Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Journées archéologiques de Haute-Normandie. Rouen, 11-13 mai 2012

 | 
Luc Liogier

Le diagnostic de Porte-Joie (Eure) : 8 000 ans d’occupation révélés en vallée de Seine

The Porte-Joie (Eure département) diagnostic: 8,000 years of land use revealed in the Seine valley

Caroline Riche, Élisabeth Ravon, Aminte Thomann, Christine Chaussé et Salomé Granai
Avec la collaboration de Hélène Delnef et Élisabeth Lecler-Huby

Résumé

Le diagnostic de Porte-Joie est situé dans la vallée de la Seine non loin de la confluence avec l’Eure. Il a livré des occupations allant du Mésolithique jusqu’à la période moderne au sein desquelles neuf principaux ensembles archéologiques conséquents sont identifiables. Ces derniers sont présents à proximité plus ou moins immédiate de paléochenaux et concernent des vestiges à la fois domestiques et sépulcraux. Certains d’entre eux sont d’ailleurs inédits en Haute-Normandie.

The Porte-Joie diagnostic site is found in the Seine valley close to its confluence with the river Eure. It has revealed occupation layers stretching from the Mesolithic period to modern times, in which nine main archaeological deposits were identified. The archaeological objects were found in close proximity to the paleochannel and comprised domestic relics and remnants from burials, some of which had never been discovered before in Upper Normandy.

Texte intégral

Introduction

1Dans le cadre de cet article nous nous proposons de présenter les principaux résultats d’un diagnostic archéologique effectué par l’INRAP d’août 2009 à juillet 2010 sur la commune de Porte-Joie (Eure) située dans la vallée de la Seine à environ 30 km au sud-est et en amont de Rouen (fig. 1). Il concerne une surface de 1 144 927 m2 et fait suite à un projet d’exploitation de granulats par la Société Lafarge Granulats. Sur la totalité de l’emprise, neuf principaux ensembles concernant cinq grandes périodes chronologiques allant du Mésolithique au haut Moyen Âge ont été identifiés. Corrélativement à ces ensembles archéologiques majeurs, la présence régulière de vestiges au sein des différentes tranchées du diagnostic est à signaler. L’ensemble s’intègre dans une architecture morpho-sédimentaire caractérisée par des zones de paléochenaux, de montille sableuse et de basse terrasse. Schématiquement, si les occupations antiques, du haut Moyen Âge et protohistoriques ont respectivement privilégié la zone de terrasse et la montille sableuse, celles du Néolithique sont davantage implantées à proximité des paléochenaux.

Contexte géographique, géologique et archéologique

2La zone d’étude est donc située au sud-est du vaste méandre du Vaudreuil lui-même positionné à la confluence entre la Seine et l’Eure. Elle se trouve au sud de la boucle du Vaudreuil sur la rive gauche de la Seine entre 100 m et 1,5 km du fleuve. Elle est essentiellement caractérisée par des alluvions modernes, les alluvions anciennes n’ayant été reconnues qu’à l’extrémité nord. La partie méridionale de la boucle est marquée par des paléochenaux qui sont pour certains, encore visibles dans le paysage actuel et présents au sein même de l’emprise de diagnostic. La proximité avec la Seine et la particularité de cette zone de confluence entre ce fleuve et l’Eure supposent une certaine fréquence des crues. Crues dont l’impact précis est difficilement restituable pour les époques passées, d’autant que l’homme a depuis considérablement modifié les conditions d’écoulement de la Seine (construction du barrage de Poses, travaux d’endiguement et de dragage par exemple).

Fig. 1. Localisation de l’emprise de diagnostic (DAO : E. Ravon).

3La boucle du Vaudreuil est réputée pour ses nombreuses découvertes archéologiques, initiées dès le XIXe siècle et systématisées depuis les années 70-80, souvent en relation avec l’exploitation des gravières de granulats. Le secteur de Porte-Joie et ses environs offre ainsi un potentiel archéologique très dense et remarquable qui se traduit par une occupation de la zone quasi pérenne du Mésolithique au Moyen Âge. Des vestiges de toute nature, à caractère parfois exceptionnel, rassemblent aussi bien des habitats que des ensembles funéraires de différentes époques. Si les sites sont particulièrement nombreux au sein même de la plaine alluviale, ceux situés sur les marges sont en revanche plus rares. Il existe également des disparités selon les époques considérées.

4Ainsi, les témoignages concernant le Mésolithique restent rares et se résument à deux occupations : la sépulture 3 de Val-de-Reuil « Les Varennes » (Billard, Arbogast et Valentin, 2001) et deux locus attribués au Belloisien sur le site « Le Potel » à Alizay-Igoville (Aubry, 2010) ; chacun de ces sites témoigne d’une occupation en lien avec la zone de confluence.

5Le Néolithique est beaucoup mieux représenté et s’illustre par plusieurs découvertes majeures. Les implantations de cette époque semblent globalement se concentrer sur les bordures des terrasses anciennes et à distance raisonnable des zones inondables. Rares sont les sites implantés dans les zones plus basses et en milieu humide. Le Néolithique ancien est surtout illustré par les sites de Poses « Sur La Mare », Léry « Carrière Herrouard » et d’Incarville (Bostyn, 2003). Le Néolithique moyen est en revanche beaucoup moins documenté, exception faite des indices identifiés à Alizay-Igoville « Le Potel » et de l’occupation « Le Vivier, Le Clos Saint-Quentin 2 » à Poses. La fin du Néolithique est quant à elle surtout représentée par les niveaux d’occupations des sites « Les Florentins » à Val-de-Reuil, « Les Petits Près 2 » à Léry, « Le Vivier, Le Clos Saint-Quentin » à Poses (Billard, 1994). Les sépultures collectives du secteur de Porte-Joie et de Val-de-Reuil forment les éléments les plus remarquables pour cette période (Billard, 2010).

6La protohistoire récente offre aussi de nombreux vestiges sur l’ensemble de la boucle du Vaudreuil. Pour autant l’âge du bronze, peu présent, correspond plutôt à des indices de sites. L’âge du fer, mieux caractérisé, a d’abord été identifié grâce aux nécropoles. Les occupations domestiques moins nombreuses profitent depuis plusieurs années des découvertes de l’archéologie préventive. Elles présentent aujourd’hui quelques exemples de pôles d’habitat associant des enclos et des nécropoles (Val-de-Reuil Beausoleil, La Butte-Saint-Cyr, ZAC des Portes par exemple). Contrairement au Néolithique, les sites semblent davantage implantés sur les terrasses loin des zones inondables et notamment sur les petits gradins en pente douce caractéristiques de la partie convexe de la plaine alluviale. Si la transition âge du fer/gallo-romain est bien identifiée dans le secteur nord de la boucle du Vaudreuil sur la rive droite de la Seine (zone de Pîtres), elle semble l’être un peu moins dans le secteur de Val-de-Reuil.

7L’époque gallo-romaine est surtout connue à travers les différentes nécropoles (notamment dans le secteur de Pîtres) et les éléments de parcellaire. Les récentes découvertes faites sur le site « Le Chemin aux Errants » à Val-de-Reuil viennent largement compléter ce vide. Parallèlement à l’implantation protohistorique, située près du paléochenal de l’Eure, un important site antique a ainsi été récemment découvert. Il se compose, au sud d’un habitat gallo-romain et au nord d’un vaste ensemble monumental de la même époque (Beurion, 2009). Enfin, pour le haut Moyen Âge, les découvertes les plus substantielles concernent le village, l’église et le cimetière de Tournedos (Carré et Guillon, 1995) d’une part, le site de Léry d’autre part (Roudié, 2010).

8Dans le secteur de l’emprise de diagnostic, les découvertes archéologiques sont nombreuses et souvent remarquables (fig. 2). Elles sont pour la majorité implantées sur la terrasse ancienne jouxtant la limite nord de l’emprise et surplombant un paléochenal. Trois secteurs se distinguent. Le premier correspond à celui du lieu-dit « Les Varennes », caractérisé par des sépultures du Mésolithique et de l’âge du bronze précédemment évoquées. Plus à l’ouest, le second regroupe notamment les sépultures collectives de Beausoleil datées du Néolithique final/Bronze ancien (Billard, 2010). S’y ajoutent le cimetière mérovingien, l’habitat et le parcellaire de l’âge du fer. Au nord-ouest et déjà mentionné, la zone de la butte Saint-Cyr sur la commune de Tournedos-sur-Seine rassemble aussi de nombreux vestiges. Elle se caractérise entre autre par une forte occupation du haut Moyen Âge, fouillée entre 1986 et 1994 par Florence Carré (Carré, 1993).

9Ce tour d’horizon des découvertes archéologiques dans la boucle du Vaudreuil en général et dans le secteur de Porte-Joie en particulier permet de souligner, s’il en était besoin, la richesse et la diversité des occupations humaines. Il faut toutefois évoquer la faible présence des vestiges antiques à proximité immédiate de l’emprise, à laquelle s’oppose plus globalement une forte représentativité des ensembles sépulcraux parfois au détriment des habitats (notamment néolithiques). Ce schéma général n’apparaît pas aussi tranché au sein même de l’emprise de diagnostic. Les premières découvertes effectuées dans ce cadre laissent effectivement entrevoir un certain équilibre entre les zones d’habitat et les zones sépulcrales tandis que la présence avérée d’une occupation antique semble atténuer le vide précédemment souligné.

