Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Journées archéologiques de Haute-Normandie. Rouen, 11-13 mai 2012

 | 
Luc Liogier

Le port romain d’Aizier (Eure) : principaux résultats de la campagne 2011

The Roman port in Aizier (Eure département): initial results of the 2011 survey

Jimmy Mouchard

Résumé

Cette seconde campagne de fouille1 d’un programme établi sur trois ans (2010-2012), a été orientée vers de premières investigations en zone 2, ainsi que vers la poursuite et l’extension de la fouille en zone 3. Si cette dernière conserve les traces de plusieurs ouvrages d’époque romaine, la zone 2, plus à l’ouest, est marquée (au même titre que la zone 1 investie en 2005) par la présence d’un tronçon de mur monumental, parement d’une nouvelle terrasse post-antique. Ces multiples restructurations de la berge au fil des temps historiques permirent à l’homme de gagner un peu plus de terrain sur le fleuve, attitude par ailleurs renforcée par la mise en place de la digue actuelle dans les années 1930, 120 m plus au nord.

A second excavation programme carried out over a period of three years (2010-2012) focused on initial surveys in area 2 and enlarging the excavations in area 3. Area 3 shows signs of several phases of construction work dating to the Roman era, while area 2, further to the west of the site, features a section of a monumental wall, the side wall of a new deck from the middle ages. By performing work on the river bank, man could stop the river encroaching on the land; this practice continued when the current embankment was built in the 1930s, 120m further north of the port.

Texte intégral

Introduction

1Cette étude, initiée en 2003, est centrée en premier lieu sur la caractérisation des formes d’anthropisations riveraines situées en pied de pente du village d’Aizier (Eure), et, dans un second temps, sur l’évolution de celles-ci de l’époque gallo-romaine à aujourd’hui. Les nombreux travaux de canalisation et d’endiguement du fleuve opérés depuis 1850, ont eu pour principale conséquence de piéger la totalité des aménagements de berges anciens, aujourd’hui scellés par des terrains nouvellement formés, éloignant de fait le cours de la Seine à environ 120 m au nord.

  • 2 Nous remercions une nouvelle fois Yves Laurent pour avoir autorisé le déroulement de ce programme d (...)
  • 3 1987 : 3 sondages, 58 m2 ouverts.
  • 4 Les vestiges sont protégés (inscription MH du 20 septembre 1993 : « Quai antique et ensemble des ve (...)

2L’histoire des recherches menées sur le port d’Aizier, dont les principaux acquis sont brièvement rappelés dans les publications des Journées archéologiques précédentes (Mouchard, 2011 et 2012), s’étale sur près de vingt-cinq ans, entre 1987 et 2011. Une partie de ce paléosite portuaire, libre de contraintes bâties, est actuellement localisée au sein de la propriété de M. Yves Laurent (parcelles actuelles AC 2, 3, et 133), chez qui nous intervenons depuis la reprise du dossier en 20032. À ce jour, et au sein de cette propriété, 244 m2 de terrain ont fait l’objet d’une prospection géophysique et 632 m2 ont été ouverts dans le cadre de sondage et/ou de fouilles (incluant l’opération initiale de 1987)3, ce qui porte à 876 m2 la surface investie en sous-sol, dans un contexte de milieu humide et gorgé d’eau. Il convient ainsi de rappeler que depuis 1987 s’est progressivement constituée une sorte de « réserve archéologique4 », unique cas de paléoport fossilisé et protégé dans l’estuaire de la Seine.

3La fouille pluriannuelle initiée en 2010 qui prolonge une série de sondages effectués entre 2005 et 2006 et une première année de fouille en 2009 émarge aux programmes de recherches de l’UMR 6273 (CRAHAM, Caen), et plus précisément au sein de l’axe « Archéologie des espaces fluviaux et littoraux, de l’échelle régionale à l’échelle européenne ». Cette seconde campagne de fouille d’un programme établi sur trois ans (2010-2012) a été orientée d’une part vers de premières investigations en zone 2, et d’autre part vers la poursuite et l’extension de la fouille en zone 3 (fig. 6). Les opérations menées conjointement dans ces deux zones éclairent davantage sur la succession des aménagements de berges conçus lors des deux derniers millénaires. La zone 3 conserve les traces de plusieurs ouvrages d’époque romaine, établis entre le Ier et le IIIe siècle de notre ère. Quant à la zone 2, plus à l’ouest, elle est marquée (au même titre que la zone 1 investie en 2005) par la présence d’un tronçon de mur de berge monumental, parement d’une nouvelle terrasse post-antique, installée par-dessus et plus au nord de la précédente.

