Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Journées archéologiques de Haute-Normandie. Rouen, 11-13 mai 2012

 | 
Luc Liogier

Des Gaulois à la préhistoire : la (re)construction du passé ancien par les archéologues haut-normands (1859 – début des années 1880)

From the Gauls back to the prehistoric era: (re)construction of the distant past by archaeologists from Upper Normandy (1859 – early 1880s)

Monique Remy-Watté

Résumé

En une vingtaine d’années, à partir des années 1860, se met en place une nouvelle discipline, la préhistoire. Les écrits des archéologues haut-normands témoignent à la fois de la rapidité de cette évolution mais aussi de la réelle complexité du phénomène.

In the 1860s, and over a period of twenty years, the discipline of prehistory was established. Pieces written by archaeologists from Upper Normandy reveal both the speed with which this discipline evolved and the phenomenon´s complexity.

Texte intégral

1C’est seulement dans la seconde moitié du XIXe siècle que l’existence de la préhistoire devient largement admise, après la reconnaissance, à partir de 1859, de la validité des résultats des travaux menés par Boucher de Perthes dans la Somme. La Haute-Normandie se trouve impliquée dans ce processus ; y ont contribué en particulier : l’organisation précoce de la recherche archéologique dans la région, sa proximité géographique avec la Picardie et Paris, les relations entretenues avec des chercheurs extérieurs (Remy-Watté, 2010, 2011a).

2Cette « reconstruction » de l’image du passé le plus ancien de l’homme s’effectue donc en même temps que la construction d’une nouvelle discipline : il s’agit par conséquent d’un phénomène complexe, certes marqué par une évolution au cours du temps, mais toutefois de manière pas aussi régulière et cumulative qu’on ne l’a pensé autrefois, révélant par ailleurs non seulement des différences et des oppositions entre chercheurs mais aussi des contradictions chez un même auteur. La « géo-archéologie » comme l’avait nommée alors Boucher de Perthes se trouve par ailleurs marquée par sa double origine, à la croisée des études naturalistes et de l’archéologie historique. L’examen d’une série d’écrits parus en Haute-Normandie durant le début de cette période, jusqu’au début des années 1880, permet de souligner les traits marquants de cette situation dans la région.

Le « temps des Gaulois »

3Au milieu du XIXe siècle, les archéologues normands présentent un tableau des temps les plus anciens qui s’inscrit tout à fait dans la vision nettement dominante alors. Cette époque perçue, en liaison avec une lecture littérale de la Bible et la position adoptée par la majorité des géologues, comme étant de faible durée, est considérée, pour une bonne partie du territoire français, comme celle des Gaulois ou des Celtes, les deux termes étant bien souvent utilisés comme synonymes. L’histoire étant par ailleurs jugée comme première par rapport à l’archéologie, qui ne fait dans cette perspective qu’apporter illustrations et compléments aux informations fournies prioritairement par les textes, c’est à partir des écrits des auteurs antiques des deux siècles précédant notre ère et du début du Ier siècle après J.-C. que la question est abordée. Ce mode de raisonnement est d’autant plus familier aux archéologues normands que c’est celui qui a été développé par Arcisse de Caumont (1801-1873), en 1830, dans la première partie de son Cours d’Antiquités monumentales, consacrée à l’ère celtique (Remy-Watté, 2012, p. 250-255), ouvrage qui reste alors encore reconnu comme une référence de base à la fois régionalement et nationalement.

4La présentation par Izarn (1814-1896), à la Société libre de l’Eure, de la « sépulture celtique » de Neuilly-sur-Eure, publiée en 1859 dans les Recueils des travaux de l’association, constitue un bon exemple de ce qu’est alors une étude sérieuse de ce type de structure, permettant de nos jours de l’attribuer sans problème au Néolithique récent (fig. 1). Dans son étude du matériel, Izarn se réfère d’ailleurs, entre autres, au tome 1 des Antiquités celtiques et antédiluviennes de Boucher de Perthes (1849) : en effet, si, pour ce dernier, l’homme apparaît anciennement, à l’époque « antédiluvienne », la phase plus récente, qualifiée de « celtique », regroupe ce qui sera ultérieurement classé comme néolithique et comme protohistorique.

Fig. 1. Planche de Bonnin, illustrant l’article d’Izarn, « Sur une sépulture celtique trouvée à Neuilly-sur-Eure », publié en 1859.

5Au même moment, en 1859-1860, en Seine-Inférieure, Georges Pouchet (1833-1894) et l’abbé Cochet (1812-1875) participent directement à la reconnaissance de la validité des travaux de Boucher de Perthes (Remy-Watté 2010, 2011a).

6En cette année 1859, la publication par Cochet de son ouvrage sur le tombeau de Childéric, après celle, en 1854 et 1857, de deux livres présentant les résultats de ses travaux sur des nécropoles antiques et médiévales du département, l’a fait largement reconnaître, y compris à l’extérieur de la Normandie, comme un archéologue véritablement compétent et un des pionniers de l’archéologie mérovingienne. Ayant rencontré Boucher de Perthes à Abbeville en 1851, l’abbé a échangé ensuite avec lui une importante correspondance, partiellement conservée pour la période 1853-1866 (Aubé, s. d.), dans laquelle les deux hommes s’entretiennent de leurs recherches respectives : Cochet s’y montre intéressé par les travaux de son collègue et le consulte à propos de silex, découverts en Seine-Inférieure, qui lui semblent comparables à ceux que Boucher de Perthes considère comme très anciens.

