Version classiqueVersion mobile

Thomas Corneille (1625-1709)

 | 
Myriam Dufour-Maître

IIIe partie — Ambiguïtés galantes

Perversions de l’amour galant dans les tragédies de Thomas Corneille

Perversion of chivalrous love in Thomas Corneille’s tragedies

Perry Gethner

Résumé

L’amour galant survit dans les tragédies de Thomas Corneille, mais cette passion, quoique sincère, se laisse souvent contaminer par l’égoïsme, la manipulation et la tromperie. Il y a au moins un personnage important qui tient aux valeurs chevaleresques, mais la plupart des amants n’y croient pas. Thomas présente toute une gamme de transgressions : un amant vertueux jouit de l’épreuve infligée à sa bien-aimée et la prolonge indûment ; un trompeur a honte d’avouer à la femme trahie qu’il l’abandonne mais refuse de jurer fidélité à l’objet de sa nouvelle flamme ; un amant hypocrite et machiavélique espère gagner par la ruse la main d’une femme dont l’idéologie politique est incompatible avec la sienne ; un amant criminel exerce un chantage sur celle qu’il aime et traite avec mépris sa fiancée qu’il n’aime pas ; un amant sincère, loin de s’inquiéter de l’immoralité de sa bien-aimée, obéit à ses ordres criminels et fait ravager le pays par un monstre. Dans la majorité des cas, la mauvaise conduite des amants est inventée par le dramaturge, désirant remettre en question l’idéologie de la galanterie, qu’il considère comme ni universelle ni toujours pure.

Texte intégral

  • 1 Je propose une interprétation un peu plus nuancée que celle de David Collins, qui voit dans tous l (...)

1 Si dans les comédies de Thomas Corneille l’amour galant peut se manifester dans un traitement enjoué et souvent insincère de cette passion, les tragédies de cet auteur en présentent une vision plus troublante : une passion sincère mais plutôt égoïste et parfois même liée à un refus du code de la générosité. Alors que l’amour chevaleresque traditionnel exige une conduite irréprochable, l’amour galant se laisse concilier avec la manipulation, la tromperie, voire le crime. Pourtant, pour sauver les bienséances, le dramaturge a toujours soin de fournir du moins un personnage important qui tient à préserver les valeurs traditionnelles, même si celui-ci ne réussit pas toujours à obtenir les résultats qu’il espère. Bien que le comportement et le langage galants concernent les deux sexes, je ne parlerai ici que des protagonistes masculins, en me limitant à un corpus de quatre tragédies et d’une tragédie lyrique1.

  • 2 Jean-Michel Pelous trace l’évolution compliquée que cette passion a subie dans la théorie et la pr (...)

2Avant d’énumérer les entorses, il faut d’abord indiquer quelle est la règle. Le code des valeurs chevaleresques comporte tout un ensemble de qualités louables : politesse, dévouement, respect pour la vertu et pour l’équité, magnanimité. Ainsi, un amant parfait doit accepter de se sacrifier non seulement pour préserver la vie de sa bien-aimée, mais aussi pour lui permettre d’accéder au maximum de pouvoir et de gloire ; si c’est pour l’avantage de celle-ci, il doit s’éclipser en faveur d’un rival, même s’il se sait aimé. Les jeunes premiers vertueux, qui ne reculent pas devant la fierté la plus méprisante et qui acceptent sans murmure des ordres humiliants, font contraste avec des personnages qui incarnent moins, ou même pas du tout, cet idéal. Les trompeurs qui aiment sincèrement gagnent souvent la main de la bien-aimée, mais les criminels perdent la femme et sont condamnés par les vertueux, même s’ils évitent la punition qu’ils méritent. En tout cas, le rapport entre la passion de l’amour et le code moral n’est pas sans ambiguïté2.

