Version classiqueVersion mobile

Journées archéologiques de Haute-Normandie. Rouen, 11-13 mai 2012

 | 
Luc Liogier

Val-de-Reuil (Eure), ZAC des Portes : la nécropole tardo-antique

Val-de-Reuil (Eure département), ZAC des Portes: cemetery from the Late Antiquity

Charlie Newman et Magali Bailliot

Résumé

Des opérations archéologiques préventives ont été menées en 2011 préalablement à la construction d’une zone d’activités concertées dite « ZAC des Portes » sur la commune du Val-de-Reuil au lieu-dit Le Cavé. Elles ont permis d’exhumer une nécropole tardo-antique datée entre la fin du IVe siècle et le Ve siècle, voire le VIe. Cet ensemble funéraire se localise au sud de trois zones d’occupations rurales protohistoriques et gallo-romaines observées à La Comminière, au Clos-Saint-Cyr et à La Cerisaie. L’intérêt de cette nécropole surgit de son environnement même, caractérisé par une densification de l’occupation du sol à partir de la Protohistoire. Il réside également dans la présence d’un sarcophage dont l’emplacement subordonne la répartition des autres sépultures.

Texte intégral

Présentation

1Les fouilles archéologiques préventives menées au Cavé en 2011 ont fait suite aux opérations de diagnostic réalisées en 2007 sur une emprise de 13 586 m2 et sur laquelle se répartissaient trois pôles d’occupations anciennes (Beurion, Grancha, 2007). En 2011, les fouilles se sont focalisées sur l’un de ces trois secteurs alors occupé par la nécropole.

Contexte géographique et géologique

2La nécropole s’étendait sur un espace d’environ 3 000 m2, à l’ouest de la commune du Val-de-Reuil au lieu-dit Le Cavé, dans le méandre de la boucle du Vaudreuil. Elle se trouve à environ 30 km au sud de Rouen, dans la vallée de l’Eure qui réunit les communes actuelles de Louviers, de Léry, du Vaudreuil et de Saint-Étienne-du-Vauvray (fig. 1).

Fig. 1. Localisation du site sur fond de carte BRGM.

3Implantée en rebord d’une terrasse alluviale, la nécropole surplombait la basse vallée de l’Eure à une trentaine de mètres d’altitude. La carte géologique indique un environnement d’anciennes terrasses alluviales de la rivière d’Eure dont le substrat se caractérise par des matériaux siliceux (sables, graviers, galets et plus particulièrement des galets à silex).

Contexte archéologique

4La nécropole s’insère dans un territoire densément occupé, la nature alluvionnaire de la boucle du Vaudreuil ayant favorisé les pratiques agricoles dès le Néolithique. Depuis 2002, les opérations préventives menées dans le secteur de la ZAC des Portes ont permis d’étudier un territoire d’une cinquantaine d’hectares (Beurion, 2006, p. 5) (fig. 2). Dans l’ensemble les occupations étaient subordonnées à un réseau parcellaire mis en place à partir de la protohistoire. Celui-ci a été observé sur les sites voisins de La Comminière, de La Cerisaie et du Clos-Saint-Cyr. À La Comminière, il structure un enclos quadrangulaire, un enclos annexe, ainsi qu’une nécropole regroupant des incinérations et une centaine de sépultures à inhumation datées entre la période gauloise et le Bas-Empire (Beurion, 2005, p. 34-37 ; 2012). Au Clos-Saint-Cyr, le parcellaire enclot une ferme de La Tène finale et trois groupes de bâtiments d’habitation ou à vocation agricole et artisanale datés entre le Ier siècle avant J.-C. et le Ier siècle après J.-C. (Beurion, 2006). À La Cerisaie, le réseau parcellaire a structuré l’espace entre le Ier siècle jusqu’au VIIIe siècle (Roudié, 2004). Celui-ci comprenait un vaste enclos quadrangulaire et un fossé de La Tène finale. Une occupation remontant de la fin du IIe siècle à la première moitié du IIIe siècle de même que des vestiges de la période moderne ont également été observés.

Fig. 2. Localisation des sites du Cavé, du Clos-Saint-Cyr et de La Comminière.

5La nécropole du Cavé s’insère par ailleurs dans un réseau dense d’établissements antiques auquel se rattachent plusieurs villae (Amfreville-sous-les-Monts, Connelles, Les Damps…) et des traces fugaces d’occupations (concentrations de mobilier aux lieux-dits « La Salle », « Landemare », « Les Hauts-Bois », « La Haute-Crémonville »…) (Beurion, 2007a). Entre le Ier siècle et le IIIe siècle puis à partir du IVe siècle jusqu’au haut Moyen Âge, les occupations comprises dans la Boucle du Vaudreuil se caractérisent par des vestiges fossoyés et des structures en creux ainsi que par des édifices maçonnés. Outre la villa du Testelet explorée au tout début du XXe siècle et datée du IIe siècle (Coutil, 1912), des bâtiments antiques en dur ont également été attestés dans l’environnement de la nécropole du Cavé, aux « Chemin du Bosquet », à « La Métairie » et à « La Salle », tandis qu’un ensemble cultuel occupait « Le Chemin-aux-Errants » et qu’au « Raquet » les vestiges d’un atelier de métallurgie à proximité d’une voie ont été exhumés (Beurion, 2007b ; 2012, p. 50). La présence d’éléments mobiliers témoigne également de l’occupation du secteur pendant l’Antiquité comme au Clos-Saint-Cyr au cours des IIe et IIIe siècle après J.-C. (Beurion, 2006). La prolongation des occupations au haut Moyen Âge est quant à elle attestée à Poses. La subordination aux agencements spatiaux antérieurs se perçoit par ailleurs sur le site de Beausoleil 3, Val-de-Reuil, où des sépultures médiévales individuelles s’inscrivaient dans un réseau parcellaire protohistorique ou galloromain. Le site de Tournedos-sur-Seine (Portejoie) atteste en revanche la création ex-nihilo d’un noyau d’occupations (Carré, Guyon, 1995).

  • 1 Le site de Pîtres correspond certainement à l’emplacement du vicus de Pistus, Pistis ou Pistae situ (...)

