Version classiqueVersion mobile

Journées archéologiques de Haute-Normandie. Rouen, 11-13 mai 2012

 | 
Luc Liogier

Le monastère de Jumièges (Seine-Maritime) à l’époque carolingienne : recherches récentes sur les églises Saint-Pierre et Notre-Dame

Jumièges monastery during the Carolingian period: recent investigations on the Saint-Pierre and Notre-Dame churches

Jacques Le Maho

Résumé

Une recherche collective sur le groupe ecclésial du monastère de Jumièges a débouché sur une nouvelle proposition de datation des parties préromanes de l’église Saint-Pierre, autour de la fin du VIIIe ou du début du IXe siècle. Selon une source du XIe siècle, l’église Notre-Dame avait conservé jusqu’en 1040 ses deux « tours » carolingiennes. Au revers du massif occidental, des prospections géophysiques ont mis en évidence une imposante structure qui peut correspondre à l’emplacement d’une chapelle Saint-Sauveur installée dans une de ces tours.

Texte intégral

1De l’ancienne abbaye de Jumièges subsiste un important ensemble monumental, aujourd’hui propriété du département de la Seine-Maritime. Les deux éléments principaux sont les vestiges de l’église Saint-Pierre et, au nord de celle-ci, les ruines de Notre-Dame (fig. 1). Depuis 1988, l’architecture et le décor de ces deux monuments sont l’objet d’un programme de recherches collectif sous la direction de James Morganstern, professeur émérite d’histoire de l’art à Ohio State University (Columbus, Ohio, USA). Nous remercions ce dernier de nous avoir permis de présenter ici l’état actuel de notre recherche commune sur les parties préromanes de l’église Saint-Pierre (Le Maho et Morganstern, 2006), ainsi que les premiers éléments d’une étude sur le massif occidental de Notre-Dame à l’époque carolingienne.

L’église Saint-Pierre

  • 1 « Primum quoque eius edificium fuit ecclesia beati Petri apostolorum principis, que usque hodie Deo (...)

2Dans la Vita Philiberti, écrite au début du VIIIe siècle, il est plusieurs fois question de l’oratoire que l’abbé-fondateur Philibert († 684) construisit en l’honneur de saint Pierre, au sud de l’église Notre-Dame (Poupardin, 1905, p. 7). L’édifice n’est pas décrit, mais l’emploi du terme oraculum laisse entendre qu’il s’agit d’un sanctuaire relativement modeste, peut-être réservé à l’usage personnel de l’abbé. Saint Philibert y passe de longues nuits en veillées de prière et il dispose d’une cellule à proximité immédiate de l’oratoire. Reliée au logis claustral par une galerie à portique, cette cellule abbatiale sera conservée comme lieu mémorial après la mort de Philibert. Les textes ne livrent aucune information sur l’histoire de l’église durant l’époque carolingienne. Après l’incendie du monastère par les Normands le 24 mai 841, les moines partent se réfugier dans leur prieuré d’Haspres, près de Cambrai. Des arbres et des broussailles poussent au milieu des ruines, mais les murs ont conservé pratiquement toute leur hauteur d’origine (Van Houts, 1992, p. 20). Selon plusieurs récits dérivés de Gesta Francorum perdus du Xe siècle, on voit encore dans les années 930, au fond de l’église Saint-Pierre, sous des absides voûtées, les restes de trois autels (Le Maho, 2013). D’après ces mêmes sources, le duc de Normandie Guillaume Longue-Épée (vers 927-942) découvre le site au cours d’une partie de chasse et il y rencontre deux moines d’Haspres qui sont venus reprendre possession des lieux. Après leur avoir promis de les aider à relever l’abbaye, le duc leur envoie une équipe d’ouvriers qui nettoie le site, effectue les ravalements nécessaires et remet l’église hors d’eau. En 993, Enfulbert, doyen de Jumièges, est enterré au voisinage de la porte occidentale (Favreau et Michaud, 2002). Par la suite, les moines portent l’essentiel de leurs efforts sur la restauration de Notre-Dame et, pendant longtemps, ils n’interviendront plus sur le gros-œuvre de Saint-Pierre. Dans un passage de la chronique de Jumièges rédigé au début du XIIIe siècle, il est précisé que cette église est conservée dans son état d’origine, telle qu’elle était dans les premiers temps du monastère1.

Fig. 1. Les ruines du groupe ecclésial de Jumièges, vues du sud-ouest (photo : abbaye de Jumièges).

Les vestiges préromans

3Les éléments appartenant à la construction du haut Moyen Âge se situent dans la partie ouest de l’édifice, au niveau du corps d’entrée et de la nef. Ils correspondent aux tronçons qui ont été épargnés lors des reconstructions gothiques, ces dernières ayant porté sur presque toute la longueur du côté sud de la nef, sur les deux tiers des arcades du côté nord, l’étage des fenêtres hautes de la nef et la totalité du chœur. Les vestiges du porche occidental se résument aux bases des deux tours d’escaliers latérales. Celles-ci ont été dépouillées de leurs parements au XIXe siècle. Antérieurement, elles avaient été rétrécies par la construction de la salle capitulaire (au nord) et les réaménagements successifs du grand escalier du dortoir (au sud), de sorte qu’il est difficile, à l’heure actuelle, de déterminer l’emprise et la forme exactes de ces tours. Quant au porche, il était probablement couvert d’une voûte en berceau.

