Version classiqueVersion mobile

Thomas Corneille (1625-1709)

 | 
Myriam Dufour-Maître

Bibliographie

Texte intégral

Sont repris ici l’ensemble des ouvrages et articles cités dans ce volume, auxquels s’ajoutent les références bibliographiques concernant son sujet, sans ambition d’exhaustivité toutefois.

Œuvres de Thomas Corneille, par ordre chronologique des éditions1

Les Engagements du hasard, Rouen, Paris, A. Courbé, 1647.

Le Feint Astrologue, Rouen, Paris, Ch. de Sercy, 1651.

Don Bertrand de Cigarral, Paris, Le Petit, 1652.

L’Amour à la mode, Rouen, L. Maurry, 1653 ; Bruxelles, François Foppens, 1654.

Le Berger extravagant, Paris, G. de Luyne, 1653.

Œuvres de Corneille, IVe partie, Paris, A. Courbé, 1654.

Le Geôlier de soy mesme, Paris, A. Courbé, 1656.

Les Illustres Ennemis, Paris, A. Courbé, 1657.

Œuvres de Corneille, IVe partie, Paris, G. de Luyne, 1657.

Le Charme de la voix, Paris, A. Courbé et G. de Luyne, 1658.

Timocrate, Paris, A. Courbé et G. de Luyne, 1658.

Bérénice, Paris, A. Courbé et G. de Luyne, 1659.

La Mort de l’empereur Commode, Paris, A. Courbé et G. de Luyne, 1659.

Darius, Paris, A. Courbé et G. de Luyne, 1659.

Le Galand doublé, Paris, A. Courbé, 1660.

Stilicon, Paris, A. Courbé, 1660.

Camma, reine de Galatie, Paris, A. Courbé, 1661.

Maximian, Paris, A. Courbé, 1662.

Le Théâtre de T. Corneille, Paris, Th. Jolly et L. Billaine, 1664, 4 vol.

Pyrrhus, roi d’Épire, Paris, A. Courbé, 1665.

Persée et Démétrius, Paris, G. Quinet, 1665.

Antiochus, Paris, L. Billaine, G. de Luyne, Th. Jolly et G. Quinet, 1666.

Laodice, reine de Cappadoce, Paris, Cl. Barbin et G. Quinet, 1668.

Le Baron d’Albikrac, Paris, G. Quinet et Cl. Barbin, 1669.

Les Métamorphoses d’Ovide, traduites en vers françois par Thomas Corneille : livres I-II, Paris, C. Barbin, 1669 ; livres III-IV, Paris, C. Barbin, 1670 ; livres V-VI, Paris, G. de Luyne, 1672.

Pièces choisies d’Ovide, traduites en vers françois par Thomas Corneille, Paris, C. Barbin, 1670.

La Mort d’Annibal, Paris, Cl. Barbin et G. de Luyne, 1670.

La Comtesse d’Orgueil, Paris, G. de Luyne, 1671.

Ariane, Paris, G. de Luyne, Cl. Barbin et P. Trabouillet, 1672.

Théodat, Paris, G. de Luyne et Cl. Barbin, 1673.

La Mort d’Achille, Paris, Cl. Barbin, 1674.

Circé, tragédie ornée de machines, de changemens de théâtre et de musique, Paris, P. Promé, 1675.

Don César d’Avalos, Paris, J. Ribou, 1676.

L’Inconnu, Paris, J. Ribou, 1676.

Le Triomphe des Dames [livre du sujet], Paris, J. Ribou, 1676.

Psyché, Paris, R. Baudry, 1678.

Le Comte d’Essex, Paris, J. Ribou, 1678.

Bellérophon, Paris, Ch. Ballard et M. de Beaujeu, 1679.

La Devineresse ou Les Faux Enchantements, Paris, C. Blageart, 1680.

La Pierre philosophale [livre du sujet], Paris, C. Blageart, 1681.

Poèmes dramatiques de Th. Corneille, Paris, P. Trabouillet et G. de Luyne, 1682, 5 vol.

Le Festin de Pierre, Paris, Th. Guillain, 1683.

Discours prononcez à l’Académie françoise le 2 janvier 1685, Paris, P. Le Petit, 1685.

Remarques sur la langue françoise de M. de Vaugelas [...] avec des notes de Thomas Corneille, 2 vol., Paris, Girard, 1687.

Poèmes dramatiques de Th. Corneille, Paris, P. Trabouillet, G. de Luyne et A. Besoigne, 1692, 5 vol. [Très nombreuses rééditions].

Médée. Tragedie en musique, Paris, Christophe Ballard, 1693.

Dictionnaire des termes d’arts et de sciences, Paris, J.-B. Coignard, 1694, 2 vol. in-folio.

Les Dames vengées ou la Dupe de soy mesme, Paris, M. Brunet, 1695.

Bradamante, Paris, M. Brunet, 1696.

Les Métamorphoses d’Ovide, mises en vers français, Paris, J.-B. Coignard, 1697.

Dictionnaire universel géographique et historique [...], Paris, J.-B. Coignard, 1708. 3 vol.

Poèmes dramatiques de T. Corneille, nouvelle édition, revue, corrigée et augmentée, enrichie de figures en taille-douce, Paris, Vve Pierre Ribou, 1722.

Poèmes dramatiques, Paris, Vve Gandouin, 1748, avec l’Éloge de M. Corneille par de Boze [1710].

Œuvres, Paris, Valeyre, 1758, 9 vol. [Genève, Slatkine Reprints, 1970].

Voltaire, Théâtre de Pierre Corneille avec des commentaires, Genève, Cramer, 1764.

Chefs-d'œuvre de Thomas Corneille, précédés de son éloge historique par de Boze, Paris, Sautelet, 1825.

Chefs-d'œuvre de Pierre et Thomas Corneille, avec les notes de tous les commentateurs, Paris, C. Béchet, 1828.

Œuvres complètes de P. Corneille, suivies des œuvres choisies de Thomas Corneille, Charles Lahure (éd.), Paris, Hachette, 1857 [nombreuses rééd.]

Théâtre complet de T. Corneille, Edouard Thierry (éd.), Paris, Laplace et Sanchez, 1881.

Le Berger extravagant, pastorale burlesque, Francis Bar (éd.), Genève-Paris, Droz-Minard, 1960.

Timocrate, Yves Giraud (éd.), Genève, Droz, 1970.

Thomas Corneille et Jean Donneau de Visé, La Devineresse, Philip John Yarrow (éd.), University of Exeter, 1971.

L’Amour à la mode, Colette Cosnier (éd.), Paris, A. G. Nizet, 1973.

Stilicon, Christopher J. Gossip (éd.), Genève, Droz, 1974.

Camma, reine de Galatie, Derek A. Watts (éd.), University of Exeter, 1977.

Médée, Jean Duron (éd.), Paris, Avant-scène, 1984.

Timocrate et Ariane, Jacques Truchet (éd.), dans Théâtre du XVIIe siècle, Paris, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade », 1986, t. II.

L’Inconnu, George Forestier (préf.), université de Toulouse-Le Mirail, 1986.

Médée, Edmond Lemaître (éd.), Paris, Editions du CNRS, 1987.

Circé, Jan L. Clarke (éd.), University of Exeter, 1989.

Timocrate, Cambridge, Omnisys, [1990, reprod. de l’éd. d’Amsterdam, chez Abraham Wolfgang, 1662].

