Version classiqueVersion mobile

Impressionnisme : du plein air au territoire

 | 
Frédéric Cousinié

Inscriptions locales : Rouen et la Normandie

Soutenir un impressionnisme local ?

L’impressionnisme à Rouen

Jeanne-Marie David-Frank

Texte intégral

  • 1 La 27e exposition municipale accueille sur ses cimaises un Paysage et une Nature morte de Delattre, (...)

1C’est en 1880 que l’impressionnisme fait officiellement son entrée à Rouen. La première participation à l’exposition municipale de peinture et de dessin de la ville de Joseph Delattre, Léon-Jules Lemaître et Charles Angrand1 ouvre la voie à une décennie riche en débats houleux entre défenseurs de la modernité et tenants de la tradition picturale.

2Le principal théâtre de ces confrontations de points de vue est la presse locale, au premier rang de laquelle Le Journal de Rouen joue un rôle considérable. Le critique artistique de cette publication est alors Alfred Darcel (1818-1893), un des plus farouches opposants à l’impressionnisme de la ville. Originaire de Rouen, il exerce alors à Paris les fonctions d’administrateur de la manufacture nationale des Gobelins. Voici ce qu’il écrit au sujet de ces artistes :

  • 2 Journal de Rouen, 1er octobre 1880

Non pas que nous trouvions qu’il soit mauvais de peindre en plein air et même en plein soleil : mais intervertir volontairement les couleurs et les tons, ne voir que bleu et violet, cela est déjà une preuve que l’on peint selon une idée préconçue et non suivant la nature ; puis ne rien dessiner, ne rien achever pour laisser à la toile toute la saveur de l’impression, c’est se contenter de peu et se fermer la route à toute étude sérieuse et à tout progrès. C’est se maintenir dans l’à-peu-près2.

  • 3 Ibid., 14 octobre 1880

Le vrai [impressionniste], le pur, celui qui voit des harmonies bleues, c’est M. Angrand. Voyez la Gare de Saint-Sever. Les locomotives sont bleues. Il est vrai qu’il y a des savants qui prétendent que le noir n’est que du bleu intense, le noir factice s’entend. Ce bleu, il l’a associé au violet du ciel, le violet étant du bleu modifié par du rouge, le jaune du ballast s’harmonisant par contraste à ce même violet. Tout cela est voulu mais n’est pas fait, et c’est en ce sens que ce paysage – quel paysage ! appartient à l’école impressionniste3.

3Ces premières critiques donnent le ton de l’accueil qui est réservé à ces jeunes artistes pour leur première participation au salon municipal de leur ville natale. Cette année 1880 voit également l’arrivée à Rouen d’un autre opposant à la peinture de plein air. Edmond Lebel (1834-1908), auparavant chargé du musée de Picardie à Amiens, est nommé conservateur du musée des Beaux-Arts de Rouen et directeur de l’école municipale de peinture et de dessin de la ville. Un discours prononcé en 1888 devant ses élèves permet de mesurer le peu de crédit qu’il accorde à la peinture impressionniste :

  • 4 Archives privées.

Pour vous, élèves, qui voulez ouvrir une carrière artistique, devenir des peintres, des sculpteurs, je ne me bornerai pas à vous répéter que le travail est tout, que vous ne saurez jamais assez ; j’ai un autre conseil à vous adresser : c’est celui de ne pas vous révolter contre l’autorité de l’enseignement qui vous est donné. Sans doute l’art n’est pas immuable, imitateur de la nature qui ne change pas, il lui est permis de chercher les moyens d’en varier les expressions. Mais innover n’est pas toujours progresser : plusieurs de vos anciens nous en ont donné la preuve trop manifeste, à l’exposition municipale dernière ; nous les avons vu, avec la prétention de nous livrer les seules impressions dont l’aspect de la nature frappe nos yeux, nous offrir le tableau d’un monde, où nul objet ne se distingue et ne se présente tel qu’il nous est connu ; traits et couleurs, tout est confus et même changé4.

4Les aînés auxquels il fait référence sont Charles Angrand, Charles Frechon, Joseph Delattre et Léon-Jules Lemaître.

