Version classiqueVersion mobile

Journées archéologiques de Haute-Normandie. Rouen, 11-13 mai 2012

 | 
Luc Liogier

L’archéologie aérienne dans le département de l’Eure en 2011

Aerial archaeology in the Eure département in 2011

Véronique Le Borgne, Jean-Noël Le Borgne et Gilles Dumondelle

Résumé

Pour la deuxième année consécutive une météo très favorable a permis une campagne de prospection archéologique aérienne exceptionnelle dans le département de l’Eure par Archéo 27, malgré une baisse sensible des heures de vol. Elle se traduit par plus de 280 dessins redressés. Avec une quarantaine de bâtiments, la proportion de constructions maçonnées n’a jamais été aussi importante, principalement dans le Vexin normand. Le plateau de Saint-André se caractérise par la découverte de nombreux enclos et chemins, et les vallées de l’Eure et de l’Iton par de nouveaux enclos circulaires et quelques structures sur poteaux plantés. L’ouest du département, moins prolifique, a fourni quelques sites gallo-romains et des structures fossoyées. Cette campagne 2011 a été aussi l’occasion de réaliser les dessins redressés des nouvelles structures photographiées sur le site du Vieil-Évreux, notamment au sud du terrain de sport.

Texte intégral

Le cadre

1Le cadre de la prospection est inchangé et concerne tout le département de l’Eure, avec quelques débordements en Eure-et-Loir pour intégrer à nos recherches les vallées-frontières de l’Avre et de l’Eure, et quelques secteurs sur le Pays d’Auge, largement réfractaire à notre discipline et d’approche plus délicate en raison de la proximité de l’aéroport de Deauville.

Les moyens

2Les missions sont toujours organisées à partir de l’aéro-club de Bernay à bord d’avions Robin DR 400 à ailes basses. En 2011, nous avons effectué 22 heures de vol, réparties en 12 sorties, du 7 avril au 2 octobre. La durée et la fréquence des missions sont en recul sensible comparées à la moyenne des 10 années précédentes qui est de 28 heures de vol en 17 sorties.

3Le matériel photographique est composé de deux réflex numériques dotés d’un capteur plein format.

La méthode

4Sans revenir sur le détail de notre méthode de travail, rappelons que toutes les traces photographiées, déclarées ou non, font l’objet d’un dessin redressé sur extrait cadastral au 1/2 500, après confrontation avec le cadastre napoléonien. L’échelle au 1/1 000, utilisée à de rares occasions au cours des années précédentes, a été systématisée en 2011 pour les sites gallo-romains étendus et complexes.

Les résultats

Quelques chiffres

5Les conditions météorologiques, très favorables d’avril à juin, ont permis une excellente campagne de prospection malgré la diminution du nombre d’heures de vol. Elle se traduit par plus de 280 dessins redressés ; les compléments sur des sites déjà connus représentant autour de 40 % des dessins. Les bâtiments ou groupes de bâtiments, nombreux cette année, concernent près de 50 sites. S’y ajoutent environ 40 cercles, une centaine d’enclos, 65 chemins, 40 parcellaires et 35 traces diverses.

Le Vexin normand

6La moitié des bâtiments maçonnés découverts en 2011 sont regroupés dans le Vexin normand. Parmi ceux-ci signalons un nouveau fanum à Bus-Saint-Rémy, quatre villae à Hennezis, Panilleuse (fig. 1), Bacqueville et Heubécourt-Haricourt, accompagnées de dépendances plus ou moins nombreuses, et des groupes de deux ou trois constructions à l’organisation mal définie ainsi que de nombreux bâtiments isolés. Deux sites, à Port-Mort et à Heubécourt-Haricourt, associent des constructions et un large fossé circulaire avec du mobilier gallo-romain et médiéval au sol.

Fig. 1. À Panilleuse, une villa gallo-romaine d’organisation classique, site mentionné par L. Coutil (photo Le Borgne-Dumondelle, Archéo 27).

Fig. 2. À Cuverville, enclos à fossés doubles adossés à une vallée sèche (photo Le Borgne-Dumondelle, Archéo 27).

Fig. 3. Un large fossé circulaire avec interruptions associé à d’autres structures à Garencières (photo Le Borgne-Dumondelle, Archéo 27).

7Pour la première fois, l’habitat groupé antique de Civières a pu être dessiné : d’un côté, on distingue des constructions allongées dont le mur pignon est aligné le long d’un chemin, et de l’autre, un groupe de bâtiments carrés ou rectangulaires courts associés à un grand bâtiment à colonnade, cette dernière s’ouvrant sur une vaste cour fermée.

