Version classiqueVersion mobile

Journées archéologiques de Haute-Normandie. Rouen, 11-13 mai 2012

 | 
Luc Liogier

Évreux (Eure). Le diagnostic de l’ancien hôpital Saint-Louis : une fenêtre ouverte sur l’histoire de la ville

Évreux (Eure département). The former Saint-Louis hospital diagnostic: a window to the town´s past

Pierre Wech

Résumé

Le diagnostic archéologique des parcelles de l’ancien hôpital Saint-Louis, à Évreux, a permis pour la première fois d’aborder une surface de plus de 4 ha en plein centre urbain. Les investigations ont ainsi permis de renseigner 2 000 ans d’histoire ébroïcienne et de compléter largement notre connaissance de la ville et de son évolution à travers les âges.

Texte intégral

Introduction

Présentation de l’opération

1Le diagnostic réalisé par l’équipe de la Mission archéologique départementale de l’Eure (MADE) dans l’enceinte de l’ancien hôpital Saint-Louis à Évreux (fig. 1) constitue à plus d’un titre une opération exemplaire. Sa principale particularité est en effet d’être une opération sans projet initiateur. Il nous faut souligner à ce titre la démarche volontariste de la municipalité ébroïcienne qui, consciente de l’importance du passé historique de la ville, a fait le choix d’aborder la question de l’archéologie, non pas comme un obstacle, mais en amont du dossier et d’en faire une partie intégrante du projet, en concertation permanente avec les différents acteurs concernés.

2Rappelons, pour mémoire, que le secteur de l’ancien hôpital est bien connu des ébroïciens et de leurs élus puisque, il y a maintenant presque vingt ans, la fouille des thermes gallo-romains qui avait précédé la construction de la maternité avait à l’époque soulevé une polémique telle que le dossier reste encore dans bien des mémoires. Peut-être cet épisode n’est-il pas étranger au choix de la municipalité de faire intervenir les archéologues en amont, afin de déterminer le potentiel archéologique des lieux et ainsi mieux adapter le projet à cette réalité de terrain.

Fig. 1. Localisation d’Évreux dans le département de l’Eure (carte : P. Wech/MADE).

3Cette approche ambitieuse et rarissime, à notre connaissance, a offert à l’archéologie préventive la possibilité d’appréhender en une fois un espace de plus de 4 ha dans un secteur fortement urbanisé depuis plus de deux millénaires (fig. 2).

Fig. 2. Vue aérienne des parcelles diagnostiquées (plan : P. Wech/MADE/fond BD Carto CG 27).

4Avant d’exposer ici les principaux résultats de ce diagnostic, il ne semble pas inutile de s’attarder quelques instants, en guise de préambule, sur la méthodologie de l’intervention et les choix stratégiques effectués en coordination avec le service régional de l’archéologie. L’un des principaux intérêts de cette communication est en effet de souligner l’importance et les résultats d’une méthodologie assez novatrice ayant permis d’enrichir considérablement le dossier ébroïcien.

Fig. 3. Les bâtiments de l’hôpital en construction dans les années 1960 (Archives municipales d’Évreux).

Fig. 4. Localisation et numérotation des sondages (plan : P. Wech/MADE).

5Cette opération a ainsi été conçue, dès l’origine, comme un diagnostic « maximal » visant à reconnaître le plus souvent possible l’intégralité des occupations présentes, étant entendu que cela nécessiterait à de nombreuses occasions de percer les strates archéologiques jusqu’à atteindre le substrat. Néanmoins, il était convenu, pour limiter l’impact aux vestiges, de profiter des secteurs déjà détruits lors de la construction des bâtiments hospitaliers dans les années 1960, afin de réaliser des coupes dans les talus existants. Cette approche devait également permettre de localiser et de quantifier les destructions liées aux aménagements contemporains (fig. 3). Trente-trois sondages ont ainsi été réalisés, correspondant à une surface de près de 1 200 m2, soit 2,75 % des quelques 43 300 m2 prescrits (fig. 4). En soustrayant de ce décompte les éléments bâtis et donc inaccessibles (environ 11 000 m2), les ouvertures réalisées correspondent en réalité à plus de 4 % de la surface prescrite.

6Le nombre, la taille, l’orientation et l’emplacement des sondages ont été définis avant le démarrage de l’opération en concertation avec le service régional de l’archéologie, les services de la ville d’Évreux et la MADE. Le choix des sondages répondait à plusieurs critères, en tête desquels figuraient des contraintes liées à l’environnement du site : interdiction de sonder les zones de circulation, préserver au maximum la végétation arborée et éviter d’endommager les nombreux réseaux qui sillonnent les lieux. Une fois ces difficultés contournées, les sondages ont été répartis de façon à couvrir au mieux, et de la façon la plus homogène possible, les parcelles concernées, tout en se focalisant sur certains éléments dont la présence et la localisation approximative étaient connues grâce aux documents d’archives (thermes gallo-romains, église Saint-Louis, hospice du XIXe siècle, etc.). Ces différents sondages devaient en outre permettre la réalisation de plusieurs coupes restituées des terrains, indiquant la localisation, la profondeur et l’épaisseur des niveaux archéologiques conservés.

  • 1 Nous remercions chaleureusement les membres de l’équipe qui ont permis de mener à bien cette opérat (...)

7L’opération en elle-même s’est déroulée du 11 avril au 8 juin 2011 et a mobilisé une équipe maximale de cinq archéologues, durant une durée de sept semaines1. Parmi les trente-trois sondages réalisés, certains ont atteint la profondeur de 5 m, les autres se situant à une moyenne de 3 m. La quantité de sédiments brassés peut être estimée à environ 1 200 m3. Le mobilier récolté comprend, entre autres choses, près de 5 500 tessons de céramique, toutes époques confondues, plus de 20 kg d’ossements animaux et près de 3,5 kg de coquilles d’huîtres. Ces quelques chiffres donnent ainsi une idée de l’ampleur des découvertes réalisées lors de ce diagnostic et du travail de traitement nécessaire.

La ville d’Évreux : un riche contexte historique et archéologique

Généralités

8La commune d’Évreux est bien connue pour son passé antique et médiéval. Nichée au creux de la vallée de l’Iton, l’agglomération se trouve à la croisée de nombreux axes de circulation terrestres, reliant notamment Paris à Lisieux ou encore Chartres à Rouen (Gerber, 1993, p. 128). Alors que ses origines protohistoriques restent aujourd’hui mal connues, pour ne pas dire inconnues (si tant est qu’elles ont existé), Évreux devint, à l’époque gallo-romaine, le chef-lieu de la cité des Aulerci Eburouici sous le nom de Mediolanum Aulercorum (Hartz, 2007, p. 39-41). La ville connut son apogée au IIe siècle de notre ère, atteignant alors son extension maximale, avant de décliner et de se rétracter, comme bon nombre d’agglomérations gallo-romaines, dans le courant du IIIe siècle (Gerber, 1993, p. 125). Peu de données nous permettent d’appréhender la ville de l’antiquité tardive et du haut Moyen Âge : devenue siège d’un évêché au IVe siècle, Évreux fait partie, au VIe siècle, du domaine royal, tandis que le comté éponyme est attesté dès le VIIIe siècle. À partir de la seconde moitié du IXe siècle, la région est directement touchée par les raids normands et Évreux est donnée à Rollon en même temps que Rouen, lors du traité de Saint-Clair-sur-Epte en 911. À la fin du Xe siècle, le comté est accaparé par l’archevêque de Rouen, Robert de Normandie, puis par ses descendants. À la fin du XIe siècle, il passe aux Montfort puis revient à la couronne de France sous Philippe-Auguste. De nos jours, Évreux est la préfecture du département de l’Eure.

Préhistoire et Antiquité

9Le site d’Évreux et ses alentours semblent fréquentés par les hommes depuis le Paléolithique moyen (Gerber, 1993, p. 127). Cependant, aucun élément sûr ne permet d’attester une occupation d’importance du site avant le milieu du Ier siècle av. J.-C., l’emplacement du chef-lieu (oppidum ?) des Aulerques Eburovices cité par César (De bello Gallico, III, 17 et VII, 75) et par Pline l’Ancien (Histoire naturelle, IV, 107) n’étant pas localisé.

10L’absence de toute trace d’occupation à l’emplacement même de la ville actuelle d’Évreux, objet de la présente intervention, nous autorise à ne pas nous étendre davantage sur ces questions et les traces d’occupation satellite qui ont pu être détectées lors d’opérations antérieures ou de découvertes fortuites. Les terrains ayant fait l’objet de cette intervention se situent en plein cœur de l’agglomération antique de Mediolanum Aulercorum (fig. 5). Les premières traces d’occupation identifiées avec certitude ne remontant qu’au milieu du Ier siècle avant notre ère (Hartz, 2007, p. 189), il semble possible aujourd’hui d’affirmer que la « création » de la ville, sur le flanc sud-est de la vallée, là où les terrains remontent en pente douce, n’est donc sans doute pas antérieure à la conquête césarienne des Gaules. Ces occupations se caractérisent par l’établissement de structures d’habitat légères (Gerber, 1990). Le manque d’informations relatives à ces occupations précoces ne permet cependant aucune conclusion définitive quant à leur aspect et leur organisation générale. La ville se développe véritablement à partir du dernier quart du Ier siècle av. J.-C. et semble atteindre son extension maximale au IIe siècle. Sa superficie peut alors être estimée à plus de 60 ha. Dans l’état actuel des connaissances, l’habitat se développe surtout vers l’ouest de la ville contemporaine.

11Nos connaissances actuelles permettent de reconstituer avec quelque assurance certaines portions du tissu urbain du Haut-Empire, à partir du début du Ier siècle de notre ère. Plusieurs tronçons de rues sont tout d’abord attestés dans les environs immédiats du diagnostic, et révèlent l’existence probable de deux trames urbaines distinctes et sans doute successives (nos 2 à 6 et 10, fig. 5).

12Les éléments de voirie mis au jour, entre autres, sur les sites de la rue Saint-Louis (Collard, 1988 ; fig. 5, no 10) et de la rue Lepouzé (Gerber, 1990 ; fig. 5, no 3) présentent des caractéristiques et une orientation similaires et semblent en effet appartenir à une même trame urbaine apparemment orthonormée, et sans doute précoce (Gerber, 1993, p. 129-130). Celle-ci présente une orientation nord-ouest – sud-est et nord-est – sud-ouest.

