérieure de cette tour :

  • 18 AMPA, CRV, 1496, f° 9.

Il esconvient monter la maçonnerie de la tour Notre-Dame joignant la porte de la rue du Sépulcre tout alentour d’icelle ainsi qu’elle est encommencée de la haulteur de 3 piés, à prendre lesdits 3 piés au dessus de la pierre qui fait le litel de l’huysserie de haut de ladite tour […] et réparer la maçonnerie tant en dedans que en dehors, changer les 3 canonnières du haut de la dite tour […] et y faire les huysseries pour les fermer, icelle voulter bien et deuement monter et conduire la cheminée et le degré ainsi qu’ils sont encommencés de telle haulteur qu’il sera requis […] mettre et asseoir les corbeaux aux lieux ou seront les sommiers faire les trous endedans de la maçonnerie et les remplir et les repparoir suffisamment pour les estages de bas et de haut […] item faire une cheminée et trouver matières pour chauffer celui qui gardera la porte dudit boulevart […]18.

14Ce devis évoque la poursuite de travaux qui s’étaient peut-être interrompus : la tour s’élève de 3 pieds. L’organisation intérieure apparaît un peu comme précédemment : certaines tours ont un cellier, elles comptent un étage et peut-être trois niveaux en tout (rez-de-chaussée, étage et comble ?). D’importants travaux en 1499 à la tour Saint-Nicolas montrent que celle-ci comporte une voûte de pierre à ogives qui vient remplacer un plancher :

  • 19 AMPA, CRV, 1499, fos 31-33.

Il convient faire une voûte de pierre en la tour Saint-Nicolas […] pour laquelle porter et soutenir esconvient faire une croisée d’ogyves de la bonne pierre de la bonne carrière de Caen, qui se porteront sur les corbeaux ou entrepiés qui seront fait au dedans de la maçonnerie […] de la hauteur de 6 piés ou environ dont partiront 8 branches d’ogyves avec les fourvinements [?] et icelle voulte vouter de bon tuf et icelle mélonner et en porter par le dedans jusque à 1 pié audessus de la dite voulte, laquelle voulte sera fermée à une grosse pierre de taille dure des carrières de Caen, Cassony ou du Val des Leu pour fermer la clé d’icelle voute19.

15Cet aménagement d’une belle salle construite en matériaux nobles, solides est destiné peut-être à abriter des hommes. Une disposition équivalente apparaît dans le devis suivant, datant de 1496 :

  • 20 AMPA, CRV, 1496, f° 9.

Item voulter de pierre de taille et de tuf le dedans d’une petite tour prochaine de la tour Saint-Louis à l’endroit du jardin de Guillaume Fortin de la haulteur du premier étage et maçonner au dessus ladite voute pour dresser l’aire [?], mettre et asseoir des corbeaux et réparer le haut de ladite maçonnerie pour asseoir la charpenterie […] et y faire une chemynée et la place d’un petit degré de boys […] pour yllec faire le guet20.

  • 21 Voir les illustrations du cahier couleurs dans le présent ouvrage.

16Certaines tours sont donc prévues pour être des lieux de vie où séjournent des hommes, d’où la présence de cheminées. D’autres aménagements intérieurs sont aussi effectués. Travaux aux escaliers, percements de fenêtres pour laisser passer l’air et la lumière et qui sont closes par des grilles de fer, installations de portes et « huys de bois ». Les quittances concernant les tours d’Harfleur évoquent l’usage des salles intérieures. Elles pouvaient avoir trois ou quatre niveaux : au sous-sol, une cave, servant de réserve de munitions, de boulets par exemple ; au niveau du sol, une salle avec cheminée, habitable par un gardien, et quelquefois d’ailleurs habitée, parfois une salle à l’étage, et, au niveau du dessus, sous les combles, un grenier. Toutes les tours étaient équipées de matériel militaire (canons pierriers, faucons, ribaudequins…) et servaient de remise pour les armes à main (arbalètes, lances…) et pour la poudre ; les matériaux de construction et les outils appartenant à la ville (bois et claies dans la tour de la Grue en 1493) y étaient entreposés. Certaines tours possédaient à leur sommet une cloche pour appeler les habitants au guet. Les toitures étaient quelquefois surmontées d’épis de faîtage, comparables à ceux dont il existe des esquisses à Pont-Audemer21. Ces épis sont des éléments décoratifs des tours : à Harfleur, un dragon et un cygne, recouverts d’une peinture dorée, ornent en 1487 les tours du même nom ; à Pont-Audemer, ce sont des fleurs de lys et les armes de la ville. En 1536, un compte rendu de la visite de ces tours indique que beaucoup d’entre elles étaient habitables mais que trois ou quatre seulement étaient habitées. La menace militaire s’était atténuée à cette date et s’était focalisée sur Le Havre.

17La deuxième étape de la mise en défense est celle qui consiste à clore la ville. La sécurité s’obtient en effet par la fermeture. L’achèvement du mur d’enceinte va dans ce sens. Mais la ville étant un lieu de relations et d’échanges, son enceinte doit être nécessairement percée de portes et de passages qui doivent être clos en cas de menace. Aussi les responsables urbains dépensent-ils beaucoup et souvent pour fermer toutes les ouvertures et, en premier lieu, les portes.

18Les portes sont composées de deux tours qui encadrent un portail de bois, lequel est surmonté d’une construction reliant les deux tours. Certaines d’entre elles sont plus imposantes et sont comme doublées : deux tours et un passage donnent accès à une cour et à deux autres tours avec un autre passage. Harfleur compte trois portes : celle de Montivilliers, de Leuré et celle de Rouen ; Louviers en compte trois, celle de Rouen, celle du Neubourg et celle de Paris ; Pont-Audemer compte quatre portes : la porte de l’Archevêché, principale entrée sur la route de Rouen, la porte de Bouguerue ou porte de Honfleur ou encore de Saint-Germain conduisant au faubourg Saint-Germain, la porte de Bernay ou de la rue Laitière, la porte de la Ruelle. Entre 1495 et 1490, d’importants travaux s’opèrent au bout de la rue aux Juifs, où, semble-t-il, est percée une nouvelle et cinquième porte : le « portail neuf de la rue aux Juifs » ; une tour (avec ou sans porte ?) existait auparavant appelée « pore de la Geôle », ce portail neuf a certainement été un important remaniement d’un édifice antérieur. De 1485 et 1520 environ, de fortes sommes sont investies dans ce chantier.

  • 22 AMPA, CRV, 1481-1490, PJ, 9 décembre 1481, no 14, cheminée signalée à la porte de Bernay.

19Les tours encadrant les portes ressemblent aux autres tours de l’enceinte : elles possèdent des combles de bois supportant une toiture de tuile. Les clôtures sont faites, vers 1465, de « barrières volantes », plus tard remplacées par un vrai portail de bois : en 1477, fiches et crampons de fer sont mis à la porte de l’Archevêché (pour soutenir un portail), il en est de même cette année-là à la porte de Bouguerue où le portail est consolidé et « rechevillé car il ne fermait plus » et 24 fiches et crampons de fer y ont été placés ; en 1518, 580 « gros clous » neufs sont fichés dans la porte de l’Archevêché. Pour que la fermeture soit réelle, il est indispensable de réparer les serrures, huis secondaires, poternes et barrières volantes qui équipent les portes. Serrures de bois ou de fer, qui, quelquefois, se ferment avec des clés. En 1522, un document fournit la première mention de « clés des portes de la ville », éléments symboliques souvent présentés lors des entrées royales et dont il n’avait jamais été question auparavant. Comme les portes sont gardées, une pièce avec cheminée est aménagée pour les gardiens22. La bonne fermeture des portes s’explique par le souci de contrôler les allées et venues des gens, les éventuels trafics de contrebande (puisqu’aux portes, certaines taxes sont acquittées), mais aussi par le fait que toutes les tours conservent de l’armement.

  • 23 AMPA, CRV, 1495, f° 26 ; CRV, 1515, f° 32 : « 2 chaînes de fer placées à la porte de Bernay ».

20La plupart possèdent un pont-levis, qui permet de traverser les fossés, et aussi une herse. Les portes sont, en cas de guerre, des points particulièrement vulnérables. Aussi sont-elles attentivement examinées et défendues. Le dispositif de pont-levis répond à la fois aux nécessités de la circulation, à celles de la clôture et à celles de l’efficacité défensive. Plusieurs quittances et devis évoquent le mécanisme de levage du pont-levis avec chaînes de fer, « baculles », « contrepoids », « verges », tabliers de bois, poulies, cordes ; la menace d’une reprise de la guerre avec les Anglais motive en 1495 cette réfection23. Le pont-levis s’appuie, lorsqu’il est ouvert, sur un « pont-dormant » qui est l’objet aussi de diverses réparations. Mais ce type de pont-levis est probablement assez coûteux. À Pont-Audemer et Harfleur, plusieurs portes possèdent des « pallis » et des « barrières volantes », moyen d’ouvrir et de fermer la porte, peut-être plus facile à manœuvrer et moins dispendieux. En 1503, le charpentier Thomas Guillebert reçoit 18 livres :

  • 24 ADSM, 3 E 6 126, 1503, no 16.

Pour avoir charpenté, levé et assis en place une barrière volante toute neuve à la porte de Rouen pour cause que la vieille ne pouvait plus servir à fermer et ouvrir à raison qu’elle estoit usée et chutte de pourriture des eaues de la pluye qui chiessoit sur icelle vieille barrière24.

  • 25 AMPA, CRV, 1482, f° 41, pavage à la porte de Bernay ; CRV, 1484, f° 69 : « visite d’une portion de (...)

21L’intensité du passage, en temps ordinaire, des piétons, des charrettes et des cavaliers, explique que les abords des portes ainsi que les chaussées des ponts et celles qui passent sous les portes soient pavés25.

22Les portes sont des lieux exposés en cas de combat. Elles accueillent habituellement des « portiers » et gardiens et, en temps de guerre, des soldats et hommes armés d’arcs, d’arbalètes et, de plus en plus, d’armes à feu. En 1493, la ville fait construire, au-dessus du portail de la rue aux Juifs, un comble de bois comportant :

  • 26 AMPA, CRV, 1493, f° 45.

2 lucarnes devers la ville, 1 sur le pont-levis, 2 autres audevant desdites tours, 2 autres devers les 2 pignons dudit portail de l’alaize chacune de 6 piés et moins […] lesquelles seront fournis de potellets, appuis, colombes, […] de gros bois bien et deuement pour la défense d’icelle […] et les plâtrer et faire asseoir les fenêtres à icelle […]. Item audessus des courbes desdites tours esconvient faire autres petites lucarnes à une fenêtre pour faire le guet se mestier en sera […]26.

  • 27 ADE, PJ, 1481, no 14, canonnière à la porte de Bernay ; ADE, 2 E 3971, PJ, 1484, no 137, canonnièr (...)

23Pour les besoins du tir, sont prévues, dans les tours des portes, des archères et, surtout, des canonnières27.

24Enfin, quelques portes présentent des éléments décoratifs. À Harfleur, les textes évoquent le portail des Cerfs sur la porte de Rouen vers 1475 ; en 1476 sur cette même porte sont placées des bannières dont la confection a été confiée à un peintre, corps de métier plutôt rare dans nos villes :

  • 28 ADSM, 3 E 6 120, 1476, no 103.

À Guillaume Robert, paintre, 25 s. t. pour avoir fait et paint 4 bannières mises à la porte de Rouen esquelles bannières est empraint en l’une, les armes du roy, en l’autre les armes de la reine, en l’autre celle de Monseigneur le Dauphin, en la quatrième celles de ceste dite ville en or et en azur jouxte le marché fait28.

25À Pont-Audemer, des formes de décoration comparables n’apparaissent que plus tardivement, vers le début du XVIe siècle : un peintre blanchit les murs d’une porte et y dessine les armes du roi ; une statue de saint Louis est apposée à la porte Saint-Germain. Ces éléments ne sont pas purement décoratifs, ils ont une signification politique : ils indiquent la relation étroite que la ville a établie avec la royauté. Soumission et révérence se lisent clairement sur les portes principales des villes, qui revêtent ainsi une fonction de « communication ».

  • 29 André Plaisse, « La libération de Verneuil… », p. 28.
  • 30 AMPA, CRV, 1501, devis, construction d’un édifice de charpente à la tour Saint-Julien.

26La troisième étape de la mise en défense consiste à perfectionner les installations de guet. Au cours de la reconquête de la Normandie, beaucoup de villes ont été investies à l’aide de complicités, au moyen d’opérations nocturnes destinées à pénétrer dans la place en un point faible et mal surveillé. C’est un dimanche matin, alors que les guetteurs anglais sont à la messe, que des soldats de Charles VII parviennent, en 1449, à s’introduire dans Verneuil ; ce sont des guetteurs complices qui permettent à Floquet de s’emparer d’Évreux en 1450, et c’est un portier anglais qui est assailli par un charretier à Pont-de-l’Arche, lequel permet aux troupes françaises de prendre la ville29. Un guet dense et bien organisé est donc indispensable à la bonne défense d’une ville. Les guetteurs sont des civils, habitant la ville qu’ils surveillent ou ses environs. Pour que les hommes astreints au guet puissent correctement remplir leur tâche, il est nécessaire et avantageux qu’ils soient à l’abri. Aussi, sont construites, sur les chemins de ronde et sur les tours, des « galeries de bois » et des « guérites » avec plancher, poteaux, toit de tuiles, clôture de bois et fenêtres pour « avoir vue » sur la ville30. Sur les tours, les combles de toit sont percés de lucarnes pour abriter également des guetteurs. En 1495, à Pont-Audemer, un devis de charpentier décrit les travaux effectués à la tour de la porte de la Ruelle :

Il esconvient faire un comble de bois pour mettre à couvert la tour joignant la grande arche de derrière l’église du Sépulcre, qui sera portée sur une croisée de sommiers en tant que le rond de la tour le pourra porter […].

27Plus loin on peut lire :

  • 31 AMPA, CRV, 1495, f° 15.

Item asseoir 2 lucarnes es 2 cotés de ladite tour et 1 devers la Ruelle […] de l’alaize de 6 piès […] et requises de bois gros et macifs pour la deffense d’icelle et 2 autres petites auprès du pavillon pour faire le guet31.

28L’année suivante, d’autres combles de bois sont construits sur les tours :

  • 32 AMPA, CRV, 1496, f° 14.

