Version classiqueVersion mobile

Thomas Corneille (1625-1709)

 | 
Myriam Dufour-Maître

IVe partie — D’un siècle à l’autre

La Devineresse dans la « Notice nécrologique » de Thomas Corneille par Jean Donneau de Visé

La Devineresse in Thomas Corneille’s Obituary by Jean Donneau de Visé

William Brooks

Résumé

Vu l’exactitude avec laquelle Jean Donneau de Visé commente les pièces de Thomas Corneille dans la notice nécrologique qu’il inséra dans le Mercure galant juste après la mort de son vieil ami, on est porté à se demander pourquoi il aurait déformé le récit de la genèse de La Devineresse. Fruit d’une collaboration du nécrologue lui-même avec le dramaturge, cette comédie avait remporté un succès énorme à l’époque de la célèbre Affaire des poisons en 1679-1680. En examinant l’histoire de sa composition et les enjeux contemporains de l’Affaire à la lumière d’un événement important qui n’eut lieu que cinq mois avant l’élaboration de la nécrologie, cet article établit pour la première fois les raisons profondes de la stratégie malhonnête que Visé avait adoptée.

Texte intégral

  • 1 Acte d’inhumation daté du 9 décembre, reproduit par Gustave Reynier, Thomas Corneille, sa vie et s (...)
  • 2 Mme d’Huxelles, lettre au marquis de La Garde, 16 décembre 1709, Avignon, bibliothèque municipale, (...)

1 Le 8 décembre 1709, Thomas Corneille meurt aux Andelys, où il est enterré le lendemain1. Cette mort n’est pas sue tout de suite à Paris. La marquise d’Huxelles, pourtant prompte et scrupuleuse, n’en dit mot dans sa lettre du 12, ne rapportant le décès que le 16. Le même jour, à Versailles, le marquis de Dangeau en parle dans son journal quotidien. C’est dans les mêmes délais que la triste nouvelle parvient, sans doute par les soins de Pierre Rouillac, secrétaire du défunt, à Jean Donneau de Visé, né vers 1638, fondateur en 1672 du Mercure galant et toujours actif comme rédacteur. Parmi ses anciens assistants il en est un, Thomas Corneille, qui avait collaboré non seulement au Mercure jusque vers la fin des années 1690 mais aussi, on le sait, avec qui le journaliste avait travaillé en écrivant plusieurs pièces de théâtre2.

  • 3 10 vol. [Paris], [chez l’auteur], 1697-1703.

2Par sa deuxième femme, de trente ans sa cadette, Donneau de Visé était le gendre du sculpteur royal Etienne Le Hongre. Jean Jouvenet, peintre royal, était l’oncle de sa femme. Auteur des Mémoires pour servir à l’histoire de Louis le Grand3, il habitait un des logements des galeries du Louvre prêtés par le roi aux peintres, sculpteurs, artisans et écrivains en reconnaissance de services rendus, se considérant bien vu du monarque à qui il semble avoir voué une fidélité inconditionnelle qui sera d’une certaine importance pour ce que je vais montrer par la suite.

3Les pages du Mercure sont imprimées selon le rythme de la rédaction pour former une suite de récits, de poèmes, d’énigmes, de nouvelles, organisée au gré des circonstances. À la mi-décembre, soit quinze jours avant la date butoir du numéro qu’il préparait, Donneau de Visé aurait pu insérer plusieurs pages sur Thomas Corneille mais il se contenta de promettre une notice pour janvier. Pour un journaliste chevronné, c’était se donner un long moment pour réfléchir. En fin de compte, ladite notice commençant à la page 270, nous pouvons estimer qu’elle ne fut prête que vers la dernière semaine du mois, et il n’est guère étonnant qu’elle occupe trente pages et constitue l’une des plus longues nécrologies que Donneau de Visé ait jamais écrites. Autant dire qu’il y avait travaillé de façon assidue et zélée, sachant éviter les erreurs involontaires.

  • 4 William Brooks et Philip John Yarrow, The Dramatic Criticism of Elizabeth Charlotte, duchesse d’Or (...)

4Avouons qu’il se permet çà et là de s’exprimer par lieux communs quand il évalue les pièces de son ami : « jamais pièce n’a esté plus touchante & plus suivie », ou : « les succés ont surpassé ceux des Pièces des plus fameux Auteurs », ou bien : « la France n’a rien vû de plus beau que ce Spectacle » (p. 273, 279-280, 288), mais rien n’y sonne carrément faux. Parmi les assertions plus circonstanciées, il prétend que Dom Bertrand de Cigarral « a esté joüé plus de vingt fois à la Cour » (p. 273). Faute de recoupements, elle est impossible à vérifier, mais il est normal que les nouveautés réussies soient jouées à la cour, surtout à l’époque de Dom Bertrand, et nous avons la preuve de six représentations de cette comédie devant la cour plus de trente ans après sa création4.

  • 5 William Brooks et Buford Norman, Critical and Analytical Chronology of opera performances in Paris (...)

5 Bellérophon, une autre réussite, « fut [...] joüé pendant près d’une année entiere » (p. 288). Affirmation exagérée ? Non, car cet opéra créé le 31 janvier 1679 tint l’affiche au Palais-Royal jusqu’au printemps au rythme de quatre représentations par semaine puis trois par semaine jusqu’au 27 octobre ; puis, après une courte interruption pour la préparation des lieux, il fut joué trois fois par semaine à la cour jusqu’au 26 janvier5. Quant à Circé :

le succés [...] fut si prodigieux qu’elle fut joüée sans interruption depuis le commencement du Caresme jusqu’au mois de Septembre [...]. Pendant les six premières semaines, la salle de la Comedie se trouva toute remplie dés midi. L’on donnoit un demi-Louis d’or à la porte, seulement pour y avoir entrée, & [...] l’on estoit content quand pour la même somme que l’on donnoit aux premieres Loges, on estoit placé au troisiéme rang.

