Version classiqueVersion mobile

Journées archéologiques de Haute-Normandie. Évreux, 6-8 mai 2011

 | 
Luc Liogier

Les villes et agglomérations médiévales de Haute-Normandie révélées par leurs caves

The cellars unveil the mysteries of the medieval towns and urban centres in Upper Normandy

Dominique Pitte

Résumé

En France, l’étude des caves comme témoins et sources de connaissance de la ville médiévale est, malgré quelques études pionnières, une discipline récente. Les parties enterrées des constructions urbaines de la région ont cependant attiré l’attention des érudits et des chercheurs dès le début du XIXe siècle.

Entrées d'index

Texte intégral

Fig. 1. Carte postale, début du XXe siècle (coll. part.).

Fig. 1. Carte postale, début du XXe siècle (coll. part.).

Le temps des légendes

  • 1 Depositio Sancti Romani Rotomagensis Archiepiscopi, Bibliothèque municipale de Rouen, ms. Y 27.
  • 2 Cette légende, à laquelle Jean-Antoine Alavoine et Hyacinthe Langlois ont curieusement fait écho en (...)
  • 3 L’auteur reprend sur ce point une indication figurant dans les Antiquités et singularités de la vil (...)

1La fascination pour le monde souterrain est ancienne, parfois entretenue par la religion : c’est ainsi qu’une vie de saint du XIe siècle rapporte que les entrailles de l’amphithéâtre antique de Rouen, dont les ruines dominaient encore à cette époque la ville, cachaient un temple dédié à Vénus et étaient devenues un lieu de rendez-vous pour les prostituées1. Sept siècles plus tard, les caves des villes sont encore assimilées à des « souterrains », auxquels s’attache à l’occasion une légende. C’est le cas de la cathédrale de Rouen, réputée depuis la fin du XVIIIe siècle avoir été érigée sur un lac ; on y accède notamment par une porte empruntée par M. Delanoy en 1778 ; elle était, selon M. Loinel, « basse, et l’on descendait aux souterrains par un plan incliné » (Sauvage, 1889)2. Il faut également remonter au XVIIIe siècle pour trouver l’origine d’une seconde légende attachée à la cathédrale, et plus précisément à la place de la Calende qui la borde au sud : « on voit encore, nous dit Farin (1738, t. 1, p. 19), dans les caves de cette place, des anneaux de fer où l’on attachoit les bateaux : mais par succession des tems, la rivière s’est retirée, ou plutôt on l’a reculée jusqu’au canal où elle est présentement3. » Ainsi naquit le « Port Morant », où venaient jadis mouiller les bateaux, arrimés au pied de la cathédrale. Dans une note, C. de Beaurepaire (1875, p. 426) ne s’étonne pas que l’abbé Cochet ait traité de fabuleux « ces anneaux de fer dont tout le monde parle et que personne n’a vus ».

Fig. 2. Découverte, en 1982, du niveau inférieur d’une maison romane en pierre, au sud de la rue aux Juifs, à Rouen (photo : D. Pitte).

Fig. 2. Découverte, en 1982, du niveau inférieur d’une maison romane en pierre, au sud de la rue aux Juifs, à Rouen (photo : D. Pitte).
  • 4 Séance du 8 décembre 1875. Bulletin de la Commission des Antiquités de la Seine-Inférieure, t. III, (...)
  • 5 Séance du 17 mars 1886. Rue Grand-Pont ; souterrains présumés. Bulletin de la Commission des Antiqu (...)

2Au XIXe siècle, les caves rouennaises constituent encore pour bon nombre d’habitants ou de savants un monde à part, qu’il est difficile de déchiffrer. En 1819, P. Périaux voit « dans une partie des caves de la rue aux Juifs, vers les Palais de Justice, et dans quelques-unes de celles de la rue des Carmes, […] des preuves de l’existence de synagogues » (1819, p. 133). Soixante-dix ans plus tard, alors que l’on démolit une maison rue aux Juifs, apparaît une « construction souterraine » : « on a cru à une synagogue, qui eût été à proximité du Clos aux Juifs, mais ce pourrait n’être qu’une simple cave4. » Le voisinage de la Seine génère d’autres légendes : c’est ainsi que M. Gosseaume raconte que, dans les caves situées rue Grand-Pont, près de la rue du Petit-Salut, « il aurait existé des cintres murés, peut-être entrée de souterrains donnant accès à la rivière5 ». En 1897, alors que la presse se fait largement l’écho des travaux d’assèchement et de déblaiement menés par C. Gogeard à la casemate de l’hôtel d’Arras (autre lieu souterrain légendaire), le Petit Rouennais du 9 février 1897 publie le témoignage d’un ancien élève de l’institution Dusseaux Frères, qui était installée dans des locaux ayant fait partie du couvent des Capucins. « Il y avait, peut-on lire, dans les caves, l’amorce d’un couloir souterrain voûté, large et haut comme celui du lycée de filles. Une grille le fermait après quelques dix ou douze mètres du parcours. On prétendait que ce souterrain se prolongeait jusqu’à la côte Sainte-Catherine où il communiquait soit avec l’abbaye de femmes jadis existante sur la hauteur, soit avec la citadelle qui la couronnait. J’ajouterai que ce souterrain n’est pas le seul de ces quartiers. Il doit encore en exister un autre qui faisait communiquer le grand séminaire actuel avec un couvent voisin, situé de l’autre côté de la rue des Champs... Ces communications de couvent à couvent, et surtout de couvent d’hommes à couvent de femmes, sont de règle dans tous les anciens établissements du clergé régulier ». Les caves, à cette époque, nous renseignent plus sur les mentalités et croyances de la population que sur la ville elle-même.

