Version classiqueVersion mobile

Petites Villes de Normandie

 | 
Bruno Sintic

Première partie. Les villes de Normandie orientale à la fin du xve siècle

Chapitre 2. Définir les villes : les critères distinctifs

Texte intégral

1Circonscrire l’ensemble des villes de rang inférieur existant en Normandie vers 1450 conduit à réfléchir sur des questions d’ordre théorique. Comment distinguer la « petite ville » de la « grande » ? Quelle hiérarchie urbaine rencontre-t-on en Normandie, quelles sont les villes moyennes, petites, très petites ? Quelle est la limite inférieure du phénomène urbain ? À quel stade de sa croissance une localité cesse-t-elle d’être un village et devient-elle un bourg ou une petite ville ? L’analyse de la perception des contemporains, le repérage du vocabulaire, la manière dont les villes sont évoquées dans les textes constituent un point de départ de cette tentative de définition.

2Au cours du XIVe siècle, les états de Normandie ont été assez régulièrement réunis. Dans cette institution représentative, destinée, aux yeux du roi, à obtenir le consentement de ses sujets, principalement en matière fiscale, étaient rassemblés des représentants de la noblesse, du clergé et des villes. Les historiens qui ont étudié l’institution ont pu établir la liste des villes qui, au XIVe siècle, ont participé à ces réunions. Cette liste est la suivante :

  • pour le bailliage de Rouen : Bec-Hellouin, Beuzeville, Bourg-Achard, Brionne, Damville, Formeville, Gonneville, Herbetot, Honfleur, Lisieux, Louviers, Manneville, Montfort-sur-Risle, Neuville-Champdoisel, Pavilly, Pont-Audemer, Pont-de-l’Arche, Pont-Lévêque, Pont-Saint-Pierre, Préaux, Quillebeuf, Rouen, Saint-Georges-de-Boscherville, Saint-Sauveur-sur-Dives, Touques ;
  • pour le bailliage de Gisors : Andely, Breteuil, Dreux, Étrépagny, Évreux, Gisors, Mantes, Montfort, Verneuil, Vernon ;
  • pour le bailliage de Caux : Arques, Auffay, Aumale, Avremesnil, Boesle, Bourg-Dun, Caudebec, Dieppe, Douffranville, Épineville, Eu, Fécamp, Fontaine-le-Dun, Gaillefontaine, Goderville, Gournay, Harfleur, La Gaillarde, Lillebonne, Loqueville, Montivilliers, Neufchâtel, Saint-Pierre-le-Vieux, Sotteville, Val-de-Dun, Yquelon1.

3Soit cinquante-deux localités.

Fig. 1 – Villes représentées aux états de Normandie au XIV e siècle et qui apparaissent dans les sources consultées.

4Écartons d’emblée les villes les plus grandes (Rouen, Évreux), puis celles de basse Normandie (Touques, Lisieux, Honfleur, Pont-Lévêque, Saint-Sauveur-sur-Dives) et celles d’Île-de-France (Dreux, Mantes), puisque le sujet concerne l’espace formant la Haute-Normandie actuelle : restent quarante-et-une localités.

  • 2 Henri Prentout, Les États de Normandie, Rouen, Lanier, 1925, p. 66.
  • 3 Georges Picot, Documents relatifs aux états généraux et assemblées réunis sous Philippe le Bel, Pa (...)

5Les critères selon lesquels étaient choisies les villes qui participaient aux états sont en partie connus. Selon Henri Prentout, les autorités royales avaient convoqué en 1308 les représentants « des lieux les plus considérables du royaume » (« locorum insigniorum regni nostri »), « toutes les villes où il y a foires et marchés »2. Les villes, à cette date, étaient donc sélectionnées en raison de leur rôle économique et de leur influence sur la région environnante. Le marché est, en effet, l’élément qui attire les ruraux à la « ville », il est aussi le lieu de l’information et des nouvelles. Toutes les bourgades convoquées aux états ne sont donc pas des villes, mais des bourgs ruraux avec un gros marché. Il arrive que quelques-unes d’entre elles, comme Auffay, donnent une définition d’elles-mêmes dans les lettres qu’elles transmettent au roi : « elle n’est mie ville noble, ne de loy ne de commune, mais simple ville où il y a marché »3. Intéressante formule : pour les gens d’Auffay, une ville est avant tout une agglomération privilégiée, possédant des droits particuliers (« loy », « commune ») et un statut qui la distingue du monde rural ; qu’Auffay connaisse des activités économiques prospères (draperie, commerce) est tout juste suffisant pour accéder à la dignité de « ville » (elle est une « simple ville »). L’absence du critère démographique est à souligner, alors qu’au XIIe siècle, Auffay aurait eu plus d’habitants que Pont-Audemer, Aumale ou Pavilly (400 feux selon Eudes Rigaud, contre, respectivement, 120 et 300 feux).

Fig. 2 – Villes de Normandie orientale, d’après le pouillé d’Eudes Rigaud (XIII e siècle).

  • 4 Alain Derville, en quelques formules tranchantes et vigoureuses, donne des pistes : il y a, écrit- (...)

6À partir du groupe de « villes » précédemment cité, en examinant, pour chaque localité, la présence d’un ou plusieurs traits typiques du phénomène urbain, il devrait être possible d’identifier et de circonscrire l’ensemble des villes existant dans la région rouennaise vers 1450. Alors surgit l’irritante question de la définition de la ville au Moyen Âge en l’absence de documents statistiques, de recensements et d’une connaissance exacte de la société locale. Quels critères retenir ? Le nombre d’habitants, la présence d’une enceinte fortifiée, des institutions communales, la fondation de couvents de mendiants ? La pertinence de ces éléments, longtemps reconnue, a été progressivement critiquée et remise en cause. Est-il des caractères qui soient probants, qui signalent à coup sûr une ville4 ? La réflexion théorique permet certes de les définir, mais le manque de sources empêche souvent d’obtenir aucun résultat. La définition de la ville ne peut s’opérer, à notre avis, que par un indispensable croisement des informations – de quelque nature qu’elles soient – que les documents nous offrent de manière parcellaire et incomplète.

Chiffres de population

  • 5 BNF, ms. fr., 25927, 558 : Neufchâtel, par. Notre-Dame, 1500 ; 25925, 139 : Neufchâtel, par. Saint (...)

7Les villes sont habituellement caractérisées par l’ampleur de leur population. Combien d’habitants dans une « petite ville » normande à la fin du XVe siècle ? 5 000, 2 000, 1 000 ? Pour la période qui nous intéresse, les chiffres font souvent défaut : pour 1450, à l’orée de la période, aucune estimation sérieuse ne peut être donnée. Les premières données fiables apparaissent vers 1500 : à cette date, Neufchâtel enregistrait quelque 500 feux, soit environ 2 500 habitants5. Malgré tout, quelques rares éléments chiffrés peuvent être avancés qui permettent, au moins, de tirer de l’ombre la hiérarchie des villes normandes sur le plan démographique.

  • 6 Guy Bois propose de multiplier par 4 le nombre de « paroissiens » pour obtenir la composition moye (...)

