Version classiqueVersion mobile

Journées archéologiques de Haute-Normandie. Rouen, 11-13 mai 2012

 | 
Luc Liogier

Les fortifications d’Harfleur (Seine-Maritime) : diagnostic archéologique complémentaire

Harfleur´s fortifications: complementary archaeological diagnostic

Paola Calderoni

Résumé

Une partie manquante de l’enceinte médiévale d’Harfleur a été retrouvée au terme d’un diagnostic archéologique effectué en 2010. Le secteur concerné se situe à l’ouest de la ville, à 70 m au nord de la porte de Leure. Le mur de fortification s’infléchit du nord-est en direction du sud. Une tour et probablement un second ouvrage de flanquement sont implantés au niveau des changements d’orientation. L’hétérogénéité des maçonneries révèle plusieurs campagnes de construction.

Texte intégral

Présentation

1Cet article présente les résultats d’un diagnostic archéologique préventif réalisé en 2010, dans une propriété sise au 17, rue du général-Leclerc à Harfleur (parcelle cadastrale : AH 314). L’opération a eu lieu à la demande du service régional de l’archéologie en préalable à un projet immobilier menaçant les vestiges de l’enceinte urbaine censés traverser le terrain. L’étude visait à localiser la fortification pour en organiser la protection.

2Harfleur (Seine-Maritime) est une ville du pays de Caux située sur les rives de la Lézarde, petite rivière sinueuse se jetant dans l’estuaire de la Seine. L’agglomération est établie sur une formation quaternaire résultant des régressions et transgressions marines successives. La ville a une origine antique avérée par de nombreuses découvertes archéologiques et les historiens l’ont assimilée à l’agglomération de Caracotinum figurant sur l’itinéraire d’Antonin. À l’époque médiévale, Harfleur abrite un port de commerce dont les quais sont installés au centre de la ville, sur les rives de la Lézarde. Lorsque la menace anglaise se précise, au milieu du XIVe siècle, on procède à la construction d’une enceinte urbaine, et, en 1361, Harfleur est comptée parmi les villes closes de Normandie. Pour faire face aux assaillants, un port militaire fortifié, le Clos-aux-Galées, est édifié au sud de la ville à partir de 1391 (Le Cain, 2000).

3En 1992, l’enceinte d’Harfleur a fait l’objet d’un état des lieux détaillé à la demande du service des monuments historiques. Le travail effectué par B. Le Cain et B. Maffre aboutit à la production d’un plan des défenses urbaines localisées sur le cadastre contemporain où figurent des vestiges encore existants – apparents ou enterrés –, ainsi que des portions disparues restituables d’après les documents d’archives. Les zones non documentées sont celles environnant l’emplacement du château moderne au nord de la ville (hôtel de ville actuel) et à l’ouest, le secteur de la porte de Leure, où se trouve la propriété diagnostiquée (fig. 1).

4Occupé par un parc, un jardin potager et un verger plantés autour d’une demeure contemporaine et ses dépendances, le terrain étudié est longé à l’ouest par le canal Vauban. Cet ouvrage fut creusé au XVIIe siècle à l’emplacement de l’ancien fossé défensif, afin de relier Harfleur au port du Havre.

Méthodologie

5La méthode idéale pour un diagnostic de repérage consiste à procéder à un décapage exhaustif en suivant l’arase des murs. Mais la configuration des lieux nous a contraint à adopter une stratégie différente et à opérer par sondages ponctuels, avec un engin mécanique de petite taille pouvant se déplacer sous le couvert des arbres, entre les bosquets et les bâtiments. Naturellement cette seconde méthode rendait plus hasardeuse la localisation d’un hypothétique ouvrage de flanquement qui finit par se dévoiler au terme de plusieurs tentatives infructueuses. Nous avons stoppé l’exploration dès l’apparition des maçonneries ou des niveaux archéologiques antérieurs aux démolitions de l’époque moderne.

