Version classiqueVersion mobile

Journées archéologiques de Haute-Normandie. Rouen, 11-13 mai 2012

 | 
Luc Liogier

Installation d’un artisan-boucher à Uggade au Ier siècle après J.-C.

Opening of an artisan butcher´s in Uggade in the 1st Century AD

Laurence Jégo

Résumé

L’étude de 1 000 m2 situés au 112 rue de la République à Caudebec-les-Elbeuf, a révélé une occupation de la fin du Ier siècle avant J.-C. avec des bâtiments sur poteaux et un parcellaire. Au début du Ier siècle, une voie ainsi qu’une cour entourent un bâtiment sur cave. Dans un premier temps, la cave est remblayée et des pièces supplémentaires sont construites. Dans un second temps, des réaménagements sont entrepris dont de nouvelles voies ; des silos et des fosses les accompagnent. Le début du IIe siècle marque l’abandon de cette parcelle située dans un quartier périphérique de la ville antique, tournée vers les métiers de la boucherie.

Texte intégral

1L’aménagement d’un projet de construction d’un immeuble d’habitation collectif de 12 logements au 112 rue de la République à Caudebec-les-Elbeuf, a entraîné une opération de diagnostic (Jégo, 2010) qui s’est déroulée en juin 2010 sur une surface de 1 043 m2. Lors de cette première intervention des vestiges de la fin de la période de La Tène finale – début du IIe siècle après J.-C. ont été découverts.

Une occupation précoce (fin Ier siècle avant J.-C. – début Ier après J.-C.) (fig. 1)

2Certains témoins d’une occupation précoce ont été sauvegardés. Ils sont représentés par un réseau parcellaire succinct et des trous de poteau appartenant à quatre bâtiments.

3Le point commun de ces quatre bâtiments est leur orientation axée sur les ponts cardinaux. Cependant, aucun élément n’indique une contemporanéité ou une chronologie relative. De même, aucun niveau d’occupation contemporain aux trous de poteau n’a été repéré sur le site. Il n’a donc pas été possible de déterminer la fonction de ces bâtiments. Par contre, les niveaux d’occupation extérieurs préservés dans l’angle sud-ouest du site sont antérieurs aux installations d’un bâtiment St 01 et des fossés parcellaires. L’absence de relation stratigraphique avec les autres vestiges ne permet aucune interprétation chronologique.

4Même si les aménagements postérieurs et successifs ont masqué cette première installation, entraînant une information lacunaire, la preuve d’une occupation dès La Tène D2 dans cette partie de la cité est avérée.

Un aménagement péri-urbain (première moitié du Ier siècle après J.-C.) (fig. 2)

5Les premières traces d’aménagement de l’époque gallo-romaine reflètent une volonté politique d’urbanisation de l’espace. En effet, les équipements publics stimulent l’installation d’entreprises privées. La création d’un quartier périphérique au sud-est de la ville d’Uggade (fig. 3, no 52) est corroborée par la présence, à quelques centaines de mètres, d’une nécropole gallo-romaine à l’est de la parcelle. La première moitié du Ier siècle après J.-C. est marquée par une urbanisation volontaire et réfléchie. La construction de la voie (fig. 4) avec son accotement en sable est le point de départ d’un aménagement d’un quartier périphérique. Cet accotement est un équipement piétonnier qui témoigne de la proximité d’un quartier péri-urbain en devenir. Une cour en silex damé est aménagée le long de la voie. Elle s’étend vers le sud-ouest. Deux autres niveaux de silex damés faisant office de sols se trouvent dans l’angle formé par la cour et l’accotement de sable. Une habitation s’élève au sud-est et à quelques mètres de l’axe de circulation. Elle est attestée par le creusement d’une cave boisée et étanchéifiée et par un niveau d’occupation. Deux annexes légères sont accolées dans le prolongement du mur nord du bâtiment sur cave. L’hypothèse retenue est un habitat, probablement sur solins de pierres avec une annexe en bois sur sablières basses. La seconde annexe, sur poteaux, s’ouvre sur l’accotement de la voie et peut-être interprétée comme une échoppe. Un foyer aménagé dans une céramique de type dolium semble se trouver à l’intérieur d’un bâtiment dont il ne resterait aucun vestige excepté un lambeau de sol en limon brun. Le peu de mobilier céramique trouvé en contact direct avec le sol de silex damé de la cour tend à démontrer un entretien régulier. Il en est de même pour la voie et son accotement où aucun niveau d’occupation de cette période n’a été repéré. Le creusement de deux fosses peut correspondre à un besoin de matériaux cependant leur comblement rapide indique une volonté d’aplanir la parcelle en vue d’un futur réaménagement. Le creusement d’un silo dans cette cour entretenue est à mettre en parallèle avec le bâtiment proche ; de même que sa seconde fonction de fosse dépotoir le confirme avec de nombreux vestiges organiques. Ces derniers associés à d’autres vestiges fauniques indiquent la présence d’un centre d’abattage de gros et de détail et dans une moindre mesure de consommation. Dans la triade bœuf/porc/capriné, la prédominance du bœuf est équivalente à celle d’autres sites gallo-romains pour la même période (Lepetz, 1996). Il est donc probable que cette parcelle ait été utilisée pour l’installation d une boucherie et d’une échoppe ouverte sur la voie.