6Sur le site du Cavé, le diagnostic opéré en 2007 a quant à lui livré trois ensembles de vestiges (Beurion, Grancha, 2007) (fig. 2). Situé au sud d’un vallon sec, le premier (zone A) se matérialise par l’angle d’un enclos daté entre La Tène finale et l’Antiquité et qui devait couvrir une surface d’environ 1 ha. Avec les édifices de La Comminière, il est peut-être contemporain des occupations de La Cerisaie et du Clos-Saint-Cyr. Ce groupe comprend également des fossés parcellaires. Le deuxième ensemble (zone B) consiste en vestiges remontant du bronze final et du Hallstatt ancien. Le troisième (zone C) réunit la nécropole, trois fossés, ainsi que d’autres plus petits et un parcellaire. Dans leur ensemble, ces vestiges documentent l’évolution de cet espace rural entre le Bronze final/Hallstatt et la période antique. Ils témoignent manifestement d’une hiérarchisation des édifices, du vaste enclos à l’occupation ouverte. Si les ensembles funéraires protohistoriques et du début de la période gallo-romaine sont bien documentés dans le secteur (Beurion, 2012, p. 227 et suiv.), le Bas-Empire est essentiellement perçu via les nécropoles de Pîtres1 et de La Comminière. Fondées à La Tène finale, celles-ci comprennent des inhumations gallo-romaines datées entre les IIIe et IVe siècles et se caractérisent par un passage de l’incinération à l’inhumation vers le IIIe siècle (ibid., p. 230).

  • 2 On sait par exemple que les fouilles de Portejoie ont mis en évidence les vestiges d’un habitat gro (...)

7Au regard de la densité des installations antiques circonscrites dans un territoire structuré à partir de la protohistoire et davantage organisé autour du IIe siècle, un lien entre l’ensemble funéraire tardif du Cavé et un habitat avoisinant peut être avancé. Par ailleurs, si les sépultures tardives de La Comminière et du Cavé présentent des similitudes, des différences notables suggèrent une évolution distincte dans les modalités d’inhumation à partir du IVe siècle et posent la question d’une éventuelle évolution démographique et des prémices d’une modification de l’occupation du sol2. Les vestiges funéraires observés au sein de la nécropole du Cavé ne sont pas antérieurs à la deuxième moitié du IIIe siècle.

Méthodologie

8La fouille des fosses de la nécropole a suivi un protocole indiqué par le service régional de l’archéologie dans le cahier des charges alors adapté aux conditions du terrain. L’ouverture des sépultures a été réalisée en deux temps. Leur comblement, constitué de matériaux alluviaux et de galets de silex de gros module, a conduit dans un premier temps à les vider pour moitié à la pelle mécanique. Cette méthode a permis d’analyser le profil transversal des fosses et parfois de faire apparaître les traces laissées par les contenants en bois dans leurs niveaux inférieurs. La fouille mécanique a toutefois perturbé le positionnement du mobilier et plus particulièrement celui des éléments d’assemblage des contenants en bois. Dans certains cas, elle a causé la perte totale des données. Elle a par ailleurs accéléré l’érosion des restes archéologiques, notamment lorsque les conditions climatiques étaient mauvaises. Au moment de la fouille manuelle, opérée dans un deuxième temps, il est apparu que les vestiges avaient d’ores et déjà subi des dégradations. Néanmoins leur niveau de préservation était initialement très médiocre en raison de la nature siliceuse et acide du sol. Dans ces conditions, préalablement soulignées par le diagnostic, l’observation systématique des effondrements et des comblements en coupe s’est avéré primordiale. Parmi les 192 sépultures à inhumation, seules 30 ont livré des ossements très mal préservés. Les restes d’aménagements sépulcraux (traces de contenants en bois et pièces métalliques d’assemblage) étaient présents dans 110 fosses. La reconnaissance des contenants en bois s’est fondée sur la présence de traces sédimentaires sombres plus ou moins rectilignes dans le fond des fosses ainsi que sur des effets de parois et d’effondrement. Une série de 76 sépultures étaient vides de vestiges. Celles-ci ont toutefois été identifiées comme telles en raison de leur emplacement, de leur orientation, de leur forme et de leurs dimensions qui étaient similaires aux fosses sépulcrales. La nécropole n’a livré qu’un seul sarcophage en pierre calcaire.

La nécropole du Cavé : résultats des fouilles

9La nécropole du Cavé a livré 192 fosses. Parmi elles, 116 comportaient du mobilier. Celui-ci consistait majoritairement en éléments métalliques liés au montage des contenants en bois. Seules deux tombes renfermaient un mobilier d’accompagnement. La nécropole a également livré 76 fosses vides.

Fig. 3. Plan général de la nécropole.

10Implantée en bordure de terrasse côté ouest, cet espace funéraire dont la création semble remonter de la deuxième moitié du IIIe siècle, occupait très vraisemblablement une position topographique dominante sur le paysage de contrebas.

11Dans l’ensemble, les sépultures formaient un agencement régulier dessinant plusieurs rangées légèrement courbes et orientées nord-sud (fig. 3). Le centre de la nécropole était davantage structuré autour d’un espace rectangulaire mesurant 10,72 par 11,76 m. Celui-ci était dévolu à une seule sépulture en sarcophage (sépulture 132). Aux franges de l’espace funéraire l’organisation était plus lâche, notamment au sud-ouest.

12Les tombes étaient placées côte à côte et globalement alignées en rangée et orientées est-ouest. L’absence de recoupement suggère qu’elles devaient être signalisées en surface. Cependant aucun élément matériel ne peut l’attester.

L’architecture des tombes

Les inhumations en contenants de bois

  • 3 Nombre auquel s’ajoutent 7 autres sépultures observées lors du diagnostic conduit par C. Beurion.

13Sur les 192 sépultures, 91 ont livré en fond de fosse des traces carbonées attestant l’existence de contenants en bois3. La nature du terrain et l’indigence des vestiges n’ont pas toutefois permis de s’interroger sur la présence éventuelle d’aménagement distincts (aménagements de fosses, cercueils, coffrages, dispositifs complémentaires…), ni même de connaître les dimensions exactes des contenants. En outre, il est probable que des phénomènes de compression due à la poussée des comblements aient causé une déformation taphonomique du bois (Carré, 2012 ; Fossurier, 2012). Dans de nombreux cas, la largeur des contenants apparaissait indépendante de leur longueur. Ces derniers étaient néanmoins rectangulaires et leurs dimensions (conservées) étaient assez variables. Celles-ci oscillaient entre 0,90 m et 2,44 m de long sur 0,28 m à 0,68 m de large. Leur hauteur atteignait généralement un maximum de 0,30 m. Un cas particulier a été observé avec la sépulture 206. La hauteur conservée de son contenant atteignait 0,58 m (fig. 4).

Fig. 4. Coupe transversale de la sépulture 206.

Fig. 5. Planche comparative des coupes transversales de sépultures en contenant périssable avec traces de bois (SP 62, 59 et 122) et sans trace de bois (SP 79, 85 et 69).