Item faire un autre petit comble pour mettre à couvert une petite tour auprès de la tour Saint-Louis à l’endroit du jardin de Guillaume Fortin […] et sur la maçonnerie d’icelle tour faire édiffier une chambre de 15 piés de long et 14 piés de lay pour faire le guet […]32.

  • 33 AMPA, CRV, 1510, f° 13.
  • 34 ADSM, 3 E 6 119, 1475, no 51.

29Des postes de gardes, petites maisonnettes en bois et plâtre, sont aussi aménagés à l’entrée des ponts : en 1510 est édifiée une « petite loge au bout du pont de l’archevêché »33. C’est là qu’aboutit la route venant de Rouen. Le voyageur arrive donc à cette guérite de gardien avant d’entrer dans la ville. À Harfleur, en 1475, « la couverture de la loge des portiers à la porte de Montivilliers » est rénovée34 ; la guérite des gardes est donc proche d’une porte.

  • 35 ADSM, 3 E 6 120, 1476, no 17.

30Il est courant de placer un guetteur sur le clocher d’une église ou un beffroi lorsqu’il en existe un. À Harfleur, en 1476, une loge de bois est aménagée sur le clocher de Saint-Martin pour abriter une sentinelle : Gilet Le Beuf, charpentier, est payé « pour avoir mis ais en plusieurs endroits de la loge du guet estant en l’orloge de l’église »35.

  • 36 Alain Salamagne, Construire…, 2001, p. 78.

31La quatrième étape de la mise en défense a consisté à entretenir les fossés. Ceux-ci entourent les murs de la ville et interrompent la marche de l’ennemi vers la ville. Il empêche les mineurs du camp adverse de venir saper le pied des murs et rendent plus difficile l’attaque directe. Donc, plus ceux-ci sont larges, plus ils sont efficaces. S’ils sont inondés, si leurs rives sont précédées de palissades, ce n’en est que mieux. Mais ces caractères ne jouent à plein que si les fossés sont entretenus36. À Pont-Audemer, les travaux qui sont engagés pour l’entretien des fossés sont réalisés par les habitants eux-mêmes sous la conduite de pionniers et de bourgeois. Il est procédé au vidage des fossés en eau, puis au curage des boues et vases, à la réhabilitation des escarpes et contrescarpes, enfin à la coupe et à l’abattage des arbustes et arbrisseaux qui ont pu pousser sur les abords des fossés et qui peuvent gêner la vue et la surveillance.

32Les concepteurs de la défense ont généralement mis à profit l’élément liquide. Marais, fleuves, rivières constituent comme des fossés en eau naturels et un ou plusieurs murs d’enceinte ont été érigés le long d’un des espaces aquatiques. Les autres fossés creusés autour des murailles reçoivent quelquefois les eaux de la rivière proche. Ce qui suppose une maîtrise de l’eau et des installations qui permettent la dérivation. Ainsi les eaux de l’Eure longent-elles les murs de Louviers, celles de l’Epte baignent en partie les murs de Gisors, celles de l’Iton ceux de Verneuil. La Risle défend le mur nord de Pont-Audemer et des portions de fossé sont mises en eau, alimentées par un bras de la Risle. L’existence de fossés inondés suppose que des murets appelés « batardeaux » retiennent l’eau ou la libèrent lorsque les fossés sont asséchés. Ceux-ci, équipés pour recevoir de l’artillerie, peuvent également servir à mieux défendre les murs de la ville, comme le montrent diverses dépenses à Pont-Audemer.

  • 37 ADSM, 3 E 6 121, 1478, nos 18, 29 et 44.

33Le dernier aspect de ce processus est celui qui s’efforce d’adapter la fortification aux évolutions de l’armement. À la fin du XVe siècle, l’artillerie connaît de sensibles changements. Les armes à feu lourdes, canons, veuglaires, faucons, ribaudequins, comme les armes à main, couleuvrines, arquebuses se multiplient. Des achats viennent grossir les stocks d’armes des villes, entreposés dans les tours d’enceinte, à l’hôtel de ville ou chez certains bourgeois. Plusieurs inventaires nous font connaître ces réserves. Les achats de poudre et de boulets de pierre ou de plomb apparaissent dans les comptes, sans toutefois faire disparaître les armes traditionnelles, souvent moins coûteuses, arcs, arbalètes, lances, flèches, carreaux. L’usage de la nouvelle artillerie se traduit dans les villes normandes par le percement de canonnières dans les tours ; Harfleur fait percer d’assez nombreuses ouvertures dans les années 1470-1480 : en 1473, les maçons Elliot Bon et Raollet Pin percent trois canonnières à la tour « Treste » et à la tour « Jehan le Conte » ; trois milliers de briques sont achetées pour cela37. Pont-Audemer, qui n’est pas un site stratégique de premier plan comme Harfleur, connaît cette évolution plus tardivement et de façon atténuée. Les enceintes des petites villes doivent posséder, par conséquent, les deux types de percées, aux formes différentes : archères et canonnières.

  • 38 AMPA, CRV, 1480, f° 110.
  • 39 AMPA, CRV, 1502, f° 41 ; CRV 1503, f° 20.
  • 40 AMPA, CRV, 1509, f° 11.
  • 41 AMPA, CRV, 1528, f° 25.
  • 42 AMPA, CRV, 1531, f° 28.
  • 43 AMPA, CRV, 1533, f° 39.

34La présence courante de canons et armes à feu dans les armées du XVIe siècle entraîne, de la part des municipalités, quelques travaux de rénovation des enceintes. Les murs traditionnels qui supportaient facilement les lancers de pierre, de flèches et carreaux d’arbalètes ne peuvent résister à la puissance des canons. Il s’ensuit des efforts de renforcement du pied des murailles et des tours qui concernent aussi les petites villes. À Pont-Audemer, les tours et courtines sont grossies à leur pied par des « faussebraies » et avant-murs, murs bas et épais précédant la base de la muraille, comportant des archères, mais destinés à absorber le choc des boulets et éviter la percée de la muraille. Ainsi, en 1480, 100 livres sont dépensées en maçonnerie à la « faucebraie étant près de la tour Saint-Louis »38 ; en 1481, les travaux à cette faussebraie coûtent 298 livres ; en 1482, au même endroit, 200 livres et autant en 1483, soit, en tout, près de 800 livres en quatre ans ; en 1487, une faussebraie est érigée « à l’entour de la tour Notre-Dame » ; en 1489, des travaux de maçonnerie sont réalisés « aux tours et avant-murs entre la porte de Bernay et la porte de Bouguerue », qui se répètent encore en 1502 et 150339. Entre 1505 et 1511, une « forte maison » est abattue qui défendait une des principales portes de la ville, celle de l’Archevêché, et une « grosse tour », c’est-à-dire de grande circonférence et certainement aussi aux murs épais, tels que les nécessitent les canons modernes est édifiée à sa place40. À l’intérieur de la ville, les murs sont épaissis par des dépôts de terre, boues et gravats divers, provenant du curage des rues et des déblais des chantiers de construction. Ces tas de terre, ou « terrées », déposés au pied des murailles ont pour fonction de renforcer le mur contre le feu des canons : en 1528, une première mention indique que Guillaume Maugars (un bourgeois, pas un homme de métier) a fait faire « le terrage de la porte Saint-Germain [ou de Bouguerue] du coté de devers la rulletière [rue Laitière] »41 ; en 1531, Richard Cornu, bennelier a été « commis à vider et curer les immondices des rues de ladite ville pour en faire des remparts et fortiffier le dedans des murailles de ladite ville pour un demi an fini à Pâques, 75 s. »42 ; même mention en 1533 : « Richard Lamy, bennelier, pour curer les boues et immondices des rues pour en faire des remparts et fortifier le dedans des murailles »43. Si le terme de « terrage » ou « terrée » est employé à Pont-Audemer vers 1530, la réalité, sans le nom, a existé à Harfleur dès 1478 : cette année-là, Pierre Levesque, ouvrier de bras, reçoit 30 sous tournois pour douze jours :

  • 44 ADSM, 3 E 6, 121, 1478, no 37.

Pour ce qu’il a ôté les terres au long du talus de la muraille pour icelle abattre et faire tout de neuf laquelle estoit pourrie et caducque entre la tour Jehan Leconte et la tour le Coustre [?] et icelles terres portées au long de la muraille dedans icelle ville44.

  • 45 AMPA, CRV, 1495, f° 20 ; CRV 1515, f° 15.
  • 46 AMPA, CRV, 1455-1481, PJ, no 163, 1473.
  • 47 ADSM, 3 E 6, 120, 1476, no 56.

35La principale innovation architecturale et technique dans les fortifications au XVIe siècle est le boulevard. Il s’agit d’un édifice bas et trapu ayant la forme d’une tour ou d’une demi-tour aux murs épais, qui enserre la base des murs ou qui précède une porte. Sa fonction est de résister à la nouvelle artillerie et d’héberger des canons de gros calibre pour riposter à l’attaque ennemie. Les principales portes des villes normandes sont assorties de ces constructions supplémentaires. Ainsi, à Pont-Audemer, le « portail neuf de la rue aux Juifs » est doté d’un boulevard, dont la construction dure deux ans environ, et qui coûte 400 livres dans la seule année 1487 ; à partir de 1495, ce boulevard est complété par des travaux de charpente qui lui confèrent des combles, des « degrés », des canonnières45. Même type d’aménagement au boulevard de la porte de l’Archevêché, qui est précédé de fossés, et à celui de la Ruelle46. À Harfleur en 1476, d’importantes dépenses sont consenties par la ville pour rénover deux portes, celle de Rouen et celle de Leuré. La première est rehaussée d’une toise et demie de mur et la seconde est doublée par un boulevard. Cette porte regarde la Leuré, c’est-à-dire l’avant-port d’Harfleur ; un ennemi éventuel emprunterait certainement cette voie pour prendre la ville. Dans le contexte international troublé des années 1470, cette porte est consolidée, opération pour laquelle le roi, d’ailleurs, octroie à la ville 700 livres supplémentaires47. Le boulevard qui est alors édifié est sommairement décrit par une quittance :

  • 48 ADSM, 3 E 6, 120, 1476, no 74.

Pour Helliot Bon, maitre maçon, 230 l. 19 s. 1 d., pour le boulevart et le mur qui traverse ledit boulevart, lequel soutient les terres d’icelui et même le pont dormant vers ladite ville et en la grosse masse d’icelui avant-mur cannonières, machicolles, cheminées, pavement et autres ouvrages faits audit boulevart48.

36Le montant élevé de la dépense doit être ici remarqué, de même que les détails de l’équipement militaire du boulevard : canons et canonnières, mâchicoulis, sols pavés, ainsi que le séjour prévu de soldats (cheminées). D’autres quittances montrent que le pavage du boulevard a été fait de pierre de Caen ainsi qu’une bonne part des murs, c’est-à-dire dans un matériau de qualité. Les travaux engagés cette année-là à ces deux portes s’élèvent à 526 livres, ce qui est considérable et inhabituel.

37Les travaux de fortification après 1450 à Pont-Audemer ont donc été poursuivis chaque année, mais avec une intensité variable.

Tab. 1 – Comptes de Pont-Audemer : dépenses pour la fortification, 1477-1500

Tab. 1 – Comptes de Pont-Audemer : dépenses pour la fortification, 1477-1500

38La chronologie de cette amélioration de l’enceinte de Pont-Audemer peut se résumer approximativement comme suit :

  • jusque vers 1470, de nouvelles portions de mur sont fondées, l’extension des courtines est complétée ;
  • 1470-1480 : les travaux concernent les murs et les portes ;
  • 1480-1490 : l’effort porte sur les boulevards qui défendent les portes. Jusqu’en 1490, les dépenses de maçonnerie représentent la majeure partie de l’argent employé dans la fortification. À partir de cette année, les frais de charpenterie commencent à augmenter.
  • 1480-1490 : les superstructures sont édifiées : charpentes, combles, galeries de bois, toitures. De ce fait, le coût annuel des travaux de charpente croît sensiblement et dépasse en 1493 et 1494 celui de la maçonnerie (407 livres pour la charpente en 1494 contre 175 de maçonnerie). En 1496, les frais de construction atteignent un point culminant, maçonnerie et charpenterie sont presque à égalité : 608 livres pour la maçonnerie, 541 pour la charpenterie. Entre 1495 et 1500, un nouveau poste de dépense apparaît : le fer et la serrurerie, lié à la nécessité de fermer les édifices réparés (97 livres en 1495, 91 en 1497, 60 en 1498).

39Les grands efforts de construction sont donc réalisés entre 1480 et 1495 environ. Les années où les dépenses de fortification ont été les plus fortes sont 1485 (898 livres), 1495 (832 livres), et 1496 (842 livres). Cette période peut être considérée comme un temps de rénovation, d’aménagement et de modernisation. À Harfleur, un très gros registre de dépenses de fortification date aussi de cette période (1485-1489) : faut-il y voir un mouvement général ?

40Au XVIe siècle, les dépenses de fortification à Pont-Audemer paraissent être surtout des dépenses d’entretien, ce que reflète le bref compte rendu qu’offre parfois le compte et qui mêle toutes sortes de tâches à peine décrites : par exemple, en 1533, Jehan Piédelièvre reçoit 100 livres « pour être converti en tuilles, bricques, plâtre et pierre de taille à réparer les murs, tours, murailles de Pont-Audemer et à curer et nettoyer l’artillerie ». Ici, un bourgeois a été chargé d’utiliser une « enveloppe budgétaire » pour financer un ensemble de réparations. Désormais, les autorités urbaines délèguent ainsi leur responsabilité à un des membres du conseil de ville. Les descriptions sont plus brèves, plus allusives, ce qui rend la perception des réalités plus difficile. Les sommes investies, comprises entre 100 et 300 livres par an, paraissent inférieures à celles de la fin du XVe siècle. Les dépenses de serrurerie sont constantes sans être considérables ; une portion de mur qui s’est écroulée est rebouchée ; une porte de ville ne ferme plus, les gonds et les pentures sont changés, les battants de porte sont rénovés, les toitures sont réparées et les tuiles remplacées, les ponts, les fontaines, les fossés sont également surveillés et entretenus. Les travaux de maçonnerie déclinent, la charpente, la couverture, la serrurerie et la pionnerie dominent. Il faut distinguer cependant les périodes de menace militaire, comme en 1490-1492 et en 1510-1515, où une activité fébrile et frénétique de mise en défense est perceptible dans les comptes à la formulation habituellement neutre : entre 1510 et 1515, la ville fait nettoyer les armes, acheter des projectiles et de nouveaux canons ; elle fait inspecter les portes et commande des travaux de réfection ; les fossés sont curés, le guet est mis en place et de nouvelles « loges » et « gardes » sont construites pour les sentinelles. À cette date, les gros travaux de maçonnerie et de charpente ont été, semble-t-il, achevés depuis le début du XVIe siècle. Il ne reste plus qu’à garnir la fortification en hommes et en armes.

