Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Impressionnisme : du plein air au territoire

 | 
Frédéric Cousinié

Géographie de l'impressionnisme : nation, région, pays, territoire

Savoirs sur le territoire, pratiques de terrain et imaginaires de l’espace au temps de l’impressionnisme

Odile Parsis-Barubé

Texte intégral

  • 1 Gustave Flaubert, Bouvard et Pécuchet. Œuvre posthume, Paris, Louis Conard, 1910, p. 109-110.

[…] avant d’entreprendre des explorations nouvelles, ils consultèrent le Guide du voyageur géologue, par Boné. Il faut avoir, premièrement, un bon havresac de soldat, puis une chaîne d’arpenteur, une lime, des pinces, une boussole et trois marteaux, passés dans une ceinture qui se dissimule sous la redingote « et vous préserve ainsi de cette apparence originale, que l’on doit éviter en voyage » […] Le même ouvrage donne des préceptes de conduite : « Savoir la langue du pays que l’on visitera » ; ils la savaient. « Garder une tenue modeste » ; c’était leur usage. « Ne pas avoir trop d’argent sur soi » ; rien de plus simple. Enfin, pour s’épargner toute sorte d’embarras, il est bon de prendre « la qualité d’ingénieur ! ».
— Eh bien ! nous la prendrons !
Ainsi préparés, ils commencèrent leurs courses, étaient absents quelquefois pendant huit jours, passaient leur vie au grand air.
Tantôt sur les bords de l’Orne, ils apercevaient, dans une déchirure des pans de rocs dressant leurs lames obliques entre des peupliers et des bruyères, ou bien ils s’attristaient de ne rencontrer le long du chemin que des couches d’argile. Devant un paysage, ils n’admiraient ni la série des plans, ni la profondeur des lointains, ni les ondulations de la verdure, mais ce qu’on ne voyait pas, le dessous, la terre ; et toutes les collines étaient pour eux encore une preuve du déluge […] Plusieurs fois on les prit pour des porte-balles, vu leur accoutrement, et quand ils avaient répondu qu’ils étaient « des ingénieurs », une crainte leur venait : l’usurpation d’un titre pareil pouvait leur attirer des désagréments1.

1 On aura reconnu Bouvard et Pécuchet, dans cette phase sensible où, selon un enchaînement calqué sur l’ordre chronologique du développement des savoirs, surgissent, entre l’histoire naturelle et l’archéologie celtique, les premières velléités géologico-paléontologiques.

2Ce clin d’œil flaubertien n’est pas qu’une facilité inspirée par l’ancrage territorial de notre rencontre scientifique. Ce passage nous semble, en effet, illustrer l’ensemble des composantes de la problématique des rapports entre savoirs sur le territoire et imaginaires de l’espace telle qu’elle se pose au temps de l’impressionnisme.

  • 2 Odile Parsis-Barubé, « Bouvard, Terninck et Pécuchet. Des formes de l’amateurisme et du statut d’e (...)

3L’époque, d’abord, dont tout le roman sert à montrer qu’elle est celle d’une crise des savoirs et des représentations qui leur sont liées. Flaubert, qui écrit et rassemble la documentation nécessaire à ce qui sera son dernier roman, entre 1875 et 1880, met en scène des personnages et des situations ancrés dans le premier XIXe siècle. Ses « deux bonshommes » sont donc aux prises avec des curiosités, un état des savoirs et des pratiques d’investigation des territoires locaux qu’il est d’autant plus facile de tourner en dérision qu’ils incarnent des données culturelles que le mouvement scientifique de la fin du siècle a déjà rendues largement obsolètes2.

4C’est sur cette première considération que nous nous arrêterons d’abord, en montrant que le moment impressionniste correspond à celui de l’épuisement des systèmes d’observation, de description et de représentation du « local » qui avaient cours depuis le début du XIXe siècle.

  • 3 Gabriel Gohau, Les sciences de la terre aux XVIIe et XVIIIe siècles : naissance de la géologie, Pa (...)
  • 4 Fabien Locher, Le savant et la tempête. Étudier l’atmosphère et prévoir le temps au XIXe siècle, R (...)

5La matière scientifique dont il est ici question constitue un autre point de correspondance entre le roman et les questions relatives aux liens entre paysage et territorialité. La géologie et, plus largement, l’ensemble de ce que l’on pourrait appeler les « sciences du sous-sol » – parmi lesquelles la minéralogie et la paléontologie dont tâtent également les deux compères – s’imposent, entre 1860 et 1880, comme l’axe structurant des nouvelles lectures et interprétations de la particularité paysagère3. Moment qui coïncide également avec celui de l’invention de la météorologie scientifique, fondée sur l’observation des phénomènes atmosphériques, et qui conduit à intégrer la couleur du ciel aux dispositifs descriptifs du paysage ainsi qu’à l’explication des modes de vie4. Nous nous arrêterons, dans un deuxième temps, sur les processus scientifiques qui sous-tendent cette « verticalisation » d’un regard qui, tentant tout à la fois de sonder les profondeurs du sous-sol et d’embrasser la limpidité de l’éther, institue un rapport nouveau entre le territoire et le visible.

  • 5 Christophe Studeny, L’invention de la vitesse. France XVIIIe-XXe siècle, Paris, Gallimard, 1995.

6Restent les pratiques de terrain évoquées dans le passage précité et qui renvoient à la dimension physique de l’exploration savante des territoires. Flaubert, qui ouvre ici à plusieurs reprises les guillemets, cite le Guide du géologue-voyageur d’Ami Boué (que les différentes éditions du texte désignent improprement par « Boné »), ouvrage qui avait paru en 1835-1836 : réticence à assumer les postures d’un pleinairisme savant, fascination inquiète pour la figure de l’ingénieur, incongruité du bric-à-brac technique, tout ici, suggère les temps héroïques de l’amateurisme romantique. Or, le dernier quart du siècle, qui marque le moment de l’invention de la vitesse5, de la promotion de nouvelles pratiques sportives et de l’épanouissement d’une nouvelle culture visuelle, redéfinit les conditions tant matérielles que physiques de l’investigation scientifique des territoires. C’est à cette dernière question que sera consacrée la troisième partie de mon exposé.

7Crise de la représentation du local, redéfinition des assises territoriales de la visibilité, diversification des pratiques savantes de terrain : trois thèmes ou, si l’on préfère, trois éclairages d’une problématique qui renvoie à l’impressionnisme en ce qu’ils posent la question du rapport à l’espace, aux savoirs et à la culture de la visualité.

Le moment impressionniste comme crise de la représentation du « local »

8Considérons donc d’abord le moment impressionniste – 1874-1895 – comme celui d’une « crise », au sens étymologique du terme, de la représentation du « local ». La rupture qui s’annonce alors porte sur trois éléments essentiels : l’épuisement du modèle descriptif issu de la tradition statisticienne qui avait cours durant la première moitié du XIXe siècle, la redéfinition des échelles d’inscription du « local » et l’émergence de nouvelles logiques géographiques de découpage du territoire.

L’épuisement du modèle descriptif issu de la tradition statisticienne

  • 6 Marie-Vic Ozouf-Marignier, La Formation des départements. La représentation du territoire français (...)
  • 7 Marie-Noëlle Bourguet, Déchiffrer la France. La statistique départementale à l’époque napoléonienn (...)