13L’hypothèse d’un second quadrillage, semblant correspondre à une extension du réseau urbain vers le sud-ouest, sans doute dès le début du Ier siècle de notre ère, est encore aujourd’hui généralement admise. Ce nouveau réseau viaire présenterait quant à lui une organisation nord-nord-ouest – sud-sud-est et ouest-sud-ouest – est-nord-est. Les modalités de raccordement entre ces deux trames restent mal connues. Plusieurs observations, anciennes et récentes, se rapportent à cette seconde trame urbaine. Les îlots ainsi délimités par ces réseaux de rues accueillaient pour l’essentiel des habitats dont certains témoins ont été reconnus en divers points de l’agglomération (fig. 5 ; pour une synthèse récente, voir Hartz, 2007).

Fig. 5. Localisation de l’opération dans le contexte de la ville antique de Mediolanum Aulercorum (plan : P. Wech/MADE).

14Nous ne nous attarderons pas davantage ici sur la nature et l’évolution chronologique de ces habitats. Précisons simplement que la partie orientale, correspondant au secteur le plus anciennement urbanisé de la ville, semble, dès la fin du IIe siècle, connaître un abandon relatif, matérialisé par une remise en culture partielle et par l’installation d’habitats sur les anciennes voiries (Gerber, 1990 notamment). Cette phase de l’occupation semble correspondre d’autre part à une extension de la ville vers l’ouest (Gerber, 1993, p. 131).

15La parure monumentale de l’agglomération est également, pour certains aspects tout du moins, bien connue. Le théâtre a été fouillé au XIXe siècle par Théodose Bonnin (1860, pl. v et vi ; fig. 5, no 9) et relocalisé avec précision par Frédéric Gerber en 1995. Des thermes publics ont été fouillés en 1993, préalablement à la construction de la nouvelle maternité attenante à l’hôpital Saint-Louis (Aupert, 1997 ; fig. 5, no 7). Une place publique, présentant un dallage monumental et interprétée comme le forum de l’agglomération, est également connue rue de la Petite-Cité (fig. 5, no 12). Elle semble en outre accompagnée d’une construction de grande ampleur dont seul un mur stylobate a pu être reconnu (Follain, Halbout, 1981 ; fig. 5, no 28). Signalons enfin la découverte récente, rue de la Justice, d’un probable sanctuaire péri-urbain fréquenté aux Ier et IIe siècles (Guillot, Millard, 1995 ; fig. 5, no 20).

16Une seule zone funéraire est en revanche attestée autour d’Évreux, pour l’époque antique. Celle-ci se localise au sud de l’agglomération, dans le secteur du Clos-au-Duc. Son utilisation est attestée depuis l’époque augustéenne jusqu’au IVe siècle (voir, en dernier lieu, Kliesch, 2011).

17Les parcelles diagnostiquées se trouvent ainsi en plein cœur de la ville du Haut-Empire et de son urbanisme. Elles comprennent en outre l’emplacement des thermes fouillés en 1993 et présentent le grand intérêt de se situer à la jonction des deux trames urbaines successives restituées par les chercheurs.

Antiquité tardive

18Aux environs du milieu du IIIe siècle, des troubles aboutissent à l’abandon de quartiers périphériques, notamment à l’est : rue Saint-Louis (Collard, 1988) ou rue Lepouzé (Gerber, 1990), et à une première tentative d’édification d’un castrum, entreprise arrêtée vers 270/280 (Cousyn, Gerber, 1993) (fig. 6). Les fouilles menées rue Saint-Louis en 1981-1984 (fig. 5, no 10) ont en effet permis de mettre en lumière l’existence d’un état du castrum probablement antérieur à celui dont les vestiges sont visibles encore aujourd’hui. Peut-être s’agit-il d’un projet avorté ou d’un état temporaire ? Sa construction est datée du 3e quart du IIIe siècle, tandis que celle du mur postérieur ne saurait être antérieure aux années 270 (Follain, 1996, p. 56).

19Ainsi, les recherches récentes ont montré que la ville d’Évreux s’était dotée, sans doute dès le milieu du IIIe siècle d’un rempart massif mais resté inachevé, dont la mise en place coïncidait avec la rétractation du tissu urbain et l’abandon des principaux quartiers périphériques. À la fin du IIIe siècle, alors que la ville subit des destructions encore plus importantes entraînant, semble-t-il, une perte de population et une diminution de l’espace occupé, un nouveau rempart, formant un quadrilatère irrégulier, est alors construit, délimitant une superficie de 9 ha (Follain, 1996, p. 52).

20Dans l’hypothèse d’un premier état du castrum, les parcelles diagnostiquées se trouveraient dans l’espace délimité par la muraille et incluant les thermes toujours en fonction. Il serait même possible, selon les restitutions proposées, qu’un tronçon de cette muraille longe intérieurement la limite nord de l’emprise prescrite. La construction du second castrum a quant à elle entraîné l’exclusion des parcelles de l’aire urbaine.

21Ces terrains se trouvaient ainsi, à partir de la fin du IIIe siècle, hors les murs. Notons que cette exclusion semble par ailleurs coïncider avec la date d’abandon des thermes, vers 275-280 (Aupert, 1997).

Du Moyen Âge aux temps modernes

22Évreux au haut Moyen Âge est encore mal connue. Nous ne savons que très peu de choses de la ville de cette époque. Seul le secteur de l’abbaye Saint-Taurin, situé à l’ouest de la ville, a livré, à l’heure actuelle, des éléments relatifs aux premiers siècles du Moyen Âge (voir notamment Wech, 2009a, p. 11-13). Il s’agit principalement d’éléments funéraires liés sans doute à l’abbaye Saint-Taurin.

23La cité médiévale se développe par la suite dans l’enceinte du castrum tardo-antique (fig. 7), lequel accueillit, dans son angle nord-est, le château des comtes d’Évreux dont la première attestation remonte à 1060. Son emplacement est aujourd’hui occupé par la mairie d’Évreux. Au moins dès le XIIe siècle, la ville était composée de deux éléments urbains : la cité d’une part et le bourg Saint-Pierre au nord-ouest d’autre part. Ce dernier fut doté d’une enceinte au moins à la fin du XIIe ou au début du XIIIe siècle.

Fig. 6. Localisation de l’opération dans le contexte de la ville tardo-antique (plan : P. Wech/MADE).

Fig. 7. Localisation de l’opération dans le contexte de la ville médiévale et moderne (plan : P. Wech/MADE).

24Hors les murs, documents anciens et découvertes archéologiques n’indiquent guère que la présence de moulins à eau et d’établissements religieux en nombre important, et dont la chronologie s’étend du Moyen Âge classique à la période moderne (information cellule carte archéologique, service régional de l’archéologie de Haute-Normandie).

25Les terrains diagnostiqués se trouvaient précisément hors les murs, à l’est de la cité, dans une zone relevant au moins pour partie de la basse cour du château comtal, laquelle fut concédée pour accueillir un couvent de frères prêcheurs dès le XIIIe siècle. Les parcelles diagnostiquées incluent donc une large part de l’établissement religieux ainsi établi autour de l’église Saint-Louis.

26À la fin du XVIIIe siècle fut projeté le transfert de l’hospice des pauvres dans le couvent des Jacobins. Mais ce n’est que plus tard que le conseil général du département consentit à céder à l’hospice général d’Evreux l’ancien couvent des Jacobins situé rue Trianon et qui, après avoir été converti en dépôt de mendicité en 1810, était devenu sans utilisation. Cette cession fut réalisée le 7 novembre 1818 en échange des bâtiments et dépendances de l’hospice du Saint-Esprit. Le couvent et la chapelle disparurent et un nouvel hospice fut construit. Les travaux ne furent terminés qu’en 1825 (fig. 8).

27En 1960, enfin, est mis en chantier un nouvel hôpital dont une première tranche sera opérationnelle en 1963. L’hôpital est en partie démoli et remplacé en 1970 par le centre hospitalier.

Principaux résultats – Antiquité

Le substrat

28Dix-huit des trente-trois sondages ont permis d’observer l’altitude et la nature du substrat et ainsi de proposer une hypothèse de restitution de l’aspect et du relief du substrat avant les premières installations humaines (fig. 9).

Morphologie

29D’une façon générale, le substrat se compose ici d’alluvions constituées de grave plus ou moins grossière, dans des matrices tantôt limono-argileuses, tantôt limono-sableuses. Ces formations sont assimilables aux alluvions anciennes mentionnées par la carte géologique. La grave était généralement surmontée d’une couverture limoneuse d’épaisseur variable, interprétable comme un apport loessique affecté par la pédogénèse holocène. Ces éléments brossent in fine le portrait d’un site de plaine alluviale peu accidentée, et présentant un pendage général assez faible du sud-est vers le nord-ouest.

30Plusieurs éléments viennent cependant perturber ce schéma global. À l’extrémité sud-est du site, le substrat apparaît en effet à une altitude plus importante et présente donc une pente accrue : c’est l’amorce du versant de la vallée. Celui-ci se caractérise par la présence d’argile à silex renfermant de nombreuses inclusions de craie, et interprétée comme des colluvions de pente.

Un ancien bras d’Iton ?

31Dans la moitié nord du site, un micro-relief, sous la forme d’une arête orientée nord-sud, devait compartimenter le fond de la vallée, tandis qu’au centre, approximativement sous les branches est et ouest des bâtiments hospitaliers actuels, une importante dépression linéaire semble pouvoir être restituée sur la base des observations effectuées aux alentours. La présence, dans cette dépression, de dépôts alluviaux permet de proposer la restitution d’un ancien bras d’Iton d’orientation globalement est-ouest (fig. 9). Ce bras d’Iton aurait incisé les dépôts loessiques antérieurs.

Fig. 8. Carte postale montrant les bâtiments de l’ancien hospice Saint-Louis (Archives municipales d’Évreux).

32Ces quelques hypothèses ne reposent bien entendu que sur des observations limitées et demandent à être étayées dans l’avenir, par de nouvelles investigations. Elles permettent néanmoins de proposer quelques pistes de recherche et apportent malgré tout des éléments de réflexion tangibles.

Premières occupations

33Plusieurs sondages ont révélé les traces d’occupations que, faute d’élément datant suffisamment précis, nous n’avons pu qu’attribuer à une période s’étendant de La Tène finale au début de la période gallo-romaine, soit du milieu du Ier siècle av. J.-C. à l’époque augustéenne.

