Version classiqueVersion mobile

Journées archéologiques de Haute-Normandie. Rouen, 11-13 mai 2012

 | 
Luc Liogier

Nouvelles données architecturales à l’abbaye Notre-Dame de Mortemer : sondages dans l’infirmerie

New architectural findings in the Notre-Dame de Mortemer abbey: surveys in the infirmary (Seine-Maritime département)

Jean-Baptiste Vincent

Résumé

Parmi un corpus de 24 abbayes cisterciennes normandes, l’abbaye de Mortemer (Seine-Maritime) a fait l’objet d’une étude exhaustive des sources, de son implantation, d’une analyse architecturale et d’un phasage de construction. Une prospection géophysique, appuyée par des sources textuelles, a déterminé la présence d’un édifice rectangulaire se développant entre l’extrémité sud de l’aile des moines et l’étang. Partant du postulat de la présence d’une infirmerie, des sondages archéologiques ont été ouverts afin de retrouver le plan de cet édifice. Les faibles surfaces d’ouverture n’ont pas permis d’avoir une vue d’ensemble du bâtiment, néanmoins les indices archéologiques ont tout de même permit de réaliser une restitution hypothétique. Cette découverte s’accompagne d’un bilan historique retraçant le phasage architectural du plan monastique de l’abbaye de Mortemer.

Texte intégral

Introduction historique

  • 1 Bibliothèque nationale de France, ms. latin 18369, Cartulaire de l’abbaye de Mortemer, 1137-1200.
  • 2 Archives départementales de l’Eure (ADE), 1 J 316, G 2056 : État de l’abbaye de Mortemer, 1730 ; G (...)
  • 3 Abbaye du Val-Richer (Saint-Ouen-le-Pin, Calvados), abbaye du Valasse (Gruchet-le-Valasse, Seine-M (...)

1À une trentaine de kilomètres au sud-est de Rouen, se trouve dans la forêt domaniale de Lyons, l’abbaye Notre-Dame de Mortemer (Lisors, Eure : fig. 1). Ce monastère fondé en 1134 à la demande d’Henri Ier Beauclerc, duc de Normandie et roi d’Angleterre, s’implante dans une vallée étroite et marécageuse appelée vallis Mortuimaris. En 1137, devenant fille de l’abbaye d’Ourscamp, elle-même fille de Clairvaux, l’abbaye de Mortemer est la première fondation cistercienne de Normandie. Celle-ci tire son origine du prieuré de Beaumont-le-Perreux (Bernouville, Eure : prieuré bénédictin de l’abbaye du Pin, Béruges, Vienne), qui voit le départ de quelques moines à la recherche de l’éloignement du monde (Gallagher, 1970, f° 1 r°-2 r°). Henri Ier Beauclerc leur concède des terres situées dans son domaine de la forêt de Lyons (ibid, f° 2 v°). Plusieurs mentions du décrivent ce lieu d’implantation comme une humide et marécageuse, où les sources abondent. Trois ermites vivant déjà sur les lieux sont intégrés à la communauté naissante. Les bâtiments abritant ces anachorètes sont réutilisés et réaménagés pour l’accueil du groupe dans l’attente des constructions définitives (ibid, f° 3 r°). Les sources à disposition pour le premier siècle d’existence de l’abbaye sont très importantes. Le document majeur est son cartulaire1 et surtout sa chronique qui relate la vie des abbés à partir de 1130, lorsque dom Alexandre fonde le prieuré de Beaumont-le-Perreux jusqu’à la mort de dom Guillaume en 1205. Ce document narre les premiers temps de l’abbaye par le biais d’une biographie de chaque abbé jusqu’au début du XIIIe siècle. Le contexte architectural est précisé sous chaque abbatiat avec les dons des bienfaiteurs, permettant de retracer une chronologie de construction entre chaque édifice de l’abbaye. La plupart des sources conservées aux archives départementales de l’Eure et de Seine-Maritime, retracent l’ensemble du temporel de l’abbaye. Cependant, elles sont plus rares concernant la suite de l’histoire architecturale du monastère. Les ravages successifs des guerres, ainsi que la mise en commende à partir de 1543 (Charpillon et Caresme, 1992, p. 446) n’ont pas permis aux religieux d’entretenir correctement les différents édifices qui composent le site. À la fin du XVIIe siècle, suite aux procès à l’encontre de l’abbé commendataire dans la perspective de financer des travaux de reconstruction et de restauration des bâtiments conventuels2, les moines changent en partie le faciès du plan monastique, adaptant les constructions à une vie différente des premiers temps. À la suite de la Révolution française, l’abbaye est vendue comme bien national à un carrier qui démantèle une série de bâtiments comme l’abbatiale, l’aile des moines et le cloître. Les imposants vestiges de l’abbaye de Mortemer témoignent d’une abbaye majeure de par son volume architectural impressionnant (fig. 2). Le monastère, richement doté par les rois-ducs de Normandie, ainsi que par les puissants seigneurs locaux (Crespin et Harcourt), lui confère un pouvoir certain. Elle est l’une des rares abbayes cisterciennes à essaimer dans le territoire normand3.

Fig. 1. Les abbayes cisterciennes de Normandie. Localisation de l’abbaye de Mortemer.

Fig. 2. Photographie aérienne de l’abbaye de Mortemer (cliché : R. Delon).

Bilan de plusieurs années de recherche : la découverte de l’infirmerie

2Depuis maintenant sept ans, des programmes de recherche se sont multipliés afin d’approfondir les connaissances sur cette abbaye majeure. Riche d’un potentiel bâti encore présent (fig. 3), les méthodes employées se sont amplifiées au rythme des découvertes et des problématiques qui ont évoluées. En premier lieu, un mémoire de master (Vincent, 2008) a permis d’établir un plan fiable des vestiges, associant une chronologie cohérente attestée par les sources anciennes. Il est aujourd’hui possible de retracer l’histoire des bâtiments médiévaux et d’en restituer un plan par phase. Très vite, une investigation globale de l’environnement a été réalisée par un relevé topographique des reliefs qui composent le site, ainsi qu’une cartographie précise des vestiges visibles sur le terrain. De ce fait, la modélisation de l’environnement de l’abbaye par des courbes de niveaux conjuguées au bâti ont permis de déterminer les travaux de terrassements indispensables pour implanter les bâtiments conventuels (Vincent, 2010, p. 5-45) En élargissant le relevé en dehors du mur de clôture, les réseaux hydrauliques de l’abbaye ont pu être redécouverts, tout comme l’implantation des canalisations desservant les bâtiments conventuels. Trois étangs en chapelets, creusés et endigués à des fins piscicoles, sont alimentés par la rivière du Fouillebroc qui prend sa source à proximité de l’abbaye (fig. 4a et b). À la sortie des plans d’eau (1, 2, 3), le cours de la rivière est canalisé par un collecteur principal maçonné et enterré qui achemine l’eau au moulin (fig. 4c), mais aussi récupère les eaux usées des bâtiments conventuels, véhiculées également par un réseau secondaire, qui est aujourd’hui partiellement connu. Ce double aspect, visible sur le site, montre une maîtrise de l’eau à des fins économiques, par le biais de la pisciculture et de la force hydraulique pour son moulin, mais fait aussi fonction d’assainissement pour la communauté religieuse.

