Version classiqueVersion mobile

Impressionnisme : du plein air au territoire

 | 
Frédéric Cousinié

Inscriptions locales : Rouen et la Normandie

Panoramas portuaires d’après Pissarro

Le Havre : collections publiques, collections privées

Géraldine Lefebvre

Texte intégral

1Pissarro naît à Saint-Thomas aux Antilles en 1830. Montrant très jeune des dispositions pour le dessin, ses parents acceptent de le laisser poursuivre ses études artistiques à Paris. En 1855, année de la première Exposition universelle tenue en France, Pissarro débarque sur les quais du Havre pour la première fois avant de rejoindre Paris. Il ne reviendra peindre au Havre que durant le dernier été de sa vie en 1903. En 1900, le total des entrées et sorties du port du Havre s’élevait à 5 747 000 tonneaux de jauge. En 1906, sur l’ensemble des importations françaises, arrivent au Havre, 100 % du nickel, 91 % des miels, 82 % des cacaos et des bois de teintures, 77 % du café, 70 % du coton… Le Havre arrive en tête des ports français devant Marseille. À partir de 1900, la tendance de la construction navale est au gigantisme. Le trafic des passagers entre l’Europe et les États-Unis monte en flèche. Il faut des navires qui puissent emporter des passagers de plus en plus nombreux dans des conditions de luxe de plus en plus exigeantes. Le 18 mars 1895 est enfin voté une loi qui permet au port du Havre de combler son retard et de construire un quai de marée de cinq cents mètre de long ainsi que deux digues convergentes pour former un nouvel avant-port.

2Le 4 juillet 1903, Pissarro s’installe à l’hôtel Continental (fig. 31) situé chaussée des États-Unis, à l’angle du boulevard François-Ier, face au port et au mouvement des bateaux. Pissarro est fasciné par l’agitation des quais et le mouvement des navires, qu’il découvre depuis sa fenêtre. Sur les vingt-trois toiles peintes durant ces trois mois passés dans la ville, deux viennent enrichir les cimaises du musée, tandis que quatre autres ornent les murs de galeries privées. Dans la série havraise, Pissarro s’attache à peindre scrupuleusement les quais et les bassins tel qu’il les voit, ainsi que les travaux d’agrandissement de l’entrée du port. Cette fidélité au lieu apparaît très nettement quand on compare ses peintures aux photographies prises au même moment. Pissarro se rend au Havre à la demande de Pieter Van der Velde, grand négociant en café et collectionneur passionné de l’œuvre de l’artiste. Il répond donc à une demande bien précise et sa série dès lors devient un travail de commande.

Fig. 31
Carte postale. Le Grand Quai avec les deux brise-lames et l’hôtel Continental à l’arrière-plan, Fonds des musées historiques de la ville du Havre.

Fig. 32
Camille Pissarro, L’Avant-port du Havre, matin, soleil, marée montante, 1903, huile sur toile, 54,5 x 65 cm, Le Havre, musée d’art moderne André-Malraux, inv. A495.

Fig. 33
Camille Pissarro, L’Anse des pilotes et le brise-lames est, Le Havre, après-midi, temps ensoleillé, 1903, huile sur toile, 53 x 64 cm, Le Havre, musée d’art moderne André-Malraux, inv. A494.

Pissarro et le musée du Havre

  • 1 Procès-verbal de la commission consultative d’achat (3 mai 1901), fonds musée d’Art moderne André-M (...)
  • 2 Janine Bailly-Herzberg, Correspondance de Camille Pissarro, t. 5, Paris, Éditions du Valhermeil, no(...)
  • 3 Correspondance, op. cit., no 2060, p. 379.
  • 4 Ibid., no 2051, p. 367.

