Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Journées archéologiques de Haute-Normandie. Rouen, 11-13 mai 2012

 | 
Luc Liogier

Poids à pêche de la basse vallée de la Seine

Fishing weights in the valley of the lower Seine

Jean-Pierre Watté, Alain Faraut et Monique Faraut

Résumé

Les produits de dragages de Seine, en aval de Rouen, ont livré de nombreux poids à pêche fabriqués en particulier dans des galets plats qui ont été percés de part en part. Ils servaient à lester les filets. De nombreux exemplaires ont été recueillis dans les années 1960-1980, époque où le chenal de la Seine a été une nouvelle fois approfondi pour permettre à des navires de mer de tonnages plus importants de remonter le cours du fleuve. L’étude de leurs caractères – morphologie, emplacement de la perforation, mode du percement, dimensions, poids, nature des matériaux – permet de montrer qu’ils ont été fabriqués quasi essentiellement à partir de galets de formes et dimensions standardisées. Souvent attribués autrefois à l’époque néolithique, ils datent en fait des XIXe et début du XXe siècle, témoignant de pratiques halieutiques contemporaines.

Dredging carried out in the Seine, downstream from Rouen, has led to the discovery of fishing weights, which were made using flat rocks with drilled holes all over them and used to weigh down fishing nets. Many examples of these weights were collected between 1960 and 1980, when the Seine channel was being made deeper again, in order for heavier sea-going vessels to be able to go upstream. Studies on their features (their form, location of the hole, type of drilling, size, weight, material) revealed that they were largely made from rocks with standardised shapes and sizes. In the past they have been attributed to the Neolithic age, but they actually date to the 19th and early 20th Century, and reflect contemporary fishing practices.

Entrées d'index

Texte intégral

Les poids à pêche

1Appelés pesons, poids de filets, poids de lignes de fond, pierres à senne…, les poids à pêche sont des objets fabriqués surtout en pierre, mais aussi en terre cuite ou en métal. Ils ont servi à lester des filets, des lignes ou des nasses. Il existe différents dispositifs de fixation : encoches, perforations, gorges.

2Les plus anciens, confectionnés dans des galets plats, de forme généralement ovalaire, dont les côtés ont été grossièrement encochés, remontent au Mésolithique, comme l’atteste un exemplaire recueilli dans l’habitat-nécropole de Téviec (Morbihan) – rangé ici par les auteurs dans la catégorie des lissoirs, broyeurs ou percuteurs (Péquart, 1935, p. 6, fig. 1). Mais c’est surtout au Néolithique qu’ils ont été employés ; ils apparaissent nombreux dans le Bassin aquitain, en particulier autour de la Garonne, mais aussi en Suisse et son pourtour, comme on peut le constater d’après les premiers inventaires publiés par Nougier (1951, 1952). Des exemplaires ont été rencontrés en place, en grotte, dans des niveaux du « Néolithique pyrénéen » ainsi que dans des sites périgourdins et languedociens (ibid.).

Fig. 1. Poids à pêche présentés avec des monnaies romaines, des silex taillés et des tessons de céramique. Sahurs. D’après Lebrasseur, 1962, p. 93.

3La basse vallée de la Seine a livré de très grosses séries de poids à pêche d’un modèle très différent : des galets plus ou moins ovalaires, percés au sommet. Les prospecteurs les pensaient néolithiques ; les recherches actuelles montrent qu’ils sont en fait sub-actuels.

Dragages de la Seine maritime1 et poids à pêche

Les produits de dragages

4Au début des années 1960, l’approfondissement du chenal de la Seine, permettant à des navires de tonnages de plus en plus forts de remonter le fleuve jusqu’à Rouen, entraîne la mise en œuvre d’importants travaux de dragages. Les rejets, en plusieurs points, donnent lieu à des prospections archéologiques, permettant la découverte de matériel lithique préhistorique, de tessons néolithiques et protohistoriques, d’objets en os et bois de cervidés, d’armes en bronze… En outre, de nombreux poids à pêche en forme de galets plats perforés sont signalés, à Bardouville, Hénouville, Sahurs, Saint-Pierre-de-Manneville, Sotteville-lès-Rouen, Yville… donnant lieu à de nombreuses notes et communications (Géhenne, 1963, 1965 ; Lebrasseur, 1962, 1964, 1968, 1969 ; Faraut, 1976 ; Petit, 2011). Lebrasseur (1968, p. 71) en aurait ramassé 3 000 (fig. 1).

Les poids à pêche signalés

5La première mention de découverte d’un poids à pêche dans la basse vallée de la Seine se trouve sans doute dans le compte rendu d’une présentation effectuée par Arcade Noury (1894) lors d’une réunion de la Société géologique de Normandie, au Havre : « une pierre plate à contour arrondi, percée d’un trou, dont la destination semble difficile à fixer, provenant des dragages en Seine, à Elbeuf. » Les descriptions publiées apportent peu de précisions. Il est dit qu’ils sont « aménagés dans des galets soit de grès, soit de calcaire dur » (Géhenne, 1963, p. 68). Les renseignements les plus complets sont fournis par Lebrasseur (1962, p. 92) qui donne un inventaire portant sur 184 objets : 4 en silex jaune, 16 en calcaire dur, 163 en grès, un fabriqué dans une tuile à rebord (gallo-romaine) ; il donne aussi quelques précisions quant à leur fabrication : le plus lourd pèse 1,7 kg, les autres moins de 1 kg, avec une perforation le plus souvent cylindrique, de 8 mm environ de diamètre, plus rarement conique, de 15 à 20 mm au niveau de l’évasement.

