Version classiqueVersion mobile

Journées archéologiques de Haute-Normandie. Rouen, 11-13 mai 2012

 | 
Luc Liogier

Principaux résultats de la fouille préventive d’une partie de l’abbaye Saint-Taurin d’Évreux (Eure), dans l’enceinte du couvent de la Providence (2010)

Main results from a preventive excavation of a part of the Saint-Taurin d’Évreux abbey, in the walls of the la Providence convent (2010)

Gilles Deshayes

Résumé

La construction d’un EHPAD dans l’enceinte de l’ancienne abbaye Saint-Taurin d’Évreux a été l’occasion de fouiller un secteur médiéval de ce monastère, à l’écart du carré claustral. Le site, fréquenté au Ier siècle, est recouvert de « terres noires » au cours du Moyen Âge classique, avant d’être occupé au XIIIe siècle par un four de terres cuites architecturales, puis utilisé pour les bâtiments de l’abbaye. Ceux-ci, en partie incendiés au XIVe siècle, sont complétés par de nouvelles constructions au bas Moyen Âge. L’ensemble, à nouveau incendié, ruiné et/ou récupéré à partir de la fin du XVe siècle, est arasé et remplacé dès le XVIIe siècle par les jardins mauristes puis ceux de l’actuel couvent de la Providence.

Texte intégral

Introduction

1La construction d’un établissement hospitalier pour personnes âgées dépendantes (EHPAD), dans l’enceinte de l’ancienne abbaye Saint-Taurin d’Évreux et de l’actuel couvent de la Providence, a été précédée par un diagnostic en 2009 (dirigé par P. Wech) et une fouille au cours de l’automne 2010 (dirigée par G. Deshayes), sur une surface de 2 600 m2, au nord-ouest et à l’écart du carré claustral de l’ancien monastère (fig. 1).

2Ces investigations archéologiques menées par la MADE ont fourni une documentation matérielle diachronique remarquablement importante et variée. Les sondages et décapages mécaniques, les fouilles manuelles et les relevés des vestiges maçonnés et sédimentaires ont permis de cerner et de détailler plusieurs phases et périodes d’occupation de cet espace du Ier siècle à nos jours. Les occupations principales, en densité de constructions et continuité d’utilisation, s’inscrivent dans une fourchette chronologique de quelques siècles, du XIIIe au XVIe siècle (fig. 2 et 3), révélant ainsi les aménagements d’une partie très mal connue du monastère, que les jardins mauristes ont totalement effacés.

Fig. 1. Vue satellite de l’emprise des sondages de 2009 et 2010 (document CG 27).

Aux origines

3Le terrain naturel (substrat de graves sableuses) fait d’abord l’objet de creusements peu caractérisés et pour partie datés du Haut-Empire (Ier siècle). Cet espace se trouve alors très à l’écart et à l’ouest de l’agglomération antique de Mediolanum Aulercorum. En dépit de la relative proximité de l’église Saint-Taurin, créée durant le haut Moyen Âge, l’occupation de cette période n’est représentée que par quelques tessons de céramique résiduels. Comme en d’autres lieux « hors-les-murs », ce qui s’apparente à des « terres noires » épaisses d’une quarantaine de centimètres et a priori homogènes, se forme au cours du Moyen Âge classique, entre le XIe et le XIIIe siècle, peut-être par la mise en culture de terrains, richement amendés en déchets organiques (jardins, potagers, etc.). Ces « terres noires », ici, appartenaient peut-être (déjà) aux potagers ou jardins de l’abbaye Saint-Taurin, fondée au cours du Xe siècle sur les marges occidentales de la ville médiévale et aux abords de la route de Caen. Elles furent entaillées par le creusement d’un large fossé rectiligne, mis en eau, à proximité de l’actuel canal de l’Iton, scindant ainsi le moutier en deux espaces. La formation des « terres noires » s’acheva dans le courant du XIIIe siècle.

Fig. 2. Plan des constructions réalisées du XIIIe au XVIe siècle (G. Deshayes).

Un atelier de terres cuites architecturales

4Au cours du XIIIe siècle, un atelier (FR 126) fut implanté ; il était entouré d’aménagements particuliers dont des fosses de traitement de l’argile et une fosse de rebuts (unique ?). Un aménagement concave de graves compactées, inondable par l’Iton, complétait peut-être l’organisation de cet espace de production. Le four (fig. 4) produisit des carreaux de pavement mosaïqués, des tuiles plates à crochet et des tuiles d’arêtier. Il s’agissait sans doute d’un « four de chantier », destiné à approvisionner les sols et les toitures d’une série de (nouvelles ?) constructions du monastère. La bibliographie témoigne de la relative rareté des découvertes et études des fours de ce type et de cette époque.

