Version classiqueVersion mobile

Petites Villes de Normandie

 | 
Bruno Sintic

Deuxième partie. Le paysage urbain

Chapitre 1. Occupation et structuration de l’espace urbain

Texte intégral

1La documentation est surtout administrative et comptable, c’est-à-dire non iconographique ; pourtant, des éléments de paysage que l’homme médiéval pouvait observer dans le bâti architectural des petites villes y figurent et s’y révèlent. Pour en rendre compte, seront envisagés d’abord les principaux sous-ensembles paysagers perceptibles à l’échelle d’une petite région urbaine, puis les composants matériels du paysage à l’intérieur même de la ville, enfin – parce qu’un paysage urbain n’est pas seulement matériel mais aussi social – l’utilisation de certains espaces urbains par la société locale. Cette structure urbaine est une sorte de trame, présente et identifiable dans toutes les villes étudiées, permanente, traversant les derniers siècles du Moyen Âge et se poursuivant au-delà. Elle permet de reconnaître les petites bourgades normandes comme des villes.

Espace urbain, espace rural et limites

2Le principal trait qui identifie la ville sur le plan visuel est la concentration des maisons et des édifices, quelquefois soulignée par la présence d’une enceinte. Le cas de Bernay, décrit plus haut, montre que toutes les agglomérations n’étaient pas murées et n’en étaient pas moins des villes aux yeux de l’administration royale, et probablement aussi à ceux des habitants. À Pont-Audemer, Neufchâtel, Louviers, Harfleur, Montivilliers, l’entrée en ville se fait par le franchissement de la muraille. L’enceinte établit donc une césure entre l’espace à vocation agricole, plus ou moins cultivé et agreste, et l’espace urbain.

  • 1 Cité par Benoît Lisbonis, Louviers pendant la guerre de Cent Ans, mémoire de maîtrise, sous la dir (...)

3La chronologie précise de l’édification des murs d’enceinte n’est pas très bien connue. À Pont-Audemer, un commencement de fortification aurait été amorcé dès le XIIe siècle. Les premiers désastres de la guerre de Cent Ans ont entraîné une véritable campagne de fortification dans un grand nombre de villes durant le règne de Charles V. Il apparaissait nécessaire d’éviter les pertes et les occupations des années 1356-1360. À Louviers, l’archevêque de Rouen entame des travaux vers 1364 : il semble que l’opération ait commencé par le renforcement d’un château existant, appartenant au seigneur archevêque, point d’appui pour la réalisation de l’enceinte. La royauté a encouragé l’achèvement de la clôture pour les villes qui disposaient déjà de portions de remparts. Des avantages fiscaux sont accordés pour cela : Louviers reçoit du roi le droit d’utiliser le sixième de toutes les aides levées dans la ville ; en 1374, l’acte royal qui reconduit cette disposition signale que « depuis deux ans l’on a clos la moitié des murs et de plus franche matière […] et y a encores la moitié ou environ qu’il n’est close que de paliz1 ». Par la suite, les travaux ont connu divers aléas qui les ont ralentis, interrompus ou accélérés, sans qu’ils soient parvenus à leur terme. Pont-Audemer a dû connaître une situation identique car, en 1449, lorsque la ville est reprise par les troupes royales, elle est entourée, selon Thomas Basin, de murs de bois. Louviers, qui a été, durant l’occupation anglaise, au centre d’opérations militaires nombreuses et de combats acharnés, a vu son enceinte partiellement détruite, en 1431, année où la ville est soumise par les Anglais après avoir été quelque temps sous la domination du roi de France. Après la reprise définitive de la ville, en 1441, survient une relance des travaux de fortification. De nouveaux privilèges fiscaux sont consentis par le roi : la ville a dû vivre, comme Pont-Audemer, comme Harfleur, dans la seconde moitié du XVe siècle, une période de consolidation et d’achèvement des travaux d’enceinte ; cependant, les documents manquent qui permettraient de saisir ce mouvement.

4L’enceinte, construction de pierre, du moins à la fin du XVe siècle, comportant courtines, tours, canonnières et ouvertures diverses, s’offrait donc généralement à la vue du voyageur qui dirigeait ses pas vers une ville et qui devait passer une barbacane ou un boulevard puis un pont-levis, puis une porte avec herse, ouverte dans la journée, pour accéder à l’espace urbain proprement dit. « Dedans les murs » l’attendaient les maisons, les rues, les édifices civils ou religieux caractéristiques de la vie citadine médiévale. Plus tôt sur sa route, l’espace rural traversé était composé de bois, de friches et broussailles, de champs de céréales, vergers, prés, çà et là de hameaux et d’écarts assez nombreux en pays de Caux et de Bray, de villages, d’établissements monastiques, de manoirs et domaines seigneuriaux. Ces deux formes d’organisation spatiale, urbaine et rurale, fortement caractérisées, perdent un peu de leur netteté au cours d’un examen attentif et, principalement, dans les lieux de contact entre l’une et l’autre.

  • 2 Louviers : ADSM, 2 E 14 1442, 13 mars 1505, 1er juillet 1503, 20 juin 1503 ; Neufchâtel : ADSM, 2 (...)
  • 3 ADSM, 2 E 14 1442, 1503, 4 août 1504.
  • 4 Robert Bodin, Histoire civile de la ville de Neufchâtel-en-Bray, 1753, Rouen, Société de l’histoir (...)
  • 5 ADSM, 2 E 14 1139, 31 juillet 1482 : Thomassin Le Blanc de Saint-Pierre de Neufchâtel baille à ren (...)

5En effet, l’espace de la ville, dans le cas des petites bourgades normandes comme dans celui des plus grandes cités, ne s’interrompt pas brutalement. La ville déborde sur la campagne et s’épanche en dehors de ses murs. Il existe donc des espaces intermédiaires, manifestant la fin de la ville et le passage progressif à l’espace rural. Ces portions de banlieue ont-elles une identité visuelle ? La périphérie des petites villes présente-t-elle un paysage spécifique ? L’étude des faubourgs, espaces en limite, fournit quelques éclairages sur ce chapitre. Le terme est pourtant assez rarement utilisé par les rédacteurs des actes ou par les notaires. Quelques actes mentionnent pour Louviers l’existence de ces quartiers extérieurs à la ville : en 1503, Jehan Durant habite « à Notre Dame de Louviers hors la porte de Rouen », « Pierre et Toussaint dit les Anglars frères » vivent « à Louviers hors la porte du Neufbourg », Martin Ourry habite « à Louviers fauxboug de la porte de Rouen ». À Neufchâtel, en 1542, Robert Goust est « demourant aux fauxbourgs du Neufchâtel paroisse de Quiesvrecourt »2. La ville s’étend donc au-delà de son centre, en général le long de quelques axes routiers, comme à Pont-Audemer où les paroisses Saint-Aignan et Saint-Germain, situées au nord et au sud, ne sont pas comprises dans l’enceinte urbaine, mais n’en appartiennent pas moins à la ville. Autour du prieuré Saint-Germain s’était fixé au XIIe siècle un bourg qui a été progressivement rattaché à Pont-Audemer : entre Saint-Ouen, paroisse centrale, et Saint-Germain, distant de 2 kilomètres, existait une voie bordée certainement de maisons, plus ou moins jointes, en cette fin de XVe siècle. À Louviers, la paroisse Saint-Jean s’étend au-delà des murs de la ville et comprend une partie de la périphérie rurale ; le faubourg qui se développe « hors la porte de Rouen » comprend une part de population paysanne, comme l’illustre ce « Jehan Torboult, laboureur » qui y habite en 15033. De même à Neufchâtel, pour la paroisse Saint-Jacques et, plus encore, pour celle de Saint-Vincent-de-Nogent, dont le territoire est à cheval sur la partie close et la partie non close de la ville. Saint-Vincent-de-Nogent, un ancien village rattrapé par la ville, entretient avec Neufchâtel des liens très étroits : Neufchâtel s’est développé autour du bourg Saint-Pierre, devenu ensuite paroisse ; au XIIe siècle, cette agglomération s’étend sur le territoire de deux paroisses proches, Quiévrecourt et Saint-Vincent-de-Nogent ; vers le milieu du XIIe siècle, sont construites deux nouvelles églises, Saint-Jacques et Notre-Dame, puis une enceinte ; le centre de gravité de la ville se déplace de l’ancienne paroisse, Saint-Pierre, vers la nouvelle, Notre-Dame4. Saint-Vincent reste un quartier de l’immédiate périphérie de Neufchâtel. Au XVe siècle, les liens existant entre la ville et Saint-Vincent sont illustrés par de nombreux actes notariés. Les plus anciens, en 1461, laissent entrevoir une zone urbaine qui connaît les transactions ordinaires d’un quartier peuplé. Entre 1461 et 1500, les habitants de Nogent empruntent de l’argent, mais en prêtent aussi, louent des terres et des maisons ; les propriétaires de biens de ce quartier sont des écuyers5, des bourgeois, des tanneurs, des prêtres ; l’église de la paroisse, représentée par son conseil de fabrique, reçoit des dons, achète des rentes foncières, gère son temporel et exerce le rôle d’organisme de prêt. Tout se passe comme dans les autres parties de la ville. Ce profil est confirmé par tous les autres registres notariés. Cependant, divers signes montrent que cette paroisse périphérique conserve un aspect rural : des pièces de terre labourables, des prés, des jardins, dont une cressonnière en 1481, des manoirs y sont échangés, vendus ou loués. En 1503, Estiennot Journet, de la paroisse de Saint-Pierre, baille à rente à Janequin Lalouete de Watierville :

  • 6 ADSM, 2 E 14 1146, 15 décembre 1503.

Une estellée de maison [c’est-à-dire un appentis, une étable peut-être] de 14 à 15 piés de large et de long ou environ, assis en la paroisse Saint Vincent en la rue des Cornettes […] avec un jardin appartenant ausdits héritages ainsy clos de haies comme il est et comme il se pourporte6.

  • 7 ADSM, 2 E 14 1138, quelques exemples de transactions : 19 avril 1462, les procureurs de l’hôtel-Di (...)

6Nogent, faubourg de Neufchâtel, étroitement lié à la société urbaine, est également très proche du monde campagnard et intéresse les paysans des environs. Les biens sont parfois à l’abandon et attendent un « repreneur » ; jusqu’en 1494, quelques masures restent « vides » ; les bourgeois de la ville s’intéressent à ces parcelles inoccupées, relativement proches, acceptent de prendre à fieffe ou à louage différents biens. Cette paroisse attire donc prioritairement leurs investissements fonciers7.

