Version classiqueVersion mobile

Journées archéologiques de Haute-Normandie. Rouen, 11-13 mai 2012

 | 
Luc Liogier

Au bord de l’eau ! Les fouilles du Port-au-Chanvre à Alizay et Igoville (Eure), présentation liminaire : méthodes, attendus, premiers résultats

At the water’s edge! 10,000 years of occupation in Alizay et Igoville (Eure département)

Cyril Marcigny, Bruno Aubry et Sylvain Mazet
Avec la collaboration de David Aoustin, Lisandre Bedault, Céline Bemili, Miguel Biard, Philippe Boulinguiez, Vincent Carpentier, Laurent Chantreuil, François Charraud, Christine Chaussé, Isabelle Comte, Hélène Delneff, Catherine Dupont, Philippe Fajon, Milena Frouin, Erik Gallouin, Henri Gandois, Emmanuel Ghesquière, Philippe Gilette, Salomé Granai, Guillaume Hulin, Raphaëlle Lefebvre, Anthony Lefort, Chantal Leroyer, Lorraine Manceau, Sylvène Michel, Caroline Mougne, Caroline Riche, Hélène Seignac, Vincent Tessier, Véronique Théron et Clément Vimoux

Résumé

Le site du Port-au-Chanvre sur les communes d’Alizay et d’Igoville est implanté en vallée de Seine, en zone de convergence du lit majeur actuel et de la basse terrasse du fleuve. Il se trouve sur la rive droite, au niveau de l’actuelle confluence de la Seine et de l’Eure. Durant la pré et la protohistoire, cette zone humide était parcourue par des chenaux sur les berges desquels se sont installés les hommes. La fouille archéologique, conduite depuis le début de l’année 2011, a pour objectif de comprendre les modes d’occupation du sol par les divers groupes humains ayant fréquenté cette zone d’une trentaine d’hectares, faisant l’objet d’une prescription archéologique.

Texte intégral

1Les sites du Port-au-Chanvre sur les communes d’Alizay et d’Igoville sont implantés en vallée de Seine, en zone de convergence du lit majeur actuel et de la basse terrasse du fleuve (fig. 1). Ils se trouvent sur la rive droite, au niveau de l’actuelle confluence entre la Seine et l’Eure et à seulement 5 km de celle avec l’Andelle.

2Cette situation géographique, dans un secteur régulièrement inondé, a favorisé la fossilisation et la conservation des témoins de la présence humaine sous d’épaisses couches d’alluvions. Il s’est donc formé une stratigraphie de 3 à 4 m de puissance, protégeant de l’érosion aussi bien les artéfacts (vestiges mobiliers et structures) que les écofacts (pollens, charbons de bois, etc.) Les travaux archéologiques menés par l’INRAP (Institut national de recherches archéologiques préventives) ont permis d’identifier et de caractériser les différents sites implantés dans le secteur, en les étudiant phase par phase (du Paléolithique supérieur à l’époque moderne) selon leur nature et leur chronologie.

Géométrie des fouilles

3Les fenêtres de fouilles ouvertes dans ce secteur ne correspondent pas véritablement à la géométrie d’un site au sens classique du terme mais à un choix opéré à la suite d’un diagnostic archéologique, conduit par Bruno Aubry et son équipe à partir de 2007, à l’emplacement de l’extension d’une carrière de granulat par les Sociétés Lafarge et Cemex (Aubry, 2011). En effet, à l’issue de deux tranches de diagnostic couvrant une superficie de 37 ha, trois secteurs de, respectivement, 7 ha (tranche 3), 8,5 ha (tranche 1) et 14 ha (tranche 2) ont fait l’objet de prescriptions de fouilles archéologiques par le service régional de l’archéologie. Ces prescriptions, larges fenêtres ouvertes sur la vallée, portent sur les zones les plus denses en vestiges et ont fait l’objet d’un cahier des charges précis. L’analyse et la compréhension des différents modes d’occupation des sols et la caractérisation des divers groupements humains (nature et chronologie de chaque occupation) constituent donc les principales problématiques de recherche, et ce, vu à travers le prisme des relations entre les hommes et le milieu.

Fig. 1. Plan et vue générale du site (photo : J. Refuveille, Balloide-photo, DAO INRAP et Géoportail).

4C’est ainsi que se sont dégagés trois axes de recherches majeurs :

  • L’analyse des processus de néolithisation rendu possible par la présence, dans le secteur, d’occupations du Mésolithique et du Néolithique ancien ;

  • La mise en valeur des relations hommes/milieux grâce aux restitutions paléoenvironnementales et notamment l’étude diachronique de l’impact anthropique sur cette portion de la vallée de la Seine ;

  • La constitution de référentiels typochronologiques. Les fouilles conduites par l’INRAP ont tenté de répondre à ces interrogations sur une portion des zones prescrites portant sur 13 ha (fig. 2 ; tranche 1 et une portion de la tranche 3).

Fig. 2. Une des zones de fouille en cours de décapage : au premier plan, un locus du Mésolithique et un du Paléolithique supérieur final sont en cours d’étude (photo : J. Refuveille, Balloide-photo).