Brève présentation du cadre de la recherche

Le contexte gallo-romain

4Intégrée à l’ancienne Lyonnaise (fig. 1), Aizier n’apparaît ni dans la Géographie de Strabon, ni dans celle de Ptolémée, ni dans l’itinéraire d’Antonin ou encore moins sur la table de Peutinger. Néanmoins, cette commune s’insère dans un contexte archéologique micro-régional assez important, et, au même titre que la commune limitrophe (Vieux-Port), elle apparaît au centre d’un carrefour routier et fluvial. Les deux voies reconnues à ce jour et arrivant de Brionne (Breviodurum) et Lisieux (Noviomagus) convergent à hauteur de cette boucle de la Seine (fig. 2).

Fig. 1. La zone d’étude au sein de la province romaine de la Lyonnaise (réal. J. Mouchard).

Fig. 2. Paléogéographie des agglomérations gallo-romaines dans l’estuaire et des principales voies antiques au contact de la Seine (réal. J. Mouchard).

5Sur la rive nord, une importante voie, qui plus est parallèle au fleuve, relie des agglomérations romaines toutes installées en zone de confluence, telles que Caracotinum (Harfleur), Juliobona (Lillebonne), Lotum (Caudebec-en-Caux) et Rotomagus (Rouen). Il s’agit là d’une configuration bien attestée aujourd’hui à l’échelle de la Lyonnaise, comme le souligne le travail effectué par Y. Barat sur le site des Mureaux dans les Yvelines (Barat, 1990). Pour appuyer cette idée, rappelons à ce sujet le récent travail universitaire de J. Cavanillas, qui a démontré que les trois quarts des villes de la Lyonnaise profitaient de zones de confluences et de l’abondance de cours d’eau, soit 82 % des capitales traversées par deux cours d’eau, contre 72 % pour les agglomérations secondaires (Cavanillas, 2008, p. 68). Force est de constater ce schéma d’implantation pour notre secteur, mais avec une organisation urbaine rythmée à intervalles réguliers, avec le chef-lieu de cité Juliobona (Lillebonne) en position centrale, qui contraste fortement avec la rive sud (fig. 2).

6Sur celle-ci, il faut noter une occupation antique assez dense et plus ou moins regroupée dans l’actuelle forêt de Brotonne (fig. 3), blottie dans un ancien méandre de la Seine (Lequoy, 1975, 1986, 2007 et dans Roy 1990, p. 113-125).

  • 5 9 campagnes de fouilles ont été réalisées entre de mettre en évidence plus de 400 sépultures, s’éta (...)
  • 6 Les sondages menés en 1987-1988 ont néanmoins permis de valider une occupation s’étalant du IIe siè (...)
  • 7 Premières fouilles réalisées par M. Vallée, suite à l’élargissement de la route (D 65). Elles seron (...)

7Les multiples recherches effectuées dans ce secteur font état de quelques dizaines d’indices de sites d’habitats et autres traces d’occupations. Bien que connue depuis le XIXe siècle, cette diversité d’exploitations, majoritairement rurales, a été précisée depuis le dernier quart du XXe siècle, notamment grâce à la multiplication d’initiatives en forêt de Brotonne (voir, par exemple, la synthèse de M.-C. Lequoy, à propos de « la villa de la mosaïque » située au lieu-dit « La Petite Houssaye » à la Mailleraye, ou encore celle du Landin). Dans un souci de sauvegarde et de préservation d’un patrimoine micro-régional de plus en plus menacé, fut fondée une association loi 1901 : le Groupe archéologique du Val de Seine. Aussitôt créé, des opérations de terrains furent régulièrement menées entre 1976 et 1988. C’est dans cette dynamique que s’opéra, en 1987, une première campagne de sondages sur le site portuaire d’Aizier. En effet, depuis le XIXe siècle, on signalait régulièrement des découvertes fortuites d’époque romaine (substructions, fondations, tegulae, céramiques, monnaies, etc.), tant à Aizier que dans les communes limitrophes (Sainte-Croix-sur-Aizier et Vieux-Port). Sans vouloir être trop exhaustif, car ce n’est pas l’objet de cet article, rappelons néanmoins qu’à ce jour l’essentiel des traces d’occupations antiques se situent dans la commune voisine de Vatteville-la-Rue. En effet, le site « des Landes », par exemple, conserve des traces d’habitats (maisons du IIe siècle et bâtiments avoisinants), une zone artisanale marquée par des installations métallurgiques, de probables ateliers de potiers, un parcellaire et une importante nécropole située au sud de la zone d’habitats5. Plus au sud, le site de « La Mare Callentin » présente également des vestiges relativement modestes d’un habitat gallo-romain caractérisé par des bâtiments situés à l’intérieur d’un enclos et regroupés autour d’une mare6. Un troisième site, investi à multiples reprises au lieu-dit « Les Câteliers » complète la carte archéologique romaine de Vatteville-la-Rue. Il s’agit d’un établissement rural, comprenant différentes substructions, notamment un long bâtiment rectangulaire, orienté est-ouest et localisé à environ 30 m au sud d’un fanum7. S. Crogiez situe l’occupation globale de cet établissement rural en un ou plusieurs noyaux d’habitation, de la fin du Ier siècle à la fin du IVe (Crogiez, 1995, p. 81).