6Leur datation n’est en général pas proposée, bien que le rapprochement avec les séries néolithiques recueillies conjointement soit implicite (Géhenne, 1963 ; Lebrasseur, 1968). De même, François Petit (2011) écrit : « L’origine préhistorique de ces poids est supposée. J’ai personnellement constaté la présence de poids à pêche en contexte préhistorique, pas toujours homogène, dans des berges de la Seine. Mais l’utilisation de tels poids a perduré jusqu’à la période historique et, par prudence, je les qualifierai de “protohistoriques”. Certains pêcheurs au début de siècle dernier continuaient même à en utiliser, les trouvant prêts à l’emploi, abandonnés sur les bords de la Seine. »

7Aucune étude détaillée n’avait cependant été fournie et la période d’utilisation proposée apparaissait erronée.

La série étudiée

  • 2 À part quelques-uns donnés par Jean Géhenne à Louis Cayeux et Jean-Pierre Watté, par Bénito Gélis à (...)

81 473 poids sont conservés au muséum d’Histoire naturelle du Havre2 et 26 au musée Biochet-Bréchot à Caudebec-en-Caux. Seuls les exemplaires complets, au nombre de 1 122, ont été l’objet des études statistiques qui suivent. Quelques photographies de poids qui avaient été remises par Jacques Lebrasseur (†), ancien membre de la Société normande d’études préhistoriques, à Jean-Pierre Watté, sont données ici.

  • 3 Animaux qui creusent des galeries dans des matériaux durs, bois, roches…

9Ces poids ont été recueillis en divers endroits, en particulier à Bardouville, Hénouville (« La Cabotterie »), Quevillon, Saint-Pierre-de-Manneville, Sahurs, Yville… Ils sont issus de produits de dragages ; la localisation des découvertes correspond en fait aux emplacements des chambres de rejet et pas forcément à celui de leur abandon. Pour l’étude de leur morphologie, ces lots ont été confondus. Seuls les poids perforés, très largement majoritaires, ont fait l’objet d’une étude statistique. Les autres exemplaires (une demi-douzaine) sont seulement signalés. Un classement typologique simple a été adopté : poids de forme ovalaires longs, ovalaires larges, triangulaires, quadrangulaires, irréguliers (fig. 3 à 5) ; la nature de la perforation a été notée : naturelle, cylindrique (ou parfois légèrement tronconique), biconique, située près du sommet ou décalée vers le centre. Les matériaux utilisés ont été identifiés : calcaire dur du Jurassique, grès, craie blanche du Crétacé supérieur (fig. 3, nos 3-8), craie glauconieuse du Cénomanien et autres roches calcaires (fig. 3, no 4), silex (fig. 5, no 2), argile cuite et autres (fig. 3, no 6 ; fig. 5, no 4). L’existence d’une gorge a été notée. Enfin, la présence de traces d’animaux fouisseurs de type térébrants3 a été enregistrée (fig. 3, no 4).

Les poids à encoches

  • 4 La couleur noire est due très probablement à la patine ; des pics en grès blancs, mésolithiques, re (...)

10Les exemplaires appartenant à des formes sans perforation sont tout à fait exceptionnels. La collection Jean-Falliès comporte un poids à encoches fabriqué à partir d’un galet en grès noir4 aménagé par deux encoches latérales directes (dimensions : 88 x 75 x 24 mm) (fig. 2). Recueilli à Bardouville, sur les berges de la Seine, il constitue, comme pour toutes les pièces qui suivent, une découverte hors stratigraphie. Cependant, sa morphologie apparaît tout à fait semblable aux objets préhistoriques équivalents : on peut raisonnablement l’attribuer au Mésolithique ou au Néolithique. Il s’agit là d’un document tout à fait exceptionnel, car unique pour l’instant en basse vallée de la Seine. Il est probable que la plupart des collectionneurs qui ont prospecté les produits de dragages, ne connaissant pas ce type d’objet, ont seulement ramassé les pièces qui leur ont paru typiques, comme les poids perforés.

Fig. 2. Poids à pêche à encoches. Mésolithique ou Néolithique. Bardouville. Coll. J. Falliès (dessin : J. Géhenne).

Fig. 3. Poids à pêche. 1-2, 4-6 : ovalaires ; 3 : quadrangulaire ; 7 : triangulaire ; 8 : irrégulier. 1 : en fonte ; 2 : en grès ; 3-8 : en craie ; 4 : en calcaire avec perforations d’origine biologique ; 5 : en grès, avec perforation avec esquille de refoulement ; 6 : modelé en terre cuite ; 8 : avec traces hélicoïdales dans la perforation. Coll. Lebrasseur : 1, 6 ; coll. Déperrois : 2 à 5 ; musée des Templiers, Caudebec-en-Caux : 7-8 (clichés : J. Lebrasseur – 1, 6 – ; J.-P. Watté – les autres).

Fig. 4. Poids à pêche. 1-4 : ovalaires larges ; 5-6 : ovalaires longs ; 7-8 : triangulaires ; 9-13 : quadrangulaires ; 1-3, 7 : grès ; 5, 12 : craie glauconieuse cénomanienne ; 4, 9, 11 : craie blanche ; 6, 8, 10, 13 : calcaire dur. Coll. Géhenne-Cayeux (3) ; les autres : coll. Faraut. MHNH (clichés : J.-P. Watté).

Fig. 5. Poids à pêche. 1 : tomette hexagonale en terre cuite ; 2-7 : quadrangulaires ; 3-4, 6 : ovalaires longs ; 5 : triangulaire ; 8 : ovalaire long ; 9 : irrégulier ; 10 : à gorge circulaire centrale ; 2 : silex ; 3-4 : modelés en terre cuite ; 5 : calcaire dur ; 6-7, 9, 10 : en craie blanche. Coll. Géhenne-Watté (3-4) ; les autres : coll. Faraut, MHNH (dessins : J.-P. Watté).