5En 1883, Edmond Lebel est reçu à l’Académie de Rouen. Jules Hédou (1833‑1905) prononce un discours en l’honneur du nouvel académicien. Ce grand collectionneur rouennais, qui a légué son importante collection d’estampes à la bibliothèque de Rouen, témoigne à cette occasion de sa très farouche opposition à l’impressionnisme :

  • 5 Jules Hédou, Précis analytique des travaux de l’Académie des sciences, belles-lettres et arts de Ro (...)

Vous me permettez donc de faire quelque chose de plus utile peut être, en répondant à la première partie de votre discours, et j’ai d’autant plus hâte de le faire que, sur ce chapitre, je serai en parfaite communauté d’idées avec vous ; les maximes que vous exposez sont les miennes. Comme vous, je constate et je blâme la voie déplorable dans laquelle se sont engagés plusieurs élèves de l’école de dessin de Rouen, en adoptant les principes patronnés par quelques peintres naturalistes de Paris. Sous les noms divers de réalisme, d’impressionnisme ou de modernisme, ces artistes cherchent à faire prévaloir une école dissidente du bon sens, opposée aux saines traditions de l’art. Le beau n’est pas le but qu’ils cherchent à atteindre. Impuissants à aspirer à la perfection, ils s’efforcent de faire prendre le change au public et de lui persuader que le but suprême de l’art est la simple reproduction de la nature. En cela encore, ils ne sont pas de bonne foi, car ils ne cherchent pas à représenter les objets tels que la nature les donne, mais bien à les peindre tels qu’ils feignent de les voir, ou plutôt à les interpréter selon les formules usités dans cette école. Ne sachant travailler consciencieusement leurs toiles, ni mener leurs tableaux à bonne fin, ils en sont réduits à présenter des œuvres à peine esquissées, et à soutenir, par suite, que c’est ainsi que la nature doit être vue et comprise ; que toute la ligne n’est que la sécheresse et que le dessin doit être primé absolument par l’atmosphère ambiante, qu’elle soit sourde ou lumineuse […]
Voilà déjà quelques années que j’ai entrepris ici même une croisade contre ces excès. Dès l’origine, j’avais pour soutien et pour guide, dans cette guerre, notre cher Gustave Morin ; mais, depuis sa maladie, son absence le laissait presque seul sur la brèche. Aujourd’hui, en vous voyant siéger dans cette enceinte, je me sens plus ferme. Vos paroles m’ont prouvé que je combattais pour la bonne cause et que j’étais l’apôtre des bons principes. Je ne suis plus seul, vous êtes avec moi, et, grâce à vous, nous devrons triompher, car vous pouvez plus que moi dans cette action commune, puisque, comme professeur, vous avez la haute main sur ces jeunes irréguliers qui, par vos conseils et par vos exemples, après avoir jeté leur gourme, rentreront dans le droit chemin et pratiqueront les vraies traditions de l’art.
Quelques-uns résisteront et croiront faire œuvre utile en couvrant des toiles de pain à cacheter, qui, par leur agglomération, auront la prétention de rendre le plein air. Il faut s’attendre à ce résultat et abandonner ces récalcitrants à leur impuissance qu’ils reconnaîtront un jour, car le plus clair résultat qu’ils obtiendront sera d’avoir perdu leur temps et leur travail5.

6Mais là où les artistes impressionnistes rencontrent le plus de difficultés pour faire entendre leurs nouvelles conceptions esthétiques, c’est certainement au centre même de la vie artistique officielle rouennaise : au sein de l’administration de la ville.

  • 6 Joseph Delattre et Charles Frechon reçoivent chacun cette année-là une médaille d’argent de la vill (...)

7Comme nous l’avons vu avec la nomination d’Edmond Lebel, le musée des Beaux-Arts est l’un des bastions de la défense de l’académisme. Les expositions municipales qui s’y tiennent tous les deux ans ont régulièrement accueilli les envois faits par les impressionnistes rouennais. Toutefois, il faut attendre 1886 pour que ces artistes reçoivent leurs premières récompenses officielles6. Jusqu’à cette date, à laquelle les sombres critiques commencent à cesser de pleuvoir sur les peintres de plein air, la ville de Rouen ne fait rien pour les aider à trouver leur place dans le paysage artistique local, pour donner les moyens à une école de peinture de s’y développer. Elle décourage même les aspirations nouvelles auxquelles prétendait un de ces jeunes peintres. Lemaître s’était vu attribuer en 1877 une bourse de la ville pour étudier à l’école des beaux-arts de Paris. Deux ans plus tard, face à l’envoi fait par ce jeune artiste, les membres de la commission demeurent interdits :

  • 7 Œuvre aujourd’hui non localisée.
  • 8 Conseil municipal de la ville de Rouen, procès-verbal de la séance du 21 mars 1879.