Fig. 3. Occupation gallo-romaine dans la boucle de « Brotonne » (réal. J. Mouchard).

8On note donc une occupation romaine relativement dense, comprise entre l’ancienne voie reliant Aizier à Caudebec et le fleuve à l’est. Celle-ci pourrait s’expliquer par la proximité, à l’ouest, du noyau Vieux-Port – Aizier, véritable carrefour de voies terrestres et fluviales, point de rupture de charge et de redistribution probable de marchandises vers le plateau, en direction de Lisieux (Noviomagus) et de Brionne (Breviodurum). Pour l’heure, il semble que l’activité portuaire centralisée couplée à des occupations périphériques prédomine sur des activités portuaires dispersées, voire isolées.

Le contexte médiéval et moderne

9Aizier est attestée par les manuscrits dès le XIe siècle (1026). Richard II, duc de Normandie, concède en effet Aizier et Sainte-Croix aux moines de l’abbaye de Fécamp.

  • 8 Bibliothèque municipale de Rouen (désormais BMR), Y 51, fol. 68 v° et 69 r°. Cartulaire de l’abbaye (...)
  • 9 Archives départementales de Seine-Maritime (désormais ADSM), 16 H 128.
  • 10 Le 9 novembre 1410, Pierre de Morant, de Bliquetuit, abandonne à Colin, son frère, tous les droits (...)
  • 11 « Similiter recognoverunt quod quando in foresta comitis fiebat aliqua venditio nemoris et naves ib (...)
  • 12 ADSM, 7 H 6.

10L’existence certaine d’un port apparaît au XIIIe siècle, notamment par le biais indirect du droit de « pillage » cité en 12148. Ce droit, perçu sur l’empilement du bois, est principalement attesté au contact des massifs forestiers de la boucle de Brotonne, sur les sites d’Aizier, de Caudebec9 (en 1317), voire de Jumièges10, non loin de notre zone d’étude. À Aizier, il a été reconnu que « lorsque il se faisait une quelconque vente de bois dans la forêt du comte et les bateaux étaient chargés à cet endroit et selon la coutume des navires, le comte [de Beaumont-Meulan] avait la moitié et l’abbé [de Fécamp] l’autre moitié également11 ». Ce port profita longtemps aux religieux de Fécamp, qui venaient par exemple s’approvisionner en baliveaux pour construire et/ou réparer certains édifices de leur ville (port, fort, cloître, etc.). Au XIVe siècle, deux documents plus précis nous apportent pour la première fois des indices sur l’activité portuaire à Aizier. Le premier (1332) apparaît comme le plus détaillé, mentionnant les bénéficiaires du port (les religieux de Fécamp), les usages (avec insistance sur les chargements et déchargements de bois : « le procureur du duc… devoit faire amende pour le port quand acarchier et decarchier autres choses que leur dit bois »), une description des installations et de l’équipement portuaire mentionnant l’existence de quais : « un cai auquel il peust faire de carchier sa marchandise… ; En saisine decarchier faire decarchier Marchandises sans choses audit quai12… » Cet arrêt de l’Échiquier par lequel il est dit que l’abbaye de Fécamp aura un port à « Aysier » pour y charger et décharger seulement ses bois, est appuyé par un autre document de 1336. Il confirme le droit de l’abbaye de Fécamp d’avoir un port au lieu-dit d’Aizier. Le roi leur octroie le droit de construire celui-ci, à condition de l’utiliser pour le seul déchargement du bois. C’est par celui-ci (et ce quai) que l’on expédia longtemps, vers Rouen et Le Havre, le bois de la forêt de Brotonne.

11Ainsi, le port d’Aizier, principalement mentionné dans les sources du fonds de l’abbaye de Fécamp, fut concédé par ordre royal uniquement pour toute activité liée au transport de bois. Il complétait une multitude de ports monastiques localisés sur la rive sud, appartenant principalement à l’abbaye de Jumièges (de Saint-Aubin-sur-Quillebeuf à Vieux-Port) et à l’abbaye de Saint-Wandrille (en amont de Vatteville-la-Rue). Ce port (qui se révèle être attribué plus par l’ancienneté de son utilisation que par des actes écrits) généra ainsi de nombreux conflits entre pouvoirs civils et religieux, ou même parfois entre deux autorités religieuses, notamment à cause de son origine puisque aucune charte ne prouvait finalement l’appartenance de ce port aux religieux de Fécamp.

