Version classiqueVersion mobile

Petites Villes de Normandie

 | 
Bruno Sintic

Deuxième partie. Le paysage urbain

Le paysage urbain

Texte intégral

1L’un des caractères marquants de l’univers urbain est le cadre architectural. La concentration des maisons, des constructions et des monuments, l’espace des rues et des places, la foule des habitants, les déplacements et les embarras de la circulation, les bruits et les cris, toutes les particularités extérieures de la vie citadine laissaient souvent une forte impression aux ruraux des temps anciens qui, pour la première fois, prenaient contact avec la ville. Malheureusement aucun voyageur du XVe siècle n’a laissé de relation de voyage où seraient notés ses visites de villes, ses souvenirs, ses « choses vues », à la manière d’un Thomas Platter ou d’un Arthur Young. Il faut donc aller chercher dans la documentation administrative et notariée les éléments qui permettent de restituer, autant qu’il est possible, le cadre matériel et le paysage de Pont-Audemer, de Louviers et d’autres villes comparables.

2Un texte de 1547, décrivant la ville de Bernay, peut constituer un bon point de départ pour une évocation du paysage urbain des petites villes normandes :

  • 1 Charpillon et Caresme, Dictionnaire historique de toutes les communes du département de l’Eure, Le (...)

Les maisons dudit lieu sont de grande essence et bâtiment, toutes d’une continence l’une à l’autre, à grand nombre jusques à 4 000 ou environ ; les rues de grande longueur, toutes pavées, et jusques au nombre de 30 ou environ ; le lieu habité par des artisans et marchands de toutes sortes de marchandises, riches et opulans en biens autant que en ville de Normandye. Il y a maison de ville et officiers pour les affaires communes de ladite ville ; il y a artillerye et baston de deffence commune. Il y a grandes halles, tant à bled, draps, chairs, pain, toiles que autres marchandises, jusques à 5 ou 6 distinguées et séparées l’une de l’autre. Il y a marchés ordinaires et, entre lesdits marchés, il y en a un le samedi qui est le plus beau de dix lieues à l’entour, tant de bestes que autres choses, foires deux ou trois fois par an de grande renommée au royaume de France. […] il y a grosse abbaye de l’ordre de Saint Benoist, de grand revenu. Deux belles églises paroissiales, bien décorées d’orgues et de grosses cloches, autant que dans n’importe quelle ville de Normandie. Par ces moyens, Bernay doit être considéré comme ville, et ville close, parce qu’en cinq endroits et chemins par lesquels on y entre, il y a cinq portes avec guichet, toutes de bois, couvertes en tuiles et hautes de vingt pieds, ou environ, épaisses d’un pied, fort anciennes comme d’apparence de cent ans et plus, et tour d’un côté ; il y a une haute montagne, laquelle est taillée en partie à pied droit ; de l’autre côté elle est close d’un grand fossé de 25 à 30 pieds de large, d’une profondeur d’environ 15 pieds, qui longe le couvent des Cordeliers, qui suit la grosse abbaye et sa muraille dans laquelle il y a des tourelles, et deux cours d’eau de la rivière qui passent auprès desdites murailles. À l’un des bouts il y a un grand étang avec plusieurs marécages qui empêchent que l’on ne peut entrer audit Bernay de ce côté […]1.

3Ce document, qui évoque les fonctions de la ville, ses équipements, ses institutions, ses activités, insiste aussi sur le paysage. Rares sont les écrits qui, comme celui-ci, décrivent une ville dans ses traits généraux et dessinent une vue d’ensemble. Certes, ce texte tardif présente une petite ville normande telle qu’elle existait au terme de notre période, c’est-à-dire longtemps après la fin de la guerre de Cent Ans, ayant retrouvé une population nombreuse et une activité économique stimulante, ayant tiré profit, semble-t-il, du « beau XVIe siècle ». À défaut de source antérieure, qui permettrait d’estimer l’évolution paysagère des villes normandes depuis 1450, il faut bien s’appuyer sur lui, d’autant qu’il possède une richesse d’information certaine. Grâce à lui, en effet, l’idée de paysage peut être abordée.