9Les années 1870-1880 marquent le terme du long travail de reconstruction de l’imaginaire français du territoire qui s’était amorcé au lendemain de la Révolution. Il s’était agi, au moment où la refonte de la carte administrative du pays entendait inscrire dans le territoire la rupture avec l’ordre politique et social d’Ancien Régime, d’installer dans les esprits une nouvelle logique de découpage de l’espace national, fondée sur la raison et les principes d’égalité et d’uniformité6. Ce patient travail d’invention – au sens où l’histoire culturelle entend le terme – du département et de ses subdivisions internes avait mobilisé la jeune administration préfectorale créée par Bonaparte et pris corps dans une statistique littéraire, essentiellement descriptive, destinée, comme l’a montré Marie-Noëlle Bourguet, tout à la fois à justifier le dessin des nouvelles circonscriptions pensées par les Constituants et à façonner les physionomies départementales7. Fondé sur la mobilisation des savoirs naturalistes et des procédés d’observation hérités des Lumières, ce programme à visée encyclopédique, défini par Chaptal en 1801, était censé procéder par inventaire et classement méthodique de tous les éléments susceptibles de participer à l’invention géographique du département, c’est-à-dire à son « institution » en réalité naturelle et humaine. Ainsi que l’écrivit Chaptal aux préfets en 1801, au sujet des productions écrites dans lesquelles cette statistique devait prendre corps :

  • 8 Jean-Antoine Chaptal, « Circulaire du ministre de l’Intérieur aux préfets des départements (19 ger (...)

Ce mémoire doit commencer […] par une topographie de votre département, dans laquelle vous exposerez sa position, ses bornes, le cours de ses rivières, etc., etc. ; puis vous me parlerez des plantes qui y croissent, des animaux qui y vivent, de ce qui est relatif à l’histoire naturelle, à l’histoire des arts, aux usages, aux coutumes locales ; en un mot, de tout ce qui peut me faire connaître et les hommes et les choses8 […]

  • 9 Odile Parsis-Barubé, « La fabrique du pittoresque, des Lumières au romantisme », dans Lucie Goujar (...)

10Mis en relation dans la description géographique, la nature et les hommes devaient ainsi concourir à la justification du découpage administratif en révélant les facteurs de cohésion internes à la circonscription administrative, tout en permettant un recensement des marques de sa particularité. Tenant tout à la fois de la monographie savante, du récit de voyage et du guide touristique, les annuaires départementaux avaient constitué, jusqu’à l’aube des années 1880, le terrain d’élection de cette culture descriptive fortement attachée à la forme du « tableau », tant sur le plan des dispositifs littéraires mis en œuvre que sur celui des dispositifs visuels destinés à synthétiser les éléments de connaissance collectés sur les territoires. Démarche dont nous avons déjà eu l’occasion de démontrer ailleurs qu’elle avait entretenu une sorte de relation trouble avec le genre du voyage pittoresque dont la vogue avait culminé entre 1820 et 18609.

  • 10 Ami Boué, Guide du géologue-voyageur sur le modèle de l’Agenda geognostica de M. Léonhard, Paris, (...)
  • 11 Marcel Roncayolo, « Le paysage du savant », dans Pierre Nora (dir.), Les Lieux de mémoire, ii : La (...)

11Un certain nombre de signes montrent que ce modèle descriptif est à bout de souffle au début du dernier quart du siècle. Il avait subi ses premiers coups de boutoir sous la monarchie de Juillet, au moment où la géologie commençait à s’affirmer comme la science fédératrice des nouveaux savoirs sur le territoire. Ami Boué, la référence de Flaubert dans le passage précité, avait commencé, dans son Guide du voyageur-géologue de 1835, à instruire le procès de ces « ouvrages faits par des gens qui ne sont pas du métier, et [qui], tout en semblant faire honneur à leur savoir multiple, […] fourmillent de fausses données et même d’absurdités10 ». Son inflexion vers une statistique moins littéraire et plus quantitative voulue par les promoteurs de la Statistique générale de la France à partir de 1835, les tentatives – telle celle de Villeneuve dans les Bouches-du-Rhône – pour corseter l’inventaire des données physiques et humaines dans le cadre méthodologique de la « topographie » qui s’affirmait alors comme la science de l’ingénieur11, l’objectif plus ou moins explicite de faire des annuaires départementaux des guides d’aménagement du territoire n’étaient pas parvenus à dissimuler sa difficulté à s’inscrire dans la dynamique de spécialisation des savoirs qui s’affirmait dans la seconde moitié du siècle, tant dans le domaine de la cartographie que dans celui de la géologie ou même de l’histoire.

  • 12 Odile Parsis-Barubé, « L’invention du département comme exercice intellectuel : le discours sur l’ (...)

12À l’aube des années 1880, l’obsolescence de cette statistique descriptive est consommée : l’appauvrissement et, dans certains départements, la disparition progressive des rubriques historiques et des descriptions topographiques au profit de renseignements à caractère purement administratif, indiquent un changement significatif d’orientation et de lectorat. Destiné désormais, comme le précisent certains secrétaires-généraux de préfecture, essentiellement aux maires et aux employés de l’administration, les annuaires perdent leur vocation pédagogique et se départissent progressivement de leur mission de caractérisation physique, humaine et économique des divisions du territoire national12.

13La combinaison, maintes fois retravaillée depuis les préconisations de Chaptal, de savoirs supposés concourir, par leur juxtaposition, à la description de la nature et de l’état social des contrées, est désormais reléguée aux horizons de tout ce dont, à l’instar de Flaubert, le dernier quart du siècle commence à se gausser : le pittoresque, l’amateurisme, l’érudition locale.

La redéfinition des échelles d’inscription du « local »

  • 13 Thierry Gasnier, « Le local », dans Pierre Nora (dir.), Les Lieux de mémoire, iii : Les France,(...)

14Cet épuisement du modèle descriptif issu de la tradition statisticienne prend place dans un contexte plus global de redéfinition des échelles d’inscription du « local ». La seconde moitié du siècle voit en effet se conjuguer plusieurs facteurs qui, à des niveaux divers, mettent à l’épreuve les logiques de délimitation des « territoires du particulier13 » qui s’étaient construites au cours de la première moitié du siècle.

  • 14 Odile Parsis-Barubé, La Province antiquaire. L’invention de l’historie locale en France (1800-1870 (...)

15Le premier de ces facteurs concerne les modes de collecte des savoirs sur les territoires. Le premier XIXe siècle, qui avait privilégié la démarche inventoriale, avait favorisé un processus de fragmentation des objets et des niveaux spatiaux de l’enquête, principalement dans le domaine ethnographique, historique et archéologique. Du questionnaire de l’Académie celtique en 1807 à la mise en chantier de la publication des Documents inédits de l’histoire de France sous la monarchie de Juillet, en passant par l’enquête Montalivet de 1810 sur les abbayes et châteaux ou celle de l’Académie des inscriptions sur les antiquités de la France en 1817-1819, la nécessité de faire reposer la collecte sur une investigation en profondeur des territoires les plus étroitement localisés s’était imposée comme un précepte méthodologique incontournable14. L’histoire locale s’était ainsi constituée sur la conviction, héritée du naturalisme, que la réduction de l’échelle de l’observation était la garantie de sa validité scientifique. Ce qui explique l’osmose qui s’était opérée, au moment de la création des premières sociétés d’antiquaires, entre milieux linnéens et milieux archéologues de la province.

  • 15 Ce recueil ne verra jamais le jour en tant que tel. Fortoul disparaît en 1856, ses préconisations (...)

16Or, à partir du milieu du siècle, s’opère un élargissement sensible des échelles de recomposition des mémoires et des cultures. L’essoufflement de la politique d’inventaire historique et archéologique et, surtout, sa réorientation, par la circulaire Fortoul de 1852, vers la collecte de fragments destinés à la publication d’un Recueil de chants populaires de la France15, conduisent à la révélation de données culturelles – les langues et littératures considérées comme « populaires » – qui ne s’accommodent plus du fractionnement territorial extrême auquel avait conduit l’enquête archéologique. La « région » – même si la notion paraît alors aussi fuyante et incertaine en sa consistance territoriale que le « local » – se profile derrière les nouveaux découpages symboliques suscités par l’inflexion de l’enquête nationale : qu’elle soit souvenir des anciennes provinces – la Bretagne de La Villemarqué – ou construction de l’esprit – l’Occitanie, rêvée par Rochegude au début du siècle et toujours attendue par Champfleury en 1867 –, elle s’insinue dans les systèmes de représentation du territoire à l’œuvre à la fin du Second Empire sous des formes et selon des échelles, on le voit, encore extrêmement indécises. Arrimée à la résurgence de tout ce en quoi la tradition romantique avait, depuis Herder, ancré l’âme des peuples (les littératures, les chants, les légendes populaires et les langues locales), elle commence à être perçue comme un cadre d’affirmation des identités bien plus pertinent que le département, issu de la brisure d’immémoriales solidarités territoriales et coutumières.

