Version classiqueVersion mobile

Petites Villes de Normandie

 | 
Bruno Sintic

Avant-propos

Texte intégral

  • 1 « L’Estat des villes de ce royaume dont le Roy entend soy aider… », Ordonnances des rois de France (...)

1En 1538 était promulgué un édit de François Ier qui annonçait la levée d’un impôt sur les villes du royaume et qui énumérait, en une longue liste, ce que chacune d’elles devait verser au trésor1. Cet acte révèle au lecteur d’aujourd’hui quelle était, à cette date, l’armature urbaine française, telle que la définissaient les plus hautes sphères de l’État. Il est aisé d’observer dans ce document, province par province, la nature du semis urbain ou les dimensions approximatives des villes : en Normandie, autour de la grande ville qu’est Rouen, une nébuleuse assez dense de villes moyennes apparaît avec évidence ; quelques régions, comme le Bassin parisien, la région de Toulouse, la vallée de la Loire, connaissent une configuration comparable ; d’autres, en revanche, comme la Basse-Normandie, la Provence, la Basse-Loire paraissent moins urbanisées. La Normandie est donc, au sortir du Moyen Âge, une province peuplée, riche en villes de petite ou moyenne importance. Ce constat conduit à s’intéresser à cette catégorie d’agglomérations, les « petites villes », dont l’étude, jusque dans les années 1980, avait été laissée de côté.

2En effet, les grandes villes d’Ancien Régime, comme Lyon, Nantes, Tours, Poitiers, Bordeaux, capitales régionales, pôles économiques, places militaires, au riche passé et aux abondantes archives – sans parler de Paris –, ont retenu en priorité l’attention de l’école historique française au cours du XXe siècle. Ainsi, en Normandie, les plus importantes agglomérations, Caen, Évreux et surtout Rouen, ont focalisé l’intérêt des chercheurs. Deuxième ville du royaume de France pendant tout le Moyen Âge, Rouen dominait largement la Normandie par son poids démographique et son importance économique. L’abondance des sources a donc conduit les historiens (tels Adolphe Chéruel, Eugène Le Parquier, Raymond Quenedey, René Herval, Michel Mollat, Alain Sadourny, Lucien-René Delsalle, Jean-Pierre Bardet…) à privilégier l’étude de cette grande ville, dont la vie au Moyen Âge est aujourd’hui connue sous de multiples aspects. Il n’en va pas de même pour les autres villes de Normandie, et plus particulièrement, celles de la région rouennaise. Les villes plus modestes, secondaires par l’ampleur de leurs activités économiques, leurs fonctions administratives ou leur population, ont hérité de sources moins abondantes, n’ont donc pas connu les faveurs des historiens universitaires et ont surtout été examinées par les chercheurs locaux, amoureux du passé, hérauts de leur ville ou de leur province. La maigreur et parfois l’indigence des documents, leur caractère disparate, leur fréquente dispersion, la difficulté de composer une synthèse à partir d’une documentation émiettée expliquent aussi que les études aient été surtout monographiques ou consacrées à des points particuliers de l’histoire de ces localités.

  • 2 Alfred Canel, Essai sur l’histoire de Pont-Audemer, Pont-Audemer, Imprimerie administrative, 1885, (...)

3C’est surtout au XIXe siècle que les érudits normands se sont penchés assidûment sur l’histoire des villes et ont produit un grand nombre d’études, d’intérêt inégal. Beaucoup de ces travaux ont vieilli. Leur optique ne nous parle plus guère : la recherche du pittoresque, de l’exotique, du détail « très-curieux », et sorti de son contexte, déroute le lecteur d’aujourd’hui et laisse entrevoir une histoire de pure distraction ; les événements du passé conçus comme révélateurs du génie d’un peuple provincial, ou, comme on l’écrit parfois, d’une « race », l’histoire d’une ville observée sous le seul angle politique ou militaire, le souci de la microgéographie urbaine, étudiée non pas pour engager une comparaison entre villes, mais pour elle-même, par des historiens vivants « dans » l’objet même de leur étude et l’arpentant quotidiennement, toutes ces problématiques attachées à un certain « air du temps » passent avec lui et paraissent fanées de nos jours. Pourtant, les efforts des chercheurs du XIXe siècle ont produit des œuvres de qualité, comme celle d’Alfred Canel sur Pont-Audemer, celles d’Alphonse Martin et Ernest Dumont pour Harfleur et Montivilliers, de François Bouquet pour Neufchâtel, de Victor Patte pour Gisors, d’Edmond Meyer pour Vernon, de Théodose Bonnin et de Léopold Marcel pour Louviers2. Ces études recèlent, bien des richesses : pointage des principaux documents, chronologie des événements, édition et citation de textes, recension bibliographique, témoignages contemporains sur la situation de la ville, exposé de trouvailles archéologiques.

