Version classiqueVersion mobile

Impressionnisme : du plein air au territoire

 | 
Frédéric Cousinié

Inscriptions locales : Rouen et la Normandie

François Depeaux, un collectionneur

François Lespinasse

Texte intégral

1 Trois personnages ayant vécu à Rouen dans la deuxième partie du XIXe siècle et au début du XXe pour deux d’entre eux, sont dignes de longues et passionnantes recherches : Eugène Murer (1846-1906), Léon Monet (1835-1917) et François Depeaux (1853-1920).

  • 1 Bernard du Chatenet, Joseph Delattre : 1858-1912, Rouen, BDS, 1974.
  • 2 François Lespinasse, Robert Antoine Pinchon : 1886-1943, Rouen, François Lespinasse, 1990.

2Le dernier cité, François Depeaux, qui est-il ? Est-ce, comme l’écrit Claude Monet à sa femme, le « charbonnier » ? Est-il le sauveteur et bailleur de fonds du Théâtre des Arts de Rouen ? Est-il le mécène et protecteur de Joseph Delattre1 et de Robert Pinchon2, artistes-peintres rouennais ? Le créateur du port des yachts à Rouen ? Ou plus sûrement, l’homme d’une exceptionnelle collection qui va compter, en quarante ans, presque sept cents œuvres.

De Bois-Guillaume au mariage parisien

  • 3 Publié à Paris, Presses de la Fondation nationale des sciences politiques, 1982.

3Dans son remarquable ouvrage Les Bourgeois de Rouen, une élite urbaine au XIXe siècle3, le professeur Jean-Pierre Chaline a écrit à propos d’Auguste Pouyer-Quertier (1820-1891), manufacturier, maire de Fleury-sur-Andelle, conseiller général de l’Eure, député de la Seine-Inférieure, ministre des Finances en 1871, puis sénateur : « La famille est d’origine modeste et illustre fort bien l’ascension si fréquente des paysans cauchois portés par la vague cotonnière… » Un parallèle peut-être fait avec la famille Depeaux. En effet, Jean-Baptiste Depeaux (1777-1834), natif de Bourville (dans l’arrondissement d’Yvetot, en plein pays cauchois) va se marier à quatre reprises : une première fois avec Anne-Élisabeth Beux, puis avec Rose-Élisabeth Vacher, ensuite avec Anastasie Périer et enfin avec Marie-Barbe Sanson, le 8 mars 1834. Il devait décéder le 5 juillet 1834. De ces quatre unions vont naître cinq enfants : François-Honoré en 1800, François-Alexis en 1802, Joseph-Théodore en 1811, Félix-Célestin en 1815, et Louis-Ézéchiel en 1828. Félix-Célestin est né à Rouen, rampe Saint-Hilaire ; son père est alors fabricant toilier, tout comme les témoins à sa naissance. Félix, comme ses frères plus âgés, devient ouvrier de la teinturerie – où l’on savait teindre les cotons en couleurs Nenking – et imite ainsi l’étoffe importée d’orient, tant recherchée. Félix va ensuite dans une maison de tissus de Paris où il devient commis-voyageur, et visite alors une grande partie de la France. Pendant ce temps, les deux autres frères font prospérer l’affaire. Jean-Baptiste décède alors que Félix a dix-neuf ans. C’est en 1840 que les trois derniers fils de l’industriel teinturier s’associent pour créer l’entreprise « Depeaux Frères », et pour fonder une maison de commission de cotons et tissus filés. Grâce au dynamisme des trois frères et surtout de François-Alexis, l’enseigne prospère remarquablement et devient l’une des premières de la place. Dix ans plus tard, le commerce des charbons français et belges est ajouté à celui des tissus et calicots pour alimenter en combustibles les établissements Depeaux.

4Félix-Célestin, veuf sans enfants d’un premier mariage avec Marie-Anne Souverain Boutigny (décédée en 1847), se remarie au Havre le 12 août 1850 avec Françoise Grouard – l’on note parmi les témoins Auguste Pouyer-Quertier, manufacturier alors âgé de cinquante-cinq ans. De cette union vont naître deux enfants : Marie-Françoise, le 27 septembre 1851 à Bois-Guillaume, route Nationale, puis François-Félix le 13 juillet 1853 à Bois-Guillaume, hameau du Mont-Fortin. Les deux témoins de la naissance de François sont François Alexis, négociant, et Ernoult Edmon, banquier âgé de trente-sept ans. Le négoce et la banque se sont penchés sur le berceau de l’enfant dont la route est toute tracée. Félix-Célestin, travailleur infatigable se montre aussi humaniste et donne de son temps pour la crèche Saint-Jean fondée en 1847 par la franc-maçonnerie rouennaise, dont Félix va faire partie. Adversaire farouche des traités de commerce de 1850, il les combat avec énergie. Il publie en 1869 Démocratie et protection. Félix-Célestin Depeaux, avec quelques hommes du parti libéral, fonde un journal, Le Progrès de Rouen, où l’on trouve de nombreuses voix pour s’élever contre le plébiscite du 8 mai 1870. Il fait partie du conseil municipal de Rouen où il siège comme républicain, de 1874 à 1880, faisant voter en 1876 une subvention de 500 000 francs en faveur de l’approfondissement à 3,20 mètres de la Seine fluviale jusqu’à Paris.

  • 4 Sur Ferdinand Marrou (1836-1917), voir le Journal de Rouen, 11 mai 1917, article nécrologique de G (...)

5Il se montre aussi très intéressé par les arts et aide le ferronnier Ferdinand Marrou4 à s’installer à Rouen en 1863. Pour Félix-Célestin, dès 1875, le souci majeur est d’améliorer la navigabilité de la Seine ainsi que l’aménagement du port de Rouen, afin de susciter un développement important pour le commerce de sa ville natale. En 1878, sur sa proposition, le conseil municipal vote le prolongement sur la rive droite des voies ferrées du chemin de fer du Nord, jusqu’à l’extrémité du quai du Mont-Riboudet.

6L’année suivante, il fait campagne contre la réalisation du canal de Tancarville. Il sera, dès la fondation en 1881 de la Société pour la défense des intérêts de la vallée de la Seine, l’un des membres les plus actifs. En juillet 1871, les derniers Prussiens quittent Rouen et lors de la session d’août, François Depeaux, âgé de dix-huit ans, obtient son diplôme de l’enseignement secondaire spécial au lycée de Rouen, qui deviendra l’année suivante le lycée Corneille.

7En 1873 a lieu à Rouen le mariage de Marie-Françoise Depeaux avec Pierre-Léon Cheuret, notaire au Havre. Vers 1875, François Depeaux se rend au pays de Galles pour visiter les installations portuaires et inspecter les bassins miniers. L’année suivante, François Depeaux a la douleur de perdre sa sœur le 12 décembre 1876. Il reste donc seul, et intègre alors la société de commerce familiale. Vient le temps des fréquentations pour François Depeaux : il rencontre Marie Decap née le 5 mars 1858 à Rio de Janeiro, fille d’un très important négociant qui a fait fortune au Brésil. Le père d’Eugénie Decap était un homme d’affaires qui, s’étant installé à Rio en 1850, avait ouvert le premier grand magasin de la ville, rue de Ouvidor, nommé « À Notre-Dame de Paris ». Sa femme était d’origine provençale et son père, ingénieur chimiste spécialiste de l’hévéa, était très proche de la famille Vauthier dont le fils Pierre, peintre, était né à Pernambouc. Ils décident de se marier, et leur union a lieu le 23 septembre à la mairie du ixe arrondissement de Paris. La dot de la mariée s’élève à 400 000 francs, plus un trousseau composé de linge, bijoux, objets de toilette, le tout d’une valeur de vingt mille francs ! Celle du marié est de 404 012, 66 francs ! Notons que le 1er octobre, une somme de 89 164,50 francs est comptabilisée en crédit, dix jours après la signature du contrat de mariage. De cette union vont naître trois enfants : Alice, le 3 juillet 1881 à Amfreville-la-Mivoie, Marguerite le 6 juin 1883 à Rouen, et Edmond-François le 7 juillet 1887 à Rouen au domicile de ses parents, 2, rue Duguay-Trouin.

Une ascension fulgurante, deux ventes (1901 et 1906), la donation

8D’abord négociant comme son père, qui lui laisse prendre la direction de la maison de commerce dans un premiers temps, c’est par la suite exclusivement dans le négoce charbonnier qu’il va développer l’affaire. Il se spécialise dans les charbons à gaz de la côte est de l’Angleterre puis dans ceux, industriels et domestiques du Pays de Galles, créant une agence à Swansea. De ce fait, cet « actif » industriel croissant tombe dans les acquisitions de la société Depeaux-Decap, et l’épouse de François Depeaux devient ainsi copropriétaire, ce qui engendrera de nombreux problèmes.

9De 1880 à 1890, François Depeaux va faire preuve d’un indiscutable talent de chef d’entreprise et donner un souffle exceptionnel à son commerce.

10Le 14 février 1883 est baptisé le Félix Depeaux, navire construit par la firme Hugh Macintyre. Ce bateau va disparaître le 8 octobre 1886, et sera remplacé l’année suivante par un navire plus important : l’Alice Depeaux. Ces deux navires vont faire des transports réguliers entre Swansea et Rouen.

  • 5 Sur Léon Monet (1835-1917), voir le Journal de Rouen, 10 août 1917, article de Georges Dubosc.

11Le 22 juillet 1887, le « Lloyd rouennais » – un cercle fermé de notabilités locales – s’installe sur le quai du Havre, au bas de la rue de la Vicomté : François Depeaux est intendant du cercle pour sa première participation. L’inauguration de ce nouveau cadre donne lieu à une manifestation artistique et Joseph Delattre5, dans une lettre à son ami Charles Angrand, lui écrit :

  • 6 François Lespinasse, Joseph Delattre : 1858-1912, Rouen, F. Lespinasse, 1985.

J’ai eu l’occasion de voir aux Lloyds, il y a huit jours, des toiles de Monet, Sisley, Raphaëlli [sic], Montenard […] Sisley est bien plus dans le mouvement : un bord de Seine, les eaux sont hautes, une île est submergée ; cette partie du tableau est surtout très jolie. Le tableau a été acquis par M. Félix Depeaux6 […]

  • 7 Ibid.

12Joseph Delattre est bien au cœur du mouvement artistique rouennais ; il connaît Léon Monet depuis au moins 1882. En effet, à cette date, le fabricant chimiste est installé à Déville-lès-Rouen où habite aussi Delattre et les deux hommes ont fait un échange : Delattre a reçu de Léon Monet un Sisley en contrepartie d’une toile prise au Cours-la-Reine7.

  • 8 Eugène Brieux (1858-1932), journaliste, auteur de pièces de théâtre, puis académicien.
  • 9 François Lespinasse, Charles Frechon et Michel Frechon, s. n., Rouen, 2004 ; Diederik Bakhuÿs, Fra (...)

13Il est fort probable que François Depeaux a lu l’article paru dans Le Nouvelliste de Rouen du 26 avril 1889 sur « Les impressionnistes a Rouen », où Eugène Brieux8 dresse un très amical portrait d’Angrand, Delattre, Frechon9 et Lemaître, les appelant « les trois mousquetaires ». François Depeaux est attiré par la peinture rouennaise et par Charles Frechon en particulier, lequel écrit à sa future épouse : « […] Saviez-vous que Mme Depeaux est une personne bien aimable […] Nous serons une douzaine […] Après le déjeuner que Mme Depeaux a la bonté de nous offrir, la noce sera terminée […] »

14Le 15 octobre 1889 s’ouvrait à Rouen le concours de la Société des amis des arts, fondée en 1834 au musée des Beaux-Arts. Charles Frechon y exposait quatre toiles. Les trois mousquetaires étaient présents, Charles Angrand, d’origine cauchoise comme la famille Depeaux, exposait des tableaux divisionnistes de tout premier plan. (Il est à noter qu’il ne bénéficiera jamais des achats du négociant-armateur.) Charles Frechon, qui se marie le 28 octobre 1889, offre une toile aux Depeaux en remerciement de leur générosité.

Fig. 26
Claude Monet, Rue Saint Denis, fête du 30 juin 1878, vers 1878, huile sur toile, 76 x 52 cm, Rouen, musée des Beaux-Arts.

15Il semble que ce soit au cours de l’année 1890 que François Depeaux commette un faux-pas, qui allait l’entraîner dans une aventure non moins redoutable, aventure qui allait durer dix-huit ans et avoir les conséquences terribles que nous verrons.

16Le décès de Félix-Célestin Depeaux fut suivi le 2 avril par celui de Pouyer-Quertier : François Depeaux vit disparaître dans la même semaine et son père et le sénateur, ancien ministre, président de la chambre de commerce de Rouen et du conseil général de l’Eure.

  • 10 Paul Toutain (1848-1925), notaire le jour, écrivain la nuit. Il fut très proche de François Depeau (...)
  • 11 Octave Mirbeau, Correspondance avec Claude Monet, Pierre Michel et Jean-François Nivet (éd.), Tuss (...)
  • 12 Daniel Wildenstein, Claude Monet, Biographie et catalogue raisonné, Lausanne ; Paris, Bibliothèque (...)