17Cette mutation de l’imaginaire du territoire entre en synergie avec d’autres facteurs, plus directement politiques et scientifiques, mais qui posent toujours les mêmes questions de l’échelle, du rapport à la nature et, de plus ne plus clairement à mesure que l’on avance vers la fin du siècle, de l’adéquation aux besoins du développement économique.

  • 16 Marcel Roncayolo, art. cité, p. 2961.
  • 17 Voir : Marie-Vic Ozouf-Marignier, « Engagement politique et essor de la géographie : Pierre Foncin (...)
  • 18 Pierre Foncin, Les Pays de France. Projet de fédéralisme administratif, Paris, Armand Colin, 1898.
  • 19 Voir : Anne-Marie Thiesse, Écrire la France. Le mouvement littéraire régionaliste de langue frança (...)

18Le réveil linguistique et ethnologique de la diversité française, se produit en effet, à la fin du Second Empire, au moment où commence à s’instruire le procès de la logique administrative héritée de la Révolution. D’horizons divers – notables provinciaux, républicains de gouvernement, universitaires – surgissent des projets de redécoupage que l’on connaît trop bien pour que je nous nous y attardions ici et qui tous remettent en question le module départemental : projet Gambetta d’une réforme de la carte administrative au début du grand ministère, projet Goblet de 1887 de correction du module départemental dans le but de l’adapter aux nouvelles possibilités de déplacement permises par le chemin de fer, projet de réforme universitaire du recteur Liard, en 1890, qui propose une redéfinition des rapports entre les universités et leur milieu régional16, projet de fédéralisme administratif proposé en 1898 par le géographe Pierre Foncin17 dans ses Pays de France18. Le terme « régionalisme » apparaît à l’extrême fin du siècle, dans un contexte encore nébuleux de revendications politiques, culturelles et économiques, essentiellement articulées, comme l’ont montré les travaux d’Anne-Marie Thiesse, autour d’un argumentaire de remise en cause du centralisme administratif19.

  • 20 Sylvie Sagnes, « Les pays de Pierre Foncin », Ethnographies comparées, revue électronique, no 8, p (...)

19Mais ce débat éminemment politique se nourrit également de la réflexion, menée, dans les milieux universitaires, relative à la pertinence des échelles de découpage de l’espace national. Deux disciplines, dont les liens vont se resserrant tout au long du XIXe siècle – la géologie et la topographie –, y concourent puissamment, suggérant de nouveaux modes de compréhension du paysage et matérialisant sur la carte la notion de « région naturelle » qui, elle-même, finit par s’incarner dans ce « pays » dans lequel Pierre Foncin dit, en 1885, devant le Congrès régional des sociétés de géographie du Sud-Ouest, voir « la véritable molécule géographique de notre vieille France20 ».

Développement des sciences de la terre et promotion d’un nouveau regard sur les territoires

20Parallèlement à ces mutations des systèmes de découpages symboliques de l’espace national, les développements des sciences de la terre induisent, dans le dernier quart du siècle, un nouveau regard sur les territoires.

  • 21 Jean-André Deluc, Lettres physiques et morales sur les montagnes et sur l’histoire de la terre et (...)
  • 22 Gabriel Gorau, op. cit., p. 8-9.
  • 23 Alain Corbin, L’Homme dans le paysage, Paris, Textuel, 2001, p. 69.

21Depuis qu’en 1778, le naturaliste genevois Jean-André Deluc (1727-1817) en eut fait un synonyme de « connaissance de la terre21 », c’était le terme de géologie qui couvrait l’ensemble des démarches scientifiques visant à étudier la partie de la terre accessible à l’observation et à en déterminer l’histoire22. Le premier XIXe siècle l’avait vu se développer aux marges des curiosités multiples qui, entre l’histoire naturelle et l’archéologie préhistorique balbutiante, titillaient des élites provinciales vouées à une occupation savante des loisirs. Or, le mouvement de spécialisation des savoirs qui s’accélère à partir de la fin du Second Empire conduit à l’institutionnalisation et à la professionnalisation de ces pratiques « profanes » : les progrès de la géologie, de la minéralogie et de la paléontologie, de même que l’émergence d’une météorologie scientifique aboutissent à une nouvelle manière de lire l’espace23. C’est sur cette discipline du regard, ordonnée par une vision verticalement structurée et qui suggère un nouveau mode de perception du paysage, que nous voudrions maintenant nous arrêter.

Voir les dessous de la terre : la synthèse de l’esthétique et de l’intelligence des paysages

  • 24 Arcisse de Caumont, Essai sur la topographie géognostique du département du Calvados, Caen, imprim (...)
  • 25 Antoine Passy, « Essai sur les contrées naturelles de la France », dans Recueil des travaux de la (...)

22Le premier XIXe siècle avait déjà développé l’intuition que la compréhension d’un paysage dépendait de la connaissance des données géologiques sous-jacentes. Après Arcisse de Caumont dans sa Topographie géognostique du département du Calvados en 182824, Antoine Passy l’avait intégrée aux paradigmes de la description topographique dans ses travaux sur la géologie de la Seine-Inférieure de 1832 puis dans son « Essai sur les limites naturelles de la France » de 185725. Mais c’est dans le courant du dernier quart du siècle, en lien avec les progrès de la couverture cartographique de la France, qu’elle débouche sur la mise au point d’une véritable démarche analytique.

  • 26 Emmanuel Jaurand, « Les géographes français et la carte topographique sous la Troisième République (...)

23Si, comme l’a fort bien montré Emmanuel Jaurand, les débuts de la Troisième République, fortement marqués par le souci de la défense nationale, voient l’aboutissement de la couverture topographique détaillée de la France – avec la publication, en 1880, de la 267e et dernière feuille de la carte d’état-major au 80 000e –, la cartographie géologique du territoire national accuse à la même époque un retard certain : le principe de l’établissement d’une carte géologique calquée sur les découpages de la carte d’état-major n’est, en effet, arrêté qu’en 1868 ; les premières feuilles ne paraissent qu’en 1874, les dernières en 191826.

  • 27 Étienne-Félix Berlioux, Des cartes topographiques et de la lecture de ces cartes, Lyon, Imprimerie (...)
  • 28 Emmanuel Jaurand, op. cit., p. 17.

24La démarche consistant à expliquer les données topographiques de la carte d’état-major par les indications relatives à la disposition et la profondeur des couches de terrain révélées par la carte géologique se rode, de manière d’abord empirique, selon la « méthode de géographie scientifique » mise au point par Étienne-Félix Berlioux à la faculté de Lyon à partir de 187427, puis de manière plus rationnelle, dans le cadre de la géomorphologie qui se constitue progressivement entre 1885 et 190028.

  • 29 Ibid., p. 18.
  • 30 Ibid., p. 20.

25Le premier événement décisif est constitué par la parution, en 1888, d’un ouvrage intitulé Formes du terrain, fruit de la collaboration d’un spécialiste des relevés topographiques, le commandant Gaston de La Noë et d’un jeune géologue à la démarche naturaliste, Emmanuel de Margerie29. Ce dernier, en inventant le concept de « géologie géographique », fonde une méthode génétique d’étude des formes du relief, selon une démarche actualiste qui accorde une importance de premier plan au travail d’érosion fluviale. Le second événement survient dans la dernière décennie du siècle lorsque, depuis son laboratoire de géomorphologie de l’université d’Harvard, le géologue américain William Morris Davis parvient à déduire de la seule confrontation des cartes topographiques et géologiques de l’est du bassin parisien, l’existence de la capture de la Moselle par la Meurthe au détriment de la Meuse, ce, avant même de se rendre sur le terrain en 189430.