  • 4 ADE, 1 J 316 : devis et travaux de 1682.

3Les différents relevés topographiques et architecturaux ont été complétés par une prospection géophysique sur la totalité des parcelles se trouvant à l’intérieur du mur de clôture. Cette méthode a permis de localiser des anomalies électromagnétiques correspondant à des structures maçonnées (fig. 5 et 6). Deux édifices ont pu être retrouvés. Le premier se trouve sur le carré en herbe à l’ouest du cloître, il s’agit d’une construction qui selon les sources pourrait être le logis abbatial. Construit autour du XVIe siècle, il se compose de deux bâtiments certainement accolés4 et d’un troisième mentionné dans les sources, mais non retrouvé sur le terrain. La seconde anomalie est située entre l’aile des moines et les étangs, sur un espace de pâture. Les conditions de prospection géophysique ont été optimales pour l’utilisation d’un conductivimètre de type EM 31 MK 2. Un maillage a été réalisé tous les mètres avec une profondeur maximale d’investigation de 6 m. La lecture des résultats atteste d’une infrastructure maçonnée de forme rectangulaire, légèrement désaxée vers le nord-est. L’échelle de la figure est graduée en millisiemens, qui est l’unité de mesure de la conductance électrique. Les valeurs sont généralement comprises entre 6,43 (faible conductivité) et 15,97 mS (forte conductivité). Les anomalies trouvées lors de cette prospection correspondent à des valeurs de faible conductivité comprises entre 6,43 mS et 10,33 mS, et représentées sur la carte par des nuances rose, violet et bleu. Il convient toutefois de relativiser ces données qui ne déterminent pas précisément le tracé des maçonneries mais réduisent considérablement le champ d’investigation. Seuls les dégradés de violet et de bleu foncé correspondant aux valeurs les plus basses concorderaient avec un édifice.

Fig. 3. Plan actuel de l’abbaye de Mortemer.

Fig. 4. a : Relevé topographique de l’abbaye Notre- Dame de Mortemer ; b : Coupe longitudinale des étangs ; c : Regard médiéval, accédant à la croisée du collecteur principal et d’une canalisation secondaire.

Fig. 5. Plan actuel de l’abbaye de Mortemer avec prospection géophysique.

4Cette découverte relance l’étude du plan des bâtiments conventuels de l’abbaye de Mortemer, et la détermination d’une fonction particulière aux constructions en appendice du carré claustral. C’est pourquoi, dans la mesure où les connaissances sur la méthode d’implantation et de la gestion hydraulique, tout comme sur la restitution chronologique des bâtiments conventuels, des sondages archéologiques ont été préconisés. Il était justifié de les ouvrir pour connaître dans son intégralité le plan définitif du carré claustral.

Fig. 6. Prospection géophysique, EM 31 MK 2.

La question de l’infirmerie : identification et contexte scientifique

  • 5 ADE, 1 J 316 : devis et travaux de 1682. Transcription : A. Dubois, secrétaire de rédaction au CRA (...)

5Définir totalement le plan médiéval de l’abbaye de Mortemer passe par la détermination de la fonction de cet édifice. Deux éléments y contribuent. En 1682, un état des lieux des bâtiments de l’abbaye est entrepris afin d’évaluer leur vétusté et l’ampleur des travaux à réaliser. À cette date, l’abbaye est en procès depuis déjà plusieurs années avec l’abbé commendataire qui ne veut pas financer les travaux de réhabilitation (Le Prevost, 1864, p. 316). Ce document, quoique daté de l’époque moderne, est le seul à décrire les bâtiments médiévaux avant les grandes phases de reconstruction de l’abbaye des XVIIe-XVIIIe siècles qui dénaturent en partie le site. Cette précieuse description donne l’emplacement de chaque édifice avec dans certains cas leurs dimensions. Une comparaison entre les écrits et les vestiges a été réalisée afin de juger de la fiabilité du document. Une infrastructure, localisée à proximité de l’étang, est ainsi évoquée : « Plus, au lieu des cent huict, cent douze, et cent vingt et une articles dudit proceds verbal, au bâtiment de l’infirmerie, avons remarqué qu’il convient rediffier un costé de la massonnerie et le pignon du bout d’icelle vers l’estang en la haulteur de douze à quinze pieds sur la longueur de huict toise ensemble rediffier le plancher tant de solive que de pallet terre et argille sur toulte sa longueur et largeur qui ce trouve ruyné comme aussy rediffier toultes les croiseez, châssis et vitres qui se trouvent pareillement ruynez ce que nous estimons valloir la somme de six cents dix livres cy 610 l.5 » En suivant une logique géographique des descriptions des bâtiments, avec l’indication d’un pignon est-ouest vers l’étang, il semble évident que ce bâtiment se situe entre l’aile des moines et l’étang. Définir précisément son emplacement permet de déterminer très probablement sa fonction : l’infirmerie des moines.

6Partant de ce constat, de nouvelles problématiques concernant les infirmeries cisterciennes entrent en jeu. Durant une thèse de doctorat menée sur les abbayes cisterciennes de Normandie, j’ai remarqué des anomalies topographiques et des infrastructures retrouvées sur les ailes orientales qui attestent de bâtiments en appendice au carré claustral et certainement connectés à l’aile des moines. Ainsi, les abbayes de Bonport (Pont-de-l’Arche, Eure), Fontaine-Guérard (Radepont, Eure), Le Trésor (Bus-Saint-Rémy, Eure), Saint-André-en-Gouffern (La Hoguette, Calvados), Barbery (Calvados), Savigny (Savigny-le-Vieux, Manche) ont chacune révélé la présence de ce type d’infrastructure. Le dépouillement des archives départementales a été réalisé, mais aucune mention significative ne décrit ces bâtiments en mentionnant leur fonction. Seule l’abbaye de Mortemer possède ces sources particulières qui font d’elle une référence incontestable pour les autres sites.

7D’un point de vue plus général, en dehors de la frontière normande, les exemples d’infirmeries cisterciennes sont peu présents dans la bibliographie scientifique. En France, ces bâtiments cisterciens sont très souvent détruits et peu d’études ont été menées sur le sujet. La seule infirmerie encore en élévation est celle de l’abbaye d’Ourscamp (Chiry-Ourscamps, Oise), mère de l’abbaye de Mortemer. Construite vers 1230, elle se compose d’une grande salle divisée en trois nefs de neuf travées. Néanmoins, elle se distingue de celle de Mortemer puisqu’elle n’est absolument pas en connexion avec l’aile des moines, et se trouve éloignée du carré claustral. L’iconographie moderne permet toutefois de retrouver des mentions d’infirmerie sur certaines abbayes cisterciennes comme à Cîteaux, Clairvaux, La Ferté, Longpont, Fontenay, etc. La limite de ces exemples réside dans le manque de description, le peu d’informations de terrain, et donc peu, voire pas de synthèse comparative sur la question. Un plus grand nombre d’études, en raison de vestiges plus conséquents, ont été menées chez nos voisins européens, en Grande-Bretagne (abbaye de Fountains, abbaye de Furness, abbaye de Rievaulx, abbaye de Tintern, etc.), en Belgique (abbaye de Villers-en-Brabant), etc. Des monographies de sites ont été produites mais il n’existe à ce jour aucune synthèse sur ce sujet. L’une des rares documentations concerne un ouvrage récemment publié en Belgique, consacré aux infirmeries monastiques de Wallonie (Infirmeries, 2008).

