Version classiqueVersion mobile

Impressionnisme : du plein air au territoire

 | 
Frédéric Cousinié

Inscriptions locales : Rouen et la Normandie

Impressionnisme et modernités normandes au xixe siècle

Yannick Marec

Texte intégral

1Comme spécialiste d’histoire économique et sociale, nous voudrions préciser dans quelle mesure l’impressionnisme a pu correspondre à une peinture de la vie moderne, particulièrement dans le contexte normand d’un long XIXe siècle allant des lendemains de la période révolutionnaire à la veille de la première guerre mondiale.

2Nous aborderons cette question à partir d’un territoire normand en fait très divers comprenant cinq départements issus de l’ancienne province de Normandie, un découpage administratif qui doit d’ailleurs beaucoup au représentant de Rouen à l’assemblée constituante, Jacques-Guillaume Thouret (1746-1794) qui était natif de Pont-l’Évêque. Cet ensemble de « pays » a présenté la caractéristique d’entrer de plain-pied dans la modernité économique et politique de l’époque. De ce point de vue, il y a une certaine correspondance entre l’évolution de la Normandie et le renouvellement de la manière de peindre dont l’impressionnisme a été une des éclatantes manifestations.

3Dans cette perspective nous organiserons notre propos autour de trois séquences principales. Dans un premier temps, nous envisagerons les traductions de la modernité économique normande. Puis nous évoquerons les relations entretenues entre l’affirmation républicaine en Normandie et le renouveau du marché de l’art avec la nouvelle peinture. Enfin, en guise de conclusion, nous chercherons à mettre en évidence quelques uns des attraits de la diversité normande.

La modernité économique normande

4Proche de l’Angleterre, la Normandie a été une des premières régions françaises touchées par la première révolution industrielle, celle des mécaniques textiles et de la machine à vapeur. Parmi les applications de cette nouvelle technologie, figure notamment l’utilisation rapide des bateaux à vapeur et surtout l’essor des voies ferrées.

La Normandie, les applications de la machine à vapeur et leurs conséquences

  • 1 Hélène Bocard, Jean-François Belhoste, Claire Étienne et al., De Paris à la mer. La ligne de chemin (...)

5Cette région figure parmi les premières touchées par l’innovation technique liée à l’usage de la machine à vapeur. Ainsi, dès 1816, un premier navire à vapeur anglais remonte la Seine jusqu’à Paris. En 1841, on compte 32 navires à vapeur dans le port du Havre alors qu’à la même époque, il n’y en a qu’une quinzaine à Marseille. La substitution progressive de la vapeur à l’usage de la voile contribue à accélérer et intensifier les relations commerciales avec l’Angleterre, mais aussi des pays plus lointains, en particulier les États-Unis, qui deviennent le principal lieu d’approvisionnement en coton des usines textiles de Normandie. À l’inverse, le port du Havre devait s’affirmer au cours du siècle comme un des principaux ports européens d’émigration en direction des Amériques1.

Fig. 12
Claude Monet, La gare Saint-Lazare, 1877, huile sur toile, 75 x 104 cm, Paris, musée d’Orsay.

Fig. 13
Eugène Boudin, L’heure du bain à Trouville, 1864, huile sur toile, Paris, galerie Schmit.

6L’usage de la vapeur comme force motrice trouve aussi des applications dans le domaine industriel avec l’essor du nombre d’usines utilisant les machines à vapeur, d’abord en complément de l’énergie hydraulique, puis comme principale, voire exclusive, source d’énergie. Cela devait d’ailleurs favoriser un phénomène de concentration industrielle autour de quelques pôles majeurs au détriment de l’ancien « système de la fabrique » qui survivra néanmoins dans les campagnes normandes autour des villes industrielles jusque dans les années 1860, voire au-delà. Toutefois, bien des vallées industrielles qui avaient dû leur développement à la force hydraulique demeureront des lieux d’activités usinières durant tout le long du XIXe siècle et une bonne partie du XXe siècle.

  • 2 Ibid., p. 11.

7L’autre grande application de la machine à vapeur est l’essor des voies ferrées. Ainsi la ligne de chemin de fer Paris-Rouen, ouverte en 1843 est l’une des premières en France (fig. 12). Elle devait être prolongée jusqu’au Havre en 1847, puis vers Dieppe l’année suivante. Les premiers projets étaient d’ailleurs bien antérieurs, puisqu’ils remontaient au milieu des années 1820. Mais les divergences sur le tracé et la nécessité de faire appel à une main d’œuvre qualifiée, principalement anglaise, les nombreux travaux de terrassement nécessaires effectués par des Belges, des Allemands de Rhénanie et aussi des Normands, avaient contribué à retarder la mise en chantier. Par la suite, le maillage devait se diversifier avec l’ouverture de la ligne Paris-Cherbourg en 1858, et celle en direction d’Amiens en 1867. L’introduction du chemin de fer constitue une innovation décisive en matière de transport. D’abord par l’accélération des voyages : ainsi, de Paris à Rouen il fallait une douzaine d’heures en bateau à vapeur comme en diligence. Par voie ferrée à partir de la gare Saint-Lazare, la durée se réduisait à environ 3 heures 30, avec 2 heures supplémentaires pour aller jusqu’au Havre2.

