Version classiqueVersion mobile

Journées archéologiques de Haute-Normandie. Rouen, 11-13 mai 2012

 | 
Luc Liogier

Localisation d’une tour d’entrée du château Bouvreuil à Rouen (Seine-Maritime)

Location of an entrance tower to the Bouvreuil Castle in Rouen (Seine-Maritime département)

Paola Calderoni

Résumé

La tour orientale de la porte du château Bouvreuil à Rouen a été localisée lors d’un diagnostic archéologique effectué en 2009 au no 5 de la rue Faucon. Un peu plus d’une moitié de tour circulaire a été mise au jour au nord du terrain, le sud étant occupé par le comblement du fossé défensif séparant le château de la basse-cour.

Entrées d'index

Texte intégral

1Le projet de construction d’une maison individuelle sur cave, au 5 rue Faucon à Rouen, a retenu l’attention du service régional de l’archéologie. La parcelle cadastrale concernée (CD-212) est connue pour abriter les vestiges d’une des tours d’entrée du château Bouvreuil, forteresse royale édifiée au début du XIIIe siècle par Philippe Auguste sur l’emplacement d’un édifice de spectacle antique, probablement un amphithéâtre (Follain, Guillot, 2007, p. 80-83). C’est pourquoi, malgré la faible surface de l’emprise du projet (92 m2), un diagnostic archéologique a été prescrit et effectué en décembre 2009.

Fig. 1. Recalage de la maçonnerie mise au jour en 2009, en rouge (B. Guillot) sur le plan du Vieux Château (extrait de Pitte et Gauthiez, 1987).

2À l’occasion de la publication de fouilles archéologiques réalisées en 1983, à l’angle des rues Morand et Philippe-Auguste, D. Pitte et B. Gauthier ont fait le point sur la documentation disponible tant graphique qu’archéologique et proposent un plan de restitution du château à partir de découvertes anciennes et du résultat des fouilles reportées sur le cadastre contemporain (Pitte, Gauthier, 1987) (fig. 1). Le document figure une enceinte polygonale commandée, au nord, par une tour maîtresse circulaire, isolée de la courtine et tournée vers la campagne (aujourd’hui « tour Jeanne-d’Arc »). On dénombre cinq tours circulaires – à l’ouest, la tour de La Pucelle, à l’est, celles du Gascon et du Beffroi, et au sud, les deux tours portières –, auxquelles s’ajoutent deux demi-tours – la tour Saint-Patrice et la tour des cuisines ou de la grande cuisine. Une fouille complémentaire réalisée en 1984 a conduit à intégrer dans ce plan une sorte de renfort saillant au sud-ouest de l’enceinte. Enfin, au nord, se détache la tour carrée ajoutée par les Anglais au XVe siècle. La basse cour forme une zone tampon entre la ville et la forteresse militaire.

Présentation des vestiges archéologiques : la tour

3Entre 5 et 30 cm sous les matériaux de démolition récents, la fouille a rencontré la base pleine en blocage d’une tour occupant la moitié nord du terrain (fig. 2). L’ouvrage est incomplet, mais la partie visible permet de restituer un plan circulaire d’un diamètre supérieur à 8,30 m. Pour donner la dimension exacte, il faudrait ajouter le volume des pierres de parement qui habillaient la construction. La maçonnerie a été observée jusqu’à 3,10 m de profondeur sans changement.

Fig. 2. Vue du sondage et de la partie ouest de la tour (B. Guillot).

4Les pierres de parement ont fait l’objet d’une récupération méthodique. D’après les fragments subsistants, le matériau utilisé est un calcaire dur de couleur blanc et grisé en surface, similaire à celui provenant des carrières de la vallée de Seine. Les blocs ont été quelquefois intégralement délogés de leur emplacement, d’autres fois, brisés, l’extrémité des queues restant solidaires du blocage (fig. 3).