Découvertes architecturales : le plan de l’infirmerie

  • 6 Le bon déroulement de cette fouille a pu se faire grâce à la collaboration de : A. Bocquet-Liénard (...)

8La campagne de l’été 2011 est à appréhender comme une fouille-diagnostic permettant de répondre à des questions simples : connaître l’emprise de l’édifice et son plan. Pour cela, la profondeur d’investigation dans les sondages a été fonction de la découverte de niveaux d’occupation ou d’arases de mur6 et est très variable selon les secteurs, entre 0,30 m et 1,30 m (fig. 7). Leurs implantations ont été décidées en deux temps. La première phase s’est concentrée essentiellement autour des vestiges de l’aile des moines pour lesquelles des indices architecturaux laissaient présager des accroches de maçonnerie entre les deux infrastructures. Une seconde phase mécanique, dans le pré entre l’étang et l’aile des moines, a permis d’accrocher les murs et ainsi déterminer le plan de l’infirmerie. N’ayant pu ouvrir que des petites superficies, les découvertes sont lacunaires afin de déterminer précisément le plan de l’infirmerie. Une hypothèse de restitution vous est tout de même proposée selon des découvertes éparses de maçonneries toutes positionnées à l’aide d’un tachéomètre. Cette précision nous permet d’avoir des orientations fiables et par conséquent d’exprapoler avec les éléments encore en élévation. Seule une fouille plus poussée nous permettrait de confirmer ou non cette restitution.

Fig. 7. Localisation des sondages archéologiques.

Fig. 8. Relevé du pignon occidental (H1) et du supposé mur de refend (H2).

9La découverte majeure, qui a rendu possible une proposition de restitution de l’infirmerie, est la mise au jour du pignon oriental du bâtiment dans le secteur H. Ce mur imposant (H1) mesure 6,9 m de long sur 1,1 m de large (fig. 8 et 9). Sa composition est identique aux constructions médiévales de l’abbaye, avec un cœur de maçonnerie en moellons calcaires et silex liés au mortier, et un parement extérieur en moyen appareil calcaire, induré par endroit de silex. À l’extrémité sud, on observe un départ de maçonnerie prouvant l’existence d’un mur de refend ou d’un gouttereau. Plusieurs indices, dont au nord l’absence d’appareillage et l’absence du mur dans les autres secteurs, tendent à prouver que les deux extrémités du bâtiment ont été repérées, permettant d’estimer sa largeur. Par ailleurs, l’ouverture d’un sondage au sud montre la présence d’une structure maçonnée (I1) se trouvant être dans le prolongement de l’arête interne de l’UM H1. Ceci permet de supposer que l’édifice est compartimenté en deux pièces séparées par un mur de refend. Cette hypothèse est appuyée par la découverte de l’UM D1 qui est le pendant interne d’I1. La largeur ainsi restituée par ces deux lignes de parement coïncide avec la largeur du mur H1. Ainsi, la largeur totale du pignon oriental est restituée ainsi que le gouttereau sud (fig. 8).

10La longueur de l’édifice est déterminée grâce à son pignon ouest. À l’extrémité sud de l’aile des moines (fig. 10 et 11), la façade orientale correspond à la salle de travail, sur les trois dernières travées avec les arrachements d’angles du pignon de cette salle. En plan, une rupture de direction de maçonnerie de 110° se localise à l’angle du pignon de l’aile des moines. Dans son prolongement, les secteurs B et E ont mis au jour la suite du mur pignon de l’infirmerie mais pas ses gouttereaux. Néanmoins, nous avons pu déterminer que l’orientation du pignon ouest est identique à son pendant oriental. Cela montre une infirmerie se développant d’est en ouest, non perpendiculaire à l’aile des moines mais désaxée de 110° vers le nord tout en lui étant connectée.

11L’édifice prendrait alors la forme d’un rectangle de 36,6 m de long sur 11,4 m de large hors-œuvre (fig. 12). La disposition interne serait ainsi composée de deux espaces de superficies inégales : une salle de 6 m de large et une seconde de 2,4 m de large dans-œuvre. L’hypothèse la plus plausible serait qu’une salle principale au rez-de-chaussée servait pour l’accueil des malades, avec au sud un espace pouvant être dédié à un collecteur, conçu dans un même ensemble bâti et captant les eaux de l’étang pour la récupération des latrines. Cet édifice était certainement pourvu d’un étage, déterminable en fouille et par l’étude de bâti réalisée sur la façade est de l’aile des moines. En effet, dans le secteur B, la structure B2 est perpendiculaire au pignon de l’infirmerie. Elle pourrait bien correspondre à une tourelle d’escalier attestée par le début de faux-angles montrant une construction polygonale. Cette petite pièce extérieure ouvre sur une porte en rez-de-chaussée donnant accès certainement à la salle de l’infirmerie et permettant d’accéder à un étage. Ce dernier est attesté par une porte bouchée dont il ne reste plus que le piédroit nord.

Les grandes phases de construction de l’abbaye de Mortemer : source et données archéologiques

12L’étude architecturale des bâtiments conventuels, mais aussi des autres édifices médiévaux composés d’infrastructures économiques et de l’ensemble de la porterie, ont permis de réaliser, le plus fidèlement possible, des restitutions phasées montrant l’évolution du monastère du XIIe au XVIIIe siècle. La chronologie de l’édification monastique s’est basée sur une méthode relative observée sur des éléments bâtis en connexion, puis attestée par les sources, et principalement le cartulaire. Le recoupement des données permet un phasage de dix à vingt ans près (moyenne des durées d’abbatiat), restituant l’évolution de la construction des bâtiments à l’intérieur de l’abbaye.

Fig. 9. Découverte du pignon oriental de l’infirmerie, vue du sud

Fig. 10. Relevé de bâti de la façade de la salle de travail des moines.

Fig. 11. Extrémité sud de l’aile des moines (salle de travail / infirmerie), vue de l’est (cliché : A. Painchault).

Le XIIe siècle

  • 7 « Et in capitulo quod domnus Frogerus Derbiensis archdiaconus in vita ipsuis edificaverat sepultur (...)
  • 8 « Ad quam perficiendam domnus Frogerus, Sagiensis episcopus, octingentas libras ei dedit, et capel (...)