  • 6 Archives municipales de Rouen, dossier « Souterrains et fouilles archéologiques » (lettre dactylogr (...)

3Il serait tout à fait injuste d’opposer un XIXe siècle irrationnel à un XXe siècle « éclairé ». En 1938, alors que la probabilité d’une guerre se confirme, le Maire de Rouen fait recenser les caves susceptibles d’être utilisées en abri anti-aérien. Il charge le commissaire central Mulot de vérifier certains signalements suspects ; dans un courrier en date du 8 juillet, l’officier répond au Maire : « Il ne m’a été possible de recueillir aucun renseignement autre que ceux qui ont pu vous être fournis par les services municipaux consultés. En particulier, je n’ai pu recueillir aucune précision sur un souterrain partant de l’Hôtel de Ville dans la direction de la rue Thiers, ni sur un second allant de l’Hôtel de Ville à la Cathédrale ». Il conclut : « L’existence d’une galerie souterraine qui relierait l’abbaye de Jumièges à l’ancien château de Philippe Auguste semble très problématique aux personnes compétentes qui font remarquer la longueur démesurée du trajet souterrain6. »

  • 7 Séance du 27 février 1878. Cave dépendant d’une ancienne commanderie du temple, à la Saussaye. Bull (...)

4Plus récemment, enfin, les « souterrains de Gisors » ont fait l’objet d’un article où les dires des anciens côtoient ceux des radiesthésistes (Riva, 1997). Le château et la ville, sur lesquels plane l’ombre des Templiers, possède l’un des plus importants réseaux de caves médiévales de la région ; nombre d’entre-elles sont dites « à niches latérales », plan qui fascine depuis le XIXe siècle les auteurs. M. Grandin explique en 1878, dans le très sérieux Bulletin de la Commission des Antiquités de la Seine-Inférieure, que l’existence de « caveaux latéraux, disposés suivant une forme particulière […] donne à l’ensemble, vu en plan, la figure d’une croix patriarchale ou de Lorraine ». Il ajoute : « la répétition constante de ces dispositions dans toutes les localités où existent encore les anciennes constructions du Temple, leur rapport exact avec les cérémonies d’initiation des rites maçonniques actuels, tout, en un mot est de nature à mériter une étude spéciale7. »

Décrire et transmettre

  • 8 Journal de Rouen, 25 mars et 2 avril 1864.
  • 9 Séance du 12 décembre 1861. Démolitions. Débris de l’église Saint-André. Procès-verbaux de la Commi (...)

5Quittons cette ville fantasmagorique pour nous attacher à ces caves ou voûtes qui se dévoilent aux hommes du XIXe siècle, à l’occasion de travaux urbains ou lors de la visite de bâtiments remarquables. Que faire de ces témoignages des temps lointains qui apparaissent parfois de façon fugace, sinon les décrire, les dessiner et les publier en espérant qu’un jour on en fera quelque chose. La presse, et plus particulièrement le Journal de Rouen, aiguise la curiosité de ses lecteurs en rendant compte des découvertes effectuées dans la capitale normande durant les travaux du Second Empire : les descriptions sont souvent précises et détaillées, comme dans le cas de cette vaste cave gothique retrouvée en mars-avril 1864 à l’angle des rues Ganterie et des Basnages8. Les articles de presse sont bien souvent ce qui reste aujourd’hui de ces caves, qui disparaissent sous la pioche des ouvriers, peu de temps après leur apparition. M. Pottier déplore, en 1861, l’insuffisance de la règlementation en la matière et constate que « tous les jours des ouvriers offrent aux marchands d’antiquités des objets précieux découverts dans les fouilles. Il a pu cependant réclamer des corbeaux trouvés dans une cave, près de Saint-Sauveur, et sauver trois ou quatre culs-de-lampe de l’église Saint-André9. »

  • 10 Congrès archéologique de France, séances tenues à Verneuil-sur-Avre 1854, Société française d’arché (...)