7Tenu au courant par ce dernier du refus de reconnaissance auquel il se heurte pendant des années, l’abbé est ensuite informé, de manière précise, par une lettre du 11 juin 1859, du changement intervenu à partir du printemps : les chercheurs britanniques, Joseph Prestwich et John Evans, venus dans la Somme en avril, se sont en effet affirmés publiquement convaincus de la validité de ses travaux. C’est justement d’avril 1859 qu’est datée la publication du tome 24 des Mémoires de la Société des antiquaires de Normandie qui, en fait, comporte les comptes rendus des activités de la compagnie de 1857 jusqu’à la fin de l’année 1859. Y figure, à la fin, un article de l’abbé Cochet, « Divisions territoriales de la Seine Inférieure aux époques gauloise, romaine et franque », dans lequel il évoque, plus largement que ne l’indique ce titre, le passé « gaulois » de la région (Cochet, 1859). Par ailleurs, dans le Précis analytique des travaux de l’Académie des sciences, belles-lettres et arts de Rouen pendant l’année 1859-1860, est publiée une deuxième étude, « La Seine-Inférieure au temps des Gaulois », présentée lors de la séance du 18 mai 1860 (Cochet, 1860) à un moment où, s’il reste encore bien des oppositions, divers savants, tant britanniques que français, ont admis l’existence de ce passé ancien. Cochet lui-même ne s’est toutefois alors pas encore rendu dans la Somme : s’il avait envisagé de le faire dès septembre ou octobre 1859, il a dû en effet repousser ce déplacement jusqu’en septembre 1860 (Remy-Watté, 2010, 2011a).

8Or, malgré la différence des titres, on constate que l’article de 1860 et la première partie de celui daté de 1859 (p. 637-649) sont identiques, à de très rares variantes près : c’est en effet une même synthèse des connaissances sur « l’époque gauloise » que présente l’abbé, qui n’hésite pas, comme cela est pratiqué assez fréquemment à l’époque, à proposer à la publication plusieurs fois le même travail. La comparaison précise entre les deux textes, en particulier à propos des découvertes de la Somme, permet, nous le verrons, d’affirmer qu’en fait celui des Mémoires de la Société des antiquaires a été revu, postérieurement à celui de l’Académie, au plus tôt en novembre-décembre 1860, après son retour de la Somme par conséquent. L’ensemble présente plusieurs intérêts. Il montre d’abord que Cochet, pourtant intéressé positivement au fond du problème et averti du « tournant » en train de s’effectuer, n’a pas jugé bon de réviser véritablement son texte et, en particulier, les conceptions fondamentales qu’il traduit. Cet écrit, qui se veut avant tout un résumé des connaissances concernant la région, constitue donc, à ce moment encore, un bon exemple du modèle traditionnellement retenu dans la première moitié du siècle pour appréhender le passé éloigné. Mais il révèle aussi, par ailleurs, certaines originalités en même temps que l’existence de contradictions internes dans la pensée de l’abbé.

9Cochet situe son exposé, « à l’origine de notre histoire, c’est-à-dire au temps de l’indépendance gauloise » : ce sont là ses premiers mots (1859, p. 637 ; 1860, p. 267). On peut interpréter de deux manières cette formulation : il s’agit soit de la phase, limitée dans le temps, qui précède directement la période gallo-romaine et donc l’histoire proprement dite, soit de l’ensemble de ce passé, depuis les origines. Il ne précise pas directement son choix dans la suite de son exposé. Toutefois, après avoir croisé textes antiques et médiévaux avec la numismatique pour attribuer l’occupation de la région aux Calètes et aux Vélocasses [sic] et avoir rappelé, à partir de César, les étapes de la guerre des Gaules où ceux-ci sont impliqués, il écrit : « Après un silence de 1 900 ans, il nous paraît curieux de rechercher aujourd’hui ce qui nous reste de ces Calètes et de ces Vélocasses qui occupèrent, pendant plusieurs siècles, le pays que nous habitons. Que retrouve-t-on à présent de cette civilisation gallo-belge […] ? » (1859, p. 639 ; 1860, p. 270) Il est donc clair qu’il adopte la première perspective : c’est tout de même en termes de quelques millénaires et non de « plusieurs siècles » seulement que la lecture de la Bible amène alors à chiffrer l’existence des hommes et « l’origine de notre histoire » évoquée ici correspond en fait à celle de la nation, dans la formation de laquelle on attribue alors un rôle essentiel aux Gaulois et aux Gallo-Romains plutôt qu’à l’origine de l’homme, problème qu’il n’aborde donc pas en soi.

10Par ailleurs, si Cochet conserve la forme d’exposé traditionnelle, en partant des textes antiques et médiévaux, les premiers étant considérés comme les véritables sources directes et les seconds comme porteurs de traditions issues de l’Antiquité, il se place dans une perspective en partie différente de ce qu’était, par exemple, celle de Caumont en 1830. Ce dernier développait en effet dans un premier temps, très largement, une description des modes de vie des Gaulois à partir des textes antiques, avant d’aborder l’étude des monuments et découvertes archéologiques qui se révèle donc très nettement dépendante de cette lecture a priori, tandis que ce que livre ici Cochet, assez brièvement, apparaît plutôt comme un préambule destiné à définir un cadre historique précédant l’évocation du tableau archéologique, clairement présenté comme le cœur de son propos. On remarque toutefois que ce tableau débute par une reprise de la question numismatique : les monnaies, support d’inscriptions, constituant un échelon intermédiaire entre texte et objet archéologique, considéré comme porteur d’une information plus précise que ce dernier.