  • 6 Du 17 mars au 15 octobre, sauf de temps à autre la représentation d’une pièce différente, générale (...)

6Autre récit extraordinaire, et Donneau de Visé d’ajouter, si nous ne sommes pas prêts à le croire, « Je n’avance rien dont les Registres des Comediens ne fassent foy » (p. 285-286). Il aurait pu dire « jusqu’au mois d’octobre » – pour une fois il sous-estime – mais, grosso modo, les registres des comédiens en font foi6.

7Au sujet de Timocrate, il nous assure que « Nous n’avons point vû d’Ouvrage [...] qui ait esté representé si long-temps de suite, puisque les representations en furent continuées pendant un hyver entier ; & cette Piece fit tant de bruit, que le Roy l’alla voir sur le Theatre du Marais » (p. 274). Yves Giraud, qui observe que « ce déplacement constitue un phénomène fort rare », cite le gazetier Jean Loret :

  • 7 Thomas Corneille, Timocrate, Yves Giraud (éd.), Genève, Droz, 1970, p. 11 ; Jean Loret, La Muze hi (...)

Mardi dernier, notre Monarque,
Monsieur, et maint Seigneur de marque,
En grand train allèrent exprès,
Aux Comédiens du Marais,
Pour y voir jouer Timocrate,
Pièce touchante et délicate,
Qui charma fort le spectateur,
Et qu’a fait un célèbre auteur,
À savoir le jeune Corneille7.

  • 8 S. Wilma Deierkauf-Holsboer, Le Théâtre de l’Hôtel de Bourgogne, t. II : Le théâtre de la troupe r (...)
  • 9 Sylvie Chevalley, Album Théâtre classique, Paris, Gallimard, 1970. J’ai confirmé les assertions to (...)

8Voilà donc encore un récit véridique consigné plus d’un demi-siècle après l’événement. Ensuite Donneau de Visé reprend : « Comme la Troupe des Comediens du Marais ne passoit pas pour estre la meilleure de Paris, & que celle de l’Hostel de Bourgogne la surpassoit infiniment [...], cette Troupe entreprit de joüer cette Piece, à cause de [sa] reputation extraordinaire » (p. 275). Vrai ou faux ? Plusieurs historiens ont traité cette affirmation avec circonspection ; mieux, Wilma Deierkauf-Holsboer, l’historienne respectée de l’Hôtel de Bourgogne, la passe sous silence8... mais nous savons maintenant par un fragment d’affiche redécouvert après trois siècles que lesdites représentations ont eu lieu, tout comme Donneau de Visé nous le dit9.

  • 10 Thomas Corneille et Jean Donneau de Visé, La Devineresse, Philip John Yarrow (éd.), University of (...)

9J’ai voulu insister sur la véracité du nécrologue avant d’aborder la question de La Devineresse. Cette comédie, créée en novembre 1679, rapporta près de 6 000 livres aux auteurs, sans doute la plus grande somme que les acteurs eussent jamais payé pour une seule pièce. On compta 47 représentations pendant la série inaugurale et – à la différence de Timocrate – elle resta longtemps dans le répertoire. Donneau de Visé y avait consacré plusieurs notices dans son Mercure galant et Philip Yarrow, en nous en donnant la première édition moderne, avait raison d’écarter l’opinion de « la plupart des érudits » qui, en suivant celle des frères Parfaict, avaient estimé jusque là que l’auteur principal en était Thomas Corneille10. Parfaitement placé pour dire la vérité, Donneau de Visé parlait en connaissance de cause et dans un contexte où, nous l’avons vu, la vérité était sa règle, mais son récit de ce triomphe est gravement déformé. Dans la présente étude je me propose de dévoiler le pourquoi et le comment de cette déformation.

10Une devineresse, Mme Jobin, trompe ses clients trop prêts à croire à ses pouvoirs magiques. Ce personnage serait librement inspiré d’une certaine Catherine Deshayes, Mme Monvoisin, surnommée la Voisin, dont l’arrestation en mars 1679 et l’exécution en février 1680 sont des événements marquants de la fameuse Affaire des poisons. Rappelons-en aussi le sous-titre, Les Faux Enchantements. Autant dire que tout le monde (sauf les dupes qui habitent la fiction) sait que Mme Jobin a un grand talent, celui de berner les gens, tout ce qu’elle fait étant du trompe-l'œil. Fausse enchanteresse, magicienne frauduleuse, elle n’est pas dotée des sinistres caractéristiques de la Voisin, celles d’être bel et bien une meurtrière, une avorteuse, une empoisonneuse, une diseuse de messes noires, l’exemple type de celles que j’appellerai désormais « empoisonneuses » tout court pour mieux les distinguer de La Devineresse, titre de la comédie. Mais si Mme Jobin est un personnage comique dont le sort fictif ne sera que l’échec et le ridicule, d’autres personnages singent ceux du monde réel en en répliquant le comportement d’une façon qui, nous le verrons, risque de provoquer la prise de conscience publique de plusieurs parallèles hautement embarrassants pour certains individus dont il importe de protéger la bonne réputation.