26Des progrès épistémologiques décisifs en ce qu’ils placent la géologie au cœur de l’intelligence globale des formes du relief, mais qui se révèlent aussi lourds d’implications pour la culture de la visualité. La géologie fait plus qu’inviter à un regard ordonné par la morphologie : elle bouleverse les assises territoriales de la visibilité. Flaubert nous montre Bouvard et Pécuchet oubliant de s’abandonner à la contemplation des ondulations du relief pour admirer « ce qu’on ne se voyait pas, le dessous, la terre ». À la saisie optique directe, se substitue un regard déductif, informé par la connaissance scientifique, guidé par le raisonnement et qui peut même – l’expérience de Davis le prouve – faire l’économie de l’observation in situ. Le contact avec le terrain, où l’œil s’exerce à la traque des affleurements, ne serait alors plus que confirmation de l’expérience de laboratoire, vérification d’hypothèses amplement assurées par le travail préalable d’étude de la carte. Fruit d’un calcul des profondeurs des couches et des inclinaisons de terrain, la coupe géologique offre une autre forme de visibilité aux dessous de la terre, rendant lisible ce que l’observation directe ne permet pas de voir, la structure du sous-sol et l’histoire de la formation du relief. La métaphore de la « lecture » – de la carte, du paysage – dit d’ailleurs assez ce débordement de l’acte contemplatif par l’effort intellectuel. Sa lisibilité, le paysage la tire désormais d’une combinatoire, opération raisonnée d’identification qui établit un système de liens logiques entre les faits géographiques et géologiques. Dans sa brochure de 1874 intitulée Des cartes topographiques et de la lecture de ces cartes, Berlioux écrit ainsi :

  • 31 Étienne-Félix Berlioux, op. cit., p. 11.

Il faut que chaque lecture topographique ou chaque étude de géographie soit limitée à une contrée peu étendue, ayant une sorte d’unité et formant un tout complet, aussi bien au point de vue historique qu’au point de vue physique. Il est facile de comprendre en quoi consiste cette unité et de quelle importance elle est pour l’étude de la géographie. Lorsqu’un pays présente ce caractère, c’est que toutes ses parties ont à peu près la même constitution géologique et le même climat ; si elles ont la même constitution et le même climat, elles donnent les mêmes produits ; si elles donnent les mêmes produits, leurs habitants se livrent aux mêmes travaux, ils prennent peu à peu les mêmes habitudes, les mêmes idées, et finissent par former un groupe à part, comme un personnage moral ayant son existence propre. Alors on voit mieux les rapports qui enchaînent les faits31

  • 32 Arcisse de Caumont, art. cité, p. 1006.

27Et il n’est pas jusqu’à la jouissance visuelle qui ne soit conditionnée par cette opération de mise en ordre. Les pionniers de la géologie, à qui la question du plaisir s’était posée avec d’autant plus d’acuité que le temps était au diktat du pittoresque, l’avaient déjà placée sur le registre de l’intellect : « Que de circonstances inaperçues viendront […] charmer [le voyageur] s’il peut reconnaître la nature des terrains et fixer leur niveau géologique », écrivait Caumont en 1828 dans un texte qui semble bien avoir directement inspiré le Flaubert des années 1875-1880. « Il verra chaque butte, chaque vallée, avec un plaisir qui ne peut être bien conçu que par ceux qui l’ont éprouvé32. » C’est aussi parce qu’elle conduit à cette synthèse entre l’esthétique et l’intelligence des paysages que la démarche géologique paraît centrale dans l’économie des savoirs qui se déploient à l’époque de l’impressionnisme.

Sciences des profondeurs et révélation de la vie souterraine

28De par les démarches dont son étude nécessite la mise en œuvre, la géologie introduit scientifiquement à la connaissance des profondeurs. La période qui s’ouvre en 1875 avec la disparition quasi-conjointe des pionniers de la discipline (Élie de Beaumont, Charles Lyell) voit des progrès décisifs s’effectuer dans les deux domaines qui avaient jusque là occupé la génération qui s’éteint : la division des temps géologiques et la tectonique du globe.

  • 33 Gabriel Gohau, Les sciences de la terre…, op. cit., p. 178-184.
  • 34 Eugène Renevier, Tableau des terrains sédimentaires formés pendant les époques de la phase organiq (...)
  • 35 Gabriel Gohau, Les sciences de la terre…, op. cit., p. 205.

29Il faut ici s’attacher au développement de la stratigraphie, qui étudie de proche en proche les terrains superposés et permet d’en déterminer l’âge relatif33. Avec elle, la verticalité s’impose comme l’axe structurant de l’imaginaire des temps géologiques et comme forme visuelle de mise en ordre des savoirs sur les roches et sur leur âge. En 1874, le géologue suisse Eugène Renevier fait paraître son Tableau des terrains sédimentaires dans lequel, reprenant le principe inauguré en 1849 par Alcide d’Orbigny, il propose divers essais de divisions en étages des systèmes géologiques, appliquant à chacun la couleur proposée par la carte géologique internationale d’Europe34. À la même époque, le paléontologiste Charles Dépéret mesure l’altitude des terrasses marines repérées sur les côtes afin d’en déterminer l’âge35 : l’altimètre, en s’imposant comme instrument de datation, consacre le champ vertical comme mode d’ordonnancement visuel du déchiffrement des terrains géologiques.

  • 36 Ibid., p. 196-197.
  • 37 Ibid., p. 201.

30L’époque qui s’ouvre avec le dernier quart du siècle est celle d’une mise en ordre globale de la représentation du sous-sol et des forces qui, selon la théorie actualiste, continuent de le travailler. La parution à Vienne, en 1878, du premier volume de l’ouvrage d’Eduard Suess, La Face de la terre, impose la vision d’une écorce terrestre travaillée par deux sortes de contraintes géométriquement ordonnées : les unes tangentielles (parallèles à la surface) qui poussent latéralement les couches et provoquent les plissements et la formation des montagnes ; les autres radiales (perpendiculaires au sol) qui rendent compte des effondrements36. Ancien élève de l’école Polytechnique et de l’école des Mines, Marcel Bertrand surprend le monde scientifique en présentant en 1884, devant la Société géologique de France, une étude sur les rapports entre les Alpes de Glaris et le bassin houiller franco-belge dans laquelle, influencé par les théories de Suess, il démontre que des terrains plus anciens peuvent, sous l’effet de poussées latérales, venir recouvrir des strates plus récentes : il explique ainsi pourquoi, dans le bassin houiller nord-européen, les terrains carbonifères sont recouverts par des couches anciennes de Dévonien ou de Silurien37.

  • 38 Jean Gaudant (dir.), Géologues et paléontologues. De la passion à la profession, Paris, Presses de (...)
  • 39 Amédée Burat, Traité du gisement et de l’exploitation des minéraux utiles, Paris, Langlois et Lecl (...)
  • 40 Géologie appliquée ou traité de la recherche et de l’exploitation des minéraux utiles, Paris, Lang (...)

31Ainsi déchiffré, le sous-sol n’est pas qu’une représentation de l’esprit : il devient un espace exploitable en offrant aux besoins économiques du moment le secours de ses ressources minérales. D’où l’étroitesse des liens qui se nouent alors entre le milieu des géologues et celui des ingénieurs des Mines et qu’illustre, entre autre, le parcours d’Amédée Burat38. Cet ancien élève de l’école des Mines, devenu professeur de géologie appliquée et d’exploitation des mines à l’école centrale des arts et manufactures, consacre l’essentiel de son œuvre aux méthodes de recherche et d’exploitation de la houille : auteur en 1870 d’un Traité du gisement et de l’exploitation des minéraux utiles39, ultime refonte d’un vaste traite de géologie appliquée dont la première édition avait paru en 184340, puis d’une série de volumes consacrés au matériel des houillères auprès desquelles il exerce une activité de conseil, il illustre parfaitement le glissement qui s’opère, dans le dernier quart du siècle, de l’approche scientifique des phénomènes géologiques à la constitution d’une science de l’ingénieur et d’une culture technique du sous-sol.