C’est avec le regret le plus vif, Messieurs, que votre commission se voit forcée de donner à cette question une réponse négative ; le tableau envoyé par M. Lemaître représente de pauvres gens cherchant sous un parapluie tenu par une jeune fille, un abri contre la neige7. Malheureusement le jeune artiste, qui paraît entraîné sur la pente du genre détestable dit réaliste, a donné à ses types toute la vulgarité qui forme le plus décevant apanage de cette école […] Souhaitons qu’une influence salutaire parvienne à modifier, pendant qu’il en est encore temps, les tendances fâcheuses dans lesquelles M. Lemaître paraît engagé, et le rende aux saines traditions dont il s’inspirait naguère, dans les belles copies d’après Rembrandt ou Ribera, qui lui avaient mérité la continuation de votre appui8.

8C’est en effet Léon-Jules Lemaître (fig. 22) qui a été le premier à introduire les nouveautés de la peinture impressionniste auprès de ses camarades de l’école des beaux-arts de Rouen :

  • 9 Journal de Rouen, 7 juin 1905, nécrologie de Léon-Jules Lemaître.

Les recherches des peintres du « plein air », les tendances des premiers impressionnistes devaient influer vivement sur son tempérament artistique […] Revenu à Rouen, au milieu de sa famille, Léon Lemaître se fit le propagandiste ardent des nouvelles théories de l’impressionnisme et des révolutions dans la technique. Ce grand garçon doux et modeste – trop modeste – se fit l’apôtre éloquent du « plein air », auprès d’un petit groupe de jeunes peintres, conquis facilement à ses idées. On peut dire que Léon Lemaître ouvrit la voie à l’impressionnisme intransigeant d’Angrand, à Frechon, à Joseph Delattre9 […]

9Suivant son exemple et celui des pionniers de l’impressionnisme qu’ils peuvent admirer à Rouen, Angrand, Frechon et Delattre embrassent la manière impressionniste. Angrand, installé à Paris après avoir obtenu un poste de répétiteur au lycée Chaptal, prend le relais de Lemaître et transmet à ses camarades restés à Rouen les dernières nouvelles de l’avant-garde artistique.

  • 10 Sur la collection de François Depeaux, voir l’article de François Lespinasse, admirablement complet (...)
  • 11 Au sujet des collections d’art impressionniste à Rouen, voir : Jeanne-Marie David, « Monet à Rouen  (...)

10Frechon et Delattre ont également la possibilité de se familiariser avec la technique impressionniste en visitant plusieurs collections privées de la ville. Celle de Léon Monet, le frère de Claude, en premier lieu. Delattre (fig. 23) la connaît fort bien puisque le chimiste de Déville est le voisin de ses parents. À l’hôtel du Dauphin et d’Espagne, situé place de la République, ils peuvent également admirer une extraordinaire collection d’œuvres impressionnistes de premier ordre, celle d’Eugène Murer. Enfin, la collection de l’industriel rouennais François Depeaux10, la plus belle collection impressionniste de la ville et une des plus importantes de France ne peut manquer de leur prodiguer des leçons dont ils profitent pleinement pour développer leur art11.

Fig. 22
Léon-Jules Lemaître, Autoportrait, 2e moitié du XIXe siècle, huile sur bois, 22,2 x 16 cm, Rouen, musée des Beaux-Arts.

Fig. 23
Joseph Delattre, Autoportrait, 2e moitié du XIXe siècle – 1er quart du XXe siècle, huile sur carton, 37,5 x 28,7 cm, Rouen, musée des Beaux-Arts.

Fig. 24
Charles Frechon, Autoportrait, 1890-1891, coll. part.

  • 12 La 28e exposition municipale accueille les œuvres de Charles Angrand : Le Gardeur de dindons, et un (...)
  • 13 Bernard du Chatenet, Joseph Delattre, Rouen, BDS, 1974, lettre no 14.