La Devineresse, dans Théâtre du XVIIe siècle, Jacques Truchet et André Blanc (éd.), Paris, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade », 1992, t. III.

Médée, Caen-Arles, Théâtre de Caen – Actes Sud, 1993.

Paul Scarron, Le Gardien de soy-mesme. Thomas Corneille, Le Geolier de soy-mesme, Élisabeth Montet (éd.), Toulouse, Société de Littératures classiques – Klincksieck, 1995.

Le Festin de Pierre, Alain Niderst (éd.), Paris, Champion, 2000.

Le Comte d’Essex, Wendy Gibson (éd.), University of Exeter Press, 2000.

Les Engagements du hasard, Monica Pavesio (éd.), Roma, Aracne, 2006.

La Pierre philosophale, Martial Poirson et Gaël Le Chevalier (éd.), dans Féeries, no 3, 2006, p. 253-279.

La Devineresse, ou Les Faux Enchantements, Julia Prest (éd.), Londres, MHRA, 2007.

Documents d’archives

Avignon

Bibliothèque municipale : lettre de Mme d’Huxelles au marquis de La Garde du 16 décembre 1709, ms. Calvet 1421.

Paris

Archives de la préfecture de police : « Notes des gardes et commis aux archives de la Bastille », ms. Bastille.

Bibliothèque-musée de la Comédie-Française : Registres (1673 à 1686).

Bibliothèque nationale de France :
Fonds français 9231, Journal chronologique.
Fonds français 9329 [voir : Giuliana Colajanni, Les Scénarios franco-italiens du ms. 9329 de la BN, Roma, Ed. di Storia e Letteratura, 1970].

Autres œuvres de l’antiquité au XVIIe siècle

Abrégé de l’histoire de l’Église de Philostorge, dans Histoire de l’Église, Louis Cousin (trad.), Paris, P. Rocolet, 1676.

Apollodore, Les Trois Livres de la bibliothèque d’Apollodore, ou de l’Origine des dieus, traduicts par Jean Passerat, Paris, J. Gesselin, 1605.

Aristote, Poétique, Michel Magnien (éd.), Paris, Librairie générale française, « Le Livre de poche », 1990.

Aubignac François Hédelin abbé d’, Dissertations contre Corneille, Nicholas Hammond et Michael Hawcroft (éd.), University of Exeter Press, 1995.

Biancolelli Domenico, Scenario, Delia Gambelli (éd.), dans Arlecchino a Parigi. Lo Scenario di Domenico Biancolelli, Roma, Bulzoni, 1997.

Bussy-Rabutin Roger de, Correspondance de Roger de Rabutin, comte de Bussy, avec sa famille et ses amis (1666-1693), Ludovic Lalanne (éd.), Paris, Charpentier, 1858-1859, 6 vol.

Caussin Nicolas, La Cour sainte, [1624], Paris, D. Bechet, 1664.

Charpentier Marc-Antoine, Mélanges autographes, Paris, Minkoff, 1990-2002, 23 vol.

Chappuzeau Samuel, Le Théâtre françois, Lyon, M. Mayer, 1674.

Choix de lettres du XVII e siècle, Gustave Lanson (éd.), Paris, Hachette, 1909.

Claudien, Éloge de Sérène, dans Œuvres complètes, Charles Héguin de Guerle et Alphonse Trognon (trad.), Paris, C.-L.-F. Panckoucke, 1830-1833, 2 vol., t. II.

Coëffeteau Nicolas, Histoire romaine [1621], seconde édition, Paris, S. Cramoisy, 1623.

Corneille Pierre, Œuvres complètes, André Stegmann (éd.), Paris, Seuil, « L’Intégrale », 1963.
—, Œuvres complètes, Georges Couton (éd.), Paris, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade », 1980-1987.
—, Théâtre complet, Paris, Bordas-Dunod, « Classiques Garnier », Georges Couton et Liliane Picciola (éd.), 1993-1996, 2 vol.
—, Trois Discours sur le poème dramatique, Bénédicte Louvat et Marc Escola (éd.), Paris, Flammarion, « GF », 1999.

Cureau de la Chambre Marin, L’Art de connaître les hommes, Paris, P. Rocolet, 1659.

Dangeau Philippe de Courcillon, marquis de, Journal, Eudore Soulié et al. (éd.), Paris, Firmin-Didot, 1854-1860, 19 vol.

Du Ryer Pierre, Les Vendanges de Suresnes, dans Théâtre du XVIIe siècle, Jacques Scherer et Jacques Truchet (éd.), Paris, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade », 1986, t. II.

Fontenelle Bernard Le Bovier de, Œuvres complètes, Alain Niderst (éd.), Paris, Fayard, 1992, t. IV.

Gracián Baltasar, Agudeza y arte de ingenio, éd. augmentée, Huesca, Juan Nogues, 1648 ; trad. par Benito Pelegrín : Art et figures de l’esprit dans Traités politiques, esthétiques, éthiques, Paris, Seuil, 2005.

Homère, L’Iliade, Paul Mazon et Hélène Monsacré (trad. et éd.), Paris, Les Belles Lettres, 1998.

Justin, Justini Historiarum Philippicarum ex Trogo Pompeio libri XLIV, Paris, Lemaire, 1828.

Lactance, Traité de Lactance de la mort des persecuteurs, mis en françois par M. Maucroix, Paris, F. Muguet, 1680.

La Grange Charles Varlet dit, Le Registre, 1659-1685, Bert Edward Young et Grace Philputt Young (éd.), Paris, Droz, 1947, 2 vol.

Lope de Vega Félix, Parte veynte y dos de las comedias del Fenix de España Lope de Vega Carpio y las meiores que hasta aora han salido..., En Çaragoça, por Pedro Verges a Costa de Iusepe Ginobart..., 1630.

Loret Jean, La Muze historique, ou Recueil des lettres en vers contenant les Nouvelles du temps (1650-1665), t. I : Jules Ravenel et E.-V. de La Pelouze (éd.), Paris, P. Jannet, 1857 ; t. II-IV : Charles-Louis Livet (éd.), Paris, Daffis, 1877-1878.

Machiavel Nicolas, Discours sur la première décade de Tite Live, dans Œuvres complètes, Edmond Barincou (éd.), Paris, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade », 1952.

Molière, Œuvres complètes, Georges Couton (éd.), Paris, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade », 1971, 2 vol.
—, Œuvres complètes, Georges Forestier (éd.), Paris, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade », 2010, 2 vol.

Moreto Agustín, Primera parte de las comedias de Don Agustín Moreto y Cabaña, Madrid, Diaz de la Carrera, 1654 [Éd. numérique : Servicio de Información Bibliográfica y Documentai de la Universidad de Alicante, 1999, à partir de Comedias escogidas, Madrid, Imprenta de los Sucesores de Hernando, « Biblioteca de Autores Espanoles, 39 », 1911.

Nepos Cornelius, Œuvres, Anne-Marie Guillemin (trad. et éd.), Philippe Heuzé et Paul Jal (rév.), Paris, Les Belles Lettres, 1992, p. 144-145.

Orose, Histoires, t. III, livre VII. Contre les païens, Marie-Pierre ArmandLadet (trad. et éd.), Paris, Les Belles Lettres, 1991.

Ovide, Les Métamorphoses, Joseph Chamonard (éd. et trad.), Paris, Flammarion, « GF », 1966.