Fig. 1. Plan général de la phase 1 : fin Ier siècle avant J.-C. – début Ier siècle après J.-C. (DAO : D. Lepinay, INRAP).

Fig. 2. Plan général de la phase 2 : début du Ier siècle après J.-C. (DAO : D. Lepinay, INRAP).

Fig. 3. Carte des entités archéologiques gallo-romaines de la ville de Caudebec-lès-Elbeuf.

Fig. 4. Coupe et plan de la voie gallo-romaine (cliché : L. Jégo).

L’évolution de l’occupation, du milieu à la seconde moitié du Ier siècle après J.-C. (fig. 5)

6L’aménagement de cette parcelle péri-urbaine à vocation artisanale se modifie durant cette période.

Le milieu du Ier siècle (fig. 6)

7La voie et son bas-côté sont entretenus régulièrement. Dans la cour, des réparations du sol interviennent ponctuellement ainsi que l’installation d’un foyer creusé et aménagé avec un lit de silex surmonté d’un lit de limon argileux rubéfié. La cave est comblée peu à peu par plusieurs niveaux de remblais, dispersés et étalés anarchiquement, accompagnés de quelques effondrements de parois (fig. 7).

Fig. 5. Vue générale du site, du sud-ouest (cliché : L. Jégo).

Fig. 6. Plan général de la phase 3 : moitié du Ier siècle après J.-C. (DAO : D. Lepinay, INRAP).

8Le bâtiment est reconstruit et agrandi. Il possède au minimum trois pièces de factures différentes : la première (bât. B), probablement en pan-de-bois, avec une sablière basse reposant sur un solin composé de blocs de silex ; la seconde (bât. A) bâtie sur une fondation constituée de morceaux de silex, de calcaire et de tuiles ; aucune fondation de la dernière pièce (bât. C) n’a été retrouvée. Les sols sont en terre battue (limon ocre damé). Des silos pour le stockage sont aménagés en périphérie du bâtiment. Leur ultime fonction de fosses dépotoir nous donne des indications sur l’évolution de la pratique de la boucherie. L’abatage du bœuf est toujours pratiqué mais désormais celui-ci laisse la première place au porc. La surreprésentation de certaines parties du corps indique une préparation sur place de type fumaison. Les quelques fosses creusées en limite est de la parcelle nous apprennent qu’aucun bâtiment n’est présent de ce côté.

9Un début d’incendie éclate au niveau de la pièce centrale (bât. C) et se propage vers la pièce sud (bât. A) ou inversement.

La seconde moitié du Ier siècle (fig. 8)

10Cet incident est le déclencheur d’une nouvelle reconstruction (bât. B et A) avec des agrandissements (bât. D, E et l’annexe F).

11Les vestiges de la seconde moitié du Ier siècle sont mieux conservés. La pièce nord sur solin (bât. B) subit de plein fouet le tassement des niveaux inférieurs. Des réfections de types remblais, préparation de sol, sol, occupation, se succédent pour se terminer par un dernier aménagement avec des murs sur solins, une cloison et un sol de limon, sur lequel est aménagé un foyer.

12La pièce sud (bât. A) subit une entière réfection avec quatre nouvelles fondations de mur composées de blocs de calcaire et de silex, de meule, de céramique, des tuiles. La surface interne de cette pièce est d’environ 25 m2. À l’intérieur, un niveau de limon ocre compose le sol de cette pièce. Une autre catastrophe a sans doute été évitée si on en juge par une réparation localisée au niveau du sol, dans l’angle nord-est de la pièce sud, qui témoigne d’un départ d’incendie.

13À l’ouest de la pièce sud (bât. A), un lambeau de fondation de mur orienté nord/sud, indique le départ d’un autre bâtiment (bât. D) qui empiète sur la cour. Aucune connexion avec la pièce sud (bât. A) n’a été repérée. Cette pièce présente un niveau de sol légèrement supérieur de 0,15 m par rapport aux autres pièces.

Fig. 7. Coupe de la cave remblayée et d’un solin affaissé (cliché : L. Jégo).