3Il y a toute une gamme d’attitudes subversives dans les tragédies de Thomas Corneille. On peut situer à l’une des extrémités les héros respectueux et vertueux qui aiment sincèrement la bien-aimée mais qui ont du mal à concilier leurs devoirs et loyautés contradictoires. Sostrate dans Camma (1661) en est le plus tiraillé, combinant les dilemmes de Cinna et de Céladon. C’est d’une part le confident du tyran, qui l’a comblé de biens et qu’il continue d’estimer tout en sachant que le roi a usurpé le trône en assassinant son prédécesseur. Mais en même temps il aime Camma, la veuve de ce prédécesseur, et fait des efforts pour gagner sa faveur malgré le fait qu’elle est obsédée de projets de vengeance et veut qu’il mérite sa main en tuant le tyran. Pour compliquer davantage sa situation, Camma lui donne l’ordre de faire la cour à Hésione, belle-fille de l’héroïne et héritière légitime du trône. Cette princesse, qui estime Sostrate mais sans l’aimer, lui donne elle aussi l’ordre de la venger en assassinant le tyran. Pour essayer de contenter tout le monde sans commettre des crimes et sans mentir, Sostrate a constamment recours à des équivoques, et quand la situation devient trop embrouillée, il réclame la mort. Son seul acte important est de sauver la vie à son maître, voyant que Camma est sur le point de le poignarder. Mais il ne veut pas pour autant que sa bien-aimée soit condamnée à mort et il se déclare donc coupable de l’attentat. Personne n’est content de ces gestes de dévouement, car le roi le prend pour un traître et Camma est furieuse de voir ses desseins frustrés. Maltraité et mal apprécié par tous les autres personnages principaux, Sostrate réussit à garder sa vertu mais sombre dans le désespoir, essayant même de se suicider dans la scène finale. La galanterie ne peut plus guère fonctionner quand le chevalier est contraint de servir plusieurs maîtres à la fois, mais du moins ce sont les circonstances et non le héros qui causent le blocage du système.

4Dans les tragédies où le protagoniste doit cacher sa véritable identité pendant presque tout le cours de la pièce, il doit calculer avec soin le moment de révéler son secret, et parfois il jouit avec un peu trop de plaisir du fait qu’il en sait plus long que les autres. Ariarate dans Laodice (1668) ne révèle sa véritable identité à sa bien-aimée, la princesse Axiane, qu’au cinquième acte. Quand il lui parle aux actes précédents, il lui fait des déclarations équivoques sur le fait qu’elle devra réserver sa main pour le prince légitime (en fait, lui-même), faisant état de sa prétendue humilité et obligeant Axiane à lui faire un aveu direct de sa flamme. Étant donné qu’il dévoile la vérité à son meilleur ami (et au public) à la fin du premier acte, Ariarate n’est pas vraiment obligé de tant prolonger le mystère. On a l’impression que c’est par un esprit ludique ou même par un besoin d’abuser brièvement de sa position de supériorité qu’il exploite jusqu’au bout la technique de l’équivoque. Cela semble être le cas surtout au troisième acte, quand le prince, profitant du fait qu’un imposteur, s’étant emparé de son nom, est sur le point d’entrer dans la ville, assure Axiane qu’elle sera si contente d’épouser Ariarate qu’elle ne regrettera aucunement Oronte (c’est-à-dire le nom supposé qu’il utilise au cours de la pièce).

5Ce prince déguisé a, bien entendu, des raisons solides de différer la révélation publique de sa véritable identité. Tout d’abord, il doit gagner la bienveillance de sa mère, furie qui a assassiné ses cinq frères et qui a l’intention de le détruire à son tour pour se conserver le pouvoir absolu. Refusant d’admettre la méchanceté foncière de Laodice, il espère se réconcilier avec elle et la faire renoncer à ses projets meurtriers. De plus, il a besoin d’attendre l’arrivée de l’ambassadeur romain, le seul à même de prouver qu’il est vraiment l’héritier légitime de Cappadoce. Mais tout cela n’explique pas pourquoi il diffère la révélation à sa bien-aimée. Celle-ci, tourmentée par son amour-estime pour un homme qu’elle croit indigne d’elle à cause de sa naissance obscure, souffre pour de bon. La raison acceptable, c’est que le prince déguisé veut différer la révélation jusqu’au moment où il peut lui offrir un trône. Mais, comme il l’avoue lui-même à plusieurs reprises, la raison la plus forte est moins noble : tout comme un jeune premier typique dans une comédie du siècle suivant, Ariarate veut s’assurer d’être aimé pour lui-même, et non pour son rang :

