Version classiqueVersion mobile

Impressionnisme : du plein air au territoire

 | 
Frédéric Cousinié

Géographie de l'impressionnisme : nation, région, pays, territoire

Le territoire normand au xixe siècle

François Guillet

Texte intégral

  • 1 En particulier par Jules Michelet, Tableau de la France, Paris, s. n., 1833 (réédition : Paris, Rob (...)

1La Normandie occupe une place de premier plan dans la géographie de l’impressionnisme. Cette place éminente résulte d’une longue histoire au cours de laquelle la Normandie a été placée, depuis la fin du XVIIIe siècle, au centre de toutes les expériences ayant trait au territoire et qui a vu la vieille province se métamorphoser pour offrir de nombreux et nouveaux centres d’intérêt. Ce rôle pionnier, la Normandie la doit à sa position dans l’espace français. Façade maritime de Paris, auquel elle est reliée par la grand-rue de la vallée de la Seine, elle fait face à l’Angleterre, lieu privilégié d’élaboration du paysage pendant la première moitié du XIXe siècle, avec laquelle la province entretient une proximité culturelle soulignée par tous les observateurs1. Héritiers de cette tradition, les impressionnistes en représentent en même temps le dépassement et marquent l’irruption de la modernité dans l’appréhension du paysage normand. Retracer la généalogie de ces expériences sur le territoire, auxquelles la Normandie a servi de cadre, c’est ainsi offrir une clé de compréhension essentielle à leur travail.

La géographie de la province

  • 2 Marie-Noëlle Bourguet, Déchiffrer la France. La statistique départementale à l’époque napoléonienne (...)
  • 3 Arcisse de Caumont dresse les cartes géologiques de la Manche et du Calvados, puis fait paraître l’(...)
  • 4 Essai sur la topographie géognostique du Calvados, op. cit., p. 7-8.

2Comme dans la France tout entière, la disparition, au moment de la Révolution, de toute armature institutionnelle et de tout particularisme juridique, conduit nombre d’observateurs à mettre en doute l’unité d’un territoire dont les limites ne sont marquées par aucun obstacle naturel et dont les populations ne se signalent, contrairement à la Bretagne, par aucun particularisme linguistique. La réforme départementale consacre une hétérogénéité que les administrateurs, les médecins ou les voyageurs de la fin du XVIIIe siècle avaient mis en évidence. Fondés sur une description minutieuse de la topographie des lieux, mais aussi du climat, les travaux « statistiques » menés pendant la Révolution et l’Empire2 aboutissent à une disparition de l’espace provincial derrière une multitude de petites régions naturelles parmi lesquelles se détache le Bocage, dont les habitants révoltés attirent la curiosité d’observateurs prompts à en faire un musée ethnographique. La mise au jour du substrat minéralogique au cours de la première partie du XIXe siècle contribue à accentuer l’éclatement du territoire provincial. En s’attachant à partir de la Restauration à dresser une statistique de la province qui commence par l’étude du sous-sol, avant de concerner la végétation, les érudits normands favorisent l’émergence de la notion de région naturelle3. Unités géologiques mais aussi unités de vie pour les populations rurales, les régions naturelles, dont l’existence est confirmée par les noms de pays, constituent désormais des éléments dont le célèbre érudit normand Arcisse de Caumont reconnaît le caractère primordial en écrivant qu’elles forment « des divisions et des subdivisions bien plus rationnelles que les divisions politiques qui changent avec les siècles4 ».

3Cette mise au jour des régions naturelles entre en résonance avec d’autres recherches entreprises par les érudits normands, comme celles qu’ils entreprennent sur l’agronomie, la toponymie ou les monuments, qui apparaissent comme les prolongements des terrains sur lesquels ils ont été bâtis. Une nouvelle lecture du paysage s’impose dont Arcisse de Caumont souligne le plaisir qu’elle procure à l’observateur averti des dispositions du sous-sol, lorsqu’il écrit :

  • 5 Ibid., p. 9.

Peut-il voyager avec fruit celui qui ne possède pas quelques notions de géologie ? Qu’il parcoure la Suisse, l’Auvergne, la Normandie ou tout autre pays : il verra bien des montagnes, des plaines, des sites variés, mais dans tout cet assemblage il ne distinguera que des pierres confusément entassés, de l’aspect desquelles il ne pourra jouir que machinalement. Que de circonstances inaperçues viendront au contraire le charmer, s’il peut reconnaître la nature des terrains et fixer leur niveau géologique5 !

4La prise en compte de la géologie accentue la naturalisation du paysage, mais offre aussi un regard nouveau sur la civilisation rurale, dont Antoine Passy rend compte en écrivant :

  • 6 Antoine Passy, Description géologique du département de la Seine-Inférieure, Rouen, Pierre Périaux, (...)

Ces différences minéralogiques ou géologiques ont pour corollaires des changements dans l’aspect du pays, dans la végétation, dans sa culture, dans la forme des habitations, leur disposition isolée ou par groupes6.

  • 7 Jean-François Chanet, L’École républicaine et les petites patries, Paris, Aubier, 1996.
  • 8 Émile Levasseur, L’Étude et l’enseignement de la géographie, Paris, Delagrave, 1872.
  • 9 Paul Vidal de La Blache, Tableau de la géographie de la France, Paris, 1903 (réédition : Paris, Édi (...)