Historique, objectifs et modalités de l’intervention

10Suite au projet d’exploitation d’une carrière de près de 115 ha par la société Lafarge Granulats sur la commune de Porte-Joie, le Service régional de l’archéologie de Haute-Normandie a prescrit une opération de diagnostic en raison du caractère archéologiquement sensible de ce secteur.

11À l’échelle de l’emprise, cette intervention offrait de plus l’opportunité d’identifier de nouveaux vestiges sur pratiquement 115 ha en un seul tenant dans un contexte de plaine alluviale caractérisé par des zones humides. À l’échelle de la Boucle du Vaudreuil, l’apport de nouvelles données devait permettre d’enrichir sans aucun doute le contexte archéologique. Ainsi et conformément au cahier des charges, l’objectif général était d’identifier la présence/absence de vestiges archéologiques, leur nature, leurs caractéristiques chrono-culturelles, leur extension et leur puissance stratigraphique. Le contexte particulier de ce diagnostic associant une grande surface, une zone de plaine alluviale composée de terrasses et de secteurs humides (paléochenal, bord de Seine, etc.) impliquait une approche géomorphologique et paléo-environnementale plus globale adaptée et abordée en concertation avec les différents spécialistes.

12Pour information, rappelons que l’importance de la superficie et la nature du terrain (fond de vallée avec zones humides) ont par ailleurs engendré de nombreuses contraintes techniques (longueur et profondeur importantes des tranchées, inondations régulières et modalités de rebouchage souvent contraignantes) et des conditions de travail pénibles, voire risquées (intempéries, tranchées régulièrement immergées suite à la remontée de la nappe phréatique, terrain glissant, etc..), ralentissant d’autant les modalités d’intervention. De plus, le choix des parcelles à sonder au fur et à mesure de l’intervention a été fonction de l’avancée des travaux agricoles dans les différentes parcelles prescrites (moissons, jachères, fauchage de foin pour le bétail, etc.) et/ou de l’accessibilité vers des zones boisées (défrichage et nettoyage durant le diagnostic) ; demandant une adaptation et/ou un réajustement des stratégies d’intervention.

Fig. 2. Carte des sites découverts au nord de l’emprise de diagnostic (d’après Billard, 2010, DAO : E. Ravon).

13Conformément au cahier des charges du service régional de l’archéologie, les tranchées ont été ouvertes de manière linéaire continue (fig. 2). Deux secteurs ont cependant été diagnostiqués à partir d’un maillage en quinconce. Il s’agit du paléochenal et du chenal respectivement localisés au nord et au sud de l’emprise. L’objectif a été de quadriller suffisamment les zones concernées en assurant une certaine efficacité dans le temps d’ouverture. Autant l’exploration de leurs berges a due être systématique et abordée en continu afin de déceler d’éventuels aménagements, autant leur partie centrale a pu se suffire d’une approche plus lâche. Nous avons donc opté pour une ouverture des tranchées en continu jusqu’aux berges des chenaux voire au-delà, suivie d’une exploration en quinconce en leur cœur. Pour ces différents secteurs, l’approche stratigraphique a été privilégiée notamment en atteignant, dans la mesure du possible, les niveaux d’argiles plastiques et/ou d’argiles organiques. Corrélativement plusieurs sondages profonds ont été effectués afin d’atteindre les niveaux sablo-graveleux pour mieux cerner la morphologie des paléochenaux. Toutefois, la remontée souvent très rapide et quasi systématique de la nappe a limité nos investigations (écroulement des sondages, tranchées très rapidement inondées). Ainsi, sur les 114 4927 m2, 329 tranchées ont été ouvertes puis rebouchées avec deux pelles munies de godets de 3 m de large. Espacées de 30 m les unes des autres, leurs longueurs sont très variées (de 20 à 500 m de longueur maximum). Cet espacement légèrement supérieur à ce qui est classiquement opéré fut adapté à l’importance de la surface et au temps imparti pour ce diagnostic. Excepté dans les zones de paléochenal, les tranchées ont une profondeur moyenne de 50 cm à 1 m et sont globalement orientées nord/nord est – sud/sud-ouest, soit perpendiculairement à l’axe des anciens chenaux et dans une moindre mesure à la Seine actuelle qui, forme une boucle à cet endroit. L’ensemble des ouvertures couvre donc 87 963 m2, soit un peu plus de 8 ha correspondant à 7,68 % de l’emprise du projet, sans tenir compte, bien évidemment, de la profondeur des sondages qui dépassaient régulièrement 60 cm de profondeur pour atteindre généralement plus d’1 m de profondeur à un maximum de 4,50 m.

Fig. 3. Plan masse interprété des données géomorphologiques (DAO : C. Chaussé).

Données paléo-environnementales

14Les données environnementales résultant essentiellement des analyses géomorphologique et malacologique, ont été réalisées par Christine Chaussée et Salomé Granai. Les premières ont permis une reconstitution des principaux ensembles morphosédimentaires et leur évolution du Tardiglaciaire à l’Holocène. Les secondes sont complémentaires et ont été menées à partir d’une tranchée test située au sud de l’emprise.

15Sur le plan géomorphologique, trois ensembles morphosédimentaires sont donc différenciables (fig. 3) : au nord de la parcelle, un paléochenal à comblement argileux organique ; au sud, les bordures d’un chenal à remplissage organique associées à des berges ; dans la partie médiane de la parcelle, une montille (P), sableuse pour l’essentiel, entaillée par des dépressions longitudinales. Cette lecture morpho sédimentaire, réalisée au fur et à mesure de l’avancement du diagnostic, a été complétée par des enregistrements stratigraphiques. Ces derniers illustrent l’architecture de cette portion de la plaine alluviale de la Seine, et permettent ainsi de restituer certaines des étapes de sa construction.

16Ainsi, la partie centrale de la surface diagnostiquée est occupée par un ensemble essentiellement sableux sous-tendu par un cailloutis grossier. Ce dernier, qui dessine une montille ou un dôme, s’est probablement mis en place au cours du Pléniglaciaire supérieur. Dans la partie septentrionale de la parcelle du diagnostic, une dépression, large de 120 à 130 m en moyenne et orientée ouest/sud-ouest – est/nord-est, signale la présence d’un paléochenal, encore bien marqué dans la topographie actuelle. Le long des franges sud et est de la parcelle, une seconde dépression, elle aussi marquée dans la topographie actuelle, a été identifiée. Parallèle au lit actuel de la Seine, elle est représentée par une bande qui s’étend sur près de 300 m de largeur, le long de la rive droite du fleuve. Les sondages qui y ont été établis ont permis de définir deux ensembles morphosédimentaires adossés à la butte centrale sableuse. Le premier correspond à un ancien lit mineur (chenal sud), caractérisé par une épaisse série argileuse et notamment un niveau organique. Ces strates, actuellement en position de berge par rapport au chenal actuel de la Seine, paraissent ainsi combler un ancien tracé du fleuve abandonné à la suite de son déplacement latéral vers le nord-est, en direction de sa position présente. Le second ensemble morphosédimentaire correspond à une berge. En effet, l’ancien lit mineur du chenal sud se rattache à la montille par l’intermédiaire d’une banquette légèrement surbaissée, façonnée dans les séries sableuses du Pléniglaciaire. Enfin, l’ensemble sableux est entaillé par deux irrégularités longitudinales (fig. 3), orientées sud/ouest – nord/est et subparallèles à l’axe général des paléochenaux nord et sud. Elles constituent d’anciens drains probablement hérités du système d’écoulement en tresse d’âge Pléni-Tardiglaciaire. La dépression longitudinale la plus importante, large d’à peine 100 m, se raccorde au paléochenal nord dans l’angle nord est de la parcelle du diagnostic.

17Aucun élément d’observation ne permet de dater le fonctionnement des paléochenaux. Mais la reconnaissance de débris ligneux indique néanmoins que leur remblaiement s’est déroulé au cours de l’Holocène. Les observations réunies dans les deux chenaux montrent leur évolution en bras mort. Le chenal sud, relativement profond avec plus de 4,30 m de remplissage (base non atteinte) correspond très probablement à un ancien bras principal de la Seine, abandonné à la suite de la migration latérale du cours vers l’est.

18Le colmatage de ce bras par des argiles intervient alors que le secteur est occupé. En effet, un certain nombre d’artefacts du Néolithique moyen y a été mis au jour (voir infra). Associant vestiges mobilier et structures fossoyées, ils ont été identifiés en position de berge et sur la montille, dans un sol gris ancien régulièrement reconnu dans les irrégularités du toit de l’ensemble sableux. Sa construction daterait au moins de l’Atlantique récent d’après l’attribution à la culture Cerny du mobilier reconnu en structure archéologique. L’hypothèse n’est pas en contradiction avec les données recueillies dans le bassin de la Seine amont, qui montrent pour cette période la stabilité relative des fonds de vallées (Pastre, 1997 ; Chaussé, 2007)

19L’assèchement complet de cette portion de la plaine alluviale intervient ultérieurement au moment de la mise en place des derniers limons de débordement reconnus sur le secteur. Les deux chenaux sud et nord, identifiés dans la parcelle, apparaissent quasiment remblayés et ne sont plus fonctionnels. Le nivellement de la plaine d’inondation apparaît contemporain d’installations humaines structurées rapportés à La Tène ce qui placerait l’événement au début du Subatlantique.