8Les structures fossoyées restent rares dans le Vexin. Notons cependant, à Cuverville (fig. 2), une structure curviligne à fossés doubles adossée à une vallée sèche, un enclos sous-jacent au sanctuaire de l’agglomération secondaire de Gamaches-en-Vexin et un ensemble associant chemins et enclos à Vesly.

Le plateau du Neubourg

9Le plateau du Neubourg occupe le centre du département. Il est délimité, approximativement, par les vallées de la Risle à l’ouest, du Rouloir au sud, de l’Iton à l’est et de l’Oison au nord. Nous prospectons depuis longtemps cette région et la campagne de 2011 a permis de nombreuses observations complémentaires mais a apporté peu de nouveautés. Parmi celles-ci, il convient de remarquer, à Écardenville-la-Campagne, un ensemble d’enclos et de parcellaire, découverts dans les céréales vertes à l’occasion de la mise en culture d’anciens herbages. Plus inattendue est la découverte d’un enclos cloisonné sur le site de l’agglomération secondaire de Criquebeuf-la-Campagne, entre les fana et le théâtre. Deux bâtiments repérés au Tilleul-Lambert n’ont pas livré de matériel datant lors de leur reconnaissance au sol.

Le Roumois, le Vièvre, le Lieuvin, le pays d’Ouche et la vallée de la Risle

10Cette partie ouest du département peu favorable à la prospection aérienne montre cependant chaque année une petite série de nouveaux sites. La campagne de 2011 est marquée par la découverte d’une villa à Caorches-Saint-Nicolas, d’une autre sur un site d’enclos à Hecmanville et de constructions gallo-romaines voisines des substructions du château Renaissance d’Appeville-Annebault. Deux enclos circulaires à large fossé sont à mettre à l’actif de cette campagne, l’un à Thevray, l’autre à Gisay-la-Coudre. D’autres enclos ont été repérés à Sainte-Marguerite-en-Ouche et à Grandchain.

Le plateau de Saint-André

11Le plateau de Saint-André occupe le centre et le sud du département. Il est limité au sud par la vallée de l’Avre, à l’est par celle de l’Eure, au nord par celles du Rouloir et de l’Iton et à l’ouest par les forêts de Conches et de Breteuil. C’est une région favorable à la prospection aérienne et les découvertes y sont toujours les plus nombreuses.

12Cependant, peu de nouveaux bâtiments ont été repérés cette année. Un groupe à Boncourt et une construction isolée à Chavigny-Bailleul ont livré du mobilier gallo-romain, contrairement à un site de Grossœuvre où la reconnaissance au sol est restée stérile. De nouvelles images d’un site déjà connu aux Barils ont précisé les contours de maçonneries gallo-romaines, probablement celles d’un sanctuaire. Une grande quantité d’enclos a été répertoriée sur le plateau de Saint-André en 2011. Leur plan est souvent simple. Ils peuvent être peu éloignés les uns des autres sans vraiment former un groupe comme à Mousseaux-Neuville, bordés par un chemin comme à Bretagnolles, intégrés dans un réseau parcellaire comme à Saint-André-de-l’Eure ou à Foucrainville, cloisonnés comme à Prey ou Corneuil, avec un fossé principal doublé intérieurement par une fine rigole comme à Saint-Germain-sur-Avre, avec des fossés multiples témoins d’une organisation complexe ou de remaniements comme à Prey.

13Des parcellaires sans lien proche avec des enclos ont été observés à Louye et à Sylvains-les-Moulins, en relation avec un chemin à la Madeleine-de-Nonancourt et à Corneuil.

14La campagne de prospection de 2011 a apporté son lot de tronçons de chemin sur le plateau. Aux Ventes, le chemin des Hautes Bornes, dont on croyait que le tracé s’arrêtait à la Trigale, se poursuit au nord de la voie romaine Évreux – Condé-sur-Iton. Au nord du village de Fresney, un chemin marqué par deux intersections se développe sur plus d’un kilomètre. Sur le site des Carreaux à Champigny-la-Futelaye, le long chemin provenant du nord de la commune présente un tracé coudé avec des angles francs, témoignant peut-être d’un obstacle à contourner. Deux sites médiévaux complètent la typologie des structures découvertes en 2011 sur le plateau de Saint-André : à Cierrey, une motte ou une enceinte accompagnée de ses aménagements fossoyés périphériques ; à Garencières (fig. 3), un site à large fossé circulaire et ouvertures multiples a livré du mobilier médiéval et gallo-romain.

Les vallées de l’Eure et de l’Iton

15Les vallées de l’Eure et de l’Iton restent un milieu privilégié pour la découverte de nécropoles de l’âge du bronze et l’âge du fer et pour la finesse des détails des structures que l’on peut y observer.