5Sur les deux premiers mètres examinés, huit assises sont restituables variant de 0,16 m à 0,38 m de hauteur ; les trois plus importantes (0,22 m ; 0,29 m ; 0,38 m) étaient situées dans la partie inférieure. Les extrémités des blocs ont une longueur généralement comprise entre 0,30 m et 0,35 m avec quelques exemplaires entre 0,17 m et 0,25 m. Nous ne pouvons délivrer aucune information sur la nature de la taille.

6Le blocage est en moellons calcaires et rognons de silex liés au mortier de chaux de couleur beige jaune.

Le fossé

7Dans l’autre moitié du terrain, le sous-sol est constitué par des remblais accusant un pendage sud-nord et venant buter sur la paroi dénudée de la tour (fig. 2) sur une épaisseur d’au moins 3 m.

8Le sondage effectué dans ces niveaux n’a rencontré aucun des bords du creusement qui les contient. En regard de l’épaisseur des remblais et de leur position par rapport à la tour, il s’agit vraisemblablement du comblement du fossé défensif entre la forteresse militaire et la basse cour.

9Au fond, on trouve divers gravats avec une dominante de matériaux argileux et de plâtras ayant constitué les hourdis de mur en pans de bois ainsi que du calcaire tendre. En surface, le remblai est plus organique, il mêle de l’humus, des rejets domestiques tels que des rejets d’assiettes (os, huîtres), de la céramique et des gravats notamment des matériaux de couverture (tuiles et ardoises).

10Aucun des matériaux de la tour voisine (gros blocs calcaires et mortier jaune) n’entre dans la composition de ces remblais. Comme l’indique le colmatage des reliefs de la maçonnerie, le comblement du fossé intervient après le démontage du parement de la tour.

11Le mobilier céramique est peu abondant et provient essentiellement du comblement supérieur et en moindre part du fond. Les éléments les plus récents sont du XVIIe siècle.

12Le remblaiement de cette section de fossé a vraisemblablement eu lieu après le lotissement de l’emplacement du château en 1590, sans doute au moment du percement de la rue Faucon en 1610. En 1635, tours et fossés avaient disparu comme le montre un plan dressé par J. Gravois (fig. 4), maître maçon à Rouen, qui les trace en pointillés au croisement des rues nouvellement créées (actuelles rues Morand et Faucon).

13Comparé au plan de Gravois et confronté au plan de D. Pitte et B. Gauthier, l’ouvrage mis au jour peut être identifié avec certitude à la tour est de l’entrée. Cette précision topographique amènera à redresser légèrement le tronçon de courtine entre la porte et la tour du Beffroi.

Fig. 3. Détail de la maçonnerie (B. Guillot).

Fig. 4. Plan de l’ancien château de Rouen établi en 1635, par Jacques Gravois, maître maçon et Pierre Mouriot, maître peintre (Archives départementales de Seine-Maritime, G 6664).

Bibliographie

Bibliographie

Follain E., Guillot B. (2004) – Monuments de spectacle. Amphithéâtre. M.-C. Lequoy, B. Guillot, Carte archéologique de la Gaule. Rouen 76/2. Paris, Académie des inscriptions et belles-Lettres, p. 80-83.

Pitte D., Gauthiez B. (1987) – Le château de Philippe Auguste. Nouvelles recherches. Tour Jeanne-d’Arc. Rouen, 48 p.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Recalage de la maçonnerie mise au jour en 2009, en rouge (B. Guillot) sur le plan du Vieux Château (extrait de Pitte et Gauthiez, 1987).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4715/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 292k
Légende Fig. 2. Vue du sondage et de la partie ouest de la tour (B. Guillot).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4715/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 217k
Légende Fig. 3. Détail de la maçonnerie (B. Guillot).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4715/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 245k
Légende Fig. 4. Plan de l’ancien château de Rouen établi en 1635, par Jacques Gravois, maître maçon et Pierre Mouriot, maître peintre (Archives départementales de Seine-Maritime, G 6664).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4715/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 409k

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search