Version classiqueVersion mobile

Petites Villes de Normandie

 | 
Bruno Sintic

Première partie. Les villes de Normandie orientale à la fin du xve siècle

Chapitre 1. Brève histoire de la Normandie orientale urbaine

Texte intégral

1Parcourons, à grandes enjambées, les étapes de l’urbanisation de la province.

  • 1 Charles-Marc Bost, Les Seigneurs de Lillebonne, Luneray, Bertout, 1987, p. 7.
  • 2 Histoire de la Normandie, Michel de Boüard (dir.), Toulouse, Privat, 1970, p. 84.
  • 3 Rouen - Le Havre. Histoire des diocèses de France, Nadine-Josette Chaline (dir.), Paris, Beauchesn (...)
  • 4 Ernest Dumont, Alphonse Martin, Histoire de la ville de Montivilliers, Fécamp, Durand et fils, 188 (...)

2L’Antiquité romaine a produit en Normandie comme ailleurs son lot de villes. La trame urbaine du XVe siècle en est, pour une part, l’héritière : Lillebonne, par exemple, a été une puissante cité romaine, mais dont le rôle et l’influence ont décliné dès les IVe-Ve siècles, puis à partir du VIe siècle avec les invasions barbares1 ; de même Évreux ou Rouen ont connu un développement urbain avec la conquête romaine. D’autres villes encore, ayant eu une existence dès l’époque gauloise, sont devenues des pôles urbains ou des bourgs avec la période romaine : Caudebec, Harfleur, Andely, Rouen, Pont-Audemer, Le Tréport, Gournay, Lyons-la-forêt. Dans les plus grandes de ces villes s’établissent, à partir du IVe siècle, les institutions religieuses chrétiennes : Rouen est un siège épiscopal au moins depuis 314, date à laquelle l’existence de l’évêché est attestée pour la première fois ; plus tard, ce sera le tour de Bayeux, Avranches, Évreux, Sées, Coutances, et enfin Lisieux. La période franque (Ve-VIe siècles) voit la naissance de plusieurs agglomérations, comme Elbeuf, Aumale, Blangy, Eu, Quillebeuf, dont certaines ont pu être des résidences royales temporaires, telles Le Vaudreuil et Étrépagny ; certaines villes romaines s’étendent, grossies par des bourgs périurbains, agglomérés autour de cimetières ou de sanctuaires2 ; puis au VIIe siècle, une vague de fondations monastiques contribue à l’apparition de noyaux de peuplement autour des abbayes, prieurés, et monastères alors créés : Fontenelle (future Saint-Wandrille, 649) Jumièges, Fécamp, Pavilly, Montivilliers, Saint-Saëns, Saint-Valéry-en-Caux, Duclair3. Troublés pendant la période mérovingienne, repris en main sous les Carolingiens, ces établissements monastiques, et les foyers de population qui les environnent, connaissent un choc brutal, à partir de 841, et pendant la période des invasions vikings (IXe-Xe siècles) : abbayes, bourgs, champs, églises sont brûlés, pillés, détruits. Les moines migrent vers des régions plus sûres ; toutes les villes épiscopales, sauf Rouen, perdent leur évêque. La vie urbaine s’étiole et stagne. Le pouvoir royal jette les bases d’installations défensives, peu efficaces à court terme, mais qui auront malgré tout une postérité : fortifications sur la Seine à Pont-de-l’Arche (860) pour freiner l’avancée viking, construction d’un château à Lillebonne. Les débuts de l’époque ducale, à partir du Xe siècle, sous les ducs Richard Ier et Richard II, sont marqués par une restauration de la vie monastique, en particulier à Saint-Wandrille, Jumièges et Fécamp. Rouen s’enrichit du trafic commercial viking en mer du Nord. Quelques rares créations à caractère militaire sont réalisées à cette date : Pont-de-l’Arche, déjà cité, qui poursuit son développement ; Arques, forteresse bâtie vers 1040 par l’oncle de Guillaume le Conquérant. La renaissance de quelques grandes abbayes est suivie par de nouvelles fondations : des prieurés, des établissements monastiques, des collégiales sont installés souvent dans des sites qui avaient déjà connu de telles implantations, tels Montivilliers4, Le Grand-Andely ou Pavilly.