  • 2 Bernard Chevalier, « Le paysage urbain à la fin du Moyen Âge : imaginations et réalités », in Le P (...)

4Le terme de « paysage » désigne la portion d’espace embrassée du regard par un observateur. Il suppose que l’espace en question possède quelques qualités intrinsèques dignes d’être observées, des traits originaux, il suggère qu’il a aussi une relative unité et un tour homogène qui le distingue de son environnement. C’est sous cet angle que sera envisagée, dans cette partie, la notion de « paysage urbain ». L’autre aspect de la définition est presque impossible à saisir : l’espace perçu dépend de l’observateur, et, sur ce point, les sources manquent. Comment les contemporains regardaient-ils le « paysage » de leurs petites villes ? Cette notion avait-elle un sens pour eux ? Le texte cité plus haut, concernant Bernay, montre que l’idée d’un « paysage urbain » n’est pas tout à fait inconnue aux hommes du XVIe siècle ; c’est d’ailleurs à cette époque, vers 1549, que le terme apparaît dans la langue française et que le « paysage » devient un genre pictural2 : le « paysage » de cette ville est fait de maisons nombreuses, qui sont mitoyennes, formant des rues, qui plus est, pavées, paysage ponctué d’édifices plus imposants, religieux ou administratifs. Dans d’autres textes, les villes apparaissent comme des entités humaines définies par leur concentration et par les fonctions qui y étaient exercées, commerciales, judiciaires, administratives, religieuses. La ville semble être un lieu où les contemporains, le plus souvent, viennent « faire quelque chose » ; elle n’est habituellement pas un lieu à contempler.

  • 3 D’autres textes ou documents peuvent offrir quelques renseignements : les mémoires du notable neuf (...)

5Pourtant, la question se pose : à quoi ressemblait une belle ville pour les Normands du Moyen Âge ? Se souciait-on d’architecture, d’esthétique ? Les textes qui permettraient d’éclairer ces interrogations font totalement défaut. Pas de récit de voyage circonstancié, à notre connaissance, pour les XVe et XVIe siècles ; pas de plan ancien ni de vue cavalière avant le XVIIe siècle3. De ce fait, le problème se fait d’autant plus pressant : comment était donc organisé l’espace d’une petite ville normande ? L’évocation des éléments fondamentaux qui structuraient l’espace des villes permettra d’installer le décor dans lequel s’est déroulée la vie des citadins normands des XVe et XVIe siècles. Au cours de cette période, qui a été plutôt calme et relativement prospère, le corps bâti des villes a été transformé. C’est, par conséquent, la reconstitution d’un « paysage urbain », à partir des documents médiévaux et par un observateur actuel, qui sera tentée ici.

Notes

1 Charpillon et Caresme, Dictionnaire historique de toutes les communes du département de l’Eure, Les Andelys, Delcroix, 1868, 2 vol., art. « Bernay ». Les auteurs tirent ce texte des Notes d’Auguste Le Prévôt, qui lui-même ne donne aucune référence.

2 Bernard Chevalier, « Le paysage urbain à la fin du Moyen Âge : imaginations et réalités », in Le Paysage urbain au Moyen Âge, actes du 11e congrès des historiens médiévistes, Lyon, Presses universitaires de Lyon, 1981, p. 7.

3 D’autres textes ou documents peuvent offrir quelques renseignements : les mémoires du notable neufchâtelois Miton, des plans des XVIIe et XVIIIe siècles, quelques bribes de Froissart, Basin, et autres chroniqueurs. À noter que Thomas Platter évoque Neufchâtel dans sa relation de voyage et souligne la forte urbanisation de la Normandie à la fin du XVIe siècle : L’Europe de Thomas Platter, Emmanuel Le Roy Ladurie (éd.), Paris, Fayard, 2006, p. 181-182.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search