  • 8 ADSM, 2 E 14 1146, 3 janvier 1503.

7Un autre quartier extérieur de Neufchâtel peut être comparé à Nogent : Quiévrecourt. Aujourd’hui, ce village est situé à 3 kilomètres environ de Neufchâtel, mais le territoire de la paroisse de Quiévrecourt parvient jusqu’aux abords de la ville. Les habitants de Neufchâtel au XVe siècle ont de très nombreuses relations avec le terroir de Quiévrecourt : ils y achètent terres et maisons, les baillent à rente et à ferme, y possèdent des jardins. En 1503, Thomassin Henry a vendu à Andrieu Fruitier, marchand de Neufchâtel, plusieurs masures de terre avec quelques édifices, le tout d’une surface de 8 acres à Quiévrecourt8. Les actes concernant cette localité sont encore plus nombreux que pour Nogent. Les investissements des bourgeois de Neufchâtel devaient privilégier la partie du territoire paroissial la plus proche de la ville, le long de la route qui reliait Neufchâtel et Quiévrecourt où existait une petite agglomération de maisons méritant l’appellation de « faubourg ». Plusieurs actes mentionnent la « rue du Pont à Quiesvrecourt », comme le suivant :

Marette veuve de deffunct Jehan de Caux […] demourant en la paroisse de Saint Jacques de Neufchâtel confessa avoir vendu à Guillaume Callicque demourant en la paroisse Saint Pierre tout ou tel droit que ladite veuve pouvoit avoir ou demander en 15 solz tournois de rente […] sur un jardin assis en la paroisse de Quiévrecourt en la rue du Pont ainsi qu’il se pourporte de lon en lé d’un côté Perrin Baudin dit Vigor ou Cardin le Prévot à son droit d’autre côté Gillet Davances d’un bout la rivière de Dieppe d’autre bout le chemin du roy […].

  • 9 ADSM, 2 E 14 1139, 13 juillet 1482 : « Pierre Langlois demeurant rue du Pont à Quiesvrecourt-lès-N (...)

8Le pont en question devait être celui qui franchit la Béthune à proximité de Neufchâtel ; cette rivière est, en effet, assez éloignée du village de Quiévrecourt9.

  • 10 Marcel Lachiver, Dictionnaire du monde rural. Les mots du passé, Paris, Fayard, 1998.
  • 11 Thierry Dutour, Une société de l’honneur : les notables et leur milieu à Dijon à la fin du Moyen  (...)
  • 12 Marcel Roupsard, « Les rues du Cotentin, une forme originale de peuplement rural en Normandie », A (...)

9À Saint-Saëns, petite ville non close, certaines routes la reliant à un village voisin, prennent le nom de « rue », terme qui, selon Marcel Lachiver, peut désigner un chemin d’exploitation rurale10. Ce terme peut aussi désigner des agrégats, souvent modestes et simples, formant des hameaux ou des villages organisés de part et d’autre d’une rue11. Un assez grand nombre de semblables villages-rues ont été recensés dans le Cotentin et en Basse-Normandie12. Le terme et l’organisation de peuplement qu’il indique ont pu exister également en Haute-Normandie et en pays de Caux : des toponymes comme « la rue de Fort-Moville », « la Ruelle » près de Pont-Audemer, « la Rue-Saint-Pierre » ou encore « Vatteville-la-Rue » le prouvent. C’est également ce que suggère la lecture des registres notariés de Saint-Saëns. L’observation des parcelles localisées le long d’une telle « rue », et surtout l’examen de ses confronts, montrent que la rue ou route en question est bordée de quelques maisons et constructions (granges, étables), non jointives, séparées par des prés, des vergers, des cours d’eau, des fossés, des jardins. Ces « rues » sont comme les derniers filaments d’espace urbain avant la campagne proprement dite.

  • 13 ADSM, 2 E 14 1442, 20 juin 1503.
  • 14 ADSM, 2 E 14 1187, 13 et 24 septembre 1542.
  • 15 Marie-Claire Coste, « Un faubourg des XVe et XVIe siècles », Dossiers d’archéologie. Les fouilles (...)

10Au-delà du centre-ville donc, l’espace bâti se desserre, se relâche. Les quelques hommes habitant ces faubourgs et dont la profession est connue appartiennent souvent au monde de l’artisanat (forgeron, drapier, coutelier…), mais semblent être de petites gens, endettés, ayant des difficultés pour payer leurs rentes ou cherchant à placer leurs enfants comme apprentis dans un atelier urbain. Les activités agricoles, jamais lointaines dans la vie de tous les habitants des petites villes, paraissent, dans ces quartiers, encore plus proches : Martin Ourry, habitant « faux bourg de la porte de Rouen » à Louviers, souscrit un contrat de « métairie » avec un bourgeois de Louviers, Thomas Batencourt : il s’engage à élever six vaches et à livrer une certaine quantité de beurre et de fromage chaque année ; Batencourt fournira le foin et la paille, mais gardera le fumier13. Ourry est donc un paysan périurbain et les faubourgs font partie de la périphérie vivrière de la ville de Louviers. D’autres indications permettent d’établir que la ville est entourée d’une ceinture de jardins : à Neufchâtel en 1542 est signalé un jardin « assis hors de la porte Cauchoise » ; un autre jardin « avec masure et clos » situé « hors la Porte Cauchoise » est pris à ferme pour sept ans par Anthoine Vasselin, bourgeois et marchand14. Cette réalité était largement partagée par un grand nombre de villes de ce temps : des fouilles menées à Paris à l’occasion de la rénovation du Louvre, à la fin des années 1980, ont exhumé les traces d’un faubourg situé à l’extérieur de la muraille de la ville, actuellement sous la place du Carrousel. Les restes archéologiques qui en ont été retirés révèlent un ensemble de maisons avec jardin, un quartier peu dense à caractère rural, aux activités orientées vers le marché urbain (boulangeries, élevage, légumes)15.

  • 16 Au XVIIIe siècle, une telle répartition de la population à Pont-Audemer intra-muros se repère enco (...)
  • 17 ADSM, 3 E 6 78, 1485, partie « Voyages et taxations ».
  • 18 ADSM, 3 E 6 78, 1484, partie « Voyages et taxations » : 2 maisons sont abattues dans le jardin de (...)

11À l’intérieur des murs pourtant, la densité des constructions n’est pas toujours bien forte, car l’espace campagnard pénètre la ville. De nombreux jardins existent en effet au centre des petites villes et, plus particulièrement, au pied des murailles. La partie périphérique du centre-ville est donc plus lâche que les lieux centraux. Ce que confirment les quelques plans de ville dont on dispose, comme celui de Louviers en 1748, montrant que l’espace situé à l’intérieur du quadrilatère défini par quatre rues est surtout consacré aux jardins. Beaucoup de maisons intra-muros évoquées par les actes notariés possèdent un jardin, dont la localisation exacte par rapport à la maison est inconnue. Le bâti urbain est relativement peu dense et fait penser au village cauchois « en nébuleuse » des anciens livres de géographie rurale. Néanmoins, il semble que les parties « hypercentrales » du centre de Pont-Audemer, Neufchâtel ou Louviers soient plus densément occupées que les parties plus éloignées et situées au pied des murs : une majorité des parcelles en jardin se localisent, dans ces trois villes, « près des murs de la ville », « au pied des murs », etc.16 En 1484, d’importants travaux de curage de fossés sont entrepris à Harfleur ; les terres qui sont extraites du fond des fossés sont déposées sur des espaces proches et à peu près libres, en général des jardins, dont les propriétaires sont remboursés par la ville « 4 livres t. pour avoir endommagé arbres à fruits dans leur jardin en déposant la vidange du fossé, ainsi ont perdu la levée dudit jardin »17. Ces espaces maraîchers fournissent aux citadins quelques fruits et légumes, qui ont une valeur marchande et ne sont pas un appoint négligeable. Ces parcelles cultivées supportent quelquefois des constructions, démolies à cette occasion, pour les besoins de la défense18.

  • 19 ADSM, 2 E 14 1139, acte du 13 mai 1482 ; vivier probablement situé sur la paroisse Saint-Vincent-d (...)
  • 20 Peut-être aussi des moulins à vent, dont on n’a aucune mention.
  • 21 À Neufchâtel, plusieurs jardins sont signalés « à Notre-Dame hors la porte Cauchoise », donc hors (...)

12L’espace périphérique des villes est donc nettement dominé par les activités agricoles. À l’extérieur de la muraille, se multiplient les prés où paissent chevaux, vaches, moutons, avec les bâtiments nécessaires à cet élevage, et ont été créés aussi quelques viviers à poissons (à Neufchâtel en 148219) ; là se rencontrent les moulins, installés sur des cours d’eau et toujours très proches de la ville20 ; là se développent les jardins surtout, clos de haies, aux productions mal connues21 ; plus loin, sur les talus, se rencontrent les vergers, avec pommiers et poiriers (signalés à Pont-Audemer), vignes autour de Louviers ; le tout formant une sorte de petite ceinture nourricière de la ville. C’est là que s’insèrent quelques établissements hospitaliers : léproseries, maisons de pestiférés, quelques prieurés et monastères (Camp souverain à Saint-Saëns), quelques domaines ou grandes fermes, comme celui de Pinterville appartenant à l’archevêque de Rouen.

13Tels sont les principaux traits généraux du paysage, qui organisent l’espace d’une petite ville et de son immédiate périphérie. Il faut maintenant aborder la zone où le bâti est le plus concentré, le cœur même de la ville.

Éléments du paysage urbain intra-muros

14À l’intérieur de l’enceinte et dans les agglomérations non murées, le paysage urbain est structuré surtout par la rue et ses maisons. L’espace de circulation, parcouru à pied, à cheval ou en charrette, limité par les façades de maisons suffisamment rapprochées, est l’horizon et le paysage quotidien des citadins. Cours d’eau et terrains cultivés introduisent dans le tracé des rues des ruptures et une certaine variété.

  • 22 ADSM, 2 E 14 1139, 10 septembre 1482.