8Sous la Troisième République, le plan Freycinet de 1879 a permis le développement de voies d’intérêt local qui ont favorisé l’intensification des relations et la diffusion du progrès technique dans les campagnes normandes. Cela a aussi contribué à accélérer le développement de l’émigration rurale en direction des villes industrielles et portuaires, tout en suscitant une transformation non moins spectaculaire des loisirs des élites, avec notamment l’essor de la mode des bains de mer (fig. 13). Ainsi d’anciens villages de pêcheurs comme Étretat ou Trouville deviennent des lieux de villégiature, tandis que des villes comme Dieppe ou Deauville s’affirment comme des lieux de rencontre des privilégiés de la fortune, des artistes, des peintres et des écrivains.

Normandie industrielle, Normandie agricole

9Il existe cependant de fortes disparités dans l’espace économique normand. La Seine-Inférieure est le seul département véritablement industriel à la fin du siècle. L’agriculture n’y représente plus qu’environ 27 % des activités, tandis que l’industrie, avec 38 % des emplois, s’est affirmée comme le principal moteur de l’économie. Le Calvados et l’Eure sont en position intermédiaire, avec environ la moitié des emplois dans l’agriculture. L’Orne et surtout la Manche demeurent à dominante agricole, avec respectivement 56 et 60 % des emplois au recensement professionnel de 1896.

  • 3 Voir : Alain Lemenorel, L’Impossible révolution industrielle ? Économie et sociologie minières en B (...)

10Dans ce panorama général, on peut noter deux aspects principaux, à savoir l’importance de la vallée de la Seine comme axe industriel et portuaire majeur ainsi que la relative désindustrialisation des pays de Basse-Normandie, même s’il existe quelques pôles industriels et portuaires dynamiques comme Cherbourg ou la région du sud de Caen marquée par l’essor de la sidérurgie avec l’exploitation des mines de fer3.

11Du point de vue de l’emploi industriel, le textile l’emporte nettement avec plus de 90 000 personnes dans la filature et le tissage auxquelles s’ajoutent près de 85 000 emplois dans l’industrie du vêtement. Cependant, la métallurgie demeure une activité non négligeable qui emploie plus de 30 000 personnes à la fin du XIXe siècle. À côté de cela, il existe une grande diversité d’activités industrielles, d’aspect traditionnel comme celles gravitant autour de l’exploitation du bois qui regroupent plus de 45 000 personnes, les cuirs et les peaux (plus de 16 000 emplois) ou plus modernes, comme celles de la chimie au sens large qui incluent aussi bien les usines à gaz de ville, les fabriques de teinture ou, à partir des années 1860, l’importation et la transformation du pétrole à partir du Havre.

12Cependant, malgré ce dynamisme industriel, surtout perceptible dans la Seine-Inférieure de l’époque, l’image rurale de la Normandie demeure très présente, du fait notamment de l’extension continue des herbages depuis le XVIIe siècle et surtout le XVIIIe siècle, périodes marquées aussi par la disparition progressive de la jachère. En réalité au niveau agricole, la Normandie demeure une juxtaposition de régions particulières. Elle comporte au début du XIXe siècle deux grands systèmes : les pôles herbagers du Pays d’Auge, le Bessin-Cotentin et le Pays de Bray. Ailleurs, les céréales l’emportent. Cependant, le XIXe siècle correspond bien à une période d’affirmation du stéréotype de la « Normandie verte » avec l’apparition de productions emblématiques liée à la diffusion des herbages, des vergers et surtout des pommiers, des prairies artificielles. C’est l’époque du triomphe de la vache normande, alors que d’autres formes d’élevage déclinent, en particulier celui des ovins, les effectifs chevalins et porcins connaissant des destins plus aléatoires, notamment dans la seconde moitié du siècle.

13Il convient ici d’éviter les faux-semblants d’une image rurale traditionnelle, celle qui assimile la Normandie à la vache normande, au cidre et au camembert qui seraient des productions d’un autre âge, antérieures à la modernisation de l’agriculture. Il s’agit bien au contraire de traductions de la modernité normande. La race bovine normande par exemple est en fait une création du XIXe siècle due aux progrès de la sélection et du croisement des espèces. Bonne laitière, excellente beurrière, elle est aussi une bonne race à viande. Elle répond aux nouveaux besoins alimentaires, particulièrement du marché parisien, désormais de plus en plus orientés vers les produits de l’élevage, les besoins en céréales devenant moins pressants du fait d’une augmentation, certes inégale mais réelle, du niveau de vie.