6Verneuil-sur-Avre constitue, à la même époque, une exception. La ville est visitée en 1854 par le Congrès archéologique de France, dont les membres remarquent de grandes constructions civiles en grison, « dans le style du XIIe ou XIIIe siècle » : « Ces édifices sont connus à Verneuil-sur-Avre sous le nom de perrins ou perrains […] aussi anciens que les églises, [ils] constituent une des singularités architecturales de la ville et partagent l’intérêt avec les vastes et profonds souterrains à chapiteaux romans signalés sur plusieurs points par M. de Fercoq, et qui forment sous diverses maisons et jusque sous les rues des caves à deux étages10. » Il s’agit d’un exemple précoce de mise en perspective des caves d’une ville, considérées comme révélatrices d’un certain type d’habitat.

  • 11 Bulletin de la Société d’études diverses de Louviers, t. XII, 1909-1910. Conférence du 17 octobre 1 (...)
  • 12 Médiathèque de Louviers, fonds Lalun.

7La documentation relative aux caves médiévales de la région s’enrichit progressivement, au fil des opportunités, à la fin du XIXe et au début du XXe siècle. À Louviers, M. Godard attire l’attention sur le fait que les maisons situées dans le secteur de la Halle « possèdent des caves d’une immense étendue, bâties en pierre de taille et dont les voûtes aux fortes nervures attestent la richesse de ceux qui les ont fait construire11. » Ces données confirment et complètent celles recueillies à la fin du siècle précédent par Charles-Amédée Lalun12.

Une discipline qui se cherche

8Les caves demeurent encore bien souvent, au début du XXe siècle, un monde déconnecté de la ville aérienne. Elles le restent encore de nombreuses décennies, malgré la parution, en 1926, de la thèse du commandant Quenedey, consacrée à l’habitation rouennaise. On s’étonne du peu d’importance accordée à cette partie de la maison par l’auteur, qui lui consacre seulement deux pages, dans lesquelles il s’attache à distinguer la « cave » du « cellier ». Le commandant Quenedey admet l’existence de caves anciennes à Rouen, mais conclut que celles-ci ne semblent pas avoir été « d’un usage courant dans les premiers temps du moyen âge » (1926, p. 134).

  • 13 Les archives municipales possèdent un important fonds correspondant au recensement réalisé par la D (...)

9On doit à E. Naillon, une première série de relevés, certes schématiques, de caves rouennaises remarquables. Dessinateur au Service de voirie de la ville, il est appelé à visiter en 1938, pour le compte de la Défense passive, des lieux susceptibles d’être utilisés en abri ; il recense à cette occasion un certain nombre de caves médiévales et écrit : « Peu de personnes connaissent les caves anciennes de Rouen. Elles sont cependant une des curiosités de notre ville, dont la plupart ont une certaine valeur archéologique » (1938)13.

10Dans une note, E. Spalikowski attire l’attention sur l’agglomération de Neufchâtel-en-Bray. « Neuf-châtel souterrain, écrit-il, fournirait matière d’un chapitre d’histoire des plus captivants » (1939).

  • 14 Une étude réalisée en 1992 montre qu’en réalité les celliers appartenaient à des maisons présentant (...)

11Dans les années 1930-1940, G. Lanfry est mis en présence de plusieurs celliers romans à l’occasion de travaux réalisés dans le centre-ville de Rouen. Frappé par la grande qualité architecturale des vestiges et par l’existence de fenêtres, il qualifie ces derniers de « salles basses », mais ne peut les associer à des édifices civils. Imprégné des thèses du commandant Quenedey, et persuadé de l’absence de maisons de pierre à cette époque, il conclut que ces vestiges ont du appartenir à des chapelles. Il commet sur ce point une erreur faite par bon nombre de chercheurs, au premier rang desquels figure E. de La Quérière : surpris par le riche décor de celliers situés en bordure de la rue des Carmes, l’auteur conclut que ces derniers « ont dû vraisemblablement appartenir à quelque édifice religieux » (1821, p. 81-83)14.

12En 1953, A. -G. Poulain évoque les caves et sous-sols de Vernon, malmenés par les travaux de la reconstruction. L’auteur s’attarde encore sur des exemples remarquables du point de vue architectural, mais le discours est exempt d’aprioris : « Au Moyen-Âge, ainsi qu’à toutes les époques, le style à la mode était employé aussi bien dans la construction des monuments civils que religieux. C’est le cas qui se présente à Vernon comme ailleurs. Ces sous-sols n’étaient que de simples caves, de vastes magasins, ou encore l’atelier industriel d’une maison particulière » (1982, p. 92-94). Un demi-siècle plus tard, les caves médiévales de Vernon font l’objet d’une seconde et courte notice (Pitte, 2002).