  • 3 Commandant Raymond Quenedey, L’Habitation rouennaise, étude d’histoire, de géographie et d’archéol (...)
  • 4 Suzanne Deck, Une commune normande au Moyen Âge : la ville d’Eu, son histoire, ses institutions, 1 (...)
  • 5 Marcel Hérubel, Les Origines des ports de la Seine-Maritime, Paris, Société d’éditions géographiqu (...)
  • 6 Jean-Claude Perrot, Genèse d’une ville moderne : Caen au XVIIIe siècle, Paris - La Haye, Mouton, 1 (...)
  • 7 Jean-Pierre Leguay, Un réseau urbain au Moyen Âge : les villes du duché de Bretagne aux XIVe et XV(...)
  • 8 François Neveux, « Pour une histoire sociale du clergé dans une ville épiscopale : l’exemple de Ba (...)

4Les recherches monographiques se sont poursuivies au XXe siècle avec des techniques et des interrogations nouvelles. Le commandant Quenedey a élaboré ainsi une précieuse collection photographique, recueillie entre 1900 et 1930, portant sur les édifices normands anciens, parmi lesquels figurent bon nombre de maisons et constructions urbaines. Cet ensemble a servi de base documentaire à son étude sur « l’habitation rouennaise », thème qui manifestait un changement d’optique dans la manière d’aborder l’étude des villes, en associant histoire et archéologie3. La seconde guerre mondiale, qui a été désastreuse pour beaucoup de villes normandes, leur bâti, leurs archives, leur paysage urbain ayant péri totalement ou partiellement dans les bombardements et les combats de la Libération (Le Havre, Dieppe, Caudebec, Neufchâtel…), a rendu les travaux du commandant Quenedey et de ses prédécesseurs tout à fait irremplaçables. Suzanne Deck, avec sa thèse sur la ville d’Eu datant de 1924, a porté son regard sur les rouages politiques locaux et sur les mécanismes de l’économie urbaine4. Les années 1930-1960 ont privilégié les thèmes économiques, comme le commerce et la situation agraire : la question urbaine est certes présente mais en position seconde dans les travaux de Marcel Hérubel sur les origines des ports normands en 1930, de Michel Mollat sur le commerce maritime normand en 1952, d’André Plaisse sur la baronnie du Neubourg en 19615. La recherche plus récente, avec un renouvellement méthodologique (usage fréquent de la statistique) et problématique (insistance sur les relations ville-région, description des catégories sociales urbaines), s’est cependant intéressée aux grandes villes et a conservé une tendance monographique (thèses de Jean-Claude Perrot sur Caen en 1975, de Jean-Pierre Bardet sur Rouen en 1983, ouvrages d’histoire des villes chez Privat, travaux d’André Plaisse sur Évreux dans les années 1980…)6. Un tournant s’amorce au début des années 1980 avec l’ouvrage de Jean-Pierre Leguay qui décrit méticuleusement le réseau urbain breton à la fin du Moyen Âge7. Dès lors, l’intérêt se porte sur tout type d’agglomération et l’ensemble des villes est appréhendé d’un point de vue comparatif. Cette optique a donné naissance, dans le cas normand, à quelques exemples d’études comparatives, notamment dans les travaux de François Neveux (à propos des villes épiscopales, ou dans son étude sur Bayeux et Lisieux)8.