  • 41 Louis Simonin, La Vie souterraine : la mine et les mineurs, Paris, Hachette, 1867.

32C’est par ce biais que peut advenir à la conscience des contemporains l’existence d’une « vie souterraine » – tel est le titre de l’ouvrage dédicacé en 1867 par Louis Simonin à Amédée Burat41 et qui porte en sous-titre « les mines et les mineurs » –, lourde des fantasmes liés à l’obscurité et qui inspire le Jules Verne des Indes noires en 1877 avant le Zola de Germinal, en 1885. Fascination pour des profondeurs obscures qui se déploient comme l’envers d’un monde désormais de mieux en mieux éclairé, mais aussi maîtrise technique bien réelle, appuyée par la connaissance scientifique, d’un univers économiquement utile. Cette emprise verticale sur le territoire, qui conduit, entre autre, à faire, en surface, du carreau de la mine, un exact décalque paysager des hiérarchies structurant le travail du fond, constitue, semble-t-il, l’un des aspects majeurs de l’inscription de la modernité dans les imaginaires de l’espace au temps de l’impressionnisme.

33Mais il faudrait également travailler sur les jeux de tension dans lesquels s’installe la minéralogie de la fin du XIXe siècle, entre, d’une part, cet utilitarisme lié au développement d’une culture technique du sous-sol et, d’autre part, l’expérience esthétique – éminemment visuelle – que suscite, avec la généralisation de l’usage du microscope polarisant, la découverte optique de la structure des roches (dite cristallographie optique).

Développement d’une météorologie scientifique et « déterritorialisation » de l’observation

  • 42 Fabien Locher, « De nouveaux territoires pour la science : les voyages aériens de Camille Flammari (...)

34À ce processus de « verticalisation » du regard, participe également l’émergence, à la fin du Second Empire, d’une météorologie scientifique qui tend à introduire l’observation du ciel dans la caractérisation des espaces. Les travaux récents de Fabien Locher éclairent les processus de territorialisation de la prévision du temps qui s’opèrent à partir du Second Empire avec la mise en place, parallèle au lancement d’un vaste programme de cartographie des vents de mer, d’un service de prévision météorologique officiel et l’organisation d’un réseau public et privé d’observation du temps couvrant le territoire français42.

  • 43 Fabien Locher, « L’empire de l’astronome : Urbain Le Verrier, l’ordre et le pouvoir », Cahiers d’h (...)

35Incluse sans succès en 1842 dans la collecte des données destinées à nourrir les informations de la section « territoire » de la statistique de la France, rattrapée par le mouvement des sociétés savantes avec la création, en 1852, de la Société météorologique de France, la météorologie est enfin prise en charge par la communauté savante officielle sous le Second Empire quand s’organise à grande échelle l’observation synoptique. Successeur de Louis Arago à la tête de l’observatoire de Paris en 1854, Urbain Le Verrier met sur pied un service de prévision des tempêtes qui devient opérationnel à partir de 1863 et dont les postes d’observation sont implantés dans les stations de l’administration des télégraphes, les ports de guerre et les établissements scientifiques tels que facultés ou observatoires astronomiques. L’année suivante, il mobilise le réseau des écoles normales où il transforme les élèves-instituteurs en observateurs dociles et réguliers, utilisant trois à cinq fois par jour baromètre, hygromètre, thermomètre et pluviomètre43.

  • 44 SR, ibid.
  • 45 Camille Flammarion et al., Voyages aériens, Paris, Hachette, 1870 ; Mes voyages aériens : impressi (...)
  • 46 SR, p. 164.

36Ce regard porté vers le ciel depuis un sol rigoureusement quadrillé, gagne encore en verticalité grâce au développement, à partir de l’exposition universelle de 1867, de l’observation aérostatique de l’atmosphère44. Chroniqueur scientifique au journal Le Siècle, organe des républicains modérés, Camille Flammarion qui, de 1858 à 1862 avait travaillé à l’Observatoire de Paris, vulgarise l’aérostatisme en publiant, entre 1870 et 1911, trois ouvrages consacrés à ses voyages aériens45. Contre la communauté scientifique qui, sous la houlette de Le Verrier, privilégie l’observation au sol des phénomènes atmosphériques à des fins de prévision météorologique, Flammarion érige l’atmosphère en territoire d’exploration : décrivant son état en altitude, attentif à la production des météores, il réalise, au cours de ses différents vols, sur la base d’observations directes et de mesures instrumentales, près de 550 relevés météorologiques46.

  • 47 Alain Corbin, L’Homme dans le paysage, op. cit., p. 38-39.

37Alain Corbin a insisté sur le rôle ancien du voyage en ballon dans l’éducation du regard vertical47. Les expériences aérostatiques de Camille Flammarion semblent complexifier notablement cette problématique, dans la mesure où, comme l’a montré Fabien Locher dans l’étude qu’il lui a récemment consacrée, la question du point de vue que l’aérostier peut porter sur la terre est curieusement éludée dans les relations de ses voyages aériens : comme si le territoire s’effaçait en sa consistance physique pour ne plus subsister qu’en tant que construction géométrique, ramenant, là encore, à la médiation obsédante de la carte géographique :

  • 48 Cité dans SR, p. 170, d’après Mes voyages aériens, op. cit., p. 159, 192, 248.

Le centre de la France se déploie au-dessous de nous comme une plaine illimitée […] que […] je […] ne puis mieux comparer qu’à une carte géographique.
Les champs de blé, d’avoine, d’orge, de seigle, les trèfles, les vignes tapissent le sol et en font une sorte de damier longitudinal.
La surface de la terre est plane. Il n’y a plus ni montagnes, ni vallées, mais un plan bien régulier et finement colorié comme une riche miniature48.

  • 49 SR, p. 164.

38Ce qui attire le regard de l’aérostier et le fascine au premier chef, c’est moins la terre, telle qu’il peut la voir du ballon, que les phénomènes optiques qui se produisent en très haute altitude, telle cette anthélie qui se produit lors de l’ascension qu’il effectue en avril 1868 et qui lui permet de contempler la projection directe, dans l’atmosphère, de l’image exacte du ballon entouré de cercles multicolores allant du jaune au violet49.

39Envisagée dans ses rapports avec l’imaginaire de l’espace, la météorologie fin de siècle est donc prise dans une tension majeure entre, d’un côté, les efforts des instances officielles pour ancrer l’observation dans un maillage territorial strict – celui des réseaux télégraphiques, des observatoires scientifiques et stratégiques, des établissements d’enseignement – et, d’autre part, ce phénomène de « déterritorialisation » auquel la conduit une exploration atmosphérique avide d’expériences optiques inédites.

Développement des sciences et pratiques de terrain : un pleinairisme savant ?

40Ce qui nous amène à poser, plus globalement, la question du rapport physique du savant à ce qui constitue les territoires de la découverte, de l’observation, de l’expérimentation scientifiques. Peut-on, parler, à l’époque de l’impressionnisme, d’un pleinairisme savant dont les pratiques refléteraient tout à la fois les nouvelles attentes scientifiques du moment et le nouveau rapport au corps qui s’affirme dans le contexte de l’invention du sport et du développement du tourisme ?

Le credo de l’exploration directe du monde physique

41Notons d’abord que l’époque est prise en tenaille entre, d’une part, ce phénomène d’intellectualisation du regard auquel a conduit la mise au point de la méthode d’analyse cartographique du sol et du sous-sol et d’autre part, la résistance du credo de l’exploration directe du monde physique, hérité de l’époque romantique et, au-delà, de la culture des Lumières. Camille Flammarion écrit en 1870 :

  • 50 Cité dans SR, p. 164, d’après Voyages aériens, p. 154.

Pour connaître les variations diurnes et le caractère météorologique des diverses altitudes, pour examiner dans sa formation et dans sa marche le mécanisme des orages, il me semble qu’ici comme ailleurs le meilleur moyen est « d’aller voir » ce qui se passe dans ces régions supérieures, et de constater les faits50.

