Version classiqueVersion mobile

Journées archéologiques de Haute-Normandie. Rouen, 11-13 mai 2012

 | 
Luc Liogier

Le théâtre du sanctuaire du Vieil-Évreux (Eure). Résultats de la campagne 2011

The theatre at the Vieil-Évreux sanctuary (Eure département). Results from the 2011 survey

Filipe Ferreira

Résumé

Seuls deux états du théâtre du sanctuaire du Vieil-Évreux ont été identifiés lors de la campagne précédente. Les fouilles effectuées cette année permettent de mettre en évidence un nouvel état, antérieur à ceux observés précédemment. Si l’évolution du second édifice se caractérise par un remaniement original des structures internes, le passage d’un premier à un second théâtre s’effectue de façon plus conventionnelle.

Entrées d'index

Texte intégral

Introduction

1Situé dans l’axe du « grand sanctuaire » du Vieil-Évreux (fig. 1), le théâtre a fait l’objet en 2011 d’une seconde campagne de fouilles. Les nouvelles données permettent de remettre en question les plans de l’édifice diffusés depuis 1802 et 1845. Deux états ont pu être observés à la hauteur de l’entrée axiale du monument et de l’angle nord de la cavea. Plusieurs espaces tels que les accès ont été consolidés et d’autres, comme le mur périmétral rectiligne et la cavea, ont été rehaussés (Ferreira, 2012, p. 129-130) (fig. 2).

2L’objectif était de vérifier les premières données obtenues et d’étudier de façon plus approfondie le système de circulation interne de l’édifice. Les premiers sondages laissaient supposer l’existence, entre le premier et le second maenianum, d’une précinction médiane. Celle-ci était desservie par les deux couloirs latéraux de l’entrée axiale du monument qui, rappelons-le, était divisée en trois couloirs. Seul un premier niveau de démolition au sein du couloir central avait été observé sur une très faible superficie l’année précédente. Véritable lien entre le temple central et le cœur de l’édifice de spectacle, le couloir axial constituait l’une des structures principales nécessaire à la compréhension de l’édifice mais aussi à celle de son insertion dans la trame urbaine du sanctuaire.

3Enfin, il était déterminant de se pencher davantage sur le centre du monument. L’orchestra n’apparaissait dans aucun des documents anciens étudiés (Rever, 1827 pl. I, 4e partie ; Bonnin, 1860, pl. xii et xiii) et aucun indice n’avait été relevé à son sujet lors de la campagne de prospection dirigée en 1998 (Aubry, 1998, p. 18). La délimitation entre la cavea et l’orchestra était désormais une priorité et devait permettre de séparer, avec plus de précision, l’espace voué au logement des spectateurs de celui dédié au spectacle proprement dit ou au manifestations religieuses qui pouvaient y avoir lieu.

4L’emprise de la fouille (fig. 3) s’étend des couloirs de l’entrée axiale, à l’ouest, à la fondation du mur d’orchestra, à l’est. Elle comporte les trois couloirs axiaux du théâtre, le débouché du couloir central et l’amorce du mur d’orchestra.

Un premier théâtre au sanctuaire du Vieil-Évreux ?

5Rappelons l’hypothèse émise l’an dernier selon laquelle un premier sol préparatoire aurait été découvert : constitué de craie damée, il se caractérisait par une disposition relativement curieuse. Deux paliers, liés par une pente de même nature, avaient été observés au sein du couloir nord de l’entrée axiale et du caisson de remblai. Identifié comme un niveau de sol, il était recoupé par les tranchées de fondations des murs du vomitoire et présentait quelques traces d’aménagement telles que des trous de poteaux.

