Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Journées archéologiques de Haute-Normandie. Rouen, 11-13 mai 2012

 | 
Luc Liogier

Le Vieil-Évreux (Eure) : les habitations de l’agglomération antique. Résultats de la campagne 2011

Le Vieil-Évreux (Eure département) : living quarters in the ancient site. Results from the 2011 survey

Cécile Hartz

Résumé

Les recherches sur les habitations du Vieil-Évreux ont porté en 2011 sur un secteur situé au sud des thermes de l’agglomération antique. Elles ont révélé, au sommet d’un vallon, une grande domus, occupée entre le IIe et le milieu du IIIe siècle de notre ère qui présente au moins trois états. En bas de vallon, un sondage destiné à vérifier la conservation des vestiges et de la stratigraphie a permis de mettre en évidence les traces d’une installation légère, datant de la même époque.

In 2011, investigations into the living quarters in Vieil-Évreux focused on a section to the south of the baths in the ancient site. At the top of a small valley, a large domus was discovered, which had been occupied between the 2nd and the mid-3rd Century and shows signs of at least three occupation phases. At the bottom of the valley, a survey aimed at confirming that remnants had been conserved and the site´s stratigraphy revealed signs of a light structure dating from the same era.

Entrées d'index

Texte intégral

1La campagne de fouilles sur les habitations du Vieil-Évreux a concerné en 2011 le secteur de L’Aubue situé au sud des thermes de l’agglomération antique (fig. 1)

  • 1 Université Paris I – Panthéon-Sorbonne, F. Dumasy (dir.).
  • 2 Cette opération succède à deux campagnes réalisées sur L’Aubue et les Terres noires en 2009 et 2010 (...)

2L’opération a été menée dans le cadre d’un doctorat portant sur le développement urbain des grands sanctuaires dans les Trois Gaules1 et constitue la dernière étape d’un programme de fouilles établi sur trois ans relatif à l’habitat et à la trame urbaine du Vieil-Évreux2.

Présentation du site et de l’opération

Le Vieil-Évreux

3Le Vieil-Évreux est sans doute le sanctuaire principal de la cité des Aulerques Eburovices. L’agglomération est située à 6 km à l’est du chef-lieu de cité, Mediolanum Aulercorum, l’actuelle Évreux. Les premières traces d’occupation, observées à proximité directe du temple principal, semblent remonter au milieu du Ier siècle avant notre ère. C’est cependant au début du siècle suivant que s’organisent les premiers quartiers d’habitations à l’ouest et au nord de l’édifice cultuel, à l’intérieur d’une trame orthogonale de direction nord-ouest – sud-est.

4Dans la première moitié du IIe siècle, l’agglomération fait l’objet de très vastes réaménagements, et couvre alors une surface de 250 ha. Les habitations sont rejetées sur la bordure extérieure d’une voie polygonale, qui cerne les édifices publics. Le secteur fouillé en 2011 correspond à ce second état d’urbanisation (fig. 1).

Fig. 1. Plan du Vieil-Évreux aux IIe-IIIe siècle avec localisation des parcelles fouillées en 2011 (carte : MADE).

5Le site est progressivement abandonné à partir du milieu du IIIe siècle. Les données de fouilles et de prospections indiquent néanmoins que certains secteurs de l’agglomération restent occupés jusqu’au IVe siècle, comme le théâtre, le temple et sans doute une partie du quartier d’habitations à l’ouest des thermes (quartiers des Terres noires) (Bertaudière, Guyard, 2006).

Problématiques et stratégie de fouilles

6Les fouilles réalisées sur L’Aubue en 2009 et 2010 avaient permis de proposer un premier phasage de l’occupation du secteur (Hartz, 2010 ; Hartz, 2011b). Les façades de plusieurs habitations en terre et bois avaient été mises en évidence sur le versant d’un petit talweg. Dès leur installation dans la première moitié du IIe siècle, elles étaient séparées du cœur de l’agglomération par une importante voirie de silex d’une dizaine de mètres de large. Au moins une étape de réfection avait été identifiée pour la grande habitation située au sommet du versant, reconstruite en maçonnerie à la fin du IIe siècle ou au début du IIIe siècle. L’abandon du secteur avait été daté de la fin du IIIe siècle.