13Les premiers édifices mentionnés dans le cartulaire sont l’aile des convers, l’aile des moines et l’infirmerie (fig. 13 : E, C, F), dont la construction a débuté sous l’abbatiat de dom Adam7 (1138-1154). Aujourd’hui, seuls les vestiges de l’aile des moines témoignent de ces bâtiments. L’aile des convers a été détruite au XVIIIe siècle à la demande de l’abbé, afin de réutiliser les pierres pour les reconstructions du cloître, du manoir et de l’infirmerie qui, selon l’analyse issue de la fouille, a été détruite durant la même période. En relation avec cet édifice, une chapelle dédiée à saint Jean l’évangéliste est consacrée par dom Froger, évêque de Sées entre 1180 et 1205 (abbatiat de dom Guillaume8). Cette chapelle se localise à proximité de l’infirmerie mais n’est pas en connexion. Au vu de la description établie dans les devis et travaux, elle doit se situer au sud de l’aile du réfectoire à proximité du pignon de l’aile des moines.

Fig. 12. Plan général des secteurs en fin de fouilles, essai de restitution de l’infirmerie.

Fig. 13. Restitution et phasage de l’abbaye de Mortemer en fonction du cartulaire.

  • 9 ADE, 3 PL 229 : cadastre napoléonien.
  • 10 ADE, 1 J 316 : devis et travaux.

14L’aile ouest est localisée précisément par le cadastre napoléonien, et se plaçait entre l’abbatiale et l’aile du réfectoire9. Mentionnée dans les devis et travaux du XVIIe siècle10, elle était vraisemblablement composée d’un cellier, d’un parloir et d’un réfectoire attenant à l’aile sud. L’aile des moines est un bâtiment imposant (50 × 15 m) dont le mur gouttereau occidental est intact (fig. 3) ainsi que quelques parties de son pendant oriental. Les éléments architecturaux permettent de restituer l’organisation interne du bâtiment (fig. 14a et b). La sacristie (B) ouverte sur le cloître (G) par une porte en plein-cintre est composée de huit niches, et éclairée à l’est par une baie aujourd’hui transformée en porte. La salle capitulaire (C), reconnaissable par sa porte en plein-cintre à double rouleau, est flanquée de part et d’autre de deux grandes baies. Les meneaux qui les composent, sont probablement rajoutés du fait de l’arc non chaîné à l’édifice. Certainement du XIIIe siècle, l’intérieur de la baie se compose de deux lancettes avec un chapiteau central décoré d’un thème végétal. La dimension importante du bâtiment suppose que des voûtes d’ogives reposaient sur quatre piliers, créant ainsi un espace de trois travées. Le parloir (D), servant aussi de couloir, était voûté en plein-cintre tandis qu’aux extrémités, deux portes en tiers-point le desservaient. La salle de travail, à l’extrémité sud du bâtiment, est à l’origine composée d’une salle basse (F1), qui en largeur n’excède pas la moitié de l’aile des moines, donnant l’impression d’une structure rajoutée à l’extrémité sud de cette aile. Sa conception est de style roman, avec une voûte en plein-cintre, supportée par deux arcs doubleaux. Cette salle basse est accessible par un escalier depuis une salle de travail haute de petite dimension en forme de L, qui permet de raccorder cette structure aux autres pièces de l’aile des moines. Toute la surface au sol de l’édifice donne la superficie du dortoir qui couvre toutes les salles du bâtiment des moines. L’étage est accessible depuis deux escaliers, l’un démarrant dans le cloître (E) et le second dans le transept sud de l’abbatiale (A). Il est éclairé par treize baies surmontées de sept fenêtres hautes sur la façade ouest. Il est difficile de connaître le nombre de baies du mur gouttereau est, à cause du manque de vestiges. Une charpente lambrissée recouvrait certainement l’édifice.

Fig. 14. a. : Plan actuel de l’abbaye de Mortemer ; b. : Restitution de l’abbaye de Mortemer pour le milieu du XIII e siècle, avant la fouille.

  • 11 « Tunc fundavit ecclesiam illustris rex Anglie Henricus, Mathildis imperatricis filius, et usque a (...)

15Située au nord du cloître, l’abbatiale (fig. 13 : A) construite en deux temps, est un édifice important d’une longueur totale de 87 m. La construction de la nef et du transept débute sous l’abbatiat de dom Étienne (1154-1163) grâce aux dons d’Henri II Plantagenêt. C’est sous l’abbatiat de dom Richard (1180-1200) qu’est érigé le chœur sur lequel s’ouvrent sept chapelles rayonnantes desservies par un déambulatoire11. Le vaisseau central composé de huit travées est flanqué de bas-côtés. L’espace intérieur de l’abbatiale est strictement réparti entre laïcs, convers, moines et prêtres. L’accès des laïcs se faisait par le portail et ils ne pouvaient aller au-delà du jubé. Les convers avaient une entrée propre, au niveau de la deuxième travée, tandis que les moines arrivaient dans le chœur par le cloître à l’extrémité orientale de la nef. Les prêtres entraient par la sacristie. Le transept est l’élément le mieux conservé de l’édifice, il présente encore des chapiteaux à feuilles d’eau et à crochets et l’amorce d’une voûte sur croisée d’ogives. L’emblématique pignon nord, percé de son oculus, voisine avec la porte des morts donnant accès au cimetière. La pente de l’escalier du dortoir est encore visible sur le transept sud ainsi que l’ouverture de la sacristie.

  • 12 « Domnus quoque Frogerus adhuc Derbiensis archidiaconus totum vetus testamentum in duobus volumini (...)

16Les trois galeries du cloître (fig. 13 : H) construites sous dom Étienne n’ont laissé comme seule trace qu’un corbeau sur la façade de l’aile des moines12. Le cloître du XVIIIe siècle, voûté en pierre, perturbe la lecture de l’édifice. Néanmoins, il est probable que la structure d’origine se composait d’un stylobate en pierre avec une charpente voûtée lambrissée. Les restes d’un lavabo sur pied, avec une vasque circulaire aujourd’hui sortie de son contexte, étaient probablement localisés dans le cloître, à proximité du réfectoire. Au nord, dans la galerie orientale, près de la porte de l’abbatiale, deux armaria accolés sont actuellement murés. Les piédroits flanqués de colonnettes engagées sont surmontés de chapiteaux supportant les voussures qui encadrent les baies en plein-cintre.

17Le cartulaire ne mentionne pas l’aile du réfectoire (fig. 13 : D et fig. 3). Néanmoins, on peut penser qu’il n’a pas été construit avant les trois galeries du cloître, car durant cette période, les constructions des trois autres ailes ont déjà débuté. Les devis et travaux du XVIIe siècle décrivent un bâtiment parallèle au cloître, construit sur un cellier à deux nefs voûtées. Le réfectoire, au centre de l’édifice, est encadré à l’ouest par les cuisines contrebutées par le réfectoire des convers, et à l’est probablement par un chauffoir.

18Tel serait l’aspect du carré claustral de l’abbaye de Mortemer à l’aube du XIIIe siècle. Relativisons tout de même cette analyse, qui pourrait être en partie complétée par une campagne de fouille dans des zones clés. Des éléments architecturaux laissent encore des interrogations sur l’évolution de certains bâtiments, notamment des agrandissements pouvant être plus tardifs, mais qui dans l’état actuel des connaissances ne sont pas identifiables. Néanmoins, autour du XIIIe siècle et plus particulièrement dans sa première moitié, les adjonctions sont déterminées grâce aux élévations encore en place et aux résultats de la fouille de l’été 2011.