6Cette année, un sondage a été effectué plus en avant du monument au sein du même caisson de remblai. Sous deux importantes strates d’argiles rapportées, a été découvert un mur arasé sur 4 m de long (fig. 4). Il s’élève sur près de 0,50 m, à la hauteur de l’assise de réglage liée, au pied du mur, à un reliquat de construction. Il présente des traces de parement du côté ouest tandis que la partie est du mur semble coulée dans une tranchée. Ce mur, curviligne, correspond probablement au premier mur d’enceinte d’un théâtre antérieur à celui que nous connaissons. C’est uniquement du côté ouest qu’a pu être observé le sol de craie damée. Il correspond donc au niveau de circulation présent tout autour du premier théâtre et a été recouvert par la construction du second édifice. Les deux remblais d’argile sont séparés l’un de l’autre par une épaisse couche de mortier recouvrant l’ensemble du sondage à la hauteur du lit de pose mentionné plus haut. Il s’agit ici du niveau de récupération du premier mur périmétral curviligne du théâtre. Rien ne nous permet de déterminer la superficie de ce monument et le tracé du mur restitué reste hypothétique. Le diamètre du premier théâtre devait atteindre une longueur comprise entre 70 et 80 m. Sa hauteur devait également être moins importante compte tenu de la faible épaisseur des murs.

Fig. 1. Sanctuaire du Vieil-Évreux, localisation du théâtre (DAO : MADE 2011).

Fig. 2. Emprises des sondages des campagnes 2010 et 2011 (DAO : F. Ferreira 2012).

Fig. 3. Localisation de la campagne 2011.

Fig. 4. Mur périmétral du premier théâtre (cliché : C. Robert).

Un premier aperçu de l’orchestra

7Le lien entre les espaces supérieurs de la cavea, qu’ils soient du premier ou du second théâtre, et ses structures situées en contrebas, notamment l’orchestra (Fétis, 1827, pl. ii ; Bonnin, 1860, pl. xii) demeure inconnu. Qu’il s’agisse des croquis effectués par T. Bonnin ou du plan repris et réalisé par l’architecte J. Fétis, l’orchestra n’est jamais figurée. Cela pose donc un certain nombre de difficultés, notamment en ce qui concerne les proportions du monument. Quelle place occupe l’orchestra et quelle importance lui accorder dans le cadre du Vieil-Évreux ?

8Seule une faible partie du mur d’orchestra a été mise au jour au cours de cette campagne. Celui-ci se trouve très arasé et n’est conservé qu’à la hauteur de sa fondation, constituée de silex et de quelques rares fragments de terre cuite sans liant (fig. 5). La strate correspondant à l’abandon du monument se trouve directement en contact avec le sol géologique. Les espaces inférieurs du théâtre, l’orchestra et l’ima cavea, ont donc été excavés afin d’accentuer la pente du monument. Celle-ci a été observée entre le mur d’orchestra et le débouché du couloir axial sur la précinction médiane. Fortement remaniée, la pente originelle du monument a néanmoins été préservée dans sa partie basse et sa surface se caractérise par un remblai hétérogène comportant des fragments de silex, de moellons, de briques et de tuiles, qui constitue un possible rejet de matériaux triés et non récupérés. Si l’orchestra peut désormais être délimitée, il est encore difficile de préciser avec quel état s’articule cette limite, premier ou second théâtre, voire les deux. La restitution de son tracé ne pourra être précisée qu’à partir de la prochaine campagne, de même que son articulation avec un éventuel plateau scénique. La liaison entre l’orchestra et les premiers rangs de gradins reste également indéterminée.

Fig. 5. Fondation du mur délimitant l’orchestra (cliché : F. Ferreira).

L’étude du couloir axial et de ses collatéraux : remaniement des espaces de circulation et monumentalisation du théâtre du Vieil-Évreux

9Le second théâtre du Vieil-Évreux présente la particularité de disposer, dans son axe est-ouest, de trois entrées donnant accès au monument. Elles permettent aux spectateurs de prendre place simultanément dans les gradins inférieurs, médians et supérieurs de l’édifice. Les rangs inférieurs sont desservis par le vomitoire central, la partie médiane par les deux vomitoires latéraux qui comportent, du moins dans le couloir nord, des cages d’escaliers qui débouchent sur une précinction sommitale.

Fig. 6. Mur nord – collatéral nord (cliché : F. Ferreira).

Fig. 7. Coupe transversale – collatéral sud (cliché : F. Ferreira).

Les collatéraux nord et sud

10Dans un premier temps, l’objectif du sondage effectué au sein du couloir latéral nord était de vérifier le phasage qui avait été établi l’année précédente, puis d’observer la jonction entre le couloir et la précinction médiane de l’édifice.