20L’étude malacologique de la tranchée test située au sud de l’emprise et la comparaison de la série analysée avec d’autres sites du nord de la France ont permis de mettre en évidence la succession de trois malacozones correspondant à de grandes phases environnementales. La première évoque un milieu semi-forestier modérément humide qui correspondrait à la fin du Boréal ou au début de l’Atlantique. La seconde indique un milieu marécageux riche en végétation. Le terrain est tour à tour inondé et exondé et les dépôts alluviaux ont fossilisé des vestiges du Néolithique moyen I. Cet épisode serait attribuable à la fin de l’Atlantique. La dernière zone révèle une nette ouverture du milieu et un retrait de la zone marécageuse. Elle est vraisemblablement à situer au Subatlantique.

Résultats archéologiques

Vue d’ensemble

Fig. 4. Plan masse simplifié des différentes occupations sur l’emprise (DAO : E. Ravon).

21Le plan général simplifié des vestiges permet de proposer une vision synthétique des découvertes sur l’ensemble des 1 144 927 m2 de la zone diagnostiquée (fig. 4). Du nord au sud, on peut ainsi identifier neuf ensembles qui concernent quatre grandes périodes chronologiques. À l’extrémité ouest de l’emprise, il s’agit d’un petit ensemble funéraire du haut Moyen Âge implanté dans un enclos. Au nord, ce sont les vestiges d’un habitat antique (IIe-IIIe siècle essentiellement) qui pourrait s’étendre sur environ 6 ha. S’y ajoutent, plus ponctuellement des restes d’occupations protohistoriques, du haut Moyen Âge et de l’époque médiévale. Le quatrième pôle concerne un ensemble qui s’étend au minimum sur 1,5 ha. Localisé au centre de la partie orientale de l’emprise, il correspond à un habitat qui semble présent dès le Bronze final/Hallstatt, se développant tout au long de La Tène pour perdurer à la transition Tène finale – Ier siècle après. J.-C. Le cinquième ensemble correspond selon toute vraisemblance à la zone sépulcrale de l’habitat laténien précédemment évoqué et implanté à 100 m au nord-est. Quasiment au centre de l’emprise, il faut souligner les indices d’une occupation du Néolithique final/Campaniforme, caractérisés par un niveau de mobilier, quelques structures en creux et une sépulture. Á environ 110 m au sud de ce sixième ensemble subsiste une zone funéraire attribuée au Néolithique moyen II. À l’extrémité est de l’emprise, il existe une occupation du Néolithique moyen I (Cerny). Elle s’étendrait sur environ 4 à 6 ha au grand maximum. Caractérisée par un habitat et une zone funéraire, elle est pour partie localisée en berge du chenal. Enfin, un second indice d’occupation de la même époque est identifié au sud, juste en limite d’emprise.

22Comme nous l’avons déjà rappelé précédemment, on observe la présence régulière de vestiges au sein des différentes tranchées du diagnostic. Ils concernent les périodes chronologiques déjà évoquées ou des éléments d’époque indéterminée et correspondent aux vestiges mobiliers découverts de manière plus ou moins isolée au cours du décapage dans les différentes strates des paléochenaux ou au sein des limons de débordements. Des structures en creux souvent exemptes de vestiges ou d’éléments suffisamment datant pour les rattacher à une période chronologique claire sont aussi disséminées sur diverses zones de l’emprise. Signalons également la présence régulière de fossés qui sont souvent difficilement datables mais très vraisemblablement en rapport avec les occupations majeures évoquées précédemment.

23Au sein même des paléochenaux, rares sont les structures archéologiques d’importance. Les découvertes concernent davantage des vestiges isolés ou quelques concentrations. Cependant, on peut retenir la présence d’une petite zone de débitage de silex et deux sépultures, recensées dans une dépression longitudinale située quasiment au centre de l’emprise. L’ensemble témoigne d’occupations plus ou moins pérennes entre les phases d’inondations.

Le Mésolithique

24La découverte la plus remarquable concernant le Mésolithique est la sépulture d’un individu masculin adulte (fig. 5). Datée de 8065 ± 35 BP ou 7141 à 6829 avant J.-C. en fourchette calibrée (Centre de datation par radiocarbone de Lyon), soit durant le Mésolithique moyen, il s’agit d’un dépôt secondaire d’ossements principalement déconnectés. La présence d’un creusement net n’a pas été observée lors de la fouille. Seul un fond de fosse probable est envisageable, aucune trace de contenant pérenne n’est visible. En revanche, il apparaît que le bloc crânio-facial, les côtes, les vertèbres et des os de petites dimensions se concentrent préférentiellement au nord de l’amas. Des os du pied droit ont été retrouvés dans le crâne. Les os longs des membres inférieurs et supérieurs ont été regroupés au centre de l’amas osseux et disposés en fagot. La présence d’os de petites dimensions (phalanges des mains, métatarsiens) dans l’amas témoigne d’un ramassage exhaustif dans le premier lieu de dépôt. Cette découverte très rare fait néanmoins écho à la sépulture 3 de Val-de-Reuil « Les Varennes » notamment caractérisée par une zone ocrée (Billard, Arbogast et Valentin, 2001).

Fig. 5. Sépulture du Mésolithique (cliché : L. Féret).

25Pour cette période du Mésolithique, s’ajoute un petit lot de vestiges lithiques (29 pièces) recensé au cours du décapage. Il se compose de produits lamellaires et laminaires associant des nucléus unipolaires à lamelles, des produits de plein débitage et de mise en forme et d’entretien. Malheureusement aucune armature n’est présente dans ce corpus, ce qui ne favorise pas une datation plus précise. De la même manière, aucune corrélation n’est possible avec la sépulture précédemment citée.

Le Néolithique

26Le Néolithique est présent sur plusieurs zones et concerne les trois phases suivantes : le Néolithique moyen I (Cerny), le Néolithique moyen II (Chasséen) et le Néolithique final/Campaniforme (fig. 4).

Le Néolithique moyen I

27Les vestiges sont localisés dans trois zones d’étendue, d’importance et de nature très variables. La première et la plus remarquable se situe dans la partie sud-orientale de l’emprise et se développe de la berge du chenal sud vers une partie de la butte sableuse. Il s’agit d’une occupation caractérisée par des vestiges d’habitat et une zone funéraire du Néolithique moyen I (Cerny). Les artefacts correspondent à des niveaux de mobilier, des structures en creux de type domestique et des sépultures en fosse. Toutefois, sur l’ensemble des niveaux de mobilier recensés, on ne peut totalement exclure la présence de vestiges plus récents localement mélangés à ceux du Néolithique moyen I (tels par exemple du Néolithique moyen II ou récent/final). Quoiqu’il en soit, la zone considérée présente de nombreux indices indubitables d’une occupation du Néolithique moyen I où la zone d’habitat domestique serait davantage située sur la butte sableuse en retrait de la berge du chenal. Cette dernière se caractérise notamment par des fosses avec un mobilier céramique et lithique abondant, caractéristique du Cerny (fig. 6). Le corpus céramique présente ainsi des décors et des formes couramment rencontrés dans cette culture (boutons au repoussé ou à dépression centrale, forme simple en demi-sphère ou 2/3 de sphère). Dans l’état actuel des données (majorité de décor plastique, peu d’impression, lèvres encochées et vases à profil simple) une attribution au Cerny « éponyme » est très probable.

Fig. 6. Exemple de fosse du Néolithique moyen I (DAO : E. Ravon ; cliché : U. Le Moigne).

28Plusieurs éléments montrent par ailleurs une extension très vraisemblable de l’occupation vers la berge, dont la nature reste à définir : habitat stricto sensu ou zone d’activité particulière en lien avec la Seine ? On peut d’ailleurs noter la présence d’une structure de combustion avec un appareillage en silex brûlés implantée à même un niveau de mobilier particulièrement riche et dense en vestiges composés d’éléments du Cerny. Soulignons au passage que cette zone de berge est systématiquement constituée d’un niveau de vestiges à la fois très dense et épais (en moyenne 0,60 m d’épaisseur). Or, on sait grâce aux différentes études paléo-environnementales que les berges ont été régulièrement soumises aux fluctuations du chenal et donc inondées ou encore constituées d’un milieu marécageux. En ce sens, on pourrait évoquer un possible « aménagement » de ces zones tel celui identifié notamment sur le site du Néolithique moyen II de Louviers « La Villette » (Giligny, 2005). Cette hypothèse reste à démontrer et à préciser.

Fig. 7. Sépultures du Néolithique moyen I : situation, plan et coupes (DAO : E. Ravon ; cliché : A. Thomann).

29Pour cet ensemble Cerny, il faut également souligner la découverte d’une zone funéraire qui se compose d’un groupe d’au moins six fosses renfermant des inhumations (fig. 7). La majorité de ces structures a été recensée sous la terre végétale, à un maximum de 52 cm de profondeur. Pour des raisons évidentes de conservation, les sépultures pour lesquelles les os humains apparaissaient ont été intégralement fouillées. Creusées dans une grave à matrice limoneuse jaune, leur comblement correspond également à une grave limoneuse mais légèrement plus brune, rendant la lecture de la délimitation des structures souvent difficile. De forme allongée et à fond parfois irrégulier, ces fosses s’étendent entre 1,10 et 1,90 m de long et sont relativement étroites. Distantes de quelques mètres les unes des autres, elles ont été observées sur une surface d’environ 150 m2.