5La notion de pays guide pour une part l’analyse du territoire national entreprise par une école de géographie qui, après la défaire de 1870, est devenue la discipline phare d’une pédagogie républicaine dont on sait la sensibilité à l’égard des petites patries7 ; elle figure en particulier dans le programme d’Émile Levasseur, en 1872, sur l’enseignement de la géographie8. Si Vidal de La Blache, dans son Tableau de la géographie de la France, en 1903, base son analyse du territoire français sur les affinités que les milieux font naître dans les genres de vie, il attache une grande importance à la notion de pays, dont le nom exprime selon lui les particularités du sol et dont il prend soin de dresser la liste et les caractéristiques. Se conformant aux itinéraires des voyageurs, qui ont entrepris par cette région, dès le XVIIIe siècle, l’exploration de la Normandie, il accorde de ce point de vue une place particulière au pays de Caux, dont il estime qu’il n’est Normandie que pour l’histoire et la géographie politiques9. Le sol a un rôle actif dans la mise en place des cadres et des délimitations qui organisent la vie des hommes, qui obéissent ainsi à des influences qu’ils ne perçoivent pas toujours. Ainsi explique-t-il, à propos de Rouen :

  • 10 Ibid., p. 267.

Autour de ce centre urbain gravitaient d’anciens pays gaulois échelonnées sur les voies romaines se dirigeant vers l’ouest et le sud. L’existence de cadres anciens perpétuait des influences nées du sol et déjà consolidées par l’histoire. Il y avait comme une force enveloppante, dès qu’on s’écartait des côtes et des fleuves10.

  • 11 Roger Chartier, « Les deux France, histoire d’une géographie », Cahiers d’histoire, no 4, 1978, p.  (...)
  • 12 En 1826 Charles Dupin fait paraître les Forces productives et commerciales de la France, où la fame (...)
  • 13 Jules Michelet, Tableau de la France, op. cit., p. 187.

6Stimulant la réflexion sur les fondements de la nation, la Révolution pousse également à repenser la place de la Normandie dans le territoire national, posant ainsi le problème de la ligne de partage que trace en son sein la vallée de la Seine. Dès le XVIIIe siècle, les recherches agronomiques des physiocrates avaient conduit à mettre en opposition la Haute-Normandie, appartenant aux pays de grande culture, et la Basse-Normandie, relevant des pays de petite culture11. Cette division s’accentue avec les grandes synthèses qui sont contemporaines de l’essor de la statistique sociale12. Dans son Tableau de la France, en 1833, Michelet place la Normandie dans l’opulente France du nord, là où se trouvent aux yeux de l’historien « la vie forte » et l’écoulement des races de l’Allemagne à la France. La province est même directement liée au centre grâce à la grande artère de la Seine, qui porte le centre parisien vers l’au-delà des mers par son point d’aboutissement, Le Havre. Mais, à partir de la rive gauche du fleuve, la Normandie se rapproche des régions bocagères de l’Ouest et se rejoint peu à peu de la « triste et sauvage Bretagne13 ».

  • 14 Élisée Reclus, Nouvelle géographie universelle : la terre et les hommes, Paris, Hachette, 1876-1894 (...)
  • 15 Paul Claval, Histoire de la géographie française, Paris, Nathan, 1998, p. 107.

7Tous ceux qui se penchent sur l’organisation du territoire français, jusqu’à la fin du XIXe siècle, sont confrontés au problème de cette division. Élisée Reclus, dans sa Géographie universelle, dont la publication s’échelonne de 1876 à 1894, sépare, dans son volume sur la France, Haute et Basse-Normandie14. Vidal de La Blache place la plus grande partie de la Normandie, y compris le Cotentin, dans la France du nord, mais il en détache le Bocage normand, qu’il rattache à l’ouest en raison de la prépondérance de la dispersion dans l’habitat, qui entraîne un mode éclaté de vie sociale et en fait un monde replié sur lui-même15. Toutefois, si Michelet fait tour à tour de la région un trait d’union et un rempart entre Paris et le voisin d’outre-Manche, c’est l’antagonisme des influences extérieures, que facilite le dessin du littoral, et les influences intérieures, prolongement du continent, qui détermine aux yeux de Vidal de La Blache son identité et en explique le destin : les premières, relayées par les vallées, représentent les éléments novateurs et les secondes, en raison de la massivité et du caractère compact des plateaux, l’élément conservateur.

  • 16 François Furet, « Deux légitimations historiques de la société française au XVIIIe siècle : Mably e (...)
  • 17 Augustin Thierry, Histoire de la conquête de l’Angleterre par les Normands, Paris, Didot, 1825.
  • 18 Stendhal, Mémoires d’un touriste, Paris, Ambroise Dupont, 1838 (réédition : Paris, Maspero, 1981, t (...)

8Ces divisions ne sont pas seulement fondées sur le substrat minéralogique, sur les paysages ou sur les méthodes de culture ; elles relèvent aussi des hommes dans leur caractère le plus primordial. La notion de race est ici essentielle et trouve son origine dans le vieux débat du XVIIIe siècle sur la population française partagée entre Celtes et des Germains16. Au début du XIXe siècle, cette notion a une grande importance dans les analyses des frères Thierry, Amédée et Augustin. Dans son Histoire de la conquête de l’Angleterre par les Normands, qui date de 1825, le deuxième esquisse sa théorie du combat des races comme moteur de l’histoire européenne en décrivant, pour la Normandie, l’opposition entre Normands et Neustriens17. Nombreux sont les voyageurs, comme Stendhal, qui interrogent les visages des populations qu’ils croisent en essayant d’y discerner le type gall ou gaël, le type kimry ou encore le type finnois18.

  • 19 Selon l’expression de Buffon. Voir : Claude Blanckaert, « Le système des races », dans Le XIXe sièc (...)
  • 20 Régis Boyer, Le Mythe viking, Paris, Éditions du Porte-Glaive, 1986, p. 41.
  • 21 Gustave Lagneau, « Ethnogénie des populations du Nord-Ouest de la France », Revue d’anthropologie, (...)
  • 22 Dr Collignon, « Anthropologie », dans Cherbourg et le Cotentin, Cherbourg, Imprimerie Le Maout, 190 (...)