  • 9 Elle participe aussi de l’intérêt, assez récent, pour l’histoire des villes secondaires qui s’est (...)

5S’inscrivant dans la voie ouverte par Jean-Pierre Leguay, la présente recherche a pour ambition de compléter l’historiographie urbaine normande en s’attachant aux agglomérations de rang inférieur, dont l’histoire a, dans le passé, surtout été envisagée sous l’angle monographique9. Il s’agit, en outre, en rassemblant la documentation concernant plusieurs villes, de dégager, par rapprochement et comparaison, une sorte « d’idéal-type » de la petite ville normande du Moyen Âge. Une autre intention de ce travail est aussi de remettre au jour l’univers des petites villes de la grande région de Rouen, de « révéler », à la manière d’un photographe, un monde révolu. Tâche considérable, mais motivante et pleine d’intérêt. Nous voulions, en effet, approcher les hommes des XV-XVIe siècles, décrire leur environnement et cerner les catégories sociales auxquelles ils appartenaient. Comme les villes, en ces temps, sont assez nombreuses dans la région rouennaise, les citadins haut normands peuvent être considérés comme un échantillon assez représentatif du monde urbain français et l’étude peut avoir, de ce fait, un caractère exemplaire. Pour cette investigation, la fin du XVe siècle s’imposait presque naturellement, puisque les documents de cette époque sont plus nombreux que ceux des siècles précédents, qu’ils forment parfois des séries très abondantes et que les activités humaines les plus variées y apparaissent, offrant une impression de vie foisonnante.

Les sources

6Cette recherche a pris appui sur deux grandes catégories de sources. Un premier ensemble documentaire est constitué par des comptes municipaux (Pont-Audemer, Harfleur) ou seigneuriaux (Louviers, Montivilliers), un second ensemble est formé par des registres notariés (Neufchâtel, Louviers, Saint-Saëns, Vernon).

7Les comptes municipaux apparaissent au lendemain de la guerre de Cent Ans, vers 1465 à Pont-Audemer, vers 1470 à Harfleur. Ils tirent leur existence des privilèges accordés par le roi à nombre de villes fortifiées : en 1449 et 1450, Charles VII exempte du paiement de la taille Pont-Audemer, Harfleur, Louviers et d’autres villes, en raison des destructions provoquées par le conflit récent ; il autorise ces villes à percevoir des droits sur le commerce des marchandises, les « aides » ; il oblige les édiles locaux à utiliser une grande partie de ces recettes à la réparation et l’extension des murailles ; il impose la tenue de comptes annuels et leur vérification. Les responsables urbains organisent les chantiers de fortification, et emploient l’argent restant pour les autres nécessités urbaines. Ils consignent toutes ces opérations sur des cédules de peau ou de papier, qu’ils font retranscrire au propre sur des fascicules de vélin de grande taille et d’une cinquantaine de feuillets, dont ils envoient un exemplaire à la cour du roi, après vérification et clôture des comptes, et dont ils conservent un autre exemplaire dans leurs archives. À Harfleur, hormis un compte de fortification très étoffé couvrant cinq années, les « comptes » ne sont que des quittances, certes très nombreuses. À Pont-Audemer, les quittances ont été recopiées sur de beaux cahiers de peau d’agneau ou de veau. Ces cahiers, réunis en registres au XVIIIe siècle, sont parvenus jusqu’à nous, à quelques lacunes près.

8Les comptes municipaux donnent à voir un horizon assez large de la vie urbaine : activités du conseil de ville, travaux et équipements publics, activités économiques, société locale, personnel municipal. Cette source est, eu égard au sujet, celle qui a servi de fondement à cette recherche ; elle est l’ossature autour de laquelle tout le travail s’est organisé. Après le dépouillement des comptes de Pont-Audemer (1465-1540), il a fallu chercher, pour des villes comparables, des documents comparables. Aussi a-t-on dépouillé les comptes municipaux d’Harfleur (1470-1540) et, en partie, ceux d’Évreux (1470-1500). Les documents ébroïciens, abondants et riches, ont livré de nombreuses informations et ont permis une comparaison stimulante, mais, après réflexion, l’exemple d’Évreux a été écarté de notre échantillon, Évreux n’étant pas une « petite » ville, mais un centre économique et politique fort important.

