Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Journées archéologiques de Haute-Normandie. Évreux, 6-8 mai 2011

 | 
Luc Liogier

L’archéologie aérienne dans le département de l’Eure en 2010

Aerial archaeology in the Eure département in 2010

Véronique Le Borgne, Jean-Noël Le Borgne et Gilles Dumondelle

Résumé

Les conditions météorologiques favorables ont permis en 2010 une bonne campagne de prospection archéologique aérienne dans le département de l’Eure par Archéo 27. Les 290 dessins redressés réalisés correspondent soit à des nouveaux sites, soit à d’importants compléments de structures déjà connues, comme pour l’habitat dans les insulae au nord du forum au Vieil-Évreux. Les découvertes se répartissent dans tous les secteurs du département. Les vallées de l’Eure et de l’Iton ont livré un grand nombre d’enclos funéraires et plusieurs bâtiments sur poteaux plantés. Sept nouveaux établissements gallo-romains ont été repérés dans le Vexin normand. Bâtiments, enclos divers, parcellaires, chemins et voies sont apparus nombreux en 2010 et viendront compléter les données enregistrées sur les cartes.

In 2010, favourable weather conditions enabled Archéo 27 to conduct a successful campaign of aerial archaeological surveying in the Eure département. The 290 vertical drawings produced correspond either to new sites or to important additions to structures already known, like the dwelling in the insulae to the north of the forum in Vieil-Évreux. The Eure and Iton valleys have yielded a great number of funerary enclosures and several buildings suspended on posts planted in the ground. Seven new Gallo-Roman establishments were identified in the Vexin Normand area. Buildings, various enclosures, parcels of land, paths and roads emerged in great numbers in 2010 and contribute to completing the data recorded on the maps.

Texte intégral

Le cadre

1Le cadre de notre prospection est inchangé et concerne tout le département de l’Eure, avec quelques débordements en Eure-et-Loir pour intégrer à nos recherches les vallées-frontières de l’Avre et de l’Eure, et quelques impasses sur le Pays d’Auge largement réfractaire à notre discipline et d’approche plus délicate en raison de la proximité de l’aéroport de Deauville.

Les moyens

2Nos missions sont toujours organisées à partir de l’aéro-club de Bernay à bord d’avions Robin DR 400 à ailes basses. En 2010, nous avons effectué 27 heures de vol, réparties en 14 sorties, du 7 mars au 14 septembre. Notre matériel photographique reste composé de deux reflex numériques dotés d’un capteur plein format.

La méthode

3Sans revenir sur le détail de notre méthode de travail, rappelons que toutes les traces photographiées, déclarées ou non, font l’objet d’un dessin redressé sur extrait cadastral au 1/2 500, après confrontation avec le cadastre napoléonien.

Les résultats

Quelques chiffres

4À l’issue de cette campagne, 290 dessins redressés ont été réalisés, dont 40 % sont des mises à jour, parfois très importantes. Ces nouveautés ou ces compléments concernent 15 bâtiments ou groupes de bâtiments, 63 enclos circulaires, 157 enclos non circulaires de toutes formes et dimensions, 91 tronçons de chemins ou de voies et 118 parcellaires et traces diverses.

Le Vexin normand

5Depuis quelques années le Vexin normand fait l’objet de toute notre attention. Malgré des résultats significatifs, cette région reste difficile à prospecter, surtout pour les structures fossoyées. L’année 2010, avec plus d’une vingtaine de dessins, est une bonne année.

6Les découvertes de bâtiments y sont traditionnelles. Ainsi sept sites, vraisemblablement antiques, ont été repérés : à Authevernes, Villers-en-Vexin, La Neuve-Grange, Houville-en-Vexin, Mesnil-Verclives, Longchamps et Amfreville-les-Champs.

7Cette année les sites fossoyés photographiés sont relativement nombreux dans cette région, notamment grâce à des vols précoces en début de printemps. Signalons quelques enclos circulaires en vallée de Seine à Muids et Andé, mais aussi sur les plateaux à Flipou et à Hébécourt. Les communes de Bézu-la-Forêt et Écouis ont livré des enclos complexes. La découverte la plus inattendue est celle d’un enclos, de limites parcellaires et de chemins sur le site antique de Gamaches-en-Vexin (fig. 1).

Fig. 1. À Gamaches-en-Vexin, une belle surprise lors du premier vol de printemps : un système d’enclos et un parcellaire, sans doute antérieurs à l’agglomération antique (photo : Le Borgne-Dumondelle, Archéo 27).

Fig. 1. À Gamaches-en-Vexin, une belle surprise lors du premier vol de printemps : un système d’enclos et un parcellaire, sans doute antérieurs à l’agglomération antique (photo : Le Borgne-Dumondelle, Archéo 27).

