Version classiqueVersion mobile

Journées archéologiques de Haute-Normandie. Rouen, 11-13 mai 2012

 | 
Luc Liogier

Le grand sanctuaire central du Vieil-Évreux (Eure). Résultats de la campagne 2011

The great central sanctuary in Vieil-Évreux (Eure département). Results of the 2011 survey

Sandrine Bertaudière et Sébastien Cormier

Résumé

La campagne de fouilles 2012 sur le sanctuaire gallo-romain du Vieil-Évreux apporte de nouvelles informations sur l’occupation antérieure et postérieure aux sanctuaires claudio-antonin et sévérien. La fouille des niveaux augustéens et tibéro-claudiens a livré de nouveaux indices d’occupation sans pour autant pouvoir affirmer qu’il s’agisse déjà d’un contexte cultuel. Aux abords des premiers temples en pierre, la campagne a permis de confirmer l’existence, dans les cours de l’édifice, d’aménagements paysagers et de structures hydrauliques. Pour le monument sévérien, les nouveaux éléments concernent les phases de construction et de démolition du temple central avec la découverte de blocs architecturaux mis au jour devant l’édifice et dans le comblement final du puits.

Texte intégral

1Le grand sanctuaire central du Vieil-Évreux occupe le cœur d’une vaste ville sanctuaire, satellite de l’agglomération antique d’Évreux (Mediolanum Aulercorum). Durant le Ier siècle de notre ère, deux pôles (îlots d’habitations) sont créés ; l’un se développe autour d’un premier sanctuaire et le second près d’une grande place publique (fig. 1a). Sous Trajan, ces quartiers sont rasés et un urbanisme tout à fait original est mis en place (fig. 1b). L’agglomération adopte alors une forme polygonale exceptionnelle et atteint une surface de 250 ha, dont près de 60 ha sont occupés par une bande bâtie de 100 m de large formant une couronne autour du cœur monumental. Dans ce dernier, des thermes (Guyard, Bertaudière, 2007, p. 52-65), un vaste temple, un théâtre, un forum (Guyard, Bertaudière, 2010, p. 15-41), et divers temples occupent un vaste espace dégagé de 180 ha, recoupé par quelques rues et un réseau d’aqueducs. Au centre de la ville, le sanctuaire occupe un espace de 6 ou 8 ha. Au IIIe siècle, la partie centrale de ce sanctuaire se compose d’un groupe monumental de 111 m de long constitué de trois temples sur podium reliés par des galeries. La fouille a porté sur la partie centrale du sanctuaire : le temple central et la terrasse de la galerie de liaison sud pour l’état sévérien, le temple sud et les cours ouest et sud pour l’état claudio-antonin et l’espace ouest pour les états antérieurs.

L’évolution du sanctuaire (fig. 2)

2Les premières traces attestées sur le site ne sont pas antérieures à la fin du Ier siècle avant notre ère. Plusieurs phases ont ensuite pu être identifiées clairement (Guyard, Bertaudière-Cormier, 2010, p. 89-94) :

  • L’occupation augustéenne (vers – 10/+ 20) se caractérise par un sol aménagé, des trous de poteaux et une succession de foyers associés à un niveau très charbonneux ;

  • L’occupation tibéro-claudienne (vers 20-50) se caractérise par un sol aménagé (environ 1 500 m2) perforé par des alignements de trous de poteaux ;

  • L’occupation claudio-antonine (vers 50-180) se caractérise par la construction, en pierre, d’un premier temple circulaire (période claudienne, milieu du Ier siècle) auquel est ajouté un groupe de deux temples jumeaux (période flavienne, dernier quart du Ier siècle) qui sont embellis à l’époque antonine (au début du IIe siècle). Le sol des galeries et la partie inférieure des murs sont habillés d’un revêtement en calcaire et en marbre. La partie supérieure est quant à elle recouverte d’une peinture murale. À l’intérieur des cellae, des socles de groupes statuaires (?) sont agrandis. Les temples sont démolis vers la fin du IIe siècle. Les trois temples observés par photographie aérienne dans l’angle sud-ouest ont probablement servi à assurer la pérennité du culte (fig. 1b) ;