41L’allure générale de ces dépenses se retrouve à Harfleur. Les travaux de fortification sont nombreux et imposants dans la deuxième moitié du XVe siècle. Au XVIe siècle, les investissements de la ville se déplacent vers les infrastructures économiques.

Infrastructures nécessaires à la vie économique

42Au cours de cette même période – 1465-1540 –, de nombreux travaux touchent d’autres aspects de la vie urbaine, non strictement militaires. Les autorités sont soucieuses de restaurer les équipements indispensables à la reprise économique de la ville. La ville est le nœud des échanges et du commerce, dont bénéficie toute la petite région environnante. Les transactions urbaines alimentent les recettes de la ville. Moulins, halles, quais, ports, fossés sont autant de lieux d’activités dont le produit est affermé. Par ce moyen, les villes améliorent leur budget de fonctionnement. Elles ont donc intérêt à la bonne marche de leurs infrastructures économiques comme le souligne cette quittance de 1507 :

  • 49 ADSM, 3 E 6 128, 1507, no 28.

À Harfleur, sept ou huit pionniers « ont réparé la chaussée entre Gournay [village voisin d’Harfleur] et le moulin à blé, si endommagé que le moulin ne faisait plus rien, au grand préjudice de la ville et du fermier des moullins »49.

43Pour toutes ces raisons, la remise en état des équipements de circulation et de travail est une affaire importante. Les travaux concernent les ponts, rues et cours d’eau, qui assurent la fluidité du transport urbain et constituent ainsi une structure de base de la vie économique.

  • 50 AMPA, CRV, 1525, f° 37. Ce type de réparation est très courant : voir CRV, 1536, fos 23 et 28.
  • 51 AMPA, CRV, 1529, f° 11.

44La circulation emprunte deux catégories de chemins, la voie d’eau et la voie terrestre. En ville, les deux réseaux de transport se superposent : il en résulte l’existence d’assez nombreux ponts, dont l’état doit nécessairement être suffisant pour ne pas arrêter le passage des hommes et des voitures. D’innombrables travaux et réparations sont effectués sur les ponts. Ces derniers sont de différents types. À Pont-Audemer, hormis les ponts-levis déjà cités, il existe deux ponts « dormants » qui franchissent la Risle en sa partie la plus large et d’autres ponts à l’intérieur de la ville qui enjambent les bras de la Risle et les petits canaux dérivés qui la parcourent. Ces ponts, petits et grands, sont généralement supportés par deux « joues de mur », une sur chaque rive, sur lesquelles sont posés des « ais » ou sommiers qui traversent l’eau. Puis des traverses sont placées sur ces sommiers pour construire le tablier. Les ponts de Pont-Audemer sont donc presque intégralement faits de bois. Les intempéries et l’eau de la rivière trempent les planches, de sorte que, rapidement, certaines parties du pont pourrissent. Ce qui oblige à de fréquentes réparations. En 1525, 14 soliveaux sont changés sur le pont du Moulin de Saint Gilles et 15 soliveaux « au pont de la place de cette ville » (c’est-à-dire celui qui donne accès à la Grand-Rue en venant de la place du pilori ?)50. Il arrive aussi que les ponts soient emportés par les eaux de la Risle en période de crue, ou bien qu’ils s’effondrent par pourrissement et usure. En 1529, le charpentier Guillaume Legendre et ses aides réparent pour 50 sous « le pont du grand moulin de Pont-Audemer », sur ordre des officiers, « ils y mettent bite et bloche [bloc] pour assurer ledit pont lequel a été mis en ruyne par l’impétuosité et abondance des eaues »51. D’autres équipements viennent améliorer certains ponts : des appuis et balustrades y sont placés (en 1503, à 3 ponts) ; le plancher est parfois recouvert de pavés ; un toit est aménagé sur l’un d’entre eux. Le devis suivant évoque l’allure courante des ponts dans cette ville :

Item il esconvient mettre et asseoir sur les 2 joues de mur 2 sommiers au travers de la rivière […] pour faire ledit pont lequel il convient plancher de solliveaux d’un doit de refent et le fournir de postellets qui seront assis sur le sommier et dehors pour y mettre une bonne entrebande [pièce de bois qui en soutient deux autres] fourni de herpons [?] qui portera la couverture dudit pont lequel sera couvert en appentis au dessous de la couverture des herses […].

  • 52 ADSM, 3 E 6 119, 1475, no 51.

45Il existe, à Harfleur, le cas original d’un pont couvert : en 1475, le plâtrier Laurens Garnier a travaillé trois jours « pour couverture de la charpente du pont aux Chaines »52. La couverture n’est peut-être que partielle et n’intéresse probablement que l’entrée du pont.

  • 53 AMPA, CRV, 1455-1481, PJ, 25 mai et 1er juin 1465.
  • 54 . AMPA, CRV, 1481-1490, PJ, septembre 1481.

46L’entretien et la rénovation, que pratiquent les édiles urbains, touchent aussi les chemins, rues et égouts. Le bon état des rues et chemins internes à la ville est un idéal, mais peut-être pas une réalité à Pont-Audemer. Le ramassage et la collecte des « fiens, boues et immondices » qui s’effectuent trois fois l’an rappellent que les rues sont jonchées de déjections diverses. Quelques réparations permettent de combler des trous et de régulariser la surface de circulation. En 1487, les trous de la Grand-Rue sont remplis de « créon » (marne ?) à l’occasion d’une entrée royale. Les matériaux utilisés (cailloux, « créon », sable…) laissent penser que la chaussée est constituée d’un revêtement de calcaire tassé et damé, mais non pavé. Une autre place, celle du « marché aux bêtes » ou « aux chevaux », reçoit vers 1464 les terres qui sont extraites des fossés lors d’un curage53. La place est donc recouverte de terre, progressivement séchée et piétinée. Cependant, traditionnellement, la ville lève un droit de pavage. Un acte de Louis XI rappelle la situation qui prévaut en 1481 : le pavage doit être utilisé pour « la réparation des chaussées, chemins et pavage de la ville ; depuis 12 ou 15 ans ençà et jusqu’à 1479, partie de ces deniers a été retranchée, de sorte que chaussées et chemins sont tombés en ruyne » ; or le roi a donné ordre aux habitants des faubourgs de venir s’installer « dans l’enclos de la ville » ; « dans ce cas, il est besoin de faire de nouvelles chaussées, rues et pavement ». Pour que tout cela soit fait, Louis XI ordonne que la ferme du pavage soit entièrement utilisée par la ville pour l’entretien des rues54.

47Quelques travaux de pavage perfectionnent et renforcent, autour des points de passage intense, la solidité du sol des rues. Les pavés semblent avoir été plus courants à Harfleur qu’à Pont-Audemer. En 1490, plusieurs rues et ruelles d’Harfleur sont pavées ; le charretier Jehan Biete effectue quinze voyages :

  • 55 . ADSM, 3 E 6 122, 1490, nos 32, 42 et 43.

Pour porter en sa charrette et banel de la pierre et du sablon qui estoient nécessaires pour paver les reuelles le long de la maison Jacques le Barbier, celle du pont Gorren, et celle de la planche Jonquet à la rue du Moulin […]55.

  • 56 . AMPA, CRV, 1481-1490, 4 mai 1483.
  • 57 . ADSM, 3 E 6 122, 1490, nos 32, 42 et 43 ; AMPA, CRV, 1481-1490, 5 février 1484.

48À Pont-Audemer, le pavage se rencontre autour des portes : le maçon Michel Douelle a estimé « le travail de pavement fait cette année à Pont-Audemer près de la porte de Bernay devers la maison Jehan Boullaye par Jacques Guillaume et Germain dis le Chanteur, paveurs, qui ont mis des pavés au cors du portail et du portail à la rivière »56. Une quittance ultérieure donne quelques précisions sur ces travaux : les paveurs ont pavé « auprès la porte de Bernay depuis le post de l’ostel Simon Réault près d’icelle porte jusque au ruissel d’eau joignant la maison Jehan le Cauchois à prendre la moitié de la rue emprès le reuel du coté desdits ostels »57. D’après cette description, les paveurs ont refait le pavage sur la moitié de la rue, celle-ci étant parcourue, en son milieu, par un ruisseau.

49Dans la même ville, un devis de 1496 décrit l’aspect d’un chemin partant de la porte de l’Archevêché vers le faubourg Saint-Aignan :

  • 58 . AMPA, CRV, 1496, f° 9.

Item haulcer de bitail [cailloux ? tout-venant ?] un chemin ou allée de 15 à 16 piés de lon, de la haulteur, et depuis la croppe du pavement dedans le pont du fossé du boulevart neuf de l’archevêché en tirant selon le train des charettes jusques et selon la haulteur des terres qui sont a chemin devant l’ostel ou demeure Jehan de Laigle, maréchal, et le drecher par les bors de grosses bites [pierre dure] et en parmy [milieu] plus haut en façon de dosdane et de la haulteur des terres qui sont à l’endroit dudit hotel […]58.

  • 59 . ADE, 2 E 3971, PJ, 1485, no 147.
  • 60 . AMPA, CRV, 1487, f° 1487.
  • 61 . AMPA, CRV, 1496, f° 34 ; CRV 1502, f° 50.

50Le bombement de cette chaussée doit permettre l’évacuation de l’eau de pluie. D’autres mentions montrent que le drainage des eaux est parfois problématique à Pont-Audemer et quelques équipements sont financés pour l’améliorer. En 1485, un « fossé » ou « égout » est curé « pour égoutter les eaues arrêtées au marché aux bêtes »59. Cette place était envahie par des eaux qui ne pouvaient s’évacuer ; les pionniers sont chargés de nettoyer la rigole qui permet le départ de l’eau vers la rivière. En 1487, un « reuel ou égout d’eau » est dépavé et abaissé « pour que les eaux s’égouttent mieux »60. Il existait donc en ville quelques caniveaux pavés destinés à drainer l’eau. Ces « égouts » de surface ont pu quelquefois être enterrés. C’est ce que suggère une dépense de 1496 : la ville fait creuser « 27 perques de fossés au long de la rue Laitière pour égouter les eaux » pour y placer « 3 pots et 3 cahots ». D’autres « cahots », canalisations souterraines, sont aménagés en 1502 aux mêmes fins61.

  • 62 . Sébastien Lefèvre, Topographie historique de la ville de Pont-Audemer, mémoire de maîtrise, unive (...)

51La documentation n’évoque pas de percement de rue. La trame de circulation n’a-t-elle connu aucune retouche, aucune nouveauté au cours de cette période ? Les voies de passage sont-elles indéfiniment les mêmes sur plusieurs siècles ? Probablement pas, même si la permanence domine, surtout pour les axes majeurs. Néanmoins, il est bien difficile de rendre compte des changements de cette sorte, s’il y en a eu. Les auteurs de monographies signalent cependant plusieurs voies nouvelles : en 1481, Louis XI ordonne la destruction de maisons dans les faubourgs de Pont-Audemer pour dégager le pied de la muraille et il accorde des facilités pour reloger les populations intra-muros. À cette occasion, de nouvelles rues auraient été percées, comme la rue des Carmes en 149162. De même, à Pont-Audemer, dans le quartier de l’hôtel-Dieu, sur la place du pilori, lorsque vers 1480, le prieur de l’hôpital s’efforce d’obtenir de ses tenanciers qu’ils reconstruisent les maisons qui avaient disparu, il est probable que des paysages de rues, bordées de maisons, réapparaissent dans les années suivantes.

52La voie d’eau est très utilisée au Moyen Âge. Rivières, fleuves, canaux sillonnent les petites villes normandes ; ruisseaux, mares, fossés en eau sont présents ici ou là : il existe tout un espace liquide urbain qui présente un intérêt surtout économique et parfois militaire. Moyens de circulation et base de l’économie des transports, surtout pour les produits pondéreux (sable, bois, pierre, blé…), les cours d’eau font l’objet d’une attention particulière de la part des municipalités. Ils connaissent sur leurs berges tout un ensemble de constructions, d’aménagements, d’équipements destinés à mieux tirer profit du transport par eau.

  • 63 ADSM, 3 E 6 122, 1490, nos 32, 42 et 43 ; AMPA, CRV, 1481-1490, janvier 1480.

53Outre les ponts déjà cités, il est d’autres constructions qui enjambent les cours d’eau urbains. Les documents mentionnent assez fréquemment les « arches » qui désignent plusieurs types d’édifices différents et l’interprétation de certains textes n’est pas facile. Il peut s’agir d’arcs ou d’arcades qui soutiennent une partie de murailles ; dans ce cas, il n’y a pas de rapport avec l’eau. Ainsi, vers 1481-1483, des travaux sont réalisés à « l’arche du Sépulcre » ou « l’arche derrière le Sépulcre », probablement le passage de la muraille, une sorte de porte, derrière l’église du Sépulcre. Le terme semble désigner aussi de petits passages sur des canaux, ou bien l’endroit où un cours d’eau traverse le mur d’enceinte, ou encore l’arc d’un pont. Un document, en 1479, emploie l’expression « 2 arches au travers de la rivière près de la porte de Bernay », en 1480 « l’arche sur la rivière », en 1486, sont réparés « 2 paons de gros murs sur l’arche de pierre étant au travers de l’eau près de l’ostel Simon Réault ». Dans ce cas, il s’agit de petits ponts de pierre. Ils supportent parfois des constructions de bois, comme celles qui sont établies sur les tours et murs de la ville : en 1490, est placé « un comble de bois sur les arches au travers de la rivière ». Qu’elles soient portes ou ponts, certaines arches sont barrées par des herses de bois ou de fer et participent ainsi à la clôture de la ville. En 1480, un devis décrit des travaux à réaliser : il faut faire une arche sur la rivière, pavée sur le dessus avec une herse barrant la rivière63 ; en 1488, la ville paie des « herses de bois mises aux arches » ; en 1490, « les chaînes pour lever les herses des arches » sont changées ; en 1512, sont fabriquées « 4 herses pour 4 arches des cours d’eau ». Ces herses sont des obstacles à la pénétration en ville, ce que souligne un devis concernant une canalisation.

  • 64 Le travail d’Alain Salamagne sur Douai permet d’éclairer ce point. L’auteur donne dans son ouvrage (...)