Modus operandi

5Les caractéristiques intrinsèques des lieux et en particulier la très bonne conservation apparente des vestiges à l’issue des diagnostics, dont les résultats ont déjà été exposés à l’occasion d’un précédent article dans les Journées archéologiques de Haute-Normandie (Aubry, 2011), ont imposé la mise en chantier d’un projet scientifique ambitieux permettant d’assurer un enregistrement et un archivage optimum en planimétrie et en stratigraphie. L’ensemble des vestiges – archéologiques ou écologiques – a ainsi été enregistré en 3D à l’aide d’une station totale robotisée (topographie et traitement : I. Comte et P. Boulinguiez). Ce projet invariablement multiscalaire prend donc en compte les chronologies internes des différentes cultures représentées. Chaque occupation est alors replacée dans son contexte environnemental, hydrologique et topographique. La reconstitution de la géométrie des sols sur le temps long forme d’ailleurs l’un des axes de recherche privilégié pour assurer une bonne compréhension des différentes occupations humaines et surtout des relations homme/milieu (évolutions, interactions, etc.). Dans un tel cadre d’étude, les approches « multi-proxy » conduites par une équipe interdisciplinaire constituent la clef de voute de cette recherche. Ces travaux prennent appui sur les outils actuellement à notre disposition : base de données informatisée, intégration des données via un système d’information géographique (SIG), imagerie 3D (jusqu’à la constitution de blocs-diagrammes), études paléoenvironnementales couplées à l’analyse intégrée des données archéologiques, etc. Les études sont donc basées sur plusieurs thématiques qui tendent à restituer les différentes occupations ou les différents sites, ainsi que les comportements socioéconomiques et socioculturels au sein de l’environnement particulier que constitue le fond de vallée.

6Parmi ces axes de recherches, on s’attachera notamment à la restitution stratigraphique du site : une étude géomorphologique complète est confrontée aux données archéologiques. Elle vise à une modélisation des différents sols dans les trois dimensions et à une reconstruction historique de leur évolution ; la chronométrie des horizons étant précisée à l’aide de datations isotopiques.

7L’approche culturelle et chronologique est également appréhendée grâce à l’étude du mobilier en terre cuite et du mobilier lithique (étude pétrographique, fonctionnelle, chaîne opératoire et typologie). Cette analyse est fondée sur le phasage fin des occupations (linéarité ou cycles dans l’occupation, usage des territoires, phénomènes de nomadisme ou de sédentarité, etc.).

8L’approche paléoenvironnementale ou paléoécologique et en particulier l’interaction homme/milieu est mise en œuvre à partir des analyses palynologiques, carpologiques, anthracologiques, etc. Là encore, les données sont particulièrement importantes et déterminantes pour saisir, dans toute sa complexité, l’évolution des différents systèmes techniques mis en place sur le site, durant la pré- et la protohistoire. La question de pratiques d’économie durable pourra à terme être évoquée à l’occasion d’une lecture transversale des données environnementales.

9Enfin, l’approche paléoethnologique se focalise sur l’analyse des niveaux archéologiques (répartition spatiale des vestiges et interprétation), sur l’étude des structures (lecture morphologique, approche taphonomique des restes mobiliers et tentative d’interprétation) visant à restituer d’éventuelles architectures. Le développement d’un outil de type SIG a permis, au fur et à mesure de l’avancée de la fouille, d’interroger les données archéologiques et environnementales, d’en assurer une meilleure formalisation et d’aider à l’interprétation des analyses spatiales. À une autre échelle, la présence de nombreux sites dont les datations couvrent un large pan chronologique, du Paléolithique supérieur à l’époque moderne, permet aussi des interrogations multivariées et transversales portant sur la gestion et l’occupation du territoire sur la longue durée, la complémentarité des différents sites et leur éventuelle structuration fonctionnelle et hiérarchique.

10Des modèles d’occupations pourront, à l’issue de cette opération qui devrait s’achever en 2013, être proposés et confrontés à l’échelle de la région voire de l’ouest de la France dans des zones topographiques similaires ou en contraste avec les occupations de plateaux.

Restitutions stratigraphiques

11La restitution stratigraphique des différents sites forme un des axes de recherche privilégié de la fouille. La modélisation des différents « sols » et la reconstruction historique de leurs évolutions en chronométrie apparaît alors comme une des conditions sine qua non pour une meilleure prise en compte de la réalité archéologique et du potentiel de conservation des sites rencontrés (s’agit-il réellement d’un ensemble conservé, d’un effet lié à la taphonomie ou d’un processus sédimentaire, etc. ?) Pour restituer la géométrie des sols et en proposer une modélisation topographique avec une bonne résolution chronologique, il a été décidé de croiser différentes méthodes d’analyse sur la petite portion de vallée soumise à étude. Ces méthodes, toutes classiques dans leur application, forment alors un ensemble d’indicateurs constituant, une fois confrontés, un argumentaire pour assurer la validité (ou non) des propositions et interprétations faites lors de la fouille. Elles constituent, de fait, autant de référentiels critiques permettant de revenir sur les options prises à Alizay et Igoville et d’en avoir une lecture a posteriori, à partir des éléments déjà collectés en vallée de Seine et qui pour des raisons évidentes de délais, n’ont pas été intégrés aux modèles interprétatifs proposés ici.

Fig. 3. Résultats de la prospection géophysique reportés sur les zones de fouille : en rouge et vert la montille et ses abords, en bleu les thalwegs (au nord) ou la paléoberge de la seine (au sud). Les décapages ont pour l’instant porté sur les tranches 1 et 2a (DAO G. Hulin, INRAP, modifié C. Marcigny, INRAP).

12La mise en chantier, en vallée de Seine, de programmes de recherches à plus large focale (sous la direction de P. Fajon et M. Frouin) apporteront très probablement dans les prochaines années, un regard renouvelé sur les occupations humaines en vallée et les restitutions environnementales proposées actuellement. Alizay et Igoville, à l’instar d’autres fouilles prévues dans la vallée (comme Portejoie, par exemple : voir C. Riche, infra) constitueront, à n’en pas douter, des jalons d’importance dans cette démarche qui procurera, à plus grande échelle, une lecture dynamique de ces gisements.