14À l’est de la pièce sud (bât. A), un départ de fondation de mur vers l’est de moins d’1 m peut correspondre au départ d’une autre pièce (bât. E). La présence de lambeaux de sol de limon ocre, d’un foyer et d’un niveau d’occupation tend vers cette hypothèse.

15Au sud de la pièce sud (bât. A), deux alignements de blocs de silex peuvent correspondre à un bâtiment annexe (bât. F). Un des solins est probablement tronqué et aucune trace de retour de mur vers le nord n’a été repérée. Le niveau de sol de cette pièce (bât. F) est un limon sableux brun verdâtre correspondant à un niveau d’occupation extérieur. Cette pièce non fermée, de construction légère avec un niveau de sol extérieur semble correspondre à une pièce ouverte de type annexe. Des fosses sont creusées pour récupérer probablement de la matière première : grave, sable et limon.

16Le stockage à moyen terme se fait toujours en silo. Les silos et les fosses servent de dépotoir pour les habitants du bâtiment et nous donnent à nouveau des indications sur la fonction artisanale qu’est la pratique de la boucherie, mais aussi sur la consommation quotidienne qui évolue vers une meilleure qualité des morceaux, avec des jeunes animaux, et une diversification des ressources alimentaires, avec l’apport de coquillages et de crustacés.

17La fonction de la grande fosse longitudinale avec les deux surcreusements n’a pu être éclaircie, cependant il semble fort probable que le creusement de la fosse soit à l’abri dans la pièce centrale. À défaut de pouvoir indiquer ce qu’est cette fosse, on peut dire ce qu’elle n’est pas : elle ne correspond pas à un artisanat tourné vers la poterie, ni à un four en raison de l’absence d’un tessonier sur le site ; ni à un atelier de tissage (peu de pesons) ; de verrerie (pas de résidus de verre) ; ou de boulangerie (deux ou trois morceaux de meules correspondant plûtot à une utilisation domestique) ; ni encore de tabletterie (la présence de deux morceaux de gonds en os est loin d’être suffisante), ou de métallurgie (les quelques scories trouvées dans les remblais ne pèsent pas lourd). Il semble plus probable qu’il faille garder la même orientation que pour l’ensemble de la parcelle, c’est-à-dire une fosse aménagée pour une étape de l’activité bouchère. L’excavation qui entame l’angle extérieur formé par les fondations de deux murs et qui dégrade le bâtiment indique son abandon probable. La présence d’une fosse creusée à l’intérieur de la pièce conforte cette hypothèse.

Fig. 8. Plan général de la phase 4 : seconde moitié du Ier siècle.

Le déclin et l’abandon (première moitié du IIe siècle)

18Le début du IIe siècle est marqué par le déclin rapide de l’occupation et l’abandon de la parcelle. Les pièces habitables du bâtiment sont recouvertes par des niveaux de remblais et de destruction. Les niveaux d’occupation de cette phase ont été essentiellement misent au jour à l’extérieur, à l’exception de la pièce qui sert d’annexe. Ces derniers, associés au niveau de destruction et à la tranchée de récupérations d’un mur, sont peut-être les derniers témoins de l’occupation des lieux. Le fait que l’annexe soit encore utilisée traduit peut-être que cette pièce sert lors de la démolition.

19Les deux silos qui se situent partiellement sous les bermes, en limite de la zone fouillée, ainsi que les fosses n’appartiennent pas au fonctionnement de cet habitat mais sont peut-être à rattacher à des occupations de part et d’autre de cette parcelle.

  • 1 Carte des entités archéologiques de la Seine-Maritime.

20La toute première occupation de cette parcelle intervient à La Tène finale, avec des fossés parcellaires et des bâtiments sur poteaux propres à une occupation rurale. Les témoins d’une occupation gauloise, dans ce secteur de la ville, sont fort peu connus excepté ceux d’une nécropole « gauloise » rue Rebel1 trouvée à la fin du XIXe siècle.

21Le début du Ier siècle après J.-C. marque la naissance d’un îlot au nord du vicus d’Uggade, en bordure d’une rue gallo-romaine contemporaine, orientée est/ouest. La voie est de bonne facture avec une préparation de silex et de sable surmonté d’un lit de galet de silex roulés, calibrés et damés. Au sud et parallèle à cette voie, à 2 m environ, une cour damée avec le même type de matériau recouvre une surface de plus de 110 m2. Ces deux entités sont reliées l’une à l’autre par un accotement légèrement bombé, de sable fin compacté de type fluvial. Ces aménagements vraisemblablement publics marquent la naissance d’un faubourg et plus particulièrement d’un quartier spécialisé (Willis, 2008) vers le nord d’Uggade. La construction d’un bâtiment sur cave est vraisemblablement le fait d’une activité artisanale tournée vers la boucherie et la charcuterie, comme tend à le prouver la présence, dans les niveaux d’occupation et de remblais, de restes osseux présentant des traces de toute la chaîne opératoire, de l’abattage jusqu’à la préparation alimentaire. Le profil faunique de cette période est relativement classique avec une prédominance du bœuf. Des silos sont creusés témoignant du besoin de stocker des denrées alimentaires à proximité de l’habitat. Le milieu du Ier siècle marque l’installation pérenne de l’activité. Le bâtiment sur cave est rénové et deux pièces supplémentaires avec fondations sont construites. Les structures de stockage creusées à proximité et remblayées dans la foulée témoignent toujours d’un artisanat tourné vers la boucherie et probablement vers la charcuterie. Il semble qu’un incendie ait détruit partiellement les deux pièces supplémentaires du bâtiment.