9Peu présente chez Michelet, même si ce dernier établit des liens étroits entre le sol et les populations qui y vivent, cette notion ressurgit en revanche après 1870, où l’obsession de la « dégénération19 » entraînée par la défaite conduit à rechercher les traces d’une race réputée, depuis Montesquieu, pour sa vigueur20 : celle des hommes du Nord, qu’on commence à appeler Vikings dans les années 1880. Contemporains des recherches anthropologiques de Gustave Laigneau, en 187521, ou du docteur Collignon, en 190522, les travaux des géographes identifient contrastes territoriaux et contrastes raciaux. Pour Élisée Reclus, la péninsule du Cotentin abrite le plus d’individus :

  • 23 Élisée Reclus, op. cit., p. 663-664.

[…] ayant conservé le vieux type normand : grands et forts, ils ont les cheveux d’un blond pâle ; le visage allongé, les yeux d’un bleu clair. Mais les habitants des collines, surtout les Bocains ou gens du Bocage, sont bruns de chevelure et de teint ; ils ont la tête plus ronde que les gens de la plaine, les os plus saillants, le tempérament plus verveux et plus sec : ce sont évidemment les descendants de l’ancienne race23.

  • 24 Paul Vidal de La Blache, Tableau de la géographie de la France, op. cit., p. 267.

10Vidal de La Blache fonde son analyse du territoire normand sur une opposition de races : outre la mise à l’écart du Bocage, séparé du reste de la Normandie, l’antagonisme entre les influences extérieures et les influences intérieures recouvre une opposition entre les Normands venus de la mer et les hommes de l’intérieur, qui ont fondé la civilisation rurale. « La colonisation maritime, écrit-il, apparaît ici, non comme un phénomène accidentel, mais comme un fait prolongé. » La « teinte germanique […] s’atténue à mesure qu’on s’éloigne des côtes ; elle s’accuse dans les articulations péninsulaires et insulaires24. »

11Le grand géographe s’accorde ainsi avec André Siegfied, un des fondateurs de la science politique en France. Dans le Tableau politique de la France de l’Ouest, publié en 1913, Siegfried fait reposer son analyse sur le postulat ethnique :

  • 25 André Siegfried, Tableau politique…, op. cit., p. 300.

Partout où la race des envahisseurs nordiques s’est solidement établie et a fait épanouir la civilisation normande, les caractéristiques psychologiques se retrouvent les mêmes : c’est le cas du Pays de Caux, de la Plaine de Caen, du Bessin, du Cotentin, en un mot de tous les milieux, voisins de la mer ou des rivières, qui étaient plus accessibles à la race des conquérants25.

  • 26 « Psychologie du Normand », conférence du 4 février 1955, Études normandes, no 2, 1955, p. 235.
  • 27 Tableau politique…, op. cit., p. 300.

12À ses yeux, si la base géographique de la Normandie est « assez douteuse », sa base ethnique est « extrêmement solide26 », car « l’unité morale » de la Normandie procède « d’une race et d’une civilisation » : « la race des envahisseurs nordiques ». C’est cette base qui explique le tempérament politique des Normands, qui, tels les Whigs anglais, sont libéraux de doctrine, mais conservateurs de fait27.

  • 28 Jules Michelet, op. cit., p. 225.
  • 29 Paul Vidal de La Blache, op. cit., p. 265.
  • 30 Ibid., p. 261.

13Dans cette interrogation sur l’être normand, la modernité, sous la forme du commerce et de l’industrie, est représentée par la vallée de la Seine. Fleuve français par excellence, qui symbolise l’écoulement de la vie de la nation, la Seine figure pour la Normandie le mouvement, voire l’histoire : pour Michelet, c’est par le fleuve que le progrès se diffuse, non seulement par le commerce, mais encore par l’industrie : la Seine abreuve Paris entre les manufactures de Troyes et celles de Rouen, écrit-il28. L’esprit de conquête propre aux Normands n’a pas manqué de s’appliquer à l’économie, mais la Normandie pâlit de la comparaison avec son héritière anglaise. Conformément à son analyse de l’espace normand, Vidal de La Blache accorde lui aussi importance capitale à la présence du fleuve, qu’il intègre à son analyse de la région fondée sur l’antagonisme des influences extérieures et des influences intérieures, prolongement du continent. C’est par les vallées que la Normandie est devenue industrielle, souligne-t-il. Décrivant le système de dislocations et de failles qui a affecté les terrains dans lesquels la Seine s’est coulée, le géographe met en évidence le rôle de porte ouverte vers l’intérieur de la France que représente le fleuve29. De même, des files d’usines signalent la présence de sources à l’eau abondante et rapide qui sourdent lorsque la craie du Caux entre en contact avec l’assise marneuse sur laquelle elle repose ; s’insinuant par les vallées au cœur du Caux, elles offrent aux habitants une vie radicalement différente de celle qui règne sur le plateau30.

  • 31 Émile de La Bédollière, « Le Normand », dans Les Français peints par eux-mêmes, t. II, Province, Pa (...)
  • 32 Jules Sion, Les Paysans de la Normandie orientale, Paris, Armand Colin, 1909.
  • 33 Paul Vidal de La Blache, Tableau de la géographie de la France, op. cit., p. 272.