  • 13 ADSM, 7 H 953.
  • 14 ADSM, 12 FI 44 ; voir publication précédente.

12Les usages médiévaux de ce port – à propos de l’unique transit du bois – sont rappelés dans un manuscrit de 168013. D’importants chargements de bois partent depuis Aizier pour être acheminés vers le port de Fécamp, afin de réparer et consolider, soit les jetées et autres équipements portuaires, soit les édifices religieux (par exemple le cloître). Sur un plan daté du XVIIe siècle conservé aux archives départementales de Seine-Maritime, la mention du « quai du moulin » est signalée au nord-est de l’église Saint-Pierre14. Il s’agit du moulin à marée qui, par ailleurs, était déjà attesté à la fin du bas Moyen Âge. La mention de ces quelques éléments pourrait indiquer le déplacement des activités portuaires à l’est d’Aizier.

  • 15 ADSM, 7 H 973.

13À partir du XVIIIe siècle, il semble que le port d’Aizier devienne un port multifonctionnel, comme en témoignent des sources de 1755 à 1762 à propos par exemple de déchargements de quatre-vingt pierres sur le quai d’Aizier15.

Le contexte contemporain

14Le transit du bois demeure intense à l’époque moderne et perdure jusqu’au début de l’époque contemporaine. De nombreux supports cartographiques conservés aux Archives nationales ainsi que certaines plaques sur verre rappellent cette activité héritée de la période médiévale. Ce secteur de la boucle de Brotonne, qui enregistra une véritable dynamique portuaire liée notamment au chargement et déchargement de bois, fut totalement reconfiguré à la suite des travaux d’endiguements qui s’étalèrent sur plus d’un siècle à partir de 1849 (fig. 4 et 5). En passant d’une navigation latérale (à multiples chenaux) à une navigation centrale (traduite par un canal artificiel), la géographie portuaire estuarienne s’est retrouvée totalement modifiée. Les espaces nouvellement formés et colmatés en arrière des digues des XIXe et XXe siècles ont piégé la quasitotalité des paléoports estuariens, et notamment des multiples infrastructures anciennes d’Aizier (quais antiques, post-antiques, etc.). Tel fut le prix à payer pour approfondir le chenal d’accès dans l’estuaire et pour éradiquer le phénomène du mascaret. À la digue insubmersible de 1880, succéda une digue submersible à partir de 1930, un nouveau quai et la cale actuelle.

Fig. 4. Aizier, vue depuis la Seine de l’église Saint-Pierre (Plaque sur-verre, coll. Leprevost, non datée, éditeur ?).

Fig. 5. Aizier, les bords de la Seine, le bourg et la forêt (Années 1950, photographie aérienne oblique 64-73 A, éditions aériennes Combier IMP. Macon).

Les principaux résultats de la campagne de fouille en 2011

15En 2011, la fenêtre de fouille ouverte depuis 2009 en zone 3 a été étendue de 75 m2 supplémentaires, et les sondages réalisés en zone 2 ont couvert près de 23 m2 (fig. 6). Bien que la fouille ne soit pas achevée, les premiers résultats peuvent être brièvement présentés.

Une terrasse portuaire romaine structurée en « caissons » (zone 3)

16La zone 3 C, de plus en plus investie et étendue chaque année, apparaît aujourd’hui sous les traits d’un site subaquatique (fig. 7). Cette maigre campagne 2011 a apporté des précisions sur le plan général et sur l’organisation spatiale du bâti en calcaire et des remblais apportés à l’époque romaine pour y élever plusieurs terrasses (fig. 8). Dans la partie centrale, la fouille a été limitée à un secteur bien défini, compris entre le parement nord MR3342 et le mur sud-nord MR3339, lui-même prolongé par le mur MR3340.

17Le démontage partiel de cet épais remblai de construction (0,50 m) – grave mêlée à de nombreux artefacts romains –, que l’on retrouve sur l’ensemble du secteur (dernier état de fonctionnement ?), a fait émerger progressivement l’ossature d’une superstructure. Il se dégage ainsi l’image d’un espace riverain cloisonné par des murs en blocs de calcaire (fig. 9). Cette architecture est caractérisée par du grand appareil, des éléments en calcaire grossièrement équarris, parfois proches de l’enrochement et posés à sec. L’élévation de la façade de cette terrasse ou nouvel aménagement de berge, est ainsi chaînée avec des murs arrière perpendiculaires faisant office de raidisseurs à l’ensemble de l’ouvrage (fig. 10).