54Les « moineaux » sont d’autres constructions qui traversent les cours d’eau. Là encore, il est difficile d’imaginer, d’après les textes, de quoi il s’agit. Le terme concerne un élément de fortification placé sur une courtine. En 1480, dans le devis cité précédemment, il est prévu de construire « des moineaux de part et d’autre de la dite arche pour la seureté et défense » qui auront « 3 ouvertures de canonnières : au long du mur, sur la prairie et jardins, sur l’ouverture de l’arche ». Ce sont là de petits ouvrages défensifs. Dans nos sources, il est question surtout de « moineaux » qui terminent des fossés, constituant comme une sorte de barrage64. Dans ce cas, le moineau est un petit chemin « sur l’eau », qui comporte des « bondes » et ouvertures pour remplir ou vider le fossé ; il est fortifié avec des archères et des guérites pour le guet et des grilles qui barrent les arches sur lesquelles repose quelquefois le « moineau ». Il facilite donc la surveillance militaire des voies d’eau en cas de guerre.

55Ces sortes de grilles placées sur les canaux servent aussi à arrêter les débris flottants ou entraînés par l’eau et qui peuvent en boucher le cours. Le souci des autorités est également de permettre la circulation des barques et d’éviter le débordement et l’inondation en curant régulièrement le fond des cours d’eau et en assurant la force du courant ainsi que la profondeur de l’eau.

  • 65 Ibid., illustrations hors texte nos 61 et 62.

56Les cours d’eau de Pont-Audemer connaissent aussi les dos-d’âne (ou « dosdanes » selon l’orthographe du temps), c’est-à-dire des murets ou des bancs de terre séparant les eaux des fossés ou forçant le cours des rivières. Mais là encore, les informations précises sur l’aspect et les fonctions de ces constructions manquent. Les fortifications douaisiennes étudiées par Alain Salamagne fournissent d’utiles éléments de comparaison : un dessin de 1660 représentant les fossés montre un dispositif de « dos-d’âne », qui doit servir à dévier l’eau en cas de nettoyage du fossé65.

  • 66 AMPA, CRV, 1498, f° 23 : devis de vidange de fossé.
  • 67 AMPA, CRV, 1518, f° 13.
  • 68 ADSM, 3 E 6 132, 1521-1525, nos 56 et 58.

57Les murs de la ville, les tours, les portes et leurs boulevards sont longés par des fossés en eau ou secs. Le terme de « fossé » s’applique aussi à toute rigole ou tranchée faite pour évacuer l’eau. Il peut donc ne pas être très considérable. Dans tous les cas cependant, et durant toute la période, de 1465 à 1537, sont pratiqués des curages décidés et organisés par la ville. Pour cela, le fossé en eau est clos grâce à un « batardeau » ou « batardel », mur de bois et de terre étanche destiné à retenir l’eau et qui permet d’assécher le fossé pour y effectuer des travaux66. Ensuite, les ouvriers pionniers creusent et nettoient le fond, d’où sont extraits les vases, boues, détritus qu’ils entassent en des lieux prévus à l’avance, comme à Pont-Audemer vers la Madeleine ou le long des murailles. Parfois, les terres sont déposées sur les douves67. Les morceaux de bois, les poutres, les pierres ainsi retrouvés et encore utilisables sont récupérés. Parfois même, des matériaux sont immédiatement réutilisés, comme en 1525 à Harfleur où des pionniers ont « tiré de la bitte du fossé près de la porte de Montivilliers pour faire la chaussée près le pont de Colleville » ; la même année, toujours à Harfleur, la terre et la « bitte » tirées des fossés sont employées « pour faire la douve et terrasse près la tour Jehan Dyver »68.

  • 69 ADSM, 3 E 6 120, 1477, no 89.

58Pour faire place nette, les arbres, arbustes, roseaux et « herbes » qui ont poussé sur les douves et rives des fossés sont coupés ; ainsi à Harfleur en 1477, Jehan de Lisle dit Ham reçoit 50 sous « pour avoir coupé les buissons roseaux épines croissans sur les douves des fossés étant entour l’enclos de muraille de ladite ville par l’espace d’un quart d’an »69. Les travaux de fossés sont souvent considérables par le temps qu’ils demandent et le nombre des personnes qu’ils emploient.

  • 70 ADSM, 3 E 6 122, 1490, no 2 : les fermiers de la pêche des fossés demandent un rabais de 20 l. sur (...)

59Si les fossés ont un rôle militaire évident, ils ont aussi un petit rôle économique. Ils sont utilisés comme viviers à poissons. À Pont-Audemer, 300 brèmes sont introduites dans le fossé en 1496 ; à l’occasion d’une réception, les autorités de cette ville paient à deux pêcheurs une grosse carpe pêchée dans le fossé ; à Harfleur, la pêche des fossés est un droit qui appartient à la ville et qu’elle afferme. C’est que la pêche des fossés était une activité économique courante et quelque peu lucrative70.

60Les rivières et cours d’eau urbains sont navigables et sont parcourus par divers types d’embarcations. Les barques à fond plat, barges, petites péniches, appelées « escaudes » à Pont-Audemer, apportent jusqu’au centre de la ville les produits les plus lourds, pierre, chaux, sable, bois, grains, alimentant ainsi les chantiers de construction et les marchés. Pour décharger les marchandises, des lieux d’accostage et de débarquement sont nécessaires. Les « planches » semblent n’être que des appontements de bois fort sommaires, permettant d’attacher une embarcation, éventuellement de pêcher. Les quais accompagnent les ports et impliquent une activité plus grande et des espaces construits d’envergure. Il en existe à Louviers, Pont-Audemer, Montivilliers et, bien sûr, Harfleur. Cependant, le terme de quai peut désigner des aménagements très modestes. À Pont-Audemer, en 1478, un texte cite trois « quais » où l’on décharge des matériaux de construction : le « quay de la rue aux Juifs », le « quay d’auprès le Moulin de Saint-Gilles », le « kay de la rue du Sépulcre ». Hormis celui de la rue aux Juifs, qui est le véritable « port » de la ville, emplacement qui a conservé ces fonctions jusqu’au XXe siècle, les autres lieux, qui ne sont mentionnés que dans ce document, sont certainement de tout petits débarcadères et des sites occasionnels. Les rives des canaux et rivières sont parfois maçonnées ; plusieurs devis décrivent des « joues de murs » construites pour retenir les terres et consolider les berges, et aussi, des « degrés », c’est-à-dire des escaliers, pour accéder à l’eau. Il est probable que ces degrés peuvent être, à l’occasion, des lieux d’accostage et de déchargement.

61Les quais des ports sont, eux, plus développés. À Pont-Audemer, ce sont des talus de bois emplis de terre et cailloux, qui permettent le déchargement des barques et des navires. En 1464, à Pont-Audemer, le charpentier Pierre Petit et deux de ses valets sont payés 30 sous tournois pour trois jours de travail et demi à 3 sous par jour :

  • 71 AMPA, CRV 1455-1481, PJ, 13 avril 1464. La porte dont il est question dans cette quittance est la (...)

Pour avoir fait à leur despens la charpenterie du tallu de boys de pieux, de fiches, reilles, harpons qui est advisé être fait au cay de la porte d’auprès de l’ostel Jehan de Caux qui est le plus commun lieu où l’on a accoutumé arrivez et déchargé les marchandises venant en ceste ville71.

  • 72 ADSM, 3 E 6 118, 1473, no 2.

62À Harfleur où le trafic est plus intense, les quais sont probablement de pierre, mais subsistent aussi quelques quais de bois72. En tout cas, ces installations sont suffisamment étendues pour définir une certaine aire de l’espace urbain. Le « port », la « rue du Quai » à Louviers désignent des quartiers marqués par l’activité de transport fluvial et par divers entrepôts. À Pont-Audemer, le grenier à sel est installé à proximité immédiate du port ; à Louviers, à Harfleur et Pont-Audemer, les murs d’enceinte sont percés d’une « porte de l’eau », d’une « porte du quai » ou « porte des cays », qui donnent accès à ces sites.

  • 73 ADSM, 3 E 6 118, 1473, no 78.
  • 74 ADSM, 3 E 6 118, 1473, no 43.

63Quelques textes décrivent un peu ces « ports ». À Harfleur, en 1473, un marchand livre du bois « qui a servi à faire deux quais de bois dedans le havre de ladite ville, pour un cay qui sert à préserver et defendre l’eau de mer dedans les fossés et un grant cay devant la place de l’ostel du capitaine »73 ; la même année, des pionniers sont payés « pour avoir achevé et emply de terre le grand cay de la bare du Pont aux Chaines vers la Poterne et un autre cay […] lequel emply de terre pour résister au cours d’icelle barre »74.

  • 75 ADSM, G 690, 1488-1489, « Œuvres et réparations ».

64Le quai est formé d’un mur vertical de bois, parfois de pierre, avançant vers l’eau, consolidé par des pilotis et comblé de terres et cailloux comme on le voit ici. À Louviers, en 1488, Guillaume Postel serrurier, est payé « pour 11 anneaux de fer qu’il a mis et assis dedans les pierres de la bordure du kay de Louviers et pour plomb pour lesdis anneaux où les batelliers attachent leurs bateaux »75. Ce texte mentionne l’existence de quais de pierre et non de bois, avec des attaches assez nombreuses. À Pont-Audemer, en 1476, est réparé un talus ou « dosdane »,

  • 76 AMPA, CRV, 1455-1480, PJ, 29 juin 1476.

Lequel a été rompu à l’occasion des creues qui ont esté à l’yver derrenier passé et lequel tallu est très nécessaire estre réparé et amendé promptement afin que le navire puisse venir es cays de ladite ville et les marchandises d’icelle amener il soulloit pour les habitants de la dite ville […]76.

  • 77 ADSM, 3 E 6 118, 1473, no 34.
  • 78 Ernest Dumont, Histoire…, p. 55-57.

65L’entretien du port d’Harfleur occupe dans les comptes de cette ville une place considérable. La lutte contre l’envasement est permanente : en 1473, des « ouvriers de bras » reçoivent paiement « pour vidage de vases qui ferment tellement que le navire ne pouvait entrer dedans ladite ville »77. La Lézarde est régulièrement obstruée et colmatée par les sables et les galets que les courants marins viennent déposer à son embouchure. À plusieurs reprises, aux XIIIe et XIVe siècles, les autorités locales ont cherché à creuser une tranchée pour y dévier les eaux de la Lézarde. Cette tranchée, plus rectiligne que le cours de la rivière, aurait eu un courant plus fort et donc serait moins sujette au colmatage. Entre 1470 et 1480, beaucoup d’efforts vont dans ce sens : le roi accorde le droit de lever certains impôts pour financer ce creusement ; un batardeau est construit pour dévier les eaux ; en 1476, une équipe cartographie le tracé de la côte depuis le Chef-de-Caux jusqu’à Tancarville78. Vers 1490, il semble que ces travaux aient donné satisfaction et que les navires fréquentent en grand nombre le port. L’entretien de cette tranchée se poursuit au cours du XVIe siècle : en 1509, les habitants de la ville sont contraints de venir y travailler. La naissance du Havre en 1517 diminue l’urgence de ces travaux, qui se poursuivent néanmoins jusque 1580.

66Les criques qui accueillent les navires de mer connaissent des opérations qui en équipent et viabilisent les berges en 1476 :

  • 79 ADSM, 3 E 6 120, 1476, no 23.

À Colin Flahaut, Jennequin Duval, Jehan Lecast, ouvriers de bras, 47 s 9 d pour 9 jours qu’ils ont fait les fossés et places pour asseoir trestres et pots pour faire le pont de la crique d’Espagne qui estoient rompus et un autre pont au travers d’une crique nouvellement faite pour mettre et poser les passagers et navires79.

67Les criques d’Harfleur possèdent tout un dispositif de ponts, passerelles, et débarcadères. Ces ponts permettent, entre autres choses, de relier facilement le port de mer et la ville :

  • 80 ADSM, 3 E 6 120, 1476, no 27.

À Gilet le Beuf et Loys le Moigne charpentiers, 7 l 8 s pour 21 jours à défaire un grand pont assis au devant la crique d’Espagne et icelui refait plus haut qu’il ne soulait vers Graville afin que plus grand nombre de navires venant de la mer et d’ailleurs puissent passer en icelle et mettre en seureté et affin que les gens qui pourraient descendre des navires qui seroient arrivés à la fosse de Leuré en icelle crique puissent venir à pied sec par dessus ledit pont au dedans de ladite ville80.

68Les barres sont les installations portuaires qui servent à retenir l’eau dans le port à marée basse puis à la relâcher brutalement pour que le flux expulse les vases et le sable accumulés dans l’avant-port. Harfleur souffrait particulièrement du colmatage de son port par les courants et la marée. Cette « chasse d’eau » arrive à se détériorer et entraîne d’assez fréquentes réparations comme tout engin de bois qui est trempé par l’eau par intermittence. Seule Harfleur possède, à notre connaissance, ce dispositif.

  • 81 André Lejeune, Notes…, p. 299-300.

69Les villes sont entourées de moulins, à blé, à gru, mais aussi à huile, à tan et même « à couteler ». En Normandie, ce sont surtout des moulins à eau, alimentés par des canaux au cours forcé. Ce dispositif accentue et régularise la pression de l’eau sur les roues de moulin. Les moulins sont localisés à l’intérieur et à l’extérieur des villes. À Saint-Saëns, ainsi qu’à Montivilliers, à Louviers et certainement dans d’autres villes, des moulins à tan sont installés sur les cours d’eau à l’intérieur de l’enceinte urbaine. À Saint-Saëns, le « petit moulin » se situe rue de l’Eau et le « grand moulin » dans la rue des Forges, quartier traditionnellement consacré aux activités artisanales. Ces deux moulins broyaient des écorces pour le travail du cuir81. À l’extérieur des villes mais à proximité tout de même, il existe d’autres moulins : à Pont-Audemer, le « moulin des champs », le « moulin de Saint-Gilles » (relevant de la léproserie du même nom) étaient des moulins à blé ; à Saint-Saëns, le « moulin des prés », le « moulin du Pont-du-Thil », installés probablement au XIIIe siècle, écrasaient également les céréales.

  • 82 Ibid., p. 305.

70L’usage des moulins a pu évoluer au fil du temps et leur nombre s’étoffer ou se réduire. Ainsi, il n’y a pas trace de moulin à tan à Saint-Saëns avant le XVIe siècle ; une activité de tannerie s’est affirmée au cours de notre période82.

