Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Journées archéologiques de Haute-Normandie. Évreux, 6-8 mai 2011

 | 
Luc Liogier

Ivry-la-Bataille (Eure) : la « Grotte du sabotier ». Premiers résultats d’une fouille programmée

Ivry-la-Bataille : the “Grotte du sabotier”. Initial results of an excavation programme

Jean-Louis Camuset

Résumé

Située dans la garenne du château médiéval d’Ivry-la-Bataille, la « Grotte du sabotier » fait l’objet d’une fouille programmée visant à en préciser les différentes fonctions et occupations. La campagne 2010 a révélé une structure particulière, une zone d’habitat troglodytique contigüe à un espace présentant des traces de structures destinées à l’hébergement d’animaux ainsi qu’un intéressant ensemble de graffiti (croix et dates gravées).

Located below the remains of the medieval castle of Ivry-la-Bataille, the “Grotte du sabotier” is at the heart of an excavation programme, which aims to clearly define its various functions and occupations. The 2010 campaign uncovered a unique structure, an troglodytic dwelling adjacent to a space with traces of structures that were used to house animals, as well as an intriguing set of graffiti (engraved crosses and dates).

Entrées d'index

Texte intégral

1Ivry-la-Bataille se situe sur la rive gauche d’une boucle de l’Eure, aux confins de la Normandie, de l’Île-de-France et de la région Centre. La bourgade, appelée autrefois « Ivry-la-Chaussée » est devenue Ivry-la-Bataille suite à la victoire de Henri IV sur les troupes de la Ligue en 1590, lors de l’affrontement mené sur le plateau avoisinant. La ville est bâtie au pied d’un coteau calcaire dominé par les restes d’un château médiéval (Xe-XVe siècles).

2La « Grotte du sabotier » se situe à mi-pente du coteau surplombant la ville. Elle se trouve dans la garenne entourant le château médiéval et sa bassecour (fig. 1).

Fig. 1. Grotte du sabotier, plan de situation (Gendreau, 1993) avec surimpression des grottes du sabotier et du renard (plan : D. Pitte, DAO : K. Vincent).

Fig. 1. Grotte du sabotier, plan de situation (Gendreau, 1993) avec surimpression des grottes du sabotier et du renard (plan : D. Pitte, DAO : K. Vincent).

Le contexte historique et archéologique

3Cette grotte ne figure sur aucun plan – qu’il s’agisse du cadastre actuel comme de celui de 1838 – et n’est pas mentionnée dans les écrits des historiens locaux comme régionaux. Ces ouvrages ne traitent que de l’historique du château et de la baronnie d’Ivry. Cependant cette grotte a toujours été connue des Ivryens sous le nom de « Grotte du Sabotier », sans qu’ils puissent en préciser l’origine (appellation et époque). C’est pourquoi des recherches ont été entreprises afin d’en déterminer les différentes occupations et périodes d’activité.

4Une autre grotte, dite « Grotte du renard », située plus au nord sur le coteau, a fait l’objet d’une fouille (Chabridon, 1968) révélant quelques tessons vernissés verts traduisant une occupation anthropique médiévale sans doute en rapport avec le château d’Ivry. Elle comporte plusieurs aménagements de type troglodytique (niches, alvéoles, etc.), comparables à la crypte de Château-Gaillard (Joly, 1824). L’étude de la « Grotte du sabotier » vient en parallèle aux investigations menées sur le château par Dominique Pitte, ingénieur d’études au Service régional de l’archéologie et aux recherches entreprises par Mélanie Meynier sur l’évolution du bourg castral d’Ivry-la-Bataille du Xe siècle au XVIIIe siècle, dans le cadre d’un master à l’université de Rouen.

Une structure particulière

5La cavité est creusée dans un massif de calcaire à silex du Crétacé supérieur, le Campanien. On y accède par une large ouverture pratiquée dans la façade rocheuse du coteau. La grotte se développe à peu près également de part et d’autre de cette entrée. Elle présente une largeur maximale de 13,20 m, orientée sud-nord, et une profondeur moyenne de 3,50 m (fig. 2). Le ciel est relativement plat et légèrement ascendant, sur ses deux tiers, du sud vers le nord. La cavité est en partie comblée par des écoulements de terre et feuilles provenant du coteau. Ainsi sa hauteur sous voûte varie entre 0,90 m et 2 m selon les endroits.