3C’est grâce à l’initiative d’un des membres de la commission d’acquisition du musée, Georges Dussueil, grand amateur d’art et collectionneur émérite, que le musée des Beaux-Arts de la ville achète deux vues de l’avant-port à Pissarro (fig. 32 et 33). Dès 1901, les membres et tout particulièrement Dussueil et Cherfils émettent le souhait de voir la commission suivre l’évolution de l’art moderne, et entrer dans « la voie des achats de la peinture impressionniste1 ». Dans un premier temps, les membres décident de se mettre en rapport avec Claude Monet afin d’acquérir une de ses œuvres. C’est finalement vers Pissarro, qu’en 1903, la commission se tourne. Le 26 août, elle décide l’achat de « deux tableaux à l’huile Vue de l’avant-port du Havre, signés Camille Pissarro pour le prix de quatre mille francs2 ». Le conservateur du musée, Alphonse Lamotte tente de s’opposer à cet achat. Pissarro écrit à son fils Georges, le 21 septembre : « Mes deux toiles vendues au Musée font crier ceux qui sont avec l’École, le conservateur paraît-il n’est pas content… C’est un ancien graveur de l’École, et qui s’est essayé dans la peinture de portrait. On n’a pas idée de cela3… » Alphonse Lamotte, réticent envers la peinture impressionniste, se positionne très clairement du côté de l’Académie. En 1905, soit deux ans après cette acquisition, il réaffirme son mécontentement en négociant auprès de la commission la possibilité d’échanger chez les marchands Durand-Ruel ou Bernheim une des deux marines de Pissarro contre un paysage du même auteur. La transaction n’aura cependant jamais lieu. Georges Dussueil a tout lieu d’être l’« ami » de Van der Velde mentionné par Pissarro dans une lettre adressée à son fils Georges le 20 août 1903 à propos de l’acquisition faite par le musée du Havre : « Excepté M. Van der Velde et deux autres de ses amis qui ont du goût et qui sont très au courant de notre peinture, les personnes qui composent la commission [d’achat du musée] sont absolument ignorantes4. » Effectivement, à cette date, Charles-Auguste Marande, collectionneur et proche de Van der Velde, ne fait pas encore partie de la commission. Il y est introduit par Dussueil seulement en 1904 et Olivier Senn ne les rejoint qu’en 1906.

  • 5 Ibid.

4En 1903, c’est la première fois que Pissarro réussit à vendre deux de ses œuvres à une institution et le musée des Beaux-Arts du Havre devient ainsi le premier musée à acquérir des peintures de l’artiste de son vivant. En dehors de la volonté manifeste de la commission d’acquérir certaines productions de la peinture impressionniste, ces deux œuvres représentent un témoignage du port du Havre avant son réaménagement prochain. Pissarro connaît le projet et l’évoque dans une lettre à son fils Georges : « Il paraît que c’est très important du point de vue historique et documentaire ! On est en train de démolir le port pour en construire un plus vaste, quand ce sera démoli ce sera paraît-il unique5 ! ! »

La série havraise : peintures sur commande

  • 6 Ibid., no 2039, p. 359, adressée au « Dr Elias, Le Havre, Hôtel Continental. Le 11 juillet 1903 ».

5Pissarro décide sur les recommandations de son ami le collectionneur Pieter Van der Velde, de se rendre au Havre. Il le dit dans une lettre adressée à Élias : « Ce n’est que depuis hier que je me suis décidé à prendre racine au Havre : je suis ici à l’Hôtel Continental, en face la jetée du Havre, l’endroit où passent tous les navires. Je suis d’autant plus satisfait que j’ai ici un ami qui m’a fortement conseillé de faire mes études ici, du reste, c’est superbe6. »

6Pissarro est invité à venir travailler au Havre. Par ailleurs, il connaît parfaitement les projets d’agrandissement et donc de transformation du port relayés par la presse locale. Dès le 21 février 1903, on peut lire dans La Cloche illustrée, un article intitulé « Les travaux du port » : « Du train où vont les travaux du Havre, quand ils seront achevés – s’ils le sont – le port sera déjà en retard sur ses concurrents qui marchent à grand pas, et d’autres améliorations seront nécessaires. […] Mais à quand la réalisation de ce rêve, qui serait un bon rêve pour Le Havre, ses pilotes, son commerce, son avenir ? » Quelques mois plus tard, dans le journal Le Havre du 24 juin 1903, il est question du projet de loi « tendant à compléter l’outillage national par l’exécution d’un certain nombre de voies navigables nouvelles ». L’auteur fait état des nombreux aménagements souhaités dans le port du Havre afin que celui-ci demeure compétitif. Robert de la Villehervé, journaliste havrais qui côtoie Pissarro durant l’été note, dans son article publié dans La Province : « ce qui précisément, dans les ouvrages maritimes du Havre, l’avait ému et intéressé, c’était ce qui allait disparaître aussi, les bastions, les brise-lames, les jetées, que déjà menaçaient les mines et les pics des démolisseurs. »

  • 7 Jules-Antoine Castagnary, « Salon de 1867 », cité par Françoise Cachin, « Le paysage du peintre », (...)