14Le Normand lui-même est concerné. Les Français peints par eux-mêmes élargissent la gamme de ses figures en traçant un portrait haut en couleur des faubourgs populeux de la capitale normande, où vivent teinturiers, ouvriers en rouennerie, caruliers (ouvriers du port) ou boursiers qui déchargent les marchandises31. La figure de l’ouvrier normand ne parvient guère, cependant, à supplanter celles, plus anciennes, de la Cauchoise ou du Polletais, le pêcheur de Dieppe. L’étude de la civilisation rurale demeure prédominante, surtout à partir des années 1870-1880, lorsque, à la suite de l’accroissement de l’exode rural, se développent des associations d’originaires comme Les Normands de Paris, qui cultivent la nostalgie d’un province idéalisée et sont contemporaines du développement de l’agrarisme. La géographie française, au début du XXe siècle, porte l’essentiel de son attention sur l’analyse des systèmes ruraux, objet de la grande thèse de Jules Sion, Les Paysans de la Normandie orientale32, en 1909. La Normandie semble toutefois incarner, aux yeux de Vidal de La Blache, un idéal de civilisation : celui d’une alliance harmonieuse de l’agriculture et de l’industrie, réalisant ainsi un des rêves de la Troisième République. Des origines ethniques lointaines, souligne-t-il, seuls les pêcheurs restent, dans leurs habitudes comme dans leurs types, des spécimens à peu près purs. Mais ils représentent un monde en déclin : la majorité de la population, sur laquelle le sol a exercé une forte emprise, est adonnée à l’élevage, à l’industrie, à la culture, auxquels elle a appliqué son génie propre, fait de régularité et de calcul33.

  • 34 « Les régions françaises », Revue de Paris, 15 décembre 1910, p. 843.

15Dans ses derniers travaux, Vidal met l’accent, en outre, sur le rôle des métropoles dans l’organisation de l’espace moderne. Dans un article publié par la Revue de Paris en 1910, il reprend, à propos de la métropole rouennaise, les analyses développées dans le Tableau de la France sur l’importance des valleuses dans l’industrialisation de la Haute-Normandie, mais souligne la fonction d’entrepôt maritime de la vallée de la Seine, chargé d’assurer l’approvisionnement de Paris en houille, en bois, en essences, qu’occupe désormais la capitale normande. Cette vie de relation, qui attache Rouen à Paris, mais offre aussi à la capitale normande une extension de son influence vers le Sud, vers la Beauce et le Perche, se traduit par une mutation de son urbanisme, avec la multiplication de raffineries et d’industries variées dans la plaine qu’encadre la boucle de la Seine34.

Les traces historiques

  • 35 Le mot est utilisé dans la langue française à partir de 1876. Voir : Dragons et Drakkars. Le mythe (...)
  • 36 Aristide Frémine, La Légende de Normandie, Paris, Lemerre, 1886.
  • 37 Jean-Pierre Chaline, « Les fêtes du Millénaire en Normandie », dans Études normandes, no 3, 1989, p (...)

16Pour Vidal de La Blache, plus encore que pour Michelet, ce qui fait la Normandie, c’est l’histoire, et plus particulièrement l’épisode décisif de l’installation de Rollon et de ses guerriers. Mais si pour Michelet, la conquête est un événement fondateur, pour Vidal de La Blache, l’État normand se superpose aux divisions préexistantes, sans les détruire. À la colonisation normande, qui fournit la base ethnique du pays, s’ajoute la geste du Conquérant, popularisée par la Tapisserie de Bayeux et principal sujet d’histoire normand des manuels de la Troisième République. Dans les années 1880, la figure du Normand réapparaît sous le personnage du Viking35, mis en scène en 1880 par Aristide Frémine dans La Légende de Normandie36 et célébré en grande pompe par la ville de Rouen lors des fêtes du millénaire, en 191137.

  • 38 François Guillet, Naissance de la Normandie, genèse et épanouissement d’une image de la Normandie, (...)

17Pour les antiquaires normands, faire de l’histoire, ce n’est pas tant entreprendre le récit des événements qu’engager la traque des vestiges qu’elle a laissés : noms de lieux, langage du peuple, traditions et chants dont la collecte est encouragée par Fortoul au début du Second Empire. Les monuments de l’architecture religieuse sont cependant, on le sait, leur principal sujet d’étude, les antiquaires normands profitant ici des leçons données par leurs homologues anglais38. Pour ces érudits, les monuments participent directement des recherches qu’ils ont entreprises sur le sous-sol et sur les composantes naturelles de leur province. Recenser et classifier, tels sont les objectifs des antiquaires, dont les travaux s’inspirent des méthodes utilisées dans les sciences naturelles ; expressions privilégiées du génie normand, les monuments d’architecture religieuse s’intègrent à une chaîne temporelle dans laquelle s’intègrent les antiquaires eux-mêmes.

  • 39 Arcisse de Caumont, Cours d’antiquités monumentales, Caen, Chalopin, 1830-1841.
  • 40 Synchronisme des divers genres d’architecture en France, Le Mans, Richet, 1840.
  • 41 Élisée Reclus, op. cit., p. 680.
  • 42 Paul Vidal de La Blache, Tableau de la géographie de la France, op. cit., p. 263.