11L’abbé poursuit en évoquant les haches en bronze ; la logique qui préside à l’enchaînement de ses idées est alors celle des matériaux et des sources culturelles : après les monnaies métalliques, empruntées à l’Orient, il lui paraît justifié d’aborder le travail du bronze auquel il faut reconnaître cette même origine historique (1859, p. 641 ; 1860, p. 273-274). Il présente ensuite les haches de pierre polie : cette fois, c’est l’utilisation d’une autre matière pour un même usage qui l’entraîne dans cette direction. Plus loin, il s’attache aux armes de fer, à l’occasion de la description du mobilier des tombes. Tous ces outils ou armes sont considérées comme « celtiques » ou « gaulois » (fig. 2). Il ne fait donc aucune allusion au « système des trois âges », proposé par les Scandinaves, Thomsen en 1836, puis Worsaae en 1843, dont les ouvrages ont été traduits en anglais en 1848 et 1849, où ceux-ci énoncent la succession des âges de la pierre, du bronze et du fer, système qu’il connaît pourtant depuis 1854 au moins (Remy-Watté, 2011a, p. 220 ; 2012, p. 255-257). Par contre, il note dans l’article de l’Académie de Rouen : « Jusqu’à présent, le bassin de la Seine nous a refusé ces ébauches de haches saturées de gangue et de limon que prodiguent à la science étonnée les bancs alluviaux de la Somme. » (1860, p. 279), indiquant en note bibliographique : les deux volumes des Antiquités celtiques et antédiluviennes de Boucher de Perthes, le bulletin de 1859, de la Société des Antiquaires de Picardie, c’est-à-dire celui qui contient en particulier la longue « Réponse à MM. les antiquaires et géologues présents aux assises archéologiques tenues à Laon (Aisne) en août 1858 au sujet des pierres taillées du diluvium » de Boucher de Perthes et l’article du docteur Rigollot de 1855. Il démontre donc bien alors sa connaissance de l’actualité de la question dans les publications scientifiques. Or, dans l’étude donnée aux Antiquaires de Normandie, on remarque à ce propos une différence de rédaction, brève mais importante ; l’expression initiale, « Jusqu’à présent », a disparu et on y lit : « Le bassin de la Seine nous a longtemps refusé ces ébauches de haches saturées de gangue et de limon que prodiguent à la science étonnée les bancs alluviaux de la Somme. Toutefois depuis deux ans, il en laisse entrevoir quelques-unes dans les sablières de Sotteville et de Quevilly », et ce paragraphe est accompagné d’un dessin (Cochet, 1859, p. 644) (fig. 3). Dans une lettre datée du 29 novembre 1860 (Aubé, s. d.), après son retour de la Somme, Cochet signale effectivement à Boucher de Perthes, avoir vu au musée des Antiquités de Rouen deux « langues de chat » et lui transmet les informations données à leur sujet par le conservateur, Pottier : celui-ci lui « a assuré qu’elles provenaient du banc alluvial qui forme la presqu’île de Saint-Sever de Rouen. Il ne sait au juste si elles ont été trouvées à Quevilly, à Quatre Mares ou à Sotteville. Mais elles proviennent à coup sûr du bassin de notre métropole. » L’état final de l’étude donnée à la Société des antiquaires date donc au plus tôt de décembre 1860. Dans cette même lettre, il annonce à son correspondant qu’il a achevé la rédaction de son rapport au préfet sur son voyage et ses observations qu’il serait heureux de voir imprimé, soit dans les mémoires de la Société d’émulation d’Abbeville, soit comme tiré à part. Dans ce rapport (Cochet, 1861), il se prononce sur le fond de la question scientifique, appuyant sa conviction sur sa compétence d’archéologue de terrain. Il y affirme que les « hachettes diluviennes » sont bien des outils et qu’elles sont en place, mais ne prend position ni sur leur datation ni sur le processus ayant présidé au dépôt sédimentaire et donc sur la nature du diluvium, car il ne s’estime, par contre, pas compétent en géologie et il n’aborde donc pas la question de la contemporanéité des outils avec les restes de faune disparue.

Fig. 2. Hache de l’âge du bronze moyen, qualifiée, comme les haches néolithiques, de « celtique » par Cochet en 1859 (p. 642) et 1860 (p. 276).

Fig. 3. Première publication par l’abbé Cochet d’un dessin de « hachette diluvienne », dans le cadre de son article intitulé « Divisions territoriales de la Seine-Inférieure, aux époques gauloise, romaine et franque » (Cochet 1859, p. 644).

12Ce rapport, daté du 12 novembre 1860, est effectivement rapidement édité ensuite par la Société d’émulation d’Abbeville dont Boucher de Perthes est le président. La préparation de cette publication souligne, dans le cadre des échanges épistolaires entre les deux hommes, les limites de l’adhésion de l’abbé à l’interprétation des nouvelles découvertes, ceci en relation avec le problème religieux qu’il pensait pourtant pouvoir éviter. La discussion s’est en particulier engagée autour de l’utilisation des termes « diluvien », qui pour Cochet a une valeur essentiellement géologique, signifiant « découvert dans le diluvium » et est donc acceptable, et « antédiluvien » qui, par contre, porte l’idée d’« antérieur au déluge » et qu’il aurait voulu par conséquent proscrire à cause de cette connotation religieuse (Remy-Watté, 2011a, p. 233).

13Au total, informé des recherches et des problématiques nouvelles, en particulier du « système des trois âges » et de « l’homme antédiluvien », Cochet ne les adopte ni ne les réfute ; intéressé par les artefacts qui lui paraissent originaux et témoigner de l’existence d’une période « ancienne », il ne se prononce pas sur leur datation, certain par ailleurs que les progrès de la science permettront, avec le temps, de résoudre la question. Cette attitude explique la représentation encore traditionnelle qu’il propose dans ses écrits de 1859-1861, dans lesquels il intègre, tant bien que mal, les nouveaux acquis et où, finalement, le biface apparaît à la fois comme une découverte récente de la science et une production des Gaulois.

14Au même moment, le jeune naturaliste rouennais Georges Pouchet, qui lui aussi participe à la reconnaissance de la validité des recherches de la Somme, s’est engagé plus nettement dans la nouvelle direction (Remy-Watté, 2010, p. 15-18 ; 2011a, p. 222-230) mais, après sa publication de 1860 dans les Actes du Muséum d’histoire naturelle de Rouen, il n’interviendra plus régionalement sur la question durant les années suivantes.

De « l’époque gauloise » aux « trois âges » et à l’amorce d’une périodisation de la préhistoire (années 1860 – début des années 1870)

  • 1 Paris (1867), Norwich (1868), Copenhague (1869).