4En entrant dans la nef et en se retournant vers le porche, on peut voir, de part et d’autre, les portes d’accès aux escaliers en vis logés dans les tours. Au-dessus de chaque porte, le mur s’orne de deux médaillons circulaires en creux. Selon le témoignage de plusieurs auteurs du XIXe siècle, ces faux oculi présentaient encore, à cette époque, les restes de décors peints (Cochet, 1871 ; Jollivet, 1856). Le niveau suivant correspond à une tribune régnant au-dessus du porche et s’ouvrant sur la nef par une grande baie centrale, aujourd’hui murée. Les piédroits de cette ouverture s’élèvent à partir du sol de la tribune, ce qui semble indiquer que la baie était, dès l’origine, dépourvue de garde-corps en maçonnerie ; ils sont surmontés d’impostes à doucine et ressauts multiples, sur lesquels retombe, en net retrait, un grand arc en plein cintre. De part et d’autre de cette ouverture s’ouvraient deux baies géminées. Celle du nord, la plus complète, a conservé son support central, constitué d’une colonnette monolithe et d’un chapiteau sculpté à décor de feuilles lisses, sous un large tailloir de profil évasé, à ressauts et doucine. L’ensemble de la baie s’inscrit dans un encadrement quadrangulaire formé par un léger retrait de la maçonnerie.

Fig. 2. Église Saint-Pierre, les deux premières travées de la nef, vues du sud-est (photo : J. Le Maho).

5Les dernières recherches sur l’église Saint-Pierre ont permis d’établir que la nef primitive comprenait sept travées et qu’elle était dotée de collatéraux à tribunes. Dans l’état actuel subsistent les deux premières travées du mur nord de la nef centrale, conservées jusqu’à l’étage des tribunes (fig. 2). Les arcades du premier niveau sont constituées de piliers quadrangulaires en grand appareil et d’arcs en plein cintre retombant sur des impostes à cavet et bandeau. Au-dessus se voit une série de quatre faux oculi, identiques à ceux qui ornent le revers du mur occidental de la nef. Ils semblent avoir appartenu à une frise de médaillons se développant sur toute la longueur de la nef. Une frise du même type régnait au-dessus des arcades du côté sud de la nef, comme en témoigne un fragment de médaillon demeuré en place à la hauteur de la dernière travée orientale. Au revers du pilier qui sépare les deux premières arcades se voit le départ d’une voûte d’arêtes qui couvrait le collatéral nord avant la construction de la salle capitulaire (XIIe siècle). Quant aux tribunes, elles s’ouvraient sur la nef par une série de baies géminées, disposées selon le même rythme que les arcades du niveau inférieur (fig. 3). Au-dessus de la tribune occidentale subsiste l’amorce d’une voûte en berceau ; rien n’indique toutefois que ce couvrement appartienne à l’état primitif.

6L’étude des élévations conservées à la jonction de la nef et du chœur gothique montre que l’édifice ne comportait ni tour de croisée, ni transept à la veille des reconstructions des XIIIe et XIVe siècles. On ignore ce qu’il en était à l’origine. L’option la plus simple serait de considérer que les trois absides voûtées mentionnées dans le récit des Gesta du Xe siècle étaient situées dans le prolongement direct de la nef centrale et des collatéraux. À l’appui d’une telle restitution, il convient de mentionner la découverte en 2001, lors de travaux effectués dans le collatéral nord, d’un pavement de calcaire antérieur aux transformations gothiques : ce niveau de circulation semble avoir régné sur un collatéral qui ne dépassait pas, vers l’est, l’alignement du pignon actuel de la nef. Dans cette hypothèse, l’église carolingienne aurait été un édifice de plan basilical, avec trois absides alignées à l’est (fig. 4). L’abside centrale, la plus importante, aurait abrité le maître autel dédié à saint Pierre. Quant aux deux absides latérales, elles auraient constitué les ancêtres des deux chapelles latérales du chœur gothique, respectivement dédiées à saint André (au nord) et à saint Martin (au sud). Certaines parties de la nef préromane de Saint-Pierre comportaient des décors peints. À l’intérieur d’un des faux oculi des deux premières travées du mur nord, l’abbé Cochet signale en 1871 les traces de « bustes peints de style grec » (Cochet, 1871). Dans un des deux médaillons du mur ouest, Jules Jollivet observe en 1856 que « l’on voit encore une peinture très ancienne dans laquelle on peut reconnaître, malgré son altération, un buste de femme, la tête ornée d’un diadème d’or et de perles, les épaules couvertes d’un manteau rouge. Elle tient dans la main droite un objet qu’il est impossible de distinguer : c’est un vase ou un globe » (Jollivet, col. 354). Sur le mur sud, dans le petit espace situé entre la retombée est de l’arc de la septième travée et l’angle sud-est de la nef, une plaque d’enduit appartenant à la plus ancienne des sept couches identifiées sur les murs de Saint-Pierre présente les traces relativement bien conservées d’un buste d’homme, peint à gauche d’un médaillon (fig. 5). Le visage est longiligne, le nez est fin et droit, le regard est fixe, la chevelure est épaisse et bouclée. L’homme est revêtu d’une chlamyde dont on ne voit que les plis du col et le contour des épaules, dessinés à grands traits. Plus bas, la couche d’enduit a été détruite, si bien qu’il est difficile de savoir si la représentation se limitait au buste ou s’il ne s’agissait pas plutôt d’un personnage en pied, debout sur une imposte à la retombée de l’arc, et dont le bas du corps aurait disparu.