Fig. 2. Localisation des sondages 2009-2011 sur l’image de prospection géophysique (Aubry, 2000).

7En 2011, les fouilles ont porté principalement sur l’habitation du haut de versant, mise au jour dans un excellent état de conservation puisque les maçonneries et la stratigraphie y sont préservées sur près d’1 m. L’opération visait à étayer les propositions de datation concernant son installation, ses divers états et son abandon, par la fouille des niveaux en place sur de plus larges emprises. Il s’agissait également d’obtenir de nouvelles données sur l’organisation interne des pièces de façade, et notamment de vérifier l’hypothèse de l’existence d’une cour intérieure dont la présence était suggérée par l’image de prospection géophysique. Enfin, nous voulions compléter nos connaissances sur le potentiel stratigraphique de la parcelle, en vérifiant l’état de conservation des vestiges situés à l’ouest, en partie basse du versant (fig. 2)

8À l’est, une surface de 250 m2 a été décapée à l’aplomb de la voirie, du portique et de la façade de l’habitation. Les limites de la pièce d’angle nord-est ont été entièrement appréhendées (7 × 2 m). Des sondages restreints implantés sur le portique et à l’intérieur de la maison ont ensuite été fouillés manuellement jusqu’au terrain naturel. À l’ouest, un sondage de 8 × 2 m a été ouvert à la pelle mécanique jusqu’au substrat (fig. 2).

9L’opération a permis d’affiner les connaissances sur l’évolution de l’habitation située en sommet de versant, et notamment d’en reconnaître un nouvel état. En bas de versant, la stratigraphie est conservée sur 0,70 m environ, et renvoie probablement à l’occupation d’une maison en terre et bois.

Résultats de l’opération 2011

  • 3 Les datations sont issues de l’étude céramologique réalisée par F. Laot avec la collaboration de D. (...)

10Un aménagement important du terrain précède les installations établies à l’est de la parcelle : le bief à silex est terrassé sur plusieurs dizaines de centimètres et sa surface est régularisée. Une habitation en terre et bois sur solins est ensuite construite sur cet espace plan au début du IIe siècle3.

Un premier état en terre et bois sur solins

11Dans la pièce de façade de l’habitation (fig. 3), le premier état est caractérisé par une succession de niveaux d’occupation charbonneux alternant avec de fines recharges de limon. Les couches fonctionnent avec une structure foyère localisée au nord-est de la pièce. De forme quadrangulaire, elle est constituée, dans son dernier état, de briques d’une trentaine de centimètres de large disposées à plat sur le sol, et mesure 1 m de long sur au moins 0,95 m de large (fig. 4).

Fig. 3. Plan des vestiges mis au jour en 2011 (haut de versant).

12Cette structure a probablement une vocation domestique, comme en témoignent les nombreux restes d’ossements et de coquillages retrouvés à ses abords. Parmi les rejets de consommation retrouvés en abondance dans ces niveaux ont été découverts quelques objets en tabletterie de bonne qualité (fig. 5).

13Cette première habitation est édifiée en terre et bois sur solins. Un des soubassements a été mis au jour au sud du sondage (fig. 3 et 6).

14D’une quarantaine de centimètres de large, il est constitué de gros blocs de silex, de meulière et de calcaire en remploi. Une maçonnerie postérieure en reprend l’emplacement, mais pas l’orientation, qui diverge de quelques degrés (fig. 3 et 6).

15Un grand fossé à profil en V et à fond plat, creusé dans le terrain naturel, a été mis au jour au sud de ce solin (fig. 6). Il présente la même orientation. Ce fossé, d’1 m de large à l’ouverture et profond d’1, 20 m, était sans doute destiné à recueillir les eaux de pluie tombées des toitures, qui étaient ensuite évacuées vers le bas du vallon. Cette découverte tend à confirmer l’existence d’une cour à ciel ouvert. L’organisation d’ensemble de l’habitation a probablement été reprise à l’identique au cours des réaménagements successifs, comme l’attestent au moins les reconstructions des murs aux mêmes emplacements.