  • 11 Roger de Bussy-Rabutin, Correspondance de Roger de Rabutin, comte de Bussy, avec sa famille et ses (...)
  • 12 Frances Mossiker, op. cit., p. 159.

11Dès les premiers mois de 1679, tout le monde savait que bon nombre d’empoisonneuses et de leurs clientes avaient été arrêtées. Les correspondances contemporaines sont parsemées de mentions de ces arrestations : Mme de Scudéry, pour n’en citer qu’un exemple, écrit le 28 avril à Bussy-Rabutin qu’« on ne parle que de gens pris pour poison » et Jan Clarke affirme que « les noms [de ces gens] sont sur toutes les lèvres pendant que Corneille et Donneau de Visé travaillent sur leur pièce, et les faits qui ont été découverts au cours de leur interrogation sont ceux dont les auteurs se servent pour en fournir les événements11 ». Je me permets d’ajouter que ce fut quatre jours avant l’arrestation de la Voisin, soit le 8 mars, que le roi décida de créer un tribunal d’exception chargé de venir à bout de l’affaire, tribunal installé à l’Arsenal le 7 avril et mieux connu sous le nom de « chambre ardente », par analogie avec les chambres ardentes médiévales. Donneau de Visé lui-même en expliqua la dérivation dans son Mercure galant12. Voici ce qu’en disent les archives :

  • 13 Paris, archives de la préfecture de police, « Notes des gardes et commis aux archives de la Bastil (...)

Le Roy informé de ces horreurs et voulant arrêter le cours d’un mal aussi abominable [...] établit à cet effet une commission séante à la Chambre royale de l’Arsenal, composée de conseillers d’Etat et de maîtres des requêtes. [...] Les lettres patentes en furent datées [...] du 7 avril 1679, contre-signées Colbert, secrétaire d’Etat, qui avoit le département de Paris. La volonté du Roy étoit que tous les procès déjà encommencés pour fait de poison ou dans lesquels il y avoit des matières relatives au crime de poison [...] seraient renvoyés à la Chambre royale de l’Arsenal et les pièces et procédures faites en conséquence portées au greffe de la dite Chambre. La Chambre devoit connoître et juger les accusés prévenus de poison, maléfices, impiétés, sacrilèges, profanations et fausse monnoye, circonstances et dépendances13.

  • 14 Voir Jan Clarke, The Guénégaud Theatre, op. cit., t. II, p. 365 et 382. La commande fut passée le (...)

12Bien qu’aucun communiqué officiel n’en fût jamais publié et que les deux rapporteurs, Nicolas de La Reynie, lieutenant-général de police de Paris, et Claude Bazin de Bezons, avocat au Grand Conseil, ne rendissent compte de l’instruction qu’à trois personnes, Colbert, Louvois et le roi, il était trop tard pour mettre fin aux rumeurs et d’ailleurs, on passa vite au spectacle public des exécutions en place de Grève. C’était un parfait sujet pour une pièce d’actualité, ce qui explique sans doute pourquoi les acteurs l’ont commandée début mai, et Donneau de Visé de l’annoncer, déjà sous le titre définitif, dès le mois d’août14 (p. xi).

  • 15 Jan Clarke, art. cité, p. 227.
  • 16 Primi Visconti, Mémoires sur la cour de Louis XIV, Jean-François Solnon (éd.), Paris, Perrin, 1988 (...)
  • 17 Art. cité, p. 226-230.
  • 18 Roger de Bussy-Rabutin, Correspondance, op. cit., t. V, p. 46.

13Dans la fiction dramatique, Mme Noblet souhaite la mort de son mari afin d’être libre de se marier avec le Marquis. Dans la réalité, Mmes Poulaillon, Philbert, Leféron et Dreux, arrêtées entre février et avril, sont accusées d’avoir acheté des poisons aux empoisonneuses pour se débarrasser de maris ou d’amants devenus encombrants (p. viii). Dans la pièce, Mme Jobin compte sur des servantes qu’elle a mises en place chez les personnes qu’elle veut tromper. La Voisin et une autre empoisonneuse, Mme Vigoureux, avaient fait de même15. Dans la pièce, la comtesse d’Astragon se présente masquée pour se faire dire la bonne aventure et Mme Jobin proteste qu’elle s’arrête « plus aux traits du visage qu’aux lignes des mains » (III, iv), réplique qui rappelle l’aveu de Mme Vigoureux qu’elle faisait moins difficilement la lecture des visages que celle des mains. Dans la pièce, une jeune paysanne cherche un produit qui lui donnera « des tétons » (II, v). Selon Primi Visconti, la duchesse de Foix avait demandé à la Voisin le moyen d’avoir des seins16. Comment tous ces détails – et d’autres repérés par Philip Yarrow (p. vii-ix) et Jan Clarke17 – ont-ils été sus, vu le silence officiel qui entourait l’instruction ? L’essentiel est que la pièce ayant été composée, selon toute probabilité, avant la fin d’août, de petits changements destinés à accommoder de nouvelles révélations ont pu être incorporés au cours des répétitions ou bien après la création mais avant la parution en librairie. L’anecdote des tétons de la duchesse de Foix n’apparaît dans une source contemporaine qu’en janvier 168018. En réalité, la Voisin lui aurait vendu une pommade, mais dans la scène de la jeune paysanne – scène qui, étant totalement indépendante d’autres épisodes, a pu être insérée au dernier moment –, ce seront plutôt des biscuits préparés par Mme Jobin qui les feront pousser. La substitution des biscuits à la pommade s’explique par la présence dans la scène beaucoup plus développée (et sans doute originelle) de Mme Des Roches (III, ix) d’un produit qui « apetisse la bouche, rend l’œil plus fendu, et donne une juste proportion au nez » et qui n’est autre qu’une pommade.