8Un premier visage des villes de Normandie orientale est offert par le pouillé d’Eudes Rigaud, datant du milieu du XIIIe siècle. Archevêque de Rouen, prélat consciencieux, il fait relever vers 1240 le nombre de paroissiens (parocchiani) dans quelques paroisses de son diocèse. Cette liste, comportant d’assez importantes lacunes, donne une première évaluation du réseau urbain de la région rouennaise. Hormis Rouen, Évreux et Dieppe, dont la population ne figure pas, les villes les plus peuplées sont Eu (960 paroissiens), Lillebonne (600), Neufchâtel (640), Brionne et Blangy (500), Auffay (400), Arques, Aumale, Duclair, Criel et Pavilly (entre 280 et 300), Pont-Audemer (120). Il s’agit moins d’évaluer le nombre exact d’habitants dans chaque localité6 que de connaître le classement des villes par masse de population et d’appréhender la structuration urbaine de la région. Ces rapports numériques seront assez profondément modifiés par les événements des XIVe et XVe siècles.

9Pour les siècles suivants, les rôles de fouage permettent d’estimer quelques ordres de grandeur. Ces rôles sont des listes de chefs de feu qui ont acquitté le fouage, impôt d’origine ducale, de 12 deniers, levé dans chaque paroisse normande tous les trois ans. La valeur démographique de ces documents est bien problématique, car la manière de lever l’impôt est très mal connue. Beaucoup de listes ont été perdues, sont abîmées ou incomplètes ; certaines villes importantes étaient partagées en plusieurs circonscriptions dont le nombre n’est pas toujours connu ; la population dénombrée se trouve donc répartie sur plusieurs listes, qui n’ont pas toutes été conservées. Les incertitudes peuvent être grandes et les chiffres obtenus doivent être utilisés avec précaution.

  • 7 Thomas Basin, Histoire de Charles VII, Charles Samaran (éd.), Paris, Les Belles Lettres, 1944, t.  (...)

10Aux XVe et XVIe siècles, les villes principales ne sont pas exactement les mêmes qu’au XIIIe siècle : Eu, Neufchâtel subsistent avec plus de 500 feux ; Harfleur, Pont-de-l’Arche (457 feux), Montivilliers (418), Bernay (entre 180 et 261), Saint-Saëns (275), Montfort-sur-Risle (242), Pont-Audemer (185) apparaissent ou se renforcent, comptant entre 200 et 400 feux ; Arques, Pont-Saint-Pierre, Lillebonne, Le Neubourg se placent à un rang inférieur ; enfin Auffay, Aumale, Blangy ne figurent pas, leurs rôles ayant été perdus. Il est probable que la guerre de Cent Ans, la Peste noire et ses suites, les diverses formes d’insécurité ont profondément touché les populations normandes rurales et urbaines et, par contrecoup, toutes les activités économiques. Vers 1430, écrit Thomas Basin en une page célèbre, les hommes se réfugiaient dans les villes capables de les protéger (comme Pont-de-l’Arche, Neufchâtel ou Montfort-sur-Risle) et les campagnes restaient vides et incultes7. La guerre a eu pour effet de promouvoir les villes qui possédaient une enceinte.

11Le nombre de paroisses est un autre élément révélateur, mais cet indicateur reflète plutôt la démographie de l’époque où les paroisses ont été érigées. Ainsi, il n’y a qu’une seule paroisse à Harfleur et Pont-Audemer en compte quatre, alors que vers 1450-1500, Harfleur est probablement plus peuplée que Pont-Audemer. Mais, si une paroisse peut être aussi bien une bourgade fortement peuplée qu’une très modeste agglomération, une localité à deux ou trois paroisses compte vraisemblablement une population assez abondante et présente un caractère urbain.

Tab. 1 – Nombre de feux par ville d’après les rôles de fouage, XIVe-XVe sièclesa

Villes

Fouages 1380-1410

Aide de 1421

Fouages 1422-1458

Fouages 1461-1497

Les Andelys Château-Gaillard

308 (1 rue + 2 paroisses)

Arques

54

122

103 (1 rue)
162 (avec hameaux)

Beaumont-le-Roger

154

Bernay

260 (en 2 rues)

181 (3 rues, 1 paroisse)

261 (2 rues, 1 paroisse)

Bolbec

20

Bourg-Achard

223

82 (1443)
115 (1452)

185

Breteuil

131

Caudebec

66 (1 paroisse)

171

116 (1 rue, 1 paroisse)

Conches

38 + 10

Cormeilles

384

Elbeuf

170 (2 paroisses)

499 (2 paroisses)

Eu

75 (1 paroisse)

Fécamp

Foucarmont

70

165

Le Neubourg

9

200

Lillebonne

139

150

103 (1 paroisse)

Louviers

26 (1428)
12 (1455, 1 par.)

18 (1 paroisse)

Montfort-sur-Risle

242 (1452)

181

Montivilliers

418 (1452)

280 (2 paroisses)

Neufchâtel 3 par.

100 (1 paroisse)

Nonancourt

63 (1 paroisse)

Pont-Audemer

68 (2 paroisses)

185 (3 paroisses)

25 (1 paroisse)

Pont-de-l’Arche

456 (1437)
457 (1446)

Pont-Saint-Pierre

42 (1 paroisse)

144 (1442)
58 (1452)

Saint-Saëns

275 (1464)

Verneuil-sur-Avre

123 (2 paroisses)

Vernon

53

70 (1 paroisse)

a. Élaboré à partir des travaux de Michel Nortier parus dans les Cahiers de Léopold Delisle entre 1970 et 1981.

12Ainsi, Pont-Saint-Pierre a deux paroisses de même que Lillebonne, Bernay, Cormeilles, Verneuil, Pont-Saint-Pierre, Pont-de-l’Arche, Elbeuf, Vernon ; Montivilliers, Louviers, Neufchâtel, Eu, Conches ont trois paroisses et Pont-Audemer, quatre. Mais tout dépend de la taille des paroisses et ce critère n’est pas très satisfaisant : il est certain que Conches, malgré ses trois paroisses, est une toute petite agglomération vers 1450.

  • 8 Bernard Chevalier, « L’État et les bonnes villes de France au temps de leur accord parfait, 1450-1 (...)

13Les levées d’argent, dons gratuits et emprunts, toutes formes de subsides que le roi sollicite auprès des villes, en particulier celles qui sont « franches » comme Pont-Audemer, Harfleur, Louviers, renseignent sur les capacités financières de quelques villes. Dans le compte de Pont-Audemer, le receveur retranscrit de nombreuses lettres du roi où figurent les montants demandés aux villes normandes. Ainsi, en 1512, les montants suivants ont été demandés pour les besoins de la guerre : Rouen 10 000 livres, Dieppe 2 300, Louviers 1 000, Pont-Audemer et Harfleur 600, Honfleur 500, Eu 400. Sans doute les agents du roi ont-ils établi l’assiette fiscale avec pragmatisme et ces sommes importantes, mais supportables, sont-elles le reflet de la taille démographique et des capacités fiscales de ces villes. Le problème est de savoir si cette image révèle une réalité contemporaine ou bien passée. La hiérarchie urbaine qui apparaît ainsi reste stable et réapparaît à l’occasion d’autres demandes. C’est que les clercs royaux utilisaient des listes de villes établies au XIIe siècle et rarement remises à jour8. Les résultats obtenus grâce à ces documents sont approximatifs, mais il faut s’en contenter, faute de mieux.

Tab. 2 – Exigences financières royales adressées aux villes normandes, XVIe siècle (en livres tournois).