  • 5 D’après Dom Toussaint Du Plessis, Description géographique et historique de la Haute-Normandie, Pa (...)

3Les XIe-XIIe siècles voient l’éclosion d’un grand nombre de villes et bourgs. C’est à cette époque que la Normandie acquiert un semis de villes qui existe, dans ses grandes lignes, encore aujourd’hui. Neufchâtel, Valmont, Étrépagny, Corneville-sur-Risle, Bourg-Achard, Gisors, Monfort-sur-Risle, Dieppe, Gaillefontaine, Le Bec-Hellouin, Saint-Clair-sur-Epte, La Roche-Guyon sont alors fondées… Les siècles suivants ne connaissent que quelques créations : Bellencombre (XIIe siècle), Écouis, Yvetot (XIVe siècle), Blainville (XVe siècle), Le Havre (XVIe siècle)5.

4Tous ces établissements humains ne se ressemblent pas : ils n’ont ni la même origine ni le même devenir. Quels sont les types de localités apparues en Normandie au cours des siècles et constituant la trame urbaine du XVe siècle ?

5Beaucoup de villes sont nées d’une fondation ecclésiastique : certaines agglomérations se sont développées à partir d’une abbaye, comme Jumièges, Fécamp, Montivilliers, Valmont, Corneville-sur-Risle, Bernay, Le Tréport, Aumale ; d’autres se sont fixées en un point présentant un intérêt économique (gué, péage, port, domaine agricole), appartenant à une abbaye et proche d’elle, comme Caudebec, Conches, Saint-Valéry-en-Caux, Saint-Saëns ; d’autres encore doivent leur existence à un prieuré ou à une collégiale, comme Blainville ou Pavilly. La garde de reliques installées dans une église, créant un courant de pèlerinage, a favorisé la croissance de noyaux urbains, comme à Gournay ou à Bernay. Il est certain que le puissant courant de réforme monastique inauguré, au XIe siècle, par Guillaume de Volpiano à Fécamp, qui a ensuite concerné Saint-Taurin d’Évreux, Montivilliers, Bernay, relevant l’activité économique et la sainteté de ces établissements, a permis d’attirer les hommes autour de ces pôles développés.

  • 6 Histoire des institutions françaises au Moyen Âge, Ferdinand Lot, Robert Fawtier (dir.), Paris, PU (...)

6Un grand nombre de villes et bourgs normands ont une origine seigneuriale et militaire ; ils résultent de la création d’un château fort par une famille noble ou par l’autorité ducale, surtout aux XIe et XIIe siècles. Un effort de défense des frontières de la Normandie s’affirme, notamment sous Henri Beauclerc (1106-1135), avec érection, de l’Avre à l’Epte, de forteresses qui ont fait naître des bourgs castraux comme Nonancourt6 ou Verneuil, forteresse construite entre 1120 et 1131 pour protéger les confins du Perche. Une même forme de bourg castral est reproduite à plusieurs reprises : le château est généralement installé sur une hauteur, sur le haut d’un talus dominant une vallée fluviale (châteaux de La Roche-Guyon, Auffay, Pavilly, Pont-Audemer, Longueville-sur-Scie, Arques, Breteuil, Neufchâtel, Beaumont-le-Roger, Château-Gaillard…), le bourg s’étant implanté en contrebas, dans la vallée, à proximité de la rivière. La fonction du bourg pouvait être de fournir, en cas de besoin, une réserve d’hommes pour la défense (cas de Verneuil, de Breteuil). Ces places stratégiques se sont illustrées, à la fin du XIIe siècle, au cours des combats entre le roi de France et le roi d’Angleterre pour le contrôle de la Normandie.

7D’autres villes enfin doivent leur naissance à un site particulièrement favorable aux échanges et aux transports, port fluvial ou maritime, pont, carrefour routier. C’est le cas de Caudebec, Elbeuf, Pont-de-l’Arche, Dieppe, Saint-Valéry, Le Tréport, Pont-Audemer. Dans certaines villes, la fonction portuaire remonte à l’Antiquité romaine, comme à Caracotinum (Harfleur) et Lillebonne. Au XIIe siècle, des bourgs naissent aussi de leur fonction de marché (Cormeilles).