18L’école d’archéologie normande a exercé une influence considérable et fait de la province un véritable modèle. La monumentalité normande s’intègre aux analyses du territoire entreprises par les géographes. À la classification chronologique des monuments, Caumont ajoute une classification géographique qu’il développe dans le dernier volume de son Cours d’antiquités monumentales39, ainsi que dans l’ouvrage intitulé Synchronisme des divers genres d’architecture en France où il dessine sur la carte de France des régions monumentales40. Ces divisions traversent la Normandie avec la prédominance de l’architecture romane en Basse-Normandie et celle de l’architecture gothique en Haute-Normandie, dont Rouen un symbole. La prise en compte du style de l’architecture et des principaux monuments devient une des composantes de la description géographique, tant dans le Tableau de Michelet que dans les descriptions publiées sous la Troisième République, comme la Géographie universelle d’Élisée Reclus, qui écrit que Caen « a de forts beaux monuments, appartenant à diverses époques et dont chaque pierre a été soigneusement étudiée par les antiquaires normands41 », en dresse la liste et donne leurs principales caractéristiques. Chez Vidal de La Blache, le monument, telles les ruines du Château-Gaillard, est traité de la même manière que ses éléments naturels ; il devient, en tant que témoin de l’activité des hommes, une composante du paysage géographique : « À Vernon, écrit-il, ces coteaux de craie, éventrés de carrières, couronnés de bois, prennent une certaine ampleur. Des flancs de la roche, percés jadis de demeures troglodytiques, sortent des matériaux de construction depuis longtemps utilisés par l’homme. La Seine, qui vient d’effleurer d’une de ses courbes sinueuses la base de la Roche-Guyon, va, dans un nouveau grand cirque, baigner les ruines de Château-Gaillard42. »

  • 43 Charles Nodier, Isidore Taylor et Alphonse de Cailleux, Voyages pittoresques et romantiques dans l’ (...)
  • 44 Ségolène Le Men, La Cathédrale illustrée de Hugo à Monet, Paris, CNRS éditions, 1998, p. 14 en part (...)

19Les recherches des antiquaires normands inspirent tous ceux qui se penchent sur une période, le Moyen Âge, que les romantiques ont contribué à mettre au jour et à faire connaître. En même temps qu’elle constitue une des principales attractions touristiques de la province l’architecture médiévale provinciale donne lieu à la publication de très nombreux recueils archéologiques illustrés et participe de l’éclosion et de l’essor de l’esthétique pittoresque, telle qu’elle s’exprime dans le genre éditorial des « voyages pittoresques », dont celui de Taylor et Nodier est un archétype43, avant de nourrir l’inspiration des peintres et des illustrateurs qui souvent, comme Turner, l’intègrent dans une vision beaucoup plus large du paysage. L’architecture médiévale s’accorde avec la notion de site, dont Ségolène Le Men a montré qu’elle était liée à l’expérience du parcours pittoresque offrant des vues successives d’un même lieu. Mettant en œuvre une conception nouvelle de la série, la littérature illustrée ouvre ainsi la voie aux expériences de Monet sur la cathédrale de Rouen en 189444.

20Le monument, qu’il soit religieux ou civil, qu’il se situe en ville ou qu’il soit isolé dans la campagne, constitue un point de rencontre entre le passé et le présent grâce à l’évocation des événements dont il résonne encore aux yeux et à l’oreille du spectateur. Mais les monuments ne sont pas les seuls concernés. La vaste collecte des anecdotes et des légendes enclenchée depuis la fin du XVIIIe siècle, et plus encore depuis la Révolution attache à chaque lieu le souvenir d’un événement ou d’un personnage : l’histoire devient une composante essentielle du paysage. Cette composante nourrit l’imaginaire et suscite une poétique des noms normands célébrée par le narrateur d’À la recherche du temps perdu, Balbec :

  • 45 Marcel Proust, À la recherche du temps perdu, III, Paris, Gallimard, 1987, p. 381-382. À ce propos, (...)

Un de ces noms où, comme sur une vieille poterie normande qui garde la couleur de la terre d’où elle fut tirée, on voit se peindre encore la représentation de quelque usage aboli, de quelque droit féodal, d’un état ancien des lieux, d’une manière désuète de prononcer qui en avait formé les syllabes hétéroclites et que je ne doutais pas de retrouver jusque chez l’aubergiste qui me servirait du café au lait à mon arrivée, me menant voir la mer déchaîné devant l’église, et auquel je prêtais l’aspect disputeur, solennel et médiéval d’un personnage de fabliau […] ; Bayeux, si haute dans sa noble dentelle rougeâtre et dont le faîte était illuminé par le vieil or de sa dernière syllabe […] ; Coutances, cathédrale normande, que sa diphtongue finale, grasse et jaunissante, couronne par une tour de beurre45.

Paysage et tourisme

  • 46 Alain Tapié, Peindre en Normandie à l’époque impressionniste, Paris, Somogy, 2010, p. 34.
  • 47 Jules Janin, « Salon de 1840 », L’artiste, t. V, 1840, p. 169.

21Ce paysage des mots hérite d’un paysage pictural dont la Normandie est des principaux lieux d’expérimentation en France. Dès la paix d’Amiens, en 1802, la province est sillonnée par des peintres anglais comme Girtin, qui, après avoir débarqué au Havre, remontent le cours de la Seine jusqu’à Paris ; ils sont rapidement imités par les peintres français, ainsi que par d’autres compatriotes, comme Turner, sous la Restauration et la monarchie de Juillet. Comme Turner, Bonington, Isabey, Paul Huet, Jongkind et Boudin révèlent le lyrisme de la nature normande et en donnent une représentation qui vient concurrencer l’image pittoresque offerte par la lithographie46. Ces peintres contribuent à installer la Normandie comme « la patrie du paysage français47 », selon les termes utilisés dès 1840 par Jules Janin dans L’Artiste à propos d’un tableau de Paul Huet, intitulé Vue du château d’Arques à Dieppe et exposé au Salon de l’année.

  • 48 Exemples donnés dans Dominique Rouillard, Le Site balnéaire, Liège ; Bruxelles, Mardaga, 1984, p. 5 (...)