La Normandie portuaire

  • 4 Voir : Michel Croguennec, Les Chantiers de Normandie. 1893-1987. Un siècle de construction et de ré (...)

14L’une des autres caractéristiques de la Normandie du XIXe siècle est aussi l’existence d’une forte activité portuaire le long de la Seine et des côtes. Dans ce cadre, deux ports majeurs se distinguent : Rouen et Le Havre. Si le port de Rouen a connu un essoufflement marqué de son activité durant la première moitié du siècle, il connaît un renouveau remarquable à la fin du siècle et au début du XXe siècle grâce notamment aux travaux effectués pour approfondir le chenal et aménager les bords de Seine. À partir de l’extrême fin du siècle, la construction navale en plein essor abandonne la voile pour la vapeur. Les chantiers de Normandie lancent alors des navires importants comme le paquebot Pachitea ou le contre-torpilleur Le Janissaire en 19104.

15Le regain d’activité du port de Rouen, qui arrive au deuxième rang des ports français après Marseille mais avant Le Havre à la veille du premier conflit mondial, tient surtout aux besoins de la région parisienne dont Rouen constitue une sorte d’avant-port. Cela entraîne une diversification des activités industrielles dans l’agglomération, particulièrement sur la rive gauche de la Seine (notamment dans le quartier Saint-Sever). Toutefois, seul le marché colonial permet à l’industrie textile de se maintenir, avec difficulté d’ailleurs, le début du XXe siècle étant marqué par un essoufflement de ce qui demeure néanmoins le fondement industriel de la métropole normande.

  • 5 Voir : Jean Laignel, Antiquitez du Havre de Grâce. Une histoire inédite écrite en 1711, Hervé Chaba (...)
  • 6 Jacques-Sylvain Klein, La Normandie, berceau de l’impressionnisme, 1820-1900, Rennes, Éditions Oues (...)

16Les transformations de la ville du Havre paraissent encore plus spectaculaires, dans la mesure où la cité océane qui faisait encore figure de ville portuaire d’importance moyenne durant les premières décennies du siècle (moins de 21 000 habitants en 1821) est devenue à la veille de la première guerre mondiale la plus importante ville de Normandie, avec plus de 136 000 habitants en 1911 contre environ 125 000 pour l’ancienne capitale de Normandie. « Porte océane » de la France mais aussi de l’Europe, à partir de laquelle s’embarquent des milliers d’émigrés vers les Amériques, Le Havre est alors non seulement un port important grâce notamment au commerce colonial et transocéanique, mais également une ville industrielle de premier ordre. Cette évolution a été accélérée par l’annexion par Le Havre de territoires de la banlieue en 1852, et par la destruction des anciennes fortifications. Celles-ci rappelaient la mission originelle de cette cité, créée en 1517 par François Ier pour surveiller l’entrée de la Seine face à la menace anglaise5. C’est à ce contexte d’essor industriel et portuaire que le tableau fondateur de la peinture impressionniste Impression, soleil levant (fig. 14) doit son origine6.

Fig. 14
Claude Monet, Impression, soleil levant (Le Havre), 1872, huile sur toile, 48 x 63 cm, Paris, musée Marmottan.

17Le dynamisme économique normand gagne aussi d’autres cités portuaires, plus modestes sans doute, mais néanmoins très actives comme Fécamp, le port des Terre-Neuvas, Dieppe qui n’est pas seulement la cité des bains de mer, ou encore Granville et surtout Cherbourg, qui développe une véritable banlieue industrielle autour de son port et de son arsenal.

18La modernité normande peut aussi s’appréhender à partir de son évolution politique et sociale favorable au développement d’une nouvelle école de peinture et d’un nouveau marché de l’art.

Républicanisme et renouveau du marché de l’art

19L’affirmation du régime républicain à partir des années 1870 se fait certes différemment selon les différentes contrées de Normandie. Il existe même des régions, en particulier dans le Calvados ou l’Orne mais aussi le Pays de Caux, où l’influence du bonapartisme et du conservatisme subsiste jusqu’à la fin du XIXe siècle. Cependant, un fait majeur de la période est néanmoins la progression décisive et en définitive irréversible des idéaux républicains, avec différentes nuances, particulièrement en milieu urbain.

Des villes républicaines, moteur de la modernité politique

  • 7 Voir : Pierre Ardaillou, Les Républicains du Havre au XIXe siècle (1815-1889), Rouen, Publications (...)