7Dès le milieu du siècle, le paysage réaliste triomphe avec la peinture de Courbet. Ce dernier peint son pays et représente abondamment sa région natale, la Franche-Comté dans son œuvre. Vingt ans plus tard, les impressionnistes vont prendre pour motif les aménagements urbains et portuaires. En 1867, le critique Jules-Antoine Castagnary dans son Salon énonce de manière prémonitoire le succès de la génération suivante, celle des peintres impressionnistes : « Par le paysage, l’art devient national […] il prend possession de la France, du sol, de l’air, du ciel, du paysage français. […] Peindre ce qui est, au moment où vous le percevez, ce n’est pas seulement satisfaire aux exigences esthétiques des contemporains, c’est encore écrire de l’histoire pour la postérité à venir7. » Pissarro comprend l’importance de son œuvre qui devient l’unique témoignage d’une réalité vouée à disparaître. C’est en cela que sa peinture établit un lien avec l’histoire comme il le souligne lui-même dans la lettre adressée à son fils. Les savoirs statistiques, topographiques, cartographiques et historiques se développent tout au long du XIXe siècle. L’urbanisation massive, le développement des transports, l’agrandissement des infrastructures portuaires, autant de sujets « modernes » que le peintre impressionniste s’attache à représenter à un moment clé de la cristallisation d’une identité nationale qui passe par la redécouverte des territoires.

Pissarro et les collectionneurs havrais

  • 8 Dussueil, Metz et Van der Velde acquiert chacun une peinture de la série havraise. Pissarro offrira (...)

8Ce sont les acteurs de ce territoire qui invite Pissarro à venir peindre le port du Havre. Si l’on considère quatre grandes collections havraises, on peut noter d’emblée la place de choix qu’occupe l’œuvre de Pissarro au sein de celles-ci. Malgré l’invitation des collectionneurs locaux, il est étonnant de constater que seul trois d’entre eux font l’acquisition d’une toile de la série havraise8.

  • 9 « Rodolphe Walter, Pieter Van der Velde, un amateur éclairé », Extrait de la Gazette des Beaux-Arts (...)

9Le fonds constitué par Van der Velde est particulièrement riche en tableaux de l’époque impressionniste avec des Monet et des Renoir et pas moins de quatorze toiles de Pissarro. Le collectionneur acquiert une toile de la série havraise intitulée L’Anse des pilotes, Grand Quai, Le Havre, temps gris lumineux (W1506) en l’échangeant auprès de l’artiste contre une vue du Pont-Neuf à Paris récemment acquise. Le Fort de la jetée sud du Havre, toile conservée dans la famille Van der Velde est un don de Pissarro à la femme du collectionneur en remerciement de son accueil chaleureux. Le carnet d’achats mentionne au sujet de cette petite toile : « Offert à Mme van der Velde par l’artiste, avec dédicace. Probablement sa dernière peinture, car en rentrant du Havre à Paris il est tombé malade et est mort peu après. Belle petite toile9. »

Fig. 34
Camille Pissarro, L’Anse des pilotes, Le Havre, temps couvert, 1903, huile sur toile, 59 x 81 cm, Paris, Wildenstein Institute, ancienne collection Georges Dussueil, Le Havre.

  • 10 Annette Haudiquet, « Olivier Senn, un Havrais grand amateur d’Art Moderne », dans De Courbet à Mati (...)