Primi Visconti, Mémoires sur la cour de Louis XIV, Jean-François Solnon (éd.), Paris, Perrin, 1988.

Pure Michel de, La Précieuse ou le Mystère de la Ruelle [1656-1658], Myriam Dufour-Maître (éd.), Paris, Champion, 2010.

Quinault Philippe, Alceste, suivi de La Querelle d’Alceste (Anciens et Modernes avant 1680), William Brooks, Buford Norman et Jeanne Morgan Zarucchi (éd.), Genève, Droz, 1994.

Racine Jean, Œuvres complètes. I : Théâtre. Poésie, Georges Forestier (éd.), Paris, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade », 1999.

Rotrou Jean de, La Bague de l’oubli, dans Théâtre du XVIIe siècle, Jacques Scherer (éd.), Paris, Gallimard « Bibliothèque de la Pléiade », 1975, t. I.
—, La Bague de l’oubli, dans Georges Forestier (éd.), Théâtre complet, Paris, STFM, 2007, t. IX.
—, La Belle Alphrède, Georges Forestier (éd.), dans Théâtre complet, Paris, STFM, 2007, t. IX.
—, La Doristée, Hélène Baby (éd.), dans Théâtre complet, Paris, STFM, 2002, t. V.

Scarron Paul, Virgile travesti, Paris, Toussaint Quinet, 1648-1650.
—, L’Escolier de Salamanque, ou les Genereux Ennemis, tragi-comédie, Paris, Sommaville, 1655.
—, Le Gardien de soy-mesme. Thomas Corneille, Le Geolier de soy-mesme, Elisabeth Montet (éd.), Toulouse, Société de littératures classiques – Klincksieck, 1995.

Scudéry Madeleine de, Artamène ou le Grand Cyrus, Paris, A. Courbé, 1649-1653, 10 vol. [http://www.artamene.org].
—, Clélie, histoire romaine, Paris, A. Courbé, 1654-1660, 10 vol.
—, Clélie, histoire romaine, Chantal Morlet-Chantalat (éd.), Paris, Champion, 2001-2004, 5 vol.

Segrais Jean Regnault de, Les Nouvelles françaises ou les divertissements de la princesse Aurélie, Paris, Antoine de Sommaville, 1656.

Segrais Jean Regnault de, Les Nouvelles françaises ou les divertissements de la princesse Aurélie, Roger Guichemerre (éd.), Paris, STFM, 1990-1992, 2 vol.

Sévigné Marie de, Correspondance, Roger Duchêne (éd.), Paris, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade », 1972-1978, 3 vol.

Solis Y Rivadeneyra Antonio de, Comedias de Antonio de Solís, Madrid, Clâsicos hispânicos, Consejo superior de investigaciones científicas, 1984.

Sorel Charles, Le Berger extravagant, Paris, T. Du Bray, 1627 [Genève, Slatkine Reprints, 1972, Hervé D. Bechade (introd.)]

Tallemant des Réaux Gédéon, Historiettes, Antoine Adam (éd.), Paris, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade », 1960. 2 vol.

Tite-Live, Histoire romaine, Eugène Lasserre (trad. et éd.), Paris, Garnier frères, 1948-1949, 7 vol.
—, Histoire romaine, t XXI, livre XXXI, Alain Hus (éd. et trad.), Paris, Les Belles Lettres, 1990.
—, Histoire romaine, t. XXIX, livre XXXIX, Anne-Marie Adam (trad. et éd.), Paris, Les Belles Lettres, 1994.
—, Histoire romaine, t. XXX, livre XL, Christian Gouillart (trad. et éd.), Paris, Les Belles Lettres, 1986.

Visé Jean Donneau de, Défense de la Sophonisbe de M. de Corneille, Paris, Claude Barbin, 1663.
—, Défense de la Sophonisbe de M. de Corneille, dans abbé d’Aubignac, Dissertations contre Corneille, Nicholas Hammond et Michael Hawcroft (éd.), University of Exeter Press, 1995.
—, Le Mercure galant, 1672-1724.
—, « [Notice sur Thomas Corneille] »,Mercure galant, janvier 1710, p. 270-299.
—, Nouvelles nouvelles, Paris, Pierre Bienfaict, 1663.

Urfé Honoré d’, L’Astrée, H. Vaganay (éd.), Strasbourg, Heitz, « Bibliotheca romanica », 1922.
—, L’Astrée, « Première partie », Jean-Marc Chatelain, Delphine Denis, Camille Esmein-Sarrazin et al. (éd.), Paris, Champion, 2011.

Zibaldone de Naples, dans Francesco Cotticcelli, The commedia dell’arte in Naples, Boston, Scarecrow Press, 2001.

Œuvres et études du XVIIIe au XXIe siècle

Adam Antoine, Histoire de la littérature française au XVIIe siècle, Paris, Domat, 1948-1956.

Andrieu-Guitrancourt Antoine, Le Festival Corneille. Vingt ans de théâtre à Barentin, 1956-1975, Rouen, Éditions Médianes, 1994.

Antuono Nancy d’, « El repertorio calderoniano de la commedia dell’arte », dans Ignacio Arellano et al. (dir.), Studia Aurea. II : Teatro, Pamplona, GRISO-LEMSO, 1996, p. 141-149.

Apostolidès Jean-Marie, Le Roi-machine, spectacle et politique au temps de Louis XIV, Paris, Minuit, « Arguments », 1981.
—, Le Prince sacrifié. Théâtre et politique au temps de Louis XIV, Paris, Minuit, 1985.

Barthes Roland, Sur Racine, Paris, Seuil, 1963.

Beaussant Philippe, Lully, ou le musicien du soleil, Paris, Gallimard – Théâtre des Champs-Elysées, 1992.

Bénichou Paul, Morales du Grand Siècle, Paris, Gallimard, « Idées », 1948.

Bertaud Madeleine, « D’un Comte d’Essex à l’autre. La Calprenède et Thomas Corneille », dans Madeleine Bertaud et André Labertit (dir.), Amour tragique, amour comique, de Bandello à Molière, Paris, SEDES, 1989, p. 99-133.
—, « Deux Ariane au XVIIe siècle. Alexandre Hardy et Thomas Corneille », Seventeenth-Century French Studies, no 19, 1997, p. 137-148.

Béthery Marianne, « Stilicon ou les effets paradoxaux de l’ambition paternelle », dans Nicole Ferrier-Caverivière (dir.), Thèmes et genres littéraires aux XVIIe et XVIIIe siècles. Mélanges en l’honneur de Jacques Truchet, Paris, PUF, 1992, p. 293-301.

Biandrati Sarah, « La parodia della Médée de Longepierre », dans Magia, gelosia, vendetta. Il mito di Medea nelle lettere francesi, a cura di Liana Nissim e Alessandra Preda, Milano, Cisalpino, 2006, p. 187-197.

Blanc André, « Le Festival de Barentin », Revue d’histoire du théâtre, no 58, 2006, p. 11-16.

Boindin Nicolas, Lettres historiques sur tous les spectacles de Paris, Paris, P. Prault, 1719.

Boquet Guy, « Naissance d’une troupe, genèse d’un répertoire », Revue d’histoire du théâtre, 32-II, 1980, p. 105-126.

Bourdieu Pierre, Les Règles de l’art. Genèse et structure du champ littéraire, Paris, Seuil, 1992.