34Ces occupations étaient exclusivement matérialisées par la présence de structures en creux (fossés, fosses et trous de poteau), aucune stratigraphie associée n’ayant été mise en évidence (fig. 10). Il semble donc que les sols contemporains de ces occupations n’aient pas été conservés, au moins dans les secteurs explorés. Une telle disposition paraît cependant assez classique des phases de proto-urbanisation et trouve de nombreux parallèles, comme à Lutèce par exemple (Guyard, 1998). Nos travaux ont également révélé, à de nombreuses occasions, des remaniements superficiels et une forte anthropisation du substrat qu’il faut sans doute lier à ces premières occupations des lieux.

Fig. 9. Restitution de la nature et du relief du substrat (plan : P. Wech/MADE).

Fig. 10. Vue des premières occupations identifiées dans le sondage 11 (cliché : K. Duval, D. Théolas/MADE).

35Bien entendu, les faibles surfaces observées ne permettent aucunement de proposer une quelconque restitution du plan ou de l’organisation de ces occupations. Nous nous contenterons donc de noter que, dans le contexte ébroïcien, ces observations renforcent et complètent l’image d’une « colonisation » précoce du fond de vallée, dès le milieu du Ier siècle av. J.-C, sans doute sous la forme d’une juxtaposition plus ou moins anarchique d’habitats individuels sans planification d’ensemble. L’absence de voirie attestée, en lien avec ces occupations, va en tout cas dans ce sens.

Aménagement du paysage et mise en place de l’urbanisme

36Plusieurs sondages ont révélé d’importantes troncatures effectuées dans le substrat limoneux. Ces interventions sont particulièrement perceptibles dans la partie septentrionale du site et semblent correspondre, entre autres, à un arasement général et volontaire de l’arête identifiée dans ce secteur.

37Il semble donc que cette élévation du terrain ait été nivelée en partie dès l’époque antique, afin de créer à cet endroit une terrasse d’altitude à peu près constante (environ 60,5 m NGF). La datation de cette troncature, si l’on admet qu’elle correspond à une intervention unique, pourrait être établie à l’époque augustéenne et refléterait ainsi l’existence de travaux d’envergure liés sans doute à la première véritable phase de l’urbanisme de Mediolanum Aulercorum. Les éléments recueillis dans les sondages 31, 41 et 43 vont en tout cas tous dans ce sens. En termes de chronologie, il est toujours délicat de dater une troncature, surtout quand celle-ci concerne le substrat. Il est cependant à noter que les niveaux de substrat « anthropisé », sans doute liés aux premières occupations, ont été observés à de nombreuses reprises, mais jamais dans les zones de troncature. Ceci laisserait donc supposer que cette dernière pourrait être postérieure aux premières occupations. Notre hypothèse d’une datation augustéenne est ainsi renforcée, et pourrait coïncider avec la mise en œuvre des premiers éléments de voirie dans les dernières années du Ier siècle av. J.-C. (Hartz, 2007, p. 41).

L’habitat et le développement de la ville dans la première moitié du Ier siècle

38Les occupations concernant la première moitié du Ier siècle ont été repérées sur l’ensemble de la surface explorée et semblent succéder aux travaux d’aménagement du substrat évoqués précédemment et datés de l’époque augustéenne. Ces occupations consistent principalement en des structures et des contextes domestiques reflétant la présence d’habitats.

39Du point de vue des techniques de construction, ces habitats se caractérisaient principalement par des murs en torchis sur clayonnage, avec, parfois, des fondations en craie damée (fig. 11) ou sur solin (fig. 12). Les sols étaient quant à eux majoritairement en terre. Aucune trace de décor n’a été découverte pour les habitats de cette époque.

40Là où des observations effectuées sur des murs ou des aménagements divers ont permis de révéler une orientation de cet habitat, il apparaît clairement que celle-ci est nord-ouest – sud-est et perpendiculaire, et se trouve donc en accord avec le premier état supposé de la trame urbaine (voir supra), dont la rue Buzot actuelle conserve le souvenir. Notons toutefois que les seules observations tangibles, pour la première moitié du Ier siècle, se trouvent uniquement dans la moitié nord du site.

41Les importants terrassements augustéens et l’apparente cohérence d’ensemble des structures découvertes, notamment quant à leur orientation unique, semblent refléter une structuration d’envergure et donc une planification urbaine dès les premières décennies du Ier siècle ap. J.-C.

42Le long de la rue Saint-Louis actuelle, deux sondages mitoyens ont permis de mettre en évidence l’existence probable d’un édifice monumental caractérisé par un mur ou stylobate périmétral en très grand appareil de calcaire (fig. 13). Celui-ci délimitait une surface pourvue au moins partiellement d’un sol de craie soigneusement aménagé (fig. 14). L’appartenance des différents éléments reconnus à une même construction est supposée en raison notamment d’orientations strictement identiques, de niveaux d’apparition très proches (62,15 à 62,5 m NGF) et d’observations stratigraphiques convergentes. La restitution, dans ce secteur restreint, de plusieurs structures construites en appareil monumental de calcaire semble en outre encore plus hasardeuse.

43L’identification d’un probable angle dans le sondage 22 permet de restituer à cette construction une largeur minimale d’environ 20,5 m (dimension nord-sud). La longueur minimale est quant à elle de 7 m (dimension est-ouest). Les éléments de datation récoltés permettent de situer cette construction au début du Ier siècle. Sa destination reste quant à elle incertaine (place publique, temple ?). L’hypothèse d’un aménagement domestique de type portique, même si elle n’est pas à exclure, semble en revanche peu probable en raison de sa monumentalité et resterait, dans l’état actuel des connaissances et pour la ville d’Évreux, un unicum. Notons avec intérêt que l’orientation de cette construction diverge sensiblement du schéma d’ensemble évoqué précédemment pour l’habitat. Peut-être faut-il y voir une conséquence de la présence du probable bras d’Iton identifié immédiatement au nord ?

Fig. 11. Fondation en craie damée d’un mur d’habitat du Ier siècle dans le sondage 35 (cliché : P. Wech/MADE).

Fig. 12. Solin identifié dans le sondage 52 (cliché : F. Laot/MADE).

Fig. 13. Plan des structures d’un édifice monumental observées dans les sondages 21 et 22 (plan : P. Wech/MADE).

Fig. 14. Vestiges du mur stylobate et sol de craie associé (cliché : F. Laot/MADE).

Fig. 15. Fragment d’inscription découvert dans le sondage 22.

44La découverte d’un fragment d’inscription monumentale sur plaque de marbre, bien qu’en contexte postérieur, n’est sans doute pas anodine dans ce secteur précis (fig. 15). Elle comportait des lettres de 6,5 cm de haut et d’une bonne qualité de gravure, ne pouvant renvoyer qu’à une inscription de belle facture. L’identification de la lettre P précédant un point séparateur, suivi de l’amorce probable d’un C, n’est pas sans évoquer l’abréviation [IM] P. C [AES] et pourrait suggérer, selon toute vraisemblance, qu’il s’agit de la dédicace d’un monument public. Mais ceci relève très largement du domaine de l’hypothèse.

Un nouveau développement urbain dans les années 60 de notre ère ?

45Dans la zone de contact entre les deux trames urbaines reconnues à Mediolanum Aulercorum, les sondages 21, 22 et 23 témoignent précisément de profonds bouleversements dans le tissu urbain, changements que les éléments recueillis permettent de situer avec une certaine précision dans les années 60 de notre ère.

46Il s’agit en premier lieu de l’abandon et du démantèlement partiel de l’édifice monumental que nous venons d’évoquer. Son abandon semble suivi d’une réutilisation des espaces à des fins d’habitat plus modeste. On assiste donc à un remaniement de l’espace urbain se traduisant par l’abandon d’un grand monument et le « détournement » d’un espace public au profit d’un espace désormais privé. A contrario, le sondage 23 a révélé les traces d’un probable habitat occupé durant la première moitié du Ier siècle, sur les vestiges duquel semble s’installer, à nouveau dans les années 60, une rue qui connaîtra au moins six états successifs.

47Ces phénomènes inverses semblent tout à fait contemporains l’un de l’autre et reflètent peut-être une importante réorganisation urbaine au cours de laquelle les espaces changent de destination en passant du « domaine public » à la sphère privée et inversement. C’est en tout cas ce que laissent supposer ces différentes observations qui se concentrent précisément dans la zone de contact entre les deux trames viaires. Peut-être n’est-ce pas un hasard ? L’extension occidentale du tissu urbain et la mise en place d’une seconde trame urbaine, d’orientation divergente, pourraient donc relever du milieu, plutôt que du début du Ier siècle comme cela était proposé jusqu’alors.

Des thermes au Ier siècle ?

48C’est sans doute à la même époque qu’est créé un premier établissement thermal dont les possibles vestiges ont été reconnus très partiellement dans les sondages 11 et 63 et dont l’orientation répond aux éléments de la seconde trame urbaine. Fortement suspectée à l’issue des fouilles de 1993, l’existence de cet établissement antérieur au monument exploré alors, et qui avait été daté quant à lui de la fin du IIe siècle (Aupert, 1997), n’avait pu être confirmée. Les vestiges observés dans le cadre du diagnostic sont bien entendu beaucoup trop ténus pour permettre la moindre tentative de restitution (fig. 16). Leur appartenance à des thermes est en revanche hautement probable, en raison de la présence, dans les niveaux de démolition associés, de nodules de mortier hydraulique et de fragments de tubuli et de suspensurae.

49Notons simplement qu’ils ont été identifiés dans un secteur extérieur, au nord et au nord-est de l’emprise restituée des thermes postérieurs. Leur extension doit très certainement, en grande partie, être recherchée sous l’édifice qui leur succède au IIe siècle.

Fig. 16. Maçonnerie des thermes du Ier siècle identifiée dans le sondage 63 (cliché : D. Théolas/ MADE).

Quelques compléments sur les thermes du IIe siècle

50Alors que la présence de thermes ébroïciens dès le Ier siècle n’était jusqu’alors que supposée, celle d’un édifice postérieur était quant à elle bien assurée grâce, notamment, à la fouille de 1993 réalisée à l’emplacement de la maternité. Ces travaux avaient permis de dégager une grande partie de l’édifice, d’en déterminer les principales caractéristiques et d’en proposer la datation et une restitution.

51La présence des bâtiments de la maternité ne nous a guère permis, à l’exception du sondage 73 (fig. 17), de réaliser d’ouverture dans l’édifice thermal lui-même et les rares éléments collectés ne modifient en aucune façon les conclusions apportées suite aux fouilles précédentes. C’est pourquoi, en ce qui concerne le bâtiment thermal, sa morphologie, son organisation dans son état d’achèvement et sa chronologie, nous renvoyons simplement à la publication qui en a été faite antérieurement (Aupert, 1997). Rappelons que la construction avait alors été datée des années 170, et l’abandon de la fin du IIIe siècle, voire du début du IVe siècle. Les observations réalisées lors du diagnostic s’inscrivent parfaitement dans ce schéma interprétatif (fig. 18).