Fig. 4. Structure foyère et niveaux associés en façade de l’habitation (cliché : C. Hartz).

  • 4 Contrairement à ce que nous avions écrit suite à la première campagne de fouilles sur L’Aubue (Hart (...)
  • 5 Aucun aménagement autre que les sols et niveaux d’occupation attribuables à cet état n’a été observ (...)

16L’existence de ce fossé explique le soutirage important de la stratigraphie observé en 2009 et dont les causes n’avaient pas pu être identifiées (Hartz, 2010). Lors de la dernière phase de réfection de l’habitation, il est en effet comblé sur une cinquantaine de centimètres par des remblais argileux peu compacts. La façade est pourvue, dès le premier état4, d’un portique de 3,5 m de large, dont le sol est d’abord constitué de terre battue, puis d’un cailloutis compact de silex et de terres cuites architecturales. Il est probable qu’il s’agisse, là encore, d’une construction en terre et bois5 et que ce portique présente, comme pour les états postérieurs, une colonnade ouverte sur l’extérieur.

Fig. 5. Cochlear (no inv. : 812.182-011), fragment d’épingle (no inv. : 812.179-008) et anneau en os (no inv. : 812.179-013) recueillis dans les niveaux d’occupation du premier état de l’habitation (cliché : C. Hartz).

17Cette première occupation peut être datée, d’après le matériel céramique issu de ces niveaux, de la première moitié du IIe siècle.

Un deuxième état partiellement maçonné

18L’habitation en terre et bois est partiellement reconstruite en maçonnerie, au milieu ou dans la seconde moitié du IIe siècle. Ses parois de torchis, dont les traces ont été observées à l’arrière des enduits peints recueillis dans les niveaux de démolition, ont été vraisemblablement soutenues par des murs-bahuts maçonnés. Une décoration luxueuse semble avoir été mise en œuvre dans les espaces de façade.

19Les niveaux d’occupation et la structure foyère arasée de l’état antérieur sont recouverts par un sol de craie damée. Au sud de cette pièce, un sol de béton lissé, composé de silex de petit calibre noyés dans un mortier blanc, occupe un espace longiligne de 3 m de large, peut-être une galerie. Dans la cour arrière, le fossé collecteur semble toujours être utilisé (fig. 3).

Fig. 6. Fossé collecteur, solin du premier état de l’habitation, surmonté par les maçonneries de l’état 3 (cliché : C. Hartz).

  • 6 La contemporanéité de ces constructions est confirmée par l’étude des mortiers de maçonnerie prélev (...)

20Le portique est lui aussi partiellement reconstruit en dur6. Il est constitué de massifs de maçonnerie d’environ 1 m de long sur 1 m de large, distants de 2 m, destinés à supporter une colonnade de bois ou de pierre. Comme pour l’état précédent, le sol présente l’aspect d’un niveau de circulation mêlant cailloutis de silex, terres cuites architecturales disposées à plat et un abondant matériel de rejet.

21La fin de cet état est marquée par d’épais remblais de démolition, particulièrement riches en matériel dans la pièce de façade. À cet endroit, les remblais ont livré de nombreux fragments d’enduits peints présentant deux types de décor, sur fond blanc et sur fond rouge (fig. 7).

22Des fragments de moellons calcaires et des déchets de taille indiquent que ce matériau a également été utilisé dans la décoration de l’habitation.

23Notons enfin que ces remblais de démolition sont caractérisés par un important matériel de rejet lié au travail du fer et de l’alliage cuivreux (rebuts et chutes de forge, chutes de découpe, gouttes et déchets de coulées, scories, etc.). L’étude du mobilier métallique issu des trois campagnes de fouilles révèle en effet la présence, pour les deux premiers états de l’habitation, d’une activité de production (rebuts de forge, déchets de fonte de l’alliage cuivreux) dont l’importance ne peut cependant pas être estimée (Loiseau, à paraître).