Prospection géophysique

13Durant les premières phases de décapages et au vu des premiers résultats qui indiquaient la présence d’une vaste dépression délimitant la partie nord de notre zone d’étude, une prospection géophysique a été programmée sur le secteur de fouille et au-delà, de manière à identifier les grands ensembles géomorphologiques et à positionner le toit de la grave. Les attendus venaient alimenter deux problématiques du site : l’une environnementale en s’adossant aux travaux de géoarchéologie (coordonnés par C. Chaussé, INRAP), l’autre davantage pragmatique, visant à déterminer les épaisseurs de sédiments, de manière à programmer au mieux les campagnes de sondages et de décapages.

14Pour venir renseigner ces questionnements, deux méthodes complémentaires ont été utilisées : la constitution d’une cartographie EM31 par G. Hulin (INRAP) associée à une tomographie de résistivité électrique conduite par C. Vimoux (CNRS), qui avait pour objectif d’évaluer les épaisseurs de certaines entités géomorphologiques sur cinq panneaux électriques.

Fig. 4. Deux exemples de MNT obtenus à l’issue des fouilles. A. le niveau correspond à la fin du Néolithique, la montille et les thalwegs sont bien visibles. B. le niveau correspond à l’âge du bronze, la zone est une vaste plaine d’inondation (SIG, S. Mazet, INRAP).

15Les résultats obtenus sont particulièrement pertinents, puisque, et ce même avant la fouille, il a été possible de déterminer la présence d’une vaste île (ou montille) grossièrement orientée est-ouest, encadrée par le thalweg de la Seine au sud et par plusieurs thalwegs formant une large dépression au nord (fig. 3). Il a donc été possible, par la suite, de conduire l’exploration du site avec un premier niveau d’interprétation de la paléotopographie du fond de vallée.

Géomorphologie

16En parallèle des prospections géophysiques, une étude introspective de la vallée a été menée au fur et à mesure de l’avancée de la fouille. Cette étude géoarchéologique, dirigée par C. Chaussé (INRAP), a porté sur de longs transects réalisés régulièrement sur l’ensemble de la zone de fouille.

17L’étude avait pour objectif de définir, à l’échelle du site, les environnements naturels contemporains de chacun des niveaux archéologiques, ces derniers faisant l’objet d’une caractérisation plus fine sous la conduite de M. Frouin (INRAP). Ce travail a pour assise la restitution des paléotopographies successives, et ce, grâce à l’étude de la géométrie des dépôts, complétée par des analyses sédimentologiques (granulométrie, géochimie et micromorphologie).

18Les études n’ont pas encore été menées à leurs termes mais elles confirment d’ores et déjà, les observations faites lors des prospections géophysiques : elles fournissent un ancrage chrono-stratigraphique, débutant lors de la mise en place de la grave sous conditions périglaciaires et finissant à notre époque, intervalle ponctué d’apports limoneux massifs. Ont été identifiés également la constitution d’un sol tardiglaciaire et les premiers horizons holocènes. L’ensemble forme une séquence morpho-sédimentaire composée de plusieurs dépôts sédimentaires constituant autant de niveaux qui ont servi de support aux différentes installations humaines.

Les modèles numériques de terrains

19Ce sont les surfaces de ces dépôts sédimentaires, actuellement en cours de caractérisations (processus de sédimentation et de pédogenéisation, caractères sédimentologiques, etc.), qui ont fait l’objet d’une fouille fine permettant de dégager les différentes composantes archéologiques d’une cinquantaine d’occupations de taille et de nature variées (vestiges mobiliers, foyers, trous de poteaux, fosses, etc.). Les enregistrements issus de ces fouilles, en particulier les altitudes d’apparition des niveaux, ont permis une modélisation par interpolation (par krigeage ordinaire et test en krigeage simple) de manière à restituer les paléotopographies. Ces modèles numériques de terrains (MNT) ont été corrigés tout au long de la fouille en fonction des résultats de manière à s’approcher de modèles justes. Les données issues des prospections géophysiques et des enregistrements géoarchéologiques sont bien entendu venus s’implémenter dans ces restitutions.

20À terme, les MNT constituent, à Alizay et Igoville, le support des analyses spatiales. Chaque site archéologique peut, par ce biais, être replacé dans sa topographie d’origine avec pour objectif, la lecture paléoenvironnementale de chaque occupation (fig. 4). D’une manière transverse et dynamique, il est aussi possible d’appréhender, de façon didactique, l’évolution de la géométrie des sols, du plus ancien jusqu’à l’actuel, le modèle numérique de ce dernier étant produit grâce aux données Lidar, fournies par le groupement d’intérêt public (GIP) Seine-Aval.

Chronométrie

21Partie intégrante de la restitution stratigraphique, la chronologie, et plus particulièrement une chronologie fine des différentes séquences modélisées, était indispensable à nos travaux. En effet, dresser une chronométrie du site et des séquences paléoenvironnementales constitue un des objectifs de l’étude. Pour ce faire, les datations isotopiques sont apparues les plus adaptées. Des datations radiocarbones des sédiments (tourbes, limons et argiles organiques, bois, coquilles) ont été effectuées pour caler la stratigraphie générale, ainsi que certains éléments caractéristiques. Les faits archéologiques ont aussi, de manière plus classique, fait l’objet du même protocole de datation, mais une analyse critique de l’échantillonnage a été effectuée, avant mesure d’âge, de manière à coller au plus près du processus anthropique à renseigner.