Les premières recherches systématiques

13Il faut attendre les années 1980, décennie durant laquelle l’archéologie prend son essor, pour voir apparaître les premières recherches systématiques. Hors des villes, l’exploration des caves relève encore bien souvent de la spéléologie : celles du château d’Amfreville-sous-les-Monts sont relevées en 1985 par la section spéléologie de l’Athlétic Club Renault Cléon (Kaspruck, 1987) et celles d’Ezy-sur-Eure par un autre spéléologue, J.-L. Camuset (1993). Deux ans auparavant, la revue Subterranea avait publié un pré-inventaire des « caves de plan en croix recroisettée » du département de l’Eure (Charles, 1983).

14On ne s’étonnera pas que la première étude d’ampleur soit réalisée à Rouen, alors en pointe dans le domaine des fouilles de sauvetage. Les débuts sont timides, et les sous-sols de l’Hôpital du Roi, révélés en 1979 lors d’une opération immobilière à l’angle des rues de l’Hôpital et des Arsins, ne font pas l’objet d’une recherche particulière (Gosselin et Halbout, 1980). Exclusivement préoccupés par l’étude des niveaux antiques, les fouilleurs ne se sont que progressivement intéressés aux caves qui sont les premières à apparaître lors des terrassements effectués dans le centre-ville.

Fig. 3. En 1985, des recherches réalisées dans les sous-sols du palais de justice permettent d’établir l’existence d’un bâtiment roman, en arrière de la rue Saint-Lô – B 4 sur le plan (photo : D. Pitte).

Fig. 3. En 1985, des recherches réalisées dans les sous-sols du palais de justice permettent d’établir l’existence d’un bâtiment roman, en arrière de la rue Saint-Lô – B 4 sur le plan (photo : D. Pitte).

15La mise au jour, en 1982, au sud de la rue aux Juifs, du cellier d’une maison édifiée vers 1100, constitue l’élément déclencheur (fig. 2). Cette découverte fait suite à celle effectuée, six ans plus tôt dans la cour du palais de justice, de trois salles basses correspondant à des constructions romanes en pierre dans un périmètre restreint. L’intérêt majeur de ces témoignages architecturaux et les mauvaises conditions dans lesquelles ils sont étudiés conduisent le Ministère de la Culture à entamer, dès 1983, un relevé systématique des caves et sous-sols du secteur. Il semble en effet nécessaire d’établir une carte précise des zones sensibles du point de vue archéologique, afin de pouvoir gérer de façon raisonnée le patrimoine enfoui dans cette partie de la ville. Ce travail (Brasseur et al., 1985), qui s’étale sur deux ans, permet d’établir l’existence d’un quatrième édifice, dont une grande partie de la salle basse est conservée dans les sous-sols du palais de justice (fig. 3). Une recherche menée en parallèle dans les archives médiévales et modernes aboutit à l’identification d’une cinquième construction, contemporaine des précédentes. Un plan de localisation de ces vestiges, publié à la fin des années 1980, révolutionne notre perception de la ville médiévale : elle n’est plus uniquement constituée de maisons de bois, et certains espaces sont occupés, au XIIe siècle, par de grands édifices de pierre entourés d’espaces libres (fig. 4).

Fig. 4. Rouen. Localisation des édifices romans en pierre révélés par leur cave de part et d’autre de la rue aux Juifs, entre 1976 et 1985 (dessin : D. Pitte).

Fig. 4. Rouen. Localisation des édifices romans en pierre révélés par leur cave de part et d’autre de la rue aux Juifs, entre 1976 et 1985 (dessin : D. Pitte).

16Le travail qui vient d’être réalisé incite les archéologues rouennais à une plus grande vigilance concernant l’instruction des permis de construire et de démolir. Encouragés par la découverte, en 1988, d’un mur-pignon roman apparu après par la démolition d’un hangar, en arrière de la rue de la Pie, ils visitent systématiquement les sites, lorsque des projets affectent le bâti ancien du centre-ville. Les résultats ne se font pas attendre : en 1990, ils investissent le 18 de la rue Saint-Romain, où l’existence d’un cellier médiéval est signalée depuis plusieurs années ; l’édifice qui le surmonte est moderne, mais s’appuie sur un mur gouttereau médiéval, très épais. Une visite approfondie des étages aboutit à l’identification, dans le comble, d’une portion de charpente en place datable, par son type, des années 1210 (Pitte et Lescroart, 1991). L’année précédente, l’existence d’un manoir du XIIIe siècle, situé en cœur d’îlot, était révélée par son cellier lors d’une fouille réalisée en arrière de la rue des Bons-Enfants.

17La surveillance des opérations d’urbanisme, qui s’intensifie à cette période, met quelquefois les archéologues en présence d’une cave remarquable, comme en 1988 à Etrépagny, où un cellier du XIIIe siècle, aujourd’hui disparu, est étudié. Perpendiculaire à la grande rue médiévale, il communiquait avec cette dernière par un escalier dont la voûte retombait sur une colonne surmontée d’un chapiteau orné. Une structure tout à fait caractéristique de l’urbanisme médiéval, comme on en trouve dans de nombreuses agglomérations de la région (Pitte, 1988).