J’ai d’ailleurs la douceur d’avoir pu sans Couronne
Attacher Axiane à ma seule personne,
En voir mes voeux reçus sans qu’un feu si discret
Pour les faire agréer ait trahi mon secret, (vers 341-344)

6Le péché est véniel, et Axiane lui pardonne aussitôt qu’il lui avoue toute la vérité.

7Thésée dans Ariane (1672) est beaucoup moins honorable et plus trompeur. Incapable d’insulter en face sa fiancée, qui vient de lui sauver la vie, mais trop égoïste pour feindre une passion qu’il ne sent pas, il la traite avec une politesse mêlée de contrainte et de pitié. Il est intéressant de voir que Thomas ne présente pas l’illustre héros comme un séducteur impénitent. Thésée avoue qu’il n’a jamais vraiment aimé Ariane, mais qu’il a cru, au moment d’accepter les offres de service de celle-ci, que l’amour devrait naître spontanément de la gratitude. Ayant fait un effort sérieux mais inutile pour produire l’ardeur qu’Ariane lui réclame, il se croit quitte avec elle. Il présente son dilemme comme une lutte entre la raison et la passion, et bien qu’il rattache la raison aux considérations morales et qu’il sépare l’amour en tant que principe abstrait d’avec le sentiment, il accepte comme obligation primaire de suivre son cœur :

Ma raison, qui toujours s’intéresse pour elle,
Me dit qu’elle est aimable, et mes yeux qu’elle est belle.
L’amour sur leur rapport tâche de m’ébranler ;
Mais quand le coeur se tait l’amour a beau parler.
(vers 177-180)

8Thésée prétend qu’il a subi un véritable conflit intérieur, et puisqu’il parle en tête-à-tête avec son meilleur ami, on doit supposer qu’il dit la vérité :

Je me suis mille fois reproché d’être ingrat,
Mille fois j’ai rougi de ce que j’ose faire,
Mais mon ingratitude est un mal nécessaire,
Et l’on s’efforce en vain par d’assidus combats
A disposer d’un coeur qui ne se donne pas. (vers 196-200)

  • 3 Sur la thématique de la gratitude, voir l'article de Helen Harrison, « A Tragedy of gratitude : Th (...)

9Thésée prend une décision qui, du moins à son avis, lui permet de concilier ses obligations contradictoires : il lui est licite d’abandonner celle qu’il n’aime pas et de s’enfuir avec celle qu’il aime, pourvu qu’il puisse garantir la sécurité d’Ariane, menacée par la vengeance de son père. Puisque, pour ce faire, il suffit qu’elle épouse le roi de Naxos, déjà amoureux d’elle, Thésée croit qu’il a suffisamment rempli son devoir. Étant donné que l’héroïne semble abuser du code chevaleresque, quoique innocemment, en faisant valoir ses services comme technique de manipulation ou même de chantage, la tromperie de Thésée ternit son statut de héros mais sans l’annuler complètement3.

10Entre-temps il met à profit ses techniques de séduction et de manipulation pour convaincre l’objet de sa nouvelle flamme, Phèdre, de surmonter ses scrupules et de s’enfuir avec lui, tout en refusant de lui donner des preuves concrètes qu’il lui sera fidèle. Thésée exerce une très forte pression sur elle, invoquant la toute-puissance du dieu Amour, capable de faire des miracles, et en l’obligeant à avouer son incapacité de lui résister. Phèdre souffre de remords, et plus intensément que Thésée, en trahissant une soeur bien-aimée. Elle montre aussi plus de grandeur d’âme que Thésée, car elle lui propose sérieusement qu’il renonce à leur amour et épouse Ariane, à qui il doit tant. Néanmoins, dominée par sa passion et par son attitude fataliste (elle a tendance à blâmer « le destin » pour ses actions), elle ne peut pas soutenir une conduite pleinement héroïque, ce qui excuse en partie la lâcheté de Thésée.