Fig. 1. Recalage de l’enceinte sur le cadastre de Harfleur (d’après Le Cain, 1992) : en noir, vestiges apparents ; en jaune, vestiges enterrés ; en rouge, tracés supposés d’après les plans historiques ; en vert, tracés indéterminés ; en orange, tracé des vestiges établis à partir du diagnostic (parcelle en vanille).

Résultats

6Les résultats obtenus à partir de sept sondages ponctuels permettent de restituer une portion d’enceinte estimée à 110 m de longueur, qui comporte trois orientations différentes la faisant passer d’un axe nord-est – sud-ouest à un axe nord-sud (fig. 2). Une ou plus probablement deux tours sont implantées aux points d’inflexion. L’incertitude concerne un ouvrage très remanié et en majeure partie inaccessible, situé en limite d’emprise, au nord du terrain (fig. 2, sondage 1, tour A ?). Entre les points d’inflexion, les segments de murs conservent un tracé rectiligne et leur largeur est comprise entre 1,10 m et 1,20 m pour une hauteur variant de 0,95 m à un maximum de 2,50 m dans la partie nord. La maçonnerie ne conserve pas un aspect homogène sur la totalité du tracé. On distingue principalement les tronçons possédant un parement en pierre de taille de ceux, majoritaires, qui en sont dépourvus. Les fortifications d’Harfleur, construites entre 1344 et 1355, sont l’objet d’une reconstruction par les Anglais après le siège de 1415, puis de réparations et amélioration constantes jusqu’en 1491. Individualiser sur le terrain ces campagnes de travaux n’est pas réalisable au moyen d’un diagnostic mais nous sommes en mesure de proposer une chronologie relative pour certaines structures découvertes au cours de l’opération.

Fig. 2. Plan de localisation des sondages et des structures (B. Guillot).

Fig. 3. Plan et relevé du parement ouest de l’enceinte et de l’amorce de la « tour A ? » dans le sondage 1 (S. Le Maho).

Deux étapes dans la fortification au nord du terrain

7Dans le premier sondage (fig. 2 et 3), le mur d’enceinte est maçonné de deux manières différentes correspondant vraisemblablement à deux étapes de la fortification.

8La partie la plus ancienne est une base talutée (fruit de 14 %) dont le parement compte cinq assises en moyen appareil calcaire (fig. 4). Les pierres de couleur blanche et beige en surface présentent des marques de taille layée au taillant droit. Le mortier des joints est clair et celui du blocage est jaune vif et tous deux emploient un sable sans inclusion de coquillage. Le bon état de conservation des matériaux suppose un enfouissement précoce.

9La fondation n’occupe pas toute la longueur du sondage ; une large brèche est ouverte vers le nord, comblée par deux strates de remblai (fig. 3) : l’une, en surface, probablement infiltrée, date de l’époque contemporaine tandis que l’autre a livré deux tessons datables des XV-XVIe siècles. La fragilité des maçonneries sus-jacentes n’a pas permis l’exploration de cette anomalie résultant vraisemblablement du démontage d’une partie de l’ouvrage ou d’un travail de sape.

Fig. 4. Profil de la base talutée de l’enceinte dans le sondage 1 (cliché : S. Le Maho).

10La fouille a été stoppée sur le premier niveau de circulation en contact avec la base du mur ; il a livré un unique tesson médiéval. Au dessus, les remblais étaient composés de matériaux contemporains remaniés sur environ 2 m d’épaisseur, correspondant au comblement d’une construction adventice dont subsiste un mur de briques.

11Une nouvelle campagne de travaux transparaît dans le mode de construction appliqué à l’élévation du mur dans le sondage 1 (fig. 3 et 5), ainsi qu’à l’ensemble du tronçon observé dans le sondage 2 (fig. 6 et 7). Dans cette phase, le mur d’enceinte, du côté du fossé, est doté d’un parement en grand appareil calcaire contenant un blocage. Le calcaire employé est blanc virant au gris en surface avec des inclusions de silex. La longueur des pierres varie de 0,45 m à 0,85 m et les hauteurs des assises sont comprises entre 0,25 m et 0,40 m. Les joints qui les unissent sont épais et, parfois, garnis de cailloux plats. Le blocage est composé de moellons calcaires, silex et galets dans un bain de mortier de chaux et sable de mer, comme l’indiquent les fragments de coquillages qui s’y trouvent.