20Les départements normands, s’ils demeurent à majorité rurale durant tout le XIXe siècle, la Seine-Inférieure faisant figure d’exception, sont néanmoins déjà relativement urbanisés par rapport à l’ensemble national. À partir des petites villes mais surtout des plus importantes, les idées républicaines gagnent du terrain durant les débuts de la Troisième République. Cela vaut particulièrement pour la ville du Havre qui bascule du côté de la République dès la fin du Second Empire. Dans les années suivantes, elle devait même faire figure de « forteresse de la République7 » sous la houlette de personnalités comme Jules Siegfried ou Félix Faure, élu président de la République en 1895.

21À Rouen, il faut attendre le milieu des années 1870 pour que la République l’emporte durablement. Là aussi, quelques fortes personnalités ayant de surcroît un sens affirmé du social, comme les maires et futurs ministres Louis Ricard (fig. 15) et Maurice Lebon accompagnent un mouvement de républicanisation qui rompt avec les anciennes idéologies dominantes. Ailleurs, en particulier dans l’Eure et les départements de Basse-Normandie, la tendance est plus incertaine. Ainsi la paysannerie bas-normande, qui représente encore plus de la moitié de l’électorat à la fin du XIXe siècle, demeure très attachée aux élites traditionnelles. Cependant les villes sont déjà largement acquises au « parti » républicain, en particulier la bourgeoisie urbaine qui entraîne dans son sillage les classes populaires. Il existe aussi quelques personnalités qui symbolisent l’enracinement républicain comme Henry Chéron, maire de Lisieux à 27 ans, puis député de Caen et ministre dans le gouvernement Clemenceau de 1906. Ce « Gambetta normand » déploie une activité inlassable au service de la cause républicaine, en cherchant à rassembler ses différentes nuances. Pour gagner l’électorat socialiste, il va même jusqu’à entonner L’Internationale devant les travailleurs caennais au soir de son élection en 1906 !

Fig. 15
Léon Bonnat, Louis Ricard, ministre de la Justice, 1895, huile sur toile, 92 x 73,5 cm, Rouen, musée des Beaux-Arts.

22Les bastions avancés du républicanisme se trouvent en effet également en ville avec l’apparition des premières municipalités socialistes qui peuvent d’ailleurs entretenir des relations parfois tendues avec les représentants du pouvoir républicain. C’est le cas notamment à Sotteville-lès-Rouen, première localité du département de Seine-Inférieure à passer au socialisme en 1896. L’implantation socialiste est également notable à Elbeuf, sans que celle-ci puisse permettre la conquête de la mairie, même si le maire Charles Mouchel, en place de 1894 à 1911, est proche du socialisme indépendant. D’abord cantonné dans ces deux villes industrielles, le socialisme s’est peu à peu étendu à toute la région de Rouen et au Havre, principalement à partir des élections de 1892-1893.

  • 8 Voir : Alexandre Duval-Stalla, Claude Monet-Georges Clemenceau : une histoire, deux caractères, Par (...)
  • 9 Paris, Plon-Nourrit.

23Cette évolution d’ensemble traduit l’émergence d’une société plus ouverte, plus démocratique aussi, notamment depuis qu’une loi de 1882 a permis l’élection des maires. Elle s’inscrit dans un processus de laïcisation des institutions et du corps social qui a certainement influencé au moins certains peintres impressionnistes. Quelques-uns parmi les plus célèbres, tels que Courbet, Monet, ou Pissarro ne sont pas restés indifférents au contexte politique de leur temps. Les engagements en faveur de la Commune de Courbet ou les idées proches de l’anarchisme de Pissarro sont connus. De même, l’amitié durable entre Monet et Clemenceau et leur foi commune dans la République8. Il en reste un beau témoignage, l’ouvrage de Georges Clemenceau, Claude Monet. Les Nymphéas, publié en 19289.

Les mécènes de l’impressionnisme

  • 10 Philipp G. Nord, Les Impressionnistes et la politique, traduit de l’anglais par Jacques Bersani, Pa (...)
  • 11 Voir : Pierre Assouline, Grâces lui soient rendues. Paul Durand-Ruel, le marchand des impressionnis (...)

24Cette rencontre entre le nouveau régime et la nouvelle peinture doit sans doute être nuancée. Tous les peintres impressionnistes n’ont pas été républicains, en particulier Cézanne et Degas qui à la fin du XIXe siècle firent mouvement vers la droite nationaliste, voire antisémite, au moment de l’Affaire Dreyfus. Auguste Renoir se rangea aussi à l’époque parmi les antidreyfusards10. D’autre part, parmi les partisans et les soutiens de l’impressionnisme, les collectionneurs et marchands de tableaux n’ont certes pas tous été de « parfaits » républicains. De ce point de vue la personnalité de Paul Durand-Ruel (1831-1922), sans doute l’un des plus efficaces promoteurs de la nouvelle peinture, mène à se garder de rapprochements trop hâtifs. Ce marchand de tableaux parisien, qui a beaucoup fait pour la promotion nationale et internationale de l’impressionnisme, se rattachait en effet à un courant de pensée ultraconservateur, monarchiste, catholique et antidreyfusard11.