11Les choses se compliquent encore plus quand l’amour est souillé d’égoïsme et d’ambition. Dans La Mort d’Annibal (1670), aucun des personnages n’est motivé exclusivement par la passion, et dans la plupart des cas celle-ci se montre incompatible avec les intérêts politiques. Parmi les cinq protagonistes masculins, Annibal et Flaminius sont indifférents à l’amour, ne se préoccupant que de la lutte entre Rome et les pays qui résistent à ses desseins impérialistes ; les trois autres hommes sont tous amoureux d’Élise, fille du personnage-titre, mais avec différents degrés de sincérité. Élise elle-même n’est que légèrement sensible à la passion. Quoique amoureuse de Nicomède, elle est surtout motivée par son affection pour son père et par son dévouement à l’idéologie familiale, c’est-à-dire une haine implacable pour les Romains. Il n’est pas surprenant qu’elle préfère le prétendant qui est le plus dévoué personnellement à Annibal et qui partage pleinement les idées politiques de celui-ci, mais il s’agit essentiellement d’un amour-estime, et Élise n’hésite pas à déclarer qu’elle a l’intention de choisir un époux pour satisfaire sa haine, et non son amour. Elle s’impatiente des témoignages courtois de service et de soumission, disant même qu’elle ne donnera sa main qu’à celui qui l’accompagnera aux murailles de Rome pour faire la guerre aux maîtres du monde.

12Cette attitude de la part d’Élise impose un choix difficile à tous ses prétendants. Même si tous les trois adoptent le langage de la galanterie en lui parlant, il est évident que ces hommes embrassent des philosophies politiques et des stratégies radicalement différentes. Prusias, le plus machiavélique et le plus méchant des trois, feint d’être à la fois l’ami d’Annibal et l’allié dévoué des Romains, mais en réalité il désire ménager son propre pouvoir en retenant comme otage l’homme que les Romains redoutent le plus ; il est même prêt à leur envoyer son propre fils en otage réciproque. Son amour pour Élise, tout à fait inconvenant à cause des différences d’âge et d’idéologie, le dégrade aux yeux de tous les autres personnages. Attale admire Annibal comme héros militaire et espère maintenir sa dignité royale en gardant un degré d’indépendance vis-à-vis de Rome, mais en fin de compte il aime les Romains et sera prêt à presque tout faire pour demeurer leur allié loyal. Nicomède, disciple et ami dévoué d’Annibal, est le seul qui méprise les Romains et leur politique de domination qui ravale les rois alliés au rang d’esclaves couronnés ; c’est donc le seul des trois qui prône la résistance ouverte.

13La perversion de la galanterie se manifeste surtout dans le manque de respect envers la bien-aimée et dans le décalage entre ce qu’on dit en public et ce qu’on avoue dans l’intimité. Prusias se distingue par son hypocrisie et par son manque de finesse. Éoin de tromper les autres sur ses véritables intentions, il se trouve de plus en plus coincé par l’hostilité des deux ennemis dont il aimerait conserver l’alliance en même temps. Son confident, Araxe, plus lucide que lui, voit que Prusias, trop faible pour tenir tête aux Romains et trop lié à leurs intérêts pour se permettre d’attirer leur colère, doit logiquement renoncer à sa passion et se garder la bienveillance de l’ambassadeur romain. Mais Prusias est trop égoïste et trop imprudent pour voir la situation en face. Il est même prêt à condamner en ses rivaux ce qu’il tolère en lui-même et à méditer des stratagèmes déshonorants pour les perdre. Quand l’ordre des Romains le contraint de livrer Annibal, malgré toutes ses promesses à son soi-disant ami, Prusias ne subit un conflit intérieur que pendant quelques minutes avant de céder à la Realpolitik. Il perd définitivement la sympathie du public en désavouant les lois de la morale et de la nature :