12Dans le sondage 1, les trois assises supérieures de l’élévation sont très altérées par l’érosion – elles étaient apparentes à notre arrivée. Les deux inférieures, mieux conservées, ont du bénéficier des mêmes conditions d’enfouissement que la base talutée.

Fig. 5. Face ouest de l’enceinte dans le sondage 1 (cliché : S. Le Maho).

Fig. 6. Relevé du parement ouest de l’enceinte et stratigraphie en contact dans le sondage 2 (S. Le Maho).

Fig. 7. Face ouest de l’enceinte dans le sondage 2 (cliché : S. Le Maho).

13Dans le sondage 2, les pierres de parement sont imparfaitement alignées et forment de légers ressauts trop irréguliers pour avoir la certitude que ce soit volontaire. Sur ce tronçon, la fondation est réduite aux deux premières assises qui ne se distinguent de l’élévation que par l’aspect des joints débordants et non lissés. L’assise inférieure n’est pas à l’aplomb de la construction mais adopte un profil rentrant. Elle est partiellement enterrée dans une succession de niveaux d’occupation et de circulation des XIVe et XVe siècle. Cette rangée est constituée de blocs de plus petit module dont deux correspondent tant par les dimensions que par les traces de taille, au matériau de la base talutée observée dans le sondage 1. Ces pierres sont manifestement en position de réemploi. L’assise qui les surmonte est en contact avec des niveaux de construction entre lesquels s’intercale un remblai d’argile verte destiné à la masquer (fig. 6).

La partie dépourvue de parement du mur d’enceinte

14Que ce soit le résultat d’une reconstruction à la hâte ou d’une campagne de récupération, un important tronçon de mur (fig. 2, sondages 3 à 7) est dépourvu de parement en pierres de taille. Sur aucun des segments des murs étudiés, nous n’avons repéré d’empreintes correspondant aux logements de pierres de taille pouvant confirmer l’hypothèse d’une récupération qui est connue pour avoir eu lieu à grande échelle dans la ville. Les seuls arrachements constatés n’excèdent pas la taille d’un galet. Par ailleurs, la largeur de la maçonnerie est analogue à celle des parties parementées. Le mur est monté en moellons calcaires et gros galets marins, bruts ou fragmentés, liés au mortier clair à base de sable de mer.

15À l’extrémité nord du sondage 4 (fig. 2 et 8), une exploration plus poussée a montré que la base du mur incorporait çà et là des blocs taillés de grand format (0,50 m sur 0,40 m). Cette fondation repose sur un niveau d’occupation médiéval comportant du matériel céramique du XIVe siècle, puis a été masquée sur 0,60 m de hauteur par un remblai argileux comme cela a déjà été remarqué dans le sondage 2. Ailleurs, entre les sondages 4 et 6, les niveaux qui étaient en contact avec la face ouest de la muraille ont été effacés par le passage d’une tranchée de la fin de l’époque moderne ou d’époque contemporaine qui longe étroitement la maçonnerie. Le comblement mêle des briques, du mortier jaune et du sable de rivière, autant de matériaux étrangers à la composition du mur d’enceinte.

Fig. 8. Face ouest de l’enceinte dans le sondage 4 (cliché : L. Chantreuil).

Les flanquements

16En recoupant textes et illustrations, le nombre de tours garnissant l’enceinte harfleuraise est évalué à 24. La moitié de ces ouvrages est localisée et quelques vestiges, dont les plus conséquents situés à l’est de la ville, sont toujours visibles. Ils sont assis sur des levées de terre dominant les anciens fossés.

