Version classiqueVersion mobile

Journées archéologiques de Haute-Normandie. Rouen, 11-13 mai 2012

 | 
Luc Liogier

Note sur les principales découvertes de la fouille préventive du site de Fleury-sur-Andelle (Eure) « La Côte des Monts – collège Guy-de-Maupassant »

Notes on the main findings from the preventive archaeological excavation in the Fleury-sur-Andelle site ‘La Côte des Monts – collège Guy-de-Maupassant’ (Eure département)

Caroline Renard

Résumé

La fouille du site de Fleury-sur-Andelle « La Côte des Monts » a été motivée par l’aménagement d’un collège, en périphérie est du village actuel. Le site a été majoritairement occupé à la fin du Néolithique. D’une part, deux probables restes de coffres sépulcraux, une inhumation sous une dalle de grès, deux structures de combustion et une fosse de rejet de foyer sont attribués à la transition Néolithique moyen II – Néolithique récent. D’autre part, une sépulture collective a été utilisée durant le Néolithique récent, ainsi que plusieurs autres structures en creux.

Texte intégral

Contexte de l’intervention

1La fouille de Fleury-sur-Andelle « La Côte des Monts – collège Guy-de-Maupassant » a eu lieu préalablement à l’aménagement d’un collège impactant une surface totale d’environ 5 ha (Renard et al., à paraître). Ce secteur, localisé dans le Vexin normand, entre Pont-de-l’Arche et Lyons-la-Forêt, est essentiellement connu par des découvertes anciennes (mentions de découvertes de surface et de « menhirs » dans le Bulletin de la Société normande d’études préhistoriques) et par une fouille qui a révélé une occupation néolithique en 2004 à Charleval, à quelques kilomètres de Fleury-sur-Andelle (Varin, 2004). Deux « menhirs » sont ainsi répertoriés depuis 1896 sur la commune, mais aucune opération archéologique de grande ampleur n’avait été réalisée sur la commune.

2Le diagnostic effectué en mai 2010 par P. Wech (MADE ; Wech, 2010) a notamment révélé une occupation de la fin du Néolithique, caractérisée par la présence d’une sépulture collective et de deux bâtiments sur poteaux, de fosses et de structures ainsi que du mobilier épars mais attribuable à la fin du Néolithique. Ces vestiges se situent à cheval sur un vallon ancien, progressivement colmaté depuis la protohistoire et encore actif.

3L’intervention archéologique avait pour but de caractériser les différents aspects de ce site (plan et organisation des bâtiments, relation avec les autres structures et la sépulture, chronologie) dans un contexte archéologique jusque là assez mal documenté pour cette période. Une attention a été portée sur les liens entre les bâtiments et le recoupement éventuel des structures, dont la nature et la fonction ont été recherchées. La phase de fouilles sur le terrain s’est déroulée sur une période de cinq mois. L’opération archéologique a mis en évidence une occupation longue, échelonnée entre l’extrême fin du Néolithique moyen II (fréquentation ponctuelle au Mésolithique ancien), la protohistoire récente et le Moyen Âge.

L’occupation du Néolithique moyen II

4Cette occupation se matérialise par une zone à vocation funéraire composée de deux très probables coffres sépulcraux en bois de chêne. Du fait de leur proximité immédiate et par comparaison avec d’autres sites, on associe à ces deux coffres une inhumation sous une dalle de grès présentant des traces de polissage ainsi que quatre fosses oblongues qui pourraient hypothétiquement avoir aussi reçu un inhumé.