11Des masses à encoches, très lourdes, ont pu être utilisées aussi bien comme ancres en des temps anciens que, plus récemment, comme poids spéciaux, par exemple pour bloquer des filets ou des nasses ou d’autres dispositifs de pêche. Sur 8 « pierres de mouillage » signalées, deux présentent un poids inférieur à 10 kg, quatre un poids de 10 à 20 kg, une autre de 80 et la dernière de 112 (Watté et Faraut, 2008) ; les plus lourdes ont plutôt servi d’ancres.

Les poids à gorges circulaires

12Des poids en craie tendre en forme de cylindre sont affectés par des sillons circulaires. Une pièce de la collection Faraut mesure 147 x 90 x 74 mm, avec une gorge également médiane, large, de 5 à 7 mm de profondeur (fig. 5, no 10). Une autre, de la collection Géhenne, correspond à un cylindre de 111 x 69 x 54 mm, avec une gorge médiane, étroite, de quelques millimètres de profondeur (fig. 6, no 1). La collection Lebrasseur comprend un poids de même nature montrant l’existence de deux gorges (fig. 6, no 2), un autre de trois (fig. 6, no 3). De telles formes, de fabrication facile, pourraient appartenir à des périodes anciennes (du Néolithique aux temps modernes ?) En fait, il convient toujours d’être très prudent pour l’attribution chronologique d’objets frustes. Il peut s’agir aussi bien de poids antiques que de pièces « de fortune » ou à destination spéciale. Ainsi, à la fin du XIXe et au début du XXe siècle, des galets de même forme, mais plus volumineux, sont fixés dans certains cas aux angles des filets : les représentations de différents tramails (filets) montrent ces poids ou « grediaux » servant à l’ancrage des filets (Morel, 1984, fig. 81, 86, 97).

Fig. 6. Poids à pêche cylindriques à rainures. 1 : à 1 rainure ; 2 : à 2 rainures ; 3 : à 3 rainures. Coll. Faraut, MHNH (1) ; coll. Lebrasseur (2, 3) (dessin : J.-P. Watté – 1 – ; clichés : J. Lebrasseur – 2-3).

Les poids à perforation

La morphologie

13Il était intéressant de chercher à voir si la forme des galets jouait un rôle dans le choix de ceux-ci. Les dimensions et poids moyens ont été comparés : les variations pour les quatre premières catégories sont faibles et donc non significatives ; par contre, les pièces de formes irrégulières montrent des différences relativement sensibles, en particulier à propos de leurs poids (tableau 1).

14L’étude détaillée des longueurs et des poids confirme, d’une part, la grande ressemblance des pièces de formes régulières entre elles, d’autre part, une plus grande variabilité pour celles de la dernière catégorie qui présentent des valeurs plus étalées et plus fortes, en particulier pour les masses (tableaux 1 et 2). La cause de ces différences réside dans le support concerné : beaucoup de poids de formes irrégulières sont plutôt des « pièces de fortune » ; le choix du galet n’a souvent été ici guidé que par la facilité à effectuer un percement, c’est pourquoi beaucoup d’entre eux sont fabriqués dans des roches tendres comme la craie.

15Dans le tableau des longueurs, d’autres différences apparaissent entre les séries ; ceci tient au fait que le classement a pris en compte ici les objets finis, orientés en fonction de la position – en haut – de la perforation (tableau 2). Un autre tableau prenant en compte cette fois la plus grande dimension du support, donc sans tenir compte de la place du trou, montre au contraire une grande similitude dans la répartition des dimensions, pour toutes les pièces de formes régulières (tableau 3).

16De même, les épaisseurs témoignent d’un choix : 83 % d’entre elles sont comprises entre 20 et 40 mm, plus de la moitié d’entre elles mesurant de 20 à 30 mm (tableau 4).

17De même, les masses montrent une dominante : 72 % des poids pèsent de 200 à 500 g, le tiers d’entre eux se situant entre 300 et 400 g. (tableau 5). La forme du galet ne joue donc aucun rôle dans leur choix ; par contre, l’épaisseur devait rester relativement faible, entre 2 et 4 cm, vraisemblablement pour limiter le temps de perçage. C’est pourquoi la grande majorité des poids (88 %) sont fabriqués dans des galets plats peu allongés, de forme régulière et de dimensions moyennes : l’exemplaire type serait une pièce de 108 x 92 x 30 mm, d’un poids de 405 g (tableau 6). Une même utilisation a conduit à cette standardisation des supports.

Tableau 1. Poids perforés. Dimensions (en mm) et poids (en grammes) selon les formes.

Tableau 2. Classement des poids en fonction de leur longueur (en mm). En grisé, les classes centrales correspondant aux longueurs les plus représentées.

Tableau 3. Classement des supports, d’après la longueur maximum du galet (en mm), sans tenir compte de la position de la perforation. En grisé, les classes centrales correspondant aux longueurs les plus représentées.

Tableau 4. Épaisseurs des poids (en mm). En grisé les classes centrales correspondant aux longueurs les plus représentées.

Tableau 5. Répartition des masses (en g). En grisé les classes centrales correspondant aux longueurs les plus représentées.

Tableau 6. Caractères typométriques d’ensemble (L, l et É en mm ; poids en g).

Tableau 7. Matériaux employés.

Les perforations

18Le choix de l’emplacement de la perforation est guidé par la forme du support : il convient de rechercher le meilleur équilibre possible. C’est ce qui explique que 95 % des perforations ont eu lieu près d’un bord et 5 % seulement au centre.