22Avec les écrivains et les journalistes, les peintres jouent un rôle essentiel dans la découverte des rivages normands, qui sont alors le lieu où s’invente la villégiature balnéaire en France. Les guides touristiques de la deuxième moitié du XIXe et du début du XXe siècle utilisent abondamment ces figures pour construire le récit fondateur des stations. L’artiste ou l’écrivain voyageur, tel Eugène Isabey à Trouville ou Alphonse Karr à Étretat, traversant le pays et découvrant le lieu où se construira la future station, y est présenté sous les traits du « Christophe Colomb » de Villerville-sur-mer, du « Robinson » de Houlgate, voire du « Romulus » de Villiers48. L’essor du tourisme, à partir des années 1820, entraîne une mutation de la géographie de la province, la vallée de la Seine et les rivages occupant désormais une place centrale, tandis que la Normandie intérieure est reléguée au rang d’arrière-pays. L’arrivée des touristes accompagne la mise en valeur d’une série de sites et de lieux, comme les falaises du Caux, les vastes plages du Calvados, l’immensité plane de la baie du Mont-Saint-Michel, auxquels l’expérience romantique, avec le code pittoresque, fournit le mode d’emploi de la contemplation. Un vaste balisage des lieux, qui est aussi un vaste tri, s’opère ainsi et s’accompagne d’une consécration de l’espace qui se traduit par la mise en place d’un réseau de points de vue jalonnant la province et construits le plus souvent sur le modèle du panorama, comme le point de vue de la Côte de Grâce, près de Honfleur.

  • 49 Éric Anceau, Dominique Barjot et Nicolas Stoskopf (dir.), Morny et l’invention de Deauville, Paris, (...)
  • 50 Bernard Toulier, op. cit., p. 218.
  • 51 H. Létang (signé), Guide-Annuaire à Trouville-Deauville, Paris, Imprimerie de Maréchal et Létang, 1 (...)

23L’arrivée du chemin de fer dans la province, qui commence avec l’ouverture de la ligne Paris-Rouen en 1843, prolongée vers Dieppe en 1848, puis se poursuit avec la ligne Paris-Caen-Cherbourg en 1858, avec un embranchement vers Deauville-Trouville ouvert en 1863, entraîne, outre une massification relative, une mutation des pratiques touristiques. Le rail donne lieu à des opérations immobilières dont la création de Deauville, dans une zone marécageuse située près de la Touques, sous l’impulsion de Morny, est un symbole49. Reliée aux grands centres citadins et industriels à travers ses réseaux de communication, la ville de villégiature du bord de mer apparaît comme un lieu de convergence, dans laquelle se placent les impressionnistes, entre une culture nationale, voire internationale, et une culture régionale qui est réinterprétée sous l’influence de la première, comme en témoignent les descriptions faites par les guides touristiques50. L’allongement des séjours, qui entraîne la construction de villas d’un style nouveau où l’on réinvente un style normand, va de pair, par ailleurs, avec une diversification des activités. Aux activités culturelles, comme le théâtre ou la musique, et aux promenades dans les environs, s’ajoutent les activités sportives, en particulier les courses de chevaux et les régates, dont l’importance est marquée, à partir des années 1840, par l’apparition du personnage du sportsman dans la haute société, et qui traduit la lente montée de la dimension hédoniste du séjour. La plage occupe dans la vie de la station une place croissante marquée par l’attention nouvelle portée au confort du lieu, en particulier à la qualité du sable qui la recouvre51, et par le déploiement d’une sociabilité que la peinture a tôt fait de transformer en motif pictural.

  • 52 Jérôme Lagéiste et Jean Rieucau, L’Empreinte du tourisme : contribution à l’identité du fait touris (...)

24En procédant à une consécration des sites, le tourisme favorise un processus de patrimonialisation du paysage marqué par l’activité du Touring club de France qui entreprend à partir de 1899 un inventaire des sites pittoresques de France, la fondation, en 1901, de la Société de protection des paysages, puis enfin la loi de 1906 sur la protection des sites et des monuments naturels de caractère artistique. Le phénomène accompagne la mise en place d’une nouvelle onomastique, comme l’appellation de Côte fleurie reçue par le littoral situé entre Honfleur et Cabourg, qui aurait pour origine un discours prononcé en 1903 par un conseiller général du Calvados52. En même temps, le tourisme apporte à ceux le pratiquent une disponibilité nouvelle au paysage, dans toutes ses dimensions, dont témoigne cet extrait d’un roman balnéaire paru en 1838, où est évoqué le paysage des environs de Dieppe :

  • 53 Eugène Chapus et Léon Vidal, Aux bains de Dieppe, Paris, A. Levavasseur, 1838, t. II, p. 194-195.

Un éparpillement de petits villages, de vieilles églises avec leurs flèches en aiguilles ; des ruines du moyen âge ; des fabriques, des usines, des moulins ; la vapeur, avec ses longues cheminées et sa fumée qui estompe les paysages ; des roues qui tournent en détachant leurs aubes noires sur le fond blanc de l’océan qui fume et qui mousse. De tous côtés des rivières qui méandrent, des saules penchés sur leurs bords, pleurant chaque goutte d’eau qui passe et fuit vers la mer ; des ponts tremblants, des rues d’arbres, des toits de chaume, des femmes montrant leurs têtes blondes et curieuses à travers des lucarnes encadrées d’herbes grimpantes, de capucines et de giroflées jaunes53.

  • 54 L’Illustration, 6 mai 1843, p. 155.
  • 55 Marc Desportes, Paysages en mouvement. Transports et perception de l’espace, XVIIIe-XXe siècle, Par (...)