  • L’occupation durant la période sévérienne (vers 180-270) se caractérise par la construction de trois grands temples sur podium reliés entre eux par des galeries de liaison. Ils sont bâtis sur les édifices antérieurs mais ils sont trois fois plus grands que les précédents. Le site est ensuite partiellement démoli. Cette démolition est probablement à mettre en relation avec une cérémonie de clôture (Guyard, 2012, p. 151-194) ;

  • L’occupation tardo-antique (vers 270-330) : un castellum est érigé vers le troisième quart du IIIe siècle constitué par un large talus et un fossé qui ceinturent les trois temples sévériens. Vers le milieu du IVe siècle, le sanctuaire est totalement démoli. Les blocs calcaires sont débités sur place pour être transformés en moellons. Ce démontage méthodique et systématique, résulte vraisemblablement d’une commande publique ;

  • L’occupation médiévale et moderne : seuls quelques éléments, datés des XIe-XIIe siècles au plus tôt, témoignent d’une réoccupation de la fortification antique durant cette période. Le site est ensuite fréquenté à la fin du XVIIe siècle ou au début du XVIIIe siècle par une maison dont il ne reste que les vestiges d’une cave située sur l’angle nord-est du temple central sévérien ;

  • Pendant la période contemporaine, des fermes sont construites dans la partie basse de la parcelle (partie ouest) et un verger est planté sur la butte (partie est de la parcelle). D’autres fermes sont construites après les premières fouilles sur le sanctuaire (1835-1841). Durant la première moitié du XXe siècle, de nouvelles recherches sont entreprises ponctuellement avant que le site ne soit transformé en dépotoir sauvage.

Fig. 1 (a, b). Évolution de l’agglomération du Vieil-Évreux.

Fig. 2 (a, b). Évolution du sanctuaire du Vieil-Évreux.

Fig. 2 (c, d, e, f). Évolution du sanctuaire du Vieil-Évreux.

Apports de la campagne 2011 à l’histoire du site

L’occupation augustéenne

3Les caractéristiques principales de ces niveaux archéologiques sont la présence de foyers à plats de forme ovale à circulaire, avec plusieurs états, reposant sur des sols relativement bien entretenus. Aux abords de ces foyers, de très rares fragments d’os brûlés, quelques tessons de céramique et un potin ont été découverts. Il est pour le moment impossible de trancher en faveur d’une occupation liée à un édifice cultuel ou en lien avec de l’habitat. L’absence de battiture et de rejet métallique écarte l’hypothèse d’une installation artisanale liée au métal.

L’occupation tibéro-claudienne

4Elle se caractérise par un sol extérieur perforé par des trous de poteaux qui pourraient matérialiser les vestiges d’une palissade (fig. 2). Un solin situé à quelques mètres au sud-ouest est également associé à cette période. Ces structures sont-elles les restes d’un premier sanctuaire en bois ?

L’ensemble monumental des Ier et IIe siècles

Les cours de l’édifice

5La fouille a essentiellement porté sur la cour avant et la cour latérale sud du monument.

6Dans la cour avant, le sol est revêtu d’un dallage en calcaire dur, installé lors de la phase d’embellissement de l’édifice, au début du IIe siècle. Il ne reste de ce revêtement que quelques dalles encore en place ou les empreintes de ces dernières dans les niveaux antérieurs. Ce dallage est au moins présent sur les cinq premiers mètres devant le temple central et le temple sud.

7Dans la cour sud, une allée d’environ 5,50 m de large, menant à l’entrée sud-ouest du temple méridional, est bordée par une alternance de trous de poteaux et de fosses de plantation interprétée comme les vestiges d’une probable pergola (fig. 3 et 4). Cette allée permettrait également de longer l’édifice. L’extension du sondage a permis de montrer que ce chemin ne contournait pas l’édifice mais qu’il continuait en ligne droite vers le sud. Rejoint-il un autre chemin le long du mur d’enceinte ou existe-t-il une entrée méridionale dans le sanctuaire ?