17Installé à Giverny depuis 1883, à égale distance de Rouen et de Paris, la liquidation d’une affaire successorale fait revenir Claude Monet au Havre, ville d’adoption de sa jeunesse. Dès le 12 février, il s’installe à Rouen dans un appartement vide de la Grande Fabrique, à l’angle de la rue Grand-Pont et de la rue du Gros-Horloge. Il va s’attaquer à cette fabuleuse série de façades de la cathédrale de Rouen, qui va faire de lui l’un des artistes les plus importants du siècle. Le 12 février, il écrit à Alice, sa femme : « […] Ce soir, grand dîner chez le charbonnier, avec le notaire de génie10, Mirbeau11, etc.12 »

  • 13 Ibid., lettre no 136.

18Le décor est planté : François Depeaux, « le charbonnier » aux yeux de Monet, reçoit à sa table les personnalités du monde artistique et littéraire, et le négociant-armateur est accompagné de son ami et conseiller Paul Toutain. Si le séjour à Rouen de Paul Gauguin a laissé de glace toute la haute bourgeoisie rouennaise, l’arrivée de Claude Monet – de treize ans l’aîné de son hôte – est honorée d’un « grand dîner » dans les règles de l’art. François Depeaux a-t-il une prémonition en voyant l’acharnement de l’artiste devant son motif ? À-t-il le sentiment qu’après la série des « meules », puis des « peupliers », le peintre est en train de réaliser « une conception nouvelle de la sensation et de l’expression » ? (fig. 26) Toujours est-il qu’il ne lâche pas Claude Monet et l’invite de nouveau à sa table. Monet souhaite se dégager en se rendant chez son frère, mais, le 25 février, il écrit à Alice : « […] à 6 heures, M. Depeaux est arrivé et il m’a fallu y aller quand même, et je l’ai quitté à 8 heures pour rejoindre mon frère. Enfin je vais sans doute être tranquille car M. Depeaux s’en va en Angleterre13 […] »

19François Depeaux est probablement à Swansea pour l’acquisition de la mine d’Abercrave (Pays de Galles). Le 8 mars, Claude Monet écrit à Alice :

  • 14 Ibid., lettre no 137.

M. Depeaux est venu me relancer, […] il me voulait encore à dîner ce soir mais je m’en suis dégagé. Je lui ai promis pour jeudi 17 ; je dois manger des crevettes spécialement bonnes venant d’Honfleur. Comme je m’en doutais bien, il m’a demandé d’être inscrit en premier pour une cathédrale, une pour lui et une pour le musée de Rouen […]14

20En mars, les travaux de Claude Monet vont bon train et déjà plusieurs amateurs se profilent, mais il promet à Paul Durand-Ruel de ne rien vendre, lui accordant en quelque sorte la primeur de vision. Le 30 de ce mois, Claude Monet écrit à Alice :

  • 15 Ibid., lettre no 143.

J’ai eu la surprise de voir entrer Depeaux au café. Il était venu à l’hôtel pour prendre de mes nouvelles et il m’avait trouvé si singulier et si sombre chez lui, la veille, qu’il avait craint ou que je sois malade ou que j’aie été fâché qu’il m’ait fait dîner avec des types rouennais et autres ; il est en somme on ne peut plus serviable et prévenant. Il a été émerveillé de mes toiles15 […]

  • 16 Ibid., lettre no 146.

21Installé dans le magasin de nouveautés de Fernand Lévy, près du salon d’essayage, Claude Monet rencontre quelques difficultés avec la clientèle et le 4 avril écrit à Alice : « J’ai eu l’idée de m’entourer d’un paravent, comme cela je ne troublerai plus la pudeur des rouennaises que je gênais, paraît-il ; et mon sauveur Depeaux, qui vient de venir me voir, va m’envoyer dès demain ledit paravent16 […] »

22Ces lettres précieuses montrent à quel point les deux hommes s’apprécient, et après l’avoir appelé « le charbonnier », Claude Monet parle de son sauveur ! Mais le 13 avril, Monet décide de tout arrêter et de rentrer à Giverny.

23L’un des artistes avec lesquels François Depeaux va se lier est Albert Lebourg, qui dans sa jeunesse suivit les cours de l’académie de peinture de 1866 à 1870 à Rouen. Après un séjour en Algérie, il se fixe à Paris où il expose à deux reprises avec les « impressionnistes », en 1879 et 1880. En 1892, le succès aidant, il choisit de partager sa vie entre Paris et Rouen et, dans cette dernière ville, prend un appartement-atelier au 9, quai de Paris en amont du pont Corneille, avec une vue superbe sur l’île Lacroix et le bord de Seine.

24Comme on l’a vu, la table de François Depeaux est fréquentée par des artistes, mais aussi par des critiques d’art. Octave Mirbeau n’est pas des moindres : journaliste influent, romancier novateur, et collectionneur de tout premier plan. Remarquable critique d’art, il va attaquer l’art académique et défendre avec passion tous les mérites de Rodin, Monet et Pissarro auquel il écrit le 29 novembre :

Cher ami, voici la lettre de Depeaux. Par conséquent vous allez pouvoir lui envoyer le tableau et lui demander le prix de suite par lettre chargée. C’est ce qui va prendre le moins de temps. Il aurait dû laisser des ordres pour cela. Je crois qu’on aurait pu lui demander 3 000 francs. Enfin.

  • 17 Octave Mirbeau, Correspondance avec Camille Pissarro, Pierre Michel et Jean-François Nivet (éd.), (...)

1 – ps : Vous savez que vous n’avez rien à craindre. C’est l’homme le plus riche de Rouen17.

25Le message est clair. Le négociant-armateur va jouer localement un rôle de premier ordre en tant que collectionneur jusqu’à ce qu’éclate la tourmente.

  • 18 Archives Durand-Ruel.

26François Depeaux a quarante ans le 13 juillet 1893. Il est plus que jamais l’homme du charbon, et le commerce est particulièrement florissant. C’est aussi l’année de son installation à Swansea afin d’augmenter ses importations de charbon. Grâce à son dynamisme hors pair, son affaire prospère et son regard, toujours porté vers les arts et la peinture impressionniste en particulier, en fait un amateur très attentif. C’est aux côtés d’un homme exceptionnel, Paul Durand-Ruel (1831-1922), que François Depeaux va constituer sa collection de tableaux. Le négociant achètera soixante-cinq tableaux à Paul Durand-Ruel. En 1893, date de la première correspondance, le marchand est âgé de soixante-deux ans. Paul Durand-Ruel écrit à François Depeaux le 4 février 1893 : « Nous avons expédié le Sisley que nous avons choisi […] J’espère que vous vous déciderez pour quelques autres tableaux et il me sera alors plus facile alors de répondre à vos questions relatives au Monet et au Sisley que vous m’avez fait remettre… » La réponse de Joseph Durand-Ruel ne se fit pas attendre : « […] Vos tableaux ne sont pas mauvais. Le Monet est même d’une fort belle couleur, mais il est peu fait et je crains de ne pas trouver à le vendre ce que vous l’estimez18 […] » François Depeaux fit l’acquisition du Sisley pour 2 000 francs.

  • 19 Félix Roux (1850-1923).

27Le 10 février, Alfred Sisley arrive à Rouen, invité par François Depeaux qui l’apprécie beaucoup et possède déjà de lui une douzaine de tableaux. Le lendemain, Albert Lebourg est lui aussi convié à déjeuner, et ce dernier raconte à M. Félix Roux19 :

Cette lettre a été interrompue pour aller déjeuner chez M. Depeaux avec Sisley qui est arrivé hier soir. M. Depeaux, un homme très chic, avait en outre de nous deux Sisley, un Monsieur, fin écrivain paraît-il et notaire ou avocat, je ne me rappelle plus.
Sisley a été très étonnant, c’est un nerveux, un enthousiasmé qui cache cet enthousiasme ordinairement, mais à déjeuner, ça avait débordé et très ému en parlant de la cathédrale qu’il avait vue le matin pour la première fois, en avait les larmes aux yeux ; j’ai vu là que c’était un poète et un ému.
M. Depeaux passe certainement pour un monsieur bien original et l’on doit l’en excuser à cause de sa fortune. Il a surtout beaucoup de Sisley, une douzaine peut-être et je vous réponds qu’ils sont fièrement beaux et que cela fait bien chez lui.
J’ai revu mes deux effets de neige du Salon dernier, ils ne font pas mal, c’est bien présenté […]

28Comme cette lettre si détaillée permet de le constater, François Depeaux est bien au cœur du mouvement artistique qui existe à Rouen.

  • 20 Daniel Wildenstein, op. cit., lettre no 175.

29Claude Monet revient à Rouen mi-février 1893. Il souhaite terminer les toiles commencées l’année précédente et en exécuter de nouvelles. Claude Monet va s’installer à deux endroits, le premier, qu’il connaît déjà au 31, place de la Cathédrale, le second, nouveau, mis à disposition par M. Édouard Mauquit, marchand de nouveautés, au 81, rue Grand-Pont. Au cours de ce séjour, Claude Monet va réaliser dix-sept nouvelles toiles et l’une d’elles, La Cathédrale de Rouen, le portail et la tour d’Albane, temps gris (1893) (fig. 27), aura, nous le verrons plus loin, les faveurs de François Depeaux. L’artiste va rester jusqu’à la fin avril pour mener à bien cette titanesque entreprise, d’ailleurs il écrit : « […] j’ai l’espoir de sortir victorieux de tout ce travail20 […] » François Depeaux, de toute évidence, surveille ce « travail ».

30Le 22 février, François Depeaux dîne en compagnie de l’artiste qui est fort préoccupé par son entreprise, et le 7 mars, Claude Monet écrit à Alice : « […] levé tôt et étais à l’œuvre à sept heures un quart, je suis très fatigué. J’ai travaillé à huit toiles auxquelles je jette un coup d’œil en t’écrivant. » Monet précise qu’il a dîné chez Mme Depeaux mère, la veille, et que son fils et son épouse souhaitent avoir prochainement l’artiste à dîner.

31Durant ce séjour rouennais, Claude Monet reçoit le 29 mars le message suivant :

  • 21 Ibid., lettre no 184.

Mon cher Monsieur Monet,
Mon vapeur Alice Depeaux devant quitter Rouen dimanche prochain, je viens vous demander s’il vous serait agréable, ainsi qu’à Mme Monet et à vos enfants (tous, bien entendu) de profiter de la circonstance et du beau temps que nous traversons pour descendre la Seine jusqu’à Duclair ou Caudebec, voire même Le Havre. Un mot de réponse pour vendredi suffirait. Excusez-moi de ne pas aller vous voir et vous déranger, mais je suis toujours terriblement occupé. De ce beau temps, vous avez dû avancer beaucoup vos tableaux.
Cordialement à vous,
Depeaux21.

32L’artiste regagne Giverny le 13 avril après avoir passé à Rouen environ cent quinze jours sur deux périodes ; il retrouve pour son plus grand plaisir Alice et son domicile.

33Le 10 mai s’ouvre à Paris la quatrième exposition de la Société nationale des beaux-arts. On remarque que Lebourg, qui est associé, expose huit œuvres et que le numéro 660, L’Île Lacroix et la côte Sainte-Catherine, par la neige appartient à M. Depeaux. Albert Lebourg, depuis son installation partielle à Rouen, fait d’incessants allers-retours à Hondouville-sur-Iton où se trouve son demi-frère. Lors de ses séjours à Rouen, il ne manque pas de rendre visite à François Depeaux et dans une correspondance du 2 octobre, informe M. Roux d’une vente auprès de François Depeaux.

34Le 13 novembre, au même correspondant il écrit :

  • 22 Bibliothèque municipale de Rouen.

[…] En très bons termes avec M. Depeaux. Il me paie mon tableau de 1 m, 1 000 francs, un autre petit, 500 francs. […] Il y a ici le patron de l’hôtel d’Espagne, place de la République (un ancien pâtissier de Paris) ami des impressionnistes de la première heure qui a fait des pastels avec un grand talent. Il possède en outre, paraît-il une centaine de toiles de Monet, Sisley, Pissarro, Renouard (re-sic), etc. Nous y sommes allés avec Depeaux, mais le patron n’y était pas […] Il a acheté l’hôtel pour son fils et doit retourner à ses tableaux à l’Isle-Adam22 […]

35François Depeaux est bien au cœur du mouvement artistique qui, durant cette décennie, va briller de mille feux sur la ville aux cent clochers. Il est désireux de réunir deux œuvres importantes de Renoir exécutées peu de temps après son séjour en Italie, durant l’hiver 1881-1882. Le tableau acheté par François Depeaux est une première version plus chargée et de même dimension où les personnages sont inversés. Il fit l’acquisition de cette toile, alors que les deux autres resteront propriété de la famille Durand-Ruel.

36La lettre suivante, datée du 3 janvier, montre l’âpreté en affaires du négociant-armateur, elle est adressée par Joseph Durand-Ruel :

  • 23 Archives Durand-Ruel.

Je viens vous confirmer l’achat fait par vous du Renoir, Danse à la Campagne, et du Sisley, Effet de neige à Veneux, pour le prix de quinze mille Francs, payables en janvier. […] Je crois d’ailleurs que M. Renoir préfère le cadre actuel qu’il trouve en harmonie avec le tableau et regrettera de le voir changer23 […]

37Au cours de l’année 1894, conscients des conditions pénibles des travailleurs du port, François Depeaux prend des contacts avec le docteur Merry Delabost (1836-1918), pour créer un local afin que les ouvriers puissent, après une très longue journée de labeur – dix heures – dans la poussière, se laver. Des difficultés administratives, financières surgiront de toutes parts mais François Depeaux en homme déterminé parviendra à ses fins.