8Ces divers types de création urbaine ne sont pas des types purs, mais souvent hybrides, combinant plusieurs principes de développement. Ainsi, Conches est apparue à proximité d’une abbaye, mais elle s’est réellement étendue à partir de la fondation d’un château fort et d’une église, Sainte-Foy de Conches, construite par la volonté du seigneur de Tosny, à la suite d’un pèlerinage à Compostelle. Les Andelys actuels sont issus de deux « villes » médiévales, Le Grand et Le Petit Andely : Le Grand Andely apparaît à partir d’une abbaye féminine, détruite par les Vikings vers 900, puis remplacée par un collège de chanoines réguliers ; Le Petit-Andely est lié à la forteresse de Château-Gaillard et au passage de la Seine. Valmont se développe au pied d’un château du XIe siècle appartenant aux Estouteville et d’une abbaye fondée par un des membres de cette famille en 1169.

9Les fonctions exercées par les villes normandes se sont étoffées, amplifiées, enrichies. De ce fait, au cours de leur histoire, entre les XIIe et XIVe siècles, ces bourgades se sont distinguées les unes des autres, par l’expansion de leur population, de leurs activités, de leur bâti.

  • 7 Elles sont mentionnées dans le Dit du Lendit au XIIIe siècle ; voir aussi Paul Le Cacheux, Rouen a (...)

10Plusieurs villes ont vu ainsi croître leurs productions artisanales, notamment textiles. Montivilliers, Louviers, Auffay, Elbeuf, Pavilly sont au XIIe siècle des villes drapantes7. D’autres possèdent l’ensemble des productions artisanales de ce temps (tannerie, textile, ferronnerie, bois, etc.) sans qu’une activité très fournie caractérise l’un ou l’autre de ces secteurs, ni que la qualité de fabrication ne les distingue des autres lieux de production semblables.

  • 8 Voir Eudes Rigaud, The register of Eudes of Rouen, Sidney M. Brown (trad.), Jeremiah F. O’Sullivan (...)

11Quelques-unes ont été choisies comme siège d’institutions. L’organisation administrative du duché de Normandie, puis celle du royaume de France, auquel le duché est annexé en 1204, s’est fondée sur le semis humain et urbain existant, installant dans certaines localités des fonctions administratives et judiciaires que celles-ci ont conservées par la suite. L’administration de l’Église, par exemple, s’est appuyée sur les agglomérations grandes et moyennes : le système des archidiaconés s’est construit entre le XIe et le XIIe siècle, se calquant sur quatre puis six pagi divisant le diocèse, circonscriptions d’origine franque, maintenues par les conquérants vikings, et qui sont devenues ultérieurement des cadres de l’administration civile. Les chefs-lieux du diocèse sont souvent choisis pour la réunion des synodes et conciles diocésains ou provinciaux (Lillebonne, Pont-Audemer, Vernon, Rouen, Eu…)8, ce qui enregistre leur relative importance administrative et peut-être aussi démographique.

  • 9 Michel de Boüard (dir.), Histoire de la Normandie, p. 115 : apparition des vicomtés vers l’an mill (...)
  • 10 Charles H. Haskins, Norman institutions, Cambridge, Harvard University Press, 1918 (2e éd., New Yo (...)

12Neufchâtel, Montivilliers, Caudebec, Beaumont-le-Roger, Conches, Vernon, Arques, Pont-Audemer, Harfleur deviennent sièges de comtés, durant la période carolingienne (IXe siècle) ou plus tard (Xe-XIe siècles), de vicomtés, circonscriptions administratives qui sont les cellules de base de l’administration locale du duché9. Au XIe siècle, le vicomte n’était pas seulement un agent domanial : il dirigeait les troupes ducales, était responsable de la garde des châteaux, du maintien de l’ordre, des revenus du domaine ducal. Il rendait également la justice au nom du duc10. C’est pourquoi cette instance administrative était installée dans des localités d’une certaine ampleur. Sa présence a pu accroître les activités et le nombre d’habitants des villes concernées.

  • 11 Alain Derville, Villes de Flandre et d’Artois (900-1500), Villeneuve-d’Ascq, Presses universitaire (...)
  • 12 Ibid., p. 74.