Bourqui Claude, « La transmission des sujets galants hispaniques à la scène française du XVIIe siècle : hypothèses sur le rôle du Grand Cyrus », dans Gabriel Conesa (dir.), Théâtre et espace mondain, Papers on SeventeenthCentury Trench Literature, vol. 33, no 64, 2006, p. 97-108.

Brereton Geoffrey, « Romanesque Tragedy: Thomas Corneille and Quinault », dans French Tragic Drama in the Sixteenth and Seventeenth Centuries, Londres, Methuen & Comme Ltd, 1973, p. 220-239.

Bricqueville Eugène H. de, Le Livret d’opéra français de Lully à Gluck, 1672 1779, Mayence, Les fils de B. Schott, 1888.

Brooks William, « The tradition of Timocrate and the history of the Marais theatre in 1657 », Modern Language Review, no 69, 1974, p. 56-63.
—, Philippe Quinault, Dramatist, Bern, Peter Lang, 2009.
—, « Philippe Quinault, Thomas Corneille and contrasting approaches to common dramatic material. Stratonice and Antiochus », dans Jane South-wood et Bernard Bourque (dir.), French seventeenth-century Literature. Influences and transformations. Essays in honour of Christopher J. Gossip, Oxford, Peter Lang, 2009, p. 21-37.
— et Norman Buford, Critical and Analytical Chronology of opera performances in Paris and at court from 1655 to 1687, Versailles, Centre de Musique Baroque, 2006, http://www.cmbv.com/fr/banq/fsbanq.htm.
— et Yarrow Philip John, The Dramatic Criticism of Elizabeth Charlotte, duchesse d’Orléans, with an annotated chronology of performances of the popular and court theatre in France (1671-1722), Lewiston, Queenston and Lampeter, Mellen, 1996.

Brumoy Pierre, Le Théâtre des Grecs, Paris, Rollin père et Jean-Baptiste Coignard fils, 1730.

Brunel Magali, « Stilicon de Thomas Corneille : du récit de la cruauté au plaisir galant de l’ingéniosité », Littératures classiques, no 77, 2012, p. 213-228.

Carlez Jules, « Pierre et Thomas Corneille librettistes », Mémoires de l’Académie des sciences, arts et belles-lettres de Caen, s. l., 1881, p. 137-174.

Carson Joe, « Rewriting Roman History : Thomas Corneille’s La Mort de l’empereur Commode », Papers on French Seventeenth Century Literature, vol. 40, no 78, 2013, p. 143-159.

Cecchetti Dario, « Tra censura ideologica e “bienséance” mondana. Il Festin de Pierre di Thomas Corneille », dans Monica Pavesio (dir.), Il Convitato di pietra. Don Giovanni e il sacro dalle origine al Romanticismo, Alessandria, Dell’Orso, 2002, p. 73-100.
—, « Variazioni su tema : la Médée di Thomas Corneille », dans Liana Nissim et Alessandra Preda (dir.), Magia, gelosia, vendetta. Il mito di Medea nelle letterefrancesi, Milano, Cisalpino, 2006, p. 133-161.
—, « La tragédie en musique corne parodia della tragedia classica. Il Thésée di Philippe Quinault », dans Bouquets pour Hélène. Forme e rappresentazioni dell’ironia e dell’umorismo/Formes et représentations de l’ironie et de l’humour, Publif@rum, 2007 no 6, http://publifarum.farum.it.

Cecchetti Dario, « La cerimonia degli addii. Considerazioni su Bérénice e Tite et Bérénice », dans Giuseppe Sertoli et al. (dir.), Comparatistica e intertestualità. Studi in onore di Franco Marenco, Alessandria, Dell’Orso, 2010.

Cessac Catherine, Marc-Antoine Charpentier, Paris, Fayard, 2004.

Chatelain Marie-Claire, Ovide savant, Ovide galant. Ovide en France dans la seconde moitié du XVIIe siècle, Paris, Champion, 2008.
—, « Poétique ovidienne et renouvellement générique au XVIIe siècle », dans Hélène Casanova-Robin (dir.), Ovide. Figures de l’hybride. Illustrations littéraires et figurées de l’esthétique ovidienne à travers les âges, Paris, Champion, 2009, p. 399-414.

Chevalley Sylvie, Album Théâtre classique, Paris, Gallimard, 1970.
—, « La production du Triomphe des dames », dans Mélanges historiques et littéraires sur le XVIIe siècle offerts à Georges Mongrédien par ses amis, Paris, Société d’étude du XVIIe siècle, 1974, p. 377-384.

Cho Mansoo, Les tragédies de Thomas Corneille. Adaptation des sources et recherche dramaturgique, thèse de doctorat, Madeleine Bertaud (dir.), université de Nancy II, 2001.

Cioranescu Alexandre, Le Masque et le visage. Du baroque espagnol au classicisme français, Genève, Droz, 1983.

Clarke Jan, The Guénégaud Theatre in Paris (1673-1680). I: Founding, Design and Production. II: The Accounts Season by Season. III: The Demise of the Machine Play, Lewiston-Queenston-Lampeter, Edwin Mellen, 1998,2001, 2007.
—, « Repertory and Revival at the Guénégaud Theatre, 1673-1680 », Seventeenth-Century French Studies, no 10, 1988, p. 136-153.
—, « Music at the Guénégaud Theatre, 1673-1680 », Seventeenth-Century French Studies, no 12, 1990, p. 89-110.
—, « The Expulsion of the Italians from the Hôtel de Bourgogne in 1697 », Seventeenth-Century French Studies, no 14, 1992, p. 97-117.
—, « Comment définir mineur/majeur ? Une étude du répertoire de la troupe de Molière et de la compagnie de l’Hôtel Guénégaud », Littératures classiques, no 51, 2004, p. 187-204.
—, « La Devineresse and the Affaire des Poisons », Seventeenth-Century French Studies, no 28, 2006, p. 221-234.
—, « Pierre Corneille dans les répertoires de la troupe de Molière et de l’Hôtel Guénégaud », Revue d’histoire littéraire de la France, 2006, p. 571-579.

Collins David, Thomas Corneille Protean Dramatist, Londres, La Haye et Paris, Mouton, 1966 [bibliographie, p. 192-195].

Comparini Lucie et Vuillermoz Marc (dir.), Montrer/cacher : la représentation et ses ellipses dans le théâtre des XVIIe et XVIIIe siècles, Chambéry, université de Savoie, 2008.

Conroy Jane, Terres tragiques. L’Angleterre et l’Écosse dans la tragédie française du XVIe siècle, Tübingen, Narr, 1999. [Le Comte d’Essex]

Cortés Vazquez Luis, Influencia del teatro clásico espahol sobre el francés : Calderón de la Barca y Thomas Corneille, dans Estudios sobre Calderón, actas del Coloquio calderoniano Salamanca 1985, Universidad de Salamanca, 1988, p. 17-31.

Couderc Christophe, « Refundición de refundiciones : Dom César d’Avalos de Thomas Corneille (1674) y la comedia espanola », Criticôn, no 72, 1998, p. 125-142.

Cuche François-Xavier, « Les deux Médée des deux Corneille », Papers on French Seventeenth Century Literature, XXVIII, no 55, 2001, p. 433-447.

Dandrey Patrick, « Dom Juan mis au pas », dans Dom Juan ou la critique de la raison comique, Paris, Champion, 1933, p. 143-198.