38Le 21 février 1894, Caillebotte meurt, et le 21 mars, Renoir, son exécuteur testamentaire, fait part de son intention de léguer environ soixante-sept œuvres impressionnistes. Il faudra trois ans pour faire accepter la collection, et pour voir le 9 février 1897 l’ouverture de la salle Caillebotte au musée du Luxembourg. Il est possible que ce legs ait donné quelques idées à François Depeaux. Poursuivant avec ardeur ses achats, Joseph Durand-Ruel écrit le 15 avril 1894 :

  • 24 Daniel Wildenstein, op. cit., lettre no 245.

Nous pouvons vous laisser trois tableaux que vous m’avez indiqués pour une somme nette de quinze mille francs, soit : Monet, Vue de Vétheuil, 5 000 francs, Monet, Vue de Hollande, 4 000 francs, Renoir, Argenteuil, 6 000 francs.
Mon père considère ce paysage de Renoir comme l’un des plus beaux de cet artiste. Dans la vente Duret il aurait certainement dépassé le prix que je vous indique24 […]

Fig. 27
Claude Monet, La Cathédrale de Rouen, Le portail et la tour d’Albane, temps gris, 1893, huile sur toile, 90 x 73 cm, Rouen, musée des Beaux-Arts.

Fig. 28
Alfred Sisley, La Seine à La Bouille, coup de vent, 1894, huile sur toile, 80 x 100 cm, Rouen, musée des Beaux-Arts.

39Le 6 septembre 1894, devant M. Duchamp notaire à Blainville-Crevon – père des futurs artistes – François Depeaux se porte acquéreur d’une grande ferme de 109 hectares et terrains sur lesquels se trouvent les ruines du château du XVe et XVIe siècle, ainsi qu’une petite ferme de 6 hectares 44.

40Une étonnante personnalité fréquente régulièrement Rouen depuis le 3 mai 1884. Il s’agit d’Eugène Murer, qui ouvrit une pâtisserie vers 1866, boulevard Voltaire à Paris. La prospérité aidant, il achète des tableaux. Vers 1872 il acquiert son premier Guillaumin et tient table ouverte à des peintres. En 1881, fortune faite, sous l’influence du docteur Gachet, il s’établit à Auvers-sur-Oise et surveille l’hôtel du Dauphin et d’Espagne, à deux pas du pont de Pierre où il est, avec sa sœur, bailleur de fonds. Le 3 mai 1884, Eugène Murer achète devant maître Toutain l’hôtel pour le prix principal de 36 000 francs.

  • 25 Archives Durand-Ruel.

41Le 19 mars, a lieu la vente Duret aux galeries Georges Petit ; les prix atteints par les six toiles de Monet sont importants. Ceux-ci vont entre 4 650 francs pour Cabanes à Sainte-Adresse et 12 000 francs pour Les Dindons blancs. Mais ces prix étonnent Claude Monet qui écrira le 7 août à M. Joyant : « […] Vous avez dû savoir que j’ai quelque peu effaré et atténué l’ardeur des gens qui voulaient être des premiers à choisir des Cathédrales. Sauf M. Depeaux, tous ont peur de mes prix25 […] »

42Durant l’été, dès juin, se déroule la deuxième visite d’Alfred Sisley à Rouen. Il partage son temps entre l’hôtel d’Espagne et du Dauphin et la propriété de François Depeaux. Il se rend à Sahurs, petit bourg situé sur la rive droite de la Seine, en face de La Bouille. Il exécute sept peintures durant cette période (fig. 28). Cinq d’entre-elles sont achetées par François Depeaux. François Depeaux écrit le dimanche 6 janvier 1895 à Joseph Durand-Ruel :

  • 26 Idem.

Monsieur Durand-Ruel, j’aurais voulu vous être agréable en vous envoyant de l’argent dans les derniers jours de décembre ainsi que vous le demandiez, mais en examinant tous les tableaux que j’ai présentement et dont quelques-uns ne sont pas suspendus faute de place, je suis obligé de m’en tenir à la convention qui avait été faite avec Monsieur votre père avant sont départ en Amérique, c’est-à-dire la reprise par lui (sauf à nous mettre d’accord sur les prix) des toiles dont, par suite de leurs dimensions, duplicata, ou autre, je serai disposé à me défaire26 […]

43La réponse ne se fait pas attendre, datée du 7 :

  • 27 Idem.

J’ai reçu votre lettre du 6. Je vois qu’il y a un malentendu entre mon père et vous au sujet du règlement des tableaux en question. Mon père m’écrit qu’il ne se rappelle pas avoir convenu qu’il vous reprendrait en échange les toiles dont vous parlez ; il sera de retour à Paris lundi 14 janvier, je préfère donc attendre son retour pour qu’il puisse s’entendre avec vous sur ce sujet27 […]

44La réponse de François Depeaux est intéressante à plus d’un titre, car nous apprenons que le collectionneur a l’intention de construire une galerie pour y installer sa collection. Fidèle aux deux exposants de la Société nationale des beaux-arts, Albert Lebourg et Alfred Sisley (lors de l’exposition de 1895), François Depeaux prête deux toiles lui appartenant : Vieille Ferme (no 1147), et Les Foins à Sahurs (no 1148). Trois autres toiles exposées sont le témoignage du séjour de Sisley voulu par François Depeaux.

45Albert Lebourg, qui a perdu sa femme le 4 août, après une période d’abattement, met à profit l’hiver pour peindre et accroche à la Nationale des toiles peintes par temps de neige. L’une d’elles est l’objet d’un malentendu qu’Albert Lebourg raconte à M. Laurent dans une lettre du 26 avril, depuis Rouen :

  • 28 Archives privées.

[…] Oui, j’ai été assez étonné de recevoir ici une offre de l’État pour un de mes tableaux : Soleil couchant par la neige à Herblay. Ce tableau était retenu par Monsieur Depeaux, amateur ici (je n’avais pas mentionné qu’il était vendu, me réservant de le vendre au Salon). C’était le seul du reste qui ne m’appartenait pas.
Au reçu de la proposition du Ministère, j’ai pu m’arranger avec M. Depeaux qui, en présence de l’offre en question a bien voulu rompre le marché […] Le tableau acquis par l’État avait été vendu 1 000 francs à M. Depeaux (la toile seule), il y a un cadre d’à peu près 90 à 100 francs28 […]

46Ouverte le 10 mai 1895 aux galeries Durand-Ruel, 16, rue Laffitte et 11, rue Le Peletier, à Paris, se déroule l’exposition des tableaux de Claude Monet. L’accrochage se compose de trois groupes, plus un sans appellation ; mais dans le premier, la Cathédrale de Rouen (no 1 à 20), François Depeaux est propriétaire du Portail et la tour d’Albane, temps gris (no 2), qu’il a acheté directement à l’artiste sans passer par Durand-Ruel. Il a payé 15 000 francs cette toile de 100 x 73 cm, datée de 1894, comme le sont toutes d’ailleurs les vues de la cathédrale de Rouen.

  • 29 Voir : Roger Marx, un critique aux côtés de Gallé, Monet, Rodin, Gauguin, catalogue de l’expositio (...)

47Poursuivant ses achats avec Albert Lebourg, François Depeaux lui achète cette même année 1895, selon l’artiste dans ses souvenirs consignés par le critique Roger Marx29, le grand tableau du Salon de 1886. Il s’agit de La Neige en Auvergne, peinture de 150 x 265 cm représentant le passage de la diligence sur le pont qui enjambe l’Allier durant l’hiver 1885-1886. Cet imposant tableau reçu au Salon valut un éloge appuyé d’Octave Mirbeau et François Depeaux décide donc de l’installer dans sa galerie.

48La visite d’Eugène Boudin à Rouen, durant une quinzaine de jours en septembre, ne semble pas avoir entraîné de rencontre avec François Depeaux. Ceci est d’autant plus étonnant que Durand-Ruel a fait la renommée de l’artiste normand et que les liens entre Durand-Ruel et Depeaux sont très forts.

49Après avoir côtoyé Claude Monet, Alfred Sisley, Albert Lebourg, Eugène Murer, il était inévitable que François Depeaux se devait de rencontrer lors de son troisième séjour à Rouen, le patriarche des impressionnistes : Camille Pissarro, né en 1830. Moins d’un an après son repérage, Camille Pissarro arrive le lundi 20 janvier 1896 et se fixe à l’hôtel de Paris au 55, quai de Paris. Le 23 janvier, l’artiste rencontre son amateur et écrit à son fils Lucien :

  • 30 Janine Bailly-Herzberg, Correspondance de Camille Pissarro, Paris, Éditions du Valhermeil, 1989, t (...)

J’ai fait la connaissance hier d’un de mes amateurs, ami de Mirbeau, M. Depeaux ; c’est le frère de Monet qui me l’a présenté, je déjeune avec eux ce matin. M. Depeaux se met entièrement à ma disposition si j’ai besoin de ses locaux pour peindre, il m’a même offert de me faire construire une baraque en planches dans ses chantiers mais je suis trop maniaque pour accepter, j’ai trop peur des refroidissements. Si c’était l’été ce serait épatant […] Cet amateur a une propriété dans les environs qui paraît-il, est admirable, dans une forêt, sur des hauteurs d’où l’on découvre Rouen30 […]

  • 31 Dario de Regoyos (1857-1913), peintre espagnol. François Depeaux posséda un tableau de lui.
  • 32 Ibid., lettre no 1214.
  • 33 Archives Durand-Ruel.

50Lors de son séjour en avril, Camille Pissarro est accompagné de Dario de Regoyos31 qui est enthousiasmé par Rouen. Il s’intéresse à la ville, il découvre la cathédrale et les toits, brosse une importante toile de format trente (73 x 92 cm) qui va attirer l’attention de François Depeaux ; le 7 mars, Camille Pissarro écrit à Lucien : « J’ai vu hier M. Depeaux dans la soirée, accompagné de sa dame32 […] » Durand-Ruel, pour sa part, reçoit de François Depeaux, le 8 avril, le télégramme suivant : « Prière de réserver tableau de Claude Monet intitulé Le 14 juillet provenant vente Chabrier, vous verrai lundi prochain. Depeaux33 ». La réponse arrive le 11 : « Nous vous réservons, ainsi que vous le désirez, le tableau de Claude Monet, Le 14 Juillet […] »

51Cette réponse de François Depeaux est bien celle d’un homme d’affaires :

  • 34 Idem.

C’est d’accord pour le tableau de Claude Monet de la vente Chabrier intitulé Faubourg Saint-Denis le 14 juillet soit 2 200 francs plus 5 %. Pour ce qui est des toiles que Pissarro a faites récemment ici, je regrette d’apprendre que vous en avez vendu plusieurs avant que mon beau-frère et moi ne les ayons vues comme je vous l’avais demandé et comme cela m’avait paru convenu entre nous34.

  • 35 Gaston Le Breton (1845-1920), archéologue, écrivain d’art, directeur du musée de Rouen.

52Lors du séjour de Camille Pissarro, la ville était en pleine effervescence, elle préparait l’Exposition nationale et coloniale qui allait ouvrir le 16 mai et durer cinq mois ; elle comportait une reconstitution du vieux Rouen… et un Salon des beaux-arts, présidé par Gaston le Breton35, conservateur du musée des Beaux-Arts, d’esprit peu favorable à la peinture impressionniste. Une polémique enfla dans la presse locale et dans l’ouvrage paru l’année suivante on peut lire :

  • 36 Jérôme Doucet. Le Salon des beaux-arts, Rouen, imprimerie Lecerf, 1896.

C’est un grave reproche qu’on fait, qu’on doit adresser à la ville de Rouen. […] Si Delattre avait été prévenu quelques mois – deux seulement – à l’avance, il aurait pu préparer quelques toiles comme celles que je viens de voir dans l’admirable galerie de M. François Depeaux ; de grandes et belles toiles qui se tiennent fières à côté des Sisley vibrants, des Monet éblouissants, des simples Lebourg, des solides Pissarro36 […]

  • 37 Jérôme Doucet (1865-1957) journaliste, auteur de pièces, contes pour enfants et poèmes.

53Le signataire de ces lignes n’est autre que Jérôme Doucet37, régisseur du théâtre des arts de Rouen, futur beau-frère d’Eugène Murer en février 1897, qui profite de la grande manifestation pour montrer dans son hôtel « 4 et 6 place de la République, à deux minutes de l’Exposition, une magnifique collection d’impressionnistes dont trente toiles de Renoir visibles gratuitement tous les jours, de 10 heures à 16 heures ».

54François Depeaux décide le 22 août, jour de la visite du président Félix Faure – qui a traversé comme un boulet le palais des beaux-arts, la galerie des machines, le vieux Rouen… – de descendre la Seine jusqu’à Duclair ; c’est à bord de la Dame Blanche que se passe cette descente de la Seine. François Depeaux vient de faire l’acquisition de ce yacht, trois-mâts goélette de 163 tonneaux, long de 40 mètres et de 2,60 mètres de tirant d’eau. Sa construction s’est faite dans les chantiers Hamilton and Co, à Port Glasgow en Écosse, en 1877. D’abord baptisé Palm Flower, puis Betty, il est appelé Dame Blanche (fig. 29 et 30) en hommage au compositeur Boieldieu (1775-1834), né à Rouen, dont l’œuvre La Dame Blanche fut créée en 1825.