11Choisissant délibérément de demeurer à Rouen et souhaitant participer à chaque salon municipal, Delattre, Frechon et Lemaître décident de mettre en place une véritable stratégie destinée à donner à leur travail la meilleure visibilité possible. Leur participation au salon municipal relève d’une volonté de conviction dont ils ne se départiront jamais. Après l’accueil glacial qui leur a été réservé en 1880, Delattre, Lemaître et Angrand décident de présenter à nouveau leur travail lors de l’édition suivante, en 188212. Un nouvel allié les rejoint : il s’agit de Charles Frechon (fig. 24). Le choix effectué par les artistes est loin d’être innocent. Ainsi, la présentation d’œuvres graphiques est destinée à répondre aux reproches qui leur avait été adressés, comme en témoigne cette lettre de Delattre à Angrand : « J’enverrai aussi un fusain […] pour montrer à ces messieurs que l’on s’occupe encore de dessin13. » Ainsi lorsque les défenseurs de la tradition académique leur reprochent de négliger le travail premier du peintre, l’exercice du dessin, ils répliquent en présentant certaines de leurs plus belles feuilles.

12Suite à leur première participation à l’exposition municipale et à l’accueil plutôt froid qui a été réservé à leur travail, la nouvelle génération d’artistes rouennais commence à se fédérer. Ils créent l’Union artistique rouennaise et exposent durant l’été 1882 dans différents commerces de la ville. Le café Boieldieu, récemment ouvert près du théâtre des Arts, accueille leurs œuvres, tout comme la vitrine du marchand de toiles peintes Raddez, situé rue des Carmes, ainsi qu’en atteste cette lettre de Delattre à Angrand :

  • 14 Ibid., lettre no 4.

Il y a maintenant chez Raddez, rue des Carmes, une exposition permanente pour notre société ; je dois te dire franchement ce que je pense de ça. Cette exposition serait intéressante si nous pouvions renouveler souvent notre vitrine et si le public moitié coton de Rouen n’était pas si bête14.

  • 15 Ibid., lettre no 25.

13Les commerçants et les industriels de la ville semblent être plus ouverts aux nouveautés artistiques que les personnalités officielles du monde de l’art rouennais. Ainsi le Llyod, cercle commercial, industriel et maritime rouennais accueille-t-il en 1887, à l’occasion de son emménagement dans ses nouveaux locaux du quai du Havre, une exposition montrant des toiles de Sisley, Monet ou encore Pissarro15. Le fait que le jeune François Depeaux ait été tout récemment nommé intendant du cercle n’est peut-être pas étranger à l’organisation d’une telle manifestation.

14Un autre commerce accepte de prêter ses vitrines aux impressionnistes rouennais. Ce lieu devient rapidement une tribune ouverte à ces artistes qui, en dehors des manifestations officielles bisannuelles, éprouvent des difficultés à montrer leur travail dans leur propre ville. Ce généreux commerçant est M. Legrip, qui tient un magasin de fournitures pour artistes situé au 59, rue de la République. « À l’ami des arts » devient rapidement le lieu d’exposition régulier pour Frechon, Angrand, Lemaître et Delattre, qui ouvre le bal en y exposant dès 1883. Indéfectible soutien de ces peintres, il ouvre en 1904 une galerie d’exposition attenante à sa boutique, donnant sur la place Saint-Amand, qui fera beaucoup pour la reconnaissance de l’école de Rouen.

15Si les premiers soutiens dont bénéficient ces artistes émanent des commerçants de la ville, le rôle joué pour leur reconnaissance par la presse locale est primordial pour comprendre la progressive tolérance à l’égard de leur production.

16Voyant que les expositions qu’ils organisent ne rencontrent jusqu’ici qu’un faible écho, et conscients du rôle capital joué par la presse sur la formation de l’opinion, ils décident de rallier les journalistes à leur cause. Pour cela, Delattre décide de faire preuve de pédagogie, et entame une campagne « d’éducation artistique » destinée à faire entendre, et par là accepter, leur art aux journalistes. Cette stratégie se met en place en 1886, à l’occasion de la 30e exposition municipale :

Aussi mon cher Angrand, je t’ai défendu comme un peut se défendre soi-même. J’ai même mené devant ta toile trois journalistes ignorants qui, déjà, avaient fait leurs articles, le jour de l’ouverture, au critique du Paris-Rouen ; ce monsieur a changé complètement son article en ta faveur, je te l’enverrai […] j’ai fait la même leçon à Cabot du Journal de Rouen, qui lui aussi devait faire un compte rendu, mais il parait que Darcel se chargera de tout. En voilà encore un critique d’art, en voilà encore un qui fait à la Wolff – quel cancer, mon Dieu !