9Les comptes seigneuriaux, eux, enregistrent les recettes et les dépenses du seigneur. Les recettes sont issues des « baux à fieffe », contrats de rente perpétuelle touchant des terres ou des maisons ; elles résultent également des fermages et de la perception affermée des droits seigneuriaux existant en ville (étaux, fours, moulins, taxes sur le commerce…). Ces comptes consignent aussi les dépenses seigneuriales, c’est-à-dire les frais de personnel, les achats de denrées et matériaux de construction, les ventes de bois, les œuvres et réparations faites sur le territoire de la seigneurie (en l’occurrence, urbaine). Les comptes seigneuriaux sont moins directement liés aux institutions urbaines et décrivent la gestion de domaines fonciers. Néanmoins, les seigneurs en question, l’abbaye de Montivilliers et l’archevêque de Rouen sont puissamment possessionnés dans les villes de Louviers ou Montivilliers, bénéficient de droits nombreux et exercent une forte influence sur les destinées locales ; en conséquence, la vie urbaine proprement dite apparaît au travers de ces documents.

10L’étude de tous ces registres de comptes, municipaux et seigneuriaux, se révéla riche d’informations sur le monde urbain : ils apportaient mille renseignements sur le fonctionnement administratif des villes, leurs institutions, les problèmes qui se posaient aux édiles, la construction urbaine. Cependant, toute source a ses limites et ces documents n’offraient qu’une information partielle sur la société : ils renseignaient sur les hommes qui gravitaient autour de l’hôtel de ville, notables du conseil municipal, officiers du roi, commerçants et artisans travaillant pour la ville, ils ne donnaient presque aucune indication sur les plus pauvres, sur les travailleurs migrants, sur les femmes et les enfants, sur les relations ville-campagne et peu de chose sur les nobles et les clercs. Aussi a-t-on cherché de nouveaux documents venant compléter la description de la société urbaine, puis d’autres encore qui permettent d’illustrer certains thèmes particuliers (vie sociale, jeu, criminalité…), de façon à composer une vue globale de ces villes secondaires de Normandie orientale.

11Le second ensemble de sources comprend des registres de notaires (Neufchâtel, Louviers, Saint-Saëns). Les habitants d’une ville et les ruraux des environs se rendaient auprès du notaire pour enregistrer des contrats de fieffe, de fermage, des procurations, des « traités de mariages », des achats de rente, des ventes de denrées alimentaires ou de production artisanale, des reconnaissances de dettes, mais malheureusement jamais d’inventaires après décès. Au cours de la période 1450-1530, les contractants se rendent chez le notaire, à son office, semble-t-il, ce qui implique, pour les ruraux, de se rendre en ville : la mention « devant nous comparurent… », qui atteste le déplacement, est assez fréquente. Il est perceptible cependant, dans les registres de Neufchâtel, vers 1540, que les notaires et leurs clercs, à leur tour, voyagent et se rendent chez leurs clients : l’ordre des actes n’est plus strictement chronologique, les registres ressemblent à des « classeurs » remplis de « feuilles volantes », plus ou moins bien ordonnées. Tous ces documents, très abondants pour Neufchâtel, permettent un accès à la société urbaine médiévale sous l’angle des activités économiques, du crédit et du prêt, de la possession foncière et des successions. Ils renseignent sur les hiérarchies sociales existant dans les villes, sur les rapports ville-campagne et font prendre conscience de l’ampleur de certains secteurs d’activités (comme le textile à Louviers), laissent apparaître aussi quelques groupes particuliers, peu visibles autrement, comme les enfants ou les femmes.

12Riches et évocateurs quand ils sont nombreux et qu’ils forment une série, les actes notariés, lorsqu’ils sont isolés ou peu nombreux, restent des textes assez secs, souvent laconiques, techniques, et, somme toute, frustrants. Cet ensemble documentaire a donc été enrichi par tout ce l’on a pu réunir et qui précise la description de la société urbaine : registres de l’officialité de Montivilliers, rôles de fouage, lettres de rémission, textes réglementaires royaux concernant les villes… Bien sûr, la masse considérable de ces actes divers ne peut être intégralement lue et manipulée ; il s’agit ici de sondages, certes prolongés, mais seulement de sondages.