Arch. mun. CRV

1502-1503
f o 53

1512-1513
f o 28-31

1514-1515
f o 25-29

1515-1516
f o 48

Rouen

15 000

10 000

10 000

Dieppe

4 500

2 300

2 000

Louviers

700

1 000

1 000

Harfleur

700

600

600

Pont-Audemer

600

500

500

500

Honfleur

700

500

500

Eu

600

400

Pont-de-l’Arche

Caudebec

Montivilliers

Neufchâtel

Gisors

Vernon

Lisieux

Évreux

14Rouen, la grande ville, domine largement, Dieppe est toujours en seconde position avec une lourde contribution, signe probable de son importance démographique ; en troisième place figurent, dans un ordre qui varie, quelques « villes secondaires », régulièrement citées, à savoir, Louviers, Harfleur, Pont-Audemer, Honfleur, Eu.

  • 9 Pierre Chaunu et Richard Gascon, Histoire économique et sociale de la France, Fernand Braudel et E (...)

15Ces données peuvent être rapprochées d’autres datant de la première moitié du XVIe siècle : en 1538, une ordonnance de François Ier demande à toutes les villes du royaume une contribution destinée à répondre aux besoins de l’armée ; ce texte donne un aperçu des principales villes de Normandie au cours du XVIe siècle. Rouen, Dieppe, Évreux, Pont-Audemer, Louviers, Vernon, Caudebec, Harfleur, Montivilliers, Gisors, Eu, Neufchâtel apportent au roi des sommes d’argent, comprises, dans l’ordre décroissant, entre 1 500 et 20 livres. Richard Gascon a établi une carte à partir de cette liste : la Normandie orientale est ponctuée d’assez nombreuses villes aux capacités financières non négligeables ; comme la région parisienne, elle est, au XVIe siècle, quadrillée par un semis de villes « moyennes »9. Ces localités, quand elles revêtaient une fonction militaire intéressante, ont été fortifiées.

Arch. mun. CRV

1517-1518
f o 22-24

1518-1519
f o 18-19

1521-1522
f o 70-75

1537

1538 a

Rouen

5 000

30 000

1 500

Dieppe

3 000

300

Louviers

600

500

25

Harfleur

600

25

Pont-Audemer

200

400

720

50

Honfleur

300

25

Eu

25

Pont-de-l’Arche

100

Caudebec

25

Montivilliers

25

Neufchâtel

25

Gisors

20

Vernon

25

Lisieux

50

Évreux

50

a. Source : Théodose Bonnin, Cartulaire de Louviers, Évreux, Leclerc, 1870-1879, t. IV, p. 72 vo.

Enceintes urbaines

  • 10 Liste tirée de David Houard, Dictionnaire analytique, historique, étymologique, critique et interp (...)
  • 11 Du moins en 1545 : voir ADSM, 3 B 2, 546.

16Les contemporains définissent la ville, grande ou petite, comme un espace clos de murs. L’enceinte signale la ville. En Normandie, vers 1450, nombreuses étaient les localités murées qui avaient une fonction militaire et stratégique : Pont-Audemer, Pont-de-l’Arche, Louviers, Arques, Dieppe, Caudebec, Montivilliers, Harfleur, Fécamp, Neufchâtel, Aumale, Gournay, Bernay, Beaumont-le-Roger, Conches, Breteuil, Gisors, Andely, Vernon, Verneuil, Laigle, Lyons-la-forêt, Nonancourt10. Les actes royaux qui les concernent les désignent comme « villes de frontière avec nos ennemis ». Mais toutes les villes de frontière n’étaient pas fortifiées, comme Le Tréport par exemple11, ou bien ne l’étaient que partiellement, comme Saint-Valéry-en-Caux.

  • 12 Thomas Basin, Histoire de Charles VII, Charles Samaran (éd.), Paris, Les Belles Lettres, 1944, t.  (...)
  • 13 Ibid., p. 34-38 et 91-99.

17Cette fonction défensive n’est pas nouvelle. Décrivant l’occupation anglaise au début du XVe siècle, Thomas Basin souligne brièvement les caractéristiques majeures des villes. Il évoque les villes normandes par la formule : « singularum civitatum et opidorum Normannie »12 ; il insiste, ce faisant, sur leur rôle militaire, même si son propos, qui est la description de l’occupation anglaise au XVe siècle et la reconquête de la Normandie par Charles VII, détermine fortement ce caractère. Ainsi, il désigne Harfleur et Verneuil, comme étant des citadelles (oppidum) vers 1415-142013 ; il précise qu’Harfleur est « oppidum […] munitissimum », une place très fortifiée ; il emploie le même terme d’oppidum à propos de Dieppe, Montivilliers, Louviers, Pont-de-l’Arche, Pont-Audemer, Mantes et Vernon ; Caudebec, en revanche, est dit castellum, ainsi que Le Neubourg ; Conches est qualifiée par lui d’oppidulum, termes soulignant que ces citadelles étaient plus modestes, alors que Breteuil est dit villa, ville ou bourg (pourtant, cette localité possédait un château) ; les termes villa et vicus servent à nommer les villages et bourgs. Il utilise aussi le terme arca pour désigner un ouvrage fortifié, comme celui de Verneuil ou celui qui défendait le pont sur la Seine à Pont-de-l’Arche, pour celui de La Roche-Guyon et de Gisors. Le problème est qu’il est difficile de distinguer, à partir des textes, entre une forteresse, un château et une ville close.

  • 14 Thomas Basin, Histoire de Charles VII, Charles Samaran (éd.), Paris, Les Belles Lettres, 1944, t.  (...)

18Rouen, au contraire des villes précédentes, est désignée par les termes civitas et urbs, de même qu’Évreux, Bayeux, Lisieux. Le terme civitas est généralement consacré aux villes épiscopales, donc à des agglomérations d’envergure. Ce vocabulaire paraît dessiner comme une hiérarchie urbaine, tout particulièrement dans le domaine militaire : Thomas Basin dresse une sorte de courte liste des villes fortes et châteaux qu’il définit comme « multas civitates atque oppida et castella », au nombre desquels il compte Mantes, Gisors, Vernon, Gournay, Neufchâtel, Caudebec, Arques, Harfleur14.

  • 15 Bernard Gauthiez, Elisabeth Zadora - Rio, Henri Galinié (dir.), « Verneuil, Falaise, Pont-Audemer, (...)
  • 16 Paul Jubert, Inventaire des archives communales de Rouen, 1938, p. 203.