22Une campagne de prélèvements a donc été réalisée dans ce sens à l’occasion des enregistrements sédimentaires et de la fouille des niveaux archéologiques. Les échantillons retenus correspondent à une grille de fiabilité élaborée en interne, en complément de l’évaluation de la qualité physico-chimique de la mesure, selon les modalités déjà préconisées par les laboratoires de datation. Cette grille prend en considération la qualité des matériaux analysés (par exemple : longévité, problème des effets réservoirs, etc.), celle des contextes de prélèvement (par exemple : position fonctionnelle, détritique) et la qualité de l’association entre les matériaux datés et les assemblages archéologiques à dater (c’est-à-dire un indice « d’évènement radiocarbone » dont la caractérisation permet de garder un regard critique sur la date obtenue).

23Les datations absolues ont donc été nombreuses (près de 150 dates pour l’instant) de manière à obtenir un nombre significatif de résultats permettant d’envisager à terme leur traitement statistique (modélisation bayésienne, modèle âge/profondeur, etc.) avec des méthodes adaptées à la distribution spécifique des densités de probabilité après calibration.

Les interactions hommes/milieux

24Autre axe de recherche développé au Port-au-Chanvre, l’approche paléoenvironnementale ou paléoécologique et en particulier les interactions hommes/milieux, était une des problématiques mises en avant par les prescriptions. Les restitutions stratigraphiques ont donc été confrontées aux informations biologiques (palynologie, malacologie, restes végétaux brulés ou non, etc.) pour une lecture biostratigraphique à appliquer sur les supports numériques du type modèle numérique de terrain.

Palynologie

25L’identification des thalwegs lors des études géomorphologiques et la présence de couches organiques sont apparues comme une réelle opportunité de documenter le paysage végétal, via les données polliniques, durant une large séquence chronologique couvrant pour partie les différentes occupations des lieux. Ce travail, réalisé par D. Aoustin et C. Leroyer (CNRS), devait renseigner plusieurs champs de nos problématiques dans une perspective multiscalaire : la restitution de l’histoire de la végétation, de l’échelle régionale à macro-régionale, l’enregistrement des modifications hydriques de la vallée et la lecture des variations du couvert végétal à l’échelle locale en essayant d’y déceler un impact anthropique. L’ensemble participe pleinement à la reconstitution, sur le temps long, des variations climatiques, du paysage et des phases d’emprise ou de déprise humaine sur l’environnement.

26Cette phase des travaux n’est pas encore arrivée à son terme et devrait largement se poursuivre sur l’année 2013. Toutefois, les premiers résultats montrent des qualités de conservation extrêmement variable limitant pour partie l’analyse et nécessitant de multiplier les prises d’échantillons. A terme et en fonction des premiers résultats, il semble cependant possible de documenter, de manière fiable, la période allant du Mésolithique au début de l’âge du bronze. De manière plus décevante, le Paléolithique final et l’intervalle compris entre la protohistoire et l’époque médiévale ne paraissent pas pouvoir être renseignés. Des datations isotopiques sont actuellement en cours sur les stratigraphies échantillonnées, de manière à corroborer ces premières constatations.

Malacologie

27Les données malacologiques ont été enregistrées par S. Granai (doctorante). L’identification des restes de mollusques devait répondre aux mêmes problématiques environnementales que pour les pollens, soit la lecture des variations climatiques, la reconnaissance du débit hydrique, la restitution du paysage et des éventuels impacts humains.

28Les résultats portent principalement sur la caractérisation de cinq malacozones correspondant à de grandes phases environnementales : deux, calées sur le tardiglaciaire et trois, sur l’holocène. La confrontation de ces résultats avec d’autres séquences connues dans le nord de la France, voire dans le nord-ouest de l’Europe, permettent de positionner ces cinq biozones dans un cadre chronoclimatique, certes, pour l’heure, encore hypothétique sur cette portion de la vallée de la Seine, mais qui sera confronté aux données archéologiques et aux datations radiocarbones obtenues sur les niveaux échantillonnés (on pense, en particulier, aux trois séquences holocènes qui vont être affinées par ce biais). D’une manière générale, et dans l’attente des études associées (sur les pollens et les sédiments entre autres), il est possible de lire dans ces grandes lignes, l’évolution du milieu durant l’holocène, où l’on passe d’une végétation de forêt claire et humide au Mésolithique à un espace de plus en plus ouvert au cours du Néolithique, ce paysage laissant la place à un espace plus marécageux à la transition Bronze-premier âge du fer, avant l’assèchement du milieu au cours de La Tène (fig. 5).

29Ce canevas environnemental se cale assez bien avec les a priori de l’analyse archéologique des occupations humaines.

Fig. 5. Résultats des enregistrements malacologiques (DAO, S. Granai, CNRS, photo : C. Marcigny, INRAP).

Anthracologie

30Derniers bio-indicateurs collectés, les charbons de bois ont fait l’objet d’un protocole d’échantillonnage (prélèvements en vrac et tamisage) sur l’ensemble des sites, de manière à effectuer une analyse anthracologique (H. Seignac, INRAP). Après une première caractérisation, les options d’étude ont uniquement porté sur quelques foyers datés du Néolithique moyen (sur les 147 foyers fouillés) et sur une structure de combustion de La Tène ancienne. Les objectifs de ces travaux étaient doubles puisqu’ils venaient renseigner l’approche paléoenvironnementale (bien qu’ici restreinte puisque l’objet d’étude est, par nature, sélectionné) et paléoethnologique via la lecture des choix et comportements qui ont conditionné la gestion et l’exploitation du combustible.

31Les principaux taxons identifiés renvoient à des découvertes de même nature, faites en Normandie : utilisation des pomoïdées (parfois comme bois majoritaire), du chêne caducifolié, du noisetier, du cornouiller et de l’érable. Ces essences devaient être disponibles dans un environnement proche, en lisière forestière (landes, fourrés et fruticées) ou sur les bords de Seine (boisement hygrophile et héliophile). L’ensemble de cette végétation se retrouve en végétation climacique, caractéristique de l’Atlantique, en adéquation avec la chronologie de ces structures centrées sur la fin du Néolithique moyen I et le Néolithique moyen II.