13Le XIIe siècle est le temps de l’affirmation des communes. Face à la désorganisation des structures politiques, génératrice de désordres et de violences, les habitants d’une ville jurent par serment de s’aider mutuellement, en premier lieu sur le plan militaire11. Cette communio entre pairs, reconnue par le pouvoir seigneurial, fait de la ville une personne morale, qui, dès lors, peut choisir ses chefs, s’administrer, faire régner la paix, rendre la justice, punir12. Il y a relativement peu de traces d’une émancipation des villes dans le cadre communal pour une Normandie fermement tenue par les ducs. Rouen obtient une commune, à une date inconnue, mais attestée pour la première fois en 1174. La « constitution » de la ville, connue sous le nom d’« Établissements de Rouen », définit la nature et les attributions des magistrats urbains, précise la fréquence et les conditions de leur réunion, définit les obligations des bourgeois, en particulier sur la question du guet et de la défense, donnent des règles de droit et d’administration. Rouen connaît alors une assemblée de cent pairs, qui désigne à son tour vingt-quatre « jurés » composant le gouvernement municipal, formé de douze « échevins » et douze « conseillers », parmi lesquels était choisi un maire. Les cent pairs, les jurés, le maire ont une compétence judiciaire et jugent certaines causes. Leur pouvoir de juridiction s’étendait à la ville et à sa banlieue.

  • 13 Histoire…, Michel de Boüard (dir.), p. 172-173.
  • 14 Arthur Giry, Les Établissements de Rouen, Paris, Vieweg, 1883, t. I, p. 13-20 et 47-53.

14Cet exemple rouennais est suivi et adopté par d’autres villes : Pont-Audemer, Les Andelys, Verneuil, Évreux et d’autres encore, situées en Basse-Normandie (Alençon, Falaise, Caen, Bayeux). Ces nouveaux statuts sont concédés par les ducs, et non pas arrachés à la suite d’un rapport de force violent ou d’une émeute. En Normandie, contrairement à d’autres régions, le pouvoir central a toujours gardé la main13. Un certain nombre de ces communes ont d’ailleurs été octroyées ou confirmées au début du XIIe siècle par Jean sans Terre, roi d’Angleterre et duc de Normandie, qui souhaitait, dans le contexte de sa lutte contre Philippe Auguste, s’attacher la fidélité des villes normandes et bénéficier de leurs forces armées. De cette manière, Évreux, Harfleur, Bayeux, Domfront, Alençon ont obtenu un éphémère statut communal, d’autres villes, Falaise, Pont-Audemer, Caen, Fécamp, Montivilliers l’ont conservé après la conquête française, mais sans que les institutions communales connaissent un fort développement. Ces villes possédaient vraisemblablement une assemblée comparable à celle des cent pairs rouennais, et un maire. De rares documents signalent l’existence de ces rouages au XIIe siècle – à Pont-Audemer par exemple –, puis le silence des sources manifeste leur probable extinction, à une date inconnue14.

  • 15 Émile-Guillaume Léonard, Histoire de la Normandie, Paris, PUF, 1948, p. 50.
  • 16 Charles H. Haskins, Norman Institutions…, p. 48-49.
  • 17 Armand Semelaigne, Essai sur l’histoire de Conches, Paris, F. Henry, 1867 ; Charpillon et Caresme,(...)
  • 18 Georges Picot, Documents relatifs aux états généraux et assemblées réunis sous Philippe le Bel, Pa (...)
  • 19 Louis Douet d’Arcq, Collection de sceaux, Paris, Plon, 1867, t. II, p. 373 : no 5714, Aumale ; no (...)