15L’aspect des rues nous reste mal connu. Les maisons ne sont pas toutes mitoyennes ; certaines présentent une avancée sur la rue formant une sorte d’arcade : l’avant-solier ; toutes les maisons d’une rue ne sont pas habitées ou habitables, il en est qui restent inoccupées ; d’autres sont en ruine depuis les guerres ou « ont chues » et « il ne reste que la place », espaces libres vite transformés en dépôt d’ordures par les riverains. À Louviers ou Montivilliers, les comptes de l’archevêque de Rouen et ceux de l’abbaye de Montivilliers signalent que l’alignement des façades, le long des rues centrales, présente des « vides places » assez nombreuses. La plupart de ces rues devaient être de modestes dimensions, étroites, adaptées à une circulation d’hommes marchant à pied. Peu de rues sont pavées, ce qu’enregistre un nom comme la « rue Terreuse » à Neufchâtel22. Les passages les plus intensément empruntés le sont : passages des ports, ponts, artères centrales ou tronçons d’artères, abords de certains édifices (fontaines, hôtels de ville). De même, quelques rigoles d’évacuation des eaux de pluie sont pavées.

  • 23 ADSM, 2 E 14 1139, 1535, acte 121.
  • 24 ADSM, G 647.
  • 25 Plusieurs actes tirés du cartulaire de l’abbaye de Préaux évoquent les liens (vente de rente fonci (...)

16Les activités et usages de ces rues, anciens plutôt que récents, transparaissent dans leurs dénominations : « la rue par où l’on va le long des murs de Neufchâtel »23 ; à Louviers, se rencontrent « la ruelle de l’abreuvoir aux chevaux », « la chaussée de Folleville »24, c’est-à-dire la voie qui mène vers Folleville, l’un des faubourgs de la ville : tous les espaces de circulation sont loin d’avoir reçu un nom au XVe siècle. Les noms de rues illustrent divers thèmes qui renseignent sur le paysage urbain ou suggèrent l’existence d’un environnement campagnard : à Saint-Saëns, rue du Vivier, rue des Aulx ou des Eaux, rue du Bosc, rue de la Court, rue du Ruisseau, rue du Gagnage (pâturage) ; à Neufchâtel, rue Crapaudière, rue du Mesnil. Beaucoup de ces dénominations ont aujourd’hui disparu, de sorte que la localisation exacte de ces voies ne peut être connue. Il peut s’agir, pour une part, de rues excentrées conduisant hors de la ville où toutes ces activités et ces espaces agraires sont plus présents. Les activités artisanales et commerciales, caractéristiques du milieu urbain, sont évidemment fréquentes dans les dénominations, sans certitude cependant que celles-ci subsistent encore aux XVe-XVIe siècles : à Saint-Saëns, rue des Forges, rue d’Enfer et rue des Eaux sont proches les unes des autres et délimitent la zone occupée, aux XIIe-XIIIe siècles, par les ferronniers et forgerons ; à Harfleur, rue de la Mercerie, rue des Brasseurs ; à Bernay, la rue Taillefer ; à Neufchâtel, rue du Marquet (marché) ; à Pont-Audemer, rue aux Juifs (une communauté juive est attestée au XIIe siècle25), une autre rue aux Juifs existait aussi à Montivilliers ; à Louviers, rue des Tanneurs, rue aux Fèvres, rue du Valet, rue du Quai. Il existait une rue de la Laiterie ou une rue Laitière à Pont-Audemer, Harfleur et Louviers. La présence de moulins dans, à la limite et hors des villes se reflète dans la désignation des rues qui y conduisent : rue du Mesnil à Neufchâtel, rue des Quatre-Moulins à Louviers, rue des Moulins à Harfleur. Bernay possédait une rue de la Poterie, une rue au Feurre (paille), une rue des Charettes. Des rues ou places de la Poissonnerie, par exemple, à Pont-Audemer, Montivilliers, Neufchâtel, Caudebec, Harfleur, ne doivent pas étonner ; dans ces trois dernières villes, un commerce de poisson frais et salé, assez actif, mentionné par plusieurs documents, marquait effectivement, aux XVe et XVIe siècles, ces lieux.

  • 26 ADSM, 2 E 14 1187, 1er juin 1542 : « d’un bout la rue Crapaudière à présent nommée rue des Seurs »
  • 27 André Lejeune, Notes sur Saint-Saëns, 1930, p. 413, dactyl.
  • 28 Léopold Marcel, Les Rues de Louviers, Louviers, Izambert, 1881.

17D’autres noms sont liés à des usages ou des édifices religieux : rue des Repentans à Neufchâtel, rue du Sépulcre à Pont-Audemer (Notre-Dame du Pré dite aussi le Sépulcre est l’une des églises de la ville, dont l’architecture aurait été en partie inspirée par l’église du Saint-Sépulcre de Jérusalem), rue Notre-Dame à Louviers ou rue de La Trinité, ou plus précisément, de La Trinité-de-Fécamp (car l’abbaye de Fécamp possédait quelques biens à Louviers), de même la rue Saint-Taurin, toujours à Louviers, manifeste l’existence de propriétés appartenant à l’abbaye Saint-Taurin d’Évreux ; à Bernay existent une rue des Cordeliers, une rue de l’Abbaye ; à Saint-Saëns, une chapelle dite « de Boulogne », du nom du donateur de la parcelle sur laquelle cette chapelle est érigée, a donné son nom à la rue adjacente, à quoi s’est associée la notoriété du pèlerinage de Boulogne dans le Pas-de-Calais pour aboutir à la rue Notre-Dame-de-Boulogne. À Neufchâtel, la rue Crapaudière change de nom au cours du XVIe siècle et est appelée « rue des Seurs », en raison, probablement, de l’installation, en 1507, des sœurs du tiers ordre de saint François26. Les noms de saints ne sont pas très courants : à Bernay existent une rue Saint-Nicolas et une rue Sainte-Gertrude ; à Montivilliers, des rues Sainte-Catherine, Saint-Nicaise et Saint-Germain ; à Neufchâtel, une rue Sainte-Radegonde. Bien souvent, une construction remarquable sert de repère et donne son nom à une rue : outre les églises déjà citées, peuvent encore être relevées, à Neufchâtel, rue des Fontaines, rue de l’Hôpital, rue Poteresse (liée à une mare ? un abreuvoir ?), rue de la Motte (celle du château de Neufchâtel) ; à Harfleur, rue de la Croix-Gorren, en raison de la croix de carrefour située sur la place du même nom ; à Pont-Audemer, place du pilori ; à Louviers, rue Mortuaire, menant au Grand Cimetière, rue de la Geôle, rue du Martray (nom qui signalerait un lieu d’exécution), rue de la Poissonnerie (probablement liée à la présence d’une halle). Des reliefs ou sites naturels marquent l’espace et servent aussi au repérage des rues : rue du Montmiré à Saint-Saëns, qui mène sur le plateau, rue de Lisle et rue du Petit-Islet à Louviers (il s’agit d’une île délimitée par deux bras de l’Eure). La présence de l’eau, sous diverses formes, rivière, mare ou autre, est assez marquante pour servir à désigner certaines rues : il y a plusieurs « rue du Vivier », à Bernay, à Saint-Saëns et Montivilliers ; une rue du Ruisseau et une rue des Fontaines se rencontrent tout près de la rue du Vivier et délimitent un quartier de l’eau à Bernay ; une « ruette de la Bergue (berge) » longe un des cours d’eau qui traversent Montivilliers. Les élargissements sont rares, une rue plus vaste que les autres en tire son nom : Grand-Rue à Pont-Audemer et à Neufchâtel. Quelques rues reçoivent leur dénomination de la direction vers laquelle elles mènent : rue Cauchoise, conduisant à la porte Cauchoise de Neufchâtel ; à Louviers, rue de la porte du Neufbourg, rue de la porte de Rouen ; à Bernay, rue de la porte de Lisieux. Les remparts étaient souvent précédés par une rue leur donnant accès et faisant le tour de l’enceinte à l’intérieur de la ville : c’est le cas de la rue Corbel à Louviers. D’autres, enfin, portent la trace de l’histoire de la ville, enregistrent l’ancienneté et la densité de l’habitat et témoignent du temps où plusieurs noyaux d’habitations ne constituaient pas encore un tout urbain : à Neufchâtel, la rue du « Bourc Saint-Jacques », la « Grand rue du bourg Saint-Pierre » ; à Saint-Saëns, la rue du Petit-Bourg, quartier de travailleurs, et la rue du Grand-Bourg, artère centrale de l’agglomération, quartier des notables (?) comme le suppose André Lejeune27 ; à Bernay, la rue du Grand-Bourg. Ces appellations conservent la trace des premiers développements de l’agglomération, née de bourgs castraux ou abbatiaux. Enfin, unique cas d’une allusion à une actualité proche : la rue Massacre, à Louviers, aurait obtenu son nom à la suite des combats de la guerre de Cent Ans et d’un massacre d’Anglais perpétré lors de la reprise de la ville en 144128.

18Il subsiste bien d’autres dénominations qui n’évoquent rien explicitement, mais qui possèdent un grand charme pittoresque : à Louviers, rue Tatin, rue Croq, rue Ameline, rue Paupoul ; à Montivilliers, rue Assiquet, rue Agachou.

  • 29 André Lejeune, Notes…, p. 414.

19Les maisons qui constituent la majeure partie de l’espace urbain sont assez mal connues. La maison la plus courante est basse, sans étage, faite de colombages de bois, de plâtre ou de torchis, le tout assis sur un soubassement de pierre (grès ?) et silex. Les maisons à étage, signifiant la richesse relative de leur propriétaire, sont plus rares et, probablement par désir d’ostentation, étaient placées de telle sorte que leur façade la plus longue, le mur « goutterot », regarde la rue29. Les couvertures de toit les plus fréquemment citées dans les documents sont les tuiles ; le chaume, ou « rosel », est plus rarement mentionné.

  • 30 ADSM, 2 E 93 12, 23 octobre 1535 : Pierre Quemin, un maçon vivant au Quesnay, à l’extérieur de Sai (...)
  • 31 ADSM, 2 E 14 1139, acte 16, 1482 : une maison à plusieurs étages (mais combien ?) est louée à plus (...)