C’en est fait, perdons tout dans ce besoin extrême,
Attale par mon fils, Annibal par moi-même ;
Et, comme à triompher voici notre grand jour,
Perdons jusqu’à ce fils s’il nuit à mon amour, (vers 1381-1384)

14Prusias, ne se contentant pas d’employer la ruse contre ses rivaux, est malhonnête même avec la femme qu’il aime. Il viole les lois de la galanterie en cachant son amour à Élise et en faisant semblant de promouvoir l’amour de son fils pour elle, espérant l’obliger à se déclarer (I, v). Vers la fin de la pièce, il lui avoue enfin son amour mais il essaie de gagner sa bienveillance avec des mensonges : il prétend qu’il vient d’envoyer ses meilleurs soldats pour protéger Annibal, alors qu’il a fait tout le contraire, il accuse Attale de son propre attentat, et il propose de venger Annibal en poursuivant les assassins et en épousant la fille de la victime. Élise, bien entendu, n’est nullement dupée par ces propos scandaleux, indignes d’un roi. Ée dramaturge ne pouvant pas laisser impunie une telle conduite, Prusias devra se couvrir de honte en essayant de commettre un acte criminel et puis en mourant d’une manière peu glorieuse. Il quitte la scène pour s’opposer aux troupes de son fils et pour assassiner Annibal lui-même, mais il se fait tuer pendant la bagarre et son attentat se révèle inutile, car Annibal a déjà pris du poison.

  • 4 Vers 1305-1306. Les critiques ont souvent insisté sur la ressemblance entre cet épisode et des pas (...)

15Sinorix dans Camma franchit le pas vers la criminalité. Pour posséder la femme qu’il aime, la reine Camma, il empoisonne son mari, se saisit du trône, et exerce sur celle qu’il aime une pression qui ressemble au chantage. Même s’il prétend qu’il avait plus de droits au trône que son prédécesseur, Sinatus, l’ambition ne joue qu’un rôle secondaire dans ses projets. En fait, il garde les instincts d’un généreux, éprouvant un remords cuisant pour le meurtre qu’il a commis et gardant le respect absolu pour Camma. S’il se livre à une sorte de chantage avec elle (si vous voulez que je sauve la vie à Sostrate, il faut m’épouser tout de suite), c’est elle qui le provoque (si vous m’aimez vraiment, il faut m’accorder aveuglément tout ce que je vous demande), et il garde, dans une certaine mesure, son attitude soumise : « J’étonne mon respect, il tremble en ce que j’ose, / Mais à qui donne tout vous devez quelque chose4. » Au dénouement, quand il se rend compte qu’il meurt empoisonné par Camma, il reste fidèle au code généreux en refusant de la dénoncer ni de la condamner. Il accepte avec résignation le crime de sa bien-aimée – il sait la cause de sa mort mais se « trouve en secret contraint de l’adorer » (vers 1936) –, et les tout derniers mots qu’il prononce en expirant sont « la Reine ». Sinorix se rachète davantage en déclarant que sa mort est une punition envoyée par la justice divine.