13Ces différentes sources offrent donc une « vue » particulière sur les petites villes médiévales, principalement sous l’angle des institutions, des fonctions urbaines, de la société et du paysage. Ce sont ces thèmes qui constitueront la trame de cette étude.

La notion de « petite ville »

14À partir de ce corpus documentaire, le propos était de tracer les contours d’une catégorie particulière d’agglomération, de rang inférieur, que l’on peut qualifier du vocable très général de « petite ville ». Tout le problème était de reconnaître et de cerner, à partir des documents, les caractères de la petite ville, qui permettraient de donner à cette expression un contenu plus précis. Ce qui implique d’éclairer préalablement le sens de cette formule. Voyons donc ce que suggèrent les mots.

15La notion de « petite ville » est, en effet, floue et malaisée à utiliser ; la plume hésite et cherche d’autres formulations, comme « ville moyenne », souvent employée en matière de démographie ou d’économie, ou « ville secondaire », contenant une notion de soumission à un pouvoir supérieur et évoquant plutôt une hiérarchie de commandement.

16« Petite ville » est une expression qui renvoie à des réalités humaines et géographiques modernes. La multiplication des villes aux XIXe et XXe siècles, l’écart de taille grandissant entre la plus petite des villes et les plus grandes des métropoles, le taux d’urbanisation croissant des populations permettent d’identifier facilement, dans le vécu quotidien, « petites », « moyennes » et « grandes » localités. Lorsqu’existent des villes comprises entre 2 000 et 1 million d’habitants, il est facile d’établir un classement entre elles. Au Moyen Âge, au contraire, où les agglomérations sont presque toutes modestes, comptant en Normandie de 2 000 à 10 000 habitants, où leurs dimensions spatiales sont restreintes, les distinctions entre villes sont moins marquantes et visibles. Comme l’immense majorité de la population est agricole et rurale, c’est l’opposition entre la ville et la campagne qui « saute aux yeux ». Les hommes du Moyen Âge parlent donc de « ville » aussi bien lorsqu’ils désignent Lyons-la-Forêt ou Le Tréport que Dieppe ou Évreux.

17La locution « petite ville » renvoie aussi à un certain état de l’économie, connaissant l’amorce d’un développement industriel ou préindustriel, situation où des agglomérations abritent, dans des quartiers spécifiques, des activités de transformation et accueillent les populations qui en vivent, où la ville offre à ces habitants de nombreux « services », commerces, loisirs, éducation, assistance, cultes. Réalités du XIXe et même du XXe siècle, qui marquent l’espace urbain, la société, la culture et manifestent la présence dominante d’activités non agricoles.

18« Petite ville » fait également allusion à l’existence d’une armature administrative, appuyée sur des centres urbains d’influence variable quadrillant le territoire. L’expression évoque pour nous une localité où existent des institutions politico-judiciaires, qui donnent à la bourgade l’allure d’un « chef-lieu », de « capitale » d’un petit pays, de petit centre polarisant les contrées voisines. Phénomène qui a pris de l’ampleur quand, aux XVIIe et XVIIIe siècles, le pouvoir royal a renforcé son emprise sur son territoire (création des élections, des intendants, des subdélégués), quand, au XIXe siècle, l’armature administrative de l’État s’est fortement organisée et ramifiée (création des départements, des chefs-lieux, des préfectures). Au XVe siècle, des structures étatiques existent déjà, mais sont encore naissantes, peu étoffées, parfois non permanentes, et ne servent pas à la description et à la définition des villes. Le terme de « ville » est employé pour évoquer toute agglomération de quelque importance. À nous de repérer, dans la masse des archives qui subsistent, les nuances qui permettent d’établir une hiérarchie et de distinguer entre villages, bourgs, petites et grandes villes.