11Le théâtre du Vieil-Évreux a subi un grand nombre de récupérations qui concernent non seulement les matériaux de construction, mais aussi les remblais eux-mêmes. De ce fait, la jonction entre le vomitoire et la précinction médiane a totalement disparu. Le mur nord du couloir reste le mieux conservé sur près d’1,30 m de haut. L’assise de réglage débordant de la tranchée, dans laquelle ont été effectuées les fondations, est constituée de silex soigneusement agencés (fig. 6). Au-dessus de celle-ci, sont disposées trois arases de briques puis le parement calcaire. Du côté interne de la façade, on remarque à nouveau l’usage de fragments de briques et de tuiles, disposées de façon presque aléatoire. Le parement est constitué de silex séparés par des joints lissés verticaux et horizontaux. Il se différencie ainsi du mur sud du couloir, parementé de moellons calcaires sur ses deux faces.

12Différents niveaux de sols ont également été observés : le plus ancien correspond à la première phase du second théâtre. Il est plan et laisse supposer que l’accès aux gradins se faisait par le haut. Les spectateurs entraient dans le vomitoire et avançaient jusqu’aux gradins situés en contrebas. Lors de l’élévation du monument, plusieurs niveaux de remblais sont disposés au sein des couloirs. Le sol présente alors une pente pour permettre de desservir une nouvelle précinction médiane, plus haute que la précédente. Contrairement au premier sol, celui-ci comporte plusieurs recharges, mises en évidence par la stratigraphie.

13Le même phénomène est observable dans le couloir sud (fig. 7) : la coupe relevée témoigne d’une rehausse du niveau du sol, suite à l’agrandissement du second théâtre. Une tranchée, située à la hauteur du débouché du vomitoire, suggère une récupération du seuil en lien avec la précinction. Les passages latéraux ne sont pas les seuls espaces de circulation concernés par l’agrandissement de l’édifice.

Le couloir central

14Deux sondages ont été effectués dans le couloir central du théâtre, l’un à l’extrémité ouest de la zone ouverte et l’autre à son débouché vers l’ima cavea. Les maçonneries ont été plus arasées que celles des couloirs latéraux, elles ne sont conservées qu’à hauteur de la première arase de briques, comme en témoignent leurs accroches préservées dans le mortier sous-jacent. La partie inférieure, correspondant au ressaut de fondation, est constituée de silex noyés dans du mortier. Celui-ci semble de mauvaise qualité et le parement des fondations apparaît très délité. Le niveau de craie damée est recoupé par divers trous de poteaux liés à la construction du couloir central. Plusieurs niveaux de sols et d’occupations ont été observés, appartenant vraisemblablement à la première puis à la deuxième phase de fréquentation du monument. C’est uniquement au milieu du couloir que ces niveaux sont observables (fig. 8). En effet, les espaces jouxtant les murs ont été creusés de petites rigoles qui servaient à charrier l’eau accumulée en haut du couloir. Elles étaient couvertes en bois et semblaient les recouvrir comme le montrent de petites solives et autres traces de planches retrouvées au pied des murs liées à la seconde phase du second théâtre.

15L’agrandissement du second théâtre, avec son parti probable de monumentalisation, est plus particulièrement visible à l’extrémité du vomitoire. Aux murs de faible largeur (0,90 cm) viennent s’accoler d’imposantes fondations qui supportaient les retombées de la voûte du vomitoire central. Le niveau de circulation observé à l’intérieur est constitué d’éléments de remploi (briques, calcaires, tufs) polis par le passage des spectateurs (fig. 9). Il est en relation ou contemporain de l’arase de tegulae récupérées que l’on voit dans les maçonneries du dernier état de l’édifice et qui marquent le ressaut de fondation de ces murs légèrement plus hauts que ceux du couloir antérieur. Les différents niveaux de démolition présents au sein du couloir sont essentiellement composés d’éléments de tuf appartenant à la voûte effondrée. Le décor peut être suggéré par les quelques fragments de blocs et de colonnes retrouvés ainsi que par plusieurs fragments d’enduits peints. La fouille des tranchées de récupération situées au-dessus des murs a permis d’observer en stratigraphie les niveaux liés à la construction et à la fréquentation du second théâtre dans sa première phase.