Fig. 3. Église Saint-Pierre, restitution de l’élévation nord de la nef carolingienne ; en gris foncé, les parties conservées (J. Morganstern, J. Le Maho, S. Rioland).

Fig. 4. Église Saint-Pierre, plan de l’état carolingien (J. Le Maho, S. Rioland).

Fig. 5. Église Saint-Pierre, fragment de peinture murale (photo : Y. Deslandes, Musées départementaux de la Seine-Maritime).

La datation des parties occidentales de Saint-Pierre

7La datation des parties préromanes de l’église Saint-Pierre a fait l’objet de nombreuses discussions depuis le XIXe siècle. Jusqu’à ces dernières années, il était cependant admis que l’édifice avait été totalement reconstruit après la restauration monastique des années 930-940. Un des principaux arguments était la présence d’espaces voûtés au-dessus des collatéraux, ceux-ci étant alors interprétés comme des coursières intra-murales, semblables à ceux de l’église de Mettlach en Sarre, datée de la fin du Xe siècle (Vallery-Radot, 1969). À la suite de Carol Heitz, nombre d’auteurs ont également considéré que le Westwerk de Saint-Pierre était un bon exemple de la formule simplifiée qui était censée marquer l’aboutissement de l’évolution du massif occidental entre la fin du VIIIe siècle et l’époque ottonienne (Heitz, 1985, 1987). Cette datation semblait en accord avec les caractères stylistiques des chapiteaux, Maylis Baylé situant ces œuvres dans un courant post-carolingien, proche des réalisations italiennes des environs de l’an Mille (Baylé, 1982, 1992, 1997, 2000). Un réexamen de l’ensemble du dossier a montré que ces interprétations se heurtent toutes à d’importantes difficultés. Il est d’abord apparu que l’hypothèse de coursières au-dessus des arcades de la nef est sans fondement : les départs de voûtes des collatéraux correspondent à des volumes nettement plus importants que ceux évoqués en 1939 par Georges Lanfry dans son hypothèse de restitution (Lanfry, 1939, 1954). En l’état actuel de nos connaissances sur la genèse et la typologie des massifs occidentaux carolingiens, il ne paraît plus possible de soutenir que la formule de Saint-Pierre de Jumièges – un simple porche surmonté d’une tribune, entre deux tourelles d’escaliers – appartient au dernier stade d’évolution du Westwerk. Les hypothèses fondées sur le postulat d’une reconstruction de l’église après la restauration monastique des années 930/940 sont également difficiles à concilier avec les données textuelles. Dans le récit qui nous a été conservé de l’installation des moines de Saint-Cyprien de Poitiers, il est bien précisé que les travaux de remise en état de l’église Saint-Pierre incendiée par les Vikings se limitèrent au strict minimum : avant même l’arrivée de ces religieux, l’édifice, dont les murs avaient conservé toute leur élévation d’origine, avait pu être assez vite remis hors d’eau par les ouvriers du duc Guillaume Longue-Épée († 942). Si rien ne s’oppose a priori à ce que l’église ait été reconstruite plus tard, cette éventualité apparaît cependant peu probable au regard du contexte. Après l’assassinat de Guillaume Longue-Épée en 942, Jumièges traverse de nouveau une période difficile, les abbés ne résident plus en permanence à Jumièges, la direction de l’établissement est laissée à des « doyens » et les ressources de la communauté sont des plus réduites. L’absence d’activité architecturale de quelque importance durant la seconde moitié du Xe siècle semble confirmée par le témoignage de Dudon de Saint-Quentin, ce dernier n’incluant pas Jumièges dans sa liste des grands chantiers financés ou soutenus à travers toute la Normandie par le duc Richard Ier (942-996).

8Ces conclusions nous ont conduit à reconsidérer l’ensemble du problème en procédant à un réexamen détaillé des vestiges architecturaux et des éléments de décor tels que les chapiteaux des baies géminées des tribunes, leurs tailloirs, leurs colonnettes à bases moulurées et les impostes situées à la retombée du grand arc de la tribune occidentale. Dans le même temps, en marge de l’étude des mortiers et des enduits muraux par Véronique Legoux, ont été effectués plusieurs prélèvements d’échantillons en vue d’une approche de la datation par le 14C.