71Les chemins d’eau qui desservent les moulins, installés durant les siècles précédents, sont l’objet de réparations fréquentes : curage, relèvement des murets, coupe des herbes. La mécanique intérieure des moulins s’abîme et les pièces en sont changées : roues, meules, parties de bois ou de fer, cordages. Mais il n’est pas facile d’identifier les usages et les formes des pièces changées. L’agencement interne des moulins semble être assez élaboré.

  • 83 ADSM, 3 E 6 132, 1521-1525, no 5 : diminution signalée de toutes les fermes à cause de la peste de (...)
  • 84 ADSM, 54 H 117, 1476, et 119, 1478, parties « Œuvres et réparations ».
  • 85 ADSM, 54 H 120, 1480, « Œuvres et réparations ».

72À Harfleur, après 1490, les dépenses pour les moulins sont si abondantes qu’elles dénotent certainement la reprise démographique et économique de la ville et de sa région. Car les moulins d’Harfleur, au nombre de deux, un moulin « à blé » et un « à gru », écrasent le blé du plat pays environnant. Inversement, lorsque la population diminue, à l’occasion d’une peste par exemple, le revenu des fermiers des moulins baisse sensiblement et ceux-ci le font savoir aux dirigeants de la ville pour obtenir une réduction des redevances qu’ils doivent payer83. Les registres de l’abbaye de Montivilliers font état, dans les années 1475-1480, de multiples réparations aux moulins de l’abbaye (moulin à blé, à gru, à tan)84 : meules à changer, mécanisme et engrenages à rétablir, maçonnerie à consolider… Il semble y avoir aussi d’importants besoins dans ce domaine. Le compte de 1480 signale un « moulin neuf » qui, situé près des halles, est doté d’une meule neuve85. Durant les mêmes années, à Montivilliers, sont rénovés les étaux des diverses halles et halettes de la ville. Ce qui souligne une certaine activité commerciale et une reprise économique.

  • 86 ADSM, 3 E 6 160 : en 1546, une lettre de François Ier autorise la ville d’Harfleur à réaliser une (...)

73Les fontaines ne revêtent pas une fonction directement économique, comme les cours d’eau ou les ponts. Elles sont cependant nécessairement situées dans des lieux connaissant un fort passage. Assez fragiles, elles absorbent des dépenses considérables. Elles sont un équipement emblématique de la ville ; les édiles de Pont-Audemer y attachent beaucoup d’attention. L’intérêt qu’ils y portent cristallise en lui plusieurs intentions, les plaçant ainsi au carrefour des objectifs poursuivis par les autorités urbaines. Les fontaines, en effet, sont sans cesse réparées, entretenues, améliorées, embellies. Elles sont, d’une part, des installations à caractère militaire, dont les dépenses figurent toujours dans les comptes parmi les dépenses de fortification. L’approvisionnement en eau potable est fondamental pour tenir un siège. Les comptes rendus de travaux qui sont effectués vers 1545 à Harfleur le soulignent de façon explicite86. Toutes les villes en possèdent probablement. Les sources de Pont-Audemer et Harfleur permettent d’avoir quelques renseignements sur leurs fonctions. Les fontaines sont aussi des installations utilitaires qui agrémentent la vie des citadins. Elles captent des sources extérieures à la ville, dont l’eau n’est pas souillée par les déjections urbaines, laquelle est sommairement filtrée et parvient au cœur des quartiers fortement peuplés de la ville (à Pont-Audemer, une grande fontaine est installée dans la Grand-Rue, une plus petite dans la rue aux Juifs, une troisième est amenée plus tard sur la place du pilori). Elles offrent aux habitants une eau proche de leur domicile et potable ; elles entraînent une meilleure hygiène citadine à une époque de pestes récurrentes ; les fontaines sont équipées pour que les badauds, les voyageurs, les pèlerins puissent boire. Elles sont aussi des éléments d’embellissement du cadre de vie, des sortes de petits monuments, une décoration urbaine. Leur aspect est un peu décrit par les devis de construction : cuves souvent en plomb, canalisations de plomb apportant l’eau depuis une source, conduites courant sur le sol ou bien enterrées, mais gainées par du bois (des troncs d’arbres), ou enchâssées dans des coffrages de pierre (« cahots »). La structure visible est faite d’une grande vasque ou réceptacle à eau, en pierre, surmontée d’une pointe de pierre, qui supporte les robinets ou « chantepleures ». Un gobelet de cuivre, attaché à la construction par une chaînette, permet de se désaltérer.

74Instruments nécessaires à la défense, équipements utilitaires, objets d’ornement urbain, les fontaines résument, à elles seules, l’action urbanistique des municipalités médiévales.

75Les frais engagés par les villes dans l’entretien de leurs équipements économiques manifestent le rôle primordial que revêtent les infrastructures de transport, routes, ponts et cours d’eau dans la vie quotidienne des citadins, dans les activités économiques et dans la gestion des petites villes. Ces postes budgétaires mettent en évidence le rôle de l’eau. Celle-ci a plusieurs fonctions, protégeant les murailles, permettant la navigation et fournissant une énergie mécanique aux divers moulins.

76Les responsables urbains ont donc mené une politique multiforme : installation de défense et de sécurité, équipements collectifs, infrastructures économiques ont été les principaux postes de dépenses, avec une part considérable consacrée à la fortification. Un effort de construction a commencé à se développer vers 1450 et s’est étendu jusqu’au milieu du XVIe siècle. Mais les villes ne sont pas uniquement tributaires de l’action des édiles locaux.

Autres acteurs sociaux de l’espace urbain

77Si elle est mieux connue par les sources, l’action des autorités municipales n’est pas la seule à contribuer à l’édification de l’espace bâti. D’autres propriétaires ou gestionnaires fonciers, d’autres « acteurs sociaux » œuvrent pour donner aux petites villes médiévales leur visage architectural. Ce sont les institutions religieuses, abbayes, couvents mendiants, paroisses, hôpitaux et léproseries, et ce sont aussi les particuliers, habitants des villes, bourgeois plus ou moins aisés. Si leur action est moins bien documentée que celles des conseils de ville, ces informations, rares dans notre documentation et d’autant plus précieuses, qui éclairent cet aspect important de la vie urbaine, ne peuvent être écartées.

Propriété ecclésiastique, propriété individuelle

  • 87 ADSM, 2 E 14 1443, 14 février 1510.

78L’Église est un des intervenants primordiaux dans la réalisation des paysages urbains. Les institutions ecclésiastiques sont propriétaires de terres et seigneurs fonciers dans les campagnes et les villes. Les abbayes, par exemple, se trouvent placées au centre d’un ensemble parfois important de biens fonciers dont la bonne exploitation permet d’assurer, par des revenus financiers suffisants, leur bon fonctionnement religieux. Principal capital et moyen d’enrichissement le plus courant, la terre assure la vie matérielle de l’Église, qui s’inscrit ainsi dans l’économie de son temps. L’Église et toutes les institutions qui en dépendent sont aussi propriétaires urbains. L’Église joue donc un rôle dans l’élaboration du paysage des villes. Abbayes et prieurés possèdent des terres et des maisons en ville. C’est le cas de l’abbaye du Valasse à Pont-Audemer, de Saint-Wandrille à Caudebec-en-Caux, de l’abbaye de Montivilliers à Montivilliers, de l’abbaye Saint-Taurin d’Évreux ou de celle de Fécamp à Louviers, de l’abbaye Sainte-Catherine-du-Mont et de l’abbaye de Royaumont à Neufchâtel, de l’abbaye Notre-Dame-du-Camp-Souverain et l’abbaye de Foucarmont à Saint-Saëns, de Notre-Dame-de-la-Couture à Bernay. De même, les hôpitaux ou les maladreries possèdent également un « ensemble immobilier » plus ou moins important provenant des dons des fidèles, effectués au cours des siècles. Ces différentes institutions gèrent scrupuleusement leur temporel, particulièrement dans ces temps de relèvement économique que sont la fin du XVe et le début du XVIe siècle. Un exemple parmi des dizaines d’autres semblables : en 1510, un bourgeois de Louviers cède à un autre bourgeois de cette ville pour 50 livres une maison avec jardin rue du Vallet près de la fortification qui doit 20 sous de rente à l’abbaye87. Ces organismes jouissent également de bâtiments monastiques et conventuels, parfois imposants, avec réfectoire, chambres, cloître et église, marquant en leur centre le paysage des petites villes (Fécamp, Montivilliers, Cordeliers et Carmes de Pont-Audemer…) qui doivent être entretenus, agrandis, réparés. Ces édifices offrent des travaux assez réguliers aux hommes du bâtiment et entraînent derrière eux l’activité locale.

79Les prêtres des paroisses sont aussi de petits acteurs de la construction urbaine. Ils interviennent dans de multiples achats de biens fonciers, gèrent les biens de leur bénéfice et participent à l’entretien des édifices paroissiaux.

80Certains laïcs contribuent parfois puissamment à la construction urbaine. Ils ne sont en général pas propriétaires « éminents » de leurs biens : ils souscrivent des contrats de « fieffe » et paient une rente fixe à leur « seigneur ». Cependant, les constructions existant sur les parcelles qu’ils prennent en charge dépendent souvent d’eux.

Construire et reconstruire après les guerres

81La situation d’une ville normande à l’issue de la guerre est évoquée dans un document concernant Louviers. Les halles aux draps ont été abîmées pendant le conflit ; les drapiers qui avaient pour usage de vendre leurs productions à Louviers ont tendance à quitter la ville ; l’archevêque dont les revenus sont ainsi diminués tente de trouver un accord avec les drapiers ; ce texte rappelle d’abord quelle était la situation de la ville vers 1450-1455 :

  • 88 AML, PF8, FF9, 1454.

Ils avaient dit et encore disoient que à l’occasion des guerres et durant le temps que ladite ville avoit esté tenue pour et en la main du roi Notre Seigneur et que les anglais occupaient la région, les halles ont été démolies pour servir à la fortification ; autrefois, il y avait un grand nombre de drapiers riches et puissans qui profitaient bien des halles, mais aujourd’hui il n’y a plus rien et cela ne pourra revenir ainsi avant 40 ans (?) car certains drapiers sont morts, les autres sont partis loin, les 2 parts des maisons et la fortification ont été démolies, le reste des maisons est en ruine, la ville est restée inhabitée et dépopulée, il n’y a de présent que 60 drappiers qui tiennent contre 2 à 3 000 autrefois […]88.

82Une conjoncture comparable s’observe à Neufchâtel après les événements militaires de 1472 :

  • 89 ADSM, 2 E 14 1139, 22 février 1482 : acte où la rente est diminuée de 40 à 30 s. ; dans l’acte sui (...)

Comme Geoffroy Sarel et sa femme au droit d’elle […] a coustume prendre et avoir 40 s. t. de rente à héritage par an sur une maison et masure ainsy et que fut derrenièrement à deffunct Cardin Lenglois, assis en la paroisse de Notre-Dame de Neufchâtel [… confronts]. Et sont ainsy que en l’an mil472 la maison étant sur ladite masure et héritage ait été arse et brullée par les Bourguignons, pourquoi ledit héritage soit tourné comme en non valleur, Pour laquelle cause Simonette, veuve de feu Cardin Lenglois pour elle et ses enfants s’est tournée vers ledit Sarel, sa femme et leur ait remontré la démolition dudit héritage et que icelui estoit chargé de plusieurs autres rentes et ne valloit pas les rentes qui en estoient deues, Pourquoy elle, ses dits enffants ne pourroient rédiffier ladite masure, mais avaient intention d’icelle délaisser et abandonner se ledit Sarel et sa femme et autres qui ont droit de rentes sur ledit héritage ne leur faisaient aucune relache des dites rentes, a quoy ledit Sarel et sa femme se soient lors condescendus et dyminuer et relacher desdits 40 s. t. de rente à 30 s. t. du regart à ce que dit est par ce que ladite veuve seroit tenue rédiffier ledit héritage […]89.

83Dans la documentation concernant Neufchâtel et Pont-Audemer, les années 1470-1480 paraissent particulièrement marquées par un effort de reconstruction, de remise en ordre des biens, des rentes, des papiers et titres de propriété. Cette activité s’observe dans les institutions ecclésiastiques : hôtels-Dieu, fabriques d’église paroissiale, abbayes, confréries, souhaitant régulariser leurs rentrées d’argent et soutenir leurs activités cultuelles ou charitables, relancent le bon fonctionnement de leur temporel. Comme celui-ci est en partie constitué de terrains et constructions urbaines, ces initiatives qui produisent des traces écrites nous laissent un peu entrevoir l’effort de reconstruction du bâti urbain. La présence de 39 actes (baux à ferme et à fieffe) dans le registre notarié de 1481-1482, concernant les paroisses Notre-Dame, Saint-Pierre, Saint-Jacques de Neufchâtel, et aussi Saint-Vincent et Quiévrecourt, est-elle à mettre en relation avec ce contexte de reconstruction ? En temps ordinaire, plus paisible, y aurait-il autant de contrats et de baux à fieffe ? Probablement moins.

  • 90 Trois ou quatre mentions en ADSM, 2 E 14 1139, 1482.
  • 91 ADSM, 2 E 14 1139, 6 janvier 1482.

84Outre les destructions dues à l’occupation anglaise et à la reconquête, très sensibles dans les documents de Louviers ou Montivilliers, il faut compter aussi avec les dégâts ultérieurs. À Eu, Neufchâtel et dans quelques autres localités (Pavilly, Auffay), d’importantes destructions sont occasionnées lors d’attaques menées par les troupes bourguignonnes en 1472 : Eu est durablement ruinée (Le Livre rouge de l’abbé Legris comporte pour ses années un « trou » qui manifeste le non-fonctionnement des institutions urbaines ou leur anémie), Neufchâtel l’est aussi dans une moindre mesure. Dans les actes notariés de Neufchâtel, en 1481-1482, figurent de nombreuses mentions concernant la reconstruction des maisons détruites, signe de l’ampleur des dégâts. Beaucoup de masures sont « vides »90, ce qui implique qu’il n’y a plus de constructions dessus, sauf quelques traces, comme à Saint-Pierre-de-Neufchâtel cette « masure et pourpris et de présent vide et non édiffiée, réservées d’anciennes machonneries qui y sont en la ruelle [où] soulloit avoir un hôtel et manoir nommé hôtel de Royaumont »91. Il semble à lire ces actes que la « masure » est une parcelle, un terrain destiné à être construit d’une maison d’habitation, d’une grange, une étable… Donc une masure vide est quelque chose d’anormal.