22La deuxième moitié du Ier siècle est marquée par la reconstruction et l’agrandissement de l’habitat. La pièce sur cave ne présente aucun élément témoignant d’un incendie mais elle est reconstruite sur solins de calcaire et de silex. Le tassement des remblais de comblement de la cave entraîne des réparations régulières de cette pièce. Les deux pièces incendiées (centrale et sud) sont reconstruites avec des fondations ancrées dans le substrat. Trois pièces supplémentaires sont ajoutées ainsi qu’une annexe ouverte sur l’extérieur. L’activité bouchère semble florissante et présente un profil faunique qui tend vers un équilibre de la triade bœuf/porc/mouton ainsi qu’une diversification alimentaire. Il traduit aussi la préparation de certains morceaux de viande de type charcuterie.

23Cet édifice et les structures qui l’accompagnent marquent l’apogée de l’occupation antique de cet îlot péri-urbain tourné vers l’artisanat. La présence de bâtiments, de structures de stockages à proximité, de petits objets domestiques tels des fibules, des objets de parure, des meules sont le cadre d’une famille qui s’installe en bordure de voie, dans un nouveau quartier, dont l’activité est la boucherie et la charcuterie. L’abatage des bêtes sur place et leur débitage justifie cette installation en périphérie de ville. La proximité de la voie avec un accotement piétonnier associée à la construction d’annexes légères indiquent probablement une échoppe où l’on vend la viande.

24Des travaux de réfection conséquents sont entrepris par deux fois sur ce tronçon de voie. Ils indiquent la présence et le pouvoir de l’autorité publique de la ville.

25La fin du Ier siècle et le début du IIe siècle marque le déclin du lieu par l’abandon de l’habitat et de l’activité artisanale qui s’y pratiquait. Seule l’annexe ouverte et les niveaux extérieurs témoignent d’une occupation des lieux sous forme de récupération des matériaux de constructions. De même, la présence d’une sépulture tend à confirmer cet abandon.

Bibliographie

Bibliographie

Jégo L. (2012) – Caudebec-lès-Elbeuf, 112 rue de la République. Rapport.

Lepetz S. (1996) – L’animal dans la société gallo-romaine de la France du Nord. Revue archéologique de Picardie, no spécial 12, 174 p.

Lepetz S. et Yvinec J.-H. (1998) – L’élevage à la période gallo-romaine et au haut Moyen Âge en Normandie, l’apport de l’archéozoologie. Le monde rural en Normandie. Actes du Congrès des Société historiques et archéologiques de Normandie, Gisors 1997, Caen, Musée de Normandie, vol. 3, p. 83-109.

Willis S. (2008) – Occupations routières et agglomérations secondaires en Bretagne romaine. Revue archéologique de Picardie, no 3-4, p. 123-134.

Notes

1 Carte des entités archéologiques de la Seine-Maritime.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Plan général de la phase 1 : fin Ier siècle avant J.-C. – début Ier siècle après J.-C. (DAO : D. Lepinay, INRAP).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4641/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 288k
Légende Fig. 2. Plan général de la phase 2 : début du Ier siècle après J.-C. (DAO : D. Lepinay, INRAP).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4641/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Légende Fig. 3. Carte des entités archéologiques gallo-romaines de la ville de Caudebec-lès-Elbeuf.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4641/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Légende Fig. 4. Coupe et plan de la voie gallo-romaine (cliché : L. Jégo).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4641/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Légende Fig. 5. Vue générale du site, du sud-ouest (cliché : L. Jégo).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4641/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Légende Fig. 6. Plan général de la phase 3 : moitié du Ier siècle après J.-C. (DAO : D. Lepinay, INRAP).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4641/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Légende Fig. 7. Coupe de la cave remblayée et d’un solin affaissé (cliché : L. Jégo).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4641/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Légende Fig. 8. Plan général de la phase 4 : seconde moitié du Ier siècle.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4641/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 195k

Auteur

INRAP Haute-Normandie

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search