Fig. 2. Topographie du site (relevé : J.-L. Camuset).

Fig. 2. Topographie du site (relevé : J.-L. Camuset).

Les révélations de la topographie

6La zone sud (fig. 3) possède des aménagements de type troglodytique : une niche parallélépipédique et deux autres en forme de poire surmontées d’une saignée oblique, ainsi qu’une encoche en virgule sur le montant d’un accès actuellement obstrué, dans l’angle sud-est de la cavité. Les parois de cette zone sud sont dressées grossièrement : à mihauteur subsiste une ligne horizontale, trace d’une ancienne extraction de craie sous un lit de silex. Au centre de la paroi ouest, un bossage prédominant (demi-pilier tourné) matérialise la limite entre les zones sud et nord.

Fig. 3. Vue de la partie sud (photo : J.-L. Camuset).

Fig. 3. Vue de la partie sud (photo : J.-L. Camuset).

7La zone nord (fig. 4) présente une paroi ouest relativement bien dressée, que deux trous superposés fractionnent en 1/3-2/3. À chaque extrémité de cette paroi, des trous d’emboitement de pièces de bois y sont creusés. Ils sont disposés en binôme et décalés l’un de l’autre verticalement comme horizontalement. La paroi nord présente trois rainures verticales, traces d’extraction de craie. Sur la paroi est, en partie supérieure, figurent plusieurs alvéoles ainsi qu’une encoche en virgule. Un trou d’emboitement de poteau est creusé dans le plafond.

Fig. 4. Vue de la partie nord (photo : J.-L. Camuset).

Fig. 4. Vue de la partie nord (photo : J.-L. Camuset).

8La coupe longitudinale LL’ de la grotte (fig. 5) indique un comblement plus important dans la zone sud que dans la zone nord, avec un point haut décentré vers le sud par rapport à l’accès actuel.

9La coupe transversale AA’ montre l’obstruction d’un accès primitif.

10La coupe transversale BB’ révèle une section de cavité commune à nombre de caves creusées à flanc de coteau.

11Les coupes transversales CC’ et DD’ montrent une surélévation de la voûte le long de la paroi ouest (fig. 5), visible également sur la coupe LL’ (trait interrompu court). Cette surélévation de la voûte se situe au-dessus de trous décalés d’emboitement de pièces de bois. Ce surcreusement correspondrait à l’espace nécessaire pour charger en fourrage des râteliers dont les trous décalés en seraient la trace.

Fig. 5. Plans de coupe (relevés : J.-L. Camuset).

Fig. 5. Plans de coupe (relevés : J.-L. Camuset).

Les révélations des sondages

12Trois sondages ont été effectués. Leur emplacement a été déterminé en fonction du positionnement des aménagements structurels et de l’épaisseur du comblement.

13Le sondage 1 se situe en zone sud, devant la niche parallélépipédique. Il a révélé de part et d’autre de cette dernière deux fosses emplies de cendre ainsi que sept niveaux stratigraphiques de comblement (terre à granulats calcaires mêlés de végétaux en décomposition). Les trois couches inférieures sont damées et correspondent à des sols d’occupation. Les couches supérieures présentent un dôme dont le sommet se situe face à la niche parallélépipédique de la zone sud (fig. 6). Les niches sont creusées 1,20 m au-dessus du sol géologique (C 10). Ce sondage a livré du mobilier céramique XVIIIe-XIXe siècles et un domino en os.

Fig. 6. Sondage 1 et paroi ouest de la zone S (relevés : J.-L. Camuset).

Fig. 6. Sondage 1 et paroi ouest de la zone S (relevés : J.-L. Camuset).

14Mené au niveau de l’accès actuel, le sondage 2 a révélé une stratigraphie identique à celle trouvée dans le sondage précédent. Ce sondage a permis le dégagement du montant droit (côté nord) d’un accès primitif à la zone nord. Les quatre couches supérieures ont livré du mobilier céramique (faïence, terrines de grès, porcelaine, grès du Beauvaisis...) compris entre les XVIIe et XIXe siècles (datations confirmées par Paola Calderoni de l’INRAP) ainsi que des boutons en corne, des clous forgés et quelques pièces de cuir.