Fig. 17. Ensemble de maçonneries des thermes du IIe siècle dans le sondage 73 (cliché : P. Wech/MADE).

52Notre intervention a toutefois permis de mettre en lumière un fait qui nous semble important, et qui n’avait pas pu être abordé lors des fouilles de 1993, à savoir l’existence très probable de remaniements conséquents, au niveau, notamment, de la façade méridionale (sondage 75). Nous avons vu en effet que celle-ci avait vraisemblablement connu une reconstruction complète, associée à un agrandissement de l’espace S1 situé à l’arrière, mais dont la datation n’a pu être déterminée.

Fig. 18. Plan et proposition de restitution des thermes du IIe siècle et de leur environnement urbain (plan : P. Wech/MADE/fond cadastral).

53Autre avancée notable : la présence, au nord du bâtiment thermal à proprement parler, d’une palestre associée au complexe. Bien que les limites de fouille imposées aux archéologues en 1993 n’aient pas permis de reconnaître la nature des occupations situées immédiatement au nord de la façade restituée des thermes, l’existence d’une palestre avait alors été supposée mais demeurait hypothétique.

54Les éléments mis au jour dans le sondage 12 permettent aujourd’hui, sinon de confirmer l’hypothèse, du moins de la conforter (fig. 18). Deux maçonneries successives y ont en effet été mises au jour, et relèvent assurément de la période gallo-romaine (fig. 19). Leur nature monumentale, avec des épaisseurs dépassant le mètre, ne laisse guère de doute quant à leur appartenance à une construction publique d’importance, les thermes étant, dans l’état actuel des connaissances, la plus proche. Leur orientation étant strictement identique à celle du balnéaire, leur association à ce monument paraît donc probable.

  • 2 En guise de comparaison, la palestre des thermes de Limoges, place des Jacobins, s’étend sur 2 000 (...)

55Autre élément positif : la métrologie. Les études antérieures ayant mis en évidence la structure modulaire du bâtiment thermal, nous avons tenté une analyse similaire et ainsi constaté que la distance séparant les maçonneries en question de la façade septentrionale restituée des thermes (61 m) n’est que de peu supérieure à la longueur totale du bâtiment (56,35 m). Celui-ci, de ce fait, pourrait donc s’inscrire précisément dans l’espace ainsi restitué. Si l’on raisonne en sens inverse, on constate que le report de la longueur du bâtiment thermal dont l’organisation modulaire a été démontrée (47 m, pièce S1 exclue) nous amène, au nord jusqu’à l’emplacement d’un fossé moderne coïncidant précisément avec une modification brutale de la stratigraphie antique, et qui nous avait laissé supposer l’existence d’une limite importante. Peut-être faut-il y restituer la limite septentrionale d’une palestre ? Dans ce cas, les maçonneries monumentales situées plus au nord ne pourraient-elles pas être liées au cours du bras d’Iton identifié sous l’hôpital, et constituer des aménagements de berge, voire de quais ? Dans un cas comme dans l’autre, l’existence de cette palestre devient fortement probable. En se basant sur la largeur du bâtiment thermal, nous proposons donc de restituer un espace quadrangulaire dont les dimensions peuvent être de 56 x 47 m (2 630 m2 environ) ou de 56 x 61 m (3 415 m2 environ2).

56De telles restitutions posent cependant la question de la topographie de cet espace, dans la mesure notamment où les maçonneries identifiées au nord (61 m NGF) se situent à quelques 3,5 m en contrebas des sols intérieurs des thermes, et à environ 2 m en contrebas du sommet des occupations antérieures observées dans le sondage 11.

57Pour conclure au sujet de la palestre, l’identification, dans l’espace proposé en restitution et précisément dans le sondage 11, de structures relevant probablement de thermes du premier siècle, renforce encore notre hypothèse. Il semblerait en effet normal de penser que l’espace de l’édifice antérieur ait été réutilisé par son successeur. Le contraire serait en tout cas plus surprenant.

Fig. 19. Vue des maçonneries gallo-romaines monumentales du sondage 12 (cliché : F. Laot/ MADE).

Fig. 20. Murs d’habitat gallo-romain identifiés dans le sondage 84 (cliché : D. Théolas/MADE).

58Plusieurs sondages, réalisés dans l’environnement immédiat du bâtiment thermal, permettent aujourd’hui de mieux comprendre son insertion dans le paysage urbain. Il est aujourd’hui certain qu’une rue longeait la façade méridionale des thermes et de la pièce S1, sans pour autant leur être complètement parallèle (fig. 18). Les observations des sondages 74 et 81 ont permis d’en préciser le tracé et de révéler un important pendage d’est en ouest, mais aussi de mettre en évidence l’existence d’aménagements connexes comme une canalisation en bois, peut-être en lien avec l’édifice thermal.

59La compilation des données des sondages 72 et 74 a en outre mis en lumière l’existence d’une possible esplanade comprise entre la rue située au sud et en contrehaut, et les thermes situés au nord et à une même altitude. Rien ne permet cependant de déterminer si cette esplanade appartenait ou non au complexe thermal. Il n’est pas impossible, vu sa situation autour d’un praefurnium, qu’il ait pu s’agir d’un espace technique ou d’une aire de service. Plusieurs sondages enfin ont permis de mettre au jour, pour ainsi dire au contact des thermes, des structures d’habitat (sondages 83 et 84 ; fig. 20) dont la localisation permet d’exclure l’existence, le long de la façade occidentale du balnéaire, d’un axe viaire important. Tout au plus peut-on supposer la présence d’une ruelle desservant un accès aux thermes. Il en ressort que le complexe n’occupait vraisemblablement pas un îlot urbain à lui seul.

Structures de l’habitat jusqu’à la fin de l’Antiquité

60Le cadre du diagnostic n’a bien évidemment pas permis de mettre en évidence un plan complet d’habitation, ni même celui d’un espace particulier. Aucune réflexion d’ordre typologique ne peut donc être faite sur la structuration et l’organisation des habitats partiellement reconnus ici.

61Il est néanmoins intéressant de constater la permanence de certaines techniques de construction. Ainsi, l’architecture en torchis sur clayonnage, pour les habitats, se retrouve sans discontinuité jusqu’à la fin des occupations antiques. Seule nouveauté, du moins en apparence en raison des faibles surfaces explorées, l’introduction de murs-bahut maçonnés au mortier (fig. 21). À une, voire deux exceptions près, aucun mur entièrement réalisé en mortier n’a pu être formellement identifié.

62Les sols sont toujours majoritairement en terre, pour les espaces intérieurs notamment, et en gravier. Quelques espaces sont dotés quant à eux d’aménagements en craie damée, parfois de belle facture, tandis qu’un seul exemple de sol réalisé en mortier a pu être identifié (fig. 22).

63Certaines pièces, au moins, étaient pourvues de décors peints comme en attestent les nombreux fragments d’enduits fréquemment retrouvés dans les niveaux et les remblais de démolition (fig. 23). Ces enduits étaient indifféremment appliqués sur des cloisons en terre ou en mortier. La démolition quasi-systématique des élévations ne nous a pas permis de retrouver de décor en place, à l’exception d’un enduit blanc sur un mur en terre et d’un autre rouge sur une élévation maçonnée. Les indices d’un décor d’applique (dallage/placage de calcaire ou de marbre) sont quant à eux particulièrement rares et retrouvés systématiquement en position secondaire, peut-être, dans certains cas, en lien avec les thermes proches.

Fig. 21. Mur-bahut maçonné dans le sondage 33 (cliché : D. Théolas/MADE).

Fig. 22. Sol en mortier de tuileau dans le sondage 36 (cliché : F. Laot/MADE).

Fig. 23. Fragments d’enduits peints retrouvés dans plusieurs habitats antiques.

64Les installations domestiques identifiées lors du diagnostic se résument à une poignée de foyers réalisés à même le sol, sans plus d’aménagement qu’un petit bourrelet de terre, le plus souvent arasé (fig. 24). Deux puits probables complètent ce tableau, l’un présentant une ouverture carrée et un parement maçonné (fig. 25), l’autre un plan circulaire et un parement récupéré.

65Si aucun commentaire ne peut être fait quant à la morphologie et la taille des habitations, il est néanmoins possible, au regard du mobilier mis au jour, de proposer l’identification d’unités d’habitat peut-être plus aisées. La présence, notamment, de verre à vitre et de matériel thermal (brique d’hypocauste, tubuli, suspensurae, etc.), pouvant révéler l’existence de thermes privés, constitue ainsi un indice suggestif. Sur ces bases, deux secteurs de l’habitat semblent se rapporter à des occupations plus cossues, autour des sondages 35 et 36 d’une part, et du sondage 22 d’autre part. Ceci ne relève cependant que du domaine de l’hypothèse.

Fig. 24. Foyer domestique identifié dans le sondage 43 (cliché : P. Wech/MADE).

Fig. 25. Angle de puits maçonné dans le sondage 53 (cliché : P. Wech).

Bilan sur la répartition et la conservation des vestiges d’occupation antique

66D’une manière générale, et sans surprise, il apparaît que les occupations gallo-romaines sont présentes sur l’ensemble du site, mais à des profondeurs variables, en raison d’interventions contemporaines qui, en rehaussant le sol ou en pratiquant des troncatures parfois très conséquentes, ont remodelé considérablement la morphologie du terrain.

67L’une des informations les plus importantes réside dans la conservation probable, sous les bâtiments mêmes de l’hôpital, de structures gallo-romaines, alors qu’il était raisonnable de penser que la construction avait tout détruit. Les sondages ont en effet révélé que les sous-sols des bâtiments avaient été installés sur le toit du substrat, détruisant certes l’accumulation stratigraphique sus-jacente, mais préservant ainsi l’essentiel des structures en creux gallo-romaines implantées dans la grave. C’est en tout cas ce que révèlent, pour le bâtiment hospitalier, les sondages 34, 51, 52 et 53, et, pour le bâtiment d’accueil, les sondages 31 et 32.

68Il est en revanche plus que probable que rien ne subsiste sous les sous-sols de la branche sud de l’hôpital, en raison du pendage du substrat et des niveaux archéologiques dont l’altitude remonte ici progressivement.