15D’autres privilèges, des « lois » appliquées à Cormeilles, Auffay, Breteuil, soulignent la probable consistance politique de ces « villes ». Ces « lois » accordent à ces agglomérations des dispositions particulières en matière de justice, de commerce, d’armée, de fiscalité15. De même l’existence d’une « banlieue » est attestée pour Brionne et Conches, impliquant qu’un droit spécial touchait les habitants de ces localités, les définissant ainsi comme « villes »16. Pour Conches, quelques traces prouvent l’existence d’une organisation communale vers 121717. En 1308, Philippe le Bel convoque à Tours une assemblée des états du royaume ; noblesse, clergé et villes choisissent et dépêchent des délégués. Les actes conservés évoquent la désignation des représentants des villes et signalent l’activité d’organisations politiques locales, dont la création remonte au XIIe siècle au moins. Ainsi, à cette date, Aumale, Blangysur-Bresle, Eu et Verneuil ont « maire et eskevins », « major et pares communitatis ». À Harfleur, Montivilliers et Bernay, les délégués sont choisis par « grant foison de bourgois », « par assemblée de bourgois », « de la volonté et du commun assentiment de la ville » et dans des villes plus modestes comme Auffay, Beaumont-le-Roger, Fécamp, La Roche-Guyon, n’ayant pas de corps de ville permanent, le choix est fait par un groupe d’habitants réunis pour la circonstance18. L’existence juridique des villes se matérialise habituellement par l’usage d’un sceau. Plusieurs d’entre eux nous sont parvenus : celui de Pont-Audemer, datant de 1260, présente les armes de la ville ; celui d’Aumale (1308) est celui de la « mairie et commune » de la ville ; celui de Verneuil (1228) ainsi que celui de Nonancourt (XVe siècle) portent des légendes comparables : « sceau du conseil de la commune de Verneuil » et « sceau de la majorie de Nonancourt »19. Ce qui atteste l’existence dans ces localités d’institutions urbaines aux XIIe et XIVe siècles.

  • 20 Jean Favier, « La Normandie royale », in Histoire de la Normandie, Michel de Boüard (dir.), p. 202 (...)
  • 21 Histoire des institutions…, t. II, Institutions royales, p. 224-225 et 260 ; Robert Doucet, Les In (...)

16À partir des années 1260, la royauté installe et stabilise ses agents, les baillis : Gisors, Évreux, Rouen, Caudebec deviennent chefs-lieux de bailliage. Au XIIIe siècle se manifeste aussi l’accroissement de la population rurale et urbaine. De nouveaux bourgs ruraux apparaissent, ainsi que de nouvelles paroisses dans des agglomérations qui existaient déjà20. En 1341, le roi Philippe VI instaure le monopole royal sur le sel : des greniers à sel, entrepôts et sièges d’administration de la gabelle, sont fondés par la suite, et surtout après 1383, lorsque l’impôt sur le sel est définitivement confirmé. Grâce à ces nouvelles institutions, la vocation administrative et judiciaire de ces villes s’affirme dès lors21.

  • 22 Émile-Guillaume Léonard, Histoire…, p. 76.

17La guerre de Cent Ans bouleverse et modifie fortement toute cette construction, rendant précaire et ruinant la prospérité des centres économiques (Pavilly, Auffay, Montivilliers…), renforçant le rôle militaire de certaines villes stratégiques (Pont-de-l’Arche, Harfleur, Neufchâtel, Breteuil, Verneuil, Pont-Audemer, Louviers), ce qui explique qu’elles soient devenues par moments la cible des armées ennemies, que leurs défenses aient été renforcées, leur pourtour fermé par des murailles et que certaines aient été détruites, affaiblies, démantelées totalement ou partiellement. Édouard III passe par Elbeuf en 1347 ; en 1356, les chevauchées anglaises parviennent à Verneuil et Évreux ; les années 1356-1360 sont celles d’une guérilla entre Anglais, Normands et Navarrais, au cours de laquelle Saint-Valéry et Longueville sont reprises par des milices communales22. La Peste noire et ses « répliques » postérieures vident la Normandie d’une portion de ses habitants. La plupart de ces villes reçoivent des fonds royaux pour se doter d’une enceinte urbaine après 1350, les châteaux de Verneuil et Pont-Audemer sont détruits et neutralisés en 1378 ; l’occupation anglaise voit la réfection de certaines places (Elbeuf…), les Anglais adoptant une politique prévenante, respectueuse des traditions locales ; enfin, la reconquête bouleverse encore le territoire de la Normandie (incendie à Pont-Audemer, destructions à Louviers…).

18À l’issue de la guerre de Cent Ans, la trame urbaine de la région de Rouen est donc l’héritière du passé. Elle est composée de quelques rares villes d’origine romaine, de nombreux bourgs castraux et abbatiaux datant des XIe-XIIe siècles, de villes de commerce et d’artisanat qui ont prospéré aux XIIe et XIIIe siècles. Les désastres des XIVe et XVe siècles, sans compromettre l’organisation du semis urbain normand, ont sans doute bouleversé l’équilibre, la hiérarchie et les rapports de force existant entre les villes et créé une situation nouvelle. Dans cet ensemble, tentons de distinguer les localités qui peuvent être qualifiées de « petites villes » et auxquelles nous consacrerons notre attention.

