Version classiqueVersion mobile

Journées archéologiques de Haute-Normandie. Rouen, 11-13 mai 2012

 | 
Luc Liogier

Ivry-la-Bataille (Eure) : la Grotte du sabotier. Résultats de la campagne de fouilles 2011

Ivry-la-Bataille (Eure département) : the clog-maker’s grotto. Results from excavations in 2011

Jean-Louis Camuset

Résumé

La Grotte du sabotier fait l’objet d’une fouille programmée visant à préciser ses fonctions et occupations. La campagne 2010 a révélé des différences structurelles entre les zones nord et sud ainsi qu’un intéressant ensemble de graffiti (croix et dates gravées). La campagne 2011 a confirmé que la grotte était la réunification de deux caves. Dans la cave nord, les restes d’un petit atelier de transformation de cuir et de nombreux trous de poteau ont été mis au jour. Ces derniers correspondent à des structures pour l’hébergement d’animaux.

Texte intégral

1Ivry-la-Bataille se situe sur la rive gauche d’une boucle de l’Eure, aux confins de la Normandie, de l’Île-de-France et de la région Centre. La bourgade, appelée autrefois Ivry-la-Chaussée est devenue Ivry-la-Bataille à la suite de la victoire d’Henri IV sur les troupes de la Ligue en 1590, lors de l’affrontement mené sur le plateau avoisinant. La ville est bâtie au pied d’un coteau calcaire dominé par les restes d’un château médiéval (Xe-XVe siècles).

Fig. 1. Grotte du sabotier, plan de situation, avec surimpression de la Grotte du sabotier.

2L’abri sous roche dit « Grotte du sabotier » se situe à mi pente du coteau surplombant la ville. Cette cavité se trouve dans la garenne entourant le château médiéval et sa basse-cour (fig. 1).

Le contexte archéologique

3La Grotte du sabotier fait l’objet d’une fouille programmée sur trois ans. La campagne 2010 a permis le relevé topographique du site, la réalisation de trois sondages et un relevé de graffiti sur la paroi ouest. Les sondages ont révélé plusieurs niveaux de comblement recouvrant trois couches de calcaire damé (sols d’occupation). Dans la zone nord, différents aménagements (des trous d’emboîtement de pièces de bois, une encoche en virgule, un trou de maintien de poteau dans le plafond et une fosse avec des pierres de blocage) correspondraient à une structure pour héberger des animaux. La zone sud présente des niches permettant d’émettre l’hypothèse d’un habitat temporaire.

4L’objectif de la campagne 2011 a été de préciser que la Grotte du sabotier correspond à la réunification de deux caves et que la zone nord a bien servi d’abri pour des animaux. L’observation des couches stratigraphiques a été déterminante pour l’analyse du processus de comblement de la cavité.

Les couches stratigraphiques

5La fouille est menée à partir des sondages réalisés en 2010.

6Le long de la paroi ouest, l’extension du sondage 3 vers le sondage 1 permet d’établir la correspondance des niveaux stratigraphiques entre les zones nord et sud (fig. 2). La coupe longitudinale LL’ (fig. 3) montre que le niveau 8 correspond au 12 et que le 9 est équivalent au 13. Ces strates de calcaire damé forment des sols d’occupation. On observe que la couche 7, bien qu’épaisse en zone sud (sondage 1) s’amenuise en zone nord. On constate (fig. 3) que les couches de remblais supérieures (4, 5, 6 et 7) se sont répandues du sud-est vers le nord-ouest.

Fig. 2. Grotte du sabotier, plan de situation des éléments structurels (relevé : J.-L. Camuset).

Fig. 3. Grotte du sabotier, plan de coupe longitudinale LL’ (relevé : J.-L. Camuset). Les couches 1, 4, 5 et 6 sont des remblais fins (terre, feuillage et granulat calcaire). La couche 7 est un remblai en gros moellons calcaires, les couches 12-8 et 13-9 sont des sols d’occupation en calcaire damé.