  • 19 Mme de Sévigné, lettre du 24 janvier 1680, dans Correspondance, Roger Duchêne (éd.), Paris, Gallim (...)
  • 20 Frances Mossiker, op. cit., p. 137.
  • 21 Mme de Sévigné, Correspondance, op. cit., t. II, p. 813-814, 26 janvier 1680 ; Primi Visconti, Mém (...)
  • 22 Mme de Sévigné, Correspondance, op. cit., t. II, p. 821-823, 30 janvier 1680 ; François Ravaisson- (...)

14Deux mois après la création de la pièce, soit le 24 janvier, Olympe Mancini, comtesse de Soissons, ancienne surintendante de la maison de la reine, s’est enfuie « [à] Liège », selon Mme de Sévigné, « ou [à] quelque autre endroit qui ne soit point la France. La Voisin l’a extrêmement marquée, et je pense que Sa Majesté lui a donné charitablement le temps de se retirer19 ». Notons l’attitude du monarque. Cette nièce de Mazarin était devenue riche grâce à la mort de son mari, criant à l’empoisonnement, survenue sept ans auparavant. Au même moment, et c’est encore Sévigné qui parle, le duc de Luxembourg « s’est mis volontairement à la Bastille, et se croit assez innocent pour prendre ce ton20 ». Deux jours plus tard sont l’objet de l’intérêt public la duchesse de Bouillon (Marie-Anne Mancini, soeur d’Olympe), la princesse de Tingry, demi-sœur de la duchesse de Luxembourg, et d’autres encore, toutes soupçonnées d’avoir voulu profiter des « poudres de succession » vendues par les empoisonneuses21. L’enquête est allée au-delà de la bourgeoisie pour toucher la haute aristocratie, et Mme de Sévigné consacre aux retombées de l’affaire une partie de plusieurs lettres jusque fin février, y compris l’exécution de la Voisin le 22, sur laquelle la marquise s’attarde dans sa lettre du lendemain. Après la mise en cause d’une partie de la noblesse, les délibérations du tribunal semblent ne plus rester confidentielles : quinze jours après l’interrogatoire pendant lequel la Voisin avait inculpé la comtesse de Soissons, Mme de Sévigné en fait le compte rendu presque mot à mot – nous pouvons en apprécier l’exactitude grâce aux procès-verbaux publiés enfin en 187222.

15Qu’a donc fait Donneau de Visé, que l’on puisse soupçonner son récit de déformation sinon de mensonge ?

Les Comediens m’ayant pressé avec de fortes instances de mettre aprés la mort de Mme Voisin tout ce qui s’estoit passé chez elle pendant sa vie à l’occasion du mêtier dont elle s’estoit mêlée, je fis un grand nombre de Scenes qui auraient pu fournir de la matiere pour trois ou quatre Pieces. (Notice, p. 281)

16La première inexactitude réside dans l’expression « aprés la mort de Mme Voisin », qui signifierait selon une lecture que les comédiens lui avait commandé la pièce après sa mort ; selon la lecture alternative, qu’ils la lui avaient commandée avec l’intention de la monter après sa mort. Dans les deux cas, Donneau de Visé a déplacé le moment en mai 1679 où la commande avait été passée. La Voisin mourra plus de neuf mois plus tard ; mieux, elle est morte trois mois après la création de la pièce.

  • 23 En fait, la dernière représentation avant la mort de Thomas Corneille date d’avril 1707. Voir Henr (...)

17Regardons ensuite la deuxième inexactitude. Au total, plus de deux cents accusés furent traduits devant le tribunal. Doit-on retenir la lecture selon laquelle « tout ce qui s’estoit passé chez elle » serait une synecdoque où la Voisin est censée représenter toutes les empoisonneuses de Paris, ses clients tous les clients ? Même dans ce cas, ce seraient plutôt Mmes Bosse et Vigoureux, arrêtées les premières et mortes début mai, dont les activités et le verdict auraient inspiré la pièce. Mais le vieux journaliste avait toute sa tête et, cette deuxième inexactitude renchérissant sur la première parce qu’elle limite l’envergure du sujet aux événements survenus littéralement dans la résidence de la Voisin, on ne peut y voir qu’une stratégie malhonnête par laquelle Donneau de Visé se propose de brouiller les pistes. Passer une telle pièce sous silence n’était guère possible – elle était restée dans le répertoire et les comédiens la montèrent deux ou trois fois tous les deux ou trois ans23 – mais il lui était toujours possible d’en fausser la genèse. En janvier 1710, peu de gens étaient en mesure de s’inscrire en faux contre son récit.

18Pour expliquer sa démarche, revenons une dernière fois sur l’affaire elle-même. On peut très bien faire observer, avec Philip Yarrow (p. 150), que tout Paris savait l’existence du scandale, mais cela ne veut dire aucunement que tout Paris en connaissait les détails précis pendant la période qui précéda la création de la pièce ni à plus forte raison les accusations touchant la noblesse qui n’ont été connues publiquement que plusieurs mois plus tard et dont quelques-unes – et ceci est capital – n’avaient jamais été sues.

  • 24 Franz Funck-Brentano, op. cit., p. 302-309 ; Frances Mossiker, op. cit., p. 177-178 ; fan Clarke, (...)