  • 16 Ibid., lettre no 24.

Tant qu’au [sic] Petit Rouennais, j’ai cru deviner dans le premier compte rendu la plume de Dubosc […] j’ai fait mon devoir auprès du rédacteur du Nouvelliste : il ne s’est pas rendu complètement mais je le reverrai16.

17Il semble que cette visite commentée ait porté ses fruits puisque l’article du Paris-Rouen est en effet élogieux :

  • 17 Paris-Rouen, 1er octobre 1906.

M. Delattre expose La Briquette et un Effet de neige. Nous avions déjà eu occasion de remarquer plusieurs toiles du jeune artiste rouennais déjà connu, aimé et justement apprécié de ses compatriotes. L’effet de neige et la briquette sont dans une note fort originale. Tous les amateurs se disputeront ces exquises petites toiles […] M. Angrand fâchera beaucoup de bourgeois avec son coin de ferme. C’est la peinture de l’avenir, et, à ce titre, il mérite d’être mentionné, car il cherche et c’est beaucoup17.

  • 18 Le Petit Rouennais, 26 octobre 1886.

18La plume la plus enthousiaste est sans conteste celle du critique du Petit Rouennais, qui qualifie l’envoi de Delattre d’« un des meilleurs paysages du Salon18 ». La presse joue donc le rôle de tribune ouverte aux conceptions artistiques nouvelles, et se fait le porte-voix des artistes qui peinent, faute de tribune officielle, à faire entendre leur point de vue. Mais le rôle de la presse ne s’arrête pas là : le journal La Cloche d’argent décide d’organiser dans sa salle des dépêches une exposition des artistes rouennais, à laquelle Frechon et Delattre prennent part.

19Bien vite, les soutiens privés permettent aux impressionnistes rouennais de montrer leur art sous un jour favorable. Ainsi, en 1888, « À l’Ami des arts » accueille une exposition d’œuvres de Delattre, Frechon et Angrand, qui donne au critique Georges Dubosc (fig. 25) l’occasion d’écrire un des plus beaux plaidoyers en faveur des recherches picturales de ces artistes :

  • 19 Journal de Rouen, 4 août 1888.

De tempéraments très différents, trois jeunes peintres rouennais, MM. Angrand, Delattre et Frechon, exposent à la vitrine de M. Legrip, des paysages où se retrouvent, avec des dissemblances fort accusées dans les procédés techniques, des tendances semblables vers la notation exacte de la lumière et de la couleur, tendances qui caractérisent notre art moderne, plein de recherches savantes et complexes19.

  • 20 Le Nouvelliste de Rouen, 24 janvier 1888.

20Cette même année, le journaliste et futur académicien Eugène Brieux permet à Delattre de faire paraître une tribune libre dans le Nouvelliste de Rouen20. Et l’année suivante, ce même journaliste publie le 26 avril dans le Nouvelliste de Rouen un article fondamental pour la compréhension de l’école de Rouen, intitulé « Les impressionnistes à Rouen » :

  • 21 Ibid., 16 avril 1888.

Comme les trois mousquetaires, les impressionnistes rouennais sont quatre ; comme les trois mousquetaires encore, ils sont jeunes, ardents, aimant la lutte et n’ont pas su se garder, à un certain moment, de céder au désir « d’épater les bourgeois » ce à quoi ils ont réussi en attendant mieux. Il est certain qu’on a ri et de bon cœur, devant les premières toiles de Lemaître ; certain encore qu’on s’est esclaffé devant les pointillés de M. Angrand ; il est indubitable qu’on a levé les épaules devant les paysages de Delattre, et que le jury du Salon met une persévérance rare à refuser les toiles de Frechon […] Tels sont les quatre représentants de la nouvelle école de Rouen. Nous serons heureux si nous avons pu convaincre ceux de nos concitoyens qui en doutaient, de la sincérité de leurs efforts et de leur talent. Quant à eux ils persévéreront dans leur tâche soutenus dans la lutte par l’étroite amitié qu’ils se sont voués, et le temps n’est pas loin peut être où ils auront à mettre en commun non plus des tristesses et des déceptions, mais les joies vives du succès mérité et longtemps poursuivi21.