15Au début des années 1860, l’abbé Cochet continue à s’intéresser aux nouvelles découvertes et aux discussions scientifiques entamées à leur propos, comme le montrent à la fois sa correspondance et certaines de ses interventions publiques (Remy-Watté, 2010 ; 2011a et b). Il fait alors connaître, systématiquement, les découvertes en ce domaine qui lui sont signalées, en particulier dans le cadre de la Commission départementale des antiquités. En 1864, puis en 1871 (1872), il inventorie l’ensemble des acquis archéologiques régionaux dans ses deux grands ouvrages de synthèse : La Seine-Inférieure historique et archéologique, puis le Répertoire archéologique de la Seine-Inférieure. Leur lecture permet de mesurer l’évolution de sa pensée à un moment où l’existence de la préhistoire devient assez largement reconnue dans les milieux scientifiques et où commence à se construire la nouvelle discipline : c’est ainsi que le premier congrès international d’anthropologie et d’archéologie préhistoriques se tient à Neufchâtel, en Suisse, dès 1866 ; d’autres suivent, réunis alors annuellement, dans une série de villes européennes différentes1.

16Dans le premier de ces bilans, l’abbé fait maintenant une place à la période « antéhistorique » et aux « hachettes diluviennes » (Cochet, 1866, p. 15-16), utilisant aussi les termes de « préhistoire » (p. 502) et de « préhistorique » (p. 248) pour la phase la plus ancienne. La préhistoire plus récente correspond encore alors pour lui, comme pour Boucher de Perthes et bien d’autres, à la « période gauloise », terme qu’il utilise systématiquement dans son descriptif par commune. On peut prendre, à titre d’exemple, le cas de Londinières qui abrite un site néolithique, particulièrement important, le premier prospecté systématiquement dans le département, depuis 1849, par P. H. Cahingt. On lit (Cochet, 1866, p. 527-528) : « époque gauloise : parmi les monuments de l’époque gauloise rencontrés à Londinières, nous devons citer un poignard en bronze recueilli, en 1861 […] Il a été trouvé çà et là, sous le sol de Londinières, des hachettes en silex polies ou ébauchées ; mais la mine la plus précieuse de ce genre de monuments s’est révélée sur une colline connue sous le nom des Marettes […] Les champs labourés durent être autrefois le centre d’un atelier de fabrication de ces instruments de pierre […] » Donc, non seulement objets en bronze (mais aussi en fer pour d’autres communes) et haches polies ou taillées figurent dans la même rubrique « gauloise », mais Cochet ne pense pas à une possible chronologie interne pour cette dernière. Par contre, il est évident, à la lecture de l’ouvrage, qu’il différencie alors effectivement les haches taillées néolithiques des bifaces, même s’il dénomme les unes et les autres « hachettes » : aux « hachettes celtiques ou antéhistoriques » s’opposent les « hachettes gauloises ». Il s’est en effet familiarisé avec les deux types d’objets : d’une part, depuis de nombreuses années, P. H. Cahingt, qui collaborait à ses travaux archéologiques, lui a fourni régulièrement des outils néolithiques, provenant en particulier de Londinières, d’autre part ses échanges avec Boucher de Perthes et sa visite sur le terrain dans la Somme lui ont permis d’examiner et de manipuler aussi des artefacts paléolithiques.

17C’est en 1865 que les nouvelles divisions de l’âge de pierre, l’Archéolithique (qui sera renommé un peu plus tard Paléolithique) et le Néolithique, sont proposées par le Britannique John Lubbock (1834-1913), dans son ouvrage Prehistoric Times, traduit en français en 1867. Dans son Répertoire, achevé en 1871 mais édité finalement seulement en 1872, Cochet garde la même classification qu’en 1864 pour le texte proprement dit, par contre la table des matières révèle une conception nettement plus novatrice, en particulier à la rubrique « haches » (p. 624-625), où sont maintenant distinguées, outre les « haches de fer romaines » et « franques », des « haches de fer gauloises », « de pierre préhistoriques ou archéolithiques » et « polies ou néolithiques ». Du coup, c’est donc cette fois une réelle contradiction qui existe entre le texte lui-même et cette classification, établie par définition après la rédaction de l’ensemble de l’ouvrage, et donc adoptée vers 1870-1871. La reprise de la totalité du texte, rédigé « sous les auspices de l’Académie des sciences, arts et belles-lettres de Rouen » et publié « sous la direction du Comité des travaux historiques et des sociétés savantes », aurait nécessité un travail d’ampleur et donc entraîné un nouveau retard, obligatoirement assez important, dans la publication, devant lequel l’abbé et/ou ses commanditaires ont visiblement reculé. Il convient de rappeler que Cochet manifeste constamment le souci de voir publier rapidement ses travaux. Si la décision est venue de lui, cela implique toutefois que cette périodisation ne lui paraît pas alors fondamentale, peut-être parce que l’on se situe encore dans un moment de « démarrage » d’une nouvelle science, dont il ne se perçoit pas comme spécialiste, et qu’il considère par ailleurs comme transitoire.

Fig. 4. Dessins réalisés par Michel Hardy de silex taillés découverts à Bernouville (Hardy, 1872a).

Fig. 5. Dessins réalisés par Désiré Bourdet pour la publication de l’étude du matériel présenté à l’exposition de 1877 au Havre (Bourdet, 1880, pl. ii, h. t.).

18Conscient à ce moment du développement qu’est en train d’amorcer la nouvelle discipline et de ses limites personnelles en ce domaine dont il ne peut (et ne veut) devenir spécialiste, l’abbé Cochet choisit par contre de faire entrer à la Commission des Antiquités, en novembre 1871, celui qu’il considère comme le plus compétent en ce domaine (Remy-Watté et Vincent, 2011), Michel Hardy (1840-1893), qui a été par ailleurs antérieurement son « élève en archéologie ». Intéressé à la Préhistoire, dès le début des années 1860, ce dernier, qui a mené des recherches en Normandie puis en Périgord durant cette décennie, prospecte alors intensivement en Seine-Inférieure où il vient de revenir s’installer, en 1869, comme responsable de la bibliothèque et du musée de Dieppe. Il produit alors quelques publications sur le sujet (Hardy, 1871, 1872a, 1873) (fig. 4) et entretient régulièrement ses confrères de la Commission départementale des Antiquités, à qui il apparaît comme le spécialiste régional de la préhistoire, des acquis et orientations de la nouvelle science. C’est ainsi qu’au cours de la séance du 27 novembre 1872, il leur présente des objets qu’il a rapportés du Périgord, en s’appuyant sur la première classification de Gabriel de Mortillet (1821-1898), que celui-ci a proposé dans une note de 1869, et ceci en se plaçant dans la même perspective typochronologique que lui (Hardy, 1872b).