19Pour que les auteurs aient pu inclure ces détails, quelqu’un avait dû parler. Qui ? Frantz Funck-Brentano affirme et d’autres historiens ont accepté l’idée que La Reynie, juge d’instruction de la cour et lieutenant-général de police de Paris, a dû être la source principale de ces fuites d’information24. La contribution de cet homme, dont nous savons qu’il entretenait des relations cordiales avec le journaliste, nous permet de concilier la troublante assertion selon laquelle Donneau de Visé aurait agi d’abord seul en faisant « [un] grand nombre de Scenes » avec le fait indéniable que l’œuvre est le fruit d’une collaboration. « Toutes ces Scenes, reprend-il, [n’ont pu] former le nœud d’une Comedie, parce que toutes ces personnes se fuyant et évitant de se parler, il estoit impossible [...] que la Piece pust avoir un noeud » (Notice, p. 281-282). C’est à cause de cela, à ce qu’il dit, qu’il avait fait appel à Thomas Corneille : « je luy donnay mes Scenes, & il en choisit un nombre avec lesquelles il composa un sujet dont le noeud parut des plus agreable[s] » (p. 282-283). Balivernes ! La pièce avait été commandée aux deux auteurs au même moment. Gageons qu’ils avaient envisagé dès le début que Donneau de Visé, journaliste accompli, allait recueillir les indiscrétions de La Reynie et qu’il reviendrait à Corneille, dramaturge attitré, d’y apporter la carrure dramatique nécessaire.

  • 25 Pour une étude perspicace des raisons socio-politiques qui expliquent l’exploitation humoristique (...)
  • 26 Louis-Auguste de Bourbon, duc du Maine ; Mlle de Nantes, Mlle de Tours (morte en 1681), Louis-Césa (...)

20Il est d’autant plus probable que La Reynie était responsable que pendant la période de composition de la pièce, c’est-à-dire jusqu’en août, l’affaire n’avait pas acquis son caractère primordial de scandale aristocratique. Bien qu’importante et haute en couleurs, elle avait depuis quelques mois l’air d’une affaire purement criminelle qui touchait des gens insignifiants25 ; mieux, si l’on en croit Primi Visconti, qui détestait La Reynie, ce fut précisément le lieutenant-général, crédule et coupable de mauvaise foi, qui avait cherché à exagérer l’importance des faits. Mais si pour le public ce fut la fuite de la comtesse de Soissons qui transforma l’affaire en cause célèbre, pour le roi le tocsin sonna en septembre, juste au moment où la pièce était plus ou moins prête, quand au cours d’un interrogatoire conduit par La Reynie, un ancien amant de la Voisin, nommé Lesage, affirma qu’une certaine Mlle Des Œillets (fille de la célèbre comédienne de l’Hôtel de Bourgogne) serait allée chercher plusieurs « filtres d’amour » de la part de sa maîtresse. C’était un coup de tonnerre. Vraie ou fausse, il convenait que l’accusation ne fût répétée ni devant le tribunal ni devant le public, car ladite maîtresse n’était autre que Mme de Montespan, mère de six enfants de Sa Majesté encore vivants26, toujours la favorite du roi, même si souvent son hégémonie était menacée par des rivales provisoires. Il était trop tard pour supprimer la pièce, déjà annoncée, sans risquer d’attiser des rumeurs publiques, et le roi ordonna à La Reynie de consigner sur des feuilles séparées les témoignages fâcheux faits devant lui dans sa capacité de juge d’instruction, de n’en parler à personne, et d’en dresser personnellement les procès-verbaux – le lieutenant-général les appela « les faits particuliers » – qu’il dut soumettre confidentiellement à Louvois.

  • 27 Frances Mossiker, op. cit., p. 187-188, 223-227 et 231.

21La Voisin ne confirma jamais l’accusation, mais après sa mort sa belle-fille, Marie-Marguerite, affirma que l’empoisonneuse avait parmi ses clientes la femme de chambre de Mme de Montespan. Mieux, elle mit en cause la favorite elle-même, cette fois sans équivoque. Elle-même aurait décidé de donner au monarque ces « filtres d’amour » pour raviver son amour en baisse. Elle-même les aurait achetés à la Voisin, elle-même aurait entendu des messes noires, agrémentées du sacrifice d’enfants nouveau-nés. Ces accusations seront répétées par Mme Filastre, autre empoisonneuse. La Voisin aurait pu remplacer les philtres d’amour par des substances toxiques pour assassiner le roi par l’intermédiaire involontaire de sa maîtresse. Beaucoup de gens qui en voulaient au monarque auraient bien payé un tel service, et Lesage avait parlé d’un placet préparé sur du papier empoisonné que la Voisin allait mettre entre les mains du roi à Versailles le lendemain de son arrestation27. Au XVIIe siècle, l’idée de l’effet mortel d’un papier empoisonné sur son lecteur était généralement acceptée (la tragédie en utilise plusieurs : par exemple, l’Amalasonte de Quinault). Inutile de nous demander si la Voisin allait agir seule parce que la favorite avait renoncé, et la question n’est pas ici de savoir si Mme de Montespan avait fréquenté les empoisonneuses. Louvois n’y croyait pas, ni Colbert non plus, mais le fait indéniable est que La Reynie et le roi en furent alarmés.

  • 28 Pour ce paragraphe j’ai suivi le récit concis de Frances Mossiker (op. cit., p. 10 et 278-279), qu (...)

