Version classiqueVersion mobile

Impressionnisme : du plein air au territoire

 | 
Frédéric Cousinié

Présentation des auteurs

Texte intégral

1 Nina Athanassoglou-Kallmyer est professeur et directrice du département d’histoire de l’art à l’université du Delaware (États-Unis). Elle est l’auteur de nombreux articles sur l’art français du XIXe siècle, et de plusieurs livres, notamment : French Images from the Greek War of Independence : Art and Politics un der the Restoration (Yale, 1989), Eugène Delacroix : Prints, Politics and Satire (Yale, 1992), Cézanne and Provence : The Painter in his Culture (Chicago, 2003) et Géricault (Londres, 2010).

2 Frédéric Cousinié est professeur à l’université de Rouen, où il enseigne l’histoire et la théorie de l’art et de l’architecture. Ses recherches portent essentiellement sur les relations entre images et spiritualité à l’époque moderne. Il a publié : Le peintre chrétien. Théories de la peinture religieuse dans la France du XVIIe siècle (2000), Beautés fuyantes et passagères. La représentation et ses objets-limites aux XVIIe-XVIIIe siècles (2005), Le Saint des Saints. Maîtres-autels et retables parisiens du XVIIe siècle (2006), Images et méditation au XVIIe siècle (2007), Sébastien Bourdon : tactique des images (2011), Esthétique des fluides : sang, sperme, merde dans la peinture française du XVIIe siècle (2011).

3 Jeanne-Marie David-Frank, diplômée de l’École du Louvre, est actuellement en poste aux musées de la ville de Marseille. Elle a consacré son diplôme de recherche appliquée à l’étude de la signature de Claude Monet et a participé à la préparation de l’exposition « Une ville pour l’impressionnisme : Monet, Pissarro et Gauguin à Rouen ». Principales publications : « La signature de Claude Monet » (Zeitschrift für Kunsttechnologie und Restaurierung, 2008), « Monet à Rouen » et chronologie (Une ville pour l’impressionnisme…, catalogue de l’exposition, 2010).

4 Frances Fowle , maître de conférences en histoire de l’art à l’université d’Édimbourg et conservatrice principale à la Scottish National Gallery à Édimbourg, a publié abondamment sur l’impressionnisme et a organisé plusieurs expositions dans ce domaine, notamment « Van Gogh and Britain » (2006) et « L’impressionnisme et l’Écosse » (2008). Van Googh’s Twin, son ouvrage sur le marchand écossais Alexander Reid, a été publié en 2010.

5 Marie-Claude Genet-Delacroix est professeur émérite à l’université de Reims. Elle a notamment publié Art et État sous la IIIe République, 1870-1940, Paris, Publications de la Sorbonne, 1992 ; « Vies d’artistes : art académique, art officiel et art libre sous la IIIe République », Revue d’histoire moderne et contemporaine, no 1, 1986, p. 40-73 ; « National Art and French Art : History, Arts and Politics during the early third Republic », dans June Hargrove et Neil McWilliam (dir.), Nationalism in French Visual Culture 1870-1914, New Haven, Yale University Press, 2005, p. 37-54.

6 François Guillet est professeur de lettres supérieures au lycée Lakanal à Sceaux. Il a notamment publié Naissance de la Normandie. Genèse et épanouissement d’une image régionale en France, 1750-1850, Caen, Annales de Normandie, 2000 ; La mort en face, histoire du duel de la Révolution à nos jours, Paris, Flammarion, 2008 ; « Le duel et la défense de l’honneur viril », dans G. Vigarello, A. Corbin et J.-J. Courtine, Histoire de la virilité, Paris, Seuil, 2011, t. 2, p. 83-124.

7 Béatrice Joyeux-prunel est maître de conférences à l’École normale supérieure, où elle enseigne l’histoire de l’art contemporain. Elle dirige ARTL@S, projet d’histoire spatiale et digitale des arts (www.artlas.ens.fr). Elle a publié Nul n’est prophète en son pays ? L’internationalisation de la peinture des avant-gardes parisiennes, 1855-1914, Paris, Nicolas Chaudun, 2009 (Prix du Musée d’Orsay), et dirigé le volume L’art et la mesure : histoire de l’art et méthodes quantitatives (Paris, Éditions Rue d’Ulm, 2010). Elle termine une histoire socio-culturelle des avant-gardes : Géopolitique des avant-gardes 1848-1968, 2 vol. , pour la collection Folio Histoire (Gallimard).

8 Géraldine Lefebvre, diplômée de l’école du Louvre, est attachée de conservation au musée d’art moderne André-Malraux du Havre depuis 2004. Spécialiste de l’histoire culturelle et artistique de la IIIe République, elle achève une thèse de doctorat à Paris I – Panthéon-Sorbonne sous la direction de Philippe Dagen, intitulée Le Cercle de l’art moderne au Havre, 1905-1910. Un exemple réussi de décentralisation artistique et culturel. Collaboratrice occasionnelle pour des revues d’art, elle a également publié un ouvrage de référence sur Les peintres au Havre et à Sainte-Adresse, aux éditions Terre en vue, en 2008. Elle a assuré le commissariat de l’exposition intitulée Le Cercle de l’art moderne. Collectionneurs d’avant-garde au Havre qui s’est tenue du musée du Luxembourg à Paris, du 19 septembre 2012 au 6 janvier 2013. Elle contribue régulièrement à la rédaction de catalogues tels que Pissarro dans les ports. Rouen, Dieppe, Le Havre, exposition présentée au musée du Havre dans le cadre du festival Normandie impressionniste, du 27 avril au 29 septembre 2013.