  • 92 ADSM, 2 E 14, 1139, 6 et 16 janvier, 22 février, 12 mars, 9 et 16 avril 1482.

85À cette occasion, les terrains sont de nouveau baillés à fieffe et les preneurs ont obligation de rebâtir de nouvelles maisons : « le preneur doit faire édiffier sur cette masure à la valleur de 40 l., […] le bailleur se réserve le droit de faire réédiffier la chapelle de l’hôtel et manoir [de Royaumont] », un autre doit faire une maison de 10 livres dans deux ans, un autre une maison de 100 livres dedans deux ans, une veuve ne peut reconstruire faute de moyens financiers, un autre doit faire sur un jardin une maison de 15 livres dedans trois ans, un autre une maison de 10 livres dedans trois ans, un autre une maison de 10 livres dedans trois ans, un autre une maison de 20 livres dedans trois ans, un autre une maison de 30 livres dedans trois ans92. Du fait de la documentation conservée, les actes mettent en valeur l’importance des seigneurs ecclésiastiques. Cependant, les seigneurs laïcs font certainement de même ; ainsi, en 1487 :

  • 93 ADSM, 2 E 14 1140, 16 février 1487.

Jehanne Filleul, dame de Hames et de Bully [villages des environs de Neufchâtel], a baillé à rente à Messire Jehan Bougain, prestre à Neufchâtel une masure wide en usage de jardin, joignant d’un côté au chemin qui mène de Notre Dame à la prison […] d’autre côté à la rue Savatemare [?] et sera tenu le preneur faire une maison dedans un an du prix de 10 l.93.

  • 94 ORF, 14 juin 1510, p. 418.

86De pareils engagements sont également enregistrés dans les papiers de l’hôtel-Dieu de Pont-Audemer. Les parcelles appartenant à l’hôpital et situées dans les environs près de la place du pilori sont de nouveau baillées « à fieffe » dans les années 1480-1490 avec obligation de construction, ce qui a dû entraîner la renaissance du quartier du pilori. Ce cas révèle un aspect intéressant de la remise en état du bâti urbain, qui résulte souvent d’une collaboration entre différents acteurs. Dans le cas précédent, la ville, qui intervient dans les affaires de l’hôtel-Dieu, la direction (ecclésiastique) de celui-ci et le preneur, un bourgeois souvent membre du conseil, concourent à la réédification des parcelles détruites. En une autre occasion, il y a action conjointe des particuliers et de la royauté : en 1510, une ordonnance de Louis XII touche la question de l’entretien de la voirie dans les villes du royaume. Il est dit que les habitants des villes doivent faire paver la rue devant leur maison, et que, sur les grandes places, ils devront faire un pavage comme dans les rues les plus larges de la ville, le surplus étant à la charge de la municipalité94.

87L’étude de Suzanne Deck sur Eu décrit les problèmes suscités par la reconstruction suivant la guerre de Cent Ans, notamment la question centrale de savoir qui, parmi les propriétaires et occupants fonciers, doit financer la reconstruction des maisons détruites. Après 1450, est rappelée une ancienne disposition de 1415 qui stipulait que les biens vacants devaient être fieffés de nouveau et qu’il fallait obliger les propriétaires à rebâtir. Le bailli d’Eu a l’obligation de faire crier aux assises et ailleurs que les propriétaires de masure doivent clore et réparer les maisons. Les bourgeois demandent au roi que cela soit confirmé, car ils craignent une forte opposition des nobles et des gens d’église, principaux propriétaires fonciers.

Les édifices religieux

  • 95 Auguste Guilmeth, Description des arrondissements du Havre, Yvetot et Neufchâtel, t. III, Rouen, D (...)
  • 96 ADSM, Abbaye de Saint-Saëns, aveu, 15 juin 1484, « Jehanne de Bellemare prieure du prieuré convent (...)
  • 97 Ernest Dumont, Histoire…, p. 86-90.
  • 98 Sur tous ces points, voir Itinéraires du patrimoine, Harfleur, église Saint-Martin, Seine-Maritime(...)
  • 99 Vincent Tabbagh, « Trésors et trésoriers des paroisses de Rouen 1450-1530 », Revue d’histoire de l (...)

88La documentation offre très peu de renseignements sur la construction des édifices religieux, églises, chapelles ou abbayes. Pourtant, tous ont connu au cours de cette période des modifications, des embellissements, parfois des extensions. L’église Notre-Dame de Neufchâtel, par exemple, brûlée en partie en 1472 à la suite d’un raid bourguignon, connaît des travaux vers 1533, sa nef est achevée vers 155895. Ce qui est plutôt lent et tardif, mais la rénovation des constructions détruites s’est accentuée au XVIe siècle. Un acte notarié de Neufchâtel en 1503 fait mention de « la chapelle de nouvel édiffiée » dans l’église Notre-Dame, signe de travaux de reconstruction ou d’agrandissement en cours. Autre signe : à Saint-Saëns, l’abbaye du Camp-Souverain, malmenée au cours de la guerre de Cent Ans, ne compte que trois religieuses vers 150096. À cette date, cet établissement ne s’est pas encore relevé. Malgré tout, l’éclosion du gothique dit « flamboyant » a touché aussi certaines petites villes. Les églises qui subsistent jusqu’à nos jours le montrent avec évidence, l’église Notre-Dame de Louviers en est une manifestation éclatante. Il en va de même pour Saint-Martin d’Harfleur, dont la fondation remonte au XIe siècle, mais dont les murs actuels ont été construits pour l’essentiel à la fin du xve et au commencement du XVIe siècle. Fortement endommagée au cours de la conquête anglaise et de la reconquête française dans la première moitié du XVe siècle, l’église a connu de longs travaux au cours de la période suivante. La conception de l’église actuellement visible date de la fin du XVe siècle. Les travaux ont été étalés sur plus de deux siècles. L’église a eu, à la fin du XVe siècle, un maître maçon attitré, maître Guillaume Lefranq, qui a probablement édifié le clocher et un porche latéral en style flamboyant97. Chaque étape de construction commençait par la démolition de la partie à rénover, suivie de sa réédification, de sorte que ne subsiste presque plus de témoins de l’église du XIVe siècle. Les comptabilités municipales et les actes notariés ne conservent que très peu de renseignements sur ce point. Il faudrait explorer les fonds des paroisses et les comptes des abbayes pour trouver d’autres éclairages ; ceux de l’abbaye de Montivilliers par exemple qui est patron de la paroisse Saint-Martin d’Harfleur et qui a planifié les travaux98. L’exemple de Rouen montre le rôle majeur joué dans la construction des églises par les « trésors » ou conseils de fabrique qui géraient les biens paroissiaux ; une vraie fièvre de construction les saisit entre 1500 et 152099. Phénomène qui s’est répercuté jusque dans les villes plus modestes.

  • 100 AMPA, CRV, 1485, f° 30.

89Les documents laissent entrevoir la relation entre institutions urbaines et ecclésiastiques. Les villes en effet aident quelquefois une église paroissiale importante dans son œuvre de construction, en lui vendant de la pierre (Saint-Ouen), en lui envoyant des professionnels du bâtiment, en octroyant un budget. À Pont-Audemer en 1485, la ville offre 40 livres à la fabrique de l’église Saint-Ouen pour pouvoir acheter de la pierre de Caen100 ; en 1490-1491, la ville paie les travaux de réfection de la verrière de la chapelle de l’hôtel-Dieu. Une collecte est organisée et les plus riches et éminents personnages de la société locale donnent de l’argent pour financer en partie cette opération. Par conséquent les villes procèdent pour l’entretien et l’embellissement des églises comme lorsqu’elles doivent procurer de l’argent au roi : elles utilisent les fonds propres existants, elles font appel aux dons et les complètent par un emprunt.

  • 101 AML, archives d’Ancien Régime, 2e volume, 2e cahier, GG 4.

90À Louviers, les archives municipales conservent un petit carnet datant de la fin du XVIIIe siècle intitulé « Mémoire des choses les plus mémorables trouvées dans les marthérologes et registres de l’église paroissiale Notre Dame de Louviers », dont le curé de la principale paroisse de Louviers est l’auteur. Les faits qui y sont consignés concernent principalement l’église Notre-Dame, ce qui fournit diverses précisions d’ordre chronologique sur sa construction et son entretien. Le financement des travaux est habituellement fait par les habitants organisés en corps de métier : par exemple, les foulons ou les drapiers qui paient les cloches au XIVe siècle, une croix d’argent en 1379, sont sollicités pour financer la construction en pierre du beffroi dans le courant du XVe siècle ; en 1466, des réparations faites à ce même beffroi sont payées par les foulons à hauteur de 110 livres et 10 livres sont données par la « charité ». Les visiteurs exceptionnels (baillis, roi, reine…) se montrent généreux et font des dons à l’occasion de leur entrée ; les hommes de guerre prélèvent sur leur butin de guerre et donnent des fonds à l’Église ; ainsi, Étienne de Vignolles dit La Hire, capitaine de Louviers donne en 1474 100 livres au trésor de l’église Notre-Dame. Tout cela a probablement permis de conduire d’importants travaux à partir de 1492, date à laquelle la nef principale est agrandie, l’ouverture modifiée (l’église qui s’ouvrait sur la rue Tatin s’ouvre désormais sur la Grand-Rue), des chapelles latérales ont été construites101. Ces travaux ont transformé la circulation et l’accès à l’église : alors que l’entrée se faisait par le bout de la nef, elle s’effectue désormais par le côté, la façade extérieure le long de cette nouvelle entrée ayant été décorée d’ornements sculpturaux flamboyants, largement visibles de la Grand-Rue. Il s’agit là d’une réorientation de l’édifice vers la ville et d’une intervention assez spectaculaire sur le paysage urbain.

  • 102 Jacques Charles, « L’église Notre-Dame de la Couture », Connaissance de l’Eure, no 9, août 1973, p (...)
  • 103 Jacques Charles, « L’église Sainte-Croix », Ibid., p. 10-15.

91Des exemples du même ordre existent pour d’autres petites villes : à Bernay, l’église Notre-Dame-de-la-Couture connaît durant la période 1450-1590 des transformations sensibles ; elle recueille une chasse reliquaire contenant des « cheveux de la vierge », et en 1448, l’évêque de Lisieux, Thomas Basin, autorise les fidèles à vénérer ces restes saints. Le pèlerinage qui commence alors connaît un grand succès, l’affluence des pèlerins et leurs offrandes conduisent à engager des travaux d’agrandissement (transept élargi, construction d’un déambulatoire et de chapelles rayonnantes) qui s’achèvent aux alentours de 1600102. Dans la même ville, l’église Sainte-Croix, détruite pour des raisons militaires en 1357, est laborieusement reconstruite, par étapes, à partir de la fin du XIVe siècle ; les principaux travaux sont entrepris vers 1497 ; l’ensemble paraît achevé vers 1530103.

  • 104 Jacques Charles, « L’église Notre-Dame… », p. 19.
  • 105 AML, DD4, 1526.

92Les vitraux des églises sont bien souvent payés par les laïcs : à Bernay, une série de vitraux date des années 1480-1481 (Arbre de Jessé, Nativité, Vierge à l’Enfant, Sainte-Marguerite), dont l’un est offert par Jehan Auber et sa femme Marguerite le 30 décembre 1480104 ; à Louviers, un acte de 1526 précise que feu Jehan Challenge, membre d’une éminente famille lovérienne d’hommes de loi enrichis et anoblis, avait payé « une vitre en l’église de la ville » et que, selon un accord passé, la ville devait payer une ferraille pour protéger le vitrail105.

  • 106 Voir textes en annexe, nos 12 et 13.

93Les actes notariés montrent aussi l’action importante des conseils de fabrique et des confréries dans l’œuvre de construction, ou plus couramment, dans l’entretien ordinaire d’une église ou d’un édifice religieux. Les fabriques et les confréries sont, en premier lieu, des « maîtres du sol » parmi d’autres. Comme les nobles, les abbayes, les évêques, les hôpitaux, les bourgeois, elles possèdent dans les villes, et dans leur périphérie immédiate, des maisons, terres et prés dont l’exploitation et la mise en valeur permettent d’alimenter en argent leurs finances annuelles. Elles reçoivent aussi en don des rentes foncières, qui alimentent leurs finances106. Comme les autres propriétaires, elles pratiquent des achats. La conjoncture difficile, l’appauvrissement d’une partie des habitants, le départ ou le décès de beaucoup d’autres offrent aux fabriques les moyens d’étoffer leurs biens fonciers, d’arrondir et d’agrandir les parcelles déjà acquises. Ce phénomène d’augmentation des domaines fonciers – peut-on parler d’accaparement ? –, qui a pu faire la fortune de certains bourgeois, contribue à consolider les revenus des fabriques. Elles agissent comme des puissances d’argent, consentant des prêts (déguisés en achats de rente), baillant des terres à ferme ou à fieffe. Elles ont, donc, à la fin du XVe et au début du XVIe siècle, une certaine aisance financière qui est sans doute la condition nécessaire d’une œuvre de construction, dont nous ne voyons pas les différentes étapes au travers de notre documentation. À Neufchâtel, en 1481, des rentes foncières alimentent les finances des confréries : ce sont des rentes assises sur des maisons, des jardins, des pièces de terre. Le paiement des rentes fournit l’argent nécessaire à la vie ordinaire des confréries. De même, les conseils de fabrique et certains prêtres effectuent, comme les bourgeois aisés, des prêts d’argent aux particuliers. Cette activité financière nous permet de saisir l’existence de quelques confréries dans les petites villes : celle de Saint-Jacques et Saint-Christophe, de Saint-Martin-Saint Lubin dans la paroisse Saint-Jacques de Neufchâtel, celle du Saint-Sacrement à Notre-Dame de Neufchâtel.

Les maisons des particuliers

94Beaucoup de maisons sont détruites ou à l’abandon vers 1450 dans la plupart des petites villes. La période 1450-1550 est, pour les habitants ordinaires, celle du relèvement et de la reconstruction. Peut-on estimer le rythme de la remise en état des maisons particulières et donner une chronologie au moins sommaire ?

  • 107 Chantal Cormont, Les Comté et Seigneurie de Louviers et Pinterville, mémoire de maîtrise, universi (...)
  • 108 De telle sorte que relativement peu de maisons datant de la fin du Moyen Âge ont traversé les sièc (...)