18La publication, en 1994, d’une synthèse consacrée à l’architecture civile en pierre à Rouen, du XIe au XIIIe siècle, montre l’efficacité d’une approche de la ville médiévale où l’étude des caves joue un rôle prépondérant (Pitte, 1994). Dans plusieurs villes de France, à la même époque, l’étude des sous-sols s’impose comme composante de la recherche médiévale. En 1994, Jean-Denis Clabaud entreprend le recensement des caves médiévales de Lille ; il étendra par la suite l’assiette de ses recherches à Douai (Clabaud, 2001 et 2006). Dans la région, la méthode s’exporte à Évreux : en 1995, la fouille du cellier d’un manoir du XIIIe siècle, rue Joséphine, permet « d’aborder la question de l’habitat civil dans cette ville » (Calderoni et Guillot, 2002). Trois ans plus tard, plusieurs caves font l’objet d’un relevé lors d’une fouille réalisée à l’angle des rues aux Ours et de la Champmeslée, à Rouen (Guillot et Calderoni, 1998).

La recherche, aujourd’hui

19Deux villes sont aujourd’hui en pointe dans le domaine de l’étude des caves médiévales : il s’agit de Verneuil-sur-Avre et de Dieppe.

20Dans la recherche entamée par A. Lemoine-Descourtieux en 2007 sur les maisons de Verneuil-sur-Avre, l’exploration des sous-sols tient une place déterminante (fig. 5). Le cellier n’est pas l’objet d’une étude pour lui-même, mais est pris en compte pour les précisions qu’il apporte sur l’organisation de la ville au Moyen Âge ; il permet notamment de retrouver la trace de maisons médiévales disparues. Un réseau dense de galeries, creusées dans le grison qui sert de substrat à la ville, constitue une particularité qu’il n’est pas interdit d’associer aux premiers temps de Verneuil (Lemoine-Descourtieux, 2010). Les recherches permettent d’entrevoir, pour les XIIe-XIIIe siècles, l’existence d’un parcellaire lâche, composé de grands terrains au cœur desquels prend place la maison.

Fig. 5. L’étude des caves est une composante majeure des recherches menées actuellement sur les maisons médiévales de Verneuil-sur-Avre (photo : A. Lemoine-Descourtieux).

Fig. 5. L’étude des caves est une composante majeure des recherches menées actuellement sur les maisons médiévales de Verneuil-sur-Avre (photo : A. Lemoine-Descourtieux).

21Le paysage est tout autre à Dieppe, à la même époque. Les places sont chères, dans la ville qui vient d’être cédée par Richard Cœur de Lion à l’archevêque de Rouen et que ce dernier a immédiatement entrepris de restructurer. La ville connaît, au XIIIe siècle, un essor sans pareil, qu’elle doit à un dynamisme portuaire et marchand qui se traduit naturellement dans l’architecture. Les maisons médiévales de Dieppe ont toutes disparu lors du bombardement de la ville par la flotte anglo-hollandaise, en 1694 ; seuls ont subsisté les celliers qui constituent le plus extraordinaire réseau préservé dans la région. Le grand nombre de caves attribuables aux XIIIe-XIVe siècles permet de tirer des conclusions fines concernant l’urbanisme à cette époque : dans le centre-ville, les maisons se pressent le long des rues sur lesquelles elles présentent un mur-pignon. Ouverts sur l’espace public, les celliers sont un lieu de stockage et de commerce (Pitte et Rougée, 2011) (fig. 6).

Fig. 6. Les caves de Dieppe constituent une source irremplaçable pour la connaissance de la ville médiévale (photo : D. Pitte).

Fig. 6. Les caves de Dieppe constituent une source irremplaçable pour la connaissance de la ville médiévale (photo : D. Pitte).

L’apport de l’étude des caves dans la connaissance des villes et agglomérations médiévales

22Le sujet a été magistralement traité par D. Joy dans un article consacré aux caves des maisons médiévales du sud de la France (Joy, 2008). Comme le soulignait M. Pradalier-Schlumberger dans l’introduction à cette étude, « les principes d’analyse, jusqu’au milieu du XXe siècle restèrent les mêmes : on isolait les maisons visibles par leur qualité et par leurs caractères spécifiques, et les chercheurs dressaient des monographies d’édifices majeurs… » (ibid., p. 5). À Rouen, comme ailleurs, les caves ont tout d’abord été remarquées pour leurs qualités architecturales. Elles réveillaient parfois le souvenir d’édifices prestigieux et donnaient lieu alors à quelque développement ; elles n’ont été prises en compte que tardivement dans la recherche concernant l’urbanisme et la maison au Moyen Âge.

23Les caves ont longtemps été considérées avec un regard moderne, qui les reléguait à la fonction de débarras. En définitive : une partie « secondaire » de la maison, moins digne d’intérêt que les élévations.