5Une paire de foyers creusés sont aussi datés du Néolithique moyen II. Deux interprétations sont possibles : ils sont soit liés à la zone funéraire (comme cela a déjà été attesté ailleurs), soit rattachés à un habitat non conservé (arasé). Les deux interprétations sont envisageables si l’on considère que, par ailleurs, du mobilier céramique a clairement été attribué au Néolithique moyen II, tout comme du mobilier lithique. L’étude du mobilier céramique doit encore être complétée pour nous renseigner sur les profils et les caractéristiques du façonnage de ces vases. Quant au mobilier lithique, il est malheureusement peu informatif. L’existence d’armatures foliacées résultant d’influences Michelsberg est cependant une donnée intéressante qui trouvera peut-être des échos dans l’étude de la céramique. Cette occupation, à l’extrême fin du Néolithique moyen II, est la première occupation tangible sur le site de Fleury-sur-Andelle. Elle se concentre principalement sur le secteur nord-ouest, tandis que quelques artefacts ont été découverts en structure et isolés dans le secteur est (fig. 1). La fréquentation du site durant le Néolithique récent se manifeste, elle, dans une autre zone (le secteur sud-ouest) par la construction et l’utilisation d’une sépulture collective non mégalithique.

La sépulture collective

6Hormis la sépulture collective, aucune structure n’est actuellement attribuée au Néolithique récent avec certitude. L’image d’une sépulture collective seule, sans habitat associé est généralement le schéma attesté dans le centre nord de la France.

Fig. 1. Plan général de la parcelle et des principales structures datées.

7La construction de ce monument, marqué dans le paysage par un élément en bois devant son entrée, a débuté par le creusement d’une fosse. De forts poteaux de bois ont ensuite été implantés et calés par des blocs de pierre. Un appareillage en silex, grès et calcaire a été disposé sur tout le pourtour de la fosse. Suite à cette étape de construction, les défunts ont été successivement déposés puis déplacés (fig. 2). Même si le nombre initial d’inhumés est impossible à déterminer, on suppose que plusieurs dizaines de défunts ont dû être enterrés. Aucune zone de circulation n’a pu être mise en évidence au cours de la fouille dans l’aire sépulcrale. Suite à ces inhumations, un événement a laissé une couche charbonneuse vers l’entrée de la sépulture, précédant une phase de remblai volontaire rapide. Ensuite, un nouveau comblement de la sépulture avec un sédiment comportant un nombre élevé d’artefacts céramique et lithique a lieu. L’utilisation de cette sépulture débute au minimum lors de la seconde étape du Néolithique récent et ne parait pas s’étendre au-delà du Néolithique final.

Fig. 2. Localisation des os dans l’architecture.

8Une des questions qui reste actuellement sans réponse concerne l’existence ou non d’un lien entre la sépulture collective et l’inhumation sous la dalle de grès attribué au Néolithique moyen. En effet, le grès a été employé sur ces deux structures. L’aspect mamelonné de certains de ces blocs est comparable à celui que possède la dalle par endroit. Il est donc envisageable que les blocs et la dalle proviennent de sites peu éloignés. D’éventuels remontages pourraient quant à eux prouver que les constructeurs de la sépulture collective sont venus se fournir en grès sur la dalle, probablement visible dans le paysage à cette époque.

Les autres vestiges

9Les vestiges et les structures du Néolithique final sont aussi bien représentés : un plan de bâtiment a ainsi été mis au jour ainsi que plusieurs structures en creux. Des vestiges du Campaniforme ont été découverts durant le diagnostic mais pas pendant la fouille.

10La protohistoire est représentée par un enclos quadrangulaire et une fosse ayant livré un vase du Bronze ancien. Les vestiges historiques se résument à un chemin, un réseau de fossés bordiers et un puits du haut Moyen Âge.

Bibliographie

Bibliographie

Renard C. et al. (à paraître) – Fleury-sur-Andelle « La Côte des Monts – Collègue Guy-de-Maupassant », Rapport final d’opération de fouille archéologique préventive (AP. 030), Évreux, Conseil général de l’Eure.

Varin W. (2004) – Charleval « Rue de la Forêt », Bulletin scientifique de la région Haute-Normandie, p. 26.

Wech P. (2010) – Fleury-sur-Andelle « La Côte des Monts – Collège Guy-de-Maupassant », Rapport final d’opération de fouille archéologique préventive, Évreux, Conseil général de l’Eure, 99 p.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Plan général de la parcelle et des principales structures datées.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4626/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1008k
Légende Fig. 2. Localisation des os dans l’architecture.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4626/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 207k

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search