La tour polygonale

17Une petite tour fermée à la gorge, aux dimensions estimées à 4,80 m sur 4,20 m, protège l’enceinte avant le changement d’orientation perceptible dans le sondage 6 (fig. 2, sondage 5, tour B). À l’intérieur les constructeurs ont adopté un plan en U, livrant une surface utile d’environ 4,20 m2. À l’extérieur, le plan est polygonal (fig. 9 et 10). Cette tour est réalisée en moellons de calcaire blanc ou jaune et en silex liés au mortier clair avec de gros nodules de chaux et du sable sans coquillage apparent. Le mur d’enceinte fait corps avec la tour et à l’intérieur de l’ouvrage, il est habillé d’un parement en silex noirs ou gris reposant sur un rang de blocs calcaires (fig. 11). La particularité de ce petit appareil de silex est d’être constituée de galets marins décalottés et équarris à une extrémité. Le front extérieur de la tour est revêtu d’un parement identique (fig. 12).

Fig. 9. Plan de la tour B, sondage 5 (Le Maho).

Fig. 10. Tour B et rempart vus du nord-ouest (cliché : P. Calderoni).

18À la suite d’un affaissement de l’escarpe du fossé, l’extrémité de l’ouvrage s’est scindée en deux et une partie a basculé vers l’avant (fig. 10). Le mobilier recueilli à l’intérieur de la tour situe sa démolition au XVIe siècle.

Probabilité d’une seconde tour au nord du terrain

19L’hypothèse d’un ouvrage de flanquement qui occuperait l’extrémité nord du terrain (fig. 2 et 3) et se déploierait dans la propriété voisine est soutenue par la conjonction de trois indices : le changement d’orientation de la courtine, la brèche située à l’aplomb de ce point d’inflexion laissant suspecter le démontage d’une maçonnerie et enfin à partir de ce point, l’habillage du mur d’enceinte par un parement en petit appareil de silex reconnu exclusivement au niveau de la tour polygonale.

20Dans le même secteur, un mur perpendiculaire au rempart est enfoui sous un talus au pied du mur de clôture nord du terrain (fig. 14). Il a conservé plus de 2 m d’élévation au contact du mur d’enceinte avec lequel il n’est pas chaîné. Il utilise de nombreux matériaux disparates provenant des différents états de la courtine. C’est pourquoi nous supposons qu’il n’appartient pas à la structure initiale mais qu’il correspond à un remaniement tardif.

Le fossé défensif

21En 1415, la prise de la cité a créé de graves dommages aux fortifications. Dès le début de l’occupation, le souverain anglais fait procéder à des travaux de réparations et de renforcement en faisant venir des artisans d’outre-Manche. « Durant l’année 1416, les réparations des maisons et des fortifications se poursuivirent et un grand fossé fut creusé à l’ouest de la ville » (Curry, 2003, p. 256).

22Le fossé ceinturant l’enceinte n’a pas été testé mais le relief du terrain, le pendage des remblais et des blocs de maçonnerie basculés au pied des murs confirment son existence. On peut raisonnablement supposer que le remblai observé sur une épaisseur de 1,50 m en arrière du mur provient de son creusement. Il est essentiellement constitué de sédiment argileux ou sableux d’une couleur gris-vert d’aspect naturel à cela près qu’ils renferment çà et là des artefacts du XIVe siècle (tuiles) et des IIe et IIIe siècle en position résiduelle.

23En conjuguant ce qui a pu être observé du côté des fossés, où des apports de remblais ont été effectués pour masquer les fondations (sondages 2 et 4), avec les observations faites en arrière du mur, il apparaît qu’une vaste campagne de remblaiement a été réalisée simultanément à la construction du rempart et que les ouvrages reposent en partie sur ces apports. C’est également le constat qui a pu être fait au nord-est de l’enceinte, lors de la démolition d’une partie de la tour du Dragon qui s’est révélée être fondée sur une butte de remblais extraits des fossés (Le Cain, 2005, p. 36).