Approche culturelle et chronologique

32Si les données stratigraphiques et environnementales ont été mises à profit pour les estimations chronostratigraphiques, l’approche culturelle et chronologique des différentes occupations humaines restent à être appréhendées grâce à l’étude des différents vestiges mobiliers (lithique, céramique, osseux,…) et bien sûr, grâce aux datations radiocarbones.

33Sur cette portion de vallée de Seine, la densité du nombre des sites, la longue séquence chronologique offerte par ses occupations, la conservation des niveaux de sols en plus des structures et la fenêtre de fouille ouverte sur un peu moins d’une quinzaine d’hectares sont autant d’éléments forts de cette opération qui ont permis de proposer une étude dynamique des occupations humaines. Cette approche gravitait autour de plusieurs questions relatives à la représentativité des sites :

  • Problème de lecture stratigraphique : quelle durée entre deux sols ? quel temps de sédimentation ? quel temps d’inoccupation ? quel rythme ?

  • Problème de la représentativité temporelle : une ou plusieurs phases d’occupation ? occupations courtes ? occupations longues ?

  • Représentativité spatiale du gisement : qualité de conservation des vestiges ? valeur archéologique des sols ? validité des hypothèses paléoethnologiques ?

Fig. 6. Le locus 29704 du Paléolithique supérieur final : relevé 3D des vestiges (DAO, V. Théron, INRAP), interprétation paléoethnologique (DAO, C. Marcigny, INRAP) et calibration des datations radiocarbones disponibles (logiciel OxCal 3.1).

34Ce questionnement constituait la « lettre de mission » des différents archéologues qui sont intervenus à Alizay et Igoville et reste, à l’heure où nous finissons les études de post-fouille, une problématique au centre de nos travaux.

35Alors qu’une partie des vestiges est toujours en cours d’étude, il est possible de dresser, de manière synthétique et liminaire, la liste des occupations rencontrées en fouille.

Le Paléolithique supérieur final

36Sur les sols attribués à l’extrême fin du Paléolithique supérieur (au-dessus de niveaux du Dryas récent), une zone dense en vestige, d’une superficie d’environ 70 m2, a livré plus de 4 500 pièces lithiques et osseuses. L’état de conservation remarquable de ce locus a permis une lecture fine de la répartition spatiale des vestiges (fouille : J.-P. Faivre et M. Biard, INRAP ; étude : M. Biard). Ceux-ci forment une concentration dessinant un cercle presque parfait, de 7 m de diamètre, à laquelle se greffe, au nord-est, une zone de rejet de 8 m2, qui renferme une grande majorité des restes fauniques (fig. 6). Au sein du cercle, légèrement décentré vers l’est, les occupants ont abandonné une enclume et le percuteur qui semble avoir servi à fracturer des os ce qu’indiqueraient les nombreux stigmates de fracturation intentionnelle. À ce jour, seul le genre Bos (aurochs) a été déterminé par C. Bémili (INRAP), dans le spectre faunique, à l’exception d’un fragment de bois de renne, espèce qui est réputée avoir disparu à cette époque. À l’intérieur de cette zone, les amas de tailles ont été déplacés, poussés sur les bords, créant d’incontestables effets de paroi dont les limites viennent étayer l’hypothèse de la présence d’une structure d’habitat.

37Le corpus lithique rattaché à cette occupation se caractérise par des débitages laminaire, laminolamellaire et lamellaire de qualité, les lamelles étant affectées à la réalisation de supports d’armatures microlithiques (bitroncatures, troncatures rectilignes et pointes des Blanchères). La singularité de cette production lithique se retrouve dans les faciès culturels contemporains (épi-ahrensbourgien, belloisien, laborien) et permet un calage chronologique de cette industrie à la transition entre le Dryas récent et le début du Préboréal. Cette attribution chronoculturelle est confirmée par trois datations isotopiques. Ce locus n’est pas isolé sur la zone fouillée ; à proximité se trouvent plusieurs petits assemblages lithiques de la même époque qui permettent d’envisager une analyse spatiale large de cette unité d’habitat (probable habitat temporaire) et de son espace environnant. Ce travail est actuellement en cours.

Les occupations mésolithiques

38Plusieurs occupations datées du Mésolithique moyen ont été fouillées (de petits ensembles épars et deux sites, distants de plusieurs centaines de mètres, implantés sur la montille). Elles correspondent à des locus mal conservés (fig. 7) qui offrent des assemblages mobiliers assez importants dont l’étude est en cours, sous la direction de S. Michel (INRAP). Pour l’heure, il est difficile d’aller très loin dans la description de ces locus, tout au plus peut-on indiquer à titre d’hypothèse qu’ils correspondent peut-être à des occupations liées à des activités de pêche. Ces ensembles offrent toutefois des assemblages lithiques particulièrement complets documentant les séries connues pour le Mésolithique moyen du nord de la France. Les ensembles archéologiques fouillés sont cohérents sur le plan typologique. Ils sont composés d’un spectre microlithique dominé par des segments de cercle essentiellement secondés de pointes de nature variée, et pour lequel nous bénéficions de dates radiocarbones en accord avec l’industrie étudiée. Ces dates font référence à la première moitié du 8e millénaire avant notre ère, voire à la fin du millénaire précédent.

Fig. 7. Fouille d’un des locus datés du Mésolithique (photo : J. Refuveille, Balloide-photo).