  • 22 Journal de Rouen, 1er novembre 1890.

21Suite à cet article, que Brieux a rédigé après avoir interrogé chacun des artistes cités sur sa façon de travailler, le vent semble tourner en la faveur des impressionnistes rouennais : la très officielle Société des amis des arts les invite à prendre part à une exposition qui se tient à compter du 15 octobre 1889 dans les salles du musée municipal. L’année suivante voit l’ouverture, toujours dans les salles du nouveau musée Sauvageot, d’une exposition permanente destinée à promouvoir l’art rouennais. Les impressionnistes y trouvent naturellement leur place. À l’occasion de cette manifestation, qui ne connaît par ailleurs qu’un succès médiocre, Darcel écrit un article élogieux sur les envois de Frechon et Lamaître22. Signe des temps, même le plus farouche opposant à l’impressionnisme se rallie à leur cause.

22La volonté de promouvoir et de mettre en valeur une école de peinture locale prend le dessus sur le rejet des innovations techniques et stylistiques mises en œuvre par les impressionnistes rouennais. Il faut dire que la voix des principaux acteurs de cette hostilité se fait de plus en plus faible : Dubosc remplace Darcel au Journal de Rouen ; Edmond Lebel prend sa retraite en 1898.

  • 23 À ce sujet, voir le passionnant article de Laurent Salomé, qui fait toute la lumière sur l’histoire (...)

23Au moment où l’impressionnisme commence à être accepté à Rouen, certains de ses plus grands représentants, Monet notamment, sont largement reconnus. La plus belle preuve de cette reconnaissance est le fait que la donation faite par Depeaux au musée de la ville n’a pas été refusée en 190323 contrairement à ce qui a été souvent repris. À cette date, la ville est prête à exposer officiellement certains des plus grands chefs-d’œuvre de l’impressionnisme.

Fig. 25
Philippe Zacharie, Georges Dubosc, vers 1904, 26,4 x 20,4 cm, Rouen, musée des Beaux-Arts.

24Les artistes de l’école de Rouen ont eu de la peine à se faire reconnaître par les instances officielles de la ville. Et lorsque ce fut le cas, ce n’est pas leur talent ni même leur audace technique qui est mise en avant : il s’agit avant tout de promouvoir une école de peinture locale. Une production digne de rivaliser avec les envois parisiens doit être mise en avant. Or, il faut attendre 1906, date de la création de la Société des artistes rouennais – soit près de 20 ans après la première tentative d’union artistique – pour que l’impressionnisme (mais peut-on encore parler de « mouvement impressionniste » à cette date ?) puisse exposer librement et dans de bonnes conditions à Rouen :

Quelques toiles de cette école forçaient en même temps nos expositions municipales, mais, noyées dans la masse des productions banales dont les artistes arrivés encombrent les salons provinciaux sous le fallacieux prétexte d’en « relever le niveau », elles passaient presque inaperçues, et, de plus en plus, l’idée prenait corps parmi nos peintres rouennais de s’affranchir de ces voisinages, de se montrer sous leur véritable jour, et dans le milieu qui convient à leur art personnel. Des critiques réclamaient pour eux des salles spéciales dans les expositions officielles – et ils fussent demeurés dans une véritable obscurité si, il y a deux ans environ, M. Legrip n’avait pris l’initiative généreuse de créer pour eux une galerie spéciale où leurs œuvres ont pu être mises sous les yeux du public dans des conditions excellentes, montrant successivement l’effort global de chacun des principaux peintres de l’école de Rouen.

  • 24 La Dépêche de Rouen, 18 avril 1907.

L’initiative de M. Legrip a porté ses fruits ; elle a permis à tous ces artistes, qui s’ignoraient et travaillaient isolément, de se connaître, de s’apprécier, et comprendre quel lien commun les unit et quel intérêt énorme il y a pour eux à affirmer solidairement leur esthétique. De là est née l’idée d’un nouveau groupement24.