Degauque Isabelle, Les Tragédies de Voltaire au miroir de leurs parodies dramatiques : d’Œdipe (1718) à Tancrède (1760), Paris, Champion, 2007.

Deierkauf-holsboer S. Wilma, Le Théâtre de l’Hôtel de Bourgogne, Paris, Nizet, 1968-1970,2 vol.

Del Pino Axel, « Male and Female roles and the quest for power in four tragedies by Thomas Corneille », dans Claude K. Abraham (dir.), Madame de Lafayette, La Bruyère, La femme et le pouvoir au théâtre. Actes de Davis (1988), Paris-Seattle-Tübingen, G. Narr, « Papers on French Seventeenth Century Literature, Biblio 17, 40 », 1988, p. 195-203.

Delamare Nicolas, Traité de la police, Paris, Brunet, 1722-1738, 4 vol.

Denis Delphine, Le Parnasse galant. Institution d’une catégorie littéraire au XVIIe siècle, Paris, Champion, 2001.

Descotes Maurice, « Le Timocrate de Corneille (1656). La stabilisation du public », dans Le Public de théâtre et son histoire, Paris, PUF, 1964, p. 91-126.

Dosmond Simone, « Contribution à la typologie des grandes figures de la tragédie, I : L’ambassadeur romain ou les trois avatars de Flaminius », La Licorne, no 4, 1980, p. 159-168.

Dubois Elfrieda Teresa, Maskell David et Yarrow Philip John, « L’Almanach de La Devineresse », Revue d’histoire du théâtre, no 32, 1980, p. 216-219.

Dufour-Maître Myriam, Les Précieuses. Naissance des femmes de lettres en France au XVIIe siècle, Paris, Champion, 2008.
— (dir.), Pratiques de Corneille, actes du colloque du quatrième centenaire de Pierre Corneille, Rouen, PURH, « Les Corneille », 2012.
— (dir.), Héros, ou personnages ? Le personnel du théâtre de Pierre Corneille, Rouen, PURH, « Les Corneille », 2013.

Dumas Catherine, « De la comedia espagnole à la comédie française : trois exemples chez les frères Corneille »,Romanica Wratislaviensia, no 60, 2013, p. 79-87.

Émelina Jean, Les Valets et les servantes dans le théâtre comique en France de 1610 à 1700, Cannes-Grenoble, CEL – Presses universitaires de Grenoble, 1975.

Falska Maria, Le Baroque et le classicisme dans le théâtre espagnol et français du XVIe siècle, Calderón imité par Thomas Corneille, Lublin, Wydawnictwo Uniwersytetu Marii Curie-Sklodowskiej, 1999.

Ferry Ariane et Naugrette Florence (dir.), Le Texte de théâtre et ses publics, Revue d’histoire du théâtre, 62e année, nos 245-246, 2010.

Forestier Georges, Esthétique de l’identité dans le théâtre français, 1550-1680 : le déguisement et ses avatars, Genève, Droz, 1988.
—, « Approche bibliographique. Vingt-cinq années d’études sur le théâtre tragique du XVIIe siècle (1965-1990) », dans Jacques Morel (dir.), La Tragédie, Littératures classiques, no 16, printemps 1992, p. 269-278.

Forsans Ola, Le Théâtre de Lélio. Etude du répertoire du Nouveau Théâtre italien de 1716 à 1729, Oxford, Voltaire Foundation, 2006.

Fumaroli Marc, « Les abeilles et les araignées », dans Anne-Marie Lecoq (dir.), La Querelle des Anciens et des Modernes, Paris, Gallimard, « Folio classique », 2001.

Funck-Brentano Frantz, Le Drame des poisons, Paris, Hachette, 1899.

Gemmingen Barbara von, « Le “dictionnaire à part” de l’Académie française. Le Dictionnaire des arts et des sciences de Thomas Corneille », dans Bernard Quemada (dir.), Le Dictionnaire de l’Académie française et la lexicographie institutionnelle européenne, Paris, Champion, 1998, p. 153-164.

Genette Gérard, Palimpsestes. La littérature au second degré, Paris, Seuil, 1982.

Gethner Perry, « Carthage et Rome au théâtre. Le conflit entre générosité et machiavélisme », dans L’Afrique au XVIIe siècle. Mythes et réalités, Alia Baccar Bournaz (dir.), Tübingen, Narr, « Biblio 17 », 2003, p. 261-269. [La Mort d’Hannibal].

Gilot Michel et Serroy Jean, La Comédie à l’âge classique, Paris, Belin, 1997.

Giorgi Giorgetto, « Le Berger extravagant : du roman de Charles Sorel à la pièce de Thomas Corneille », dans Catherine Douzou et Frank Greiner (dir.), Le Roman mis en scène, Paris, Classiques Garnier, 2012, p. 135-144.

Goodkin Richard E., « “Born to rebel” revisited. Pierre Corneilles Rodogune and Thomas Corneille’s Persée et Démétrius », dans Claire Carlin (dir.), La Rochefoucauld, Mithridate, Frères et sœurs, Les Muses sœurs. Actes de Victoria, Paris-Tübingen, Narr, « Papers on French Seventeenth Century Literature », 1998, p. 241-255.
—, Birth Marks: The Tragedy of Primogeniture in Pierre Corneille, Thomas Corneille, and Jean Racine, Philadelphia, University of Pennsylvania Press, 2000.

Gossip Christopher J., « Composition et représentation chez Thomas Corneille », Studi francesi, no 12, 1968, p. 471-476.
—, « Timocrate reconsidered », Studi Francesi, no 17, 1972, p. 222-237.
—, « Vers une chronologie des pièces de Thomas Corneille », Revue d’histoire littéraire de la France, no 4, juillet-août 1974, p. 665-678 et no 6, novembre-décembre 1974, p. 1038-1058.
—, « Le goût de l’Antiquité : Thomas Corneille and the Death of Hannibal », Forum for Modem Language Studies, no 26, 1990, p. 13-25.
—, « Du Molière revu et corrigé. Le Festin de Pierre de Thomas Corneille », Le Nouveau Moliériste, nos 4-5, 1998-1999, p. 113-134.
—, « Thomas Corneille and the comic tradition », dans Derek Connon et George Evans (dir.), Essays on French comic drama from the 1640s to the 1780s, Oxford, Lang, 2000, p. 29-41.
—, « “Tenir l’affiche” dans les théâtres parisiens du XVIIe siècle », Revue d’histoire littéraire de la France, 2007, p. 19-33.
—, « Les débuts de Thomas Corneille au théâtre », Revue d’histoire littéraire de la France, no 111, 2011, p. 539-548.

Guellouz Suzanne, « Cet absent à la lourde présence : Hannibal dans le théâtre de Pierre Corneille », dans Héros ou personnages ? Le personnel du théâtre de Pierre Corneille, Myriam Dufour-Maître (dir.), Rouen, PURH, « Les Corneille », 2013, p. 83-94.

Guillou Edouard, Le Palais du soleil, Paris, Plon, 1963.

Habert Mireille, « La réécriture théâtrale du mythe de Jason et Médée chez Pierre et Thomas Corneille, la “griserie du spectaculaire” ? », dans Marie-Claude Hubert (dir.), La Plume du phénix. Réécritures au théâtre, Aix-en-Provence, Publications de l’université de Provence, 2003, p. 55-91.