  • 4 Étude : Vanessa Py (CNRS, GEODE-UMR 5602, Université de Toulouse II – Le Mirail).

14Des analyses anthracologiques ont été réalisées sur quatre échantillons issus des sépultures 91 (1 fragment) et 193 (3 fragments). Celles-ci ont attesté l’usage de bois de châtaignier dans la sépulture 91 et de peuplier dans la sépulture 193. Dans les deux cas, il est apparu que le bois avait été débité en planches rectilignes4.

15Le croisement entre les données livrées par les éléments d’assemblages métalliques et les traces de contenants reste difficile compte-tenu du mauvais état de conservation générale des vestiges. Les hypothèses de restitutions se sont donc limitées aux modalités d’assemblage du bois à partir des ferrures observées in situ.

16Parmi les fosses observées 18 attestent la présence de contenants encloués, ayant livré des traces sédimentaires sombres associés à des clous ou à des cornières. Dans 19 cas, les fosses ne contenaient que des éléments métalliques d’assemblage. En dépit de l’absence de traces de bois, ces aménagements devaient renfermer un contenant encloué. Un groupe de 30 sépultures ne comportant ni traces de bois ni pièces d’assemblage a été fouillé. L’analyse des processus taphonomiques des comblements de ces structures a toutefois permis de mettre en évidence des effets de parois verticaux et d’effondrements attestant la présence initiale d’un contenant (fig. 5). En conclusion, la majorité des sépultures découvertes au Cavé (140 au total) a livré des indices de contenants en matériau périssable dont 37 avaient été assemblés au moyen de pièces de quincaillerie. L’ensemble du Cavé présente un faciès comparable à celui de La Comminière. Cette nécropole a en effet livré des contenants assemblés au moyen de ferrures et d’autres aménagés à partir de pièces de bois non enclouées (Beurion, 2012, p. 131 et suiv.).

  • 5 La profondeur initiale de ces creusements n’a pas forcément été totalement conservée.
  • 6 Les inhumations s’y divisaient en deux groupes. Le premier réunissait les tombes des IIe et IIIe si (...)

17La profondeur des sépultures du Cavé variait entre 0,05 m (SP 90) et 1,15 m (SP 112). Dans le nord de la nécropole, les creusements étaient généralement plus profonds, entre 0,40 et 1,15 m, tandis qu’en marge, au sud-est, une majorité atteignaient seulement 0.20 m5. Les zones centrales et septentrionale sont comparables aux fosses sépulcrales de La Comminière datées du IVe siècle6.

Les éléments d’assemblage métalliques

  • 7 Groupe 2 : clous de menuiserie, de petite menuiserie.
  • 8 Groupe 3 : clous de construction dont la forme des têtes varie.
  • 9 Les clous de menuiserie (groupe 2) ont des longueurs comprises entre 20 et 80 mm et des têtes plate (...)
  • 10 Dans ces cas, la tête est absente, les tiges sont incomplètes ou leur section n’est pas visible, ce (...)

18La nécropole a fourni 222 pièces d’assemblage réparties dans 131 fosses. Le lot étudié se compose de clous de différents types. L’essentiel se rattache aux groupes 27 (33 exemplaires) et 38 (60 exemplaires), tels que définis par J.-P. Guillaumet9 (2003). Des cornières ont également été recueillies (13 exemplaires complets ou fragmentaires dans les sépultures 92 et 128) de même qu’un crampon (sépulture 34). Parmi ce lot, 58 clous restent indéterminés10, tandis que d’autres, correspondant à des sortes de rivets, présentent une forme non référencée ou consistent en exemplaires minéralisés ou bien associés à des fibres de bois.

Fig. 6. Plan de la sépulture SP 92.

  • 11 Située dans la partie nord-est de la zone de fouille, en limite d’emprise, cette tombe consiste en (...)
  • 12 Des éléments de récupération pouvaient d’ailleurs être utilisés dans la fabrication des contenants (...)

19Il est à noter que des exemplaires de groupe 3 ont également été observés à La Comminière (Beurion, 2012, p. 211-212). Ils formaient 17 % des clous recueillis contre un peu plus de 27 % au Cavé. La série du Cavé présente différents types. Une quarantaine correspond à des fiches à tête plate que nous avons décrites comme des clous à tige de section carrée et à tête en forme de haricot vue de face et en S vue de profil (groupe 3, catégorie 1). D’autres se caractérisent par une tige à large section, une tête ronde vue de face, et en S vue de profil (groupe 3, catégorie 2). Un autre série réunit des exemplaires présentant une tête ronde et plate (groupe 3, catégorie 3). Il est à noter que les grands clous de catégorie 2 présents dans la sépulture 11011 sont similaires à ceux qui enclouaient le contenant en bois de la tombe 1037b de La Comminière (ibid., p. 165, fig. 147), dont le mobilier suggère un terminus au IVe siècle (ibid., p. 158). La comparaison entre les clous des tombes 1037b à La Comminière et 110 au Cavé pourrait suggérer que dans les deux nécropoles, ces fiches massives sont étroitement liées au Bas-Empire. En d’autres termes, elles pourraient peut-être confirmer la datation tardive des fosses du Cavé dépourvues de tout indice datant (mobilier, 14C). La répartition spatiale des différents types de ferrures du Cavé ne traduit pas de sectorisation de la nécropole ni de phasage. Cependant les clous massifs semblent s’être davantage concentrés dans les fosses les plus profondes, soit dans la partie nord du site. En l’état des données, ce constat ne permet néanmoins pas d’envisager l’existence d’une catégorie spécifique de contenants dans cette partie de la nécropole. Les observations ne trouvent pas non plus de lien avec les différentes catégories de clous. La présence de différents types dans une même fosse suggère d’ailleurs le remploi de ces éléments ou du moins une utilisation opportuniste des pièces d’assemblage12.

  • 13 Notamment les clous associés à des fibres de bois et les exemplaires minéralisés. La nécropole a li (...)

20Dans de rares cas, l’étude des clous13, fondée sur leur quantité et leur répartition dans chaque fosse sépulcrale, a permis de documenter pour partie les techniques qui ont concouru à l’assemblage des pièces de bois (enclouage latéral et par le bas). Une restitution a ainsi pu être proposée pour la sépulture 92. Cette dernière consistait en une inhumation primaire, orientée est/ouest selon un angle de 114° E. Elle se situait dans la partie centrale de l’espace funéraire fouillé, au niveau des sépultures 91, 93, 97 et 98. Elle apparaissait à 28,87 m NGF (fig. 6).

  • 14 Les cornières MI 175 et 175 bis étaient situées au nord-ouest de la fosse et des traces du contenan (...)
  • 15 À l’exception de la tombe 34, qui a livré un crampon, et de la tombe 128, qui a fourni un fragment (...)