69Un second secteur, situé dans l’angle sud-est des bâtiments hospitaliers, semble également avoir été « purgé » de tout vestige d’occupation antique. Cette troncature, au vu des éléments en notre possession, semble pouvoir être datée de l’époque moderne et n’est pas sans évoquer les observations réalisées récemment lors d’interventions proches (Wech, 2009b). Peut-être faut-il la lier à l’aménagement, dans ce secteur, d’un canal à l’époque moderne ?

Principaux résultats – Antiquité tardive

La fin de l’habitat

70D’une façon générale, l’Antiquité tardive n’a livré lors du diagnostic que des traces particulièrement fugaces. De façon quasi systématique, les habitats reconnus ne semblent jamais perdurer au-delà de la fin du IIe siècle. Les derniers niveaux observés, sauf exception, ne livrent en effet aucun élément céramique postérieur à cette date. Il est sans doute encore plus significatif de souligner l’absence totale de monnaie du IIIe siècle, dont les frappes sont pourtant très abondantes et que l’on trouve toujours en quantité sur les sites de cette période (monnaies de Tétricus notamment).

71L’absence totale de ces éléments indique donc sans ambiguïté que les habitats de ce secteur sont abandonnés massivement entre la fin du IIe et le tout début du IIIe siècle Deux exceptions sont néanmoins à signaler, autour des sondages 35 et 36 d’une part, et du sondage 22 d’autre part, dans lesquels quelques éléments céramiques des IIIe-IVe siècles ont été découverts. Il est intéressant de constater que ces deux secteurs coïncident avec l’identification d’habitats aisés antérieurs. Il apparaît donc ainsi que ce secteur de la ville antique, hormis quelques occupations sporadiques, s’est trouvé en grande partie déserté au début du IIIe siècle.

72Cette situation avait déjà été observée lors de fouilles antérieures (rue Lepouzé notamment : Gerber, 1990), mais pouvait alors passer pour un évènement ponctuel, ne concernant qu’un habitat. La localisation de ces fouilles, à l’est du présent diagnostic, pouvait également amener à conclure à un phénomène marginal ou périphérique. La surface importante explorée ici, et le caractère systématique des observations ne permettent aujourd’hui plus aucun doute quant à la nature et l’importance exactes de cet abandon qui semble donc avoir concerné un pan entier de la ville et ce de façon très précoce.

73Cette constatation doit certainement être mise en regard du fort développement, à cette même époque, de la grande agglomération cultuelle du Vieil-Évreux, tant au niveau des habitats que des constructions monumentales. Cette évolution concomitante, quoiqu’opposée dans les faits, n’est sans doute pas fortuite.

Un quartier hors-les-murs

74Les recherches menées sur le castrum suggèrent, comme nous l’avons vu, l’existence d’un premier état de cette fortification englobant totalement les terrains diagnostiqués (fig. 6), et relevant du 3e quart du IIIe siècle. Cette première muraille aurait donc inclus des îlots déjà en grande partie désertés, mais surtout les thermes qui étaient quant à eux toujours en activité. Ces derniers sont d’ailleurs sûrement l’un des éléments à l’origine de cette volonté d’inclure ce quartier de la ville antique dans l’espace fortifié, malgré son « abandon ».

75L’aménagement de la muraille définitive, sans doute à partir de la fin du IIIe siècle et après correction du tracé initial suite à la désaffection des thermes, exclut de facto le secteur diagnostiqué de l’espace urbain. Contrairement à ce que l’on aurait pu initialement penser, « l’abandon » de ce quartier ne constitue donc pas une amputation massive du tissu urbain, mais « régularise » en réalité une situation qui existait déjà dans les faits depuis un peu moins d’un siècle.

76Ce secteur de la ville, souvent identifié comme le foyer du développement premier de l’urbanisme à l’époque augustéenne, et par la suite fortement urbanisé, s’est alors retrouvé hors-les-murs et ne semble pas avoir connu de réoccupation pérenne avant le bas Moyen Âge au plus tôt.

Principaux résultats – Moyen Âge

Les « terres noires »

77Les dernières occupations gallo-romaines reconnues sont partout surmontées par une accumulation de sédiments, parfois stratifiés, mais dans l’ensemble très homogènes, et qui correspond à ce que l’on nomme communément des « terres noires ». Leur épaisseur et leur nature intrinsèque sont variables, témoignant sans doute de modes de constitution différents selon les secteurs. Il serait illusoire de tenter ici une restitution planimétrique de ces phénomènes, tant les surfaces observées sont restreintes et les destructions postérieures parfois importantes. Notons toutefois que les « terres noires » présentent une épaisseur moyenne comprise entre 0,8 m et 1 m. Trois exceptions notables à cela : au nord-ouest, un secteur présente une épaisseur pouvant atteindre 1,5 m, tandis qu’en position centrale deux zones livrent des épaisseurs sensiblement inférieures (sondages 13 et 23 d’une part et 35 d’autre part). Nous verrons que ces deux dernières correspondent à l’emplacement de structures relevant du bas Moyen Âge et de la période moderne, dont la présence a très vraisemblablement limité l’accumulation des « terres noires ».

78Le mobilier présent dans ces niveaux est le plus souvent rare, très fragmentaire et usé. Il témoigne toutefois d’une constitution et d’une utilisation (peut-être à des fins agricoles ?) de ces niveaux sur une période très longue, débutant sans doute dès la fin de l’Antiquité et courant, dans certains sondages, jusqu’à l’époque moderne. D’une façon générale, il est certain que cette phase de l’occupation couvre au moins l’essentiel du Moyen Âge. L’existence de « terres noires » du haut Empire gallo-romain ne peut cependant pas être exclue.

Aux portes de la ville…

79La période médiévale apparaît sur le site essentiellement au travers des « terres noires » que nous venons d’évoquer. Leur présence exclusive reflète sans doute la proximité de l’agglomération ébroïcienne, retranchée derrière son castrum, mais indique assez clairement qu’aucune occupation pérenne ne se trouve alors plus dans ce secteur. Tout au plus le terrain accueille-t-il probablement des épandages de matériaux provenant de la ville toute proche (remblais issus du creusement de caves ou apports de sédiments pour remise en culture par exemple) et abrite des activités agricoles ou maraîchères n’ayant laissé que très peu de traces.

La basse cour du château comtal ?

80Les sources à notre disposition mentionnent le fait que, pour l’établissement de la congrégation dominicaine voulue par Louis IX et située dans l’emprise du diagnostic, celui-ci fit don à cet effet de la basse cour du château d’Evreux (Bauduin 1997, p. 2). La localisation exacte des limites de cette basse cour pose toutefois quelques problèmes.

81La présence dans les sondages 12, 73 et 83 de plusieurs fossés assez imposants peut laisser supposer, malgré leur comblement final à l’époque moderne, que la basse cour pouvait avoir été délimitée par un fossé d’enceinte. Il n’est bien sûr pas possible de rattacher avec certitude l’une ou l’autre de ces structures à cette basse cour, mais la question méritait toutefois d’être posée.

Fig. 26. Plan des éléments d’occupation médiévale reconnus lors du diagnostic (plan : P. Wech/MADE).

82Le meilleur candidat pour une telle interprétation est sans doute l’important creusement identifié dans le sondage 83, et dont le prolongement doit être recherché dans le sondage 73 (fig. 26). Malgré l’absence d’élément permettant de dater son creusement initial, son ampleur, la présence de recreusements et l’identification d’une phase d’utilisation nettement médiévale (céramique du bas Moyen Âge avec résidualité du haut Moyen Âge dans le sondage 73) militent clairement en faveur d’un aménagement médiéval qu’il serait tentant de rattacher à la délimitation de la basse cour du château. Nous sommes cependant là dans le domaine de l’hypothèse.

L’église Saint-Louis et ses abords

83La première occupation médiévale consistante a été observée dans le sondage 35 et se rapporte à l’installation d’un « couvent de frères prêcheurs » (Dominicains) et la construction d’une église initialement placée sous l’invocation de Saint-Pierre et Saint-Paul (Lamiray, 1927). Les sources disponibles nous informent qu’un premier monument fut décidé en 1269 sous le règne et par décision de Louis IX (1226-1270), ce qui, bien sûr, ne permet pas d’exclure la présence d’un édifice antérieur. Comme nous l’évoquions précédemment, l’installation de la communauté religieuse et la construction de l’église se sont faites sur les terrains relevant jusqu’alors de la basse cour du château, concédés à cet effet par le roi lui-même.

84Les éléments de datation récoltés lors du diagnostic concordent toutefois pour autoriser l’identification des premières maçonneries observées dans le sondage 35 avec l’église Saint-Pierre et Saint-Paul, devenue ensuite Saint-Louis en 1299, lors de la béatification du souverain (Lamiray, 1927). Seule une maçonnerie relevant probablement de cette première église ayant été observée dans le cadre du diagnostic, aucune tentative de restitution n’est permise. Dans l’environnement immédiat, plusieurs traces d’occupation ont été mises en évidence et peuvent être liées à cette installation. Il s’agit, dans le sondage 33, de fosses dont le comblement semble relever des XIIIe-XIVe siècles et, dans le sondage 31, d’une maçonnerie non datée et possiblement associée à cet établissement.

Un habitat extra-muros le long de la rue Saint-Louis

85Dernier élément rattachable à la période médiévale, le sondage 25 a livré quant à lui les vestiges de constructions dont la destination ne peut être précisée (habitat ? artisanat ?), mais dont la datation s’établit dans le courant du bas Moyen Âge. L’orientation de ces structures, consistant en un angle de bâtiment maçonné et deux solins attenants, est strictement concordante avec celle de la rue Saint-Louis limitrophe, par ailleurs attestée au moins depuis les années 1200 (sous les noms successifs de rue du Chariot et rue Trianon ; Coutil, 1921, p. 54). Il n’est donc pas impossible que se soit développé dès cette époque, en marge du couvent, à l’extérieure du castrum et le long de cette rue, un habitat dont l’importance ne peut aujourd’hui pas être estimée.

86Bien que postérieure à la fin du Moyen Âge, la vue d’Évreux réalisée par Tassin en 1634 offre sans doute un bon aperçu de ce à quoi pouvait ressembler ce quartier naissant (fig. 27).

Fig. 27. Vue d’Évreux depuis le sud-est en 1634 (dessin : N. Tassin/Archives départementales, 2 Fi 280).