22L’on sait le reste, la chute finale de la favorite peu de temps après que Marie-Marguerite eut prononcé son accusation, l’histoire compliquée des derniers mois de la Chambre ardente. Quand le roi y mit fin en 1682, les comptes rendus des séances officielles furent déposés dans « vingt-neuf grands paquets et huit caisses » aux archives du Châtelet, d’où ils passèrent dans la bibliothèque de l’Arsenal où le conservateur François Ravaisson-Mollien les publia ; mais ceux des interrogatoires pendant lesquels le nom de Mme de Montespan avait été mentionné, les « faits particuliers », furent mis dans une grande cassette en cuir noir, scellée et fermée à clef, que La Reynie envoya à Louvois, qui la déposa dans les archives contre la signature du greffier Sagot28.

23Le 28 mai 1707, Mme de Montespan mourut à Bourbon. Défenseur résolu de sa réputation, Donneau de Visé lui consacra plusieurs belles pages. Deux ans plus tard, le 14 juin 1709, l’avant-dernier acteur de l’affaire, La Reynie, mourut à Paris. Un mois plus tard, le roi fit transporter à Versailles par Gaudion, successeur de Sagot, la cassette en cuir noir. En voici la suite :

  • 29 Procès-verbal du 13 juillet 1709, dans François Ravaisson-Mollien, op. cit., t. XII, p. 182-183 : (...)

S. M. étant en son conseil, après avoir vu et examiné les minutes et actes qui lui ont été remis par M. le Chancelier [Pontchartrain] et les avoir fait brûler en sa présence, a ordonné et ordonne que Gaudion, ses enfants et successeurs et ayant cause, demeureront bien et valablement déchargés du coffre et des papiers qui y étoient contenus29.

24Voilà toutes les accusations portées contre Mme de Montespan par Lesage, la fille Voisin et la Filastre, éliminées de façon définitive pour que personne n’en sache jamais rien. Toujours en contact avec son réseau d’informateurs installés au palais, Donneau de Visé n’a pu ignorer l’histoire de la cassette, et il est impensable que lui et son vieil ami, confidents de La Reynie, n’aient pas eu, à l’insu du roi, quelques notions du contenu, ne fussent-elles que minimes.

25Thomas Corneille étant mort, reste Donneau de Visé, serviteur fidèle du roi, journaliste qui au lendemain des accusations préjudiciables de Marie-Marguerite Voisin, avait cessé brusquement de mentionner l’affaire. Confronté à la lourde responsabilité de façonner une notice qui évite toute allusion, pour fugitive qu’elle soit, aux accusations que le roi avait cru supprimer cinq mois auparavant, Donneau de Visé a tranché : rien ne serait arrivé ailleurs que chez la Voisin et avant la mort de celle-ci, les comédiens ne lui auraient passé la commande qu’au moment où le scandale était sur le point de devenir affaire classée, et enfin, pour écarter Thomas Corneille des indiscrétions de La Reynie, lui seul avait mené l’enquête préliminaire à la composition de la pièce. Peu importait que les anciens numéros du Mercure contredisent ses assertions : qui allait les dépouiller ?

  • 30 Primi Visconti, op. cit., p. 159.
  • 31 Anne Somerset, op. cit., p. 292.
  • 32 Primi Visconti, op. cit., p. 155-167.

26Il est presque certain que Mme de Montespan ne sut jamais rien des accusations portées contre elle, malgré les rumeurs floues rapportées par Primi Visconti30, qui prétend qu’elle avait profité des efforts de la Voisin pour maintenir sa position auprès du roi. Parmi d’autres, Mme Palatine, Mme de Caylus et le diplomate Spanheim font allusion aux soupçons selon lesquels elle aurait été responsable de la mort de Mlle de Fontanges31, mais personne ne savait rien des récits circonstanciés recueillis par La Reynie. Le très sceptique Primi Visconti n’en souffle mot32, ni non plus Voltaire, qui raconte l’affaire sur plusieurs pages du vingt-sixième chapitre de son Siècle de Louis XIV.

27Je prévois l’objection. Donneau de Visé n’avait aucune raison de douter de la destruction totale des « faits particuliers ». Si le roi avait enseveli dans l’oubli ces secrets, comment pouvons-nous savoir que Mme de Montespan y était pour quelque chose ? Or, s’il suffit aux historiens de rapprocher les procès-verbaux officiels et les notes de La Reynie pour réaliser un récit strictement chronologique – ce qu’ils font tous –, nous autres spécialistes de Thomas Corneille, qui voulons faire le point sur le décalage entre la composition de La Devineresse et le témoignage tardif de Donneau de Visé, nous devons insister sur la chronologie de ce qui était su et sur l’identité de ceux qui savaient.

  • 33 « Recueil des pièces originales et copies concernant les procès instruits par M. de La Reynie et j (...)

28« Mais tout n’est pas détruit, et vous en laissez vivre/Un... », dit à Thésée l’Aricie de Racine (Phèdre, V, iii). Il en fut de même pour Louis XIV : sont restées intactes à son insu les notes personnelles de La Reynie, celles qu’il avait prises pour faciliter la composition des « faits particuliers » et qui en sont sans doute plus ou moins des doubles. Elles ont été déposées en 1862 à la Bibliothèque impériale, aujourd’hui site Richelieu de la Bibliothèque nationale de France33. Ces notes, intégrées dans les travaux de Ravaisson-Mollien, démontrent que bien des gens importants – Mme de Vivonne, par exemple, belle-sœur de la favorite – ne furent jamais obligés à comparaître devant les juges : voilà pour mettre du piment dans les notes de La Reynie, où ils tiennent compagnie à Mme de Montespan.