19La difficulté du sujet réside donc dans l’emploi d’un concept récent pour appréhender la réalité urbaine du passé. Ce qui détermine, dans son traitement, un certain nombre de contraintes plus ou moins difficiles à résoudre et oblige à choisir des moyens d’investigation permettant de contourner les difficultés : l’importance d’une ville se mesure à sa taille démographique ; mais comment réaliser cette évaluation sans dénombrement ou, tout au moins, avec peu de documents démographiques ? Il est probable que, sur ce point, les résultats d’une recherche malaisée seront partiels et incertains.

20Les lacunes de la documentation démographique peuvent être en partie compensées par des indicateurs indirects, qui ont été impatiemment recherchés : activités non agricoles, renseignements sociaux, aspect du bâti. La présence d’activités artisanales, commerciales, politiques est en effet un caractère qui permet d’identifier une ville et même de percevoir son « rang » et l’ampleur de son rayonnement ; le monde urbain s’oppose généralement à l’univers des campagnes par des spécificités sociales et culturelles, des types de professions, de populations, des niveaux de richesse ne se rencontrent qu’en ville ; l’extension du bâti, sa monumentalité, le nombre et la qualité des équipements urbains manifestent aussi le caractère urbain d’une agglomération.

21Fort heureusement, la documentation réunie, administrative et comptable, offre, sur ces questions, d’utiles éclairages. L’examen approfondi des textes renseigne précisément sur la diversité des fonctions urbaines et de l’étendue de la domination d’une ville sur son plat pays ; la position d’une ville dans le réseau urbain haut normand du Moyen Âge peut être appréciée et approximativement estimée ; diverses catégories de populations apparaissent dans les textes et rendent possible une étude sociologique, même si celle-ci laisse subsister quelques zones d’ombre. Si l’analyse de la petite ville ne peut être faite de façon exhaustive, au moins, sur quelques aspects fondamentaux, la description pourra être assez élaborée.

22Il est à remarquer que les localités retenues dans cette étude en raison de l’abondance de leurs archives – Pont-Audemer, Harfleur, Louviers, Neufchâtel – ne sont pas les plus petites des villes. Elles peuvent être dites « secondaires », car elles occupent, à cette époque, une place intermédiaire dans la hiérarchie politique et administrative de la province. La documentation comptable ou notariée conservée témoigne d’ailleurs de cette position : ces places sont les relais du pouvoir central et, de ce fait, elles dominent d’autres agglomérations, toutes petites villes, bourgs ou villages, sur lesquelles la documentation est plus rare et qu’il est plus difficile d’appréhender. Les villes décrites seront donc de grandes « petites villes ».

23Pour évoquer ces bourgades et « donner à voir » petit à petit l’univers citadin normand, il est nécessaire, en premier lieu, de replacer les villes retenues dans l’environnement urbain du XVe siècle et de présenter l’ensemble des villes de Normandie orientale, puis, dans un deuxième temps, en s’appuyant sur cet échantillon de quatre ou cinq localités moyennes, en examinant les sources avec un certain détail, de décrire leur visage ordinaire, en mettant chaque fois l’accent sur les caractères qui définissent leur urbanité. Ainsi, pour tenter de définir la « petite ville », seront abordés successivement les thèmes qui nous apparaissent comme majeurs : le paysage urbain, les institutions politiques et administratives, les hommes et leurs activités économiques, certains aspects de la vie sociale, tels que les documents permettent de les connaître. Pour chaque point, seront mis en valeur les éléments originaux qui distinguent ces petites villes de celles qui les dominent. Les étapes du développement devraient apporter quelques éclairages et permettre de mieux cerner, chemin faisant, ce qu’est une petite ville normande entre 1450 et 1550.

Notes

1 « L’Estat des villes de ce royaume dont le Roy entend soy aider… », Ordonnances des rois de France. Règne de François Ier, Paris, Imprimerie nationale, 1902, t. IX, février 1538. Cité et cartographié par Richard Gascon, Histoire économique et sociale de la France, Fernand Braudel et Ernest Labrousse (dir.). t. I, 1450-1660. L’État et la ville, Paris, PUF, 1977, p. 407.