Hall Gaston, « Verisimilitude and aesthetic coherence in Thomas Corneille’s Timocrate », dans William D. Howarth et al. (dir.), Form and Meaning. Aesthetic coherence in seventeenth-century French Drama. Studies presented to Harry Barnwell, Amersham, Avebury, 1982, p. 92-98.

Harrison Helen L., « Thomas Corneille’s Darius. Tottering on the brink of identity », Papers on French Seventeenth Century Literature, no 22, 1995, p. 525-537.
—, « A Tragedy of gratitude: Thomas Corneille’s Ariane and the demolition of the hero », Australian Journal of French Studies, no 34.2, 1997, p. 183-195.
—, « Writing the script for a strong monarch. Thomas Corneille’s Stilicon », Papers on French Seventeenth Century Literature, no 24, 46, 1997, p. 225-237.
—, « Slaying Sovereigns: Tyrannicide in Thomas Corneille’s La Mort de l’empereur Commode », Romance Notes, no 30.3, printemps 2000, p. 287-294.

Hemaïdi Hamdi, « De La Mort d’Asdrubal à La Mort d’Annibal, ou Z. J. Montfleury et Thomas Corneille, lecteurs de l’histoire de Carthage », dans Alia Baccar Bournaz (dir.), L’Afrique au XVIIe siècle. Mythes et réalités, Tübingen, G. Narr, 2003, p. 271-282.

Howarth William D., French Theatre in the Neo-Classical Era, 1550-1789, Cambridge University Press, 1997.

Hutcheon Linda, A Theory of Parody. The Teachings of Twentieth-Century Art Forms, New York-London, Methuen, 1985.

Issacharoff Michaël, Le Spectacle du discours, Paris, José Corti, 1985.

Joannidès Alexandre, La Comédie-Française de 1680 à 1920 : tableau des représentations par auteurs et par pièces, Paris, Plon, 1921.

Jolibert Bernard, La Commedia dell’arte et son influence en France du XVe au XVIIIe siècle, Paris, L’Harmattan, 1999.

Jurgens Madeleine et Maxfield-Miller Elizabeth, Cent ans de recherches sur Molière, sur sa famille et sur les comédiens de sa troupe, Paris, SEVPEN, 1963.

Kapp Volker, « Thomas Corneille librettiste », dans Jean-Paul Capdevielle et Peter Eckhard Knabe (dir.), Les Ecrivains français et l’opéra, Cologne, G. Mölich, 1986, p. 49 59.

Karsenti Tiphaine, « Éclairer l’obscur. La Médée de Thomas Corneille mise en scène par Jean-Marie Villégier », dans Magia, gelosia, vendetta. Il mito di Medea nelle lettere francesi, Liana Nissim et Alessandra Preda (dir.), Milano, Cisalpino, 2006, p. 363-376 et 411-412 (ill.)

Kowzan Tadeusz, Sémiologie du théâtre, Paris, Nathan, 1992.

La Gorce Jérôme de, L’Opéra à Paris au temps de Louis XIV, Paris, Desjonquères, 1992.

La Harpe Jean-François de, Lycée, ou Cours de littérature ancienne et moderne, Paris, Depelafol, 1825 [Auguste Desrez, 1837].

Lancaster Henry Carrington, A History of French Dramatic Literature in the Seventeenth Century, Baltimore, Johns Hopkins, 1929-1942, 9 vol.
—, The Comédie-Française, 1680-1701. Plays, Actors, Spectators, Finances, Baltimore, The Johns Hopkins Press, 1941.
—, Actors’ Roles at the Comédie-Française according to the « Répertoire des comédies qui se peuvent jouer en 1685 », Baltimore, Johns Hopkins, 1953.

Lanot Jean-Raymond, « Para una sociología del figurón », Risa y sociedad en el teatro del siglo de Oro, actes du 3e colloque du Groupe d’études sur le théâtre espagnol, Toulouse, 1980, Paris, CNRS, 1981, p. 131-148.

Larthomas Pierre, Le Langage dramatique [1972], Paris, PUF, 1980.

Le Brun Jacques, Le Pur Amour de Platon à Lacan, Paris, Seuil, « La Librairie du XXIe siècle », 2002.

Le Chevalier Gaël, Stratégie des regards. Voir et être vu dans le théâtre de Thomas Corneille (1647-1695), doctorat d’études théâtrales, Christian Biet (dir.), université de Paris X-Nanterre, 2007, 2 vol. (dactyl.)
—, « “Personnage-relais” et spectateur chez Thomas Corneille », dans Bénédicte Louvat-Molozay et Franck Salaün (dir.), Le Spectateur de théâtre à l’âge classique (XVIIe -XVIIIe siècles), Montpellier, L’Entretemps, 2008, p. 107-116.
—, « La proie pour l’ombre ou la fable de l’obscurité chez Thomas Corneille », dans Montrer/cacher. La représentation et ses ellipses dans le théâtre des XVIIe et XVIIIe siècles, Lucie Comparini et Marc Vuillermoz, Chambéry, Presses de l’université de Savoie, 2008, p. 65-81.
—, « Du topos à l’esthétique du divertissement. La reconnaissance chez Thomas Corneille », dans La Reconnaissance sur la scène française, XVIIe-XVIIIe siècles, Françoise Heulot-Petit et Lise Michel (dir.), Arras, Artois presses université, 2009, p. 139-152.
—, La Conquête des publics. Thomas Corneille, homme de théâtre, Paris, Classiques Garnier, « Lire le XVIIe siècle, 16 », 2012.
—, « Thomas et Pierre Corneille ou l’art de l’esquive », dans Myriam Dufour-Maître (dir.), Pratiques de Corneille, Rouen, PURH, « Les Corneille », 2012, p. 239-253.

Lefèvre André, « Les sources de tragédies sur le Comte d’Essex (XVIIe siècle) en France et en Angleterre », Revue de littérature comparée, no 40, 1966, p. 616-624.

Lockert Lacy, « The Tragedies of Thomas Corneille », Studies in French-Classical Tragedy, Nashville, Vanderbilt University Press, 1958, p. 216-252.

Losada Goya José Manuel, Bibliographie critique de la littérature espagnole en France au XVIIe siècle. Présence et influence, Genève, Droz, 1999.

Lough John, Paris Theatre Audiences in the Seventeenth and Eighteenth Centuries, Oxford University Press, 1957.

Louvat-Molozay Bénédicte, « Sujet espagnol et goût mondain : l’exemple du Charme de la voix », 2009, http://www.corneille.org/articles.php?lng=fr\&pg=504#\_ftn1.
— et Salaün Franck (dir.), Le Spectateur de théâtre à l’âge classique, XVIIe et XVIIIe siècles, Montpellier, L’Entretemps, 2008.

Mahé Yann, « Réécritures d’une “tragédie en musique”. Psyché, du modèle au mythe moderne (1678-1720) », Littératures classiques, no 52, automne 2004, p. 375-385.

Mamczarz Irène, « Pierre Corneille et l’Italie, aux XVIIe et XVIIIe siècles. État et perspectives de recherche » dans Alain Niderst (dir.), Pierre Corneille, actes du colloque de Rouen, 2-6 octobre 1984, Paris, PUF, 1985, p. 103-121.

Mandel Oscar, « Éloge de l’Ariane de Thomas Corneille », Revue d’histoire du théâtre, no 55, 2003, p. 261-280.

Marsan Jules, La Pastorale dramatique en France à la fin du XVIe et au commencement du XVIIe siècle, Paris, Hachette, 1905 [Genève, Slatkine Reprints, 1969].