95Celui-ci peut être approché indirectement par l’examen des revenus seigneuriaux. Les recettes de l’archevêque de Rouen, seigneur de Louviers, ont fortement décliné pendant les difficultés désastreuses de l’occupation anglaise : en 1450, selon Chantal Cormont, 40 % des maisons qui doivent une redevance à l’archevêque n’ont rien payé107. À quel moment les biens « en non valleur » rapportent-ils de nouveau ? À Louviers, entre 1500 et 1510 ; à Montivilliers, rien de bien net dans ce domaine avant les années 1520. Autrement dit, les petites villes haut normandes ont retrouvé leur population assez lentement. Si la reprise économique est sensible vers 1480 à Pont-Audemer par exemple, les épidémies de 1477, 1498, 1501, 1517 viennent éliminer une partie des habitants que la ville a pu attirer. Le mouvement de relèvement de l’espace bâti en a certainement pâti. En outre, des opérations militaires, et les incendies qui en ont résulté, ont détruit, principalement en 1472, une partie des maisons à Saint-Saëns, Neufchâtel, Eu ; Le Tréport souffre d’exactions anglaises vers 1542108. À cela s’ajoutent des accidents comme des inondations (Pont-Audemer est inondée à plusieurs reprises, l’eau sape la base des murailles et noie certains rez-de-chaussée).

  • 109 ADSM, 2 E 14 1139 ; il n’y a pas de condition commune : maison de 10 l. t. en 2 ans (16 janvier 14 (...)

96À Neufchâtel, les registres contiennent quelques éléments qui fournissent d’utiles précisions : entre 1461 et 1494, des parcelles vides sont reprises par de nouveaux tenanciers ; souvent, entre 1461 et 1487, les contrats de fieffe sont assortis d’une obligation, pour le preneur du bien, de reconstruire une maison, d’une valeur qui est précisée (10, 20, 40 livres), dans un laps de temps assez court (2, 3, 4 ou 6 ans)109 ; en 1481 figurent, dans le registre de notaire, 8 mentions de reconstruction sur 214 actes concernant Neufchâtel, en 1487, 4 mentions sur 78 actes ; dans le registre de 1494, ces dispositions se font rares : 2 mentions pour 158 actes.

  • 110 ADSM, 2 E 14 1138, 2 juillet 1462.

97Le dépouillement des actes notariés de Louviers, Neufchâtel, Saint-Saëns avait laissé espérer la découverte de contrats de réparation ou de construction de maisons particulières. Les maisons ordinaires, celles de gens du commun, partie de la population citadine qu’il est difficile de cerner avec précision et qui reste dans le flou, n’apparaissent presque jamais dans les comptes municipaux ; aussi cette part majeure du bâti urbain reste-t-elle largement méconnue. Force est de constater que les actes décrivant les travaux envisagés dans des maisons privées sont excessivement rares. Les maçons et charpentiers ainsi que leurs clients modestes ne passaient pas devant notaire lorsqu’il était question de bâtir. La part de construction faite par les particuliers eux-mêmes était-elle importante ? Impossible à dire. Les achats de matériaux ne donnent pas lieu non plus à des actes. Comme il a déjà été indiqué, les seuls devis conservés concernent les travaux commandés et envisagés par les villes. Deux ou trois actes, cependant, figurent parmi les sources et méritent d’être distingués, car ils renseignent sur l’aspect et la construction d’une maison particulière dans une petite ville. En 1462, Thomas Cornière prend à ferme l’hôtel et manoir de Nogent appartenant au couvent Sainte-Catherine de Rouen pour un montant de 16 livres tournois par an, ce qui est élevé ; le preneur devra « entretenir l’hôtel de torque, sollage, argille et couverture », ce qui renseigne sur l’aspect de la bâtisse ; plusieurs pièces de terre de surface variable, 6 acres, 14 acres, 3 acres, 2 acres, et trois prés de 3 acres, trois et cinq vergées font partie du domaine. Au total, un bel ensemble situé dans l’immédiate périphérie de Neufchâtel110.

98En 1482, un bourgeois neufchâtelois, Nicolas de Laitre, dont la famille, aisée, est très présente dans les divers registres notariés de la ville, prend à rente :

  • 111 ADSM, 2 E 14 1139, 6 janvier 1482.

De religieuses et honestes personnes les religieux de Notre Dame de Royaumont une masure et pourpris et de présent vide et non édiffiée, reservé d’anciennes machonneries qui y sont, en la ruelle [où] soulloit avoir un hostel et manoir nommé hotel de Royaumont à Saint Pierre de Neufchatel, tenant d’un bout à la rue Poteresse [...] pour 50 sous t. de rente par an, et promet ledit preneur de faire édiffier sur cette masure à la valeur de 40 livres t., le bailleur se réserve le droit de faire réédifier la chapelle de l’hôtel et manoir […]111.

99Ce domaine de l’abbaye de Royaumont avait dû susciter la convoitise des assaillants bourguignons de 1472 et les édifices avaient été endommagés et détruits à cette occasion.

100Un autre bourgeois, Colin Lemercier, procède à une opération foncière comparable :

  • 112 ADSM, 2 E 14 1139, 16 avril 1482.

Colin Lemercier, sergent, bourgois du Neufchâtel, prend à rente de religieux hommes et discrètes personnes les religieux et abbés de Notre Dame de Royaumont un jardin ainsi planté à Notre-Dame de Neufchâtel tenant d’un bout aux fossés de l’enclos dudit Neufchâtel, d’autre bout à la rue des fontaines, d’un coté à un ruissel […] pour 12 sous 6 deniers, et sera tenu faire une maison du prix de 10 livres sur ledit gardin dedans 3 ans et icelle maintenir […]112.

101Ici est évoquée la transformation (totale ou partielle ?) d’un jardin en parcelle bâtie. Celui-ci se situe à l’extérieur de l’enceinte urbaine, mais à proximité immédiate de la ville cependant, dans la périphérie maraîchère. Il existe très peu d’exemples comparables ; il ne faut pas voir ici un nouveau quartier bâti en gestation, mais plutôt un bourgeois qui cherche à faire fructifier son capital foncier en développant, par des constructions, la valeur locative de son bien. Dans ces années 1480, la population semble vouloir encore se concentrer sur les villes et leurs abords, les campagnes plus lointaines paraissent encore peu convoitées par les citadins aisés. Il faut attendre les années 1520-1530 pour percevoir un net intérêt des bourgeois pour des terres et villages distants de 10 à 20 kilomètres de Neufchâtel.

102Le souci de valoriser ses possessions transparaît dans un acte de 1503 à Neufchâtel : Jehan le Foullon prend à rente de Jehan Le Porc, conseiller en cour laie de Neufchâtel, une maison située dans la paroisse Saint-Jacques assortie de la condition suivante :

  • 113 ADSM, 2 E 14 1146, septembre 1503.

Que ledit preneur veult haulcher et lever ung estaige sur ledit héritage quant il lui plaira, il pourra aseaoir le post et pignon d’icelui estage sur le post qui faict la séparation d’entre ledit hostel et ladite estable, Et sera tenu ledit bailleur de porter les eaues du dégout d’icellui estaige au jardin de derrière dudit bailleur qui distilleront de dessus la maison qu’il baille audit Foullon […]113.

103La construction des maisons urbaines peut donc s’étendre sur une période assez longue à cause d’agrandissements successifs.

  • 114 ADSM, 2 E 93 14, 18 juin 1535.

104L’aménagement d’un manoir est décrit par un acte notarié de Saint-Saëns : en 1535, un tuillier, Guillaume Du Trou, conclut devant notaire un accord avec Jehan Fallaize, écuyer, par lequel il s’engage à effectuer des travaux à une maison située au Vaudichon, dans la proche périphérie de la ville où demeure l’écuyer. Dans ce texte, un des rares exemples de devis concernant une maison particulière, divers renseignements permettent de connaître la constitution de cet édifice. La maison est neuve et semble être encore en cours de construction ; il est prévu d’y installer trois cheminées de brique, une cave, un sol en « blocs de maçonnerie », une toiture de tuile, des « vys » et escaliers permettant d’accéder à l’étage où se trouvent des « chambres » et un grenier ; à l’extérieur, la maison est augmentée d’une sorte d’appentis ou de galerie, appelée « souzelle », elle doit également être entourée d’un mur de clôture en « bonne blance pierre »114.

105Tous les habitants ne vivent pas seuls dans leur demeure. Plusieurs actes notariés évoquent le partage de maisons, dont certaines pièces ou parties sont louées.

106Le citadin médiéval habite quelquefois une demi-maison et bénéficie d’une sorte d’appartement :

  • 115 ADSM, 2 E 93, 17, 26 novembre 1538.

Jehan Lemonnier demourant à Saint Saen confessa avoir baillé par louage à maitre Pierre Amiray [?] prebtre dudit lieu pour et durant la vie dudit Amiray à commencher du jour saint Andrieu prochain venant, cest assavoir le haut de la maison dudit Amiray où on réside a présent à prendre depuis le plancher de ladite maison jusques au hault d’icelle, la couverture de laquelle maison sera par eulx entretenue par moitié, Et à la chambre d’icelle maison fera ledit preneur une cheminée, depuis le bas d’icelle fera construire une montée par dehors ladite maison par la rue pour monter a ladite chambre, Au moien de la somme de quinze sols t. et une messe par chacun an que le preneur promets rendre et payer audit bailleur au jour saint Andrieu […]115.

107À noter ici l’aménagement d’un escalier extérieur pour rendre l’étage loué complètement indépendant. Les excroissances extérieures des maisons sont fort courantes : galeries couvertes, escaliers, appentis permettent d’étendre la surface utilisable d’une maison.

108La taille, la disposition et l’organisation générale des maisons de ville est difficile à décrire faute de sources assez nombreuses, qui sont par ailleurs assez laconiques sur ce sujet. Le bourgeois de Neufchâtel, Adrien Miton, auteur d’un Mémoire où il relate l’histoire de sa ville ainsi qu’une partie de sa propre vie, comble un peu cette lacune dans un passage où il évoque une maison qu’il fait construire, vers 1577 :

  • 116 Documents concernant l’histoire de Neufchâtel-en-Bray, François Bouquet (éd.), Rouen, C. Métérie, (...)

En l’an 1577, je commencay à faire une maison, en la mazure que j’avois achetée de Me Jacques Dumesnil, procureur du roy, qui consistoit, en une salle, et cuisine, deux chambres hautes, et une garderobe, plus une gallerie prenant dudit bâtiment, et alloit rendre au devant de la rüe ou il y avoit un pavillon élevé sur la porte qui sortoit dans la rüe, lequel bâtiment, sans comprendre les dons et commodités que j’avois reçu de mes amis, ne m’avoit coûté qu’environ mille écus, qui fut malheureusement brûlé en l’an 1592 par Palcheul, étant assiégé par le duc de Parme, aussi bien que mon autre maison bâtie en la grande rüe, près de la maison de l’Étape, et de celle qui fu à feu Jean le Roy, qui valoit 1 200 liv. et plus, dont je n’ay eu aucune récompense116.

109Cette courte description signale que notre homme, comme beaucoup de ses prédécesseurs, notables de Neufchâtel de la fin du XVe siècle, possède plusieurs maisons dans cette ville, dont une en position centrale, sur la Grand-Rue. Celle dont il est question comprend un rez-de-chaussée et un étage, comportant des pièces dont la répartition est précisée, une galerie conduisant vers la rue et probablement une cour. La parcelle (ou « mazure ») n’a donc pas été entièrement bâtie.

  • 117 Ernest Dumont, Histoire…, p. 85-86.

110Certaines maisons du XVe siècle ont subsisté jusqu’à nos jours. Des éléments décoratifs sont encore visibles, que les documents comptables n’évoquent jamais : un certain nombre de poutres de façades sont sculptées de motifs souvent religieux. Sur une maison rue Notre-Dame, à Harfleur, figurent un évêque, une nonne, un quêteur, un moine. D’autres motifs apparaissent sur d’autres édifices : animaliers (des singes), végétaux (feuillages), politiques (fleur de lys)117.

  • 118 ADSM, 2 E 14 1139, 18 septembre 1481.

111Un autre cas peut être observé à Neufchâtel : en 1481, Guigue Horcholle et Philipote, sa femme, baillent à ferme et à louage pour quatre ans à Jehan Desportes dit Bonnet, du Neufchâtel une maison située dans cette ville, « l’hôtel où pend l’enseigne du heaume », pour 22 sous par an et pour un prix de 40 livres ; le contrat précise que des meubles sont fournis, quatre lits, couvertures, courtines, bancs, tables, coffres. Les bailleurs gardent pour eux l’échoppe du bas et une chambre du haut. « Et si auront le sollier de dessous l’estable de emprès le puits ». Le puits et le four de cette maison seront mis en commun entre le bailleur et le locataire118. De même, les portes présentent des décorations en forme d’arcs en accolade.

  • 119 Philippe Lardin, « Les nouveautés dans l’activité de construction en Normandie orientale au lendem (...)
  • 120 Hugues Neveux, « Recherches sur la construction et l’entretien des maisons à Cambrai de la fin du (...)

112L’aspect intérieur des maisons nous est partiellement connu. Les travaux qui donnent lieu quelquefois à des devis sont des réparations ou constructions de cheminée. Ces ouvrages nécessitent un ensemble complexe de matériaux : briques et pierres, certainement pour le foyer, bois, plâtre et aussi pierre pour le manteau extérieur. Il est parfois surprenant de lire que telle cheminée a été pour l’essentiel faite en bois. Cette technique de construction des cheminées est ancienne et elle a peu à peu cédé sa place à la nouvelle (cheminée de brique et pierre). La brique tend à s’implanter largement dans la construction normande à partir de la fin du XVe siècle119. Associée à la toiture en tuile, venue remplacer celle en chaume, l’utilisation de la brique, pour les cheminées et les fours, représente une nette amélioration pour la sécurité des villes, les incendies étant principalement dus aux feux de cheminées120. Certaines maisons possèdent des locaux dédiés au travail artisanal : une forge, à l’intérieur ou bien à l’extérieur de l’édifice, et, parfois, sur la rivière une « foulerie ».

  • 121 ADSM, 2 E 14 1140, 29 janvier 1487.

113Quelques rares textes renseignent sur l’équipement domestique. Une femme veuve vivant avec son fils vend sa maison, située dans la paroisse Saint-Pierre à Neufchâtel. Celle-ci abrite l’atelier (ou « eschoppe ») du fils, artisan drapier fabricant et vendant ses tissus dans une des pièces du rez-de-chaussée. La description insiste sur les objets que prend avec lui le vendeur et qui équipaient cette pièce : instruments de travail (« deux tables à ouvrer de son dit mestier, fourny de tretes »), meubles de cuisine (pots, poêles, crémaillères, chenets, broches, gril, plats), de chambre à coucher (couchette, chalit, « grabelles »). Ce qui souligne le fait que « l’échoppe » n’est pas uniquement un lieu de travail : les employés, valets ou apprentis, dorment où ils travaillent121.