16Du côté sud du sondage, plusieurs remblais argileux ont été mis au jour. Ils comportent quelques trous de poteaux ancrés trop profondément pour être liés à l’une ou l’autre des maçonneries du couloir central. Mais l’exiguïté du sondage ne permet pas de les attribuer avec certitude à une volée de gradins de bois.

Conclusion

17L’an dernier, la première approche du théâtre du Vieil-Évreux depuis les fouilles du xixe siècle, nous avait permis de proposer un schéma évolutif relativement simple et original du monument. Désormais, cet édifice de spectacle se caractérise par un premier agrandissement bien visible : le mur périmétral circulaire est reconstruit plus loin permettant ainsi d’élargir le diamètre de l’édifice. Par la suite, il est consolidé et réhaussé. Il semble, dans l’état actuel de nos recherches, que l’édifice ait conservé le même nombre de vomitoires et que seul son aspect, et non son caractère fonctionnel, ait été modifié dans son dernier état.

18Espace de représentation visant à accueillir un grand nombre de spectateurs, le théâtre semble avoir bénéficié d’un traitement particulier en ce qui concerne ses reconstructions. On peut imaginer que celles-ci ont été décidées suite aux remaniements importants effectués sur le « Grand Sanctuaire ». Ainsi, l’ensemble parait homogène et le théâtre ne semble pas lésé par rapport aux autres édifices publics en terme de monumentalisation… en minimisant les coûts comme le laissent entendre les nombreuses traces de récupération de matériaux d’un édifice à l’autre, puis d’un état à un autre.

19Les datations restent à préciser afin d’établir la chronologie des phases de construction menées sur l’ensemble de la ville-sanctuaire.

20Il serait maintenant important de diriger les problématiques de recherche vers la structure interne du monument et plus particulièrement l’articulation de la cavea, de l’orchestra et des espaces scéniques. Ce serait également l’occasion de se pencher sur la gestion de l’eau au sein du monument, et notamment le système d’évacuation en raison de la situation de celui-ci sur un léger relief.

Fig. 8. Niveau de circulation et rigoles d’évacuation du couloir central (cliché : J. Spiesser).

Fig. 9. Vomitoire central, sol du second état (cliché : J. Spiesser).

21L’exemple du Vieil-Évreux traduit la complexité typologique dont font preuve les édifices de spectacles en Gaule (Nieffeler, 1988, p. 115-116) et rappelle la nécessité d’établir une « typo-chronolgie » (Dumasy, 2007, p. 448) plus marquée où les solutions architecturales proposées divergent en fonction des situations topographiques et des mises en œuvre variées.

Bibliographie

Bibliographie

Aubry L., Dabas M., David C. (1998) – Théâtre du Vieil-Évreux. Prospection électrique et électromagnétique. Rapport de prospection. Société Terra Nova, novembre, dactyl.

Baudot M. (1943) – Le problème des ruines du Vieil-Évreux. Gallia, Fouilles et monuments archéologiques en France métropolitaine, nos 1 et 2, p. 191-206.

Bonnin T. (1845) – Antiquités gallo-romaines du Vieil-Évreux, Évreux, Tavernier.

— (1860) – Antiquités gallo-romaines des Eburovices, Paris, Dumoulin.

Cliquet D. (1993) – L’Eure. Carte archéologique de la Gaule, 27.

Cliquet D., Eudier P., Étienne A., Blaszkiewicz P., Brunet V., Moesgaard J. C., Poirel É. (1996) – Le Vieil-Évreux, un vaste site gallo-romain. Association Archéo 27, Conseil général de l’Eure, Évreux.

Coutil L. (1921) – Archéologie gauloise, gallo-romaine, franque et carolingienne (arr. d’Évreux), 4, Paris-Évreux, p. 134-240.

Dabas M., Guyard L., Lepert T. (2005) – Gisacum revisité. Dossiers de l’archéologie, no 308, novembre, p. 52-61.

Dumasy F. (1989) – Petit atlas des édifices de théâtre en Gaule romaine.