  • 38 Archives Durand-Ruel.

55Paul Durand-Ruel écrit le 30 : « Je pense que vos travaux doivent être complètement terminés et que votre galerie est prête à recevoir vos tableaux38. » Fin octobre également, Camille Pissarro prévient son épouse Julie qu’il va peut-être revoir François Depeaux. Il va se trouver à court d’argent, mais quitte Rouen le 12 novembre.

  • 39 Idem.

56Le début de l’année 1897 est marqué, d’une part, par l’importante vente du bijoutier Henri Vever. Au cours des deuxième et troisième trimestres va se dérouler un vif échange épistolaire entre le marchand et le négociant-armateur pour la reprise de vingt-et-un tableaux. François Depeaux fait entrer en scène Georges Petit, et Paul Durand-Ruel écrit le 2 juin : « Je suis très contrarié de n’avoir pas pu m’entendre avec vous au sujet des cinq tableaux que vous ne voulez pas garder, […] j’avoue ne pas comprendre ce que vous voulez de moi39 […] »

57Durant l’été, probablement poussé et aidé financièrement par son mécène, Alfred Sisley et sa compagne se rendent en Grande-Bretagne. Le couple retrouve François Depeaux à la mi-août, à Langland Bay, dans l’hôtel Osborne. Avant de regagner Moret-sur-Loing le 1er octobre, Alfred Sisley a exécuté vingt toiles. Camille Pissarro, quant à lui, est de retour à Rouen le 8 septembre ; il fut invité à déjeuner par François Depeaux le 25 septembre. Il fit un ultime séjour à Rouen du 23 juillet au 17 octobre 1898, mais curieusement, ne parle à aucun moment dans sa correspondance de François Depeaux.

58Quelques mois après le décès de son épouse, Alfred Sisley s’éteint le 29 janvier 1899. C’est une perte considérable pour François Depeaux qui appréciait énormément l’homme et l’artiste. À cette époque, l’armateur-négociant possédait environ cinquante-cinq tableaux de lui. L’hyperactivité de François Depeaux dans les domaines les plus variés, malgré ses difficultés croissantes, l’amène à apporter à la fin de l’année son soutien financier pour l’achèvement de la saison lyrique 1897-1898 au théâtre des Arts de Rouen.

Fig. 29
La Dame Blanche, photographie, Archive F. L.

Fig. 30
À bord de la Dame Blanche, photographie, Archive F. L.

  • 40 Georges Dubosc (1854-1927), peintre, écrivain, journaliste à la bibliographie considérable.
  • 41 Robert Pinchon (1845-1925), écrivain, auteur de pièces de théâtre, ami de Guy de Maupassant.

59En mars 1900, il est probable que François Depeaux, à la suite de l’article de Georges Dubosc40 dans le Journal de Rouen du 16 mars, dut remarquer dans la vitrine de Dejonghe et Dumont, rue de la République, la petite toile de Robert Pinchon. Connaissant bien son père41, bibliothécaire à Rouen, ami de Guy de Maupassant, François Depeaux va aider avec l’énergie qu’on lui connaît, à assurer la carrière du jeune artiste tout juste âgé de quatorze ans !

60L’inauguration de la Centennale de l’art français a lieu le 1er mai, lors de l’exposition universelle au Petit-Palais L’impressionnisme a enfin gagné ses lettres de noblesse et commence à être un peu mieux apprécié. On y note la présence, dans le pavillon du Tonkin, de plusieurs pièces de mobilier, dont trois tables sculptées appartenant à François Depeaux. On peut situer vers cette époque l’anecdote racontée par Georges Dubosc au sujet de l’acquisition des toiles de Delattre par François Depeaux :

  • 42 Simone René-Étienne, dans Études normandes, no 68, 1956.

Joseph Delattre arrivait à la maison de François Depeaux où on ne pénétrait pas sans montrer patte blanche. Il entrait dans le vestibule de la galerie de l’avenue du Mont-Riboudet, et sans mot dire, déposait dans une grande cheminée en pierre du moyen-âge, située dans un coin où on ne faisait jamais de feu, trois ou quatre de ses toiles nouvelles. François Depeaux faisait son choix – il ne se trompait guère – et laissait dans la cheminée les toiles dont il ne voulait pas, gardant les autres. Quelques jours après, Joseph Delattre passait, regardait vivement ce qui restait dans la cheminée, heureux s’il ne trouvait aucune toile et allait se faire régler de ses prix à la caisse42 […]

61Grâce aux excellentes relations qu’entretenait François Depeaux avec Paul Durand-Ruel, le premier réussit à le convaincre de monter une exposition consacrée à Joseph Delattre. François Depeaux avait décidé de prendre en main la carrière de Delattre ; comme il n’existait pas de galerie d’exposition à Rouen, seule la vitrine Legrip, rue de la République, offrait une surface de montre, François Depeaux décide de brûler les étapes et d’exposer Joseph Delattre aux feux des critiques parisiennes. François Depeaux écrit alors à Paul Durand-Ruel :

  • 43 Archives Durand-Ruel.

J’ai vu Delattre et lui ai annoncé (ce qui lui a fait grand plaisir et dont il m’a chargé de vous remercier) que vous mettriez une de vos salles à disposition à partir du 18 avril prochain jusqu’à la fin du même mois pour y exposer une trentaine de ses toiles.
De mon côté, je vous en remercie convaincu qu’une fois de plus vous allez faire connaître au public parisien un véritable artiste43.

  • 44 Archives privées.

62L’exposition se déroule du 23 avril au 5 mai, elle comporte quarante numéros dont dix-neuf prêtés par François Depeaux. Joseph Delattre résuma parfaitement pour son ami Charles Angrand le bilan de cette aventure parisienne : « Mon exposition chez Durand-Ruel ne m’a pas fait de mal, je crois, au point de vue moral. Malheureusement, je crois que j’aurai du mal à marcher, comme on dit avec le père Durand44 […] » Le coup de tonnerre vient cependant de Rouen, sous la plume de Georges Dubosc dans le supplément du dimanche du Journal de Rouen, le 22 juillet 1900. Il écrit :

  • 45 Georges Dubosc, « Par ci, par là. Un peu de peinture. La collection Depeaux. », Journal de Rouen, (...)

Il n’est guère commode de voir un peu de peinture à Rouen et de s’y rendre compte des mouvements de notre école française […] De l’école impressionniste, aujourd’hui définitivement classée, qui tient une si large place à la Centennale rien, absolument rien, moins que rien […] Actuellement, celui qui, à Rouen même veut suivre les mouvements de l’art français dans ses manifestations les plus originales, n’a qu’une ressource, c’est de visiter la magnifique galerie que notre concitoyen, M. Depeaux a su réunir avec un goût très sûr et très avisé […] Claude Monet est représenté par un moins grand nombre que Sisley dans la galerie Depeaux, mais elles sont toutes d’un vif intérêt […] une toile très importante de Renoir, une scène de bal public, […] De Mme Berthe Morizot [sic] une jolie figure de jeune femme en blanc, […] le vieux maître Camille Pissarro, Guillaumin, Maufra, Lebourg […] Des artistes rouennais plus jeunes figurent aussi – et avec honneur – dans la collection Depeaux. Ce sont Charles Frechon et Joseph Delattre […] Telle est en son ensemble la collection des toiles, toutes intéressantes et originales, réunies dans la galerie Depeaux45.

63Au sujet de la grande galerie, il faut noter que François Depeaux fit aménager cette immense pièce par le sculpteur rouennais Goujon et son atelier, en lui commandant de recréer les stalles de l’abbaye de Saint Bertrand de Comminges (Haute-Garonne), en hommage à Marie-Eugénie Depeaux dont le berceau familial se situe à Montréjeau, village de 2 600 habitants et dominé par le Pic du Midi, dans l’arrondissement de Saint-Gaudens.

  • 46 Archives Durand-Ruel.

64La situation du ménage Depeaux se détériore au fil des mois et va connaître une redoutable atmosphère de 1901 jusqu’à 1908. Les conditions conjugales se dégradant considérablement, François Depeaux allait être obligé de mettre en vente une partie de sa collection. Paul Durand-Ruel écrit le 23 janvier 1901 : « […] Voici les ventes qui commencent et elles marchent bien. Il serait utile de songer à préparer celle dont vous m’avez parlé de façon à faire un bon catalogue avec quelques reproductions et de l’expédier en temps utile en Amérique46 […] »

  • 47 Idem.
  • 48 Idem

65Le 28 janvier, François Depeaux répondit à Paul Durand-Ruel : « Je ne veux pas attendre pour vous dire que je m’occupe du catalogue (ou plutôt de l’album) pour la vente dont je vous ai parlé47 […] » François Depeaux apporta un soin tout particulier à « l’album », format à l’italienne où chaque œuvre fut reproduite. Il écrit à Paul Durand-Ruel le 21 mars : « La vente à laquelle vous présiderez sera belle : il n’y aura pas de médiocrités, je les ai retirées et ai ajouté sept Sisley […] Mon imprimeur me promet les dix albums pour l’Amérique pour fin de semaine prochaine48 […] »

66François Depeaux décide de mettre Charles Frechon sur la scène parisienne, en exposant ses œuvres dans de prestigieux locaux. Paul Durand-Ruel, lui, connaît l’artiste depuis le 18 avril 1894, lorsqu’il acheta son tableau Mon Jardin pour 200 francs au Salon de la société des artistes indépendants. Comme pour Delattre, le succès n’est pas au rendez-vous, mais les soucis de François Depeaux sont ailleurs : il prépare en effet la vente d’une partie de sa collection et son catalogue. Les artistes et tableaux retenus pour le catalogue sont : Delattre (9 toiles), Frechon (3), Guillaumin (5), Blanche Hoschedé, Lebourg, Loiseau, Maufra, Monet (5), Moret, Pissarro (2), Renoir, Sisley (15), Toulouse-Lautrec, Vogler.

67Le 15 avril, se tient la vente de la collection de M. X (en fait, Edmond Décap), à l’hôtel Drouot. Le beau-frère de François Depeaux met en vente une partie de sa collection, qui se compose de trente-neuf numéros. Notons cinq Guillaumin et Lebourg, quatre Monet dont Le Bassin d’Argenteuil, six Pissarro et une exceptionnelle réunion de neuf Sisley. Cette vente est-elle une manœuvre de trésorerie pour investir ailleurs dix jours plus tard ? Notons en tous cas le prix du Bassin d’Argenteuil, acheté par le comte Isaac de Camondo pour 16 500 francs.

  • 49 Bailly-Herzberg.

68La vente Depeaux eut lieu à l’hôtel Drouot le 25 avril, après exposition les 23 et 24. Elle fut dirigée par maître Paul Chevallier assisté de deux experts : Paul Durand-Ruel et M. Mancini. Le total de la vacation atteignit 184 920 francs, la plus forte enchère étant atteinte pour un tableau de Monet concerna Le Phare de l’Hospice et la Côte de Grâce à Honfleur, vendu 6 050 Francs (no 33) à M. Bernheim. Pour Sisley, il s’agit de La Route de Marly, vendue à M. Lehman pour 12 300 francs ; Pour Pissarro, ce fut Le Boulevard Montmartre après la pluie, acquis par M. Bérend pour 8 500 francs (Camille Pissarro, toutefois, précise à Julie le 7 mai, au sujet de cette toile : « La toile vendue en vente Le Boulevard a été retirée par Depeaux à 8 000 francs49 » juste après la vente.

  • 50 Duval, 2009.

69Le 2 juin 1901, Georges Dubosc fait paraître un article sur le collège de Normandie. Cette institution va prendre forme grâce à la contribution de grands négociants : Georges Le Verdier, Georges Manchon, Georges Badin, Arthur Waddington et François Depeaux auquel s’est joint son ami Paul Toutain, notaire et écrivain. Ce collège reprend l’idée de la fondation de l’école des Roches, fondée en 1899 par Edmond Demolins, près de Verneuil-sur-Avre. Cet établissement est situé à une quinzaine de kilomètres au nord-ouest de Rouen, dans un vaste parc à Mont-Cauvaire50. Parmi les premiers élèves de ce collège, citons Edmond Depeaux, dont le témoin à sa naissance n’est autre que Georges Manchon.

70En décembre 1901 paraît chez l’imprimeur Lecerf un opuscule de François Depeaux, intitulé Remarques sur les projets de voirie dans le quartier du Mont-Riboudet.

  • 51 Bibliothèque municipale de Rouen.

71En mars 1902, Albert Lebourg écrit à Félix Roux : « Voilà Depeaux qui a fait faire des cartes pour la visite de son musée, les mardis et samedis, je crois de 2 heures à 4 heures ; je vous en donnerai51. » En mars, la famille Delattre va s’installer à Petit-Couronne, non loin de Rouen. Là, dans son jardin, dès son arrivée, Joseph Delattre va trouver un superbe motif ainsi que le bord de Seine qui va devenir le sujet favori de ses dix dernières années. François Depeaux voulut une nouvelle fois présenter ses tableaux à la galerie Durand-Ruel. Il écrivit à l’artiste le 17 novembre :

  • 52 Archives privées.