19Plus généralement, les années 1870 voient un développement des activités sur le terrain, repérable à la fois par le nombre de sites découverts et prospectés et par celui des chercheurs, dont témoigne en 1877 l’exposition de géologie, paléontologie et préhistoire, réalisée au Havre par la Société géologique de Normandie, à l’occasion du congrès de l’Association française pour l’avancement des sciences (AFAS). 56 sites de Seine-Inférieure y sont représentés par du matériel, prêté par 14 particuliers, parmi eux, bien sûr, Hardy dont E.-T. Hamy (1842-1908), conservateur du Musée ethnographique du Trocadéro, soulignera l’importance du travail lors de la publication, en 1880, des articles en rapport avec cette exposition (Hamy, 1880, p. 798). Un des amis de Michel Hardy, Désiré Bourdet, qui a largement participé à l’organisation de la manifestation et à la publication du matériel exposé, est aussi un représentant de cette jeune génération en prise avec les avancées récentes de la recherche, de la réflexion en cours (Bourdet, 1880 ; Remy-Watté, 2011a, p. 241-243) (fig. 5).

Un nouveau développement… contrasté (fin des années 1870 – début des années 1880)

20Par son grand retentissement régional, cette exposition de 1877 contribue à la constitution d’une nouvelle phase de développement de la jeune discipline. L’intérêt pour ces recherches s’accroît encore dans les années suivantes : en témoignent les publications, plus nombreuses, dans le cadre des sociétés savantes ou sous forme de monographies. Pour autant, là encore, l’évolution de la pensée s’effectue de manière contrastée : la courte période à la charnière des années 1870 et 1880 témoigne de façon évidente d’attitudes diverses, voire opposées, qui se positionnent elles-mêmes souvent en écho de controverses nationales.

21En 1877 même, au moment où l’exposition du Havre se veut vitrine des nouvelles recherches, Léon de Vesly (1844-1920) présente au quinzième congrès des sociétés savantes, à la Sorbonne, la première carte préhistorique de Seine-Inférieure, publiée immédiatement (Vesly, 1877), le titre précisant qu’elle est « dressée d’après le Répertoire archéologique de l’abbé Cochet », donc selon un bilan dressé vers 1870, alors que les recherches se sont largement développées dans le courant des années suivantes. Si l’on ajoute à cela les positions adoptées alors par le jeune Vesly, qui utilise certes une terminologie « moderne », par l’emploi des mots : paléolithique, néolithique, âge du bronze et âge du fer, mais de manière assez vague, voire empreinte de contradictions quand on y regarde de plus près, il est évident que l’on reste là en net décalage par rapport aux travaux de Hardy ou de Bourdet. Pourtant, Vesly s’efforce par ailleurs de tenir compte de la réflexion entamée lors du septième congrès international d’archéologie et d’anthropologie préhistoriques, tenu à en 1874 à Stockholm (Remy-Watté, à paraître). Le cas de Félix Leclerc de Pulligny (1821-1893) est encore plus emblématique de la persistance des visions traditionnelles chez un homme ayant, par ailleurs, largement connaissance des travaux récents, qu’il adopte partiellement. En 1879, il publie, à la Société libre de l’Eure, un gros travail, L’art préhistorique dans l’Ouest et notamment en Haute-Normandie, révélateur de sa réflexion, marquée par une série de contradictions internes. C’est ainsi, par exemple, qu’il connaît la classification adoptée par Lartet et utilise celle de Mortillet (Pulligny, 1879, p. 37-39) et que le système des trois âges lui apparaît comme une évidence mais qu’il l’affirme réservée à l’occident de l’Europe (fig. 6), tandis que, écrit-il, « l’Orient a quatre mille ans de traditions que nous n’avons pas, et d’après ces traditions les métaux y ont été connus de tout temps » (p. 35-36). Il commence son ouvrage par un exposé général, où il mêle idées nouvelles et tradition biblique, avant de présenter les situations locale – celle de la vallée de l’Epte – et régionale – la Haute-Normandie –, repassant ensuite à des considérations plus générales. Il a vu de nombreuses collections des deux départements, en a visité les divers musées et l’exposition de 1877, assistant au congrès de l’AFAS, où il a d’ailleurs présenté une communication, portant sur une partie de son ouvrage alors à l’impression (Pulligny, 1878 ; 1879, p. 368-369). Il a noué des contacts avec de nombreux confrères, ses lectures sont très nombreuses et extrêmement diverses, mêlant histoire antique et préhistoire, aussi bien régionales que nationales et internationales. Il recherche systématiquement, par un raisonnement comparatiste, toutes les analogies, parfois bien abusives, qu’il peut trouver, à travers le temps et l’espace.

Fig. 6. Présentation systématique par Pulligny du matériel préhistorique qui lui paraît caractéristique de la Haute-Normandie. Le torque de bronze (2, 4) est en fait un bracelet (Pulligny, 1879, pl. i, h. t.).