Phase de la première moitié du XIIIe siècle : aile des moines, infirmerie

  • 13 DendrotechTM, fiche intitulée « Abbaye Notre-Dame de Bonport, Pont-de-l’Arche (27469) » R1-2009-0 (...)

19Les premières analyses architecturales attestent d’un agrandissement de la salle de travail (fig. 13). En effet, après une première phase au XIIe siècle, où la salle basse voutée en plein-cintre était principalement utilisée, un agrandissement est créé dans la continuité méridionale de l’aile des moines, sur toute la longueur de la salle basse. Six colonnes polygonales centrales, dont seulement deux subsistent, marquent une organisation en deux nefs de sept travées. De même niveau que les autres pièces de l’aile des moines, elle surplombe et longe la salle basse, qui se trouve désormais aveugle. Les vestiges de trois baies, bouchées pour certaines, montrent qu’à l’origine la salle de travail inférieure possédait des baies ouvertes sur l’extérieur qui sont obstruées lors de l’agrandissement supérieur. Au niveau de la datation, il semblerait que les deux culots du gouttereau oriental (fig. 15), servant à recevoir les retombés des voûtes, soient de la première moitié du XIIIe siècle. Ayant comme seule approche possible la stylistique, le décor floral à base de feuille de chêne est typique de cette période. À l’abbaye de Mortemer, il n’existe aucun élément similaire en place. Les comparaisons sont plus importantes lorsqu’on compare avec d’autres sites monastiques cisterciens. L’abbaye de Bonport possède ce décor végétal à base de feuilles de chêne, daté par dendrochronologie de 1221d13. On l’observe également à l’abbaye de Fontaine-Guérard.

Fig. 15. Culot de l’extension de la salle de travail, première moitié du XIII e siècle, vu de l’ouest.

20L’agrandissement de cette partie de l’aile des moines montre une volonté double. Dans un premier temps, l’intérêt était d’augmenter la surface d’une salle de travail qui, au contraire de son ainée, serait beaucoup plus lumineuse, scandée de cinq grandes baies sur la partie orientale (fig. 9). Les vestiges de deux d’entre elles montrent une architecture gothique en arc brisé, avec à l’intérieur un meneau formant deux lancettes, surmonté d’un œil-de-bœuf polylobé. Sur la même façade, sur la partie nord de la salle de travail, les anciennes baies sont conservées, comme l’attestent les vestiges de quelques piédroits. Elles sont différentes, plus étroites de moitié et ne possèdent pas de meneau. Le pignon sud aujourd’hui disparu, mais localisé par un culot d’angle de la façade est, devait certainement posséder lui aussi une, voire deux baies éclairant de chaque côté des colonnes centrales.

21Dans un second temps, cet ajout sert à l’insertion de l’infirmerie au carré claustral. L’aile des moines est ainsi utilisée comme point d’ancrage pour l’infirmerie mais certainement pas dès l’origine. En effet, même si le cartulaire mentionne la contemporanéité des deux constructions, il est certain qu’au début les bâtiments étaient dissociés, sans aucune volonté de les mettre un jour en relation. L’étude du plan, les relevés de bâti ainsi que les structures retrouvées en fouille, permettent de restituer l’insertion architecturale des deux infrastructures. Tout d’abord, l’étude du bâti de l’extrémité sud de l’aile des moines met en évidence des anomalies architecturales qui avant l’ouverture de sondages étaient difficilement interprétables. La façade extérieure, à proximité du pignon de l’aile des moines, nous livre orientation et largeur de l’infirmerie. Ce pan de mur, désaxé de 110°, vient en débord du pignon de l’aile orientale (fig. 10). Avant cet angle de rupture, se trouve la façade de la salle de travail, qui est étrangement aveugle pour les deux dernières travées sud. Cette anomalie architecturale permet d’avancer l’hypothèse que le pignon de l’infirmerie englobe les deux dernières travées de la salle de travail. La découverte du gouttereau nord de l’infirmerie autorise à localiser avec précision les différentes accroches des gouttereaux nord et sud. En les polongeant (fig. 12), il est possible de définir la position de l’accroche qui se trouve être pour le nord au niveau du départ du désaxement de l’aile des moines où se trouve actuellement une petite ouverture. Au sud, l’accroche devait se faire dans le prolongement du pignon occidental de l’infirmerie, hypothèse qui n’a pas pu être vérifiée lors de la fouille, à cause de reprises architecturales importantes autour du XVIIe siècle. Il est clair et incontestable que les moines ont voulu intégrer, dans une autre phase de construction, l’infirmerie à l’aile des moines pour un aspect pratique. De plus, mis à part les sources qui attestent de la présence de ce type de bâtiment dans l’abbaye de Mortemer, il est certain que l’infirmerie est construite dès les premières phases de construction. Deux possibilités s’offrent alors à nous : une infirmerie d’origine adaptée sans trop de difficulté au plan de l’aile des moines, ou bien une infirmerie réaménagée, voire agrandie, pour qu’elle soit intégrée aux bâtiments conventuels. Cette dernière hypothèse parait la plus plausible à cause de l’orientation particulière du bâtiment (non perpendiculaire) alors qu’aucune contrainte naturelle connue ne l’empêchait. Il est très probable que cet édifice ait été conçu à l’origine comme extérieur aux bâtiments du cloître. Cependant, la chronologie relative permet de mieux définir l’extension de la salle de travail avec un terminus ante quem de la construction de l’infirmerie, par la prise en compte des deux dernières travées volontairement aveugles (fig. 10).

Fig. 16. Mise au jour du prolongement du pignon occidental de l’infirmerie, vu du sud. Au fond à gauche début de la tourelle d’escalier.

Fig. 17. Début d’une tourelle d’escalier. Vue du dessus, prise de l’ouest.

22L’organisation interne de l’infirmerie et sa connexion avec l’aile des moines sont désormais mieux connues grâce aux données de la fouille. À l’angle du pignon de la salle de travail, un sondage a déterminé la présence d’une structure polygonale qui s’apparenterait à une tourelle d’escalier (fig. 16 et 17) En relation avec une porte aujourd’hui semi-enterrée dans le pignon occidental de l’infirmerie, elle marquerait la circulation du rez-de-chaussée vers un étage. De plus, l’extrémité de l’aile des moines encore en élévation atteste d’un amincissement de l’épaisseur du mur, avec au sommet le vestige d’un piédroit de porte. Ces indices majeurs montrent la présence d’un étage qui doit certainement desservir le dortoir des moines, mettant en connexion sur un même espace de circulation, dortoir des moines et étage de l’infirmerie.

Fig. 18. Restitution de l’abbaye de Mortemer au début du XVIII e siècle.