Conclusion sur les occupations médiévales

87Les quelques éléments mis en évidence lors du diagnostic livrent l’image d’une occupation médiévale très modeste, essentiellement caractérisée par des accumulations de « terres noires », probables témoins de la remise en culture au moins partielle de ces terrains. Il est intéressant cependant de noter la reconquête urbaine progressive de cet espace, à la fin du Moyen Âge, par le biais, tout d’abord, de l’installation d’un couvent, puis par le développement probable d’un modeste « faubourg » le long de la rue Saint-Louis.

Principaux résultats – Période moderne

L’église Saint-Louis et les Dominicains

L’église

88Les sources disponibles sur cette période nous renseignent assez précisément sur l’histoire et les principales étapes de la vie de l’église et du couvent associé (fig. 28), palliant ainsi les imprécisions de la documentation archéologique obtenue dans le cadre du diagnostic. Pour ce faire, nous nous réfèrerons principalement à la synthèse d’Henri Lamiray (1927). Nous apprenons ainsi que la chapelle connut de nombreuses réfections, dont l’archéologie se fait ici sans doute l’écho, la plus importante étant celle de 1702. Peut-être les murs principalement identifiés dans le sondage 35 relèvent-ils de cette construction du début du XVIIIe siècle ?

89Henri Lamiray nous indique que la chapelle mesurait alors 172 pieds pour une largeur de 32 pieds. L’étude des plans cadastraux des XVIIIe et XIXe siècles nous permet ainsi de proposer une localisation et une restitution en plan de l’édifice qui ne paraît plus avoir fait l’objet d’importants remaniements par la suite (fig. 29). Celui-ci comportait une série de contreforts sur le mur septentrional au moins, dont l’un a été mis au jour dans le sondage 35 (fig. 30). Aucun document figuré ne permet cependant de préciser davantage l’architecture du monument qui apparaît, sur les plans de la fin du XVIIIe siècle comme une construction de plan allongé, probablement à nef unique et sans transept. Le chœur ne présente pas, sur ce plan, de chapelle axiale, ni aucun aménagement particulier, simplement un chevet de plan circulaire ou à pans coupés.

Fig. 28. Plans successifs du couvent des Jacobins et de l’église Saint-Louis.

Fig. 29. Plan des éléments d’occupation moderne reconnus lors du diagnostic (plan : P. Wech/MADE).

Le cloître

90Nous savons également que le cloître fut rebâti au XVIe siècle, sous la houlette du frère jacobin Laurenti, surnommé « Langue d’or » à cause de ses sermons, qui fit également restaurer les chaires du chœur (Lamiray, 1927). Ce cloître se trouvait accolé au flanc sud de l’église Saint-Louis ainsi qu’on peut le voir sur de nombreuses figurations (fig. 27). C’est peut-être à cette construction qu’appartenait la maçonnerie postérieure au XIVe siècle et mise au jour dans le sondage 33.

91Ni les sources ni l’archéologie n’apportent beaucoup plus d’information sur ce cloître qui, dans un premier temps, semble s’être présenté sous la forme d’une cour fermée dont le côté nord était constitué par l’église. Le plan Chouard de la fin du XVIIIe siècle (fig. 28) indique la suppression du côté méridional et l’ouverture de la cour sur les vergers environnants.

Les abords de l’église

92Seule la zone extérieure située au nord de l’édifice a pu être ici observée dans le sondage 35. La fouille y a révélé, couvrant une période comprise entre la fin du Moyen Âge et le courant de la période moderne, des aménagements interprétables comme des fosses de plantation. Peut-être sommes-nous en présence des traces d’un aménagement paysager des abords de l’église Saint-Louis ?

93Durant la même phase de l’occupation, un sol de craie est installé le long du mur gouttereau de l’église, sur une largeur d’environ 3 m. Son prolongement occidental a sans doute été reconnu dans le front de taille du sondage 32, à une altitude très similaire (62 m NGF contre 62,15 dans le sondage 35). Ces différents éléments révèlent une structuration importante et un aménagement des abords de l’église à la fin du Moyen Âge et à l’époque moderne.

Le cimetière Saint-Adrian (ou Saint-Adrien ?)

94Le sondage 44 a permis de mettre au jour plusieurs sépultures dont la datation précise n’a pas pu être établie, mais dont l’appartenance à la fin du Moyen Âge ou à l’époque moderne semble néanmoins assurée par la stratigraphie (fig. 31).

95L’étude des documents d’archives permet d’interpréter ce groupement de sépultures comme une partie d’un cimetière plus vaste que Le Brasseur décrit ainsi : « [...] cimetière saint Adrien, petite chapelle annexe de la Paroisse de saint Léger, fondée par Robert Courtois et Anne Lotte sa femme qui y sont enterres [sic] » (1722, p. 319). Cette indication permet de supposer que le cimetière existe au moins depuis le XVIe siècle, mais ne permet pas d’exclure sa création antérieure.

Fig. 30. Mur gouttereau et contrefort de l’église Saint-Louis (cliché : P. Wech/MADE).

96Plusieurs documents cartographiques du XVIIIe siècle permettent de confirmer cette identification, en précisant la localisation de ladite église, au nord-est de l’enclos des Jacobins (fig. 32). Rien ne permet en revanche de préciser l’extension du cimetière, dans la mesure où aucune limite n’a été reconnue. L’absence de l’église, comme du cimetière, sur le plan d’Évreux réalisé en 1789 par l’ingénieur Chouard, permet de conclure qu’à cette date, l’un comme l’autre n’existaient plus. L’abandon doit donc relever du courant du XVIIIe siècle et être suivi d’une remise en culture, le secteur apparaissant comme tel en 1789.

De l’habitat ?

97Deux sondages ont livré des traces d’une occupation interprétable comme de l’habitat. Des sols et des occupations modernes ont tout d’abord été repérés dans le sondage 25, succédant à la démolition du bâti déjà évoqué pour la fin du Moyen Âge.

Fig. 31. Vue des sépultures du cimetière Saint-Adrian mises au jour dans le sondage 44 (cliché : K. Duval/MADE).

Fig. 32. Le cimetière et la chapelle Saint-Adrian sur les documents du XVIIIe siècle.

Fig. 33. Solin et sols de l’habitat moderne reconnu dans le sondage 13 (cliché : P. Wech/ MADE).

Fig. 34. Coupe dans le comblement du vivier au niveau de sa bordure orientale. Maçonnerie en bas à droite (cliché : K. Duval/MADE).

98Malgré l’absence de tout élément permettant l’identification de la nature de l’occupation moderne, il semble possible de restituer ici un habitat, en supposant une pérennité de l’occupation antérieure et de ses fonctions.

99Le sondage 13 a, quant à lui, livré des vestiges plus concrets, sous la forme d’une cheminée en tuileau, vraisemblablement accolée à un mur maçonné, et associée à un mur sur solin d’orientation similaire (nord-est – sud-ouest). Les sols contemporains sont constitués de terre et de tuiles concassées (fig. 33). La présence d’une cheminée permet d’identifier une fonction probable de logis et donc de reconnaître un habitat dont l’abandon est daté du XVIIe siècle au plus tôt.

100Ce logis participe sans doute également à la reconquête urbaine de ce quartier, à l’image de ce qui avait été proposé pour les structures du sondage 25, et appartient probablement au même « faubourg » naissant, situé entre le castrum et le cloître, à moins qu’il ne relève des structures du couvent.

Installations hydrauliques : vivier, canaux et canalisations

101La période moderne voit également l’installation d’importantes structures hydrauliques, dont la principale est sans conteste le vaste vivier dont la limite orientale a été observée dans le sondage 23 (fig. 34). Sa création est antérieure à la fin du XVIIIe siècle, mais son absence sur les documents figurés du XVIIe siècle (fig. 27) permet de situer son creusement entre le milieu du XVIIe siècle et le courant de la seconde moitié du XVIIIe siècle. Son comblement est quant à lui bien daté de la première moitié du XIXe siècle, entre 1820 et 1844.

102Les nettes variations observées, tant dans la forme que dans les dimensions de ce « bassin », sur les différents plans du secteur (plan Chouard en 1789 et casdastre de 1811), incitent à restituer plusieurs aménagements successifs modifiant l’apparence de la structure, mais dont le diagnostic ne fait pas état. Aucun élément, ni archéologique, ni cartographique, n’indique une quelconque alimentation en eau de ce vivier. Son emplacement, au débouché du vallon de la rue Saint-Louis, et sur la bordure du bras d’Iton aujourd’hui disparu, permet de supposer qu’il pouvait recevoir un approvisionnement naturel en eau, résultant de la conjonction de ces deux structures hydrologiques.

103Alors que son alimentation est ignorée, son évacuation est en revanche bien figurée sur les différents documents, à commencer par le plan Chouard de 1789. Elle est représentée sous la forme d’une canalisation relativement étroite, émergeant de l’angle nord-est du vivier et se prolongeant suivant une direction nord-est (fig. 35). Manifestement aérienne sur plusieurs centaines de mètres de longueur, elle fut par la suite recouverte par les constructions postérieures figurées sur les plans du XIXe siècle. Elle passe ainsi sous l’angle du bâtiment arrière de l’hospice construit à partir de 1825.

104Plus à l’est encore, la canalisation franchit une limite de parcelle, matérialisée sur le terrain par un mur assez conséquent (sondage 61), dont la datation est comprise entre le milieu du XVIIe siècle et la fin du XVIIIe siècle. Pour ce qui en a été vu lors du diagnostic, elle est alors souterraine et évolue au-delà de cette limite vers un canal plus large et à ciel ouvert. Là encore, la présence de cet aménagement sur le plan de 1789 permet de situer sa construction antérieurement à cette date, sûrement dans le courant du XVIIIe siècle. Notons au passage que le canal observé dans le sondage 54, constitué de deux murs parallèles, mais de factures très différentes, présente une largeur inférieure à celle indiquée sur les cadastres anciens. Il est tentant d’y reconnaître plusieurs états (fig. 36).

105Peut-être faut-il reconnaître dans cet ensemble d’aménagements ni plus ni moins que la canalisation du bras d’Iton à l’époque moderne, ce qui supposerait par ailleurs une légère modification de son tracé depuis l’Antiquité ?

106De nombreux éléments vont en ce sens, à commencer par le tracé de la canalisation, depuis le vivier jusqu’au canal oriental, qui suit assez précisément l’emplacement supposé du bras de rivière. Le fait que le canal d’évacuation ait subsisté longtemps après le remblaiement du bassin, sous la forme notamment de la buse en béton du sondage 62, tend également à accréditer cette hypothèse : l’eau venant naturellement, il était toujours nécessaire d’en canaliser le flux, avec ou sans bassin en amont ! À ce stade de l’enquête, aucune certitude n’est permise, mais la question méritait d’être posée.