22Pulligny ne constitue certes pas un cas exceptionnel, mais il rassemble de manière particulièrement caractéristique, parfois même caricaturale, une série de modes de pensée alors en vigueur. D’une part, il s’inscrit dans un courant « concordiste », militant, attaché prioritairement à préserver la tradition biblique. Il souligne à diverses reprises l’importance de la Bible pour connaître le véritable passé de l’homme, écrivant par exemple : « Il est sceptique et ambitieux de vouloir démolir la Bible sans preuve ; de tous les ouvrages connus, c’est le livre le plus complet, le plus véridique, le moins passionné qui ait été écrit sur la filiation du genre humain », donnant pour référence à ce propos « le très remarquable ouvrage de l’abbé Gainet : Histoire de l’Ancien et du Nouveau Testament par les seuls témoignages profanes » (Pulligny, 1879, p. 331 ; Gainet, 1866). Il s’efforce d’autre part de rattacher le plus souvent possible son propos à des références historiques. Par ailleurs, il fait partie de ceux qui, allant sur le terrain, ont tendance à identifier facilement comme monuments mégalithiques, qu’il considère comme celtiques, une série de blocs naturels. Du coup, il en vient à imaginer l’existence, dans sa région d’Écos, d’un ensemble de cromlechs qui lui permet à l’issue de son raisonnement d’affirmer : « Nous pensons donc avoir aussi quelques droits de revendiquer pour notre station de l’Epte, qui présente tous les caractères d’un véritable séjour de domination, l’emplacement du grand collège des druides dont parle César » (p. 315) !

Fig. 7. Une des trois planches (pl. iii, h. t.) de l’article de l’abbé Deshayes (1882).

23Tout autre est, au même moment, le cas de l’abbé Deshayes (1844-1910). C’est l’exposition de 1877, directement et/ou par le relais de la publication de Pulligny (Deshayes, 1882, p. 86), qui a poussé le curé de Manneville-sur-Risle à entreprendre des recherches sur le terrain, à entrer à la Société géologique de Normandie en septembre 1879 et à y présenter ses résultats en 1880 qui seront publiés en 1882 dans un article dont Coutil dira plus tard qu’il s’agit de « la première étude sérieuse qui ait été faite » sur le Néolithique dans le département de l’Eure (Coutil et Montier, 1897, p. 123) (fig. 7). Ce texte est en effet, à la fois, le récit de la mise en œuvre d’une démarche menée sur deux ans environ, la description des résultats acquis et une réflexion sur ces résultats mais aussi sur les sociétés et les hommes préhistoriques. Tout ceci est abordé de manière parfois un peu entremêlée mais l’ensemble révèle clairement la volonté de l’auteur de mettre l’accent sur les aspects méthodologiques qui apparaissent alors nettement en avance sur ceux de ses confrères (Remy-Watté, 2009). On est frappé en particulier par l’organisation de la prospection quasi systématique du territoire de sa commune, Manneville-sur-Risle, grâce à la mise en place d’une sorte d’« équipe » de collaborateurs.

24Le dernier exemple que l’on peut retenir pour caractériser la diversité des approches et des évolutions à cette époque est celui constitué par deux articles consacrés au dépôt de l’âge du bronze découvert au Plessis-Grohan (Eure) (8 haches du Bronze moyen ; 2 pointes de lances et 2 épingles du Bronze final), parus en 1882 et 1884 : l’un au niveau national (Bertrand, 1882), l’autre dans le bulletin de 1880-1881 de la Société libre de l’Eure (Bourbon, 1884a). Le texte normand est rédigé par Georges Bourbon : les objets du Plessis-Grohan ont été déposés aux Archives départementales, ce qui est sans doute directement à l’origine de sa publication (il est en effet archiviste). Il propose souvent, très logiquement, pour le Bulletin de la Société, des études de documents historiques, mais rédige aussi des articles concernant des études archéologiques ; on en trouve d’ailleurs un, concernant une sépulture gallo-romaine, dans le même Recueil (Bourbon, 1884b).

Fig. 8. Le Plessis-Grohan, planche de l’article d’Alexandre Bertrand (1882, p. 419) : ces dessins lui ont été envoyés par Bourbon.

25Soucieux de signaler au niveau national les découvertes importantes et d’obtenir des informations, Bourbon a envoyé les dessins des pièces, avec une notice sans doute proche du texte qui sera publié ensuite par la Société libre de l’Eure, à Alexandre Bertrand (1820-1902), qui fait paraître alors à ce propos, dans la Revue des Sociétés savantes, un bref article avec une planche où sont figurés cinq de ces objets (Bertrand 1882) (fig. 8). Premier directeur, depuis son ouverture en 1867, du musée de Saint-Germain-en-Laye, Bertrand joue alors un grand rôle, à l’échelle de la France, dans la reconnaissance d’une archéologie nationale non classique. Ayant rapidement accepté l’idée de l’ancienneté de l’homme, participant aux divers congrès internationaux d’anthropologie et d’archéologie préhistoriques, il représente un courant différent de celui de Gabriel de Mortillet, dont il réfute l’esprit de système, et il « se présente comme un archéologue historien par opposition aux archéologues-géologues » (Chew, 2009, p. 4), s’efforçant chaque fois que c’est possible de rapprocher textes et découvertes archéologiques.

26À l’occasion du signalement de cette découverte du Plessis-Grohan, Alexandre Bertrand affirme ses doutes quant à l’existence d’un âge du bronze universel et en particulier français : « Entre les dolmens et allées couvertes où des objets en bronze se trouvent, exceptionnellement, mêlés aux haches et ornements en pierre polie et les tumulus et cimetières de l’âge du fer, aucune série de monuments sépulcraux distincts n’a été, en effet, signalée en Gaule […] Il n’y a donc point eu, en Gaule, à proprement parler, d’âge du bronze. Le bronze a pénétré en Gaule par le commerce, peu de temps seulement avant l’introduction du fer… » (Bertrand, 1882, p. 418).

27Cette orientation de la réflexion de Bertrand, ajoutée au prestige de ses fonctions, explique son influence sur une partie des chercheurs normands – entre autres –, attachés à ce mode de pensée et intéressés au premier chef par les Gaulois dans le cadre d’une archéologie nationale : Pulligny par exemple et ici Bourbon. Dans son texte, ce dernier, après avoir réfléchi au type de site auquel peut correspondre cet ensemble – aboutissant à l’idée d’une cachette de colporteur –, décrit les divers objets le constituant. À son propos, il mentionne « l’âge dit du Bronze » (p. 192) et évoque ensuite les marchands « gaulois » (p. 193), exprimant ainsi indirectement ses réticences et la persistance de son attachement à un assez long passé gaulois dont témoignent pour lui les textes antiques.

