Version classiqueVersion mobile

Journées archéologiques de Haute-Normandie. Rouen, 11-13 mai 2012

 | 
Luc Liogier

Le théâtre antique de Lillebonne (Seine-Maritime) : restauration et mise en valeur

The ancient Lillebonne theatre: restoration and improvements (Seine-Maritime département)

Régis Martin

Résumé

À l’occasion de la restauration des maçonneries du théâtre romain de Lillebonne, l’accompagnement archéologique a permis de faire le point sur les campagnes antérieures de travaux. La connaissance du monument a été améliorée par les dégagements et les terrassements rendus nécessaires par le projet d’aménagement. La première phase de chantier, terminée à l’été 2012, ouvre aux personnes affectées d’un handicap les portes d’un site emblématique et sensible en milieu urbain. La mise en valeur a pu se faire grâce à une réflexion partagée entre l’architecte et l’archéologue, qui a été entamée plusieurs années en amont des travaux et s’est poursuivie, avec les fouilles, dans le cadre associatif d’un chantier d’insertion.

Entrées d'index

Texte intégral

1La restauration du « théâtre antique » de Lillebonne entre octobre 2010 et mars 2012 a donné lieu à une étroite collaboration entre les professionnels des Monuments historiques et le pôle départemental de l’archéologie en la personne de Vincenzo Mutarelli, archéologue départemental.

2L’enjeu de cette restauration était la sauvegarde et la mise en valeur architecturale des maçonneries en élévation. Elle devait être réalisée conjointement avec la création d’un point d’accueil du public et l’amélioration de l’accessibilité des personnes à mobilité réduite.

3L’opération a été accompagnée par des fouilles archéologiques destinées à orienter les travaux et à valider des éléments de compréhension ou de chronologie des maçonneries, au fur et à mesure de la reprise des élévations.

4Le chantier archéologique a été rendu possible grâce à la participation d’une équipe de fouille en insertion sous la conduite de Benoît Sieurin.

5L’un des objectifs du projet consistait à installer un accès indépendant au niveau de la ville, avec une structure d’accueil fermée, équipée de sanitaires publics. La parcelle ne disposait d’aucune surface disponible en dehors du théâtre proprement dit. Le choix a donc été proposé de travailler à l’intérieur de l’emprise historique du monument. La structure d’accueil vient se dissimuler entre deux élévations parallèles du théâtre après restauration (murs M10 et M11 : fig. 1 et 2), qui correspondent à la cage de l’escalier nord-est d’accès à la cavea dont les marches avaient été démontées en 1812, puis les remblais qui les soutenaient vidés par l’architecte des monuments historiques Franchette en 1937. Fondée sur le reste des remblais de l’escalier, cette structure s’insère entre les murs antiques, dont elle reste totalement indépendante pour permettre la réversibilité de l’intervention.

6Afin de franchir le dénivelé important qui existait au nord, entre la voirie et le monument excavé, l’accueil était complété par un élévateur dédié aux personnes à mobilité réduite et un escalier direct en relation avec l’entrée monumentale est du monument (fig. 3 et 4).

7Une passerelle de liaison avec la partie sud a été créée pour contourner le site en longeant le mur de clôture à l’est. Cet ouvrage en pente douce rejoint aujourd’hui les vestiges de la partie supérieure du théâtre et offre un panorama général qui permet d’appréhender le monument dans sa globalité (fig. 5).

8L’installation de cet aménagement dans l’emprise même du théâtre a nécessité de prendre des précautions pour l’implantation des supports verticaux et du parcours des fluides en lien avec les réseaux urbains. La technologie mise en œuvre devait s’adapter aux contraintes dues aux dimensions réduites des espaces et aux passages obligés. Une fouille exhaustive des secteurs concernés a permis de hiérarchiser les situations pour ne pas impacter des vestiges, de garantir leur protection et la réversibilité des interventions. Par ailleurs, l’opération devait sécuriser le soutènement des terres excavées au nord sous la voirie, et à l’est devant le talus. À cet effet, un mur de support des terres a été préfabriqué, puis glissé à l’arrière des maçonneries antiques (fig. 6). Ce mur a permis de protéger les structures du dispositif de l’entrée nord du monument, encore enterrées sous la place Félix-Faure.

Fig. 1. Implantation de la structure d’accueil et de la passerelle périphérique.