D’accord avec Durand-Ruel, votre exposition aura lieu dans ses salons parisiens du 18 au 31 décembre prochains. Ce sera, je crois, une bonne époque. D’ici au 10 décembre, aurez-vous quelque nouvelle et bonne toile à m’envoyer – quelque effet de neige par la température sibérienne que nous traversons. De la neige et de l’eau, ce qu’il faudrait, c’est une grande toile comme je vous l’ai tant de fois demandée. Un mot de réponse obligera.
Votre dévoué, François Depeaux52.

72François Depeaux fit venir Georges Dubosc pour présenter l’exposition du 18 décembre dans le Journal de Rouen. Le critique écrit à l’artiste :

  • 53 Idem.

Je viens de chez Depeaux et j’en sors enthousiasmé […] Ça y est, mon cher Delattre et j’espère qu’on s’en apercevra à Paris […] Depeaux, que j’ai vu hier, m’a paru enthousiasmé de vous, homme et talents, à tous égards. Vous comprenez si j’ai soufflé et activé sa flamme et si j’ai remis du charbon – c’est le cas à son foyer ardent53 […]

73L’exposition se déroula du 18 au 31 décembre. Tous les tableaux appartiennent à François Depeaux. Quatorze sont à vendre, les prix commençant à 1 000 francs. Mais ce que fit François Depeaux de plus judicieux fut de demander au critique du Figaro, Arsène Alexandre de présenter l’exposition dans son journal. Ce dernier le fit en ces termes le 22 décembre :

On ignore trop nos écoles de peinture provinciale. Qui sait qu’il y a eu une superbe école lyonnaise au milieu du siècle dernier ? Qui connaît l’école de Rouen, actuellement une des plus vaillantes […] ? M. Delattre expose à la galerie Durand-Ruel avec vingt-quatre paysages qui donneront au visiteur l’envie de faire connaissance avec ce bon et modeste peintre et aussi avec l’école dont Lebourg est un si noble représentant.

74L’appellation était lancée et allait faire florès. Les trois tentatives d’imposer un artiste rouennais auprès du public parisien par l’entremise de Paul Durand-Ruel allaient prendre fin. François Depeaux écrit :

  • 54 Idem.

Mon cher Delattre, votre exposition chez Durand-Ruel est terminée et se présente très bien. Tous ceux qui l’ont vue cette après-midi m’ont manifesté leur étonnement à commencer par Degas, Raffaëlli, un rédacteur du Journal des Débats, MM. Durand-Ruel père et fils et tout leur personnel […] Je reste à Rouen ce soir et compte avoir votre visite avant que vous ne veniez ici.
Votre dévoué. Depeaux54.

  • 55 Idem.

75Le 23 décembre 1902, François Depeaux confirme à Paul Durand-Ruel qu’il est bien actionnaire du collège de Normandie pour la somme de 5 000 francs, bien qu’une action entière en coûtât 10 000, et que « le collège est ouvert depuis Pâques dernier55 ».

  • 56 Archives départementales de Seine-Maritime, 2 E, reg. 32693.

76Les difficultés conjugales, quant à elles, perdurent, et François Depeaux offre sa collection à la ville de Rouen le 4 février 1903. Mais le 25 février, Mme Depeaux « déclenche » les hostilités en faisant poser les scellés sur le domicile conjugal, ainsi que chez Pierre-Ulysse Houzard, séquestre. Elle brise de la sorte tout élan généreux. Cela va entraîner une prisée et estimation qui va s’étaler les 25 et 26 mars, ainsi que les 1er, 6 et 22 avril. Le rapport de trente-cinq pages permet une visite très complète et détaillée de la maison du Mont-Riboudet. Le parcours de la seule grande galerie laisse pantois : onze Monet, un douzième « attribué à », trente-quatre Sisley, dix-huit Lebourg, six Delattre, quatre Pissarro, quatre Renoir, trois Guillaumin, un Courbet ! La prisée des tableaux fut réalisée par M. Josse Bernheim, puis il fut procédé à l’actif composant le patrimoine de François Depeaux, estimé à 2 739 624,28 francs alors que le passif s’élevait à 2 739 964 francs56. Début mars, Albert Lebourg écrit à M. Roux :

  • 57 Bibliothèque municipale de Rouen.

Hier, dîner avec M. Depeaux, je ne sais pas encore bien la tournure que vont prendre les choses ; pour moi, la mise des scellés a été une gaffe commise par Mme Depeaux qui a été mal conseillée par ses hommes d’affaires qui ne voient là-dedans que de la bonne galette à récolter57.

77Paul Durand-Ruel dans une lettre très chaleureuse et attentive écrit le 18 avril :

  • 58 Archives Durand-Ruel.

Je n’ai pas vu les Bernheim depuis plusieurs jours ; il avait été convenu avec eux que je devais me trouver le 22 à Rouen pour faire l’inventaire de vos tableaux, eux représentant Mme Depeaux et moi comme votre représentant. Il me semble indispensable que vous ne vous désintéressiez pas de ce qui peut se faire dans cette circonstance… Je dois aussi vous prémunir contre l’idée des Bernheim qui veulent pousser à la vente publique. Je leur ai déjà dit que vous vous opposeriez à coup sûr à une vente publique et qu’en outre ce serait une opération désastreuse. Il faut veiller à cela58.

78Le 14 mai a lieu, au musée des Beaux-Arts de Rouen, une exposition organisée par la Société des amis des arts ; elle fut close le 15 juillet. Notons parmi les tableaux importants : La Mer à Pourville (no 402) et une Cathédrale de Rouen (no 403), deux œuvres de Claude Monet.

  • 59 Bibliothèque municipale de Rouen.

79Malgré toutes les difficultés, François Depeaux, à l’occasion de l’exposition Lebourg, du 10 au 30 novembre 1903, prête pour l’ouverture de la galerie Rosenberg dans ses nouveaux locaux au 38, avenue de l’Opéra à Paris. Cinq Lebourg de sa collection y sont montrés, mais aucun de ses tableaux présents n’est à vendre. Les visites régulières qu’Albert Lebourg faisait à François Depeaux lui permettaient de connaître l’évolution de la situation et le 3 février, l’artiste écrit à M. Roux : « […] je crois que le procès de M. Depeaux sera plaidé dans ce mois de février. Je crois bien qu’il ne pourra éviter la vente de tous ses biens, c’est une lutte à mort qui lui est faite59 […] » Néanmoins, François Depeaux ne se déclare pas battu, et il parvient à reporter la vente à l’année suivante. Le 16 juillet, le tribunal considère que la demande de séparation des époux Depeaux-Decap est un fait accompli. Le mari est tenu de verser à son ex-femme une rente annuelle de 30 000 francs, payable par mois et d’avance. Cela représente le revenu de sa dot, c’est-à-dire environ 860 000 francs.

  • 60 Archives privées.

80Le 19 janvier 1905, François Depeaux écrit à Joseph Delattre : « Mon cher Delattre, j’ai vu Legrip avec lequel il a été entendu que votre exposition aurait lieu chez lui du 10 au 25 février. […] un mot de réponse obligera. Votre dévoué. Depeaux60. » Il cherche de nouveau à offrir deux toiles pour la salle spéciale consacrée aux artistes normands vivants, au musée de peinture, mais il ne peut cette fois encore réaliser ce souhait. Georges Dubosc fit remarquer dans le compte-rendu de la séance du conseil municipal : « […] on peut croire du reste que la générosité de M. François Depeaux ne se bornera pas à cette libéralité […] » Ce dernier mit tout en œuvre pour retarder la vente de sa collection et dans une lettre du 25 mars, Paul Durand-Ruel écrit à Claude Monet :

  • 61 Archives Durand-Ruel.

J’ai été hier à Rouen chez M. Depeaux faire avec lui l’estimation de ses tableaux. Il n’y a encore rien de décidé quant à la vente et d’après ce que j’ai appris de son notaire et de son avocat, on ne fera rien cette année. Il faudra encore beaucoup de papier timbré et plusieurs jugements avant d’obliger M. Depeaux à laisser vendre ses tableaux… Il n’est donc pas impossible que Depeaux rachète à sa femme sa part de la collection. S’il arrivait à ce résultat, son intention serait de donner au Musée de Rouen les quelques tableaux qu’il leur destinait61 […]

81Entre deux vernissages, François Depeaux effectue un détour obligé par le palais de justice de Rouen où il apprend le 17 avril que « la dame Depeaux séparée d’avec et aux torts de son mari » envisage maintenant la vente du mobilier, des immeubles, du fond de commerce de Depeaux, de ses brevets d’invention et d’une mine sise en Angleterre, d’une collection de tableaux et de deux navires. Chacun pourra apprécier. Malgré toutes ces difficultés, François Depeaux décide, après Delattre, de monter la première exposition particulière de son jeune protégé : Robert-Antoine Pinchon. Le jeune artiste, né le 1er juillet 1886, va voir sa carrière prise en main et les expositions clefs montées par François Depeaux. Sa première exposition rouennaise et particulière se tient à la salle Legrip, place Saint-Amand, du 27 avril au 13 mai 1905. Le catalogue est imprimé chez Lecerf et comporte vingt-quatre tableaux, dont les huit premiers appartiennent à son protecteur. Le 11 juillet (renvoyée le 17), la sentence tombe avec ses chiffres. La mine en Angleterre, située à Abercave près de Swansea, est estimée à 150 000 francs ; les deux navires, le Alice Depeaux et la Dame Blanche sont estimés respectivement à 60 000 et 30 000 francs, et la pension annuelle au même montant.

82Pour François Depeaux, l’année 1906 est une année catastrophique, pleine de turbulences. Ce n’est pas un hasard si le premier témoignage en ce début d’année vient de Paul Durand-Ruel, qui montre bien les liens sincères et rudes entre ces deux hommes. Le 10 février, Paul Durand-Ruel écrit :

  • 62 Idem.

Permettez-moi de vous rappeler en vue de la vente de votre collection qui se prépare, que quatre des toiles qui en font partie vous ont été cédées par moi avec une restriction toute spéciale. Les deux Renoir, Danse à la campagne et Bouquet de chrysanthèmes ainsi que les deux Sysleys, [sic] Le Passage du bac (Inondation) et La Place du Chenil à Marly, effet de neige qui faisaient partie de ma collection particulière n’en sont sortis que sur l’affirmation que vous les donneriez au musée de Rouen. Sans cette promesse formelle je n’aurais pas consenti à m’en dessaisir62.

83François Depeaux est tout simplement anéanti par le verdict de la Cour du 7 février : dans la communauté se trouvaient des fonds de commerce venant de son père, et les brevets d’invention pour le concassage du charbon. De plus, le montant de la pension alimentaire est révisé, ainsi que la vente de la mine galloise, la ferme de Blainville-Crevon et les immeubles. En ce qui concerne la collection de tableaux, un des attendus permet de comprendre l’étendue du problème :

  • 63 Archives départementales de Seine-Maritime.

La collection de tableaux se compose exclusivement de toile de l’école impressionniste d’une valeur considérable puisqu’on les évalue à près de six cents mille francs et que Depeaux reconnaît qu’il n’existe pas à Rouen assez d’amateurs de ce genre de peintures en situation de couvrir l’estimation, puisqu’il estime, comme le tribunal, que pour la réussite de la vente, il est nécessaire d’attirer dans cette ville des amateurs étrangers et surtout parisiens qui constituent le public habituel et acheteur des grandes villes63 […]

84Lentement, les tableaux gagnèrent les locaux de la galerie Georges Petit au 8, rue de Sèze à Paris. À cette époque, les galeries Georges Petit étaient passées par le jeu des majorités à Bernheim-Jeune, qui avait des intérêts dans la maison avant 1900. Rival de Durand-Ruel, Georges Petit organisa les ventes Duret en 1894, Vever en 1897, Choquet et comte Doria en 1899, et réussit donc à vendre la collection de François Depeaux dont la première vente de 1901 s’était déroulée à l’hôtel Drouot.

85Le catalogue compte 245 numéros ; le commissaire-priseur est Me Lair-Dubreuil et MM. Bernheim et Jeune, experts. La vente a lieu les jeudi 31 mai et vendredi 1er juin 1906. Il existe seize planches de reproductions où Sisley est largement représenté par quarante-six œuvres de ce peintre qui vont être livrées au feu des enchères. Les peintres rouennais sont nombreux : Delattre (nos 112 à 164), deux Frechon, Lebourg (nos 6 à 17 et 189 à 197). Notons la présence d’un unique Gauguin (no 175), intitulé Pêcheurs bretons.

86Georges Dubosc écrit dans le Journal de Rouen du 26 mai ces lignes, qui montrent bien les intentions généreuses que François Depeaux avait pour le musée :

On ne verra pas disparaître de notre ville sans regret cette importante collection d’œuvres modernes, fort bien disposées dans la galerie du Mont-Riboudet que tant de jeunes artistes ont visité grâce à la complaisance de M. Depeaux… M. Depeaux destinait sa collection au musée de Rouen […]

87Le 31 mai, notons quelques prix : Le Bal de Renoir, acheté 47 000 francs par Edmond Decap ; la Cathédrale de Monet, rachetée pour 10 000 francs par François Depeaux, ou les 6 500 francs pour la Neige en Auvergne de Lebourg, qui écrit le 1er juin à Paul Paulin :

  • 64 Archives privées.