Un projet architectural monumental

5Dans la seconde moitié du XIIIe siècle, un imposant complexe architectural fut initié par la construction d’une salle de très grande ampleur (bâtiment BT 101), large de 15 m et d’une longueur comprise entre 45 et 55 m, soit une surface de 675 à 975 m2. Cette salle pourrait être une salle des malades par comparaison avec d’autres clairement identifiées. Cette construction en silex et pierres de taille, renforcée de contreforts et comparable, intérieurement, à une grange ou une halle médiévales, s’élevait sur une hauteur de plus de 20 m, sans doute éclairée en parties hautes par des grandes baies en tiers-point ornées de vitraux peints de grisaille (rinceaux et grillages), dont quelques fragments ont été trouvés dans des niveaux d’incendie. Elle était sans doute dotée d’une cuisine (cheminée et évier).

6Un second édifice monumental compléta ce programme de construction (seconde moitié du XIIIe siècle ou 1re moitié du XIVe siècle). Il s’agit d’un grand corps de logis (bâtiment BT 102), large de 9,20 m et pouvant atteindre une longueur voisine de 42 m, soit une surface d’environ 150 m2. Cette construction en silex et pierres de taille, renforcée de quelques contreforts, possédait un rez-de-chaussée probablement découpé en trois pièces (grande salle B et petites salles A et C) accessibles, chacune, côté est, par une petite porte. La construction de cet ensemble, peut-être destiné à l’accueil d’hôtes sains ou malades, s’acheva par l’élévation de murs de clôtures.

Fig. 3. Vue partielle du site en fin de fouille depuis le sud (cliché : G. Deshayes).

Fig. 4. Vestiges du four de tuilier (cliché : G. Deshayes).

7À partir de la seconde moitié du XIIIe siècle et jusqu’au courant du XIVe siècle, plusieurs nouvelles constructions et quelques aménagements furent effectués : le bâtiment BT 101 fut doté d’une cheminée (CH 157), la salle nord de BT 102 fut découpée en deux par un nouveau mur de refend, l’espace entre ces deux bâtiments (cour CR 132) accueillit un bâtiment sur solins (BT 897) et fut cloisonné, le mur de clôture oriental de la cour centrale fut démonté et ses pierres récupérées, plusieurs espaces furent remblayés, probablement pour limiter les dégâts des inondations.

Un incendie

8Au cours du XIVe siècle, peut-être pendant les premières décennies de la guerre de Cent Ans (années 1350-1370 ?), le bâtiment BT 101 fut touché par un violent incendie, ce qui entraîna la démolition de son pignon, tombé à plat dans la cour CR 132 et de ses élévations.

La reconstruction

9Ce sinistre fut suivi, au cours des XIVe et XVe siècles, par la reconstruction de nouveaux bâtiments ceinturant toujours plus la cour centrale : adossé à BT 101, un grand ensemble à étage (s) (BT 103-BT 110), aux murs massifs, bâti en matériaux de récupération, et possédant des salles basses (celliers ?) ; le long du canal de l’Iton, un étroit bâtiment sur solins (BT 111) et une structure directement liée au cours de l’eau (BT 178). Le bâtiment BT 101 fut réoccupé, notamment par des tailleurs de pierre (épaisses couches de déchets de taille).

Destructions et démolitions

10Les XVe et XVIe siècles furent marqués par d’importantes destructions touchant quasiment toutes les constructions de l’emprise de la fouille. De nombreux murs furent démontés et leurs pierres récupérées, parfois jusqu’à la base des fondations. Dans le même temps, un violent incendie (celui de 1500 cité dans les sources ?) toucha le bâtiment BT 101, provoquant peut-être l’effondrement d’un plancher recouvert d’un pavement de carreaux de terre cuite en remploi (fig. 5), peut-être également d’autres bâtiments. D’épais remblais de démolition, riches en matériaux divers (mortiers, tuiles et carreaux de pavement) et étalés au cours du XVIe siècle (?) en témoignent. Un dessin de 1578 (fig. 6) montre que l’espace fouillé ne compte alors plus qu’un grand édifice en ruines assimilable à un logis de type manorial (BT 102 ?). Une charreterie (?) fut ensuite construite contre la ruine du mur gouttereau est du bâtiment BT 102.

Fig. 5. Vestiges du pavement découvert dans le bâtiment BT 101 (cliché : G. Deshayes).