20De très nombreux contrats, baux à rente ou à ferme, figurent dans les registres des notaires. La vente et la location de maisons sont, en effet, des phénomènes courants. Les actes qui enregistrent les transactions donnent une description minimale des édifices, de leurs abords, de leurs confronts. La localisation de certaines maisons peut, par ce moyen, être connue et appréciée. Leur forme dépend en partie de l’emplacement où elles ont été construites. En effet, les maisons du centre-ville diffèrent un peu de celles situées près des murailles et de celles des faubourgs. Murs en bois et colombages, emplis de plâtre, à toits de tuiles, plus rarement de chaume ou d’essentes de bois. Si, dans l’ensemble de l’espace urbain, se rencontrent des maisons en bois et plâtre ou bien en bois et torchis, les constructions de pierre, elles, n’existent qu’à l’intérieur de l’enceinte, même au cœur d’assez petites villes, comme Saint-Saëns30. Les « quartiers centraux » sont plus densément occupés, c’est pourquoi les maisons à étages y sont plus nombreuses et probablement mitoyennes. C’est là également que des enseignes ornent les façades pour distinguer et pour repérer les constructions. Édifiées en hauteur, sur un étage au moins, les maisons du centre-ville possèdent quelquefois des avant-soliers : l’étage qui avance et couvre la rue est supporté par des « pots » (ou poteaux) assis sur des pierres. Des sortes de voûtes habitées, des chambres enjambent la rue et rejoignent deux maisons. Autre aspect de la maison à étage : l’oriol, sorte de pièce située au faîte d’une maison, domine l’édifice et émerge de la ligne des toits. Le rez-de-chaussée est souvent ajouré et un étal est déployé pour les besoins du commerce31.

21Toutes les maisons, à Louviers, Neufchâtel ou Pont-Audemer, paraissent avoir eu, sur leurs arrières, une cour, un jardinet, un terrain extérieur plus ou moins grand. En 1503, Pierre Le Foullon de Neufchâtel prend à fieffe de Jehan Le Porc, conseiller en cour laie, de la même ville :

  • 32 ADSM, 2 E 14 1146, septembre 1503.

Une maison et héritage assis en ladite paroisse Saint Jacques ainsi qu’elle est et se comporte et estend où est à présent demourant ledit Foullon tenant d’un costé l’estable de la maison dudit le Porc qu’il a eue et acquise de Thomas des Essars semblablement conseiller en court laie audit Neufchatel, d’autre costé l’hostel et maison d’Étienne le Fort, d’un bout le jardin de la maison dudit le Porc d’autre bout le pavement du Roy notre Seigneur […].32

  • 33 ADSM, G 652, 1452, « domaine fieffé » : maître Jehan Challenge, un notable lovérien, possède un «  (...)
  • 34 Sébastien Lefèvre, Topographie…, p. 51.
  • 35 ADSM, 2 E 93 12, 1535 : maison allongée partagée pour une succession en 3 lots ; ADSM, 2 E 14 1442 (...)

22Quelques actes indiquent que ces lieux peuvent accueillir des jardins, des réserves de bois, peut-être aussi des cuisines extérieures, et, lorsqu’une rivière passe derrière la maison, des latrines, parfois des passerelles, des « planches » pour y attacher une embarcation33. Au XVIIe siècle, à Pont-Audemer, beaucoup de maisons ont ce type de plan : une façade sur la rue, à l’arrière une cour avec jardin, au fond de celui-ci, des latrines et un petit quai donnant sur un des cours d’eau qui traversent la ville34. Dans les quartiers plus périphériques, au pied intérieur des murs de la ville ou bien à l’extérieur des portes, dans les faubourgs, les parcelles qui entourent les maisons semblent plus vastes, à en juger par la liste des dépendances que les actes notariés mentionnent. Étables, granges, puits, four, vergers, herbages, prés entourent les constructions qui sont, semble-t-il, plus basses, allongées, comparables aux maisons rurales normandes des XVIIIe et XIXe siècles, qui ont subsisté jusqu’à aujourd’hui35.

  • 36 Chiffres établis par Chantal Cormont dans Les Comté et Seigneurie de Louviers et Pinterville, mémo (...)
  • 37 Ibid., annexe no 5.

23Au commencement de la période, en 1450, une partie des maisons, dans quelques petites villes, est en piteux état. Pour un certain nombre de bourgs, comme Auffay, Saint-Saëns, Pavilly, les XIIIe et XIVe siècles ont constitué une période faste sur le plan économique et démographique. L’espace bâti était beaucoup plus étendu qu’après 1450. Guerres, dégradations, destructions volontaires à des fins défensives, fuite des habitants, anémie de l’activité économique ont détérioré et rétréci le bâti urbain. Louviers voit sa population passer de 1 378 feux en 1404 à 695 en 145236. Les maisons de cette ville, appartenant au seigneur-archevêque de Rouen et qui sont en « non valeur », représentent 8 % du total en 1426, 38 % en 1433, 46 % en 1440, 52 % en 145037. Dans les comptes de l’archevêque de Rouen, les indications sont fréquentes signalant que les maisons de Louviers sont « tournées en ruine et en non valoir à l’occasion des guerres », « arses et abattues », « il n’y a que la place et est pleine d’immondices ». Des mentions identiques figurent également dans les comptes de l’abbaye de Montivilliers. À Neufchâtel, les plus anciens actes notariés, datant de 1461, montrent que des parcelles nues, mais autrefois bâties, sont acquises par des habitants qui ont obligation de réédifier une maison : les destructions marquaient également le paysage de Neufchâtel vers 1450-1460, comme certainement celui de bien d’autres villes à la même époque, pour lesquelles les renseignements font défaut, comme Pont-Audemer ou Harfleur.

24Un trait caractéristique de l’espace urbain médiéval est l’étroitesse des rues, la faible extension des lieux. Dans les villes normandes aussi, les axes de circulation sont généralement étriqués. Les croisements de rues ou carrefours sont, dans la plupart des petites villes étudiées, les seuls espaces amples, qui ouvrent un large horizon et contrastent avec l’exiguïté des rues communes. Quelques cimetières, comme celui de Louviers, ou celui qui entoure en partie l’église Notre-Dame, quelques artères majeures, quelques rares places aèrent l’espace construit qui, certes, n’est pas très densément bâti : place du pilori, place du marché aux chevaux à Pont-Audemer, place de la Croix-Gorren à Harfleur, carrefour Notre-Dame à Louviers. À Saint-Saëns, pas de place véritable : la rue du Vivier est plus large que les autres en raison d’un ruisseau qui la parcourt en son milieu ; au croisement avec la rue du Grand-Bourg se dégage la seule « place » de la ville où se sont installées les halettes à la boucherie et la halle au blé, immédiatement à côté de l’église paroissiale. Les autres villes paraissent avoir eu une trame de rues et de places plus élaborée, avec des places carrées (pilori à Pont-Audemer), rectangulaires (Caudebec, Aumale), triangulaires (Louviers, Bernay, marché aux chevaux à Pont-Audemer). L’apparition de ces places s’est-elle faite de façon concertée et consciente ou au cours d’une longue évolution résultant de retouches circonstancielles ? Peut-être la seconde hypothèse est-elle la plus plausible. De ce fait, il paraît significatif que le terme de « place » soit très rarement utilisé dans les sources. C’est au début du XVIe siècle que quelques actes mentionnent à Pont-Audemer la « place de ceste ville » (1513), de même à Harfleur la « place et marché de la Croix-Gorren » (1509).

  • 38 En 1480, est construit à Louviers un pilori « au lieu ou soulloit être le pillori anciennement », (...)

25Aucun document ne nous décrit l’aspect de ces places. Les contemporains considéraient séparément les édifices, terrains, maisons et monuments et ne prenaient pas en compte les ensembles architecturaux et paysagers. Il n’y a trace d’aucune dépense, aucun devis, aucun projet qui aurait concerné une « place ». Les notions d’architecture urbaine et de paysage urbain paraissent avoir été étrangères aux contemporains, si bien qu’aucune institution n’a été investie de ce souci-là et n’a donc produit d’archives. Il faut néanmoins essayer d’imaginer quel pouvait être le paysage ordinaire de ces petites places et rues élargies. Les plus importantes d’entre elles étaient dominées par la présence de l’église principale ou d’une abbaye. Ces édifices monumentaux, église Notre-Dame de Louviers, Saint-Ouen de Pont-Audemer, abbaye de Montivilliers, abbaye de Bernay, Saint-Martin d’Harfleur, Notre-Dame de Neufchâtel, créaient une rupture verticale dans le paysage par leur élévation inhabituelle, et une ouverture horizontale par le parvis plus ou moins grand qui les précédaient. S’il existe parfois un beffroi séparé (Eu), le plus souvent, c’est le clocher de l’église paroissiale qui abrite l’horloge, la cloche et qui sert à faire le guet. Les places majeures sont fréquemment occupées en leur centre par une halle (Pont-Audemer, mais aussi Pont-de-l’Arche, Aumale…), parfois précédée d’une fontaine (Pont-Audemer). Ou bien la halle est comprise dans l’alignement des maisons comme sur la place du pilori à Pont-Audemer, où donnent aussi l’hôtel-Dieu et sa chapelle. Au début du XVIe siècle, cet espace qui servait de marché (non couvert) est agrémenté d’une fontaine. Quelques places possèdent une croix (place de la Croix-Gorren à Harfleur, parvis de Notre-Dame de Louviers, place de Caudebec-en-Caux). Ce qui implique que les lieux sont placés sous protection divine. Au début du XVIe siècle, quelques statues de saints protecteurs sont érigées dans certaines villes (statue de saint Sébastien à Bernay), mais en général, hormis les façades des églises et couvents, il semble, à en croire nos sources, qu’il existe peu de signes religieux (croix, statuettes, calvaires, poutres sculptées) dans les rues. Les places sont également entourées de maisons plutôt rapprochées et mitoyennes. Maisons basses ou d’un étage, avec, parfois, un avant-solier. Nombre de ces maisons ont un ouvroir ou une échoppe donnant sur la rue, conférant un caractère commercial à la place. Les poutres et colombages dominaient certainement, mais ces petites villes possédaient également quelques maisons de pierre, celle dite « des Templiers » de Caudebec en offrant un des plus spectaculaires exemples. L’alignement des façades, surtout dans la première moitié du XVe siècle, n’était pas continu : de nombreuses maisons, de bois et de pierre, avaient été détruites pendant les guerres franco-anglaises et parfois rasées jusqu’au sol : « il ne reste que la place », lit-on dans les documents lovériens. Les rues autour de Notre-Dame de Louviers connaissent donc des trouées, les emplacements des anciennes maisons sont devenus des dépotoirs, quelques maisons subsistent, dégradées, sans occupant et sans entretien. Ces lieux centraux, carrefours et places, sont bien souvent mis à profit pour organiser les marchés hebdomadaires, divers rassemblements, exécutions publiques, processions, entrées38.