30Sur la totalité des six structures, trois correspondent sans équivoque à des sépultures. Les autres sont plus ambiguës soit parce qu’elles sont dépourvues de restes humains (une fosse), soit parce qu’elles n’ont pas été fouillées dans le cadre de ce diagnostic (deux fosses). Mais selon toute vraisemblance, il s’agit de sépultures car elles apparaissent au même niveau, à proximité des autres sépultures et présentent surtout les mêmes orientations et types de comblement.

31L’étude anthropologique permet de souligner la variété des dépôts funéraires à la fois dans le choix même du type de dépôt (individuel/multiple), ou même dans l’orientation du corps. Ainsi, parmi ce corpus, si la majorité des sépultures sont individuelles, une renferme deux individus. La position d’inhumation est également différente dans chaque cas (allongés sur le dos ou sur le ventre, membres supérieurs fléchis ou encore hyper fléchis, etc.). La sépulture double, particulièrement singulière, renferme un premier individu allongé sur le ventre et légèrement tourné vers la droite, les membres inférieurs et le membre supérieur gauche fléchis et le membre supérieur droit en extension (fig. 7). Le second individu est placé au-dessus du premier. Les membres inférieurs en hyper flexion sont placés au-dessus du crâne et de l’épaule gauche du premier. Une couche de sédiment entre les deux individus, très fine au niveau du crâne (3 à 4 cm) et un peu plus importante au niveau de l’épaule (une dizaine de centimètres) indique un dépôt de sédiment entre les deux individus. Concernant la relation entre ces deux sujets, plusieurs hypothèses peuvent être formulées. En premier lieu, il s’agirait d’un dépôt simultané de deux individus avec du sédiment placé intentionnellement au-dessus du linceul et des parois du premier sujet, pour y déposer le second. La seconde hypothèse serait qu’un court laps de temps sépare les deux dépôts, pendant lequel du sédiment s’est déposé sur le premier corps. En l’absence de comparaison, il est difficile d’interpréter le sens de ce rapprochement d’individus et de ces deux positions particulières.

32Le nombre de sépultures testées dans le cadre de ce diagnostic est bien trop faible pour s’autoriser à des hypothèses sérieuses sur les modalités d’inhumations du groupe funéraire entier. Toutefois, la pluralité des dépôts observée à Porte-Joie permet d’entrevoir la variabilité des pratiques funéraires sur un échantillon plus conséquent.

33L’analyse biologique des ossements indique au contraire un échantillon plutôt homogène puisque ces tombes accueillent toutes des individus adultes et quatre des individus exhumés sont des femmes ou femmes probables (le cinquième étant de sexe indéterminé). Comme pour l’analyse taphonomique, aucune conclusion hâtive ne peut être énoncée en raison du caractère non statistiquement significatif de l’échantillon étudié. Ces résultats doivent être confirmés ou infirmés par l’étude d’un plus grand nombre de sépultures provenant de ce site.

34La datation 14C effectuée avec extraction de collagène sur un ossement d’une des sépultures a donné une date de 5660 ± 40 BP avec une fourchette comprise entre 4560 et 4390 av. J.-C. (calibré à 2 sigma, Beta Analytic Radiocarbon Dating Laboratory). Cette tranche chronologique correspond donc au Néolithique moyen I (Cerny). Par association et compte tenu du contexte stratigraphique et archéologique décrit précédemment, on peut considérer que les autres sépultures sont de cette période. L’ensemble suggère donc une zone funéraire, rassemblant au moins cinq sépultures et six individus et observée sur au moins 150 m2. Nous serions donc en présence d’une petite nécropole du Néolithique moyen I. Une telle découverte est inédite en Haute-Normandie, région où le domaine funéraire est très mal connu : aucune sépulture individuelle et encore moins de nécropole n’a jusqu’à présent été découverte. À l’inverse et pour la même période, la Basse-Normandie se caractérise par les nécropoles non mégalithiques illustrées par les sites de Rots et de Fleury-sur-Orne (Chancerel, 1988 ; Desloges, 1997) qui s’apparentent aux sépultures de type Passy.

35Au terme d’une première recherche bibliographique, les éléments de comparaison les plus proches proviennent du Bassin parisien et concernent les sites de Vignely en Seine-et-Marne (Chambon et Lanchon, 2003) et de Gurgy dans l’Yonne (Rottier, 2007). Tous deux présentent des similarités avec la zone funéraire de Porte-Joie telles que le type d’architecture (fosses plus ou moins proches les unes des autres), les dimensions (parfois étroites) et, dans une moindre mesure, l’étendue des nécropoles (petites à très étendues) avec un nombre de sépultures parfois important (100 à Gurgy et 35 à Vignely par exemple sur respectivement 500 et 600 m2). Ce dernier élément resterait à clarifier pour le site de Porte-Joie. Au-delà de ces considérations, ce sont également les pratiques funéraires reconnues à Porte-Joie qui trouvent des traits communs avec les sites de Gurgy et plus particulièrement celui de Vignely, tels que par exemple le développement des inhumations sur le dos et en extension ou encore la double utilisation d’un contenant rigide et d’un contenant souple.

36Les autres ensembles du Néolithique moyen I sont situés totalement à l’opposé du premier secteur (fig. 4). Le plus important a été reconnu dans deux tranchées implantées au sud-ouest de l’emprise. Les vestiges archéologiques s’y rapportant correspondent à des vestiges domestiques rassemblant un indice de bâtiment sur poteaux, un amas de silex taillés, des fosses notamment de rejet de pierres brûlées et une structure de combustion. S’y ajoute une quantité significative de mobilier céramique et lithique découvert durant le décapage, daté du Cerny et présent dans le même niveau que les structures en creux. Pour mémoire, signalons que les indices d’occupation du Néolithique moyen I repérés dans le troisième ensemble se rapportent uniquement à des vestiges céramiques et lithiques, répertoriés au cours du décapage dans la même unité stratigraphique que celle de la première tranchée.

37À l’échelle de l’emprise, ces ensembles montrent bien que ce secteur de la vallée de la Seine a été investi par les hommes du Néolithique moyen I. Les résultats des études paléo-environnementales permettent d’entrevoir les principales spécificités de leur environnement et dans une certaine mesure le choix de leur implantation. À la lumière des résultats du diagnostic, il semble donc que ces hommes du Néolithique moyen I aient privilégié le fond de vallée et se soient installés le long de la berge du chenal sud qui correspond à un ancien bras de la Seine, plus ou moins humide et marécageux, en privilégiant également la zone de montille plus sèche. Rappelons que les trois indices d’occupation sont assez différents par la nature des vestiges découverts et leur étendue. Sans aucun doute l’occupation identifiée au sud-est de l’emprise apparaît la plus importante et se singularise par sa zone funéraire inédite en Haute-Normandie. Outre l’intérêt de préciser les caractéristiques archéologiques et anthropologiques de cet ensemble, les questions relatives à l’aménagement possible des berges et le lien entre la zone d’habitat et la zone funéraire serait à définir. La découverte des deux autres secteurs Cerny pose également la question de la relation entre les trois ensembles : sont-ils de même étendue ou encore contemporains ? s’intègrent-ils dans une occupation saisonnière d’un terroir ou d’un territoire ? s’agit-il d’habitat stricto sensu ou d’occupations liées à des activités particulières en lien avec le fleuve ? À l’échelle régionale, la découverte de ces trois ensembles Cerny est dans une certaine mesure exceptionnelle. En effet, et excepté les récentes découvertes du site d’Alizay-Igoville, aucun vestige de cette époque aussi important et associant des zones d’habitat avec une zone funéraire n’a jusqu’à présent été découvert dans la région.

Le Néolithique moyen II : de l’occupation diffuse à la zone funéraire

38Cette phase du Néolithique apparaît peu développée au sein du projet de carrière. Elle se cantonne à deux secteurs bien distincts et respectivement localisés au sud-est de l’emprise, en marge du premier secteur du Néolithique moyen I, et à l’ouest (fig. 4). Dans le premier cas, il s’agit d’une fosse isolée implantée dans le secteur Cerny. Elle se compose de mobilier céramique suffisamment caractéristique pour être attribué au Néolithique moyen II. On notera, que cette structure se situe le long de la berge du chenal dans un milieu probablement inondable. Signalons par ailleurs un autre indice du Néolithique moyen II, dans une fosse, illustré par un fragment de plat à pain. Ces quelques vestiges pourraient préfigurer une occupation plus importante que nous n’aurions pas clairement identifiée lors du diagnostic ou correspondre à une implantation plus diffuse.

39Le second ensemble est beaucoup plus singulier puisqu’il s’agit de deux sépultures découvertes dans une tranchée à plus de 630 m à l’ouest de l’ensemble funéraire du Néolithique moyen II (fig. 4). Ces dernières font partie d’un groupe de onze structures dont trois ont été testées. Sur ces trois tests, une fosse et deux sépultures ont été identifiées (fig. 8). Les deux inhumés sont déposés dans deux fosses aux profils différents. La première sépulture présente un plan circulaire en surface de 1,90 m de diamètre (fig. 8) et est profonde de 1,30 m. Le profil de la fosse, légèrement dissymétrique, forme un « U » évasé vers le haut. Le fond de la fosse, plus étroit, correspond au creusement où a été déposé le défunt, selon une orientation est-ouest. L’examen du profil et du remplissage renseigne sur les modalités possibles d’enfouissement de l’individu.