Fig. 11. Habillage du rempart à l’intérieur de la tour B (cliché : P. Calderoni).

Fig. 12. Parement ouest de la tour B (cliché : P. Calderoni).

Conclusion

24Le tracé de l’enceinte urbaine de Harfleur mis en évidence lors de ce diagnostic vient combler une lacune dans le plan général des fortifications tel qu’il était établi à ce jour. Les éléments mis au jour, qu’il s’agisse de la dislocation de la tour polygonale, des traces de construction et de reconstruction de l’enceinte ou des immenses travaux de terrassement, témoignent de l’intensité des événements qui se sont déroulés sur ce site au bas Moyen Âge.

Fig. 13. Habillage de silex du mur d’enceinte : « tour A ? » (cliché : P. Calderoni).

Fig. 14. Mur remanié de la « tour A ? » (cliché : P. Calderoni).

Bibliographie

Bibliographie sommaire

Curry A. (2003) – Harfleur et les Anglais, 1415-1422. P. Bouet, V. Gazeau, La Normandie et l’Angleterre au Moyen Âge. Actes du colloque de Cerisy-La-Salle (4-7 octobre 2001), Caen, Publications du CRAHM, p. 249-264.

Le Cain B. (2000) – Harfleur pendant la guerre de Cent Ans. Supplément au catalogue d’exposition, Caen-Rouen, 1999-2000. Rouen, 18 p.

Le Cain B., Bolo N., Chappet C. (2005) – Carte archéologique Harfleur. Canton de Gonfreville-l’Orcher. Étude documentaire, service régional de l’archéologie de Haute-Normandie, Rouen.

Le Cain B., Maffre B. (1992) – Étude sur les fortifications médiévales de Harfleur. Rapport d’opération, service régional de l’archéologie de Haute-Normandie, Rouen.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Recalage de l’enceinte sur le cadastre de Harfleur (d’après Le Cain, 1992) : en noir, vestiges apparents ; en jaune, vestiges enterrés ; en rouge, tracés supposés d’après les plans historiques ; en vert, tracés indéterminés ; en orange, tracé des vestiges établis à partir du diagnostic (parcelle en vanille).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4720/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 592k
Légende Fig. 2. Plan de localisation des sondages et des structures (B. Guillot).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4720/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 408k
Légende Fig. 3. Plan et relevé du parement ouest de l’enceinte et de l’amorce de la « tour A ? » dans le sondage 1 (S. Le Maho).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4720/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 334k
Légende Fig. 4. Profil de la base talutée de l’enceinte dans le sondage 1 (cliché : S. Le Maho).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4720/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Légende Fig. 5. Face ouest de l’enceinte dans le sondage 1 (cliché : S. Le Maho).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4720/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 41k
Légende Fig. 6. Relevé du parement ouest de l’enceinte et stratigraphie en contact dans le sondage 2 (S. Le Maho).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4720/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 287k
Légende Fig. 7. Face ouest de l’enceinte dans le sondage 2 (cliché : S. Le Maho).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4720/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 236k
Légende Fig. 8. Face ouest de l’enceinte dans le sondage 4 (cliché : L. Chantreuil).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4720/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 175k
Légende Fig. 9. Plan de la tour B, sondage 5 (Le Maho).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4720/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 222k
Légende Fig. 10. Tour B et rempart vus du nord-ouest (cliché : P. Calderoni).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4720/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
Légende Fig. 11. Habillage du rempart à l’intérieur de la tour B (cliché : P. Calderoni).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4720/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 189k
Légende Fig. 12. Parement ouest de la tour B (cliché : P. Calderoni).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4720/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 214k
Légende Fig. 13. Habillage de silex du mur d’enceinte : « tour A ? » (cliché : P. Calderoni).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4720/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 230k
Légende Fig. 14. Mur remanié de la « tour A ? » (cliché : P. Calderoni).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4720/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 232k

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search