23Les sondages réalisés durant l’été 2011, ont permis de mieux comprendre l’infirmerie et tout du moins, d’appréhender ses dimensions, sa disposition et son intégration dans le contexte claustral. Néanmoins, les hypothèses présentées pâtissent des sondages restrictifs qui n’ont pas permis d’observer l’édifice dans son entier. Sa fouille complète permettrait d’en affiner l’étude, notamment son phasage.

Phase de transition Moyen Âge – époque moderne

  • 14 ADE, 1 J 316, devis et travaux de 1682.

24Cette période est marquée par un vide de connaissances sur l’amélioration des infrastructures et leur réaménagement ainsi que sur la construction de nouveaux bâtiments. Concernant le carré claustral, il est envisageable de considérer que des travaux d’entretien ont été réalisés : carrelage, couverture, cloisonnement de pièces, etc. Il est peu probable que de nouveaux édifices soient construits remplaçant intégralement les bâtiments conventuels primitifs, ou ajoutant des bâtiments entre l’aile des moines et l’étang. En effet, dans certaines abbayes, on constate le développement de bâtiments autour du carré claustral, ce qui engendre un, voire plusieurs autres cloîtres (abbaye de Clairvaux, Aube). Des questions se posent concernant une série de bâtiments retrouvés dans les sources du XVIIe siècle14, mentionnant des structures aux fonctions essentiellement économiques, gravitant autour du cloître. Il s’agit notamment de la localisation d’une brasserie au sud de l’aile du réfectoire (environ 45 m de long sur 9 m de large), d’un colombier et d’un moulin (fig. 3 et 13). Il paraît difficile de dater ces trois constructions, car l’une a totalement disparu (brasserie), l’autre a été réédifié (colombier), le troisième n’est conservé que dans ses soubassements (moulin) ; leur seule description est un état des lieux de 1682 qui montre leur état avancé de ruine. Leur construction a pu être réalisée entre le XIIIe et le XVe siècle, sans pour autant pouvoir affiner la chronologie. Cette période de troubles n’est pas forcément un frein aux constructions, et il est envisageable que les infrastructures d’une abbaye évoluent et que celle-ci se dote de nouveaux bâtiments économiques (granges, brasseries, forges, moulins, etc.) renouvelant ses activités. L’un des rares édifices que l’on peut dater autour de 1543 est la construction du logis abbatial. Se divisant en trois bâtiments, dont deux accolés, il est implanté entre l’actuel manoir (anciennement aile du réfectoire) et l’entrée actuelle. Sa construction intervient au moment où les abbés commendataires font construire en dehors des bâtiments conventuels un logis leur servant d’appartement mais aussi de lieu d’accueil pour des hôtes de marque.

Phase du XVIIe-XVIIIe siècle : deux siècles de profonde transformation architecturale

  • 15 Extrait d’un registre (grand in-4°, recouvert en parchemin), Monuments de Mortemer depuis le 10 se (...)
  • 16 ADE, 11 B 213.
  • 17 Archives départementales de Seine-Maritime, G 2056.
  • 18 ADE, 1 J 316 : devis et travaux de 1682.
  • 19 Ibid.

25À partir de 1690, l’abbaye connaît une grande campagne de restauration entraînant une diminution de sa superficie en raison de la réduction importante du nombre des moines (fig. 18). Cette période ne bouleverse pas foncièrement la logique de l’organisation spatiale initiale des bâtiments conventuels. Beaucoup d’abbayes cisterciennes en Normandie et en France ont réalisé des restaurations durant le XVIIe siècle tout en gardant en partie le plan primitif. L’abbaye de Mortemer possède un plan remanié du fait de la nécessité de détruire certains bâtiments trop délabrés15. Pour cela, les moines changent certains aspects de l’abbaye qui ne sont alors plus utiles. Le but est de moderniser et de réduire les bâtiments inoccupés. Après la restauration et la reconstruction des bâtiments, le maçon et le charpentier agréés par l’abbaye pour faire un devis en 1757 comptabilisent treize chambres dans le dortoir16. Ceci nous donne le maximum de moines pouvant vivre dans l’abbaye de Mortemer. Pour cela, le cloître (A) est amputé d’un quart de sa surface initiale et il est refait à « neuf17 ». On garde la même conception avec au nord l’église qui subit beaucoup de réparations à cause de l’effondrement de la voûte du chœur en 1680 (Le Prevost, 1864, p. 316). Sa décoration est également modifiée : pavage, chaires, autels en marbre, etc. L’aile des moines est restaurée, seule la charpente et la couverture sont changées. Au sud, le chauffoir, la cuisine et le réfectoire restent mais subissent une grande restructuration (B). L’aile des convers est rasée, sûrement en raison d’un trop mauvais état général du bâtiment. Dans la même période, les bâtiments annexes comme le moulin (C) et la grange (D) sont totalement restaurés et accueillent un paysan pour cultiver les terres de l’abbaye18. Cette période voit certainement la reconstruction du colombier (E) du fait des matériaux de construction utilisés, et des réemplois que l’on retrouve dans la maçonnerie. De plus, la première mention de cet édifice se trouve dans le document des travaux et devis en 168219. Selon le texte, le colombier est dans un état de délabrement important et les artisans prévoient de le détruire pour en réédifier un nouveau. D’autres bâtiments apparaissent entre le moulin et le colombier, mais on ne connaît pas leurs fonctions (F).

Conclusion

26Complétées par de nouvelles études archéologiques et historiques, les recherches sur l’abbaye de Mortemer connaissent un renouveau important. De nouvelles données concernant la gestion de son milieu immédiat, l’implantation des infrastructures et l’évolution architecturale sont aujourd’hui à notre disposition. Néanmoins, une série de questions restent en suspens (phasage, organisation spatiale, topographie interne, études des édifices disparus mentionnés). Cependant, la dernière campagne de sondages archéologiques menés sur l’infirmerie, a été fructueuse. Mais les moyens mis en œuvre ont été trop restreints pour véritablement découvrir l’ensemble de cette structure. Les indices, qui reposent sur quelques sondages, ont permis d’émettre des hypothèses fiables sur la disposition du bâtiment et la connexion externe avec le carré claustral. Des comparaisons existent avec d’autres sites cisterciens, mais aujourd’hui la question des infirmeries souffre de l’absence d’études récentes permettant de connaître leur intégration au sein de l’abbaye et leur évolution. La fouille de ce type de bâtiment est pourtant essentielle pour comprendre un pan du mode de vie de ces moines blancs et pour identifier sur d’autres sites ce même type d’infrastructure.

Bibliographie

Sources

Sources principales

Bibliothèque nationale de France Ms. latin 18369, Cartulaire de l’abbaye de Mortemer, 1137-1200.

Archives départementales de l’Eure

Documents

H 593 : Extrait informe d’un certain nombre de chartes de 1144 à 1184, transcrite dans le cartulaire de Mortemer dressé en 1484 par l’abbé Guillaume.

H 591-596 : Actes monastiques (xiie-1748).

H 597-657 : Actes monastiques (1140-1784).

H 658-662 : Actes monastiques (xiiie-1786).