15Le sondage 3, mené au pied de la paroi ouest de la zone nord, n’a révélé que deux couches damées (C 12 et C 13), positionnées à une altimétrie plus basse d’une quinzaine de centimètres que celles des précédents sondages. Une fosse (C 11) avec des pierres de calage et la base d’un ressaut arasé ont été observés. Sur le dessus de la couche damée inférieure (C 13), ont été trouvées trois pièces de monnaie (5 et 20 centimes de 1826 et un demiliard de 1782).

16Par ailleurs, un écart de niveau d’une quinzaine de centimètres est constaté entre les sols géologiques des sondages 1 et 2, et ceux du 3.

Interprétation

17Ces différents éléments suggèrent que les zones sud et nord ont pu connaître des occupations différentes.

18La partie sud semble vouée à une fonction d’habitat temporaire, ainsi qu’en attestent l’accès obstrué qui possède une encoche en virgule traduisant un système de fermeture interne et les niches creusées à hauteur d’homme (fig. 6) : la parallélépipédique sert de placard ; celles qui sont en forme de poire sont destinées à un système de chauffage (Fraysse, 1977, t. 3, p. 96) de par leur saignée oblique, facilitant l’évacuation des fumées.

19La zone nord révèle la trace d’installations utilitaires destinées à l’hébergement d’animaux comme en témoignent la présence de râtelier à fourrage (trous décalés d’emboîtement de pièces de bois), la trace d’auge sur pied (fosse avec pierres de blocage) et l’installation d’une barrière de type bat-flanc avec porte (trous superposés fractionnant la paroi ouest et trou d’emboîtement de poteau creusé dans le plafond). Ces aménagements sont comparables à ceux existant dans les muches de Picardie (Dewert, Pâques, Willmann, 2009, p. 75-87).

Un intéressant ensemble de graffiti

20La paroi ouest de la grotte comporte des graffiti (dates et lettres gravées, croix, dessins de personnages, entailles et cupules) comparables à ceux existant sur les murs des églises environnantes, Ivry-la-Bataille et Damville dans l’Eure, Anet en Eure-et-Loir (Leblond, 2009, p. 4). Ces graffiti se situent au niveau de la niche parallélépipédique, sur le bossage prédominant de la zone centrale et, en zone nord, sur une surface relativement plane comprise entre deux bancs de silex (fig. 7).

Fig. 7. Paroi ouest de la zone N (relevé : J.-L. Camuset).

Fig. 7. Paroi ouest de la zone N (relevé : J.-L. Camuset).

En zone sud : quelques inscriptions

21Une croix pattée se situe sur le montant gauche de la niche parallélépipédique.

22Sur le bossage prédominant, une croix coiffée (fig. 8) surmonte une petite croix pattée. Plusieurs entailles et une date (1719) leur sont latéralement adjacentes.

Fig. 8. Croix coiffée (photo : J.-L. Camuset).

Fig. 8. Croix coiffée (photo : J.-L. Camuset).

En zone nord : de nombreux graffiti

23Cette surface se décompose en trois panneaux. Sur le panneau sud (fig. 7), des lettres majuscules en caractère « latin » de forme classique avec apex (initiales de patronyme) sont gravées en trait fort. À ces caractères se trouve adjoint un petit personnage (fig. 9) traité par bouchardage, comparable à celui figurant sur l’église de Fresnoy-la-rivière dans l’Oise (Montenat, 2003, p. 212).

Fig. 9. Personnage en trait bouchardé (photo : J.-L. Camuset).

Fig. 9. Personnage en trait bouchardé (photo : J.-L. Camuset).

24Le panneau central comprend une croix latine simple et deux croix étayées perlées (fig. 10). Elles sont toutes gravées à hauteur d’homme (entre 1,17 et 1,63 m au-dessus du sol géologique) sur une surface éclairée par la lumière naturelle matinale. Ces croix sont surmontées d’une ligne de clous. Elles dominent (fig. 7) six niches de très faible volume (< 2 dm3). Parmi ces croix, deux dates (1749 et 1782) sont gravées dans des cartouches. Le cartouche de la date 1782 (fig. 11) est en partie détruit par un trou d’emboitement d’une pièce de bois.