114Les maisons particulières sont donc les parents pauvres de notre documentation. Elles représentent un élément essentiel de la ville et pourtant sont presque absentes des textes. Les quelques informations collectées restent - on le voit - très partielles, disparates, éclatées. Elles ne rendent pas possible la description d’une ville médiévale, qu’on imagine aux toitures serrées et chaotiques, mais sans document pour étayer notre rêverie. Seul fait assuré : la construction de maisons neuves, la reconstruction ou l’agrandissement des anciennes se sont accomplis en une cinquantaine d’années, à un rythme lent, en phase avec la reprise économique et l’augmentation du nombre des hommes, lentes elles aussi.

Notes

1 Bernard Chevalier, « Le paysage urbain à la fin du Moyen Âge : imagination et réalités », in Le Paysage urbain au Moyen Âge, Lyon, Presses universitaires de Lyon, 1981, p. 11.

2 Ernest Dumont, Histoire de la ville d’Harfleur, Rouen, Le Brument, 1868, p. 30-42.

3 Thierry Dutour, Une société de l’honneur, Paris, Honoré Champion, 1998, p. 159.

4 Ernest Dumont, Histoire …, 1868, p. 61 ; F. Blanchet, « Préface », in Ville d’Harfleur, répertoire numérique des archives communales, Rouen, 1947, p. 8 et 11.

5 André Plaisse, « La libération de Verneuil, porte de la Haute-Normandie, en juillet-août 1449 », Connaissance de l’Eure, nos 7-8, 1973, p. 16.

6 Léopold Delisle, Mandements et actes divers de Charles V (1364-1380), Paris, Imprimerie nationale, (Collection de documents inédits sur l’histoire de France), 1874, nos 602 et 697, 1369.

7 Charles Sémichon, « Comptes des réparations faites aux fortifications de Neufchâtel en 1472 », in Mélanges, Rouen, Société de l’histoire de Normandie, 1937.

8 ADSM, 3 E 6 78, comptes de la fortification d’Harfleur.

9 Alfred Canel, Histoire de la ville de Pont-Audemer, Pont-Audemer, Imprimerie administrative, 1885, t. II, p. 315.

10 Louis Philippeaux, Neufchâtel dans son rôle militaire, Neufchâtel, 1924.

11 AMPA, CRV, 1455-1480, PJ, nos 66 et 67, 1465.

12 ADSM, 3 E 6 119, 1475, nos 62 et 63.

13 Louis Philippeaux, Neufchâtel…, 1924.

14 Selon Ernest Dumont, Histoire…, p. 64.

15 Alain Salamagne, Construire au Moyen Âge : les chantiers de fortification de Douai, Villeneuve-d’Ascq, Presses du Septentrion, coll. « Histoire et Civilisations », 2001, p. 39.

16 Ibid., 2001, p. 86.

17 AMPA, CRV, 1494, f° 19 : « pour plomb mis en haut des deux tours du portail de la rue aux juifs » ; ADE, 2 E 3971, PJ, 1484, no 135 : « plomb mis et assis en 2 tours et lucarnes du portail de Bouguerue, 72 l. 1 s. 3 d. »

18 AMPA, CRV, 1496, f° 9.

19 AMPA, CRV, 1499, fos 31-33.

20 AMPA, CRV, 1496, f° 9.

21 Voir les illustrations du cahier couleurs dans le présent ouvrage.

22 AMPA, CRV, 1481-1490, PJ, 9 décembre 1481, no 14, cheminée signalée à la porte de Bernay.

23 AMPA, CRV, 1495, f° 26 ; CRV, 1515, f° 32 : « 2 chaînes de fer placées à la porte de Bernay ».

24 ADSM, 3 E 6 126, 1503, no 16.

25 AMPA, CRV, 1482, f° 41, pavage à la porte de Bernay ; CRV, 1484, f° 69 : « visite d’une portion de pavement fait l’an passé près de la porte de Bernay. »

26 AMPA, CRV, 1493, f° 45.

27 ADE, PJ, 1481, no 14, canonnière à la porte de Bernay ; ADE, 2 E 3971, PJ, 1484, no 137, canonnière à la porte de l’Archevêché ; ADE, 2 E 3971, PJ, 1485, no 145, canonnière à la porte neuve de la rue aux Juifs.

28 ADSM, 3 E 6 120, 1476, no 103.

29 André Plaisse, « La libération de Verneuil… », p. 28.

30 AMPA, CRV, 1501, devis, construction d’un édifice de charpente à la tour Saint-Julien.

31 AMPA, CRV, 1495, f° 15.

32 AMPA, CRV, 1496, f° 14.

33 AMPA, CRV, 1510, f° 13.

34 ADSM, 3 E 6 119, 1475, no 51.

35 ADSM, 3 E 6 120, 1476, no 17.

36 Alain Salamagne, Construire…, 2001, p. 78.

37 ADSM, 3 E 6 121, 1478, nos 18, 29 et 44.

38 AMPA, CRV, 1480, f° 110.

39 AMPA, CRV, 1502, f° 41 ; CRV 1503, f° 20.

40 AMPA, CRV, 1509, f° 11.

41 AMPA, CRV, 1528, f° 25.

42 AMPA, CRV, 1531, f° 28.

43 AMPA, CRV, 1533, f° 39.

44 ADSM, 3 E 6, 121, 1478, no 37.

45 AMPA, CRV, 1495, f° 20 ; CRV 1515, f° 15.

46 AMPA, CRV, 1455-1481, PJ, no 163, 1473.

47 ADSM, 3 E 6, 120, 1476, no 56.

48 ADSM, 3 E 6, 120, 1476, no 74.

49 ADSM, 3 E 6 128, 1507, no 28.

50 AMPA, CRV, 1525, f° 37. Ce type de réparation est très courant : voir CRV, 1536, fos 23 et 28.

51 AMPA, CRV, 1529, f° 11.

52 ADSM, 3 E 6 119, 1475, no 51.

53 AMPA, CRV, 1455-1481, PJ, 25 mai et 1er juin 1465.

54 . AMPA, CRV, 1481-1490, PJ, septembre 1481.

55 . ADSM, 3 E 6 122, 1490, nos 32, 42 et 43.

56 . AMPA, CRV, 1481-1490, 4 mai 1483.

57 . ADSM, 3 E 6 122, 1490, nos 32, 42 et 43 ; AMPA, CRV, 1481-1490, 5 février 1484.

58 . AMPA, CRV, 1496, f° 9.

59 . ADE, 2 E 3971, PJ, 1485, no 147.

60 . AMPA, CRV, 1487, f° 1487.

61 . AMPA, CRV, 1496, f° 34 ; CRV 1502, f° 50.

62 . Sébastien Lefèvre, Topographie historique de la ville de Pont-Audemer, mémoire de maîtrise, université de Rouen, 2003, p. 131, dactyl.

63 ADSM, 3 E 6 122, 1490, nos 32, 42 et 43 ; AMPA, CRV, 1481-1490, janvier 1480.

64 Le travail d’Alain Salamagne sur Douai permet d’éclairer ce point. L’auteur donne dans son ouvrage une illustration de « moineau », qui pourrait s’appliquer au cas de Pont-Audemer : Construire…, illustrations hors texte nos 12 et 77.

65 Ibid., illustrations hors texte nos 61 et 62.

66 AMPA, CRV, 1498, f° 23 : devis de vidange de fossé.

67 AMPA, CRV, 1518, f° 13.

68 ADSM, 3 E 6 132, 1521-1525, nos 56 et 58.

69 ADSM, 3 E 6 120, 1477, no 89.

70 ADSM, 3 E 6 122, 1490, no 2 : les fermiers de la pêche des fossés demandent un rabais de 20 l. sur le montant de leur ferme qui n’a pas rapporté comme prévu.

71 AMPA, CRV 1455-1481, PJ, 13 avril 1464. La porte dont il est question dans cette quittance est la porte de Bernay. Le port proche de la rue aux Juifs n’était donc pas le seul débarcadère de la ville à cette date.

72 ADSM, 3 E 6 118, 1473, no 2.

73 ADSM, 3 E 6 118, 1473, no 78.

74 ADSM, 3 E 6 118, 1473, no 43.

75 ADSM, G 690, 1488-1489, « Œuvres et réparations ».

76 AMPA, CRV, 1455-1480, PJ, 29 juin 1476.

77 ADSM, 3 E 6 118, 1473, no 34.

78 Ernest Dumont, Histoire…, p. 55-57.

79 ADSM, 3 E 6 120, 1476, no 23.

80 ADSM, 3 E 6 120, 1476, no 27.

81 André Lejeune, Notes…, p. 299-300.

82 Ibid., p. 305.

83 ADSM, 3 E 6 132, 1521-1525, no 5 : diminution signalée de toutes les fermes à cause de la peste de 1522.

84 ADSM, 54 H 117, 1476, et 119, 1478, parties « Œuvres et réparations ».

85 ADSM, 54 H 120, 1480, « Œuvres et réparations ».

86 ADSM, 3 E 6 160 : en 1546, une lettre de François Ier autorise la ville d’Harfleur à réaliser une ou deux fontaines « pour résister aux ennemis, pour la conservation de la ville et du pays, pour les hommes de la garnison, pour l’usance des habitants ».

87 ADSM, 2 E 14 1443, 14 février 1510.

88 AML, PF8, FF9, 1454.

89 ADSM, 2 E 14 1139, 22 février 1482 : acte où la rente est diminuée de 40 à 30 s. ; dans l’acte suivant, Geoffroy Sarel vend cette rente de 30 s. à messire Nicolle Godart, prêtre curé du Ronchay, pour 36 l. t.

90 Trois ou quatre mentions en ADSM, 2 E 14 1139, 1482.

91 ADSM, 2 E 14 1139, 6 janvier 1482.

92 ADSM, 2 E 14, 1139, 6 et 16 janvier, 22 février, 12 mars, 9 et 16 avril 1482.

93 ADSM, 2 E 14 1140, 16 février 1487.

94 ORF, 14 juin 1510, p. 418.

95 Auguste Guilmeth, Description des arrondissements du Havre, Yvetot et Neufchâtel, t. III, Rouen, De Berdalle, 1836, p. 16 ; Robert Bodin, Histoire civile de la ville de Neufchâtel-en-Bray, Rouen, Société de l’histoire de Normandie, 1887, p. 3.

96 ADSM, Abbaye de Saint-Saëns, aveu, 15 juin 1484, « Jehanne de Bellemare prieure du prieuré conventuel de Notre Dame du Camp Souverain près Saint Sen, ordre de Citeaux ne pouvant bonnement faire en personne ne venir devers le roi ne pardevant le chancelier pour soy faire foy et hommage que ce fust au grant retardement du service divin qui se fait en icelle église en quoy elle est chacun jour occupée pour cause du petit nombre de religieuses qui est en icelui prieuré », cité par André Lejeune, Notes…, p. 222.

97 Ernest Dumont, Histoire…, p. 86-90.

98 Sur tous ces points, voir Itinéraires du patrimoine, Harfleur, église Saint-Martin, Seine-Maritime, Inventaire général, 1999.

99 Vincent Tabbagh, « Trésors et trésoriers des paroisses de Rouen 1450-1530 », Revue d’histoire de l’Église de France, t. LXXVII, 1991, p. 129-130.

100 AMPA, CRV, 1485, f° 30.

101 AML, archives d’Ancien Régime, 2e volume, 2e cahier, GG 4.

102 Jacques Charles, « L’église Notre-Dame de la Couture », Connaissance de l’Eure, no 9, août 1973, p. 17-21.

103 Jacques Charles, « L’église Sainte-Croix », Ibid., p. 10-15.

104 Jacques Charles, « L’église Notre-Dame… », p. 19.

105 AML, DD4, 1526.

106 Voir textes en annexe, nos 12 et 13.

107 Chantal Cormont, Les Comté et Seigneurie de Louviers et Pinterville, mémoire de maîtrise, université de Rouen, 1972, vol. I, p. 45, dactyl.

108 De telle sorte que relativement peu de maisons datant de la fin du Moyen Âge ont traversé les siècles. Raymond Quenedey, au début du XXe siècle, a immortalisé, au moyen de la photographie, quelques-unes d’entre elles avant leur disparition dans les bombardements de la seconde guerre mondiale. Un dessin figure dans André Lejeune, Notes…, p. 415, maison à Saint-Saëns, rue de l’Eau.

109 ADSM, 2 E 14 1139 ; il n’y a pas de condition commune : maison de 10 l. t. en 2 ans (16 janvier 1482), maison de 10 l. t. en 3 ans (16 avril 1482), maison de 20 l. t. en 3 ans (juin 1483), maison de 10 l. t. en 6 ans (27 juin 1483), maison de 20 l. t. en 3 ans (2 septembre 1482).

110 ADSM, 2 E 14 1138, 2 juillet 1462.

111 ADSM, 2 E 14 1139, 6 janvier 1482.

112 ADSM, 2 E 14 1139, 16 avril 1482.

113 ADSM, 2 E 14 1146, septembre 1503.

114 ADSM, 2 E 93 14, 18 juin 1535.

115 ADSM, 2 E 93, 17, 26 novembre 1538.

116 Documents concernant l’histoire de Neufchâtel-en-Bray, François Bouquet (éd.), Rouen, C. Métérie, 1884, p. 21.

117 Ernest Dumont, Histoire…, p. 85-86.

118 ADSM, 2 E 14 1139, 18 septembre 1481.

119 Philippe Lardin, « Les nouveautés dans l’activité de construction en Normandie orientale au lendemain de l’occupation anglaise (1450-1530) », in La Normandie au XVe siècle, art et histoire, Saint-Lô, 1999, p. 71-72.

120 Hugues Neveux, « Recherches sur la construction et l’entretien des maisons à Cambrai de la fin du XIVe siècle au début du XVIIIe siècle », in Le Bâtiment, enquête d’histoire économique, XIVe - XVIIIe siècle, Paris – La Haye, Mouton, 1971, p. 225-227.

121 ADSM, 2 E 14 1140, 29 janvier 1487.

Table des illustrations

Titre Tab. 1 – Comptes de Pont-Audemer : dépenses pour la fortification, 1477-1500
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5046/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 188k

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search