[…] la première vacation d’hier a fait pour un tableau, à quelque chose près, les prix suivants […] Au dernier moment M. Depeaux s’est décidé à racheter, il en a repris de cette série cinq ou six […] en ce moment on fait la deuxième vacation […] Depeaux va sans doute faire un très beau don au musée de Rouen. J’ai passé hier la soirée avec lui64 […]

88Une lettre plus intime de Lebourg le même jour, adressée à Mme Alice Lambin, permet une vision très serrée de la situation :

  • 65 Archives Durand-Ruel.

En ce moment a lieu la deuxième vacation de la vente Depeaux. Depuis quelques jours j’ai été à m’occuper toute la journée de ce projet ; on ne savait pas si Depeaux rachèterait, personnellement je savais avoir tous les marchands contre moi avec acharnement… Mais j’ai vu Depeaux il y a deux jours : il pouvait racheter. Une entente se fait à ce sujet, de sorte que hier, tout a fait de gros prix. Il a été très gentil avec moi, surtout quand il a vu l’acharnement qu’on mettait à me faire tomber.
Il a soutenu hier, et aujourd’hui ça va être la même chose. Sans cela ça m’aurait coûté très cher probablement. Il va donner beaucoup au musée à Rouen. Il a l’air bien malade […] J’ai dîné hier jeudi avec Depeaux : ils vont être épatés à Rouen quand ils vont voir les prix des Monet, Sisley, Renoir… Il y a bien eu trois ou quatre exagérations. Il y a eu un Renoir que Depeaux voulait donner au musée et que son beau-frère lui a poussé et eu à 47 000 francs, ce qui est bien un prix65 […]

  • 66 Idem.

89Le total des deux vacations atteint le chiffre de 551 457 francs, et l’on peut faire entière et totale confiance quant au jugement de Paul Durand-Ruel écrivant à Claude Monet le 14 juin : « J’ai acheté pour 130 000 environ pour le compte de Depeaux. On annonçait un désastre et Petit s’en réjouissait déjà. Tout le monde a été fort détrompé heureusement66 […] » Ainsi a été mis fin à une collection constituée avec passion et détermination. Désormais, François Depeaux va reporter toute son attention sur trois peintres rouennais : Joseph Delattre, Robert-Antoine Pinchon et Henri Ottmann.

  • 67 François Lespinasse, « Marcel Couchaux (1877-1939) », dans L’École de Rouen, Rouen, Lecerf, 1995.

90Au début de l’année 1907, se tient le premier Salon des artistes rouennais au musée des Beaux-Arts de Rouen. Dû à la volonté et à l’obstination de deux hommes, Maurice Delaunay et Paul Mascart, il a lieu du 7 avril au 5 mai. À ce nouveau Salon, François Depeaux achète le tableau de Marcel Couchaux, un Vieux (no 62), qui est d’ailleurs reproduit dans le catalogue et est le seul tableau exposé par l’artiste67. Depuis la vente de sa collection, François Depeaux est plus que jamais décidé à offrir une partie de ce qui en reste. Il n’a pas oublié comment Caillebotte avait quasiment forcé la main de l’État et, par là même, imposé ses tableaux « modernes » grâce à sa détermination et son enthousiasme. Le geste reste, à ses yeux, exemplaire. Le musée de Rouen que François Depeaux a vu construire n’est pas sa seule préoccupation. Installé au 35, boulevard du Mont-Riboudet, avenue parallèle à la Seine, il est au plus proche de l’activité portuaire (les livraisons de charbon se font sur la rive gauche) ; de ce secteur, François Depeaux souhaite en faire un but de promenade dominicale. Il consigne tout cela dans « Projet de bassin à flot », où il s’élève contre la création d’un bassin de soixante-dix-sept hectares dessiné par les ingénieurs des ponts et chaussées.

91L’année 1908 est une nouvelle année épouvantable pour François Depeaux : il doit se présenter au tribunal le 28 mars, le 26 mai, le 17 juin (confirmation de la séparation de corps entre les époux Depeaux-Decap, au profit de la femme), le 8 juillet, les 19 et 28 octobre, ainsi que les 3, 10, 18, et 25 novembre (« condamnation à régler au profit de la dame Depeaux la somme de 66 942,13 francs sur intérêts de droit à partir du 1er avril 1906 »). Malgré les embûches qu’il rencontre, François Depeaux s’intéresse au plus près à la carrière de Robert-Antoine Pinchon à qui il écrit le 23 septembre 1908 :

  • 68 Archives privées.

Mon cher Pinchon,
En ce qui concerne les toiles que vous avez portées à Lescure, je les trouve beaucoup mieux que les précédentes, aussi je serais disposé à en prendre deux au prix que vous m’avez indiqué ou trois pour 500 francs. Je serais également preneur de votre 14 juillet mais après quelques petits changements au sujet desquels il faudrait que je vous voie. Un mot de réponse, SVP.
Votre dévoué, Depeaux68.

92François Depeaux écrit à Paul Durand-Ruel :

  • 69 Archives Durand-Ruel.

Cher Monsieur Durand,
Les nombreuses et incessantes difficultés qu’a soulevées Mme Depeaux pour essayer d’empêcher ma donation à la ville de Rouen de ma collection de tableaux paraissant enfin écartées, je viens vous demander de vouloir bien m’adresser la liste des tableaux que vous avez à moi chez vous, de façon que je puisse vous indiquer ceux qui feront partie de ma donation69 […]

  • 70 Archives privées.

93Souhaitant donner un élan parisien à la carrière du tout jeune Robert-Antoine Pinchon, François Depeaux s’adresse aux experts Chaine et Simonson, galerie des artistes modernes au 19, rue Caumartin à Paris, et il écrit le 28 novembre : « Veuillez me dire si c’est d’accord dans ces conditions. Agréez mes cordiales civilités. Depeaux70. » En ce début 1909, François Depeaux a de nombreux objectifs : assurer la première exposition parisienne – à la galerie des artistes modernes – et particulière de son protégé, et finaliser l’installation de sa collection au musée. Avec son entregent habituel, François Depeaux fait part le 17 mars au père du jeune Pinchon de ses projets :

  • 71 Idem.

Cher Monsieur,
L’exposition des toiles de votre fils à la galerie des artistes modernes paraît se présenter comme un véritable succès. Je suis certain que vous serez heureux, comme je le suis moi-même, et c’est pourquoi j’ai tenu à vous l’écrire.
Veuillez croire, cher Monsieur, à mes meilleurs sentiments.
Depeaux71.

94À Paris, l’exposition Pinchon bat son plein ; à Rouen, la troisième exposition des artistes rouennais se tient du 27 février au 30 mars, au musée. Il faut noter l’arrivée de Delattre et l’absence de Pinchon. Les évènements progressent cependant car le 24 mai 1909, François Depeaux offre officiellement sa collection :

Monsieur le maire,
Après de nombreuses difficultés et entraves à la réalisation de l’offre que je vous avais faite le 4 février 1903 pour le musée de la ville de Rouen, de ma collection de tableaux, je puis enfin effectuer ce projet et ce m’est une grande satisfaction de vous en informer. Cette collection n’a pas toute l’importance qu’elle avait alors, puisque pour satisfaire à des formalités légales il a fallu qu’elle passât en vente publique et que quelques toiles enviées m’ont été ravies, mais telle qu’elle est, cette collection me paraît donner encore une juste idée de ce qui a été appelé l’impressionnisme, mais qui serait plus justement désigné sous le titre d’école de plein-air. Je suis heureux de penser que ma ville natale sera une des premières sinon la première, en province […] à ouvrir toutes grandes les portes de son musée à cet art qui, tant critiqué à ses débuts et il y a quelques années encore, a maintenant conquis par la vérité de sa technique et la conviction ardente de ses apôtres, Claude Monet, Sisley, Renoir, Degas, Cézanne, Pissarro, Guillaumin, Lebourg et tous les jeunes venus à leur suite, sa place parmi les plus belles productions du génie humain.
Si le conseil municipal accepte mon offre, j’espère qu’en même temps il voudra bien consentir à faire aux salles en question quelques travaux pour les approprier à leur nouvelle destination.

95Les œuvres que François Depeaux avait pu sauver et qu’il offrait sont au nombre de cinquante-trois (dont un pastel), de dix-neuf artistes : Delattre (4), Dufy (1), d’Espagnat (1), Fantin-Latour (1), Frechon (2), Guillaumin (3), Hoschedé-Monet (1), Lebourg (13), Loiseau (1), Monet (3), Ottmann (2), Pinchon (4), Raffaëlli (1), Renoir (1), Saint-Delis (1), Sisley (9) et Thaulow (1).

96Le 28 mai, le maire Auguste Leblond lit devant le conseil municipal le rapport suivant :

Messieurs,
Monsieur François Depeaux, le philanthrope bien connu à Rouen, le créateur des bains-douches populaires et de la Société des bains de pluie, le yachtman auquel nous devons Rouen, Port des yachts, le négociant armateur auquel nous sommes redevables de la conservation des prairies Saint-Gervais, l’auteur du premier bassin à flot dans ces prairies, l’un des fondateurs du collège de Normandie, l’amateur éclairé à l’appui duquel certains de nos artistes modernes doivent d’être arrivés à la célébrité, vient de manifester une fois de plus son grand amour pour sa ville natale, en même temps que son inlassable désir d’être utile à ses concitoyens. Par sa lettre en date du 24 courant, il offre à la ville de Rouen, pour son musée, sa remarquable et importante collection de tableaux, fruit de vingt-cinq ans d’études, de recherches et de judicieuses sélections.

97Le 21 juillet, M. Leblond, écrit au préfet :

En me retournant le 15 juin dernier, visée pour récépissé, la délibération du conseil municipal du 28 mai concernant la donation de tableaux faite à la ville par M. Depeaux, vous m’avez demandé de vous faire parvenir un état estimatif des objets légués […] j’ai pensé que M. Depeaux ayant lui-même assigné à sa collection une valeur de 250 000 francs, il ne serait peut-être pas bienséant de provoquer une estimation par experts […]

98L’été pour François Depeaux est le moment des ultimes préparatifs. Notre témoin privilégié dans cette installation reste Albert Lebourg, qui écrit le 1er novembre à Roger Marx :

  • 72 Institut national d’histoire de l’art, fonds Roger Marx, autographes no 115.

Mon cher ami,
Vous m’avez demandé de vous dire quand la collection Depeaux serait inaugurée. Je pense que ça ne va pas tarder. C’est bien avancé et s’il n’y a pas d’anicroche, il pourrait se faire que cela soit dimanche prochain…
M. le maire aurait voulu faire en même temps l’inauguration des trois salles Depeaux. M. Depeaux était indisposé hier et comme moi-même je suis fort enrhumé, je n’ai pu depuis deux jours aller aux nouvelles.
Il y aura une petite salle où sera mise ma Neige en Auvergne et une douzaine de tableaux. Une deuxième salle composée de tableaux de Sisley, Monet, Renoir, Guillaumin, Raffaëlli, etc. Une troisième petite salle, surtout composée de quelques peintres rouennais, au milieu desquels cependant est un tableau d’Ottmann : La Femme au balcon.
Je crois que l’inauguration se fera fort simplement72 […]

99Notre « inspecteur » (Lebourg) nous apporte quelques précisions supplémentaires intéressantes en attendant le grand jour, avec une lettre dans un style télégraphique cette fois, à M. Félix Roux, en date du 6 novembre un samedi soir à 7 heures :

  • 73 Bibliothèque municipale de Rouen.

Mon cher ami,
[…] Vous aurait invité pour l’inauguration si vous ne partiez pas en voyage. Le maire va envoyer des lettres d’invitation aux grands critiques. L’inauguration aura lieu samedi 13 à 10 heures et demie du matin. On ira déjeuner après, un déjeuner offert par Depeaux – ça sera les quelques paroles de remerciements à prononcer que vous devez m’envoyer. Je partirai à Rouen jeudi prochain73 […]

100Du 1er octobre au 8 novembre se déroule à Paris le septième Salon d’automne. François Depeaux fait l’acquisition d’une importante peinture de René de Saint Delis, Le Bassin de la Barre, au Havre (89 x 116 cm). Il est en possession à ce moment de deux autres peintures de cet artiste. Il est aussi acheteur d’un tableau d’Henri Ottman, Nature morte, fleurs et fruits.

101Le dimanche 7 novembre, François Depeaux écrit de sa plus belle plume la lettre suivante à Paul Durand-Ruel (elle doit être citée dans son intégralité car les deux hommes ont livré des combats d’envergure, se respectant profondément et devenant des piliers de la vie artistique) :

  • 74 Archives Durand-Ruel.