25Cependant, alors que le parcours pittoresque est conçu comme une promenade ponctuée de haltes permettant de fixer les lignes du paysage, le voyage en chemin de fer introduit un changement majeur. L’introduction de la vitesse, quatre fois supérieure à celle des attelages les plus rapides, entraîne une modification de la perception du paysage. Si beaucoup de commentateurs s’accordent pour noter une déficience du regard, certains ne partagent pas ce préjugé. Dès 1837, lors de son voyage en Belgique, Hugo fait à Adèle une longue description de cette nouvelle vision ferroviaire. Lors du voyage inaugural du Paris-Rouen en 1843, le journal L’Illustration note : « Et qu’on ne vienne pas nous dire que qu’on ne jouit pas du paysage lorsqu’on est emporté par une locomotive : le paysage n’est pas à vos pieds, il est au loin, dans les masses surtout54. » À partir des années 1860, le regard semble s’accoutumer à l’étagement nouveau des plans, à la perception des traces, à la danse des objets qui résultent de la vision ferroviaire55.

  • 56 Christophe Charle, « Région et conscience régionale en France. Questions à propos d’un colloque », (...)
  • 57 Jean Charles-Brun, « Tourisme et régionalisme » Revue mensuelle du Touring-club de France, septembr (...)

26L’historiographie française a dans l’ensemble donné une place modeste à la région, sauf exception. Affligée d’une connotation réactionnaire, la région, en France, a souffert d’une expression politique à la fois tardive et peu affirmée56. L’émergence tardive d’un courant régionaliste, après la guerre de 1870, ne doit pourtant pas occulter la pérennité de ces vieilles entités, que les géographes n’ont pas remis en cause. Le développement touristique du début du XXe siècle, qui se traduit par de nouvelles appellations touristiques sur les diverses portions du littoral normand, n’est-il pas concomitant avec l’essor du débat doctrinal sur le régionalisme57 ? C’est dans cette multiplicité d’expériences et dans ce renouvellement que s’inscrit le travail des impressionnistes. De cette continuité et de ce renouvellement rend compte la conclusion qui ferme la partie du Tableau de la France consacrée à la Normandie :

  • 58 Paul Vidal de La Blache, Tableau de la géographie de la France, op. cit., p. 273.

Soit que l’on contemple ces campagnes si amples en leur fécondité paisible, soit que l’on déniche entre les vergers et les prairies les maisons basses enfouies dans la verdure, ou que l’on voie monter à travers les hêtraies la fumée des usines blotties au fond des vallées, ou bien encore que l’œil s’arrête à ces restes de châteaux, d’abbayes, à ces églises aux fins clochers qui presque partout s’élancent, c’est, sous les formes diverses que détermine le sol, une même image d’opulence ordonnée qui frappe l’esprit ; et dans cette impression d’ensemble le présent se lie sans effort au passé58.

Notes

1 En particulier par Jules Michelet, Tableau de la France, Paris, s. n., 1833 (réédition : Paris, Robert Laffont, 1981, p. 217) ; et André Siegfried, Tableau politique de la France de l’Ouest, Paris, Imprimerie nationale, 1995, p. 300.

2 Marie-Noëlle Bourguet, Déchiffrer la France. La statistique départementale à l’époque napoléonienne, Paris, Éditions des archives contemporaines, 1989.

3 Arcisse de Caumont dresse les cartes géologiques de la Manche et du Calvados, puis fait paraître l’Essai sur la topographie géognostique du Calvados (Caen, Chalopin, 1828). Voir : Marcel Roncayolo, « Le paysage du savant », dans Les Lieux de mémoire, Pierre Nora (dir.), t. II, La Nation, vol. 1, Paris, Gallimard (Quarto), 1997, p. 997-1032.

4 Essai sur la topographie géognostique du Calvados, op. cit., p. 7-8.

5 Ibid., p. 9.

6 Antoine Passy, Description géologique du département de la Seine-Inférieure, Rouen, Pierre Périaux, 1832, t. I, p. 36.

7 Jean-François Chanet, L’École républicaine et les petites patries, Paris, Aubier, 1996.

8 Émile Levasseur, L’Étude et l’enseignement de la géographie, Paris, Delagrave, 1872.

9 Paul Vidal de La Blache, Tableau de la géographie de la France, Paris, 1903 (réédition : Paris, Éditions de la Table Ronde, 1994, p. 260).

10 Ibid., p. 267.

11 Roger Chartier, « Les deux France, histoire d’une géographie », Cahiers d’histoire, no 4, 1978, p. 394-415.

12 En 1826 Charles Dupin fait paraître les Forces productives et commerciales de la France, où la fameuse ligne Saint-Malo-Genève est pour la première fois mise en évidence.

13 Jules Michelet, Tableau de la France, op. cit., p. 187.

14 Élisée Reclus, Nouvelle géographie universelle : la terre et les hommes, Paris, Hachette, 1876-1894, vol. 2, p. 663.

15 Paul Claval, Histoire de la géographie française, Paris, Nathan, 1998, p. 107.

16 François Furet, « Deux légitimations historiques de la société française au XVIIIe siècle : Mably et Boulainvilliers », dans L’Atelier de l’histoire, Paris, Flammarion, 1982, p. 165-184.

17 Augustin Thierry, Histoire de la conquête de l’Angleterre par les Normands, Paris, Didot, 1825.

18 Stendhal, Mémoires d’un touriste, Paris, Ambroise Dupont, 1838 (réédition : Paris, Maspero, 1981, t. II, p. 71).

19 Selon l’expression de Buffon. Voir : Claude Blanckaert, « Le système des races », dans Le XIXe siècle. Science, politique et tradition, Paris, Berger-Levrault, 1995, p. 21-41.