Le plateau du Neubourg

8Le plateau du Neubourg occupe le centre du département. Il est délimité, approximativement, par les vallées de la Risle à l’ouest, du Rouloir au sud, de l’Iton à l’est et de l’Oison au nord. Nous prospectons depuis longtemps cette région qui a déjà révélé une trame très dense de structures fossoyées grâce à des vols précoces.

9Trois nouveaux sites de bâtiments, probablement antiques, ont été repérés à Bernienville, Bacquepuis et Écauville (premier site découvert sur la commune) et des compléments à Harcourt et Quittebeuf.

10Les vols du début de printemps continuent de porter leurs fruits ; ils ont permis la découverte de nombreuses structures fossoyées, chemins, parcellaires ou enclos, notamment à Beaumontel, Daubeuf-la-Campagne, Vraiville, Cesseville, Bray et Barc. À noter également la découverte, lors d’un vol de juin, d’un premier site sur la commune de Beaumont-le-Roger, un enclos à entrée double, dominant la ville et la vallée de la Risle.

Le Roumois, le Vièvre et la vallée de la Risle

11Cette partie nord-ouest du département est peu prolifique, mais montre régulièrement de nouveaux sites. Cette année nous avons découvert à Bourg-Achard un enclos circulaire à large fossé proche d’un manoir disparu depuis le XIXe siècle (site médiéval ?), un chemin à Corneville-sur-Risle, un enclos aux Préaux et deux enclos à Hecmanville. Les substructions maçonnées de l’enceinte médiévale du Manoir à Condé-sur-Risle ont été particulièrement visibles en 2010.

Le plateau de Saint-André

12Le plateau de Saint-André occupe le sud-est du département, entre la forêt de Breteuil, celle d’Évreux et la vallée de l’Eure. C’est une région favorable à la prospection aérienne et les découvertes y sont toujours les plus nombreuses.

13Nous y avons photographié deux nouveaux sites de bâtiments ; l’un, à Saint-Luc (fig. 2), a livré du mobilier gallo-romain ; le dessin du deuxième à Corneuil fait penser à une construction de la même époque, mais la reconnaissance au sol est restée stérile. Enfin, le site du Puits d’Enfer à Sylvains-les-Moulin est apparu plus complet avec un édicule au sud du fanum, des éléments du péribole et des bâtiments périphériques.

Fig. 2. À Saint-Luc, une villa gallo-romaine dans le lin (photo : Le Borgne-Dumondelle, Archéo 27).

Fig. 2. À Saint-Luc, une villa gallo-romaine dans le lin (photo : Le Borgne-Dumondelle, Archéo 27).

14La moisson de structures fossoyées est aussi abondante avec des enclos ou des chemins à Mousseaux-Neuville, Chavigny-Bailleul (fig. 3), Saint-Luc, Garencières, Verneuil-sur-Avre, Grossœuvre, Prey, etc. À Guichainville (fig. 4), deux enclos complexes sont recoupés par la voie romaine Évreux-Dreux. À Chavigny-Bailleul, le parc du château de Bailleul figure sur le cadastre napoléonien. Il a laissé des traces spectaculaires, mêlées à d’autres structures, dans les pièces de culture qui l’ont remplacé. Le dessin de synthèse a révélé l’existence d’un enclos circulaire tangent à la cour du château en ruine : site médiéval ?

Fig. 3. À Chavigny-Bailleul, deux systèmes d’enclos ; le site a connu une longue occupation constatée lors des opérations d’archéologie préventive sur le tracé de la RN 154 (photo : Le Borgne-Dumondelle, Archéo 27).

Fig. 3. À Chavigny-Bailleul, deux systèmes d’enclos ; le site a connu une longue occupation constatée lors des opérations d’archéologie préventive sur le tracé de la RN 154 (photo : Le Borgne-Dumondelle, Archéo 27).

Fig. 4. Enclos à fossés doubles coupé par la voie romaine Évreux-Dreux à Guichainville (photo : Le Borgne-Dumondelle, Archéo 27).

Fig. 4. Enclos à fossés doubles coupé par la voie romaine Évreux-Dreux à Guichainville (photo : Le Borgne-Dumondelle, Archéo 27).

Les vallées de l’Eure et de l’Iton

15Les vallées de l’Eure et de l’Iton constituent un milieu particulier pour la prospection aérienne. D’une part, en raison du substrat, les structures enfouies peuvent s’y dessiner avec une grande précision, d’autre part, elles ont été un lieu privilégié pour l’établissement de nécropoles à l’âge du bronze et à l’âge du fer. Ainsi, malgré la densité de l’habitat actuel et l’étendue des gravières, on peut y trouver un grand nombre de structures sur des territoires restreints. Le cas le plus frappant est le fond de la vallée de l’Eure occupé par quatre communes, Marcilly-la-Campagne et Croth dans l’Eure, Saussay et Sorel-Moussel dans l’Eure-et-Loir. Dans ce territoire de moins de 15 km2, très urbanisé, nous dénombrons plus d’une centaine d’enclos funéraires, circulaires ou quadrilatéraux, à fossés simples ou doubles, et chaque campagne apporte son lot de nouveautés.