42L’on trouve maints échos à cette affirmation à la même époque, dans la littérature de vulgarisation scientifique. Comme si le « terrain » pouvait devenir le lieu d’un partage confraternel de la connaissance.

43Les pratiques savantes de terrain de la fin du siècle sont tout entières dans cette contradiction que résume de manière particulièrement éclairante, me semble-t-il, le cas de l’excursion géologique. Fille de l’excursion archéologique qui, aux temps héroïques de l’inventaire monumental de la France, avait elle-même beaucoup flirté avec le genre du voyage pittoresque, elle prend tout naturellement place dans cette culture de la mobilité savante qui oscille entre quête scientifique et quête de sensations. Si elle constitue un élément incontournable de la formation du futur géologue, elle participe également de la légende dorée de la jeunesse que reconstruit complaisamment l’ingénieur en fin de carrière. Dans l’autobiographie qu’il rédige en 1906, alors âgé de 67 ans, Albert de Lapparent évoque avec une pointe d’autodérision celles qu’organisait Élie de Beaumont au temps où il enseignait la géologie à l’école des Mines :

  • 51 Cité dans Christian Montenat, « Albert de Lapparent (1839-1908) par lui-même », dans Jean Gaudant,(...)

Dès le printemps de 1861, les excursions géologiques d’un jour, dirigées par Élie de Beaumont aux environs de Paris, m’avaient beaucoup intéressé, et j’attendais avec une suprême impatience la tournée d’une semaine que, sous la conduite du maître, nous devions faire en juin dans la région du Jura. Jamais il ne m’était arrivé de faire le moindre voyage […] Les montagnes m’étaient totalement inconnues et j’avais le sentiment que cette course m’apporterait mille sensations nouvelles. Aussi est-ce avec un véritable enthousiasme qu’un beau matin d’été je me dirigeais à pied vers la gare de Lyon, le marteau à la ceinture, les pieds chaussés de fort brodequins commandés exprès, et portant mon petit bagage sur le dos, dans un sac acheté au Temple51.

44Associé en 1865 par son maître à la création d’un service géologique provisoire en vue de l’exposition universelle de 1867, le jeune ingénieur des Mines, associe encore le charme qu’il trouve à l’existence de géologue à ces contacts directs que les tournées lui permettent d’entretenir avec la nature :

  • 52 Cité dans ibid., p. 239.

Dès ce moment je pris chaque jour un plaisir plus vif à courir, de la Normandie aux Vosges et à la Bourgogne, tantôt seul, tantôt avec mon chef M. de Chancourtois […] Je goûtais de suite les charmes de l’existence de géologue, ne redoutant ni les perpétuels changements d’auberges, ni ceux de la nourriture, heureux de vivre au contact de la nature, dont les harmonies me pénétraient de plus en plus52.

  • 53 Albert de Lapparent, Mémoires pour servir à l’explication de la carte géologique de la France. Le (...)

45Le travail scientifique de terrain effectué par le géologue est étroitement lié aux systèmes de représentations de la connaissance sur le sous-sol précédemment évoqués : on sent combien le spectre de la coupe géologique pèse sur la quête obsessionnelle de l’affleurement, l’attente fiévreuse des résultats du sondage carotté, de la collecte d’échantillons. Albert de Lapparent, émerveillé par la netteté des contours topographiques du Pays de Bray, le compare « à un regard naturel par lequel l’œil plonge dans les profondeurs de l’écorce du globe et est admis à pénétrer en partie les mystères de sa structure interne53 ». Il ne cache cependant pas les difficultés du travail de terrain qui attendaient le géologue dans une région peu accessible et où la configuration du paysage agricole fit longtemps obstacle à sa visibilité géologique, jusqu’à ce que le percement de la voie ferrée d’Amiens à Rouen, puis de celles de Beauvais à Gournay et de Gournay à Neufchâtel ne vienne y ouvrir de profondes cicatrices par lesquelles la structure du sous-sol put enfin être révélée. On voit, en lisant le passage qu’il consacre à cette région en 1879 dans les Mémoires pour servir à l’explication de la carte géologique de la France, de quoi est faite cette culture du terrain, ouverte à la compréhension globale des paysages ruraux et attentive au moindre détail de la topographique locale :

  • 54 Ibid., p. 7.

Sans doute, écrit-il, il reste encore de vastes espaces où l’herbe épaisse des pâturages empêche l’étude directe du sous-sol ; mais les mares à bestiaux, les fossés, les trous pratiqués pour l’enfoncement des pieux de clôtures, viennent fréquemment au secours du géologue et, en profitant ainsi des moindres indices, on arrive à constituer un canevas d’observations assez serré pour que les portions demeurées invisibles viennent s’y encadrer sans trop d’indécisions54.

  • 55 SR, p. 168.

46Si la forme strictement didactique que revêt le texte dans lequel le géologue fait part du résultat de ses observations occulte totalement l’aspect physique du travail de terrain (l’effort, la fatigue, voire la douleur), le genre relation de voyage se prête avec plus de facilité à l’enregistrement minutieux des affects liés à l’expérience de plein air. Fabien Locher a ainsi montré l’importance attachée par Camille Flammarion, dans ses Voyages aériens, aux perceptions sensorielles propres au vol aérostatique comme l’abolition de la sensation de vitesse ou l’effacement progressif de l’ambiance sonore55.

Entre savoirs scientifiques, expérience corporelle et quête du pittoresque : l’invention de la spéléologie

  • 56 Alain Corbin, Jean-Jacques Courtine, Georges Vigarello (dir.), Histoire du corps. 2 : De la Révolu (...)

47L’expérience du pleinairisme fin de siècle ne peut enfin être dissociée de la promotion des nouvelles pratiques corporelles à l’œuvre dans une société qui découvre concomitamment l’hygiénisme, le sport et le tourisme56.

  • 57 Pierre-Olaf Schut, L’Exploration souterraine. Une histoire culturelle de la spéléologie, Paris, L’ (...)

48À la frontière de la curiosité, du savoir scientifique et de l’activité sportive, se développe, dans le courant de la décennie 1880-90, la spéléologie57. Le mot apparaît en 1894 dans l’un des premiers ouvrages publiés par celui qui est considéré comme l’inventeur de la discipline nouvelle, Édouard-Alfred Martel (1859-1938). Il succède à celui de « grottologie » utilisé dans la décennie antérieure et qui exprimait le lien qui unit longtemps l’exploration des grottes à l’archéologie préhistorique. Ce n’est pas ici le lieu de nous livrer à l’histoire détaillée d’une discipline à laquelle a été récemment consacrée une thèse – celle de Pierre-Olaf Schut, enseignant-chercheur en sciences du sport. Nous retiendrons surtout ce que son développement, à la fin du siècle, apporte à la problématique des rapports entre curiosité scientifique, représentations du corps et pratiques de terrain.

  • 58 Édouard-Alfred Martel, « Sous-terre. Exploration des eaux intérieures et des cavernes des Causses  (...)

49Exploration physique des niveaux intermédiaires entre la surface et les profondeurs de l’écorce terrestre, la spéléologie s’inscrit dans une généalogie complexe qui nous ramène à la question de la verticalité évoquée précédemment dans la mesure où l’on peut la considérer comme l’enfant naturelle de la géologie et de l’alpinisme. Le rôle du Club alpin dans l’essor de la grottologie est tout à fait patent : Édouard-Alfred Martel, l’inventeur de Padirac, en était un membre actif, comme nombre d’autres pionniers de la discipline. Dans une notice intitulée « Sous terre. Exploration des eaux intérieures et cavernes des Causses », publiée en 1888 dans l’Annuaire du Club alpin français, il explique que « le grottisme (côté sportif de la grottologie) est le verso (je ne veux dire ni l’envers, ni le revers) de l’alpinisme et le nouveau champ concédé aux amateurs d’inconnu58 ». En témoigne, la nature du matériel emporté par le spéléologue et qui est en tout point semblable à celui de l’alpiniste : marteau, piolet, cordes, mousquetons etc. Comme tous les praticiens éclairés de l’alpinisme, Martel est doté d’une solide culture géographique et topographique. Très lié à Louis de Launay, professeur à l’école des Mines, il est également bien introduit dans les milieux géologues de la capitale, même si son statut d’avocat près la cour d’appel de Paris cantonne ses différentes aspirations scientifiques à la sphère de l’amateurisme.