  • 12 Marc-Henri Tellier, François Depeaux (1853-1920). Le charbonnier et les impressionnistes, Rouen, ch (...)

25En revanche, avec le collectionneur François Depeaux (1853-1920) (fig. 16), le principal donateur de tableaux impressionnistes du musée des Beaux-Arts de Rouen, nous sommes bien en présence d’un industriel et négociant philanthrope, armateur et régatier fortement engagé du côté de la République, comme son père Félix Depeaux (1815-1891). Celui-ci avait participé à la fondation du Progrès de Rouen, journal libéral d’opposition sous le Second Empire. Il devait d’ailleurs faire partie du premier conseil municipal à majorité républicaine élu à Rouen en 1874. À partir de 1880, il devait aussi représenter le sixième canton de Rouen, correspondant au quartier Saint-Sever, au conseil général de la Seine-Inférieure. C’est dans ce faubourg que se situait la crèche Saint-Jean qu’il avait contribué à fonder, et qui dépendait de la franc-maçonnerie rouennaise. Par testament, il légua l’immeuble à l’œuvre avec une somme de 20 000 francs. Son fils François devait participer à la cérémonie de remise du bâtiment et de pose d’une plaque commémorative en juin 1891. Celui-ci poursuivit d’ailleurs l’action philanthropique du père, notamment comme fondateur des bains-douches de Rouen en 1897. L’établissement était situé quai de France à proximité de son usine de concassage du charbon, située quai Jean-de-Bethencourt12.

Fig. 16
Anonyme, François Depeaux (1853-1920), photographie, coll. Marc-Henri Tellier.

  • 13 8, rue de Sèze à Paris

26Davantage encore que son action sociale ou éducative (il contribua à la création en 1902 du « collège de Normandie » situé à Mont-Cauvaire), son rôle de mécène a durablement marqué l’histoire de Rouen. Après diverses péripéties liées à son divorce d’avec sa première épouse née Eugénie Decap, mais aussi aux réticences de la bourgeoisie culturelle locale, il fit don à la ville de Rouen d’un ensemble d’œuvres impressionnistes qu’il avait pu rassembler. Au total, son don effectué en mai 1909 comportait 52 peintures et un pastel. Cela ne représentait qu’une petite partie d’une collection qui peut être évaluée à plus de 600 tableaux, mais qui a beaucoup souffert des ventes générées par les démêlés conjugaux de François Depeaux dont le divorce fut prononcé en juillet 1904. Grâce notamment à l’entremise du marchand Durand-Ruel, avec lequel il entretenait d’excellentes relations, le mécène rouennais a réussi à racheter une partie de ses tableaux mis en vente par l’intermédiaire de la galerie Georges Petit13. Il fit aussi, en 1911, une donation de 6 toiles d’artistes de l’école de Rouen à la Glyn Vivian Art Gallery de Swansea, localité du Pays de Galles à proximité de laquelle se trouvait la mine d’anthracite qu’il exploitait.

27Dans sa lettre de donation adressée au maire de Rouen Auguste Leblond, le 24 mai 1909, François Depeaux écrivait en se référant à une première proposition de donation effectuée en 1903 :

  • 14 S.-R. Étienne, « Les impressionnistes et la Normandie », Études normandes, no 68, 1956, p. 280, rep (...)

Cette collection n’a pas toute l’importance qu’elle avait alors, puisque pour satisfaire à des formalités légales il a fallu qu’elle passât en vente publique et que quelques toiles enviées m’ont été ravies, mais telle qu’elle est, cette collection me paraît donner encore une juste idée de ce qui a été appelé l’impressionnisme, mais qui serait plus justement désigné sous le titre d’école de plein air. En offrant cette collection à la ville de Rouen, mon but est de contribuer à la réputation artistique de notre vieille et chère cité, en même temps que de rendre hommage à un art et à des artistes qui, en apprenant à mieux voir la nature, cette grande et admirable consolatrice m’ont, en même temps, appris à la mieux aimer […]. Je suis heureux de penser que ma ville natale sera une des premières sinon la première, en province […] à ouvrir toutes grandes les portes de son musée à cet art qui, tant critiqué à ses débuts et il y a quelques années encore, a maintenant conquis par la vérité de la technique et la conviction ardente de ses apôtres, Claude Monet, Sisley, Renoir, Degas, Cézanne, Pissarro, Guillaumin, Lebourg et tous les jeunes venus à leur suite, sa place parmi les plus belles productions du génie humain14 […]

L’ouverture du marché de l’art

28Parmi les soutiens de l’impressionnisme, il faudrait aussi évoquer des marchands d’art locaux comme la maison Legrip, qui possédait à Rouen une galerie rue de la République ou encore quelques critiques d’art, particulièrement Georges Dubosc (1854-1927) du Journal de Rouen, véritable chantre de l’impressionnisme. Dans son petit livre L’École de Rouen, ses peintres, ses ferronniers, il écrit :

  • 15 S.-R. Étienne, art. cité, p. 278.