21Son creusement (US 1079) présentait une ouverture de plan rectangulaire aux angles fortement arrondis et aux contours réguliers mesurant 2,72 m de long sur 1,42 m de large pour une profondeur conservée de 0,64 m. Cette fosse se caractérisait par la présence des restes d’un contenant en bois (US 1080) matérialisé par des limites noires visibles sur les graviers. D’après les mesures prises sur le terrain, ce contenant devait mesurer 1,95 m de long sur 0,44 m de large. Les cinq clous (MI 165, 166, 172, 176 et 177) et les 9 cornières ou fragments de cornières (MI 158, 159, 161,164, 167, 168, 169, 170, 171, 175 et 175 bis) relevés dans la fosse étaient encore en place14. Les cornières comportaient chacune deux trous de fixation aux extrémités. La majorité, traversée par un clou et positionnée arrête contre le sol, indiquait les limites du contenant périssable. Six d’entre elles devaient assembler le bois à chacun des angles du contenant et deux autres, jouxtant les plus petits côtés, devaient le consolider en leur centre. Ce contenant fait exception puisque le mobilier métallique des autres fosses sépulcrales consiste uniquement en clous15. Pour autant la présence de cornières ne semble pas conférer un statut particulier à la sépulture. Celle-ci pourrait témoigner d’un remploi de ferrures (voir supra).

Une inhumation en sarcophage

22La sépulture 132 se démarque des autres par sa position centrale dans la nécropole (voir infra) et par l’utilisation d’un sarcophage en pierre calcaire (fig. 7).

Fig. 7. La sépulture SP 132 en coupe.

  • 16 L’emploi d’un support en matière souple et périssable placé sous le corps du défunt peut néanmoins (...)
  • 17 On pourra notamment signaler la carrière de craie exploitée durant l’Antiquité sur la ZAC des Douer (...)

23Elle correspond à une inhumation primaire individuelle orientée est/ouest selon un angle de 114° E. Elle contenait le squelette complet d’un sujet immature, d’âge compris entre 16 et 32 mois, reposant sur le dos, tête au nord-ouest et pieds au sud-est (fig. 8). Aucun mobilier d’accompagnement ni traces d’un aménagement type cercueil en bois n’a été recueilli. La mise à plat des os, la déconnexion des membres du sujet inhumé et des déplacements au niveau des membres supérieurs et inférieurs ont mis en évidence une décomposition en espace vide16. Le sarcophage est constitué d’une cuve et d’un couvercle taillés dans un calcaire tendre, très blanc et caractérisé par un grain fin, renvoyant aux ressources locales exploitées en carrières au cours de l’Antiquité17 (Rodet, 1992). La cuve est monolithe, formant un rectangle de 1,16 x 0,55 m et de 0,45 m de hauteur. Ses parois sont épaisses d’environ 0,11 m aux niveaux des deux extrémités et de 0,08 m en moyenne au niveau des deux longueurs. L’intérieur consiste en un creusement rectangulaire à logette céphalique dont la profondeur est légèrement inférieure à 0,30 m. À sa base, le couvercle montre un décrochement ornemental sur les deux côtés les plus longs.

Le mobilier d’accompagnement

  • 18 Un exemplaire similaire provient de la tombe 572 de Frénouville (Calvados) (Pilet, 1980, pl. 182).

24Seulement deux sépultures périphériques au sud-est de la nécropole témoignent d’un dépôt de mobilier (SP 34 et 196). La sépulture 34 (fig. 9) consiste en une tombe à armes de la première moitié du Ve siècle (hache, fer de lance, boucle de ceinture en alliage cuivreux, couteau, deux éléments en fer en forme de S). Ce mobilier indique le statut singulier du sujet inhumé (Pilet, 2006, p. 135-147). Il est d’ailleurs à noter que les sépultures tardives contenant des armes sont assez rares en Haute-Normandie. La tombe 196, elle, a livré une coupe en verre soufflé-moulé et décorée remontant de la deuxième moitié du Ve siècle18 (Berthelot, 1992, p. 161-169 ; Van Wersh, 2010, p. 115-147), ainsi qu’une cruche en céramique dont le type se rencontre fréquemment à partir du IVe siècle (fig. 10). La présence de la verrerie ornée suggère également la singularité de la sépulture. La présence de vases reste néanmoins insuffisante pour caractériser les dépôts rituels dont elle témoigne, notamment dans ce contexte chronologique tardif (Rebillard, 2003).

Fig. 8. Photographie de la sépulture 132.

Fig. 9. Mobilier d’accompagnement de la sépulture 34.

Fig. 10. Mobilier d’accompagnement de la sépulture 196.

25Si le mauvais état de conservation des vestiges du Cavé est indubitable, la quasi-absence de mobilier d’accompagnement pourrait être révélatrice du statut des individus inhumés ou bien d’une différence au plan rituel avec la nécropole de La Comminière. Dans cette dernière le mobilier tardif est relativement abondant (céramiques, verreries, monnaies, objets en métal, parures…) (Beurion, 2012, p. 151). On constate néanmoins un parallèle intéressant entre l’enrichissement des tombes de La Comminière à partir du IVe siècle (ibid., p. 150) et l’apparition du mobilier dans les tombes 34 et 196 vers les IVe et Ve siècles.

26Les datations réalisées par 14C confirment une occupation plus tardive que la nécropole de La Comminière, ainsi qu’une continuité chronologique avec elle. En d’autres termes, la nécropole du Cavé pourrait avoir relayée cette dernière à partir du IVe siècle ou du moins avoir duré plus longtemps.

La datation par 14C

  • 19 Une sépulture datée lors de la phase diagnostique et quatre lors de la phase de fouille.
  • 20 Nous tenons à remercier Florence Carré, conservatrice en chef du patrimoine (SRA Haute-Normandie) p (...)

27Cinq sépultures ont été datées par radiocarbone à partir d’échantillons d’os humain19. La première (sépulture 75 du diagnostic) est datée à 2 sigma entre 219 et 385 de notre ère, la deuxième (SP 41) entre 410 et 550 (Beta-298902 : 1590 ± 30 BP) et la troisième (SP 37) entre 420 et 580 (Beta-298901 : 1550 ± 30 BP). En revanche, la sépulture en sarcophage (SP 132) a été datée entre 250 et 410 (Beta-298903 : 1700 ± 30 BP). Celle-ci se rattache au plus tôt à la fin du IIIe siècle. Cette datation fait écho à l’emploi des sarcophages en Normandie aux IIIe et IVe siècles (Carré, à paraître20). En résumé, la sépulture en sarcophage serait la plus ancienne. Suivent deux tombes remontant à la fin du IVe siècle ou au début du Ve, et une autre datée du Ve siècle, voire du VIe. Une quatrième sépulture également datée par14 C (SP 195) et située en périphérie sud de la nécropole semble avoir été contaminée puisque les prélèvements ont été datés du XVIe siècle (1530-1560 : Beta-298904 : 260 ± 30 BP).