Un dernier état inachevé

  • 7 La datation précise de cette dernière réfection et des dernières occupations est rendue délicate du (...)

24Une dernière réfection de l’habitation est entreprise à la fin du IIe siècle, ou au début du siècle suivant7. Les maçonneries sont reconstruites selon le même plan, mais avec une largeur plus importante, puisque le sol de béton lissé est recoupé par les nouvelles fondations. Les murs-bahuts mesurent à présent 0,80 m de large et soutiennent probablement un étage. Leur construction a été visiblement soignée : les angles internes sont renforcés de moellons de tuf, et le parement extérieur du mur de façade présente des joints tirés au fer. Les piédroits des portes sont ornés de moellons de tuf et de cordons de briques (fig. 6). Le reste de l’élévation est réalisé en pan de bois, comme l’indiquent les nombreux fragments de torchis brûlé retrouvés dans les remblais de démolition.

25Les fouilles pratiquées en 2011 ont permis de comprendre que ce dernier état de l’habitation est resté inachevé. Les niveaux de chantiers ne sont en effet recouverts par aucun sol ni aucun niveau d’occupation, et les murs-bahuts ne portent aucune trace de décoration.

26À l’arrière, des sols de mortier alternant avec des remblais de démolition et de minces niveaux d’occupation marquent ces travaux de réfection. Le fossé est comblé par des couches contenant des matériaux de démolition, dont un fragment de dallage en calcaire fin de forme triangulaire, appartenant à un pavement en opus sectile, et des fragments de bourrelet d’étanchéité.

27L’accumulation de remblais de démolition, qui alternent avec des niveaux d’occupation semble plaider pour une réfection réalisée sur un temps long. Un mur de direction nord/sud, caractérisé par un mortier rose orangé, est d’ailleurs construit postérieurement à l’ensemble des maçonneries (fig. 6). Dans les niveaux de cour ont été découverts de très nombreux ossements finement fragmentés, et, pour les plus gros éléments, portant des traces de débitage, qui renvoient à une activité de récupération du collagène, et peut-être à une activité de boucherie et de tabletterie.

28Le portique est également refait. Une fondation continue d’une trentaine de centimètres de haut supporte des dés maçonnés qui reprennent l’emplacement des maçonneries précédentes. Ils sont destinés à accueillir une nouvelle colonnade, probablement en calcaire au vu des quelques éléments découverts sur les niveaux de voirie. Cette reconstruction semble là encore avoir été réalisée sur une longue durée et laissée en attente, puisqu’une fine couche de limon a été observée entre la fondation continue du portique et les dés de maçonnerie.

29Les remblais de démolition de cet état ont livré de nombreux éléments de construction et de décoration : fragments de dallage/placage en calcaire, morceaux de corbeaux et de corniche à profil chanfreiné ou en quart de rond, moellons de tuf et de calcaire fin (fig. 8).

  • 8 Cette hypothèse est étayée par le matériel de fouilles anciennes et de prospection pédestre (tubuli(...)

30Quelques fragments de tubuli et une dalle de piscine en brèche de l’Allier témoignent peut-être de l’aménagement d’un balnéaire dans l’habitation8.

Abandon et fouilles anciennes

31Un incendie, suivi de l’abandon de l’habitation, semble intervenir dans le milieu du IIIe siècle. Aucun matériel attribuable à la seconde moitié du IIIe siècle n’a en effet été recueilli sur le site. Notons que cette datation concorde avec celles du macellum et des thermes dont les matériaux sont alors récupérés. Les remblais de démolition de l’habitation sont recouverts par une fine couche d’incendie. La récupération méthodique de certains matériaux est attestée par la présence d’un amas de terres cuites architecturales et de blocs de mortiers brûlés disposé en tas dans la « galerie ». Sous le portique, les niveaux de démolition présentent une surface piétinée témoignant également d’une longue période de récupération des matériaux de construction.

Fig. 7. Figuration d’une poire (?) sur fond blanc (cliché : L. Bonelli).

Fig. 8. Fragment de corniche à profil en quart de rond stuqué, no inv. : 812.120-017 (cliché : C. Hartz).