40Le défunt, un adulte d’âge mature, a été déposé au fond de la fosse en position fléchie sur le côté. Une première phase d’ensevelissement, apparemment partielle, semble avoir été opérée sur l’individu. La seconde phase correspondrait soit à un rebouchage à partir des déblais issus du creusement de la fosse, soit à une phase durant laquelle la structure serait restée ouverte et donc sujette aux écroulements des parois de la fosse. La fin du comblement connaîtrait ensuite deux épisodes plus ou moins rapides. Etablies à partir de la lecture stratigraphique du comblement de la fosse, les observations anthropologiques viennent préciser le type de contenant utilisé qui n’est d’ailleurs pas en contradiction avec le scénario précédemment évoqué. Ce type de remplissage par phase peut être mis en relation avec l’utilisation d’un contenant souple.

41La seconde sépulture est située à environ 30 m au sud de la première. Il s’agit d’une fosse de forme régulière et légèrement allongée de 1,78 m de long sur 1,28 m de large, moins profonde que la précédente (0,64 m) et orientée est-ouest. Elle possède un profil en « U » avec un creusement légèrement plus étroit au fond. L’ensemble dessine une très légère alcôve identifiable par un petit « sur-creusement ». C’est au sein de cette petite dépression que le défunt, un adulte mature, a été déposé. La tête vers le nord-est, il est en position hyper fléchie et a été placé sur le côté droit dans un contenant souple mis en évidence par des observations ostéologiques. À défaut de mobilier suffisamment datant, voire absent, une datation14 C a été effectuée avec extraction de collagène sur un ossement d’un des squelettes. Les résultats donnent une date de 4840 ± 40 BP avec une fourchette comprise entre 4700 et 3530 avant J.-C. (calibrée à 2 sigma, Beta Analytic Radiocarbon Dating Laboratory). Ces sépultures correspondent donc à des inhumations du Néolithique moyen II. Comme pour la zone funéraire Cerny, il s’agit d’une nouvelle découverte capitale pour la région puisque très peu de sépultures de cette période sont répertoriées en Haute-Normandie. Seules celles des abris sous-roche de Mestreville à Saint-Pierre-d’Autils (Eure) fouillées anciennement par A.-G. Poulain sont connues (Billard et Le Goff, 1990 ; Billard, 1988). Mais ces dernières se singularisent par leur contexte particulier (abri sous roche) et la nature des sépultures (fragments d’ossements humains découverts dans des foyers). Plus près de Porte-Joie, au nord de la boucle du Vaudreuil, le site de Poses « Sur La Mare » a livré une sépulture composée de restes brûlés. Mais cette dernière est plus récente et attribuée à la transition Néolithique moyen/Néolithique récent (4770 ± 40 B soit 3644 à 3381 avant J.-C). Les éléments de comparaison en Haute-Normandie sont donc très peu nombreux et concernent essentiellement des ossements brûlés et donc très différents des deux sépultures de Porte-Joie. De plus, rappelons que ces dernières appartiennent à un ensemble qui rassemble neuf autres fosses sur une surface de 50 m de long et sur 10 à maximum 24 m de large. Leur morphologie en plan, leurs dimensions et leur disposition sont autant d’éléments suggérant une zone funéraire. En l’occurrence, seul un décapage plus extensif permettrait de le confirmer ou non et d’en préciser la nature et l’étendue. Hormis les exemples hauts-normands précédemment cités et après une première recherche bibliographique, les comparaisons les plus significatives se rencontrent comme précédemment dans le Bassin parisien avec notamment les nécropoles de Gurgy (Rottier, 2007), de Vignely et de Monéteau (Augereau, Chambon et Sidéra, 2005 ; Chambon, Augereau, Bonnardin, Meunier et Thiol, 2006). Les principales similitudes concernent l’enfouissement des défunts (dans des alcôves au fond de fosse comme pour certaines sépultures de Gurgy par exemple) et leur position (sur le côté en position fléchie à Vignely ou Monéteau par exemple). Bien qu’apparemment peu étendue l’occupation du Néolithique moyen II se distingue surtout par cette zone funéraire, mais il ne faut pas pour autant ignorer les quelques indices d’occupation domestique identifiés à l’est de l’emprise. Ces derniers pourraient correspondre à une occupation plus importante.

Fig. 8. Sépulture du Néolithique moyen II : situation, plan et coupe (DAO, E. Ravon ; cliché : A. Thomann).

Le Néolithique final/Campaniforme

42Pour cette phase chronologique les vestiges d’habitat sont moins nombreux, tandis qu’une inhumation complète le corpus de découvertes pour cette période. Les premiers se localisent essentiellement dans deux tranchées et correspondent à un épandage de mobilier, une structure de combustion et une fosse. Le niveau de mobilier est principalement localisé sur la berge septentrionale de la dépression longitudinale située au sud du paléochenal nord et a été observé sur au moins 500 m2 (fig. 4). Les deux structures en creux sont au cœur de ce niveau. La structure peu imposante et érodée n’a pas livré de mobilier archéologique. En revanche, la fosse, de forme quasi circulaire et relativement profonde (1 m) contenait des fragments de céramique et de silex taillés. Si les éléments lithiques sont peu identifiables (éclat de débitage, absence d’outillage), la céramique l’est davantage et peut-être rattachée au troisième millénaire. De rares petits lots de tessons de céramique très fragmentés qui correspondent pour partie à des céramiques écrasées sur place ont également été trouvés dans le niveau de mobilier. Datés du troisième millénaire, certains de ces éléments céramiques sont probablement campaniformes.

43L’inhumation individuelle est malheureusement mal conservée. L’individu est déposé sur le côté droit en position fléchie dans une fosse de 1,30 m de longueur sur 0,80 m de largeur et profonde de 0,10 m. Faute de mobilier archéologique et compte tenu de sa proximité avec l’occupation du Néolithique moyen I, une datation 14C a été effectuée sur un des ossements avec extraction de collagène. Les résultats livrent une date de 3750 ± 40 BP avec une fourchette comprise entre 2450 et 2140 av. J.-C. (calibré à 2 sigma, Beta Analytic Radiocarbon Dating Laboratory). Cette découverte tranche avec les sépultures collectives de Porte-Joie. Provenant d’une phase assez ancienne de la culture campaniforme, elle vient par ailleurs enrichir le large corpus des sépultures de la basse vallée de la Seine : sites de Poses « La Plaine », Léry, Val-de-Reuil, Porte-Joie (Billard, 1995 ; Thomann et al., 2012).

La Protohistoire ancienne et récente

44Rappelons que cette période concerne surtout un ensemble qui s’étend au minimum sur 1,5 ha localisé au centre de la partie orientale de l’emprise sur la montille sableuse. Il correspond à une zone d’habitat qui semble présente dès le Bronze final/Hallstatt, se développe tout au long de La Tène et perdure jusqu’au début de la période gallo-romaine (fig. 4). Une zone funéraire laténienne est implantée à 100 m au nord-est de l’habitat et pourrait fonctionner avec lui. D’autres indices protohistoriques, plus ténus et diffus, sont présents dans les différents secteurs de l’emprise (objets et/ou structures en creux isolés). Les vestiges se rapportant au Bronze final/Hallstatt et à La Tène ancienne sont très ténus puisqu’ils concernent deux fosses et trois tronçons de fossés au sein desquels ont été répertoriés divers éléments céramiques. L’une des fosses, implantée en marge du cœur de l’occupation protohistorique est quant à elle la seule structure attribuée au Bronze final voire à La Tène ancienne. Bien que peu nombreux, les vestiges notamment céramiques du Hallstatt/La Tène ancienne offrent la possibilité d’entrevoir une occupation dont les indices sont identifiés au moins à l’ouest et à l’est du site protohistorique au sens large (fig. 9). On peut ainsi supposer qu’elle ne se limite pas à ces seules structures et qu’elle est probablement masquée par les nombreux vestiges du second âge du Fer et/ou ceux non datés nombreux dans ce secteur. Ces quelques indices sont non négligeables car les sites se rapportant à cette période ne sont pas si abondants dans la Boucle du Vaudreuil. Rappelons pour mémoire les découvertes plus récentes sur le site de Val-de-Reuil « Les Errants » (Beurion, 2009).

45Pour la période de La Tène finale, les vestiges sont plus conséquents et correspondent à une zone d’habitat très probablement associée à une zone funéraire. La première se compose de diverses structures en creux qui rassemblent des indices de bâtiment, diverses fosses et un fossé. S’y ajoutent plusieurs fours qui semblent s’intégrer dans une zone témoignant probablement d’activités plus spécifiques mais dont la fonction reste énigmatique dans le cadre de ce diagnostic.

Fig. 9. Plan masse de l’occupation protohistorique (DAO : E. Ravon).

Fig. 10. Incinération laténienne (cliché : V. Tessier).

46La zone funéraire est quant à elle exclusivement composée d’incinérations. Elle a été découverte à 100 m au sud-ouest de l’habitat protohistorique, à cheval sur la montille sableuse et une remontée de grave (fig. 4). Les six incinérations ou indices découverts sont datés de La Tène, au début de la période gallo-romaine. Plusieurs autres éléments, correspondant à des incinérations en pleine terre ou résultant d’un arasement important des vases, ont été observés lors du décapage et après un nettoyage méticuleux de la zone.