19L’extension et l’ampleur de l’enceinte peuvent refléter la taille de la ville. La surface comprise à l’intérieur de l’enceinte est rarement connue. Des recherches récentes ont pu établir des évaluations de surface pour le XIIe siècle : Rouen couvrait 50 hectares, Caen 38, Dieppe, 35, Verneuil 44,7, Louviers 2815. Quelques villes, comme Louviers et Pont-Audemer, ont été renforcées de remparts au cours de la guerre de Cent Ans (vers 1370, puis après 1450), mais d’autres, au contraire, ont perdu tout ou partie de leurs défenses, et, de ce fait, de leur intérêt militaire. C’est le cas de Montfort-sur-Risle et Pacy-sur-Eure, dont le château est abattu en 1378, les murs du bourg étant démolis vers 1420, puis rétablis en 1543, ou encore de Torcy-le-Grand dont le château est détruit en 1430… Par conséquent, toutes les villes existant vers 1450 dans la région de Rouen ne possèdent pas de murailles. Cela est encore plus vrai pour le XVIe siècle, lorsque la reprise démographique et l’atténuation des menaces militaires ont permis l’expansion d’agglomérations non closes. En 1563, les autorités municipales de Rouen ont reçu un mandement « pour faire le département de 20 000 livres sur les villes closes du bailliage, y compris les aisés du plat pays ne payant ni taille ni arrière-ban et les gros bourgs équipollant à villes »16. Il est ici question de collecter un impôt concernant les villes. Donc, les villes fortifiées sont imposées, même si elles bénéficient de privilèges et d’exemption. Mais les services royaux constatent que toutes les agglomérations ne sont pas fortifiées, qu’il existe des « gros bourgs équipollant à villes » : ils sont donc également concernés par l’imposition. Vers 1450, au début de notre période, ces bourgs étaient probablement peu nombreux et moins importants, l’insécurité et les difficultés matérielles ayant fait fuir les populations vers les villes possédant une enceinte. La muraille est donc un « marqueur » du caractère urbain d’une agglomération, mais cet élément ne peut suffire pour repérer toutes les villes d’une région.

Activités non agricoles

20Un critère qui désigne avec sûreté une ville est le nombre et la concentration des activités non agricoles. Un « village » est peuplé de paysans ; une agglomération où vivent et travaillent des teinturiers, drapiers, forgerons, tanneurs, taverniers, barbiers, clercs, officiers de justice et d’administration n’est plus un village, mais présente les signes d’un centre tertiaire qui mérite le nom de « ville ».

  • 17 Cité par Théodose Bonnin, Cartulaire de Louviers, t. I, Ire partie, Évreux, Leclerc, 1871, p. 4-5. (...)

21L’activité textile était, au Moyen Âge, fort répandue en Normandie, dans les villes et aussi les campagnes. Certains lieux de production avaient acquis une réputation débordant largement leur plat pays et vendaient leurs tissus jusqu’à Paris. Cette commercialisation lointaine laisse penser que l’activité en question faisait vivre une bonne part des citadins : au XIVe siècle, le Dit du Lendit, poème chantant l’activité des marchands à la foire du Lendit, près de Saint-Denis, mentionne, parmi les villes dont les produits textiles sont vendus au cours de la foire, quinze villes normandes : Rouen, Caen, Louviers, Breteuil, Vernon, Évreux, Aumale, Andely, Saint-Lô, Darnétal, Bayeux, Pavilly, Montivilliers, Blangy, Monchaux17. Sur ces quinze villes, douze sont haut normandes.

  • 18 Charles de Beaurepaire, « Inventaire du registre A 8 des archives municipales de Rouen, délibérati (...)
  • 19 L’activité textile se maintient avec un dynamisme atténué. Néanmoins, 46 toiliers de Montivilliers (...)
  • 20 Sur les activités de métallurgie en pays de Bray, Brian G. Awty, « L’industrie du fer aux alentour (...)

22Dans la production textile, des bouleversements se sont produits avec la guerre de Cent Ans. En 1453, les autorités rouennaises signalent, dans leurs délibérations municipales, que les marchands de draps d’Auffay, Darnétal et Pavilly bénéficient de « postées », c’est-à-dire de travées, d’emplacements pour étaler sous la halle aux toiles. Mais en 1529, les mêmes évoquent les marchands forains fréquentant la halle et venant de Bernay, Lisieux, Louviers, Pont-Audemer et Saint-Saëns, comme si Auffay et Pavilly avaient perdu une part de leur activité, la même situation s’appliquant aussi à Montchaux. Il est vrai que ces villes ont été saccagées par les troupes du Téméraire en 1472. Montivilliers, centre textile réputé au XIVe siècle, continue de fournir du drap fin vers 146018, mais il semble que la renommée de cette ville, fondée sur la qualité de ses productions textiles, ne soit plus aux XVe et XVIe siècles aussi éclatante qu’autrefois19. De même, en 1512, un rôle de fouage de Pavilly mentionne l’existence de gardes de différents « métiers », ce qui signifie qu’il y a, ou qu’il y a eu, une activité artisanale développée qui donne une allure de ville à cette localité, même si celle-ci a vraisemblablement perdu vers 1470-1480, à la suite d’un raid bourguignon, une partie de ses habitants. Le fait de trouver dans les actes notariés de Saint-Saëns, datant de 1506-1510, des tisserands, des tanneurs, des taverniers, des cloutiers et maréchaux-ferrants, alors qu’on n’en trouve pas dans ceux de Bellencombre, localité pourtant proche, permet d’affirmer que Saint-Saëns a un caractère urbain alors que Bellencombre garde une tonalité rurale20. Notons que dans la plupart des villes existent des activités de draperie (production et commerce) et que c’est souvent la seule activité organisée en métier vers 1450, comme à Neufchâtel, Louviers, Pont-Audemer, Montivilliers, Harfleur.

Fonctions commerciales

  • 21 Auguste Guilmeth, Histoire de la ville et des environs d’Elbeuf, Rouen, 1842, p. 27.
  • 22 Catherine Bébéar, « Le temporel de l’abbaye de Montivilliers à la fin du Moyen Âge », Cahiers Léop (...)

23La présence d’un marché et surtout d’une foire accompagne généralement le phénomène urbain. La foire, qui attire les marchands sur un périmètre plus étendu que celui du marché local, manifeste l’influence qu’une ville exerce sur ses environs et le rôle de centre d’échanges qui est le sien. Ainsi, Elbeuf paraît avoir tiré profit de ses foires : au XIIe siècle, l’abbé de Saint-Ouen de Rouen, seigneur de Saint-Aubin, crée une foire sur une des rives de la Seine, le seigneur d’Elbeuf fait de même à Elbeuf sur l’autre rive21. Montivilliers possédait un marché d’importance régionale aux XIVe-XVe siècles où venaient s’approvisionner même les habitants d’Harfleur ; durant l’année, deux foires se déroulaient qui attiraient les marchands extérieurs à la région ; la guerre et l’occupation anglaise après 1417 ont sérieusement amoindri l’activité commerciale de la ville, qui n’a plus conservé qu’un rôle régional22. Harfleur et Pont-Audemer possèdent aussi foires et marchés ; Caudebec était une place commerciale probablement importante, de sorte qu’après la fin de l’occupation anglaise l’abbaye de Saint-Wandrille essaie d’établir ou de rétablir son contrôle sur les foires et marchés de la ville ; en 1467, une ordonnance royale accorde à Caudebec le droit de mettre en prison les débiteurs. C’est que ceux-ci devaient être mauvais payeurs et probablement nombreux.

  • 23 Il existe une halle du XIXe siècle à Aumale. A-t-elle remplacé un édifice plus ancien, halle ou co (...)

24Cette fonction, lorsqu’elle est assez importante et régulière, se traduit par l’existence de halles – au nombre de six à Montivilliers par exemple –, dépendant souvent du seigneur ou du roi et dont les étaux sont loués aux commerçants de la ville, ce qui apparaît fréquemment dans les comptes. Quelques localités ont conservé jusqu’à nos jours leurs halles anciennes, certainement très remaniées : Buchy, Clères, Lyons, La Ferrière-sur-Risle23.