Fig. 10. Graffiti : croix étayée (relevé : J.-L. Camuset).

Fig. 10. Graffiti : croix étayée (relevé : J.-L. Camuset).

Fig. 11. Date 1782 dans cartouche brisé (photo : J.-L. Camuset).

Fig. 11. Date 1782 dans cartouche brisé (photo : J.-L. Camuset).

25Le panneau nord présente un triptyque de croix sur socle (fig. 12), une inscription « mary », ainsi que les traces (bassin et jambes) d’un personnage détruit en partie par le surcreusement d’une croix sur socle.

Fig. 12. Graffiti : croix sur socle (relevés : J.-L. Camuset).

Fig. 12. Graffiti : croix sur socle (relevés : J.-L. Camuset).

26Dans l’escalier du clocher de l’église Saint-Martin d’Ivry-la-Bataille, on retrouve des graffiti comparables : 1782 (Bricaud, 1997, p. 157) et mary (ibid., p. 149).

Interprétation

27Les initiales et noms, de par leur facture, sont l’œuvre de personnes lettrées. Ils ne permettent pas de déterminer une identification ni une quelconque datation.

28Le personnage gravé en trait bouchardé semble de facture ancienne (pré moderne).

29Les croix traduisent manifestement un caractère religieux. Ce type de graffiti sur un support autre que les murs d’une église n’est pas exceptionnel (Montenat, 2003, p. 32). Cependant leur localisation dans une grotte à l’écart de l’église semble peu fréquente.

30Les croix perlées et étayées pourraient être placées fin XVIIe siècle – début XVIIIe siècle, alors que celles sur socle seraient attribuables à la fin du XVIIIe siècle ou au début du XIXe siècle (Montenat, 2003, p. 45). Les éléments associés correspondraient à des aspects votifs : les entailles et perles des croix (fig. 13) procurant de la poudre rocheuse par grattage à des fins prophylactiques, les clous ayant un rôle de dévotion ou de conjuration et les mini-niches étant des réceptacles à offrandes (Leblond, 2009, p. 67, nos 149-151).

Fig. 13. Croix perlée (photo : J.-L. Camuset).

Fig. 13. Croix perlée (photo : J.-L. Camuset).

31L’examen de ces croix – en termes de positionnement (face à l’est, exposées à la lumière du jour), de disposition (creusées à hauteur d’homme et groupées par catégories), de forme (croix pattées, perlées, simples, étayées et sur socle), de taille (hauteur de 8 cm pour les croix pattées, de15 cm pour les perlées, de 40 cm pour la croix simple étayée et de 12 cm pour celles sur socle) et de présence d’éléments associés – permet d’avancer que nous sommes en présence d’un ensemble de graffiti lié à un culte votif local funéraire dont l’élément le plus probant est la croix coiffée (fig. 8) qui présente des similitudes avec la statue du Christ ressuscité (XVIe siècle) de l’église Saint-Martin d’Ivry-la-Bataille (Bricaud, 1997, p. 133).

Essai de datation

32L’origine de propriété de la garenne du château remonte à l’an 1765. Auparavant, elle se confond avec l’historique de la baronnie d’Ivry, propriété du duc de Penthièvre, qui l’avait affermée dans les années 1750 à des agriculteurs. Deux témoignages d’Ivryens évoquent la présence de moutons sur la garenne dans les années 1930 et un agrandissement de l’entrée actuelle de la grotte vers les années 1950.

33Concernant l’appellation « grotte du sabotier », aucune activité de fabricant de sabots n’a été déterminée sur le territoire de la baronnie d’Ivry. Seules trois patentes de marchands de sabots (Archives municipales, 1G 28, nos 292, 300, 307) ont été délivrées en l’an VI (1798).

34Le mobilier trouvé, principalement la partie céramique, provient de la basse-cour située au-dessus de la grotte. Il n’est donc pas déterminant concernant une occupation de la grotte.

35Les graffiti attestent d’une utilisation de la grotte durant la période fin XVIIe – début XIXe siècle. Ils peuvent correspondre à des périodes de non disponibilité de l’église Saint-Martin d’Ivry. En effet, suite à un ouragan survenu en 1688, l’église fut en grande partie détruite et resta sans réparation durant 33 ans (Mauduit, 1899, p. 346). Par ailleurs la pratique du culte fut interdite durant la période révolutionnaire de 1793 à 1801 (Mauduit, 1899, p. 366).