47Les dépôts funéraires laténiens sont les mieux conservés (fig. 10). Au nombre de deux, ils ne présentent pas de fosse. Le premier, daté de La Tène C, est un vase à pâte fine contenant des ossements humains avec une fibule et associant un dépôt d’ossements brûlés et de mobiliers divers (fragments de céramique, silex et éléments métalliques). Sur le plan anthropologique, on observe que les ossements sont à la fois contenus dans un vase et déployés autour. Le contenant renferme de gros fragments d’ossements sélectionnés sur le bûcher (principalement du crâne), déposés en association avec une fibule. Autour de l’urne, est déposé un mélange de matériel humain et faunique. Il n’a pas été possible d’affirmer que les restes du même individu aient été déposés à l’intérieur et à l’extérieur de l’urne. Il semble néanmoins que l’amas comporte un échantillon d’ossements récupérés sur le bûcher et non triés (faune, restes humains de plusieurs individus), alors que l’urne renferme des « morceaux choisis » d’un individu adulte.

48Le second ensemble est constitué de trois vases, dont deux vases cinéraires, et d’ossements de faune. Ils correspondent à une coupe basculée sur le côté, un vase posé à plat et une panse d’un troisième vase. L’analyse anthropologique montre que cette sépulture est organisée très différemment de celle précédemment décrite. La coupe renferme une petite quantité des restes d’un individu immature dont toutes les parties anatomiques sont représentées. Les fragments sont très petits. Le vase posé à plat renferme un matériel plus hétérogène comprenant une petite quantité d’ossements fauniques, quelques fragments de crâne humain adulte et une fibule datée de La Tène C2. Ce dépôt a été interprété comme issu d’un ramassage d’éléments se trouvant sur le bûcher, peut-être les éléments d’accompagnements parmi lesquels se trouveraient quelques fragments d’os humains d’anciennes crémations et récupérés par erreur par les officiants. Ces deux formes de dépôt peuvent résulter d’une évolution des pratiques dans le temps ou bien d’une diversification des modalités de dépôts à la fin de la période gauloise. Dans cette même zone funéraire, on notera la présence d’éléments gallo-romains. Les urnes cinéraires s’y rapportant sont malheureusement très mal conservées. À l’exception d’un vase, elles se résument à des fragments du Ier siècle après J.-C., voire plus tardifs. Cette zone funéraire essentiellement datée du second âge du fer avec des éléments plus nets de La Tène moyenne, révèle donc quelques indices d’une perduration jusqu’au Ier siècle après J.-C. On soulignera au passage que les éléments de La Tène moyenne n’ont pas été perçus dans la zone protohistorique précédemment évoquée.

49Dans le secteur de l’habitat, situé à 100 m de la zone funéraire, la période de transition La Tène finale/gallo-romain est perceptible à travers quelques structures des fours ou indices de four. Les fosses de nature et/ou de fonction indéterminées paraissent, par leur proximité avec les premières, fonctionner ensemble. Pour autant, ce scénario demanderait à être préciser. La découverte d’un fossé dans ce secteur soulève par ailleurs la question de l’implantation d’un enclos dont on ne connait ni la fonction, ni l’étendue.

50La zone d’habitat, dont l’épicentre est surtout visible dans deux tranchées, semble donc concerner une longue durée d’occupation, du Bronze final/Hallstatt jusqu’au début de la période gallo-romaine (Ier siècle après J.-C.), comme si cette zone de montille sableuse avait été investie par l’homme de génération en génération. Certes, les indices du Bronze final/Hallstatt sont très fugaces. Notons cependant que plusieurs éléments sont présents dans d’autres secteurs de l’emprise. C’est surtout à la transition Hallstatt/La Tène ancienne que l’implantation humaine s’intensifie avec notamment la mise en place d’un enclos et d’une fosse, occupation qui est probablement masquée par les nombreux vestiges du second âge du fer et/ou ceux qui ne sont pas datés. C’est à La Tène finale et à la transition Tène finale/gallo-Romain, que l’on assiste à un net développement de l’occupation marquée par une zone domestique avec des activités spécifiques (présence de fours), des indices de bâtiments (agricoles ou autre) et d’enclos possibles de parcellaire. Pour autant, l’absence d’enclos plus imposants s’explique mal. Quoi qu’il en soit la présence de la zone funéraire à 100 m au sud-ouest renforce l’impact et probablement la pérennité de cette implantation humaine dès La Tène finale jusqu’au début de la période gallo-romaine.

La période gallo-romaine

51L’époque gallo-romaine est essentiellement identifiée dans la partie septentrionale de l’emprise et s’est développée sur la basse terrasse.

52Un ensemble domestique a été observé sur la quasi-totalité du secteur nord-est avec une implantation plus lisible à l’ouest de ce secteur et datée pour l’essentiel du IIe-IIIe siècle après. J.-C. Ce premier groupe est composé de fossés de parcellaire et de structures d’habitat (fosses, trous de poteau et cave par exemple : fig. 11). Un ensemble funéraire de la même époque est présent à environ 150 m au sud-est, de l’autre côté du paléochenal nord (fig. 12).

53Les fossés de parcellaire forment un petit enclos dont on a pu reconnaître deux angles (fig. 11). Le plus grand côté s’étend sur 50 m de long tandis que la largeur varie peu (60 cm). Un autre enclos de parcellaire davantage compartimenté, vient partiellement s’imbriquer sur le premier enclos. Mais l’absence de datation ne permet pas de proposer un phasage quelconque entre ces deux ensembles clos. Les structures en creux se répartissent entre deux fosses et une cave. Cette dernière, de 6,50 m de long sur 3,30 m de large et profonde de 1,06 m, dessine un plan globalement rectangulaire. On note un léger rétrécissement dans sa partie méridionale. Le mobilier archéologique découvert dans les différentes structures antiques, essentiellement céramiques, se rapporte surtout aux IIe-IIIe siècle après J.-C. (détermination E. Lecler-Huby). Le plus abondant provient de la cave et rassemble pour les principaux des lots de céramiques communes issus des productions de Lyons-la-Forêt et de Montfort-sur-Risle, des fragments de Drag 37 de Gaule centrale ou encore de sigillée de Gaule centrale datés de la seconde moitié du IIe – début du IIIe siècle. S’y ajoutent plusieurs fragments d’enduits peints noirs et blancs ou rouges et ocre. Il faut enfin noter la découverte d’un sesterce de Trajan (fin Ier – début IIe siècle).

54L’ensemble funéraire a été repéré à environ 150 m au sud-est de la zone d’habitat, de l’autre côté du paléochenal. Observé sur environ 14 m de long et 12 m de large, il se caractérise par une fosse, des indices d’incinération et des vases à offrandes (fig. 12).

55La fosse, de forme oblongue et orientée nord-est – sud-ouest s’étend sur 8 m de long et 4,50 m de large. Sa surface présente un remplissage composé d’un limon argileux brun gris foncé avec des zones charbonneuses et des os brûlés probablement humains mais également de faune. Gravitant au sud de cette structure, plusieurs zones cendreuses de forme circulaire, associant parfois des restes d’os brûlés et/ou des fragments de céramiques ont été dénombrées. Quatre céramiques se distinguent de cet ensemble. Regroupées les unes à côté des autres, elles correspondent à des vases à offrande datés des IIe-IIIe siècle après J.-C. Ces derniers ont été découverts entiers et déposés en pleine terre. Aucune fosse n’a été identifiée lors de leur fouille. Seuls quelques os brûlés étaient parfois situés à proximité immédiate de ces récipients.

56Ce secteur s’apparente donc probablement à une zone funéraire composée d’incinérations ou de rejets funéraires associés à des vases à offrande, pratique habituelle à cette époque. En revanche, la découverte d’une grande fosse à remplissage charbonneux et restes d’os brûlés est plus notable et singulière. L’hypothèse d’une fosse à crémation ou à rejet de crémation est envisagée mais reste à démontrer. L’absence de vases cinéraires avérés est par ailleurs problématique et pose la question de la fonction de cette zone. Autant de questions qui restent ouvertes. Quoiqu’il en soit, la présence de cette zone funéraire est à mettre en relation avec la zone d’habitat découverte sur la basse terrasse qui la domine.

Fig. 11. Plan masse de l’occupation gallo-romaine (DAO : E. Ravon).

Le haut Moyen Âge

57Hormis les quelques vestiges découverts sur l’ensemble de l’emprise, le haut Moyen Âge est très peu présent. Il est en fait essentiellement représenté par un enclos à fossés interrompus au sein duquel trois sépultures ont été découvertes (fig. 4).

58L’enclos, dont on a pu identifier l’angle nord, se compose d’au moins 5 fossés de longueurs (de 14 à 4 m) et de largeurs variées. Un cloisonnement interne probable et illustré par une structure en creux est perceptible. C’est au cœur de l’un des fossés, orienté est-ouest, que trois sépultures ont été recensées. Dans le cadre du diagnostic, seulement l’une d’entre elles a été fouillée (fig. 13).