Les vestiges osseux21

  • 21 Étude : Sidonie Bouvier, anthropologue (Archéopole).
  • 22 L’âge des sujets immatures a été estimé à partir du stade de minéralisation dentaire (Ubelaker, 198 (...)

28Sur les 192 tombes, 30 fosses ont livré des ossements humains et seuls deux sujets étaient complets (sépultures 132 et 195). Globalement, les ossements étaient en très mauvais état de conservation et seulement 5 adultes et 3 immatures ont pu être identifiés22. Le sexe n’a pu être déterminé pour aucun d’entre eux. Le sarcophage, lui, a livré les restes d’un enfant dont l’âge est compris entre 18 et 32 mois. La position des individus a pu être relevée dans 4 cas. Trois étaient inhumés sur le dos (sépultures 14, 116 et 132) avec les membres supérieurs positionnés en extension le long du corps. La sépulture 195, datée du XVIe siècle par 14C, a quant à elle livré un sujet inhumé sur le côté droit, membres fléchis et mains ramenées sur l’abdomen.

29Dans l’ensemble, les défunts reposaient dans des fosses globalement orientée ouest-nord-ouest – est-sud-est et leur tête était placée côté ouest, et ce à l’instar des individus inhumés autour du IIIe siècle dans la nécropole de La Comminière. Les inhumations y étaient orientées selon deux axes (ouest-nord-ouest – est-sud-est et nord-nord-est – sud-sud-ouest). Ces derniers ont structuré l’espace funéraire au cours des différentes phases de la période gallo-romaine. Ainsi, 16 sépultures datées entre les IIe et IVe siècles formaient un groupe orienté ouest-nord-ouest – est-sud-est avec un sujet tête placée vers l’ouest, tandis que 26 fosses datées de la première moitié du IVe siècle suivaient pour l’essentiel un axe nord-nord-est – sud-sud-ouest, avec un sujet tête placée vers le sud (Beurion, 2012, p. 130-131).

Synthèse

L’organisation spatiale de la nécropole

30L’espace funéraire semble en partie s’organiser autour de la sépulture 132. En effet, celle-ci, dont la datation renvoie à la première phase d’occupation de la nécropole, est insérée dans un espace vide (nommé espace X) de forme rectangulaire mesurant 10,72 m x 11,76 m et probablement à l’origine de la répartition quasi linéaire des tombes voisines (fig. 11). Cette position singulière semble étroitement liée au choix de l’implantation topographique. En effet, légèrement surélevée à 28,26 m NGF, la tombe devait dominer la basse vallée de l’Eure et a certainement dû marquer le paysage. Pour autant, hormis l’alignement formé par les tombes voisines, aucun élément (trou de poteau, pierre…) ne matérialise l’espace qu’elle occupait.

Fig. 11. Organisation spatiale de la nécropole.

31Par ailleurs, bien que toutes les structures étaient orientées est-ouest, on distingue deux orientations, l’une comprise entre 72° et 100° E et l’autre entre 101° et 138° E. Il semble que les sépultures orientées à moins de 100° étaient essentiellement groupées au sein d’un espace (dénommé Y) dont la taille et l’orientation font écho au premier espace quadrangulaire X dévolu à la sépulture en sarcophage SP 132 (fig. 11). Ainsi, apparaît une symétrie d’organisation entre ces deux espaces qui ont pu fonctionner conjointement, ce qui pourrait suggérer une datation plus tardive pour ces sépultures, dont l’implantation postérieure aurait comblé l’espace Y. L’espace X dévolu au sarcophage peut par ailleurs être comparé à une structure exhumée à La Comminière. Celle-ci correspond à un édifice central sur poteaux dont l’implantation a subordonné le creusement des fosses sépulcrales du IVe siècle (Beurion, 2012, p. 131).

  • 23 Cette nécropole témoigne également d’un changement d’orientation des tombes au cours de la 1re moit (...)
  • 24 L’aménagement en dur d’une tombe précoce de Pîtres évoque d’ailleurs celui observé dans la tombe 20 (...)

32On pourra également rapprocher ce sarcophage d’une sépulture du IIIe siècle (tombe 208) observée au sein du deuxième ensemble chronologique de tombes de La Comminière. Isolée à l’ouest de l’espace funéraire, celle-ci a livré un coffrage en calcaire renfermant un sujet enseveli tête orientée au nord23. Comme au Cavé, elle structure la répartition des tombes avoisinantes. La présence d’un espace vide et d’une tombe précoce structurant la répartition des autres fosses sépulcrales est également attestée à Pîtres24.

  • 25 Le regroupement autour d’une sépulture privilégiée se retrouve également dans les traditions païenn (...)
  • 26 Au Ve siècle, les nécropoles d’Apple Down (West Sussex) et d’Alton (Hantshire) par exemple, se cara (...)

33Si l’espace X partage des similitudes avec d’autres aménagements funéraires, il fait toutefois figure d’exception. En effet, sur d’autres sites de la même période, ce type d’espace se caractérise par la présence de poteaux indiquant l’existence d’un édifice ou du moins d’un balisage (Papin, 2008). C’est le cas de la nécropole du VIe siècle fouillée à Hordain dans le Nord (Demolon, 2006). L’espace vide encadrant la tombe était associé à trois trous de poteaux. Si ces aménagements sont volontiers interprétés comme des memoriae en bois, des chapelles funéraires ou des bâtiments religieux primitifs (Colardelle, 1983 ; Demolon, 2006), ils ne font pas forcément écho à une tradition chrétienne naissante. Les liens entre la nécropole du Cavé et celles de La Comminière et de Pîtres tendent d’ailleurs à ouvrir un champ d’hypothèses plus large25. En l’état des données, l’aménagement mis en évidence au Cavé ne témoigne pas nécessairement de l’existence d’une memoria ni « d’une maison aux morts », structures qui, à la même période dans le sud de l’Angleterre26 (Lorans, 2007, p. 199), abritaient des crémations. Dans tous les cas, il semble vraisemblable que la présence de ce sarcophage traduit le statut privilégié du jeune sujet inhumé. Malgré l’absence d’indices, lié essentiellement à l’état de préservation du site, il est tout à fait possible que ce sarcophage ait été associé à une structure de type enclos, voire à un tertre qui aurait matérialisé cet espace au sein de la nécropole.