24Le cellier est, au Moyen Âge, une partie importante de la maison, que l’on n’a pas hésité, aux XIIe et aux XIIIe siècles à traiter du point de vue architectural avec autant d’attention que les élévations. Largement ouvert sur l’espace public lorsque la maison est située en bordure de rue, il a souvent été le lieu d’échanges commerciaux ; certains celliers ont peut-être également abrité des activités artisanales, mais ces dernières n’ont guère laissé de traces, et les rares fouilles réalisées dans la région (Guillot, 2009) sur ce type de structures ne permettent pas, par leurs résultats, d’éclairer cet aspect de la question.

25Comme le souligne Y. Esquieu, l’étude des caves est aujourd’hui partie intégrante de l’archéologie du bâti ; elle permet notamment « de retrouver des traces de dispositifs abandonnés en raison de l’exhaussement du sol » (Esquieu, 1997). Il n’est pas rare que les édifices anciens visibles aujourd’hui aient été édifiés sur des caves antérieures (fig. 7 et 8).

Fig. 7. Vernon (Eure). Maison dite « du Temps Jadis », édifiée au XVe siècle sur des caves plus anciennes (photo : D. Pitte).

Fig. 7. Vernon (Eure). Maison dite « du Temps Jadis », édifiée au XVe siècle sur des caves plus anciennes (photo : D. Pitte).

Fig. 8. Vernon (Eure). Les caves de la maison « du Temps Jadis » aux XIIIe-XIVe siècles nous renseignent sur l’occupation de la parcelle (photo : D. Pitte).

Fig. 8. Vernon (Eure). Les caves de la maison « du Temps Jadis » aux XIIIe-XIVe siècles nous renseignent sur l’occupation de la parcelle (photo : D. Pitte).
  • 15 Ce type d’agencement de la parcelle est encore très perceptible à Ivry-la-Bataille (Eure) ; plusieu (...)

26Dans certaines agglomérations, la position du cellier par rapport à l’habitation témoigne de l’adaptation de l’homme médiéval à la configuration du site qu’il investit. C’est le cas par exemple à Gaillon ou Ivry-la-Bataille, qui se sont développées au pied d’un promontoire calcaire qui a servi d’assise à un puissant château. À la base du promontoire, des celliers ont été creusés dans la roche, tandis que les maisons présentent en front de rue un mur gouttereau qui permet l’existence d’une porte charretière menant à une arrière-cour menant au cellier15.

27Les renseignements sur l’urbanisme médiéval sont parfois fournis de façon indirecte : un article consacré à l’habitation rouennaise des XIIe-XIIIe siècles pointe le fait qu’une partie notable des celliers de la capitale normande attribuables à cette période se trouvent isolés en cœur d’îlot ; Philippe Cailleux ajoute que l’on « rencontre, à plusieurs reprises, dans les actes du XVe siècle, la mention de celliers, parfois qualifiés d’anciens, placés à l’arrière d’un corps de logis sur rue et surmontés d’un jardin » ; il voit là « le signe d’un retournement de la parcelle urbaine par déplacement du corps de logis principal vers la rue » (Pitte et Cailleux, 2002, p. 88).

28Il est impossible d’être exhaustif sur les apports de l’étude des caves à la connaissance des villes et agglomérations médiévales de Haute-Normandie, tant les angles d’approche sont multiples et démentent la carence de la recherche régionale évoquée récemment par G. Deshayes (2008, p. 555). Au-delà des enjeux liés à la connaissance, se pose la question de la préservation de ces témoignages architecturaux si précieux. Il n’est naturellement pas envisageable de « fossiliser » le sous-sol des villes, mais leur existence pourrait être intégrée dans les règlements d’urbanisme, en vue d’une meilleure prise en compte dans les projets de construction : Verneuil-sur-Avre et Dieppe constitueront, de ce point de vue, des champs d’expérimentation privilégiés.

Bibliographie

Bibliographie

Beaurepaire C. de (1873-1875) – Séance du 8 décembre 1875. Bulletin de la Commission des Antiquités de la Seine-Inférieure, tome III, p. 425-429.

Brasseur A., Gauthiez B., Cailleux P. et Pitte D. (1985) – Le Clos aux Juifs. Archives du Service régional de l’archéologie de Haute-Normandie.

Cailleux P. et Pitte D. (1991-1992) – Une propriété de la famille Mustel, paroisse Saint-Lô, à la fin du Moyen Âge. Monuments rouennais, octobre – septembre, p. 81-87.

Calderoni P. et Guillot B. (2002) – Construction civile médiévale en Haute-Normandie : découvertes archéologiques récentes à Rouen et à Évreux. La Maison médiévale en Normandie et en Angleterre. Actes des tables rondes de Rouen et de Norwich, 1998-1999 (D. Pitte et B. Ayers dir.). Rouen, Société libre d’émulation de la Seine-Maritime, p. 57-67.