C’est simplement un groupe d’artistes jeunes et ardents procédant des principes d’études de la nature, directement observée, en plein air, principes qu’ont établis les maîtres de l’impressionnisme : Claude Monet, Sisley, Renoir, Guillaumin. C’est surtout l’ambiance aérienne, légèrement brumeuse et humide qui enveloppe toutes les rives de la Seine…, c’est cette atmosphère fine, argentée, mobile et changeante, mettant chaque chose à sa place, à sa valeur, qui, en cet endroit, donne à la vision un charme si profond et si véritablement indéfinissable. Les grands paysagistes étaient déjà passés à Rouen, Turner, Bonnington, Huet, Corot, Lapostolet, Lépine, Boudin. Puis séjours prolongés des maîtres de l’impressionnisme : Claude Monet, Pissarro, Sisley. Deux hommes servirent de guides à cette réunion des artistes rouennais : Lebourg et Delattre, ce mouvement fut encouragé par Monsieur Depeaux15.

29Cette action menée en faveur de l’impressionnisme est rendue possible grâce à l’ouverture du marché de l’art liée à une certaine démocratisation de la culture, et à la diffusion de nouvelles pratiques culturelles. C’est principalement la bourgeoisie avec ses différentes strates qui en profite, mais cela favorise néanmoins un renouvellement des sensibilités et des modes artistiques. Progressivement, les thèmes consacrés de l’académisme avec ses sujets religieux, mythologiques ou historiques sont délaissés au profit des scènes de genre plus intimes, de la peinture de l’instantané et de la vie moderne. La mode des bains de mer, d’abord aristocratique, se diffuse dans d’autres couches de la population. L’apparition de nouveaux thèmes davantage en phase avec l’évolution de la société ainsi que les nouveautés techniques comme l’usage des tubes de couleur contribuent à la diffusion de la nouvelle peinture.

30La circulation plus aisée de l’argent permet aussi le développement du marché de l’art et la constitution multipliée de collections particulières dans une société encore très marquée par le désir d’accumulation. Certes, le goût prononcé pour les tableaux juxtaposés sur les murs des salons peut donner la préférence aux portraits de famille de facture très classique. Cependant, c’est l’existence même d’un nouveau marché de l’art relayé par les galeries et certains critiques d’art favorables à l’impressionnisme qui permet cette mutation culturelle. En Normandie, elle peut aussi s’appuyer sur la diversité des paysages, la sensibilité à l’individuel comme au collectif ou l’ouverture au monde.

En guise de conclusion : la diversité normande et ses attraits

31La Normandie, avec ses différents « pays » et la diversité de ses productions aussi bien rurales qu’artisanales ou industrielles, est en effet propice au développement de la peinture de plein air. L’amélioration des communications, l’attrait de la mer pour les élites parisiennes et européennes, le goût de la nature mais aussi les concentrations usinières, symboles d’une nouvelle modernité, sont autant d’atouts pour l’ancienne province de Normandie qui devient un des lieux privilégiés de l’essor de l’impressionnisme.

Paysages ruraux, paysages industriels et collectifs

32Les nombreuses études d’Eugène Boudin représentant des paysages ruraux marqués par l’élevage de la vache normande traduisent une attention particulière pour les nouveautés rupestres et les transformations du monde agricole. Mais il serait aussi possible d’évoquer la série des meules de Claude Monet, ou même l’Angélus de Millet, pourtant a priori très connoté par sa dimension religieuse.

  • 16 Voir : Gustave Le Bon, La Psychologie des foules, Paris, Félix Alcan, 1895.
  • 17 Voir : Gérard Gosselin, Yannick Marec, Martine Thomas, Le Dessin de presse à l’époque impressionnis (...)

33La Normandie, c’est aussi la naissance des agglomérations industrielles et portuaires avec l’essor des concentrations usinières et humaines. La nouvelle peinture peut y trouver aussi bien des sujets intimistes que l’occasion d’une description des phénomènes de foule, à une époque fortement marquée par cette thématique, tant dans la production scientifique16 que dans la presse à sensation. Le XIXe siècle est en effet celui de l’essor de la presse régionale, dont l’un des principaux titres est sans doute le Journal de Rouen qui rayonne bien au-delà de la métropole normande. C’est aussi une période de diffusion du dessin de presse auquel s’exercent nombre de futurs peintres impressionnistes, l’illustration photographique des journaux demeurant encore problématique17. Ainsi, l’entrée par le dessin de presse permet notamment de situer l’époque durant laquelle s’est affirmée la peinture impressionniste. Elle donne sans doute une importance particulière à la dimension événementielle, mais sans pour autant masquer les faits de société. La période est en effet marquée, comme indiqué plus haut, par l’affirmation du régime républicain en France et par des mutations importantes dans les domaines économiques, sociaux et culturels. Il existe une certaine correspondance entre l’impressionnisme conçu comme une rupture avec l’académisme traditionnel en matière d’art et les différentes manifestations de la modernité qui se sont dévoilées au cours du XIXe siècle, y compris celles débouchant sur la peur du « grand soir » (fig. 17)…