26L’existence d’espaces larges et aérés relève bien souvent de la présence d’une rivière ou de canaux. Les bras de la Risle ou de l’Eure pénètrent à Pont-Audemer et Louviers, la Lèzarde qui arrose Harfleur abrite le port de la ville. Les fleuves sont certes utiles pour les échanges, mais souvent laissés de côté par les villes, qui se sont installées sur des cours d’eau plus petits, privilégiant les plus petits bras : ni la Risle ni l’Eure n’entrent à Pont-Audemer et Louviers, mais des canaux dérivés et des bras secondaires. C’est que le fleuve ou la large rivière ont été utilisés comme espaces de protection, comme ceintures défensives, protégeant la ville et barrant l’accès à un envahisseur éventuel. La présence de l’eau courante se traduit par l’existence d’installations diverses : ponts de pierre ou de bois, passerelles, arches, murets de rive, quais de bois, escaliers pour accéder jusqu’à l’eau, appontements (appelés « planches »), installations artisanales (moulin à fouler, à tan…). Ajoutons que l’eau courante alimente certains fossés et gagne le pied des murailles, à Pont-Audemer ou Harfleur.

  • 39 ADSM, 2 E 14 1442, 7 juin 1503 et 20 juillet 1504. Autre cas dans le même registre : « une maison, (...)
  • 40 ADSM, 2 E 14 718, fo 12 ro. Autre exemple de jardins en ville : Pont-Audemer, CRV, 1498, fo 23 ; 1 (...)
  • 41 Cité par Paul Le Cacheux, Actes de la chancellerie d’Henri VI concernant la Normandie sous l’occup (...)
  • 42 ADSM, 2 E 14 718, fo 6 ro, 1429.

27Les jardins présents en nombre à l’intérieur des murs de la ville contribuent aussi à trouer le bâti urbain. Ces espaces cultivables sont d’autant plus intéressants qu’ils sont proches du domicile des citadins, il n’est donc pas étonnant de les rencontrer dans les quartiers centraux. Ainsi, à Louviers dans la rue Notre-Dame, la rue la plus centrale, se remarque une « maison avec masure et jardin le tout tenant ensemble, d’un bout la rue Notre Dame » ; dans la rue du Valet, plus excentrée, proche de l’enceinte mais intra-muros, un drapier loue « une maison, masure avec court et étable sauf la granche joignant ladite maison et un jardin, assis à Notre Dame de Louviers en la rue du Vallet »39 ; en 1429 est louée à Elbeuf « une masure avec tous les édiffices, assise en ladite paroisse Saint Jehan devant les halles dudit lieu »40. Le terme de masure est dans les actes notariés synonyme de « terrain », construit ou non ; les actes qui l’utilisent décrivent souvent des parcelles partiellement bâties, conservant des espaces cultivables, ce qui est certainement le cas ici ; des jardins et des cours existaient donc dans l’immédiat voisinage des lieux les plus « centraux » comme ces halles d’Elbeuf. Ces espaces agricoles de proximité constituent aussi des précautions nécessaires pour temps de siège, menace permanente durant cette période. Ils se rencontrent en plus forte proportion au pied des murs de la ville côté intérieur, comme de nombreuses mentions le prouvent pour Pont-Audemer, Louviers ou Neufchâtel. À Gisors, pendant l’occupation anglaise, un laboureur est astreint au service de guet : la lettre de rémission qui le concerne (il a volé des pierres) explique qu’il vit dans cette ville où il met en valeur un petit terrain sous les remparts41. À Elbeuf, un acte notarié signale « un gardin avec arbre assis en la poterne en ladite paroisse Saint Jehan d’Ellebeuf », jardin proche d’une portion de mur fortifié42. L’activité qui se déploie dans les jardins apparaît très peu : ceux-ci sont parfois plantés d’arbres fruitiers et comportent assez souvent une construction (maisonnette, cabane ?). Des fouilles menées vers 1988-1989 sur le site du Louvre à Paris ont permis de mieux connaître l’usage des jardins existant aux abords d’une grande ville : élevage de volailles, de porcs, de chevaux, culture de fruits et légumes, dépotoirs, fosses d’aisance. Les jardins de villes plus modestes connaissaient probablement les mêmes usages.

28À la lecture des sources, nos petites bourgades paraissent avoir connu une densité d’occupation relativement légère, un ensemble de constructions plutôt desserrée, assez comparable avec ce que décrivent les plans de villes du XVIIIe siècle. Louviers, telle qu’elle apparaît sur le plan de Bachelay, malgré l’augmentation de sa population, l’extension probable de l’espace bâti, n’est pas très éloignée, dans son organisation générale, de ce qu’elle était au début du XVIe siècle.

Espaces sociaux : visage social des quartiers, usage des rues et des places

29Quant à la structuration socio-spatiale de l’espace urbain, à la séparation entre riches et pauvres, rien de bien net n’apparaît dans les sources. Plusieurs raisons peuvent expliquer cet état de fait : les renseignements sont peu nombreux et très épars dans les documents ; probablement la ségrégation entre catégories sociales n’est-elle pas prononcée. Il règne dans les villes normandes une certaine mixité sociale, le citadin riche, ou moyennement riche, côtoyant facilement le pauvre, ne serait-ce qu’en raison de la faible taille des villes. Quelques rôles de fouage, relevés par rue, montrent cette cohabitation entre le citadin moyen, la femme seule et le mendiant dans la même artère urbaine. Dans une rue de Louviers, la rue du Martray, les occupants des diverses maisons qui se côtoient ne paient pas des rentes égales au seigneur archevêque : il y a là des maisons qui acquittent 98 sous, 74 sous, 20 sous et plusieurs d’entre elles (au moins 4) doivent 5 sous. Le montant du « loyer » varie du simple au « vingtuple » ! Les écarts de revenus devaient épouser grosso modo ces écarts de valeur attribuée aux maisons.

  • 43 ADSM, 2 E 14 1442, 8 juin 1503, 20 juillet et 7 juillet 1504.

30Toutefois, le regroupement de quelques menus renseignements permet de brosser approximativement les contours sociaux de l’espace urbain des petites villes. Les documents concernant Louviers sont un peu plus diserts sur ce point. La rue du Valet paraît habitée principalement par des artisans, dont le degré de richesse n’est pas connu. Plusieurs actes notariés donnent quelques indications sur les occupants des maisons : en 1503, Jehan Louvel, drapier, demeure rue du Valet ; la même année, Étienne Du Busc, drapier, s’installe dans une maison de cette rue, qui côtoie la maison de Jehan Ysabel, huchier, et aussi celle des héritiers Frigart, une famille de bouchers ; toujours en 1503, un couple, Jehan et Marie Le Bouchier dit Boucherot, qui ne peuvent payer entièrement la rente de leur maison, obtiennent un arrangement avec leur propriétaire : ils auront la moitié de la maison pour la moitié de la rente, l’autre moitié sera occupée par Jehan Jehan, drapier43. Cette rue semble donc connaître une proportion importante d’artisans, ce qui doit être le cas de beaucoup d’autres rues dans cette ville particulièrement marquée par le travail textile.

  • 44 Elbeuf : ADSM, 2 E 14 718, fo 41 vo ; Saint-Saëns, 2 E 93 12, 23 octobre 1535. Concernant Saint-Sa (...)
  • 45 Par exemple, à l’extérieur d’Elbeuf, ADSM, 2 E 14 718, fo 41 vo ; à Montivilliers, ADSM, 54 H 50, (...)

31Plusieurs maisons de pierre existent en différents endroits de Louviers et révèlent la présence de propriétaires plus cossus et d’un bâti plus prestigieux. Les maisons des riches ne se situent pourtant pas toutes dans un même quartier, qui serait un quartier de l’élite, mais paraissent s’étendre à la majeure partie de l’espace urbain intra-muros. D’autres petites villes, de moindre importance que Louviers, ont abrité des maisons de pierre : c’est le cas d’Elbeuf, où est signalée en 1429 une maison de pierre « en la rue Mullouze à Saint Jehan », c’est le cas aussi de Saint-Saëns, mais à une date plus tardive (1535)44. Dans des zones de construction moins dense et aussi à l’extérieur des murailles, il existe des « manoirs »45 dont la description fait toujours défaut : l’impression qui se dégage est celle de demeures entourées de terrains cultivés, de sortes de fermes, mais occupées par des bourgeois.

  • 46 ADSM, 2 E 14 1442, 1503, 5 mai 1503.
  • 47 ADSM, G 652, 1452 : Jehan Langlois et Colin Brisellet, dans la partie « domaine fieffé ».
  • 48 ADSM, G 647, 1450 : partie « biens tenus par Guillaume de Bigars » ; les biens de Michel Le Gay so (...)
  • 49 ADSM, 2 E 14 1442, 3 juin 1503.

32Les bourgeois les plus éminents semblent avoir élu domicile dans les lieux centraux, près de l’église principale ou près d’une halle. Le prix plus élevé des rentes et aussi l’implication des notables dans les affaires municipales, particulièrement lors des établissements de « contrats de fieffe », expliquent que les plus prestigieuses demeures leur soient revenues. Elles sont pour eux un lieu de résidence familiale, parfois un placement financier – car la maison peut être louée à quelqu’un d’autre –, mais aussi un lieu de travail, boutique, échoppe ou magasin, ouvrant généralement sur la rue, caractère qui permet de comprendre l’importance de l’emplacement central de la demeure. Ainsi, un marchand de Louviers, Robin Le Bigre, possède une maison rue du Martray « devant la halle au pain » ; Jehan Le Caron, drapier et important prêteur d’argent, demeure « en l’ostel ou pend pour enseigne le mouton, assis audit Louviers devant les halles [au blé] dudit lieu »46 ; Jehan Langlois, avocat, demeure en « une maison de pierre à 2 pignons, paroisse Notre-Dame, devant l’église », Colin Brisellet jouit de deux maisons, l’une située « près de l’église », l’autre « une maison de pierre rue de Lisle »47 ; plusieurs maisons situées à proximité d’une halle sont vraisemblablement plus grandes et prestigieuses que d’autres, ce que reflète la rente qu’elles doivent payer : en 1450, Michel Le Gay doit 14 livres 7 sous « pour une maison devant la halle au pain »48. Certains bourgeois louent des maisons leur appartenant, comme en 1503 les héritiers de Richard Loysel, un homme de loi, qui afferment « une maison et masure assises devant les halles à cuir de Louviers »49. À Neufchâtel, en 1461, Nicolas Sérée, bourgeois de la ville, baille à fieffe à Colin Delaitre, de Neufchâtel :

  • 50 ADSM, 2 E 14 1138, 20 juillet 1461.