Fig. 6. Aizier, le port. Localisation sur fond cadastral actuel des investigations effectuées en zones 1, 2 et 3 (1987-2011).

Fig. 7. Aizier, le port. Conditions d’intervention en zone 3 (cliché : M. Routhiau).

18En ce qui concerne la partie sud de cette terrasse (bien que toujours en cours de fouille), la campagne 2011 a permis de mettre en évidence des vestiges d’éléments bâtis orientés est-ouest, matérialisés par un double alignement de blocs (SB3439). Conservée à plus haute altitude dans ce secteur (5,11 m NGF), cet ensemble semble prendre appui sur un sable naturel et marque ainsi l’extrémité sud de la terrasse antique (fig. 8).

19À l’heure actuelle, il est donc ainsi possible, au moins pour ce tronçon, d’estimer le développé sud-nord de cette terrasse, à environ 12 m, entre le mur de façade nord (MR3122) et la structure bâtie au sud SB3439. En revanche, les extrémités orientales et occidentales ne sont – à ce jour – toujours pas connues. Quant à l’échantillonnage du mobilier céramique effectué au sein du comblement de cette terrasse, il atteste de plus en plus un ouvrage réalisé à la fin du IIe, voire au début du IIIe siècle de notre ère.

20Cet aménagement massif de la berge succèderait ainsi à un aménagement primitif comportant des pièces de bois, qu’il ennoie partiellement. Ce dernier est souligné par la présence, au nord, dans un état de conservation moyen, d’une ligne de poteaux (fig. 8) qui a été repérée en 2010 lors du diagnostic nord (voir publication précédente). Certains de ces bois qui avaient été prélevés pour analyse dendrochronologique ont été traités par Dendrotech. Ils livrent pour l’instant une date provisoire assez intéressante pour la mise en œuvre, estimée entre la fin du Ier siècle avant et le début du Ier siècle après J.-C.

Fig. 8. Aizier, le port, zone 3, secteur C. Plan de la terrasse portuaire et des principaux faits gallo-romains reconnus en fin de campagne 2011 (fouille en cours).

Fig. 9. Aizier, le port, zone 3, secteur C. Vue depuis le nord de la fouille de la terrasse portuaire, un espace cloisonné par des blocs en calcaire posés à sec (cliché : J. Mouchard).

Fig. 10. Aizier, le port, zone 3, secteur C. Vue depuis l’ouest de l’intérieur de la terrasse portuaire en calcaire (cliché : J. Mouchard).

Nouvelle étude d’un tronçon de l’aménagement de berge post-antique en zone 2

  • 16 La présence d’un plan d’eau artificiel créé par l’ancien propriétaire (M. Henri Laurent), au droit (...)

21Dans le cadre d’une approche diachronique, mais aussi afin de documenter le zonage établi à Aizier en 2003, il fut envisagé d’étendre le champ de nos investigations à la zone 2 (plus à l’ouest), une zone surtout marquée par le passage d’un tronçon de l’aménagement de berge monumental connu depuis les années 1970 et inscrit MH. La zone 2 fut donc investie pour la première fois en 201116. Deux sondages furent implantés au sud du parement en calcaire MR2001 affleurant en surface et nouvellement dégagé (fig. 11). Le premier (SD 1) fut mécanisé et mené jusqu’à la première assise de l’ouvrage, le second (SD 2), plutôt manuel, consistait en une simple reconnaissance des séquences localisées au contact de l’assise supérieure. Ce tronçon d’architecture riveraine présente un assez bon état de conservation, au même titre que celui situé à quelques mètres en zone 1 et qui fit l’objet d’une campagne de fouille en 2005 (Mouchard, 2006). Ce parement (MR2001), globalement orienté est-ouest, se présente sous la forme d’une élévation de mur en pierres sèches observé sur 24,85 m (fig. 12). Les deux sondages effectués à son contact ont permis une nouvelle étude de son architecture depuis ses fondations (SD 1), ainsi qu’un nouvel enregistrement des séquences déposées en remblais et calées contre les trois assises (SD 1 et SD 2).