Fig. 3. Plan de la cour sud de l’édifice claudio-antonin.

8Cette hypothétique pergola n’est pas le seul aménagement observé pour agrémenter cette cour. Les vestiges d’une canalisation en bois (fig. 3) venant probablement buter contre les reliquats d’une fondation laisse supposer l’existence d’une fontaine, d’un bassin ou bien d’une simple vasque. Ce type de structure est souvent présent dans les sanctuaires. L’exemple le plus proche est le fanum de Cracouville où deux aménagements recevant de l’eau, grâce à des canalisations, ont été installés de part et d’autres de l’entrée du temple.

Fig. 4. Vue de l’allée sud bordée par un aménagement paysager à l’est.

9Cette canalisation semble avoir été protégée par un aménagement en bois dont il ne reste que les traces rectilignes et parallèles associées à des clous en fer (fig. 4). Ces négatifs pourraient être interprétés comme les vestiges d’un plancher en bois qui aurait été installé au-dessus de la canalisation afin de la protéger des passages fréquents.

Le décor des temples

10Les remblais de démolition de ces premiers temples en pierre, fouillés l’année précédente, ont livré de nombreux enduits peints qui sont en cours d’étude par L. Bonelli. Un autre ensemble de fragments, dans un état de conservation remarquable, a été mis au jour dans les remblais de soutènement du pronaos. Ces enduits peints font également l’objet d’une étude, dont l’objectif est de proposer une restitution du décor de ces temples.

11Actuellement, plusieurs lots de fragments correspondant aux décors des cellae et des galeries des temples se distinguent en fonction de leur support (mortier sur lequel est appliquée la peinture), parmi lesquels deux ensembles principaux se distinguent. Le premier lot contient de nombreux fragments d’enduits peints représentant des guirlandes et des oiseaux sur fond rouge-ocre, des candélabres à ombelles sur fond noir, des touffes de feuillages. Ces dernières devaient probablement décorer la partie basse du mur. La zone médiane est quant à elle décorée d’une alternance de panneaux larges rouge-ocre et de panneaux courts noirs surmontés de candélabres à ombelles. Des guirlandes et des oiseaux ornaient peut-être le centre des panneaux larges, à moins qu’ils ne se situent en partie haute de la paroi. On note également la présence de bordures ajourées, motif couramment utilisé dans la seconde moitié du Ier siècle. Ce premier ensemble ne possédant pas de graffiti, contrairement au second, il est tentant de l’associer pour l’instant au décor des parties non accessibles aux pèlerins, c’est-à-dire aux cellae.

12Le second ensemble, moins bien connu, contient une alternance de panneaux larges rouge-ocres avec de petits personnages et de panneaux courts. Ce lot est probablement associé aux galeries des temples. La suite de l’étude devrait permettre de mieux comprendre l’agencement des éléments recensés (Bonelli, 2012).

Le monument sévérien

13Le monument, qui succède au temple claudio-antonin, entre la fin du IIe siècle et le début du IIIe siècle se compose de trois temples sur podium reliés par des galeries de liaison (fig. 8).

Le pronaos et l’escalier du temple central

14Les remblais de soutènement du pronaos du temple central ont livré un lot très important d’enduits peints évoqués dans le paragraphe précédent. Les épais remblais constitués essentiellement d’argile, alternent, près de la fondation du mur stylobate, avec des niveaux de déchets et de poudre calcaire. Ces rejets sont liés à l’installation des blocs en grand appareil du mur stylobate du temple central. À l’est de cette fondation, les soubassements de l’escalier monumental sont également remblayés par des apports de terre similaires à ceux mis au jour dans les soubassements du pronaos. Ces épais remblais sont scellés par une aire de travail de la pierre. L’une, sous le sol du pronaos, a été fouillée en 2009 (Guyard, Bertaudière-Cormier 2010, p. 89-94), tandis que la seconde est encore en partie scellée par la démolition finale.