19Le trou est cylindrique dans 78 % des cas, biconique dans 21 et irrégulier dans moins de 1 %. Les poids fabriqués en craie, donc dans une roche tendre, peuvent être perforés facilement : un simple tournevis peut suffire, comme le montre les expérimentations aujourd’hui ; l’emploi d’une tarière est cependant attesté comme l’indiquent les traces hélicoïdales que l’on peut observer dans certains trous (fig. 3, no 8). Pour les matériaux durs, une mèche métallique entraînée par un vilebrequin ou une perceuse a été nécessaire. Certaines perforations cylindriques ont été opérées à partir des deux faces, comme l’atteste un léger relief circulaire à l’intérieur de celles-ci ou des ouvertures décalées ; dans ce cas, la seconde attaque a été menée très au-delà de la partie centrale : la part réelle des perforations biconiques est donc plus importante qu’il y paraît au premier abord. La mèche, au moment de ressortir sur l’autre face du galet, peut provoquer le détachement d’une « esquille de refoulement » au contour irrégulier (fig. 3, no 5).

20Dans 15 % des cas, une gorge affecte le sommet du poids. Celle-ci a pu être volontairement réalisée, avec une lime à tige circulaire type « queue de rat », pour faciliter la tenue de la cordelette ou garcette qui permettait de fixer le poids au filet (fig. 3, no 1 ; fig. 4, no 3, 9, 10, 12-13). Un frottement de longue durée de celle-ci sur les roches tendres a pu aussi creuser naturellement cette gouttière.

Matériaux utilisés

21De rares exemplaires sont fabriqués en métal : la collection Lebrasseur en comprenait un en fonte (fig. 3, no 1). Quelques-uns sont confectionnés dans des pavés de terre cuite (fig. 5, no 1) ou des fragments de tuile à rebord gallo-romaine (Lebrasseur, 1962, p. 92) ; cette réutilisation de tegulae a aussi été signalée en Bretagne (Bizien-Jaglin et Langouët, 1992). Quelques-uns ont été façonnés en terre cuite (fig. 3, no 6 ; fig. 5, no 3-4). L’immense majorité apparaît cependant réalisée en pierre. Dans la série conservée au muséum du Havre, 45 % des poids sont fabriqués dans un calcaire dur de couleur gris foncé, 17 % en craie blanche tendre, 26 % en grès, moins de 1 % en craie glauconieuse de dureté moyenne ; des exemplaires en proportions anecdotiques sont façonnés dans d’autres matériaux : 4 en silex, 1 dans un carreau de terre cuite, 3 dans des galettes de terre cuite confectionnées à la main (tableau 7).

  • 5 Aujourd’hui honoraire ; consulté en 1988 par l’un de nous (A. Faraut).
  • 6 Il s’agit plus vraisemblablement d’un calcaire dur.

22Les poids en craie, issue des assises du Crétacé supérieur, sont très certainement d’origine locale, de même que ceux qui sont fabriqués en silex, qui utilisent des trous naturels préexistants. Par contre, d’après Dominique Lefebvre, professeur de géologie à l’université de Rouen5, le calcaire dur pourrait être d’âge jurassique Sur l’origine géologique de ce dernier, une mention intéressante est fournie par Lebrasseur (1962) : « L’un de ceux en grès6 présente sur l’une de ses faces une empreinte d’ammonite très prononcée et fait penser aux galets que l’on rencontre dans les assises jurassiques aux abords de la plage de Villers-sur-Mer (Calvados). » Il aurait été particulièrement intéressant qu’une telle détermination, vraisemblable compte tenu des connaissances de l’auteur, soit confirmée par un paléontologue. Les niveaux jurassiques où affleurent des calcaires marneux gris se rencontrent de part et d’autre de l’estuaire de la Seine : kimméridgien au nord, kimméridgien et oxfordien au sud. Toutefois, les « bancs de plomb » comme les appelaient les carriers qui extrayaient l’argile à la base du cap de La Hève sont des calcaires riches en filons de calcite, correspondant à des coquilles fossiles, dont les traces ne se retrouvent pas sur les poids. La provenance de Basse-Normandie, à partir de calcaire oxfordien, est donc plus probable. Les « autres calcaires » correspondent à plusieurs variétés, dont l’origine n’est pas toujours facile à détecter ; quelques poids sont en craie glauconieuse du Cénomanien, donc d’origine locale, encore que cet étage se retrouve aussi au nord comme au sud de l’estuaire de la Seine. Le grès, compact et très siliceux, peut-être métamorphisé, peut aussi provenir des plages de Basse-Normandie. Une mention particulière doit être faite pour les pièces en poterie : trois sont modelées en argile, cuite ensuite, une semble fabriquée dans un fragment de brique, une autre l’a été dans un pavé hexagonal de terre cuite (fig. 5, no 1).

Perforations d’origine biologique

23La surface de nombreux poids en calcaire (11 %) présente de très nombreux petits trous de forme circulaire de moins d’1 mm de diamètre ou en bâtonnet mesurant environ 0,5 x 1 mm. Il s’agit des ouvertures de galeries en forme de U, creusées par des vers marins perforants du genre Polydora (vers polychètes de la famille des Spionodae) (fig. 3, no 4). Beaucoup plus rares sont les perforations, qui affectent l’épaisseur des poids de part en part, dont le diamètre atteint ou dépasse une dizaine de millimètres. Celles-ci sont produites par des mollusques bivalves lamellibranches, des pholades, qui creusent des loges dans lesquelles elles vivent (fig. 5, no 5). Ces stigmates sont particulièrement intéressants puisqu’ils indiquent que les galets qui ont servi à fabriquer ces poids ont été recueillis non en milieu fluviatile – on aurait pu songer à la Seine-, mais sur un estran. Ils renforcent donc l’hypothèse d’une provenance des plages de la région havraise ou de celles de la Basse-Normandie.