Fig. 6. Détail du plan figuré de la paroisse Saint-Gilles d’Évreux en 1578 (Archives départementales de l’Eure, 2 PL 69).

Jardins de mauristes et de religieuses

11Le canal coudé de l’Iton représenté en 1578 et qui contournait peut-être le vaste bâtiment BT 101, fut modifié avant 1680 en un grand et large bassin en L (vivier) conservé jusqu’après 1812. Sans doute à la suite de l’introduction de la réforme de Saint-Maur dans le monastère en 1642, le champ de ruines laissa place à une surface plane permettant la création d’un jardin classique dont un projet (?) fut dessiné en 1680 dans le prolongement septentrional de l’enclos abbatial. Les seuls vestiges de ce jardin sont des rangées d’arbres plantés très régulièrement, attestées par quelques fosses de plantation observées en fouille et surtout par les plans de l’atlas de Trudaine et de Chouard (ce dernier en 1789 : fig. 7). En 1790, le monastère ne comptait plus que six moines. Ceux-ci furent quelques temps plus tard remplacés par les sœurs du couvent de la Providence, communauté religieuse toujours présente sur le site. Ces religieuses bénéficièrent, entre 1812 et 1844, de la construction de nouveaux bâtiments en briques (dont une chapelle), pour partie dans l’emprise du projet. Elles profitèrent également, jusqu’au début du XXIe siècle, de l’espace aujourd’hui destiné aux personnes âgées et à leur hébergement : cet espace vert était un jardin ou verger dont les allées étaient longées de fossés de drainage (dont l’allée Saint-Joseph le long du canal de l’Iton). Le XXe siècle a laissé pour principal vestige une tranchée en chevrons attribuable aux aménagements de la défense passive, pendant la seconde guerre mondiale.

Fig. 7. Détail du plan de Chouard en 1789 (Archives départementales de l’Eure, 2 PL 215 Fi).

Les apports de la fouille

12La fouille de ce quartier monastique apporte une multitude d’informations utiles à la recherche, à plusieurs titres. Les sites monastiques bénéficient rarement de fouilles, programmées ou préventives, sur de telles surfaces (en Haute-Normandie, l’abbaye de Saint-Martin-de-Boscherville et le prieuré Saint-Crépin de Romilly-sur-Andelle). Les problématiques scientifiques de la recherche monastique se sont souvent focalisées sur les édifices religieux et les bâtiments conventuels du carré claustral, délaissant les autres constructions et aménagements de l’enclos monastique. Les fours médiévaux de production de terres cuites architecturales, implantés au cœur même des établissements à approvisionner, apparaissent quantitativement limités. Les deux incendies subis par le bâtiment BT 101 ont figé une partie du quotidien et des activités du monastère, permettant de connaître son utilisation grâce au mobilier piégé dans les niveaux charbonneux. La poursuite de l’étude de ce mobilier et la confrontation avec les données historiques permettront sans doute d’affiner les interprétations et la datation de ces épisodes.

Deux mille années sous nos aînés

13L’ensemble des vestiges archéologiques, observés, étudiés, relevés, photographiés, parfois prélevés, témoignent ainsi d’un grand nombre de creusements, de constructions et de destructions, d’occupations, d’activités et d’allées et venues s’étalant sur deux millénaires, principalement depuis le XIIIe siècle. Le complexe monumental construit dans l’enceinte de l’abbaye bénédictine Saint-Taurin et potentiellement destiné à accueillir et à héberger les sains et les malades, laïcs et ecclésiastiques, a laissé place, au XVIIe siècle, aux jardins de promenades des communautés religieuses. L’histoire s’achève par la construction d’un établissement hospitalier pour personnes âgées dépendantes, synthèse – laïque – de ce lieu destiné à l’hébergement, aux soins et aux promenades d’une communauté d’individus dans un lieu clos et calme.

Bibliographie

Sources

Archives départementales de l’Eure

2 PL 69 : Plan figuré de la paroisse Saint-Gilles (1578).

2 PL 215 Fi : Plan géométrique et détaillé de la ville et cité d’Évreux, par Chouard (1789).

3 PL 182, 3 PL 439 : Plan cadastral par Ribot (1812).

3 PL 1106 : Plan cadastral par Drouet, Pizier, Renault (1844).

Bibliographie

Bauduin P., Cliquet D. (1997) – Atlas historique des villes de France. Évreux (Eure). Paris, CNRS éditions.

Beuchet L. (2001) – Évreux. Parking Saint-Taurin. DFS de sondages, mars, Rouen, SRA Haute-Normandie.