H 660 : Requête adressée au parlement par les religieux de Mortemer à l’effet d’être autorisés à faire dresser un devis estimatif des frais de construction de la chapelle de la ferme d’Autrebosc.

1 J 316 : Abbaye de Mortemer : procès verbal de visite, devis, adjudication de travaux (mai 1331). Abbaye de Bonport : Philippe VI confirme des lettres du 19 mai 1331, par lesquelles Jean Le Veneur, chevalier, sire de Maureoas et maître des forêts, donne aux religieux de Mortemer tout le droit qu’il pouvait avoir sur un pâturage appelé la Mere-Herbe, dans la forêt de Lyons (f° 348 v°)

11 B 213 : Expertise 1757, 1702-1786. Plusieurs documents sur les granges de l’abbaye à réparer comme Brémulle, La Mésangère, et l’abbaye en elle-même.

102 B 59 : Abbaye de Mortemer, Ordinaire de 1758. État figuré des ventes de la maitrise de Lions pour l’ordinaire de l’année 1758.

102 B 60 : Abbaye de Mortemer, bois de Mortemer (1730-1792). Différents actes de propriété de l’abbaye de Mortemer demandant aux eaux et forêts de couper du bois. Plus un texte sur les travaux de l’abbaye.

Q 35-36 : Procès de l’abbaye de Mortemer, procès verbal d’estimation de domaines nationaux 1790.

Q 35-36 : Mortemer ferme de la Lande, procès verbal d’estimation de domaines nationaux, 1790.

Q 74 : Abbaye de Mortemer.

Q 871 : Sommier de Lisors (récapitulatif des procès verbaux de la commune), 1791.

Q 873 : Sommier de Lyons-La-Forêt, (récapitulatif des procès verbaux de la commune), 1791.

Plans et iconographie

1 Fi 1719 : détail de la grande porte, à l’occident de l’abbaye de Mortemer, xixe.

1 Fi 1720 : Abbaye de Mortemer à Lisors près de Lyons-la-Forêt, xixe.

1 Fi 1721 : Vue générale des ruines de l’abbaye de Mortemer, xixe.

1 Fi 1722 : Ruines de l’abbaye de Mortemer du côté du couchant, xixe.

1 Fi 1723 : Ruines de l’abbaye de Mortemer du côté nord, xixe.

1 Fi 716 : Vue générale sur les ruines de l’abbaye de Mortemer, xixe.

1 Fi 717 : Ruines de l’abbaye de Mortemer, xixe.

1 Fi 718 : Abbaye de Mortemer près Vernon, xixe.

9 J 36 : Carnet de dessin de L. Reigner.

H 595 : Plan teinté des bois de la manse abbatiale de l’abbaye de Mortemer.

H 612 et 898 : Armoirie de Jean de Marigny. Plan teinté de l’abbaye de Mortemer, 2 plans.

H 636 : Plan terrier de la seigneurie de la Neuve Grange.

4 L 12-13 : Abbaye de Mortemer.

PL 12 : Plan de la route du pont, par Pelletier, 1854.

2 PL 104 : Plan de la seigneurie du Quesneger, par Lefèvre (1781).

2 PL 105 : Plan du domaine de bois préaux, parcellaire avec indication du nom des propriétaires (1777).

2 Pl 143 : Plan de la manse abbatiale de Mortemer, 1748.

3 Pl 229 : cadastre napoléonien, 1813

3 Pl 378 : cadastre napoléonien, 1813.

3 Pl 721 : cadastre napoléonien, 1847.

4 PL 12 : Bis plan (2) de la forêt de Lyons.

H 4079 à 4273 : Actes monastiques.

Archives départementales de Seine-Maritime

G 2056 : État de l’abbaye de Mortemer, 1730.

G 3331 : État de l’abbaye de Mortemer et de ses propriétés, 1730.

Bibliographie

Arnoux M. (1993) – Étude sur la production du fer dans la Normandie du Moyen Âge, XIe-XVe siècle. Paris, CTHS.

Bouvet J. (1960) – Le récit de la fondation de Mortemer. Collectanea ordinis Cisterciensium reformatorum, t. 22-2, p. 149-168.

Bretocq, abbé (1952) – Découverte d’un enfeu à Mortemer. Société historique française.

Charpillon et Caresme A. (1992) – Département de l’Eure. 2e partie, vol. 2. Dictionnaire des communes de M à V. Paris, Res universis [1re éd. : 1879].

Cîteaux (1999) – Cîteaux et la Normandie, colloque de La Trappe, 2-3 mai 1998. Bégrolles-en-Mauges, Abbaye de Bellefontaine, Association pour le rayonnement de la culture cistercienne, « Cahiers cisterciens. Des lieux et des temps, 2 ».

Dolfuss M.-A (1977) – L’abbaye de Mortemer-en-Lyons. Causeries lyonsaises. Lyons-la-Forêt, Publications des amis de Lyons – syndicat d’initiative, p. 5-14.

Herval R. (1956) – L’abbaye de Mortemer, Rouen, Maugard.

Gallagher P. F. (1970) – The Monastery of Mortemer-en-Lyons in the Twelfth Century. Its History and its Cartulary. Thèse of Philosophy, University of Notre-Dame, 2 vol.

Gosse-Kischinewski A. (2007) – La fondation de l’abbaye de Bonport. 1204. La Normandie entre Plantagenêts et Capétiens, Caen, CRAHM, p. 61-74.

Infirmeries (2008) – Infirmeries monastiques. Les soins de santé dans les abbayes de Wallonie, du Moyen Âge aux temps modernes, Namur, Institut du patrimoine wallon, « Les dossiers de l’IPW, 7 ».

Inventaire (1976) – Inventaire topographique de Lyons-la-Forêt. Secrétariat d’État à la Culture, Inventaire général des monuments et des richesses artistiques de la France, commission régionale de Haute-Normandie, Eure, canton de Lyons-la-Forêt. Paris, Imprimerie nationale.

Kinder T. N. (1997) – L’Europe cistercienne. Histoire et architecture. Paris, Zodiaque.

Langlois C.-V. (1885) – Notice sur le cartulaire de Mortemer : contribution à l’histoire de l’abbaye. Bulletin de la société des antiquaires de Normandie, t. 13, p. 115-118.

Le Prevost A. (1864) – Pour servir à l’histoire du département de l’Eure. Évreux, imprimerie Auguste Hérissey, t. 2.

Nardeux A. (1990) – Six cent cinquante années de vie monastique à Mortemer. Causeries lyonsaises, Lyons-la-Forêt, Publication des amis de Lyons-la-Forêt – syndicat d’initiative.

Ranjard R. et M. (1938) – Abbaye cistercienne de Mortemer. Bulletin monumental, t. 97, p. 237-275.

Reigner L. (1907) – Excursion à Lyons-la-forêt, Mortemer et Lisors. Mémoires de la société historique et archéologique de l’arrondissement de Pontoise et du Vexin, t. 28, p. 75-79.

Steiner C. (1969) – Les abbayes cisterciennes de Normandie. Mémoire de 2e année d’histoire de l’art, université de Paris-Nanterre.