Conclusion

34Il apparaît que la nécropole du Cavé témoigne de la transition entre Antiquité et haut Moyen Âge. Au regard des datations fournies par le 14C et du mobilier d’accompagnement, la nécropole du Cavé semble avoir fonctionné plus longtemps que celle de La Comminière.

35Ces deux nécropoles présentent des similitudes. La profondeur des fosses tardives pourrait manifester des modalités d’inhumation analogues. Les fosses du Cavé postérieures au sarcophage et localisées dans le nord de la nécropole se caractérisent en effet par une profondeur plus importante (entre 0,40 et 1,15 m) comme celles de La Comminière datées du IVe siècle (entre 0,80 et 1,50 m). Concernant l’orientation des sépultures et des défunts, la dernière phase d’occupation de la nécropole de La Comminière évoque également l’ensemble du Cavé. Celle-ci regroupait en effet 16 fosses datées autour du IIIe siècle orientées ouest-nord-ouest – est-sud-es renfermant un défunt positionné tête à l’ouest. Le rapprochement entre ces deux ensembles soulève néanmoins plusieurs questions.

36La plupart des fosses sépulcrales du Cavé organisées en fonction de l’emplacement du sarcophage (daté entre la deuxième moitié du IIIe siècle et le IVe siècle) et les tombes datées des Ve et VIe siècles par 14C (sépultures 41 et 37) signaleraient-elles une différence avec La Comminière, où une rupture dans le mode d’inhumation a été attesté à la première moitié du IVe (avec 26 fosses orientées nord-nord-est – sud-sud-est et un sujet tête placée vers le sud) ? Cette hypothèse pourrait être confirmée par l’absence de recoupement de sépultures, et ce contrairement à ce qui a été observé à La Comminière. Au regard de la proximité des tombes 75 (IIIe-IVe siècles) et surtout 37 (Ve-VIe siècles), on peut en effet reconnaître un certain soin concernant l’emplacement des fosses plus récentes qui semblent éviter les plus anciennes au lieu de les recouper.

37L’hypothèse d’une continuité dans le mode d’inhumation (orientation…) au Cavé peut être avancée compte-tenu de l’emplacement de la tombe 37. En dépit de son irrégularité, ce dernier dessine un alignement toujours subordonné à l’espace plus précoce et dévolu au sarcophage de la tombe 132. En d’autres termes, les configurations les moins rectilignes pourraient marquer une occupation plus récente de l’espace funéraire. L’hypothèse peut être renforcée par les sépultures à mobilier du Ve siècle (sépultures 34 et 196) regroupées dans le secteur méridional de la nécropole, au sein d’un agencement plus lâche et désordonné de fosses.

38En somme, comme à La Comminière, Le Cavé pourrait se caractériser par deux phases tardives d’inhumation, mais ne pas avoir connu de rupture nette dans le mode d’inhumation au IVe siècle.

  • 27 Les tombes tardives ont livré des monnaies, des verreries, des pièces de parure, de nombreux vases (...)

39Les deux nécropoles de La Comminière et du Cavé ont certainement dû fonctionner concomitamment à partir du IIIe siècle ou du début du IVe siècle avec un noyau de tombes subordonné par l’emplacement de la sépulture 132 (sarcophage du Cavé) et celui de l’inhumation 208 (La Comminière). La présence de clous de construction de même type observés dans les sépultures du Cavé et de La Comminière semble d’ailleurs corroborer le lien chronologique. On peut s’interroger sur l’extrême rareté du mobilier d’accompagnement dans les tombes du Cavé qui ne peut uniquement être attribuée au mauvais état de conservation du site. Suggère-t-elle des rituels différents de ceux qui, à la même période, étaient pratiqués dans l’espace funéraire de La Comminière27, ou fait-elle plutôt écho au statut des individus inhumés ? Dans les deux cas, il est évident que certains bénéficiaient d’un statut privilégié.

40Si l’absence d’incinérations au Cavé fait écho aux modes funéraires attestés dans la région avec une généralisation de l’inhumation vers le IIIe siècle, on peut toutefois se questionner. Cette absence témoigne-telle d’une nécropole crée ex-nihilo à partir de la deuxième moitié du IIIe siècle/début IVe siècle ou bien est-elle liée à la délimitation de l’emprise ? On peut s’interroger compte-tenu de la présence dans la zone A diagnostiquée au Cavé d’un vaste établissement enclos daté entre La Tène finale et l’Antiquité. Cette nécropole doit être liée à une communauté mais aucun habitat n’a pu lui être rattaché.

Bibliographie

Bibliographie

Berthelot S. (1992) – La verrerie gallo-romaine tardive et mérovingienne (IVe-VIIe siècle) du Musée de Normandie, Caen (Calvados). Revue archéologique de l’Ouest, 9, 1992, p. 161-169.

Beurion C. (2005) – Val-de-Reuil, ZAC des Portes, La Comminière. Bilan scientifique, Rouen, DRAC Haute-Normandie, SRA, p. 34-37.

— (2006) – Val-de-Reuil, Le Clos Saint-Cyr, ZAC du Parc d’affaires des Portes de Val-de-Reuil, troisième tranche (Eure, Haute-Normandie), Rapport de diagnostic, Rouen, INRAP Grand-Ouest.

— (2007a) – Val-de-Reuil, Le Cavé, ZAC des Portes. Bilan scientifique, Rouen, DRAC Haute-Normandie, SRA, p. 67-68.

— (2007b) – Val-de-Reuil, Le Raquet. Bilan scientifique, Rouen, DRAC Haute-Normandie, SRA, p. 67-68.

— dir. (2012) – Val-de-Reuil, La Comminière ZAC des Portes (Eure, Haute-Normandie), Un établissement rural de La Tène finale et une nécropole gauloise et gallo-romaine (IIe siècle av. – IVe siècle ap. notre ère), INRAP Grand Ouest. 3 vol.

Beurion C. et Grancha L. (2007) – Val-de-Reuil, « Le Cavé », ZAC des Portes, Quatrième tranche (Eure, Haute-Normandie), Rapport de diagnostic, Rouen, INRAP Grand-Ouest, 49 p.

Carré F. (à paraître) – Sarcophages de Normandie : une analyse comparée. Actes du colloque de l’Association Française d’Archéologie Mérovingienne, Bordeaux, 2010.

— (2012) – Méthodologie de la reconnaissance des aménagements en bois : les enjeux de la collecte d’information dans les sépultures à inhumation. F. Carré et F. Henrion (dir.), Le bois dans l’architecture et l’aménagement de la tombe : quelles approches ? Actes de la table ronde d’Auxerre, 15-17 octobre 2009, Mémoires de l’Association française d’archéologie mérovingienne, 23, p. 49-66.