Utilisation et datation des poids à perforation

La pêche en basse Seine : une importante activité économique, au XIXe et au début du XXe siècle

24La pêche en Seine existe depuis les temps préhistoriques, comme l’atteste la découverte d’hameçons, mésolithiques en bois de cervidé (inédit) d’une part et d’un exemplaire en silex d’autre part (Watté et Géhenne, 1988 ; Watté, 1992, p. 609-610).

  • 7 Bateau pouvant être dirigé dans un sens ou dans l’autre.

25Au XIXe siècle, cette activité apparaît particulièrement importante. Cette pêche se pratiquait à partir de bateaux à fond plat, souvent construits par les pêcheurs eux-mêmes, embarcations légères, très maniables et pouvant être facilement tirées sur les berges. On distingue le bachot, long de 8 à 12 m, construit à clin, aux extrémités levées de même profil, permettant ainsi d’être manœuvré dans un sens ou dans l’autre et la plate, barque de 5 à 7 m de long, à plat bord horizontal, construite souvent à la fois à franc-bord et à clin ; elle aussi était amphidrome7 (fig. 7-8).

26En 1882, on comptait 257 pêcheurs dans la basse vallée de la Seine : 97 à Elbeuf, 42 à Rouen, 62 à La Bouille, 32 à Duclair, 11 à la Mailleraye-sur Seine et 13 à Villequier (Joubert et Lemoine, 1986, p. 131).

27Dans le seul « quartier » de Rouen – où existait un important marché aux poissons qui drainait une partie de la production régionale –, on pêchait aux alentours de 1900, 274 tonnes de poisson par an, dont 5 de saumon, alose et esturgeon (Chaïb et Thorez, 1999).

Usage

28Les techniques halieutiques développées nécessitaient l’emploi de très nombreux poids pour lester les filets. Il en existait en plomb ; ces derniers présentaient une forme soit de billes rondes, percées, directement enfilées sur la corde dite « des plombs », soit de lamelles enroulées a posteriori sur cette même corde qu’il était possible de « plomber » plus ou moins. Sans doute, les poids en pierre, moins chers, furent-ils préférés. Leur utilisation est décrite par un pêcheur dont le témoignage a été recueilli par Morel (1984, p. 93) : « Quand on travaillait à la senne, la pierre de senne avait des trous, [n’est-ce] pas, c’était plat, on mettait les garcettes pour attacher [les pierres] pour faire couler le filet ».

Fig. 7. Bateaux de pêcheurs à Petit-Couronne. Concentration de bachots et de plates de pêche. Les patrons manœuvrent les filets tandis que les matelots sont aux avirons. Les pêcheurs sont coiffés de la casquette de marine en toile avec visière de cuir verni. Carte postale, coll. J.-P. Watté.

Fig. 8. Famille de pêcheurs normands en Basse-Seine. Gravure de Charles Baude, d’après Joseph-Félix Bouchor.Le Monde illustré, no 1623, 5 mai 1888, p. 308. L’épouse et les enfants, dès l’âge de 12 ans, accompagnaient souvent le père. Coll. J.-P. Watté.

  • 8 Corchet : flotteur en liège.

29Ces poids, appelés donc « pierres à senne » par les pêcheurs (Morel, 1984 ; Billard, 1989, p. 34) servaient en effet à lester les filets ou sennes (fig. 9-10). Ainsi la pêche à « la grande senne », longue d’une encablure (environ 200 m) ou plus et de 5,5 brasses (8 m) de hauteur en son milieu est bien décrite par Armand Billard (1989, p. 32-33, 52, 71). Ce dernier, connu comme conteur sous le nom de Maît’Armand, issu d’une famille de pêcheurs, est un proche parent d’Ismaël Billard, « le dernier pêqueux de la Seine », auprès duquel il a recueilli toute une série de témoignages. Il rend compte, avec les termes de métier, de ce procédé, qui nécessitait un nombre de membres d’équipage plus grand dans la mesure où le filet à tirer était beaucoup plus lourd ; le filet était amarré d’un côté à terre, de l’autre à la barque. Sur la corde du bas, ou « perrier », les pierres de senne « bien amarrantes » étaient fixées par de petites cordes appelées « garchettes » ou « garcettes ». On utilisait « une grand barque plate, dite batiau à senne montée par quatre ou cinq hommes » : « Ces senneux avaient chacun leur fonction : dans la barque celui qui tenaient les avirons, c’était l’écoteux. Le j’teus de perrier jetait à l’eau les pierres plates amarrées sur la corde du bas ; le j’teus de corchet8 mettait à l’eau la corde des lièges : le calonneux tenait la corde à terre et l’étingueus prêtait la main pour fermer la senne. » Il fallait ensuite, par un mouvement tournant, « amener la senne à sec [sur la berge] à l’endroit appelé essiau et ramasser le poisson ». On prenait ainsi esturgeons, aloses, saumons, aloses-fintes et caluyots, flondes, lamproies, mulets, éperlans… Ces poids étaient également utilisés dans d’autres cas, comme par exemple pour la pêche dérivante ou rocter. Pour ce faire, on utilisait un trémail (filet) d’au moins 3,25 m de haut et de 40 à 50 m de long. Comme dans le type de pêche précédent, la corde du bas (le perrier) était lestée. Sur la corde du haut (le corchet) des flotteurs en liège étaient fixés. Cet appareil, ou roctière, reliait la barque, à partir de laquelle il était mis à l’eau, à une bouée, formant ainsi une anse. Le filet était trainé sur le fond, prenant alors tous les poissons qui se trouvaient là (Billard, 1989, p 29-30, 76).