Fig. 5. Vue des empreintes en lien associées à des clous.

15L’extension des sondages dans l’axe de l’escalier monumental du temple central sévérien s’inscrit dans la continuité des recherches portant sur le chantier de construction et les travaux du gros-œuvre. À l’appui des observations faites dans les coupes du négatif du mur stylobate oriental, en particulier sur les niveaux de déchets de pierre conservés, l’aire de travail devait être dégagée dans sa totalité. Toutefois, la découverte des niveaux d’occupation datés de l’Antiquité tardive et l’importance des remblais de démolition du temple, avec de nombreux éléments d’architecture, ont contraint à réduire l’espace de recherche portant sur le chantier de construction. L’aire de travail a été dégagée seulement sur une large bande parallèle au mur stylobate. Il s’agit du dernier niveau de travail qui se compose de déchets de blocs en calcaire de différents modules. Ce niveau n’est pas damé, ce qui témoigne d’une activité de taille réalisée en élévation, plus précisément pour les travaux de taille de définition des blocs déjà disposés sur le fronton du temple. Il s’agit de la dernière étape du chantier du gros-œuvre marquée par le travail de décoration finale des éléments (achèvement des figurations). Sur toute la zone, seuls une fosse de débitage et un trou de poteau ont pu être observés. Ce dernier correspond à un des ancrages de la machine de levage dont nous avions repéré les poteaux de la structure principale en 2008.

16Dans la partie sud du sondage, l’aire de travail était recouverte d’une épaisse couche d’argile interprétée d’abord comme les remblais d’installation de l’escalier monumental aujourd’hui totalement récupéré. En réalité, cette argile scellait plusieurs phases d’occupation marquant la fermeture du monument sévérien et sa réoccupation durant l’Antiquité tardive. La question de l’installation de ces remblais reste ouverte car, pour l’heure, aucun indice ne permet de savoir s’ils sont liés chronologiquement à la cérémonie de clôture ou s’ils sont installés lors de la réoccupation tardo-antique.

La fin de vie du monument sévérien et la cérémonie de clôture (250-270 ap. J.-C.)

17La récupération de l’escalier du temple central ainsi que les remblais d’aménagement de celui-ci constituent l’un des faits marquant lié à la fermeture du temple.

18Cet événement est étroitement lié à une première phase de démolition, en lien avec une cérémonie de clôture, dont les vestiges ont déjà été observés lors des recherches menées dans les galeries de liaison. Toutefois, d’autres indices apportent des compléments d’information sur cet événement programmé de fermeture du sanctuaire.

19À deux endroits du secteur fouillé, les niveaux de travail et d’aménagement de l’escalier monumental ont été recreusés.

20Dans le secteur sud, l’aire de travail et les remblais d’argile destinés à rehausser le terrain ont été creusés dans le sens de la pente. Il ne reste de ces derniers qu’une bande conservée sur moins d’un mètre de large dans un axe nord-ouest sud-est. Il pourrait s’agir d’une rampe d’accès au temple privé de son escalier. Le long de cette rampe, un trou de poteau et une fosse de plus d’1,30 m de diamètre sont les témoins d’un aménagement particulier difficile à interpréter en l’état.

21Des niveaux limoneux et charbonneux très riches en mobilier scellent ensuite ces structures antérieures. Au premier niveau limoneux grisâtre contenant des éléments du décor en pierre (dallages et placages) et du mobilier monétaire succède une couche charbonneuse dont le mobilier est plus diversifié. Avec les éléments du décor en pierre, on recense des pièces métalliques (outil, clef…), des éléments de la statuaire en bronze, des restes fauniques, et du mobilier céramique daté du milieu du IIIe siècle. L’interprétation de ces niveaux reste toutefois délicate du fait d’une vision très réduite de la zone liée à cette cérémonie de clôture, et ce malgré une abondance de mobilier. De même, aucun indice ne permet d’envisager l’endroit exact de la cérémonie. Les éléments sacrifiés (découpage, martelage) ne sont pas brûlés mais seulement mélangés à une matrice charbonneuse (bois brûlé ?). De plus, il convient de noter qu’aucun élément d’architecture monumentale ne figure dans la liste du mobilier recensé. Les blocs font-ils l’objet d’un traitement différent durant la cérémonie de clôture ? sont-ils déposés dans un autre secteur ?