Carré F. et Guillon M. (1995) – Habitat et nécropole de Portejoie : le site de Tournedos – Val-de-Reuil (Eure), VIIe-XIVe siècle. C. Lorren et P. Perin (dir.) – L’habitat rural du haut Moyen Âge, Actes des 14es journées internationales d’archéologie mérovingienne, Guiry-en-Vexin et Paris, 4-8 février 1993, Mémoires de l’Association française d’archéologie mérovingienne, 6, p. 145-158, 12 fig.

— (1998) – Méthodes d’approche chronologique d’un cimetière rural du VIIe au XIVe siècle : le site de Portejoie (Tournedos-sur-Seine, Eure). X. Delestre, P. Périn (dir.), La datation des structures et des objets du haut Moyen Âge : méthodes et résultats, Actes des 15es journées internationales d’archéologie mérovingienne, Rouen, Musée des Antiquité de la Seine Maritime, 4-6 février 1994, Mémoires de l’Association française d’archéologie mérovingienne, 7, p. 93-98.

Carré F. et Henrion F. dir. (2012) – Le bois dans l’architecture et l’aménagement de la tombe : quelles approches ? Actes de la table ronde d’Auxerre, 15-17 octobre 2009, Mémoires de l’Association française d’archéologie mérovingienne, 23.

Colardelle M. (1983) – Sépultures et traditions funéraires du Ve au XIIIe siècle ap. J.-C. dans les campagnes des Alpes françaises du Nord, Grenoble, Société alpine de documentation et de recherche en archéologie historique, 464 p., 142 fig.

Coutil L. (1912) – Découvertes archéologiques dans le département de l’Eure. Recueil des travaux de la Société libre d’agriculture, sciences, arts et belles-lettres de l’Eure, 5e série, t. 10, p. 35-42.

Demolon P. dir. (2006) – La Nécropole mérovingienne de Hordain (Nord). VIe-IXe siècle ap. J.-C. Archeologia Duacensis, 20.

Eloy-Épailly L. (2010) – Aspect du patrimoine monumental antique de Haute-Normandie. G. San Juan et F. Delacampagne (dir.), La mise en valeur du patrimoine monumental antique de Normandie, Rouen, PURH, p. 11-28.

Fossurier C. (2012) – Le site de Pont-l’Evêque à Autun (Saône-et-Loire) : cercueils et déformations taphonomiques. F. Carré et F. Henrion (dir.), Le bois dans l’architecture et l’aménagement de la tombe : quelles approches ? Actes de la table ronde d’Auxerre, 15-17 octobre 2009, Mémoires de l’Association française d’archéologie mérovingienne, 23, p. 249-254).

Granier G. (2008) – Recherches récentes sur le site de la place de l’égalité (Sainte-Colombe, Rhône), Une fenêtre ouverte sur les pratiques funéraires de l’Antiquité tardive en Gaule. Socio-anthropologie, 22, p. 23-37.

Guillaumet J.-P. (2003) – Paléomanufacture métallique. Méthode d’étude, Dijon, InFolio, « Vestigia ».

Honoré D. (2006) – Vernon, ZAC des Douers, Bilan scientifique, Rouen, DRAC Haute-Normandie, SRA, p. 52.

Loiseau C. (2009) – Le métal dans l’architecture publique de l’Ouest de la Gaule lyonnaise. Approches méthodologiques, techniques de construction et structures de production (Ier-IIIe siècles ap. J.-C.). Thèse de doctorat de l’université du Maine, Centre d’étude des sociétés antiques et médiévales (CESAM).

Lorans É. (2007) – Le monde des morts de l’antiquité tardive à l’époque moderne (IVe-XIXe siècle). A. Ferdière (dir.), L’archéologie funéraire, Paris, Errance, « Archéologiques », p. 177-234.

Papin P. (2008) – Un petit ensemble funéraire du haut Moyen Âge à Neuillé-Pont-Pierre (Indre-et-Loire) : nouveau regard sur le statut de ces lieux d’inhumation. Revue archéologique du Centre de la France, 47, 17 p.

Pilet C. (1980) – La nécropole de Frénouville. British Archaeological Reports, International Series, 83, 3 vol., 339 p.

Pilet C., Alduc-Le Bagousse A., Blondiaux J., Buchet L., Grévin G., Pilet-Lemiere J. (1990) – Les nécropoles de Giberville (Calvados), fin du Ve siècle-fin du VIIe siècle ap. J.-C. Archéologie médiévale, 20, p. 20-23.

Rebillard É. (2003) – Religion et sépulture. L’Église, les vivants et les morts dans l’Antiquité tardive, Paris, EHESS, 243 p.

Rodet J. (1992) – La craie et ses karts. Caen, Centre normand d’étude du karst et des cavités du sous sol, 560 p.

Roudié N. (2004) – Val-de-Reuil, « Parc d’affaires des portes de Val-de-Reuil, lieu-dit La Cerisaie. Rapport de diagnostic, Rouen, INRAP Grand Ouest.

— (1996) – Pîtres « La Remise ». DFS, Rouen, SRA de Haute-Normandie.

Ubelaker D. H. (1989) – Human Skeletal Remains: Excavation, Analysis and Interpretation. Washington, Taraxacum, 172 p.

Van Wersch L., Van Geesbergen D., Vrielynck O. (2010) – Les coupes en verre à décor chrétien découvertes en Belgique. Archéologie médiévale, 40, p. 115-147.

Watson S. (2003) – An Excavation in the Western Cemetery of Roman London, Atlantic House, City of London. Museum of London, Archaeology Service, « Archaeology Studies series, 7 ».

Notes

1 Le site de Pîtres correspond certainement à l’emplacement du vicus de Pistus, Pistis ou Pistae situé sur la rive opposée de la Seine (Éloi-Épailly, 2010, p. 22-23). La nécropole qui s’y rattachait est datée entre La Tène finale et le IVe siècle. Elle a d’ailleurs permis de s’interroger sur les populations attachées à ce secteur de la vallée de la Seine.

2 On sait par exemple que les fouilles de Portejoie ont mis en évidence les vestiges d’un habitat groupé du début du VIIe siècle implanté à proximité d’une zone vraisemblablement occupée par un habitat antique (Carré, Guillon, 1995, 1998).

3 Nombre auquel s’ajoutent 7 autres sépultures observées lors du diagnostic conduit par C. Beurion.

4 Étude : Vanessa Py (CNRS, GEODE-UMR 5602, Université de Toulouse II – Le Mirail).