[…] un hôtel manoir et masure ainsi édiffié et comme il se pourporte de long en lé en quel a avant solier sur rue avec le gardin qui est derrière icellui, assis en la paroisse Notre Dame du Neufchâtel et où pend l’enseigne de la croix de fer, jouxte d’un coté tout au long à l’ostel appartenant à Laurens Touzé, d’autre audit bailleur et Guillaume de Bailleul, d’un bout à la rue du devant de la halle aux grains par devant, d’autre bout par derrière à la rue du Corsel pour 13 l. et 2 cappons de rente par an […]50.

  • 51 ADSM, 2 E 14 1138, 27 avril 1464.

33Ce texte évoque une maison avec avancée et passage couvert sur la rue, donnant sur la halle aux grains. Le registre notarié de 1461 permet d’identifier un peu mieux les occupants des lieux : Nicolas Sérée est, comme Delaitre, un bourgeois aisé, qui loue des maisons et terres à Neufchâtel et dans la petite région environnante, perçoit des rentes, prête de l’argent, achète lui-même de nouveaux biens fonciers, et occupe quelques fonctions administratives ; en 1461, il est lieutenant du vicomte de Neufchâtel51. Comme Delaitre, il appartient à une de ces familles bourgeoises de la ville, nommées assez fréquemment dans les registres de notaire des années 1460 et des décennies suivantes, et qui sont impliquées dans les institutions municipales, qui brassent des affaires. C’est un notable. Laurens Touzé est, lui, un écuyer résidant en ville. Ces quelques maisons proches de la halle aux grains sont donc occupées par des membres de l’élite sociale de Neufchâtel. Dans une autre rue, la rue de Lisle, se concentrent les belles demeures de pierres des tanneurs. À Louviers, ville d’artisanat et de commerce, existaient, à la fin du XVe siècle, quelques artères socialement marquées.

  • 52 Phillipe Cailleux, « Les enseignes rouennaises à la fin du Moyen Âge », La Rue, lieu de sociabilit (...)

34Diverses enseignes ornent les façades et donnent leur nom à ces « hôtels ». Ces décorations sont une manière d’identification des maisons, qui peut avoir une raison pratique, celle du repérage dans une partie densément bâtie d’une ville52. Cette fonction, réelle à Rouen mais certainement moindre dans les petites villes, est supplantée par une raison d’être sociale. Les enseignes paraissent être, à Neufchâtel comme dans d’autres villes secondaires, des éléments de distinction, des signes d’appartenance et de prestige. Les symboles choisis relèvent de différents thèmes, généralement animalier, religieux ou, plus rarement, politique. On rencontre ainsi un hôtel du Cornet, un hôtel de la Rose, un hôtel du Cerf à Harfleur, un hôtel du Lion d’or à Pont-Audemer, un hôtel du Barbeau, du Lièvre, du Mouton à Louviers, un hôtel du Mouton, hôtel de la Croix de fer, hôtel de la Fleur de lys à Neufchâtel. Les résidents ou propriétaires de ces maisons sont des bourgeois, des notables, des officiers et, bien souvent, ces maisons à enseigne se trouvent dans les zones de circulation intense (près des églises ou des halles). De ce fait, ces lieux semblent jouir d’un certain prestige.

  • 53 Sébastien Lefèvre, Topographie…, p. 51-54.

35Ainsi, les axes et lieux centraux des petites villes normandes ont pu revêtir un aspect résidentiel. Une différenciation spatiale assez nette s’observe encore au XVIIIe siècle à Pont-Audemer : la Grand-Rue est densément peuplée et les demeures des notables y sont nombreuses ; la rue du Sépulcre, plus excentrée, connaît une occupation humaine plus lâche et comporte plus d’activités artisanales que le centre. L’examen des sources montre qu’un tel ordonnancement a pu exister dès le XVe siècle au moins53. Ainsi, à Louviers, où s’observe une répartition comparable : travail du cuir rue de Lisle, travail du drap, rue du Valet, qui sont toutes deux des rues non centrales, alors que la rue Notre-Dame n’a peut-être pas encore, au XVe siècle, une fonction résidentielle dominante.

36La densité de l’occupation humaine intra-muros est bien difficile à évaluer. Les registres de l’archevêque de Rouen concernant sa seigneurie de Louviers contiennent parfois des listes de fouage levé par rue ou par ensemble de rues, mais ne donnent pas, hélas, la liste des feux payants par rue. Seule est indiquée la somme globale collectée dans telle rue ou tel quartier. Il n’en résulte donc qu’une idée bien vague du caractère populeux ou non de certaines parties de la ville.

  • 54 ADSM, G 671, 1475, « Œuvres et réparations ».
  • 55 ADSM, G 683, 1478, « Œuvres et réparations ».
  • 56 Cité par Ernest Sémichon, Histoire de la ville d’Aumale et de ses institutions depuis les temps le (...)
  • 57 Adrien Miton, Mémoires, publié dans Documents concernant l’histoire de Neufchâtel-en-Bray, Fernand (...)
  • 58 AN, JJ 201, no 53, 1477.

37L’usage que la société urbaine fait de certains lieux transparaît quelquefois dans les sources, trop peu cependant. Quelle est la vie qui se déploie sous les avant-soliers, sur tel pont, à proximité de telle ou telle porte ? Il serait précieux de connaître le vécu des habitants, la manière dont ils perçoivent certains lieux, considérés comme agréables, fréquentables ou dangereux. Les rares renseignements de ce type concernent les halles. Diverses notations signalent que les halles sont des lieux mal fréquentés, la nuit surtout. La présence d’étaux et d’échoppes à l’intérieur de ces édifices, où des marchandises diverses sont enfermées, suscite la convoitise des voleurs. Les vols d’étaux, c’est-à-dire de planches de bois, sont relativement fréquents. En 1475, les étaux d’une halle de Louviers sont refaits « pour ce que ceux qui y estoient ont de nuyt par mauvais garçons esté déchevillés et ostés »54 ; de même en 1478, quelques étaux utilisés par les chaussetiers, merciers et boulangers sont réparés « pour ce que de nuyt aucuns leneurs [?] les avaient arrachés et emportés dont l’on a peu avoir aucune connaissance »55. Raison pour laquelle les halles sont régulièrement fermées par des portes, des grilles, des serrures. Une halle peut quelquefois devenir un lieu de rassemblement nocturne de « mauvais garçons », ce qui peut occasionner, dans le meilleur des cas, des dégradations (immondices et souillures diverses dans et autour des halles) et, au pire, des agressions verbales ou physiques envers les passants. L’idée que la halle serait un « lieu du crime » est renforcée par un texte du XIVe siècle concernant Aumale : quatre bourgeois de la ville, en 1367, se cachent sous la halle « as sueurs » (aux cordonniers, aux cuirs) pour agresser un autre bourgeois56. La possibilité de se cacher, de s’abriter dans les renfoncements et zones obscures d’un édifice qui n’est pas toujours fermé le transforme quelquefois en coupe-gorge. Adrien Miton, notable et homme de loi de Neufchâtel, vers 1630-1640, relate, dans l’ouvrage qu’il consacre à l’histoire de sa ville, le cas d’un règlement de comptes et d’une agression mortelle perpétrés en 1574 sur Baptiste Callique, fils d’un avocat, par un petit groupe de jeunes gens, également issus du même milieu de juristes ; la victime est assaillie et tuée alors qu’elle passait « sur les neuf heures du soir, près la halle de ce lieu »57. Une lettre de rémission concernant Neufchâtel rapporte qu’un jeune tailleur se dispute avec un homme, probablement un des clients, auxquels il livre des chausses. Ils reprennent leur dispute quelque temps plus tard, alors qu’ils se croisent dans la rue. Puis le tailleur va « s’asseoir au bout de la poissonnerie », c’est-à-dire près de la halle aux poissons. L’autre homme arrive et ils se battent58. Si le tailleur se poste à cet endroit, c’est peut-être parce que les halles sont généralement des lieux « centraux », par lesquels tout le monde passe, où chacun peut voir tout le monde et être vu de tous. Caractéristique qui traverse le temps et les siècles, et qui concerne, jusqu’à nos jours, les adolescents et jeunes gens, aimant se regrouper en des lieux bien précis, souvent des lieux de passage. Des constructions autres que les halles, peu ou pas entretenues, non closes, peuvent servir aux mêmes réunions. C’est le cas de quelques tours, à Pont-Audemer par exemple.

  • 59 Théodose Bonnin, Cartulaire de Louviers, Évreux, Leclerc, 1870-1879, t. II, p. 73 et 159 ; une aut (...)

38Dans la journée, outre sa fonction primordiale de marché, la halle peut éventuellement servir d’espace de rassemblement des bourgeois, de local de réunion municipale, parfois de point de départ d’une contestation, d’une manifestation ou émeute. Des documents du XIVe siècle évoquent le rassemblement des bourgeois de Louviers en 1346 sous les halles et la naissance d’une hostilité collective à l’encontre de l’archevêque de Rouen ; en 1386, une réunion semblable permet d’élire un procureur des bourgeois59. Mais c’est à peu près tout dans l’ensemble de la documentation. Les halles, par leur caractère central, parce qu’elles sont le lieu de travail ou de rencontre habituel des citadins sont un point de rassemblement commode en cas de troubles urbains.

  • 60 ADSM, G 691, 1489-1490, « Dépenses et mises ».
  • 61 ADSM, G 676, 1502-1503, « Œuvres et réparations ».
  • 62 ADSM, G 691, 1489-1490, « Dépenses et mises ».