10Olivier Senn est sensible au travail de l’artiste, qu’avec son ami Pieter Van der Velde, il rencontre probablement à Paris, à la galerie Durand-Ruel, dès les années 1890. Depuis 1900, Olivier Senn est déjà propriétaire de trois œuvres de Pissarro10. En revanche, il semble que l’amateur n’achète pas l’une des vingt-trois toiles peintes par l’artiste au Havre.

  • 11 Joachim Pissarro et Claire Durand-Ruel Snollaert, Pissarro. Catalogue critique des peintures, Paris (...)
  • 12 Dusueil acquiert une peinture du port de Rouen intitulée Le Pont Boildieu, Rouen, brouillard (W1119 (...)

11Georges Dussueil, transitaire havrais, membre actif de la commission d’acquisition du musée depuis 1896, possède deux œuvres de Pissarro. Très actif au sein de nombreuses associations culturelles telles que la Société des amis des arts dont il est membre sociétaire dès 1882 aux côtés de Pieter Van der Velde ou telles que le Cercle de l’art moderne dès 1906, l’homme connaît bien le monde de l’art, des galeries et des salles des ventes. Il fait entrer dans sa collection une toile havraise qu’il choisit très voisine d’une des deux œuvres qu’il a lui-même retenue pour le musée du Havre. Effectivement, L’Anse des pilotes, Le Havre, temps couvert11 (fig. 34) est certainement l’œuvre la plus comparable à L’Avant-port du Havre, matin, soleil, marée montante (fig. 32). Ce tableau figure en bonne place sur les murs du collectionneur. Georges Dussueil se fait d’ailleurs photographier dans son grand salon entouré de ses toiles parmi lesquelles, celle représentant le port du Havre de Pissarro12. C’est dire toute l’importance que le collectionneur témoigna au travail de l’artiste. Non seulement, Georges Dussueil a su défendre l’entrée au musée de ces deux œuvres mais il a également acquis à titre personnel une des toiles de la série.

Fig. 35
Villa de Georges Dussueil, 13, rue de la Ferme au Havre, vers 1915, photographie, coll. part. Le collectionneur se tient dans le grand salon entouré d’une partie de sa collection dont à droite, au premier rang, L’Anse des pilotes, Le Havre, temps couvert de Pissarro.

12Une lettre inédite récemment acquise par la bibliothèque municipale du Havre offre l’intérêt particulier d’évoquer un autre admirateur du travail de Pissarro. Dans ce courrier en date du 15 septembre, adressé à sa femme Julie, l’artiste lui annonce qu’il ajourne son retour d’une semaine : « Mr Van der Velde m’a envoyé un amateur, je pense te l’avoir écrit, qui a choisi une T[oile ?] de 15 mais il attend pour venir avec Van der Velde pour choisir définitivement. » Il pourrait s’agir du Havrais Metz, négociant en café, collectionneur de l’œuvre de Boudin et membre du Cercle de l’art moderne. Ce dernier acquiert une œuvre le 21 septembre 1903 intitulée La Jetée et le sémaphore du Havre, après-midi, temps gris lumineux (W1526).

13Pissarro parvient donc à vendre au Havre, deux toiles au musée et au moins le même nombre aux amateurs. Sa série d’été terminée, l’artiste rentre à Paris le 26 septembre et tombe malade peu de temps après. Il s’éteint le 13 novembre 1903, à soixante-treize ans, à son domicile, en ayant peint jusqu’à la fin et obtenu la reconnaissance du public. Cette série havraise apparaît, près de cinquante ans après le premier contact de Pissarro avec le port du Havre comme le testament artistique du peintre. Elle offre un point de vue sur la réalité de ce port en pleine évolution. Au moment où Gauguin part chercher à la Martinique de nouveaux motifs, Pissarro demeure attaché à ces coins de France, à ce territoire qui de Paris, en passant par Rouen et Dieppe, le mène au Havre.

Notes

1 Procès-verbal de la commission consultative d’achat (3 mai 1901), fonds musée d’Art moderne André-Malraux, Le Havre.

2 Janine Bailly-Herzberg, Correspondance de Camille Pissarro, t. 5, Paris, Éditions du Valhermeil, no 2051, note 3, p. 368.