22Dans le secteur nord, les informations sur le déroulement de la fermeture programmée du monument sont plus précises malgré une fenêtre d’observation également assez réduite. À l’image de la zone sud évoquée précédemment, l’aire de travail est creusée sur un espace très délimité. Dans ce creusement, on observe une succession de sols et de niveaux d’occupation dont le mobilier est sensiblement identique à celui de la zone sud. On retiendra tout particulièrement les éléments d’ornamenta (décor plaqué en pierre, alliages cuivreux) présents dans les niveaux inférieurs. La succession des sols montre clairement que la chronologie de fermeture du sanctuaire est beaucoup plus étendue que ce que l’on supposait. Le rapprochement avec les niveaux archéologiques observés dans les galeries de liaison est délicat et semble mettre en évidence des phases chronologiques distinctes du cérémonial (Guyard, à paraître). Si le thème de la fin de vie des sanctuaires se révèle complexe car les circonstances et le déroulement sont très différents pour chaque monument, il n’en demeure pas moins essentiel dans le cas du Vieil-Evreux pour caler chronologiquement la réoccupation tardo-antique et saisir l’intérêt du lieu durant cette phase. Ainsi, on peut s’interroger sur la fermeture du sanctuaire qui serait liée à une décision politique et religieuse programmée pour désacraliser le lieu avant de le transformer en un espace voué à une autre fonction.

La réoccupation du site et le castellum tardo-antique (270-330 ap. J.-C.)

23Les creusements évoqués précédemment sont scellés par des remblais d’argile d’une épaisseur dépassant les 0,5 m, surtout dans le secteur sud. C’est en partie sur ces niveaux argileux que se matérialise la réoccupation du site. On observe un niveau limoneux encore une fois très riche en mobilier appartenant à l’architecture et à l’ornement de l’édifice sacré. Les découvertes monétaires confirment la datation tardive de cette occupation. Il faut signaler également la présence significative de restes fauniques débités et d’ébauches d’objets (épingle, aiguille…).

La démolition du temple central sévérien (milieu IVe siècle)

24La campagne de fouilles archéologiques 2011 est marquée par de nombreuses découvertes d’éléments d’architecture pour la plupart dans un état de conservation très satisfaisant pour l’étude modulaire et stylistique engagée depuis plusieurs années. Nous l’avons souligné précédemment, l’extension du sondage à l’emplacement de l’escalier monumental a été réduit du fait du nombre très important d’éléments d’architecture mis au jour : blocs de corniche, éléments de haut-relief figurés (décor du fronton du temple), etc. Parmi ces éléments, on retiendra la présence d’un buste d’enfant (fig. 6a) dont la représentation rappelle celle des « enfants souriants (risus) » connus sous la forme de statuette en terre cuite.