Conclusion

28Ces quelques exemples illustrent clairement le fait qu’en une vingtaine d’années les conceptions dominantes ont effectivement nettement changé. Les archéologues normands sont passés d’une histoire ancienne, de courte durée, peuplée de Gaulois, à une préhistoire de longue durée – même si cette dernière reste parfois, volontairement, bien imprécise –, périodisée selon le système des trois âges et pour laquelle ils utilisent souvent la classification de Gabriel de Mortillet. A contribué bien évidemment à cette évolution, la volonté, en particulier chez ceux qui poussent véritablement leurs travaux jusqu’à la publication, d’être en prise avec la recherche en cours, dans une science en train de se mettre en place, par des lectures nombreuses et des contacts directs avec leurs collègues d’autres régions, en particulier parisiens.

29Toutefois, l’examen de ces écrits montre clairement que cette mutation ne s’est pas effectuée de manière continue et régulièrement progressive : non seulement au même moment, parfois malgré l’utilisation de vocables identiques, les positions sont diverses, mais la pensée du même homme peut se révéler empreinte de contradictions.

30En fin de compte, c’est pour les périodes les plus récentes, le Néolithique et l’âge du bronze, que la terminologie reste encore, au début des années 1880, la plus marquée par les conceptions précédentes et apparaît la plus confuse : les Gaulois et les druides y figurant ou y ressurgissant assez fréquemment. Une conception historienne de l’archéologie, la volonté de rester en prise avec l’histoire, les textes et des « faits » précisément connus, expliquent sans doute en grande partie ce phénomène. C’est d’ailleurs de l’autre composante de cet ensemble des premiers « préhistoriens », du milieu des naturalistes, intéressés par le Paléolithique, que va surgir, une dizaine d’années plus tard, en 1893, la SNEP, Société normande d’études préhistoriques, première société, spécialisée en préhistoire en France.

Bibliographie

Bibliographie

Aubé P. J.-B. (s. d.) – Cochet et Jacques Boucher de Perthes, correspondance. Transcription des lettres de l’abbé Cochet conservées à la Bibliothèque d’Abbeville. Version photocopiée consultée à la bibliothèque de Rouen.

Bertrand A. (1882) – Découverte d’objets en bronze au Plessis-Grohan (Eure). Revue des Sociétés savantes, 7e série, t. 6, p. 417-419, 1 fig.

Boucher de Perthes J. (1849) – Antiquités celtiques et antédiluviennes, mémoire sur l’industrie primitive et les arts à leur origine, t. I, 1847.

Bourbon G. (1884a) – Note sur des objets en bronze découverts au Plessis-Grohan. Recueils des travaux de la Société libre d’agriculture, sciences, arts et belles-lettres de l’Eure, 4e série, t. 5, 1880-1881, p. 192-198.

— (1884b) – Notice sur une sépulture gallo-romaine découverte à Ferrières-Haut-Clocher en 1875. Recueils des travaux de la Société libre d’agriculture, sciences, arts et belles-lettres de l’Eure, 4e série, t. 5, 1880-1881, p. 199-206.

Bourdet D. (1880) – L’archéologie préhistorique à l’exposition du Havre en 1877. Exposition géologique et paléontologique du Havre en 1877. Bulletin de la Société géologique de Normandie, p. 807-845, 2 pl. h. t.

Caumont A. de (1830) – Cours d’antiquités monumentales, l’ère celtique, t. I, 1re partie. Paris, Lange ; Caen, Chalopin ; Rouen, Frère, 270 p.

Chew H. (2009) – Bertrand Alexandre. P. Sénéchal et C. Barbillon (dir.) – Dictionnaire critique des historiens de l’art actifs en France de la Révolution à la Première Guerre mondiale. Paris, INHA, http://www.inha.fr/spip.php?article2197

Cochet J.-B.-D. abbé (1859) – Divisions territoriales de la Seine-Inférieure aux époques gauloise, romaine et franque. Mémoires de la Société des antiquaires de Normandie, 3e série, vol. 4, t. 24, publié en réalité en 1860 ou 1861, p. 637-661, fig.

— (1860). La Seine-Inférieure au temps des Gaulois. Précis analytique des travaux de l’Académie des sciences, belles-lettres et arts de Rouen pendant l’année 1859-1860, p. 267-288, fig.

— (1861). Archéogéologie : hachettes diluviennes du bassin de la Somme : rapport adressé à M. le sénateur-préfet de la Seine-Inférieure. Mémoire de la Société d’émulation d’Abbeville, 2e série, 9, 1857-1860, p. 607-623.

— (1866). La Seine-Inférieure historique et archéologique. (1ère éd. 1864). Paris, 614 p., fig.

— (1871-1872). Répertoire archéologique de la Seine-Inférieure. Paris Imprimerie nationale, 652 p.

Coutil L. et Montier A. (1897) – Ateliers et stations humaines néolithiques du département de l’Eure. Arrondissements des Andelys, Bernay, Évreux, Louviers par Coutil ; arrondissement de Pont-Audemer par Montier. Bulletin de la Société normande d’études préhistoriques, IV, 1896, p. 123-205, fig., 10 pl. h. t.

Deshayes (1882) – Gisements de silex préhistoriques à Manneville-sur-Risle et aux environs de Pont-Audemer. Bulletin de la Société géologique de Normandie, VII, 1880, p. 86-99, 3 pl. h. t.

Gainet J.-C. abbé (1866) – Histoire de l’Ancien et du Nouveau Testament par les seuls témoignages profanes, avec le texte sacré en regard, ou la Bible sans la Bible, 1re éd., 5 vol., Paris, Henri Guénot.

Hamy E.-T. (1880) – Notes d’anthropologie paléontologique prises à l’exposition du Havre, dans Exposition géologique et paléontologique du Havre en 1877. Bulletin de la Société géologique de Normandie, p. 791-806.