  • 24 AMPA, CRV, 1495, fo 32 : 2 500 l. sont demandées par le roi dans le contexte des guerres d’Italie. (...)
  • 25 Robert Doucet, Les Institutions de la France au XVIe siècle, Paris, Picard, 1948, p. 556-560.

25En outre, la ville tire une large part de son budget de fonctionnement des aides sur le commerce. Les aides sont des impôts indirects dont le revenu est destiné au roi. La règle cependant est que celui-ci doit vivre de son domaine et que les aides ne sont que des recettes extraordinaires, perçues « pour l’extrême nécessité des affaires… »24. Le conflit franco-anglais, au XIVe siècle, a entraîné leur multiplication. Les représentants du royaume, réunis en états généraux appréciaient la validité de la demande, évaluaient le besoin et accordaient au roi la levée de ces impôts. En 1484 encore, les états généraux rappellent ces principes. En fait, la lourdeur de la procédure et les contestations qu’elle soulevait ont conduit les rois à se passer des états généraux, à lever sans arrêt des recettes extraordinaires et même à s’attribuer le droit d’en établir de nouvelles. Les textes du XVe siècle montrent que les villes haut normandes reçoivent du roi le droit de lever des aides sur leurs marchés. Ainsi, en 1485, apparaissent de nouvelles aides : sur la mercerie, sur le cuir de veau, de porc, sur le « croquet », c’est-à-dire sur certaines productions textiles, sur la boulangerie, sur « l’étape », c’est-à-dire sur la vente de vins et cidres en gros pour la ville et pour les environs. Toutes les transactions importantes sont touchées, en particulier le sel et les boissons. Chaque taxe ainsi perçue est affermée pour un an, au cours d’enchères. L’aide est levée sur la ville et ses faubourgs25, ce qui souligne l’importance, à l’échelle locale, des échanges qui s’effectuent dans quelques-unes de ces villes (Pont-Audemer, Harfleur).

  • 26 ADSM, 3 B 2, 519 vo ; 3 B 2, 546.

26Parmi celles-ci, un certain nombre de ports de mer, comme Dieppe ou Harfleur, sont les points nodaux des échanges commerciaux à plus ou moins longue portée intéressant la Normandie orientale : Dieppe commercialise son sel et ses harengs, Le Tréport reçoit du sel venant de Brouage et accueille en 1522 dans son port 25 à 30 navires chargés de sel26 ; Harfleur est la porte d’entrée des marchandises de l’Europe méridionale. Situés sur la Seine, Caudebec, Vernon, Quillebeuf connaissent aussi des activités d’échanges portant sur les denrées alimentaires et les matériaux de construction, entre autres.

Fonctions administratives et judiciaires

  • 27 Simone C. Mesmin Mc Dougal, « Du comte à la commune : la léproserie de Saint-Gilles de Pont-Audeme (...)
  • 28 Sur ce thème, voir les articles de Suzanne Deck, « Formation de communes en Normandie et communes (...)
  • 29 Histoire de la Normandie, Michel de Boüard (dir.), Toulouse, Privat, 1970, chap. vi « La Normandie (...)

27Une ville est aussi le siège de diverses institutions administratives, municipales, seigneuriales, princières ou royales. En premier lieu, une ville peut avoir ses propres institutions locales, ce qui était un critère distinctif, déterminant pour les contemporains. En effet, existent, dans la plupart des bourgades normandes, des conseils de bourgeois représentant tous les habitants de la cité, des « élus » ou des échevins, un procureur des habitants. La présence de telles institutions révèle que la ville est une entité juridique, qu’elle est un corps politique organisé conscient de lui-même, défendant ses intérêts, ayant une identité propre, avec parfois une histoire déjà ancienne, comme Pont-Audemer où une organisation de « bourgeois et preudhommes » était active au XIIe siècle27. D’autres villes ont obtenu une « commune », calquée sur le modèle rouennais ; outre Pont-Audemer, c’est le cas de Fécamp, Auffay, Dieppe, Évreux, Petit-Andely entre 1174 et 1204 ; c’est aussi le cas de Montivilliers, Louviers et Harfleur qui obtiennent la leur sous Jean sans Terre à l’extrême fin du XIIe siècle, Verneuil et Nonancourt obtiennent leurs institutions communales vers 120528. Ces communes sont concédées par le duc de Normandie en échange de quelques avantages militaires. Cela entraîne, dès le XIIe siècle, des relations privilégiées avec le pouvoir central, faites de négociations, de demandes, de refus, de tentative de séduction, qui se prolongent encore au XVe siècle29.

28En second lieu, en ville siège parfois le représentant légal du seigneur, qu’il soit prince ou roi. Ainsi, à Louviers existe un bailli de l’archevêque de Rouen, à Pont-Audemer un lieutenant particulier du bailli de Rouen, à Eu, un bailli du comte d’Eu, de même à Aumale, à Conches. Dans ces villes pourtant, ce sont les officiers royaux qui sont les plus présents, la Normandie appartenant pour l’essentiel au domaine royal. Ils sont entourés de collaborateurs, possèdent des bureaux, des archives, une cour pour rendre la justice. De plus, l’activité judiciaire s’inscrit aussi dans l’espace urbain, par la présence d’un tribunal, d’une prison, d’un pilori, de fourches patibulaires, ainsi que dans la société urbaine, par le nombre assez important parfois des hommes de lois, conseillers en cour laie, procureurs, sergents, et notaires. La ville est donc alors inscrite dans une organisation administrative qui permet d’appliquer à une région le pouvoir de son seigneur. En ville ont été établis, outre l’hôtel de ville, un grenier à sel, une vicomté, une représentation du bailliage royal, un capitaine ; plus rarement, a été installé un bailliage dans certaines villes secondaires, comme à Gisors, Caudebec ou, mieux encore, à Arques, bourgade de petite envergure au XVe siècle, mais aux fonctions judiciaires importantes. Ces chefs-lieux administratifs et judiciaires sont en relation avec les pouvoirs et, tout particulièrement, avec le pouvoir royal. Celui-ci a eu recours à elles dans le domaine fiscal et dans le domaine militaire. Pour obtenir un consentement à l’impôt, le roi réunissait les états de la province, auxquels étaient conviés les représentants de la noblesse, du clergé et des villes.

29Les fonctions administratives et judiciaires, de ce fait, sont assez révélatrices de l’attraction, de l’influence de la ville sur son environnement et de la position relative d’une ville par rapport aux autres.

Fonctions religieuses

30La ville rassemble généralement un certain nombre d’institutions religieuses, offrant au fidèle des ressources multiples de dévotion, de parcours spirituel, de moyens de salut. La concentration des structures d’encadrement chrétien est considérée comme un élément révélateur de la « ville ».

Fig. 3 – Confréries créées dans les villes de la région de Rouen, XIII e-XVI e siècle, d après Catherine Vincent , Des charités bien ordonnées , les confréries du diocèse de Rouen , 1988 , p. 91-92 .

31Ainsi, le cadre paroissial organise la petite ville, qui compte parfois entre deux et quatre paroisses ; les églises paroissiales marquent le paysage urbain, même si celles-ci ont souffert de la guerre avant 1450 (pillage, départ des populations, manque d’entretien) et même si certaines d’entre elles subiront encore d’importants dégâts en 1472 (Neufchâtel, Aumale, Arques…).