2 Alfred Canel, Essai sur l’histoire de Pont-Audemer, Pont-Audemer, Imprimerie administrative, 1885, 2 vol. ; Ernest Dumont, Histoire de la ville d’Harfleur, Rouen, Le Brument, 1868 ; id. et Alphonse Martin, Histoire de Montivilliers, Fécamp, Durand et fils, 1886, 2 vol. ; François Bouquet, Documents sur l’histoire de Neufchâtel-en-Bray, Rouen, Société de l’histoire de Normandie 1884 ; Victor Patte, Histoire de Gisors, Gisors, Ch. Lapierre, 1896 ; Edmond Meyer, Histoire de la ville de Vernon et de son ancienne châtellenie, Les Andelys, Delcroix, 1874-1876, 2 vol. ; Théodose Bonnin, Cartulaire de Louviers, Évreux, Leclerc, 1870-1879, 5 vol. ; Léopold Marcel, Les Rues de Louviers, Louviers, Izambert, 1881.

3 Commandant Raymond Quenedey, L’Habitation rouennaise, étude d’histoire, de géographie et d’archéologie urbaines, Rouen, Lestringant, 1927.

4 Suzanne Deck, Une commune normande au Moyen Âge : la ville d’Eu, son histoire, ses institutions, 1151-1475, Paris, Bibliothèque de l’École des chartes, 1924.

5 Marcel Hérubel, Les Origines des ports de la Seine-Maritime, Paris, Société d’éditions géographiques, maritimes et coloniales, 1930 ; Michel Mollat, Le Commerce maritime normand à la fin du Moyen Âge, Paris, Plon, 1952 ; André Plaisse, La Baronnie de Neubourg, Paris, PUF, 1961.

6 Jean-Claude Perrot, Genèse d’une ville moderne : Caen au XVIIIe siècle, Paris - La Haye, Mouton, 1975 ; Jean-Pierre Bardet, Rouen aux XVIIe et XVIIIe siècles, les mutations d’un espace social, Paris, Sedes, 1983 ; André Plaisse, La Vie municipale à Évreux pendant la guerre de Cent Ans, Évreux, Société libre de l’Eure (Connaissance de l’Eure, hors-série ; 2), 1978 ; id., Évreux et les Ébroïciens au temps de Louis XI, Évreux, Société libre de l’Eure (Connaissance de l’Eure, hors-série ; 4), 1986.

7 Jean-Pierre Leguay, Un réseau urbain au Moyen Âge : les villes du duché de Bretagne aux XIVe et XVe siècles, Paris, Maloine, 1981.

8 François Neveux, « Pour une histoire sociale du clergé dans une ville épiscopale : l’exemple de Bayeux aux XIVe et XVe siècles », in Histoire religieuse de la Normandie, Nadine-Josette Chaline (dir.), Chambray, 1981, p. 89-104 ; id., Bayeux et Lisieux, villes épiscopales de Normandie à la fin du Moyen Âge, Caen, Éditions du Lys, 1996.

9 Elle participe aussi de l’intérêt, assez récent, pour l’histoire des villes secondaires qui s’est manifesté, depuis les années 1980, à travers divers colloques et travaux : Les Petites Villes du Moyen Âge à nos jours, actes du colloque international de Bordeaux, 25 au 25 octobre 1985, Jean-Pierre Poussou et Philippe Loupès (dir.), Paris-Bordeaux, CNRS-Presses universitaires de Bordeaux, 1987 ; Christine Lamarre, Petites Villes et Fait urbain en France au XVIIIe siècle : le cas bourguignon, Dijon, Éditions universitaires, (Publications de l’université de Bourgogne ; 77), 1993 ; Village et Ville au Moyen Âge : les dynamiques morphologiques, travaux du GdR 94 du CNRS Sociétés et cadres de vie au Moyen Âge, approches archéologiques, Élisabeth Zadora-Rio et al. (dir.), Paris-Tours, Maison des sciences de l’homme – Presses universitaires François-Rabelais (Perspectives Villes et Territoires), 2003.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search