39Le rôle que la société urbaine assigne à certains espaces perce dans quelques documents, principalement dans ceux qui évoquent les places. Places et carrefours sont, en effet, revêtus de plusieurs fonctions. Fonctions d’abord commerciales : places, carrefours et rues servent les jours de marché à étaler les marchandises. Il est probable aussi que les grandes artères et places pouvaient avoir quelquefois une fonction militaire : l’arrivée de troupes, l’organisation d’une montre devaient être effectuées en ces lieux. Il n’existe de « place d’armes » qu’au Havre et à Honfleur, et encore cette dénomination date-t-elle peut-être d’une époque postérieure au Moyen Âge. Les halles, auxquelles se rattachent les carrefours et places, sont aussi et surtout utilisées comme espaces de communication. Des annonces, municipales ou judiciaires, y sont publiées par les hérauts et les crieurs. Ce sont les lieux des rassemblements à caractère religieux (processions), politique (entrées), ludique ou sportif (tir à l’arc), judiciaire (exécutions publiques). Insistons tout particulièrement sur ce dernier usage. À Louviers, ville pour laquelle nous sommes le mieux renseignés, les condamnés à la honte publique ou au fouet reçoivent leur châtiment aux carrefours. En 1488, un « exécuteur des sentences criminelles » est venu d’Évreux « pour battre par les carrefours Robinet Guillet, prisonnier à Louviers comme larron »60. L’homme ou la femme punis pour « leurs démérites » sont déplacés de carrefour en carrefour pour que l’ensemble de la population soit informée de ce qui arrive aux « larrons ». Pour cela, les jours de marché sont choisis d’ailleurs comme date d’exécution, lorsque la population qui parcourt les rues est plus nombreuse. Ainsi, en 1502, est-il expliqué dans un registre lovérien, un prisonnier « a esté fustigé par trois jours de marché »61. L’autre intention semble être aussi de punir le contrevenant sur les lieux mêmes de son délit. Ainsi, de la marchandise avariée, trouvée chez un poissonnier – il s’agit de maquereaux pourris –, est brûlée « sur la place du marché au lieu du pilori » ; à une autre occasion, au même endroit, et de la même manière, est brûlée « de la laine fausse et déloyale »62. La peine est exécutée sur le lieu de travail ordinaire des contrevenants. Un jugement des échevins d’Eu apporte confirmation de ce point : un boucher de cette ville nommé Escaillet a proféré des paroles injurieuses à l’égard du maire de la ville ; il est condamné à faire amende honorable :

  • 63 Cité par Suzanne Deck, Une commune normande au Moyen Âge : la Ville d’Eu…, Paris, Bibliothèque de (...)

Au bourg d’Eu, le jour de la Notre Dame septembre prochaine venant, heure de dix heures, le chef et les piés nus, tenant un sierge en main, pesant une livre de syre, et illec ou les parolles furent dites, crier mercy à monseigneur le duc et ausdits maires et échevins, et ce fait de porter ledit sierge à la grande église et mettre devant l’image notre Dame et le laisser tant qu’il fust consommé et ars63.

40Une autre description d’amende honorable, plus tardive, datant de 1580, montre comment la scène se déroulait à Neufchâtel en pareille circonstance :

  • 64 Documents…, François Bouquet (éd.), Rouen, 1884, p. 31.

Audit an 1580, le 17 septembre, Pierre Petit, bourgeois de ce lieu, pour exécution des reniemens et blasphêmes exécrables du nom de Dieu, par jugement donné en ce lieu, fit amende honorable au prétoire de ce lieu, et devant le portail de l’église de N. D., nud de pieds et de teste, tenant une torche ardente en ses mains, criant mercy à Dieu, au Roy et à la justice64.

41Dans ces deux cas, le châtiment est appliqué « illec ou les parolles furent dites », à l’endroit même du délit.

  • 65 ADSM, G 684, 1479-1480, « Œuvres et réparations ».
  • 66 ADSM, G 676, 1502-1503, « Œuvres et réparations ».

42Dans ces villes, les piloris avaient des emplacements traditionnels, comme sur la place du pilori à Pont-Audemer, ou sur celle de Louviers, qui sont généralement des places de marché. Les piloris sont des sortes de poteaux de bois avec plate-forme pivotante sur laquelle le condamné est placé, attaché, en chemise, avec torche à la main et parfois pancarte précisant la nature de son crime65. Il s’agit, là aussi, de donner à voir à l’ensemble de la population la loi, le droit, l’action de la justice et la repentance du condamné. Ce ne sont pas les seuls espaces de l’application des peines. À Louviers, en 1502, un compte signale la construction d’une « justice ou gibet à 4 piliers de 20 pieds de pot et 20 de sommiers et une échelle double de 26 piés de long », un maçon a « estoqué de pierre ladite justice en 12 endroits de 12 grands estocs », un forgeron a fabriqué « 12 bougons de fer et 12 anneaux mis aux 4 sommiers de la justice pour pendre et estacher les prisonniers criminels condempnés pour leurs démérites »66. Par la suite, un des prisonniers a effectivement été pendu. Ce passage est le premier, dans la série des comptes de la seigneurie de Louviers, où il est question de pendaison. Le texte n’indique pas où était placée cette potence imposante, cependant subsiste encore aujourd’hui à l’extérieur de la ville un lieu-dit appelé « côte de la justice » qui aurait pu en être l’emplacement. Sur les plans anciens des villes normandes (Montivilliers, Louviers, Elbeuf…), les gibets sont placés à l’extérieur de la ville.

  • 67 Documents…, p. 9.

43Dans tous les cas cités précédemment, le choix des lieux d’exécution dépend de leur caractère central du point de vue topographique (parvis, église principale, place centrale) et du fait qu’ils attirent d’importants flux humains, voies de passage, nœuds de communication particulièrement fréquentés (portes, grandes halles, marchés). Quelques décennies plus tard, dans la tourmente des conflits religieux de la fin du XVIe siècle, la tête d’un condamné exécuté à Rouen est exposée à Neufchâtel, au-dessus d’une des portes de la ville, la porte du Haut67. Mais le choix du lieu d’exécution dépend aussi de la nature du délit : les actes sacrilèges, par exemple, entraînent une réparation faite devant la principale église de la ville.

  • 68 Robert Muchembled, Le Temps des supplices, de l’obéissance sous les rois absolus, XVe-XVIIIe siècl (...)

44Il est impossible de dire si les châtiments publics se multiplient dans nos villes au cours de la période considérée, comme cela a été constaté pour la région d’Arras. Le rituel de l’exécution impose néanmoins aux populations citadines un « discours », élaboré par le pouvoir, judiciaire et royal. La petite ville, siège d’une haute justice, d’une représentation du baillage, de diverses autorités judiciaires, possédant souvent une geôle, relaie, au travers des jugements, de l’emprisonnement et des peines publiques, le point de vue de l’État. L’espace urbain est mis à profit pour faire connaître le pouvoir d’une justice rigoureuse et, par là même, pour diffuser un certain sentiment de sécurité68.

  • 69 Frédéric Malbranche, Notice sur l’hospice de Bernay, s. l. n. d., p. 193-194.

45Les espaces urbains évoqués jusqu’ici étaient fréquentés par l’ensemble de la société urbaine. Cependant, il n’en allait pas toujours ainsi. Dans certaines circonstances, il arrivait que l’accès de certains lieux soit interdit aux populations indésirables, principalement aux malades, lépreux ou pestiférés. De telles dispositions soulignent, en établissant une ségrégation, l’usage qui pouvait être fait de certains lieux publics. Le texte des statuts de la maladrerie de Bernay, élaboré au XIVe siècle, indique que les lépreux étaient exclus des « lieux publics et communs », qui sont les « passages aux portes », les tavernes, « le marché au blé et autres marchés », les puits et fontaines, les rivières, puisqu’il était interdit aux lépreux d’y laver leurs draps. En outre, ils pouvaient fréquenter la ville, mais ne devaient pas dépasser une limite constituée par la « Croix Bouessée » et ne pouvaient se rendre en ville le samedi ou le dimanche. Les lieux, secteurs et jours où la ville était très fréquentée leur étaient interdits. Ce qui dessine en creux la pratique habituelle de la ville par ses habitants69.

46La manière dont les citadins utilisent l’espace urbain, dont ils l’occupent, dont ils « l’habitent » intervient puissamment dans la description d’un « paysage urbain ». Des quartiers aux conditions matérielles identiques auront des « visages » différents en fonction des hommes qui y vivent. Car un paysage urbain est aussi une réalité sociale. Les sources, bien que laconiques, ont permis d’éclairer un peu ce point dans le cas des petites villes de Normandie.

Notes

1 Cité par Benoît Lisbonis, Louviers pendant la guerre de Cent Ans, mémoire de maîtrise, sous la direction de Jean-Pierre Leguay, université de Rouen, 1999, p. 78, dactyl.

2 Louviers : ADSM, 2 E 14 1442, 13 mars 1505, 1er juillet 1503, 20 juin 1503 ; Neufchâtel : ADSM, 2 E 14 1187, 2 août 1542.

3 ADSM, 2 E 14 1442, 1503, 4 août 1504.

4 Robert Bodin, Histoire civile de la ville de Neufchâtel-en-Bray, 1753, Rouen, Société de l’histoire de Normandie, 1887, p. 3 ; Auguste Guilmeth, Description géographique, historique, monumentale et statistique des arrondissements du Havre, Yvetot et Neufchâtel, t. III, Rouen, De Berdalle, 1836, p. 8-11.

5 ADSM, 2 E 14 1139, 31 juillet 1482 : Thomassin Le Blanc de Saint-Pierre de Neufchâtel baille à rente à Ysambart de Claquin, écuyer, demeurant à Saint-Vincent-de-Nogent une maison et une masure assises à Nogent pour 50 s. t. de rente ; 2 E 14 1141, f° 134, 1494 : le bourgeois et homme de loi, anobli récent, Guillaume de Chenevelles y possède aussi une pièce de terre qu’il baille à rente à un homme de Sainte-Radegonde.

6 ADSM, 2 E 14 1146, 15 décembre 1503.

7 ADSM, 2 E 14 1138, quelques exemples de transactions : 19 avril 1462, les procureurs de l’hôtel-Dieu de Neufchâtel baillent à rente une masure vide, à Saint-Vincent-de-Nogent, à Estienne Le Pelu, bourgeois ; 5 juillet 1463, Laurent Touzé, écuyer, baille à rente à toujours un jardin assis à Nogent à Jehannet de Frey, sergent à Neufchâtel ; 13 juillet 1463, Aubery Doullé, écuyer, baille à rente à toujours une pièce de terre d’une acre assise à Nogent à Jehan Le Borgne, de Saint-Pierre-de-Neufchâtel.

8 ADSM, 2 E 14 1146, 3 janvier 1503.

9 ADSM, 2 E 14 1139, 13 juillet 1482 : « Pierre Langlois demeurant rue du Pont à Quiesvrecourt-lès-Neufchâtel confesse avoir eu et reçu de Robinet des Franches, consieul en cour laye, de Neufchâtel, 20 s. t. pour racquit de 2 s. t. de rente que Pierre Langlois avait droit de prendre sur un petit jardin à 3 cornes assis à la rue du Pont, entre deux eaues assis à Saint-Robert de Quiesvrecourt […] ».

10 Marcel Lachiver, Dictionnaire du monde rural. Les mots du passé, Paris, Fayard, 1998.

11 Thierry Dutour, Une société de l’honneur : les notables et leur milieu à Dijon à la fin du Moyen Âge, Paris, Honoré Champion, (Études d’histoires médiévales ; 2), 1998, p. 54, n. 10 : à Dijon également, le mot « rue » désigne toute voie de passage public en ville ou à la campagne, qu’elle soit ou non bordée de maisons et bâtiments.