  • 34 Lire aussi, sur La Devineresse, les articles récents de Julia Prest (« Silencing the supernatural  (...)

29En journaliste habile, Donneau de Visé s’est servi d’un mensonge pieux. Mais il ne fut pas seulement journaliste. Il fut un ami fidèle, qui peignit en Thomas Corneille un homme « [qui] estoit universellement aimé et [ne s’est] jamais broüillé avec personne » : « Il avoit un grand fond de probité, de droiture, de sagesse, de bonté, de modestie, de charité, & de vertu. Il étoit obligeant, d’une humeur douce, & se faisoit un plaisir d’en faire à tous ceux qui en souhaitoient de luy » (Notice, p. 271 et 297). Gageons que dans cet éloge, il n’y a nulle déformation34.

Notes

1 Acte d’inhumation daté du 9 décembre, reproduit par Gustave Reynier, Thomas Corneille, sa vie et son théâtre, Paris, Hachette, 1892, p. 352.

2 Mme d’Huxelles, lettre au marquis de La Garde, 16 décembre 1709, Avignon, bibliothèque municipale, ms. Calvet 1421 ; Philippe de Courcillon, marquis de Dangeau, Journal, Eudore Soulié et al. (éd.), 19 vol., Paris, Firmin-Didot, 1854-1860, t. XIII, p. 73, du 16 décembre 1709 ; Jean Donneau de Visé, Mercure galant, janvier 1710, p. 270-299, ici p. 297. Désormais, les nos de page entre parenthèses renvoient à la notice de Donneau de Visé.

3 10 vol. [Paris], [chez l’auteur], 1697-1703.

4 William Brooks et Philip John Yarrow, The Dramatic Criticism of Elizabeth Charlotte, duchesse d’Orléans, with an annotatedchronology of performances of the popular and court theatre in France (1671-1722), Lewiston-Queenston-Lampeter, Mellen, 1996, p. 323.

5 William Brooks et Buford Norman, Critical and Analytical Chronology of opera performances in Paris and at court from 1655 to 1687, Versailles, Centre de musique baroque, 2006, p. 162-182. En forme de base de données, cette étude, baptisée « base BoB », est intégrée dans « Philidor-Événements » sur le site web dudit centre, http://www.cmbv.com/fr/banq/fsbanq.htm

6 Du 17 mars au 15 octobre, sauf de temps à autre la représentation d’une pièce différente, généralement pour une seule soirée. Les recettes pour les trois premières semaines, soit avant Pâques, ainsi que pour les deux représentations après la reprise, ont été énormes ; après, elles continuèrent d’être très respectables. Le prix d’un billet pour le parterre fut maintenu « au double » jusqu’à la deuxième quinzaine de juillet et celui d’une entrée dans d’autres parties du théâtre le fut pour une période encore plus longue : voir fan Clarke, The Guénégaud Theatre in Paris (1673-1680), Lewiston-Queenston-Lampeter, Mellen, 1998-2007,3 vol., t. II, p. 46-60, « The Accounts Season by Season ».

7 Thomas Corneille, Timocrate, Yves Giraud (éd.), Genève, Droz, 1970, p. 11 ; Jean Loret, La Muze historique, ou Recueil des lettres en vers contenant les Nouvelles du temps (1650-1665), Charles-Louis Livet (éd.), Paris, Daffis, 1877, t. II, p. 275-276, du 16 décembre 1656.

8 S. Wilma Deierkauf-Holsboer, Le Théâtre de l’Hôtel de Bourgogne, t. II : Le théâtre de la troupe royale, 1655-1680, Paris, Nizet, 1970.

9 Sylvie Chevalley, Album Théâtre classique, Paris, Gallimard, 1970. J’ai confirmé les assertions touchant Timocrate dans William Brooks, « The tradition of Timocrate and the history of the Marais theatre in 1657 », Modem Language Review, no 69, 1974, p. 56-63.

10 Thomas Corneille et Jean Donneau de Visé, La Devineresse, Philip John Yarrow (éd.), University of Exeter, 1971, p. x-xiii (désormais, les nos de page renvoient à cette édition). Le texte est reparu depuis dans le t. III du Théâtre du XVIIe siècle, avec des notes perspicaces de Jacques Truchet (Paris, Gallimard, 1992, p. 155-224 et 1094-1112), et dans l’édition de Julia Prest, Londres, MHRA, 2007.

11 Roger de Bussy-Rabutin, Correspondance de Roger de Rabutin, comte de Bussy, avec sa famille et ses amis (1666-1693), Ludovic Lalanne (éd.), Paris, Charpentier, 1858-1859, 6 vol., t. IV, p. 353 ; Jan Clarke, « La Devineresse and the Affaire des Poisons », Seventeenth-Century French Studies, no 28, 2006, p. 221-234 (p. 225, c’est moi qui traduis). Notons que la correspondante de Bussy-Rabutin n’est pas Mlle de Scudéry comme Clarke l’affirme à deux reprises, mais bel et bien Mme de Scudéry, veuve du dramaturge. Sur l’Affaire des poisons on lira avec profit Frantz Funck-Brentano, Le Drame des poisons (Paris, Hachette, 1899) ; Frances Mossiker, The Affair of the Poisons (London, Gollancz, 1969) ; Jean-Christian Petitfils, L’Affaire des Poisons. Alchimistes et sorciers sous Louis XIV (Paris, Albin Michel, 1977); et Anne Somerset, The Affair of the Poisons: Murder, Infanticide and Satanism at the Court of Louis XIV (London, Weidenfeld & Nicolson, 2003).