16Le cas de Sinorix se complique davantage si l’on examine ses rapports avec l’autre protagoniste féminin. Le feu roi Sinatus, voulant sans doute garantir la loyauté de son parent, avait accordé à Sinorix la main d’Hésione, sa fille du premier lit. Hésione, tout en détestant son fiancé, revendique l’accomplissement de ce mariage, car c’est une ambitieuse qui désire régner. De plus, elle tient à assurer la continuité de la dynastie légitime en mêlant son sang à celui du nouveau roi (elle ignore tout au long de la pièce que Sinorix a assassiné son père). Sinorix, n’osant pas avouer à Hésione qu’il en aime une autre, la traite avec mépris, l’encourage à épouser un autre homme (Sostrate), et menace à plusieurs reprises de l’exiler. L’explication qu’il lui donne de sa conduite révèle qu’il se croit dispensé de la traiter avec la galanterie due normalement à une princesse. Il dit avec une franchise brutale qu’il ne l’a jamais aimée, qu’il a consenti au mariage organisé par Sinatus seulement parce que c’était une méthode plus sûre pour accéder au trône auquel il croyait avoir de bons droits, et surtout qu’il n’a aucune envie de se marier sans amour. À son avis, Hésione abuse de son ressentiment en voulant « assujettir » son cœur, surtout quand il est déjà roi et qu’il n’a plus besoin d’elle pour légitimer son pouvoir (vers 456). Malgré tous les efforts que fait la princesse pour se débarrasser de l’usurpateur (elle ordonne à Sostrate de l’assassiner, puis soulève une révolte populaire), il ne manifeste que du dédain pour elle. Nullement alarmé par les rebelles, il ne se laisse troubler que par la froideur de Camma et déclare qu’il veut protéger son trône seulement pour pouvoir l’offrir à sa bien-aimée. Hésione va sans doute devenir reine après la mort de Sinorix et de Camma, mais pendant toute la pièce elle ne reçoit ni ne donne aucune marque de galanterie et gagne à peine la sympathie du public.

  • 5 Fontenelle, dans une lettre écrite en 1740 au Journal des savans, réclame la paternité de presque (...)

17Le cas le plus troublant est celui de l’amant sincère et dévoué mais pour qui l’amour ne s’accompagne plus de vertu. Selon le code, le devoir de servir la dame de façon inconditionnelle ne doit pas troubler la conscience du chevalier, car la dame doit incarner la perfection morale. Mais que faire si la bien-aimée est foncièrement méchante et vous réclame un acte criminel ? Dans la tragédie lyrique Bellérophon (1679, écrite avec Fontenelle et avec musique de Lully5) Amisodar, prince lycien et magicien, aime sincèrement la reine Sténobée, qui vient d’arriver en Lycie après la mort de son mari. Celle-ci, amoureuse du héros Bellérophon qu’elle a toujours persécuté et qui la déteste, demande à son prétendant de prouver son dévouement en troublant le mariage projeté entre Bellérophon et la fille du roi. Il n’est pas sûr qu’Amisodar comprenne que la femme qu’il aime est injuste et immorale ; après tout, il la connaît depuis peu de temps, et elle prétend que c’est Bellérophon qui l’a offensée et qu’il doit donc être puni. Mais Sténobée, tout en réclamant le statut de victime, ne tarde pas à manifester le côté cruel de son caractère : pour elle il ne suffirait pas d’amener une punition qui ne frappe que les deux fiancés ; elle veut plutôt « une vengeance barbare/Dont le seul souvenir/Fasse trembler tout l’avenir » (vers 340-342). Amisodar trouve tout de suite une solution acceptable : il se servira de ses pouvoirs néfastes pour faire sortir un monstre des enfers et le déchaîner pour ravager tout le pays. Puis, ayant réussi à produire trois monstres différents, il reste mécontent de son ouvrage et descend lui-même aux enfers pour combiner les trois monstres en un seul : ce sera la fameuse Chimère. Quand le magicien réapparaît, il exprime de façon scandaleuse sa joie à voir souffrir et mourir tant de personnes innocentes pour garantir son bonheur personnel :

Quel spectacle charmant pour mon cœur amoureux !
Ces morts de tous côtés étendus dans les plaines
Me sont de sûrs garants de la fin de mes peines ;
Tout périt pour me rendre heureux. [...]
Toutes les horreurs que je voi
Sont autant de sujets de triomphe pour moi.
Quand on obtient ce qu’on aime,
Qu’importe à quel prix ? (vers 618-627)