25Plus encore que les niveaux de démolition situés dans l’axe du temple, la fouille du puits apporte également de nombreux éléments architecturaux pour certains inédits sur le site. Selon l’ordre d’apparition des blocs, il est évident que le comblement illustre la démolition du temple central dans une suite logique de démontage de la structure monumentale. On retrouve dans les niveaux supérieurs des éléments de la colonnade et du grand appareil, jetés avant ceux du décor plaqué et de la toiture. Nous citerons ici les éléments remarquables d’un catalogue composé de plusieurs centaines de pièces. Plusieurs blocs de chapiteaux de style corinthien, et plus particulièrement des extrémités de l’abaque, confirment le fait que plusieurs variantes d’un même modèle sont utilisées dans l’architecture du temple central (fig. 6b). Nous avons également une vision plus précise de l’ornement adopté pour les registres de la corniche jusqu’alors inconnus ou trop partiellement conservés. Au motif de rosette ornant les caissons du soffite déjà identifié, on peut ajouter celui des feuilles ouvertes à l’horizontal. De même, concernant les cadres de la métope, des motifs d’armes alternent avec des décors animaliers : lapin et aiglon mangeant des grappes de raisin (fig. 6c). La doucine de la corniche est ornée d’un décor végétal (fig. 6d). Un décor d’anthémion orne le bloc complet de fausse sima ou faux chéneau, interprété à tort comme un élément de la frise du fait de son état de conservation (fig. 7a et b). À l’appui de ces données modulaires, la séquence complète de l’entablement (architrave, frise, corniche) pourrait atteindre 2,35 m de hauteur1 à la base du fronton et 1,5 m à sa pointe (corniche et fausse sima).

Fig. 6 (a, b, c, d). Planche d’éléments architecturaux appartenant au monument sévérien.

26Parmi les nombreux revêtements en pierre du dallage et du placage, on retiendra essentiellement les éléments de fûts de pilastre d’applique en marbre blanc. La mouluration est identique pour l’ensemble de ces éléments : au centre, un cadre lisse ou orné d’un motif végétal et encadré de part et d’autre par un talon limité par un bandeau lisse. La largeur est d’environ 30 cm d’après les revêtements complets, mais il est délicat de se prononcer sur la hauteur de ces décors plaqués. Ce type de motif pourrait appartenir à l’ornement interne de la cella du temple central et rappellerait, selon le principe d’imitation et d’harmonisation des décors, la colonnade monumentale (fig. 7c).

Conclusion

27La campagne de fouilles 2011 marque la continuité des recherches portant sur les premières occupations du site et sur les différents états monumentaux du sanctuaire.

28Pour la période la plus ancienne, l’occupation durant la phase augustéenne se caractérise par une succession de foyers. La faible surface et le peu de mobilier mis au jour ne permettent pas d’associer ces vestiges à un premier espace cultuel. Durant la phase tibéro-claudienne, les recherches ont confirmé l’existence d’une palissade simple qui pourrait enserrer un petit bâtiment en terre et bois dont il ne reste que le solin. S’agit-il d’un premier sanctuaire en bois ? Les transformations architecturales de la période antonine sont illustrées par la découverte d’un dallage en calcaire dur ou les empreintes de celui-ci devant la façade orientale de l’édifice. De plus, dans les remblais de démolition ou dans les remblais d’aménagement de l’édifice sévérien, les nombreux éléments d’enduits peints témoignent du décor initial ou de la refonte de ce dernier à l’époque antonine.

29Dans la cour sud, les vestiges d’une probable pergola, mis au jour l’année précédente, pourraient peut-être rejoindre une autre allée le long du mur d’enceinte sud ou une entrée méridionale. On peut citer également la découverte d’une canalisation en bois qui pourrait alimenter en eau une petite structure sur le côté sud de l’édifice.

Fig. 7 (a, b). Planche d’éléments architecturaux appartenant au monument sévérien.

30Les niveaux tardo-antiques situés dans l’axe de l’escalier monumental du temple central ont empêché d’atteindre l’objectif initial d’obtenir de nouvelles informations sur le chantier de construction. Toutefois, les vestiges de cette occupation ont permis de mettre en évidence la récupération exhaustive de l’escalier (structures et remblais de soutènement). Ce démontage est probablement lié à une cérémonie de clôture du sanctuaire marquée par le dépôt de nombreux objets dont certains semblent volontairement mutilés. À l’image d’un premier travail de synthèse sur le dépôt de bronze du grand sanctuaire central du Vieil-Évreux, ces nouvelles données nourrissent une thématique régionale sur l’abandon des lieux de culte.

31L’apport de cette campagne concernant la réoccupation du site est assez faible mais la fouille montre tout de même la présence d’une occupation à l’avant de l’édifice sans pour autant pouvoir la caractériser.