12 Frances Mossiker, op. cit., p. 159.

13 Paris, archives de la préfecture de police, « Notes des gardes et commis aux archives de la Bastille », ms. Bastille, I, 98-101.

14 Voir Jan Clarke, The Guénégaud Theatre, op. cit., t. II, p. 365 et 382. La commande fut passée le 3 ou le 4 du mois, et non le 2, comme il est affirmé ailleurs (Jan Clarke, art. cité, p. 224). Le registre des comédiens, que Jan Clarke cite dans les endroits indiqués, établit que ce sont les deux auteurs qu’ils ont invités, et non le seul Donneau de Visé. Une courte série de représentations de l’Ariane de Thomas Corneille était en cours.

15 Jan Clarke, art. cité, p. 227.

16 Primi Visconti, Mémoires sur la cour de Louis XIV, Jean-François Solnon (éd.), Paris, Perrin, 1988, p. 159.

17 Art. cité, p. 226-230.

18 Roger de Bussy-Rabutin, Correspondance, op. cit., t. V, p. 46.

19 Mme de Sévigné, lettre du 24 janvier 1680, dans Correspondance, Roger Duchêne (éd.), Paris, Gallimard, 1972-1978, 3 vol., t. II, p. 811-812. La comtesse fut accompagnée par la marquise d’Alluye. Des décrets de prise de corps avaient été donnés contre toutes deux et contre plusieurs autres personnes aussi. Lire aussi la lettre du 27 janvier 1680, dans Roger de Bussy-Rabutin, Correspondance, op. cit., t. V, p. 43-47, où Bussy raconte plus succinctement ces détails et en donne d’autres.

20 Frances Mossiker, op. cit., p. 137.

21 Mme de Sévigné, Correspondance, op. cit., t. II, p. 813-814, 26 janvier 1680 ; Primi Visconti, Mémoires, op. cit., p. 160.

22 Mme de Sévigné, Correspondance, op. cit., t. II, p. 821-823, 30 janvier 1680 ; François Ravaisson-Mollien, Archives de la Bastille : documents secrets, Paris, Durone et Pedone-Lauriel, 1866-1904, 19 vol. Les volumes qui nous concernent, les t. V et VI, parurent en 1872.

23 En fait, la dernière représentation avant la mort de Thomas Corneille date d’avril 1707. Voir Henry Carrington Lancaster, The Comédie Française 1701-1774 : Plays, Actors, Spectators, Finances, Philadelphia, American Philosophical Society, 1951, p. 617.

24 Franz Funck-Brentano, op. cit., p. 302-309 ; Frances Mossiker, op. cit., p. 177-178 ; fan Clarke, art. cité, p. 222.

25 Pour une étude perspicace des raisons socio-politiques qui expliquent l’exploitation humoristique des événements marquant le premier temps du scandale, voir Diane Rudall, « The Comic Power of Illusion-Allusion : Laughter, La Devineresse, and the Scandal of a Glorious Century », dans Laughter in the Middle Ages and Early Modem Times, Albrecht Classen (dir.), New York-Berlin, de Gruyter, 2010, p. 791-801.

26 Louis-Auguste de Bourbon, duc du Maine ; Mlle de Nantes, Mlle de Tours (morte en 1681), Louis-César de Bourbon, comte de Vexin (mort en 1683), Mlle de Blois, Louis-Alexandre, comte de Toulouse.

27 Frances Mossiker, op. cit., p. 187-188, 223-227 et 231.

28 Pour ce paragraphe j’ai suivi le récit concis de Frances Mossiker (op. cit., p. 10 et 278-279), qui s’accorde avec ceux de tous les historiens.

29 Procès-verbal du 13 juillet 1709, dans François Ravaisson-Mollien, op. cit., t. XII, p. 182-183 : « Ces papiers, observe l’éditeur, étaient les interrogatoires et les rapports dont les juges n’avaient pas eu connaissance, et que le Roi avait fait mettre à part. » Voir aussi Jean-Christian Petit-fils, op. cit., p. 226-227.

30 Primi Visconti, op. cit., p. 159.

31 Anne Somerset, op. cit., p. 292.

32 Primi Visconti, op. cit., p. 155-167.

33 « Recueil des pièces originales et copies concernant les procès instruits par M. de La Reynie et jugés par la chambre de l’Arsenal (1679-1681) », Bibliothèque nationale de France, ms. f. fr 7608.

34 Lire aussi, sur La Devineresse, les articles récents de Julia Prest (« Silencing the supernatural : La Devineresse and the Affair of the Poisons », Forum for Modem Language Studies, no 43, 2007, p. 397-409) et de Nicholas Paige (« L’Affaire des poisons et l’imaginaire de l’enquête de Molière à Thomas Corneille », Littératures classiques, no 40, 2000, p. 195-208). Je ne les cite pas directement dans mon étude mais je les ai consultés avec profit.

Auteur

Professeur émérite à l’université de Bath (GrandeBretagne), a publié Philippe Quinault, Dramatist (Oxford, 2009) et a collaboré à une traduction anglaise d’extraits choisis dans les Mémoires d’Anne-Marie de Montpensier, la Grande Mademoiselle (Londres, 2010). En préparation, l’édition de quatre tragédies de Thomas Corneille, Théâtre complet (Classiques Garnier, sous la direction de Christopher Gossip).

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search