59Datée du haut Moyen Âge grâce au mobilier d’accompagnement, elle a été placée dans le creusement d’un tronçon de fossé. Le profil transversal de la fosse montre un petit rétrécissement au fond tandis que l’individu se situait dans la partie supérieure du remplissage. Les limites de fosse n’ont cependant pas été bien perçues lors de la fouille. La sépulture correspond à une inhumation individuelle d’une jeune femme. Celle-ci est allongée sur le dos. Le membre inférieur droit est en extension alors que le membre opposé est fléchi vers l’intérieur. Les membres supérieurs sont fléchis et en abduction. La tête, fortement surélevée et contrainte vers la droite, semble avoir été maintenue dans cette position par un élément non conservé. L’ensemble des observations faites concernant les phénomènes de décomposition permettent d’émettre l’hypothèse d’un linceul lâche (ou linceul à manches). Malgré son jeune âge, la jeune femme montre des marqueurs d’activités au niveau de la colonne vertébrale (hernie intra-spongieuse au niveau thoracique) et une spondylolyse unilatérale gauche.

60Un riche mobilier accompagne la défunte. Près de la tête, on observe une chaîne munie de deux fibules aux deux extrémités. Une agrafe déposée sur le bras droit, deux boucles d’oreilles et deux bagues, dont l’une en argent, complètent le mobilier d’accompagnement. Le chapelet, resté à proximité du crâne dans le comblement de la tombe, devait reposer sur un élément en matériau périssable disparu. Ces différents bijoux sont du VIIe siècle et trouvent en partie des éléments de comparaison sur le site de Tournedos (Carré, com. Orale ; Carré, 2011). Les deux autres sépultures sont attribuées, par association, au haut Moyen Âge.

Fig. 12. La zone funéraire antique (DAO : E. Ravon).

61Au-delà de cette découverte, se pose la question de la fonction de cet enclos. La présence d’une des sépultures dans la phase terminale du comblement ne prouve pas que le fossé soit totalement contemporain de l’inhumation. Autrement dit, sommes-nous en présence d’un enclos funéraire car les sépultures découvertes semblent être déposées plutôt dans le fossé qu’à l’intérieur de l’enclos ? Certes ce schéma est déjà identifié sur d’autres sites comme celui de Capelles-Les-Grands « Les Terres noires » (Carré, 2011). Toutefois, plusieurs exemples d’inhumations hors des cimetières sont connus. On pense ici par exemple au site de Tournedos qui a livré une sépulture dans un puits ou encore au site de Guerny où les sépultures sont placées dans le comblement d’un fossé (Carré, 2011). La question reste ouverte.

Fig. 13. Sépulture du haut Moyen Âge (cliché : A. Douillard).

Conclusion

62La réalisation de ce diagnostic sur environ 115 ha a livré une succession d’occupations ou d’indices d’occupations depuis le Mésolithique jusqu’au haut Moyen Âge. Les plus significatives se rapportent au Néolithique moyen, à la protohistoire (âge du fer) et à l’époque gallo-romaine. Ces trois grandes périodes sont par ailleurs, et c’est ce qui fait l’une des singularités de cette zone, illustrées par une zone d’habitat associant systématiquement une zone funéraire. L’approche paléo-environnementale a permis de préciser les composantes géomorphologiques de la zone, enrichie par l’étude de la malacofaune. On sait désormais que l’ensemble des vestiges s’intègre dans une architecture morpho-sédimentaire caractérisées par des zones de paléochenaux, de montille sableuse et de basse terrasse. Si les occupations antiques, du haut Moyen Âge et protohistoriques semblent avoir respectivement privilégié la zone de terrasse et la montille sableuse, celles du Néolithique sont davantage implantées à proximité des paléochenaux. Ces premières données ouvrent de nombreuses perspectives d’études, notamment en ce qui concerne les modalités d’implantation humaine en zone de berge du chenal sud.

63Sur le plan purement archéologique et corrélativement aux neuf principaux ensembles archéologiques découverts, l’emprise est ponctuée par la présence régulière de vestiges identifiés plus ou moins isolés et tous répertoriés au cours du décapage dans les différentes strates des paléochenaux ou dans les limons de débordements. Rappelons que diverses structures en creux souvent exemptes de vestiges ou d’éléments suffisamment datant sont aussi disséminées sur les différentes zones de l’emprise. Pour les paléochenaux, on retiendra la rareté des structures archéologiques d’importance. Rareté qui est en quelque sorte compensée par quelques découvertes de vestiges plus particuliers tels que deux amas de silex taillés du Néolithique ou les sépultures exhumées dans les paléochenaux (malheureusement non datées), témoignant d’occupations plus ou moins pérennes durant les phases de comblement des chenaux. Mais ce sont surtout leurs berges qui semblent investies par l’homme notamment pendant le Néolithique (Néolithique moyen I, Néolithique final), tandis que les populations de la protohistoire et de la période antique semblent avoir respectivement privilégié la zone de montille sableuse et les hauteurs de la basse terrasse.

64Exceptés les quelques indices d’une occupation mésolithique décelés à partir de divers vestiges lithiques et d’une tombe, la préhistoire ancienne est pour ainsi dire absente du diagnostic bien qu’on ne puisse totalement exclure la présence de ce type de site au sein de l’emprise. La découverte d’une sépulture de cette période constitue en revanche une découverte d’importance qui vient enrichir celle concernant la sépulture 3 de Val-de-Reuil « Les Varennes » (Billard, Arbogast et Valentin, 2001). La préhistoire récente, illustrée ici par plusieurs phases du Néolithique, est particulièrement bien développée (Néolithique moyen I, Néolithique moyen II, Néolithique final, Bronze ancien). Si l’absence de vestiges du Néolithique ancien est un peu inattendue, les importantes découvertes concernant le Néolithique moyen viennent en quelque sorte la compenser.

65Les découvertes concernant le Néolithique moyen et plus particulièrement le Cerny sont conséquentes voire inédites, avec en particulier la présence d’une zone domestique et d’une zone funéraire, ou encore la mise en évidence d’au moins trois zones d’occupation réparties sur différents secteurs de l’emprise. Soulignons toutefois que les trois indices d’occupation sont assez différents par la nature de leurs vestiges et leur étendue. L’occupation identifiée au sud-est de l’emprise, la plus importante, se singularise de plus par sa zone funéraire inédite en Haute-Normandie. Au-delà de cette découverte et outre l’évidente nécessité d’en préciser les caractéristiques archéologiques et anthropologiques, se posent les questions relatives à l’éventuel aménagement des berges ou encore celles concernant la possible relation entre la zone d’habitat et la zone funéraire. Hypothèse d’étude qui n’est toutefois pas démontrable dans le cadre du diagnostic. De la même manière, la présence des deux autres secteurs Cerny interroge sur le lien éventuel existant entre les trois ensembles. Sont-ils de même étendue ou encore contemporains ? S’intègrent-ils dans une occupation saisonnière d’un terroir ou d’un territoire ? S’agit-il d’habitat stricto sensu ou d’occupations liées à des activités particulières en lien avec le fleuve ?

66Enfin, et à l’échelle régionale, la découverte de ces trois ensembles Cerny est inédite et, dans une certaine, mesure exceptionnelle. En effet et excepté les récentes découvertes du site d’Alizay-Igoville (Aubry, 2010), aucun vestige aussi important de cette époque, associant des zones d’habitat avec une zone funéraire, n’a jusqu’à présent été découvert dans la région. Ces découvertes ouvrent donc de nombreuses perspectives de recherche.

67Pour le Néolithique moyen II, les découvertes sont aussi prometteuses. Certes les indices d’habitat sont plutôt rares. Néanmoins, le domaine sépulcral est mieux représenté et constitue comme pour la zone funéraire Cerny une découverte inédite pour la région. Elle se caractérise par au moins deux sépultures en fosse qui appartiennent très probablement à une zone funéraire plus vaste et dont il resterait à préciser les composantes archéologiques et anthropologiques.

68Les indices de la fin du Néolithique sont beaucoup plus diffus. Si la présence d’une sépulture individuelle, isolée et datée du Campaniforme constitue une découverte très intéressante et qui tranche d’ailleurs avec les sépultures collectives de Porte-Joie et Val-de-Reuil, les vestiges sont plutôt rares ou tout au moins plus dispersés. Ainsi, le Néolithique final se cantonne à un niveau de mobilier constitué de deux structures et de quelques lots de céramiques écrasées sur place en association avec du mobilier lithique peu caractéristique. Dans ce lot, on retiendra quelques indices campaniformes. Enfin, les éléments de l’âge du bronze sont anecdotiques et concernent quelques tessons de céramique et un vase entier découvert dans un des niveaux de comblement du paléochenal nord.

69La période protohistorique concerne surtout une occupation qui s’étend sur un minimum de 1,5 ha, implantée au centre de la partie orientale de l’emprise. Elle s’est développée sur une longue durée qui semble débuter au Bronze final/Halltsatt, s’intensifier tout au long de La Tène et perdurer à la transition Tène finale/période gallo-romaine. À cette zone d’habitat, semble être associée une zone funéraire laténienne avec des tombes à incinération, qui est implantée à 100 m au nord-est. C’est à La Tène finale et à la transition La Tène finale/période gallo-romaine que l’on assiste à un net développement de l’occupation. Cette dernière se compose de vestiges qui témoignent d’activités spécifiques (présence de fours), d’indices de bâtiments (agricoles ou autres) ou encore de possibles enclos de parcellaire. Enfin, rappelons que d’autres indices protohistoriques, plus ténus et diffus, sont présents dans les différents secteurs de l’emprise. Notons, la présence d’indices d’occupation de l’âge du fer et de La Tène finale au nord de l’emprise, sur la basse terrasse qui pourraient être en lien avec les sites découverts au nord de l’emprise.