Notes

1 Charles-Marc Bost, Les Seigneurs de Lillebonne, Luneray, Bertout, 1987, p. 7.

2 Histoire de la Normandie, Michel de Boüard (dir.), Toulouse, Privat, 1970, p. 84.

3 Rouen - Le Havre. Histoire des diocèses de France, Nadine-Josette Chaline (dir.), Paris, Beauchesne, 1976, p. 22.

4 Ernest Dumont, Alphonse Martin, Histoire de la ville de Montivilliers, Fécamp, Durand et fils, 1886, p. 18-19 ; Montivilliers, histoire d’une ville et de son abbaye, 950e anniversaire, Montivilliers, 1988, p. 9 : disparition de la communauté monastique vers 860 et rétablissement vers 1025.

5 D’après Dom Toussaint Du Plessis, Description géographique et historique de la Haute-Normandie, Paris, 1740, 2 vol.

6 Histoire des institutions françaises au Moyen Âge, Ferdinand Lot, Robert Fawtier (dir.), Paris, PUF, 1957-1962, 3 vol., t. I, Institutions seigneuriales, Michel de Boüard, « Le duché de Normandie », p. 30.

7 Elles sont mentionnées dans le Dit du Lendit au XIIIe siècle ; voir aussi Paul Le Cacheux, Rouen au temps de Jeanne d’Arc et pendant l’occupation anglaise, Paris-Rouen, Lestringant, 1931, p. 133 : un document rouennais de 1428 signale qu’existe à Rouen une « halle aux revendeurs de draps de dehors, nommée la halle d’Auffay, Pavelly et Danestal ».

8 Voir Eudes Rigaud, The register of Eudes of Rouen, Sidney M. Brown (trad.), Jeremiah F. O’Sullivan (éd.), New-York – Londres, Columbia University Press, 1964.

9 Michel de Boüard (dir.), Histoire de la Normandie, p. 115 : apparition des vicomtés vers l’an mille.

10 Charles H. Haskins, Norman institutions, Cambridge, Harvard University Press, 1918 (2e éd., New York, 1960), p. 46-47.

11 Alain Derville, Villes de Flandre et d’Artois (900-1500), Villeneuve-d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, 2001, p. 73.

12 Ibid., p. 74.

13 Histoire…, Michel de Boüard (dir.), p. 172-173.

14 Arthur Giry, Les Établissements de Rouen, Paris, Vieweg, 1883, t. I, p. 13-20 et 47-53.

15 Émile-Guillaume Léonard, Histoire de la Normandie, Paris, PUF, 1948, p. 50.

16 Charles H. Haskins, Norman Institutions…, p. 48-49.

17 Armand Semelaigne, Essai sur l’histoire de Conches, Paris, F. Henry, 1867 ; Charpillon et Caresme, Dictionnaire historique de toutes les communes du département de l’Eure, Les Andelys, Delcroix, 1868, art. « Conches ».

18 Georges Picot, Documents relatifs aux états généraux et assemblées réunis sous Philippe le Bel, Paris, Imprimerie nationale, 1901.

19 Louis Douet d’Arcq, Collection de sceaux, Paris, Plon, 1867, t. II, p. 373 : no 5714, Aumale ; no 5715, Eu ; no 5716, Pont-Audemer ; no 5725, Verneuil. Germain Demay, Inventaire des sceaux de la Normandie, Paris, Imprimerie nationale, 1881, no 1646, Nonancourt.

20 Jean Favier, « La Normandie royale », in Histoire de la Normandie, Michel de Boüard (dir.), p. 202 : 47 bourgs apparus au XIIIe, autant qu’au XIIe siècle.

21 Histoire des institutions…, t. II, Institutions royales, p. 224-225 et 260 ; Robert Doucet, Les Institutions de la France au XVIe siècle, Paris, Picard, 1948, t. I, p. 308-310, t. II, p. 577-587.

22 Émile-Guillaume Léonard, Histoire…, p. 76.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search