9Ces analyses vont toutes dans le sens d’une datation plus haute que celles qui ont été précédemment admises. Du point de vue architectural, l’extrême sobriété de la plastique murale, la rusticité des supports des grandes arcades constitués de piliers de plan carré en grand appareil, mais aussi l’agencement de la tribune occidentale, des grandes arcades, des tribunes latérales et de leurs baies géminées, renvoient clairement à des modèles carolingiens. Pourvus d’abaques échancrés à plusieurs ressauts et d’astragales à peine visibles – deux traits qui les rattachent à une tradition antiquisante, inconnue dans la Normandie de l’époque ducale –, les chapiteaux s’apparentent à nombre d’œuvres italiennes et germaniques de la fin du VIIIe et du début du IXe siècle. En France, les œuvres les plus proches sont celles d’un groupe de chapiteaux de Saint-Guilhelm-le-Désert dans le Languedoc, daté des alentours de 800. C’est dans cette même tranche chronologique de la fin du VIIIe-début du IXe siècle que se situent les principaux éléments de comparaison pour les bases des colonnettes et pour les deux impostes à doucine et ressauts multiples sur lesquelles retombe l’arc de la tribune occidentale. Sans entrer dans le détail de l’analyse des faux oculi qui ornent les écoinçons des grandes arcades, il convient de souligner, là aussi, l’abondance des éléments de comparaison pour la période carolingienne, depuis le reliquaire de Saint-Servais de Maestricht (815-830) jusqu’aux oculi du mur oriental de l’église de Steinbach en Allemagne (823/824-826). L’étude stylistique du fragment de peinture murale de la nef a permis à James Morganstern de rapprocher cette œuvre de plusieurs réalisations de l’époque carolingienne, au nombre desquelles figurent les sinopia de la chapelle Saint-Jean-Baptiste du Westwerk de Corvey (Allemagne).

10À ces analyses comparatives viennent se joindre plusieurs constatations sur l’origine des pierres. Si la quasi-totalité des parties préromanes de l’église est constituée de matériaux locaux, il s’avère en revanche que les chapiteaux et les colonnettes des baies géminées sont tous en pierre de Caen. Il en est de même pour plusieurs éléments en réemploi dans les maçonneries gothiques de Saint-Pierre ainsi que pour un fragment de chancel conservé dans la collection lapidaire de Jumièges, élément attribuable, par son décor, au haut Moyen Âge. Or, on sait que la pierre de Caen fut l’objet d’une exploitation intensive à la fin du VIIIe et au début du IXe siècle ; il est également établi que les éléments sculptés en provenance des ateliers bas-normands connurent à cette époque une assez large diffusion par les voies maritimes et fluviales, jusqu’aux établissements monastiques de la Basse-Seine (Le Maho, 2004).

11Sachant que les lieux furent évacués par les moines dans les années qui suivirent l’incendie du monastère par les Vikings en mai 841 et que les ruines restèrent en l’état jusqu’au retour des religieux dans les années 930-940, la présence en maints endroits de traces d’incendie, notamment au niveau des baies des tribunes du collatéral nord, est également à prendre en considération. Plusieurs observations suggèrent en effet que ce sinistre eut lieu au cours d’une des premières phases de l’histoire du bâtiment, ce que tendrait à confirmer la forte rubéfaction visible sur la plupart des éléments en pierre de Caen attribués à l’état carolingien. Un dernier élément à l’appui d’une datation haute des vestiges préromans de Saint-Pierre réside dans les résultats de deux séries d’analyses de14 C, l’une sur un morceau de poutre trouvé à l’intérieur même du mur nord de la nef, l’autre sur un échantillon de mortier du piédroit entre les deux premières baies géminées de ce mur. Les mesures confiées à trois laboratoires sont concordantes, les fourchettes chronologiques s’établissant, en accord avec les analyses des éléments architecturaux, autour de la fin du VIIIe et du début du IXe siècle (Le Maho et Morganstern, 2006, p. 112-113). En l’état actuel des recherches, les parties préromanes de l’église Saint-Pierre peuvent donc être attribuées à une période comprise entre la fin du VIIIe siècle et le début des années 840, le terminus ante quem correspondant plus précisément à l’année 841, marquée par l’attaque et l’incendie du monastère par les Normands.

L’église Notre-Dame

  • 2 « Ab Euro surgens ecclesia, crucis instar erecta, cujus apicem obtinet alma virgo Maria ; altare an (...)
  • 3 « Corpus eius Gemmetico coenobio, quo etiam vitae decesserat, in aecclesia sanctae matris ac perpet (...)