Caldéroni P. (1998) – Évreux (27). ZAC Joséphine-Rue P.-Huet. Rapport de sondages, 8-17 avril 1998, Rouen, SRA Haute-Normandie, 14 p.

Caldéroni P., Guillot B. (2001) – Évreux (27). Parking Saint-Taurin. Rapport de diagnostic, SRA Haute-Normandie.

— (2002) – Construction civile médiévale en Haute-Normandie : découvertes archéologiques récentes à Rouen et à Évreux. D. Pitte et B. Ayers (dir.), La maison médiévale en Normandie et en Angleterre. Actes des tables rondes de Rouen et Norwich, Rouen, Société libre d’émulation de la Seine-Maritime, p. 57-67.

Chapelot J. et O., Rieth B. (dir.) (2009) – Terres cuites architecturales médiévales et modernes en Île-de-France et dans les régions voisines. Caen, Publications du CRAHM.

Chapron M., Vécile V. (1979) – Le temporel de l’abbaye de Saint-Taurin d’Évreux du Xe au XVe siècle (vers 965-1400). Mémoire de maîtrise (H. Dubois, dir.), Rouen.

Debidour L. (1908) – Essai sur l’histoire de l’abbaye bénédictine de Saint-Taurin d’Évreux jusqu’au XIVe siècle. Évreux, Société libre de l’Eure, 158 p.

Fondrillon M. (2009) – À propos des recherches sur les terres noires urbaines : dépasser le concept d’attente. Archéologie médiévale, t. 39, p. 1-16.

Guillot B. (1996) – Évreux (27). Rue Joséphine. DFS de sauvetage programmé, mars-juin, SRA Haute-Normandie, 2 vol.

— (2004) – Évreux (27). 7, rue Joséphine. Congrégation de la Providence. Rapport de diagnostic archéologique. Rouen, SRA Haute-Normandie.

— (2008) – Évreux, parking Hôtel de Ville (27-Eure). Rapport final d’opération, SRA Haute-Normandie.

Lamiray H. (1927) – Promenades historiques et anecdotiques dans Évreux. Évreux.

Le Cain B. (2003) – Évreux (Eure). ZAC Joséphine. Évaluation et fouille, 1999-2000. DFS, Rouen, SRA Haute-Normandie.

Le Cain B., Lecler E. (1998) – Évreux (27). ZAC Joséphine. Rue P.-Huet. Rapport d’évaluation (parcelles XE 26 et 27) et de sondage (parcelle XE 434), AFAN-SRA Haute-Normandie, 35 p.

Maret C. (1996) – Évreux (27). 15-17 rue Saint-Sauveur. DFS provisoire, mai-juillet, SRA Haute-Normandie.

Mineray J. (1988) – Évreux. Histoire de la ville à travers les âges. Luneray, Bertout.

Saussaye J. (1976) – L’abbaye Saint-Taurin d’Évreux. Nouvelles de l’Eure, no 60, p. 44-49.

Suau B. (1972) – Un quartier d’Évreux à la fin du XVIe siècle. Nouvelles de l’Eure, no 45, p. 28-39.

Taralon J. (1984) – L’ancienne église abbatiale de Saint-Taurin d’Évreux. Congrès archéologique de France. Évrecin, Lieuvin, Pays d’Ouche (1980). Paris, Société française d’archéologie, p. 266-299.

Touati F.-O. (dir.) (2004) – Archéologie et architecture hospitalières de l’Antiquité tardive à l’aube des temps modernes. Paris, La boutique de l’histoire.

Wech P. (2009) – Évreux, 7 rue Joséphine. DFS de diagnostic archéologique no 2009-19, Conseil général de l’Eure, Mission archéologique départementale de l’Eure, octobre, 114 p.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Vue satellite de l’emprise des sondages de 2009 et 2010 (document CG 27).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4706/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Légende Fig. 2. Plan des constructions réalisées du XIIIe au XVIe siècle (G. Deshayes).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4706/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 520k
Légende Fig. 3. Vue partielle du site en fin de fouille depuis le sud (cliché : G. Deshayes).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4706/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Légende Fig. 4. Vestiges du four de tuilier (cliché : G. Deshayes).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4706/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Légende Fig. 5. Vestiges du pavement découvert dans le bâtiment BT 101 (cliché : G. Deshayes).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4706/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Légende Fig. 6. Détail du plan figuré de la paroisse Saint-Gilles d’Évreux en 1578 (Archives départementales de l’Eure, 2 PL 69).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4706/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Légende Fig. 7. Détail du plan de Chouard en 1789 (Archives départementales de l’Eure, 2 PL 215 Fi).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4706/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 236k

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search