34Mais la Normandie c’est aussi l’ouverture au monde, une dimension qui n’est d’ailleurs pas spécifique au XIXe siècle, mais qui connaît un vrai renouveau avec l’expansionnisme européen outre-mer. Les entreprises coloniales prolongent ainsi la période des grandes découvertes du XVIe siècle, qui avait d’ailleurs contribué à la fortune portuaire de villes comme Rouen ou Dieppe.

Fig. 17
Markous (Louis Marcoussis), « Le grand soir », Le Rire du 1er mai 1909, coll. Gérard Gosselin. Légende : « Marianne : Je n’ai jamais vu ces horribles figures. Clemenceau : Mais si. Seulement tu ne t’en souviens pas : tu étais si jeune sous la Commune ! »

Une nouvelle ouverture au monde

35Dès la première moitié du siècle, l’intérêt pour les horizons nouveaux a été stimulé par la proximité de l’Angleterre, à la fois modèle et repoussoir pour les entrepreneurs normands. La sensibilité libérale de la bourgeoisie commerçante havraise tire sans doute sa force de la nécessité de cette ouverture au monde et de l’exemple britannique. En revanche, l’attrait du protectionnisme chez les industriels du textile rouennais, particulièrement chez l’un de leurs plus prestigieux représentants, Augustin Pouyer-Quertier, ministre des Finances sous Thiers en 1871-1872, provient certainement de la crainte de la concurrence des produits anglais. Cependant, tous s’accordent sur l’importance des exportations, et la défense de la production nationale s’accommode aisément de l’essor des entreprises coloniales.

36Au-delà des intérêts matériels, l’essor des relations commerciales favorise les contacts avec d’autres cultures et d’autres manières de penser ou de s’exprimer. On en trouve des traductions aussi bien dans le goût des estampes japonaises, perceptibles chez Claude Monet que dans certaines des collections des muséums d’histoire naturelle, telle cette panoplie de samouraï donnée par le dessinateur Jules Adeline à l’établissement rouennais. L’attrait pour les horizons lointains a aussi présidé à la création de la Société normande de géographie en 1879. Certes, d’autres sont bien plus anciennes, puisque celle de Paris date de 1821 avec cependant une fondation relativement tardive d’une société de géographie commerciale (en 1876 seulement). En réalité, il s’agit surtout d’accompagner les entreprises coloniales, un enjeu véritablement stratégique dans les relations internationales de l’époque.

37En Normandie, il existe cependant des spécificités liées au commerce transocéanique et à la position géographique de certains ports qui deviennent des lieux d’embarquement privilégiés pour le nouveau monde. Cela concerne principalement Le Havre d’où partent des millions d’émigrés vers les Amériques. La gare maritime de la cité devient ainsi au début du XXe siècle un des paysages familiers de toute une population cosmopolite qui donne une atmosphère si particulière à la « cité océane ».

38Au total, la Normandie a donc présenté bien des attraits pour les peintres de l’impressionnisme. Cela plaide sans doute en faveur d’une certaine identification de cet ensemble de « pays » très divers avec l’émergence et l’affirmation de la nouvelle peinture. Il serait cependant réducteur de conclure à une parfaite adéquation entre Normandie et impressionnisme. La peinture impressionniste a aussi trouvé des éléments d’inspiration dans d’autres contrées et elle a aussi obtenu sa reconnaissance dans d’autres lieux, en particulier la capitale, notamment comme principal centre du marché de l’art.

Bibliographie

Bibliographie complémentaire

Clout Hugh, « Popular geographies and scholarly geographies in provincial France : the Societé Normande de Géographie, 1879-1937 », Journal of Historical Geography, no 34-1, 2008, p. 24-47.

Desert Gabriel, La vie quotidienne sur les plages normandes du Second Empire aux années folles, Paris, Hachette, 1983.

Marec Yannick (coord.), Daviet Jean-Pierre, Garnier Bernard, Laspougeas Jean et Quellien Jean, La Normandie au XIXe siècle, à paraître aux Éditions Édilarge – Ouest-France.

Notes

1 Hélène Bocard, Jean-François Belhoste, Claire Étienne et al., De Paris à la mer. La ligne de chemin de fer Paris-Rouen-Le Havre, Paris, Inventaire général du patrimoine culturel, APPIF, 2005, p. 111.