Le Néolithique ancien

39Le Mésolithique récent/final est presque absent sur le site, seules deux armatures dispersées témoignent d’un passage sur les lieux. Le Néolithique ancien est aussi faiblement représenté. On note quelques tessons en berge de Seine : un tesson Rubané final à mettre en parallèle avec un bracelet en calcaire probablement daté de la même période et des récipients appartenant à la culture Blicquy – Villeneuve-Saint-Germain (céramique néolithique étudiée par L. Manceau, INRAP) à associer à des parures annulaires en schiste. Entre ces deux périodes, une occupation à céramique de La Hoguette a été identifiée, installée sur la montille occidentale et constituée de quelques petites fosses contenant un mobilier pauvre à l’exception de celle qui a livré une forme céramique décorée (fig. 8) accompagnée d’un petit récipient inorné à fond plat (Aubry, 2011). Le dégraissant osseux de la céramique de La Hoguette a été daté de 5370 à 5222 cal BC (Lyon-6929 (OxA) : 6335 +/-35BP).

Fig. 8. Le vase de La Hoguette (restitution et photo : H. Paitier, INRAP).

Le Néolithique moyen I

40Le Néolithique moyen I est caractérisé par des sites attribués majoritairement au Cerny « Videlles » ou Cerny ancien (sept locus ; certains présentent aussi des éléments céramiques plus récents appartenant à la sphère culturelle Barbuise. Les sites sont généralement localisés en limite de la zone humide au nord de l’emprise, souvent au fond des thalwegs qui, à cette période, devaient être secs. Les concentrations de mobilier sont parfois très abondantes (amas de débitage, étude lithique : F. Charraud) et certaines sont situées à proximité de foyers.

41À l’ouest de la zone d’étude, les éléments Cerny gravitaient autour d’une construction sur poteaux qui semble dater de la même époque (datation isotopique en cours). Le bâtiment est implanté en limite du thalweg et parallèle à celui-ci.

42Une sépulture est synchrone des derniers temps du Néolithique moyen I. Elle repose dans une fosse de plan carré en position hyper-contractée. Une crache de suidé et un poinçon en os sont disposés au niveau du genou gauche de l’inhumé. Il s’agit d’un individu adulte de sexe masculin. En dehors du mobilier, son attribution chronologique repose sur une datation radiocarbone (AA94786 : 5550 ± 60 BP, soit 4519 à 4266 av. J.-C.).

Le Néolithique moyen II

43Pour cette période, aucune occupation bâtie n’est attestée sur la fenêtre de fouille. Les locus sont caractérisés par des couches de mobiliers et de nombreux foyers qui sont implantés en bordure des thalwegs alors que ceux-ci sont à nouveau humides.

44Les foyers néolithiques sont tous des foyers à pierres chauffantes, parfois dénommés aussi foyers polynésiens (fig. 9). Il s’agit de structures circulaires, non creusées, qui se manifestent sous la forme d’un radier de petits blocs de craie ou de silex (souvent les deux), le tout formant en surface du radier une très légère cuvette. Les éléments de datation sont uniquement les charbons piégés entre les blocs de pierre rubéfiés ou en dessous. L’attribution au Néolithique moyen II est très nettement majoritaire pour ce type de structure, dont le nombre est estimé à plus d’une centaine sur l’emprise de la fouille. La majorité d’entre eux est dispersée sur les bords de la montille principal, en direction des thalwegs ou des rives de la Seine.

45Une sépulture est attribuée à cette phase (AA95780 : 5230 ± 60 BP, soit 4236 à 3951 av. J.-C.). Elle est située à l’écart des zones « domestiques ». Il s’agit d’un individu adulte de sexe féminin disposé en position fléchie sur le côté, fémur à l’équerre par rapport au tronc (détermination : A. Thomann, INRAP). Pour cette période, il semble que les différents sites rencontrés correspondent à de petites occupations temporaires en lien avec l’exploitation du milieu.

Le Néolithique récent/final

46Durant les dernières phases du Néolithique, l’habitat change de nature et retrouve, comme au Néolithique moyen I, une nature pérenne.

Fig. 9. Quelques foyers du Néolithique moyen en cours d’étude (photos, INRAP).

Fig. 10. Les deux bâtiments du Néolithique final et leurs datations radiocarbones (DAO et photos, INRAP et J. Refuveille, Balloide-photo ; calibration OxCal 4.1).

47Deux bâtiments ont été datés de cette période (fig. 10). Ils sont situés à peu de distance l’un de l’autre sur la partie haute de la montille. Un niveau de mobilier abondant est lié au bâtiment le plus ancien des deux. Le premier est daté du Néolithique récent par les datations absolues ainsi que par l’abondant mobilier issu du niveau de sol interne et externe au bâtiment (3300-3050 av. J.-C.). Il mesure environ 15 m de longueur sur 5 m de largeur ; le mobilier est, quant à lui, concentré sur une surface quadrangulaire de 300 m2. La construction porte sur trois tranchées de fondations correspondant à la largeur estimée du bâtiment. Elles sont très étroites et profondes de 0,60 m depuis le niveau de sol préservé. Elles présentent des blocs de calage dans leur remplissage, délimitant la présence de plusieurs poteaux plantés. Le redressement des vestiges en 3D permet de déterminer la présence de parois externes de près d’un mètre d’épaisseur. Le mobilier associé est abondant (nombre minimum d’individus céramique : 73) et est composé, en ce qui concerne la céramique, de formes hautes, droites, à fond plat débordant, avec parfois une cannelure large et peu profonde sous la lèvre. Les éléments décorés sont des lignes parallèles incisées.