Landes C. (1989) – Le goût du théâtre à Rome et en Gaule romaine. Catalogue d’exposition. Musée archéologique de Lattes, p. 48-66

— (2007) – Les édifices de spectacles en Gaule du Nord : de la typologie à la chronologie. Vingt ans de recherches nouvelles, actes du 25e colloque international de HALMA-IPEL, UMR CNRS 8164, Revue du Nord, hors-série, coll. Art et archéologie, no 10, p. 447-465.

Esperandieu É. (1913) – Les fouilles du Vieil-Évreux, premier rapport fait à la Société française des fouilles archéologiques, Paris, 80 p.

Ferreira F. (2012) – Le théâtre antique du Vieil-Évreux. Journées archéologiques de Haute-Normandie, Évreux 6-8 avril 2011, Rouen, PURH, p. 129-138.

Frezouls E. (1989) – Le théâtre gallo-romain : de l’imitation à l’aventure architecturale. Dossiers d’histoire et d’archéologie, no 134, janvier, p. 18-26.

Golvin J.-Claude (1988) – L’amphithéâtre romain. Paris, p. 232-233.

Grenier A. (1958) – Manuel d’archéologie gallo-romaine, t. 3, vol. 2. Paris, p. 950-954.

Gros P. (1996) – L’architecture romaine : du début du IIIe siècle av. J.-C. à la fin du Haut-Empire, t. 1 : Les monuments publics. Picard, Paris, 1996.

Guyard L., Bertaudière S. (2003) – Apports de la surveillance des travaux d’enfouissement de réseaux à la connaissance de la ville sanctuaire du Vieil-Évreux. Haute-Normandie archéologique, t. 8, p. 51.

Lamiray H. (1933) – Guide illustré du visiteur aux ruines gallo-romaines du Vieil-Évreux. Évreux, Bauche.

— (1934) – Le théâtre romain du Vieil-Évreux a-t-il servi de forteresse ?. Bulletin de la Société normande d’études préhistoriques, 29, p. 110-114.

— (1934) – Le Vieil-Évreux (Gisacum). Inventaire archéologique des excavations pour une ligne électrique. Bulletin de la Société normande d’études préhistoriques, 29, p. 115-119.

Lenormant C. (1841) – Notice sur les ruines du Vieil-Évreux. Courrier de l’Eure, 23 février.

Mathiere J. (1925) – La Civitas des Aulerques Eburovices. Évreux, Drouhet.

Nieffeler U. (1989) – Le théâtre de Lenzburg. Plan, situation, typologie. Spectacula II. Le théâtre antique et ses spectacles. Actes du colloque tenu au musée archéologique Henri-Prades de Lattes les 27, 28, 29 et 30 avril 1989. Musée archéologique de Lattes, p. 113-120

Pennelle G. (1984) – Le Vieil-Évreux à l’époque gallo-romaine. Mémoire de maîtrise, Rouen.

Rever F. (1827) – Mémoire sur les ruines du Vieil-Évreux, département de l’Eure. Évreux, p. 47-51.

Stabenrath C. (1831) – Rapport sur les nouvelles fouilles du Vieil-Évreux. Recueil de la société d’agriculture du département de l’Eure, no 2.

Varoqueaux C. (1979) – Les édifices théâtraux gallo-romains de Normandie. Rouen, CRDP, p. 39-42.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Sanctuaire du Vieil-Évreux, localisation du théâtre (DAO : MADE 2011).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4661/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Légende Fig. 2. Emprises des sondages des campagnes 2010 et 2011 (DAO : F. Ferreira 2012).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4661/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Légende Fig. 3. Localisation de la campagne 2011.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4661/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 280k
Légende Fig. 4. Mur périmétral du premier théâtre (cliché : C. Robert).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4661/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Légende Fig. 5. Fondation du mur délimitant l’orchestra (cliché : F. Ferreira).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4661/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Légende Fig. 6. Mur nord – collatéral nord (cliché : F. Ferreira).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4661/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Légende Fig. 7. Coupe transversale – collatéral sud (cliché : F. Ferreira).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4661/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Légende Fig. 8. Niveau de circulation et rigoles d’évacuation du couloir central (cliché : J. Spiesser).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4661/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Légende Fig. 9. Vomitoire central, sol du second état (cliché : J. Spiesser).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4661/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 179k

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search