Conclusion

36Les révélations de la topographie et le résultat des sondages permettent d’étayer l’hypothèse que la Grotte du Sabotier serait la réunification de deux caves. La cave sud semble avoir eu un usage d’habitat temporaire. La cave nord atteste d’un usage utilitaire que traduisent les aménagements réalisés pour l’hébergement d’animaux. Les recherches ultérieures auront pour objet de confirmer ces hypothèses. Quand aux graffiti présents sur la paroi ouest de la zone nord, ils attestent qu’un culte votif y a été pratiqué. Ce culte est d’une part votif par la présence d’une ligne de clous de dévotion (ou de conjuration) et des mini-niches réceptacles à offrandes, d’autre part funéraire par les croix perlées ou étayées et la croix coiffée. La typologie de ces croix et les dates gravées sont, à ce jour, les plus anciens éléments de datation de la grotte (fin XVIIe – début XVIIIe siècles).

Bibliographie

Sources

Ivry-la-Bataille, Archives municipales

Évreux, Archives départementales de l’Eure
Ivry-la-bataille, séries G, H, 2F, 15, 5M, 7M, 8M
Bib 4921, 5244 Rouen, Archives du service régional de l’archéologie de Haute-Normandie

Bibliographie

Blosseville M. de (1877) – Dictionnaire topographique du département de l’Eure. Paris, Imprimerie nationale.

Bricaud M. (1997) – Histoire d’Ivry-la-bataille et de ses environs, de la Révolution à la fin du XXe siècle. Elbeuf, Éditions Page de Garde.

La Bigottière J.-R. de (1853) – Notice sur Ivry. Évreux, impr. de A. Hérissey.

Leblond M. (2009) – Graffiti anciens, archives de plein vent. Crécy Couvé, AGGRAPHE.

Le Prévost A. (1864) – Histoire du département de l’Eure. Évreux. Hérissey.

Mauduit F.-J. (1899) – Histoire d’Ivry-la-bataille. Évreux, Hérissey.

Montenat C. et Guiho-Montenat M.-L. (2003) – Prières de murs, graffiti anciens (XVIIe-XVIIIe siècles) aux murs extérieurs des églises de Picardie, Normandie et Île-de-France. Beauvais, GEMOB.

Rateau P. et Pinet J. (1870) – Histoire et géographie du département de l’Eure. Évreux, A. Blot.

Velin P. (2009) – Pesteux et charitons. Vivre au temps de la peste. Bibliothèque de Guainville (28).

Iconographie et cartographie

BRGM – Carte géologique de la France 1/50 000e, Houdan.

Joly A. (1824) – Dessin de la crypte de Château-Gaillard. Lithographie.

Table des illustrations

Titre Fig. 1. Grotte du sabotier, plan de situation (Gendreau, 1993) avec surimpression des grottes du sabotier et du renard (plan : D. Pitte, DAO : K. Vincent).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4564/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Titre Fig. 2. Topographie du site (relevé : J.-L. Camuset).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4564/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Titre Fig. 3. Vue de la partie sud (photo : J.-L. Camuset).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4564/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Titre Fig. 4. Vue de la partie nord (photo : J.-L. Camuset).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4564/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Titre Fig. 5. Plans de coupe (relevés : J.-L. Camuset).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4564/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Titre Fig. 6. Sondage 1 et paroi ouest de la zone S (relevés : J.-L. Camuset).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4564/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Titre Fig. 7. Paroi ouest de la zone N (relevé : J.-L. Camuset).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4564/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Titre Fig. 8. Croix coiffée (photo : J.-L. Camuset).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4564/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Titre Fig. 9. Personnage en trait bouchardé (photo : J.-L. Camuset).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4564/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Titre Fig. 10. Graffiti : croix étayée (relevé : J.-L. Camuset).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4564/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre Fig. 11. Date 1782 dans cartouche brisé (photo : J.-L. Camuset).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4564/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Titre Fig. 12. Graffiti : croix sur socle (relevés : J.-L. Camuset).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4564/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre Fig. 13. Croix perlée (photo : J.-L. Camuset).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4564/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 165k

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540