48Le second bâtiment est construit sur (au moins) 13 poteaux porteurs. Il mesure un peu plus de 5 m de longueur et 2,50 m de largeur. Il ne présente pas de niveau de sol anthropisé reconnaissable et n’a pas livré de mobilier associé. 11 poteaux représentent les soutiens externes et 2 autres, les renforts internes de la charpente. Le tout s’organise donc sous la forme d’un bâtiment rectangulaire à deux nefs, deux fois plus long que large. La datation (3000-2900 av. J.-C.) est réalisée sur charbons de bois issus du remplissage des poteaux. En dehors de ces deux bâtiments, de nombreux petits locus occupent la zone orientale du décapage.

Fig. 11. Locus campaniforme typique avec son foyer et ses vestiges épars (photo : C. Marcigny, INRAP).

Le Campaniforme/Bronze ancien

49Cette période est particulièrement bien représentée dans le secteur sud-ouest de la zone d’étude. Une cinquantaine de locus ont été identifiés, sur un modèle sinon identique, du moins comparable. Ils sont organisés en une zone de dispersion de vestiges sur une surface de quelques mètres de diamètre, parfois autour d’une petite structure de combustion, non aménagée (fig. 11). Le mobilier se compose d’un lot de silex, parfois une grande forme céramique fragmentaire (forme haute, décor de coups d’ongles couvrant, par exemple) ou encore quelques tessons appartenant à des gobelets campaniformes. Ces tessons sont toujours de petit format, de 3 à 5 cm de côté. Ces occupations campaniformes semblent de courtes durées, témoignant peut-être d’habitats légers à usage temporaire, destinés à abriter un groupe réduit pour mener des activités en rapport avec la proximité de la Seine (fumage du poisson ?), ou, pourquoi pas, pour un rassemblement ponctuel. Les datations de ces occupations campaniformes s’étalent de 2400 à 2050 av. J.-C. et couvrent toute la séquence du Bronze ancien I.

Du Bronze moyen au premier âge du fer

50À l’âge du bronze moyen, les lieux ne semblent plus fréquentés jusqu’à la fin de la période (autour du XIVe siècle avant notre ère). À cette époque, alors que le niveau de l’eau est remonté et que la zone prend l’apparence d’une vaste plaine d’inondation, les thalwegs deviennent le lieu d’activité de chasse, probablement aux gibiers d’eau. Ces activités cynégétiques ont bien entendu laissé peu de traces, si ce n’est la présence récurrente de quelques pointes de flèche à pédoncule et ailerons et de nombreuses balles de fronde façonnées à partir de blocs de craie (plus de 300 objets de ce type ont été récoltés ; fig. 12). Ces dernières se retrouvent systématiquement dans une couche dont les datations sont comprises entre le Bronze moyen II et le début du premier âge du fer. L’étude menée par E. Gallouin (INRAP) sur ce type de mobilier et sur les contextes de découvertes devrait permettre de préciser le ou les calages chronologiques précis de ces activités de chasse, permettant d’illustrer l’utilisation de la vallée, lors des phases de déprises.

La Tène ancienne

51Il faut attendre le début du second âge du fer pour que les lieux soient à nouveau investis. À La Tène ancienne, un petit habitat s’implante sur la montille, en limite d’emprise de fouille, à l’ouest (étude sous la direction d’A. Lefort, INRAP). Cet ensemble associe, comme pour le reste des sites d’Alizay et d’Igoville, des structures à une couche d’occupation riche en vestiges. Une dizaine d’ensembles bâtis a été identifiée pour l’instant, mais le gisement peut se poursuivre plus vers l’ouest comme semble en témoigner des éléments découverts lors des diagnostics. Pour l’heure, les constructions se partagent entre bâtiments circulaires (deux exemplaires d’environ 6 m de diamètre) et d’annexes, de type grenier à 4 ou 6 poteaux (fig. 13). L’association de bâtiments d’habitation, de greniers et de foyers situés aussi bien à l’intérieur qu’à l’extérieur des maisons donnent l’image d’un petit habitat rural dont l’autonomie peut être supposée comme en témoigne la découverte d’une scorie de forge et d’outils spécifiques (ciseau à bois et petit creuset de métallurgiste).

L’Antiquité

52La période gallo-romaine est très mal représentée sur la zone de fouille. On peut cependant noter la présence ponctuelle de quelques tuiles ou débris de céramique, mais il ne semble pas que cette partie de la vallée ait été occupée au cours de cette période.

Le Moyen Âge

53Au niveau de la commune d’Igoville, la fouille a porté sur les abords du Fort du « Limaye », site médiéval bien connu de la littérature archéologique nord-européenne, emplacement présumé d’un pont fortifié, reliant Pont-de-l’Arche à Igoville, construit au IXe siècle (entre 862 et 873) par Charles le Chauve pour barrer l’avancée des vikings en Francie. Si la configuration générale du site fait encore débat au sein de la communauté archéologique (nous renvoyons aux travaux de J. Le Maho sur la question), les élévations encore présentes du côté des communes d’Alizay et Igoville ne laissent guère de doute sur la présence d’une demi-enceinte circulaire appuyée sur la Seine, qui a été durant longtemps le siège d’un fort, figuré, entre autres, sur un vitrail de Pont-de-l’Arche, et d’une enceinte plus vaste, de plan quadrangulaire. Cette dernière a été comparée par les auteurs britanniques (et en particulier D. Hill) aux burh anglo-saxons, vastes fortifications de plan orthonormé qui apparurent au IXe siècle en Angleterre en réponse à la menace normande. Des sondages menés par B. Dearden dans les années 80 semblent confirmer la datation évoquée par D. Hill, puisqu’une mesure d’âge archéomagnétique du rempart de l’enceinte, en partie calciné, place cet incendie autour de 860 +/– 40 (à 95 % de confiance). Dans l’emprise des fouilles, une partie de cette enceinte quadrangulaire a pu être dégagée et étudiée (étude confiée à V. Carpentier, INRAP). Deux retranchements, sous la forme de larges fossés de près de 15 à 20 m d’amplitude, profonds de 4 à 5 m, ont été suivis. Ils forment la limite externe de l’enceinte étudiée par B. Dearden. Celle-ci serait donc délimitée par trois fossés, associés à des remparts de terre, encore partiellement conservés (fig. 14). À la fouille, ces structures ont livré un mobilier abondant, essentiellement métallique, dont les datations s’échelonnent du IXe au XVe siècle (monnaies, armement, boucles diverses, méreaux, etc. ; étude : V. Tessier, INRAP). Autour de l’enceinte, plusieurs structures de combustion ont été dégagées. Elles sont pour la plupart datées du IXe siècle, époque de creusement des fossés. Daté de la même période par radiocarbone, un petit groupe funéraire de onze sépultures a été étudié par R. Lefebvre (INRAP). Il s’agit de onze inhumations individuelles, n’ayant subi aucun recoupement, et toutes orientées ouest-est, la tête se situant à l’ouest.