18La criminalité du magicien, dont il n’ignore aucunement les conséquences, s’expose aux yeux du public dans les scènes suivantes. Même si Thomas ne montre pas les victimes du monstre sur scène, sans doute à cause des bienséances, il fait venir une naïade, une dryade et plusieurs dieux des bois, qui se plaignent amèrement des dégâts survenus dans leur territoire. Ensuite, puisque c’est un opéra et qu’il faut montrer les épisodes surnaturels, nous voyons le monstre en personne qui combat avec le personnage titre. Amisodar doit être puni d’avoir obéi à un ordre immoral, mais à cause de son dévouement galant il aura la vie sauve. Le monstre qu’il a créé sera tué par le héros vertueux, Sténobée se suicidera, et le magicien devra s’enfuir en exil après avoir appris que celle qu’il aime se jouait de lui et qu’elle en aimait un autre. Ajoutons que c’est seulement au moment où il apprend qu’il a un rival et que Sténobée lui a menti que l’amant bafoué refuse d’obéir à un ordre de la bien-aimée. Quand la confidente de Sténobée lui demande de renvoyer la Chimère pour que le combat n’ait pas lieu et que Bellérophon ne soit pas tué, il refuse carrément, exprimant le souhait que son rival périsse.

19Il est significatif que presque tous les exemples de conduite blâmable soient l’invention du dramaturge. À part Thésée, dont l’infidélité fait partie intégrante du mythe, les motivations amoureuses n’existent pas dans les sources. Le Sinorix des historiens n’épouse Camma que par ambition, et les personnages de Sostrate et d’Hésione sont ajoutés par Thomas. Amisodar, le prince lycien qui fait surgir la Chimère, est brièvement mentionné par Homère (L’Iliade, XVI, 328) et par Apollodore (Bibliothèque, II, 31), et il faut lui supposer des pouvoirs magiques pour accomplir cet acte. Mais puisque les sources n’indiquent pas pourquoi il a déchaîné le monstre, Thomas a eu l’idée ingénieuse d’en faire un acte de service à une bien-aimée vindicative. Élise est un personnage inventé, même si les trois hommes qui s’éprennent d’elle dans la tragédie sont historiques. Quant à Ariarate, l’historien Justin dit seulement qu’il succéda à sa mère meurtrière, sans rien dire de ses amours (livre 37). Si le dramaturge tenait à exposer des exemples de galanterie pervertie ou violée, c’est qu’il voulait avertir ses spectateurs du décalage énorme entre l’idéal prôné dans les salons et le monde réel, contaminé par l’égoïsme, l’ambition, la vengeance, et d’autres passions moins avouables.

  • 6 Voir surtout Gilles Revaz, « Peut-on parler de tragédie “galante” ? », Dix-septième Siècle, no 54, (...)

20Puisque la tragédie de cette époque comportait une dimension morale, exigée par les théoriciens et souvent réclamée par le public, il y a des récompenses pour les jeunes premiers qui suivent le code moral et les édits de la bonne galanterie, alors que ceux dont la conduite est scandaleuse sont punis selon leur degré de culpabilité. Les mauvais exemples sont toujours contrebalancés par des personnages modèles. Les récompenses comportent toujours la vie sauve, et souvent le trône et le mariage avec une princesse, même si dans certains cas cette union n’est pas fondée sur un amour réciproque. Le problème, surtout dans les tragédies parlées, c’est que ces personnages galants sont trop passifs et manquent de compétence politique. Bien qu’ils méritent de monter sur le trône par leur vertu et leur courage, ils ont l’air de ne pas savoir gouverner. On a établi comme caractéristique dominante de la tragédie galante le manque d’enjeu politique véritable et la primauté du monde privé, avec ses codes de civilité, mais il serait plus prudent d’associer cette attitude, non aux pièces de Thomas dans leur ensemble, mais plutôt à un seul groupe de personnages, surtout les jeunes premiers vertueux (et en tout cas les pièces étudiées ici ne sont pas groupées parmi les tragédies galantes6). En fait, Thomas se rend compte que la galanterie n’est ni universelle ni toujours pure, et qu’elle peut parfois servir de masque pour des personnages hypocrites et immoraux. L’univers qu’il a créé n’est pas aussi simpliste que ses détracteurs aimeraient le croire.