9La restauration des maçonneries ne comportait pas de reprise en sous-œuvre, mais une restauration lourde des parements. Les deux faces des murs ont dû être déshabillées presque intégralement pour un remontage à l’identique. Ce travail a été rendu nécessaire par le manque de cohésion interne des maçonneries. Une fracture s’était installée entre les parements, remontés à l’occasion des restaurations effectuées au cours des années 1960 à 1980, et le cœur de la construction d’origine. L’emploi du ciment à l’époque de ces réparations n’avait pas permis de tisser des liens durables entre les mortiers anciens et modernes (fig. 7). À titre d’exemple, un contrefort s’est détaché du reste des maçonneries en cours de travaux.

10Pour prévenir cette pathologie, les restaurations ont été réalisées selon les techniques de construction romaine, en utilisant un mortier de chaux compatible avec le mortier d’époque antique. En particulier, en ce qui concerne le noyau, les mêmes proportions entre la pierre et le mortier ont été conservées. Les parements externes en opus vittatum mixtum ont été réalisés avec une pierre qui possède les mêmes qualités mécaniques et une couleur identique à celle de la pierre d’origine.

Fig. 2. Mur M10 après restauration (cliché : R. Martin).

Fig. 3. Coupe de la structure d’accueil, de l’élévateur et de l’escalier permettant d’accéder à l’entrée monumentale est.

11Les moellons de tuf, alternés avec des lits de brique romaine ont été solidarisés avec le blocage ancien au moyen de boutisses de 0,60 m de long, également en tuff de rivière (fig. 8). Cette structure demeure parfaitement invisible de l’extérieur. La finition des parements reproduit scrupuleusement le réseau de jointoiement lissé au fer ou à la baguette selon le rendu souhaité et les témoins en place.

Fig. 4. Vue de l’élévateur et de l’escalier au milieu des structures antiques (cliché : R. Martin).

Fig. 5. Passerelle contournant le site par l’extérieur et permettant une vue d’ensemble des vestiges (cliché : R. Martin).

Fig. 6. Installation d’un mur destiné à soutenir les terres, le long de la place Félix-Faure (cliché : R. Martin).

12Le couronnement des murs et les harpages des murs interrompus ont été laissés en arrachement. Les moellons de blocage utilisés sont des cassons de taille en calcaire fin, identiques à l’existant. Les briques ont été façonnées sur mesure selon la technique traditionnelle et manuelle de la terre cuite au feu de bois. Les parties non-restituées ont été présentées sous forme de rocaillage avec mise en évidence des lits de briques, des reprises de construction et des trous de boulins. Le cheminement dans la pente du remblai a été matérialisé par un emmarchement sécurisé pour le public.

13Un éclairage de balisage et de proximité a été installé au pied des murs principaux pour une mise en valeur nocturne du monument. Les pentes du talus ont été reprofilées et engazonnées. Les circulations au niveau bas, dans l’entrée axiale est et l’arène, ont reçu un revêtement compacté de gravier stabilisé.

Fig. 7. Contrefort détaché du reste de la maçonnerie (cliché : R. Martin).

Fig. 8. Utilisation d’une boutisse en tuff pour maintenir la cohésion des maçonneries, entre le parement et le blocage interne.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Implantation de la structure d’accueil et de la passerelle périphérique.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4675/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 636k
Légende Fig. 2. Mur M10 après restauration (cliché : R. Martin).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4675/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 154k
Légende Fig. 3. Coupe de la structure d’accueil, de l’élévateur et de l’escalier permettant d’accéder à l’entrée monumentale est.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4675/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 213k
Légende Fig. 4. Vue de l’élévateur et de l’escalier au milieu des structures antiques (cliché : R. Martin).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4675/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 181k
Légende Fig. 5. Passerelle contournant le site par l’extérieur et permettant une vue d’ensemble des vestiges (cliché : R. Martin).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4675/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 158k
Légende Fig. 6. Installation d’un mur destiné à soutenir les terres, le long de la place Félix-Faure (cliché : R. Martin).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4675/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 170k
Légende Fig. 7. Contrefort détaché du reste de la maçonnerie (cliché : R. Martin).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4675/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 102k
Légende Fig. 8. Utilisation d’une boutisse en tuff pour maintenir la cohésion des maçonneries, entre le parement et le blocage interne.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4675/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 136k

Auteur

Architecte en chef des Monuments historiques

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search