22Si les deux sondages offrent le même résultat, le sondage 1 demeure le plus significatif. Ouvert sur 9,50 m2, il favorisa une nouvelle étude architecturale de l’ouvrage, faisant ainsi écho à ce qui avait été observé en 2005 en zone 1, dans le prolongement de celui-ci, à savoir le parement MR1005. Affleurant entre 4,64 et 4,72 m NGF, le tronçon observé en 2011 apparaît conservé sur 1,20 m d’élévation, soit trois assises en calcaire à silex (fig. 12), tout du moins partiellement, puisque l’assise supérieure (no 3) a été malmenée en surface par les conditions climatiques (éclatement au gel). Il présente des blocs équarris de grandes dimensions, surtout au niveau de la seconde assise, plus importante que les deux autres. Cette élévation repose à la fois sur une fine couche de graviers et de moellons et sur un sable hydromorphe (sédimentation naturelle d’origine fluviatile) aux alentours de 3,55 m NGF. On observe à l’arrière de cet aménagement une grande séquence de remblais de construction, homogènes et assez épais (fig. 13). Il s’agit là d’un enchaînement de séquences qu’il convient certainement de voir comme une succession de radiers à mettre en lien avec la mise en terrasse générale du secteur. Les deux derniers niveaux de graviers, l’un plutôt blanc et épais, l’autre plutôt brun et fin, apparaissent comme deux témoins d’une circulation effectuée le long de ce parement monumental. L’ensemble des sondages effectués depuis 2005 en zones 1 et 2 offrent plus ou moins une image similaire de remblais de construction destinés à assainir l’espace arrière du parement nord en calcaire monumental, en allant du plus grossier à la base au plus fin, et pour y asseoir de maigres niveaux de circulation, aujourd’hui peu conservés, en tout cas irrégulièrement. Comme en 2005, l’absence de mobilier et d’artefact datant est surprenante. L’analyse des nombreux fragments de briques prélevés en 2011 nous renseignera peut-être sur la chronologie des faits.

Conclusion

23Bien que le site portuaire d’Aizier soit marqué par une occupation diachronique, il reste le seul cas ayant livré des vestiges d’équipements portuaires romains dans l’estuaire de la Seine. Depuis 2003 et la réouverture du dossier, le paléoport d’Aizier a subi diverses investigations mêlant à la fois des approches topographiques, géophysiques, archéologiques et historiques. Progressivement, l’équipe de recherche s’est enrichie de nouveaux partenaires scientifiques et devrait l’être davantage.

24Si en zone 3, la campagne de 2010 avait permis de préciser la nature des fondations de la façade de cette terrasse en calcaire d’époque romaine, la campagne de 2011 renseigne sur son architecture interne, pensée et appliquée selon le principe de construction dit « à caissons ». Si l’étude se précise d’un point de vue structurel, elle se précise aussi chronologiquement, par la mise en évidence d’un ensemble bâti plutôt à la fin du haut Empire, et qui vient recouvrir par intermittence les rares témoins d’un aménagement de berge plus, ancien, du début de l’époque gallo-romaine, caractérisé par une ligne de poteaux en chêne. Il reste maintenant à mettre en relation l’ensemble de ces aménagements de berge antiques avec un éventuel accès terrestre. C’est bien sûr l’objectif de la fenêtre de décapage opérée au sud-est (secteur D), non abordé dans cet article dans la mesure où la fouille ne débutera qu’en 2012. Retenons néanmoins l’apparition d’un niveau de voirie très induré, dégagé pour l’instant, mais sur un linéaire insuffisant, et d’une structure bâtie accolée, de forme circulaire (SB3485), qui pourrait suggérer un puits.

Fig. 11. Aizier, le port, zone 2. Plan du mur de berge post-antique MR2001 et localisation des sondages implantés en 2011.

Fig. 12. Aizier, le port, zone 2 – sondage no1. Détail de l’élévation du mur de berge MR2001 (cliché : J. Mouchard).

Fig. 13. Aizier, le port, zone 2 – sondage no1. Vue en coupe des remblais observés en arrière le parement de MR2001 (cliché : J. Mouchard).

25D’autre part, la chronologie se précise également pour les séquences supérieures avec l’achèvement de la fouille des dépôts fluviatiles scellant ces traces d’occupations antiques. Ces dépôts hydromorphes reçoivent une série de structures médiévales (PO3366, FS3300, etc.) dont la nature et la fonction demeurent encore aujourd’hui indéterminées. Le mobilier céramique présent au sein de certains comblements, couplé à l’analyse dendrochronologique d’un poteau (PO3366), prélevé en 2010, confirment la présence de structures du XIe siècle. Quoi qu’il en soit, ces marqueurs anthropiques témoignent d’une nouvelle forme d’occupation de l’espace fluvial, qui plus est à une époque où Aizier apparaît pour la première fois dans les sources manuscrites. À celle-ci, se superpose une nouvelle conquête de cet espace riverain par d’importants travaux d’assainissement et de stabilisation de la berge à l’époque moderne. Matérialisés par un remblai de gravier, ces derniers travaux de grande ampleur dans le secteur illustrent certainement la volonté de développer à une époque plus récente de nouvelles activités en lien avec le fleuve.