2 Ibid., p. 11.

3 Voir : Alain Lemenorel, L’Impossible révolution industrielle ? Économie et sociologie minières en Basse-Normandie, 1800-1914, Caen, Cahiers des Annales de Normandie, no 21, 1988.

4 Voir : Michel Croguennec, Les Chantiers de Normandie. 1893-1987. Un siècle de construction et de réparation navale en Seine-Maritime, Rouen, Éditions Petit à petit, 2008.

5 Voir : Jean Laignel, Antiquitez du Havre de Grâce. Une histoire inédite écrite en 1711, Hervé Chabannes et Dominique Rouet (éd.), Rouen, Publications des universités de Rouen et du Havre, 2010.

6 Jacques-Sylvain Klein, La Normandie, berceau de l’impressionnisme, 1820-1900, Rennes, Éditions Ouest-France, 1999, p. 99.

7 Voir : Pierre Ardaillou, Les Républicains du Havre au XIXe siècle (1815-1889), Rouen, Publications des universités de Rouen et du Havre, 1999.

8 Voir : Alexandre Duval-Stalla, Claude Monet-Georges Clemenceau : une histoire, deux caractères, Paris, Gallimard, 2010.

9 Paris, Plon-Nourrit.

10 Philipp G. Nord, Les Impressionnistes et la politique, traduit de l’anglais par Jacques Bersani, Paris, Taillandier, 2009, p. 155.

11 Voir : Pierre Assouline, Grâces lui soient rendues. Paul Durand-Ruel, le marchand des impressionnistes, Paris, Gallimard, 2004.

12 Marc-Henri Tellier, François Depeaux (1853-1920). Le charbonnier et les impressionnistes, Rouen, chez l’auteur, 2010, p. 66.

13 8, rue de Sèze à Paris

14 S.-R. Étienne, « Les impressionnistes et la Normandie », Études normandes, no 68, 1956, p. 280, repris par François Lespinasse dans Une ville pour l’impressionnisme. Monet, Pissarro et Gauguin à Rouen, catalogue de l’exposition du musée des Beaux-Arts de Rouen, 4 juin-26 septembre 2010, Laurent Salomé (dir.), Paris, Skira-Flammarion, 2010.

15 S.-R. Étienne, art. cité, p. 278.

16 Voir : Gustave Le Bon, La Psychologie des foules, Paris, Félix Alcan, 1895.

17 Voir : Gérard Gosselin, Yannick Marec, Martine Thomas, Le Dessin de presse à l’époque impressionniste 1863-1908. De Daumier à Toulouse-Lautrec, catalogue de l’exposition à l’Institut national des sciences appliquées de Saint-Étienne-du-Rouvray, 5 juin-30 septembre 2010, Saint-Étienne-du-Rouvray, Democratic Books (2e éd.), 2010.

Table des illustrations

Légende Fig. 12Claude Monet, La gare Saint-Lazare, 1877, huile sur toile, 75 x 104 cm, Paris, musée d’Orsay.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5004/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Légende Fig. 13Eugène Boudin, L’heure du bain à Trouville, 1864, huile sur toile, Paris, galerie Schmit.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5004/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 576k
Légende Fig. 14Claude Monet, Impression, soleil levant (Le Havre), 1872, huile sur toile, 48 x 63 cm, Paris, musée Marmottan.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5004/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 432k
Légende Fig. 15Léon Bonnat, Louis Ricard, ministre de la Justice, 1895, huile sur toile, 92 x 73,5 cm, Rouen, musée des Beaux-Arts.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5004/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 472k
Légende Fig. 16Anonyme, François Depeaux (1853-1920), photographie, coll. Marc-Henri Tellier.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5004/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Légende Fig. 17Markous (Louis Marcoussis), « Le grand soir », Le Rire du 1er mai 1909, coll. Gérard Gosselin. Légende : « Marianne : Je n’ai jamais vu ces horribles figures. Clemenceau : Mais si. Seulement tu ne t’en souviens pas : tu étais si jeune sous la Commune ! »
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/5004/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 188k

Auteur

Professeur d’histoire contemporaine à l’université de Rouen et vice-président du conseil scientifique du Comité d’histoire de la Sécurité Sociale. Lauréat de l’Académie des sciences morales et politiques et de la Société française d’histoire des hôpitaux, il a notamment publié Vers une République sociale ? Un itinéraire d’historien. Culture politique, patrimoine et protection sociale aux XIXe et XXe siècles (Publications des universités de Rouen et du Havre, 2009) et, en collaboration avec Gérard Gosselin et Martine Thomas, Le dessin de presse à l’époque impressionniste 1863-1908. De Daumier à Toulouse Lautrec (Paris, Democratic Books, 2010).

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search