Camuset J.-L. (1993) – Ézy-sur-Eure « Les caves ». Document final de synthèse no 225. Service régional de l’archéologie de Haute-Normandie.

Charles J. (1983) – Subterranea, Revue de la Société française d’étude des souterrains, no 46, p. 70.

Clabaud J.-D. (2001) – Les caves médiévales de Lille. Villeneuve-d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion.

Clabaud J.-D. (2006) – Les caves des demeures médiévales de Lille et Douai : étude et enseignement sur l’habitat. La maison au Moyen Âge. Bulletin de la Société archéologique et historique de la Charente, no spécial, p. 157-171.

Deshayes G. (2008) – Topographie, architecture et utilisation des celliers gothiques de l’abbaye de Jumièges (XIIIe-XVIe siècles). Des châteaux et des sources. Archéologie et histoire dans la Normandie médiévale. Mélanges en l’honneur d’Anne-Marie Flambard Héricher (É. Lalou, B. Lepeuple et J.-L. Roch dir.). Rouen, Publications des universités de Rouen et du Havre, p. 555-574.

Esquieu Y. (1997) – L’archéologie du bâti en France. Archeologia dell’architettura. Archeologia Medievale, suppl., t. 23, p. 133-140.

Farin F. (1738) – Histoire de la Ville de Rouen, 3e éd. [1re : 1668]. Rouen, chez Bonaventure Le Brun.

Guillot B. (2009) – Brionne (27), rue Lemarrois. Document final de synthèse, no 2235, Service régional de l’archéologie de Haute-Normandie.

Guillot B. et Calderoni P. (1998) – Rouen (76), rue Champmeslé. Document final de synthèse, no 1232, Service régional de l’archéologie de Haute-Normandie.

Gosselin J. et Halbout P. (1980) – Fouilles archéologiques à Rouen, rue des Arsins. Monuments rouennais, juin 1979 – septembre 1980, p. 58-61.

Joy D. (2008) – Formes et fonctions des caves des maisons médiévales dans le sud de la France. La Maison au Moyen Age dans le Midi de la France. Mémoires de la Société des antiquaires du Midi de la France, hors-série, p. 179-206.

Kaspruck M. (1987) – Les caves et le puits du château des Deux Amants. Amfreville-sous-les Monts (Eure). L’Ursus, no 9, n. p.

La Quérière E. de (1821) – Description historique des maisons de Rouen les plus remarquables par leur décoration extérieure et par leur ancienneté, Paris, Impr. de F. Didot, t. 1, p. 81-83.

Lemoine-Descoutieux A. (2010) – Les maisons médiévales en pierre de Verneuil-sur-Avre (Eure). Journées archéologiques de Haute-Normandie, 3-5 avril 2009. Publications des universités de Rouen et du Havre, p. 229-238.

Naillon E. (1938) – Ville de Rouen, défense passive. Souterrains-refuges et caves, n. p. Bibliothèque municipale de Rouen, Norm. g 197.

Périaux P. (1819) – Dictionnaire indicateur des rues et places de Rouen. Rouen, chez l’auteur.

Pitte D. (1994) – Architecture civile en pierre à Rouen, du XIe au XIIIe siècle. Archéologie médiévale, t. 24, p. 251-299.

Pitte D. (1988) – Étrepagny, rue Clémenceau. Document final de synthèse, no 847. Service régional de l’archéologie de Haute-Normandie.

Pitte D. (2002) – Les caves médiévales de Vernon. Les Cahiers vernonnais, no 24, p. 5-10.

Pitte D. et Cailleux P. (2002) – L’habitation rouennaise aux XIIe et XIIIe siècles. La Maison médiévale en Normandie et en Angleterre. Actes des tables rondes de Rouen et de Norwich, 1998-1999 (D. Pitte et B. Ayers dir.). Rouen, Société libre d’émulation de la Seine-Maritime, p. 79-89.

Pitte D. et Lescroart Y. (1991) – Rouen, rue Saint-Romain : découverte d’une maison médiévale en pierre (début du XIIIe siècle). Monuments rouennais, octobre 1990-septembre 1991, p. 64-69.

Pitte D. et Rougée C. (2011) – Dieppe. Inventaire et étude de caves des XIIIe-XIVe siècles. Bulletin monumental, t. 169-3, p. 249-252.

Poulain A.-G. (1982) – À travers le Vieux Vernon. Évreux, imprimerie Guéné.

Quenedey R. (1926) – L’Habitation rouennaise, étude d’histoire, de géographie et d’archéologie urbaines. Rouen, Lestringant, 1926.

Riva M. (1997) – Les souterrains de Gisors. Bulletin de la Société historique de Gisors et du Bassin de l’Epte, t. 39, p. 47-58.

Sauvage E., abbé (1889) – Les souterrains de la cathédrale de Rouen. La Normandie littéraire, archéologique, historique, no 10, octobre, p. 188-194 ; no 11, novembre, p. 206-212 ; no 12, décembre, p. 226-231.