Notes

1 Je propose une interprétation un peu plus nuancée que celle de David Collins, qui voit dans tous les héros non-criminels de Thomas des adeptes de la Carte de Tendre et des modèles de la pure morale généreuse (Thomas Corneille Protean Dramatist, Londres-La Haye-Paris, Mouton, 1966, p. 89 et 141).

2 Jean-Michel Pelous trace l’évolution compliquée que cette passion a subie dans la théorie et la pratique. Voir Amour précieux, amour galant (1654-1675), essai sur la représentation de l’amour dans la littérature et la société mondaines, Paris, Klincksieck, 1980. Marcel Oddon, dans son étude lexicale des tragédies de Thomas, indique la rareté des termes « générosité », « honneur » et « valeur », et signale que « gloire », le mot qui revient le plus souvent dans ces pièces, est utilisée surtout dans les sens qui privilégient l’extériorité (c'est-à-dire, le paraître, la réputation). Voir « Les tragédies de Thomas Corneille : structures de l’univers des personnages », Revue d’histoire du théâtre, no 37.3, 1985, p. 199-213.

3 Sur la thématique de la gratitude, voir l'article de Helen Harrison, « A Tragedy of gratitude : Thomas Corneille’s Ariane and the demolition of the hero », Australian Journal of French Studies, no 34.2, 1997, p. 183-195.

4 Vers 1305-1306. Les critiques ont souvent insisté sur la ressemblance entre cet épisode et des passages dans Pertharite et dans Andromaque. Cependant, les différences sont tout aussi importantes, car Sinorix ignore les mobiles de Camma et attribue sa demande à un pur caprice. En réalité, Camma veut sauver la vie à Sostrate parce qu elle est amoureuse de lui et parce qu'il lui répugne de voir mourir un innocent.

5 Fontenelle, dans une lettre écrite en 1740 au Journal des savans, réclame la paternité de presque tout le livret, mais attribue le prologue et l'air d'Amisodar à Boileau (Œuvres complètes, Alain Niderst (éd.), Paris, Fayard, 1992, t. IV, p. 120). Mais Noirville, dans son Histoire de l’Académie Royale de Musique (1752), dit que c'est Fontenelle qui écrivit tout le rôle d'Amisodar (et rien d’autre). Sévag Tachdjian, dans son édition critique du livret (pour la série électronique Centre de recherche sur l'histoire du théâtre), donne raison à Noirville, se basant sur des critères stylistiques (p. 82-83). Nous croyons que c'est quand même Thomas qui fut responsable du plan général du livret et donc de la caractérisation des personnages.

6 Voir surtout Gilles Revaz, « Peut-on parler de tragédie “galante” ? », Dix-septième Siècle, no 54, 2002, p. 469-484. Pour une mise au point sur les rapports entre les dimensions éthique et esthétique de la préciosité et sur le lien entre ce terme et la galanterie, voir Myriam Dufour-Maître, Les Précieuses. Naissance des femmes de lettres en France au XVIIe siècle, Paris, Champion, 2008, surtout la 3e partie.

Auteur

Professeur de français et directeur du département de langues étrangères à Oklahoma State University ; doctorat de Yale ; publications sur le théâtre des XVIIe et XVIIIe siècles et sur l’opéra baroque ; éditions critiques de pièces de femmes dramaturges, ainsi que de Rotrou, Mairet, Du Ryer, Voltaire, Thomas Corneille ; traductions de pièces bibliques et de pièces par des femmes dramaturges ; édition du Voyage de campagne de Mme de Murat ; introduction générale du troisième volume du Théâtre de femmes de l’Ancien Régime (Saint-Étienne, 2011).

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search