  • 30 Alain Derville, La Société française au Moyen Âge, Villeneuve-d’Ascq, Presses universitaires du Se (...)

32À cela il faut ajouter aussi l’implantation de monastères, qui ont été les points de fixation de bourgs devenus ensuite des villes, comme Montivilliers, Aumale, Foucarmont, Eu, Le Tréport, Bernay ou Fécamp, ou de couvents mendiants, qui se sont installés généralement en milieu urbain (Pont-Audemer, Bernay). Ces derniers ne sont pas si courants dans les villes haut normandes : Alain Derville a raison de souligner que la présence des mendiants ne suffit pas pour connaître l’armature urbaine d’une région30. En effet, en Normandie orientale, il existe au XVe siècle des villes sans couvent mendiant, comme Pont-Audemer – jusqu’à la fondation à la fin du siècle, du couvent des Cordeliers –, comme Harfleur, Neufchâtel ou Louviers. Dans ces deux dernières villes, pourtant, des frères ou sœurs du tiers ordre de saint François se sont implantés à l’extrême fin du XVe siècle.

33Par conséquent, la multiplication des institutions religieuses et des édifices correspondants singularise la ville : prieurés (Pavilly, Saint-Saëns, Gaillefontaine, Gisors), collégiales de chanoines réguliers (Neufchâtel, Écouis, Envermeu) ou séculiers (Le Grand-Andely), couvent de pénitents (Le Petit-Andely 1346, Neufchâtel 1389, Bernay 1490). Quelques localités se sont certainement étoffées grâce à la présence de reliques attirant les pèlerins (reliques de saint Hildevert à Gournay, cheveux de la Vierge à Bernay, fontaine miraculeuse au Grand-Andely).

34En outre, beaucoup de villes moyennes ont été choisies comme degré de la hiérarchie administrative de l’évêché. Quelques-unes, Pont-Audemer, Vernon, Caudebec, sont chefs-lieux de doyenné et ont, à plusieurs reprises, accueilli les synodes diocésains.

  • 31 Catherine Vincent, Des charités bien ordonnées, les confréries normandes de la fin du XIIIe au déb (...)

35La présence d’hommes nombreux, l’existence d’églises et de chapelles, l’encadrement possible par les clercs expliquent qu’en ville ont fleuri les confréries. Phénomène surtout urbain selon Catherine Vincent, le mouvement confraternel a touché aussi les petites villes. Le semis urbain en Normandie orientale peut ainsi être repéré par le nombre des confréries attestées. Entre le XIIe et le XVIe siècle naissent plus de 16 confréries à Rouen, entre 11 et 16 à Dieppe, Gisors, Eu, Fécamp, Montivilliers, Verneuil, entre 6 et 10 à Évreux, Bernay, Pont-Audemer, entre 3 et 5 à Aumale, Neufchâtel, Pavilly, Caudebec, Le Havre, 2 à Gournay, Saint-Saëns, Les Andelys, Elbeuf, Harfleur, Lillebonne. L’accroissement du nombre des confréries accompagne globalement celui de la population : ainsi à Montivilliers, la paroisse Saint-Sauveur compte 8 confréries en 1514 et 12 en 1550 ; la paroisse Saint-Germain en a 4 en 1514 et 6 en 1530 ; la paroisse Sainte-Croix en a 1 en 155031.

36La présence en une localité de plusieurs de ces rouages (paroisses, mendiants, confréries) qui assurent l’encadrement des fidèles permet de considérer l’agglomération en question comme une ville.

37Grâce à ce faisceau de critères, il est possible d’identifier les localités normandes qui peuvent être appelées « villes » à la fin du Moyen Âge. Parmi les 41 localités évoquées plus haut, appelées aux états de Normandie, 21 n’apparaissent jamais dans la documentation que nous avons exploitée ; restent 20, qui sont : Bourg-Achard, Brionne, Louviers, Manneville (sur Risle ?), Montfort-sur-Risle, Neuville-Champdoisel, Pavilly, Pont-Audemer, Pont-de-l’Arche, Pont-Saint-Pierre, Quillebeuf, Andely, Breteuil, Étrépagny, Gisors, Verneuil, Vernon, Arques, Auffay, Aumale, Caudebec, Dieppe, Eu, Fécamp, Gaillefontaine, Gournay, Harfleur, Lillebonne, Montivilliers, Neufchâtel.

  • 32 Orthographe actuelle. Au XVe siècle, on écrit « Chant d’oisel » ou « Chantdoisel ».
  • 33 BNF, ms. fr., 25927, 576, fouage de La Neuville-Champdoisel, 1506 : les feux exempts sont manquant (...)
  • 34 Voir ADE, 4 E 35, registre notarié de Bourg-Achard 1463-1468. D’après les relevés de Michel Nortie (...)
  • 35 Voir le registre du notaire Guillaume Huillart de Routot, ADSM, 2 E 14 1698 (1422-1423) et les reg (...)

38Parmi ces localités, il faut distinguer les « petites » villes, en laissant de côté les villages, des « grandes » villes. Toutes ces agglomérations, en effet, ne sont pas de vraies villes. Bourg-Achard ou La Neuville-Champdoisel32 paraissent être, selon notre documentation, de gros villages. Ancien domaine rural, La Neuville-Champdoisel s’est peuplée au cours des défrichements de la forêt de Longboel ; elle aurait eu 200 feux au temps d’Eudes Rigaud. Au XVe siècle, ce bourg connaît les mêmes soubresauts démographiques que les autres agglomérations normandes : 75 feux en 1452, 151 en 150633. Il redevient une bourgade rurale non négligeable au début du XVIe siècle. Bourg-Achard est, à l’origine, le bourg principal d’une seigneurie qui abrite au XIIe siècle un prieuré de chanoines ; le prieur, chargé de la paroisse, s’occupe aussi de l’hôpital. Ces deux localités ont un tabellionnage. Les registres qui subsistent pour le XVe siècle enregistrent des transactions exclusivement agricoles, ce qui laisse penser que la population est en majorité paysanne34. Elles peuvent être exclues du nombre des « villes ». D’autres types d’agglomérations peuvent aussi être écartés. Aux environs de Pont-Audemer existent des villages, comme Triqueville, Toutainville, Éturqueraye, presque exclusivement agricoles, peuplés de paysans, de quelques seigneurs et de quelques clercs, dont les habitants fréquentent le marché de la ville35 ; quelques bourgades voisines, presque des faubourgs comme Manneville-sur-Risle, ou Corneville, accueillent des activités artisanales ou textiles et sont plus étroitement liées à la ville. Manneville-sur-Risle est un village situé à 2-3 kilomètres de Pont-Audemer et très attaché à cette ville : les habitants de Manneville s’y rendent pour chercher du travail, fréquenter le marché ou bien y commercialiser leurs productions agricoles ou artisanales ; les citadins de Pont-Audemer y possèdent des biens fonciers. Manneville est donc comme un prolongement de Pont-Audemer, une ville sous influence, presque un faubourg, comme il en existe d’autres, Ailly ou Acquigny pour Louviers, Quiévrecourt pour Neufchâtel. Il est permis de douter du caractère urbain, à la fin du XVe siècle, d’Étrépagny ou Gaillefontaine.

Tab. 3 – Critères d’identification des villes.

Tab. 3 – Critères d’identification des villes.