26La première opération de sondages menée en zone 2 confirme les observations faites en zone 1 en 2005. Les tronçons de parements post-antiques affleurant en surface retiennent d’importants remblais destinés à élever une terrasse artificielle plutôt sommaire et matérialisés par des niveaux de circulation sommairement aménagés.

Bibliographie

Bibliographie

Arthuis R., Guitton D., Monteil M., Mouchard J. et de Peretti O. (2010) – Archéologie portuaire estuarienne entre Loire et Seine : principaux résultats et questions d’ordre méthodologique. L’exemple des sites antiques d’Aizier (Eure) et de Rezé (Loire-Atlantique). Les structures portuaires de l’arc Atlantique dans l’antiquité, bilan et perspectives de recherche, publication de la journée d’étude organisée en janvier 2008, université de La Rochelle. Aquitania, supplément 18, p. 53-74.

Arthuis R., Guitton D. et Mouchard J. (2010) – D’un estuaire à l’autre : géoarchéologie comparée des ports antiques d’Aizier (Seine) et de Rezé (Loire). Archéopages no 30, p. 26-35.

Barat Y. (1990) – Un port de 2000 ans aux Mureaux. Des Gaulois à Charlemagne. Catalogue de l’exposition, 9 au 27 janvier 1990, médiathèque des Mureaux, Versailles.

Cavanillas J. (2008) – L’insertion des cours d’eau dans les agglomérations secondaires et les chefs-lieux de cité de la Lyonnaise au Haut-Empire. Mémoire de master 1, sous la direction de M. Monteil, université de Nantes, université de Haute-Bretagne – Rennes 2.

Cliquet D. (1993) – Carte Archéologique de la Gaule, « L’Eure », sous la responsabilité de Michel Provost. Académie des inscriptions et belles-lettres, Paris, 285 p.

Crogiez S. (1995) – Les Câteliers, fanum. Bilan scientifique régional, 1995, p. 81.

Lequoy M.-C. (1975) – La forêt de Brotonne à l’époque gallo-romaine. Mémoire de maîtrise, Groupe archéologique du Val de Seine.

— (1986) – Pour une méthode d’approche de la vie rurale antique, étude d’une micro-région : la presqu’île de Brotonne. Mémoire de DEA, université de Rouen.

— (2007) – La forêt de Brotonne dans l’Antiquité. Dupouey, J.-L., Dambrine, É., Dardignac, C. et Georges-Leroy, M. (dir.) – La mémoire des forêts. Colloque « Forêt, archéologie et environnement », Velaine-en-Haye, 14-16 décembre 2004. Ouvrage dédié à la mémoire de Jean-Claude Rameau. Paris, Office national des Forêts – Institut national de la recherche agronomique – DRAC de Lorraine, p. 109-119.

Mouchard J., Buhy A., Guérin T. (2006) – Les » aménagements de berge » d’Aizier (Eure). Rapport de fouille programmée 2005 (sondages), service régional de l’archéologie, [2011], 2 vol. 

— (2007) – Aizier, le port (Eure), Bilan scientifique régional, 2004, DRAC-SRA, p. 12-14.

— (2008) – Aizier, le port (Eure), Bilan scientifique régional, 2005, DRAC-SRA, p. 12-16.

— (2008) – Aizier, le port (Eure), Bilan scientifique régional, 2006, DRAC-SRA, p. 14.

— (2011) – Aizier (Eure), géoarchéologie d’un paléoport estuarien, Journées archéologiques de Haute-Normandie, Harfleur, 23-25 avril 2010, Rouen, PURH, p. 209-218.

— (2012) – Le port romain d’Aizier (Eure) : principaux résultats de la campagne 2010, Journées archéologiques de Haute-Normandie, Évreux, 6-8 mai 2011, Rouen, PURH, p. 75-82.

Roy N. (dir.) (1990) – De la Gaule à la Normandie, 2000 ans d’histoire, 30 ans d’archéologie, Rouen, p. 105-125.

Notes

1 La campagne était initialement programmée du 8 août au 9 septembre 2011. Elle s’est déroulée avec un effectif moyen d’une quinzaine de stagiaires bénévoles. Pour diverses raisons, il est peut-être utile de rappeler que cette seconde année du programme 2010-2012 a été globalement réduite à trois semaines de terrain contre cinq initialement prévues.

2 Nous remercions une nouvelle fois Yves Laurent pour avoir autorisé le déroulement de ce programme de recherche sur près d’une décennie.

3 1987 : 3 sondages, 58 m2 ouverts.