32Ces remblais de démolition sont recoupés, à l’intérieur de l’habitation, par des tranchées de fouilles anciennes, qui correspondent aux recherches menées au milieu du XIXe siècle par T. Bonnin. Ces sondages ont eu pour objectif le relevé général du bâtiment et ont donc principalement suivi les murs, sans affecter l’intérieur des pièces.

Sondage ouest

33Le sondage implanté en bas de versant (fig. 2) a révélé une stratigraphie conservée sur 0,70 m environ, protégée par des colluvionnements d’une cinquantaine de centimètres d’épaisseur. La lecture des coupes a permis d’identifier au moins trois états d’occupation compris entre le IIe et la première moitié du IIIe siècle, en lien avec un ou plusieurs bâtiments construits en matériaux légers.

34Un trou de poteau implanté dans les limons du terrain naturel marque une première installation. Il semble fonctionner avec un fin niveau de sol chargé de nodules de craie. Un solin de blocs de silex et de calcaire liés au limon, de direction nord/sud, vient ensuite s’implanter dans les remblais de démolition de cette première structure. À l’intérieur du nouveau bâtiment a été observée une petite fosse caractérisée par un comblement charbonneux, dont la fonction exacte n’a pas pu être déterminée.

35Les derniers niveaux d’occupation identifiés semblent être en relation avec une grande structure fossoyée, à l’angle sud-est du sondage, peut-être un cellier. De forme quadrangulaire, elle mesure au moins 2,20 m de long.

36Ces installations antiques sont recoupées par une grande fosse, probablement due à l’explosion d’une bombe lors de la deuxième guerre mondiale. Elle est comblée avec du matériel contemporain.

Conclusion

37L’opération de 2011 a permis de préciser les différentes étapes de réfection de la grande habitation située en sommet de versant. Il s’agit, dès la première reconstruction au moins, d’une demeure aisée dont les espaces de façade sont soigneusement décorés. Cette domus, qui est située en position dominante dans le quartier, appartient probablement à un notable de la cité. Elle est abandonnée en pleine réfection dans le courant du IIIe siècle, tout comme les thermes et le macellum, dont les travaux sont alors également interrompus (Bertaudière, Guyard, 2006). Après sa récupération, qui a sans doute été effectuée sur une longue durée, cette habitation ne semble pas avoir fait l’objet d’une réinstallation tardive. Le sondage ouest a quant à lui révélé une stratigraphie bien préservée. La chronologie d’occupation semble globalement correspondre à celle du secteur est (installation dans le courant du IIe siècle et abandon au IIIe siècle). Elle reste cependant à confirmer par de nouvelles opérations.

  • 9 À mi-pente, les structures et la stratigraphie sont conservés sur 15 à 20 cm seulement (Hartz, 2010 (...)

38Les trois campagnes de fouilles réalisées sur cette parcelle permettent aujourd’hui d’avoir une bonne idée de l’état de conservation général des vestiges, qui est excellent à l’est et à l’ouest9. Ces données permettent d’envisager de nouvelles opérations dans les années futures, qui devront désormais s’intéresser à l’organisation interne des habitations par des fouilles en aire ouverte.

Bibliographie

Bibliographie

Aubry L. (2000) – Site gallo-romain du Vieil-Évreux, prospection électrique. Terra nova, novembre, 17 p., 4 fig.

Bertaudière S., Guyard L. (2006) – Gisacum, ville sanctuaire gallo-romaine. Catalogue de l’exposition permanente du Centre d’interprétation archéologique du site gallo-romaine de Gisacum (Le Vieil-Évreux), 59 p.

Coutelas A. (à paraître) – Les mortiers de construction de l’Aubue, le Vieil-Évreux (27). C. Hartz, Le Vieil-Évreux (Eure), « L’Aubue », Campagne 2011. Rapport final d’opération.

Hartz C. (2010) – Le Vieil-Évreux (Eure), « L’Aubue ». Habitats de l’agglomération antique. Rapport final d’opération, 2010, 111 p.