Hardy M. (1871) – Note sur une tête de lance, en silex, trouvée dans le diluvium, à Caudecôte, près Dieppe. Bulletin de la Commission départementale des antiquités de la Seine-Inférieure, II, 1870-1872, p. 258-262.

— (1872a) – Découverte d’une station de l’âge néolithique, à Bernouville, commune de Hautot-sur-Mer (Seine-Inférieure). Bulletin de la Commission départementale des antiquités de la Seine-Inférieure, II, 1870-1872, p. 400-404.

— (1872b) – Visite des stations les plus importantes de l’âge de la pierre, en Périgord, dans Loth J., Compte rendu de la séance du 27 novembre 1872. Bulletin de la Commission départementale des antiquités de la Seine-Inférieure, II, p. 350-366.

— (1873). Instruments en silex au Val de Gland, près Eu. Bulletin de la Commission départementale des antiquités de la Seine-Inférieure, 1873, III, p. 13-15

Izarn E. (1859) – Sur une sépulture celtique trouvée à Neuilly-sur-Eure. Recueils des travaux de la Société libre d’agriculture, sciences, arts et belles-lettres de l’Eure, 1857-1858, 3e série, t. 5, p. 591-597, 1 pl. h. t.

Lubbock J. (1867) – L’Homme avant l’histoire, étudié d’après les monuments et les coutumes retrouvées dans les pays de l’Europe, suivi d’une description comparée des mœurs des sauvages modernes. Paris, Germer Baillière, xii + 512 p., 156 fig.

Mortillet G. de (1869). Essai d’une classification des cavernes et stations sous abri fondée sur les produits de l’industrie humaine. Matériaux pour l’Histoire positive et philosophique de l’Homme, t. V, p. 172-179.

Pouchet G. (1860) – Excursion aux carrières de Saint-Acheul. Actes du Muséum d’histoire naturelle de Rouen, p. 34-47.

Pulligny F. Leclerc de (1878) – L’art préhistorique en Haute-Normandie, AFAS, Compte rendu de la 6e session, Le Havre, 1877, p. 684-687.

— (1879) – L’art préhistorique dans l’Ouest et notamment en Haute-Normandie. Recueil des travaux de la Société libre d’agriculture, sciences arts et belles-lettres de l’Eure, Évreux, Hérissey, 547 p., 13 pl. h. t.

Remy-Watté M. (2009) – Un des premiers préhistoriens de Normandie : l’abbé Deshayes (1844-1910). Mélanges en l’honneur de Bernard Edeine. Haute-Normandie archéologique, p. 201-213, fig.

— (2010) – À l’origine de la préhistoire en Haute-Normandie : l’abbé Cochet, Georges Pouchet et Boucher de Perthes. Journées archéologiques de Haute-Normandie, Rouen 3-5 avril 2009, 2010, Rouen, PURH, p. 9-22, fig.

— (2011a) – 1859 et la naissance de l’archéologie préhistorique en Normandie. A. Hurel et N. Coye (dir.) – Dans l’épaisseur du temps, archéologues et géologues inventent la préhistoire. Paris, Publications scientifiques du Muséum national d’Histoire naturelle, p. 213-243, 14 fig.

— (2011b) – Premiers préhistoriens havrais dans la deuxième moitié du XIXe siècle. Cahiers havrais de recherche historique, no 69, p. 235-256, fig., 1 pl. h. t.

— (2012) – Les préhistoriens normands au XIXe siècle. Bulletin de la Société des antiquaires de Normandie, t. 69, 2010, p. 249-270, 6 fig.

— (à paraître) – Construire la préhistoire au XIXe siècle : l’exemple du plateau est de Rouen. Haute-Normandie Archéologique.

— et Vincent T. (2011) – Michel Hardy : de la Normandie au Périgord, un préhistorien catholique dans la deuxième moitié du XIXe siècle. Actes des 6es Journées Lennier, Dieppe, 5-6 septembre 2010. Bulletin de la Société géologique de Normandie et des amis du Muséum du Havre, t. 97, p. 85-106, fig.

Vesly L. de (1877) –. Carte préhistorique du département de la Seine-Inférieure, dressée d’après le Répertoire archéologique de l’abbé Coche, Paris, Librairie générale de l’architecture et des travaux publics, Ducher et Cie, 32 p., carte h. t.

Notes

1 Paris (1867), Norwich (1868), Copenhague (1869).

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Planche de Bonnin, illustrant l’article d’Izarn, « Sur une sépulture celtique trouvée à Neuilly-sur-Eure », publié en 1859.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4635/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 604k
Légende Fig. 2. Hache de l’âge du bronze moyen, qualifiée, comme les haches néolithiques, de « celtique » par Cochet en 1859 (p. 642) et 1860 (p. 276).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4635/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Légende Fig. 3. Première publication par l’abbé Cochet d’un dessin de « hachette diluvienne », dans le cadre de son article intitulé « Divisions territoriales de la Seine-Inférieure, aux époques gauloise, romaine et franque » (Cochet 1859, p. 644).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4635/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Légende Fig. 4. Dessins réalisés par Michel Hardy de silex taillés découverts à Bernouville (Hardy, 1872a).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4635/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Légende Fig. 5. Dessins réalisés par Désiré Bourdet pour la publication de l’étude du matériel présenté à l’exposition de 1877 au Havre (Bourdet, 1880, pl. ii, h. t.).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4635/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Légende Fig. 6. Présentation systématique par Pulligny du matériel préhistorique qui lui paraît caractéristique de la Haute-Normandie. Le torque de bronze (2, 4) est en fait un bracelet (Pulligny, 1879, pl. i, h. t.).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4635/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Légende Fig. 7. Une des trois planches (pl. iii, h. t.) de l’article de l’abbé Deshayes (1882).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4635/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Légende Fig. 8. Le Plessis-Grohan, planche de l’article d’Alexandre Bertrand (1882, p. 419) : ces dessins lui ont été envoyés par Bourbon.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4635/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 237k

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540