Martinenche Ernest, La Comedia espagnole en France. De Hardy à Racine, Paris, Flachette, 1900 [Genève, Slatkine Reprints, 1970].
—, Molière et le théâtre espagnol, Paris, Flachette, 1906.

Mastroianni Michele, « Un ravissement barocco : l’Hélène galante di Sallebray », Lungo i sentieri del tragico. La rielaborazione teatrale in Francia dal Rinascimento al Barocco, Vercelli, Edizioni Mercurio, 2009, p. 267-314 [déjà publié dans dans Liana Nissim et Alessandra Preda (dir.), Hélène de Troie dans les lettres françaises, Milano, Cisalpino — Istituto Editoriale Universitario, 2008, p. 129-168].

Mélèse Pierre, Le Théâtre et le public à Paris sous Louis XIV (1659-1715), Paris, Droz, 1934.
—, Répertoire analytique des documents contemporains d’information et de critique concernant le théâtre à Paris sous Louis XIV (1659-1715), Paris, Droz, 1934 [Genève, Slatkine, 1976].

Merlin-Kajman Hélène, Public et littérature en France au XVIIe siècle, Paris, Les Belles Lettres, 1994.
—, « Effets de voix, effets de scène : Mondory entre le Cid et la Marianne », dans Olivia Rosenthal (dir.), À haute voix. Diction et prononciation aux XVIe et XVIIe siècles, actes du colloque de Rennes des 17 et 18 juin 1996, Paris, Klincksieck, 1998, p. 155-176.

Merlin-Kajman Hélène, L’Absolutisme dans les lettres et la théorie des deux corps. Passions et politique, Paris, Champion, 2000.

Minel Emmanuel, « Thomas Corneille sur les traces de son frère Pierre Corneille, une écriture de cadet fraternel. Antiochus et Rodogune, La Mort d’Hannibal et Nicomède », Papers on French Seventeenth Century Literature, XXVIII, 55, 2001, p. 413-431.

Mongrédien Georges et Robert Jean, Les Comédiens français du XVIIe siècle : dictionnaire biographique, Paris, CNRS, 1981.

Montesinos José Fernandez, « Algunas observaciones sobre la figura del donaire en el teatro de Lope de Vega », Homenaje a Menéndez Pidal, I, Madrid, 1925 [reprod. Estudios sobre Lope, Salamanca, Anaya, 1967 puis 1969, p. 21-64].

Mossiker Frances, The Affair of the Poisons, London, Gollancz, 1969.

Nancy Sarah, La voix féminine et le plaisir de l’écoute en France aux XVIIe et XVIIIe siècles, Paris, Classiques Garnier, « Lire le XVIIe siècle », 2012.
—, « Violence et voix. Les accents du conflit dans La Mariane de Tristan L’Hermite », dans Christian Biet et Marie-Madeleine Fragonard (dir.), Le Théâtre, les arts et la violence en Europe (XVI-XVIIe siècles), Littératures classiques, no 73, 2010, p. 203-214.
—, « Chimène et la voix du masque », dans Myriam Dufour-Maître (dir.), Héros ou personnages ? Le personnel du théâtre de Pierre Corneille, actes du colloque de Rouen, 2008, Rouen, PURH, « Les Corneille », 2013, p. 147-156.

Neufchâteau François de, L’Esprit du grand Corneille [...], suivi des chefs-d'œuvre de Thomas Corneille, Paris, impr. Didot, 1819, 2 vol.

Noirville, Histoire de l’Académie royale de musique, s. l. n. d. [1752]

Nuitter Charles et Thoinan Ernest, Les Origines de l’opéra français, Paris, E. Plon, Nourrit & Cie, 1886.

Oddon Marcel, « Les tragédies de Thomas Corneille : structures de l’univers des personnages », Revue d’histoire du théâtre, no 37.3, 1985, p. 199-213.

Paige Nicholas, « L’Affaire des poisons et l’imaginaire de l’enquête : de Molière à Thomas Corneille », dans Droit et littérature, Littératures classiques, no 40, automne 2000, p. 195-208.

Parfaict François et Claude, Histoire du théâtre français depuis son origine jusqu’à présent, Amsterdam, Aux dépens de la compagnie, 1734-1749, 15 vol. [Paris, P. G. Le Mercier et Saillant, 1745-1749].

Pavesio Monica, « Due comedias spagnole in Francia : Los empenos de un acaso e Casa con dos puertas », dans Maria Grazia Profeti (dir.), Spagna e dintorni, Firenze, Alinea, 2000, p. 203-264.
—, « Una commedia dell’arte italiana tra le fonti del Don César d’Avalos di Thomas Corneille », Franco Italica, nos 19-20, 2001, p. 241-255.
—, « Les nouvelles conceptions de l’amour galant dans les comédies à l’espagnole de d’Ouville, Boisrobert et Thomas Corneille », Littératures classiques, no 58, 2006, p. 57-70.
—, « L’intermediazione della commedia dell’arte nel passaggio in Francia di alcuni intrecci del teatro spagnolo secentesco : il caso di Les engagements du hasard (1657) e di Dom César d’Avalos (1674) di Thomas Corneille », dans Renaissance Theater, Tübingen, G. Narr, « Italien und die europäische Rezeption Horizonte, 10 », 2007, p. 57-69.
—, « Le Comte d’Essex di Thomas Corneille e di Claude Boyer. Corne la tradizione francese si sovrappone a quella ispano-italiana », dans Daniela Dalla Valle (dir.), Due storie inglesi, due miti europei. Maria Stuarda e il conte di Essex sulle scene teatrali, Alessandria, Dell’Orso, 2007, p. 151-165.
—, « Voyages des textes de théâtre à travers l’Europe : le cas de l’Astrológo fingido de Calderón », dans Anne Teulade (dir.), Reflets du siècle d’Or espagnol. Modèles en marge, Nantes, Cécile Defaut, 2010.
—, « Alla ricerca delle fonti del Geôlier de soi-même di Thomas Corneille », dans La ricerca della verità, Torino, Trauben, 2010, p. 77-88.

Pelous Jean-Michel, Amour précieux, amour galant (1654-1675), essai sur la représentation de l’amour dans la littérature et la société mondaines, Paris, Klincksieck, 1980.

Petit DE Julleville Pierre, Le Théâtre en France, Paris, A. Colin, 1918.

Petitfils Jean-Christian, L’Affaire des poisons. Alchimistes et sorciers sous Louis XIV, Paris, Albin Michel, 1977.

Picciola Liliane, « Du personnage de roman au personnage de théâtre : le Lysis du Berger extravagant de Thomas Corneille, avatar de Don Quichotte », Cahiers de l’Association internationale des études françaises, no 48, mai 1996, p. 225-240.
—, « Corneille et l’esprit de Gracián : une dramaturgie de la pointe », Papers on French Seventeenth Century Literature, XXXV, 68, 2008, p. 159-169.

Plouhinec Gwenhaëlle, « Catalogue », dans Dictionnaire de Don Juan, Pierre Brunel (dir.), Paris, Laffont, 1999, p. 160-166.

Poirson Martial, « Les classiques ont-ils cru à leurs machines ? La force du surnaturel dans La Devineresse ou Les Faux Enchantements (1679) », Revue d’histoire du théâtre, LVI, no 3, juin 2004, p. 181-194.