Cher Monsieur Durand-Ruel,
C’est samedi prochain, 13 novembre, que je remettrai à la ville de Rouen ce que j’ai pu sauver de ma collection de tableaux avec les quelques toiles que j’ai pu racheter depuis lors. En raison de nos bonnes et vieilles relations et, étant donné que vous avez été le premier des marchands de tableaux qui ait soutenu l’école dont cette collection est uniquement composée, je serais très heureux de vous voir assister à cette inauguration ainsi qu’au déjeuner intime qui la suivra. À ma demande formelle cette inauguration sera aussi simple que possible et c’est pourquoi elle aura lieu dans la matinée, probablement à 10 heures et demie.
Il vous suffira donc de prendre le matin même à la gare Saint-Lazare – à deux pas de chez vous – le rapide de 8 heures 16 qui vous amènera ici à 9 heures 52 et vous pourrez rentrer à Paris dans l’après-midi. J’écris à Claude Monet et à quelques autres artistes, représentés dans ma collection, pour les inviter également, mais c’est tout. Permettez-moi d’espérer une réponse favorable et croyez, cher Monsieur Durand-Ruel à mes meilleurs sentiments,
Depeaux74.

102Tel est le point d’orgue d’une relation d’abord commerciale qui devint en tout état de cause une relation où l’estime réciproque n’était pas absente et allait faire, grâce à ces deux hommes, de Rouen, une ville pour l’impressionnisme. Georges Dubosc en fit une remarquable analyse de l’inauguration dans le Journal de Rouen, mais le récit d’Albert Lebourg à son ami Roux a le mérite d’une double analyse, faite du côté de l’ami d’une part, et du côté du donateur de l’autre part. Notons deux absents de marque : le marchand Paul Durand-Ruel et Claude Monet, dont à ce jour on n’en connaît pas les raisons.

103Albert Lebourg écrit le 14 novembre à M. Roux :

  • 75 Bibliothèque municipale de Rouen.

Mon cher ami, voilà, c’est passé. Ça s’est bien passé. Il ne manquait que vous, étant donné que le déjeuner a été intime. Les peintres, le maire, l’adjoint aux beaux-arts, le conservateur du musée, Arsène Alexandre, venu de Paris envoyé par Le Figaro, Roger Milès est venu mais n’a pu déjeuner partant à 2 heures et demie et étant au régime et peut-être aussi pour d’autres causes. À mes compatriotes normands à cette salle, je suis l’aîné et le bénéfice de l’âge a quelque fois du bon puisque […] etc.
J’étais à la gauche du maire, Paulin était à sa droite, à la droite de Depeaux, Raffaëlli magnifique, imposant, à sa gauche Arsène Alexandre qui connaissait déjà Depeaux et qui avait trouvé un mot qui l’avait flatté énormément « l’école de Rouen » et l’école de Rouen va faire son entrée dans le monde à la suite de toutes les balivernes inventées par l’esprit humain et conduite par la main, par les dispensateurs de faveurs contemporaines75 […]

104François Depeaux, alors âgé de cinquante-six ans, venait d’exécuter son souhait mais celui-ci allait vers de nouvelles conquêtes et difficultés ; il n’allait pas s’arrêter en si bon chemin. Observateur de la vie rouennaise, Albert Lebourg écrit à son ami le sculpteur Paul Paulin le 24 novembre :

[…] Il y a longtemps que j’ai vu M. Depeaux. Je le crois du reste très occupé parce qu’il se marie bientôt, je crois.
Je crois qu’il est pris par la question d’argent. Les affaires du divorce ne sont pas terminées, il est paralysé dans ses affaires. Alors il faut tout de même de la prudence. Tu pourras du reste en parler à M. Revel [l’écrivain Jean Revel] ou à M. Toutain [le notaire] quand tu le verras […]

  • 76 Blanche Bellé (1882-1978).

105Effectivement François Depeaux, le 23 décembre, à cinq heures du soir, épouse, en présence de sa mère, Alphonsine-Blanche Bellé.76 Les témoins sont, pour François Depeaux : Pierre Bonvalot, explorateur, ancien député de Paris, Robert Cheuret, industriel et Achille Lefort, député de Rouen, professeur honoraire de l’université. Pour la mariée, il s’agit de Gaston Bellé, cavalier au 6e Chasseur et frère de l’épouse.

Les dix dernières années

106En 1910, lors du quatrième Salon des artistes rouennais qui se tient du 9 avril au 6 mai, Delattre a adressé six tableaux : quatre appartiennent à François Depeaux, qui soutient activement sa carrière. En mai se déroule place Saint-Amand, à la galerie Legrip, l’exposition particulière de Robert-Antoine Pinchon. François Depeaux, sur les vingt-deux tableaux que comporte la manifestation prête quatre tableaux : Le Champ de trèfles (no 1), Le Champ de choux (no 2), Dahlias (no 7) et un magnifique témoignage des grandes inondations du cours de la Seine : Le Cours-la-Reine inondé (no 5).

107Le 26 juin 1910, les autorités portuaires de Swansea arrivent au Havre venant de Bristol via Southampton. Elles sont accueillies par le consul général britannique, M. Churchill et le consul de Rouen, Charles Clipperton. Après cette réception, les officiels embarquent sur la Dame Blanche, reçus par François Depeaux pour remonter la Seine jusqu’à Rouen où les discours vont pleuvoir et rappeler le rôle essentiel dans le négoce du charbon de François Depeaux. À l’automne, le 19 septembre, François Depeaux adresse le billet suivant à Robert-Antoine Pinchon :

  • 77 Archives privées.

Mon jeune ami,
M. Arsène Alexandre, critique d’art devant venir à Rouen mercredi prochain (après demain) pour voir la Seine maritime, je serais très heureux si vous vouliez bien l’accompagner. Départ à bord de la Dame Blanche au port des yachts à 8 heures précises. Réponse demain, mardi, obligerait.
Votre dévoué, Depeaux77.

108Comme on le voit depuis vingt ans, c’est l’un des plaisirs du négociant-armateur-yachtman de descendre la Seine en compagnie d’invités de marque. Comme on ne le dira jamais assez, François Depeaux voulait faire de Rouen une ville dynamique, mais ses projets ou « visions » dérangeaient beaucoup trop. À la suite de la visite du président Millerand à Rouen et au Havre les 9 et 10 septembre, il écrivait :

Il est nécessaire que la nouvelle voie projetée du Havre à Paris passe par Rouen et devrait être la suivante : une seconde voie ferrée du Havre à Paris – projet de la ligne nouvelle sans tunnels et passant par Rouen – et création d’une gare centrale.

109En fin d’année, le 21 décembre, François Depeaux a la douleur de perdre sa mère qui s’éteint en son domicile du 25, boulevard Cauchoise, à l’âge de quatre-vingts ans. Elle repose au cimetière monumental de Rouen, dans le caveau familial.

110Rouen va vivre en 1911 sous le signe du millénaire normand, dont l’instigateur est Georges Dubosc. De nombreuses festivités vont s’y dérouler. Dans le domaine artistique, la première de ces manifestations est le cinquième Salon des artistes rouennais, où Joseph Delattre expose dix toiles. François Depeaux n’a prêté que Paysage d’hiver (no 70).

111En mars se tient la nouvelle exposition particulière de Robert-Antoine Pinchon où son mécène prête Le Champ de bourraches (no 5). Compte tenu de ses vieilles relations commerciales avec la ville de Swansea, François Depeaux avait surveillé d’un œil intéressé la progression des travaux du musée de la ville. Sir Richard Glynn Vivian offre sa collection en 1905 à la ville, qui traîne des pieds. François Depeaux, lui, renouvelle son don en 1908 et le 14 mai 1909 a lieu la pose de la première pierre. Avant l’ouverture qui a lieu le 6 juillet, il décide d’offrir des œuvres de peintres rouennais : deux tableaux de Delattre, un de Lebourg, ainsi que un pour Frechon, Guilbert et Vignet. Au début de l’année 1912, François Depeaux remercie Joseph Delattre « […] des bons vœux [que] vous avez pris la peine de m’écrire […] » et poursuit :

  • 78 Idem.

[…] c’est avec peine, ai-je besoin de le dire, que j’ai appris que votre état de santé ne s’améliore pas malgré les bons soins que vous prenez. Il n’y a à cela rien d’étonnant étant donné la température continuellement humide dont nous sommes qualifiés depuis l’été dernier. Il faudrait être amphibie pour se porter bien dans une pareille atmosphère78 !

112Joseph Delattre ne pouvait quitter Petit-Couronne : physiquement très mal en point et matériellement dans le besoin, père d’une famille de quatre enfants, il lui était impossible d’assumer un tel déplacement. Comme lors des autres manifestations du Salon des artistes rouennais, du 16 mars au 22 avril, François Depeaux prête une œuvre sur les sept présentées par Joseph Delattre. C’est la dernière fois que Joseph Delattre va exposer. François Depeaux envoya le 18 avril, le billet suivant :

  • 79 Idem.

Mon cher Delattre,
Pour répondre à votre désir je suis prêt à offrir à l’État le tableau que je vous ai prêté pour les artistes rouennais, mais à la condition que ce soit pour le Luxembourg où je serais heureux de le voir voisiner avec les toiles de Lebourg, lesquelles furent également miennes… pour peu de temps.
M’étant trouvé ce matin avec Delaunay à la triste cérémonie d’inhumation de Jean Marrou, je lui ai fait part de la chose afin qu’il fasse le nécessaire en insistant sur ce que c’est à la condition formelle que le tableau ira au Luxembourg que je m’en séparerai.
En hâte. Tout à vous,
Depeaux79.

  • 80 Idem.

113Alors que ses jours sont comptés, François Depeaux lui adresse ce billet, « à bord de la Dame Blanche », le 4 août : « Votre tableau est en route pour Paris et j’espère pour le Luxembourg. Amitiés. Depeaux80. » Le 6 août, à cinq heures du matin, Joseph Delattre décède et, dans les heures qui suivent, François Depeaux va agir. Le 7 août a lieu l’enterrement à Petit-Couronne en ce modeste bourg où se trouve la maison natale de Pierre Corneille. Ce fut François Depeaux qui fit l’éloge funèbre du peintre avec des mots choisis et durs pour les pouvoirs publics. Le père de Robert-Antoine Pinchon souhaita retranscrire dans le Journal de Rouen ces paroles, et François Depeaux lui écrivit :

  • 81 Idem.

Suivant le désir que vous m’en avez exprimé ce matin, je vous envoie ci-joint, le texte des quelques paroles que j’ai prononcées sur la tombe du pauvre Delattre. Si elles doivent être reproduites dans le Journal de Rouen, je désire que ce soit intégralement de façon que les idées qui y sont émises ne soient pas incomplètes.
Agréez, cher Monsieur, mes sincères civilités.
Depeaux81.

114François Depeaux fit un éloge appuyé à l’artiste disparu, comparant les vies si difficiles que Sisley et Delattre avaient eues. François Depeaux était certainement le mieux placé pour parler de ces deux artistes : « […] Leurs vies furent tristement semblables, car on dirait que la nature, cette grande maîtresse de l’univers, a voulu que les difficultés naturelles de leur vie soient comme la rançon des qualités qu’elle donne à ses élus […] »

  • 82 Ernest Morel (1854-1918), peintre, revuiste, rédacteur à La Dépêche de Rouen.

115Devant le désarroi qui s’est emparé de la veuve du peintre, François Depeaux, comme l’avait fait Monet pour les enfants de Sisley, rassemble les œuvres présentes dans l’atelier du peintre et fait un cachet d’atelier avec le soutien d’Ernest Morel82, rédacteur à La Dépêche de Rouen. N’étant pas homme à baisser les bras, devant la décision municipale d’acheter une toile de Joseph Delattre, le 23 février 1913, il écrit dans le Journal de Rouen :

Monsieur le Directeur,
Tous ceux qui s’intéressent aux questions artistiques en notre ville, à ses musées, ainsi qu’à une bonne utilisation de ses ressources ne peuvent qu’approuver les remarques très judicieusement formulées par M. Valin au conseil municipal, à l’occasion de l’achat d’une toile de ce pauvre et fier artiste rouennais qu’était Joseph Delattre. Il est d’évidence même que si, comme M. le maire avait bien voulu le laisser espérer lors de son arrivée à la tête de la municipalité – et comme pendant de nombreuses années Delattre l’espéra en vain – l’administration avait, de son vivant, acheté une ou deux toiles à cet artiste (ce qui eût été pour lui un encouragement en même temps qu’une aide précieuse) la ville les aurait possédées à des conditions beaucoup plus avantageuses pour elle que Les Coteaux de Biessard dont l’acquisition vient d’être votée.

116La toile fut achetée 1 500 francs avec une participation de l’État de 50 %. Assurément, la toile retenue n’était pas des meilleures ; il eut été si simple de choisir chez Legrip en 1905. Cette polémique s’est déroulée durant le Salon des artistes rouennais (du 8 février au 9 mars 1913). Un hommage fut rendu au maître de Petit-Couronne avec quatre-vingt-onze numéros. Parmi ces œuvres, constatons l’apport très important de François Depeaux, avec treize toiles. En 1914, après le huitième Salon des artistes rouennais, va se tenir en mai chez Legrip une exposition consacrée à Joseph Delattre avec une quarantaine de toiles et esquisses.