Vincent J.-B. (2008) – La construction et l’évolution des bâtiments conventuels de l’abbaye Notre-Dame de Mortemer. Mémoire de master (A.-M. Flambard Héricher dir.), université de Rouen.

— (2010a) – Les abbayes cisterciennes de Haute-Normandie, rapport de la campagne de relevés topographiques et de prospection géophysique. Rapport de prospection thématique, université de Rouen, vol. « Haute-Normandie », p. 5-45.

— (2010b) – L’abbaye de Mortemer, implantation et architecture. Abbayes cisterciennes, Dossiers d’archéologie, no 340, juillet-août, p. 26-31.

Notes

1 Bibliothèque nationale de France, ms. latin 18369, Cartulaire de l’abbaye de Mortemer, 1137-1200.

2 Archives départementales de l’Eure (ADE), 1 J 316, G 2056 : État de l’abbaye de Mortemer, 1730 ; G 3331 : État de l’abbaye de Mortemer et de ses propriétés, 1730.

3 Abbaye du Val-Richer (Saint-Ouen-le-Pin, Calvados), abbaye du Valasse (Gruchet-le-Valasse, Seine-Maritime).

4 ADE, 1 J 316 : devis et travaux de 1682.

5 ADE, 1 J 316 : devis et travaux de 1682. Transcription : A. Dubois, secrétaire de rédaction au CRAHAM.

6 Le bon déroulement de cette fouille a pu se faire grâce à la collaboration de : A. Bocquet-Liénard, A. Dubois, P.-M. Guihard, E. Lecler-Huby, J. Motteau, A. Painchault, D. Pitte, K. Vincent ; et aussi grâce aux bénévoles : R. Baloche, A. Confais, B. Lepeuple, R. Morand, J. Ros, I. Vincent.

7 « Et in capitulo quod domnus Frogerus Derbiensis archdiaconus in vita ipsuis edificaverat sepulture traditus est. » « Engerrannus vero de Wascolio infirmitorium monachorum et domum conversorum edificavit, scilicet refectorium et domitorium » (Gallagher, 1970, f° 7 r°).

8 « Ad quam perficiendam domnus Frogerus, Sagiensis episcopus, octingentas libras ei dedit, et capellam infirmorum in honore sancti Iohanis evangeliste, cuius erat abbas precipuus amator, dedicavit et perpetuum noctis et dii luminare unius lampadis eidem capelle comparavit, et pro anniversario suo faciendo L X libras dimisit » « ad quam perficiendam domnus Frogerus, Sagiensis episcopus, octingentas libras ei dedit, et capellam infirmorum in honore sancti Iohanis evangeliste, cuius erat abbas precipuus amator, dedicavit et perpetuum noctis et dii luminare unius lampadis eidem capelle comparavit, et pro anniversario suo faciendo L X libras dimisit » (Gallagher, 1970, f° 11 r°).

9 ADE, 3 PL 229 : cadastre napoléonien.

10 ADE, 1 J 316 : devis et travaux.

11 « Tunc fundavit ecclesiam illustris rex Anglie Henricus, Mathildis imperatricis filius, et usque ad chorum monachorum in tribus annis perfecit, in quod opus plusquam mille libras dedit » (Gallagher, 1970, p. 173, f° 8 r°).

12 « Domnus quoque Frogerus adhuc Derbiensis archidiaconus totum vetus testamentum in duobus voluminibus ecclesie Mortuimaris de Anglia transmisit, claustrum monachorum incepit et usque ad tres fere partes consummavit (Dom Froger, encore archidiacre de Derby, remit d’Angleterre à l’abbaye de Mortemer tout l’ancien testament en deux volumes, commença le cloître des moines et en réalisa trois parties) » (ibid., p. 173, f° 8 v°).

13 DendrotechTM, fiche intitulée « Abbaye Notre-Dame de Bonport, Pont-de-l’Arche (27469) » > R1-2009-011/Frédéric Epaud (chercheur associé UMR 6577 - CRAHAM) / Médiathèque de l’architecture et du patrimoine, http://www.dendrotech.fr/fr/Dendrabase/site.php?id_si=033-23-27469-0001.

14 ADE, 1 J 316, devis et travaux de 1682.

15 Extrait d’un registre (grand in-4°, recouvert en parchemin), Monuments de Mortemer depuis le 10 septembre 1686, appartenant à M. Ferjus Caron, libraire au Grand-Andelys, en face le grand portail de Notre-Dame (copie et notes : L. Regnier et A. Gosse-Kischinewski)

16 ADE, 11 B 213.

17 Archives départementales de Seine-Maritime, G 2056.

18 ADE, 1 J 316 : devis et travaux de 1682.

19 Ibid.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Les abbayes cisterciennes de Normandie. Localisation de l’abbaye de Mortemer.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4701/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 231k
Légende Fig. 2. Photographie aérienne de l’abbaye de Mortemer (cliché : R. Delon).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4701/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 165k
Légende Fig. 3. Plan actuel de l’abbaye de Mortemer.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4701/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 678k
Légende Fig. 4. a : Relevé topographique de l’abbaye Notre- Dame de Mortemer ; b : Coupe longitudinale des étangs ; c : Regard médiéval, accédant à la croisée du collecteur principal et d’une canalisation secondaire.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4701/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 404k
Légende Fig. 5. Plan actuel de l’abbaye de Mortemer avec prospection géophysique.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4701/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 353k
Légende Fig. 6. Prospection géophysique, EM 31 MK 2.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4701/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 134k
Légende Fig. 7. Localisation des sondages archéologiques.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4701/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 155k
Légende Fig. 8. Relevé du pignon occidental (H1) et du supposé mur de refend (H2).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4701/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 323k
Légende Fig. 9. Découverte du pignon oriental de l’infirmerie, vue du sud
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4701/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 253k
Légende Fig. 10. Relevé de bâti de la façade de la salle de travail des moines.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4701/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 643k
Légende Fig. 11. Extrémité sud de l’aile des moines (salle de travail / infirmerie), vue de l’est (cliché : A. Painchault).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4701/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 165k
Légende Fig. 12. Plan général des secteurs en fin de fouilles, essai de restitution de l’infirmerie.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4701/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 298k
Légende Fig. 13. Restitution et phasage de l’abbaye de Mortemer en fonction du cartulaire.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4701/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 71k
Légende Fig. 14. a. : Plan actuel de l’abbaye de Mortemer ; b. : Restitution de l’abbaye de Mortemer pour le milieu du XIII e siècle, avant la fouille.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4701/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Légende Fig. 15. Culot de l’extension de la salle de travail, première moitié du XIII e siècle, vu de l’ouest.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4701/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 157k
Légende Fig. 16. Mise au jour du prolongement du pignon occidental de l’infirmerie, vu du sud. Au fond à gauche début de la tourelle d’escalier.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4701/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 217k
Légende Fig. 17. Début d’une tourelle d’escalier. Vue du dessus, prise de l’ouest.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4701/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 190k
Légende Fig. 18. Restitution de l’abbaye de Mortemer au début du XVIII e siècle.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4701/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 136k

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search