Les éléments structurels

7L’extension du sondage 3 le long de la paroi ouest permet le dégagement complet de la base de la banquette et du pied du bossage central de la grotte. La banquette, située tout le long de la paroi ouest, forme un angle quasi droit avec le bossage central. Sa face verticale est plane. À chaque tiers de son développement un trou cubique de 15 cm d’arête est creusé dans le sol rocheux. Une saignée (Tr 06) est réalisée perpendiculairement à la banquette au niveau du trou côté sud (Tr 05) alors qu’une protubérance jouxte le trou le plus au nord. Le pied du bossage central de la grotte recèle un ressaut irrégulier.

8L’élargissement de cette extension vers l’est révéla plusieurs trous de faibles dimensions ; l’un d’entre eux (Tr 09) se trouve à l’aplomb du trou creusé dans le plafond. Par ailleurs un bloc rocheux, en forme de virgule, a été dégagé au niveau de l’entrée de la grotte. Il se trouve dans le prolongement du bossage central et s’interrompt à 2 m de la paroi orientale de la grotte. Un empilement de moellons calcaire entrave à mi-hauteur le passage entre ce bloc rocheux et la paroi orientale. On a retrouvé, devant cet empilement, un reste de maçonnerie au pied du bloc rocheux ainsi qu’une fosse (C 14). Le bloc rocheux se situe également à 2 m de la paroi orientale de la zone sud de la grotte.

Le mobilier

9La couche 4 a livré de la céramique du XVIIIe siècle, dont nombre de tessons complètent les poteries identifiées en 2010, ainsi que du verre (fragments de carafe et une bouteille en verre foncé au goulot strié). Ce niveau a également fourni des os d’animaux (vertèbres et incisives de carnivore) et des objets en fer contemporains. La couche 7 a produit des pièces de cuir, le plus souvent retaillées (talons et semelles de chaussure, semelle cloutée d’un brodequin du XIXe siècle, fragments de sangles). Ces pièces ont été retrouvées au pied de l’empilement de moellons, côté intérieur de la grotte. Dans la saignée (Tr 06) du sol géologique (C 10), un petit grelot et la perle d’un grelot plus important ont été retrouvés ainsi qu’une brique taillée en arrondi et des restes de scellement au plâtre. La couche 12 a livré des os d’animaux (dents et côtes de bovin), des os travaillés (dominos et fragments de peignes en corne), des matériaux de construction (dont des chevilles bois pour l’assemblage de poutres), ainsi que deux pierres à affûter les outils. Un fer complet de mule et trois fragments d’autres ont été retrouvés dans la couche 13 au niveau de la maçonnerie accolée au bloc rocheux.

Fig. 4. Exemple d’un ratelier : la muche de Lanches-Saint-Hilaire, Somme (extrait de : Dewerdt, 2009, p. 87).

Analyse/interprétation

10Le ressaut irrégulier retrouvé au pied du bossage central évoque les traces d’une ancienne paroi dont la présence est confirmée par la mise au jour d’un bloc rocheux au centre de l’entrée de la grotte. Ces deux éléments conjoints attestent que la Grotte du sabotier est bien le résultat de la réunification de deux caves.

11Les deux trous carrés le long de la banquette révèlent la présence de poteaux. Chacun d’eux servait à soutenir l’extrémité d’un râtelier, l’autre extrémité étant maintenue par des traverses enfoncées dans des trous décalés (creusés en paroi nord et sur le bossage central). Sous chaque râtelier se trouvait une auge, comme l’attestent les arrachements pratiqués sur la partie supérieure de la banquette. Dans l’angle nord-ouest était placée une auge sur pieds avec jambages dans les trous Tr 01 et 02, comparable à celle se trouvant dans une muche (village-refuge souterrain) à Lanches-Saint-Hilaire dans la Somme (fig. 4). Près du bossage central, l’auge était suspendue entre celui-ci et le poteau (Tr 06) à l’identique de ce que l’on trouve dans la muche d’Arquèves dans la Somme (fig. 5). La saignée (Tr 06) formait un muret de séparation, probablement entre un grand animal (une mule, vu les fers retrouvés) et de plus petits animaux (moutons ?). Les trous Tr 10 et 11, les 07, 08, 09 et enfin le 04 avec le 03 constituaient trois bat-flancs de parcage des moutons. Le trou 09, positionné à l’aplomb du trou dans le plafond permettait le maintien d’un poteau supportant un plancher ou un caisson formant ainsi, dans l’angle nord-est de la grotte, soit un placard, soit une couche pour un ouvrier, comme dans la toile de Daniel Ridway Knigt, intitulée Le Commis de ferme peinte à Poissy en 1875. Tous ces éléments attestent que la zone nord a servi d’hébergement à des animaux.