117La préoccupation de François Depeaux est de préparer l’exposition de Swansea en juin-juillet, où il se propose d’adresser quarante-trois tableaux. Parmi les artistes retenus on peut relever : Guilbert, Lebourg, Frechon, Buron, Couchaux, La Querrière, Vaumousse, Mascart, Mme Noémie, Allard-Frère, Boutigny, Delattre, Pinchon et Hénocque. François Depeaux a prêté dix-sept œuvres de sa collection. De plus, il fait imprimer une plaquette chez Lecerf à Rouen, L’école de Rouen, ses peintres et ses ferronniers. Il a confié le texte à Georges Dubosc qui écrit :

Ce mouvement d’art fut encouragé et soutenu, notamment par notre concitoyen M. François Depeaux qui, en même temps qu’il faisait don à la ville de Rouen d’une collection de maîtres impressionnistes, demanda qu’une salle spéciale fût consacrée aux jeunes artistes rouennais dont les œuvres sont, ainsi, entrées dans notre musée municipal… M. Depeaux s’est également attaché, il y a une trentaine d’années à la rénovation du bel art de la ferronnerie […]

118Mais la guerre éclate, et le 3 août 1914 l’Allemagne déclare la guerre à la France. Nous disposons de peu d’informations sur cette période. Ce qui est sûr, c’est que le port de Rouen connut une activité considérable et que le commerce y était intense. Deux expositions prirent place pendant cette époque : « Pour nos soldats, pour nos artistes », exposition d’art du 15 décembre 1915 au 15 janvier 1916 où François Depeaux apparaît dans le comité d’honneur ; il en est de même pour l’exposition d’art : « Pour leurs mutilés », les artistes belges avec le concours des peintres normands, de novembre 1916 à janvier 1917 au cours de laquelle il achète un tableau de Marthe Verhaeren. C’est aussi pendant cette période que décède Pierre Vauthier, peintre et ami de la famille Depeaux, à Beauchamp en février 1916.

119François Depeaux savait que Robert-Antoine Pinchon avait été en première ligne et blessé, puis fait prisonnier et envoyé en Allemagne. Le 7 septembre 1916, François Depeaux adresse une longue lettre très cordiale à l’artiste :

  • 83 Archives privées.
  • 84 Idem.

Mon cher Pinchon,
Nous avons appris avec une satisfaction naturellement toute relative, que vous avez été fait prisonnier et non pas tué ainsi que le bruit en avait couru et que vous êtes en bonne santé […] J’ai installé un cabinet de travail dont les murs sont ornés de six Pinchon : Les Roches de Saint-Adrien – effet bleu, Les Roches de Saint-Adrien – effet rose83, Le Pré au Loup sous la neige, Le Chemin du Mont-Gargan, les Fumées au Perret avec le portrait de l’artiste qu’ainsi je vois tous les jours en pensant avec satisfaction que nous le reverrons un jour – peut-être bientôt… Mme Depeaux me charge de vous adresser ses amitiés auxquelles je joins ma cordiale et affectueuse poignée de mains de votre dévoué,
Depeaux84.

120Deux décès au cours de l’année 1917 vont particulièrement éprouver François Depeaux : le premier est celui du maître-ferronnier Ferdinand Marrou, âgé de 81 ans, le 10 mai. Le second est celui de Léon Monet, frère de Claude, survenu le 8 août à Maromme, à l’âge de 82 ans. Fabricant de produits chimiques à Déville-lès-Rouen, nous avons vu plus haut son influence artistique sur le plan local et son rôle déterminant dans la découverte des impressionnistes auprès de Félix Célestin et François Depeaux. Cette même année 1917, François Depeaux fait paraître deux opuscules : Flotte charbonnière française. Transports par chalands, qui est un projet de François Depeaux ; et en décembre : Guerre de 1914-1919 : à propos du manque d’anthracite, imprimé chez Lecerf et composé de 43 pages.

  • 85 Idem.

121Robert-Antoine Pinchon put regagner Rouen après la fin de la guerre et, sur l’insistance de son ami Jean-Charles Contel, il partit en Bretagne durant une quinzaine de jours, à Trégastel et Saint-Jean-du-Doigt. Il est probable qu’à peine rentré, Robert-Antoine Pinchon souhaitait montrer ses derniers tableaux à François Depeaux. Celui-ci lui a acheté Les Arbres sous le vent. C’est vraisemblablement l’ultime tableau acheté à Pinchon, et l’un des derniers de la collection. Le précieux agenda de François Depeaux nous apprend en détail les activités de ses derniers mois : départ de Rouen, le 17 janvier, séjour à Paris, puis Lyon pour arriver à Cannes, à l’Elysée-Palace à 5 heures, le 21 janvier. François Depeaux, accompagné de son épouse et de son fils resteront jusqu’au 22 avril sur la Côte d’Azur pour ne regagner Lescure que le vendredi 30 avril85.

122Redevenu rouennais depuis janvier 1914, Charles Angrand expose au Salon des artistes rouennais et note :

  • 86 Correspondances de Charles Angrand, F. Lespinasse, Lagny sur Marne, 1988.

[…] par contre Ottmann, autre invité, a toute une salle : beaucoup de numéros appartiennent à Depeaux, qui a trouvé là une belle occasion de publicité pour son peintre – je dis trouvé – plutôt faudrait-il dire probablement qu’il l’a fait naître à cette occasion, en suggérant l’invitation86.

123François Depeaux espère à cette époque mettre en place sur la Côte Sainte-Catherine un immense monument aux morts, en hommage aux victimes du conflit. Le 30 juillet, il note :

Rendez-vous au musée de peinture avec MM. André Schoeller et Augry, 2 heures à Lescure, 3 heures ½ aux Terrasses, reviendront bientôt pour prendre photographies pour la publication qu’ils préparent sur l’œuvre de Lebourg – M. Schoeller m’a promis faire belle exposition de l’école de Rouen à la galerie Georges Petit sans qu’il en coûte rien aux artistes – à revoir à ce sujet.

124Le 3 septembre : « visite de Couchaux (de Sommery) lui ai acheté (700 francs) toile intitulée Le Père Dumont », et le 18 septembre François Depeaux constate la pose de la première pierre des bassins des Prairies Saint-Gervais.

125Sachant Albert Lebourg frappé d’une hémiplégie, François Depeaux lui adresse ce mot le 9 octobre :

  • 87 Archives privées.

J’apprends à l’instant que vous êtes très souffrant, comme tel est également mon cas et que je suis bloqué à Lescure ; il m’est, à mon grand regret impossible d’aller prendre de vos nouvelles. Excusez-moi et cramponnez-vous comme j’essaie de le faire moi-même87 […]

126Mais la maladie était la plus forte et le 11 octobre 1920, à 8 heures et demie du soir, dans sa propriété de Lescure, François Depeaux rendait son dernier soupir.

Notes

1 Bernard du Chatenet, Joseph Delattre : 1858-1912, Rouen, BDS, 1974.

2 François Lespinasse, Robert Antoine Pinchon : 1886-1943, Rouen, François Lespinasse, 1990.

3 Publié à Paris, Presses de la Fondation nationale des sciences politiques, 1982.

4 Sur Ferdinand Marrou (1836-1917), voir le Journal de Rouen, 11 mai 1917, article nécrologique de Georges Dubosc. Il n’existe à ce jour aucune étude sur sa vie ni son œuvre.

5 Sur Léon Monet (1835-1917), voir le Journal de Rouen, 10 août 1917, article de Georges Dubosc.

6 François Lespinasse, Joseph Delattre : 1858-1912, Rouen, F. Lespinasse, 1985.

7 Ibid.

8 Eugène Brieux (1858-1932), journaliste, auteur de pièces de théâtre, puis académicien.

9 François Lespinasse, Charles Frechon et Michel Frechon, s. n., Rouen, 2004 ; Diederik Bakhuÿs, François Lespinasse et Laurent Salomé, Charles Frechon (1856-1929), catalogue de l’exposition du musée des Beaux-Arts de Rouen, 13 juin-21 septembre 2008, Milan, Silvana Editoriale ; Paris, diff. Vilo, 2008.

10 Paul Toutain (1848-1925), notaire le jour, écrivain la nuit. Il fut très proche de François Depeaux.

11 Octave Mirbeau, Correspondance avec Claude Monet, Pierre Michel et Jean-François Nivet (éd.), Tusson, Éditions du Lérot, 1990.

12 Daniel Wildenstein, Claude Monet, Biographie et catalogue raisonné, Lausanne ; Paris, Bibliothèque des arts, 1979, t. III, « 1887-1898. Peintures », lettre no 1132.

13 Ibid., lettre no 136.

14 Ibid., lettre no 137.

15 Ibid., lettre no 143.

16 Ibid., lettre no 146.

17 Octave Mirbeau, Correspondance avec Camille Pissarro, Pierre Michel et Jean-François Nivet (éd.), Tusson, Éditions du Lérot, 1990, p. 130.

18 Archives Durand-Ruel.

19 Félix Roux (1850-1923).

20 Daniel Wildenstein, op. cit., lettre no 175.

21 Ibid., lettre no 184.

22 Bibliothèque municipale de Rouen.

23 Archives Durand-Ruel.

24 Daniel Wildenstein, op. cit., lettre no 245.

25 Archives Durand-Ruel.

26 Idem.

27 Idem.

28 Archives privées.

29 Voir : Roger Marx, un critique aux côtés de Gallé, Monet, Rodin, Gauguin, catalogue de l’exposition du musée des Beaux-Arts de Nancy, 6 mai-28 août 2006, Catherine Méneux (dir.), Nancy, Ville de Nancy ; Versailles, Artlys, 2006.

30 Janine Bailly-Herzberg, Correspondance de Camille Pissarro, Paris, Éditions du Valhermeil, 1989, t. IV, « 1895-1898 », lettre no 1205.

31 Dario de Regoyos (1857-1913), peintre espagnol. François Depeaux posséda un tableau de lui.

32 Ibid., lettre no 1214.

33 Archives Durand-Ruel.

34 Idem.

35 Gaston Le Breton (1845-1920), archéologue, écrivain d’art, directeur du musée de Rouen.

36 Jérôme Doucet. Le Salon des beaux-arts, Rouen, imprimerie Lecerf, 1896.

37 Jérôme Doucet (1865-1957) journaliste, auteur de pièces, contes pour enfants et poèmes.

38 Archives Durand-Ruel.

39 Idem.

40 Georges Dubosc (1854-1927), peintre, écrivain, journaliste à la bibliographie considérable.

41 Robert Pinchon (1845-1925), écrivain, auteur de pièces de théâtre, ami de Guy de Maupassant.

42 Simone René-Étienne, dans Études normandes, no 68, 1956.

43 Archives Durand-Ruel.

44 Archives privées.

45 Georges Dubosc, « Par ci, par là. Un peu de peinture. La collection Depeaux. », Journal de Rouen, 22 juillet 1900.

46 Archives Durand-Ruel.

47 Idem.

48 Idem

49 Bailly-Herzberg.

50 Duval, 2009.

51 Bibliothèque municipale de Rouen.

52 Archives privées.

53 Idem.

54 Idem.

55 Idem.

56 Archives départementales de Seine-Maritime, 2 E, reg. 32693.

57 Bibliothèque municipale de Rouen.

58 Archives Durand-Ruel.

59 Bibliothèque municipale de Rouen.

60 Archives privées.

61 Archives Durand-Ruel.

62 Idem.

63 Archives départementales de Seine-Maritime.

64 Archives privées.

65 Archives Durand-Ruel.

66 Idem.

67 François Lespinasse, « Marcel Couchaux (1877-1939) », dans L’École de Rouen, Rouen, Lecerf, 1995.

68 Archives privées.

69 Archives Durand-Ruel.

70 Archives privées.

71 Idem.

72 Institut national d’histoire de l’art, fonds Roger Marx, autographes no 115.

73 Bibliothèque municipale de Rouen.

74 Archives Durand-Ruel.

75 Bibliothèque municipale de Rouen.

76 Blanche Bellé (1882-1978).

77 Archives privées.

78 Idem.

79 Idem.

80 Idem.

81 Idem.

82 Ernest Morel (1854-1918), peintre, revuiste, rédacteur à La Dépêche de Rouen.

83 Archives privées.

84 Idem.

85 Idem.

86 Correspondances de Charles Angrand, F. Lespinasse, Lagny sur Marne, 1988.

87 Archives privées.

Table des illustrations

Légende Fig. 26 Claude Monet, Rue Saint Denis, fête du 30 juin 1878, vers 1878, huile sur toile, 76 x 52 cm, Rouen, musée des Beaux-Arts.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5008/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 864k
Légende Fig. 27 Claude Monet, La Cathédrale de Rouen, Le portail et la tour d’Albane, temps gris, 1893, huile sur toile, 90 x 73 cm, Rouen, musée des Beaux-Arts.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5008/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 114k
Légende Fig. 28 Alfred Sisley, La Seine à La Bouille, coup de vent, 1894, huile sur toile, 80 x 100 cm, Rouen, musée des Beaux-Arts.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5008/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 386k
Légende Fig. 29 La Dame Blanche, photographie, Archive F. L.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5008/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Légende Fig. 30 À bord de la Dame Blanche, photographie, Archive F. L.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5008/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 52k

Auteur

S’intéresse depuis 35 ans aux peintres de l’École de Rouen. Tout en dirigeant une galerie à Rouen, il a publié une quinzaine d’ouvrages consacrés à ces peintres et a été commissaire de plusieurs expositions. Membre du comité scientifique de Normandie impressionniste, il a en projet deux ouvrages : Peintres de la Seine (en collaboration avec Hélène Eisenberg) et François Depeaux : enquête sur un collectionneur rouennais d’impressionnistes.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search