9 François Lespinasse s’intéresse depuis 35 ans aux peintres de l’École de Rouen. Tout en dirigeant une galerie à Rouen, il a publié une quinzaine d’ouvrages consacrés à ces peintres et a été commissaire de plusieurs expositions. Membre du comité scientifique de Normandie impressionniste, il a en projet deux ouvrages : Peintres de la Seine (en collaboration avec Hélène Eisenberg) et François Depeaux : enquête sur un collectionneur rouennais d’impressionnistes.

10 Claire Maingon est maître de conférences en histoire de l’art contemporain à l’université de Rouen et membre du GRHIS. Ses recherches portent sur l’art à l’épreuve de la première guerre mondiale et sur le néo-impressionnisme français. Parmi ses publications : Le Salon et ses artistes (Hermann, 2009), L’art à l’épreuve de la Grande Guerre : transformations institutionnelle et esthétique dans les salons parisiens (1914-1925) (à paraître), La bibliothèque de Monet, Anthologie de textes (Ségolène Le Men dir., Citadelles et Mazenod, à paraître) et de nombreux articles déjà parus dans La Revue de l’art, Histoire de l’art, Riha journal, Interrogations, etc.

11 Yannick Marec est professeur d’histoire contemporaine à l’université de Rouen et vice-président du conseil scientifique du Comité d’histoire de la Sécurité Sociale. Lauréat de l’Académie des sciences morales et politiques et de la Société française d’histoire des hôpitaux, il a notamment publié Vers une République sociale ? Un itinéraire d’historien. Culture politique, patrimoine et protection sociale aux XIXe et XXe siècles (Publications des universités de Rouen et du Havre, 2009) et, en collaboration avec Gérard Gosselin et Martine Thomas, Le dessin de presse à l’époque impressionniste 1863-1908. De Daumier à Toulouse Lautrec (Paris, Democratic Books, 2010).

12 Atsushi Miura est professeur à l’Institut d’art et de science à l’université de Tokyo. Historien d’art, il est docteur de l’université de Paris IV-Sorbonne, où il a été professeur invité en 2007. Ses travaux portent sur la peinture française du XIXe siècle (Manet, Fantin-Latour et Raphaël Collin) et sur les échanges artistiques entre la France et le Japon (le japonisme en France et la peinture japonaise moderne). Il a publié notamment : La représentation de l’artiste moderne : Manet, Fantin-Latour et la peinture française des années 1860 (Presses universitaires de Tokyo, 2006), Histoires de peinture entre France et Japon (UTCP, 2009). II a dirigé plusieurs catalogues d’exposition, dont : Raphaël Collin (1999), Les impressionnistes et leur époque (2002), La peinture française du XIXe siècle : académisme et modernité (2009).

13 Michael Orwicz est professeur associé à l’université du Connecticut (USA). Ses travaux portent sur les questions liées aux régionalismes, aux nationalismes et aux identités culturelles dans la France de la fin du XIXe siècle, sur les théories esthétiques relatives à la formation du « sujet-citoyen » au début de la IIIe République, ainsi que sur le rôle de la culture visuelle dans les discours concernant les droits de l’homme. Ses travaux ont été publiés dans les revues suivantes : Art History, Art Journal, Boundary-2, Encyclopedia of Aesthetics, Kunst und Politik Jahrbuch der Guernica-Gesellshaft, Oxford Art Journal, Perspective, Revue française de sociologie, Romantisme, Savoir-Agir.

14 Odile Parsis-Barube est maître de conférences habilité en histoire culturelle à l’université Charles-de-Gaulle – Lille 3 et directrice-adjointe de l’Institut de recherches historiques du Septentrion (UMR CNRS 8529). S’intéressant à la construction des savoirs dans leurs liens avec l’imaginaire des territoires, elle a notamment publié La province antiquaire. L’invention de l’histoire locale en France, 1800-1870 (Paris, CTHS, 2011) et codirigé, avec Jean-Pierre Lethuillier, l’ouvrage collectif Le pittoresque. Métamorphoses d’une quête dans l’Europe moderne et contemporaine (Paris, Classiques Garnier, 2012).

15 Denis Retaillé, doyen honoraire de la faculté des lettres et sciences humaines de l’université de Rouen, professeur en géographie à l’université de Bordeaux, directeur de l’UMR ADES 5185 du CNRS, a travaillé sur la conception de l’espace des nomades au Sahara-Sahel, puis sur la mondialisation par la mobilité. Il s’attache aujourd’hui à développer une théorie de l’espace mobile.

16 James H. Rubin est professeur d’histoire de l’art à l’université de l’État de New York, campus de Stony Brook. Binational, il a fait ses études à l’Institut d’art et d’archéologie à Paris et à Harvard. Il est l’auteur de plus de 50 articles et essais ainsi que de 11 livres, dont Courbet (Phaidon, coll. « Art et idées »), L’impressionnisme (id.), Impressionism and the Modern Landscape: Productivity, Technology, and Urbanization from Manet to Van Gogh et Manet (Flammarion).

17 Richard Thomson est Watson Gordon Professor of Fine Art à l’université d’Édimbourg depuis 1996. Auteur de Degas : Les Nus (1988), Seurat (1990) et La République troublée (2008), il a été l’un des commissaires des rétrospectives Toulouse-Lautrec (1992) et Monet (2010-2011) au Grand-Palais à Paris.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search