12Dans la Vita Philiberti du début du VIIIe siècle, l’église Notre-Dame est décrite comme un édifice de plan cruciforme. Le maître autel est dédié à la Vierge, les deux autels latéraux sont respectivement dédiés à saint Jean et saint Colomban. Il est également fait mention d’une châsse placée non loin de l’autel central et renfermant une relique de l’abbé fondateur, saint Philibert. On note enfin l’emploi du mot ecclesia pour désigner cet édifice, alors que l’église Saint-Pierre voisine est présentée comme un simple oraculum2. Cette terminologie laisse supposer que l’église Notre-Dame était, dès la première moitié du VIIIe siècle, de proportions plus importantes que Saint-Pierre, sans doute parce qu’elle était destinée à abriter les offices conventuels. Le témoignage d’une chronique carolingienne au sujet de l’installation, dans l’église Notre-Dame, de la sépulture de l’abbé Hugues († vers 732), s’accorde avec cette interprétation : à partir du début du VIIIe siècle en Neustrie, les abbés, qui avaient généralement reçu jusque là leur sépulture dans une chapelle funéraire, sont de plus en plus souvent inhumés dans l’église principale du monastère3.

La question des turres carolingiennes

13Les sources écrites de l’époque carolingienne ne contiennent aucune autre mention de Notre-Dame que celle relative à la sépulture de l’abbé Hugues. À ce silence des textes s’ajoute le fait que l’édifice a subi une reconstruction complète à partir de 1040, sous l’abbatiat de Robert Champart ; contrairement à Saint-Pierre, Notre-Dame n’a donc conservé aucun vestige en élévation du haut Moyen Âge. Plusieurs informations intéressantes peuvent cependant être tirées des Annales de l’abbaye et des Gesta Normannorum Ducum de Guillaume de Jumièges, concernant notamment la survivance de certaines parties de l’église carolingienne à la veille de la reconstruction du XIe siècle.

  • 4 « Ad Gemmeticum vero cum accessisset, sancte Marie monasterium invasit illudque evertit. Quod a fun (...)

14Dans un passage qui tire probablement sa source d’un chapitre des Gesta perdus du Xe siècle, Guillaume de Jumièges signale qu’après la mort de Guillaume Longue-Épée en 942, l’église Notre-Dame fut en partie démolie sur l’ordre de Raoul Torta, agent du roi Louis IV d’Outremer, pour fournir les matériaux nécessaires à la réparation des murailles de la cité de Rouen4. L’auteur précise que l’église aurait été totalement rasée si ses « deux tours » n’avaient pas été rachetées par un clerc du nom de Clément. Grâce à lui, poursuit-il, elles sont restées en élévation « jusqu’au temps de l’archevêque Robert, qui a restauré cette église ». Les tours en question subsistèrent donc jusqu’en 1040, date à laquelle les annales de l’abbaye placent le début de la reconstruction de Notre-Dame (Laporte, 1954, p. 55). Guillaume de Jumièges laissant entendre qu’elles furent abattues pour faire place à la nouvelle église, on peut également en déduire que l’église carolingienne s’élevait à l’emplacement de l’édifice actuel. Jusqu’à présent, on a généralement admis que ces turres étaient les ancêtres des deux tours de la façade actuelle de Notre-Dame. Il s’agirait donc, dans ce cas, des tours latérales du massif occidental carolingien. A priori, rien ne s’oppose à une telle hypothèse, même si le terme de turris s’applique le plus souvent, jusqu’au XIIe siècle, à l’ensemble de l’ouvrage occidental. Une autre interprétation serait de considérer que la description de Guillaume de Jumièges se rapporte à un dispositif du type de Saint-Riquier de Centule (fin du VIIIe siècle) ou de Saint-Wandrille de Fontenelle (vers 830), avec une tour au niveau de la croisée du transept et une seconde tour à l’extrémité occidentale de la nef (Heitz, 1963, p. 21-31). Dans cette seconde hypothèse, les travaux de démolition des années 940 auraient eu pour effet de scinder l’église carolingienne en deux parties, chacune des deux tours étant dès lors autonome. Leur rachat par les religieux aurait été inspiré par le souci de sauver les chapelles et les autels qu’abritaient ces tours, afin de réinvestir l’espace de la clôture monastique, de poursuivre la réhabilitation des lieux de culte autour de Saint-Pierre et de redévelopper une liturgie processionnelle.

  • 5 « Aecclesia autem sancti Petri a parte meridiana sita est, versa tamen ad orientem ; ipsam etiam a (...)