Administration, justice, défense
1. Charte communale ou institutions municipales attestées - 2. Représentants seigneuriaux - 3. Vicomte
4. Capitaine - 5. Sergent - 6. Autres officiers royaux (bailli, lieutenant) - 7. Tabellion - 8. Grenier à sel
9. Hommes de loi domiciliés - 10. Château - 11. Enceinte urbaine
Commerce, artisanat
12. Marché - 13. Foire - 14. Halles - 15. Production textile - 16. Tannerie - 17. Ferronnerie
Église, religion
18. Plus de deux églises paroissiales - 19. Abbaye, prieuré ou collégiale - 20. Couvent mendiant - 21. Hôtel-Dieu

  • 36 Philippe Lardin, Dieppe pendant la guerre de Cent Ans, mémoire d’habilitation, sous la direction d (...)

39De même, du groupe des « petites » villes, Dieppe doit être exclue, pour des raisons exactement inverses. Dieppe n’est pas une petite ville parce qu’elle est fort peuplée et, en conséquence, elle est imposée plus fortement que les autres villes par la royauté. En outre, c’est une ancienne petite ville qui a réussi, avec peu de fonctions administratives (présence d’un bailli seigneurial représentant l’archevêque de Rouen comme à Louviers, et d’un conseil des bourgeois) mais une grosse activité économique (sel et poisson)36. Le développement du port, surtout au XVIe siècle, crée l’attraction de la ville et diminue l’influence d’Arques jusqu’à absorber les fonctions administratives et judiciaires de celle-ci.

40Après avoir écarté les agglomérations qui paraissent être les plus petites et les plus grandes, restent donc celles que l’on peut regarder a priori comme « petites villes » : Brionne, Louviers, Montfort-sur-Risle, Pavilly, Pont-Audemer, Pont-de-l’Arche, Pont-Saint-Pierre, Quillebeuf, Andely, Breteuil, Gisors, Verneuil, Vernon, Arques, Auffay, Aumale, Caudebec, Eu, Fécamp, Gournay, Harfleur, Lillebonne, Montivilliers, Neufchâtel, soit 24 localités.

41Un tour d’horizon préalable de l’univers des villes normandes de la fin du Moyen Âge montre que cet ensemble urbain régional est dominé par la grande métropole rouennaise, qui aurait compté alors environ 40 000 habitants. Les villes qui ponctuent la Normandie orientale sont donc placées sous son influence écrasante. Des villes moyennes, en nombre assez considérable – une quarantaine –, parsèment le territoire de la région et sont les relais du centre rouennais, dans le contexte de la construction administrative de la monarchie. Ce sont elles qui constituent le centre d’intérêt de cette recherche. Il ne s’agit cependant pas de donner une vision d’ensemble de toutes ces villes, ni un aperçu de l’histoire locale de chacune d’elles. Toutes ne bénéficient pas de sources abondantes, comparables ou complémentaires. Les archives principales, nombreuses et relativement homogènes, concernent Pont-Audemer, Harfleur, Louviers et Neufchâtel, sur lesquelles portera essentiellement cette étude. Le cas échéant, des renseignements complémentaires, particulièrement intéressants, issus d’autres fonds et concernant d’autres villes (Saint-Saëns, Bernay, Montivilliers, Vernon, Nonancourt…) seront utilisés pour compléter le tableau, ainsi que les travaux d’autres chercheurs, comme ceux de Suzanne Deck sur Eu, Annie Renoux sur Fécamp ou ceux de Philippe Lardin sur Dieppe et Le Havre.

Notes

1 Alfred Coville, Les États de Normandie, leurs origines, leur développement au XIVe siècle, Paris, Imprimerie nationale, 1894, p. 267.

2 Henri Prentout, Les États de Normandie, Rouen, Lanier, 1925, p. 66.

3 Georges Picot, Documents relatifs aux états généraux et assemblées réunis sous Philippe le Bel, Paris, Imprimerie nationale, 1901, no DCCCLIII, cité par Henri Prentout, Les États…, p. 66.

4 Alain Derville, en quelques formules tranchantes et vigoureuses, donne des pistes : il y a, écrit-il, deux « bons critères », la proportion importante de professions non agricoles et la forte densité de l’habitat. Si la présence d’artisans, d’officiers, de clercs est aisément repérable dans notre documentation – sans que l’on puisse cependant avancer d’évaluation chiffrée –, il est impossible, à l’inverse, d’estimer la densité de l’habitat. Par conséquent, les « mauvais critères » ne peuvent être balayés d’un revers de main : le nombre d’habitants, les franchises et libertés, la fortification, les fonctions urbaines ; Alain Derville, La Société française au Moyen Âge, Villeneuve-d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, 2000, p. 68-72.

5 BNF, ms. fr., 25927, 558 : Neufchâtel, par. Notre-Dame, 1500 ; 25925, 139 : Neufchâtel, par. Saint-Jacques, 1500 ; 25925, 154 : Neufchâtel, par. Saint-Pierre, 1500.

6 Guy Bois propose de multiplier par 4 le nombre de « paroissiens » pour obtenir la composition moyenne d’une famille et d’ajouter 1 domestique ; voir Guy Bois, Crise du féodalisme, 2e éd. Paris, Presses de la Fondation nationale des sciences politiques, 1981, p. 39-40.

7 Thomas Basin, Histoire de Charles VII, Charles Samaran (éd.), Paris, Les Belles Lettres, 1944, t. I, p. 87.

8 Bernard Chevalier, « L’État et les bonnes villes de France au temps de leur accord parfait, 1450-1550 », in La Ville, la Bourgeoisie et la Genèse de l’État moderne, XIIe-XVIIIe siècle, actes du colloque de Bielefeld, 1985, Paris, CNRS, 1988, Neithard Bulst et Jean-Philippe Genet (dir.), p. 74.

9 Pierre Chaunu et Richard Gascon, Histoire économique et sociale de la France, Fernand Braudel et Ernest Labrousse (dir.), t. I, 1450-1560. L’État et la Ville, Paris, PUF, 1977, p. 407.

10 Liste tirée de David Houard, Dictionnaire analytique, historique, étymologique, critique et interprétatif de la Coutume de Normandie, Rouen, Le Boucher jeune, 1780, t. I, p. 395 ; l’auteur donne la liste des villes murées de toute la Normandie. Liste qui correspond probablement à la situation prévalant au début du XVIe siècle, l’essentiel des travaux de fortification ayant été mené entre 1360 et 1500. Il semble que la liste associe les villes murées proprement dites comme Harfleur et celles qui possédaient un château important mais dont le bourg n’était pas clos, comme Arques.

11 Du moins en 1545 : voir ADSM, 3 B 2, 546.

12 Thomas Basin, Histoire de Charles VII, Charles Samaran (éd.), Paris, Les Belles Lettres, 1944, t. I, p. 222.

13 Ibid., p. 34-38 et 91-99.

14 Thomas Basin, Histoire de Charles VII, Charles Samaran (éd.), Paris, Les Belles Lettres, 1944, t. I, p. 108.

15 Bernard Gauthiez, Elisabeth Zadora - Rio, Henri Galinié (dir.), « Verneuil, Falaise, Pont-Audemer, Lisieux en Normandie », in Village et Ville : les dynamiques morphologiques, Tours, Presses universitaires François-Rabelais, 2003, p. 41. Certains ouvrages des XVIIe et XVIIIe siècles fournissent aussi quelques estimations. Le mémoire de l’intendant Voysin de La Noiraye donne les surfaces suivantes pour 1665 : à Pont-Audemer, « l’enclos de ses murailles est de 16 acres et demie » (8 ha environ) ; Louviers : « la ville contient dans l’enclos de ses murailles 20 acres 20 perches » (10 à 11 ha). On peut comparer ces emprises foncières aux 140 acres (70 ha environ) du Rouen intramuros, toujours selon Voysin de La Noiraye, Mémoire sur la généralité de Rouen, (1665), Paris, Hachette, 1913.