Fig. 9. Quelques accessoires de pêche, d’après Billard, 1989, p. 34. 1 : basquette à éperlans (aux initiales du pêcheur) ; 2 : herpiau (grappin en bois) ; 3 : grappin à nasse ; 4 : flotteur en liège, dit bouée ; 5 : pierres à senne ; 6 : corne de brume et de signalisation.

Fig. 10. Poids fixés à un tramail. A : vogue ; B : gredian (gros poids) servant de sonde ; C : tramail ; D : poids ; E : viraque (bouée). D’après Morel, 1984, fig. 97.

30Des poids plus légers (moins de 100 g) servaient à plomber les lignes. Des pierres plus lourdes étaient utilisées comme sonde, pour maintenir des nasses ou les extrémités de certains filets : c’est ce qui explique la présence de quelques pièces soit plus légères, soit plus pondéreuses.

Datation

  • 9 Le Machault était parti de Bordeaux.

31À partir de quelle date ces poids perforés sont-ils apparus ? L’Encyclopédie de Diderot et d’Alembert n’en fait pas mention ; de même, il n’en est pas signalé dans la cargaison d’un navire français, le Machault, coulé au large du Canada en juillet 17609, et qui transportait, notamment, du matériel de pêche : seuls des poids en plomb sont répertoriés (Sullivan, 1986, p. 52). Mais cette absence de mention ne signifie pas qu’il n’en existait pas, d’autant plus que les poids en pierre tendre pouvaient très bien être fabriqués sur place. Il est possible que l’accroissement démographique des villes au XIXe siècle entraînant une demande de poissons plus forte, il soit devenu nécessaire d’utiliser des filets de plus en plus grands pour pêcher des tonnages plus élevés ; l’emploi massif des poids en pierre correspondrait à cette période.

  • 10 Communication orale auprès de l’un d’entre nous, A. Faraut.

32D’après Armand Billard10, des poids perforés auraient encore été commercialisés à la fin des années 1980 par une certaine Mme Lacheray, à Honfleur, preuve qu’on en utilisait encore relativement récemment. Ce témoignage montre en outre qu’une partie de ces poids provient bien de Basse-Normandie.

33La pêche à la grande senne « est la première méthode de pêche qui a disparu de nos eaux fluctuantes quelques années avant 1914 » (Billard, 1989, p. 32). Les autres pratiques utilisant des poids en pierre, comme la pêche dérivante ou rocter ont suivi. La pollution industrielle ayant raréfié le poisson, les travaux de dragages ayant détruit les berges où venaient frayer les poissons, le danger représenté par la navigation de gros navires rapides… expliquent l’abandon des pratiques halieutiques en basse vallée de la Seine. La grande période d’emploi des poids à pêche perforés a donc été le XIXe et le début du XXe siècle ; leur utilisation s’est perpétuée ensuite mais en s’amenuisant, avant de disparaître définitivement il y a seulement un demi-siècle.

34J.-M. Le Quellec (2003, p. 46) note qu’en Bretagne également, pour des poids, trouvés en particulier le long des côtes et tout à fait comparables à ceux signalés ici, « l’utilisation de pierres percées pour le lestage des filets mais aussi pour la pêche à la ligne, était encore en usage dans les années 50 ».

Conclusion

35Le seul poids que l’on puisse attribuer aux époques préhistoriques (Mésolithique ou Néolithique) avec une quasi-certitude est l’exemplaire à encoches de Bardouville, de la collection Falliès. Certains poids à gorge pourraient aussi éventuellement être anciens. Mais la plupart d’entre eux et tous les poids à perforation, destinés à lester de très grands filets, appartiennent à la période contemporaine : XIXe siècle et premières décennies du XXe ; ils n’ont donc rien à voir avec la préhistoire.

36En effet, les travaux d’endiguement et d’approfondissement du chenal ont commencé dès le milieu du XIXe siècle ; ils ont connu un développement encore plus grand au XXe, entrainant un courant plus rapide. Les berges qui étaient jusque là en pente douce ont été dégradées, d’où la disparition des frayères qui y étaient installées. Parallèlement, la pollution industrielle s’est développée : la première raffinerie de pétrole a été installée an amont de Rouen en 1860. Les poissons se sont faits de plus en plus rares ; ceux qui restaient sont devenus impropres à la consommation. Le poisson s’étant raréfié ou ne pouvant plus être consommé, la pêche n’a plus été pratiquée en basse vallée de la Seine. Les vieux pêcheurs ont abandonné le métier, les plus jeunes ont pris le chemin de l’usine (Billard, 1989, p. 18-19). Ainsi Tancarville et Quillebeuf n’ont plus eu de pêcheurs à partir de 1939 (Morel, 1984, t. 2, p. 139). En 1950, on n’en comptait plus que six en basse vallée de Seine, et le dernier, Ismaël Billard, a pris sa retraite en 1984 (Aubin, 1984).

  • 11 Nous remercions vivement Julien Auber de nous avoir aidés à mesurer les poids.

37Plus de poissons, plus de pêcheurs, plus de filets, plus de poids… Ces derniers font donc désormais partie des artefacts relevant de l’archéologie industrielle de l’époque contemporaine11.

38Nous remercions vivement Julien Auber de nous avoir aidés à mesurer les poids.

Bibliographie

Bibliographie

Aubin D. (1984) – Le dernier pêcheur en Seine. Normandie-Magazine, no 22, octobre, p. 28-29, 2 fig.

Billard A. (1989) – Flux et reflux de la Seine-Normande. Caen, Charles Corlet, 85 p., fig.

Bizien-Jaglin C. et Langouet L. (1992) – Des poids de filet d’époque gallo-romaine sur la côte nord de l’Ille-et-Vilaine. Bulletin de l’Association Manche-Atlantique pour la recherche archéologique dans les îles, no 5, p. 45-55, 9 fig.