Poirson Martial et Le Chevalier Gaël, « La Pierre philosophale ou le réenchantement du monde dans le merveilleux théâtral au XVIIe siècle, suivi de l’édition critique du canevas de la pièce », Féeries, no 3, 2006, p. 217-251.

Prest Julia, « Silencing the supernatural. La Devineresse and the Affair of the poisons », Forum for Modern Language Studies, no 43, 2007, p. 397-409.
—, « Thomas Corneille (1625-1709): beyond the Triumvirate. Etat présent », French Studies, no 63, 2009, p. 323-329.

Profeti Maria Grazia, « Estudio preliminar » à l’éd. de la comedia de Francisco de Rojas Zorrilla, Entre bobos anda el juego, Madrid, Taurus, 1984.
—, « Los empeños de un acaso de Pedro Calderón / Los empeños que se ofrecen de Juan Pérez de Montalbán », dans Calderón. Actas del Congreso internacional sobre Calderón y el teatro español del Siglo de Oro, Anejo de la Revista Segismundo, no 6, 1981, p. 249-254.

Ravaisson-Mollien François, Archives de la Bastille : documents secrets, Paris, Durone et Pedone-Lauriel, 1866-1904, 19 vol.

Rauseo Chris, « Métamorphoses de Médée, de Corneille à Heiner Müller », dans Georges Zaragoza (dir.), Le Livret d’opéra, Ivry, Phénix, 2002, p. 79-94.

Revaz Gilles, « Peut-on parler de tragédie “galante” ? », Dix-septième Siècle, no 54, 2002, p. 469-484.

Reynier Gustave, Thomas Corneille, sa vie et son théâtre, Paris, Hachette, 1892 [Genève, Slatkine Reprints, 1970].
—, Le Roman réaliste au XVIIe siècle, Paris, Hachette, 1914 [Genève, Slatkine Reprints, 1971].

Richmond Ian M., « Les deux Corneille et la préciosité », Revue de l’université Laurentienne, Sudbury (Ontario), IV, 1, 1971-1972, p. 44-57.

Rissel Hilda, Three plays by Moreto and their adaptation in France [Thomas Corneille, Le Baron d’Albikrac et Le charme de la voix], New York, Lang, 1995.

Rohou Jean, L’Évolution du tragique racinien, Paris, SEDES, 1991.
—, La Tragédie classique (1550-1793), Paris, SEDES, 1996.

Ross Walter W., « Thomas Corneille’s Dictionnaire des arts et des sciences », dans Frank A. Kafker (dir.), Notable encyclopedias of the seventeenth and eighteenth centuries. Nine predecessors of the Encyclopédie, Oxford, The Voltaire Foundation, 1981, p. 69-81.

Rudall Diane, « The Comic Power of Illusion-Allusion: Laughter, La Devineresse, and the Scandal of a Glorious Century », dans Albrecht Classen (dir.), Laughter in the Middle Ages and Early Modem Times, Herndon-Berlin, de Gruyter, 2010, p. 791-801.

Salazar Philippe-Joseph, Le Culte de la voix au XVIIe siècle. Formes esthétiques de la parole à l’âge de l’imprimé, Paris, Champion, 1995.

Sale Giorgio, « Le Festin de Pierre de Thomas Corneille, un exemple des procédés de réécriture », dans Anna-Maria Finoli (dir.), Don Giovanni a più voci, Bologne, Cisalpino, 1996, p. 177-193.

Sangsue Daniel, La Relation parodique, Paris, Corti, 2007.

Sautebin Gilbert, Thomas Corneille grammairien, thèse, Berne, impr. de Staempfli, 1897 [Genève, Slatkine reprints, 1968].

Serrano Mañes Montserrat, « Thomas Corneille y el teatro clásico español. Inspiración, adaptacóin, traducción », dans Actas del VI Simposio de la Sociedad Española de Literatura, université de Grenade, 1989, p. 407-416.
—, « Le Geolier de soi-même ou Jodelet, prince de Thomas Corneille. Comicidad situacional y lingüistica de un personaje », Epos, Revista de filologia, no 4, 1990, p. 317-330
—, « La séduction du rire dans le théâtre français du XVIIe siècle. Don Bertrand de Cigarral de Thomas Corneille », dans Dolores Jimenez et Elena Real Ramos (dir.), El Arte de la seduccion en los siglos XVII y XVIII, université de Valencia, 1997, p. 263-276.

Scott Virginia, The Commedia dell’arte in Paris 1644-1697, Charlottesville, University Press of Virginia, 1990.

Somerset Anne, The Affair of the Poisons: Murder, Infanticide and Satanism at the Court of Louis XIV, London, Weidenfeld & Nicolson, 2003.

Steinberger Deborah, « Profiting from scandai. The case of La Devineresse », Cahiers du Dix-Septième, IX, i, 2004, p. 135-141.

Sternberg Véronique, « L’œuvre comique des frères Corneille de l’Age classique aux Lumières », XVIIe siècle, no 56, 2004, p. 645-656.

Thirouin Laurent, L’Aveuglement salutaire. Le réquisitoire contre le théâtre dans la France classique, Paris, Champion, 1997 [« Champion Classiques Essais », 2007].

Tralage Jean-Nicolas de, Notes et documents sur l’histoire des théâtres de Paris au XVIIe siècle, Paul Lacroix (éd.), Paris, Jacob, 1880.

Ubersfeld Anne, Lire le théâtre, Paris, Belin, 1996.

Viala Alain, « “Qui t’a fait minor ?” Galanterie et classicisme », dans Les « Minores », Littératures classiques, no 31, automne 1997, p. 115-134.
—, La France galante. Essai sur une catégorie culturelle, de ses origines jusqu’à la Révolution, Paris, PUF, 2008.

Viennot Éliane, La France, les femmes et le pouvoir. I : L’invention de la loi salique (V-XVIe siècles). II : Les résistances de la société (XVIe -XVIIIe siècles), Paris, Perrin, 2006-2008.

Vitse Marc, « Don Fernand Centellas et don Diego de Luna : les faux astrologues de Thomas Corneille et de Pedro Calderón de la Barca », dans Le Théâtre espagnol du Siècle d’or en France, XVIIe -XXe siècle. De la traduction au transfert culturel, Christophe Couderc (dir.), Nanterre, Presses universitaires de Paris-Ouest, 2012, p. 193-206.

Voltaire, Œuvres complètes, Paris, Garnier frères, 1877-1885.
—, Commentaires sur Corneille, dans The Complete Works of Voltaire, t. L, Oxford, The Voltaire Foundation, 1975 [Ariane, Le Comte d’Essex].

Zékian Stéphane, L’Invention des classiques. Le « siècle de Louis XIV » existe-t-il ?, Paris, CNRS Éditions, 2012.

Ressources en ligne

http://www.corneille.org.

http://www.mouvement-transitions.fr.

http://www.crht.paris-sorbonne.fr/ressources/bibliotheque-dramatique.

http://www.astree.paris-sorbonne.fr/.

http://www.moliere.paris-sorbonne.fr/.

http://www.cmbv.com/fr.

http://publifarum.farum.it.

Notes

1 Pour la délicate chronologie des créations, voir Christopher Gossip, « Vers une chronologie des pièces de Thomas Corneille », Revue d’histoire littéraire de la France, no 4, juillet-août 1974, p. 665-678 et no 6, novembre-décembre 1974, p. 1038-1058.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search