— (2011a) – Les habitations de l’agglomération antique du Vieil-Évreux (Eure). Données de la campagne de fouilles 2009. Journées archéologiques de Haute-Normandie, Harfleur, 23-25 avril 2010. Rouen, PURH, p. 95-104.

— (2011b) – Le Vieil-Évreux (Eure). Habitations et trame viaire de l’agglomération antique : « Les Terres Noires » et « L’Aubue ». Rapport final d’opération, 140 p., 42 pl.

— (2012) – Les habitations et la trame urbaine du Vieil-Évreux (Eure), résultats de la campagne 2010. Journées archéologiques de Haute-Normandie, Évreux, 6-8 mai 2011. Rouen, PURH, p. 119-128.

Laot F., Théolas D. et al. (à paraître) – La céramique de « L’Aubue ». Étude céramologique de « L’Aubue ». C. Hartz, Le Vieil-Évreux (Eure), « L’Aubue », campagne 2011. Rapport final d’opération.

Loiseau C. (à paraître) – Le mobilier métallique, le Vieil-Évreux (27), L’Aubue, Les Terres Noires. C. Hartz, Le Vieil-Évreux (Eure), « L’Aubue », Campagne 2011. Rapport final d’opération.

Notes

1 Université Paris I – Panthéon-Sorbonne, F. Dumasy (dir.).

2 Cette opération succède à deux campagnes réalisées sur L’Aubue et les Terres noires en 2009 et 2010 (Hartz, 2011a ; Hartz, 2012). Ces travaux ont été menés grâce au soutien constant du Service régional de l’archéologie, de la Mission archéologique départementale de l’Eure et de l’association Archéo 27, que nous remercions chaleureusement.

3 Les datations sont issues de l’étude céramologique réalisée par F. Laot avec la collaboration de D. Théolas (MADE) (Laot, Théolas, à paraître). Ces résultats seront confrontés à ceux de l’étude numismatique.

4 Contrairement à ce que nous avions écrit suite à la première campagne de fouilles sur L’Aubue (Hartz, 2011a).

5 Aucun aménagement autre que les sols et niveaux d’occupation attribuables à cet état n’a été observé.

6 La contemporanéité de ces constructions est confirmée par l’étude des mortiers de maçonnerie prélevés sur le site (Coutelas, à paraître).

7 La datation précise de cette dernière réfection et des dernières occupations est rendue délicate du fait de la prédominance de formes de céramiques communes dans ces niveaux (Laot, Théolas, à paraître).

8 Cette hypothèse est étayée par le matériel de fouilles anciennes et de prospection pédestre (tubuli, pilettes d’hypocauste) et l’image de prospection géophysique qui révèle une installation importante au sud-est de la cour intérieure (fig. 2).

9 À mi-pente, les structures et la stratigraphie sont conservés sur 15 à 20 cm seulement (Hartz, 2010).

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Plan du Vieil-Évreux aux IIe-IIIe siècle avec localisation des parcelles fouillées en 2011 (carte : MADE).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4662/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Légende Fig. 2. Localisation des sondages 2009-2011 sur l’image de prospection géophysique (Aubry, 2000).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4662/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Légende Fig. 3. Plan des vestiges mis au jour en 2011 (haut de versant).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4662/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 236k
Légende Fig. 4. Structure foyère et niveaux associés en façade de l’habitation (cliché : C. Hartz).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4662/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Légende Fig. 5. Cochlear (no inv. : 812.182-011), fragment d’épingle (no inv. : 812.179-008) et anneau en os (no inv. : 812.179-013) recueillis dans les niveaux d’occupation du premier état de l’habitation (cliché : C. Hartz).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4662/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Légende Fig. 6. Fossé collecteur, solin du premier état de l’habitation, surmonté par les maçonneries de l’état 3 (cliché : C. Hartz).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4662/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Légende Fig. 7. Figuration d’une poire (?) sur fond blanc (cliché : L. Bonelli).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4662/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Légende Fig. 8. Fragment de corniche à profil en quart de rond stuqué, no inv. : 812.120-017 (cliché : C. Hartz).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4662/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 94k

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540