Chaïb J. et Thorez J.-P. (1999) – Notre environnement. Perception, compréhension, action. Agence régionale de l’environnement de Haute-Normandie (AREHN).

Faraut A. (1976) – Essai d’étude des poids à pêche de la Basse-Seine. J.-P. Watté, Compte rendu de la réunion régionale des préhistoriens de Haute-Normandie à Saint-Étienne-du-Rouvray (Seine-Maritime). Bulletin de la Société préhistorique française, t. 73, CRSM, no 7, p. 195-197.

Géhenne J. (1963) – Une station néolithique en Seine, en amont de Rouen. Bulletin de la Société normande d’études préhistoriques, t. 38, fasc. 2, p. 45 et 68-70, 1 fig.

— (1965) – Trouvailles en bord de Seine. Bulletin de la Société normande d’études préhistoriques, t. 38, fasc. 3, p. 152-155.

Joubert A. et Lemoine M.-H. (1986) – Pêche et pêcheurs de la Basse-Seine. A. Joubert et N. Roy (dir.) Scènes de la Seine. Association des conservateurs de Haute-Normandie – Musée des Beaux-Arts de Rouen, p. 127-156, 41 fig.

Lebrasseur J. (1962) – Informations sur une trouvaille à Sahurs (Seine-Maritime). Bulletin de la Société normande d’études préhistoriques, t. 37, fasc. 4, p. 78, 92-94, 1 fig.

— (1964) – Trouvaille de pesons de filets de pêche sur les berges de la Seine, de Sahurs à Saint-Pierre-de-Manneville. Bulletin de la Société normande d’études préhistoriques, t. 38, fasc. 3, p. 89.

— (1969) – Communications et présentations : important matériel… recueilli dans les dragages de Beaulieu-Bardouville. Bulletin de la société normande d’études préhistoriques, t. 39, fasc. 3, p. 113.

Lebrasseur J. et M. (1968) – Archéologie fluviale. Les industries néolithiques des berges de la Seine, hameau de Beaulieu, commune de Bardouville (Seine-Maritime) de 1960 à 1967. Bulletin de la Société normande d’études préhistoriques, t. 39, fasc. 2, p. 68-71, 1 fig.

Le Quellec J.-M. (2003) – Pesons du Trégor et du Goëlo. Bilan 2000-2002. Bulletin de l’Association Manche-Atlantique pour la recherche archéologique dans les îles, no 16, p. 43-46, 9 fig.

Morel B. (1984) – Pêche et batellerie de la Basse-Seine de 1850 à 1950. T. 1 : La gribane. T. 2 : La pêche. Rapport d’étude pour la mission du Patrimoine ethnologique, Parc naturel régional de Brotonne, 116 p, 56 fig. et 145 p., fig.

Nougier L.-R. (1951) – Poids à pêche néolithiques. Bulletin de la Société préhistorique française, no 48, fasc. 5-6, p. 225-242, 9 fig.

— (1952) – Poids à pêche néolithiques. Note complémentaire. Bulletin de la Société préhistorique française, no 49, fasc. 1-2, p. 91-95, 1 fig.

Noury A. (1894). Séance du 1er février 1893. Bulletin de la Société géologique de Normandie, t. 16, 1892-1893, p. 15.

Péquart M. et S.-J. (1935) – La nécropole mésolithique de Téviec. L’Anthropologie, t. 38, no 5-6, 1928, p. 3-14, 10 fig.

Petit F. (2011) – Poids de pêche. Vallée de Seine. prehistoirepierredememoire.over-blog.com/article-poids-de-peche-e

Sullivan C. (1986) – L’héritage du Machault. Une collection d’artéfacts du XVIIIe siècle. Étude en archéologie, architecture et histoire. Direction des lieux et des parcs historiques nationaux. Parcs Canada, Environnement Canada, 107 p., fig.

Watté J.-P. (1992) – Le Néolithique en Seine-Maritime. Supplément au Bulletin trimestriel de la Société géologique de Normandie et des amis du Muséum du Havre, t. 77, fasc. 2, 1990-1992, 3 vol. , 797 p., 443 fig.

Watté J.-P. et Géhenne J. (1988) – Un hameçon en silex à Bardouville (Seine-Maritime). Bulletin de la Société préhistorique française, t. 85, no 2, 1988, p. 38-39, 1 fig.

Watté J.-P. et Faraut A. (2008) – Pierres de mouillage et navigation ancienne en Basse-Seine. Annales du patrimoine de Fécamp, no 15, p. 22-27, 4 fig.

Notes

1 Le cours de la Seine est divisé en cinq parties : la petite Seine, de la source jusqu’à Montereau, la haute Seine, de Montereau à Paris, la Seine parisienne, à Paris, la basse Seine, de Paris à Rouen et la Seine maritime, de Rouen à l’embouchure ; ne pas confondre avec le département de même nom. Ne pas confondre également basse Seine et basse vallée de la Seine.

2 À part quelques-uns donnés par Jean Géhenne à Louis Cayeux et Jean-Pierre Watté, par Bénito Gélis à ce dernier également, et déposés ensuite dans cet établissement, la quasi-totalité provient de la collection Faraut ; 26 autres pièces données à Jean-Pierre Watté par Jean-Pierre Déperrois, assesseur de la Société des amis du Vieux-Caudebec au musée Biochet-Bréchot à la Maison des Templiers à Caudebec-en-Caux ont été aussi ont été pris en compte ; ces derniers exemplaires ont été déposés après étude dans ce musée

3 Animaux qui creusent des galeries dans des matériaux durs, bois, roches…

4 La couleur noire est due très probablement à la patine ; des pics en grès blancs, mésolithiques, recueillis au même endroit, présentent la même teinte. C’est peut-être un argument supplémentaire pour l’attribuer à cette période.