54Après l’époque moderne, la zone semble mise en culture et ne fait plus l’objet d’aménagement.

Fig. 12. Balle de fronde découverte dans les niveaux dates du Bronze moyen, au niveau d’un des thalwegs (photo : E. Gallouin, INRAP).

Perspectives

55L’étude du site du Port-au-Chanvre sur les communes d’Alizay et d’Igoville repose sur un jeu d’échelles qui a laissé la part belle aux lectures micro et macroarchéologique : à l’échelle du site, de son époque ou du lieu. Démarche, on ne peut plus classique en archéologie, mais ici poussée à son paroxysme, étant donné les champs chronologiques et spatiaux envisagés. S’il est possible aujourd’hui de présenter les premiers résultats de l’étude, il est évident que beaucoup reste à faire. Les aspects paléogéographiques, par exemple, n’ont été que rapidement esquissés ici. Cet axe de recherche constituera un des aspects les plus importants des études qui seront menées en 2013. La poursuite des fouilles en 2013 et 2014 permettra aussi d’affiner le cadre chronostratigraphique, d’étoffer les enregistrements paléoenvironnementaux, tout en continuant la fouille des nombreux sites archéologiques présents sur cette portion de la vallée de la Seine.

Fig. 13. Vue aérienne de l’habitat de La Tène ancienne (photo : J. Refuveille, Balloide-photo).

Fig. 14. Sondage dans le système de défense du Fort d’Igoville (photo : J. Refuveille, Balloide-photo).

Bibliographie

Bibliographie

Aubry B., Tomann A., Biard M., Bemilli C., Santiago-Lara V., Tessier V., Petit P., Honoré D. (2011) – Une occupation du Tardiglaciaire : Alizay-Igoville (Eure). Journées archéologiques de Haute-Normandie, Harfleur, 2010, Rouen, Publications des universités de Rouen et du Havre, 2011, p. 9-24.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Plan et vue générale du site (photo : J. Refuveille, Balloide-photo, DAO INRAP et Géoportail).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4606/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Légende Fig. 2. Une des zones de fouille en cours de décapage : au premier plan, un locus du Mésolithique et un du Paléolithique supérieur final sont en cours d’étude (photo : J. Refuveille, Balloide-photo).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4606/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 264k
Légende Fig. 3. Résultats de la prospection géophysique reportés sur les zones de fouille : en rouge et vert la montille et ses abords, en bleu les thalwegs (au nord) ou la paléoberge de la seine (au sud). Les décapages ont pour l’instant porté sur les tranches 1 et 2a (DAO G. Hulin, INRAP, modifié C. Marcigny, INRAP).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4606/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 260k
Légende Fig. 4. Deux exemples de MNT obtenus à l’issue des fouilles. A. le niveau correspond à la fin du Néolithique, la montille et les thalwegs sont bien visibles. B. le niveau correspond à l’âge du bronze, la zone est une vaste plaine d’inondation (SIG, S. Mazet, INRAP).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4606/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Légende Fig. 5. Résultats des enregistrements malacologiques (DAO, S. Granai, CNRS, photo : C. Marcigny, INRAP).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4606/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 420k
Légende Fig. 6. Le locus 29704 du Paléolithique supérieur final : relevé 3D des vestiges (DAO, V. Théron, INRAP), interprétation paléoethnologique (DAO, C. Marcigny, INRAP) et calibration des datations radiocarbones disponibles (logiciel OxCal 3.1).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4606/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 480k
Légende Fig. 7. Fouille d’un des locus datés du Mésolithique (photo : J. Refuveille, Balloide-photo).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4606/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
Légende Fig. 8. Le vase de La Hoguette (restitution et photo : H. Paitier, INRAP).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4606/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Légende Fig. 9. Quelques foyers du Néolithique moyen en cours d’étude (photos, INRAP).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4606/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Légende Fig. 10. Les deux bâtiments du Néolithique final et leurs datations radiocarbones (DAO et photos, INRAP et J. Refuveille, Balloide-photo ; calibration OxCal 4.1).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4606/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Légende Fig. 11. Locus campaniforme typique avec son foyer et ses vestiges épars (photo : C. Marcigny, INRAP).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4606/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 256k
Légende Fig. 12. Balle de fronde découverte dans les niveaux dates du Bronze moyen, au niveau d’un des thalwegs (photo : E. Gallouin, INRAP).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4606/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Légende Fig. 13. Vue aérienne de l’habitat de La Tène ancienne (photo : J. Refuveille, Balloide-photo).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4606/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Légende Fig. 14. Sondage dans le système de défense du Fort d’Igoville (photo : J. Refuveille, Balloide-photo).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4606/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 180k

Auteurs

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search