12 Marcel Roupsard, « Les rues du Cotentin, une forme originale de peuplement rural en Normandie », Annales de Normandie, no 46, 1996, p. 399-406.

13 ADSM, 2 E 14 1442, 20 juin 1503.

14 ADSM, 2 E 14 1187, 13 et 24 septembre 1542.

15 Marie-Claire Coste, « Un faubourg des XVe et XVIe siècles », Dossiers d’archéologie. Les fouilles du grand Louvre, no 304, 1994, p. 52-59.

16 Au XVIIIe siècle, une telle répartition de la population à Pont-Audemer intra-muros se repère encore, voir Sébastien Lefèvre, Topographie historique de la ville de Pont-Audemer, mémoire de maîtrise, sous la direction de Anne-Marie Flambard-Héricher, université de Rouen, 2003, p. 54, dactyl.

17 ADSM, 3 E 6 78, 1485, partie « Voyages et taxations ».

18 ADSM, 3 E 6 78, 1484, partie « Voyages et taxations » : 2 maisons sont abattues dans le jardin de Catherine Quesnel et Jehanne Sonde ; elles sont dédommagées de 6 l.

19 ADSM, 2 E 14 1139, acte du 13 mai 1482 ; vivier probablement situé sur la paroisse Saint-Vincent-de-Nogent, faubourg de Neufchâtel.

20 Peut-être aussi des moulins à vent, dont on n’a aucune mention.

21 À Neufchâtel, plusieurs jardins sont signalés « à Notre-Dame hors la porte Cauchoise », donc hors les murs. 2 E 14 1187, acte du 20 août 1542 : un bourgeois et marchand, Christofle Bormen, délaisse à sa sœur qui se marie « un clos et jardin ainsi planté et édiffié assis hors de la ville de Neufchâtel tenu en bourgage dudit lieu », ce qui signale l’existence juste après la muraille d’un périmètre maraîcher dépendant juridiquement de la ville. On mentionne une cressonnière à Neufchâtel en 1482, une cannevière (plantation de chanvre), une houblonnière aussi, mais il ne s’agit peut-être pas de cultures d’appoint.

22 ADSM, 2 E 14 1139, 10 septembre 1482.

23 ADSM, 2 E 14 1139, 1535, acte 121.

24 ADSM, G 647.

25 Plusieurs actes tirés du cartulaire de l’abbaye de Préaux évoquent les liens (vente de rente foncière, dettes) que l’abbaye entretient avec les Juifs de Pont-Audemer vers le milieu du XIIIe siècle ; voir Lucien Musset, « Comment on vivait au Moyen Âge dans la région de Pont-Audemer », Connaissance de l’Eure, no 31, 1979, p. 8 ; sur l’importance de la communauté juive de Pont-Audemer, voir aussi Norman Golb, Les Juifs de Rouen au Moyen Âge. Portrait d’une culture oubliée, Rouen, Presses universitaires de Rouen, 1985.

26 ADSM, 2 E 14 1187, 1er juin 1542 : « d’un bout la rue Crapaudière à présent nommée rue des Seurs ».

27 André Lejeune, Notes sur Saint-Saëns, 1930, p. 413, dactyl.

28 Léopold Marcel, Les Rues de Louviers, Louviers, Izambert, 1881.

29 André Lejeune, Notes…, p. 414.

30 ADSM, 2 E 93 12, 23 octobre 1535 : Pierre Quemin, un maçon vivant au Quesnay, à l’extérieur de Saint-Saëns, achète pour 32 l. à Guillaume de La Barre, seigneur de Bailly, « une masure ou portion, assise à Saint-Saëns, logée d’une maison de pierre ». Pour la louer et la faire fructifier ?

31 ADSM, 2 E 14 1139, acte 16, 1482 : une maison à plusieurs étages (mais combien ?) est louée à plusieurs locataires séparés, dont l’échoppe ; les résidents auront accès commun au puits et au four. 2 E 14 1139, 23 septembre 1482 : une maison de Neufchâtel est partagée entre deux héritiers, elle possède un avant-solier où l’un des héritiers aura droit à « un emplacement de 6 piés pour asseoir son étal » ; l’usage du puits et son entretien sont communs.

32 ADSM, 2 E 14 1146, septembre 1503.

33 ADSM, G 652, 1452, « domaine fieffé » : maître Jehan Challenge, un notable lovérien, possède un « manoir paroisse Notre Dame, rue de Lisle […] d’un coté Simon Dutheil, huchier, […] d’un bout la rue d’autre bout la rivière et est à cause d’un pont qui traverse ladite rivière pour aller à son jardin à l’endroit de son manoir […] » ; plus loin, dans cette rue, Denis Le Roux habite une maison qui a la même configuration : la maison, la rivière, un pont qu’il faut traverser « pour aller aux masures ».

34 Sébastien Lefèvre, Topographie…, p. 51.

35 ADSM, 2 E 93 12, 1535 : maison allongée partagée pour une succession en 3 lots ; ADSM, 2 E 14 1442, 22 mai 1503 : à Louviers, maison à l’extérieur de la ville comprenant un jardin avec four et étable ; 2 E 14 1187, 25 juillet 1542 : à Neufchâtel, location d’une maison située rue de Cornettes, paroisse notre-Dame, pour 41 l. par an, comportant un jardin, une cour « avec une petite étable ».

36 Chiffres établis par Chantal Cormont dans Les Comté et Seigneurie de Louviers et Pinterville, mémoire de maîtrise, sous la direction d’Henri Dubois, université de Rouen, 1972, dactyl., vol. II, annexe no 15.

37 Ibid., annexe no 5.

38 En 1480, est construit à Louviers un pilori « au lieu ou soulloit être le pillori anciennement », ce qui veut dire qu’habituellement à cet endroit il n’y a rien de particulier, la place est vide, voir ADSM, G 684, partie « Œuvres et réparations » ; en 1511, à Louviers, deux hommes ayant organisé des troubles dans la ville sont condamnés à faire amende honorable et sont contraints à traverser les rues une torche ardente à la main « depuis la place où avait eu lieu l’émeute jusque devant l’ymage Notre-Dame », proche de l’église principale ; voir Amable Floquet, Histoire du parlement de Normandie, t. I, Rouen, Frère, 1860, p. 422.

39 ADSM, 2 E 14 1442, 7 juin 1503 et 20 juillet 1504. Autre cas dans le même registre : « une maison, masure et jardin assis rue du Vallet », 3 mars 1505.

40 ADSM, 2 E 14 718, fo 12 ro. Autre exemple de jardins en ville : Pont-Audemer, CRV, 1498, fo 23 ; 1499, fo 37.

41 Cité par Paul Le Cacheux, Actes de la chancellerie d’Henri VI concernant la Normandie sous l’occupation anglaise (1422-1435), Rouen-Paris, Lestringant-Picard, 1909, t. II, p. 92.

42 ADSM, 2 E 14 718, fo 6 ro, 1429.

43 ADSM, 2 E 14 1442, 8 juin 1503, 20 juillet et 7 juillet 1504.

44 Elbeuf : ADSM, 2 E 14 718, fo 41 vo ; Saint-Saëns, 2 E 93 12, 23 octobre 1535. Concernant Saint-Saëns, on peut voir ici que contrairement à ce qu’écrit André Lejeune dans sa monographie, les maisons de Saint-Saëns ne sont pas toutes faites de bois, torchis et chaume (Notes…), p. 414.

45 Par exemple, à l’extérieur d’Elbeuf, ADSM, 2 E 14 718, fo 41 vo ; à Montivilliers, ADSM, 54 H 50, « mention d’un hôtel avec gardin et terre labourable ».

46 ADSM, 2 E 14 1442, 1503, 5 mai 1503.

47 ADSM, G 652, 1452 : Jehan Langlois et Colin Brisellet, dans la partie « domaine fieffé ».

48 ADSM, G 647, 1450 : partie « biens tenus par Guillaume de Bigars » ; les biens de Michel Le Gay sont placés sous séquestre ; peut-être a-t-il soutenu les Anglais ?

49 ADSM, 2 E 14 1442, 3 juin 1503.

50 ADSM, 2 E 14 1138, 20 juillet 1461.

51 ADSM, 2 E 14 1138, 27 avril 1464.

52 Phillipe Cailleux, « Les enseignes rouennaises à la fin du Moyen Âge », La Rue, lieu de sociabilité, actes du colloque Rouen 1994, Rouen, Presses universitaires de Rouen, 1997, p. 161-169.

53 Sébastien Lefèvre, Topographie…, p. 51-54.

54 ADSM, G 671, 1475, « Œuvres et réparations ».

55 ADSM, G 683, 1478, « Œuvres et réparations ».

56 Cité par Ernest Sémichon, Histoire de la ville d’Aumale et de ses institutions depuis les temps les plus anciens jusqu’à nos jours, t. I, Paris, Aubry, 1862, p. 361.

57 Adrien Miton, Mémoires, publié dans Documents concernant l’histoire de Neufchâtel-en-Bray, Fernand Bouquet (éd.), Rouen, Société de l’histoire de Normandie, 1884, p. 18.

58 AN, JJ 201, no 53, 1477.

59 Théodose Bonnin, Cartulaire de Louviers, Évreux, Leclerc, 1870-1879, t. II, p. 73 et 159 ; une autre assemblée de bourgeois – réunie sous la halle ? – désigne en 1382 un capitaine de la ville contre l’avis de l’archevêque et aboutit à des débordements, t. II, p. 144.

60 ADSM, G 691, 1489-1490, « Dépenses et mises ».

61 ADSM, G 676, 1502-1503, « Œuvres et réparations ».

62 ADSM, G 691, 1489-1490, « Dépenses et mises ».

63 Cité par Suzanne Deck, Une commune normande au Moyen Âge : la Ville d’Eu…, Paris, Bibliothèque de l’École des chartes, 1926, p. 295.

64 Documents…, François Bouquet (éd.), Rouen, 1884, p. 31.

65 ADSM, G 684, 1479-1480, « Œuvres et réparations ».

66 ADSM, G 676, 1502-1503, « Œuvres et réparations ».

67 Documents…, p. 9.

68 Robert Muchembled, Le Temps des supplices, de l’obéissance sous les rois absolus, XVe-XVIIIe siècle, Paris, Armand Colin, 1992, p. 115-122.

69 Frédéric Malbranche, Notice sur l’hospice de Bernay, s. l. n. d., p. 193-194.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search