16 Paul Jubert, Inventaire des archives communales de Rouen, 1938, p. 203.

17 Cité par Théodose Bonnin, Cartulaire de Louviers, t. I, Ire partie, Évreux, Leclerc, 1871, p. 4-5. Monchaux, aujourd’hui Montchaux-Soreng, canton de Blangy-sur-Bresle, ville (fortifiée !) active aux XIIIe-XIVe siècles, a souffert de la guerre de Cent Ans, a été détruite en 1472 par les Bourguignons et ne s’est jamais relevée (648 habitants en 1990).

18 Charles de Beaurepaire, « Inventaire du registre A 8 des archives municipales de Rouen, délibérations municipales 1453-1471 », in Inventaire sommaire des archives communales antérieures à 1790, Rouen, Lecerf, 1887, t. I, p. 56 et 60.

19 L’activité textile se maintient avec un dynamisme atténué. Néanmoins, 46 toiliers de Montivilliers, Harfleur et leur région acceptent les nouveaux statuts de leur métier en 1521 ; le travail textile paraît supplanté par la prospérité de la tannerie. Voir Ernest Dumont et Alphonse Martin, Histoire de la ville de Montivilliers, Fécamp, Durand et fils, 1886, p. 190-194.

20 Sur les activités de métallurgie en pays de Bray, Brian G. Awty, « L’industrie du fer aux alentours de Neufchâtel-en-Bray », in L’Homme et l’Industrie en Normandie, actes du congrès régional des sociétés historiques et archéologiques de Normandie (L’Aigle, 1988), Alençon, Société historique et archéologique de l’Orne, 1990, Denis Woronoff (dir.), p. 275-288.

21 Auguste Guilmeth, Histoire de la ville et des environs d’Elbeuf, Rouen, 1842, p. 27.

22 Catherine Bébéar, « Le temporel de l’abbaye de Montivilliers à la fin du Moyen Âge », Cahiers Léopold Delisle, t. XLVII, 1998, fasc. 3-4, p. 67-72.

23 Il existe une halle du XIXe siècle à Aumale. A-t-elle remplacé un édifice plus ancien, halle ou cohue ? Peut-être : des pièces ayant servi de geôle subsistent encore sous la halle actuelle. La même hypothèse peut être formulée pour la halle du XVIIIe siècle à Auffay.

24 AMPA, CRV, 1495, fo 32 : 2 500 l. sont demandées par le roi dans le contexte des guerres d’Italie. La ville de Pont-Audemer tente d’obtenir une modération de cette somme.

25 Robert Doucet, Les Institutions de la France au XVIe siècle, Paris, Picard, 1948, p. 556-560.

26 ADSM, 3 B 2, 519 vo ; 3 B 2, 546.

27 Simone C. Mesmin Mc Dougal, « Du comte à la commune : la léproserie de Saint-Gilles de Pont-Audemer », Annales de Normandie, no 3, juillet 1987, p. 235-256.

28 Sur ce thème, voir les articles de Suzanne Deck, « Formation de communes en Normandie et communes éphémères », Annales de Normandie, t. X, no 3, octobre 1960, p. 207-227 ; « Les municipalités en Normandie, I - Breteuil, Harfleur, Montivilliers, Louviers, Dieppe », ibid., t. XI, no 4, décembre 1961, p. 279-300 ; « les municipalités…, II – Évreux, Rouen », ibid., t. XII, no 2, juin 1962, p. 77-92 ; « les municipalités…, III – Pont-Audemer, Honfleur, Aumale, Le Havre », ibid., t. XII, no 3, octobre 1962, p. 151-167 ; « les municipalités…, IV – municipalités secondaires », ibid., t. XII, no 4, décembre 1962, p. 213-234.

29 Histoire de la Normandie, Michel de Boüard (dir.), Toulouse, Privat, 1970, chap. vi « La Normandie ducale », p. 173.

30 Alain Derville, La Société française au Moyen Âge, Villeneuve-d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, 2000, p. 70.

31 Catherine Vincent, Des charités bien ordonnées, les confréries normandes de la fin du XIIIe au début du XVIe siècle, sous la direction d’André Vauchez, thèse université de Paris X-Nanterre, 1982, p. 91-92, dactyl.

32 Orthographe actuelle. Au XVe siècle, on écrit « Chant d’oisel » ou « Chantdoisel ».

33 BNF, ms. fr., 25927, 576, fouage de La Neuville-Champdoisel, 1506 : les feux exempts sont manquants ; sur les 151 feux payants, aucune indication professionnelle, 14 feux féminins dont neuf veuves, 4 feux masculins avec enfant (cas peu fréquent), 4 feux masculins avec un frère ou une sœur, 2 feux masculins avec une mère.

34 Voir ADE, 4 E 35, registre notarié de Bourg-Achard 1463-1468. D’après les relevés de Michel Nortier, Bourg-Achard aurait compté 203 feux vers 1400, 82 en 1443, 115 en 1452, 185 à la fin du XVe siècle.

35 Voir le registre du notaire Guillaume Huillart de Routot, ADSM, 2 E 14 1698 (1422-1423) et les registres notariés de Bourg-Achard, ADE, 4 E 35.

36 Philippe Lardin, Dieppe pendant la guerre de Cent Ans, mémoire d’habilitation, sous la direction de Jean-Pierre Leguay, université de Rouen, 2003, dactyl.

Table des illustrations

Légende Fig. 1 – Villes représentées aux états de Normandie au XIV e siècle et qui apparaissent dans les sources consultées.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5042/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 82k
Légende Fig. 2 – Villes de Normandie orientale, d’après le pouillé d’Eudes Rigaud (XIII e siècle).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5042/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 70k
Légende Fig. 3 – Confréries créées dans les villes de la région de Rouen, XIII e -XVI e siècle, d après Catherine Vincent , Des charités bien ordonnées , les confréries du diocèse de Rouen , 1988 , p. 91-92 .
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5042/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 82k
Titre Tab. 3 – Critères d’identification des villes.
Légende Administration, justice, défense 1. Charte communale ou institutions municipales attestées - 2. Représentants seigneuriaux - 3. Vicomte4. Capitaine - 5. Sergent - 6. Autres officiers royaux (bailli, lieutenant) - 7. Tabellion - 8. Grenier à sel9. Hommes de loi domiciliés - 10. Château - 11. Enceinte urbaineCommerce, artisanat12. Marché - 13. Foire - 14. Halles - 15. Production textile - 16. Tannerie - 17. FerronnerieÉglise, religion18. Plus de deux églises paroissiales - 19. Abbaye, prieuré ou collégiale - 20. Couvent mendiant - 21. Hôtel-Dieu
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5042/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 136k

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search