Fig. 5. Muche d’Arquèves (Somme). Restitution de l’intérieur d’uns salle aménagée (extrait de : Dewerdt H. C., Pâques G., Willmann, 2009, p. 75).

12Plusieurs des pièces de cuir retrouvées ont été retaillées de façon très nette. Cela coïncide avec la présence des pierres à affûter. L’emplacement de ces objets, au pied de l’empilement de moellons, montre qu’il y avait là un petit atelier de transformation, permettant d’œuvrer à la lumière du jour. Une seule pièce de cuir ressemble à la coiffe d’un sabot. Comme aucun sabotier n’est recensé à Ivry (Camuset, 2010, p. 86), l’appellation « Grotte du sabotier » serait peut-être une déformation de « savetier ».

13Différents éléments permettent d’esquisser l’évolution structurelle et historique du site. Fin XVIIe – début XVIIIe siècle, il y avait deux caves. La cave nord a servi de lieu de dévotion comme en témoignent les graffiti sur la paroi ouest (Camuset, 2011, p. 274), tandis que la cave sud servait de remise ou d’habitat temporaire. On y entrait par un passage (actuellement comblé) situé dans l’angle sud-est. Fin XIXe – début XXe siècle, des animaux y furent hébergés. La paroi formant cloison fut cassée et une pente fut aménagée comme en témoigne la couche 7. Début XXe siècle, un atelier de récupération et transformation de brodequin y œuvra. Les brodequins cloutés furent utilisés jusqu’en 1919. Fin XXe siècle, la grotte a servi d’abri à deux SDF (Camuset, 2010, p. 13). La fouille de la zone sud devrait permettre de cerner la fonction « habitat temporaire » de cette cave et de compléter l’évolution du site.

Bibliographie

Source

Archives municipales d’Ivry-la-Bataille

1 G

Bibliographie

Arminjon C. et Blondel N. (2006) – Objets civils domestiques : vocabulaire typologique. Paris, Éd. du Patrimoine.

Camuset J.-L. (2010) – La grotte du sabotier, à Ivry. Document final de synthèse, service régional de l’archéologie.

— (2011) – Ivry-la-Bataille (Eure), la « grotte du sabotier », premiers résultats d’une fouille programmée. Journées archéologiques de Haute-Normandie, Évreux, 6-8 mai 2011, Rouen, PURH, p. 269-276.

Dewerdt H. C., Paques G., Willmann F. (2009) – Les muches, souterrains refuges de la Somme. Saint-Cyr-sur-Loire, A. Sutton.

Mauduit F.-J. (1899) – Histoire d’Ivry-la-bataille. Évreux, Hérissey.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Grotte du sabotier, plan de situation, avec surimpression de la Grotte du sabotier.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4712/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Légende Fig. 2. Grotte du sabotier, plan de situation des éléments structurels (relevé : J.-L. Camuset).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4712/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
Légende Fig. 3. Grotte du sabotier, plan de coupe longitudinale LL’ (relevé : J.-L. Camuset). Les couches 1, 4, 5 et 6 sont des remblais fins (terre, feuillage et granulat calcaire). La couche 7 est un remblai en gros moellons calcaires, les couches 12-8 et 13-9 sont des sols d’occupation en calcaire damé.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4712/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Légende Fig. 4. Exemple d’un ratelier : la muche de Lanches-Saint-Hilaire, Somme (extrait de : Dewerdt, 2009, p. 87).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4712/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 288k
Légende Fig. 5. Muche d’Arquèves (Somme). Restitution de l’intérieur d’uns salle aménagée (extrait de : Dewerdt H. C., Pâques G., Willmann, 2009, p. 75).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4712/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 171k

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search