4 Les vestiges sont protégés (inscription MH du 20 septembre 1993 : « Quai antique et ensemble des vestiges archéologiques encore enfouis, connus ou à découvrir, compris dans les parcelles AC 1 à 5, à l’exclusion de la maison et des deux granges »).

5 9 campagnes de fouilles ont été réalisées entre de mettre en évidence plus de 400 sépultures, s’étalant du Ier siècle. ap. J.-C. au début du IVe.

6 Les sondages menés en 1987-1988 ont néanmoins permis de valider une occupation s’étalant du IIe siècle de notre ère à la fin du IIIe.

7 Premières fouilles réalisées par M. Vallée, suite à l’élargissement de la route (D 65). Elles seront suivies d’une prospection pédestre en 1987, ponctuée d’un ramassage en surface de mobilier céramique romain, puis de sondages à partir de 1995, sous la direction de S. Crogiez.

8 Bibliothèque municipale de Rouen (désormais BMR), Y 51, fol. 68 v° et 69 r°. Cartulaire de l’abbaye de Fécamp, transcription N. Leroux, 2007.

9 Archives départementales de Seine-Maritime (désormais ADSM), 16 H 128.

10 Le 9 novembre 1410, Pierre de Morant, de Bliquetuit, abandonne à Colin, son frère, tous les droits qu’il peut avoir sur le « pillage » du port de Jumièges à cause de la forêt de Brotonne. Le 16 décembre 1410, Colin délaisse pour 6 livres 10 sols le tiers du « pillage » des vaisseaux chargeant du bois à Jumièges et diverses rentes en faveur de Guillaume Berthaume, seigneur du Lendin. L’opération semble consister en la vente du droit perçu sur le chargement du bois provenant de la forêt de Brotonne au port de Jumièges.

11 « Similiter recognoverunt quod quando in foresta comitis fiebat aliqua venditio nemoris et naves ibi honerabantur de consuetudine illarum navium que pilagium dicebat et habebat Comes medietatem et abbas similiter aliam mediet », BMR, Y 51, fol. déjà cités.

12 ADSM, 7 H 6.

13 ADSM, 7 H 953.

14 ADSM, 12 FI 44 ; voir publication précédente.

15 ADSM, 7 H 973.

16 La présence d’un plan d’eau artificiel créé par l’ancien propriétaire (M. Henri Laurent), au droit de ce tronçon, ne facilita pas l’enregistrement des données, malgré un pompage soutenu.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. La zone d’étude au sein de la province romaine de la Lyonnaise (réal. J. Mouchard).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4652/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
Légende Fig. 2. Paléogéographie des agglomérations gallo-romaines dans l’estuaire et des principales voies antiques au contact de la Seine (réal. J. Mouchard).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4652/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 344k
Légende Fig. 3. Occupation gallo-romaine dans la boucle de « Brotonne » (réal. J. Mouchard).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4652/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Légende Fig. 4. Aizier, vue depuis la Seine de l’église Saint-Pierre (Plaque sur-verre, coll. Leprevost, non datée, éditeur ?).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4652/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Légende Fig. 5. Aizier, les bords de la Seine, le bourg et la forêt (Années 1950, photographie aérienne oblique 64-73 A, éditions aériennes Combier IMP. Macon).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4652/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Légende Fig. 6. Aizier, le port. Localisation sur fond cadastral actuel des investigations effectuées en zones 1, 2 et 3 (1987-2011).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4652/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
Légende Fig. 7. Aizier, le port. Conditions d’intervention en zone 3 (cliché : M. Routhiau).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4652/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
Légende Fig. 8. Aizier, le port, zone 3, secteur C. Plan de la terrasse portuaire et des principaux faits gallo-romains reconnus en fin de campagne 2011 (fouille en cours).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4652/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 532k
Légende Fig. 9. Aizier, le port, zone 3, secteur C. Vue depuis le nord de la fouille de la terrasse portuaire, un espace cloisonné par des blocs en calcaire posés à sec (cliché : J. Mouchard).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4652/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
Légende Fig. 10. Aizier, le port, zone 3, secteur C. Vue depuis l’ouest de l’intérieur de la terrasse portuaire en calcaire (cliché : J. Mouchard).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4652/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 268k
Légende Fig. 11. Aizier, le port, zone 2. Plan du mur de berge post-antique MR2001 et localisation des sondages implantés en 2011.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4652/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Légende Fig. 12. Aizier, le port, zone 2 – sondage no1. Détail de l’élévation du mur de berge MR2001 (cliché : J. Mouchard).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4652/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
Légende Fig. 13. Aizier, le port, zone 2 – sondage no1. Vue en coupe des remblais observés en arrière le parement de MR2001 (cliché : J. Mouchard).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4652/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 206k

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540