Fig. 35. Le vivier et son exutoire sur le plan Chouard de 1789 (Archives départementales, 3 Pl 13).

Fig. 36. Parement ouest du canal identifié dans le sondage 54 (cliché : F. Laot/MADE).

Une importante troncature dans le secteur oriental : prélèvement de matériaux ?

107Les sondages 54, 61, 62 et 63 ont révélé l’existence, dans l’angle formé par les bâtiments hospitaliers des années 1960, d’une importante zone dans laquelle les niveaux archéologiques semblent avoir fait l’objet d’importantes troncatures que nous proposons d’attribuer à l’époque moderne.

108Ces terrassements ont semble-t-il fait disparaître toute trace des stratigraphies antérieures, puisque le substrat a été systématiquement atteint, voire même généreusement entamé. La zone concernée ne peut pas être cernée avec certitude, mais l’observation d’une de ses limites, dans le sondage 63, permet de la circonscrire au moins vers le sud. Partant de ces observations, et de la localisation des fouilles antérieures réalisées à proximité et qui avaient livré une stratigraphie « normale » (fouilles de la rue Lepouzé notamment), il ne semble pas impossible de restituer grossièrement son emplacement.

109Quelle était donc la destination de ces travaux d’envergure ? Il est peut-être intéressant de constater que l’emplacement de cette zone « perturbée » se trouve à proximité immédiate et correspond pour partie au tracé du bras de l’Iton identifié précédemment. Peut-être s’agit-il des traces d’un vaste aménagement lié à ce cours d’eau aujourd’hui oublié ? Ces terrassements sont-ils liés à sa canalisation ? Ou bien s’agit-il plus simplement d’une zone de prélèvement de matériaux, ainsi qu’elles ont été identifiées en d’autres points proches de la ville (voir notamment Wech, 2009b) ?

Conclusion pour l’époque moderne

110L’époque moderne voit la continuation logique des processus d’urbanisation initiés à la fin du Moyen Âge. Le couvent des Jacobins se structure et se dote de nouveaux équipements, tandis que l’habitat mitoyen semble se développer. Au nord-est, un cimetière et une chapelle Saint-Adrian sont créés, dépendant de la paroisse Saint-Léger, et témoignent de l’essor important de cet autre faubourg d’Évreux.

Fig. 37. Vue des fondations d’un bâtiment de l’hospice du XIXe siècle (cliché : P. Wech/MADE).

111Parallèlement, le bras d’Iton qui devait, depuis l’Antiquité, circuler à proximité du couvent est très probablement canalisé par le biais de la création d’un vivier et de son exutoire. D’importants fossés, dont l’un au moins est assurément antérieur à cet aménagement, ont pu jouer ce rôle au préalable (sondage 12).

Principaux résultats – Époque contemporaine

L’hospice des XIXe et XXe siècle

112C’est au début du XIXe siècle, en 1818 précisément (Lamiray, 1927), que les bâtiments et terrains du couvent sont cédés à l’hospice général d’Évreux pour être convertis en « centre hospitalier ». Le projet fait table rase de l’église Saint-Louis (sondage 35) et du cloître associé, mais aussi probablement du vivier et d’une partie des habitats riverains, et voit l’érection de nouveaux bâtiments répartis sur les trois côtés nord, est et sud d’une vaste cour carrée (fig. 8). Trois sondages (12, 35 et 37) ont permis d’observer les vestiges de cette construction (fig. 37). Les matrices cadastrales de 1844 nous renseignent efficacement sur l’étendue des propriétés de l’hospice et sur leur nature. Nous apprenons ainsi que l’essentiel des parcelles diagnostiquées recouvre les terres de l’hospice et que le reste des terrains concernés n’était alors occupé que par des jardins ou des vergers.

L’hôpital des années 1960 à nos jours

113L’hospice du XIXe siècle est à son tour rasé au début des années 1960 pour la construction du centre hospitalier toujours visible à l’heure actuelle, et aujourd’hui désaffecté. Cette construction, par le biais d’importantes troncatures liées à la réalisation de sous-sols, a largement détruit les vestiges des occupations antérieures sur une surface heureusement limitée à l’emprise des bâtiments.

114Tout comme son prédécesseur, l’établissement connut de nombreux ajouts et réaménagements dont le détail ne présente ici que peu d’intérêt. Évoquons simplement la construction de la nouvelle maternité dont le projet a suscité la réalisation d’une fouille en 1993 et permis la mise au jour et l’étude des vestiges des thermes de la ville antique d’Évreux (Aupert, 1997). Ceux-ci sont aujourd’hui conservés sous le bâtiment dont les fondations avaient été modifiées à cette fin.

Bilan et conclusion

115L’opération de diagnostic archéologique réalisée dans l’enceinte de l’ancien hôpital Saint-Louis, suite à la demande anticipée de la commune d’Évreux, a permis la mise au jour et l’étude de très nombreux vestiges du passé bimillénaire d’Évreux. Ces quelques 4 ha ont donc constitué une véritable fenêtre ouverte sur l’histoire de la ville, depuis ses origines jusqu’à nos jours.

116Il ressort des observations effectuées que les premières occupations n’apparaissent pas, dans cette partie de la vallée de l’Iton, avant le milieu du Ier siècle av. J.-C., confirmant en cela les données acquises précédemment lors de fouilles proches. Aucune organisation urbaine ne semble se dessiner à cette époque. Les terrains se situaient alors à la base du coteau, de part et d’autre d’un bras de l’Iton aujourd’hui disparu et situé approximativement sous les branches est et ouest de l’hôpital actuel. D’importants travaux de terrassement préalables modifient sensiblement la physionomie du site à l’époque augustéenne : les terrains sont aplanis et sans doute préparés pour la mise en œuvre d’une première trame urbaine plus ou moins orthonormée : Mediolanum Aulercorum est née. Les îlots ainsi délimités sont investis par des habitats et par un édifice monumental, inconnu jusqu’alors, et situé le long de la rue Saint-Louis actuelle. Sa fonction nous échappe encore.

117Le milieu du Ier siècle, et sans doute plus précisément les années 60 de notre ère, voient de profonds bouleversements dans l’urbanisme augustéen de Mediolanum Aulercorum : des habitats disparaissent au profit de nouvelles rues, et inversement, le « monument inconnu » disparaît quant à lui au profit d’habitats. Le tout coïncide probablement avec la mise en place d’une seconde trame urbaine d’orientation divergente, se greffant sur la précédente précisément dans le secteur diagnostiqué.

118Ces changements dans l’urbanisme sont probablement accompagnés de la création de nouvelles rues et de la construction d’un premier édifice thermal dont les vestiges ont été reconnus de manière fugace en plusieurs points de l’intervention.

119Alors que les habitats connaissent de multiples réaménagements, tout en conservant systématiquement leur orientation initiale, les thermes sont détruits dans le courant du IIe siècle, puis remplacés dans les années 170 par l’édifice largement exploré en 1993, à l’emplacement de la maternité. Cette importante construction édilitaire fut suivie par la désertion massive des habitats environnants, et ce dès la fin du IIe siècle. Ce phénomène doit sans doute être lié, en miroir, au très grand développement que connaît la ville-sanctuaire du Vieil-Évreux à la même époque. C’est donc, à quelques rares exceptions près, un quartier massivement abandonné qui est inclus dans le premier état projeté d’une fortification. Celle-ci, datée du milieu du IIIe siècle, englobait surtout l’édifice thermal encore en activité à cette date. Ce projet resta cependant inachevé, et fut remplacé, à la fin du IIIe siècle et après l’abandon des thermes, par une enceinte restreinte excluant l’ensemble des terrains diagnostiqués.

120Ce secteur, anciennement fortement urbanisé, fut dès lors situé hors les murs et ne connut, durant l’Antiquité tardive et une bonne partie du Moyen Âge, aucune occupation pérenne. Tout au plus la ville, retranchée derrière son castrum, y a-t-elle rejeté d’importantes quantités de remblais, peut-être à des fins de remise en culture.

121La « reconquête » de ces terrains, relevant sans doute pour partie de la basse cour du château comtal situé à l’emplacement de l’hôtel de ville actuel, s’amorce avec l’installation, au XIIIe siècle et par la volonté de Louis IX, d’un couvent de « frères prêcheurs ». On construit alors une église Saint-Pierre et Saint-Paul qui prendra par la suite le nom de Saint-Louis. De nouveaux habitats s’implantent alors entre castrum et couvent et semblent à l’origine du développement d’un petit « faubourg » extra-muros.

122Le couvent se développe ensuite à l’époque moderne : l’église est restaurée à de nombreuses reprises et dotée, sans doute au XVIe siècle, d’un cloître. Le bras d’Iton est canalisé et l’habitat médiéval perdure et semble s’étendre au sud-ouest, tandis qu’au nord-est, le faubourg Saint-Léger se développe considérablement.

123C’est de cette paroisse que dépend en effet le petit cimetière Saint-Adrian, sans doute créé au XVIe siècle et désaffecté au XVIIIe siècle, dont quelques inhumations ont été mises au jour à l’extrémité nord-est du diagnostic.

124L’essentiel des terrains de ce secteur est cédé, en 1818, à l’hospice général d’Évreux qui, après avoir rasé l’essentiel des bâtiments, y érige un hôpital qui subsistera jusqu’au début des années 1960. C’est à cette date qu’il fut à son tour rasé pour la construction du centre hospitalier dont les structures sont toujours visibles aujourd’hui.

125Les quelques trente-trois sondages réalisés au cours de cette opération ont donc permis de montrer la richesse et la bonne conservation des vestiges présents dans le sous-sol de ces parcelles, aussi bien pour l’Antiquité que pour la fin du Moyen Âge et l’époque moderne.

126Ils ont également montré que ces vestiges, pourtant affectés par de fortes troncatures contemporaines, étaient conservés au moins partiellement sur l’ensemble des parcelles, y compris sous les bâtiments eux-mêmes, et malgré la présence de sous-sols.

127Cette opération, par son envergure, constitue en définitive pour l’archéologie ébroïcienne une grande première. En offrant la possibilité d’appréhender un si vaste espace en cœur de ville, elle a ainsi permis de compléter notablement notre connaissance des villes antique, médiévale et moderne, mais aussi de confirmer certaines hypothèses, notamment quant aux thermes, et de préciser la datation de quelques phénomènes, tels que l’extension de la trame viaire gallo-romaine. Ce sont ainsi 2 000 ans d’histoire urbaine qui se sont offerts à nous.