50Profondément marqué par sa découverte de l’univers caussenard lors d’un premier voyage dans les gorges du Tarn et les Cévennes en 1883, il place, dès ses premiers écrits, son désir d’exploration souterraine sous le triple signe de la curiosité scientifique, du souci du développement touristique et de la pratique sportive. Il écrit en 1889, devant le site de Montpellier-le-Vieux :

  • 59 Édouard-Alfred Martel, Les Cévennes, Paris, Delagrave, 1889, p. 287-288.

Mais qu’il y aurait de coups de mine à donner et de dangers à courir pour scruter les vaisseaux capillaires et les réservoirs des causses, pour résoudre le problème de la communication des avens avec les grottes des vallées […] À 6 ou 700 mètres […] bâille un gouffre sans fond pour l’œil : les pierres rebondissent longtemps de paroi en paroi avant de s’arrêter avec un bruit mat ; tout un matériel de gymnastique serait ici nécessaire, et une exploration complète mais pénible amènerait sans doute la connaissance de nouvelles magnificences comme à Ganges et à Adelsberg. Avis aux amateurs d’émotions souterraines59 !

51Les écrits de Martel reposent sur un dispositif discursif bien particulier qui mêle à la rhétorique scientifique la dramaturgie de l’exploration d’un monde chargé de fantasmes, comme dans le récit qu’il laisse, en 1896, de sa troisième exploration du gouffre de Padirac :

  • 60 Édouard-Alfred Martel, Ernest Rupin, « Troisième exploration du gouffre de Padirac (Lot) », dans S (...)

J’avais été projeté de l’autre côté du lac (large ici de 7 à 8 mètres et peut-être profond d’autant), absolument inconscient de la direction à prendre en nageant ; bottes et vêtements me paraissaient singulièrement lourds. Tout à coup, je sens le bateau qui remonte sous moi : retourné, il flottait le fond en l’air ; je grimpe à cheval dessus, me croyant hors d’affaire ; mais presque aussitôt je me sens repoussé à l’eau par le fatal encorbellement qui a causé l’accident ; le canot se glisse dessous et me voilà livré à des brassées désespérées. J’avoue ne pas les avoir comptées, mais je les trouvais longues et épuisantes ; la présence d’esprit commençait à m’abandonner et, toujours incapable de prendre pied, je me souviens nettement avoir crié deux fois : « Je suis noyé60 ! ».

52Avec, comme but ultime, la révélation de véritables paysages souterrains dont la description recycle les codes, décidément inusables, du sublime et du pittoresque. Il écrit en 1879 dans sa notice « Sous terre », publiée dans l’Annuaire du Club alpin français :

  • 61 Édouard-Alfred Martel, « Sous terre… », art. cité, p. 241.

[…] quelles surprises féeriques, quels grandioses spectacles, quelle fièvre enivrante d’inconnu, quand, dans une caverne neuve, forcée pour la première fois, les hauts dômes étincelants de carbonate de chaux succèdent aux longues galeries soutenues sur de scintillantes stalagmites, reflètent leurs plafonds constellés d’étoiles cristallines et frangés de draperies d’albâtre transparente dans le miroir sombre d’un lac mystérieux, et aboutissent aux fracassantes cascades d’une rivière écroulée dans l’abîme insondable ! Et, comme cadre à ces tableaux sublimes […] l’obscurité pesante, impressionnante, déchirée par la lueur éblouissante des feux électriques comme une nuit d’orage par des faisceaux d’éclairs !
Pittoresque, difficultés et dangers se marient sous terre comme sur les monts61

53Cette contribution a peut-être bien recyclé, elle aussi, une vieille dialectique : celle, jadis éclairée par les contributions de Marcel Roncayolo et de Françoise Cachin au premier volume des Lieux de mémoire, du paysage du savant et du paysage de l’artiste. Pierre Nora, dans l’introduction de cette section de l’ouvrage consacrée à L’« immatériel », écrivait en 1986 du paysage qu’il était « le fruit inconscient de tous les savoirs qui s’y nouent : savoirs statistique, topographique, cartographique, géologique, historique ». Mais aussi qu’il appartenait aux sens, « donc peut-être d’abord à celui qui le regarde et le traduit, le peintre ».

54N’étant pas historienne de l’art, je ne m’aventurerai pas sur le terrain glissant de la détermination des influences réciproques – les praticiens de l’histoire culturelle répugnent à l’emploi de ce terme dangereux – des savoirs et de l’art de peindre. J’insisterai plutôt sur l’extrême complexité d’une époque où les mutations conjointes des paradigmes des sciences de la terre et des imaginaires de l’espace, dont j’ai montré qu’elles étaient marquées par un certain nombre de contradictions – dont la moindre n’est certes pas cette ambivalence des phénomènes de territorialisation / déterritorialisation du visible – s’accomplissent dans une synchronie rigoureuse avec les nouveaux rapports à l’invisibilité qu’instaurent les impressionnistes et que résume la formule d’Eugène Boudin, évoquant la côte normande : « Les objets sont fondus, il n’y a plus que des valeurs. »

Notes

1 Gustave Flaubert, Bouvard et Pécuchet. Œuvre posthume, Paris, Louis Conard, 1910, p. 109-110.

2 Odile Parsis-Barubé, « Bouvard, Terninck et Pécuchet. Des formes de l’amateurisme et du statut d’expert dans la pratique archéologique au XIXe siècle », dans Regard sur l’histoire du Pas-de-Calais. Études en l’honneur d’Alain Nolibos. Études réunies par Stéphane Curveiller et Patrice Marcilloux, Arras, Artois Presses Université, 2003, p. 84.

3 Gabriel Gohau, Les sciences de la terre aux XVIIe et XVIIIe siècles : naissance de la géologie, Paris, Albin Michel, 2000.

4 Fabien Locher, Le savant et la tempête. Étudier l’atmosphère et prévoir le temps au XIXe siècle, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2008.

5 Christophe Studeny, L’invention de la vitesse. France XVIIIe-XXe siècle, Paris, Gallimard, 1995.

6 Marie-Vic Ozouf-Marignier, La Formation des départements. La représentation du territoire français à la fin du XVIIIe siècle, Paris, Éditions de l’EHESS, 1989.

7 Marie-Noëlle Bourguet, Déchiffrer la France. La statistique départementale à l’époque napoléonienne, Paris, Éditions des Archives contemporaines, 1989.

8 Jean-Antoine Chaptal, « Circulaire du ministre de l’Intérieur aux préfets des départements (19 germinal an IX) », dans Marie-Noëlle Bourguet, Déchiffrer la France. La statistique en France à l’époque napoléonienne, Paris, Éditions des Archives contemporaines, 1989, annexe I, p. 415.

9 Odile Parsis-Barubé, « La fabrique du pittoresque, des Lumières au romantisme », dans Lucie Goujard et al. (dir.), Voyages pittoresques. Normandie 1820-2009, Milan, Silvana Editoriale, 2009, p. 33-35.

10 Ami Boué, Guide du géologue-voyageur sur le modèle de l’Agenda geognostica de M. Léonhard, Paris, F. G. Levrault, 1835, t. I, p. 19.

11 Marcel Roncayolo, « Le paysage du savant », dans Pierre Nora (dir.), Les Lieux de mémoire, ii : La nation, 1 : L’immatériel, Paris, Gallimard (Quarto), 1997, vol. I, p. 1001-1004.

12 Odile Parsis-Barubé, « L’invention du département comme exercice intellectuel : le discours sur l’espace et le temps dans les annuaires départementaux du Pas-de-Calais du Consulat au Second Empire », dans Arras, le savoir et la curiosité. Aspects de la vie culturelle dans un ville préfecture au XIXe siècle, Odile Parsis-Barubé (dir), Mémoires de l’Académie des Sciences, Lettres et Arts d’Arras, 6e série, t. III, 2000, p. 33-54.