32La démolition finale observée et fouillée à l’emplacement de l’escalier monumental du temple central et dans le puits a livré un très grand nombre d’éléments architecturaux inédits. L’étude en cours permettra d’apporter de nouveaux éléments sur le programme architectural du monument.

Bibliographie

Bibliographie

Bertaudière S. (2011) – Le Vieil-Évreux (Eure), « Le grand sanctuaire ». Rapport de fouille programmée 2010, Évreux.

Bonelli L. (2012) – Les enduits peints du Grand Sanctuaire du Vieil-Évreux (Eure). Étude préliminaire. Rapport de fouille programmée 2012, Évreux.

Cormier S., Guyard L., Bertaudière S. (à paraître) – Les décors architecturaux du sanctuaire gallo-romain du Vieil-Évreux (Eure) : état de la question sur l’ornement plaqué. Actes du colloque sur le décor des édifices édilitaires civils et religieux en Gaule durant l’Antiquité, Ier siècle av. J.-C. – IVe siècle ap. J.-C. (peinture, mosaïque, opus sectile, stuc et décor architectonique), Caen, auditorium des archives du CG 14, 7-8 avril 2011.

Guyard L., Bertaudière S. (2006) – Le grand sanctuaire central du Vieil-Évreux (Eure) : résultat des fouilles 2005-2006 et perspectives 2007-2009. Haute-Normandie archéologique, no 11, fasc. 2, p. 83-94.

— (2007) – Les thermes de la ville sanctuaire du Vieil-Évreux. Dossiers d’archéologie, no 323, p. 52-65.

— (2009) – Le grand sanctuaire central du Vieil-Évreux (Eure). Résultat de la campagne 2008. Journées archéologiques de Haute-Normandie, avril 2009, Rouen, PURH, p. 153-158.

— (2010) – Le Vieil-Evreux (Eure), « Le grand sanctuaire », Rapport de fouille programmée triennale, campagne 2007-2009, Evreux.

— (2010) – Un macellum inachevé dans la ville-sanctuaire du Vieil-Évreux (Eure). Caesarodunum, 43-44, p. 15-41.

Guyard L., Bertaudière S., Fontaine C. (2009) – Le Vieil-Évreux. Recherche sur le grand sanctuaire central (Eure). L’Archéologue, no 102, juin-juillet, p. 31-34.

Guyard L., Fontaine C., Bertaudière S. (2012) – Relecture du dépôt de bronze du grand sanctuaire central du Vieil-Évreux (Eure) : un dépôt lié à la fermeture du temple ?. Gallia, 69-2, p. 151-194.

Guyard L., Bertaudière S., Cormier S. (2011) – Le grand sanctuaire central du Vieil-Évreux (Eure), résultats de la campagne 2009. Journées archéologiques de Haute-Normandie, Harfleur, 23-25 avril 2010, Rouen, PURH, p. 89-94.

Theolas D., Laot F. (2012) – Étude de la céramique issue de la campagne de fouille 2010, « Le grand sanctuaire ». Rapport de fouille programmée 2012, Évreux.

Table des illustrations

Légende Fig. 1 (a, b). Évolution de l’agglomération du Vieil-Évreux.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4657/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 308k
Légende Fig. 2 (a, b). Évolution du sanctuaire du Vieil-Évreux.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4657/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 284k
Légende Fig. 2 (c, d, e, f). Évolution du sanctuaire du Vieil-Évreux.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4657/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 632k
Légende Fig. 3. Plan de la cour sud de l’édifice claudio-antonin.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4657/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Légende Fig. 4. Vue de l’allée sud bordée par un aménagement paysager à l’est.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4657/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Légende Fig. 5. Vue des empreintes en lien associées à des clous.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4657/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Légende Fig. 6 (a, b, c, d). Planche d’éléments architecturaux appartenant au monument sévérien.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4657/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Légende Fig. 7 (a, b). Planche d’éléments architecturaux appartenant au monument sévérien.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4657/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 314k

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search