70L’époque gallo-romaine, bien caractérisée, s’étend au maximum sur 6 ha et est surtout localisée au nord de l’emprise sur les hauteurs de la basse terrasse avec des indices d’occupations plus anciennes (protohistoire) et plus récentes (époques médiévale et moderne). Elle comprend une zone d’habitat et une zone funéraire toutes deux datées des IIe -IIIe siècle après J.-C. avec quelques traces du Ier siècle. La zone d’habitat a notamment livré une cave qui signale une occupation d’importance dont on aurait identifié une partie seulement avec des fosses, des indices de bâtiment sur poteaux et un système d’enclos de parcellaire. La zone funéraire est beaucoup plus singulière. Elle regroupe de probables incinérations, des vases à offrandes et surtout une fosse à remplissage charbonneux et de restes d’os brûlés. Cette dernière pose la question de l’existence d’une fosse à crémation ou à rejet de crémation qu’il reste à démontrer. Enfin le haut Moyen Âge, très peu développé, se caractérise surtout par l’enclos à fossés interrompus et ses trois sépultures. Ces dernières ont été découvertes au cœur d’un des fossés. Celle qui a été intégralement fouillé correspond à la sépulture individuelle d’une jeune femme datée du VIIe siècle. Au-delà de cette découverte se pose la question de la fonction de cet enclos ; funéraire ou non ?

Bibliographie

Bibliographie

Aubry B., Thomman A., Biard M., Bemilli C., Santiago-Lara V., Tessier V. et Honoré D. (2011) – Une occupation du Tardiglaciaire Alizay-Igoville (Eure). Journées archéologiques de Haute-Normandie, Harfleur 23-25 avril 2010, Rouen, PURH, p. 9 à 23.

Augereau A., Chambon P. et Sidera I. (2005) – Les occupations néolithiques de Monéteau, « Sur Macherin » (Yonne) : données préliminaires, Revue archéologique de l’Est, t. 54, 2005, p. 1-22.

Beurion C. (2009) – Val-de-Reuil « Le Chemin aux Errants ». Rapport de diagnostic INRAP GO, SRA Haute-Normandie, Cesson-Sévigné, 2009, 49 p., 51 fig. et annexes.

Billard C., (1990) – Études des pratiques funéraires chasséennes au travers des fouilles des abris sous roche de Mestreville à Saint-Pierre-d’Autils (fouilles anciennes et récentes). G. Fosse et A. Ropars (dir.), L’Eure de la Préhistoire (catalogue d’exposition), Musée de Vernon, p. 31-37.

Billard C., Guillon M. et Verron G., (2010) – Les sépultures collectives du néolithique récent-final de Val-de-Reuil et Porte-Joie (Eure). Liège, Centre de recherches archéologiques de l’université de Liège, ERAUL 123, 409 p.

Billard C., Arbogast R.-M., Valentin F. (2001) – La sépulture mésolithique des Varennes à Val-de-Reuil (Eure). Bulletin de la Société préhistorique française, 2001, t. 98, no 1, p. 25-52.

Billard C., Aubry B., Habasque G., Pinel C., Ropars A. (1994) – Les sites de Poses « Les Quatre Chemins » et « La Plaine de Poses » (Eure) : l’occupation de la plaine inondable du Néolithique au début de l’Âge du Bronze. Revue archéologique de l’Ouest, 11, p. 53-113.

Billard C., Fosse G., Lebret P. et Ropars A. (1988) – Les abris-sous-roche de Mestreville (commune de Saint-Pierre-d’Autils – Eure), DFS, Rouen, Service régional de l’archéologie de Haute-Normandie, 21 p.

Billard C., Le Goff I., Evin J., Lanting J., Reckinger F., Munaut A.-V. (2006) – Le monument funéraire néolithique de Poses « Sur La Mare » (Eure). Revue archéologique de l’Ouest, no 23, p. 87-115.

Bostyn F., Lanchon Y. (2003) – Néolithique ancien en Haute-Normandie : le village Villeneuve-Saint-Germain de Poses « Sur la Mare » et les sites de la boucle du Vaudreuil. F. Bostyn (dir.), Paris, Société préhistorique française, « Travaux no 4 », 2003, 342 p.

Carré F. (1993) – Deux habitats et une nécropole à Tournedos-sur-Seine : premiers résultats. Revue archéologique de l’Ouest, supplément no 6, 1993, p. 55-76. — (2011) – Le haut Moyen Âge. L’Archéologie en Haute-Normandie. Bilan des connaissances. Rouen, PURH, 207 p.

Chambon P., Augereau A., Bonnardin S., Meunier K., Thiol S., Sidera I. et Tristan C. (2006) – Une nécropole chasséenne à Monéteau (Yonne). 6e rencontre méridionale de préhistoire récente, Périgueux, 2004, Périgueux, ADRAHP-PSO, 2006, p. 143-162

Chancerel A. et Desloges J. (1988) – Les sépultures pré-mégalithiques de Basse-Normandie. J. Guilaine (dir.), Sépultures d’Occident et genèse des mégalithes (9000-3500 avant notre ère), Paris, Errance, « Séminaires du Collège de France », 1998, p. 91-106.

Chaussé C., Leroyer C., Girardclos O., Allenet G., Pion P., Raymond P. (2008) – Holocene History of the River Seine, Paris, France: Bio-Chronostratigraphic and Geomorphological Evidence from the Quai-Branly. The Holocene, 18-6, p. 967-980.

Giligny F., (2005) - Louviers « La Villette » (Eure) : un site du Néolithique moyen en zone humide, Revue archéologique de l’Ouest, 2005, 344 p.

Desloges J. (1977) – Les premières architectures funéraires de Basse-Normandie. C. Constantin, D. Mordant et D. Simonin (dir.), La Culture de Cerny, nouvelle économie, nouvelle société au Néolithique, Actes du colloque international de Nemours, Mémoires du Musée de préhistoire de Nemours, no 6, 1997, p. 515-539

Pastre J.-F., Fontugne M., Kuzuoglu C., Leroyer C., Limodin-Lozouet N., Talon M., Tisnerat N. (1997) – L’évolution tardi-postglaciaire des lits fluviaux au nord-est de Paris. Relation avec les données environnementales et l’impact anthropique. Géomorphologie : relief, processus, environnement, no 4, p. 291-312.

Pastre J.-F., Leroyer C., Limondin-Lozouet N., Ponel P., Fontugne M. (2003) – River System Evolution and Environnemental Changes during the Lateglacial in the Paris Basin (France). Quaternary Science Reviews, 22, p. 2177-2188.

Roudie N. (2010) – Des occupations médiévales aux marges du village (VIIe-XVIe siècles), Léry Haute-Normandie, Eure (27) « Rue du 11 Novembre-Rue de Verdun ». Rapport final d’opération, 173 p.

Thomann A., Giazzon D. et Riche C. (2012) – Pratiques funéraires de deux sépultures campaniformes inédites en Normandie. Colloque annuel de la Société d’anthropologie de Paris, 1837e réunion scientifique, Bordeaux, 25-27 janvier 2012.

Verron G. (2007) – Un monument funéraire complexe du Néolithique moyen à Vierville. C. Marcigny, E. Ghesquière et J. Desloges (dir.), La hache et la meule. Les premiers paysans du Néolithique en Normandie (6000-2000 avant notre ère), Catalogue d’exposition, Muséum d’histoire naturelle du Havre, p. 139-143.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Localisation de l’emprise de diagnostic (DAO : E. Ravon).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4612/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 260k
Légende Fig. 2. Carte des sites découverts au nord de l’emprise de diagnostic (d’après Billard, 2010, DAO : E. Ravon).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4612/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Légende Fig. 3. Plan masse interprété des données géomorphologiques (DAO : C. Chaussé).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4612/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Légende Fig. 4. Plan masse simplifié des différentes occupations sur l’emprise (DAO : E. Ravon).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4612/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Légende Fig. 5. Sépulture du Mésolithique (cliché : L. Féret).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4612/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Légende Fig. 6. Exemple de fosse du Néolithique moyen I (DAO : E. Ravon ; cliché : U. Le Moigne).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4612/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Légende Fig. 7. Sépultures du Néolithique moyen I : situation, plan et coupes (DAO : E. Ravon ; cliché : A. Thomann).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4612/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 260k
Légende Fig. 8. Sépulture du Néolithique moyen II : situation, plan et coupe (DAO, E. Ravon ; cliché : A. Thomann).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4612/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
Légende Fig. 9. Plan masse de l’occupation protohistorique (DAO : E. Ravon).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4612/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 304k
Légende Fig. 10. Incinération laténienne (cliché : V. Tessier).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4612/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Légende Fig. 11. Plan masse de l’occupation gallo-romaine (DAO : E. Ravon).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4612/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 264k
Légende Fig. 12. La zone funéraire antique (DAO : E. Ravon).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4612/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Légende Fig. 13. Sépulture du haut Moyen Âge (cliché : A. Douillard).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4612/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 115k

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.