Spalikowski E. (1939) – Les caves de Neufchâtel inconnues. Bulletin de la Commission des Antiquités de la Seine-Inférieure. Séance du 11 avril 1933, t. 19, p. 53-55.

Notes

1 Depositio Sancti Romani Rotomagensis Archiepiscopi, Bibliothèque municipale de Rouen, ms. Y 27.

2 Cette légende, à laquelle Jean-Antoine Alavoine et Hyacinthe Langlois ont curieusement fait écho en 1831, se propage pendant de nombreuses décennies, jusqu’à ce que l’abbé Sauvage ne la réfute, au terme d’une démonstration aussi rigoureuse qu’implacable.

3 L’auteur reprend sur ce point une indication figurant dans les Antiquités et singularités de la ville de Rouen éditées par Taillepied en 1587.

4 Séance du 8 décembre 1875. Bulletin de la Commission des Antiquités de la Seine-Inférieure, t. III, p. 425-429

5 Séance du 17 mars 1886. Rue Grand-Pont ; souterrains présumés. Bulletin de la Commission des Antiquités de la Seine-Inférieure, t. VII, 1886, Rouen, 1889, p. 235-236.

6 Archives municipales de Rouen, dossier « Souterrains et fouilles archéologiques » (lettre dactylographiée).

7 Séance du 27 février 1878. Cave dépendant d’une ancienne commanderie du temple, à la Saussaye. Bulletin de la Commission des Antiquités de la Seine-Inférieure, t. IV, 1876-1878, Rouen, 1879, p. 238-239. La description de M. Grandin s’applique aux caves du château de La Saussaye (76). Traditionnellement datées des XIIIe-XIVe siècles, ces caves sont très courantes dans la région : elles se composent d’un couloir central donnant accès à des niches latérales qui accueillaient des tonneaux.

8 Journal de Rouen, 25 mars et 2 avril 1864.

9 Séance du 12 décembre 1861. Démolitions. Débris de l’église Saint-André. Procès-verbaux de la Commission des Antiquités de la Seine-Inférieure, t. II, 1849-1866, Rouen, 1867, p. 189.

10 Congrès archéologique de France, séances tenues à Verneuil-sur-Avre 1854, Société française d’archéologie, 1857, p. 168-170.

11 Bulletin de la Société d’études diverses de Louviers, t. XII, 1909-1910. Conférence du 17 octobre 1909, p. 53. Des photos et relevés de caves sont déposés dans les archives de la Société.

12 Médiathèque de Louviers, fonds Lalun.

13 Les archives municipales possèdent un important fonds correspondant au recensement réalisé par la Défense passive à la fin des années 1930 : cette documentation, où apparaissent un plan et une description sommaire de nombreuses caves rouennaises n’est pas sans intérêt pour la recherche, quand on sait qu’une partie importante du centre-ville a disparu lors des bombardements de la seconde guerre mondiale.

14 Une étude réalisée en 1992 montre qu’en réalité les celliers appartenaient à des maisons présentant un pignon sur la rue (Cailleux, Pitte, 1992, p. 81-87).

15 Ce type d’agencement de la parcelle est encore très perceptible à Ivry-la-Bataille (Eure) ; plusieurs celliers à niches latérales ont été reconnus en arrière des maisons bordant à l’ouest la rue de Garennes.

Table des illustrations

Titre Fig. 1. Carte postale, début du XXe siècle (coll. part.).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4561/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Titre Fig. 2. Découverte, en 1982, du niveau inférieur d’une maison romane en pierre, au sud de la rue aux Juifs, à Rouen (photo : D. Pitte).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4561/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Titre Fig. 3. En 1985, des recherches réalisées dans les sous-sols du palais de justice permettent d’établir l’existence d’un bâtiment roman, en arrière de la rue Saint-Lô – B 4 sur le plan (photo : D. Pitte).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4561/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Titre Fig. 4. Rouen. Localisation des édifices romans en pierre révélés par leur cave de part et d’autre de la rue aux Juifs, entre 1976 et 1985 (dessin : D. Pitte).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4561/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Titre Fig. 5. L’étude des caves est une composante majeure des recherches menées actuellement sur les maisons médiévales de Verneuil-sur-Avre (photo : A. Lemoine-Descourtieux).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4561/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Titre Fig. 6. Les caves de Dieppe constituent une source irremplaçable pour la connaissance de la ville médiévale (photo : D. Pitte).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4561/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Titre Fig. 7. Vernon (Eure). Maison dite « du Temps Jadis », édifiée au XVe siècle sur des caves plus anciennes (photo : D. Pitte).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4561/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Titre Fig. 8. Vernon (Eure). Les caves de la maison « du Temps Jadis » aux XIIIe-XIVe siècles nous renseignent sur l’occupation de la parcelle (photo : D. Pitte).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4561/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 128k

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search