15Dans un certain nombre d’abbatiales de l’époque carolingienne, les sources écrites attestent la présence d’une grande tour occidentale abritant une chapelle sous le vocable du Sauveur. C’était notamment le cas à Saint-Riquier de Centule, au diocèse d’Amiens, où les moines désignaient l’ensemble du sanctuaire occidental, avec sa tour, sous le nom d’« ecclesia Sancti Salvatoris ». Sur une gravure de 1612, réalisée d’après un dessin du XIe siècle, la tour ouest de l’abbatiale apparaît aussi imposante que celle de la croisée orientale ; de forme cylindrique dans les étages supérieurs, elle est précédée, à l’ouest, d’un porche encadré de deux tourelles d’escaliers (Heitz, 1980, p. 51-62). À Saint-Wandrille dans la basse vallée de la Seine, l’abbé Anségise (823-833) entreprit la construction d’une grande tour à l’extrémité ouest de l’abbatiale Saint-Pierre. Il mourut avant d’avoir achevé l’ouvrage, mais l’auteur de la chronique du monastère précise que le projet était d’installer au premier étage de cette tour une chapelle dédiée au Sauveur et que l’édifice était de plan carré, avec des côtés de trente pieds de long5. Cela correspond à une longueur d’un peu plus de 9 m, dimension équivalente à celle des côtés de la grande tour occidentale de l’abbatiale de Corvey, datée des années 870.

  • 6 « Inter ecclesias sancti Petri et sancti Salvatoris, loco medio, deposuerunt duas capsas sancti Per (...)
  • 7 « Sepultus est ante altare sancti Stephani in capella sancti Salvatoris, quam ipse restaurari fecer (...)

16Ces exemples confèrent un intérêt tout particulier aux éléments fournis par une chronique latine de Jumièges, retraçant l’histoire de l’établissement depuis ses origines jusqu’à l’abbatiat de Thierry (1017-1027). Il y est en effet question à deux reprises d’un sanctuaire Saint-Sauveur dans le périmètre de l’ancienne église Notre-Dame. La première mention se trouve dans un passage relatif aux incursions normandes du IXe siècle et à la fuite des moines. Avant de partir, ceux-ci auraient caché « entre les églises Saint-Pierre et Saint-Sauveur, vers le milieu », deux châsses contenant les reliques des saints Constantin et Pérégrin ; avec elles se trouvait « le vase qui se trouve maintenant auprès de la porte du cloître de Notre-Dame6 ». Un peu plus loin, la même église Saint-Sauveur, qualifiée cette fois de simple chapelle (capella sancti Salvatoris), est de nouveau mentionnée à propos de la sépulture de l’abbé Thierry, mort en 1027 : « Il fut inhumé devant l’autel de Saint-Étienne, dans la chapelle Saint-Sauveur qu’il avait lui-même fait restaurer7. » À ces témoignages s’ajoute celui d’un calendrier liturgique de l’abbaye signalant, à la date du 18 mars, la « dédicace de l’église Saint-Sauveur » (Lambert, 1955, p. 885).

17D’après les indications fournies par la chronique du XIe siècle, il semble que les restes des saints Constantin et Pérégrin aient été découverts dans le secteur du cloître, à peu près à mi-distance entre les deux églises. Saint-Sauveur aurait donc été située au nord-ouest de Saint-Pierre, ce qui s’accorderait avec l’hypothèse, avancée en 1982 par Maylis Baylé, d’un sanctuaire situé à l’extrémité occidentale de l’église Notre-Dame (Baylé, 1982, p. 77-78). L’ecclesia Sancti Salvatoris du XIe siècle correspondrait dans ce cas à l’une des deux tours carolingiennes sauvées de la démolition au début des années 940.

Le massif occidental de Notre-Dame et ses antécédents carolingiens

18Dans son état actuel, le massif de façade de Notre-Dame se présente comme un corps rectangulaire d’environ 22,5 m x 7 m, composé d’un porche surmonté d’une tribune, entre deux hautes tours qui s’élèvent sur des souches de plan carré (Morganstern, 2002). Le porche est précédé par un avant-corps nettement saillant. Sous l’escalier de chacune des tours, derrière le mur de façade, se trouve un couloir voûté d’axe nord-sud qui reliait le porche à l’extérieur et communiquait avec une seconde galerie est-ouest débouchant sur la nef. Comme de nombreux spécialistes l’ont déjà observé, ce corps de façade est identique à celui qui s’élevait en avant de la grande tour occidentale de l’abbatiale de Corvey. On peut donc admettre la possibilité d’une reprise assez exacte du plan carolingien lors de la reconstruction des années 1040, à cette différence près que la tour elle-même n’aurait pas été refaite.

19En 2006, à l’initiative de James Morganstern, un programme de prospections géophysiques a été mis en œuvre sur l’emprise des églises Notre-Dame et Saint-Pierre. Menées par Christian Camerlynck, géophysicien à l’université de Paris VI, ces prospections ont révélé la présence de nombreuses structures dans le sol de Notre-Dame. Plusieurs d’entre elles sont à mettre en relation avec une importante phase architecturale du haut Moyen Âge. Sous le carré du transept a été mise en évidence une puissante maçonnerie d’axe nord-sud barrant toute la largeur de la nef à l’ouest des piliers orientaux de la tour de croisée romane. Ce décalage par rapport aux piliers du XIe siècle exclut son identification avec un chaînage de fondation de la tour de Robert Champart, mais il s’accorderait à l’hypothèse d’une structure ayant appartenu à la tour de croisée de l’époque carolingienne. À l’autre extrémité de l’église, vers le bas de la nef, les prospections ont fait apparaître la présence de deux structures maçonnées d’orientation nord-sud, l’une, relativement légère, à une quinzaine de mètres du porche, l’autre beaucoup plus épaisse à une dizaine de mètres de celui-ci. Cette dernière correspond probablement à la face arrière d’une grande tour carrée, semblable par son implantation et ses dimensions à celles de Corvey et de Saint-Wandrille.