5 Aujourd’hui honoraire ; consulté en 1988 par l’un de nous (A. Faraut).

6 Il s’agit plus vraisemblablement d’un calcaire dur.

7 Bateau pouvant être dirigé dans un sens ou dans l’autre.

8 Corchet : flotteur en liège.

9 Le Machault était parti de Bordeaux.

10 Communication orale auprès de l’un d’entre nous, A. Faraut.

11 Nous remercions vivement Julien Auber de nous avoir aidés à mesurer les poids.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Poids à pêche présentés avec des monnaies romaines, des silex taillés et des tessons de céramique. Sahurs. D’après Lebrasseur, 1962, p. 93.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4726/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Légende Fig. 2. Poids à pêche à encoches. Mésolithique ou Néolithique. Bardouville. Coll. J. Falliès (dessin : J. Géhenne).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4726/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Légende Fig. 3. Poids à pêche. 1-2, 4-6 : ovalaires ; 3 : quadrangulaire ; 7 : triangulaire ; 8 : irrégulier. 1 : en fonte ; 2 : en grès ; 3-8 : en craie ; 4 : en calcaire avec perforations d’origine biologique ; 5 : en grès, avec perforation avec esquille de refoulement ; 6 : modelé en terre cuite ; 8 : avec traces hélicoïdales dans la perforation. Coll. Lebrasseur : 1, 6 ; coll. Déperrois : 2 à 5 ; musée des Templiers, Caudebec-en-Caux : 7-8 (clichés : J. Lebrasseur – 1, 6 – ; J.-P. Watté – les autres).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4726/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 316k
Légende Fig. 4. Poids à pêche. 1-4 : ovalaires larges ; 5-6 : ovalaires longs ; 7-8 : triangulaires ; 9-13 : quadrangulaires ; 1-3, 7 : grès ; 5, 12 : craie glauconieuse cénomanienne ; 4, 9, 11 : craie blanche ; 6, 8, 10, 13 : calcaire dur. Coll. Géhenne-Cayeux (3) ; les autres : coll. Faraut. MHNH (clichés : J.-P. Watté).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4726/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 676k
Légende Fig. 5. Poids à pêche. 1 : tomette hexagonale en terre cuite ; 2-7 : quadrangulaires ; 3-4, 6 : ovalaires longs ; 5 : triangulaire ; 8 : ovalaire long ; 9 : irrégulier ; 10 : à gorge circulaire centrale ; 2 : silex ; 3-4 : modelés en terre cuite ; 5 : calcaire dur ; 6-7, 9, 10 : en craie blanche. Coll. Géhenne-Watté (3-4) ; les autres : coll. Faraut, MHNH (dessins : J.-P. Watté).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4726/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 652k
Légende Fig. 6. Poids à pêche cylindriques à rainures. 1 : à 1 rainure ; 2 : à 2 rainures ; 3 : à 3 rainures. Coll. Faraut, MHNH (1) ; coll. Lebrasseur (2, 3) (dessin : J.-P. Watté – 1 – ; clichés : J. Lebrasseur – 2-3).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4726/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Légende Tableau 1. Poids perforés. Dimensions (en mm) et poids (en grammes) selon les formes.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4726/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 364k
Légende Tableau 2. Classement des poids en fonction de leur longueur (en mm). En grisé, les classes centrales correspondant aux longueurs les plus représentées.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4726/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 472k
Légende Tableau 3. Classement des supports, d’après la longueur maximum du galet (en mm), sans tenir compte de la position de la perforation. En grisé, les classes centrales correspondant aux longueurs les plus représentées.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4726/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 500k
Légende Tableau 4. Épaisseurs des poids (en mm). En grisé les classes centrales correspondant aux longueurs les plus représentées.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4726/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 292k
Légende Tableau 5. Répartition des masses (en g). En grisé les classes centrales correspondant aux longueurs les plus représentées.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4726/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 424k
Légende Tableau 6. Caractères typométriques d’ensemble (L, l et É en mm ; poids en g).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4726/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Légende Tableau 7. Matériaux employés.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4726/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Légende Fig. 7. Bateaux de pêcheurs à Petit-Couronne. Concentration de bachots et de plates de pêche. Les patrons manœuvrent les filets tandis que les matelots sont aux avirons. Les pêcheurs sont coiffés de la casquette de marine en toile avec visière de cuir verni. Carte postale, coll. J.-P. Watté.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4726/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Légende Fig. 8. Famille de pêcheurs normands en Basse-Seine. Gravure de Charles Baude, d’après Joseph-Félix Bouchor.Le Monde illustré, no 1623, 5 mai 1888, p. 308. L’épouse et les enfants, dès l’âge de 12 ans, accompagnaient souvent le père. Coll. J.-P. Watté.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4726/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Légende Fig. 9. Quelques accessoires de pêche, d’après Billard, 1989, p. 34. 1 : basquette à éperlans (aux initiales du pêcheur) ; 2 : herpiau (grappin en bois) ; 3 : grappin à nasse ; 4 : flotteur en liège, dit bouée ; 5 : pierres à senne ; 6 : corne de brume et de signalisation.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4726/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Légende Fig. 10. Poids fixés à un tramail. A : vogue ; B : gredian (gros poids) servant de sonde ; C : tramail ; D : poids ; E : viraque (bouée). D’après Morel, 1984, fig. 97.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4726/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 77k

Auteurs

Archéologue honoraire du Museum du Havre, CRAHN et CReAAH, UMR 6566, université de Rennes

CRAHN

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540