Notes

1 La 27e exposition municipale accueille sur ses cimaises un Paysage et une Nature morte de Delattre, un Portrait de Mme J. par Lemaître et La Gare Saint-Sever vue du pont Grammont d’Angrand.

2 Journal de Rouen, 1er octobre 1880

3 Ibid., 14 octobre 1880

4 Archives privées.

5 Jules Hédou, Précis analytique des travaux de l’Académie des sciences, belles-lettres et arts de Rouen pendant l’année 1882-1883, Rouen, imprimerie d’Espérance Cagniard, 1884, p. 26.

6 Joseph Delattre et Charles Frechon reçoivent chacun cette année-là une médaille d’argent de la ville de Rouen.

7 Œuvre aujourd’hui non localisée.

8 Conseil municipal de la ville de Rouen, procès-verbal de la séance du 21 mars 1879.

9 Journal de Rouen, 7 juin 1905, nécrologie de Léon-Jules Lemaître.

10 Sur la collection de François Depeaux, voir l’article de François Lespinasse, admirablement complet « François Depeaux, une grande collection rouennaise », dans Laurent Salomé (dir.), Une ville pour l’impressionnisme, Monet, Pissarro et Gauguin à Rouen, catalogue de l’exposition du musée des Beaux-Arts de Rouen, 4 juin-26 septembre 2010, Rouen, musée des Beaux-Arts ; Paris, Skira-Flammarion, 2010, p. 124-165.

11 Au sujet des collections d’art impressionniste à Rouen, voir : Jeanne-Marie David, « Monet à Rouen », ibid., p. 38-49.

12 La 28e exposition municipale accueille les œuvres de Charles Angrand : Le Gardeur de dindons, et un fusain : L’Auteur ; Delattre présente Crépuscule, vue de Rouen et La Hêtraie ainsi que deux dessins : Dans la plaine et Croquis divers. Deux portraits de Lemaître sont acceptés : Portrait de M. R. et Portrait de M. I., tandis que pour sa première réception, Frechon présente Les premières feuilles dans la forêt d’Eu.

13 Bernard du Chatenet, Joseph Delattre, Rouen, BDS, 1974, lettre no 14.

14 Ibid., lettre no 4.

15 Ibid., lettre no 25.

16 Ibid., lettre no 24.

17 Paris-Rouen, 1er octobre 1906.

18 Le Petit Rouennais, 26 octobre 1886.

19 Journal de Rouen, 4 août 1888.

20 Le Nouvelliste de Rouen, 24 janvier 1888.

21 Ibid., 16 avril 1888.

22 Journal de Rouen, 1er novembre 1890.

23 À ce sujet, voir le passionnant article de Laurent Salomé, qui fait toute la lumière sur l’histoire de cette donation, qui sera effective en 1909 : « Une ville pour ou contre l’impressionnisme », dans Une ville pour l’impressionnisme, op. cit., p. 16-37.

24 La Dépêche de Rouen, 18 avril 1907.

Table des illustrations

Légende Fig. 22Léon-Jules Lemaître, Autoportrait, 2e moitié du XIXe siècle, huile sur bois, 22,2 x 16 cm, Rouen, musée des Beaux-Arts.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5006/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 380k
Légende Fig. 23Joseph Delattre, Autoportrait, 2e moitié du XIXe siècle – 1er quart du XXe siècle, huile sur carton, 37,5 x 28,7 cm, Rouen, musée des Beaux-Arts.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5006/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Légende Fig. 24Charles Frechon, Autoportrait, 1890-1891, coll. part.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5006/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 564k
Légende Fig. 25Philippe Zacharie, Georges Dubosc, vers 1904, 26,4 x 20,4 cm, Rouen, musée des Beaux-Arts.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5006/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 125k

Auteur

Diplômée de l’École du Louvre, est actuellement en poste aux musées de la ville de Marseille. Elle a consacré son diplôme de recherche appliquée à l’étude de la signature de Claude Monet et a participé à la préparation de l’exposition « Une ville pour l’impressionnisme : Monet, Pissarro et Gauguin à Rouen ». Principales publications : « La signature de Claude Monet » (Zeitschrift für Kunsttechnologie und Restaurierung, 2008), « Monet à Rouen » et chronologie (Une ville pour l’impressionnisme…, catalogue de l’exposition, 2010).

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search