20C’est cette tour ouest qui aurait constitué le corps principal de l’« église Saint-Sauveur » restaurée entre 1017 et 1027 par l’abbé Thierry. À cette campagne de restauration se rattache peut-être un gros chapiteau sculpté en réemploi, engagé aux trois-quarts dans le mur qui forme la séparation entre le rez-de-chaussée de la tour nord de la façade occidentale et la galerie du collatéral ; son style est très proche de celui d’une base sculptée de la crypte de la cathédrale de Rouen, datable de la fin des années 1020. Dans cette hypothèse, il faudrait admettre que les travaux de l’abbé Thierry ne se limitèrent pas à un simple ravalement des parties carolingiennes demeurées en élévation. Compte tenu de la présence de plusieurs autres chapiteaux sculptés en réemploi à l’extrémité orientale du même collatéral, œuvres attribuables, elles aussi, au premier quart du XIe siècle, une autre possibilité serait que l’ensemble de ces éléments provienne d’un second chantier mis en œuvre au niveau de la tour de croisée, en vue de la construction d’une nouvelle chapelle Notre-Dame. Ces travaux seraient restés inachevés à la mort de Thierry en 1027, ce qui expliquerait pourquoi ce dernier reçut sa sépulture dans l’église occidentale Saint-Sauveur, seule terminée. Sachant que le corps fut inhumé dans l’oratoire Saint-Étienne, que ce vocable était, dans les derniers temps, celui de la chapelle axiale de Notre-Dame et que les principaux tombeaux de l’église furent regroupés dans le chœur au XIIIe siècle, c’est peut-être l’emplacement primitif de la sépulture de Thierry que rappelle l’un des deux enfeux murés qui se voient sous le porche actuel de Notre-Dame. Le second enfeu pourrait dans ce cas correspondre au lieu d’inhumation d’Albert, abbé de Saint-Mesmin de Micy près d’Orléans, enterré à Jumièges en 1036 (Loth, 1882, p. 160).

Bibliographie

Sources textuelles

Lambert J. (1955) – Les calendriers de Jumièges. Jumièges, Congrès scientifique du 13e centenaire, Rouen, Lecerf, t. 2, p. 883-888.

Laporte J. (1954), éd. et trad. – Les Annales de l’abbaye Saint-Pierre de Jumièges, chronique universelle des origines au XIIIe siècle, Rouen, Lecerf.

Lohier F. et Laporte J. (1936), éd. – Gesta sanctorum patrum fontanellensis coenobii, Rouen-Paris, Société de l’histoire de Normandie.

Le Maho J. (à paraître) – De l’Histoire au roman : les réécritures de l’épisode de la Chasse de Jumièges (Xe-XIIe siècle). Actes du séminaire sur l’emprunt, II, Université de Caen (à paraître).

Poupardin R. (1905), éd. – Monuments de l’histoire des abbayes de Saint-Philibert, Collection de textes pour servir à l’étude et à l’enseignement de l’Histoire, Paris, Picard.

Van Houts E. (1992), éd. et trad. – The Gesta Normannorum ducum of William of Jumièges. Oxford, Clarendon Press, t. 1.

Bibliographie

Baylé M. (1982) – La sculpture du XIe siècle à Jumièges et sa place dans le décor architectural des abbayes normandes. L. Musset (dir.), Aspects du monachisme en Normandie (IVe-XVIIIe siècles), Actes du colloque scientifique de l’Année des abbayes normandes, Caen, 18-20 octobre 1979. Paris, Librairie J. Vrin, p. 75-77.

— (1992) – Les origines et les premiers développements de la sculpture romane en Normandie. Art de Basse-Normandie, no 100 bis, p. 53-55.

— (1997) – Jumièges : église Saint-Pierre. L’architecture normande au Moyen Âge, Condé-sur-Noireau, Corlet, t. 2, p. 14-15.

— (2000) – L’influence des Italiens sur l’art roman de Normandie : légende ou réalité ?. Les Italiens en Normandie, Cahier des Annales de Normandie, no 29, p. 48-49.

Cochet J.-B.-D., abbé (1871) – Répertoire archéologique du département de la Seine-Inférieure, Paris, Imprimerie nationale, col. 304-305.

Favreau R. et Michaud J. (2002) – Corpus des inscriptions de la France médiévale, Paris, CNRS Éditions, t. 22, p. 257-258.

Heitz C. (1963) – Recherches sur les rapports entre architecture et liturgie à l’époque carolingienne. Paris, SEVPEN.

— (1980) – L’architecture religieuse carolingienne. Les formes et leurs fonctions. Paris, Picard.