128De par les choix méthodologiques effectués et de par la concertation permanente entre les différents acteurs du dossier, ce diagnostic a sans doute, outre les résultats scientifiques indéniables, montré la voie d’une nouvelle gestion du patrimoine archéologique, dans laquelle le vestige n’est plus un obstacle inattendu, mais un paramètre abordé en amont des dossiers. Ceci montre que, progressivement, les problématiques de la recherche archéologique sont intégrées dans les processus d’aménagement du territoire. Cette opération permettra donc, nous l’espérons, de gérer de façon plus raisonnée un patrimoine ainsi mis en lumière.

Bibliographie

Bibliographie

Aupert P. (dir.) (1997) – Les thermes d’Évreux. Site du Centre hospitalier. Fouilles de 1993. Rennes, Association pour la diffusion des recherches archéologiques dans l’Ouest de la France, Documents archéologiques de l’Ouest, 126 p.

Bauduin P. (1997) – Atlas historique des villes de France. Évreux (Eure). Paris, CNRS éditions, 1 vol.

Bonnin T. (1860) – Antiquités gallo-romaines des Eburoviques, publiées d’après les recherches et les fouilles dirigées par M. Th. Bonnin. Paris, Dumoulin, 1 vol.

Bouet A. (2003) – Les thermes privés et publics en Gaule Narbonnaise. Rome, École française de Rome, 2 vol.

Collard J.-L. (1989) – Les fouilles de la rue Saint-Louis à Évreux (Eure) : un premier bilan. Haute-Normandie archéologique, Rouen, CRAHN, 1988, no 1, p. 23-42.

Cousyn P., Gerber F. (1993) – Évreux : 8, bd Jules-Janin : occupation gallo-romaine Ier-IIe siècles. Document final de synthèse, service régional de l’archéologie, Évreux, s. n., 1 vol.

Coutil L. (1921) – Archéologie franque, gallo-romaine et carolingienne : département de l’Eure, arrondissement d’Évreux, Évreux, s. n, 1 vol.

Follain É. (1996) – Le castrum d’Évreux. Chantiers de la Caisse d’épargne, du Musée municipal et de la rue Saint-Louis. Haute-Normandie archéologique, Rouen, CRAHN, 1995, no 5, p. 52-62.

Follain É., Halbout D. (1981) – Rapport sur la fouille de sauvetage effectuée à Évreux, rue de la Petite-Cité, en 1981. Rapport dactylographié, service régional de l’archéologie, 1 vol.

Gerber F. (1990) – Rapport de fouille. Évreux, 1990. 22, rue Lepouzé. Évreux, s. n., service régional de l’archéologie, 1 vol.

— (1993) – Évreux (INSEE no 229). D. Cliquet, Carte archéologique de la Gaule. L’Eure (27). Pré-inventaire archéologique publié sous la responsabilité de Michel Provost. Paris, Académie des inscriptions et belles-lettres, Ministère de la Culture, p. 124-147.

Guillot B., Millard N. (1995) – Évreux (27). Rue de la Justice. DFS de sauvetage programmé (mai-juillet 1995), Rouen, service régional de l’archéologie, AFAN, 1 vol.

Guyard L. (1998) – Paris : le faubourg nord de Lutèce. R. Bedon (éd.), Suburbia. Les faubourgs en Gaule romaine et dans les régions voisines. Caesarodunum, t. 32, p. 163-180.

Hartz C. (2007) – L’habitat urbain à Évreux (27) à l’époque gallo-romaine. Milieu du Ier siècle av. J.-C. – Ve siècle. Mémoire de master 1, université Paris 1, 2 vol.

Kliesch F. (2011) –. Évreux, rue de Bellevue, parcelle AT 288. La limite est de la nécropole se confirme. Rapport final d’opération de diagnostic archéologique, Rouen, service régional de l’archéologie-INRAP, 1 vol.

Lamiray H. (1927) – Promenades historiques et anecdotiques dans Évreux. Évreux, Éditions de la Tour Gile, 1 vol.

Le Brasseur C. (1976) – Histoire ecclésiastique et civile du Comté d’Evreux. 2e éd. Bruxelles, Éditions Culture et civilisation, 1 vol.

Wech P. (2009) – Évreux – 7, rue Joséphine. Rapport de fin d’opération de diagnostic archéologique, Évreux, Conseil général de l’Eure, 1 vol.

— (2009) – Évreux – Boulevard Pasteur/Rue du Théâtre romain. Rapport de fin d’opération de diagnostic archéologique. Évreux, Conseil général de l’Eure, 2009, 1 vol.

Notes

1 Nous remercions chaleureusement les membres de l’équipe qui ont permis de mener à bien cette opération : Anaïs Billaux, Karine Duval, Maud Gouvry-Lafon, Florian Laot et Delphine Théolas. Sans oublier tous les intervenants qui ont contribué à la post-fouille : Laetitia Bonelli (enduits peints), Quentin Borderie (terres noires), Sébastien Cormier (blocs d’architecture), Éric Leconte (archives), Agnès Roquecave (dessin de mobilier), Delphine Théolas (céramique), Pierre Wech (numismatique) et Stéphanie Zeller (inventaire et étude de l’instrumentum).

2 En guise de comparaison, la palestre des thermes de Limoges, place des Jacobins, s’étend sur 2 000 m2, celle des thermes du forum de Saint-Bertrand-de-Comminges sur 820 m2 (Bouet, 2003) et celle des thermes du Vieil-Évreux sur 4 900 m2 (données MADE).

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Localisation d’Évreux dans le département de l’Eure (carte : P. Wech/MADE).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4685/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
Légende Fig. 2. Vue aérienne des parcelles diagnostiquées (plan : P. Wech/MADE/fond BD Carto CG 27).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4685/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Légende Fig. 3. Les bâtiments de l’hôpital en construction dans les années 1960 (Archives municipales d’Évreux).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4685/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Légende Fig. 4. Localisation et numérotation des sondages (plan : P. Wech/MADE).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4685/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 396k
Légende Fig. 5. Localisation de l’opération dans le contexte de la ville antique de Mediolanum Aulercorum (plan : P. Wech/MADE).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4685/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 508k
Légende Fig. 6. Localisation de l’opération dans le contexte de la ville tardo-antique (plan : P. Wech/MADE).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4685/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Légende Fig. 7. Localisation de l’opération dans le contexte de la ville médiévale et moderne (plan : P. Wech/MADE).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4685/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Légende Fig. 8. Carte postale montrant les bâtiments de l’ancien hospice Saint-Louis (Archives municipales d’Évreux).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4685/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Légende Fig. 9. Restitution de la nature et du relief du substrat (plan : P. Wech/MADE).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4685/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 420k
Légende Fig. 10. Vue des premières occupations identifiées dans le sondage 11 (cliché : K. Duval, D. Théolas/MADE).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4685/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Légende Fig. 11. Fondation en craie damée d’un mur d’habitat du Ier siècle dans le sondage 35 (cliché : P. Wech/MADE).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4685/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Légende Fig. 12. Solin identifié dans le sondage 52 (cliché : F. Laot/MADE).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4685/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Légende Fig. 13. Plan des structures d’un édifice monumental observées dans les sondages 21 et 22 (plan : P. Wech/MADE).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4685/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Légende Fig. 14. Vestiges du mur stylobate et sol de craie associé (cliché : F. Laot/MADE).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4685/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Légende Fig. 15. Fragment d’inscription découvert dans le sondage 22.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4685/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Légende Fig. 16. Maçonnerie des thermes du Ier siècle identifiée dans le sondage 63 (cliché : D. Théolas/ MADE).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4685/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Légende Fig. 17. Ensemble de maçonneries des thermes du IIe siècle dans le sondage 73 (cliché : P. Wech/MADE).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4685/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Légende Fig. 18. Plan et proposition de restitution des thermes du IIe siècle et de leur environnement urbain (plan : P. Wech/MADE/fond cadastral).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4685/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 424k
Légende Fig. 19. Vue des maçonneries gallo-romaines monumentales du sondage 12 (cliché : F. Laot/ MADE).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4685/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Légende Fig. 20. Murs d’habitat gallo-romain identifiés dans le sondage 84 (cliché : D. Théolas/MADE).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4685/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Légende Fig. 21. Mur-bahut maçonné dans le sondage 33 (cliché : D. Théolas/MADE).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4685/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Légende Fig. 22. Sol en mortier de tuileau dans le sondage 36 (cliché : F. Laot/MADE).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4685/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Légende Fig. 23. Fragments d’enduits peints retrouvés dans plusieurs habitats antiques.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4685/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 392k
Légende Fig. 24. Foyer domestique identifié dans le sondage 43 (cliché : P. Wech/MADE).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4685/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Légende Fig. 25. Angle de puits maçonné dans le sondage 53 (cliché : P. Wech).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4685/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Légende Fig. 26. Plan des éléments d’occupation médiévale reconnus lors du diagnostic (plan : P. Wech/MADE).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4685/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 468k
Légende Fig. 27. Vue d’Évreux depuis le sud-est en 1634 (dessin : N. Tassin/Archives départementales, 2 Fi 280).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4685/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Légende Fig. 28. Plans successifs du couvent des Jacobins et de l’église Saint-Louis.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4685/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 288k
Légende Fig. 29. Plan des éléments d’occupation moderne reconnus lors du diagnostic (plan : P. Wech/MADE).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4685/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 448k
Légende Fig. 30. Mur gouttereau et contrefort de l’église Saint-Louis (cliché : P. Wech/MADE).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4685/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Légende Fig. 31. Vue des sépultures du cimetière Saint-Adrian mises au jour dans le sondage 44 (cliché : K. Duval/MADE).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4685/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Légende Fig. 32. Le cimetière et la chapelle Saint-Adrian sur les documents du XVIIIe siècle.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4685/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 328k
Légende Fig. 33. Solin et sols de l’habitat moderne reconnu dans le sondage 13 (cliché : P. Wech/ MADE).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4685/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Légende Fig. 34. Coupe dans le comblement du vivier au niveau de sa bordure orientale. Maçonnerie en bas à droite (cliché : K. Duval/MADE).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4685/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Légende Fig. 35. Le vivier et son exutoire sur le plan Chouard de 1789 (Archives départementales, 3 Pl 13).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4685/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Légende Fig. 36. Parement ouest du canal identifié dans le sondage 54 (cliché : F. Laot/MADE).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4685/img-36.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Légende Fig. 37. Vue des fondations d’un bâtiment de l’hospice du XIXe siècle (cliché : P. Wech/MADE).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4685/img-37.jpg
Fichier image/jpeg, 201k

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search