13 Thierry Gasnier, « Le local », dans Pierre Nora (dir.), Les Lieux de mémoire, iii : Les France, 2 : Traditions., Paris, Gallimard (Quarto), 1997, vol. III, p. 3429.

14 Odile Parsis-Barubé, La Province antiquaire. L’invention de l’historie locale en France (1800-1870), Paris, CTHS, (Histoire), 2011.

15 Ce recueil ne verra jamais le jour en tant que tel. Fortoul disparaît en 1856, ses préconisations en matière de collecte sont rappelées une dernière fois sans grande conviction par son successeur, Gustave Rouland, en 1863. La collection de documents recueillis dans ce cadre entre à la Bibliothèque nationale en 1877 (BNF, ms. NAF 3338-3343) et servira à de nombreuses publications signalées par Arnold Van Gennep dans son Manuel de folklore français (Paris, Gustave-Paul Maisonneuve, 1945).

16 Marcel Roncayolo, art. cité, p. 2961.

17 Voir : Marie-Vic Ozouf-Marignier, « Engagement politique et essor de la géographie : Pierre Foncin, de Bordeaux à Douai », dans Guy Baudelle et al., Géographes en pratiques (1870-1945). Le terrain, le livre, la Cité, Rennes, Presses universitaires de Rennes (Espace et territoire), 2001, p. 105-116.

18 Pierre Foncin, Les Pays de France. Projet de fédéralisme administratif, Paris, Armand Colin, 1898.

19 Voir : Anne-Marie Thiesse, Écrire la France. Le mouvement littéraire régionaliste de langue française, Paris, Presses universitaires de France, 1991 ; et, du même auteur, Ils apprenaient la France : l’exaltation de la région dans le discours patriotique, Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1997.

20 Sylvie Sagnes, « Les pays de Pierre Foncin », Ethnographies comparées, revue électronique, no 8, printemps 2005.

21 Jean-André Deluc, Lettres physiques et morales sur les montagnes et sur l’histoire de la terre et de l’homme adressée à la reine de la Grande-Bretagne, La Haye, Detune, 1778. Le terme est également utilisé par Diderot en 1751 dans le premier volume de l’Encyclopédie et, en 1779 dans l’introduction des Voyages dans les Alpes d’Horace-Benedict de Saussure (mentionné dans Gabriel Gohau, Une histoire de la géologie, Paris, Seuil, 1990, p. 8).

22 Gabriel Gorau, op. cit., p. 8-9.

23 Alain Corbin, L’Homme dans le paysage, Paris, Textuel, 2001, p. 69.

24 Arcisse de Caumont, Essai sur la topographie géognostique du département du Calvados, Caen, imprimerie T. Chalopin, 1828.

25 Antoine Passy, « Essai sur les contrées naturelles de la France », dans Recueil des travaux de la Société libre d’agriculture, sciences, arts et belles-lettres de l’Eure, 3e série, t. V, 1857-1858, p. 129-150.

26 Emmanuel Jaurand, « Les géographes français et la carte topographique sous la Troisième République (1870-1940) », Bulletin du CFC, no 200, juin 2009, p. 15.

27 Étienne-Félix Berlioux, Des cartes topographiques et de la lecture de ces cartes, Lyon, Imprimerie Alfred-Louis Perrin et Marinet, 1874.

28 Emmanuel Jaurand, op. cit., p. 17.

29 Ibid., p. 18.

30 Ibid., p. 20.

31 Étienne-Félix Berlioux, op. cit., p. 11.

32 Arcisse de Caumont, art. cité, p. 1006.

33 Gabriel Gohau, Les sciences de la terre…, op. cit., p. 178-184.

34 Eugène Renevier, Tableau des terrains sédimentaires formés pendant les époques de la phase organique du globe terrestre avec leurs représentants en Suisse et dans les régions classiques, leurs synonymies et les fossiles de chaque étage, Lausanne, Rouge et Dubois, 1874. Il reprend cette disposition en 1897 dans son Chronographe géologique, supplément au rapport du Congrès de Zurich de 1894.

35 Gabriel Gohau, Les sciences de la terre…, op. cit., p. 205.

36 Ibid., p. 196-197.

37 Ibid., p. 201.

38 Jean Gaudant (dir.), Géologues et paléontologues. De la passion à la profession, Paris, Presses de l’école des Mines, 2008, p. 136.

39 Amédée Burat, Traité du gisement et de l’exploitation des minéraux utiles, Paris, Langlois et Leclercq, 1847.

40 Géologie appliquée ou traité de la recherche et de l’exploitation des minéraux utiles, Paris, Langlois et Leclercq, 1843.

41 Louis Simonin, La Vie souterraine : la mine et les mineurs, Paris, Hachette, 1867.

42 Fabien Locher, « De nouveaux territoires pour la science : les voyages aériens de Camille Flammarion », Sociétés et représentations, no 21, avril 2006 p. 157-173. Désormais abrégé SR.

43 Fabien Locher, « L’empire de l’astronome : Urbain Le Verrier, l’ordre et le pouvoir », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, no 102, octobre-décembre 2007, p. 33-48.

44 SR, ibid.

45 Camille Flammarion et al., Voyages aériens, Paris, Hachette, 1870 ; Mes voyages aériens : impressions et études, Paris, C. Marpon ; Flammarion, 1883 ; Mes voyages aériens, Paris, Flammarion, 1911.

46 SR, p. 164.

47 Alain Corbin, L’Homme dans le paysage, op. cit., p. 38-39.

48 Cité dans SR, p. 170, d’après Mes voyages aériens, op. cit., p. 159, 192, 248.

49 SR, p. 164.

50 Cité dans SR, p. 164, d’après Voyages aériens, p. 154.

51 Cité dans Christian Montenat, « Albert de Lapparent (1839-1908) par lui-même », dans Jean Gaudant, op. cit., p. 236, d’après une autobiographie demeurée inédite.

52 Cité dans ibid., p. 239.

53 Albert de Lapparent, Mémoires pour servir à l’explication de la carte géologique de la France. Le Pays de Bray, Paris, Quantin, 1879, p. 4.

54 Ibid., p. 7.

55 SR, p. 168.

56 Alain Corbin, Jean-Jacques Courtine, Georges Vigarello (dir.), Histoire du corps. 2 : De la Révolution à la Grande Guerre, Paris, Seuil, 2005, p. 351-358.

57 Pierre-Olaf Schut, L’Exploration souterraine. Une histoire culturelle de la spéléologie, Paris, L’Harmattan, 2007.

58 Édouard-Alfred Martel, « Sous-terre. Exploration des eaux intérieures et des cavernes des Causses », dans Annuaire du Club alpin français, 1888, p. 238-294 (réédition : Nîmes, Lacour, 2004, p. 241).

59 Édouard-Alfred Martel, Les Cévennes, Paris, Delagrave, 1889, p. 287-288.

60 Édouard-Alfred Martel, Ernest Rupin, « Troisième exploration du gouffre de Padirac (Lot) », dans Spelunca mémoires, no 1, 1896, p. 8.

61 Édouard-Alfred Martel, « Sous terre… », art. cité, p. 241.

Auteur

Maître de conférences habilité en histoire culturelle à l’université Charles-de-Gaulle – Lille 3 et directrice-adjointe de l’Institut de recherches historiques du Septentrion (UMR CNRS 8529). S’intéressant à la construction des savoirs dans leurs liens avec l’imaginaire des territoires, elle a notamment publié La province antiquaire. L’invention de l’histoire locale en France, 1800-1870 (Paris, CTHS, 2011) et codirigé, avec Jean-Pierre Lethuillier, l’ouvrage collectif Le pittoresque. Métamorphoses d’une quête dans l’Europe moderne et contemporaine (Paris, Classiques Garnier, 2012).

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540