— (1985) – Jumièges. P. Périn et L.-C. Feffer (dir.), La Neustrie. Les pays au nord de la Loire de Dagobert à Charles le Chauve (VIIe-IXe siècle), Rouen, Musées départementaux de la Seine-Maritime, p. 167.

— (1987) – La France pré-romane. Archéologie et architecture religieuse du haut Moyen Âge. Du IVe siècle à l’an Mille, Paris, Éditions Errance, p. 163-165 et 256.

Jollivet J. (1856) – Découverte archéologique dans l’abbaye de Jumièges. Revue générale de l’architecture et des travaux publics, t. 14, col. 354.

Lanfry G. (1939) – L’église carolingienne Saint-Pierre de l’abbaye de Jumièges (Seine-Inférieure). Bulletin monumental, no 1, 1939, p. 64-65.

— (1954) – L’abbaye de Jumièges. Plans et documents, Rouen, Lecerf, p. 23, pl. xii.

Le Maho J. (2004) – Transports de matériaux de construction dans la basse Seine et ses abords au haut Moyen Âge (VIIe-Xe siècles) : les témoignages des textes et de l’archéologie. Matériau et construction en Normandie du Moyen Âge à nos jours. Actes du colloque de Saint-Lô, 24-25 novembre 2000. Saint-Lô, Société d’archéologie et d’histoire de la Manche, p. 11-32.

Le Maho J. et Morganstern J. (2006) – Jumièges, église Saint-Pierre. Les vestiges préromans. Congrès archéologique de France. Rouen et Pays de Caux, Paris, Société française d’archéologie, p. 97-116.

Loth J. (1882) – Histoire de l’abbaye royale de Saint-Pierre de Jumièges, Rouen, Société de l’histoire de Normandie, t. 1.

Morganstern J. et al. (2002) – Le massif occidental de Notre-Dame-de-Jumièges, recherches récentes. C. Sapin (dir.) – Avant-nefs et espaces d’accueil dans l’église entre le IVe et le XIIe siècle, Paris, Éditions du CTHS, p. 296-309.

Vallery-Radot J. (1969) – Le deuxième colloque international de la Société française d’archéologie. Bulletin monumental, t. 127, p. 125-143.

Notes

1 « Primum quoque eius edificium fuit ecclesia beati Petri apostolorum principis, que usque hodie Deo donante parietum soliditate perseverat » (Laporte, 1954, p. 79).

2 « Ab Euro surgens ecclesia, crucis instar erecta, cujus apicem obtinet alma virgo Maria ; altare ante faciem lectuli cum dente beatissimi Filiberti, pictum gemmarum lumine, comptum auri et argenti congerie. Ab utroque latere, Johannis et Columbani arae dant gloriam Deo » (Poupardin, 1905, p. 7).

3 « Corpus eius Gemmetico coenobio, quo etiam vitae decesserat, in aecclesia sanctae matris ac perpetuae virginis Mariae venerabiliter sepulturae est traditum » (Lohier et Laporte, 1936, p. 42).

4 « Ad Gemmeticum vero cum accessisset, sancte Marie monasterium invasit illudque evertit. Quod a fundamento funditus diruisset, nisi quidam clericus nomine Clemens ab operariis duas turres pretio redemisset, que usque ad tempus Roberti archiepiscopi, qui illam restauravit ecclesiam, permanserunt stabiles » (Van Houts, 1992, p. 110).

5 « Aecclesia autem sancti Petri a parte meridiana sita est, versa tamen ad orientem ; ipsam etiam a parte occidentali XXX pedum in longitudine ac totidem in latitudine accrevit, constructo desuper coenaculo, quam in honore domini Dei ac salvatoris nostri Iesu Christi dedicandam fore peroptabat ; sed et ipsum opus propter mortem eius tam citam inperfectum remansit » (Lohier et Laporte, 1936, p. 106).

6 « Inter ecclesias sancti Petri et sancti Salvatoris, loco medio, deposuerunt duas capsas sancti Peregrini et sancti Constantini, cum urceo qui est ad portam Sancte Marie claustralem » (Laporte, 1954, p. 83).

7 « Sepultus est ante altare sancti Stephani in capella sancti Salvatoris, quam ipse restaurari fecerat » (ibid., p. 83).

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Les ruines du groupe ecclésial de Jumièges, vues du sud-ouest (photo : abbaye de Jumièges).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4698/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Légende Fig. 2. Église Saint-Pierre, les deux premières travées de la nef, vues du sud-est (photo : J. Le Maho).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4698/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
Légende Fig. 3. Église Saint-Pierre, restitution de l’élévation nord de la nef carolingienne ; en gris foncé, les parties conservées (J. Morganstern, J. Le Maho, S. Rioland).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4698/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Légende Fig. 4. Église Saint-Pierre, plan de l’état carolingien (J. Le Maho, S. Rioland).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4698/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Légende Fig. 5. Église Saint-Pierre, fragment de peinture murale (photo : Y. Deslandes, Musées départementaux de la Seine-Maritime).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4698/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 175k

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search