16Plusieurs constructions maçonnées ont été découvertes dans ces vallées en 2011. Mentionnons tout d’abord un fanum sur le versant d’une vallée sèche confluente de l’Eure à Jouy-sur-Eure ; ensuite un établissement gallo-romain au statut non identifié à Vaux-sur-Eure, puis un bâtiment et une clôture non datés à Croth, enfin des compléments sur des sites antiques à Acquigny et à Brosville.

17Le corpus de constructions sur poteaux plantés s’est enrichi de deux bâtiments à Croth dans la vallée de l’Eure, de plusieurs autres à l’intérieur d’un enclos à Gaudreville-la-Rivière (fig. 4) dans la vallée de l’Iton, et d’une palissade de « piquets » à Glisolles, toujours dans la vallée de l’Iton.

18Les enclos curvilignes dominent ; 20 nouveaux cercles viennent s’ajouter à ceux déjà répertoriés sur les communes de Hardencourt-Cocherel, Vaux-sur Eure, Garennes-sur-Eure, Sorel-Moussel, Croth, Saint-Georges-Motel, Muzy et Saint-Remy-sur-Avre.

Fig. 4. En bordure du Sec-Iton, divers bâtiments sur poteaux plantés dans un enclos, à Gaudreville-la-Rivière (photo Le Borgne-Dumondelle, Archéo 27).

Le complexe de Gisacum

19Ce terme de Gisacum est employé pour désigner l’agglomération antique du Vieil-Évreux, ce site débordant sur les communes voisines.

20Nous avions fait un premier dessin, au 1/1 000, des îlots d’habitation situés au nord du forum à la suite des images exceptionnelles collectées durant la campagne de 2010. Pour les mêmes raisons, nous avons poursuivi cette démarche en 2011 (fig. 5), pour le tronçon du polygone situé sur Miserey, le forum avec son environnement immédiat, l’ensemble des substructions visibles sous le terrain de sport (fig. 6) et au sud de ce dernier. Les données recueillies ont montré une bonne complémentarité avec les informations fournies par la prospection géophysique. L’échelle habituelle du 1/2 500 a été utilisée pour une excroissance du polygone au sud et pour la chaussée reliant l’agglomération à la voie Évreux (Mediolanum Aulercorum) – Paris (Lutetia). À l’ouest de la jonction de ces deux axes routiers, plusieurs taches et constructions carrées maçonnées s’alignent le long de la grande voie et pourraient correspondre à des monuments funéraires liés à l’agglomération de Gisacum.

Fig. 5. Le Vieil-Évreux, dessin redressé des structures sous-jacentes ou proches du terrain de sport (DAO Le Borgne-Dumondelle, Archéo 27).

Les autres travaux

21À l’instigation de Laurent Guyard, nous avons examiné un certain nombre de traces visibles sur Google Earth et fait une déclaration de site au service régional de l’archéologie pour une trentaine d’entre elles après leur avoir appliqué la procédure habituelle : examen du cadastre napoléonien, dessin au 1/2 500 sur fond cadastral et au 1/1 000 sur fond IGN.

Conclusion

22Les conditions météorologiques exceptionnelles du printemps ont permis à cette 29e campagne d’être parmi les plus prolifiques malgré une durée de vol en baisse sensible. La qualité était aussi au rendez-vous avec le nombre de constructions maçonnées observées et la finesse de certaines structures en fond de vallées, en particulier celles constituées de poteaux plantés.

Fig. 6. Le Vieil-Évreux, près de l’actuel terrain de sport la densité du bâti antique se voit avec précision dans le champ de lin (photo Le Borgne Dumondelle, Archéo 27).

Table des illustrations

Légende Fig. 1. À Panilleuse, une villa gallo-romaine d’organisation classique, site mentionné par L. Coutil (photo Le Borgne-Dumondelle, Archéo 27).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4724/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Légende Fig. 2. À Cuverville, enclos à fossés doubles adossés à une vallée sèche (photo Le Borgne-Dumondelle, Archéo 27).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4724/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Légende Fig. 3. Un large fossé circulaire avec interruptions associé à d’autres structures à Garencières (photo Le Borgne-Dumondelle, Archéo 27).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4724/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Légende Fig. 4. En bordure du Sec-Iton, divers bâtiments sur poteaux plantés dans un enclos, à Gaudreville-la-Rivière (photo Le Borgne-Dumondelle, Archéo 27).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4724/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Légende Fig. 5. Le Vieil-Évreux, dessin redressé des structures sous-jacentes ou proches du terrain de sport (DAO Le Borgne-Dumondelle, Archéo 27).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4724/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 480k
Légende Fig. 6. Le Vieil-Évreux, près de l’actuel terrain de sport la densité du bâti antique se voit avec précision dans le champ de lin (photo Le Borgne Dumondelle, Archéo 27).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4724/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 133k

Auteurs

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search