5 La profondeur initiale de ces creusements n’a pas forcément été totalement conservée.

6 Les inhumations s’y divisaient en deux groupes. Le premier réunissait les tombes des IIe et IIIe siècles caractérisées par des fosses dont la profondeur variait entre 25 et 60 cm. Le deuxième ensemble, daté du IVe siècle présentait des creusements oscillant entre 80 et 150 cm de profondeur.

7 Groupe 2 : clous de menuiserie, de petite menuiserie.

8 Groupe 3 : clous de construction dont la forme des têtes varie.

9 Les clous de menuiserie (groupe 2) ont des longueurs comprises entre 20 et 80 mm et des têtes plates carrées, rectangulaires, rondes ou en huit et plus rarement des têtes hommes. La section de la tige, quadrangulaire, est globalement comprise entre 4 et 8 mm. La tête est généralement circulaire et plate. Leur diamètre oscille entre 15 et 20 mm pour une épaisseur comprise entre 1,5 et 5 mm (Loiseau, 2009, fig. 161, nos a, b). Les clous de construction (groupe 3) se caractérisent par des longueurs comprises entre 90 à 280 mm, des sections supérieures à 8 mm et des têtes plates carrées, rectangulaires ou rondes et des têtes hommes. La longueur des tiges mesure entre 90 à 280 mm, tandis que leur section est supérieure à 8 mm (Guillaumet, 2003, p. 50, fig. 21, et 51).

10 Dans ces cas, la tête est absente, les tiges sont incomplètes ou leur section n’est pas visible, ce qui a empêché d’en évaluer la dimension exacte et d’établir un lien avec la classification de J.-P. Guillaumet. Aucun clou de chaussure, d’ornement ou « rituel » (dont l’usage est notamment attesté vers les Ier et IIe siècles au Val-de-Reuil, Les Raquets : Beurion 2007, p. 67) n’a été observé.

11 Située dans la partie nord-est de la zone de fouille, en limite d’emprise, cette tombe consiste en une inhumation primaire individuelle en contenant en bois. D’après les traces observées dans le fond de la fosse, celui-ci avait une forme rectangulaire de 1,80 m de long sur 0,52 m de large sur 0,14 m de hauteur conservée. Ces traces étaient associées à 9 clous en fer (no 48, 49, 50, 51, 178, 179, 180, 181 et 182). Tous avaient la pointe orientée vers l’intérieur du coffre. D’après les restes osseux, le sujet inhumé correspondait à un adulte de sexe indéterminé.

12 Des éléments de récupération pouvaient d’ailleurs être utilisés dans la fabrication des contenants antiques. Le cas a été relevé au cimetière des IIe et IIIe siècles d’Atlantic House à Londres (Watson, 2003).

13 Notamment les clous associés à des fibres de bois et les exemplaires minéralisés. La nécropole a livré un clou associé à des fibres de bois (tombe 91, clou no 149) et 13 clous caractérisés par la minéralisation du bois qu’ils traversaient et dont le fer a presque disparu. Ces clous ont été observés dans deux tombes : 192 (no 117) et 193 (nos 20, 113, 115, 109, 244-247, 250, 253-255). De façon générale, l’orientation des clous dans les fibres nous a permis de nous interroger sur le sens de l’enclouage des pièces de bois composant les coffrages. Malheureusement, les vestiges des coffrages n’étaient pas suffisants pour mener l’étude avec la précision souhaitée.

14 Les cornières MI 175 et 175 bis étaient situées au nord-ouest de la fosse et des traces du contenant en bois. Elles étaient comme encastrées l’une dans l’autre et aucun clou ne les traversait. Elles jouxtaient deux clous (nos 175 TER et 176). Elles ne semblent pas avoir servi à assembler le bois.

15 À l’exception de la tombe 34, qui a livré un crampon, et de la tombe 128, qui a fourni un fragment de cornière.

16 L’emploi d’un support en matière souple et périssable placé sous le corps du défunt peut néanmoins être envisagé.

17 On pourra notamment signaler la carrière de craie exploitée durant l’Antiquité sur la ZAC des Douers à Vernon (Honoré, 2006, p. 52).

18 Un exemplaire similaire provient de la tombe 572 de Frénouville (Calvados) (Pilet, 1980, pl. 182).

19 Une sépulture datée lors de la phase diagnostique et quatre lors de la phase de fouille.

20 Nous tenons à remercier Florence Carré, conservatrice en chef du patrimoine (SRA Haute-Normandie) pour les informations sur les sarcophages antiques découverts en Haute-Normandie.

21 Étude : Sidonie Bouvier, anthropologue (Archéopole).

22 L’âge des sujets immatures a été estimé à partir du stade de minéralisation dentaire (Ubelaker, 1989).

23 Cette nécropole témoigne également d’un changement d’orientation des tombes au cours de la 1re moitié du IVe siècle (Beurion, 2012).

24 L’aménagement en dur d’une tombe précoce de Pîtres évoque d’ailleurs celui observé dans la tombe 208 de La Comminière (ibid., p. 231).

25 Le regroupement autour d’une sépulture privilégiée se retrouve également dans les traditions païennes (Rebillard, 2003, p. 19-20). Voir également Granier, 2008.

26 Au Ve siècle, les nécropoles d’Apple Down (West Sussex) et d’Alton (Hantshire) par exemple, se caractérisent par des espaces matérialisés par 4 poteaux.

27 Les tombes tardives ont livré des monnaies, des verreries, des pièces de parure, de nombreux vases (Beurion 2012, p. 149).

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Localisation du site sur fond de carte BRGM.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4679/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
Légende Fig. 2. Localisation des sites du Cavé, du Clos-Saint-Cyr et de La Comminière.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4679/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 428k
Légende Fig. 3. Plan général de la nécropole.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4679/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Légende Fig. 4. Coupe transversale de la sépulture 206.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4679/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Légende Fig. 5. Planche comparative des coupes transversales de sépultures en contenant périssable avec traces de bois (SP 62, 59 et 122) et sans trace de bois (SP 79, 85 et 69).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4679/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
Légende Fig. 6. Plan de la sépulture SP 92.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4679/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 316k
Légende Fig. 7. La sépulture SP 132 en coupe.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4679/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Légende Fig. 8. Photographie de la sépulture 132.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4679/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Légende Fig. 9. Mobilier d’accompagnement de la sépulture 34.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4679/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Légende Fig. 10. Mobilier d’accompagnement de la sépulture 196.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4679/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Légende Fig. 11. Organisation spatiale de la nécropole.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4679/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 86k

Auteurs

Chronoterre Archéologie

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search