20 Régis Boyer, Le Mythe viking, Paris, Éditions du Porte-Glaive, 1986, p. 41.

21 Gustave Lagneau, « Ethnogénie des populations du Nord-Ouest de la France », Revue d’anthropologie, 1875, t. IV, p. 620-649.

22 Dr Collignon, « Anthropologie », dans Cherbourg et le Cotentin, Cherbourg, Imprimerie Le Maout, 1905, p. 27-46.

23 Élisée Reclus, op. cit., p. 663-664.

24 Paul Vidal de La Blache, Tableau de la géographie de la France, op. cit., p. 267.

25 André Siegfried, Tableau politique…, op. cit., p. 300.

26 « Psychologie du Normand », conférence du 4 février 1955, Études normandes, no 2, 1955, p. 235.

27 Tableau politique…, op. cit., p. 300.

28 Jules Michelet, op. cit., p. 225.

29 Paul Vidal de La Blache, op. cit., p. 265.

30 Ibid., p. 261.

31 Émile de La Bédollière, « Le Normand », dans Les Français peints par eux-mêmes, t. II, Province, Paris, Curmer, 1840-1842, p. 173-174.

32 Jules Sion, Les Paysans de la Normandie orientale, Paris, Armand Colin, 1909.

33 Paul Vidal de La Blache, Tableau de la géographie de la France, op. cit., p. 272.

34 « Les régions françaises », Revue de Paris, 15 décembre 1910, p. 843.

35 Le mot est utilisé dans la langue française à partir de 1876. Voir : Dragons et Drakkars. Le mythe viking de la Scandinavie à la Normandie, XVIIIe-XXe siècles, Caen, Musée de Normandie, 1996.

36 Aristide Frémine, La Légende de Normandie, Paris, Lemerre, 1886.

37 Jean-Pierre Chaline, « Les fêtes du Millénaire en Normandie », dans Études normandes, no 3, 1989, p. 46-68.

38 François Guillet, Naissance de la Normandie, genèse et épanouissement d’une image de la Normandie, 1750-1850, Caen, Annales de Normandie, 2000, p. 259-301.

39 Arcisse de Caumont, Cours d’antiquités monumentales, Caen, Chalopin, 1830-1841.

40 Synchronisme des divers genres d’architecture en France, Le Mans, Richet, 1840.

41 Élisée Reclus, op. cit., p. 680.

42 Paul Vidal de La Blache, Tableau de la géographie de la France, op. cit., p. 263.

43 Charles Nodier, Isidore Taylor et Alphonse de Cailleux, Voyages pittoresques et romantiques dans l’ancienne France. Ancienne Normandie, Paris, Didot, 1820-1825.

44 Ségolène Le Men, La Cathédrale illustrée de Hugo à Monet, Paris, CNRS éditions, 1998, p. 14 en particulier.

45 Marcel Proust, À la recherche du temps perdu, III, Paris, Gallimard, 1987, p. 381-382. À ce propos, voir l’étude célèbre de Roland Barthes, « Proust et les noms », dans Nouveaux essais critiques, Paris, Le Seuil, 1967.

46 Alain Tapié, Peindre en Normandie à l’époque impressionniste, Paris, Somogy, 2010, p. 34.

47 Jules Janin, « Salon de 1840 », L’artiste, t. V, 1840, p. 169.

48 Exemples donnés dans Dominique Rouillard, Le Site balnéaire, Liège ; Bruxelles, Mardaga, 1984, p. 50-64. Voir aussi : Bernard Toulier, « L’influence des guides touristiques dans la représentation et la construction de l’espace balnéaire (1850-1950) », dans Les guides imprimés du XVIe au XXe siècle. Villes, paysages, voyages, Gilles Chabaud et al. (dir.), Paris, Belin, 2000, p. 215-230.

49 Éric Anceau, Dominique Barjot et Nicolas Stoskopf (dir.), Morny et l’invention de Deauville, Paris, Armand Colin, 2010.

50 Bernard Toulier, op. cit., p. 218.

51 H. Létang (signé), Guide-Annuaire à Trouville-Deauville, Paris, Imprimerie de Maréchal et Létang, 1866, p. 23.

52 Jérôme Lagéiste et Jean Rieucau, L’Empreinte du tourisme : contribution à l’identité du fait touristique, Paris, L’Harmattan, 2006, p. 58.

53 Eugène Chapus et Léon Vidal, Aux bains de Dieppe, Paris, A. Levavasseur, 1838, t. II, p. 194-195.

54 L’Illustration, 6 mai 1843, p. 155.

55 Marc Desportes, Paysages en mouvement. Transports et perception de l’espace, XVIIIe-XXe siècle, Paris, Gallimard, 2005, p. 142-144.

56 Christophe Charle, « Région et conscience régionale en France. Questions à propos d’un colloque », Actes de la recherche en sciences sociales, no 35, novembre 1980, p. 37-43.

57 Jean Charles-Brun, « Tourisme et régionalisme » Revue mensuelle du Touring-club de France, septembre 1910, p. 386-388. Jean Charles-Brun est le fondateur de la Fédération régionaliste de France.

58 Paul Vidal de La Blache, Tableau de la géographie de la France, op. cit., p. 273.

Auteur

Professeur de lettres supérieures au lycée Lakanal à Sceaux. Il a notamment publié Naissance de la Normandie. Genèse et épanouissement d’une image régionale en France, 1750-1850, Caen, Annales de Normandie, 2000 ; La mort en face, histoire du duel de la Révolution à nos jours, Paris, Flammarion, 2008 ; « Le duel et la défense de l’honneur viril », dans G. Vigarello, A. Corbin et J.-J. Courtine, Histoire de la virilité, Paris, Seuil, 2011, t. 2, p. 83-124.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search