16Ce contexte allié à une météo favorable a permis d’identifier pour la première fois plusieurs bâtiments sur poteaux plantés à Croth (fig. 5), Sorel-Moussel et Fains. La découverte de petites fosses rectangulaires (2-4 m sur 4-6 m) avec la trace d’un poteau à chaque angle est un point fort de cette campagne. Ces fonds de cabanes (du haut Moyen Âge ?) sont surtout nombreux à Saussay mais on en trouve aussi quelques-uns à Garennes-sur-Eure et à Bueil.

Fig. 5. À Croth, un bâtiment assez exceptionnel sur poteaux (photo : Le Borgne-Dumondelle, Archéo 27).

Fig. 5. À Croth, un bâtiment assez exceptionnel sur poteaux (photo : Le Borgne-Dumondelle, Archéo 27).

17En aval de Pacy-sur-Eure, nous avons repéré deux voies traversant la vallée à Vaux-sur-Eure et à Hardencourt-Cocherel, ainsi qu’une petite villa à Autheuil-Authouillet.

18La vallée de l’Iton a beaucoup moins d’ampleur que la vallée de l’Eure et elle est totalement urbanisée dans les communes proches d’Évreux. Malgré ce cadre plus restreint, on a identifié en 2010 deux nouveaux enclos funéraires, une circulaire à Gaudreville-la-Rivière et un rectangulaire au Villalet. En aval d’Évreux, notre connaissance de la voie Évreux-Rouen s’est enrichie d’un nouveau tronçon à Normanville. Le tracé de cette même voie s’est précisé à Brosville dans un contexte complété par un enclos circulaire, des limites parcellaires et une petite construction maçonnée carrée. La reconnaissance au sol a permis d’y identifier une occupation gallo-romaine étendue.

Le Vieil-Évreux

19Roger Agache a pris des photos spectaculaires du Vieil-Évreux en 1976. À partir de 1990, Annie Étienne et Pascal Eudier ont accordé une attention soutenue à ce site, jusqu’à en établir un plan de référence. De ce fait nos survols de cette ville antique ne nous semblaient pas à-même d’apporter des nouveautés. Ce que la campagne de 2010 est venue démentir avec notamment des photos de l’habitat du quartier au nord du forum dont surtout la trame viaire était connue (fig. 6).

Fig. 6. Le Vieil-Évreux, au nord du forum, un bâtiment visible dans le quadrillage des insulae (photo : Le Borgne-Dumondelle, Archéo 27).

Fig. 6. Le Vieil-Évreux, au nord du forum, un bâtiment visible dans le quadrillage des insulae (photo : Le Borgne-Dumondelle, Archéo 27).

Conclusion

20De bonnes conditions météorologiques jusqu’au début du mois de juillet et la familiarité croissante avec les paysages de l’est du département ont fait de cette campagne 2010 une des meilleures que nous ayons connues. Le nombre d’observations complémentaires souligne, s’il en était encore besoin, la nécessité de survoler régulièrement les mêmes sites. La réalisation de dessins redressés se révèle être un moyen incontournable pour enregistrer l’ensemble des observations faites au fil des ans sur un même site. Cette richesse de données nouvelles se répercute directement sur notre charge de travail. La principale conséquence est le ralentissement de la mise à niveau de la documentation ancienne. Nous y travaillons toujours en espérant traiter un canton tous les deux ans.

Table des illustrations

Titre Fig. 1. À Gamaches-en-Vexin, une belle surprise lors du premier vol de printemps : un système d’enclos et un parcellaire, sans doute antérieurs à l’agglomération antique (photo : Le Borgne-Dumondelle, Archéo 27).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4569/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Titre Fig. 2. À Saint-Luc, une villa gallo-romaine dans le lin (photo : Le Borgne-Dumondelle, Archéo 27).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4569/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Titre Fig. 3. À Chavigny-Bailleul, deux systèmes d’enclos ; le site a connu une longue occupation constatée lors des opérations d’archéologie préventive sur le tracé de la RN 154 (photo : Le Borgne-Dumondelle, Archéo 27).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4569/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Titre Fig. 4. Enclos à fossés doubles coupé par la voie romaine Évreux-Dreux à Guichainville (photo : Le Borgne-Dumondelle, Archéo 27).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4569/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Titre Fig. 5. À Croth, un bâtiment assez exceptionnel sur poteaux (photo : Le Borgne-Dumondelle, Archéo 27).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4569/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Titre Fig. 6. Le Vieil-Évreux, au nord du forum, un bâtiment visible dans le quadrillage des insulae (photo : Le Borgne-Dumondelle, Archéo 27).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4569/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 170k

Auteurs

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540