3 Correspondance, op. cit., no 2060, p. 379.

4 Ibid., no 2051, p. 367.

5 Ibid.

6 Ibid., no 2039, p. 359, adressée au « Dr Elias, Le Havre, Hôtel Continental. Le 11 juillet 1903 ».

7 Jules-Antoine Castagnary, « Salon de 1867 », cité par Françoise Cachin, « Le paysage du peintre », dans Les lieux de mémoire, Paris, Gallimard, 1997, t. I, p. 990.

8 Dussueil, Metz et Van der Velde acquiert chacun une peinture de la série havraise. Pissarro offrira, au moment de son départ, une peinture à Mme Van der Velde.

9 « Rodolphe Walter, Pieter Van der Velde, un amateur éclairé », Extrait de la Gazette des Beaux-Arts, octobre 1968.

10 Annette Haudiquet, « Olivier Senn, un Havrais grand amateur d’Art Moderne », dans De Courbet à Matisse. Donation Senn-Foulds, Pierre Nora (dir.), Paris, Somogy ; Le Havre, musée Malraux, 2005, p. 12-35.

11 Joachim Pissarro et Claire Durand-Ruel Snollaert, Pissarro. Catalogue critique des peintures, Paris, Wildenstein Institute, 2005, t. III, no 1508.

12 Dusueil acquiert une peinture du port de Rouen intitulée Le Pont Boildieu, Rouen, brouillard (W1119), à la vente Blot pour une somme de 2 000 francs (fig. 35), Catalogue de tableaux, aquarelles, pastels et dessins… composant la collection E. Blot, Paris, galerie Bernheim jeune et fils, 9 et 10 mai 1900, no 134 (Le Pont de Rouen, Brouillard), ill.

Table des illustrations

Légende Fig. 31Carte postale. Le Grand Quai avec les deux brise-lames et l’hôtel Continental à l’arrière-plan, Fonds des musées historiques de la ville du Havre.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5010/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Légende Fig. 32Camille Pissarro, L’Avant-port du Havre, matin, soleil, marée montante, 1903, huile sur toile, 54,5 x 65 cm, Le Havre, musée d’art moderne André-Malraux, inv. A495.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5010/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 540k
Légende Fig. 33Camille Pissarro, L’Anse des pilotes et le brise-lames est, Le Havre, après-midi, temps ensoleillé, 1903, huile sur toile, 53 x 64 cm, Le Havre, musée d’art moderne André-Malraux, inv. A494.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5010/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Légende Fig. 34Camille Pissarro, L’Anse des pilotes, Le Havre, temps couvert, 1903, huile sur toile, 59 x 81 cm, Paris, Wildenstein Institute, ancienne collection Georges Dussueil, Le Havre.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5010/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 520k
Légende Fig. 35Villa de Georges Dussueil, 13, rue de la Ferme au Havre, vers 1915, photographie, coll. part. Le collectionneur se tient dans le grand salon entouré d’une partie de sa collection dont à droite, au premier rang, L’Anse des pilotes, Le Havre, temps couvert de Pissarro.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5010/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 127k

Auteur

Diplômée de l’école du Louvre, est attachée de conservation au musée d’art moderne André-Malraux du Havre depuis 2004. Spécialiste de l’histoire culturelle et artistique de la IIIe République, elle achève une thèse de doctorat à Paris I – Panthéon-Sorbonne sous la direction de Philippe Dagen, intitulée Le Cercle de l’art moderne au Havre, 1905-1910. Un exemple réussi de décentralisation artistique et culturel. Collaboratrice occasionnelle pour des revues d’art, elle a également publié un ouvrage de référence sur Les peintres au Havre et à Sainte-Adresse, aux éditions Terre en vue, en 2008. Elle a assuré le commissariat de l’exposition intitulée Le Cercle de l’art moderne. Collectionneurs d’avant-garde au Havre qui s’est tenue du musée du Luxembourg à Paris, du 19 septembre 2012 au 6 janvier 2013. Elle contribue régulièrement à la rédaction de catalogues tels que Pissarro dans les ports. Rouen, Dieppe, Le Havre, exposition présentée au musée du Havre dans le cadre du festival Normandie impressionniste, du 27 avril au 29 septembre 2013.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search